Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
- - - - -

L'accès à la marijuana thérapeutique est «un fiasco»


Dix ans après que le Canada ait réglementé l'accès médical à la marijuana, « il est toujours plus facile d'obtenir un permis de port d'arme qu'un permis pour l'utilisation de cannabis à des fins thérapeutiques ».

Adam Greenblatt est producteur de cannabis désigné pour deux patients, dont son père, qui souffre de sclérose en plaques depuis 26 ans. Il affirme avoir été témoin des « incroyables applications thérapeutiques » de la marijuana, mais aussi des « horribles conséquences » liées à sa prohibition.

Lundi, le jeune Montréalais a pris la parole sur la colline parlementaire, à Ottawa, afin de dénoncer le programme fédéral qui encadre l'accès à la marijuana à des fins médicales, depuis 2001. « Dix ans plus tard, la majorité des Canadiens qui utilisent le cannabis pour alléger leurs souffrances sont sans droit légal et doivent enfreindre la loi pour s'approvisionner », dit-il.

À ses yeux, « il ne peut y avoir un accès sécuritaire à ce médicament, tant que le cannabis n'est pas rayé de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ».

Russell Barth parle lui aussi d'un système « dysfonctionnel et onéreux ». Atteint de fibromyalgie, il a passé plus de cinq ans dans une chaise roulante. Détenteur d'une autorisation de possession, il a présidé une conférence de presse au parlement, hier, bien solide sur ses pieds. « C'est un vrai fiasco », dit-il, dénonçant les dédales bureaucratiques qui forcent les patients à prendre leur mal en patience.

« Je me suis promené sans permis pendant sept semaines, le printemps dernier, raconte-t-il. Je risquais d'être arrêté. Et puisque je prends soin de mon épouse qui souffre d'épilepsie, ce sont nos deux vies qui ont été mises en danger par ce délai. »

Image IPB
Selon Santé Canada, les patients consomment en moyenne d'un à trois grammes de marijuana séchée à des fins médicales, sur une base quotidienne. Souffrant de sclérose en plaques, Alyson Myrden consomme quotidiennement 50 grammes, « soit l'équivalent de deux sacs à lunch ».

Désespoir

« Notre frustration et notre santé ont atteint un niveau désespérant, dit-elle, la main tremblante. Tout ça parce qu'aucun gouvernement n'a le courage politique de nous aider à naviguer à travers les dédales complexes de cette question », affirme la résidente de Burlington, en Ontario.

Elle-même médecin, la députée libérale Carolyn Bennett a dit craindre l'impact du projet de loi S-10, qui impose des peines minimales pour la production de plus de cinq plants de cannabis, si l'infraction est commise à des fins de trafic.

« Nous implorons ce gouvernement à régler les délais administratifs et à donner des licences à ces patients, afin qu'ils ne courent pas le risque d'être criminalisés », dit-elle.

Santé Canada autorise l'accès la marijuana à des fins médicale aux patients souffrant de maladies graves ou débilitantes. En date du 8 janvier 2010, près de 4900 personnes détenaient une autorisation de possession de marijuana, tandis que 3600 autres étaient autorisés à en cultiver.

Sur son site Web, le ministère fédéral affirme avoir apporté des changements afin d'améliorer l'efficacité des processus d'examens et d'autorisation - « et de les accélérer ».

Santé Canada assure avoir rétabli à une période de 8 à 10 semaines le délai de traitement habituel des demandes d'autorisation de posséder ou de produire de la marijuana à des fins médicales. « Les demandes ayant trait à des symptômes dans un contexte de soins palliatifs sont traitées dès leur réception », précise le site.

Patrice Gaudreault
Source : Le Droit



5 commentaire(s)

Sur son site Web, le ministère fédéral affirme avoir apporté des changements afin d'améliorer l'efficacité des processus d'examens et d'autorisation - « et de les accélérer ».


Encore un politique qui va tout régler, mais c'est merveilleux :mdr::puke:
Myrden consomme quotidiennement 50 grammes, « soit l'équivalent de deux sacs à lunch ».

sa fait 1kg400 par moi :mdr:
J'avoue, en plus la weed médicale de base est pas connu pour etre du foin, tu m'etonne qu'il soit pas bien Myrden...
D'après une connaissance, le foin doit avoir le même effet... Donc rien détonant.
Merci pour cet article
je suis ici sur le site
atteinte aussi d'une maladie
comme russell barth je me demande bien ce qu'il faut de suffrance a un patient pour qu'on déride les lois qui viseraient a pouvoir donner la liberté aux malades de se soulager
vraiment toute cette frilosité au sujet du cannabis médical est une honte ! une véritable honte quand on sait que les services de la douleur renvoient aussi souvent leurs patients a leur triste sort
n'ayez pas pitié des personnes malades
rien ne vaut l'action donner leur de quoi !!!
je suis très remontée face a tout ce braquage des conscience qui manque de sens completement ...
courage a tout les malades !

mon médeicn généraliste
les plus ouverts généralement
m'a proposé de me suivre
après avoir tout testé morphine etc...et après 7 années de souffrance intolérable surtout les 2 premières ...on se passe de souffrir quand on est dejà malade
c'est suffisant
avis a tout ceux qui oseraient revendiquer
que la recherche s'abstienne de retenir le cannabis ...avis a tout les refractaires etc...