Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
- - - - -

Légaliser le cannabis ? Mais non, ce sont les gangs qu’il faut légaliser !


Trop de morts à Marseille ? Voilà la solution.
Encore un effort…



C’est une initiative en apparence des plus louables. Dans le Journal du Dimanche, plus d’une centaine de personnalités marseillaises (dont deux députés socialistes) signent une pétition réclamant la dépénalisation du cannabis.

Ils espèrent que cette mesure permettra d’apaiser, de purifier certains quartiers "gangrénés" par le trafic de shit. Et ils pensent qu’elle mettra fin aux règlements de compte qui ont fait l’année passée plus d’une trentaine de morts à Marseille.
Pourquoi pas ? Mais cette initiative nous paraît singulièrement frileuse et notoirement insuffisante.
Implicitement, elle se réfère à la grande époque – si bien illustrée par Hollywood – de la prohibition aux Etats-Unis. On s’entretuait (comme à Marseille aujourd’hui) pour l’alcool qui était interdit. Et la prohibition, vue son échec patent, fut abandonnée. Mais cette période n’eut pas que des aspects négatifs.

Elle vit la floraison de multiples gangs connotés ethniquement et religieusement. Des gangs irlandais (très catholiques), des gangs italiens (la mafia), des gangs juifs et aussi, bien que plus rarement, des gangs noirs. Une belle et riche diversité.

Alors qu’à Marseille et dans d’autres villes de France, nous ne connaissons qu’une triste et désespérante uniformité. Où est passé le gang de la famille Zemmour (merci de ne pas confondre avec Eric) si bien montré dans Le grand pardon ? Que sont devenus les gangs des Lyonnais, des Stéphanois, les gangs corses ?

D’ailleurs, vous avez dû remarquer qu’on ne dit plus "gangs" mais "bandes", sans doute dans un souci de géolocalisation. A l‘époque de la nécessaire mixité sociale et ethnique, du "vivre ensemble", il nous paraît indispensable de mettre fin à cet apartheid indigne de la République. Oui, il faut d’urgence installer (ou réinstaller) du Juif et du Français de souche dans les quartiers Nord de Marseille !

Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aller plus loin. Dans ces quartiers, une vraie police de proximité s’impose. Des grands frères bienveillants et fermes seront formés par des hommes de religion dont l’autorité est grande. Ils feront régner l’ordre. Ils diront sur quel territoire telle ou telle bande peut exercer ses talents. Les sanctions seront sévères. Qui brandira la kalash périra par la kalash…

La paix civile est à ce prix. Car la légalisation du cannabis aurait des effets hautement dangereux et contreproductifs. Peut-on ignorer que le trafic de stupéfiants génère des milliers et des milliers d’emplois ? Comment ne pas voir que cette activité lucrative permet à des cités de vivre autrement que dans la misère ? Que des centaines de petits guetteurs rapportent de quoi remplir les frigos de leurs mamans ? Et on voudrait supprimer tout ça en légalisant le cannabis ? Une explosion sociale garantie. Des milliers de jeunes désespérés sortiraient de leurs quartiers en criant vengeance. Et alors là…

Image IPB

Par Benoît Rayski
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.
Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr(Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.
Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Source: atlantico.fr



5 commentaire(s)

Photo
manuel valls
10/01/2017 11:37

yo

le type est sérieux là ? ou c'est du quinzième degré ?
je passe les délires sur les gangs ethniques, de meilleurs qualité que les " bandes  " actuelles
 cet argument est absurde au plus haut point ,

 " si on légalise que vont faire les trafiquants ? "
à ce moment là fallait pas légaliser le droit pour les femmes de disposer de leur corps, tous les chirurgiens qui pratiquaient des avortements à l'aiguille à tricoter dans des caves, comment vont ils ramener la soupe dans leurs foyers ?  

 Pourquoi encadrer le don d'organe ? après tout si des indonésiens vendent leurs reins c'est bien pour ramener de quoi remplir le frigo ....

 bref on peu continuer des heures, c'est des argument de foies jaunes,

 Venant d'un type qui publie sur atlantico , c'est pas étonnant, ce truc fait plus souvent office de torchon qu'autre chose.   Benoît Rayski , a aussi publié sur Boulevard  Voltaire , qui lui est 100 % torchon voir pq .
Bref c'est pas avec ce genre de glandus que ça va avancer.

 ciao !

    • Michel09, bassboom et RapaWeed aiment ceci

Ce qui serait intéressant de savoir :

 

Que se passe t-il pour les petits dealers dans les états et pays qui ont légalisés ?

Ont-ils eu la possibilité de trouver des emplois légaux? 

Si non est-ce que cela a généré autant sinon plus de violence? 

 

Si quelqu'un a des infos là dessus, ce serait sympa de partager.

Merci d'avance.

Photo
manuel valls
10/01/2017 14:02

Yop , effectivement Algo , faut ce poser la question , je vais voir si je trouve des articles qui en parlent.

 Après malheureusement si on veux changer un système, il y a toujours un risque de laisser des gens sur le bord de la route, mais faut savoir de quoi on parle.

 Si le petit dealer revendait sa production , en cas de légalisation, il peut éventuellement demander une licence ou une autorisation de cultiver et vendre.
 Si il n'est qu'un relais du marché noir, il est malheureusement le maillon d'une chaine pourrie qui finance terrorisme et trafic d'humains. Le bien être de se genre de dealer ne peut   pas passer devant le bien être de femmes prostituées de forces, ou tout autre être humain qui aura à souffrir des crimes que le marché noir alimente.

 Beaucoup de dealer ont justement quitté les bancs de l'école pour pouvoir charbonner, avec des rêves d'argent facile, donc je pense que ça doit être chaud pour eux  de se réinsérer, si ils n'ont aucun diplôme, et encore plus si ils ont un casier judiciaire, raison de plus pour légaliser et juguler cet état de fait qui participe à la déscolarisation. 
Avec la légalisation, la possibilité de s'enrichir comme dealer et sans diplômes fera partie du passé, la tentation est trop forte pour des jeunes souvent délaissés, ils méritent mieux en tous cas que d'être des pions jetables  qui enrichissent de riches barons du crime.  
 
édit / j'ai trouvé ça comme article

" Le 1er janvier 2014, le Colorado est devenu le premier État américain à légaliser le cannabis à des fins récréatives. Un an après, le bilan est mitigé. Les comptes sont dans le vert grâce aux taxes, 18 000 emplois ont été créés et la criminalité est en baisse. Mais la police et les hôpitaux doivent composer avec un afflux d'empoisonnements, y compris chez des enfants."
http://www.france24....ts-unis-drogues

C'est générateur d'emploi , mais va savoir si c'est de la simple reconversion de dealer à vendeur.
 
 

Photo
Demourok
10/01/2017 15:34

Salut

 

C'est bien de dire qu'est ce qu'on va faire de tous ces dealers mais en attendant c'est les usagers qui trinquent.

Et puis cette situation c'est la conséquence d'une mauvaise législation , c'est donc la responsabilité du gouvernement puisque le peuple n'a jamais son mot a dire.

 

Donc bon maintenant pointons les vrais responsables du doigt un petit peu et faisons leur payer le prix de leurs erreurs plutôt que de stigmatiser les consommateurs qui sont pour la plupart des citoyens comme les autres qui n'aspire qu'a une vie tranquille.

 

Ca permettra de voir un peu tous les problèmes sous-jacents que nos chers dirigeants laisse macérer depuis 50 ans.

On verra encore mieux leur incompétence a assumer leurs devoirs , ils savent bien profiter de leurs avantages mais quand viens le moment de résoudre les problèmes durablement , il n'y a plus personne.

Pour moi le problème c'est pas le cannabis ni sa légalisation.

Le problème c'est que les gens qui pourraient légaliser le cannabis en France n'ont pas envie de le faire car la prohibition leur sert a camoufler d'importants problèmes dont ils seraient tenus pour responsables.

Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied sans y être forcé.

 

Après c'est sur qu'il y aura des abus.C'est pareil avec l'alcool , combien de coma éthylique?Combien de morts sur la route?Combien de femmes et d'enfants battu par des personnes alcoolique? etc .....

Pourtant l'alcool est légal alors que l'intoxication au cannabis n'est jamais létale contrairement a l'alcool.

Donc voila ca tient pas la route comme argument puisqu'on a réglementé l'usage de l'alcool pour les même raisons que nous devrions légaliser le cannabis.

 

Moi je touche pas le salaire d'un député ou d'un ministre alors pourquoi je devrais subir le préjudice de leurs erreurs a leur place ?

 

A++

    • mrpolo, gandja669, caarlito et 1 autre aiment ceci
Photo
Michel09
11/01/2017 13:09

Bonjour,

Rayski - Atlantico

Avant même de lire le contenu je savais que ça allait être de la daube raciste (encore que pour une fois il a été à peu près "modéré")

Bonne journée à tous