Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
* * * * *

S’entraîner sous weed – Cannabis et musculation


Une fois débarassés du stéréotype selon lequel sport et cannabis seraient incompatibles et rendraient les athlètes mous, quels sont les effets réels de la plante sur une activité comme la musculation ? Cet article examine l’effet de la weed sur l’hormone de croissance, la testostérone et l’œstrogène pour révéler la vérité au sujet de l’entraînement défoncé.



Une vidéo trouvable sur Internet montre un jeune Arnold Schwarzenegger joint à la main. Mais y a-t-il un lien réel – positif ou négatif – entre la muscu et le cannabis ? Certains disent qu’il ralentit la prise effective de masse, tandis d’autres ne s’entraîneraient pas sans un joint avant et/ou après leur séance. La communauté des bodybuilders est d’accord quant à l’effet néfaste de trop d’alcool sur les performances, mais peut-on dire la même chose de la ganja ?

Image IPB

Les facteurs physiologiques importants pour construire du muscle sont l’hormone de croissance et les niveaux de testostérone et d’œstrogène. Pour découvrir si le cannabis a vraiment un effet en musculation, nous allons voir comme il interfère avec ces hormones. Dans cet article tu vas découvrir comment l’entraînement avec Mary-Jane impacte la croissance musculaire.

Le cannabis a-t-il un effet sur la croissance musculaire ?

Quand on parle de croissance musculaire, on se concentre sur des facteurs comme l’hormone de croissance, l’œstrogène et la testostérone. Même si le cannabis a des effets sur d’autres parties du corps, dans le cadre de la musculation ce sont les plus importants. Ainsi que la façon dont le cannabis influence la capacité à brûler de la graisse. Alors, qu’en est-il vraiment ?

L’effet du cannabis sur la testostérone est minime et court, c’est à dire qu’il ne diminue le niveau de testostérone que momentanément avant que ce dernier ne redevienne normal. Certaines études montre que les utilisateurs fréquents peuvent connaître une baisse plus durable, mais qui reste de faible intensité. Une étude a montré que le cannabis stimulait les niveaux d’œstrogène, mais seulement à des doses extrêmement hautes.

Aucune étude sérieuse ne suggère un effet du cannabis sur l’hormone de croissance, sauf quand des doses très élevés de THC quasiment pur sont administrée. Dans cette circonstance, les niveaux d’hormone de croissance baissent. Cependant, une étude suggère que fumer deux joints peut au contraire provoquer une augmentation légère de la production d’hormone de croissance.
Mais rien donc ne nous permet de tirer des grandes conclusions au sujet de l’effet du cannabis sur ces hormones. Pour qu’un impact réel se fasse sentir, les niveaux de ces hormones doivent changer significativement et sur de longues périodes. Ce n’est pas vraiment le cas avec le cannabis.

Image IPB
Les différentes façons de consommer le cannabis

Ceci étant dit, la consommation de cannabis dans un joint, un bang ou une pipe a un effet clair et pas terrible pour les sportifs : les poumons sont affectés, mais également le mouvement de l’oxygène vers les cellules, ce qui rend les entraînements très durs et vite fatigants. Ainsi le bodybuildeur amateur de cannabis s’essoufflera et se fatiguera plus vite.

Si tu es un sportif et que tu choisis d’utiliser le cannabis, alors tu devrais privilégier ses formes les moins nocives pour les corps, comme les huiles ou les aliments. C’est bien meilleur pour ceux qui veulent prendre soin de leurs corps.

Tous les stoners ne naissent pas égaux

La réponse facile, quant à savoir si le cannabis et la musculation peuvent cohabiter, est que non car celui-ci rend mou et fainéant. Et toujours en train de se goinfrer à cause des munchies. Bien entendu, c’est le cas pour certains, mais pas pour tous les amateurs de weed.

Pour certains, le cannabis est un super moyen de se relaxer après l’entraînement, surtout parce qu’il réduit les douleurs musculaires. C’est idéal pour reposer le corps et l’esprit après une dure séance à la salle. Certains disent aussi que consommer du cannabis avant l’entraînement les aide à mieux se concentrer et à aller « plus loin ». Mais d’autres constatent que cela les rend au contraire plus fatigués plus vite, et provoque une baisse de leur concentration.

La vérité, c’est que le cannabis affecte l’humeur de façon différente selon les individus, et que par conséquent il est impossible de statuer sur son utilité ou sa nocivité en matière de musculation et de sport en général. C’est une affaire de ressenti personnel. Mais rien ne suggère un effet significatif de sa consommation sur la production des hormones nécessaires pour construire du muscle. A toi de voir, mais ne blâme pas la beuh si tu ne progresses pas !

Par Sera Jane Ghaly

Source: weedseedshop.com
  • Lamictal aime ceci



0 commentaire(s)