Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
- - - - -

Maladie de crohn : Définition, généralités et cannabis


Aujourd’hui nous allons parler de la maladie de Crohn.
J’ai eu envie d’évoquer ce sujet car dans mon entourage il y a plusieurs personnes qui sont atteintes de cette pathologie. Certaines sont aussi dans l’attente d’un diagnostic suite à l’apparition ou l’aggravation de certains symptômes.
Bien sûr nous allons expliquer ce qu’est cette pathologie mais j’ai envie d’aller plus loin. C’est pour cela que suite à un échange avec un lecteur du blog, Thomas, j’ai pensé aborder l’utilité thérapeutique du cannabis dans la maladie de Crohn.
Nous avons déjà évoqué les bienfaits probables du cannabissur notre santé et j’ai envie d’aller un peu plus loin avec cet exemple.

Qu’est ce que la maladie de Crohn?
La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire du système digestif. C’est une pathologie chronique qui évolue par poussées. Entre ces phases aiguës, il y a des phases de rémission pendant lesquelles il n’y a plus (Ou peu) de symptômes de la maladie.
En général elle touche les intestins mais peut s’installer sur toutes les parties du tube digestif, de la bouche à l’anus.
Je vous explique ci-dessus que je connais plusieurs personnes atteintes de la maladie de Crohn. En effet, plus d’une personne sur 1000 est touchée en France, ce qui est énorme. Elle touche aussi bien les femmes que les hommes et apparaît en général chez les sujets jeunes (De 20 à 30 ans) ou alors après 50 ans.
Une dénutrition est souvent une des conséquences de cette pathologie.



Quelles sont les causes de la maladie de Crohn?

Image IPB
Si l’on suit les études réalisées, les causes de la maladie de Crohnne sont pas bien définies mais il existe certaines hypothèses :
  • Cause génétique : Certains gènes augmenteraient le risque d’être atteint de cette maladie
  • Stress et tabac : Augmentation des risques et accentuation des poussées
  • L’hypothèse de la maladie auto-immune : Réaction de l’organisme contre un virus présent dans l’intestin
  • L’hérédité : Dans environ 20% des cas, on note une une hérédité de la pathologie
  • Environnementales : Pays développés
Quels sont les symptômes et les complications?
Le principal symptôme de cette maladie est ce qu’on appelle “une poussée“. D’une durée plus ou moins longue, elle se traduit le plus souvent par des douleurs abdominales et des diarrhées surtout en fin de repas.
D’autres symptômes peuvent aussi apparaître en fonction de l’avancement de la maladie et de la localisation de l’atteinte comme :
  • Dysphagie
  • Douleur à la déglutition
  • Vomissements
  • Nausées
  • Fatigue
  • Amaigrissement
  • Saignements rectaux
La maladie de Crohn peut aussi avoir d’autres symptômes en dehors de l’appareil digestif avec des atteintes rénales (Calcul rénaux), oculaires (Hypersensibilité à la lumière) ou encore cutanées (Aphtes).
Certaines complications parfois graves peuvent apparaître comme par exemple :
  • Obstruction du tube digestif
  • Ulcère
  • Perforation du grêle conduisant à une péritonite
  • Hémorragies digestives
Comment se diagnostic la maladie de Crohn?

Tout d’abord le médecin se basera sur l’histoire de la maladie et des symptômes du patient. Cela amènera le médecin à pousser les investigations.


Ensuite plusieurs examens seront nécessaires.
Des tests sanguins peuvent mettre en avant une inflammation (Augmentation des globules blancs) ainsi qu’une anémie dû aux saignements.
Il faudra aussi une exploration des intestins pour en savoir plus.
La coloscopie est un examen important dans le diagnostic de la maladie de Crohn. Elle révèle des ulcérations et un rétrécissement au niveau de l’intestin grêle et du colon. On pourra trouver aussi des signes de complications comme un ulcère ou une fistule. Une biopsie sera effectuée en même temps pour identifier l’inflammation.
Une endoscopie (Gastrotomie) peut aussi être réalisée avec une biopsie en cas d’atteinte haute.
Si cela n’est pas suffisant des examens radiologiques peuvent aider au diagnostic en permettant d’identifier les complications comme l’IRM, le scanner abdominal ou l’échographie abdominale.


Le traitement de la maladie de Crohn

C’est la partie qui nous intéresse le plus dans cet article.

Le traitement peut-être médicamenteux
  • Dérivés salycés : Limite l’inflammation lors des poussées – Actions préventives lors des phases de rémission
  • Les corticoïdes : Effet anti-inflammatoire
  • Les immunosuppresseurs : Diminution des réactions du système immunitaire – Réduction de l’inflammation
  • Antibiotiques : Indiqués lors de complications infectieuses
  • Le fer : Prescrit lors d’anémie dû aux saignements
  • Antidiarrhéiques : Lutte contre les diarrhées
  • Biothérapie et anti TNF : Le plus connu est sans doute le REMICADE. Il est mis en place lorsque le patient n’a pas répondu totalement aux corticoïdes et immunosuppresseurs.
Il peut aussi être chirurgical
En général les parties du système digestif atteintes de lésions sont retirés. Cela peut se répéter car l’intervention n’empêche pas les récidives.

Traitement alimentaire de la maladie de Crohn
Un régime sans fibres peut-être mis en place et si il y une difficulté à s’alimenter ou une dénutrition, une alimentation artificielle (Entérale ou parentérale) sera mise en place.

Cannabis et maladie de Crohn
Il y a potentiellement, pour la maladie de Crohn, un autre traitement.
Il y a quelques études qui ont été menées et une conclusion qui ressort est que le cannabis peut aider à soulager certains symptômes de la maladie. Nous avions parlé dans un article antérieure des effets positifsque le cannabis peut avoir sur la santé et nous allons le démontrer ici avec un exemple précis.
En effet, le cannabis possède certaines propriétés qui ne sont pas négligeables et qui peuvent parfaitement convenir aux patients atteints de la maladie de Crohn.
Premièrement, il a un effet anti-inflammatoire ce qui limitera donc l’inflammation que provoque la maladie de Crohn.
Ensuite, le cannabis a d’autres propriétés qui peuvent aider à limiter les épisodes douloureux, limiter les diarrhées et c’est aussi un stimulant pour l’appétit.
Autant vous dire que si le patient y est réceptif, cela peut-être une grande avancée pour lui et améliorer son quotidien.
J’ai même lu une étude qui explique que certaines personnes fumant du cannabis ont eu une rémission complète de la maladie. Je pense que cela est encore à prouver et qu’il faudra mener beaucoup d’autres études pour arriver à cette conclusion mais c’est déjà une première source de satisfaction.
Attention je ne suis pas là pour faire son apologie et je suis bien conscient de certains des risques qu’il y a à fumer du cannabis. Mais c’est comme tout, lorsque c’est bien fait, pourquoi ne pas essayer surtout chez des personnes qui ont un traitement inefficace.
Vous allez me dire, quoi de mieux qu’un exemple concret, qu’une personne consommatrice et atteinte de la maladie de Crohn pour en parler. Vous avez raison et c’est ce que l’on va faire ci-dessous avec l’interview de Thomas.

L’interview de Thomas : Cannabis et maladie de Crohn
Nous recevons donc avec un grand plaisir Thomas qui est atteint de la maladie de Crohn.
Nous avons échanger par le biais de l’article sur la légalisation du cannabis. Il m’a alors expliqué par mail plus longuement que le cannabis lui permet de mieux vivre avec sa pathologie.
C’est suite à cela que l’idée d’une interview est venue. Attention, personne n’est là pour vous dire que le cannabis est le remède miracle. Il a réussi à soulager Thomas mais ce n’est en aucun cas pour inciter les personnes à consommer. Ce témoignage est une source d’information supplémentaire et pourra peut-être faire avancer le débat, qui dure en France depuis pas mal d’années, sur la légalisation du cannabis.
Allez, je vous laisse avec Thomas.

Bonjour Thomas, pouvez-vous vous présenter d’une manière générale?

Thomas 26 ans, résidant dans les Alpes Maritimes 06. Je n’ai aucune formation scolaire (ni même le brevet des collèges.. ). Cela est dû à mes nombreuses hospitalisations étant plus jeune.
J’ai cependant quand même travaillé 5 ans dans le domaine de l’E-commerce. J’ai accompagné la création d’une entreprise jusque sa réussite nationale et européenne. Je l’ai quittée récemment afin de m’orienter vers d’autres projets.

Quand et comment la maladie de Crohn vous a été diagnostiquée?

La Maladie m’a été diagnostiquée en 1997. J’avais alors 6 ans. J’étais à l’hôpital pour enfants Lenval, à Nice.
Lors de ma première poussée, le diagnostic a été compliqué, c’était une maladie qui n’était quasiment, voir jamais déclarée à un enfant aussi jeune à l’époque.

Quel est votre traitement? Est-il efficace?

Je suis passé par quasi tous les stades de cette maladie. J’ai testé quasi tous les médicaments du marché (Mésalazine, corticothérapies, immunosuppresseurs jusqu’au injections d’anticorps monoclonal chimérique).
Aujourd’hui je suis opéré et n’est absolument plus de gros intestin (Colon). J’ai été double stomisé pendant quelques mois et l’on m’a remit la continuité.
Je ne prends plus aucun traitement depuis 3 ans en dehors de ma consommation de cannabis.

Cette pathologie affecte t-elle votre vie au quotidien? Si oui, dans quelles mesures?

Cette maladie est handicapante au quotidien (Je suis d’ailleurs reconnu Handicapé à plus de 80% par la MDPH). Lors de période de crise aiguë cela peut être invivable voir mortel, en cas de non hospitalisation.
Le fait de passer sa journée à littéralement se « vider » sur les toilettes provoque de graves déshydratations et dénutritions voir pire.
Lors d’accalmie cela est tout autant handicapant. Les personnes atteintes de cette pathologie souffrent de graves carences et de douleurs au quotidien principalement liées au repas et à sa digestion ainsi qu’a l’alimentation. Les facteurs stress, pression, émotions influent également sur les crises.
Il faut aussi également parler de tous les autres problèmes que cela peut engendrer (Aphtes, hémorroïdes, baisse de la vue, affaiblissement de la dentition dû au reflux gastrique etc etc..). Sans compter le rythme beaucoup plus élevé d’aller retour aux toilettes que la moyenne des gens et les gênes que cela peut provoquer socialement parlant.


Vous m’avez parlé de votre consommation de cannabis qui vous aide face à cette pathologie. J’aimerai en savoir un peu plus.

Depuis quand et comment consommez vous? (Cannabis fumé, inhalé… Combien de fois par jour? Etc…)

J’ai découvert le cannabis à l’âge de 14 ans comme un ado « normal » puis j’en ai appris les vertus vers l’âge de 16 ans. Je me suis intéressé et passionné pour cette plante et ses bienfaits. J’ai étudié ma consommation ainsi que les effets sur mon corps.
Je le consomme principalement comme beaucoup de Français en « joint, pétard, bedo, stick etc.. » avec du tabac (ce qui est une très mauvaise chose je le précise). J’utilise d’ailleurs le moins de tabac possible mais c’est à cause de la prohibition que je suis obligé de le faire (Difficulté de trouver du cannabis de qualité en France ce qui implique de le mélanger au tabac).
Mais lorsque le « marché noir » me le permet j’essaye d’obtenir des extractions (concentrés de cannabis) afin de les consommer dans des pipes en verre et ainsi limiter l’utilisation du tabac. Dans le cas de ma pathologie, il est aussi possible de le consommer en space food. Il est important de bien respecter les doses, la quantité ingérée et il faut prendre en compte que le résultat se manifestera beaucoup plus tard.
Ma consommation tourne actuellement en moyenne à 15 grammes par semaine. Elle peut augmenter en période plus difficile et diminuer en période de grande accalmie. Il se passe des jours ou je ne prends pas de cannabis, je n’en ressens pas le besoin.
Mais si le marché légal me le permettait, je ne consommerais plus le cannabis de cette manière et surement via des procédés et des extractions plus saines mais introuvables chez nous.

Quel impact cela a sur votre état de santé?

Je ne vais pas le cacher et je suis réaliste, cela impact ma santé également négativement. Personnellement au niveau de ma mémoire courte, qui je trouve a tendance à flancher légèrement. C’est la seule chose qui a réellement changé depuis ma consommation de cannabis quotidienne, et je suis, je vous l’assure, bien à l’écoute de mon corps !
En dehors, cela fait 10 ans et je ressens aucune paranoïa, maladie psychotique ou tout autre problème du genre. Au contraire cela impact également pour beaucoup et très positivement ma santé en rapport avec ma maladie.
J’arrive grâce au cannabis a contrôler mes douleurs sans les effets néfastes des analgésiques puissants. Le nombre de selles par jours sans les effets néfastes des antidiarrhéiques. Mes insomnies sans les effets néfastes des somnifères. Le stress sans les effets néfastes des anxiolytiques. Le manque d’appétit et encore beaucoup d’autres choses surement… Cela a également accéléré, d’après ce que pense des médecins Suisses et Belges, le renouvellement de ma flore intestinal entre deux opérations d’ablation de mon colon. Cela n’est tout de même pas négligeable !

Etes-vous pour la légalisation du cannabis? Si oui, comment voyez-vous cela?

Oui bien entendu je suis pour la Légalisation médical principalement mais également récréatif !

Je pense que nous pouvons prendre exemple sur le Canada et les USA et les études actuelles de mise en place de la Marijuana Médical chez eux.
Avec des autorisation distribuées par un centre d’état « Santé Canada » sur des critères de ventes, productions et de transformations strictes avec une mise en place de dispensaires spécialisés accessibles uniquement aux majeurs. Les vendeurs seraient formés sur le produit afin de pouvoir encadrer au mieux les consommateurs et patients.

Je propose même que chaque personne soit suivi par le Dispensaire. Celui-ci tiendrait à jour avec lui un fichier de consommation (dans le même principe que les Social club Espagnole) et cela permettrait de déceler rapidement une consommation problématique chez une personne et de lui proposer les aides ainsi que l’encadrement nécessaire. Cela servirait également à suivre un patient atteint d’une pathologie afin que chaque professionnel puisse avoir accès, sur la demande du client, à son suivi. Cela afin de l’aider à s’orienter dans ses besoins.

Endiguer le marché noir

Bien sûr le marché noir pourrait continuer mais je pense tout de même qu’il diminuerait grandement. Les tarifs d’état seraient concurrentiels (malgré les taxes) et les produits de grande qualité, ce que les Français n’ont absolument pas l’habitude d’avoir actuellement.

Nous pourrions endiguer ce marché voir proposer des métiers à nos jeunes de cité qui savent déjà produire ou vendre du cannabis pour des réseaux, les former à la production et à la professionnalisation de leur tâche. Il faut les sortir de ces réseaux et les introduire dans ce marché légalement.

Avec les bénéfices que cela va engendrer (On estime 1,2 Milliard pour la France juste pour les taxes récoltées, imaginez le C.A), ils trouveraient des salaires tout aussi intéressants que dans les quartiers et je pense qu’ils seraient ravis de le faire légalement !

Pour la question des Pharmaciens et des buralistes qui sont souvent proposées, je ne pense pas forcement qu’ils soient aptes aujourd’hui. Le cannabis comporte des centaines de formes différentes et des milliers de variétés et croisement différents. Il est important que ces gens soient formés par des passionnés et professionnels du métier. Par exemple des personnes venant de pays légalisés type Américains, Hollandais, Canadien ou encore Israélien.

Il faut dans tous les cas en débattre car aujourd’hui je le rappel nous sommes le 6 ème pays mondial consommateur et le 1er pays de l’E.U. Nous avons 700 000 fumeurs quotidiens et 1.4 millions réguliers. Il est urgent de sortir de cette hypocrisie comme il est urgent de soigner nos malades et de leur proposer une alternative naturelle à la médecine classique.

Quels sont vos projets pour le futur?

Personnellement je souhaite m’orienter dans le domaine du Cannabis.
Actuellement les Etats-Unis vivent un véritable « green rush » et depuis la légalisation récente de quelques nouveaux états cela s’amplifie de plus en plus.
Le Canada légalisant également dès Avril (Déjà légal médicalement depuis 1999), il est possible que je quitte mon pays pour m’installer et travailler légalement dans ce domaine. Celui-ci me passionne et aujourd’hui en plus de me soigner, il m’anime chaque jour afin d’aider et d’améliorer la vie des gens. Avec ou sans le cannabis.

Car comme je le répète souvent, je pense que si on me donne l’opportunité légal de vendre du Cannabis, je ferais surement arrêter beaucoup de gens en France et j’en ferais commencer peut être d’autres ! Il est clair qu’actuellement le cannabis n’est absolument pas géré. Nous préférons stigmatiser le consommateur, l’amender, voir le mettre en prison (La simple consommation est passible d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende).

Personnellement j’aimerais pouvoir orienter les gens à travers mes connaissances, mon vécu et ma passion pour cette plante. J’aurais aimé d’abord le faire dans mon pays natal la France !


Pour finir, quels conseils donneriez-vous aux personnes atteintes de la maladie de Crohn?

Je vais rencontrer de temps à autres des jeunes patients atteint de cette pathologie et je leur dis souvent « Quoi qu’il arrive, ne perds jamais espoir en toi, tu es la clé de ta vie et seul toi et tes choix feront que tu iras mieux ». Je pense que c’est la seule chose que j’ai à leur dire. Ils doivent croire en eux malgré cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Ne jamais perdre espoir !

Et pour les plus âgés qui consomment déjà du Cannabis pour se soigner, n’oubliez par cette loi Française : « N’est pas coupable une personne qui, face à un danger réel, accompli un acte dans le but de se protéger lui-même. » Article 122-7
Je rajoute si je peux me permettre un conseil lecture pour ceux hospitalisés (ou pas) qui aimeraient en savoir plus sur cette pathologie ou qui la vivent au quotidien. Pour ceux qui souhaiteraient la partager et la faire comprendre à un proche par une manière différente que la parole, c’est l’outil idéal : « Carnet de santé » de Pozla, une petite Bande dessiné d’un dessinateur atteint de cette pathologie. Je ne vous en dis pas plus. Allez voir ça c’est super bien fait ;).

Pour finir, je tiens à remercier Alexandre de Santadom pour m’avoir donné la possibilité de m’exprimer sur ma vie, ma maladie et ma consommations médical de cannabis. Je souhaite que cela puisse ouvrir l’esprit de quelques personnes encore réfractaires à l’utilisation du cannabis dans notre société.
N’oubliez jamais qu’il s’agit d’une plante présente sur terre avant nous, humain, et utiliser 2700 ans avant notre ère déjà dans le cadre médical dans une grande partie du monde !

Sur ceux merci encore Santadom et bonne continuation !

Pour finir

Voici un aperçu général de la maladie de Crohn.
C’est une maladie complexe, difficile à diagnostiquer et à prendre en charge.
Si vous êtes atteint de cette pathologie, vous pouvez faire comme Thomas et nous contacter pour nous parler de votre quotidien.

D’ailleurs, je tiens à le remercier pour son temps et la clarté de ses explications. Il m’a permis d’avoir encore une autre vision de l’utilisation du cannabis, qu’elle soit médicale ou non. J’espère que ce sera aussi le cas pour vous.
Que pensez-vous de son discours?

N’hésitez pas à commenter pour continuer de faire avancer ce débat.
Il existe des traitements par médecine douce pour calmer certains symptômes. Vous pouvez retrouver quelques conseils dans ce livre qui n’est pas très cher. Je ne peux pas vous dire si cela fonctionne car je ne souffre pas de cette maladie mais vous pouvez y jeter un œil.
par Alex

Source: santadom.com
  • Demourok aime ceci



0 commentaire(s)