Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !

Comment gerer son bad trip, ou le blanc de a à z ? *****

(Soumis : 24/08/2012 06:17 - Dernière mise à jour : 29/03/2014 15:31)
Bonjour.

Une question récurrente revient souvent sur CW.

Celle du "j'ai fait un bad quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce qui m'est arrivé !?!".

Face à ce constat et ne comptant plus le nombre de fois ou j'ai "tapé des blancs", je me propose donc d'expliquer en détails (selon une méthode empirique et basées sur des observations personnelles, donc, je n'apporterai pas forcement non plus les meilleures réponses possibles) qu'est ce qu'est un blanc (ou bad trip), comment on arrive à en faire un, quels sont les facteurs aggravants, et enfin que faire quand cela arrive.

I. Qu'est ce qu'un blanc (ou bad trip)

Le blanc, ou "bad trip", c'est un état second dans lequel nous plonge le THC, une très forte ivresse, qui combinée à des facteurs aggravants, vous cloue au sol, sur votre lit, voir sur vos gogues...
On se sent très mal, on a envie de vomir, de dormir, de ne rien faire, on a les jambes qui flageolent, on ne voit plus rien, bref on a l'impression d'avoir une gastrite éclair qui vous fout plus mal que n'importe quelle grippe aviaire ou porcine -rayez la mention inutile au choix- jusqu'à vous plonger dans un coma léger (gros KO, comme une sorte de coma éthylique).
Ne vous en faites pas non plus, je ne connais personne, je dis bien personne, fumant régulièrement à qui ce n'est jamais arrivé...

Attention :

Le blanc, même si bénin en soit, peut malgré tout comme tout coma, être mortel, si vous dormez dans une mauvaise position et que vous vomissez en même temps, vous risquez, si le coma est trop profond, de ravaler votre renvoi mais dans les poumons, ce qui entraine la noyade (les exemples les plus connus de noyade par renvois sont ceux de Jimmy Hendrix et Jim Morrisson).
Nous verrons plus bas comment se prévenir de cela.


II. Comment arrive-t-on à en faire un.

Principalement en fumant trop, ou dans quelques cas en fumant (ou en en ingérant) une weed possédant un fort taux de THC et un faible taux de CBD.

A ceci se rajoute quelques facteurs aggravants voir pré déterminants que nous allons étudier en détails ci-après.


III. Quels sont les facteurs aggravants.

Le premier facteur aggravant et prédéterminant est la fatigue, physique ou morale (stress, dépression...). Mais il peut aussi arriver que l'on se sente en pleine forme et en faire quand même.

De cette fatigue, physique ou psychologique, vont découler plusieurs mécanismes, qui vont être aggravés par l'effet du THC.

*La crise d'hypoglycémie, due à une carence en sucre aggravée par d'autres, notamment au magnésium-, potentiellement mortelle elle aussi, elle vous videra de vos forces et votre tension chutera en flèche.
*La baisse de tension, troublera votre vision (voile noir rougeâtre), ainsi que votre sens de l'équilibre, attention aux chutes, vous donnera envie de vomir, fera monter votre température en flèche, fera "s'affoler" votre cœur...

Le derniers facteurs aggravants, la prise d'alcool ou d'autres psychotropes avec la fumette.


IV. Que faire quand cela arrive.

Tout d'abord il va vous falloir apprendre à reconnaitre la latte de trop, on la sent toujours un petit moment avant de taper son blanc, et on se dit, "nannnn je vais finir de fumer", grosse erreur, arrêtez-vous là vous êtes déjà allé trop loin. Et préparez vous au pire : VOUS DEVEZ IMPÉRATIVEMENT GARDER VOTRE CALME !

Pendant le cours laps de temps entre la latte de trop et le blanc, déshabillez vous dans la mesure du possible, faites très attention au moment ou le sang va vous monter à la tête, il vous faudra vous assoir le plus vite possible, et respirer profondément, dès que vous vous sentirez d'attaque pour bouger un peu, mettez vous de l'eau sur le visage, les oreilles, l'estomac, la nuque et la colonne vertébrale, voir prenez une douche froide mais pas debout, assis.

Enfin, quand votre température sera redescendue, reposez vous, manger si vous le pouvez (sucre, pâtes, riz...), jus de fruit (d'agrumes pour la vitamine C comme quand vous faites un match de rugby ou autre), pour faire remonter votre taux de glycémie, allez vous coucher, mettez de la musique et concentrez vous dessus.

Mais de quelle manière doit-t-on donc se coucher pour éviter de se noyer dans son vomi me direz vous ... C'est bien simple couché sur le coté gauche. Votre vomi si il ne vous réveille pas coulera tout seul alors de votre bouche jusqu'au point le plus bas, miam une pizza.

Ici se finit donc notre exposé. En espérant pouvoir aider beucoup de jeunes fumeurs.

N'hésitez pas a laisser des commentaires, ainsi que d'autres conseils ou explications...

Cordialement, Banzaï !!!

Dad's label



  • Vous ne pouvez pas éditer ce/cet(te) guide

0 commentaire(s)