Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !

La culture Outdoor *****

(Soumis : 21/07/2014 16:51 - Dernière mise à jour : 21/07/2014 16:51)
La culture "outdoor"



1) Principes généraux de la culture du cannabis :


- Le climat

Le chanvre est une plante adaptée aux climats tempérés, cependant pour l'usage qui nous intéresse : la récolte de sommités fleuries non pollenisées, une arrière saison sèche et chaude est de loin préférable.

On optera donc pour des variétés ayant une période de floraison la plus courte possible, de façon à réduire le risque de pourriture du aux conditions défavorables de l'automne.

- Les périodes de culture sous nos latitudes

La période de culture sous nos latitudes peut aller de mi-mars à octobre voir novembre.

Dans tous les cas il vaut mieux attendre des températures minimales appropriées [>13/15°] plutôt que de ruiner sa culture en la laissant 'tiger' trop longtemps à l'ombre sans ensoleillement/éclairage adéquats...

- La terre

Une plantation de cannabis a besoin de beaucoup de sels minéraux et se révèle être un aspirateur à nitrates. Cette demande intervient surtout lors de la forte poussée entre la 4e et la 10e semaine de végétation.

Le cannabis peut être cultivé dans des climats et des sols moins favorables, à l'exception des sols trop pauvres ou des endroits froids et humides.

La valeur pH des sols doit être aux alentours de 6.5 et sera corrigée si besoin.

Un terrain envahit par les orties ou les ronces est en général propice, les besoins de ces plantes étant les mêmes que ceux de nos protégées.

- La lumière :

Le cannabis est une plante de plein soleil et la récolte sera proportionnelle à son ensoleillement, lon évitera donc de planter sous des arbres, ou dans des endroits ombragés.

- L'eau :

Le cannabis nécessite beaucoup deau pour sa croissance, et ses racines peuvent senfoncer de plusieurs mètres à la recherche du précieux liquide, une plante adulte pouvant boire jusque 2 litres par jour.

Une erreur fréquente consiste à arroser peu et souvent ce qui favorise les racines superficielles au détriment des racines profondes plus à labri des variations climatiques. Sept litres deau une fois par semaine sont de loin préférables à un litre par jour.

2) Les préparatifs :



- Choix du spot :



Image IPB
photo tiré du [jdc de NoMad]


C'est sans conteste l'étape la plus importante de notre culture, trouver un endroit ou les conditions de croissances seront optimales, qui réponde aux nécessités de discrétion impérative dans le cadre d'une culture illégale tout en offrant un minimum de commodités pratiques.

En raison de l'interdit légal de nombreux pays européen, en France par exemple :

Quote

« La production ou la fabrication illicite de stupéfiants est passible de vingt ans de réclusion criminelle et/ou de 50.000.000 Francs d'amende (222-35, premier alinéa). Ces faits sont passibles de trente ans de réclusion criminelle lorsqu'ils sont commis en bande organisée (art. 222.35, deuxième alinéa). »

On sera amené à cultiver de préférence dans un endroit qui ne peux nous être rattaché : friche, clairière du domaine public.

Si vous habitez dans une maison avec jardin ou vous avez la possibilité de cultiver en toute discrétion, c'est aussi possible mais il faut faire attention à ce que les plantes ne soient pas visibles par des passants (facteur, vendeur porte à porte,...)

Lorsqu'on cultive dans son jardin, il peut être bon de disposer d'autres plantes, odorantes ou grimpantes, à proximité afin de noyer les odeurs et occulter la vue si nécessaire.
Certaines plantes et décoctions ont la caractéristique de soigner des maladies ou de repousser certains nuisibles tels que les pucerons.

> La phytothérapie des plantes
> Sélection de plantes
> Le compagnonnage

Conditions de croissances :

On choisira de cultiver en pleine terre ou en pots, dans les deux cas, il faudra s'assurer que l'on a :

- Terre riche et meuble, suffisamment irriguée et drainante de façon à éviter la présence d'eau stagnante (possibilité de préparer la terre si elle n'est pas bonne, voir plus loin)

- Ph de 6.5

- Orientation sud de préférences et exposition dégagée

A éviter : les fonds de vallées et autres cuvettes insuffisamment ventilés, où les brouillards saccumulent, propice à la pourriture.

Conditions de discrétion :

C est LE critère primordial, trouver un endroit isolé où le fait de s'y rendre ne semblera pas suspect.

Découvrez-vous une passion pour le VTT, l'observation des oiseaux, la pêche,...
N'importe quelle activité légale, plausible et solitaire qui vous amène à proximité immédiate de vos plantations, équipé d'un sac à dos.

Commodités pratiques :

Le plus gros du travail consiste à transporter leau nécessaire à vos plantes, le spot idéal sera donc à proximité dun point d'eau.


- Le matériel :



Image IPB


. Pour les travaux préliminaires et entretien :


- Serpe, faux, voire débroussailleuse afin de dégager un espace suffisamment ensoleillé

- Pioche, bèche, fourche, râteau et autres outils permettant de remuer la terre sur un profondeur de 50 cm minimum

Un excellent outil polyvalent, peu encombrant : la petite pelle pliable des militaires. En aiguisant les cotés elle sert même de faux.

. Pour l'arrosage :

- un arrosoir
- un jerrican

Dans les magasins d'articles de camping, on trouve des jerrican pliables dune contenance de 20 litres équipés dun robinet.


- Les travaux indispensables :



Image IPB
photo tiré du jdc de zedruid & kirsh


Une fois le spot trouvé il reste à rendre l'endroit aussi accueillant que possible pour le cannabis.

Si on cultive en pots, pas trop de boulot...

Sinon, il faudra délimiter un espace de plusieurs mètres carré qui sera entièrement défriché et bêché sur une profondeur de 25 cm minimum. On prendra soin d'ôter les grosses pierres, racines et autres encombrants.

Le cannabis aime les sol meubles, riches et profonds, quelques temps avant la plantation il faudra réaliser des fosses d'une dimension minimale de 50x50x50. La terre de rebouchage ne contiendra aucune motte, sera améliorée de terreau, 75 l minimum dans l'idéal et soigneusement épierrée.


- Choix des variétés



Image IPB


Il faut anticiper les mois de septembre/octobre froids et humides...

C'est pour cette raison qu'il faut préférer certaines variétés en 'Outdoor' : early, swiss, purple etc.

Une floraison courte et une bonne résistance à la pourriture deviennent impératives au dessus d'une certaine latitude.

Consultez les informations des breeders pour savoir si une variété est prédisposée à la culture 'Outdoor'.

> Liens vers les [topic uniques] (differents breeders et seeders)

> [Topic Unique] quelle(s) variété(s) choisir ?

-> Exemples de variétés tiré du Guide des variétés de Moricio (lire le guide pour plus de détails sur les variétés)

Quote

voici une liste de variétés donnant de bons résultats en extérieur :

. Jamaican pearl (Sensi seeds)

. Biddy Early (Magus génétics)

. Fraise (Cannabis helvetica)

. Mango (KC brain)

. Early Skunk (Sensi seeds)

Voici une liste de variétés ayant la particularité de bien résister aux moisissures dans les climats à l'automne humide :

. Fraise (Cannabis helvetica)

. Biddy early (Magus Genetics)

. Durban Poison (Sensi Seeds)

. Mexican Sativa (Sensi seeds)

. Early Pearl (Sensi seeds)

Sinon, pour d'autres idées de variétés outdoor, n'oubliez pas d'utiliser le module de recherche ;-)

-> Variété outdoor

-> variété extérieur


3) La Culture :



Image IPB
Photo tiré du JDC de Madfarma

- Les périodes :



Le cannabis est une plante dont le cycle de vie dure une année en conditions naturelles, mais le cycle exacte et d'environ de mars à octobre nous pouvons le diviser en 4 périodes:

- la période de germination
- la période de croissance
- la période de floraison
- la période de récolte


La période de germination


Pour plus de précisions sur la germination, consulter le guide germination

Cette période peut débuter mi mars suivant les régions et le climat qui y règne, mais il est conseillé qu'elle commence après la fin de l'hiver.
On peut aussi attendre plus tard dans la saison si on souhaite cultiver des plantes plus petites, mais il vaut mieux ne pas dépasser fin juillet pour mettre en terre si on ne veut pas avoir de résultats trop médiocres...

Après la germination, poursuivre la croissance sur un appui de fenêtre mal exposé est loin de suffire.

Il est vivement recommandé de faire germer ses graines à l'intérieur et de faire passer au minimum les 2-3 premières semaines de vie des plantes à l'intérieur, sous une lampe adaptée (18h/j) pour leur garantir un bon départ, et ainsi éviter les gels tardifs, les prédateurs ou autres problèmes qui pourraient frapper de si jeunes plantes.

Dans tous les cas il vaut mieux attendre des températures minimales appropriées [>13/15°] plutôt que de ruiner sa culture en la laissant 'tiger' trop longtemps à l'ombre sans ensoleillement/éclairage adéquats...



La période de croissance


Après avoir assuré un début de croissance en pot de 1l par exemple [3 premières semaines minimum], l'idéal est de planter directement en pleine terre en faisant d'abord un trou complété ensuite par du terreau adapté, bien aéré, afin d'assurer l'apport des nutriments essentiels et s'en remettre au sol pour le reste.

NB.: Pour éviter de se faire surprendre par des gelées tardives, il est conseillé de passer ses plantes à l'extèrieur après les "saints de glaces" (11,12,13 mai)


Image IPB
> Rempoter en pleine terre
Plus le trou sera grand, plus le plant pourra atteindre des proportions 'gigantesques' :kana_smyle: s'il est lancé tôt [mars/avril] ou s'il peut bénéficier d'un début de croissance en intérieur, même sous lampes économiques.

Image IPB
Saison 2006/Lakoiriofil

On peut décider de garder un plant en pot.

Dans ce cas le contenant doit pouvoir approcher les 50 litres pour permettre un épanouissement complet.

Comme en culture d'intérieur, la taille des pots doit être proportionnelle au temps de croissance et un plant lancé fin avril bénéficie d'une croissance de 3/4 mois.

Il est possible de se contenter de pots de 15/20l (format 'seau ménagé') et cultiver des plants de moindre volume, mais tenant compte d'une quantité limitée de substrat il s'agit de lancer les plants plus tard [fin juin] pour limiter également leur temps de croissance.



La période de floraison


La période de floraison apparaît généralement aux alentours de mi août - début septembre, lorsque les jours raccourcissent et les nuits s'allongent. Le sexe des plantes sont annoncés (voir guide Mâle ou Femelle ? et le guide Sexualité du cannabis)

Il faut savoir qu'un mâle peut polliniser toutes récoltes alentour à plus de 1km, on prendra donc soin de les éliminer dès qu'on sera sur de leur sexe.

NB:

Dans les régions équatoriales, la durée d'insolation varie très peu au cours de l'année [entre 12h et 14h].
Les variétés qui en sont originaires, des Sativa à floraison longue en général [dites 'Landraces'], ne déclenchent pas nécessairement leur floraison suite à un changement de photo-période mais plutôt après avoir pu bénéficier d'un certain temps de croissance pouvant aller jusqu'à plusieurs mois.
Inversement, les variétés dites 'hollandaises', dont le déclenchement de la floraison est lié à la photo-période, passeront immédiatement en floraison à moins de pouvoir bénéficier d'un temps/complément de croissance en intérieur sous éclairage [18h].

> Fraction d'insolation près de chez vous ?

> Cultures 'Outdoor' en régions équatoriales



La période de récolte


(Pour savoir quand récolter et que faire après la récolte, voir le guide Quand récolter ? Comment Sécher ?)

Nous sommes entre fin septembre et fin octobre (et même parfois plus tard...).
Tout cela va dépendre du temps de votre région et des variétés choisies .

Dans le cas de fins de saisons humides, on fera très attention à ce que les fleurs ne moisissent pas.
Dans la mesure de possible, on essaiera de protéger les plantes (en fabriquant une mini-serre par exemple) ou si on a cultivé en pots, de les mettre à l'abri la nuit ou lors de périodes de pluies.
(Pour en savoir plus, FAQ : la moisissure)

Si tout s'est bien passé, vous pourrez enfin profiter de votre dur labeur et patienter jusqu'à la prochaine saison :davb:


- Les Terreaux, Engrais et Amendements :



Image IPB


On distingue les engrais qui sont des éléments minéraux assimilés par la plantes et les amendements qui sont des substances que l'on incorpore au sol afin d'en améliorer les propriétés physiques, chimiques et biologiques.

Les terreaux, engrais et autres amendements sont les mêmes qu'en culture d'intérieur.
(Pour en savoir plus sur la nutrition, consulter le guide Nutrition minérale)

. Les Terreaux

Les plus courants en Growshop:

Plagron® : Light Mix / Complete Mix - Grow Mix / Royalty Mix
Biobizz® : Light-Mix / All-Mix
Atami® : Bio Terreau / Kilo-Mix
Canna® : Terra professionnal
CellMax® : Universal SoilMix
[...]

Les terreaux 'Light Mix' sont recommandés pour la germination et les premières semaines de croissance, en pot par exemple, ou lorsqu'on désire gérer soi-même l'engraissage.

. Les Amendements

Les amendements permettent d'alléger ou d'engraisser un sol ou du terreau aussi pour le réutiliser, les proportions ne doivent pas être dépassées car un surengraissage rendrait le substrat inutilisable.

Amendements pour améliorer le drainage/hydratation : perlite, sphaigne, vermicule, billes d'argile, zeolithe, grains d'eau...

Amendements pour équilibrer/engraisser le sol : guano de chauve-souris, humus de lombric, poudre d'os, champignons et bactéries, 'Pré Mix' [Biobizz®], 'Bio SuperMix' [Plagron®]...

Un sol lourd et humide sera allégé et rendu drainant avec du terreau et du sable.
Un sol sablonneux sera favorablement enrichi avec du terreau.
Un sol acide sera corrigé avec de la chaux ou des cendres de bois.

. Les Engrais

Pour l'engrais, il est conseillé les mêmes engrais que pour la culture intérieure.

L'apport d'engrais sera important pour la vigueur de votre plante, toutes fois, respectez le dosage indiqué sur les flacons, vous pouvez même diluer un petit peu plus, un surdosage mettra tout vos efforts en échec car la plante " grillera " rapidement par overdose, espacez les arrosages en apport d'engrais, par exemple : 1 arrosage avec engrais, 1 ou 2 arrosages sans.


Pour en savoir plus sur :

. Comment connaitre la composition de sa terre,
. Comment l'amender avec des produits bio,
. et bien plus...


Je vous invite à consulter le guide très complet sur la culture bio de Joke_Herb

Image IPB

- L'eau et l'arrosage :



Image IPB


L'eau est vitale et doit être apportée en quantité suffisante soit par les intempéries, le sol (mais pas d'eau stagnante) ou le jardinier.

En règle générale, si les intempéries et le sol sont une ressource non négligeable, il reviendra au cultivateur de suppléer à la nature.

Il est absolument nécessaire de disposer d'eau à proximité de son spot ou de se préparer à un travail de forçat genre se coltiner un bidon de 20 litre sur des kilomètres en pleine canicule pour abreuver des plantes de 3 M.

Différents systèmes sont possibles:

. un système d'arrosage automatique avec un minuteur (pour une présence moins assidu du cannabiculteur)

. un jerricane à l'envers avec un tshirt coincé pour un écoulement régulier mais assez restreint

. une rivière assez proche pour pouvoir irriguer l'eau dans la plantation.

Certains mettent de la paille ou une bache trouée autour des pieds afin d'obtenir un écoulement plus long (la paille et la bache ayant pour effet de garder l'eau et l'humiditer plus longtemps) mais aussi pour éviter tout risque de pousse de mauvaises herbes nuisant à la pousse de la plante et à la santé du cannabiculteur voulant les arracher.

(Pour d'autres idées, consulter la recherche : arrosage automatique)

Pour la fréquence d'arrosage, meme principe que pour l'indoor, arrosez des que la terre devient seche jusqu a 10 cm de profondeur, plantez un doigt pour vérifier.

Et evitez de noyer la plante, ça sera mieux pour elle.


- La Taille :



Image IPB


Pour des soucis de discrétion, on préfèrera garder des plantes touffues et moins haute, mais tout dépend de vous et de ce que vous voulez faire.

Palisser/Pincer/Tailler un plant régulièrement permet de gérer son développement en hauteur tout en augmentant considérablement son volume lorsqu'il y a suffisamment de ressources disponibles.
(Pour en savoir plus sur les différentes techniques, consulter les guides et FAQ :
. La Taille
. le Supercropping
. Couper les feuilles ou pas ?
. Le pinçage
. taille d'entretien en début de floraison
. Le palissage)



Il est préférable de pincer l'apex plutôt que de le tailler ou du moins pas avant d'avoir laissé se développer plus d'une dizaines d'étages de feuilles [nœuds], ce serait gâcher.

Le 'Scrog' est une technique plutôt destinée à la culture d'intérieur mais peut représenter un moyen efficace de palisser très largement et définitivement l'ensemble d'un plant. Il ne sert à rien de le poser trop tôt car la croissance se prolonge très tard en extérieur.

4) Les prédateurs :



Image IPB


- Les insectes et autres petites bébêtes:


Image IPB

Pour une partie des insectes : chenilles, pucerons, mite araignée & araignées rouges, cochenilles, mouches blanches, sauterelle des feuilles, coléoptères, thrips, allez lire le Vol.4 de SOS Cultures

Allez aussi visitez ces liens:
. Les thrips
. Pucerons
. Cochenilles
. araignées rouges


Les pires prédateurs des cultures extérieures sont quand même les limaces et/ou escargots.
Pour lutter contre ces prédateurs baveux, on peut trouver sur ce site "Guide de la Culture Exterieure Biologique":

Quote

La lutte contre les limaces et les escargots



Vos feuilles sont trouées de toutes part, vos plantes repiquées ont du mal a démarrer car elles sont dévorées trop souvent et vos semis sont dévastés, ne cherchez pas trop longtemps les limaces, les loches et les escargots sont passés par là. Pour le constater, il suffit d'une nuit humide entre 15° et 18°C pour les voir apparaître. Si vous hésitez, regardez par terre: si il y a de la bave partout c'est les limaces ou les escargots.
Attention ces animaux peuvent ruiner complètement votre récolte en massacrant vos plants en quelques nuits !
Surtout au printemps, n'hésitez pas à lutter car vos plants (encore jeunes) ne résisteront pas à ces attaques féroces !

Il existe différentes méthodes pour lutter contre eux.

La lutte écologique

La première méthode qui est tout à fait écologique et qui a notre préférence quand c'est possible, consiste à les tenir éloigner ou s'appuyant sur le fait qu'ils n'apprécient guère de se déplacer sur des surfaces rugueuses qui déshydratent leurs pellicules de mucus sur laquelle ils se déplacent. Il suffit donc de déposer autour des plantes que l'on souhaite protégées des éléments qui les fera rebrousser chemin. En voici quelques exemples, triés dans l'ordre de notre préférence :

- La cendre de bois
- La sciure de bois
- Les coquilles d'oeufs en miettes
- Un disque de ponceuse (c'est un peu abusé j'admets !)

Dans le cas de la cendre de bois et de la sciure, il faut en remettre très régulièrement surtout après une averse qui aura lessivé le sol.

La lutte chimique

Vous l'aurez compris, vous trouverez dans le commerce des anti-limaces dans différentes marques mais préférez un produit qui contient du Bitrex qui est un additif dont la très forte amertume permet d'éviter les risques d'absorption par l'homme et par les animaux domestiques. Ces produits résistent à l'humidité et dure ainsi plusieurs semaines. Vous constaterez leur efficacité très rapidement en voyant des traces de baves zigzaguant un peu partout et en trouvant au bout une limace ou un escargot en train d'agoniser ou desséché.
Ils sont conditionnés en granulés que l'on disperse autour des plantes à protéger, de préférence un soir par temps humide ou après une bonne averse.

Une autre technique naturelle qui n'est pas citée dans ce document, consiste à mettre autour de ses plantes des verres (ou autres contenants) remplis de bière.
Apparemment les limaces en raffolent et vont aller se noyer comme des poivrots dans cette bière.
Mais comme les autres techniques "éco", il faut renouveler souvent la bière.

- Les Mammifères:


Les sangliers / Les chevreuils / les lapins / ...

Image IPB

Pour éviter de se faire grignoter ses petites plantes, il faut les protéger :

. Grillage à poule autours de vos jeunes plantes

. Gaine rigide (pour passage de cable) coupée dans le sens de la longueur pour protéger la base du tronc.

. D'autres préconisent d'uriner autour de ses plantes ou de laisser un vétement imprégné de votre odeur sur votre spot, ce qui aurait pour effet d'éloigner les bêtes.

. Il existe aussi en animalerie/magasins de jardinages, des répulsifs pour ce genre d'animaux.

. Vous pouvez toujours essayer de mettre ce panneau de benji31 mais je sais pas si ça sera très efficace (et pas très discret) ^^

Image IPB


- Autres


Les gengens / Les ramasseurs de champignons / Les Chasseurs / ...

Image IPB

et les pires : les voleurs de culture (autrement appelé :"gros connards qui profitent du travail des autres")

Image IPB

Contre tous ces prédateurs, un seul mot d'ordre : la discrétion !

Si vous cultivez chez vous, faites en sorte que personne ne puisse se douter que vous cultivez.

Si vous cultivez en forêt ou dans un autre coin, faites en sorte que votre spot ne se trouve pas proche de chemins fréquentés, dans un coin difficile d'accès, y allez le moins de fois possible, en empruntant à chaque fois, dans la mesure du possible, un chemin différent.

Bref, contre ces nuisibles, pas de solutions miracles, cela dépendra surtout du choix de votre spot et de votre capacité à le garder secret.



  • Vous ne pouvez pas éditer ce/cet(te) guide

0 commentaire(s)