Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
- - - - -

L’industrie de la weed aux États-Unis se porte comme un charme, merci la technologie


La weed, nouvel El Dorado pour les start-ups américaines ? Tandis que la consommation et le marché explosent, elles sont de plus en plus nombreuses à proposer des services aux cultivateurs et particuliers.

 

Trevor Hagan/Bloomberg

 

Quand le Colorado et Washington ont été les premiers États américains à légaliser la possession de cannabis récréatif aux États-Unis en 2012, personne ne pouvait prédire l’essor monumental que cette industrie prendrait au fil de temps. Pourtant, cinq ans plus tard, huit États autorisent le cannabis récréatif. Et le business autour de la weed légale ne cesse d’augmenter.

 

Selon une étude, repérée par The Next Web et réalisée par l’Arcview Mark Research, une publication reconnue sur le marché du cannabis, la vente de weed aux États-Unis et au Canada, en comptant également la vente médicinale, pourrait dépasser 20,2 milliards de dollars de recettes en 2021, soit une augmentation annuelle de 25 % depuis 2017.

 

Une autre étude, réalisée en parallèle par New Frontier Data, entreprise d’analyse de données et partenaire de l’Arcview Mark Research, estime ainsi que d’ici 2020, le secteur du cannabis devrait créer plus d’emplois que les institutions gouvernementales. "L’industrie du cannabis est l’un des marchés en plus forte croissance et continue d’étonner tout ceux qui ne comprennent pas cette économie", affirme Giadha DeCarcer, fondatrice et CEO de New Frontier, à Arcview.

 

Le cannabis, une plante qui pousse avec des machines

 

En outre, c’est un business qui utilise une technologie de pointe. On est loin de la petite culture locale faite à la main, comme le note The Next Web. Les cultivateurs utilisent désormais le big data, l’internet des objets ou des robots dirigés par une intelligence artificielle pour améliorer leurs cultures de cannabis.

 

Des start-ups comme Edyn créent par exemple des capteurs pour détecter en temps réel l’humidité, la température, l’acidité du sol

 

Ainsi, le succès du site Leafly, qui aide les professionnels à choisir quelles graines de cannabis acheter, leur explique la manière de les faire et propose un tas d’autres services, vient de lancer Headset.io. Il s’agit d’un outil d’analyse des données de son business, permettant notamment de calculer le rendement des graines ou de contrôler l’évolution des cultures au fil du temps.
Le cannabis, comme toute plante qui se respecte, a besoin d’une certaine dose de lumière, d’une température adéquate et d’un entretien régulier.

 

Pour ça, l’internet des objets (IoT) propose de nouvelles solutions. Le but est d’automatiser le travail manuel sur les plantes pour limiter les erreurs humaines. Des start-ups comme Edyn créent par exemple des capteurs pour détecter en temps réel l’humidité, la température, l’acidité du sol. Ces capteurs envoient directement les infos sur le smartphone du propriétaire.
Une équipe a même créé un robot capable de détecter la qualité de la weed. Celui-ci, destiné aux professionnels et créé par la start-up Bloom, devrait arriver sur le marché à la fin de l’année.

 

Grâce à des caméras et à une vision par ordinateur, l’entreprise affirme que le robot sera capable de détecter la meilleure branche d’une plante de cannabis afin de la découper en moins de 4 minutes, de manière très précise.
Ces entreprises représentent un exemple infime du nombre de start-ups qui se lancent dans le business de la weed aux États-Unis. Le marché explose et, ne l’oublions pas, rapporte aussi de petites fortunes aux pouvoirs publics : en 2016, le Colorado a tout simplement récupéré 1 milliard de dollars de taxes sur le marché de la weed.

 

Source: Mashable avec France 24


  • PSYCHOCRACK aime ceci



0 commentaire(s)