Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
* - - - -

France - Drogue au volant : tolérance zéro et nouveaux tests salivaires


Comme nous le révélons, les contrôles de stupéfiants vont être renforcés avec de nouveaux kits salivaires. Les accidents impliquant des conducteurs sous l'emprise de drogue augmentent.

 

Illustration. La police va recevoir de nouveaux tests salivaires pour les contrôles de drogues, plus rapides.

LP/Pierre-Antoine Lefort

 

 

Lorsqu'il remonte des files de voitures, Maxime, motard au sein de la police parisienne, repère parfois «à l'odeur» un conducteur en train de fumer du cannabis, détectant de loin les effluves qui s'échappent depuis les fenêtres ouvertes du véhicule. Ce comportement, de plus en plus commun, est pourtant loin d'être anodin : d'après les dernières données officielles de la sécurité routière, 23 % des personnes décédées sur les routes en 2015 ont été tuées dans un accident impliquant un conducteur sous l'emprise de stupéfiants.

 

Alors que ce lundi de Pâques est classé rouge dans le sens des retours, et que le mois de mars s'est traduit par une nette hausse du nombre d'accidents mortels, le ministère de l'Intérieur a décidé de renforcer les contrôles de drogue au volant.

 

«Dans les prochaines semaines, les commissariats et les brigades de gendarmerie vont recevoir les nouveaux kits de tests salivaires», nous annonce un haut responsable de la sécurité routière. Ces tests permettent de détecter en quelques minutes si un conducteur a consommé du cannabis, de la cocaïne, des opiacés, de l'ecstasy ou des amphétamines. Mais la vraie nouveauté est que les contrôles seront désormais bien plus rapides qu'auparavant.

 

A lire aussi: Cannabis au volant : des tests salivaires sans "cause préalable"

 

Une nouvelle campagne télévisée de la sécurité routière

 

A l'heure actuelle, un peu plus de 100 000 contrôles de stupéfiants sont effectués chaque année contre plus de 11 millions de contrôles d'alcoolémie. «Alors que nous ne faisions quasiment pas de dépistage de la drogue au volant il y a dix ans, on mesure désormais systématiquement si le conducteur est sous l'emprise de stupéfiants lorsque le test d'alcoolémie est positif», explique Maxime, le policier parisien. C'est que le risque d'avoir un accident mortel est multiplié par quinze si l'automobiliste a mélangé cannabis et alcool.

 

«Le seul fait de conduire sous l'emprise du cannabis double le risque d'être responsable d'un accident mortel car cela réduit la vitesse de réaction aux situations d'urgence et provoque des effets sur la vigilance, souligne Didier Jayle, médecin addictologue et ancien président de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie. J'ai déjà entendu des chauffeurs routiers me dire qu'ils prennent du cannabis car on n'a plus le droit de boire.»

 

«Beaucoup de conducteurs ne savent pas qu'il est interdit de conduire après avoir pris de la drogue et que c'est un délit passible de deux ans de prison», explique le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe. Ce rappel de la loi et des dangers encourus fera d'ailleurs l'objet d'une nouvelle campagne télévisée de la sécurité routière dans les semaines à venir. L'occasion aussi de rappeler que tout refus de se soumettre au test est équivalent à un test positif et que tous les usagers de la route sont concernés, y compris les cyclistes et les personnes qui accompagnent un élève conducteur en conduite accompagnée.

 

A LIRE AUSSI
CONDUITE SOUS L’EMPIRE DE STUPÉFIANTS, Pourquoi la contre-expertise

 

Image IPB

 

 

Un test bien plus rapide

Jusqu'à présent, en cas de test positif à la drogue, le conducteur en cause était transporté auprès d'un médecin pour effectuer un prélèvement sanguin censé confirmer le premier test salivaire. «Une procédure très lourde en termes logistiques car il faut qu'un équipage de la police emmène le conducteur à l'hôpital et attende le résultat de la prise de sang», explique Maxime, motard de la police parisienne. Il suffira désormais au policier, lors du contrôle, d'effectuer sur place un second test salivaire de confirmation. «Cela permettra de multiplier les contrôles» estime la sécurité routière.

 

A lire aussi: Stupéfiants au volant, attention le gouvernement serre la vis

 

En 2015, selon les derniers chiffres disponibles, seulement 118 476 contrôles de stupéfiants au volant ont eu lieu. En cas d'accident mortel, le dépistage de drogue est obligatoire. Mais des dépistages inopinés peuvent être menés à n'importe quel moment, même quand le véhicule est à l'arrêt, moteur coupé. Enfin, un conducteur peut être contrôlé positif plusieurs heures après la prise de stupéfiants (plusieurs jours s'il s'agit d'amphétamines).

 

Source: Le Parisien

 

à noter: Plusieurs avocats automobile et permis de conduire vous défendent pour toute infraction de stupéfiants au volant (cannabis, cocaïne et autres drogues) dite conduite sous l’emprise de stupéfiants. comme le cabinet Benezra





6 commentaire(s)

Photo
Lamictal
17/04/2017 19:16

Salut,

 

juste un exemple, dans ma région un accident très grave est arrivé il y a quelques semaines, à savoir 2 voitures se sont rentrées dedans sur une ligne droite.

 

Il y a eut 5 morts sur 6 occupants, une des 2 voitures a dévié de sa route pour aller rentrer dans l'autre, le conducteur (décédé) qui a fait la faute était légèrement en-dessous de la limite légale pour l'alcool et celui (décédé aussi) qui n'a rien fait de mal présentait des traces de consommation de cannabis.

 

Celui qui a été accusé d'avoir provoqué l'accident était le conducteur avec des traces de cannabis ... alors qu'il conduisait correctement (donc l'assurance ne prends pas en charge les dégâts provoqués ..)

 

C'est juste pour dire que les chiffres annoncés sont "space" et que dis donc ça a gravement augmenté en 2 ou 3 ans ......

 

 

** SVP NE CONSOMMEZ PAS AVANT DE CONDUIRE, VALABLE AUTANT POUR LE CANNABIS QUE POUR L'ALCOOL **

 

 

:yepah:

    • mrpolo, liloutedebordeaux, stikmatt et 5 autres aiment ceci
Photo
liloutedebordeaux
18/04/2017 10:07

Je suis d'accord avec pas mal de choses de l'article, mais j'ai un doute sur le soit disant manque de réaction provoqué par le cannabis au volant. Trop souvent, nous laissons les gens nous dire que le cannabis a les mêmes effets que l'alcool. Et si le type qui nous sort ça porte une blouse blanche et un badge de médecin, on va avoir plus de facilité à le croire. Mais moi, je n'ai jamais eu cet effet là en conduisant. Je ne conseille évidemment pas de conduire sous l'emprise de stupéfiant, mais je remets en doute le discourt sur les effets. D'ailleurs, je me souviens d'une news que j'ai lu ici même, il y a quelques années et dans laquelle on apprenait qu'un pilote de formule 3000 avait perdu son titre pour avoir consommé du cannabis pendant la compétition. Cette pratique avait été jugée comme étant du dopage, ne laissant pas aux autres les mêmes chances de gagner au volant de leur bolide. Je vous laisse méditer.

    • mrpolo, gandja669 et Lamictal aiment ceci
Photo
Demourok
18/04/2017 16:44

Le cannabis est bien plus dur a réglementer que l'alcool .

Deja audrait savoir si le cannabis est vraiment aussi dangereux qu'on nous le dit mais y'a pas que ca.

Pour les pays ayant deja légalisé , va t il y'avoir un taux limite comme pour l'alcool ?

Comment savoir apres avoir consommé combien de thc on a dans le sens ?Avec des tests ? ca va revenir cher en test ^^

 

Sinon effectivement c'est etrange , on nous dit d'une part que ca nous rend moins capable et d'autre part on nous dit que c'est du dopage .

Y'avait eu le cas aussi aux JO en snowboard.

Photo
High Rabbit
18/04/2017 18:18

Plop

 

Moi je veux pas dire, mais l'alcool est aussi un produit dopant (une gourde de jaja avant d'entamer le mont ventoux et t'arrives en haut même pas essoufflé chuis sûr). Mais bon, je viens pas ici pour tergiverser... (d'autant que je suis sûr que ya des pelletées de "dangers publics" sur CW (et ailleurs) qui fument dès le matin et qui conduisent dans la journée voiture, moto, ambulance, camion, pelleteuse ou autres mastodontes à moteurs thermiques sans que ça pose de problème).

 

"«Alors que nous ne faisions quasiment pas de dépistage de la drogue au volant il y a dix ans, on mesure désormais systématiquement si le conducteur est sous l'emprise de stupéfiants lorsque le test d'alcoolémie est positif» explique Maxime le (gentil) policier"

Est-ce que vous comprenez comme moi que les tests pour le canna n'auront lieu que si le test d'alcoolémie est positif ?

 

"Beaucoup de conducteurs ne savent pas qu'il est interdit de conduire après avoir pris de la drogue"

Ah bon, monsieur le policier, les drogues illégales c'est interdit même au volant ?! Et comment je suis censé supporter les trois gamins qui braillent à l'arrière dans les bouchons sur la route des vacances ?! Allez, soyez chic, laissez moi au moins une seringue pour tenir le coup jusqu'à St Trop' !.. Rooooh, vous allez pas me prendre aussi le pack de bière, la clim est en panne ! Si ?! Vous avez soif vous aussi ! Bon ok, c'est un argument qui se défend. Bon apéro à vous et gaffe après sur les bécanes.

 

Bonne soirée à vous.

Bonjour,

Il y en a un qui va se frotter les mains c'est le fabricant des tests salivaires ! J'ai lu en partie le rapport de la sécurité routière pour en savoir un peu plus sur cet enfumage...
3 accidents mortels sur quatre sont le fait d'hommes. Interdisons aux hommes de conduire ! Dans les 23 % il faut savoir que la moitié avait également un taux d'alcoolémie supérieur au taux légal. D'autre part il n'y a pas de distinction faite entre les conducteurs responsables de l'accident et les victimes.
Ajoutons aussi que parmi les 1600 tués en 2015, aucun n'était positif à l'alcool ou aux stupefiants... c'est de l'ironie bien sûr, mais boire de l'eau peut être très dangereux :-)
Bref, je suis quelque peu septique sur la dangerosité extrême du cannabis au volant... certainement qu'il ne faut pas conduire juste après avoir fumé un joint, surtout si l'on est novice ou fumeur occasionnel mais deux heures après les effets sont dissipés. Considérer que l'on est dangereux après plus de huit heures me semble très exagéré et injuste. Ecrire un SMS au volant est bien plus dangereux que d'avoir consommé plusieurs heures avant et pourtant c'est beaucoup moins sanctionné. Le sujet fait d'ailleurs polémique même chez les chercheurs, le web regorge d'articles en ce sens. Les américains n'utilisent d'ailleurs pas de tests salivaires je crois.
En tous cas ces tests gâchent mon plaisir de consommer et je pense m'arrêter jusqu'à un éventuel changement de loi...

Bonne soirée,
    • mrpolo, Zaborigin et High Rabbit aiment ceci
Photo
Sergent Lipton
28/04/2017 16:17

Salut...Hum, mauvais jour donc bad commentaire pour moi aujourd'hui; Un individu pris sur le fait de consommation d'opiacé ou d'alcool(le chon aux lèvres, ou la tronche imbibé derrière le cerceau) devrait subir 2 punition, d'abord, le compactage de sont véhicule sous ces yeux, en deux, lui couper une main pour lui faire les pieds.

J'suis vraiment pas d'un naturel agressif, mais je n'ai aucune forme de pitié pour ces gens la, une bière ou un joint, ça ce consomme bien installer sur place, pas derrière un volant, je n'ai jamais compris ce genre de comportement, pourtant, je fut moi même jeune, des bitures et des enfumages format xxl, ou les 2 mélanger, j'ai bien connus, encore aujourd'hui il m'arrive de me fracasse la tronche lors d'apéro bien festif, mais il ne m'est jamais venu à l'esprit de conduire dans ces moments la.

Mais bon, après je comprend que quelque part il faut bien que jeunesse ce passe, c'est juste dommage de constater que la stupidité mortel remplace peut à peut la bêtise enfantine T_T

 

Bon week, et ne soyez pas cons, consommez au chaud dans vos chaussons pour ne pas finir dans un/au trou comme des cons ;}