Aller au contenu

Le site francophone des cultivateurs en herbe !
- - - - -

Le sort du CBD entre les mains de l’OMS


Une conférence de l’Organisation Mondiale de la Santé se tient en ce moment en Suisse et doit décider du sort réservé au CBD.

 

 

 


Le CBD est en effet à l’ordre du jour du 39ème Comité OMS d’experts de la pharmacodépendance (ECDD) qui se déroule du 6 au 10 novembre à Genève. 16 substances psychoactives sont à l’ordre du jour, dont le cannabidiol (CBD). Ces 16 molécules ou médicaments (dont le tramadol) sont évalués pour leur dépendance, leur potentiel d’abus et leurs effets néfastes sur la santé.

 

Image IPB



Les recommandations issues de cette réunion seront transmises aux Nations Unies, qui jugeront de la nécessité et de l’étendue d’une potentielle réglementation de ces substances, à l’image de la Convention sur les substances psychotropes de 1971, suivie par tous les pays membres, ou de celle de 1961 qui classe le Cannabis et la résine de cannabis au tableau 1 des stupéfiants.

Si l’ONU requalifie le CBD en substance médicale, son utilisation sera réservée à l’industrie pharmaceutique et en interdira l’accès à de nombreux patients qui ont déjà du mal à trouver, voire à fabriquer eux-mêmes, des dérivés efficaces (huile par exemple pour l’épilepsie chez l’enfant).


De nombreux activistes sont présents à la réunion de l’OMS, dont l’initiative de la FAAAT qui réunit plusieurs représentants (Farid Ghéhiouèche, Kenzi Riboulet…) pour témoigner directement lors de la session d’ouverture de la réunion et coordonner les interventions de Michael Krawitz (représentant des Vétérans US), Boris Banas (coordinateur de l’Association Européenne des Producteurs de Chanvre) et Raul Ellizalde (témoignera de son parcours parental pour sauver la vie de sa fille).

Le but final sera pour eux de conserver le CBD hors des listes de substances contrôlées, au même titre qu’un complément alimentaire.


Actuellement en France, le CBD est dans une zone grise. De nombreux produits dérivés sont commercialisés (huiles, e-liquides, cristaux…) alors même que les chanvriers français ont de grandes difficultés à extraire du CBD tout en restant sous le seuil imposé de 0,2% de THC.

Même sur des cultures de chanvre industriel, avec des variétés calibrées, ce taux peut être franchi dans les champs. Le processus d’extraction concentre également le THC à plus de 0,2%. Le CBD vendu aujourd’hui en France, fleurs comprises, vient donc majoritairement de l’étranger (Suisse, République Tchèque, Chine…).


Côté commercialisation, les chanvriers français ne peuvent pas utiliser leurs fleurs de chanvre alors qu’elles concentrent le maximum de principes actifs. Ils jettent ainsi des millions d’euros de chiffre d’affaires potentiel.

Outre ces débats très importants, et c’est un euphémisme, à l’international sur le devenir du CBD, la situation française mériterait un vrai moratoire sur l’agriculture chanvrière pour ouvrir le champ des possibles aux agriculteurs français.


Par Aurélien BERNARD

 

source: Newsweed.fr





0 commentaire(s)