Tel-Aviv - Des centaines de sachets de cannabis tombent du ciel
Par mrpolo, dans International,

Livraison surprenante dans les rues de Tel-Aviv ce jeudi. Un drone a lâché des centaines de petits paquets de marijuana à travers la ville, offerts aux habitants. Une pluie verte en Israël, où l’usage récréatif du cannabis est pourtant illégal.  
 

 
« Est-ce un oiseau? Est-ce un avion? Non, c’est le Green Drone qui vous envoie du cannabis gratuit du ciel… »
  Ce jeudi, des centaines de petits paquets ont été jetés par un drone qui survolait les rues de Tel-Aviv. A l’intérieur, les passants ont été surpris de découvrir qu’il s’agissait de cannabis, deux grammes par paquet.
Avant l’arrivée de la police, certains citoyens se sont rués dans les rues, au milieu du trafic, pour récupérer quelques pochons. Au total, un kilo d’herbe avait été dispersé dans la ville, selon Lad Bible.
 
Campagne pour la légalisation
Cette pluie de cannabis est l’œuvre de « Green drone », qui milite pour la légalisation de la consommation de marijuana. Le groupe avait annoncé cette livraison peu ordinaire via le réseau social Telegram, en paraphrasant le célèbre générique de Superman.
Les deux trentenaires qui pilotaient l’engin ont toutefois été arrêtés pour cette opération, rapporte l’agence Reuters. En effet, le cannabis est toujours illégal en Israël, à la seule exception d’un usage réglementé à des fins médicales.
 
Source: metrotime.be
 
4 commentaires En savoir plus… ›
Le marché européen du cannabis médical fait buisson creux
Par boogerman,
https://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/eu-market-for-medical-cannabis-flowers-still-far-from-full-bloom/
 
Le marché européen du cannabis médical fait buisson creux
Par : Gerardo Fortuna | EURACTIV.com
 2 sept. 2020 (mis à jour:  2 sept. 2020)
 
Une pénurie de chanvre d’origine néerlandaise destiné à l’exportation vers l’Allemagne met en lumière le manque de diversification dans les sources d’approvisionnement et l’absence d’uniformité dans les normes de qualité sur le marché européen du cannabis à usage médical.
Au cours de la première moitié du mois de juin, le bureau du gouvernement néerlandais responsable de l’exportation de marijuana médicale a informé les grossistes allemands que l’expédition des produits pourrait être retardée d’une durée pouvant aller jusqu’à six semaines.
En 2019, le bureau néerlandais du cannabis médical (BMC) a porté ses exportations annuelles de fleurs de cannabis à usage médical en Allemagne à 2,5 tonnes, et ce, afin de répondre à la demande berlinoise.
Avec cette dernière hausse, les fleurs de cannabis à usage médical importées des Pays-Bas représentent désormais plus d’un tiers du marché allemand, dont la capacité globale a doublé par rapport à l’année précédente pour atteindre 6,7 tonnes par an.
Toutefois, l’ensemble des exportations néerlandaises vers l’Allemagne repose sur les épaules d’une seule entreprise, Bedrocan, qui gère la capacité de production au niveau national.
Le retard dans la livraison provient de certains tests supplémentaires que le fournisseur néerlandais devait effectuer avant de libérer les lots pour l’exportation.
Une telle interruption temporaire de la chaîne d’approvisionnement a mis en évidence de possibles goulets d’étranglement en raison du manque de diversification de la production de cannabis médical pour le marché allemand.
D’ailleurs, la situation pourrait se détériorer à l’avenir, car la demande de marijuana médicale a rapidement augmenté dans le pays depuis une décision de 2017 autorisant les médecins allemands à prescrire des fleurs de cannabis de qualité pharmaceutique ou de l’extrait de cannabis à des patients gravement malades.
Selon les dernières données publiées en juin 2019, plus de 60 000 personnes sont enregistrées en Allemagne en tant que patients bénéficiant d’assurance maladie à qui l’on a prescrit de la marijuana à des fins médicales.
   
Vers une chaîne d’approvisionnement européenne intégrée
L’essor du marché allemand du cannabis à usage médical s’accompagne de défis pour répondre à la demande croissante et développer un réseau de vente solide.
C’est pourquoi, en 2017, le gouvernement allemand a créé un nouvel organisme au sein de l’Institut fédéral allemand des médicaments et des dispositifs médicaux (BfArM), chargé de réglementer l’industrie nationale naissante et de livrer des permis d’importation de cannabis à usage médical.
Au cours de ses trois premières années, l’Agence allemande du cannabis a été confrontée à des écueils structurels intrinsèques à un marché en développement.
Jusqu’à récemment, seuls le Canada, les Pays-Bas et l’Autriche étaient autorisés à exporter des produits à base de cannabis vers l’Allemagne en vertu de la Convention unique sur les stupéfiants convoquée par l’Organisation des Nations Unies en 1961.
Par conséquent, une forme de dépendance excessive est apparue à l’égard de ces quelques pays cultivateurs. Afin de faire face à la demande, la BfArM a récemment octroyé des permis supplémentaires à un certain nombre d’autres pays tels que le Portugal, l’Espagne, la Suisse, Israël, la Colombie et l’Uruguay.
Ainsi, les fleurs de cannabis du Portugal étaient disponibles en Allemagne pour la première fois à la fin de 2019.
La société canadienne Tilray, spécialisée dans le cannabis, vise à faire de sa société portugaise de Cantanhede une base européenne pour la mise en place de son projet de chaîne d’approvisionnement totalement intégrée dans l’UE.
L’exportation de fleurs produites en Europe représente un changement de cap potentiel pour l’essor du marché régional.
Une question de qualité
Bien qu’elles augmentent les sources d’approvisionnement en produits médicaux à base de cannabis, les nouvelles autorisations allemandes d’importation révèlent également les problèmes sous-jacents des normes de qualité au niveau européen.
En l’état actuel des choses, les produits médicaux autorisés reçoivent la certification de l’UE relative aux bonnes pratiques de fabrication (BPF), un ensemble de normes que tous les fabricants de médicaments doivent respecter.
Les cultivateurs de l’UE ont l’avantage que cette certification est automatiquement reconnue dans les autres États membres de l’UE, bien qu’il existe des accords de reconnaissance mutuelle (ARM) pour les pays tiers également.
Avant d’être mis sur le marché, tout le cannabis médical vendu en Europe doit être produit et testé selon les BPF européennes ainsi que selon la certification des bonnes pratiques de distribution (BPD) pour le stockage et la distribution.
Et si les contrôles européens sur la fabrication des drogues à base de cannabis sont stricts, il n’existe aucune norme de qualité harmonisée.
De ce fait, des divergences apparaissent entre la manière dont les organismes nationaux évaluent la qualité d’une drogue à base de cannabis destinée à l’exportation et les normes en vigueur dans le pays qui importe ce produit.
Par exemple, l’autorité néerlandaise applique les niveaux de plomb nationaux pour mesurer l’absence de métaux lourds dans la drogue, au lieu des niveaux européens.
Par conséquent, les normes de qualité peuvent varier dans chaque pays en l’absence d’un critère de qualité global au niveau de l’UE.
L’élaboration d’un ensemble homogène de normes de qualité pour le cannabis à usage médical est essentielle pour les représentants de l’industrie qui font pression en faveur d’un cadre réglementaire européen.
Cependant, le processus menant à l’harmonisation des règles européennes pour le cannabis à usage médical est au point mort, bien qu’il soit largement salué par de nombreux acteurs et législateurs.
0 commentaire En savoir plus… ›
Amende pour usage de cannabis : «L'Etat met encore le sujet sous le tapis»
Par boogerman,
https://www.liberation.fr/france/2020/09/01/cannabis-cette-amende-ne-va-rien-changer-pour-moi_1798193   TÉMOIGNAGES Amende pour usage de cannabis : «L'Etat met encore le sujet sous le tapis»
Par Charles Delouche — 1 septembre 2020 à 11:13 A Paris, en janvier 2019. Photo Cyril Zannettacci. VU pour Libération   En vigueur sur tout le territoire à partir de ce mardi, l'amende forfaitaire pour consommation de stupéfiants divise les consommateurs. Si certains espèrent un assouplissement de la répression, d'autres craignent que la mesure ne favorise les dealers.
     Amende pour usage de cannabis : «L'Etat met encore le sujet sous le tapis» A partir de ce mardi, tout consommateur majeur de stupéfiants (cannabis et cocaïne) pourra être directement verbalisé par la police sur la voie publique. Déjà utilisée depuis deux mois à Rennes, Créteil, Reims, Marseille et Lille, la mesure est désormais généralisée à l’ensemble du territoire et vise à désengorger les tribunaux. Les consommateurs s’exposent désormais à une amende forfaitaire délictuelle de 200 euros (150 euros dans les douze jours, 450 euros au-delà de quarante-cinq jours) ainsi qu’à une inscription au casier judiciaire et dans un fichier national spécialisé pour une durée de dix ans. Libération a interrogé des consommateurs de cannabis pour savoir ce que cette nouvelle amende allait changer dans leurs habitudes.
Rémy, 34 ans, Paris
«Ce projet d’amende nous a pas mal intrigués avec mes amis. On en a beaucoup parlé pendant l’été. A la base, je trouvais ça cool de s’orienter vers une amende plutôt que de rester dans ce flou juridique. J’ai vu passer beaucoup de publications sur des blogs spécialisés dans la culture cannabis qui faisaient part de leur opposition. Mais après m’y être intéressé un peu, ce qui en ressort n’est pas hyper positif.
  «En vérité, l’Etat ne cherche pas à légiférer. C’est encore une fois mettre le sujet sous le tapis et sanctionner. Plus de 1% des Français fument de l’herbe ou du shit quotidiennement. On ne règle pas un problème de société et de santé publique en délivrant des amendes. L’Etat a voulu rendre la lutte contre les stupéfiants plus réaliste avec cette amende, mais on voit que c’est totalement absurde, rien qu’au niveau des quantités. Jusqu’à 100 grammes de cannabis pour bénéficier de l’amende ! Au final, ce sont les dealers qui vont pouvoir sortir plus tranquillement. Sans tomber dans le complotisme, les consommateurs des beaux quartiers sont beaucoup plus en mesure de payer 200 euros. Cette mesure est encore un très bon moyen de contrôler les populations. Dans certains quartiers populaires, là où les gens ne peuvent pas forcément fumer chez eux, la police pourra se faire plaisir et mettre des prunes dans tous les sens.»
Franck, 28 ans, Lyon
«Avec l’âge, j’évite de plus en plus de fumer dans la rue mais ça m’arrive toujours de m’en griller un en terrasse. Pour moi, cette amende ne va pas changer grand-chose et j’ai déjà dû payer pour ma consommation de cannabis.
«Il y a cinq ans, je revenais de Copenhague et j’avais ramené un peu de weed avec moi. La veille du départ, avant de m’endormir, je m’étais allumé un gros joint aux alentours de minuit. Histoire de bien dormir. Le matin, je me suis fait contrôler par une voiture de gendarmerie alors que j’étais en chemin vers Paris. Le test salivaire était positif et ils m’ont embarqué pour me faire une prise de sang. Là, je me suis dit que c’était foutu et qu’on allait m’enlever le permis. Finalement il ne restait que des résidus de cannabis dans mes analyses et je m’en suis tiré avec une amende de 100 euros. Du coup, lorsque j’ai appris qu’une amende forfaitaire généralisée allait voir le jour, ça ne m’a pas vraiment choqué. Et avoir mon nom inscrit dans un fichier national ne me dérange pas plus que d’avoir mon identité renseignée sur les listes d’un cannabis club à Barcelone.»
  Rudy, 29 ans, Saint-Ouen
«Cette amende vise ceux qui fument dehors, pas les autres qui peuvent fumer leur joint tranquillement chez eux. Pour les flics, c’est un moyen de se faire respecter un peu plus dans la rue. Le dispositif devrait permettre de rendre moins visible la consommation de cannabis et les fumeurs. Mais il y a un sacré souci au niveau de la quantité requise pour écoper de l’amende. L’échelle est bien trop importante. Tous les dealers vont se faire passer pour des consommateurs et ce sera bien difficile pour les flics de faire la différence.
«Pour ma part, je vais faire bien plus attention. Je ne me suis jamais fait contrôler le spliff à la bouche. Par contre, on m’a déjà contrôlé lorsque j’avais ma consommation perso dans la poche. Pour éviter trop de procédures, les policiers m’ont plusieurs fois demandé de jeter mon bout de shit dans le caniveau ou à la poubelle. J’aime bien fumer en marchant dans la rue et je pense que c’est moins grillé qu’une bande de mecs installés dans la rue en train de se faire tourner des pétards, avec les nuisances et le bruit qui vont avec.»
Pauline, 22 ans, Grenoble
«Un joint pour moi, ça se fume dans la rue, à l’air libre, musique dans les oreilles et cheveux au vent. Je me préroule un pétard chez moi, je l’allume et quand je passe devant le commissariat, je le cache dans ma manche. Je ne me suis jamais fait ennuyer ou contrôler par la police. Sûrement parce que j’ai la tête de la jeune fille qui va bien et qui ne pose pas de problème. Je vais continuer de faire ma vie sans faire de détour et passer par d’autres chemins. Etre stressé dans la rue, c’est le meilleur moyen de se faire cramer.
  «Je me demande si cette amende va réellement servir à éviter de faire passer des petits consommateurs devant la justice. Si c’est ça, alors je suis plutôt d’accord avec sa mise en vigueur. Le projet peut être une évolution positive pour certaines personnes, même si 200 euros, ça reste quand même une somme que tout le monde ne pourra pas forcément payer d’un coup. Tu fumes ton joint, tu te fais attraper, alors tu paies ton amende et on en parle plus. Un peu comme une contravention. On ne passe pas devant la justice pour une voiture mal garée.»
Charles Delouche
0 commentaire En savoir plus… ›
Des plants de cannabis pour contrer des moustiques ?
Par boogerman,
https://trends.levif.be/info/des-plants-de-cannabis-pour-contrer-des-moustiques/article-normal-1327227.html?cookie_check=1599337189
 
Les autorités de Wichelen rêvent de pouvoir désorienter suffisamment une espèce de petits diptères piqueurs de la famille des cératopogonidés pour qu'ils cessent de s'attaquer aux humains. Arme ultime : des plants de cannabis.

© GETTY IMAGES De taille minuscule, ces hôtes indésirables, qu'on confond souvent avec les aoûtats, terrorisent depuis trois ans les habitants de cette commune de Flandre-Orientale coincée entre Wetteren et Termonde. Ces insectes proches des moustiques ont trouvé dans les boues et zones naturelles qui bordent l'Escaut un paradis dont rien, pas même des travaux d'assainissement, n'est parvenu à les déloger.
  Mais cela pourrait changer. Les autorités communales ont découvert une nouvelle arme, le cannabis, et en cultivent à titre expérimental trois espèces afin de déterminer laquelle possède le plus grand pouvoir répulsif.
  Les habitants qui le souhaitent peuvent en acquérir en toute légalité des plants. Le cannabis qui fait peur aux moustiques est en effet à faible teneur en tétrahydrocannabinol (THC) : moins de 0,2%. Au-delà, on tombe dans ce qu'il est convenu d'appeler le "chanvre récréatif"... 
0 commentaire En savoir plus… ›
Cannabis: populisme pénal en marche
Par mrpolo,
Cannabis: 100% répressif, contre la santé publique et les avancées internationales, la nouvelle amende de 200 euros pour usage de stupéfiants est généralisée à l’ensemble du territoire. La prohibition constitue pourtant une impasse complète. Qu'attend-on pour sortir de la législation archaïque et répressive actuelle ?
 
 
Cette amende forfaitaire qui doit s’appliquer à toutes les drogues vise surtout les usagers de cannabis.  
Faut-il rappeler qu'en dépit d’une politique parmi les plus répressives d’Europe, les Français sont les premiers consommateurs de cannabis en Europe et se trouvent au troisième rang pour la cocaïne ?
Ce que le Syndicat de la Magistrature appelle le "populisme pénal" constitue une réponse totalement inadaptée, hypocrite et archaïque. C'est une toute autre voie qu'il faut choisir, celle de la légalisation et de la réduction des risques
 
Oui, il faut légaliser le cannabis et exercer un contrôle public sur sa commercialisation. Mon expérience personnelle de médecin spécialiste de la prévention des addictions, y compris comme conseiller au sein de du Ministère de la santé, m'a convaincu de l'absurdité criminelle de la prohibition.
Je mets au défi n'importe quel ministre ou député ou le président de la MILDECA  qui soutient la situation actuelle interdisant et criminalisant la consommation de cannabis, de venir expliquer sa position devant un public de jeunes et notamment de justifier la différence de statut avec l'alcool. Le statu-quo que réaffirme le gouvernement est d'autant plus choquant que la consommation d'alcool est quant à elle banalisée voire valorisée par Emmanuel Macron (voir ici) 
 
   
L'alcool provoque 45 000 morts par an, la tabac 66000 par an , sans compter les autres effets, notamment pour l'alcool, les violences de tous ordres. Quid du cannabis ?  
La distinction entre les produits addictifs légaux et illégaux, tels que le cannabis, ne répond pas à des raisons médicales ou de santé publique mais à des postures répressives et prétendument protectrices de la jeunesse. Le rapport du Conseil d'analyse économique a eu le mérite de souligner l'échec total du cadre actuel. 
 
La prohibition a en effet comme conséquence de pousser les consommateurs de cannabis vers un recours à des fournisseurs issus de l'économie criminelle et d'utiliser des produits dont personne en connaît la composition réelle.
De plus la situation actuelle empêche tout discours audible sur les dangers qui peuvent exister lors de consommation excessive de cannabis ainsi que sur l'utilisation de la voie fumée tel que le joint. 
 

 
La prohibition constitue une impasse complète. La demande et la consommation sont très élevées, dans un cadre de clandestinité et de trafic. Les règlements de compte font des dizaines de morts et déciment des quartiers. L'absurdité et la perversité de la "guerre contre le cannabis" sont  illustrées par les méthodes de la haute hiérarchie policière. Pour attraper les trafiquants on développe et encourage les trafics, sans prévenir la justice.
 
Tout un appareil, délinquant d'une part et policier d'autre part, est construit autour de la prohibition du cannabis et la criminalisation de son usage. On notera une fois de plus que la France qui a les lois les plus sévères a aussi la consommation la plus élevée en Europe.
Or une autre voie existe : la situation aux USA montre que la légalisation dans certains Etats y fait chuter la criminalité. En même temps la possibilité d'utiliser légalement du cannabis y diminue fortement le recours aux opiacés et donc la dépendance et la mortalité qui en découlent  Qu'attend-on pour sortir de la législation archaïque et répressive actuelle ? 
 
Il est temps de dépénaliser et de légaliser l'usage du cannabis en l'accompagnant de mesures de santé publique : régulation de l'usage, prévention et réduction des risques avec par exemple une vaste campagne à propos des joints et autres bangs qui représentent la pire méthode de consommation. 
Il est temps aussi d'ouvrir un grand débat sur les drogues et leur usage.  
 
Par albert herszkowicz
 
Source: blogs.mediapart.fr
 
16 commentaires En savoir plus… ›
Polynésie - La culture du cannabis thérapeutique au programme du plan de relance
Par mrpolo,
Baptisé « Cap 2025 », le plan de relance du gouvernement concerne tous les secteurs, y compris le domaine controversé de la culture encadrée du cannabis.       Parmi les 216 mesures du plan de relance présentées en début de semaine par le gouvernement de la Polynésie pour faire face à la crise économique et sociale qui se profile, figure l’éventualité de développer une filière de culture du cannabis à des fins thérapeutiques. Dans un premier temps, le cadre législatif et règlementaire doit être posé avant d’autoriser la culture proprement dite des plantes. Celle-ci ne pourra dès lors intervenir que dans un cadre strict et contrôlé. L’usage du cannabis à des fins récréatives demeurera illicite.
    Source:la1ere.francetvinfo.fr  
0 commentaire En savoir plus… ›
Mise en garde sur le cannabis électronique et le vapotage
Par boogerman,
https://www.techno-science.net/actualite/mise-garde-cannabis-electronique-vapotage-N19912.html
Mise en garde sur le cannabis électronique et le vapotage
Publié par Adrien le 29/08/2020 à 09:00
Source: Université de Montréal     De plus en plus populaires auprès des jeunes désireux d'avoir leur dose de nicotine, les cigarettes électroniques sont également utilisées pour susciter un état d'euphorie au moyen du cannabis, met en garde une nouvelle étude canadienne sur les dangers du vapotage.
 
De plus en plus populaires auprès des jeunes désireux d'avoir leur dose de nicotine, les cigarettes électroniques sont également utilisées pour susciter un état d'euphorie au moyen du cannabis. Crédit: Getty
Des chercheuses du Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal ont recruté près de 775 adolescents et adolescentes de la région de Montréal en 1999 et les ont suivis jusqu'au début de la trentaine, en 2019.

Un cinquième d'entre eux ont déclaré avoir vapoté au cours de la dernière année et, parmi eux, 55 % ont inhalé du cannabis sous forme liquide, dont un tiers exclusivement, selon l'étude publiée cet été dans la revue BMC Public Health.

Nous avons demandé à l'auteure principale de l'étude, Jennifer O'Loughlin, professeure à l'UdeM et chercheuse au Centre hospitalier de l'Université de Montréal, de nous parler des résultats obtenus et de leur signification en termes de santé publique.
 
Jennifer O'Loughlin Crédit: CHUM Vous signalez des niveaux de vaporisation de cannabis beaucoup plus élevés que des études précédentes. Est-ce parce que les données sont spécifiques à Montréal ou indiquent-elles une tendance plus générale ?

Deux références que nous citons ‒ le New England Journal of Medicine en 2018 et le British Medical Journal en 2019 ‒ laissent entendre qu'il s'agit d'une tendance plus générale. Et des rapports plus récents montrent que ces augmentations se poursuivent, surtout chez les adolescents. Cela est particulièrement inquiétant en raison de problèmes de santé tels que les lésions pulmonaires associées à l'utilisation de la cigarette électronique ou de produits vaporisés. Selon les jeunes, quels sont les avantages de la vaporisation du cannabis ?
La popularité croissante de la vaporisation du cannabis peut être liée aux vaporisateurs qui facilitent une utilisation discrète du produit: l'appareil peut être facilement dissimulé, il a l'apparence des cigarettes électroniques et il produit une vapeur presque inodore. La vapeur de cannabis est décrite comme étant plus agréable au goût et, comme les produits de cannabis vaporisés peuvent fournir des concentrations de THC plus élevées que le cannabis ordinaire, elle est associée à un état d'euphorie plus marqué. Enfin, les consommateurs peuvent croire que la vaporisation du cannabis est moins nocive que ses modes de consommation traditionnels. Le vapotage a d'abord été présenté comme un moyen d'arrêter de fumer, mais on a découvert l'inverse: les jeunes vont vapoter pour fumer. Faut-il interdire le vapotage ?
Mon opinion est que, si c'était possible, il faudrait l'interdire, mais ce n'est probablement pas vraiment possible à ce stade, et de nombreux chercheurs pourraient soutenir que les avantages possibles liés à l'arrêt de la cigarette doivent d'abord être prouvés. Sinon, nous devrions ‒ et nous le faisons dans de nombreux endroits ‒ règlementer l'offre en rendant difficile l'achat de produits de vaporisation: resserrer les critères qui définissent le client autorisé, limiter les lieux où les vaporisateurs sont vendus, où ils peuvent être utilisés, et en essayant aussi de limiter la demande par l'éducation. Il s'agit d'une enquête autodéclarée, et la taille de l'échantillon est relativement petite. Cela rend-il les données et votre analyse peu fiables ?
Une petite taille d'échantillon rend les estimations imprécises, ce qui signifie que les intervalles de confiance sont larges. Toutefois, nos estimations de prévalence semblent correspondre à celles d'autres études récentes. Les autodéclarations peuvent entraîner un biais de classification erroné ‒ la question la plus importante est de savoir si les gens comprennent vraiment ce qu'il y a dans le liquide qu'ils vapotent. Poursuivez-vous ces recherches et, si oui, comment ?
Oui, nous nous intéressons aux "chercheurs de nicotine", c'est-à-dire les personnes qui recherchent la nicotine dans plusieurs produits. L'utilisation de divers produits contenant de la nicotine ‒ cigarettes, cigarettes électroniques, mulling (cannabis et tabac mélangés), chicha et autres produits du tabac ‒ contribue probablement à une dépendance à la nicotine. Nous pensons que les gens doivent être beaucoup plus conscients de la teneur en nicotine de tous les produits qu'ils consomment afin de pouvoir évaluer concrètement la manière de cesser de fumer. Essayer d'arrêter de fumer tout en continuant à consommer de grandes quantités de nicotine dans d'autres produits risque d'inhiber la capacité d'arrêter. C'est pourquoi nous pensons que les professionnels de la santé qui veulent aider les gens à cesser de fumer devraient contrôler l'utilisation de tous les produits contenant de la nicotine.
7 commentaires En savoir plus… ›
Cannabis médical : bientôt utilisé pour soigner les enfants ?
Par boogerman,
https://www.magicmaman.com/cannabis-medical-bientot-utilise-pour-soigner-les-enfants,3662422.asp   Cannabis médical : bientôt utilisé pour soigner les enfants ?
Par Isabelle Blin Mis à jour le 26/08/2020 à 17:28 Associer les mots « cannabis » et « enfants » a de quoi surprendre ! Et pourtant, cette plante pourrait prochainement soulager des centaines d’enfants, atteints de troubles sévères. Explications. Tout le monde a entendu parler du cannabis récréatif, peu de personnes savent en revanche que le chanvre est une plante aux vertus médicinales. Les fleurs de cannabis sativa renferment en effet deux molécules intéressantes pour la santé : le THC (delta-9-tétrahydrocannabinol), antalgique et antinauséeux, et le CBD (cannabidiol), relaxant. Selon la variété de la plante, ces deux molécules sont présentes en quantité plus ou moins importante, donc leur action diffère.
 
 

  Cannabis médical, quelle est la situation en France ?
Trois médicaments à base de cannabis ont déjà une autorisation de mise sur le marché (AMM). Le seul destiné aux enfants est l’Epidyolex®, un extrait végétal concentré de CBD pur, indiqué pour diminuer le nombre et l’intensité des crises dans deux formes sévères d’épilepsie, à partir de l’âge de 2 ans. « Toutes les études réalisées dans le cadre du développement de ce médicament ont démontré une diminution significative du nombre de crises », souligne Pascal Douek, médecin et patient expert du Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) sur le cannabis thérapeutique. En dehors de ces médicaments, le cannabis médical qui utilise l’ensemble des actifs de la plante (près de 500) pourra bientôt être prescrit dans des indications précises, avec l’espoir d’une meilleure efficacité.  
 
Bientôt une expérimentation
Plusieurs pays comme le Canada, l‘Angleterre, les Pays-Bas, l’Allemagne ou certains états américains autorisent déjà le cannabis médical dans le traitement de diverses pathologies. La France est donc en retard mais dès janvier prochain, une expérimentation débutera auprès de 3 000 personnes souffrant de troubles précis. Toutes se verront proposer un traitement à base de cannabis (sous forme de fleurs séchées, d’huile ou de capsules) par des médecins volontaires et formés à cette prescription. « Des enfants pourront y être intégrés, si leur médecin estime que le bénéfice sera supérieur aux effets indésirables », précise le Dr Douek. Chez les enfants, le cannabis médical pourra ainsi être prescrit pour soulager les effets secondaires importants d’une chimiothérapie (nausées, vomissements, perte d’appétit) et pour réduire le nombre de crises (sortes de court-circuit cérébral) dans certaines formes sévères d’épilepsie actuellement résistantes à tout traitement médicamenteux. 
  Des résultats prometteurs aux USA
« Le syndrome de Dravet qui se manifeste en général avant l’âge de 12 mois et le syndrome de Lennox-Gastaut qui survient entre l’âge de 2 et 6 ans sont des épilepsies rares mais graves, très invalidantes qui ralentissent le développement cérébral des enfants », souligne le Dr Douek. Il cite ainsi le cas de Charlotte, petite Américaine tombée malade à l’âge de 3 mois et qui a fait jusqu’à 300 crises hebdomadaires. La prescription de cannabis médical a permis de réduire ses crises à 2 ou 3 par semaine et la fillette a pu recommencer à parler, marcher… D’ailleurs, la variété de cannabis qui l’a améliorée (fort pourcentage de CBD et très peu de THC) porte désormais son nom (Charlotte’s web).
  A l’issue de cette expérimentation française qui durera un an, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) remettra un rapport au Parlement qui se prononcera alors sur l’intérêt du cannabis médical en complément ou comme alternative quand les autres traitements existants sont inefficaces.  
0 commentaire En savoir plus… ›
Violence à Croix-Rouge : Arnaud Robinet, le maire de Reims favorable "à une réflexion" sur la légalisation du cannabis
Par mrpolo,
Arnaud Robinet, maire de Reims, appelle le gouvernement à rouvrir le débat sur la légalisation du cannabis.
 
Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 20 août, au sujet des récentes violences survenues dans la ville, il a estimé qu’une vente encadrée par l’État permettrait d’allouer plus de moyens aux forces de l’ordre. Il demande, en outre, des effectifs de police supplémentaires.

 
Le maire de Reims et membre des Républicains, Arnaud Robinet, a appelé le gouvernement à rouvrir le débat sur la légalisation du cannabis, dans une conférence de presse tenue jeudi 20 août et relayée par France 3 Grand Est. La vente de cette drogue encadrée par l’État permettrait d’allouer plus de moyens à la police, qui pourrait alors se concentrer sur « les gros trafiquants de drogues dures », a-t-il expliqué.
 
L’édile intervenait après la poussée de violence constatée dans deux quartiers de la ville, le week-end du 15 et 16 août. Treize voitures avaient été incendiées et sept policiers blessés à l’issue d’échauffourées. Selon Arnaud Robinet, ces scènes violentes sont la conséquence du trafic de stupéfiants.
 
 
Renforcer la sécurité des halls d’immeubles
En attendant un éventuel débat à l’échelle nationale sur la légalisation du cannabis, le maire de Reims envisage d’établir « un couvre-feu pour les mineurs de moins de 16 ans », rapporte France 3. Il souhaite aussi que les bailleurs sociaux déploient des équipes pour sécuriser les halls d’immeubles. Des bailleurs également appelés, dans certains cas, à « expulser les familles qui pourrissent la vie d’un immeuble ».
 
Arnaud Robinet prévoit en outre de réorganiser la police municipale et promet une « présence quotidienne ». Il réclame aussi plus de policiers nationaux. Reims est ainsi candidate au dispositif « Quartier de reconquête républicaine ». Arnaud Robinet espère voir arriver « 15 à 20 agents supplémentaires ».
 
Source: ouest-france.fr
3 commentaires En savoir plus… ›