• entries
    15
  • comments
    16
  • views
    1630

Sélection & taxonomie / 1 : physionomie de la tige & production de THC. Botanical Society of America

manuel valls

476 views

5aeb0f6a6d5fd_00tigeetthc.thumb.jpg.19aaa10168ebb27551090b0483cbaf52.jpg
traduction de " PLANT SCIENCE BULLETINA Publication of the Botanical Society of America, Inc.September 1975 Vol. 21 No. 3 "
https://botany.org/PlantScienceBulletin/psb-1975-21-3.php


BULLETIN DES SCIENCES VÉGÉTALES

Une publication de la Botanical Society of America, Inc.

Septembre 1975 Vol. 21 No. 3

Contenu

Sur la soupe de champignon et les espèces légales de la marihuana Ernest Small 34 
xérographie botanique James W. Cox 39 
Arberia, une proposition pour une nouvelle revue de botanique structurale 
Rudolf Schmid et Dennis Stevenson 39 
Botanical Potpourri 40 
Personalia 41 
Opportunités professionnelles 41 
Arturo Erhardo Burkart, 1906-1975 42 
Roger E. Wilson, 1936-1975 42 
Livres reçus par le PSB pour examen 43 

Revues de livres
Plant Tissue and Cell Culture. HE Street (éd.) (K. Norstog) 45 
Introduction à la physiologie biophysique des plantes, Park S. Nobel (H. Helmers 45
La géographie des plantes à fleurs, 4e éd., Ronald Good (HG Baker) 46 
Index Holmensis, vol. 1-3, Hans Tralau (éd.) (AJ Sharp) 46 
Stroenie i funktsiya nektarnikov tsvetka dvudol'nykh rastenii, NN Kartashova (R. Schmid) 47 
Génétique de l'interaction hôte-parasite, Peter R. Day (S. Grove) 47 
Fleurs et plantes: un lexique international avec notes biographiques, Robert Shosteck (R. Evers) 47 
Lehrbuck der Pflanzenphysiologie, Eike Libbert (D. Strack) 48

34

Sur la soupe de champignon et les espèces légales de la marihuana

Ernest 
Institut de recherche en biosystématique du 
Canada Agriculture 
Ottawa, Canada K1A OC6

Nous devrions avoir beaucoup moins de disputes dans le monde si les mots étaient pris pour ce qu'ils sont, les signes de nos idées seulement, et non pour les choses elles-mêmes. 
John Locke-Essai sur la compréhension humaine. III. 10 (1690).

Un débat botanique provocateur est en cours en Amérique du Nord. En bref, les botanistes se sont mêlés et polarisés dans une explosion de contestations judiciaires à la législation régissant les proscriptions contre la marijuana et d'autres drogues de cannabis (haschich, huile de haschich). La base du défi repose sur (1) l'utilisation presque universelle du nom Cannabis sativa dans la législation relative aux drogues de cannabis; et 2) les affirmations selon lesquelles il existe d'autres espèces de cannabis, que celles-ci ne sont pas interdites, qu'elles peuvent fournir de la marihuana, qu'on ne peut distinguer de quelle espèce provient la marihuana puisque les caractères diagnostiques ne sont pas disponibles dans les végétaux émiettés, et qu'en conséquence les lois interdisant les drogues de cannabis ne sont tout simplement pas applicables. Cette manœuvre légale a presque un demi-siècle,
1975-21-3-finished_Picture1.jpg.8ed00a446a68e8358ed30b9673eaacca.jpg

 

Je n'ai pas l'intention de débattre ici des aspects juridiques ou scientifiques de ce différend (note Small 1974, 1975b, 1975c, 1976). Cependant, le sujet représente une exploration pionnière de la façon dont la société peut légitimement utiliser des «noms scientifiques» dénotant des groupes taxonomiques. Des malentendus concernant la nomenclature biologique se sont développés, et ceux-ci peuvent être exploités pour invalider la législation régissant les créatures vivantes et les matériels biologiques en général. En utilisant le débat sur le cannabis comme exemple, cette note tente de souligner qu'une distinction fondamentale doit être établie entre l'utilisation scientifique correcte de la terminologie botanique, y compris la nomenclature latine des organismes, et l'utilisation populaire d'une telle terminologie. Ne pas apprécier cette distinction peut entraîner la dévastation d'une législation considérable. À l'heure où les scientifiques prennent de plus en plus conscience de leurs responsabilités sociales, je crois que c'est un forum approprié pour soulever cette question.

Depuis 1753, lorsque Linné a proposé une espèce de Cannabis, C. sativa, de nombreux autres noms ont été créés aux niveaux spécifiques et variétaux. Parmi ceux-ci, l'intérêt s'est porté sur deux noms d'espèces: C. indica, inventé en 1785 par le biologiste français Lamarck, et C. ruderalis, désigné en 1924 par un botaniste russe, Janischevsky (figure 2). Les distinctions que Lamarck et Janischevsky ont tenté de définir en proposant d'autres espèces de cannabis sont très importantes mais, je crois, ont été mal comprises.

Lamarck était apparemment vaguement conscient que la distinction qu'il dessinait dans Cannabis reflétait le fait que ce genre, à travers la domestication, a été soumis à une sélection disruptive intensive, qui a produit deux sortes de plantes. D'une part, les plantes ont été domestiquées pour les précieuses fibres de phloème du bast. Pour maximiser la qualité et l'obtention de ces fibres, l'homme a sélectionné des plantes qui sont grandes, relativement non ramifiées, avec de longs entrenœuds, et avec une tige relativement creuse (fig. 3). Lamarck a appelé ces plantes C. sativa. De telles plantes domestiquées ont été cultivées en Europe, en Asie du Nord et en Amérique du Nord. Les plantes "sauvages" de ces régions du nord du monde (figure 4) ont tendance à être quelque peu similaires,

En revanche, l'homme a également sélectionné des plantes de cannabis pour la capacité de produire un inebriant. Le cannabis synthétise une résine dans les glandes épidermiques qui sont abondantes sur les feuilles et les parties florifères de la plante (figure 3). Cette résine comprend une classe de produits chimiques terpénoïdes appelés les cannabinoïdes. Deux sont d'une importance particulière: le cannabidiol non-intoxicant (CBD) et le L 9-tétrahydrocannabinol (THC) hautement intoxicant, représenté sur la figure 6. La pré-dominance du CBD caractérise la résine des souches de fibres, ainsi que les souches sélectionnées pour la teneur en huile précieuse des fruits (akènes). La prédominance du THC caractérise les souches «narcotiques» du cannabis. Les souches de médicament ne présentent pas de caractéristiques liées à la récolte de la fibre. Ils sont souvent assez courts, possèdent des entre-nœuds courts, sont fortement ramifiés, et ont des tiges relativement ligneuses (figure 3). Il

1975-21-3-finished_Picture2.jpg.3cad74dd783429200a0b09bc5aa7c515.jpg
 

était ce type de plante que Lamarck nommé C. indica. Ces plantes sont caractéristiques de l'Asie du Sud et de l'Afrique où le cannabis a été utilisé pendant des millénaires comme source de la drogue. Les plantes «sauvages» de ces régions relativement méridionales du monde tendent à être semblables, soit parce qu'elles ont échappé à l'existence sauvage des souches de la drogue, soit parce qu'elles ont été influencées par l'hybridation avec de telles souches domestiquées.

les graines qui germent relativement lentement et irrégulièrement, ont des zones d'abscission comparativement bien développées, et ont des bases atténuées capables de lancer facilement les akènes loin de la plante. Ces dernières caractéristiques sont évidemment liées aux besoins de dispersion des plantes sauvages. De plus, les fruits des plantes sauvages sont recouverts d'un matériau papyracé qui produit un aspect marbré ou marbré, que Janischevsky a interprété comme camouflage.

1975-21-3-finished_Picture3.jpg.48d143a16925bb4c45a5b804fd6b8e86.jpg1975-21-3-finished_Picture4.jpg.fa571aa21ceafff8141235afcca3934b.jpg
 

Dans le type de plante généralement à faible teneur en substances intoxicantes du nord, et dans le type de plante généralement hautement méridional du sud, des plantes hautement domestiquées et relativement «sauvages» peuvent être distinguées par les caractéristiques des akènes (figure 7). Les distinctions sont très similaires à celles caractérisant de nombreuses espèces végétales avec des composants sauvages et domestiqués coexistants.

Janischevsky (1924) a d'abord clairement décrit les différences entre les plantes sauvages et domestiquées du Nord, faiblement intoxicantes. Les fruits sauvages sont plus petits, ont un feu contre les herbivores. Cette matière papyracée, qui représente le périanthe, est généralement présente dans une certaine mesure chez les cultivars, mais généralement elle se détache. Janischevsky a nommé les plantes sauvages C. ruderalis (ou bien C. sativa var ruderalis), en les comparant aux cultivars de fibres, auxquels il a restreint le nom de C. sativa. Le célèbre étudiant russe des plantes économiques, Vavilov, a reconnu que l'on pouvait trouver une variation parallèle à celle décrite par Janischevsky entre les plantes sauvages et domestiquées de la phase sud du cannabis (Vavilov et Bukinich, 1929, Small Small 1975a).

1975-21-3-finished_Picture6.jpg.7b7832c2a793c128914373b812ca4889.jpg1975-21-3-finished_Picture5.jpg.8d30f7e07978a3e041cfdd120df54a8d.jpg
 

Le consensus général de l'opinion botanique a été d'inclure toutes les variantes du cannabis dans l'espèce unique C. sativa (Schultes 1970, Emboden 1972). Ma recherche m'a convaincu de la sagesse de cela. J'ai trouvé que différentes populations de cannabis sont totalement interfertiles (Small 1972), que les groupements chimiques que l'on peut reconnaître se chevauchent (Small et Beckstead 1973a, 1973b, Small, Beckstead et Chan 1975), qu'il n'y a pas de groupements bien définis basés sur morphologiques. étude de spécimens d'herbier (Small 1975a) ou de plantes cultivées dans des conditions environnementales standard, notées pour des douzaines d'attributs, et analysées avec les techniques de taxonomie numérique (Small, Lefkovitch et Jui 1975). Dr.

1975-21-3-finished_Picture7.jpg.8328edd00de31cb95078df8b2ecf2781.jpg

Récemment, certains botanistes ont préconisé la ré-affirmation des trois «espèces» de cannabis (Schultes et al., 1974, Emboden 1974). Le différend actuel sur la question de savoir si et comment la disposition taxonomique traditionnelle du cannabis devrait être modifiée devrait être considéré avec le même désaccord que les désaccords taxonomiques similaires. Comme je le ferai remarquer, la question de l'opinion scientifique récente sur le nombre d'espèces de cannabis à reconnaître ne sert qu'à obscurcir et n'a qu'un rapport marginal avec les questions juridiques critiques. Au contraire, la résolution valable du problème repose simplement sur la clarification de l'usage des noms en question par la société. Avant d'aborder les aspects médico-légaux de l'utilisation des "noms scientifiques",

En 1887, un négociant a tenté d'échapper aux droits sur les tomates importées des Antilles à New York. La taxe avait été perçue en vertu d'une loi sur les tarifs qui prélevait des droits sur les légumes. Son argument selon lequel les tomates étaient exemptées puisqu'elles étaient vraiment des fruits a été porté devant la Cour suprême des États-Unis en 1893. La Cour suprême a statué comme suit (Nix c. Hedden, 13 S.Ct. 881, 882, 149 US 304, 37 L. 745): «Botaniquement parlant, les tomates sont le fruit d'une vigne, tout comme les concombres, les courges, les haricots et les pois, mais dans le langage courant des gens, qu'ils soient vendeurs ou consommateurs de provisions, tous ces légumes sont des légumes. , qui sont cultivés dans les jardins potagers, et qui, qu'ils soient cuits ou crus, sont, comme les pommes de terre, les carottes, les panais, les navets, les betteraves, le chou-fleur, le chou,

"La tentative de classer les tomates comme des fruits n'est pas sans rappeler une récente tentative de classer les graines comme semences, dont le juge Bradly, au nom de cette cour, a déclaré:" Nous ne voyons pas pourquoi elles devraient être classées comme semences, pas plus que les noix devraient être ainsi classées, toutes deux dans le langage de la botanique ou de l'histoire naturelle, mais non dans le commerce ni dans le langage courant »(Robertson c. Salomon, 1889, 9. S.C. 559, 130 US 412, 32 L Ed. 995).

1975-21-3-finished_Picture8.jpg.0a739bce373a8f6a9d525b1c4662dd96.jpg

L'affaire suivante implique un différend non pas sur un terme technique, mais un "nom commun". La question a acquis une notoriété considérable en Angleterre (The Financial Times, 8 mai 1959, City Edition, n ° 21, 771, p.14). En Grande-Bretagne, en 1959, le droit de quatre grandes sociétés d'utiliser le nom de «champignon» pour une soupe qu'elles fabriquaient était contesté. Il a été souligné que les entreprises utilisaient Boletus edulis dans leur soupe, et il a été affirmé que la plupart des citoyens britanniques se réfèrent à l'Agaric comme un «champignon vénéneux», pas un champignon. En conséquence, la soupe était vraiment "soupe toadstool". Les entreprises ont importé Boletus edulis parce que la soupe faite à partir de ce champignon, une fois séchée, est beaucoup plus savoureux que celui fabriqué à partir de matériel séché du champignon commun (une espèce d'Agaricus) étant produit par les producteurs de champignons britanniques. Heureusement pour les quatre compagnies impliquées, l'aide d'EJH Corner (auteur de "Life of Plants" (1964) etc.) a été obtenue. Dans une charmante lettre personnelle, le Dr Corner a aimablement fourni la description suivante du résultat de l'affaire:

"La défense réussit à affirmer que champignon, comme champignon, était un nom général d'Agaric (pas nécessairement Agaricus), par exemple Parasol Mushroom (Lepiota), champignon de St. George (Tricholoma), et que Boletus était couvert par ce sens. En outre, les douanes britanniques exigeaient que les Boletus séchés soient qualifiés de «salle de bouillie séchée».

"L'affaire s'est ainsi terminée (après une audience d'une journée entière):

"Avocat à l'Accusation (diplômé de l'Université d'Oxford):" Monsieur Corner, en tant que conférencier à Cambridge, vous aurez une vision éclairée de ces problèmes, mais je veux vous poser une question simple: que pensez-vous d'un baccalauréat, vraiment premier cru, attendrait quand il achète un paquet de soupe aux champignons?

"M. Corner (lentement et pensivement):" C'est une question très difficile à répondre. " (La cour est silencieuse, huit magistrats sur le banc me regardent et regardent leurs montres pour voir s'ils attraperont leurs trains.)

"Poursuivre le conseil (pensant avidement qu'il a gagné):" Alors M. Corner, pouvez-vous m'aider dans la décision? "

"M. Corner:" Eh bien, vous voyez, nous n'avons jamais des étudiants de premier cycle bruts ou très bruts à Cambridge. "

Je n'ai jamais vu autant de personnes éclater de rire, le banc a été convulsé, l'affaire a été rejetée dans un instant.

Les deux exemples présentés ont traité d'un terme technique et d'un nom commun, et ont été résolus simplement sur la base d'un usage sociétal accepté. Le différend sur l'exhaustivité du nom C. sativa est celui qui concerne un "nom scientifique". Y a-t-il quelque chose de fondamentalement différent à cela? Il n'y en a pas, mais en raison de la mauvaise compréhension de la nature des noms biologiques, il y a eu une confusion effrénée sur la question. La confusion est due à la non-familiarité avec (1) la complexité des modèles de variation des êtres vivants; (2) le caractère sensiblement subjectif et arbitraire de la délimitation taxonomique; et (3) les conventions de la nomenclature biologique, en particulier la méthode du type et sa capacité à produire des noms équivoques.

L'examen de la biotaxie du point de vue de la taxonomie numérique a indiqué qu'il existe deux «talons d'Achille» qui dictent un degré d'arbitraire à toute circonscription d'un groupe taxonomique. Ceux-ci concernent les aspects de la taxonomie qui relèvent des rubriques des mesures de similarité et des procédures de regroupement. Les deux zones ont été détaillées par Johnson (1970) et par Sneath et Sokal (1973), et d'autres. Je n'insisterai pas sur ces aspects subjectifs de la délimitation taxonomique, car je crois que dans le monde pratique, les discontinuités dans le modèle de variation sont suffisamment évidentes pour que nous puissions reconnaître des groupes taxonomiques méritant d'être reconnus. Dans les mots de Gertrude Stein, une "Rose est une rose est une rose est une rose".

Les limites sémantiques qui caractérisent les noms scientifiques sont beaucoup plus pertinentes pour notre propos. Le nom scientifique Rosa est-il intrinsèquement plus précis que le nom commun "rose"? Ou, pour être plus exact, le nom scientifique de C. sativa est-il plus spécifique que le terme vernaculaire «marihuana»? La réponse que je défendrai est que, bien que les noms scientifiques soient souvent beaucoup plus définitifs que les noms communs et les termes vernaculaires, les possibilités substantielles d'ambiguïté latentes dans les noms scientifiques dictent qu'aux fins du droit séculier, comme pour les termes vernaculaires et scientifiques et noms communs , ils doivent être interprétés en termes d'usage populaire accepté, avec bon sens et respect du contexte, et pas exclusivement par les normes d'une minorité ou même une majorité de botanistes. La justification de ce modus operandi a été énoncée par Shakespeare: "Ce que nous appelons une rose par tout autre nom sentirait aussi doux".

La méthode du type au cœur de la nomenclature biologique est énigmatique et reconduite aux laïques, qui ne connaissent pas bien un système qui sacrifie la stabilité conceptuelle pour la stabilité du nom. La méthode du type est bien sûr conçue pour stabiliser l'utilisation des noms en fournissant des points de référence permanents pour les noms, tout en permettant aux concepts que les noms gouvernent d'être modifiés selon la compréhension des botanistes individuels. En conséquence, les noms peuvent être conceptuellement ambigus. Bien que les exercices absurdes soient possibles dans les règles de la nomenclature biologique (notez par exemple Dennis '(1962) spirituel for-

BULLETIN DES SCIENCES VÉGÉTALES

Robert W. Long , éditeur 
Life Science Bldg. 174 
Université de Floride du Sud 
Tampa, Floride 33620

Comité de rédaction
Adolph Hecht, Université d'État de Washington
Donald R. Kaplan, Université de Californie (Berkeley) 
Beryl Simpson, Établissement Smithsonian
Richard M. Klein, Université du Vermont

Septembre 1975 Volume Tewnty-One Numéro Trois

Changements d'adresse : Notifier le trésorier de la Société Botanique d'Amérique, Inc., Dr. C. Ritchie Bell, Département de Botanique, Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, Caroline du Nord 26514.

Les abonnements pour les bibliothèques et les personnes qui ne sont pas membres de la Botanical Society of America peuvent être obtenus au taux de 4,00 $ par année. Envoyez vos commandes avec des chèques à l'ordre de "Botanical Society of America, Inc." au trésorier.

Les manuscrits destinés à être publiés dans PLANT SCIENCE BULLETIN doivent être des publicités. Habillé par Robert W. Long, rédacteur, Life Science Bldg. 174, Université de Floride du Sud, Tampa, Floride 33620. Les annonces, notes, courts articles scientifiques d'intérêt général pour les membres de la Botanical Society of America et la communauté botanique en général seront considérés pour publication dans la mesure où l'espace limité de la publication permet. Des illustrations de lignes et de bonnes photographies en noir et blanc pour accompagner de tels articles sont demandées. Les auteurs peuvent commander des réimpressions extraites sans changement de pagination au moment où la preuve est soumise.

Les documents soumis pour publication doivent être dactylographiés, doublés et envoyés en deux exemplaires à l'éditeur. La copie doit suivre le style des numéros récents du Bulletin.

Des microfilms of Plant Science Bulletin sont disponibles auprès de University Microfilm , 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, Michigan 48106.

Le Plant Science Bulletin est publié tous les trimestres à l'Université de Floride du Sud, 42117 Fowler Ave., Tampa, Floride 33620. Affranchissement de deuxième classe payé à Tampa, en Floride.

38

La reconnaissance des balles de golf comme étant le genre Golfballia), il est supposé qu'un botaniste n'utiliserait pas capricieusement ou ne changerait aucun des trois déterminants d'un taxon (circonscription, rang et position) sans de bonnes preuves. Mais comme la beauté, un «bon» groupe taxonomique est aux yeux du spectateur, et donc, dans une mesure appréciable, l'usage des noms scientifiques est subjectif - chacun son fils goutte. Il est bouleversant pour ceux qui ne connaissent pas la nomenclature d'apprendre que souvent les taxonomistes avec des conceptions radicalement différentes (c'est-à-dire des circonscriptions) de groupements sont obligés par le Code de nomenclature botanique d'utiliser exactement le même nom. (Ceci se produit bien sûr lorsque les circonscriptions se chevauchent au moins dans la mesure où le premier type applicable pour les deux est le même. Il est également décevant pour les profanes d'être informés que les taxonomistes diffèrent souvent sur la question de savoir si les taxons doivent être attribués à différentes espèces ou à différentes variétés de la même espèce. Ce que Janischevsky a appelé C. ruderalis (et aussi simultanément C. sativa var ruderalis!), De nombreux botanistes ont appelé C. sativa var. spontanea. Ce que Lamarck a nommé C. indica, de nombreux botanistes ont appelé C. sativa var. Indica.

Malheureusement, la révélation qu'il existe des clapiers et des répartiteurs, et que des divergences d'opinions existent concernant la circonscription, génère souvent un manque de respect pour la taxonomie. Ceci est injustifié, car si un nom scientifique est utilisé au sens large (sensu lato) ou au sens strict (sensu stricto), ou dans des sens globaux différents, ou des sens étroits différents, peu importe, à condition qu'il ne soit pas entraver la communication. Je conclus que la tentative d'étiqueter certaines variétés de cannabis en tant qu'espèces différentes est injustifiée, puisque les variantes diffèrent principalement par des attributs artificiellement sélectionnés, sont complètement interfertiles, semblent être essentiellement panmictiques, et ne se distinguent pas systématiquement par l'utilisation d'une combinaison héritable de caractéristiques morphologiques écologiquement stables. Si d'autres taxonomistes rejettent ces critères pour reconnaître les espèces de plantes supérieures, ou s'ils sont en désaccord avec mon évaluation, ils sont libres de circonscrire, de classer et de positionner les variantes de cannabis de la manière qu'elles souhaitent. Tant que les botanistes et la société comprennent comment les noms scientifiques sont employés, aucun mal n'est fait par l'existence de schémas alternatifs de classification.

Malheureusement, des méfaits considérables peuvent résulter du débat médico-légal actuel sur le cannabis. Étant donné le manque d'appréciation commune du public pour les distinctions subtiles mais profondément importantes entre les «concepts», les «groupes» et les «catégories», et la façon dont elles se rapportent aux «espèces» (voir chapitre 18, Blackwelder 1967), il est simple pour les avocats de tromper les profanes en soutenant qu'une variante donnée est une espèce différente d'une autre susceptible de contrôle, sans expliquer que l'on a simplement choisi d'étiqueter comme une espèce différente une variante qui est clairement couverte par la législation. En tant que scientifiques, nous reconnaissons que certains choix terminologiques sont supérieurs aux autres, et que la sagesse collective de la récente, philosophiquement modérée, Les spécialistes compétents fournissent généralement le meilleur guide disponible pour un bon usage scientifique. Mais la science est bien plus que la sémantique et, en tant que citoyens, nous devons être clairs lorsque la société se tourne vers nous pour interpréter les noms et les termes, que son besoin de clarification d'un problème sémantique n'est pas confondu avec une question scientifique.

Malheureusement, le débat actuel a fracturé une sinistre boîte de Pandore. La question a reçu tellement de publicité que le précédent est maintenant largement connu et sera inévitablement imité avec d'autres documents soumis à la législation. Un de ces domaines, par exemple, concerne le pavot à opium. Un «pavot à opium» n'est-il que Papaver somniferum, ou est-ce aussi une des autres «espèces» de Papaver, notamment P. setigerum, qui possède des alcaloïdes d'opium? Les botanistes seront-ils maintenant employés dans une tentative de contourner l'esprit des lois interdisant l'hérédité et les drogues addictives, comme cela a été le cas pour le cannabis? Ou bien les scientifiques peuvent-ils choisir d'offrir leur expertise uniquement lorsqu'ils souscrivent personnellement à l'invalidation ou à la préservation de lois particulières? Qu'en est-il de l'ensemble des matériaux et des êtres vivants supplémentaires, végétaux et animaux, qui ont été soumis à la législation? Sommes-nous sur le point de faire face à une série de contestations législatives qui rendront la société beaucoup plus difficile à proscrire, à réglementer et à protéger les êtres vivants et leurs produits?

Je crois que dans les années à venir, la fraternité botanique sera de plus en plus impliquée dans l'interprétation de la législation contrôlant les matériaux biologiques. Les législateurs seraient bien avisés de rechercher l'opinion botanique d'expert chaque fois que des lois sont promulguées régissant les choses vivantes ou leurs produits. Les botanistes doivent à leur tour être prêts à accepter cette lourde responsabilité et être disposés à voir la terminologie non seulement dans les limites chauvines de leur discipline particulière, mais aussi dans le sens commun, l'impartialité et les besoins de la société.

Ouvrages cités

Blackwelder, RE 1967. Taxonomie, un crochet de texte et de référence. Wiley, NY 351-372.

Dennis, RWG 1962. Un nouveau genre remarquable de phalloïdes dans le Lancashire et en Afrique de l'Est. J. Kew Guild 8: 181-182.

Emboden, WA 1972. Utilisation rituelle de Cannabis sativa L.: une étude historico-ethnographique. En premier lieu, PT (éd.) Chair des dieux. Praeger, NY 214-236.

1974. Une histoire botanique du genre Cannabis en référence à la législation. Avocats de la Californie pour le Forum de la justice pénale 5, août sept. Suppl. 1-5.

Janischevsky, DE 1924. Forma konopli na sornykh mestakh v Yugo-vostochnoi Rossii. Uchenye zapiski 2 (2): 3-17. Université de Saratov, Saratov, URSS

Johnson, LAS 1970. La fin de l'arc-en-ciel: la quête d'une taxinomie optimale. Syst. Zool. 19: 203-239.

Lamarck, JB de. 1785. Encyclopédie de Botanique 1 (partie 2): 694-695.

Schultes, RE, 1970. Pensées et questions aléatoires sur la botanique du cannabis. Dans Joyce, CRB et SH Curry (éd.). La botanique et la chimie du cannabis. Churchill, Londres. 11-38.

Schultes, RE, WM Klein, T. Ploughman et TE Lock-Wood. 1974. Le cannabis: un exemple de négligence taxonomique. Bot. Mus. Leafl. Harv. Univ. 23: 337-367.

Small, E. 1972. Interfertilité et uniformité chromosomique chez le cannabis. Pouvez. J. Bot. 50: 1947-1949.

   . 1974. La loi américaine et le problème des espèces dans le cannabis. Microgramme 7: 131-132.

   . 1975a. Variation morphologique des akènes du cannabis. Pouvez. J. Bot. 53: 978-987.

   . 1975b. Considérations essentielles du débat taxonomique dans le cannabis. J. Forensic Sciences 20: sous presse.

39

   . 1975c. La loi américaine et le problème des espèces dans le cannabis: science et sémantique. Taureau. Narcotiques: sous presse.

Petit, E. et H. Beckstead. 1973a. Phénotypes cannabinoïdes communs dans 350 stocks de cannabis. Lloydia 35: 144-165.

   . 1973b. Phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Nature 245: 147-148.

   . 1973b. Phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Nature 245: 147-148.

   . 1976. Le débat taxonomique médico-légal sur le cannabis: hokum sémantique. Jour. Forensic Sciences 21: (sous presse).

Small, E., H. Beckstead et A. Chan. 1975. L'évolution des phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Ec. Bot. 29: sous presse.

Small, E., PY Jui et LP Lefkovitch. 1975. Une analyse taxonomique numérique du cannabis avec une référence spéciale à la délimitation des espèces. Brittonia: sous presse.

Sneath, PHA et RR Sokal. 1973. Taxonomie numérique. Freeman & Co., San Francisco. 573 pp.

Vavilov, NI et DD Bukinich. 1929. Zemledelcheskii Afghanistan. Trudy po prikladnoi botanike, genetike i selektsii. Prilozhenie 33: 380-382.
 

XEROGRAPHIE BOTANIQUE
 

James W. Cox 
Université du Montana, Missoula, Montana

Tout à fait par hasard en faisant un cours de session d'été pour les enseignants du primaire, j'ai essayé notre machine Xerox comme un moyen de copier des matériaux végétaux. Les enseignants avaient traditionnellement fait ce genre de choses avec des feuilles dans les écoles primaires en utilisant des contours de peinture à éclaboussures, des contours de plan, du laminage de papier ciré, etc.

J'ai été surpris, presque choqué, par la qualité des images végétales issues du procédé Xerox, plus j'ai essayé de matériel, plus les résultats ont été impressionnants. J'ai inclus un échantillon de ces reproductions de spécimens de plantes de notre région, à la fois des natifs des Rocheuses et des plantes ornementales introduites, qui montrent le mieux les détails et les capacités tridimensionnelles de la méthode.

Depuis cet été, l'utilisation de cette découverte locale s'est répandue sur le campus. Un étudiant diplômé utilise la méthode pour illustrer sa dissertation ayant à voir avec des variétés d'herbe à amande. Le conférencier dans le cours culturel Botanique a produit un dossier d'impressions Xerox de la flore locale pour les étudiants comme un manuel peu coûteux. Un avantage supplémentaire de la méthode est que d'excellents transparents peuvent être réalisés sur les mêmes plantes sur les mêmes copieurs pour une projection par des conférenciers.

Alors que, sans aucun doute, cette utilisation de la machine à copier est découverte par des enseignants et des chercheurs de manière indépendante dans tout le pays, il semble important de diffuser l'idée parmi la vaste majorité qui ne l'a peut-être pas encore essayée.

Au cours de la dernière année d'expérimentation de la méthode, nous avons développé quelques idées d'essais et d'erreurs que nous pourrions mentionner. La première est que tous les copieurs ne sont pas tout aussi satisfaisants pour copier des matériaux végétaux. Les détails des parties florales des feuilles nécessitent une reproduction en demi-teinte qui donne l'illusion d'un objet tridimensionnel. Le Xerox 4000, le Xerox 3100, le IBM Copier Two sont les meilleurs.

En outre, des copies supplémentaires de l'impression originale ne sont pas aussi bonnes que des copies du matériel biologique lui-même. Si l'on veut plusieurs copies, il est préférable de les faire immédiatement pendant que l'usine est sur la machine.

Ces machines, bien adaptées à la reproduction en demi-teintes, sont les mêmes que celles qui peuvent produire d'excellents projectuels en acétate. A cet effet, la Xerox 3100 est peut-être la meilleure.

Enfin, et étonnamment, la nouvelle Xerox 6500 en cours d'introduction fera ces mêmes impressions et transparences en couleur!

1975-21-3-finished_Picture9.jpg.6650b9b28fe9a6ab9056f597505119f1.jpg

Arberia, une proposition pour un nouveau journal de la botanique structurale

Rudolf Schmid * et Dennis Wm. Stevenson **

Presque toutes les revues botaniques publiées aujourd'hui se caractérisent par une similitude d'accentuation, l'accent étant habituellement mis sur «de simples enregistrements d'observations et d'expériences» ou des descriptions de nouveaux taxons. Il y a peu de "journaux d'idées". Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les revues manquent aujourd'hui d'idées, mais simplement que les aspects interprétatifs de la forme et de la structure des plantes sont trop souvent rendus secondaires à l'accent descriptif. Les taxonomistes ont leur TAXON, et TAXON est peut-être aujourd'hui le journal le plus proche d'une revue botanique vivante et stimulante, un des principaux courants d'observation. TAXON, cependant, est toujours le véhicule des taxonomistes et des systématiciens.

La botanique structurelle a eu un certain nombre de tentatives dans ce type de revue. Les publications en série qui paraissent entièrement en anglais et qui doivent être mentionnées sont les ANNALES DE BOTANIQUE, LA GAZETTE BOTANIQUE, LE NOUVEAU PHYTOLOGUE et, bien sûr, la PHYTOMORPHOLOGIE.

40

Cependant, toutes ces excellentes revues ont dévié considérablement de leur nature générale, synthétique et de leurs objectifs initiaux et sont devenues de plus en plus réductrices. Deux de ces journaux ne publient même plus de critiques de livres. Dans toutes ces revues, l'écrit a succombé de plus en plus à la documentation photographique.

Bien que cette tendance réductionniste soit peut-être indicative de l'époque, elle était également évidente dans les années 1920 et 1930. Arthur George Tansley, qui est cité ci-dessus, a fondé et édité pendant 30 ans (1902-1931) LE NOUVEAU Phytologist et y à plusieurs reprises insisté sur la nécessité d'une "revue des idées" (New phytol 1:. 1-3, 221-222, 7: 207-208, 30: 301-302, voir aussi 31: 1), déplorant presque aussi souvent la difficulté d'atteindre ce but. Néanmoins, le nouveau physiologiste pendant les 25 premières années de son existence a largement atteint, sous l'impulsion éditoriale de Tansley, l'objectif d'être un «journal d'idées».

Nous croyons qu'aujourd'hui, le besoin d'une telle revue est tout aussi justifié, peut-être davantage en raison de la tendance réductionniste globale de la science. Le besoin est particulièrement critique dans la botanique structurale (anatomie, morphologie, paléobotanique et systématique), car une grande partie de son importance aujourd'hui est évolutive et même philosophique. Il y a deux alternatives ouvertes: soit une revitalisation de la PHYTOMORPHOLOGIE, avec de nouveaux objectifs, de sorte que, dans le cas présent, elle ressemble davantage à ses premiers numéros, ou bien à un nouveau journal de botanique structurale. Nous préférons le dernier cours pour une variété de raisons. Le but de cette note est de solliciter des réactions à diverses propositions et, espérons-le, d'obtenir une expression quantitative (sous forme d'opinions écrites) de la part de la communauté botanique, de sorte que si cela est possible,

Les paragraphes ci-dessus contiennent à plusieurs reprises l'expression "journal de botanique structurelle". Bien que ce serait un titre assez approprié, il est trop prosaïque. Nous aimerions suggérer ARBERIA comme le titre d'un tel nouveau journal. Cela servirait à deux fins. Tout d'abord, elle rend hommage à Agnes Arber (née Robertson) (1879-1960), qui a été surnommée «le morphologiste végétal britannique contemporain le plus distingué et le plus érudit» (Tansley, 1951, New Phytol, 50: 400-403). , page 400); il honore également Edward Alexander Newell Arber (1870-1918), le mari d'Agnes Arber et un paléobotaniste de renommée considérable. Deuxièmement, le titre de la revue est bref et dans la tradition des titres de périodiques d'un mot si chers au cœur d'Elmer Drew Merrill (voir Merrill, 1931, "

Nous anticipons plusieurs lignes directrices éditoriales pour ARBERIA afin d'en faire un véritable "journal d'idées". L'accent sera mis sur l'anatomie, la morphologie et la paléobotanique puisque la systématique est aujourd'hui bien couverte non seulement par TAXON mais aussi par la BOTANIQUE SYSTÉMATIQUE à venir. Les contributions traitant des plantes vasculaires et non-vasculaires seraient les bienvenues. ARBERIA pourrait (devrait!) Contenir des articles généraux, des «critiques critiques de la littérature actuelle» et «des sujets en développement rapide», des notes et des commentaires, des «suggestions stimulantes découlant de la recherche», des notices et des critiques de livres récents. aussi bien que les classiques, ainsi que la correspondance animée entre les botanistes. L'accent serait mis sur la communication verbale,

Les chiffres seraient autorisés, mais une documentation photographique étendue serait déconseillée, sinon interdite. Des diagrammes récapitulatifs, s'ils ne sont pas exhaustifs, seraient plus appropriés (en partie pour essayer de faire revivre l'art perdu du dessin!). Les articles strictement taxonomiques décrivant de nouveaux taxons au-dessous du rang de la famille, ou des articles anatomiques / morphologiques impliquant principalement de «simples rapports d'observations et d'expériences» seraient expressément bannis d'autres publications. Le but d'ARBERIA serait de permettre une «communication et une discussion faciles» sur tous les sujets de la botanique structurelle. L'objectif serait de faire d'ARBERIA, sinon «un cockpit» de controverse botanique, du moins vivante et différente du «journal botanique ordinaire».

Nous avons cité Tansley dans la proposition ci-dessus puisque les objectifs qu'il a énoncés pour LE NOUVEAU PHYTOLOGUE il y a plus de 40 et 70 ans semblent tout aussi valables aujourd'hui. Nous avons tous deux examiné les quelque 40 premiers volumes du NOUVEAU PHYTOLOGUE et nous avons été impressionnés par la nature stimulante, provocatrice, opportune et significative des articles, des notes et des critiques parus dans ses pages. Des suggestions et des commentaires (y compris ceux portant sur des aspects pratiques tels que éditorial, fréquence d'émission, coût, parrainage, etc.) sont maintenant sollicités par les botanistes structurels concernés dans l'espoir qu'un journal comme ARBERIA devienne une réalité dans quelques années.

* Département de botanique, Université de Californie, Berkeley 94720. ** Jardin tropical Fairchild, 10901 Old Cutler Road, Miami, Floride 33156.

POTPOURRI BOTANIQUE

LE FONDS DES CANDIDATS DU JARDIN BOTANIQUE DE L'UNIVERSITÉ DE CALIFORNIE (BERKELEY) a été créé pour soutenir divers programmes du jardin, y compris l'acquisition de semences ou de matériel vivant sur le terrain. La région méditerranéenne, le Chili et l'Argentine tempérés, les hautes terres andines, la Nouvelle-Zélande, le sud-ouest et le sud-est de l'Australie (incluant la Tasmanie), la Papouasie montagnarde, l'Afrique de l'Est, Taiwan, le Japon et l'Himalaya République de Chine. Les botanistes qui envisagent de se rendre dans ces régions, qui souhaitent compléter leurs dépenses sur le terrain, et qui sont disposés à collecter des desiderata pour le Jardin botanique, ont droit à de modestes subventions de ce fonds. Les candidatures doivent inclure un curriculum vitae du candidat, l'itinéraire prévu, un énoncé des coûts prévus non couverts par d'autres fonds. Les candidats doivent également faire envoyer une lettre de recommandation séparément; dans le cas des étudiants diplômés, la lettre devrait provenir du conseiller en recherche. Les subventions seront généralement inférieures à 500 $. Les demandes et la lettre de soutien doivent être envoyées à: Robert Ornduff, Directeur, Jardin Botanique de l'Université de Californie, Berkeley, Californie 94720.

LE NEW YORK BOTANICAL GARDEN a le plaisir d'annoncer qu'à partir du numéro de janvier-mars 1976, BRITTONIA deviendra à nouveau une publication du Jardin, ayant servi de journal de la Société américaine des taxonomistes végétaux pendant 18 ans. Continuant avec le même format, il inclura des publications de

41

le personnel du Jardin botanique de New York et des collaborateurs extérieurs. Les articles porteront sur la botanique systématique au sens large, incluant des domaines tels que la chimiotaxonomie, la taxonomie numérique, la morphologie, l'anatomie, la cytologie, la palynologie, l'écologie, la géographie et la paléobotanique dans la mesure où ils ont une tendance systématique. Tous les groupes de plantes seront traités.

Les manuscrits sont considérés maintenant pour le premier numéro sous la direction de NYBG. Les contributeurs potentiels doivent demander des instructions à l'éditeur, John T. Mickel. Les articles doivent être courts ou moyens comme par le passé. Des frais de publication de 30 $ par page imprimée seront facturés. Un objectif est la publication relativement rapide, 4-6 mois après l'acceptation finale.

Vous êtes invité à vous abonner à BRITTONIA à un taux individuel spécial de 10 $ par année; les abonnements institutionnels sont de 25 $.

Le GREENMAN AWARD de 1975 a été décerné à James E. Rodman, de l'Université de Yale, pour la publication "Systematics and Evolution of the Genus Cakile (Cruciferae)" parue dans Contributions from the Grey Herbarium 205: 3-146. 1974.

Le prix de 250 $ est décerné chaque année par l'Association des anciens du jardin botanique du Missouri. Il reconnaît le meilleur article en systématique végétale basé sur une thèse de doctorat publiée l'année précédente. Les articles publiés en 1975 sont maintenant considérés pour le prix de 1976. Les réimpressions de ces documents doivent être envoyées à Peter H. Raven, au Missouri Botanical Garden, 2315 Tower Grove Avenue, St. Louis, Missouri 631.10 États-Unis, avant le 1er mai 1976.

Un nouveau catalogue de publications: plus de 200 publications sur la météorologie, la pollution de l'air, les ressources en eau, l'agriculture, les sciences de la mer et de l'aviation, la climatologie et les changements climatiques sont décrites dans le catalogue des publications de l'OMM .

Le catalogue de 119 pages répertorie les publications de World Weather Watch (WWW) et du Programme mondial de recherche atmosphérique (GARP), des monographies techniques, des manuels et des guides, ainsi que des atlas. Les publications sont répertoriées par sujet et indexées par titre et par série.

Le catalogue des publications est disponible gratuitement sur demande auprès d'Unipub, le distributeur exclusif des publications de l'OMM aux États-Unis.

Envoyer les demandes à: UNIPUB, Box 433 - Station de Murray Hill, New York, NY 10016.

PERSONALIA

Le Dr Olga Lakela a récemment reçu un doctorat honorifique en sciences de l'Université de Floride du Sud. Professeur émérite de botanique, Université du Minnesota, Duluth, elle est l'auteur de A Flora of Northeast-Minnesota, co-auteur de A Flora of Tropical Florida, et auteur de nombreux articles scientifiques sur la taxonomie des plantes à fleurs. Après avoir travaillé pendant quatorze ans en tant qu'associée de recherche à l'Herbarium de l'Université de Floride du Sud, elle a pris sa retraite à Phoenix, en Arizona, où elle réside maintenant.

Le Dr Frederick Essig a été nommé directeur du Jardin botanique de l'Université et professeur adjoint de biologie à l'Université de Floride du Sud. Le Dr Essig, actuellement de l'Université Cornell, se joindra à la faculté en septembre 1975.

James L. Luteyn a récemment rejoint l'équipe du New York Botanical Garden en tant que conservateur associé. Dr. Luteyn a reçu son doctorat Diplômé du Département de Botanique de l'Université Duke, où ses recherches ont porté sur une révision taxonomique des espèces mexico-centraméricaines du genre Cavendishia (Vacciniaceae). Ses intérêts et recherches futures porteront sur la taxonomie et la systématique phylogénétique des néaccépins Vacciniaceae-Ericaceae.

Le 15 juin 1975, l'Université du Montana décerna le titre de Docteur ès sciences honoris causa au Dr C. Leo Hitchcock, professeur émérite de botanique à l'Université de Washington. Dr Hitchcock a été cité comme un professeur de botanique sans pareil pour les jeunes étudiants, les forestiers et les adultes intéressés, ainsi qu'un chercheur et une autorité définitifs des plantes du Montana et du Pacifique Nord-Ouest.

Il dirigea et fut l'auteur principal des plantes vasculaires monumentales du Pacifique Nord-Ouest et de la flore du Pacifique Nord-Ouest. Il a commencé cet important travail alors qu'il était membre du corps professoral de l'Université du Montana de 1932 à 1937.

OPPORTUNITÉS PROFESSIONNELLES

LE DÉPARTEMENT DE BOTANIE, UNIVERSITÉ DE L'IOWA, Iowa City, lance une recherche pour un membre du corps professoral à plein temps en écologie végétale. Une préférence sera accordée aux candidats ayant des intérêts particuliers en écologie physiologique ou aux aspects génétiques de l'analyse de la population, mais toute personne formée ou possédant une expérience d'enseignement et de recherche en écologie végétale de base est la bienvenue.

Matériel requis pour une demande complète:

  1. Curriculum vitae comprenant un résumé des intérêts de recherche actuels et une expérience d'enseignement.

  2. Transcriptions des dossiers d'études collégiales et supérieures.

  3. Liste des personnes qualifiées et désireuses d'écrire des lettres de recommandation, si on leur demande de le faire.

  4. Des réimpressions de recherches publiées et toute autre donnée que vous jugez utile.

Envoyer les documents de demande avant le 1er janvier 1976 à: RL Hulbary, Chm., Département de botanique, Université de l'Iowa, Iowa City, IA 52242.

CONSULTANT EN CULTURE DE CULTURES HORTICOLES en mettant l'accent sur la production de plantes ornementales en serre et en pépinière. doctorat préféré. Les antécédents scolaires en physiologie végétale, en phytopathologie, en pédologie, en entomologie et en économie comprennent des domaines d'intérêt particulier. Les travaux comprennent l'inspection sur le terrain, l'échantillonnage, la consultation suivie d'un rapport écrit. Reprend à Soil & Plant Laboratory, Inc., BP 11744, Santa Ana, CA 92711. Positions disponibles dans le sud de la Californie et l'Oregon.

PATHOLOGUE DES PLANTES DIAGNOSTIQUES, laboratoire commercial travaillant principalement avec l'horticulture ornementale. Le candidat doit posséder de bonnes connaissances en mycologie et une expérience clinique de type clinique. Possibilité d'étendre les activités, y compris la recherche. Renseignez-vous: Soil & Plant Laboratory, Inc., BP 11744, Santa Ana, CA 92711.

42

Arturo Erhardo Burkart 
1906-1975

Le vendredi 25 avril 1975, Arturo Erhardo Burkart, l'un des botanistes éminents de l'Argentine, est décédé après une brève et soudaine maladie. Trois mois plus tôt, il avait reçu le prix Bernardo A. Houssay de l'Organisation des États américains (OEA) en reconnaissance de son travail de pionnier dans la biologie et l'élevage de la luzerne ainsi que de son travail minutieux sur la taxonomie des légumineuses et des études. de la flore et de la végétation de l'Argentine.

Le professeur Burkart est né à Buenos Aires le 25 septembre 1906. En 1925, il s'inscrit à l'école d'agriculture de l'université de Buenos Aires, où il étudie sous la direction du professeur Lorenzo Parodi. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur Agronome, il a étudié en Allemagne avec Erwin Bauer à l'Institut d'amélioration des plantes de Muncheberg et avec Curt Stern à l'Institut de biologie Kaiser Wilhem à Berlin. À son retour, il a publié le premier ouvrage sur la génétique de la drosophile paru dans la littérature sud-américaine. De 1930 à 1936, il fut collaborateur du professeur Parodi en botanique et du professeur S. Horovitz en génétique. En 1939, il a été nommé professeur de cultures fourragères à l'Université de La Plata et, en 1957, professeur de plantes vasculaires à l'Université de Buenos Aires.

Depuis 1936, il était directeur de la Darwinion Institution, un centre botanique soutenu par l'Académie nationale des sciences exactes, physiques et naturelles et le Conseil national de la recherche scientifique et technique. Sous la direction de Burkart, l'herbier et sa bibliothèque sont devenus l'un des plus importants d'Amérique latine. En outre, il a édité pendant près de 40 ans Darwiniana, la publication botanique de l'Institution Darwinion.

1975-21-3-finished_Picturea.jpg.908e997bd6075ca8115e6aed19809adf.jpg

Deux fois président de la Société botanique argentine, le professeur Burkart était également membre correspondant de la Botanical Society of America (depuis 1972), de l'Académie chilienne des sciences naturelles, de l'Institut équatorien des sciences naturelles et de la Société botanique péruvienne.

Polyvalent dans ses activités scientifiques, il a publié plus de 170 articles traitant de la botanique générale, de la génétique et de l'agriculture. Son livre, Las Leguminosas Argentinas (1943, 1952), résultat de nombreuses années d'études laborieuses dans cette famille, est largement utilisé en Argentine et à l'étranger. L'un de ses derniers projets de recherche achevé juste avant sa mort fut une révision complète de Prosopis, genre difficile qu'il étudia en 1937. Au moment de sa mort, il s'occupa activement de la préparation et de la publication de la Flora of Entre Rios, deux volumes ont déjà paru.

Le professeur Burkart était un scientifique généreux et aimait enseigner, conseiller et stimuler de jeunes botanistes, qu'ils visitent le Darwinion ou l'Université de Buenos Aires où il a enseigné pendant 45 ans. Tout au long des bouleversements politiques de l'Argentine qui ont souvent impliqué les universités au cours des trois dernières décennies, le professeur Bur-kart a donné l'exemple à ses étudiants, collaborateurs et autres biologistes. Doté d'une forte personnalité, il était gentil, honnête, courageux et idéaliste, mais il soutenait toujours ouvertement ce qu'il croyait être bon pour l'Argentine ou ses institutions. Chaque fois que ses collègues se trouvaient dans une situation difficile, il n'hésitait pas à leur apporter le soutien nécessaire. Il a gagné le respect des savants argentins parce qu'il était un gentleman, un scientifique rigoureux,

 

un homme d'intégrité et d'objectifs altruiste. Sa mort est une perte importante pour la communauté scientifique argentine.

Le professeur Burkart laisse dans le deuil sa femme Nelida Troncoso, aussi taxonomiste distinguée et grande collaboratrice dans le développement du Darwinion, sa fille Silvia, physiologiste végétale, et ses fils Rodolfo, écologiste végétal et Arturo, chimiste.

Juan H. Runziker
Departamento de Ciencias Biologicas 
Faculté des Sciences Exactas y Nqturales 
Buenos Aires, Sue. 28. Argentine

Roger E. Wilson 
1936-1975

Roger E. Wilson, professeur agrégé de botanique à l'Université de Miami, est décédé le 26 avril 1975 lors d'une tragique collision automobile. Il fait partie de la faculté de Miami depuis 1968. Il a terminé ses études à l'Ohio Northern University (BS Ed., 1960). ), après quoi il a enseigné dans le district de Berea Ohio. Au cours de ce service, il a été nommé l'un des enseignants de biologie exceptionnels de l'Ohio. Une étude de deuxième cycle a été achevée à l'Université du Dakota du Sud (MA, 1965) et à l'Université d'Oklahoma (Ph.D., 1968). Les adhésions du Dr Wilson comprenaient la Société écologique d'Amérique, la Société botanique de

43

L'Amérique, l'Académie des sciences de l'Ohio, le Southern Appalachian Botany Club, l'Association internationale pour l'écologie et Sigma Xi. Pour la Société Botanique, il a été membre du Comité de Conservation et du Comité de Vol Charter pour le Congrès de Leningrad.

Largement formé en écologie, son intérêt principal était l'allélopathie et son rôle dans la succession des plantes. Cet intérêt a été souligné dans ses recherches et celle de ses élèves sur la succession dans les champs abandonnés. Avec ses étudiants, il a rédigé des articles de journaux sur ces études et il a passé en revue les progrès de ce travail en tant que participant à des symposiums lors de réunions nationales et internationales.

M. Wilson a joué un rôle important dans les programmes de premier et de deuxième cycles du Département de botanique. Remarqué comme un conférencier intéressant et stimulant, il était un enseignant efficace et populaire qui était souvent sollicité comme conférencier ou personne-ressource. Il a été l'un des fondateurs de l'Institute of Environmental Sciences de l'Université de Miami et a contribué de manière importante à son programme. Il a été président du groupe de travail sur la qualité environnementale du président et plus tard président du comité environnemental du président. Ces services, entre autres, témoignent du grand respect qui a été réservé à son jugement et à son expertise écologique dans l'ensemble de l'Université.

Charles Heimsch Université de Miami

Livres reçus par PSB pour examen

Aitken, Yvonne Temps de floraison, climat et génotype. Melbourne Univ. Press, 1974, Australie, 29,70 $.

Allred, Dorald M. Living Things - Une introduction à l'histoire naturelle. Brigham Young Univ. Press, 1974, Provo, Utah, 9,95 $.

Association des sociétés scientifiques agricoles japonaises Riz en Asie. Univ. de Tokyo Press, 1975, Japon.

Barnett, JA et RJ Pankhurst Une nouvelle clé pour les levures. American Elsevier Publishing Co., Inc., 1974, New York, 24,00 $.

Barnes, AC La canne à sucre, deuxième édition. John Wiley and Sons, 1974, New York, 28,50 $.

Blake, SF et AC Atwood Guide géographique de Floras du monde, partie I. Réimpression par Otto Koeltz Éditeurs de sciences, 1974, Konigstein - Ts. BRD

Borreur, AC Marine Flore et Faune du nord-est des États-Unis - Protozoaires: Ciliophora. Imprimerie du gouvernement des États-Unis, 1973, Washington, DC, .65 $.

Clarkson, David Ion Transport et structure cellulaire dans les plantes. John Wiley and Sons, 1973, New York.

Day, Peter R. Génétique de l'interaction du parasite hôte. WH Freeman and Co., 1974, San Francisco, Californie, 8,50 $.

Downs, Robert Jack Environnements contrôlés pour la recherche végétale. Columbia Univ. Press, 1975, New York, 12,00 $.

Etherington, JR Environnement et écologie végétale. John Wiley and Sons, Inc., 1975, New York, 22,50 $.

Federov, A. (éditeur) Nombre de chromosomes des plantes à fleurs par Z. Bolkhovskikh, V. Grif, T. Matvejeja et O. Zakharyeva. Réimpression par Otto Koeltz Science Publishers, 1974, Koenigstein - Ts./ BRD, 91,30 $.

Gamborg, OL et LH Wetter (éditeurs) Méthodes de culture des tissus végétaux. Conseil national de recherches du Canada, Laboratoire régional des Prairies, 1975, Saskatoon (Saskatchewan), 6,00 $.

Gates, David M. et Rudolf B. Schmerl Perspectives de l'écologie biophysique. Études écologiques Volume 12. Springer-Verlag, 1975, New York, 34,80 $.

Geidemann, JW et JM Trappe Les Endogonaceae dans le Pacifique Nord-Ouest. Mycologia Memoir No. 5. Le jardin botanique de New York, 1974, 4,50 $.

Colley, Frank B. et Ernesto Medina Systèmes écologiques tropicaux - Tendances de la recherche terrestre et aquatique. Études écologiques Volume 11. Springer-Verlag, 1975, New York, 24,80 $.

Grant, Verne Génétique des plantes à fleurs. Columbia 
Univ. Press, 1975, New York et Londres, 20,00 $.

Gregory, PH (éditeur) Phytophthora maladie du cacao. Longman, Inc., 1974, New York, 47,50 $.

Gunther, FA (éditeur) Residue Revues, Vol. 53. Springer-Verlag, 1974, New York, 18,50 dollars.

Harborne, JB et CF Van Sumere La chimie et la biochimie des protéines végétales. Série de symposiums de la Société Phytochimique # 11. Academic Press, 1975, Lon-don, 30,75 $.

Hendry, Helen I. (éditeur) Bibliographie sur l'algue # 14. Nova Scotia Research Foundation, Dartmouth, Nouvelle-Écosse, Canada, 1973, 15,00 $.

Hewitt, EJ et TA Smith Plant Mineral Nutrition. Halsted Press, 1975, New York, 11,95 $.

Hulse, JH et EM Lang valeur nutritive de la protéine triticale. Centre de recherches pour le développement international, 1973, Ottawa, Canada, 7,50 $.

Hutnik, RJ et G. Davis (éditeurs) Ecologie et restauration des terres dévastées, volumes I et II. Gordon et Breach, 1973, New York, 40,80 $.

Jackson, BD Guide de la littérature de botanique. Réimpression par Otto Koeltz Éditeurs scientifiques, 1974, Koenigstein - Ts./BRD

Janick, Jules et James N. Moore (éditeurs) Les progrès de l'amélioration des fruits. Purdue Univ. Press, 1975, West Lafayette, Indiana, 25,00 $.

Kaufman, Peter B., John Labavitch, expériences de laboratoire d'Anne Anderson-Prouty, et de Najati S. Ghosheh dans la physiologie végétale. MacMillan Publishing Co., Inc., 1975, New York, 7,95 $.

Kachroo, P. (éditeur) Advancing Frontiers in Cytogenetics. 
Hindustan Publishing Corp., 1975, Inde, 14,00 $.

Chevalier, CA Chemistry of Viruses, deuxième édition. Springer-Verlag, 1975, New York, 17,80 $.

Kranz, Jurgen Epidémies des maladies des plantes - Analyse mathématique et modélisation. Études écologiques Volume 13. Springer-Verlag, 1975, New York, 24,60 $.

Larsen, MJ Une contribution à la taxonomie du genre Tomentella. Mycologia Memoir No. 4. Le Jardin botanique de New York, 1974, 9,00 $ domestique, 10,00 $ étranger.

Laverack, MS et MCH Blackler Faune et flore de St. Andrews Bay. Scottish Academic Press, 1974, Lon-don, 11,73 $.

Lieth, Helmut (éditeur) Phénologie et modélisation de la saisonnalité. Études écologiques Vol. 8. Springer-Verlag, 1974, New York, 47,80 $.

44

Little, EL Jr., RO Woodbury et FH Wadsworth Arbres de Porto Rico et des Iles Vierges, Volume II. Agriculture Handbook No. 449. Ministère américain de l'Agriculture, 1974, Washington, DC, 13,45 $.

Milner, Max (éditeur) Amélioration nutritionnelle des légumineuses alimentaires par sélection. John Wiley and Sons, Inc., 1975, New York, 20,95 $.

Morris, MG et FH Perring (éditeurs) The British Oak. EW Classey, Ltd., 1974, Berkshire, Angleterre, 14,66 $.

Moul, ET Flore et faune marine du nord-est des États-Unis - Plantes supérieures de la frange marine. Imprimerie du gouvernement des États-Unis, 1973, Washington, DC, .65 $.

Mueller-Dombois, Dieter et Heinz Ellenburg Objectifs et méthodes d'analyse de la végétation. John Wiley and Sons, Inc., 1974, New York, 13,95 $.

Nair, PKK Glimpses in Plant Research: Études en biologie végétale, Vol. II. Vikas Publishing House PVT LTD., 1974, Delhi, 16,50 $.

Nakaike, Toshiyuki Enumeratio Pteridophytarum Japonicarum. Univ. de Tokyo Press, 1975, Japon.

Northern, Henry T. et Rebecca T. Northern Greenhouse Gardening, Deuxième édition. The Ronald Press Company, 1973, New York.

Ogden, EC, GS Raynor, JV Hayes, Manuel DM Lewis et JH Haines pour l'échantillonnage du pollen aéroporté. Hafner Press, 1974, New York, 11,95 $.

Ogden, EC Potamogeton à New York. Bulletin du Service des musées et des sciences de l'État de New York, numéro 423, 1974.

Page, Nancy M. et Richard E. Weaver, Jr. plantes sauvages dans la ville. Quadrangle - Le New York Times Book Co., 1975, 3,95 $.

Pickett-Heaps, Jeremy D. Green Algues - Structure, reproduction et évolution dans des genres choisis. Sinauer Associates, Inc., éditeurs, 1975, Sunderland, Mass.

Preston, RD La biologie physique des parois cellulaires végétales. Halsted Press, 1974, New York, 35,00 $.

Pridham, JB Plant Carbohydrate Biochimie. Actes annuels de la Société Phytochimique n ° 10. Academic Press, 1974, Londres, 18,50 $.

Rayle, David et Lee Wedburg Botanique: une préoccupation humaine. Houghton Mifflin Company, 1975, Boston, Mass.

Rice, Elroy L. Allélopathie. Academic Press, 1974, New York, 25,00 $.

Richardson, David Les Lichens Vanishing - Leur Histoire, Biologie et Importance. Macmillan Publishing Co., Inc., 1975, New York, 12,00 $.

Roth, Albert G. Novae Plantarum Espèces. Fascimile de la première édition de 1821. Oriole Editions, 1975, New York, 35,00 $.

Roxburgh, William et Nathaniel Wallich Flora Indica, Vol. I & II. Fascimile de la première édition. Oriole Editions, 1975, New York.

Russell, Norman H. Introduction à la science végétale - Une approche humaniste et écologique. West Publishing Co., 1975, St. Paul.

Shetler, Stanwyn G. Une introduction au registre botanique de spécimen de type. Smithsonian Contributions to Botany Numéro 12. Smithsonian Institution Press, 1973, 2,85 $.

Slavik, B. Méthodes d'étude des relations entre les plantes et l'eau. Études écologiques Vol. 9. Springer-Verlag, 1974, New York.

Smith, DC La symbiose de lichen. Oxford Biology Readers 42. Oxford University Press, 1973.

Smith, DC Symbiose d'algues avec des invertébrés. Ox-ford Biology Readers 43. Oxford University Press, 1973.

Stebbins, G. Ledyard plantes à fleurs: évolution au-dessus du niveau des espèces. Belknap Press de l'Université Harvard, 1974, Cambridge, Massachusetts, 18,50 $.

Street, HE (éditeur) Tissue Culture and Plant Science. Academic Press, 1974, Londres, 19,75 $.

Stevens, RB Maladie des plantes. The Ronald Press Co., 1974, New York, 11,95 $.

Swift, Lloyd H. Bibliographies botaniques. Réimpression par Otto Koeltz Science Publishers, 1974, Koenigstein, Allemagne de l'Ouest.

Swift, Lloyd H. Classifications botaniques: Une comparaison de huit systèmes de classification Angiosperm. Archon Books, 1974, 15,00 $.

Tait, RV et RS DeSanto Éléments d'écologie marine. Springer-Verlag, 1972, New York, 12,80 $.

Thunberg, Carl Peter Flora Japonica. Fascimile de la première édition de 1784. Oriole Editions, 1975, New York, 65,00 $.

Van Emden, Helmut F. Lutte contre les nuisibles et son écologie. Crane, Russak & Company, Inc., 1975, New York, 2,75 $ (relié par papier).

Van der Vossen, HAM vers une sélection plus efficace pour le rendement du pétrole dans le palmier à huile (Elaeis quineensis Jacquin). Rapports agricoles 823. Centre d'édition et de documentation agricoles, 1974, Wageningen, 7 dollars.

Volpe, E. Peter Homme, Nature et Société - Introduction à la biologie. Wm. C. Brown Company Publishers, 1975, Dubuque, Iowa.

Wedge, S. Noms de plantes: communes et peu communes. New York Botanical Garden, 1973, 1,50 $.

Gallois, Stanley L. et Bill Ratcliffe Fleurs du Pays des Montagnes. Brigham Young Univ. Press, 1975, Provo, Utah.

White, HA Le Guide des fleurs sauvages de l'Alaska et du Yukon. Alaska Northwest Publishing Co., 1974, 7,95 $.

Welsh, Flora d'Alaska de SL Anderson (et les parties adjacentes du Canada). Brigham Young Univ. Press, 1974, Provo, Utah, 23,95 $.

Whittingham, CD Le mécanisme de la photosynthèse.

Wood, Carroll E. Jr. Atlas des plantes à fleurs de l'élève: quelques dicotylédones de l'est de l'Amérique du Nord. Harper et Row, 1974, New York.

Zimmerman, Ulrich et Jack Dainty (éditeurs) Membrane Transport in Plants. Springer-Verlag, 1974, New York, 30,00 $.

   Études sur les plantes en République populaire de Chine: Rapport de voyage de la Délégation américaine aux plantes. Académie nationale des sciences, 1975, Washington, DC, 7,25 $.

45

LES CRITIQUES DE LIVRES

RUE, HE (éditeur). Tissu végétal et culture cellulaire. University of California Press, Berkeley. 1975. 19,75 $.

Les progrès dans la culture de tissus végétaux ont été nombreux dans les années qui ont passé depuis que PR White et R. Gautheret ont écrit leurs compendiums respectifs il y a plus de deux décennies. Parmi les nombreuses nouvelles méthodologies, citons les cultures de protoplastes, la transgenèse (transfert de gènes), la fusion de protoplastes, les cultures monopoploïdes dérivées de microspores ou de gamétophytes, le clonage unicellulaire, l'utilisation généralisée de milieux riches en sel, les hormones nouvellement découvertes, etc. Une grande partie de ce nouveau matériel est présenté dans Plant Cell and Tissue Culture, édité par HE Street de Leicester University, dont le travail avec les aspects nutritionnels et de développement des cellules de plantes cultivées est bien connu. Street a contribué plusieurs chapitres au livre; D'autres contributeurs ont été PA Aitcheson, DN Butcher, EC Cocking, PK Evans, PS Ingram, PJ King, J. Reinert, N. Sunderland et MM Yeoman. Bien que leur travail soit généralement bien connu, je pense que le livre aurait bénéficié d'une courte biographie et peut-être d'une photo de chaque contributeur. Les titres des chapitres sont les suivants: introduction, organisation de laboratoire, cultures (cal de tissu), techniques, cultures de cellules (suspension), techniques, isolement de protoplastes, cytologie générale de cellules cultivées, cytologie nucléaire, clones unicellulaires, pollen et anthère culture, modèles de croissance dans les cultures de tissus (callus), modèles de croissance dans les cultures cellulaires, aspects de l'organisation - organogenèse et embryogenèse; les origines, les caractéristiques et la culture des cellules tumorales végétales; croissance de parasites végétaux en culture tissulaire, problèmes anciens et nouvelles perspectives. Donc,

Les livres composés d'une collection de chapitres écrits par divers experts dans les spécialités d'un domaine de recherche en pleine expansion deviennent de plus en plus courants. Celui-ci est un long pas du premier livre de PR White sur la culture de tissus végétaux, et je suppose que cela prouve à quel point nous avons besoin d'un certain nombre d'écrivains pour couvrir le champ une fois le bailliage d'un homme. Le suivi de plusieurs auteurs par un expert reconnu pour produire une synthèse de ce type présente des avantages. Certes, nous bénéficions de la sagesse combinée des spécialistes. En même temps, un tel livre a souvent tendance à être disjoint. Street a fait un travail admirable de rassembler un certain nombre d'offres hautement individualisées et le livre qui en résulte est utile.

Une belle introduction historique est présentée par Street et couvre de nombreux points culminants de la culture de tissus végétaux servant à mettre en perspective le travail moderne. Dans le chapitre suivant, sur l'organisation des laboratoires, l'approche devient un peu lourde avec des plans d'étage, de la verrerie de fantaisie et des appareils élaborés auxquels assistent des praticiens en tenue chirurgicale. Cela complique inutilement les choses et obscurcit le fait que beaucoup de travail de culture tissulaire utile et important est fait dans un laboratoire ordinaire avec un équipement assez peu sophistiqué. Le regretté Carl LaRue avait l'habitude de dire que la beauté de la culture de tissus végétaux était qu'on pouvait le faire presque n'importe où avec une dépense très modeste.

Une fois passé l'imposant équipement de laboratoire, nous sommes dans la culture actuelle des tissus végétaux. Cette partie est généralement bien écrite et intéressante et présente une variété de méthodes et de médias bien connus et fiables. (Cependant, un inconvénient du livre à mon avis est l'omission d'une liste de fournisseurs.) Les culturistes de tissus ont bien sûr leurs techniques préférées et certains ont été omis qui auraient dû être inclus, mais un culturiste débutant trouvera à peu près tout ce qu'il fallait pour bien commencer. Cependant, ce n'est pas simplement un livre de recettes, et les chapitres sur la cytologie et le développement des cultures cellulaires et tissulaires traitent de nombreux aspects théoriques de la science.

Pris dans son ensemble, je recommande le livre à ceux qui espèrent apprendre la culture tissulaire, ainsi qu'à ceux qui pratiquent déjà la culture tissulaire.

Knut Norstog Northern Illinois University

NOBEL, PARK S. Introduction à la physiologie biophysique des plantes. WH Freeman et Co., San Francisco. 1974. 488 p. 13,50 $.

Dans presque toutes les disciplines, les botanistes trouveront que c'est un traitement fascinant, mais exigeant, des applications biologiques de la chimie physique et qu'ils présentent un grand intérêt et une grande valeur dans leur propre domaine. Les connaissances applicables de la botanique, de la physique et de la chimie sont réunies sous une forme très lisible par le Dr Nobel pour fournir une compréhension de base des processus physiologiques chez les plantes. Les huit chapitres développent les principes bio-physiques-chimiques qui contrôlent les processus physiologiques des plantes. Les sujets du chapitre sont la cellule, l'eau, les solutés, la lumière, la photosynthèse, la bioénergétique, les feuilles et les plantes. Dans les deux derniers chapitres, il rassemble le rôle physiologique et énergétique de l'eau, du CO2 et de l'énergie solaire dans les processus physiologiques des feuilles et des peuplements entiers de plantes.

Le livre est bien illustré et référencé. Par exemple, le chapitre sur les cellules contient une discussion approfondie sur la fonction avec des illustrations de diverses cellules végétales, leur emplacement dans la plante et leur structure. Le corps du texte contient de nombreuses références pour ceux qui souhaitent aller plus en détail. De plus, il y a un ensemble de problèmes à la fin de chaque chapitre. Ceux-ci aident à démontrer l'utilité des modèles biophysiques dans différentes disciplines de la botanique allant du niveau de la plante entière à la cellule en passant par les organites et des algues aux arbres. (PS les réponses sont données au dos du livre.)

Les annexes constituent une partie importante de ce livre et sont très utiles non seulement en conjonction avec le texte, mais en elles-mêmes. En plus des sections habituelles sur les abréviations, les constantes et les variables, il y a des sections sur le calcul, l'énergie libre de Gibbs et le potentiel chimique, et quelques commentaires sur la thermodynamique irréversible. Ces trois dernières sections sont les plus utiles à toute personne qui a besoin d'être rassurée ou d'examiner dans ces domaines.

Dr. Nobel a produit un livre de texte et de référence bien écrit, facile à lire et à utiliser. Je le recommanderais comme texte pour des cours avancés de premier et de deuxième cycles en physiologie végétale ainsi qu'un point de référence pour tous les botanistes dont le travail touche ou touche à n'importe quel aspect de la physiologie.

Henry Hellmers Duke University

46

BON, RONALD. La géographie des plantes à fleurs, 4e édition. Longman. Londres, 1974. 557 pp. 27,00 $

Le livre sur la géographie végétale de Ronald Good (publié pour la première fois en 1947) est un classique mais, contrairement à beaucoup d'autres classiques, il a été actualisé à trois reprises (1953, 1964 et, maintenant, 1974). Il est resté le livre de référence standard pour toutes sortes de botanistes à fleurs en raison de ses nombreuses listes de taxons avec divers modèles de distribution, de ses excellents appendices et d'une superbe gamme d'index (noms de plantes, personnes et lieux, sujets). Il y a 951 références dans la Bibliographie de la 4ème édition, 27 planches bien choisies et 86 autres illustrations (la plupart mais pas toutes les cartes) choisies avec goût et de manière appropriée. Le professeur Good a un style d'écriture facile qui convertit ce livre de référence en littérature intéressante.

Par conséquent, il est facile et sincère pour moi d'écrire, comme l'opinion de mon critique, que ce livre devrait être acheté par toutes les bibliothèques et par tous les botanistes qui s'occupent de l'évolution et de la dispersion des plantes à fleurs. Néanmoins, une critique devrait être critique et je dois souligner certaines caractéristiques moins qu'optimales du livre, dont la plupart résultent de sa mise à jour plutôt que de sa réécriture (après tout, plus d'un quart de siècle s'est écoulé depuis son apparition) . Maintenir la majeure partie du texte et faire des ajouts (en particulier à la fin des chapitres) a sans aucun doute réduit le coût de la nouvelle édition (et nous devrions en être reconnaissants), mais cela conduit parfois à des disparités informationnelles.

Le professeur Good a été un des premiers partisans des théories de Continental Drift et a tenu compte notamment des écrits de Wegener et Du Toit. Cependant, avec le flot de documents qui a éclaté au cours de la dernière décennie sur la tectonique des plaques, l'épandage sur les fonds marins et autres, il est regrettable que pour ce sujet, l'ajout de fin de chapitre soit bref en proportion du texte. matériel ayant survécu aux éditions précédentes.

Nous espérons tous devenir des professeurs émérites, et nous pouvons rêver que notre retraite soit l'occasion de lire et d'écrire librement sans nous imposer des exigences contradictoires, mais nous oublions souvent que le professeur à la retraite manque habituellement des installations et de l'aide nécessaires. faculté "active" prendre pour acquis. Dans ces circonstances, le professeur Good, qui a pris sa retraite en 1959, a remarquablement bien suivi les livres publiés depuis 1964. Il semble compréhensible que cet auteur ait eu moins de succès dans l'examen de la masse d'articles de journaux parus dans cette décennie, en particulier en ce qui concerne le matériel qui a une fonction de soutien plutôt que d'être directement plante géographique. Il ne prétendrait probablement pas être physiologiste des plantes ou généticien des populations, de sorte que les explications biologiques qu'il donne pour les faits phytogéographiques sont rares et ont tendance à être plutôt superficielles. Mais il faut souligner que les faits phytogéographiques sont là et que ceux qui sont spécialistes des disciplines les plus ésotériques ont beaucoup à faire dans La Géographie des plantes à fleurs.

Quelques chapitres de ce livre ont été à peine touchés par la révision, parce que peu de modifications étaient nécessaires. Alors que la physionomie du monde a considérablement changé ces dernières années, la compréhension de la géographie végétale des îles britanniques a moins changé et le tableau du comté anglais préféré du professeur Good, Dorset, n'a pratiquement pas changé. Incidemment, cette caractéristique du livre - son illustration des différences d'approche nécessaires pour passer de l'échelle mondiale à l'échelle régionale et même aux études à l'échelle du comté - remet l'un de ses aspects pédagogiques très précieux.

Je serais négligent si je ne reconnaissais pas cela en lisant cette «quatrième édition» afin de pouvoir écrire cette revue, j'ai trouvé beaucoup d'articles qui m'ont incité à penser davantage à ma propre recherche. Je crois que ce sera l'expérience commune des lecteurs et cela signifie que la dépense d'un botaniste de vingt-sept dollars, plus la taxe de vente (mais en gardant à l'esprit une déduction d'impôt sur le revenu) est bien la peine. Je suis très reconnaissant au rédacteur en chef du Plant Science Bulletin de m'avoir épargné les frais que, sinon, j'aurais dû assumer avec plaisir.

Herbert G. Baker Université de Californie, Berkeley

TRALAU, HANS, rédacteur en chef. Index Holmensis - Un index mondial des cartes phytogéographiques. Volume I. Equisetales, Isoetales, Lycopodiales, Psilotales, Filicales, Gymnospermes. pp. 1-264. 1969. Fr. 115. Volume II. Monocolyledoneae, AI, pages 1-224. 1972. Fr. 125. Volume III. Monocotyledoneae, JZ. pp. 1-224. 1973. Fr. 125. (tout en drap) The Scientific Publishers Ltd., Zurich.

Les trois premiers volumes de cet index ambitieux et très nécessaire ont été publiés et ont été trouvés très utiles par tous les travailleurs dans le domaine de la géographie végétale qui y ont accès.

Les trois premiers volumes sont organisés par ordre, les espèces de chacune étant énumérées par ordre alphabétique. Chaque espèce est accompagnée de références bibliographiques précises à des publications contenant des cartes, classées par dates. La zone couverte par chaque carte est placée entre parenthèses à la fin de chaque citation. Le texte apparaît dans deux colonnes par page.

Les deuxième et troisième volumes couvrent les Monocotyledoneae sans être séparés en groupes plus petits. Le texte est plus petit, mais lisible, et est organisé en trois colonnes par page. Le tome I porte en premier plan une photographie du célèbre phytogéographe suédois, le professeur Eric Hulten, à qui l'Index est dédié. Le volume II présente un portrait de Joachin Frederik Schouw et le volume III, celui de Heinrich KH Hoffmann.

Le nombre de cartes déjà publiées illustrant la distribution des plantes est stupéfiant, bien qu'il y ait beaucoup d'espèces avec seulement quelques-unes, et nombreuses avec aucune.

Il faut féliciter le Dr Hans Tralau pour avoir lancé cet index, et son comité de rédaction international doit notre gratitude pour son aide dans la mise à disposition de cet outil précieux. On espère qu'ils recevront le soutien nécessaire pour préparer les volumes pour les Dicotylédones, et continueront la publication d'Addenda à mesure que de nouveaux matériaux apparaîtront. L'indice Holmensis est une nécessité pour tous les travailleurs qui utilisent la distribution de plantes dans leur enseignement ou leur recherche.

AJ Sharp L'Université du Tennessee, Knoxville

47

KARTASHOVA, N. N, Stroenie je funktsiya nektarnikov tsvetka dvudol'nykh rastenii. Izdatel'stvo Tomskogo Universiteta, Tomsk. 1965. 194 pages, plus 8 pages non numérotées.

Le nectaire (à la fois extra-floral et floral ou nuptial) et ses produits de sécrétion ont longtemps été les sujets d'étude préférés. Depuis les traitements longs et classiques de Bonnier et de Behrens en 1878 et 1879 respectivement, il n'y a pas eu de description complète de la structure et de la fonction des nectaires. De courts résumés (l'ancien par Sperlich dans le Handbuch der Pflanzenanatomie de 1939, Bd. 4, ou le récent par Abraham Fahn dans son anatomie végétale, 1967, 1974) ou de longs articles sur des aspects spécifiques des nectaires (Erich Daumann sur les nectaires monocotylédones dans le 1970 Feddes Repert., ou Eva Frei sur la vasculature en 1955. Ber. Schweiz, Bot Ges.) ont, bien sûr, apparu.

Il y a donc un intérêt et une importance considérables pour les anatomistes et les morphologistes qu'il existe en effet un livre de 194 pages (plus des plaques) qui traite in extenso de la structure et de la fonction des nectaires: Structure et fonction des nectaires des plantes à fleurs dicotylédones par NN Kartashova de Université d'Etat de Tomsk, URSS Malheureusement, ce livre n'existe qu'en russe et, pire encore, dans un tirage très limité à tirage limité. Par conséquent, bien que ce tome exceptionnellement utile soit disponible depuis 1965, il est pratiquement inconnu en dehors de l'Union soviétique (Daumann est le seul auteur non soviétique que j'ai vu citant le travail).

Le livre contient six chapitres: brefs sur l'histoire, la morphologie et la topographie, et l'évolution des nectaires; longs chapitres sur l'anatomie, la relation entre la sécrétion de nectar et le stade de développement de la fleur, et la nature morphologique et la classification des nectaires. Beaucoup de données semblent représenter un travail précédemment non publié. Les nectaires de diverses espèces de Rosaceae, Leguminosae, Labiatae, Scrophulariaceae, Onagraceae, Boraginaceae et Campanulaceae sont traités en détail.

La bibliographie de 12 pages de 226 entrées russes et 182 non-russes est inestimable pour rassembler la littérature russe apparemment étendue et largement inconnue sur le sujet. Il y a 104 bons diagrammes de qualité et plusieurs pages de photographies généralement oubliables. Les premiers contiennent des informations utilisables considérables sur l'histologie et la vascularisation de la fleur entière. Douze tableaux résument des données allant de la concentration en sucre du nectar à la nature du système vasculaire xylique et / ou phloïque des nectaires. Ce dernier tableau (tableau 10 de Kartashova) traite de 206 espèces (essentiellement tempérées) dans 58 familles de dicotylédones et constitue un complément précieux aux découvertes bien connues de Frei (cité plus haut) sur le système vasculaire nectaire de 158 espèces dans 37 familles dicotylédones. Seulement 30 familles et 34 espèces sont communes aux études de ces travailleurs, qui, heureusement, ne sont pas d'accord sur le mode de vascularisation nectaire de seulement deux espèces. Les deux chercheurs sont d'accord que la vascularisation des nectaires est principalement de nature phloïque.

Le livre, étant vintage 1965, a un air classique décidé ou peut-être à l'ancienne. Il n'y a pas de microscopie électronique, un domaine de recherche actuellement actif par Fahn, Nele Findlay, FV Mercer, Eberhard Schnepf et d'autres. Le livre est de nature anatomique / morphologique plutôt que physiologique / écologique / coévolutive. Le manque d'intérêt pour les pollinisateurs et autres animaux est particulièrement regrettable. Le nectar est décrit comme étant composé de divers sucres - une simplification excessive à la lumière des travaux récents d'Herbert et Irene Baker sur les acides aminés et autres composants non sucrés du nectar.

Les monocotylédones sont exclues par fiat titulaire, donc pour les nectaires de ces recours devra être fait à la récente monographie de Daumann mentionnée ci-dessus. Enfin, le travail de Kartashova perpétue l'ancien préjugé tempéré du nord puisque la plupart des exemples dont elle parle viennent de cette région.

Néanmoins, le livre est inestimable en fournissant des données anatomiques et morphologiques de base pour les nectaires, données qui doivent former la base pour des études ultérieures plus sophistiquées. Des dispositions provisoires ont été prises pour la traduction de ce travail utile, et l'on espère que dans deux ou trois ans la communauté botanique se verra servir une traduction d'un ouvrage classique dans son domaine.

Rudolf Schmid Université de Californie, Berkeley

JOUR, PETER R. Génétique de l'interaction hôte-parasite. WH Freeman et Co., San Francisco. 1974. 238 p. 8,50 $.

En ces temps de préoccupation concernant l'alimentation d'un monde surpeuplé et la réduction des niveaux de pesticides dans l'environnement, l'apparition d'un livre qui peut aider à comprendre certaines des complexités des deux problèmes est la bienvenue. Ceci est une étude exhaustive de la littérature récente (près de 600 références) sur la variation des parasites et la sélection pour la résistance chez les plantes cultivées. Il traite de la génétique des parasites, de leurs hôtes végétaux et de leurs interactions. Les principes généraux sont illustrés par des exemples tirés principalement de parasites fongiques, mais aussi de sectes, de nématodes, de bactéries et de virus pour lesquels des informations sont disponibles. Le professeur Day a fourni dans sept courts chapitres une discussion spéculative de nos connaissances actuelles qui aideront à stimuler les entomologistes, les phytopathologistes,

Le concept que tous les phénomènes biologiques sont sous contrôle génétique est présenté dans le chapitre 1 avec quelques définitions initiales pour préparer le terrain pour le livre. Les chapitres suivants traitent de la génétique de la résistance, de la génétique de la pathogénicité, du concept du gène pour le gène et de la fonction du gène dans l'interaction hôte-parasite. Ils sont suivis par des chapitres sur la lutte antiparasitaire et la génétique des épidémies. Tout au long du livre une bonne connaissance de la génétique de base est nécessaire pour une compréhension complète de la part du lecteur. Cependant, chaque groupe important de parasites traités est soigneusement introduit de sorte qu'aucune autre connaissance spéciale n'est requise. Les photographies et micrographies électroniques sont bien choisies et généralement de haute qualité.

Ce livre peu coûteux et bien relié est destiné aux étudiants avancés et aux chercheurs en génétique, en sélection végétale, en pathologie végétale, en entomologie, en épidémiologie et en écologie. Une copie est recommandée pour la bibliothèque de toute personne qui s'intéresse à un ou plusieurs de ces domaines, alors qu'une compréhension complète de l'information qui y est contenue est essentielle pour ceux qui développeraient des méthodes intelligentes de protection des cultures et des plantes.

Stanley N. Grove Université de Floride du Sud

SHOSTECK, ROBERT. Fleurs et plantes: un

Lexique national avec notes biographiques. Quadruple

Rangle / Le New York Times Livre Co., NY xx +

329 pp. Illust. 1974. 9,95 $.

Ce livre est un dictionnaire de 1 150 plantes, principalement des États-Unis et du Canada, classées par ordre alphabétique.

48

classer par nom commun ou vernaculaire. Il comprend des plantes qui se produisent dans la nature, sont cultivées comme des productions souhaitables ou prospèrent comme des mauvaises herbes, et quelques-uns qui sont utilisés comme plantes d'intérieur. Un livre, "Words for Birds" par Edward S. Gruson, a inspiré Robert Shosteck à publier "sur mon amour, la botanique".

Dans l'introduction, l'auteur fournit un bref historique de l'origine des noms de plantes, retraçant leurs origines non seulement des sources européennes coutumières, mais aussi des langues amérindiennes et autres, de la mythologie grecque et romaine, des noms de personnalités notables, de l'histoire naturelle et géographie. Il discute également de l'influence de la Doctrine des Signatures sur l'origine des noms de plantes et fournit une explication claire de la nomenclature botanique.

La plus grande partie du livre, 298 pages, est attribuée à "Flowers and Plants" - d'abelia à zinnia. Pour chaque plante, Shosteck fournit le nom commun et scientifique, suivi de l'origine du nom générique et de l'épithète spécifique et, si nécessaire, variétale. Pour ceux qui honorent une personne, par exemple, Claytonia, thunbergii, l'auteur donne un croquis des ongles, comprenant généralement les dates de naissance et de décès, les postes importants tenus, et, dans certains cas, d'autres faits intéressants sur la personne. De même, il montre l'origine des noms communs. Pour de nombreuses plantes, il fournit des informations intéressantes sur leur utilisation comme aliment ou médicament, leurs qualités toxiques, leurs aspects religieux et leur impact sur le folklore. Il fournit également près de 400 illustrations bien exécutées pour aider le lecteur à identifier les plantes. Le volume comprend une introduction par James L. Crowe, US Botanic Garden, un glossaire, une bibliographie et un index.

Mes critiques sont rares. Par souci de précision, l'auteur du nom scientifique aurait pu être inclus. Je souhaite que Shosteck aurait suivi le traitement d'Eiten du genre Oxalis et la nomenclature des manuels récents pour notre pensée sauvage américaine qui est considérée spécifiquement ou différentiellement distincte de la forme européenne et honore Rafinesque. Son orthographe de Penstemon ne suit pas celle de Mitchell, l'auteur du genre. Bien qu'il ait cité les qualités toxiques de nombreuses espèces, il a omis cela pour le ricin, dont un sur trois peut être mortel pour un enfant et huit généralement mortel pour un adulte. Il y avait peu d'erreurs dans la relecture ou l'orthographe: violent pour le violet (p.169) et lillifolia pour le lilifolia (p.273, 319).

Le style de Robert Shosteck facilite la lecture. Il montre que les noms scientifiques ne sont pas seulement des «poignées» ennuyeuses mais ont des origines fascinantes et sont en effet significatifs. Il clarifie la signification des noms communs obscurs. Parce que son livre contient une quantité importante d'informations botaniques, étymologiques et biographiques, il devrait intéresser les botanistes, même ceux qui ne sont pas systématistes, et ceux qui s'intéressent à la botanique appliquée, les amateurs et les étudiants. Ce livre a une place certaine dans les bibliothèques publiques et devrait intéresser les lycéens intéressés par les sciences biologiques.

Robert A. Evers 
Enquête sur l'histoire naturelle de l'Illinois, 
Urbana

LIBBERT, EIKB: Lehrbuch der Pflanzenphysiologie. Jena: VEB Gustav Fischer 1973, 472 p., 341 fig.

Ce manuel suit la division classique éprouvée en physiologie du métabolisme, de la croissance, du développement et du mouvement. Mais ceci est plus qu'un manuel habituel de physiologie végétale. Il satisfera les étudiants plus jeunes et plus âgés, et même les enseignants trouveront des informations précieuses, qui vont parfois très loin dans le domaine des hypothèses scientifiques. Bike Libbert ne donne pas seulement des faits, mais des raisons, des antécédents, et parfois des commentaires critiques. De plus, elle donne son opinion engagée sur les aspects biologico-philosophiques. L'excellente introduction courte dans la phylogenèse du métabolisme et l'évolution orga-non-chimique est motivant pour un jeune étudiant. La sous-division en grande et petite impression aidera à trouver rapidement les connaissances essentielles, les faits de base. Les petits chapitres imprimés donnent plus de détails sur certains sujets. Dignes de mention sont également les phrases exactes extraordinaires. Même des chapitres avec des contenus abstraits, par exemple la thermodynamique, les processus oxydoréducteurs avec leur arrière-plan électrodynamique, sont faciles à comprendre, bien que Libbert s'enfonce parfois profondément dans ces domaines. Dans l'ensemble, ce manuel permet à l'étudiant de former des opinions critiques sur des faits scientifiques établis. Les seules remarques critiques sur ce livre sont les suivantes: Dans le chapitre sur la structure et la fonction du protoplasme et de la structure cellulaire, on manque les images microscopiques électroniques habituelles, qui ne peuvent pas être remplacées par des explications et des dessins. Les sujets de la génétique moléculaire et des règlements biochimiques, bien que décrits de façon frappante, sont superflus. Il y a beaucoup d'excellents manuels sur ces sujets et Eike Libbert devrait seulement attirer l'attention des étudiants sur ces livres. Dans l'ensemble, cela pourrait être le meilleur texte de physiologie végétale écrit en allemand, qui couvre tous les domaines importants sur la plante, la physiologie d'une manière si extraordinaire. c'était un plaisir à lire. On peut espérer que la physiologie végétale de Bike Libbert sera traduite en anglais, afin que davantage d'étudiants et d'enseignants puissent lire cet excellent travail.

Dieter Strack 
Institute of Botany à l' 
Université de Cologne, Allemagne de l'Ouest

BULLETIN DES SCIENCES AGRICOLES BÂTIMENT DES SCIENCES DE LA VIE UNIVERSITÉ DU SUD DE LA FLORIDE TAMPA, FLORIDA 33620