NoMaD's Blog

  • entries
    20
  • comments
    36
  • views
    39750

Lebanese Family

NoMaD

2168 views

La Libanaise

59d847.jpg

mmhh...l'histoire d'une herbe qui en a fait rêver plus d'un, que vous l'ayez goûtée ou entendu parler, elle fait partie de ces ganjas légendaires.

 

un ptit récit de ces fabuleuses plantes,

 

R.C. Clarke in Marijuana Botany (1981):

 

Les souches libanaises sont rares dans les récoltes domestiques de Cannabis mais elles apparaissent cependant de temps en temps. Elles sont relativement courtes et fines avec des tiges épaisses, des limbes peu développées et des feuilles larges, d'un vert moyen avec 5 à 11 foliloles plutôt larges. Les calices sont relativement grands et les graines aplaties, ovoïdes et brunes foncées de couleur. Comme pour les souches de l'Hindu Kush, ces plantes sont cultivées pour la production de hashich tamisé et pressé, et le ratio "fleurs/feuilles" peut être moins intéressant que la résine totale produite pour la réalisation de hashish. Les souches libanaises ressemblent en de nombreux points aux souches de l'Hindu Kush et il est très probable qu'elles soient reliées.

 

 

 

DJ Short in Cultivating Exceptionnal Cannabis (2003):

 

La Libanaise est un autre cross Sativa/Indica de stature courte et dense. Un peu plus courte et buissonante que la Marocaine, elle a une teinte rouge foncée. Le légendaire hash Libanais Rouge tient sa propre place. Le Libanais rouge a un goût et un arôme distinct de pin / genévrier, avec une fumée exhalée comme du cuir épicé piquant. Il était rude pour les narines et les sinus.

 

La plupart du hash Libanais Rouge était tamisé et pressé, à l'exception de la légendaire Honey Oil de Libanais Rouge. Cette fameuse huile, disponible pour moi uniquement entre 1973 et 1977 était une classe à part entière. L'huile avait une odeur rude de cèdre/genévrier. C'était le produit le plus puissant et se répandant le plus dans les poumons que j'ai rencontré avec le Cannabis. Nous achetions ces pipes à huiles en verre, simplement pour découvrir qu'elles étaient inutiles puisque personne ne pouvait tenir la moindre bouffée de ce matos.

 

Il fallait enduire un papier de cigarette à rouler avec l'huile, ou il fallait la chasser de l'intérieur d'une pile d'herbe avec une flamme chauffant le dessous. C'était vraiment un truc des plus fins. Les huiles isomérisées et faites maison des années 80 font pâle figure en comparaison de la grande Libanaise Rouge.

 

Le Libanais blond, "le hash du travailleur", était d'une moindre qualité que le hash Rouge, et les quantités coutaient moins cher. Il était moins dense, laissant apparaitre un gramme comme plus volumineux et donnant l'illusion d'une économie. Le bon Libanais blond avait du caractère, une odeur et un goût épicé/boisé plus également un goût propre et boisé. Le high était un peu plus up que le Rouge, améliorant son attrait pour les travailleurs.

 

 

Lebanese Red and Blonde

 

La libanaise est un autre croisement sativa/indica de petite stature et densité. Un peu plus petit et touffu que la marocaine, elle a une tonalité rougeâtre et foncée.

 

Le haschisch Red Lebanese est digne de la légende qui l'accompagne. "Red Leb" avait une saveur et un arôme particuliers de pin et de genévrier, dont la fumée exhalée rapellait le cuir, fort et piquant. C'était irritant pour les sinus et les voies nasales.

 

En général le Red Leb était tamisé puis pressé, sauf dans le cas de la légendaire "Red Lebanese Honey Oil". Cette célèbre huile, qui m'a été disponible de 1973 à 77, était un autre produit à part entière. Elle avait une odeur piquante de genévrier et de cèdre bien à elle. C'est la substance cannabique la plus puissante que j'ai jamais rencontrée, à s'en dilater les poumons. Acheter ces pipes en verre, pour l'huile se serait avéré tout à fait inutile, car personne n'aurait pu fumer la moindre douille de ce truc.

 

L'huile devait être enduite sur le papier à rouler ou sur le côté d'une cigarette, ou bien être coulée dans un peu d'herbe grâce à une flamme. C'était vraiment des plus délicieux. Les huiles maison isomérisées des années 80 furent bien pales en comparaison de la fantastique Red Leb.

 

Lebanese Blonde, "le hash du travailleur", était d'un niveau inférieur au Red, tout en étant moins cher. Il était moins dense, faisant apparaître le gramme plus gros, et donnant une impression -illusoire- d'économie. Un bond "Blond" avait du caractère, et arôme et un parfum d'épices et de bois, en plus d'un goût boisé très clair. La défonce est un peu plus up qu'avec le Red, convenant aux gens qui travaillent.

DJ Short, juin 2005

Tiré du post de Reggeaman sur Centralisation d'infos des Landraces

Texte original

traduit par Quinoa@FCF

 

 

Témoignages de cultivateurs de souches du Liban: (ancien forum Vibes Collective)

 

Rahan[/color]"]

: "Je n'ai eu qu'une courte expérience avec les souches du Liban. C'était de graines que j'avais acheté à une compagnie suisse. A ce moment, j'étais en train de reproduire plein de souches en même temps, et je dois dire que la Libanaise n'était pas une priorité puisqu'elle était déjà préservée et vendue par quelqu'un d'autre.

 

J'ai fait pousser 10 individus dans un petit espace de végétative avec des néons, puis je l'ai fait fleurir toujours sous des néons. La souche poussait avec pas mal de vigueur, comme une indica courte et trapue. Les mâles ont commencé à fleurir sous le cycle de lumière 18/6 donc j'ai du passer les femelles en floraison rapidement.

 

La lignée ne semblait pas adaptée à l'indoor, ou c'est moi qui était tellement pressé que je ne m'en suis pas bien occupé; les individus n'ont pas assez poussé pour donner une grande quantité de têtes, mais elles avaient pas mal de résine dessus.

 

Les graines étaient grosses, grises et rayées de noir. Le high m'a rappelé le bon vieux hash que je fumais lorsque j'étais plus jeune, très moelleux et doux, un bon produit pour finir la journée et trouver du repos.

Cependant, je n'ai pas gardé la souche car j'avais trop de projets de préservation et celle là était déjà sauvée."

 

 

Nomadic[/color]"]Arômes: il y a une légère variation entre les deux phenotypes. Le pheno plus clair donne des odeurs de citron et de pin, comme des cyprès ou de l'eucalyptus avec un touche discrète de hachisch. Le pheno plus foncé a une odeur de citron un peu plus discret avec d'avantages de touches florales et de pin, aussi un peu d'eucalyptus. Enfin les deux sentent vraiment très bons. Mmmmm!

 

La fumée: Toutes les femelles donnaient le même goût riche de hachisch au pin et citron qui te couvre la bouche agréablement. La fumée est très douce et dégage un petit parfum de hachisch très agréable.

 

Effet: Ici il y avait aussi un peu de variation entre les deux phenotypes. Les deux partagent pas mal d'aspects en commun. Pourtant le phenotype foncé possède une intensité plus élevée et une durée plus longue. Toutes les femelles ont un effet presque instantané, des fourmillements presque immédiats dans la tête et avant d'avoir terminer de la fumer ça t'endort un peu la bouche.

 

Toutes me donnaient cet effet fabuleux de fourmillement dans tout le corps et dans la tête, des vagues d'une énergie détendue et très agréable. La sensation est d'être détendu mais high à la fois. Ca te donne envie de t'allonger et de planer et de te laisser emporter totalement. La tête tourne mais c'est très agréable. C'est pas du couchlock, mais du floorlock! C'est très planant et hallucinogène et par moments presque orgasmique. Tu ne peux rien faire d'autre pendant 2 heures pendant lesquelles tu es en extase. Le vrai effet libanais!

 

Le pheno plus clair n'est pas aussi intense, c'est plus animé, quoique tu es encore bien défoncé mais tu peux contrôler l'intensité plus. Avec le pheno foncé au bout de quelques heures d'un coup tu t'animes, de fous rires, une envie terrible de manger et voilà que c'est parti pour 2 heures et demi de plus de délires plus animés.

Le pheno clair descend plus progressivement d'une manière douce et agréable, mais c'est encore pire pour manger. Gare au frigo!

 

L'effet a beaucoup de personnalité et des vibrations très pures et propres. Aucun parano, aucune malaise, rien de gueule de bois, que du positif!

 

Puissance: Encore de la variation. Le phénomène clair plus sativa c'est du 6-7/10. Le phenotype foncé c'est du 9.

 

Hachisch: c'est très doux avec une odeur délicieuse de pin citron un peu terreux. La souche donne moins de quantité que des hybrides modernes mais ça reste très acceptable. L'effet est encore plus puissant et intense.

 

Impression globale: J'adore cette souche cultivé en extérieur dans mon climat. De culture très facile, excellente résistance aux pestes, besoin de peu d'eau, elle supporte la chaleur et les conditions ici parfaitement et donne un bonne quantité de têtes bien résineuses et collantes.

 

Ca se fume (trop) bien, j'adore les arômes et son bon goût. L'effet est un de mes préférés de tous les temps. Elle a un peu de magie pour moi, peut-être par nostalgie de mes premières expériences avec du leb red. C'est certain que la souche a besoin d'un peu de travail, mais elle peut être améliorée encore.

 

Le phenotype foncé c'est de la première qualité, quoique la claire est aussi très bien pour quand tu as envie d'une expérience moins intense et ou tu as envie d'être plus actif. De toutes les souches de hachisch que j'ai essayé cette année: Taskenti, Maple Leaf, Nepali, Pine Tar Kush ..... C'est celle-ci que je cherche en premier. C'est trop délirant et possède des qualités spéciales.

 

Ce n'est pas pour la puissance mais pour cet high si précis, clair et exstatique avec une qualité spirituelle comme peu d'autres. Le souche a gagné une place définitive dans mon jardin je crois.

 

Pour l'authenticité .... J'avais peur que quelqu'un avait fait un backcross ou outcross avec la ligne mais l'effet de toutes les femelles possèdent les mêmes qualités fondamentales dans le fond. C'est exactement comme du bon red ou blond, juste plus puissant parce que cultivé dans de meilleures conditions!

 

Par contre je suis confus de voir que la souche n'avait pas donné les mêmes résultats pour Rahan. Peut-être que c'est une vraie souche extérieure qui seulement démontre tout son potentiel en culture out dans un climat méditerranéen.

 

Pour moi la libanaise est un des classiques depuis longtemps pour une raison; la qualité presque unique de son effet et cette odeur et goût. Comme médecine c'est parfait pour des gens avec des problèmes pour manger, la dalle que ça donne est incroyable. C'est très agréable à partager avec d'autres, ça vous met sur la même longueur d'ondes. Je suis très heureux d'avoir trouvé une bonne souche libanaise qui donne bien dans mon jardin

 

(...)

 

Tout le hash a été fumé ce weekend pour le plus grand plaisir de tous Ca fait longtemps que j'ai pas vu un délire collectif du genre, à rouler par terre avec des fous rires, bouffer comme des morts de faim et beaucoup de trucs franchement bêtes .Le rendement pour le hash était normal, il avait assez bonne mine, assez foncé, très dur mais poudreux à la fois. En in je ne crois pas que cette souche peut se cultiver avec d'aussi bons résultats, il y a une grande distance entre les noeuds, peut-être trop de variation et tu sens que c'est une souche qui a vraiment besoin d'un soleil chaud et puissant pour sortir son potentiel.

 

 

Les Breeders chez qui on peut en trouver

- BlueHemp - Fiche Variétale Strainguide

- The Real Seed Company - Fiche Variétale Strainguide

 

 

Les Strainguides des Cannaweedeurs

- Red Lebanese (BH) Jeannoublie - Nomad

- Lebanese (RSC) Mister D

  • Like 1


2 Comments


Recommended Comments

Salut, génial ton sujet sur les libanaises ^^, par contre je suis aller sur le site the real seed compagny, et ils n'ont plus de liba :shock: .

 

C'est une variété que je sais déjà a la l'avance de je vais en cultiver ^^, et me faire un bon shit maison de liba :crame:

 

A plus !

 

PS : j'ai lu tout tes autre articles, mais j'ai pas poster :siff: , mais c'est gg ton travail, surtout la vietnamien black :D !

Share this comment


Link to comment