penacho

Sauvons nos enfants du cannabis, il y a urgence !

Recommended Posts

penacho

Sauvons nos enfants du cannabis, il y a urgence !

Tribune 

Pr Jean-Pierre Pujol, Pr émérite de l’université de Caen, membre du Centre national de prévention, d’études et de recherches sur les toxicomanies (C.N.P.E.R.T).

  • La Croix 
  • le 06/05/2019 à 14:31 

 

etude-Neo-Zelandaise-montre-1-000-adoles

 

À l’heure où le marché florissant du cannabis suscite la convoitise de lobbys sans scrupule qui prêchent pour sa légalisation, il est urgent de rappeler quelle est la situation de ce fléau dans notre pays et les ravages qu’il génère chez nos ados.

Le cannabis n’est pas une « drogue douce », comme certains voudraient le faire croire à notre jeunesse. Déjà 300 000 enfants de 12 à 15 ans ont expérimenté ce produit et souvent son usage est associé au tabac et à l’alcool, ce qui aggrave encore les méfaits sur l’organisme.

Il faut savoir que la consommation du cannabis est responsable de 300 morts de la route et que le risque d’accidents mortels est 14 fois plus grand lorsque l’alcool est associé.

 

De plus, les troubles physiques et psychiques sont nombreux, menant souvent à la violence, à une forte tendance suicidaire et parfois même à la schizophrénie. À cet égard une étude Néo-Zélandaise montre que sur 1 000 adolescents qui avaient commencé à consommer au collège, 100 d’entre eux (10 %) étaient devenus schizophrènes à 18 ans.

Perte irréversible du Quotient Intellectuel

Fumer du cannabis provoque une perte d’attention chez les élèves, une difficulté à suivre les cours, à mémoriser les données, et compromet gravement le parcours scolaire. Les enseignants nous disent qu’ils ont affaire à des individus complètement apathiques, démotivés et parlent de la « drogue de la crétinisation ». Une perte irréversible de 9 points de Quotient Intellectuel (Q.I.) est d’ailleurs observée chez les consommateurs permanents.

Ce tableau ne fait que s’assombrir avec l’augmentation du taux de THC (tétrahydrocannabinol) dans les produits actuels. Il faut ajouter que l’addiction au cannabis, surtout lorsqu’elle apparaît très tôt chez les adolescents, conduit parfois à la recherche de drogues encore plus néfastes, comme la cocaïne et l’héroïne.

 

Comment, dès lors, peut-on plaider en toute conscience pour une légalisation du cannabis dans notre pays ? L’argument de certains serait d’invoquer les vertus thérapeutiques potentielles de cette drogue, et c’est le truchement par lequel sont passées les nations qui ont choisi cette option, comme le Canada récemment. Mais les données expérimentales dont nous disposons actuellement ne permettent pas de considérer le cannabis comme un médicament car il se montre très inférieur aux substances déjà mises sur le marché et utilisées dans les pathologies concernées, avec par contre des effets secondaires importants, notamment sur la sphère cardio-vasculaire. On peut admettre que les recherches sur certaines substances présentes dans la feuille de cannabis puissent se poursuivre mais ceci n’implique pas pour autant de passer à la légalisation.

Une crise sanitaire nationale

Contrairement à des pays comme la Suède, qui a mis en place une politique efficace de lutte contre la toxicomanie, basée à la fois sur la répression et sur la prévention, les pouvoirs publics français ne se montrent pas à la hauteur d’un problème qui s’apparente à une crise sanitaire nationale. D’ailleurs, la France est classée en tête des 28 états européens pour la consommation de cette drogue. Combien de temps faudra-t-il pour que l’on prenne conscience de l’urgence d’intégrer dans les programmes scolaires, et ce dès l’école primaire, une information auprès de nos enfants sur les dangers de cette drogue « lente » ? Il faut absolument que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, associé à la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, mette en place de façon urgente un plan scolaire d’information dont l’exécution serait supervisée en région par les recteurs d’académie.

Des structures d’accueil pour les parents

Enfin, avec la demande pressante de nos concitoyens d’une plus grande proximité des services publics, il serait intéressant de prévoir des structures d’accueil pour les parents touchés par ce problème et qui vivent un drame familial de façon silencieuse. Ces derniers, bien souvent considèrent comme déshonorante la situation de leur enfant atteint par le fléau et refusent d’en parler. Ils ne savent pas à quel service s’adresser pour trouver des spécialistes qui soient à l’écoute et leur permettent de « tirer d’affaire » leur enfant. Seul un soutien médical et familial peut laisser espérer un retour à la normale avant qu’il ne soit trop tard. Pourquoi ne pas prévoir de telles structures au sein des maisons « France Services » proposées par le président de la République ?

 

https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Sauvons-enfants-cannabis-urgence-2019-05-06-1201019941

Edited by penacho
  • Haha 2
  • Confused 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest cheezo

Ola

 

L'homme qui à écrit cet article fait partie du C.N.P.E.R.T (Drogaddiction) avec le fameux Costentin (qui préside tout ça). :siff:

Si un rajoute le média qui vise les culs bénis... Un petit relan de vieille France parfumé à la pastille Vichy m'agresse l'odorat.

 

Peace

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
PierreRichard

Yop,

 

C'est bien connu que les promotteurs de la légalisation veulent absolument tous que la fumette soit obligatoire chez tous les enfants à partir de 8 ans, c'est même le coeur de notre combat... Quelle brochette d'abrutis. On leur explique que c'est compliqué d'imposer des règles d'hygiène et sécurité aux mafias en charge du traffic dans nos pays ? On peut éventuellement faire une rappel sur le principe de l'attrait de l'interdit mais bon, j'imagine qu'ils maitrisent leur sujet.

 

Vive La Croix, vive Dieu, vive le Roy ! :D

 

Peace

  • Like 6
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Labbe2000

Salut

 

J'ai eut du mal à venir à bout de l'article tellement c'est cliché.

 

Association du cannabis et de la schizophrénie, de la toxicomanie, de l'escalade vers des drogues de synthèse, de l'échec scolaire, à la baisse du QI (la drogue qui rends teubé), aux accidents de la route (alors que l'objet est la consommation chez les ados de 12/15 ans), tout y passe et sans aucun aucun recul sur les affirmations énoncées...

On en parle de l'administration d'anti-dépresseurs à des ados du même age? Pareil pour les opioïdes massivement prescrits, notamment à enfants et ados aux Etats Unis ...

 

Après je suis d'accord qu'il y a un problème d'information en France notamment auprès des jeunes.

Ado j'avais le choix entre le discours officiel "cannabis = drogue = crack" et le discours officieux "le cannabis est inoffensif, les neurones repoussent jusqu'à 20 ans".

Et maintenant c'est limite pire, on as ce genre d'article alarmiste VS des post faceb "le cannabis guérit le cancer"...

C'est le genre de truc qui contribue au fait que le cannabis fait partie du parcours d'un Français sur deux, maintenant on préfère mettre en lumière les cas ou une situation particulière associée à la consommation de cannabis entraine des répercutions négatives en associant les répercutions négatives uniquement sur la consommation de cannabis et pas sur la situation particulière... Tout en ignorant tous les cas ou la consommation de cannabis est globalement non négative, voir bénéfique...

 

"La croix" et la bannière pour trouver des informations documentées, synthétiques et objectives :lol:

 

++

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
FranckyVincent

Salut,

 

Certains points de l'article sont forts discutables en effet mais faut pas se voiler la face, il y a aussi des vérités qui y sont dites.

 

il y a 12 minutes, Labbe2000 a dit :

C'est le genre de truc qui contribue au fait que le cannabis fait partie du parcours d'un Français sur deux, maintenant on préfère mettre en lumière les cas ou une situation particulière associée à la consommation de cannabis entraine des répercutions négatives en associant les répercutions négatives uniquement sur la consommation de cannabis et pas sur la situation particulière... Tout en ignorant tous les cas ou la consommation de cannabis est globalement non négative, voir bénéfique...

Comme tu le précisais plus tôt, l'article cible les ados, et pour cette tranche d'age les répercutions positives de la consommation de cannabis sont quand même infimes comparées à ses répercutions négatives.

 

++

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
penacho

Salut,

 

Entre cet article et celui relayé par Cheezo (https://www.cannaweed.com/forums/topic/221569-«quand-le-marketing-du-cannabis-vise-à-faire-oublier-ses-ravages-chez-nos-adolescents»/)

j'ai l'impression que l'on assiste à une opération de désinformation de la part du CNPERT...

2 articles à 3 jours d'intervalle dans 2 journaux de droite conservatrice (l'un appartenant 100% à la famille Dassault, l'autre 100% aux Augustin de l'assomption (bayard)).

Et aussi,  n'y aurait-il pas des élections européennes bientôt ?

 

Cannabises!

 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
PierreRichard
il y a 10 minutes, FranckyVincent a dit :

Salut,

 

Certains points de l'article sont forts discutables en effet mais faut pas se voiler la face, il y a aussi des vérités qui y sont dites.

 

Comme tu le précisais plus tôt, l'article cible les ados, et pour cette tranche d'age les répercutions positives de la consommation de cannabis sont quand même infimes comparées à ses répercutions négatives.

 

++

 

Yop,

 

Farpaitement, il est indéniable que la conso de canna ou d'alcool de façon trop précoce (avant 20 ans +-) est néfaste pour le développement du cerveau (entre autre, fonction du type de conso), je pense que personne ne conteste ça même les plus illuminés de nos soutiens. La légalisation faciliterait le contrôle en plus de supprimer ce possible attrait de l'interdit. Je le pense en tous cas mais je peux clairement me gourer. Sans même parler du contrôle de la qualité / propreté intrinsèque du produit vendu par un réseau légal et donc normé et controlé par un organisme étatique ou indépendant.

 

Peace

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Labbe2000

Salut Francky

 

Je dit pas que l'article dit 100% de conneries, mais que les propos ne sont pas mesurés et le lien de causalité cannabis-problème toujours direct et systématique.

 

Je ne fait pas l'apologie du cannabis, j'essaie juste de mesurer et mettre en perspective les arguments présentés par l'article qui pour moi n'est pas assez objectif pour convaincre et contribue à crédibiliser des discours officieux encore plus inexacts.

 

++

 

 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Demourok
2 hours ago, penacho said:

 

 

De plus, les troubles physiques et psychiques sont nombreux, menant souvent à la violence, à une forte tendance suicidaire et parfois même à la schizophrénie. À cet égard une étude Néo-Zélandaise montre que sur 1 000 adolescents qui avaient commencé à consommer au collège, 100 d’entre eux (10 %) étaient devenus schizophrènes à 18 ans.

 

 

Salut 

 

Et pourtant la nouvelle zélande a l'air de vouloir faire bouger les choses ....

 

https://www.newsweed.fr/nouvelle-zelande-cabinet-ministeriel-details-referendum-cannabis-recreatif/

 

A++

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
chauvelu

Bonjour les jeunes, c'est papy,

 

Hé hé on se croirait revenu aux années de gloire de Claude Olievenstein avant qu'il ne vire sa cutie et finisse par réclamer une législation moins draconienne.

J'ai une meilleure idée : nous pouvons constater que respirer tue, la preuve en est, tout ce qui respire meurt. Interdisons immédiatement aux enfants de respirer !

 

Pétard anaérobie pour tous.

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
juju93

Plop,

 

Il font chier à Cean , ok ok ont a bien compris que leur médoc c'est vachement mieux... 

 

Faut pas oublier que ces mêmes personnes n'hésite pas a faire ingurgiter du valium et autre joyeuseté au ados sans que sa pose le moindre problème de conscience. 

 

++

 

 

Edited by juju93
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Breizh_Grower

Salut, 

 

?

 

Voilà ma contribution au débat... 

 

Nan mais sérieux là... Un prof d'université qui rédige un article sans citer ses sources... Aucun intérêt, c'est de la propagande.

 

Mais bon après tout, on sait que le glyphosate n'est pas dangereux pour la santé, donc plus rien ne m'étonne... 

 

A + ! 

Edited by Breizh_Grower
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Shambhala

plop,

 

y'a moins de caca dans une fosse sceptique que dans la bouche de ce professeur.

Mon com est certes pas très constructif mais la métaphore me fait sourire......

C'est jamais blanc ou tout noir, un peu de nuances svp

 

Et puis même s'il est vrai que précocement consommer le cannabis peu avoir des effets néfaste ( tout l'alcool mais légal lui)

il faut voir la situation dans son ensemble, entre un jeune sans problème qui teste la weed et fume occasionnellement festoiement

et celui qui trouve un refuge ou un moyen de fuir son existence car la famille est déchiré, vivant dans le mal être permanent

le berceau familial est(très très souvent)t le premier responsable pour beaucoup de fumeur abusif précoce

 

Shambhala

Edited by Shambhala
  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Breizh_Grower

Re,

Effectivement, si le produit était légal comme l'alcool, nous nous fouririons par des voies légales et exit la vente aux mineurs... Ca setait plus simple... Après c'est pas faux que les variétés d'aujourd'hui provoquent plus d'accoutumance qu'a la fin du siècle dernier. Mais c'est un peu comme l'alcool:il y a des alcools forts et des moins forts... En tout cas ce mec va a l'encontre de l'évolution de la consommation et de la legislation européenne vis a vis de ce produit... 

 

++

Share this post


Link to post
Share on other sites
karmik

hey,

 

un ramassis de merde ce torchon. Sur le fond ok, le cannabis avant 18/20 ans c'est pas top.... mais cet article basé sur l'émotion,  aucune sources, au chiffre et même des contres vérités scientifiques... faut bien révolter les gens dans leurs chaumières, râler sur les drogués plutot que sur le président lol.

 

++

il y a 3 minutes, Breizh_Grower a dit :

Re,

Effectivement, si le produit était légal comme l'alcool, nous nous fouririons par des voies légales et exit la vente aux mineurs...

 mwai, un mineur qui voudra toper trouvera toujours du marché noir pour se fournir malheureusement.

 

++

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest cheezo

Ola

 

Citation

si le produit était légal comme l'alcool, nous nous fouririons par des voies légales et exit la vente aux mineurs...

 

Bof, l'alcool et le tabac sont interdit au mineurs. Pourtant seul 12% des jeunes de 17 ans déclarent ne jamais avoir bu ou fumer que ce soit tabac ou cannabis. L'état est très laxiste sur la question. Jamais entendu parlé d'un Carrefour perquisitionné. :D

 

De plus la consommation de produit du genre chez les jeunes faits partie d'une sorte de ''rite social'' avec la découverte de nouvelle expérience en groupe,etc... C'est plus complexe qu'une histoire de légalité ou pas. 

 

Par contre sortir du dogme répressif aiderait fortement la prévention et la prise en charge des abus, autant chez les jeunes que chez les adultes. Ça c'est indéniable.

Un jours les yeux s'ouvriront!

 

Peace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Breizh_Grower

Re,

Je suis effectivement d'accord avec toi @karmik mais la legalisation limiterai fortement l'accès au produit pour les mineurs, car l'interdit levé suciterai moin d'envie de le braver. De plus tous les commerçants ne sont pas sans morale. 

 

+

 

Edited by Breizh_Grower
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
karmik

re,

 

waip, mais il faudrait surtout une bonne prévention à l'école.

 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Breizh_Grower
Il y a 2 heures, karmik a dit :

re,

 

waip, mais il faudrait surtout une bonne prévention à l'école.

 

 

Re, 

 

Lol, ma première clope a été a 12 ans après une session de prevention contre le tabac... Resultat : une baffe de mon père et j'ai pas recommencé pendant 6 ans ! Comme quoi, le rôle de la famille... Ou de l'exercice du droit de correction... ?

 

Allez tchussss! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
FranckyVincent

Salut,

 

Il y a 9 heures, cheezo a dit :

Par contre sortir du dogme répressif aiderait fortement la prévention et la prise en charge des abus, autant chez les jeunes que chez les adultes. Ça c'est indéniable.

Un jours les yeux s'ouvriront!

ça c'est un argument pro-légalisation souvent mis en avant alors que la prévention peut très bien être faite indépendamment de la situation de légalité. La prise en charge des abus aussi; mais n'est-elle pas déjà mise en place?

 

++

Share this post


Link to post
Share on other sites
Indi-Punky

Yop

 

Il y a 1 heure, FranckyVincent a dit :

ça c'est un argument pro-légalisation souvent mis en avant alors que la prévention peut très bien être faite indépendamment de la situation de légalité. La prise en charge des abus aussi; mais n'est-elle pas déjà mise en place?

Pourtant les pays comme le Portugal en dépénalisant toutes les drogues ont pu mettre en place un vrai suivi du patient, une RDR adapté et on voit les résultats.

 

Le problème de l’illégalité du canna en France , c'est que cela limite les actions de RDR, tu ne peux pas sinon tu tombe sous le coup de la loi...

Donc oui rendre le produit légale faciliterai la mise en place de RDR et de prise en charge.

Il est impossible de faire une prévention, information correct sur un produit dont il est interdit de parler, de faire des recherches etc etc

 

A l'heure actuel un consommateur de drogues est un drogués au yeux de la loi, la légalisation/dépénalisation ferais passer les drogués dans la case malade. Et là ce n'est pas le même discours, ni le même résultat.

 

Un exemple con mais les associations qui font des tests sur les produits dans les teufs bien que reconnue par l’état d'utilité publique sont illégale...

 

 

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
FranckyVincent

Salut,

 

Indy, pour la RDR, j'avais pas vu le problème, mais en effet je suis d'accord avec toi, à partir du moment où tu ne peux pas analyser/étudier/connaître exactement le produit consommé, difficile de travailler derrière sur le consommateur.

Par contre pour la prévention, je suis bien moins d'accord. Il n'est pas interdit de parler du cannabis mais d'en faire son apologie, c'est une nuance importante. Et de ce fait, je pense qu'il est tout à fait possible de faire de la prévention, de dé-diaboliser un produit ou de dé-stigmatiser son consommateur sans pour autant faire l'apologie du dit produit.

 

++

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Indi-Punky

Re,

 

Ben oui et non, tu a des acteurs de l'associatif qui arrive a faire de la prévention, mais a quels prix? Arrestation, GAV, confiscation du matériel, difficulté simplement à obtenir le matériel pour les actions etc

Et la prévention officielle de l’état est, on le sait très bien biaisé par un partie pris et un obscurantisme notable.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Inears

Yop ?

Pour la prévention, le rôle des parents est un facteur important ?? a+ ✌

 

 

Edited by Inears
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest cheezo

Ola

 

Citation

la prévention peut très bien être faite indépendamment de la situation de légalité. La prise en charge des abus aussi; mais n'est-elle pas déjà mise en place?

 

Pour la première partie de ta phrase, je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est plus une question de volonté de la part de l'état.

Concernant la prise en charge d'abus, c'est un peu plus complexe (pour pas changer :rire: ). Pour faire court, ils s'en battent le coquillage encore une fois, ce n'est pas la mission qu'ils ont choisis de défendre en France. Approche répressive et  hyper agressive envers les consommateurs.

 

Les chiffres parlent d'eux-même. On est le pays le plus répressif, et on compte le plus de consommateur d’Europe, jeune et moins jeune.

Qu'arrive-t-il à un consommateur de drogue lorsqu'il se fait arrêter?

La seul réponse qu'ils savent apporté est la sanction. Pour le reste, on est sur du stage sensibilisation auprès d'une entreprise privé à 350€/jours :dtc: . Les mesures contraignantes de soins sont prononcé pour moins de 2% des infractions sur la législation des stup. Alors que c'était une mesure phare de la loi de 70 selon le rapport de l'OFDT.

 

Après on pourrait parler des solutions apporté dans ces centres de soins et du sevrage à base de medoc... sans parler de plus de 40% des gens qui y vont pour du cannabis y sont obligé par la justice, une partie des 2%. En théorie, si tu te base sur les chiffres, tu as plus de chance de finir dans un centre de soin pour consommation de cannabis que pour une autre drogue illicite.

 

Citation

Et la prévention officielle de l’état est, on le sait très bien biaisé par un partie pris et un obscurantisme notable. 

 

Même si on enlève les biais, elle se résume à quoi cette prévention? Un flic qui vient te raconter des histoires pendant deux heures durant ta scolarité et quelque spot de pub censé plaire au djeunz. :rire:

 

Et puis merde, faut pas oublier qu'il s'agit d'une loi d’exception contraire au droit commun. Des moyens disproportionné qui n'ont pas été apte à protéger la jeunesse. Bien au contraire, la répression s'acharne surtout chez les plus jeunes. :manif:

 

Les gens sont de moins en moins réceptif à leurs faux dilemmes dont le vide à déjà été prouvé. Y compris la légende qui veut que le trafic de stup profite à certaine zone... :rolleyes:

 

Peace

Share this post


Link to post
Share on other sites