Californie: dans des vignobles, la ruée vers le cannabis laisse un parfum d'amertume


Recommended Posts

Lompoc (United States) (AFP) - Agriculteurs traditionnels et producteurs de cannabis sont à couteaux tirés dans l'un des vignobles réputés du sud de la Californie, où la ruée vers l'herbe déclenchée par la légalisation de cette drogue laisse un parfum d'amertume, notamment chez les viticulteurs.

 

0cbd25e39b86086c5a29a4ae7287f8fcf95e8e24

Les gigantesques serres abritant des exploitations de cannabis ont été construites en mars 2019 au beau milieu des vignobles de la vallée de Santa Ynez, dans le comté de Santa Barbara (Californie) ((c) Afp)

 

Depuis novembre 2016 et la loi autorisant l'usage récréatif de marijuana dans toute la Californie, les vignerons et de nombreux habitants du comté de Santa Barbara se plaignent d'être envahis par des voisins indésirables, dont le cannabis empuantirait non seulement l'atmosphère mais bouleverserait aussi leur mode de vie.

"C'est la plus importante menace pour le secteur viticole que j'ai vue depuis que je suis arrivé ici voici 25 ans", déclare à l'AFP Stephen Janes, gérant des vignobles Pence Vineyards, à environ 200 km au nord-ouest de Los Angeles.

En cause: le développement fulgurant des exploitations cultivant du cannabis, qui ont déjà colonisé plusieurs centaines d'hectares à la faveur d'une réglementation particulièrement souple dans ce comté.

 

Des millions de plants de marijuana, dont chaque hectare peut valoir plusieurs millions de dollars, ont ainsi littéralement fleuri sur les coteaux des vallées de Santa Ynez et Santa Maria, aux côtés des pieds de vigne.

Plus au sud, dans la petite ville côtière de Carpinteria, les serres jusqu'alors consacrées à l'horticulture abritent désormais du cannabis, au grand dam de certains riverains.

 

"Maintenant, je dois porter un masque quand je sors dans mon jardin et mes petits-enfants ne me rendent plus visite à cause de l'odeur", soupire Joan Esposito, arrivée voici 36 ans dans la ville.

 

301d52e0a49e71b8f2d88f6843ad7b4fb7f2d53f

Les serres horticoles qui se dressent à Carpinteria, en bordure de zones résidentielles, ont été reconverties pour abriter des plants de cannabis
afp.com - DAVID MCNEW

 

- "Le cannabis domine le marché" -

 

Dans les collines de Santa Rita, réputées pour leur pinot noir, une enfilade d'arceaux recouverts de bâches blanches s'étend à perte de vue parmi les vignobles. Il s'agit là encore du précieux cannabis.

 

"Ca ne ressemble à rien de ce qu'on a connu et c'est arrivé très vite. Personne n'avait anticipé l'impact visuel", souligne Kathy Joseph, propriétaire des caves Fiddlehead et des vignobles Fiddlestix. "Maintenant, c'est le cannabis qui domine le marché, de plus d'une façon", estime-t-elle.

Viticulteurs, producteurs d'avocats et autres agriculteurs traditionnels se plaignent d'être obligés d'adapter leurs pratiques aux exigences du cannabis, notamment incompatible avec l'utilisation de pesticides chimiques.

 

"C'est un vrai cauchemar", déplore Mme Joseph, contre laquelle un voisin a porté plainte, l'accusant de mettre en danger son herbe par les traitements qu'elle pulvérise sur ses vignes.

"Ca fait 40 ans que je me consacre à faire du vin, et en tant que viticulteurs, nous sommes soumis à des contrôles stricts", insiste-t-elle. "Mais cette année, je vais probablement perdre ma récolte de chardonnay, d'une valeur de 50.000 dollars, car j'ai dû employer un pesticide qui n'est pas aussi efficace contre le mildiou".

Sollicitée par l'AFP, l'organisation représentant les quelque 900 cultivateurs de cannabis du comté n'a pas réagi.

 

 

61654a261c4e8d5b98897a15cfe3793a0f997639

Kathy Joseph, viticultrice exploitant les vignobles Fiddlestix, désigne une ferme de cannabis qui jouxte ses pieds de vigne depuis mars dernier
afp.com - DAVID MCNEW

 

Des responsables du comté de Santa Barbara, qui fixe la réglementation régissant la culture de la drogue douce, ont pour leur part reconnu que les autorités locales auraient dû mieux encadrer le développement de ce marché.

"Je suis très soucieuse de l'impact des exploitations de cannabis à l'air libre dans la vallée de Santa Ynez", a déclaré à l'AFP l'une d'entre elles, Joan Hartmann, qui assure travailler à des mesures correctives.

 

- Contrôle des odeurs ? -

 

Graham Farrar, président de l'Association des producteurs de cannabis responsables, jure que ses collègues font tout ce qu'ils peuvent pour entretenir des relations de bon voisinage. Ils installent des systèmes de contrôle des odeurs et contribuent à l'économie locale, affirme-t-il à l'AFP.

"La communauté soutient le cannabis" et l'odeur n'est pas un problème, balaye-t-il d'un revers de main. "Beaucoup de ceux qui parlent de l'odeur n'aiment pas ça (...) parce qu'ils pensent que le cannabis est immoral", fait valoir M. Farrar.

 

 

92101801b0feca1eae9fafc62f1701c1aaf1c2b7

Une exploitation de cannabis de la vallée de Santa Ynez, dans le comté de Santa Barbara (Californie), photographiée le 6 août 2019
afp.com - DAVID MCNEW

 

L'argument a du mal à passer chez Stephen Janes, qui dément toute opposition de principe au cannabis. Comme ses collègues, il veut juste pouvoir poursuivre son activité sans qu'un parfum de chanvre ne vienne polluer les salles de dégustation.

"L'industrie (viticole) est ici depuis 40 ou 45 ans et contribue pour 1,8 milliard de dollars à l'économie locale (...) Je ne pense pas que ce soit juste qu'une autre industrie débarque et nous oblige à changer nos façons de faire", plaide-t-il.

 

eca0a2212e06dd5c52fc001db569251664496778

Maureen Foley Claffey montre les nouvelles fermes de cannabis situées juste de l'autre côté de sa clôture, dans la petite ville côtière de Carpinteria (Californie), le 6 août 2019
afp.com - DAVID MCNEW

 

D'autres préfèrent partir sans attendre de voir si la situation va s'améliorer. C'est le cas de Maureen Foley Claffey, qui a grandi à Carpinteria et dont la maison est désormais cernée par du cannabis.

"Tout ça a dressé les voisins les uns contre les autres. J'ai déjà perdu des amis, et maintenant je perds ma maison".

 

Par Jocelyne ZABLIT - AFP

 

Source: tv5monde.com

  • Like 5
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

hey,

 

oh mon dieu a cause du cannabis je ne peux pas répandre de poison dans les vignes....

lololol

Ok pour l'odeur, PEUT ETRE  que ça peut etre problématique. Mais de là à se plaindre qu'on ne peut plus répandre de pesticides...

Sa récolte de vigne sera peut etre moins conséquente, du coup les ricains vont acheter du vin français et relancer notre économie!

 

Merci le cannabis

 

++

  • Like 6
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Wa gwaan.

 

Je peux comprendre les vignerons qui se plaignent.

Imaginez-vous, dans un futur proche ou lointain, vous avez votre culture de cannabis légal. Le business tourne et là paf une nouvelle tendance agricole apparaît et commence à concurrencer votre business des produits dis "de relaxation". Que faites-vous ?

Vous avez peur pour votre futur et c'est humain.  

Maintenant si les vignerons sont de bon businessman il devrait proposés des vins qui accompagnent les différentes variétés d'herbes.

Tout comme c'est déjà le cas pour la nourriture ou le fromage. 

 

Par contre je ne vais pas les plaindre sur le fait qu'il devront mettre moins de pesticide. 

Citation

Ok pour l'odeur, PEUT ETRE  que ça peut etre problématique. Mais de là à se plaindre qu'on ne peut plus répandre de pesticides...

 

Donc cannabis +1, pesticides -1.

 

Me a go

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Salut 

 

Ben oui pauvres vignerons , ils avaient leur petits monopoles pour se faire un max légalement , a grands coups de produits phytos...

Quand a l'odeur , est elle pire qu'un élevage de canard ? Auraient ils fait tout un foin si d'autres activités agricoles tout aussi nauséabondes s’était implantées ?

Les vignes je connais bien , je peux vous dire ça sent pas la rose .Une odeur très particulière , franchement pas agréable .Ca reste dans les vêtements .

J'sais pas quelle réglementation il y a en Californie pour implanter des vignes prés d'habitation , d’écoles ou autres structures désignées pour accueillir le public mais je serais curieux de savoir.

Ils se plaignent surement de ce qu'ils font déjà subir a d'autres sans se rendre compte même peut être pire .

 

Puis bon Californie quoi ...faut pas généraliser non plus mais beaucoup font travailler des mexicains pour 3 fois rien sachant qu'ils gagneront encore moins au Mexique.

Ces bons vieux sudistes ...

Et puis la émerge une industrie aux profits énormes , demandeuse en main d'oeuvre qui payera surement plus , alors forcément y'en aura pas assez pour tous de la main d'oeuvre peut être.

 

Société capitaliste , ultra libéraliste des fois on gagne mais faut aussi savoir perdre , rien n'est éternel.

C'est le jeu ma pauvre Lucette.

 

A++

Edited by Demourok
  • Like 9
Link to post
Share on other sites

Salut,

ils seraient peut être bon pour les vignerons de tester une nouvelle sorte de vin aromatisé au cannabis :)

Quand au fait qu'ils peuvent pas balancer du chimique et bien ... Tant mieux !

 

++

Link to post
Share on other sites

Salut

 

2 hours ago, killkut said:

 

ils seraient peut être bon pour les vignerons de tester une nouvelle sorte de vin aromatisé au cannabis :)

 

 

 

 

C'est deja fait le vin au cannabis .

 

A++

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Demourok a dit :

Salut

 

 

C'est deja fait le vin au cannabis .

 

A++

 

Re,

oui je sais mais à priori pas eux :D

C'est le moment pour eux justement de surfer sur la vague et de proposer ce genre de produit si vraiment ils ont "peur" car justement ça peut attirer des fumeurs à venir découvrir son / ses vins ;)

 

+

Link to post
Share on other sites

Karma !


Les viticulteurs sentent enfin la même chose que la Nature a senti quand ils sont arrivés ..

 

Le 12/08/2019 à 23:38, Danooshka a dit :

Vous avez peur pour votre futur et c'est humain.  


 si les vignerons pensaient à l'avenir ils ne badigeonneraient pas la nature avec du poison, en France c'est 10% de la surface agricole pour 60% des ventes de phyto


En revanche des cultures sous serres géantes , alors que le climat est plus que propice c'est un peu couillon, c'est quand que des vrais paysans vont reprendre ça en main ...
ces monocultures géantes sont désespérantes. 

++
 

Edited by manuel valls
  • Like 5
Link to post
Share on other sites

bonsoir tous.

 

ces gens subissent un bouleversement de leur mode de vie, ils le vivent mal, on peu les comprendre ....

néanmoins le "phénomène" est intéressant, et globalement le sujet est d'importance puisqu'il touche la question de l'occupation de la surface agricole ...

et puis une usine a beuh, ça reste une usine ...;)

 

@+

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Bonsoir

Citation

Tout ça a dressé les voisins les uns contre les autres. J'ai déjà perdu des amis, et maintenant je perds ma maison".

Dit- elle avec un Puma ? en laisse...

Sniff. Navrant. - 10000

ça paye du Mexicain ou Vénézuélien a - que rien ,sur les 2 rives.

Voir ça de ton placo ,Wow.

Bizz Control

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

salut,

 

en fait, ils se plaignent de l'odeur car c'est le seul pretexte qu'ils ont trouvé pour raler contre ceux qui commencent à faire de l'ombre a leur "bizness" (ceux qui se plaignent sont souvent bien plus interressés par l'argent que par leur "passion")

L'odeur, c'est le gros problème avec la beuh !  Autant c'est super agréable pour celui qui consomme, autant c'est  puissant et difficile a controler. Mais ceux qui se plaignent le font bien souvent par moralité. C'est pas une odeur écoeurante, ni irritante (quoiqu'il y a des personnes ne supporte vraiment pas ces odeurs, j'en connais une , ça la rend malade et pourtant elle n'est pas contre le cannabis).

En tout cas, ça risque pas d'arriver en France, d'ici a ce que ce soit autorisé pour le "récréatif" et qu'il y ai des besoins qui nécessite d'importantes cultures en serre, le réchauffement climatique aura encore progressé et rendra impossible ce genre de culture (on ferra pousser des dattes :D)

 

bon gros grow 

 

 

Edited by bigbudo
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

hey,

 

d'autant plus que l'odeur des pesticides quand ils épandent ça doit pas etre terrible non plus. Mais la ça les dérange pas.

Et quand leurs voisins se plaignaient, ils répondaient surement "c'est le boulot, c'est ça la vigne, si vous etes pas content vous n'avez qu'a déménager".

Voila, chacun son tour.

 

++

  • Like 3
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Hello?

Je suis prêt à parier que d'ici 2 ans...voir certainement avant?,...les mêmes qui se plaignent de l'odeur gênante et immorale arracheront eux memes avec leurs énormes pick-up 400ch leurs vignobles pour y construite à tour de bras les dernières serres autonomes bio, zéro émissions de CO2 ?, sans pesticides ?...et trouveront l'odeur de l'or Verte un peu plus supportable ?

À++

PS: @bigbudo c'est un autre sujet mais je connais moi aussi une personne qui ne supporte pas cette douce odeur que mes tee-shirt empestent parfois après du "bricolage" ??...et elle n'est pas pour autant contre cela mais sans consommer 

merci à la magie des opposés qui s'attirent parfois? 

Re++

Edited by NicoT
Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Sans parler des gros propriétaires de vignobles qui épandent des pesticides et roulent en 4x4 perso je comprends que des gens soient blasés... tu as un joli coin et d’un coup il y a des milliers de m2 de serres qui apparaissent, c’est moche. Et je fais pas vraiment la différence  entre un type qui a une monoculture de vigne sur des centaines d’hectare et un autre qui a des hectares de serres de cannabis... 

 

Je sais pas si vous avez vu des images de la mer de serres autour d’Almeria en Espagne mais c’est sacrement moche, quant a ce qui se passe dessous n’en parlons pas (exploitation de sans papiers...)

De mon point de vue, a partir du moment ou on fait des centaines d’hectares de monoculture (vignes, cereales...) c’est une mauvaise chose.

L’industrialisation de la culture et la recup’ par le capitalisme de ce nouvel or vert me fait bien gerber...

Il y a des coins en Californie ou les plantations a grande échelle de canna ont créé des forts problèmes d’approvisionnement en en eau...

 

Bref restons a une échelle humaine et artisanale !

 

a plus

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, 4n4rch1stm0nk a dit :

Salut,

 

Sans parler des gros propriétaires de vignobles qui épandent des pesticides et roulent en 4x4 perso je comprends que des gens soient blasés... tu as un joli coin et d’un coup il y a des milliers de m2 de serres qui apparaissent, c’est moche. Et je fais pas vraiment la différence  entre un type qui a une monoculture de vigne sur des centaines d’hectare et un autre qui a des hectares de serres de cannabis... 

 

Je sais pas si vous avez vu des images de la mer de serres autour d’Almeria en Espagne mais c’est sacrement moche, quant a ce qui se passe dessous n’en parlons pas (exploitation de sans papiers...)

De mon point de vue, a partir du moment ou on fait des centaines d’hectares de monoculture (vignes, cereales...) c’est une mauvaise chose.

L’industrialisation de la culture et la recup’ par le capitalisme de ce nouvel or vert me fait bien gerber...

Il y a des coins en Californie ou les plantations a grande échelle de canna ont créé des forts problèmes d’approvisionnement en en eau...

 

Bref restons a une échelle humaine et artisanale !

 

a plus

Hello 

Je comprends ton raisonnement, et je ne suis pas en train de faire l'avocat de ses industriels qui se sont lancé sur ce genre de culture intensives déraisonnée totalement en désaccord avec mon idéologie du bien vivre et du respect de la nature, je ne prône absolument pas ce genre de business qui est très certainement dirigé par des investisseurs qui ne savent même pas faire pousser une tomates .

Si le gain était dû à une adoration de la baie de goji ou d'une autre espèce à la mode et hyper rentables, ils feraient pareil mais avec un autre nom au dessus du slogan et autre dénomination de société...

Si on dis huile de palme par exemple ?...et nutella ou autre drogue en libre vente et commercialisation, c'est exactement le même problème et bien plus grave que l'odeur ...bref cela s'appel, le marché de l'offre et la demande. 

Si on ne demande pas, on ne vend pas et ne fabrique pas, nous sommes le dernier échelon de cette chaine à la surconsommation 

À++

 

Edited by NicoT
Link to post
Share on other sites

Salut

 

Ben ouais forcément c'est l’hôpital qui se fout de la charité .

Est ce que l'un est plus défendables que l'autre ?Toute activité agricole a un impact sur l'environnement du moment que ça devient démesuré.

C'est toujours le problème avec la weed , faut que ce soit ensoleillé et sec pour la récolte , un peu comme pour la vigne , sauf que le cannabis bois énormément alors que la vigne n'a pas besoin d'arrosage sauf pour les nouvelles plantations qui ne produisent pas encore .Si le climat et sec c'est qu'il pleut pas beaucoup donc forcément l'eau est difficile a trouvé cqfd .

Et bon les USA c'est tout le contraire , ils foncent dedans , les grosses compagnies etc ...et pis le pognon que ça dégage derrière forcément .

Faut que ça rentre dans les caisses que ce soit dans les vignobles ou dans les plantations de cannabis .

Meme main d'oeuvre , a mon avis niveau conditions de travail , salaire a peu de choses prés on s'y retrouve.

Niveau odeur a mon avis c'est pas pire l'un que l'autre , la weed ça sent fort .Ok t'as quelques plantes dans ton jardin ça sent déjà , mais t'as des hectares de weed qui schlingue genre grosse skunk .Je peux concevoir que ça devienne dérangeant , même pour un fumeur , mais pas plus que l'odeur rémanente des traitement de la vigne .

 

Ce serait fait autrement ce serait pas pareil mais pour moi la y'a match nul .

Faut balayer devant sa porte avant de venir balayer celles des autres .

 

A++

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, NicoT a dit :

Si on ne demande pas, on ne vend pas et ne fabrique pas, nous sommes le dernier échelon de cette chaine à la surconsommation

 

Hello,

pour moi ce raisonnement est vraiment "simpliste" ... Et c'est exactement le raisonnement de nos politiques français sur le sujet, on préfère s'attaquer aux consommateurs de cannabis, leur mettre des amendes, et être de plus en plus sévère avec eux (prison, suivi, casier judiciaire etc ...) afin de dissuader à acheter et soit disant baisser la production de drogue illégale.

Tout comme le fait de soit disant faire de l'écologie en montant les taxes sur le carburant, c'est pas comme si le consommateur a le choix. Pour moi il faut juste imposer des règles à l'industrie qui exploite et pas remettre la faute sur le consommateur final. Mais c'est bien plus rentable de taxer les milliers de consommateurs.

Comme pour cette histoire de pollution la solution est de punir les acheteurs de voiture en montant les taxes au lieu d'imposer au fabricant de voiture des véhicules ethanol, ou de les forcer à investir en R&D dans quelques chose alternatif autre que l'électrique qui n'est pas non plus une solution.

 

++

  • Confused 1
Link to post
Share on other sites