Cannabis au volant: les fumeurs occasionnels moins réactifs que les fumeurs quotidiens


Recommended Posts

D’après une nouvelle étude française, les effets du cannabis sur la conduite sont plus importants et durent plus longtemps chez les fumeurs occasionnels que chez les fumeurs quotidiens.

XVMa90c4d1e-da05-11e9-b53d-fa4a36ff870e.

En France, depuis 2010, quelque 500 personnes sont tuées chaque année dans un accident de la route avec stupéfiants (cannabis ou autres). 102201531/beeboys - stock.adobe.com

Ils ont fumé des joints, mais pour la science, avec de l’herbe fournie par la police: une étude présentée mercredi évalue les effets de la consommation occasionnelle et chronique de cannabis sur la conduite, en se basant, fait rare, sur ce qui se passe quand on fume vraiment. En France, depuis 2010, quelque 500 personnes sont tuées chaque année dans un accident de la route avec stupéfiants (cannabis ou autres), selon les chiffres officiels.

«Pour la plupart des études, on utilise des sprays ou des décoctions. Là, on montre réellement ce qui se passe dans la vraie vie, avec du cannabis fumé, ce qui est important du point de vue médical», explique à l’AFP l’un des auteurs, Jean-Claude Alvarez, spécialiste de pharmacologie et toxicologie à l’Inserm. Le Pr Alvarez a présenté cette étude baptisée Vigicann mercredi à Paris devant l’Académie nationale de pharmacie.

 

Simulateur de conduite

Le premier volet a été publié en mars dans la revue médicale américaine Clinical Chemistry. Il montre que les effets du cannabis sur la conduite sont plus importants et durent plus longtemps chez les fumeurs occasionnels (un ou deux joints par semaine) que chez les fumeurs chroniques (un ou deux joints par jour). Si la drogue était bien réelle, l’expérience n’a bien sûr pas été menée sur la route: les fumeurs ont pris le volant d’un simulateur de conduite.

L’étude a été menée en 2017-2018 par des chercheurs des hôpitaux Raymond Poincaré à Garches (AP-HP) et Sainte-Marguerite à Marseille. Ils ont recruté 30 fumeurs de cannabis, rémunérés, des hommes de 20 à 34 ans dont une moitié était des fumeurs occasionnels et l’autre des fumeurs chroniques. Le recrutement s’est fait par voie d’affichage dans «des facs de médecine et de droit», explique le Pr Martinez.

 

Dosage précis

L’expérience s’est déroulée durant trois sessions de 26 heures. Le cannabis utilisé était de l’herbe - «de qualité» selon les chercheurs - qui provenait des saisies policières, après le feu vert des autorités judiciaires. L’herbe a été mélangée à un gramme de tabac pour obtenir des joints contenant 10 et 30 milligrammes de THC, principe actif du cannabis. Pour pouvoir comparer, certains joints étaient des placebos: ils contenaient du chanvre sans THC et une quantité minime de vieux cannabis (faiblement dosé), pour reproduire l’odeur d’un vrai joint. Tous les joints, vrais ou placebos, étaient roulés avec du tabac très odorant, de l’Amsterdamer, pour qu’il soit difficile de les différencier.

 

Les joints étaient fumés selon un protocole précis: une inhalation de 2 secondes toutes les 40 secondes pendant dix minutes, soit 15 bouffées. Ensuite, les fumeurs passaient au simulateur de conduite qui reproduisait la circulation sur une autoroute, avec des rafales de vent déviant les trajectoires. Le processus s’accompagnait de prises de sang et de tests salivaires.

 

Temps de réaction allongé

Résultat sans surprise: la consommation de cannabis entraîne une augmentation rapide du THC dans le sang, ce qui allonge le temps de réaction. Mais cet allongement est plus marqué chez les fumeurs occasionnels, sur qui, en outre, l’effet dure plus longtemps (13 heures contre 8 pour les chroniques). Cela s’explique par «une tolérance plus grande» aux effets de la drogue chez ceux qui fument le plus. À l’inverse, le THC reste détectable dans le sang plus longtemps chez les fumeurs chroniques.

 

Enfin, l’étude révèle des différences dans la façon même de fumer: «Les chroniques tirent davantage sur les joints, car cela leur fait moins d’effet et ils ont besoin d’une dose supérieure», selon le Pr Alvarez. Le second volet de l’étude doit être publié prochainement et portera sur les tests salivaires utilisés par la police dans les contrôles routiers.

 

L’expérience a valu aux chercheurs français des critiques de collègues américains, heurtés par le fait qu’on utilise de vrais joints, dit le Pr Alvarez. «Bien entendu, nous n’avons initié personne, les sujets étaient tous consommateurs», insiste-t-il.

 

Source: lefigaro.fr

  • Like 7
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Guest kingkong7
il y a 44 minutes, mrpolo a dit :

Le recrutement s’est fait par voie d’affichage dans «des facs de médecine et de droit», explique le Pr Martinez.

 

Houha

 

Fallait aller à la fac

 

 

 

A++++

Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, kingkong7 a dit :

Fallait aller à la fac

Ah ah, oui effectivement, c'est un argument de poids en faveur des études supérieures. Mais franchement si j'étais à la recherche de gros fumeurs perso j'aurais recruté à la fac de socio ou d'histoire de l'art plutôt qu'en fac de droit :rolleyes:

 

Pl°p !

 

  • Like 1
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

Salut

 

il y a 16 minutes, High Rabbit a dit :

Ah ah, oui effectivement, c'est un argument de poids en faveur des études supérieures. Mais franchement si j'étais à la recherche de gros fumeurs perso j'aurais recruté à la fac de socio ou d'histoire de l'art plutôt qu'en fac de droit :rolleyes:

 

Pl°p !

 

 

Les étudiants de socio ou d'histoire de l'art n'ont pas de sous pour consommer en vrai :P, c'est logique de recruter en médecine ou en droit (reproduction sociale oblige). Perso j'ai déja vu ses annonces affichées sur les vitres de l'Inserm directement visible du trottoir (fallait juste traverser ;) ).

 

 

cya

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Yop,

 

 

concernant le ==> En France, depuis 2010, quelque 500 personnes sont tuées chaque année dans un accident de la route avec stupéfiants (cannabis ou autres) ce n'est pas précisé mais une majorité de ces morts est en "1ere partie" à cause d'un taux d'alcool supérieur à la norme + une présence de stupéfiant mais ce n'est qu'un détail.. et pour les avoir ces détails justement quelle bataille..

 

En tout cas soyez très prudent et n'abusez pas même si vous êtes absolument sur de vous !

 

 

:yepah:

Link to post
Share on other sites

Salut

 

il y a une heure, Lamictal a dit :

concernant le ==> En France, depuis 2010, quelque 500 personnes sont tuées chaque année dans un accident de la route avec stupéfiants (cannabis ou autres) ce n'est pas précisé mais une majorité de ces morts est en "1ere partie" à cause d'un taux d'alcool supérieur à la norme + une présence de stupéfiant mais ce n'est qu'un détail.. et pour les avoir ces détails justement quelle bataille..

Ça représente 60% les gens qui ont stup+alcool et 40% où c'est juste les stups (mais il n'y a pas de détails au delà, en tout cas j'en connais pas).

Par contre y a un chiffre qu'on entend pas beaucoup en sécurité routière, c'est celui des 82% des auteurs présumés d'accidents mortels en 2017 qui sont des hommes (et le chiffre monte à 92% s'il y a alcool). Bref, femmes au volant, mort au tournant, ou pas :P

 

cya

Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, mrpolo a dit :

Le second volet de l’étude doit être publié prochainement et portera sur les tests salivaires utilisés par la police dans les contrôles routiers.

 

 

Hello,

hâte de voir cette étude par contre 

 

++

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Ola

 

Citation

Le cannabis utilisé était de l’herbe - «de qualité» selon les chercheurs - qui provenait des saisies policières

 

Une pensé pour ce cannaweedeur, qui malgré lui à fait évolué la science. :rire:

Du coup suite à ce étude, quid des gens qui se sont fait toper 24,48,72h après la conso?

 

Citation

hâte de voir cette étude par contre 

 

Hum...Laisse moi sortir ma bou-boule de cristal prohibitionniste (testée et approuvée).

Alors les tests ne sont pas fiable, mais s'applique surtout sur des classes social peut élevée qui n'ont pas les moyens de défendre leurs droits. C'est rentable, ça occupe les flics donc on continu et laisse même les agents de la voirie procédés à des tests pour gagner en productivité. :siff:

 

Peace

Link to post
Share on other sites

Yo, 

Je viens de remarquer une chose dans l'article c'est qu'au final les candidats ayant fumé un placebo sont complètement absents des statistiques, pourquoi? 

Le temps de réaction étant propre à chaque individu cela même sans drogue, serait il possible que pendant leur test les cobayes placebo ont pu avoir un temps de réaction plus long que pour certains fumeurs ? 

 

++

  • Like 3
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Salut, 

 

De toutes façons, cette étude n'a absolument aucune valeur juste par le fait que l'echantillon n'est pas suffisamment conséquent pour en ressortir des statistiques fiables.

De plus je pense qu'on peut attaquer l'état francais pour non respect de la législation sur le cannabis....

 

++

 

Enfin je parle pour les français, c'est pas pareil chez moi ! ?

Edited by Breizh_Grower
Link to post
Share on other sites

Re,

 

C'est encore moi....

 

Y a quand même une question qui me vient à l'esprit...

 

Pourquoi l'état autorise ce genre d'études alors que c'est un produit qui est INTERDIT ? C'est quoi le but dans tout ça ? Ce genre d'études n'a aucun sens si c'est pour ne pas proposer d'action derrière... De plus avec l'expérimentation médicale, il n'y a qu'à tester l'incidence des cannabicaments sur la conduite...

 

Parce que ce qui est testé là, c'est bien l'effet d'un pétard sur la conduite, non ? c'est un peu incongru comme étude au regard des lois actuelles en France...

 

+++

Link to post
Share on other sites
Le 24/09/2019 à 11:07, Breizh_Grower a dit :

Re,

 

C'est encore moi....

 

Y a quand même une question qui me vient à l'esprit...

 

Pourquoi l'état autorise ce genre d'études alors que c'est un produit qui est INTERDIT ? C'est quoi le but dans tout ça ? Ce genre d'études n'a aucun sens si c'est pour ne pas proposer d'action derrière... De plus avec l'expérimentation médicale, il n'y a qu'à tester l'incidence des cannabicaments sur la conduite...

 

Parce que ce qui est testé là, c'est bien l'effet d'un pétard sur la conduite, non ? c'est un peu incongru comme étude au regard des lois actuelles en France...

Bonjour , Salut , Plop ... 

 

Je suis plutôt d'accord avec toi. Mais ça veut aussi dire que les mentalités évolue, peut-être au sein même de l'institution policière. Pour moi ce n'est que le reflet d'une législation complétement en retard sur la réalité des choses.

Aujourd'hui si même la police se met à faire des expérimentations sur le cannabis alors qu'elle n'en a normalement pas le droit... C'est la législation qu'il va falloir faire évoluer !

La ça aurait peut-être un peu plus de sens.

 

Au revoir , Bye  , A+! ... ;)

Edited by glass-blower
Politesse
Link to post
Share on other sites

Bonjour les jeunes, salut Gablock, c'est papy,

 

Le 29/09/2019 à 11:53, Gablock a dit :

les mentalités évolue, peut-être au sein même de l'institution policière

Mon gars, je m'inscris en faux, sous la cinquième république , ce n'est pas l'institution policière qui fait la loi mais les parlementaires. Et la police ne fait pas d'expériences scientifiques sur le cannabis, ce n'est pas sa fonction.

 

Rassurez-vous braves gens nous échappons pour le moment au test salivaire pour tous, même les piétons hé hé.

 

Pétard dépisté pour tous.

Link to post
Share on other sites