Cannabis : le macronisme face à cinq ans d’hésitations


Recommended Posts

Hey

 

Bilan ....

 

@+

 

:bye:

 

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Cannabis-le-macronisme-face-a-cinq-ans-d-hesitations-1776454?fbclid=IwAR1Jq2RTCnxpWImcORVvAbl706eeNnA6BDvDWL68k0ZO28ULROWaioYagoI

 

Cannabis : le macronisme face à cinq ans d’hésitations

D’où ça sort? A moins de quatre mois de l’élection présidentielle, le débat sur la légalisation du cannabis est ravivé. Il y a cinq ans, Emmanuel Macron s’y était lancé avec une position très différente de celle qu’il défend aujourd’hui.

La révolution du cannabis franchira-t-elle le Rhin? L’Allemagne va s’engager sur la voie d’une «distribution contrôlée de cannabis aux adultes à des fins de consommation dans des magasins agréés», ainsi que le prévoit le contrat de coalition entre les sociaux-démocrates, les Verts et les libéraux. Ailleurs dans l'Union européenne, les choses bougent : Malte a adopté cette semaine la légalisation de la culture de quantités limitées de cannabis à domicile et sa consommation récréative dans la sphère privée, une première au sein du bloc. En France, les débats se poursuivent, jusque dans les rangs de la majorité.

 

Parmi les défenseurs les plus acharnés de l’interdiction figure Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, qui s’était illustré en 2020 en écartant l’hypothèse de la légalisation d’une formule lapidaire : «La drogue, c’est de la merde. On ne va pas légaliser cette merde.» Ces derniers jours, l’ancien membre des Républicains est reparti à l’offensive, notamment mardi sur CNews, où il a de nouveau attaqué les propositions de légalisation, arguant qu’une telle mesure n’aurait pas d’effet sur les trafics ou sur la consommation. Sur RTL, dimanche, il avait déjà pris le contrepied du ministre de la Santé Olivier Véran, qui s’était montré disposé à regarder «avec intérêt (...) les pays qui sont allés vers la légalisation et qui ont des résultats qui seraient meilleurs que ceux de la France ces dix dernières années». «Je pense que c’est une profonde erreur», avait rétorqué Gérald Darmanin, avant de se prévaloir de sa proximité avec la position d’Emmanuel Macron. «Il se trouve que moi j’ai la même réponse que le président de la République!»

 

De fait, le président Macron ne contredit jamais son ministre de l’Intérieur sur cette question. Dans un discours à l’issue du Beauvau de la sécurité, en septembre, il s’était félicité de la hausse des volumes de saisies de stupéfiants, assumant une politique de guerre à la drogue. En avril, dans «Le Figaro», il avait tancé les consommateurs de cannabis : «Ceux qui prennent de la drogue –et cela concerne toutes les catégories sociales– doivent comprendre que non seulement, ils mettent leur santé en danger, mais qu’ils alimentent aussi le plus grand des trafics. On se roule un joint dans son salon et à la fin on alimente la plus importante des sources d’insécurité…»

 

La légalisation n'a pas toujours été un tabou pour Emmanuel Macron

Par delà ce discours moralisateur assumé, le quinquennat d’Emmanuel Macron a introduit une nouveauté dans la réponse pénale : une amende forfaitaire de 200 euros (minorée à 150 euros en cas de règlement sous 15 jours) a été mise en place pour les consommateurs de drogue. Des statistiques publiées fin novembre font état d’environ 28 000 amendes prononcées l’an dernier à partir de la généralisation du dispositif en septembre 2020. Semblant disposer de chiffres plus récents, le président Macron s’était félicité en avril que «70 000 amendes forfaitaires délictuelles ont été dressées depuis septembre», soit une période de huit mois environ. Cette amende forfaitaire était l’une des mesures phares du candidat Macron, annoncée en février 2017 dans une interview au «Figaro» qui avait marqué un tournant rhétorique très important sur les questions de sécurité. Alors que, quelques mois plus tôt, Emmanuel Macron reconnaissait à la légalisation «une forme d’efficacité», il l’avait soudain rejetée dans les colonnes du quotidien, tout en empruntant à Nicolas Sarkozy l’expression «tolérance zéro» pour résumer ses propositions. Un tournant que rapportent également les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre «Le Traître et le néant» (éd. Fayard). Dans cet ouvrage, le député Pierre Person, macroniste de la première heure qui a travaillé sur la campagne de 2017, raconte qu’une «mouture totalement disruptive» du programme d’Emmanuel Macron incluait un «angle social qui était très fort sur la dépénalisation du cannabis». Ce n'est pas celle qui a été retenue par le candidat.

 

Emmanuel Macron, tout en prônant un «grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères», ne semble plus aujourd’hui disposé à débattre de la légalisation. A gauche, les candidats Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot y sont favorables, alors que Anne Hidalgo se montre plus timorée. François Hollande, l'ancien président socialiste, confiait pour sa part récemment être «arrivé à la conclusion qu'il faut légaliser ce commerce-là pour mieux le contrôler, pour assurer la santé publique et finalement éradiquer le trafic». Même le candidat d’extrême droite Eric Zemmour avait déclaré cette année avoir évolué sur la question de la légalisation.

 

La majorité macroniste elle-même est divisée. Au delà des amabilités qu’échangent les ministres Darmanin et Véran d’un plateau à l’autre, certains parlementaires LREM se sont montrés très militants en faveur de la légalisation, à l’image de Caroline Janvier et Jean-Baptiste Moreau, dont un récent rapport dresse un constat accablant pour la politique de répression. «Les conclusions qui découlent de ces travaux sont sans appel : la politique répressive française coûte cher et mobilise à l’excès les forces de l’ordre sans pour autant contribuer, même de manière marginale, à la résorption de l’usage et du trafic de cannabis», tranchent les auteurs du rapport. Autres partisans de la légalisation : les Jeunes avec Macron, organisation rassemblant de jeunes soutiens du président, qui proclame «Pour protéger les Français, oui à une légalisation encadrée du cannabis!» Au sein de la coalition présidentielle coexistent donc des discours totalement antagonistes, qui reflètent l'hétérogénéité du macronisme. Mais si les positions pro-légalisation ont droit de cité dans la majorité, c'est bien la ligne répressive, venue de la droite conservatrice et portée par Gérald Darmanin, qui s'impose actuellement.

 

En moyenne entre 2016 et 2020, 179 000 personnes ont été mises en cause chaque année pour usage de stupéfiants, la plupart pour avoir consommé du cannabis, selon des données du ministère de l’Intérieur publiées fin novembre. Ce chiffre, très important, témoigne de l’explosion de la répression de la consommation de drogues : en 1995, les statistiques officielles faisaient état d’un peu plus de 52 000 interpellations pour usage de stupéfiants. En dépit des importants moyens répressifs déployés -568 millions d'euros par an selon le Conseil d'analyse économique (CAE)- l'usage du cannabis s'est envolé en 30 ans et la France est actuellement le pays d'Europe le plus consommateur de cannabis.

  • Like 2
  • Sad 1
Link to post
Share on other sites

Salut ,

 

Quelle bande de naze ce(s) gouvernement(s) , ils ont toujours rien compris ....

 

C'est bien Français tout ça , on attend que les autres fassent et après peut être , on agit <_<

 

Un truc qui me fait doucement rigoler jaune :

 

Il y a 1 heure, UFCM-I Care a dit:

François Hollande, l'ancien président socialiste, confiait pour sa part récemment être «arrivé à la conclusion qu'il faut légaliser ce commerce-là pour mieux le contrôler, pour assurer la santé publique et finalement éradiquer le trafic».

 

Il pouvait pas ouvrir sa goule alors qu'il était Président de la république ?

 

Trop facile une fois que tu ne l'est plus ... bref

 

Il y a 1 heure, UFCM-I Care a dit:

De fait, le président Macron ne contredit jamais son ministre de l’Intérieur sur cette question. Dans un discours à l’issue du Beauvau de la sécurité, en septembre, il s’était félicité de la hausse des volumes de saisies de stupéfiants, assumant une politique de guerre à la drogue. En avril, dans «Le Figaro», il avait tancé les consommateurs de cannabis : «Ceux qui prennent de la drogue –et cela concerne toutes les catégories sociales– doivent comprendre que non seulement, ils mettent leur santé en danger, mais qu’ils alimentent aussi le plus grand des trafics. On se roule un joint dans son salon et à la fin on alimente la plus importante des sources d’insécurité…»

 

T'es con Macron ou tu le fait exprès ?

 

Le but des consommateurs c'est de faire pousser leurs propres cultures et justement d'éviter d'alimenter le marché noir et cette source d'insécurité , et surtout de savoir ce que l'ont

 

consomment au niveau qualité , ce qui est un enjeu publique de santé ... ^_^

 

De toutes façons , la France va être " cerné " de plus en plus par nos voisins Européens qui pour certains ont décidés d'être moins idiots que la " vieille France bien pensante "

 

Je reste optimiste pour la suite , I have a dream ... :)

 

 

 

++

 

 

  • Like 8
Link to post
Share on other sites
à l’instant, bob67 a dit:

T'es con Macron ou tu le fait exprès ?

 

Le but des consommateurs c'est de faire pousser leurs propres cultures et justement d'éviter d'alimenter le marché noir et cette source d'insécurité , et surtout de savoir ce que l'ont


Yo- Non mais quand j'avais entendu cette phrase j'avais halluciné que ça fasse tiquer personne. Si le problème c'est le trafic, laissez les gens cultiver pour faire baisser le dit trafic... Non ? Quitte à raconter de la merde pour racoler une partie de l’électorat, autant s'arranger pour avoir une réflexion un peu plus logique...
Après ce n'est que du blabla racolage mais bordel même ça c'est mal fait ! 🤣

  • Like 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Il y a 13 heures, bob67 a dit:

 

C'est bien Français tout ça , on attend que les autres fassent et après peut être , on agit <_<

 

Bon-bin ... ne comptez pas sur le Gouvernement belge, alors... car lui aussi fait la même chose...! ^_^

 

A+.

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Salut !

 

Il y a 15 heures, bob67 a dit:

On se roule un joint dans son salon et à la fin on alimente la plus importante des sources d’insécurité…

Il dit vrai en plus. Avec la TVA à 20% dans les growshop, il parait qu'ils financeraient le gang des képis. J'avoue ne pas toujours être à l'aise quand je les aperçois... <_<

Il faut le lire entre les lignes. Ce sont des produits marketing qui vendent une idée. Ils sont dans le mensonge par omission, comme des publicitaires. Présenter un fait sous un certain jour pour masquer une partie de la vérité. Ils ne parlent pas au peuple, ils le programment mentalement, en lui léchant les oreilles, comme si ils tapaient des lignes de code dans nos consciences. Les promesses ? N'engagent que ceux qui y croient.

Ces formules choc, "c'est de la merde" et compagnie, ça s'adresse aux plus "vieux", un peu déconnectés de la réalité des jeunes. Vieux qu'ils terrorisent en les désinformant sur "les ravages de la drogue", dont on parle tout les 5 ans... "C'est nous les gentils, on va faire le ménage et sauver vos gosses". Et finalement ne font rien, puisque pour ça faudrait légaliser. Enfin rien à part stigmatiser une partie de la population, faire des soucis à leurs proches, etc...
Au fond, qui est-ce qui permet le financement du terrorisme, sinon leur prohibition ?


Bye.

  • Like 3
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Le 17/12/2021 à 08:57, mastiff a dit:

Bon-bin ... ne comptez pas sur le Gouvernement belge, alors... car lui aussi fait la même chose

Bonjour.

Comme je vois tu t interresse a cà ? ben détrompe toi nous seront avant la france... Et je pense que tu devrai t interressé un peu plus et tu verra que ca bouge fortement meme si les JT n en parle pas... Va sur le site fpf justice et tu trouvera ton bonheur. 

 

Edited by pi1417
  • Like 1
Link to post
Share on other sites