Pucerons


Recommended Posts

PUCERONS

 

Pucerons vert:

438ae.jpg

 

Pucerons noir:

c36237.jpg

 

 

791f1.gifGéneralité:

 

Les pucerons sont des insectes de très petite taille, dont la longueur au stade adulte est comprise entre 2 et 5 millimètres.

Très polymorphes, ils forment un groupe de plus de 4000 espèces.

Cette variabilité marquée est également présente entre les individus d'une même espèce. Elle s'exprime pour différents caractères, tels que la taille, la morphologie, la coloration, le cycle de vie.

 

 

 

791f1.gifDégat:

 

• croissance réduite

• feuilles flétries

• branches desséchées

• aiguilles rabougries

• feuillage frisé

• feuillage jauni ou descendant

 

 

- Les pucerons s’attaquent d’abord aux jeunes pousses tendres gorgées de sève ; on peut voir des colonies d'insectes entassés sur les tiges et sous les feuilles des jeunes rameaux en croissance.

 

- Certains pucerons s’enduisent d’une sécrétion cireuse blanche, semblable à de l’ouate ou de la laine (pucerons lanigères) ; d’autres espèces causent le développement de nodules, de chancres ou de galles sur certaines espèces de végétaux (pucerons à galles).

 

- Leur pompage de sève incessant cause la décoloration et l’enroulement des feuilles et retarde la croissance des jeunes pousses ; les aiguilles de conifères semblent rabougries ; les bourgeons piqués donnent naissance à des feuilles, des fleurs ou des fruits déformés et peuvent causer leur chute.

 

- Du miellat, une substance sucrée et gluante, recouvre les feuilles et les tiges, ce qui attire les fourmis, les guêpes et les abeilles.

 

- Lors d’une infestation sévère, le miellat s’écoule des arbres à grosses gouttes engluant les feuilles, les troncs, les trottoirs et les voitures.

 

- Une moisissure noire, appelée fumagine, se développe sur le miellat.

 

- Les plantes infestées manifestent un retard de croissance et un manque de résistance générale ; en grand nombre, les pucerons peuvent faire mourir des branches entières.

 

- Leur piqûre peut aussi transmettre des toxines et des maladies.

 

 

791f1.gifCycle de vie

 

Les pucerons sont des insectes à méthamorphose incomplète (hémimétaboles). Le jeune puceron est semblable à l'adulte ; pour grandir, il subit des mues (au plus 4).

 

Il existe deux types de reproduction chez les pucerons :

 

la reproduction sexuée ;

la parthénogenèse (sans fécondation).

 

 

 

791f1.gifTemps de développement et reproduction :

 

Les pucerons font partie de l'ordre des Homoptères, comme les cigales, les aleurodes et les cochenilles. Leur métamorphose est dite incomplète car il n'y a pas de stade larvaire. Les jeunes pucerons naissent semblables aux adultes puis subissent quatre mues successives.

 

Adulte:

 

corps mou en forme de poire, mesurant environ 2,5 mm (entre 1 et 4 mm) ; muni de six pattes, de deux paires d'ailes ou aptères (sans ailes)

Tête portant de longues antennes et un rostre suceur articulé (pièces buccales)

Abdomen muni d'un genre de queue (cauda) qui facilite l'écoulement du miellat et parfois équipé de deux petits tubes (cornicules)

Couleur variable : vert, rouge, noir, rose, jaune, marron ou bleuâtre

Les pucerons lanigères sécrètent une cire blanche semblable à de l’ouate.

 

Nymphe:

 

Semblable à adulte mais de plus petite taille.

 

Œufs:

 

Petits, noirs et luisants.

 

Les pucerons ont un cycle biologique inhabituel et complexe. Certains pucerons passent leur vie sur la même plante tandis que d'autres doivent changer de plantes hôtes pour compléter leur cycle vital.

 

Certaines espèces s'adonnent à la reproduction sexuée tandis que d'autres se multiplient uniquement par parthénogénèse (sans fécondation).

Quelques espèces combinent ces deux méthodes en produisant d'abord une succession de générations unisexuées (femelles) suivie de quelques générations bisexuées (mâles et femelles) permettant l'accouplement et la fécondation des oeufs.

 

Dans les régions tempérées, les pucerons hibernent habituellement sous forme d’œufs, cachés entre les écailles des bourgeons, les crevasses de l'écorce ou enfouis sous terre. Certaines fourmis, qui font l'élevage des pucerons pour le miellat, abritent les œufs dans leur nid pour l'hiver. Au retour du temps chaud, elles les transportent sur les plantes hôtes pour les mettre en pâturage.

 

Au printemps, les œufs hivernants éclosent et la première génération est composée exclusivement de femelles aptères (sans ailes). Une fois matures (environ 8 jours à 20 °C), elles ne pondent pas d'œufs mais donnent naissance à de petits pucerons femelles déjà formés (ovovivipares), sans avoir besoin d'être fécondées. Durant leur courte vie (vingt à trente jours), chaque femelle peut engendrer de quarante à cent pucerons.

 

Au cours de l'été, des femelles ailées apparaissent régulièrement et migrent vers d’autres plantes pour former d'autres colonies. Elles continuent à se reproduire par parthénogénèse.

 

À l'automne, les femelles donnent naissance à des mâles ailés et à des femelles aptères. Après l’accouplement, les femelles fécondées pondent des petits œufs noirs et luisants, qu'elles collent sur la plante hôte entre les interstices de l’écorce et des bourgeons.

 

Selon le climat, il peut y avoir jusqu’à 12 générations par année

 

 

Conditions favorables :

 

Les températures chaudes en été ainsi que les automnes et les hivers cléments favorisent les pucerons. L’utilisation de fertilisants riches en azote ou à action rapide provoque la croissance rapide de pousses tendres et succulentes qui les attirent.

 

 

791f1.gifPrevention:

 

- Inspecter rigoureusement les nouvelles acquisitions de plantes pour éviter d’introduire des intrus dans votre jardin.

 

- Éviter les tailles drastiques et les excès d’engrais riches en azote qui favorisent la prolifération de pousses tendres et succulentes ; choisir des engrais à libération lente et à teneur modérée en azote.

 

- Intercaler quelques plantes pièges dans vos plates-bandes pour attirer et capturer les pucerons ; détruire et remplacer les plantes régulièrement ; choisir des espèces sensibles : capucine, pétunia…

 

- Planter des végétaux contenant des huiles répulsives au pied des arbres, dans les plates-bandes et autour du potager pour repousser les intrus : ail, citronnelle, absinthe, mélisse, menthe...

 

 

 

Traitement:

 

 

Traitement biologique:

 

Les insecticides végétaux tels que les purins d'absinthe, de feuilles de fougères sont efficaces contre les pucerons. Les larves de coccinelles se nourrissent des pucerons. Utilisez aussi les insecticides à base de pyréthrine naturelle ou de roténone.

Les pucerons sont très souvent élevés par les fourmis pour le miellat qu'ils sécrètent en suçant la sève.

 

Le purin d'orties est un répulsif naturel pour les pucerons et les acariens mais il a d'autres vertus : il sert également d'engrais, il stimule la croissance, renforçant ainsi les défenses naturelles des plantes. Il peut être ainsi utilisé aussi en prévention contre certaines maladies.

 

Le purin est obtenu par fermentation dont la durée est dépendante de la température.

Il est riche en azote ( N ), en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Évitez la distribution aux plantes en fleurs, car sa forte contenance en azote favorisera le feuillage au détriment de la floraison. Préférez donc son utilisation pendant le printemps au moment ou la végétation redémarre ou après la fructification ou la floraison pour aider les plantes à refaire leurs réserves avant l'hiver.

 

Recette:

 

Fauchez 1 kg d'orties avant qu'ils soient montées en graines puis coupez-les en petits morceaux dans 10 litres d'eau de pluie.

 

Laissez macérer 3-4 jours à 18° C pour l'utiliser comme répulsif. Pour cela, filtrez la potion, diluez 1 litre pour 20 litres d'eau et pulvérisez vos plantes sensibles.

 

Laissez macérer 15 jours à 18° C pour une utilisation en tant qu'engrais. Remuez régulièrement votre potion. Laissez-la dans un coin à l'extérieur car l'odeur produite est plutôt désagréable.

 

Filtrez et diluez 1 litre de purin pour 10 litres d'eau et arrosez vos plants tous les quinze jours. Le contenu du filtre est à mettre au compost.

 

Le purin d'ortie est également un accélérateur de décomposition du compost, versez-en sur celui-ci.

 

Le purin d'ortie se conserve au frais près d'un an au garage ou au sous-sol dans des bouteilles hermétiquement fermées pour éviter que la fermentation ne reparte.

 

 

Les auxiliaires:

 

Il n'est pas recommandé d'acheter des coccinelles pour contrôler les pucerons à l'extérieur car, une fois matures, elles ont tendance à s'envoler vers d'autres lieux

 

Traitement chimique:

 

 

-Le meilleur est apparement de pulvériser un aphicide à base "de Methomyl" ou de Malathion

 

-Insecticides à base de bifenthrine, de cyperméthrine ou de pyrimicarbe.

 

-Contre les pucerons noirs, laisser macérer un paquet de tabac pendant 24 h, ensuite vous filtrez et vous y ajoutez dans le litre obtenu, 15 dc de vinaigre et 15 dc de savon, vous vaporisez.

 

-Pour éradiquer l'invasion des pucerons dans votre jardin sans nuire aux autres insectes (abeilles, papillons...) utilisez une décoction de feuilles de rhubarbe.

Couper 500g de feuilles de rhubarbe en lanières, les faire macérer dans 5l d'eau froide pendant 24h.

Ensuite faire bouillir le tout 30' laisser refroidir puis filtrer le liquide. Conserver dans des bouteilles au noir.

Ce liquide contient un acide qui paralyse les pucerons et les tue. Bien plus efficace que la plupart des produit chimique.

 

En floraison;c'est plus délicat,un produit cependant se revele tres efficace

 

l'insecticide Polysect de KB

 

746b3.jpg

 

il est composé de 0.02g/l de Bifenthrine

C prduit ce degrade en 7 jours pour les légumes et 14j pour les fruit donc on peu l utiliser nous jusqua a 10jours avant de récolter nos plants!

 

 

Sources:

 

 

Canna Tech

Au jardin infos

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.