Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 02/24/19 in all areas

  1. 2 points
    Mis a jour faite ^^ Test sur Triacontanol préparation passage en 12/12
  2. 2 points
    Bonjour à tous, Désolée de ne pas pu avoir le temps de vous répondre encore sur ce magnifique sujet et sur notre partenariat dont je suis hyper fière. Merci @Indi-Punky d'avoir fait le rôle de porte-parole entre temps... J'ai été super prise ces derniers jours en préparant le Scoop qu'on vient de lancer aujourd'hui: HEMP BUSINESS DAY - Vendredi 26 AVRIL à l'Auditorium de FICOBA. Le Premier Congrès du Chanvre & CBD du Sud de l'Europe. https://expogrow.createsend1.com/t/ViewEmail/r/0B477FD6312CE99C2540EF23F30FEDED Cependant, en revenant à Expogrow... Nous allons annoncer les premiers têtes d'affiche du Festival de Musique dans les jours qui viennent... et, OUI, actualiser le site avec toutes les infos qu'il faut. Même un espace FAQ's pour répondre à tous ces questions sur la consommation, l'hébergement, etc. Contente de vous voir si impliqués, les Cannaweeders!!! Expogrow 2019 va être bien meilleure avec votre soutien, j'en suis certaine. A++
  3. 1 point
    Bonsoir, Pour ma 2ème session indoor, je vais essayer d’utiliser un contrôleur. Du coup, j’ai passé une commande à @Gen, commande que j’ai reçue il y a quelques jours, à savoir : · 1 arduino mega + shield growduino V3 · 1 écran LCD 4x20 · 1 platine moteur · 1 keypad · 1 sonde DHT · 1 platine relais 4 voies FONCTIONNEMENT Avant de m’y mettre vraiment, je me pose quelques questions sur le fonctionnement du système sachant que dans un premier temps je souhaite gérer la température et l’hygrométrie. Dans un second temps, je m’occuperai de la lumière. Je possède les équipements suivants : un radiateur, un brumisateur, un extracteur et 2 ventilateurs. J’imagine qu’en choisissant une température et une hygrométrie, le contrôleur va gérer le radiateur et le brumisateur mais quel(s) paramètre(s) gère(nt) l’extracteur et les 2 ventilos ? Peut-on choisir une température et une hygrométrie différentes pour le jour et la nuit ? ELECTRONIQUE/INFORMATIQUE Et avant de mettre tout ça sous tension, j’aimerais m’assurer que ça ne crame pas … ce serait quand même dommage ! Tout d’abord, j’ai tout mis sur la table, pris une photo et « étiqueté » les composants » pour faire valider ma compréhension. Si j’ai bien compris, pour alimenter l’ensemble, je peux le faire de 2 manières : - Avec un cable USB entre un PC et la prise USB de l’Arduino Mega - Avec une alim 10-12 volts sur la prise jack de l’Arduino Mega Question 1 : Est-ce correct et quelle alimentation puis-je utiliser ? Quel ampérage ? En fait, l'alimentation se trouve sur le shield Growduino, en 5 volt Question 2 : Dois-je passer par la phase connexion avec un PC ou puis-je m’en passer ? Normalement, pas de modification de programme, donc pas besoin de PC Pour gérer l’extracteur, j’ai déjà un auto-transfo qui convient, à mettre derrière la platine moteur : Par contre, pour gérer le ballast et la lumière il me faudra un relais SSR tel que celui-ci : - FOTEK relais static 25A 3-32Vdc 24-380Vac SSR-25DA Relais stato solide SSR (5.95€) Correct ? Pas de système de refroidissement car seulement 250W en cro et 400 W en flo. Enfin, si je veux mettre l’ensemble dans un boitier en plastique, il me faudra un boitier IP65 de 35 x 25x 15. Correct ? Non : boitier de 40xx30x17 Merci à l’avance de votre aide car même en ayant pas mal lu, je suis un peu dans le brouillard. Peace. Cyberius.
  4. 1 point
    saut tout le monde pour paliser tu peu prencher plus le tronc lapex remontera tout seul peut importe l'angle apres a ta guise de le repaliser mais ta plante toute a plat plus un petit pincage ta plant va vraiment developer c'est secondaire que tu poura palisser aussi j'oubliais tricote les feuilles
  5. 1 point
    📣DANAKIL & THE BACO ALL STARS: date exclusive pour le Festival d'Expogrow 2019 Le SAMEDI 27 AVRIL sera l’unique opportunité de voir au groupe français de reggae qui ne prévoit pas de tourner en 2019. Le concert, d’une durée de deux heures et demie, réunira 17 musiciens sur la scène du chapiteau extérieur sponsorisé par Biobizz. À Expogrow sera la première fois qui pourra se voir en Espagne ce show, formé par les douze musiciens de DANAKIL plus THE BACO ALL STARS : Yaniss Odua, Volodia, Natty Jean, Brahim, Papa Style & Numan. Expogrow, la Foire cannabique basque-française fêtera sa 8ème édition les vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 avril 2019. Très vite Expogrow annoncera le reste de confirmations musicales, des experts invités au Cannabis Box Forum, toute l'information complète sur la Foire et les activités parallèles programmées. RÉSERVE TON BILLET
  6. 1 point
    Yo Yo, Pas mal de belles plantes ici, à mon tour: D'abord un report rapide sur 1 weed que j'ai fait l'an dernier: Lost Coast Og. Session full HSO, en compagnie de 3 OG Kush et de 3 Dr Greenthumb's em-dog. L'OG Kush, un peu fade, un peu citronnée, rien de fou, proche de la Dina, bonne prod pour une OG mais deception gustative pour moi. La Em-Dog, un peu mieux quand même, un arrière goût un peu skunky plaisant. Par contre j'ai bien aimé la Lost Coast OG donc, bonne prod (pour une OG toujours) et un super goût sucré mais pas fruité, plutôt épices, grains torrefiés, je sais pas. Compliqué à définir. Il y a quelques notes communes avec un phéno de Gorilla que je fume en ce moment, mais la Loast Coast était meilleure, bien meilleure. Maintenant, rentrons dans le vif du sujet: Choco Mint Og: Quelle belle plante, quel plaisir de grow une telle génétique. J'ai vraiment kiffé de la voir vieillir et se colorer, se couvrir de poudre, qui ressort particulièrement sur fond noir/violet. J'ai fait deux plantes, une sous HPS 400 (moins de couleurs, buds allongés) et une sous CMH 315 (trop belle, buds en épaisseur bien ronds.) Apparemment c'est une génétique instable, bon bah pour moi deux graines me donnent deux phénos, mais les deux sont qualitatifs et proches au smoke bien que différents en apparence. Je décris plutôt le plant CMH: Pas évidente à palisser/travailler, production moyenne/bonne (pour une kush). Odeur assez légère combustible/ carburant dans le pot, en smoke c'est fort en goût, plutôt forêt - humus - résine d'arbre assez frais. C'est good, vraiment good, je trouve. Que dire de plus? Effet puissant, plait aux copains en grow et au smoke... Ah, j'oubliais, je trouve quelques graines dans la weed, c'est la seule sur un multi-var de 13 plants… mais c'est la plus jolie, regardez: Bonne journée des bisous! Edit: vu vos retours, merci les gars, je vais être obligé d'essayer la Mango Saphire et la Bubba Kush 2.0, mais ça sera pas pour tout de suite. bye!
  7. 1 point
    Yop Juste un petit message pour vous dire que je ne fabriquerai plus toutes la panoplie de mes montages. C'est trop astreignant, me bouffent un temps monstre et nécessite beaucoup de stock Ne seront disponibles que Proto V2 GrowDuino V3 Shield UNO (sans fonctionnalité moteur) Global Controler Platine moteur 5 voies Ce qui me laissera un peu plus de temps pour les développements spécifiques sur demande et les montages complets ainsi que le GENesis ++ GEN
  8. 1 point
    Bonsoir à tous, Et encore une ligne à ajouté au palmarès de notre Amnesia. Si quelqu'un connait se mystérieux JahFrenchKush, on est curieux vous pouvez nous contacter en mp
  9. 1 point
    yo, petit HS, mais le titre du topic est ultime, ça me fait penser à un beau lancement de B. de la Villardière "Drogues, sexe et violences, bienvenue dans l'enfer de la Caliweed. Fabriquée en Californie, en Belgique ou aux Pays Bas, c'est une herbe trafiquée aux engrais et à l'ammoniac que s'envoient dans les poumons des millions de jeunes à travers le monde. Un reportage exclusif de la Team Cannaweed à Amsterdam, au plus profond des racines du mal, au coeur de l'enfer de la Caliweed". ++
  10. 1 point
    yop Place aux tofs Ecran principal Menu setup Choix du cycle de culture Paramétrage allumage/extinction lampe Sélection méthode de travail relais température Sélection méthode de travail relais humidité Sélection du mode de fonctionnement de l'arrosage Paramétrage du mode journalier Paramétrage du mode cyclique Réglage horloge Activation/Désactivation des relais La télécommande Le contenu du fichier config.h à éditer si nécessaire et à compiler avec le programme #ifndef config_h #define config_h //********************************************************************************** // Utilisez ce fichier pour intégrer les valeurs de fonctionnement de votre système // veillez à bien conserver la structure et terminer une ligne par ; (point virgule) //********************************************************************************** // Température croissance jour minimum uint8_t TCJMIN = 20; // Température croissance jour maximum uint8_t TCJMAX = 26; // Température croissance nuit minimum uint8_t TCNMIN = 18; // Température croissance nuit maximum uint8_t TCNMAX = 20; // Température floraison jour minimum uint8_t TFJMIN = 22; // Température floraison jour maximum uint8_t TFJMAX = 26; // Température floraison nuit minimum uint8_t TFNMIN = 20; // Température floraison nuit maximum uint8_t TFNMAX = 24; // Température Hystéresis (1 ou 2) uint8_t THYST = 2; // Humidité croissance jour minimum uint8_t HCJMIN = 50; // Humidité croissance jour maximum uint8_t HCJMAX = 80; // Humidité croissance nuit minimum uint8_t HCNMIN = 40; // Humidité croissance nuit maximum uint8_t HCNMAX = 60; // Humidité floraison jour minimum uint8_t HFJMIN = 40; // Humidité floraison jour maximum uint8_t HFJMAX = 60; // Humidité floraison nuit minimum uint8_t HFNMIN = 30; // Humidité floraison nuit maximum uint8_t HFNMAX = 50; // Humidité Hystéresis (1 à 5) uint8_t HHYST = 5; // Vitesse minimum de l'extracteur uint8_t EMV = 1; // moteur interval en secondes entre chaque échantillonage température uint8_t SBS = 20; // delais d'attente réallumage lampe en seconde (0 = desactivé) int LD = 10; //**************************************************************** #endif le kit nécessite une alimentation DC 5V 2A et 2 piles bouton CR2032 (horloge + télécommande) option possible (gestion vitesse extracteur via une platine moteur I2c) il vous reste encore 14% de memoire prog et 6 entrées/sorties pour éventuellement customiser le prog à votre sauce L'archive du code, téléchargez le fichier; renommez le en zip, et décompactez le sur votre disque dur Projet réalisé avec l'éditeur ATOM UGROW.pdf vous pouvez laisser un com ou poser des questions.. Je ne mords pas.. quoique ++ GEN
  11. 1 point
    Yop Quelques soit l’aéroport il est tjrs possible de faire passer quelque chose en soute. (un bon système anti odeur abscent mise sous vide et hop) Sinon y a le colis postale. C'est compliqué et marche pas a tout les coups mais il est possible de faire passer des trucs.... Et tu as mis le doigts sur le point qui devrait faire tiquer les gens, il est impossible via les moyens actuels de fournir un approvisionnement sure et régulier pour les coffees. Donc je reste sur mon avis premier que Charly vient bien appuyer (il est quand même locale d'amsterdam et limite pilier de coffee..) que la production locale prend le pas sur l'importation. Question de logique, suffit de faire passer un cut en hollande pour qu’après la logistique approvisionne les coffees, easy non? Donc pourquoi s'emmerder a importer? suis navré mais ca ...... c'est au pays des bisounours... Suffit de checker certaines photos de buds pour etre sure et certain de l'utilisation des PGR. Les deux photos postés plus haut par KingShababa en sont l'exemple parfait. Après y a PGR et PGR...
  12. 1 point
    hello, petite réaction à chaud, sérieux toutes les tetes se ressemblent sensiblement! un peu de touches purple, serrés, petits cristaux, on ne voit meme pas les calices des fleurs! Elles ont l'air canon c'est sur, mais aucune ne sort du lot visuel pour moi. Pour revenir a la Cali connection, gouter plein de variétés différentes okay, mais ce qui me fait peur c'est les conditions du culture! Blindées de produits! Perso je préfère une bonne strain classique bien faite par mes soins ou des potes en orga que de la strain de fou blindé de produits et qui vient du bout du monde! Ecologie 0 :p ++
  13. 1 point
    Bonjour à tous. Introduction : On m'a demandé de faire un récapitulatif de tous mes projets afin que les gens puissent s'aiguiller dans leurs choix Il ne s'agit aucunement d'une démarche commerciale, mais d'un fil de discussion dédié au DIY (Do It Yourself) traduisez : faites le vous même. Vous trouverez ci-dessous tous les projets terminés, la majeure partie est OPEN SOURCE, ce qui signifie que vous pouvez faire ce que vous voulez des informations que vous trouverez ici (certaine chose ne sont pas libres, et ce afin de protéger les projets d'une commercialisation). Le but de ma démarche est d'affranchir les gens du consumérisme sauvage, pratiquant des prix exorbitants et ce sans aucunes raisons valables, à part engraisser des sociétés et des grossistes qui ne produisent rien et qui se goinfrent au passage. Ce n'est pas MA vision du paradigme que nous tous devons mettre en place. (Désolé pour eux) Tous les codes sources vous sont accessibles. Concernant les circuits, à quelques exceptions près, tous les fichiers vous seront accessibles, afin de réaliser vos circuits imprimés. Si vous n'y connaissez rien, je peux vous fournir les circuits imprimés à prix coutant (Ils sont tous de qualité supérieure réalisés en 2 oz avec finition or). Je peux éventuellement m'occuper du montage, dans ce cas, contactez moi en MP. Pour conclure, je dirai que les projets que je réalise sont de deux sortes, la première dédiée au gens qui n'y connaissent absolument rien en programmation, et qui ne veulent pas se prendre la tête, la seconde dédiée aux bricoleurs 'touche à tout'. Avertissement : Certains projets utilisent du 220V, je décline toute responsabilité concernant ce que vous ferez des projets et informations trouvés ici-même. Il y a potentiellement un danger qui peut être mortel Si vous n'avez pas les connaissances nécessaires, veuillez contacter un professionnel en électricité pour la mise en œuvre de vos montages SUJET EN COURS DE MODIFICATION LE COMPU-GROW V2 Pour ceux qui connaissent le développement du Proto, une bonne nouvelle, il est maintenant disponible dans sa version V2 Je peux fournir le circuit imprimé vierge ou le bloc écran + proto + arduino DUE monté Sondes et alimentation non inclus. Voila une belle opportunité pour vous équiper en tactile fichier gerber à télécharger et renommer en .zip : protoV2.pdf
  14. 1 point
    bonjour Afin de faciliter la compréhension et l'articulation des différents projets et réalisation de Gen, j'ai listés les GDW et fait un comparatif rapide des différentes platines achevées ou non. GDW #1 Temporisateur d'éclairage intelligent. GDW #2 Régulateur de vitesse universel pour moteur synchrone/asynchrone GDW #3 Mise en place sonde CO2 MH-Z14 GDW#4 Réalisation d'un controleur global pour salle de culture (en cours) proto pour le développement du Shield DUE GUIDE DE MONTAGE ET D'UTILISATION GDW#4 GDW#5B Growduino Shield V2 Pour MEGA2560 GDW#6 protection I/O GPIO par optocoupleurs (arduino - raspberry) GDW#7 Commande de vitesse pour moteur à courant continu 5-60v GDW#8 Commande Light rail avec temporisation GDW#9 Extension d'entrées/sorties pour arduino/raspberry GDW#9 Dimmer pour leds grandes puissances GDW#10 Growduino Shield pour DUE + Ecran tactile GDW#11 Système de contrôle de remplissage GDW#12 Growing Room Control Center (GRCC) GDW#13 Platine pour commande auto-transfo [Terminé] GDW#14 Branchement d'un auto-transformateur sur une platine relais GDW#15 Allumage LED 4 voies [TERMINE] GDW#16 Platine moteur I2c GDW#17 Extension déport I2c pour Mini-GrowDuino Le Mini Contrôleur, moins cher tu meurs ! Mon système de contrôle perso (celui de Gen) GDWLIB #1 La classe DailyTimer pour Arduino GDWLIB #2 La classe CyclicTimer pour Arduino GDWLIB #3 La classe MistControler pour Arduino GDWLIB #4 Arduino les classes, comment ca fonctionne ? [Partie 1] Les différents contrôleurs pour espace de culture Mini Contrôleur : Le nouveau minimum syndical accessible. Gère lumière, ventilation, température, humidité. Shield Mini-GrowDuino V2 Pour Arduino Mega GDW#5b , une solution complète de gestion de l’environnement des arrosages cycliques et en option de la cuve d'arrosage. Shield DUE à commande tactile GDW#10 grand frère du Shield Mini Growduino GDW#5, même options mais à écran tactile. Growing Room Control Center (GRCC) GDW#10, c'est la solution complète sans écran tactile pour ceux qui ne touchent ni à l'électronique et encore moins à l'informatique et qui n'ont pas besoin de gérer une cuve d'arrosage. Controleur global pour salle de culture GDW#4, proto pour le développement du Shield DUE. C'est la solution capable de répondre à tous les usages avec un maximum de confort grâce à l’écran tactile.
  15. 1 point
    Salut les bricoleurs. On m'a demandé de faire une temporisateur journalier à 4 voies pour gérer des éclairages LED avec décalage d'allumage programmable et possédant une batterie de sécurité pour le RTC. C'est une version cheap cost à base de relais pour la commutation, le coeur est un arduino pro-mini (processeur identique à un arduino UNO) Les horaires d'allumage et d'extinction sont définis à la minute. introduction des données via un keypad, afficheur LCD 4x20. Taille : 8 cm x10 cm Schéma synoptique Le circuit terminé les fichiers eagle et liste des composants ci-dessous (téléchargez et renommez le fichier en LED.zip, ensuite décompactez le) LED.pdf Le code suivra dès que le circuit sera monté PS : si des gens le désirent, je peux faire une version à allumage progressif, mais le coût sera plus élevé ++ GEN
  16. 1 point
    Salut les arduinoteurs. Voici une nouvelle classe qui permet très facilement de piloter un brumisateur. Ce process fonctionne par hystérésis, afin d'éviter les sollicitations intempestives et vous pouvez y introduite les valeurs d'humidité (min et max) pour la croissance ou la flo mais également pour le jour ou pour la nuit. le fonctionnement est basé sur les données récupérées d'un DHT 22 (je déconseille les DHT11, moins précis) Dans cette classe, j'utilise un pointeur sur l'objet dht, ce qui vous évite de devoir implémenter du code et vous offre un degré d'abstraction plus élevé exemple du code principal Voici l'archive contenant l'exemple et les librairies Vous pouvez instancier grâce à cette classe la gestion de plusieurs brumisateurs pointant sur un même ou sur plusieurs dht.. MistControl.zip N-Joy Et Komdab, si vous avez des questions n'hésitez pas.. ++ GEN
  17. 1 point
    La fin Cachée – L’installation 1 / Tu vides ta pièce, ta box et tu désinfectes ! Moi, j’utilise un vaporisateur de jardin pour cela. Pour l’intérieur de la box, je fais 75 % eau 25% Javel à 8%. Attention à bien protéger vos voies aérienne et vos yeux, ça ne rigole pas comme produit ! Je laisse macérer 24 heures ! Puis je rince à l’eau claire, et je sèche. Tout le reste excepté la palette, j’utilise la même méthode, mais cette fois avec de la javel ménagère à 4%. Et quand je dis tout, c’est vraiment TOUT ! 2 / Tu prends ta palette, et tu lui appliques une méga dose de javel, et tu la laisser sécher qq jours. Ensuite, moi j’ai mis une épaisseur de planche en plus sur les pieds (les deux du fond de la box) de ma palette, pour créer une légère pente afin de facilité l’écoulement de la table. Puis tu l’enroules dans du cellophane 1er prix. Et hop dans la box ! 3 / Tu mets le système de récupération, en faisant en sorte que les prises électriques ne se retrouvent pas au sol (il ne faudrait pas qu’en cas de fuite elles baignent dans l’eau !) 4 / Tu mets ta table à marée, et ton rehausseur par-dessus. 5 / Tu fixes la tête avec filtre cousu (la 2ème) sur l’évacuation. Il ne te restera plus qu’à mettre du géotextile pour que les racines trempent le moins possible dans l’eau qui s’écoule. 6 / Tu calles les boudins, entre le bord de la plaque et le rehausseur. 7 / Tu mets ta plaque sur tout ça ! 8 / Tu mets en place l’unité pompe. Par sécurité j’ai mis un bac à béton sous le montage. Mais bon zero fuite en vue J 9 / Tu connectes ton unité pompe à ton irrigation. 10 / Tu mets en place ton bac, tu le remplis d’eau, tu l’ajustes (pH, Ec)… et tu mets le tuyau d’arrivée d’eau de ton unité pompe dans le fond du bac. 11 / Tu connecte, ton montage de tuyau à ton système de va et vient, et tu mets le tuyau dans le bac ! 12 / Tu mets panier avec mousse dans les trous inoccupés, et dans les autres tes petits bébés !!!!!!! Conclusion Nous avons donc maintenant un système totalement opérationnel, optimisé à la résistance calorique des effets de la lampe, avec une grosse cage racinaire, normalement parfaitement hermétique. Vous verrez que même les paniers/manchons occupent un minimum d’espace dans la cage racinaire avec ce système. Et vu la solidité, je pense qu’il est confortable de dire que les plantes seront parfaitement stables et tenues (chose importante). L’irrigation envahie bien la totalité de la cage à chaque aspersion. La filtration est à un très bon niveau avec filtre anti-merdouille sur la table, et sur l’aspiration de la pompe. Et filtre d’entrée de pompe et de ligne à 50microns. Je vais également utiliser de l’ATA Clean afin de garder tout aussi propre que possible et empêcher toute obstruction pour mes sprayers. Les connexions DMFit me garantissent presque le ZERO fuite. La consommation électrique et en eau est donc très faible. Et le bruit très réduit. Me voilà enfin au bout, après 3 journées de 10h de rédaction, pour vous offrir ce tutoriel qui ne compte pas moins de 32 pages word !!!! J’espère qu’il sera utile à ceux qui comme moi aiment que tout soit aussi optimisé que possible et fait maison. Surtout faites-moi part de vos commentaires, ajout/conseil. Ce que vous en avez pensé ! Partagez votre retour d’expérience si vous avez mis en pratique ou pas ce tutoriel. En bref, faite vivre le sujet ! Kiss Kiss Bang Bang ! Cheers !
  18. 1 point
    III – Le Système d’Irrigation Grosse Intro : Voilà un autre casse-tête, et croyez-moi, je me la suis bien cassé… Mon objectif, était d’avoir un système totalement apparent et accessible pour toute intervention d’entretien pendant qu’il tourne dans la box. Il faut que tout le système de raccords, connexions et tubes soit parfaitement adapté au fonctionnement sous pression, mais pas que. Car j’ai fait beaucoup d’essais différents avant d’arriver enfin aux 0 fuites ! Tuyauterie / raccords : J’ai commencé par faire une colonne vertébrale avec du tuyau de 16mm en utilisant des raccords Gardena qui alimentaient des tuyaux en 6mm qui conduisaient l’eau jusqu’aux sprayers. Un véritable enfer ! Les pièces Gardena ne sont absolument pas adaptées au fonctionnement sous 7 bars. J’en ai quelques une qui se sont fendues en leur intérieur (je te raconte pas les projections dans mon salon…). Les raccords en 16mm ne tenaient pas (bien que solidement fixé à la plaque) et chaque ouverture de l’électrovanne, ils laissaient passer de l’eau, ce qui faisait que ma plaque était régulièrement couverte d’eau… J’ai essayé de renforcer l’étanchéité de tous les raccords avec du teflon, anneaux de serrage, ce qui a un peu amélioré le problème mais ne l’a pas éliminé. Puis soyons réaliste, si c’est déjà précaire alors que c’est juste un tout petit essai, je vous raconte pas l’angoisse pendant 3 mois. Donc No way ! de prendre ce risque et voir tout partir en sucette en pleine culture ! Petit détail, qui n’en est pas un, mais il ne faut pas que compter avec la pression, il faut aussi considérer les « coups de bélier ». La pression c’est quoi ? C’est quelque chose d’enfermé qui pousse très fort pour sortir (Ok c’est super vulgarisé). Donc lorsque que l’électrovanne s’ouvre brusquement l’eau se faufile dans les tuyaux avec beaucoup de puissance et « cogne et pousse » tout ce qu’elle croise. En gros : raccords adapté à la pression sinon rien ! Sprayers : Ensuite vient le casse-tête des sprayers, qui n’est pas des moindres… D’autant plus que c’est lui va créer cette gouttelette tant convoitée ! Déjà ne perdez même pas de temps à chercher dans les magasins de bricolage, de jardinage ou même ceux spécialisé dans l’irrigation. Vous n’y trouverez absolument rien ! D’ailleurs, je n’ai pas trouvé de vendeur en France (même sur le net) qui propose un panel assez large de sprayers. Moi j’ai choisi de les appeler Sprayer pour ce tuto, mais il y a beaucoup de dénomination, et effectuer une recherche n’est pas si évident que cela. Voici une liste des différents noms que j’ai pu croiser : Fogger (Fog = Brouillard), Mister (Mist = Brume), Sprayer, Sprinkler, Gicleur, Brumisateur… Donc déjà dur de trouver, mais se rajoute à cela, la totale absence d’information technique lorsque vous trouvez des sprayers qui ont l’air de convenir (parfois vous avez une ou deux des infos nécessaires). Pour rappel, voici les caractéristiques que vous recherchez pour vos sprayers : - Peut fonctionner avec votre pression. (attention dans les catégories Brumisateur il y a la pression max, mais surtout la pression minimum et si vous l’atteignez pas, ne cherchez même pas, vous n’aurez pas de résultats). Notre tranche de pression rend la tâche ardue, car vous avez beaucoup de choix autour de pression type robinet (2 ou 3 bars), puis ensuite beaucoup de choix dans les catégories haute pression (à partir de 30bars) - Capable de produire (au moins un %) de goutte de 50microns (taille idéale des gouttes pour une absorption optimisé de l’eau par vos racines). - Qui ont un faible débit. (le but n’étant pas de balancer un max d’eau sur un faible temps, mais bien une aspersion optimisée qui correspond exactement aux besoins des plantes!) - Qui se fixe sur le système que vous avez choisi. - Avec un angle de projection suffisant pour couvrir l’ensemble de la surface de votre cage racinaire. Le nombre de vos sprayers doit absolument vous permettre d’y parvenir. - En option mais quand même super pratique, système anti goutte intégré. Ce qui évite que lorsque votre électrovanne se referme vous ayez des gouttes de 2mm qui tombent sur vos racines. - Autre option : avec filtre intégré. Ce qui permet en cas de bouchon (qui empêcherait l’eau de sortir) de démonter, nettoyer, et ça repart. Comme tous les vendeurs (suffisamment intéressants) sont situé à l’étranger, cela augmente les frais de port, l’attente, et vous ne pouvez donc même pas vous dire, j’en commande différentes sortes, je test, puis ensuite je recommande ceux qui me conviennent le mieux. Ça serait la ruine… Mais ne pas se décourager, certains l’ont fait, donc y pas de raison ! Va et vient : Ou fermeture du circuit fermé. Notre bac d’eau n’étant pas sous notre table à marée, l’eau ne peut donc pas couler naturellement dedans. Il faut donc la récupérer sous la table, par le trou d’écoulement pour la ramener dans le bac eau. (d’ailleurs, j’avoue ne pas comprendre le fonctionnement des bacs sous l’espace de culture…comment faire pour le sortir afin de le vider, le nettoyer toutes les semaines avec la jungle au-dessus ?) J’ai donc construit un petit système avec un Tupperware, un capteur de niveau d’eau, et une petite pompe de 450L/h. Ce système fonctionne très bien, pour peu que vous ayez mis un filtre sur votre trou d’écoulement de la table. Je l’utilise depuis très longtemps, et il ne m’a presque jamais fait défaut ! (quand je n’avais pas mis de filtre, et la pompe s’est bouchée…du coup depuis, je mets toujours dans le fond de ma box une bâche en pvc pour qu’en cas de fuite l’eau reste bien dans la box, et ne pourrissent pas le sol de la pièce ou pire.) Info : Une table à marée, et ce système de récupération d’eau, fonctionnent pour TOUT les types de culture. En terre, il permet d’arroser sans se soucier des écoulements (il suffit de mettre un seau à l’extérieur pour récupérer l’eau et le tour est joué), en système hydro ouvert c’est pareil avec un bac de récupération à la place, et fermé comme nous le voyons ici pour notre système Aéro. Matos : Les quantités sont adaptées à mes 41 sprayeurs, ajustez les en fonction de votre schéma d’aspersion. Toutes les connections sont de la marque DMFit (il y a surement moins cher avec les sites chinois, mais cette marque fourni de grandes entreprises pour des systèmes sous pression, gage pour moi de qualité), et fonctionne très simplement en enfonçant le tuyau, qui s’auto-bloque si vous essayez de le sortir (à moins que vous ne bloquiez le système de serrage). Il n’y a pas plus pratique à monter et démonter. Tout cela fonctionne jusqu’à 10bars ce qui est parfait. Pour l’irrigation : - 1 croix 6mm (~4€), 18 coudes 6mm (~2€), 45 T 6mm (~2,5€), 10 bouchons 6mm (~1,2€) - Tube en 6mm (pour 7 bars, ceux que vous trouverez pour le jardin font l’affaire) - Un peu de tube d’isolation pour tuyauterie en gomme (20cm devrait suffire largement). - Un peu de tuyau d’arrosage de 14mm. - Quelques anneaux pour fixer du tube au mur. Pour le va et vient : - Un petit Tupperware (qui permette de contenir la pompe, qui soit assez haut (mais pas trop) pour que lorsque le capteur s’active, la pompe soit suffisamment immergée pour ne pas tourner à vide.) - Une petite pompe type 450l/h (mais qui soit assez puissante pour conduire votre eau vers votre bac) - Du tube de 16mm et autant de coude qui vous faudra pour atteindre le bac en passant par une ouverture de votre box. - Un capteur de niveau d’eau avec interrupteur position ON : flotteur haut. (trouvable sur conrad par ex)(ici) - 20 cm de filtre électrique - 1 prise électrique mâle (sans terre) - 1 prise électrique femelle (sans terre) - 1 palette en bois qui rentre dans votre box (qui servira à rehausser la table à marée pile à la hauteur de votre Tupperware). Les sprayers : - Autant de sprayer que vous en avez prévu, et si vous pouvez, doublez ce nombre. Ça vous permettra, de pouvoir de en temps, en période de culture, de les interchanger pour nettoyage. - J’ai des sprayers type Brumisateur (pour les brumisateurs type jardin, bar…) en laiton, sans option et sans indication de taille de goutte. Les orifices font 0,3mm. Vu la taille des gouttes, je pense qu’elles doivent être dans la bonne marge. J’ai commandé de nouveau sprayer avec toujours aussi peu de détails, si ce n'est que Orifice : 0,4mm et avec les options anti-gouttes et filtre, sur le grand site chinois. Matos pour bricoler : - Cutter - Tourne vis - Perceuse avec Trépan ou cloche (qui correspond à la taille du pas de vis de votre capteur de niveau) - Teflon - Mastic Méthode pas à pas : Irrigation : 1 / Posez votre plaque à plat sur votre rehausseur. Et disposez tous vos coudes, T, croix et bouchons aux endroits que vous avez prévus. 2 / Commencez le montage par la croix. Elle va servir pour l’arrivée de l’eau, les côtés droits et gauches (qui alimenteront les lignes), et la ligne centrale. Assurez-vous qu’elle soit parfaitement positionnée dans le même axe que le premier trou de votre ligne (celui en 16mm avec la mini gaine faite de tube de 16mm). Mais qu’elle ne soit pas pile au bord de la plaque, sinon avec le tuyau d’arrivée branché vous pourriez avoir du mal à fermer votre box, puis cela appliquera moins de contrainte sur votre croix si elle ne porte pas le tuyau d’arrivée. Astuce : Monter des tuyaux peut vite se transformer en véritable calvaire, croyez-moi avant de trouver cette astuce, j’en ai grave….disons que j’ai bien peiné ! Bref, afin de bien pouvoir enficher (ou désenficher) des tuyaux dans coudes, T, bouchon… ou encore redonner une forme droite à un tuyau sans trop de souffrance, il faut le chauffer. Exit le briquet qui ne tiendrait pas la longueur, la bougie qui met du noir partout… L’eau chaude (bouillante) est votre meilleure amie ! Tu trempes qq secondes et le tour est joué ! Où mieux encore, comme moi, tu as la chance d’avoir un nettoyeur vapeur. Tu balances la sauce dans le tube et triple effet KissKool : tu nettoies/désinfectes inside/out ton tuyau + tu lui donnes (presque) la forme que tu veux + tu enfiches faciles les coudes, T…. Moi, y a pas un bout de tuyau qui n’y est pas passé ! 3 / Donc on commence par les côtés droits et gauches. Comme pour la croix assurez-vous que chaque T soit bien en positionnée en face du 1er trou de chaque ligne ainsi que les deux coudes aux angles. Attention, bien enfoncer à fond le tuyau dans les connexions (il y un peu de résistance, donc bien enfoncer !) 4 / Comme vous le voyez sur la photo, fixez des anneaux afin d’ancrer le montage de cette « colonne d’alimentation » à votre plaque. Mes anneaux étant bien plus large que le tuyau, j’ai mis un bout de tube en gomme afin qu’ils ne bougent pas. 5 / Une fois cette colonne d’alimentation construite, il ne reste plus qu’à y rajouter les lignes. Chaque T doit se situer exactement au-dessus de son trou ! Ce n’est pas compliqué, mais ça prend pas mal de temps à monter, pour être parfaitement précis. 6 / Un bouchon au bout de chaque ligne. Ayant 7 lignes, je n’ai besoin que de 7 bouchons. J’en ai pris en plus afin de pouvoir fermer des lignes, ou des sprayers pour des actions d’entretien sans interruption des cycles d’irrigation ! 7 / A ce stage les lignes ne sont pas arrimée à la plaque, le montage des sprayers s’en chargera. Sprayers : Intro : Là aussi beaucoup de tirage de cheveux pour trouver une manière de rendre facilement accessible, et démontable les sprayers alors que les cycles sont en cours de fonctionnement, ou encore sans avoir à rentrer dans la cage racinaire. Mais il faut donc que le passage du sprayer dans son trou, rende également le trou hermétique à la lumière et à l’eau. Et que le sprayer ne soit pas de travers mais bien droit dans son trou ! Un casse tète je vous dis ! Dont voici la solution 1 / Mes sprayers se vissent. Ils ont un pas de vis de 5mm. Le tuyau de 6mm est donc de 6mm à l’extérieur alors que l’orifice est quant à lui de 4mm. Les sprayers se vissent donc parfaitement dedans, et avec le montage suivant, les coups de bélier ne mettent pas en péril leur fixation. 2 / Si vous avez choisi les même sprayers, il va falloir compter avec cette étape. Il faut couper des petits bout de tuyau de 6mm qui vont permettre à vos sprayers, d’arrivée pile à la surface intérieur de votre plaque. (un peu en retrait est possible aussi, ca permet de gagner un peu en surface par sprayer, le cone de projection s’aggrandissant avec la distance). Attention de bien compter avec la longueur de tuyau enfiché dans le T. Attention de bien découper le tuyau nettement et bien droit. 3 / Vissez vos sprayers à vos petits bout de tuyau. Attention de ne pas faire rentrer de saloperie dans les tuyaux ou sprayers pendant que vous bricolez ! 4 / Prenez votre bout du tuyau d’arrosage de 14mm. Vous allez maintenant découper autant de bout que de sprayer. Ils doivent faire la même longueur (profondeur) que vos petites gaines de passages de sprayers. 5 / Coupez autant de petit carrée d’environ 2cm que de sprayer dans votre bout de tube en gomme. 6 / A l’aide d’un tourne vis, faite un trou pile au milieu de vos bouts de gomme et élargissez-les de manière à pouvoir glisser le petit bout de tube au bout de vos sprayers. 7 / Nous avons donc maintenant, notre sprayer fixé à un petit bout de tube, qui lui est glissé dans un bout de gomme. Enfichez maintenant ces petits montages, dans les petits bouts de tuyau d’arrosage. Normalement, le sprayer rentre pile au cheveu près. Et bourrez la gomme à l’intérieur du tuyau. Le sprayer doit se retrouver au milieu du tuyau (cela assurera assez de longueur au 6mm pour une bonne fixation au T, et facilitera son enfichage). 8 / Par le dessus de la plaque enfichez vos petites massues dans vos gaines de 16mm. D’abord vous fixez bien dans le T, puis vous enfoncez le tout pour que votre massue arrive pile à la surface de la plaque. Normalement, une fois cela fait vous avez, donc un accès facile pour l’entretien. Les sprayeurs sont parfaitement ancrés à la plaque, et l’irrigation aussi. Ni lumière, chaleur, ou eau ne passe à travers vos petits orifices de passage car le sprayer appui sur le tuyau d’arrosage, qui lui appui sur la gaine en 16mm. 9 / Si vous avez des sprayers qui s’enfichent directement dans votre T, prenez les même que ce que je viens de commander (lien), la longueur créée par le système anti-gouttes, et de filtration, permet d’atteindre la surface intérieure de la plaque, et dans ce cas-là, vous n’aurez qu’a les glisser dans un peu de tuyau d’arrosage et le tour est joué ! 10 / Si vous avez, comme moi, choisi de mettre également, une aspersion latérale en complément, vous avez donc mis sur vos côtés des gaines de tuyau de 16mm d’environ 10cm de longueur. Cette fois vous allez donc coupez une longueur de tube de 6mm (suffisante pour permettre de bien connecter coude et T), et donc connecter un coude à l’autre bout. 11 / Coupez ensuite des bouts de tuyau de 6mm, qui permettront de visser le sprayer, et de pile s’enficher dans votre coude. Le va et vient : 1 / Prenez votre Tupperware et faites trois trous sur le couvercle. 1 de 16mm pour le tuyau d’évacuation, un autre à la taille du pas de vis de votre capteur, et un dernier de la taille de l’évacuation de la table. Utilisez soit un trépan, soit une cloche. Positionnez les trous, afin que celui relié à la table soit pile en-dessus, et que celui pour l’évacuation soit le plus au bord de votre box et qu’il se connecte facilement à la pompe. N’appuyez pas trop lorsque vous percez au risque de voir votre couvercle craquer ! 2 / Faire une entaille dans le couvercle et un petit trou au bout afin de faire passer le câble d’alimentation de la pompe. 3 / Visser votre capteur au couvercle en mettant du téflon sur son pas-de-vis (si un anneau est présent sur la tige, il vous permet d’adapter la position initiale du flotteur). 4 / Placez votre pompe dans le Tupperware de manière à ce que la sortie soit pile en dessous du trou pour votre tuyau de 16mm qui ira jusqu’au bac. Tendez très légèrement le câble de la pompe et faites attention à ce qu’il ne passe pas sous le capteur ! Puis avec un peu de mastic, colmatez l’entaille et le passage du câble. 5 / Prenez maintenant les prises électriques mâle et femelle et ouvrez les. Reliez-les avec le fil électrique. Puis ensuite branchez un fil du capteur dans la fiche femelle, et l’autre dans la mâle, et refermez le tout. 6 / Branchez la pompe sur la fiche femelle. 7 / Brancher la fiche mâle sur une rallonge. 8 / Positionnez votre système sous la table, puis construisez avec du tube de 16mm et des coudes, la canalisation qui ira jusqu’au bac. (J’ai fait en sorte que le tuyau n’atteigne pas le niveau de l’eau dans le bac, pour que lors de l’arrivée de l’eau, elle puisse s’oxygéner). 9 / Si vous êtes encore plus parano que moi pour les fuites, vous pouvez coller le couvercle avec du mastic, et faire pareil avec les passages de tuyaux. Le revers est que pour nettoyer ou démonter va falloir virer le mastic. Et qu’en cas de mauvais fonctionnement de la pompe, au lieu d’avoir de l’eau au fond de votre box, la table à marée sera pleine d’eau et vos racines tremperont dedans. Voilà vous avez maintenant un super petit système de récupération des eaux. Allez en cadeau un dernier petit chapitre qui arrive, majoritairement en images…
  19. 1 point
    I – La Cage Racinaire Matos :- Ma table à marée 120x120 (taille exacte de ma box) que je vais laisser tel quel. Grâce au rebord intermédiaire (de 3cm de large) je vais pouvoir poser mon rehausseur dessus parfaitement sans soucis de fuite d’eau. Cela me donne environ 10cm de hauteur de départ. Pour le rehausseur : - Barres en acier diam 16mm (en fonction de la taille) - Des angles de box en 16mm vendu en GS. Il vous en faudra 8 de type Y, et 4 de type K. - De la bâche EPDM Firestone 1,01 d’épaisseur (antiUV, imputrescible, super extensible…) coute un bras mais super qualité ! (4,67m x 1,5m comprenant la plaque également) (sinon pvc) - Des serreflex - Du mastic - Des tubes d’isolation pour tuyauterie en gomme Pour la plaque du dessus : - Une plaque de polycarbonate alvéolé en 16mm d’épaisseur. Perso je n’ai pas trouvé plus « petit comme taille » donc pas mal de chute mais j’ai su réutiliserJ. (300x98cm). - Bâche EPDM Firestone - Mylar Diamond (reflexion 100%) - Colle (néoprène) - Tube PVC 50mm (j’ai pris du jaune car plus fin que le gris, et plus manipulable) - Du tube en 16mm Matos pour bricoler :- Perceuse/visseuse + foret bois + cloche de 50mm + cloche de 16mm - Scie sauteuse (ou scie à métaux) - Mastic + Néoprène - Scotch brun, scotch d’électricien et un peu de scotch (celui bien résistant avec des fils) - Cutter - Mètre - Petite meuleuse - Agrapheuse Méthode pas à pas :Le rehausseur : Intro : Il faut qu’il supporte le poids de la plaque qui elle va supporter le poids des plantes. Il faut que le tout soit suffisamment lourd pour être bien hermétique (lumière, air, eau) avec la table à marée et que le haut épouse bien la plaque avec les paniers. Puis si en plus il peut avoir une utilité thermique c’est encore mieux ! Ensuite je lui donne une hauteur de 30 cm plus les 10 de la plaque. Ce qui va me permettre de me faire une chambre racinaire de 110x110x40cm pour 32 plantes. A savoir le seul système existant en mono chambre racinaire, en 30 paniers, propose environ 0.3m3 de chambre (platinium). Avec mon système j’arrive à 0,484 m3 pour 32 et je peux même le moduler si je le souhaite. J 1 / Mesurer la longueur et la largeur de votre bac (bien à l’endroit où vous aller poser le rehausseur). Je le rappelle le mien est carré et fait exactement la surface de ma box (j’ai dû lui couper les coins pour qu’il se glisse entre les barres de la box tellement il fait 120x120) mais l’endroit où je vais poser ma cage fait 110cm. J’ai choisi de faire un rehausseur de 30 cm. Il y aura 4 barres en contact avec la table à marée (pour en faire le tour) et 5 barres pour poser la plaque à paniers (4 côtés + 1 centrale de renfort). 2 / Découpe des barres, à la meuleuse (attention c’est dangereux cette machine !) sinon à la scie à métaux ! - 5 Barres de 110 - 3,8cm (épaisseur des barres et donc des 2 angles de box) (pour la centrale de renfort puis pour les 4 cotés qui ne sont pas en contact avec la barre de renfort). - 8 Barres de 110 -3.8cm/2 (pour celles qui seront en lien avec la centrale de renfort) - 6 barres de 30 – 3,8 cm (pour la hauteur du rehausseur). 3 / Bien poncer le bout des barres afin qu’elles glissent bien dans les angles K et Y. 4 / Former le carré du bas, en utilisant 2 grandes barres pour deux côtés opposés avec des Y aux extrémités, et pour les deux autres côtés opposés composer les de 2 barres moyennes et d’un K au milieu pointant vers le haut chacun. Enficher le tout. 5/ Former le carré du haut de la même manière en y rajoutant la barre centrale et les K pointant vers le bas. 6 / Mettre les 6 petites barres (pieds) dans le carré bas, puis y enficher le carré haut par-dessus. Voilà maintenant nous avons le squelette. Ca ne devrait pas bouger car « coincé » dans la table à marée, puis avec la bâche autour encore moins. 7 / J’ai découpé à la meuleuse la partie des 2 K du carré bas qui ne servent à rien (à par m’emmerder). Puis aussi les « petites ailes » des 2 K qui tiennent la barre centrale. 8 / Maintenant passons à l’habillage. Donc par soucis d’économie en bâche EPDM j’ai découpé chaque côté au lieu de faire une seule longueur. J’ai donc découpé 4 morceaux de (110 + 40)x(30x2). J’ai pris de la marge pour bien faire les angles. Puis deux fois la hauteur pour qu’elles se rejoignent bien sur le côté extérieur. 9 / Les installer une par une. Faire des trous (bien éloignés du bord) puis fixer avec des serreflex. J’avais mis des petits œillets pour les passer et éviter les déchirements, mais comme la bâche est super extensible cela n’a servi à presque rien car ils se barrent dès que c’est un peu tendu. Bref, les angles ne sont pas parfait, mais comme je n’ai pas de panier dans les angles suite à une petite erreur de calcul ce n’est pas grave (32 au lieu de 36 L ). Faite en sorte que la bâche soit parfaitement tendue sur les faces intérieures. Les angles sont particulièrement durs à faire. Et il m’est impossible de vous dire comment j’ai découpé pour qu’ils ne m’empêchent pas de bien tendre la bâche. Mais c’est gérable ! Ça prend juste beaucoup de temps. Les endroits où la bâche se superpose coller avec du mastic. Moi j’ai également, entourée avec plein de tour de scotch d’électricien. 10 / Vous devrez enlever la barre centrale pour les deux K qui la supportent pour passer la bâche. Puis pour la replacer, trouer la bâche pour que la barre passe pile poil dans le trou et qu’elle ne laisse pas apparaitre le K. 11 / Une fois la bâche fixée, coller chaque côté les uns aux autres avec de la colle PVC pour s’assurer d’une bonne hermétique, et qu’il n’y ait pas d’eau stagnante dans les éventuelles poches créées. 12 / Enfin, nous avons donc la barre en acier centrale qui serait en contact avec la cage racinaire (pas bon), donc petite découpe de bâche de quoi enrouler la barre, et laisser des sortent de « bavettes » large pour chevaucher la bâche au niveau du K. J’ai collé la bâche avec un peu de mastic, puis je l’ai encore entourée avec du scotch d’électricien sur toute sa longueur. Mettre du mastic en les petites « bavettes » et les bords du rehausseur. J’ai encore enroulé le tout avec du scotch d’électricien. 13 / Afin d’isoler parfaitement la partie du rehausseur qui sera en contact avec la plaque, j’ai utilisé des tubes d’isolation pour tuyauterie en gomme. J’ai découpé les parties autocollantes sur à peu près 2cm d’épaisseur dans le sens de la longueur. Et je les ai collés sur le rehausseur sur la tranche, et tout autour. La gomme n’est pas particulièrement hermétique, mais après test, les projections d’eau ne sont pas suffisantes pour poser problème. 14 / Afin d’isoler parfaitement la partie du rehausseur qui en contact avec la table à marée. J’ai découpé mes restes de tube d’isolation en 2 dans le sens de la longueur. La partie base étant beaucoup plus sujette aux projections d’eau nous ne pouvons pas utiliser la même méthode. Découpez des lamelles de bâche de la longueur de vos morceaux de tube et faire un tour autour. Faire tenir en agrafant. Nous les coincerons entre le rebord de la table à marée et le rehausseur. Voilà rehausseur fini, maintenant il lui faut un chapeau ! Plaque du dessus :Intro : Alors c’est un véritable enfer pour trouver un carré qui fait 120x120cm, suffisamment solide pour porter toutes les plantes, qui ne soit pas en matière toxique, imputrescible, totalement opaque, plus ou moins thermo-protégé et manipulable pour en faire ce que je veux. Et bien entendu à un prix raisonnable (car la plaque du fameux platinium est environ à 1 centaine d’€). Donc après avoir beaucoup cherché et pas trouvé voici ce que j’ai fait. J’ai fabriqué le support idéal à un prix abordable. J’ai pris une plaque avec un bon système d’isolation (polycarbonate alvéolé 16mm), avec suffisamment d’épaisseur pour le poids mais également pour y fixer mes tubes à paniers de manière solide. J’y mets sur le côté intérieur de la bâche EPDM (comme pour le rehausseur) et de l’autre côté du mylar 100%. Le mylar a double effet, renvoyer de la lumière utile aux plantes et ses 100% en font finalement un beau bouclier thermique. Et c’est finalement facile d’entretien. Je fais la plaque exactement de la taille de la box en 120x120, avec 3cm de bâche et de mylar qui dépassent de chaque côté. Et l’effet de pression négative fait que la box épouse parfaitement le tour la plaque. De cette manière il y a une totale dissociation de la chambre racinaire avec la partie plante qui elle sera bien plus chaude. Car plus l’air est frais plus il est oxygéné pour nos racines J ce que nous voulons ! 1 / Prendre les mesures de votre box (Longeur (X1) largeur (X2), la taille de vos paniers (Y) et le nombre de trous que vous voulez (Z). Le mieux est de choisir un nombre dont la division soit un chiffre entier. Et appliquer les calculs suivants : Pour la longueur : X1 – (Z X Y) = A puis : A/(Z+1) = Espacement panier sur la longueur. Pour la largeur : X2 – (Z X Y) = A puis : A/(Z+1) = Espacement panier sur la largeur. 2 / Si comme moi la largeur n’est pas suffisante, il va falloir construire la plaque, j’ai donc du rajouter un bout de 22cm de large, pour atteindre mes 120x120cm. J’ai découpé à la scie sauteuse avec lame à bois ! Un peu de colle néoprène, refixé avec un tour du scotch (celui résistant avec des fils), lui-même refixé avec quelques tours de scotch brun, et ça tient vraiment comme un charme ! Quoi qu’il en soit faire un tour de scotch brun sur les bords de la plaque, histoire de rendre plus ou moins hermétique les alvéoles (ouvertes par la découpe). 3 / Tracer des lignes du bord de la plaque de polycarbonate alvéolé avec les résultats obtenus en largeur et en longueur (en 1). Les points de croisement sont vos points de perçage. 4 / Mettre une mèche à bois sur votre cloche de 50mm et percer vos trous. Poncez bien les bords des trous percés pour que rien ne pendouille et tombe dans les racines par la suite. 5 / Répétez la même opération, en fonction du nombre de sprayer que vous souhaitez et percez cette fois avec la cloche 16mm des trous ou vous voulez vos sprayers. Petit conseil, les trous étant facilement bouchable, je vous conseille d’en faire autant que votre imagination vous le dicte. Pour cette opération, je vous conseille fortement de mettre votre plaque sur le rehausseur afin d’être certain que vous être bien à l’intérieur de la cage, et ni sur la barre centrale. 6 / Si comme moi, vous faites une plaque à l’exacte taille de votre box, il va donc falloir lui couper des coins afin d’elle s’encastre parfaitement entre les « poteaux » de votre box. Coupez donc les 4 coins sur environ 2,5cm de côté. 7 / Fixation de la face bâche. Découpe d’un carré de bâche de 126cm environ. Placer la bâche bien à plat au sol, mettre la plaque par-dessus, découper autour avec un ciseau en laissant une marge de 3/4cm sur chaque côté. Coller avec de la colle néoprène (j’ai tout de même un doute sur l’efficacité de cette colle sur la durée). Attention à bien coller les bords et coins ! Et pas de colle trop proche des trous J (sinon lors du passage des manchons elle pourrait ne pas tenir avec la tension exercé dessus) 8 / Découpe des trous dans la bâche collée pour y passer les manchons en PVC qui serviront à nos paniers. Découper au cutter les ronds, en laissant 7/8 mm sur chaque côté (vous coupez donc un rond plus petit que celui du trou de la plaque). L’excédent de bâche permettra de rendre le passage des tubes PVC totalement hermétique avec la bâche qui est parfaitement extensible et qui épousera donc parfaitement le manchon. 9 / Découpez des trous dans la bâche pour y passer cette fois des bouts de tuyau de 16mm qui feront juste l’épaisseur de la plaque (ils serviront de passage pour vos sprayeurs et seront de cette manière parfaitement accessible pour toute opération d’entretien). Même technique, coupez un trou plus petit que celui de la plaque. 10 / Fixation de la face Mylar. Comme pour la bâche, mettre au sol, plaque pardessus, découpez autour en laissant 3/4cm sur chaque bord. Collez avec de la colle néoprène. (Là pas de doute ça va tenir). Cette fois ci mettre de la colle bien proche des trous également. 11 / Coupez mylar et bâche dans les coins pour y glisser les « poteaux » de votre box. Pour cela simplement dans le sens de la diagonale coupé 1 cm qui seront donc coincé entre le poteau et votre box. Puis un petit carré de manière à ce que le trou fasse le tour du poteau. 12 / Découpez des trous dans le mylar collé pour y passer les manchons en PVC et nos petits bouts de tuyau de 16mm. Cette fois découpez pile au bord. 13 / Préparation des manchons. Il vous faut donc 32 manchons (autant que de trous). Découpez avec une scie sauteuse 32 manchons d’environ 4cm de large. Tache longue et fastidieuse, tailler et poncer afin d’arrondir les bords surtout pour la partie en contact avec les racines. 14 / Une fois que nos manchons sont découpés ils ne sont pas encore prêt. Car vous pouvez essayer mais les paniers ne rentrent pas complétement et il va donc falloir les rendre parfaitement encastrable. Si vous n’avez pas de pistolet chauffant, direction au-dessus de la cuisinière, pour faire chauffer chaque manchon, et une fois l’extrémité chaude et molle y rentrer le panier et laisser refroidir. Les voilà donc parfaitement adaptable au panier J 15 / Maintenant nos manchons terminés, il faut les encastrer dans la plaque. Je vous préviens c’est clairement pas facile à enficher ! Mais tant mieux car c’est super solide. Donc enficher chaque manchons par le haut (poser la plaque sur le rehausseur pour travailler) jusqu’au col formé par les paniers. Normalement si vous avez bien découpé la bâche, elle devrait bloquer le passage du manchon. Vous allez donc glisser la bâche autour du manchon. Et là vous finissez d’enfoncer le manchon. De cette manière la face bâche est parfaitement hermétique avec chaque manchons. Et le dessus de votre plaque est parfaitement propre J 16/ Maintenant découpez autant de bout de tuyau de 16mm que vous souhaitez mettre de sprayer. Coupez des morceaux qui fassent l’épaisseur de la plaque : environ 2cm. Si comme moi vous souhaitez également avoir une projection venant des côtés, coupez des bouts de tuyau de 10cm pour ceux-là. Cette fois enfichez-les dans la plaque par le dessous. Cette fois la bâche sera coincée entre la plaque et le tuyau (ce qui va renforcer son arrimage à la plaque). 17 / Pensez à bien mettre aussi des paniers avec une mousse dans les trous non utilisés pour isoler la cage racinaire. Conclusion : Vous avez maintenant une cage racinaire sur mesure, et qui n’attend plus que l’accueil du système d’irrigation.
  20. 1 point
    Tuto Fabrication d’un Espace de Croissance Introduction : J’avais fut une époque une box de plus en 100x100x180 (une blackBox je crois), mais je l’ai prêté à un pote qui me la foutue en l’air… Donc il me fallait un nouvel espace de croissance. Les dépenses s’accumulant trop, je n’ai donc pas craqué pour la DP120 de Secret Jardin qui est à +250€ ! Mais bon, elle est magnifique… Donc toujours à fond dans le bricolage, je décide de m’en fabriquer un ! Alors attention le machin pèse une tonne !!! Du moins avec ce type de bois. J’étais parti pour faire du 120*80*120cm, mais j’ai me suis gouré dans la taille des planches en les achetant, du coup j’ai 120x60x120cm. Il fallait surtout que la largeur me permette de mettre la bouturette ! Comme c’est du bois, j’avais besoin de protéger l’intérieur de l’eau et de l’humidité, et aussi avoir une très bonne réflexion. J’ai un trou en 125mm pour l’extraction en haut, et un pour une intraction en bas au milieu. Puis 2 pass-cable de 50mm. Les portes sont en double battant car mon espace étant restreint, je devais pouvoir ouvrir les portes. Matos de fabrication : - 3 Planches 250x60x1,8cm + 2 planches 250x30x1,8cm (les blanches pas cher en magasin de bricolage) - Tube PVC (du diamètre de votre ventilation) (objet très utile pour manchons, bouches de ventilation) - Tube PVC 50mm + 4 mousses à panier - Bâche en PVC - Mylar Diamond 100% - Des petits angles en métal (en forme de demi carré) - 8 Charnières de porte (car porte à double battant plus pratique pour les petits espaces !) - 6 Verrous (pour fixer solidement les pans de porte) - 2 fixations (pour le dernier pan de porte sans verrou) - 6 Crochets avec filetage. - Un goulot d’évacuation pour table à marée - Chevilles en bois - Vis - Colle à bois - Colle (j’ai pris du néoprène) Matos pour bricoler : - Perceuse/visseuse + foret bois et métal + cloche 50mm - Kit de fixation pour cheville 8mm - Scie sauteuse (ou autre matériel de découpe du bois) - Agrafeuse + agrafes - Cutter - Mètre (voir une équerre en plus) Equipement : - Starlight 4x55w (voir liste matos) - Starlight 4x55w (en renfort si besoin) (j’ai dû changer les 8 douilles car avec le stockage les connections s’étaient oxydées) - RVK Prima Klima 260/380m3/h pour l’extraction (voir liste matos) - Intracteur 110m3/h de ligne winflex - Ventilateur 15w Méthode pas à pas : 1/ Découper les planches. Pour la découpe des planches nous avons donc besoin : - Planches haut et bas : 120 x 60 cm - Planches des 2 côtés : 120 60 cm - Planches du fond (2): 120+3.6 x 60 cm - Portes (4) : 120+3.6 x 30 cm 2 / Assurez-vous que tout soit bien coupé droit, et que chaque jeu de planche soit exactement à la même taille. Si ça dépasse limer un peu. Puis enfin poncer les tranches découpées. 3 / Le montage sera le suivant : les planches de côté sont posées sur la planche du bas, et celle du haut posé sur celles de côté. Puis le fond sera fixé contre ces planches. 4 / Assembler à l’aide de cheville les planches de côté avec les haut et bas. Vu la taille, les chevilles ne servent pas à grand-chose donc vous pouvez les zapper. Et cheville ou pas, visser le tout solidement. Pour les têtes de vis si vous ne voulez pas qu’elles dépassent des planches, après avoir fait votre petit trou de vissage (diam légèrement inférieur au diam de la vis pour ne pas faire exploser le bois) pour mettre votre vis, vous prenez une large mèche à métal et vous travaillez l’entrée de votre trou afin que la tête de la vis puisse s’y loger parfaitement. Prenez donc des vis à têtes plates. 5 / Une fois le tout fixé y Fixer les planches du fond à l’aide de chevilles et de vis. Perso pour un peu plus de solidité, j’ai rajouté des petits angles en métal entre les planches côtés, haut et bas. (2 par liaisons) 6 / Choisissez le positionnement de vos intra/extra en fonction de votre installation. Dessinez à l’aide de n’importe quel tube (pour moi en 125mm) des ronds aux emplacements choisis. Faite un trou à la perceuse pour y passer la lame de la scie sauteuse et découper selon le cercle tracé. 7 / Choisissez le positionnement de vos passes-cables en fonction de votre installation. A l’aide de la cloche monté du la perceuse, fait des trous de 50mm aux emplacements choisis. Maintenant poncer les 4 découpes des orifices. 8 / Maintenant nous allons monter les portes. Poser votre meuble le fond contre le sol. Et disposer vos 4 planches de 30cm. Il faut bien faire attention à laisser un poil d’espace sur la partie basse des portes (il ne faudrait pas qu’elles raclent en les ouvrant). Faite également attention à ce qu’elles soient bien alignés. Une fois qu’elles sont parfaitement placés, fixer les deux pans droites ensemble avec deux charnières (située sur la face extérieur du meuble). Faire la même chose avec le côté gauche. Attention à la longueur des vis qui ne doivent pas ressortir de l’autre côté ! 9 / Maintenant assurez-vous bien qu’elles se rejoignent bien au milieu. Puis fixer les charnières sur les portes, et faites les pré-trous de vissage pour les fixer plus tard au meuble. 10 / Tapissage de l’intérieur du placard avec bâche de PVC. Toutes les faces y passent ! Tourner votre meuble au fur et à mesure que vous travaillez une face afin qu’elle soit au sol. Laissé 2 cm dépasser sur tous les côtés. Fixer solidement et bien à plat avec l’agrafeuse. Pour les côtés donnant sur l’ouverture agrafer ce qui dépasse sur la tranche (ca « isolera » les portes). Aplatissez au fur et mesure des agrafes que vous mettez pour faire au mieux. Faire la même chose sur les portes mais sans rien laisser dépasser. 11 / Tapissage de l’intérieure avec du mylar. Comme le rouleau de mylar fait 125cm de large, c’est parfait, du coup j’ai fait les côtés et le fond d’un seul morceau. J’ai fixé (avec des serre pinces) le mylar sur son rouleau d’un côté, j’ai déroulé, bien tapissé et j’ai découpé exactement. On badigeonne de colle, puis coller le mylar, comme si vous le dérouliez et aplatissez le bien. Si vous avez des plis irréductibles faites les bouger dans les coins (qui ne servent pas à grand-chose). Puis ensuite faire haut, bas et pour finir les portes. Perso j’ai utilisé de la colle néoprène, mais comme elle est bien épaisse, on la voit apparaitre en relief sous le mylar. Je pense que de la colle PVC plus fine ne se verrait pas ! 12 / Choisissez de combien vous voulez que vos tubes d’extra/intra dépassent, et découper deux bouts de PVC (pour moi du 125mm). Ensuite prenez le tube de PVC 50mm et découper les passes-cables, environ 3/4cm chacun. Moi je fais tout à la scie sauteuse avec lame bois, mais la scie à métaux marche aussi très bien ! Une fois vos bouts de tube coupés, poncé les bien proprement. 13 / Maintenant découper l’épaisseur bâche/mylar qui recouvre les 4 trous à l’aide du cutter. Couper le un tout petit peu plus petit que le trou afin que les tubes de pvc épousent bien la bâche. Enfichez-les par l’intérieur du placard. Puis pour finir on les fixe bien au bois avec de la colle néoprène sur l’extérieur du placard. Puis on utilise 2 mousses à panier pour hermétiser chaque passe cable. 14 / Les portes. Replacer les portes sur le placard couché au sol, et fixer les charnières au meuble en assurant une parfaite connexion entre les portes droites et gauches. 15 / Les portes à battant donnent l’avantage de pouvoir faire une demi ouverture voir un quart pour le quotidien, mais également pouvoir s’ouvrir complétement pour de plus gros travaux. (ex : y glisser la bouturette sans avoir à tous bouger). Nous avons donc besoin de trouver un système de fixation ouvert/fermé. J’ai donc pris des verrous coulissant que j’ai fixé aux portes, et j’ai fait les trous appropriés sur le haut et bas du placard pour que le piston du verrou d’enfiche parfaitement et que les portes soient bien plaquées contre le meuble. 16 / D’abord fixer les verrous aux portes en faisant bien attention que la position fermé de chaque verrou ne vous obligent pas à traverser le meuble. Puis pour marquer vos trous, un coup marqueur sur le bout du piston et ensuite vous l’appuyer sur le meuble comme si il y avait déjà le trou. Une fois la marque faite percez votre trou, mais ne traversez pas la planche ! Fixer de cette manière 3/4 des pans sur le haut et le bas. La dernière se tiendra sur sa voisine du côté opposé avec des espèces de petit « verrou clapet ». Optionnel : L’espace croissance, sera consacré à la sélection/création de pieds mères, et y rajouter parfois la bouturette pour les semis. Les pieds mère seront donc en terre, et je déteste les coupelles de récupération. Donc il me faut un système d’évacuation des eaux rejetées. Et comme mon meuble est installé en hauteur, je vais pouvoir en faire un « passif ». 17 / Prendre de la bâche et la mettre à plat sur le bas du placard, et laissez environ 20cm de plus sur chaque côté. ((120-3,6+40) x (60+40) soit 156,4x100cm) 18 / Mettez la bâche à l’envers et replier des bords de 10cm. Coller avec de la colle PVC. Quand la colle aura bien prise, donnez forme au bac en pliant les coins et les collants entre eux. (Mettez des serres pinces le temps que la colle prenne bien). 19 / Prenez votre évacuation de table à marée, et mesurer la taille du goulot. Faite un trou avec la cloche de la même taille. Dans le bois en vous assurant de ne pas couper la bâche ! Son orifice doit être plus petit que le trou percé ! Pour lorsqu’on va enfoncer l’évacuation dans le trou la bâche l’épouse bien et préserve le bois. 20 / Normalement vous n’aurez pas besoin de l’écrou de serrage. Entourer le goulot de ruban teflon (utilisé par le plombier) suffisamment pour que lorsque vous l’enfoncerez il tienne bien et soit hermétique. Puis bien l’enfoncer légèrement afin que le goulot soit 2/3 mm sous la surface et que les bords soit parfaitement en contact avec la bâche au tour. 21 / Relier un tube sur l’évacuation qui donne dans un sceau situé en dessous. Et si vous pouvez essayer d’incliner de quelques degrés votre meuble afin que les eaux se dirigent vers le trou. Voilà c’était mon dernier tutoriel, il me reste encore toute les photos à prendre pour les compléter et je pense pouvoir dire qu’il a deux jours de rédaction (16 pages word pleine sans photos !). Enjoy et bon bricolage !
  21. 1 point
    Plop Petites photo juste au passage.. De ma bubba kush.. C'est à coup sûr, pas la plus productive.. F+61 Mais niveau résine c'est juste ouf.. Et je vous parle pas de la densité des têtes.. On dirait du caillou.. A voir après séchage..
  22. 1 point
    Bonjour.. Suite à de nombreuses demandes concernant l'utilisation de classes, je remarque que pour les néophytes, l'utilisation de classes ressemble plus au parcours du combattant, qu'à une partie de plaisir ! Je vais essayer de vous en faire comprendre non seulement le concept, mais aussi en démystifier les choses qui vous font peurrrrrrrrrr (j'insiste sur le RRRRRRR) Alors commençons par le début, ou débutons par le commencement (c'est vous qui voyez) Qu'est-ce qu'une classe ? Tout d'abord, sachez que les informaticiens sont de grands paresseux, j'ai pas dit fainéants, juste paresseux. Dans la mesure ou réécrire 150x le même code les font ch.... (je vous laisse compléter) Alors pour ne pas sombrer dans la déprime, ou se chopper un cancer des doigts, est apparu le concept de classe.. Concept dominant dans ce qu'on appelle la Programmation Orientée Objets.. Ça se prononce "Pé-eau-eau" la POO est un concept de programmation qui consiste à regrouper des données par affinités ou intérêts, offrir un haut niveau d'abstraction, une simplicité d'utilisation, une lecture aisée du code etc. La POO manipule des classes et joue avec des objets.. Harggggg ca y est vous êtes largués.. Dites pas non, je le vois !! Nous allons donc faire simple, une classe est fournie sous forme de librairie. la librairie est composée généralement de 2 fichiers au minimum. un fichier.h qui correspond au fichier d'entêtes ( h pour header, qui signifie entête dans la langue de Shakespeare) et un fichier.cpp qui contient le code. Le fichier d'entête (*.h) , à pour but de déclarer au compilateur ce qui va suivre et qui est contenu dans le corps du fichier(*.cpp) Pour vous, simples mortels, le fichier .h reprend la description et la syntaxe de tout ce qu'elle vous met à disposition en termes de méthodes et d'attributs (je reviendrai sur la signification de ces deux termes un peu plus tard dans l'exposé) Bon OK tout cela c'est du vent, du bla bla technique, du virtuel, bref .. Passons ! Comment ça marche ? Imaginez-vous une classe comme une usine, prenons le cas de la classe VOITURE. Chaque voiture qui sortira de celle-ci sera un objet voiture. Et rien que des objets voitures, vous n'en verrez ni sortir des hélicoptères, ni des sous-marins et encore moins des soucoupes volantes. Question : Connaissez vous le fonctionnement de toutes les machines sans exceptions qui rentrent dans le processus de fabrication de cette voiture ? La réponse est non.. Mais vous savez conduire la voiture.. Ceci pour vous expliquer le concept d'abstraction.. il est très simple, je ne sais pas comment c'est fait, je m'en fout, et je ne veux peut-être pas le savoir.. Tout ce que je demande, c'est que cela fonctionne. De manière moins imagée, je dirai que c'est mettre à disposition des gens un outils simple pour se faciliter la vie et éviter la redondance de code Cette classe à de nombreux talents cachés.. - Le premier: C'est qu'elle possède un constructeur, le constructeur est une méthode de la classe que vous appelez pour demander à la classe de vous créer un objet. Une méthode est l'équivalent d'une fonction, mais elle est appelée méthode lorsqu'elle provient d'une classe (elle se la pète quoi !) Créer un objet depuis un classe par l'appel de son constructeur s'appelle une instanciation de classe - Le second, C'est que le constructeur permet de passer des paramètres, des fois ils sont facultatifs, mais souvent obligatoires. Pourquoi ? Because, ce sont les valeurs passées en paramètres au constructeur qui détermineront la tronche de votre objet voiture. Bon alors, Si je veux utiliser la classe voiture, je dois la déclarer dans mon code, cela se fait en tout début de mon fichier par la commande #include suivi du nom du fichier.h de la classe #include <voiture.h> ok voila qui est fait... et ensuite ? Il me faut savoir quels sont les méthodes et attributs que me laisse à disposition cette classe. Hein quoi ? c'est quoi un attribut ? ... Patience ça va viendre.. Donc je vais zieuter l’intérieur de mon fichier voiture.h et j'y vois dans la section intitulée public : un truc du genre VOITURE::VOITURE(int cylindree, uint32_t couleur, bool toitOuvrant); cylindree, couleur, toitOuvrant sont les 3 paramètres qu'attend votre constructeur. Et c'est maintenant que les choses deviennent littéralement orgasmiques ! C'est qu'en deux coups de cuillère à pot, vous allez pouvoir créer autant de voitures (objet voiture) que vous désirez et aussi les configurer comme vous l'entendez. Je veux un objet voiture que j'appellerai maTitine avec comme attributs : 1800cc, de couleur rouge(code rgb FF0000), sans toit ouvrant. cela nous donnera voiture maTitine(1800,FF0000,false); et voila c'est pas plus compliqué que cela.. il y a trois choses importantes à retenir: il faut passer les paramètres dans l'ordre de leurs demande, et il faut que le nombre de valeurs passées corresponde au nombre de valeurs attendues et pour finir, que le type de la valeur passée en paramètre correspond exactement à celui attendu si j'écris ceci voiture maTitine(FF0000,False, 1800); le compilateur ne comprendra pas idem pour voiture maTitine(1800); d'autres exemples de création d'un objet voiture voiture VoitureDeMadame(1200,00FF00,true); voiture lachariotte(900,000000,false); voiture voiture1(2000,FFFFFF,false); et ainsi de suite.. Nous verrons (enfin je verrai avec les survivants) dans la seconde partie, comment interagir avec les objets.. nous allons lui chatouiller les attributs, déchiffrer les méthodes etc etc... @pluche. GEN
  23. 1 point
    Salut à tous 1 : cambodgienne haze 2 : Jack herer 3 : Orange bud
  24. 1 point
  25. 1 point
    salut les gars moi y'a une herbe qui m'a marqué a jamais^^c'est de la "El diablo", Quand on pouvais encore rentrer dans les coffee a Maastricht je fonçai direct a l'easy going acheté cette fameuse variété (a 13 €) avec des pistils très bruns voir rouge.. quelle tarte a chaque fois Et depuis, pas moyen d'en retrouver... sinon: super silver haze, crystal skunk, budha cheese ... et plein d'autres lol