Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 12/26/20 in all areas

  1. 4 points
    Bonsoir, un run d'orange candy en one bud je suis en stretch depuis une dizaine de jours, pour le moment tout va bien mise à part une attaques de thrips, j'ai réussi à en venir à bout àvec une pulvérisation d'huile de neem et un poudrage de sous les feuilles avec de la terre de diatomée @++
  2. 3 points
    Hello Oui, puisqu’il filtre via le sac de 220 mais pas dans la machine. Photos du workshop de 2018
  3. 2 points
    Bonsoir Corrigé pour les deux albums. Ils avaient été mis en poste libre sur l'album..
  4. 2 points
    Salut salut ! Gros bud-appeal chez inhouse, la skywalker est vraiment esthétique Et la platinum x pkm ....Mmmh ca donne envie !! J'ai pop' 10 Snowflurry de chez inhouse, ca stretch tranquilou je repasserais donner des nouvelles !
  5. 2 points
    Bonjour Cannaweed ! Ho Ho Ho, un petit cadeau pour vous en cette journée un peu spéciale Grower : @spirulin Variété : Cookie Kush JDC : ICI Bonnes fêtes à tous !
  6. 1 point
    Salut à tous ! J'ai fait récemment fait l'acquisition d'un QUANTUMBOARD 320 LM301H + RED - 150W de chez Ledfury. ( QB320 ) Le prochain run sera en LED et une première pour moi. Je fais ce topic afin de réunir les diverses utilisation de chacun avec le même matériel (version mix acceptée) Il vous suffit de copier le tableau ci dessous pour plus de clarté et visibilité. MIX / +RED Distance % dimmer Germination Croissance Strech Floraison Je laisse un lien sympa https://www.led-horticoles.eu/led-hot-chili-peppers-mesures/ ++
  7. 1 point
    Re iLLogicaL, Ca ne pourrait pas venir du PM ? Il est comment ? Tu sais nous poster une photo ? Pluche
  8. 1 point
    Hello iLLogicaL, Quand tu dis que tu as deja eu une fois le problème... en bouture du même PM ? Pluche
  9. 1 point
    Re , Magnifique cette tof @bigbudybud Perso , je propose , Grower : @MrCoconut Variété : Thaïpan Tirée de son jdc ... a++
  10. 1 point
    Coucou NicoT, C'est la première fois que je le vois Cette annonce va peut être nous aider a retrouver le proprio de cette ''boite bien dégueulasse'' ^_^ Pluche
  11. 1 point
    Slt, C'est un user qui a mis son album en public, faut invoquer @Indi-Punky pour fixer ça ++
  12. 1 point
    Hello La Team, Dans galerie lorsque je vais pour uploader des photos, au choix de l'album, il y a un album qui apparaît (en l'occurrence le dernier) mais il n'est pas a Moi Il y a d'autres personnes qui ont des apparitions d'album fantôme? Pluche
  13. 1 point
    Salut, je ne possède pas ce panneau mais cette info devrait vous être utile, aussi n'oubliez pas que selon les variétés le besoin en lumière et les tolérances peuvent pas mal changer, bref si vous voulez comparer mieux vaut le faire à configuration la plus identique possible. Bon courage et bon grow. ++
  14. 1 point
    Salut tout le monde, Petit message à tous les posseseurs de dimmer, attention aux réglages de puissance ne surtout pas se fier à son oeil... J'etais persuadé d'utiliser mon panneau à environ 90% de sa capacité mais après avoir contrôlé avec une prise qui mesure la consommation (netgear hs110) au final je n'utilisais que 80w alors que le panneau monte à 125W... A ce sujet vu que les leds perdent en efficacité d'autant plus qu'on les poussent en intensité, la mesure en watts n'est pas forcément révélatrice mais elle reste plus précise que l'oeil humain. ps: je croyais avoir du mal à atteindre le gr/w cette mesure m'a confirmé que je l'ai atteint depuis longtemps
  15. 1 point
    Yo les gars Perso je met toujours toute ma matière végétale sans aucun filtre ni quoi que ce soit J'utilise à l'inverse de la glace pilée qui coupe et hache salement la matière végétale, j: utilise des glaçon en plastique réutilisable à volonté lol Et au moins la matière végétale reste nikel Je vois pas l'intérêt de balancer 10kg de glace qui va bloqué la machine dans les premières minutes inutilement, et avoir une première extraction avec quasiment quedal... Je mesure tous simplement la température de l'eau à 6°C, et je rajoute les glaçons entre chaque extraction, généralement la température est en dessous des 5°c c'est chiant d'ailleurs ( c'est froid ) Lorsque je vide la machine sans aucun filtre puisque. L'eau passe simplement par 4 petit trou de 3mm qui empêche la matière végétale de passer mais laisse circuler la flotte contrairement à un filtre qui se boucherait trop facilement... J'utiliais au départ un filtre pour mettre ma matière végétale mais après avoir récupéré quelque fraguement de tissus d'un sac que j'avais utilisé comme sac pour mettre la matière végétale, ....j'ai maté des vidéos du padré et j'ai décidé de faire sans. Ça me manque Édit Je sais pas si la résine de Norman ça se fume ? Édit2 Est ce que vous connaissez ce qu'il utilise pour rincer ses filtres entre chaque extra ( pour les garder clean) Il le dit sur ses vidéos mais je comprends pas ++
  16. 1 point
    Salut les gars J'y est pensé @hypnos le nettoyage de la machine après Par contre non il utilise pas de filtre j'ai été revoir ses vidéos y a de la matière végétale qui sort dans le sac 220µ lorsqu'il vidange la machine, après si c'est comme la mienne au niveau de l'évacuation d'eau dans le fond de la machine y a une sorte de petites plaques en plastique troué (trou de 2-3 millimètre environ) ca peut laissé passer des petits bouts mais pas les gros.. Apres c'est ce qu'il explique dans ses vidéos mettre tout dans la machine sans filet permet de mieux faire circuler la matière du coup j'imagine que tu obtiens une extraction plus facilement sans avoir a faire de passe trop longue et te retrouver justement a faire de la bouillie et avoir un produit avec trop de matière végétale Je testerai je vous raconterai ce sera pour février quand j'aurai fini mon run Bises ++
  17. 1 point
    Saaaaaaaaalut Y'a forcément un filtre quelque part oui Tout à fait d'accord, en plus si on fait plusieurs passes, y'a pas photo Encore +d'accord Perso je vais au superU du coin, je commande 2 gros seaux de 15L chacun de glace pilée à la poissonnerie en stipulant que c'est pour faire une soirée mojitoS (pour pas avoir la surprise d'antennes de langoustines ou autres... ) Là dessus je mouille le tout avec de l'eau à 5°c, résultat garanti Tchu
  18. 1 point
    Hugh, je sais pas comment s'y prends cannoli ni quelle genre de machine il utilise mais si tu met toutes la matière végétale direct dans ta petite machine, ça va être le bazar et tu vas galérer pour la vider car la matière végétale va tout boucher Franchement je trouve bocou plus simple d'utiliser le sac de 220 microns prévu à cet effet Là ou faut pas chipoter, c'est sur la glace, faut y aller franco et il me semble que ça fonctionne un peu mieux avec de la glace pilée
  19. 1 point
    Salut, De mon côté j'ai testé autrement en montant progressivement le potard et les résultats en cro ont été plutôt bon. Plante vigoureuse internoeud rapprochés. Box 60x90 MIX / +RED Distance %dimmer Germination 70 50 Croissance 60 70 Stretch 50 85 >100 (En cours ) J'attends vos retours pour la flo pour voir si il faut que j'abaisse la qb. Mais vu que ma box flo fait 80x80 je pense garder une hauteur raisonnable pour éclairer suffisamment les cotés. ++
  20. 1 point
    Bonsoir, Et si je peux me permettre, attention avec l huile de neem, protégez vous, ça a beau être autorisé en bio, ça n'en reste pas moins un reprotoxique avéré. Bonne soirée.
  21. 1 point
    salut les laideux (Ledeux) J'ai fait un topic pour réunir les utilisations de chacun d'un panneau QB320 150W mix ou +red ne soyez pas timide et partagez votre expérience!! ++
  22. 1 point
    Chalut Chalut Noyeux Joel et Beau Néné à vous A++
  23. 1 point
    Salut a toi @Jongio, En effet, désolé pour la petite erreur. Réctifiée de suite, nous t'avons envoyé un paquet de regs en plus Yop Yop @NicoT, Les bureaux de postes ne sont ouvert que de 9h a 14h du Lundi au Vendredi. Mis a part le weekend (Poste fermée) nous préparons et envoyons les commandes en moins de 24h. Les commandes passées avant 10 heures du matin sont meme préparées et envoyées le matin meme. C'est navrant qu'apres chaque nouveau confinement les délais de livraison de la poste passent de 5-8 jours a plus de 2-3 semaines. On fait vraiment le max du max pour tout envoyer en un temps record et la poste traine les pieds. C'est pourquoi nous allons proposer d'autres options de livraison plus rapides que la poste tres prochainement. Les grosses entreprises ont des combines pour envoyer vite meme pendant les quarantaines alors nous allons bien trouver un meilleur partenaire pour les envois Quoi qu'il en soit, nous garantissons la bonne récéption de toutes les commandes. Passes de tres bonnes fetes, Al
  24. 1 point
    Merci, have a great end of year celebrations Emi
  25. 1 point
    Tuut tut' Cut d'une purple punch x dosidos. Pas de grosse têtes mais nombreuses et très dures. Odeur gâteau ou fruit je sais pas c'est bizarre mais bien sympa ++
  26. 1 point
    Swiss Made https://www.swissinfo.ch/fre/cbd_l-eldorado-du-cannabis-light-n-a-pas-tenu-ses-promesses/46208882 L’Eldorado du cannabis light n’a pas tenu ses promesses Après avoir obtenu les permis nécessaires dans un délai de deux ans, Andrea R. a planté sa culture indoor. tvsvizzera Depuis 2017, la Suisse autorise la production et la vente d’inflorescences de chanvre à faible teneur en THC. Un marché qui ne s'est toutefois pas avéré être la mine d'or que certains avaient imaginé. Ce contenu a été publié le 21 décembre 2020 - 09:23 21 décembre 2020 - 09:23 Le chanvre et ses dérivés dont la concentration en THC est inférieure à 1 % ne sont plus considérés comme des stupéfiants par la loi suisse depuis 2011. Cependant, le «boom» du cannabis light ne s'est produit qu'en 2017, lorsqu'il est devenu possible de produire et de commercialiser en Suisse les inflorescences non transformées de cette plante, pour autant que la teneur en THC ne dépasse pas 1 %. Beaucoup y ont vu une opportunité, un nouvel «Eldorado». Les cinq producteurs enregistrés début 2017 sont passés à 630 en 2018. Mais depuis deux ans maintenant, quelque chose est en train de changer. Plus Trop de cannabis légal: la Suisse devient-elle un pays exportateur? Ce contenu a été publié le 21 juil. 2018 21 juil. 2018 Werner Bösch, premier producteur de chanvre CBD indoor de Suisse, nous parlait l’année dernière du boom de la «marijuana light». Nous sommes... Un phénomène qui se voit sur le terrain, ou plutôt, dans les champs. Comme l'a récemment écrit le journal italophone Corriere del Ticino, dans la plaine de Magadino (entre Bellinzone et Locarno), le vert de la marijuana perd du terrain au profit du rouge des tomates. Dans le canton du Tessin, ceux qui veulent cultiver du chanvre sont tenus d'en informer les autorités. Il y a eu trois notifications de ce type en 2016, puis 12 l'année suivante et 33 en 2018. Depuis lors, la tendance semble être à la baisse. Fin octobre 2020, il y avait 24 notifications (plus trois en cours de traitement). L’or vert brille moins On peut, selon toute probabilité, imputer cette évolution à l'une des règles de base du marché: lorsque l'offre dépasse la demande, le prix du produit baisse. C'est l'avis de Stefano Caverzasio, directeur de Purexis, une société active dans la commercialisation et la transformation de cette matière première depuis 2011. Bien qu'il vende également des inflorescences, son entreprise se concentre principalement sur les produits transformés, tels que des compléments alimentaires, des cosmétiques et des produits pharmaceutiques, presque entièrement fabriqués dans son propre laboratoire à Manno. Il dispose également d’une petite installation de culture intérieure autorisée à des fins de recherche et développement. «La saturation de la demande de matière première à laquelle nous assistons en Suisse reflète une réalité déjà bien connue outre-mer» Stefano Caverzasio, directeur de Purexis End of insertion «La saturation de la demande de matière première à laquelle nous assistons en Suisse reflète une réalité déjà bien connue outre-mer (aux États-Unis, au Canada et dans certains pays d'Amérique latine), où l'on constate une augmentation des entreprises qui ralentissent, voire suspendent leur production parce que l'offre de matière première disponible a dépassé la demande depuis longtemps», explique Stefano Caverzasio. Chaque semaine, Purexis reçoit des dizaines de demandes de producteurs, suisses et étrangers, qui tentent d’écouler une matière première dont le prix du marché a chuté. Au moment de leur légalisation, les inflorescences étaient disponibles dans le commerce pour un prix situé entre 5000 et 10’000 francs le kilo, selon la qualité. «Maintenant, vous pouvez facilement enlever un zéro», indique Stefano Caverzasio. L'émergence de grands producteurs, qui ont étendu au fil des ans leurs surfaces de culture en Suisse et ailleurs, a également contribué à ce déclin. Elles se sont développées principalement selon deux modèles. Le premier est représenté par des entreprises directement actives dans le secteur du chanvre qui se sont développées, ont repris d'autres entreprises et acheté des terres. Le second comprend de grandes exploitations agricoles qui louent des terres et décident chaque année si elles vont ou non produire du chanvre en fonction de la demande du marché. Ces modèles peuvent se permettre de grandes productions d'un niveau de qualité élevé, contre lesquelles une petite entreprise peut difficilement rivaliser. Comme le vin Le président de l’Association des horticulteurs tessinois (OrTi) Andrea Zanini émet la même hypothèse. Dans la presse tessinoise, il a fait part à plusieurs reprises de son scepticisme à l’égard de la culture du chanvre. En général, les exploitants agricoles ne cultivent pas eux-mêmes la plante, mais sous-louent des terres et des serres pour le faire ou collaborent avec des tiers, explique ce dernier. Certaines entreprises en difficulté économique ont vu dans le cannabis une «bouée de sauvetage», dit-il, mais ne sachant pas toujours avec qui elles faisaient affaire «elles ont parfois eu de mauvaises surprises». Elles ont fait des envieux, mais ceux qui ont voulu se lancer dans ce business n’étaient pas toujours à la hauteur et ont fait fiasco, analyse Andrea Zanini. «Le même discours est valable pour la culture maraichère, poursuit le président d’OrTi. Celui qui se retrouve en difficulté ne travaille pas bien. Celui qui a un mauvais produit a du mal à le vendre.» Cela arrive aussi avec le raisin, ajoute-t-il. Nombreux sont ceux qui ont planté des vignes sans grand succès. «Il y a une sélection naturelle de ceux qui travaillent avec la nature.» Le retour aux cultures traditionnelles pourrait également être attribué aux prix de location des terres et des serres pour la culture du chanvre, souligne Stefano Caverzasio: «Dans plusieurs cas, ils étaient sensiblement plus élevés que pour d’autres cultures. Le nivellement général des prix qui a suivi a provoqué un ajustement des coûts vers des tarifs plus proches des baux agricoles. Un facteur qui a peut-être découragé ceux qui louaient leurs terres pour cultiver du chanvre ces dernières années.» «La Suisse est composé de quatre choses: «L'absinthe, les casinos, les banques et le chanvre.» Andrea R., Dream project End of insertion Trouver sa place sur le marché L'analogie avec le vin semble particulièrement appropriée lorsqu'on discute avec Andrea R., entrepreneur qui a décidé de se lancer, pour la deuxième fois, dans le commerce du chanvre. La passion avec laquelle il parle de ses plantes, des défis à relever et des techniques à utiliser pour que le produit final ait une certaine qualité et un certain goût, n'est pas du tout différente de celle qui transparaîtrait lorsqu’un passionné de viticulture décrirait ses vignobles. Andrea R. n'est pas un novice en matière de cannabis. Lorsqu’il avait 25 ans, au tournant du nouveau millénaire, il a fait partie de ceux qui ont tenté leur chance, et l'ont souvent trouvée, en produisant et en commercialisant du cannabis. Il avait à cette période un vide juridique en Suisse. Les inflorescences de chanvre, même à forte teneur en THC, pouvaient être produites et vendues, mais – du moins en théorie – pas consommées. C’était l'époque des revendeurs de chanvre, dont les désodorisants pour armoires ont connu un succès foudroyant, à tel point que les gens arrivaient en masse, aussi depuis l'Italie, pour les acheter. Difficile de croire qu’il y avait autant d’armoires dans le monde. On aurait presque pu penser que ces sachets parfumés partaient en fumée après l'achat. Le tour de vis de 2003 a mis un point final à cette activité et Andrea R. est retourné travailler comme mécanicien, en pensant que le discours sur le cannabis légal serait mis de côté en Suisse pour une centaine d'années encore. Il n’aura toutefois pas fallu autant de temps pour faire un pas dans cette direction, et celui qui a aujourd’hui 45 ans a vu l’opportunité de «réécrire l’épilogue» de son aventure. Andrea R. a ainsi ouvert son Dream shop à Melide, après avoir obtenu les autorisations pour cultiver du cannabis light indoor, loin des champs et des serres. C'est la méthode qu'il a choisie pour se tailler une place dans un secteur qui, à son avis, représente la Suisse, pour le meilleur ou pour le pire. Ce pays, dit-il, est composé de quatre choses: «L'absinthe, les casinos, les banques et le chanvre». Pour Andrea R., l'évolution du marché à laquelle nous assistons est positive, car «ceux qui travaillent mal devront disparaître». À suivre Changement de perspective La culture du cannabis, surtout à des fins récréatives, se heurte encore à une certaine stigmatisation en Suisse, surtout au sud des Alpes, mais par rapport aux années 2000, quelque chose a indubitablement changé. Tout d'abord, les règles régissant sa production et sa commercialisation. «La législation suisse, malgré certains points critiques, a jusqu'à présent montré qu'elle évoluait de manière claire et souvent bien avant les pays qui nous entourent. Cette avance offre de grands avantages opérationnels à toutes les entreprises suisses du secteur par rapport à leurs homologues européens, qui dans certains cas opèrent encore dans une situation réglementaire floue», déclare Stefano Caverzasio. «Qui était bigot est resté bigot», dit Andrea R., «mais maintenant on peut lui faire remarquer que le cannabis est aussi vendu dans le supermarché où il fait ses courses. Si cela ne le fait pas changer d'avis, ça le fera au moins réfléchir». Plus Le cannabis, ou la renaissance d'un médicament «interdit» Ce contenu a été publié le 15 juin 2015 15 juin 2015 Le reportage multimédia de swissinfo.ch explore le potentiel et les limites d'une des plantes les plus controversées de l'histoire. Le facteur international entre en jeu avec la légalisation du cannabis sans restriction sur la teneur en THC dans une partie importante des États-Unis et au Canada. Certains signes indiquent qu'un tel changement pourrait également se produire sur le vieux continent. La Suisse a déjà commencé à entreprendre des études en ce sens. Andrea R. se réjouirait d'une telle évolution, qui lui donnerait la possibilité d'élargir son offre avec des produits promettant des revenus beaucoup moins «light». Stefano Caverzasio reste cependant prudent quant à d'éventuelles évolutions législatives en Suisse. «Sur la base des informations obtenues jusqu'à présent des autorités fédérales, on s'attend à un scénario suisse dans lequel les changements en matière de THC resteront modérés. Le progrès scientifique sera favorisé par rapport au marché purement récréatif.» Il espère que la valeur thérapeutique du chanvre pourra être reconnue «afin d'arriver bientôt à un cadre commercial qui assure
  27. 1 point
    Salut, une black bomb en pot de 11 l terreau cellmax bio organique avec une demi dose de guano de ver de farine pour le stretch, 3 semaines de cro coupe d'apex et palissage des secondaires. @++
  28. 1 point
    Yop ! Passage en 12/12 hier , tou a fini par prendre plus de temps ! Mais je repars sur de bonnes base , et c est le principal . Les pieds sont assez fat , j en ai descendu que trois , les trois premiers devant moi Je shooterais au moment du sexage , en attendant , il va falloir se contenter de ces trois la Jrepasserais plus tard pour la suite ! Zoubi
  29. 1 point
    Hello, Wah je trouvais que leurs qualité à tendance à baisser mais à ce point là c'est dingue. En même temps c'est le genre de chose inévitable quand ont vois tout les cross hype bâclé qu'ils sortent en très très peut de temps plutôt que de bien stabilisé leurs souches avant d'être commercialisé c'est dommage. Moi pareil avec la purple punch dosidos qui à viré discrètement herma ça rend ouf même si c'est sûr que la qualité de la weed envoie vraiment du lourd en dehors de ça. Malheureusement même certaines vieilles souche qui ont fait la réputation de phylo ont changé avec les années je trouve (amnesika2.0)c'est flagrant Pour éliminer les racines morte il faut compter sur les enzymes ,elles te ferons le boulot sans problème c'est d'ailleurs à ça qu'elles serventpuis transforment les racines (et autre matière organique mortes d'ailleurs) en nutriments assimilable par la plante Les trichodermas eux servent à s'installer sur la racines (vivante)avant même une possible attaque de maladie fongique donc protègent les racines des infections/pathogènes fongiques mais en aucuns cas elles dissouderont des racines mortes. ++
  30. 1 point
    Salut, Je viens enrichir ce sujet, tous d'abord une petite liste plus description de la génétique. Mon projet est d'essayer de faire un hybride ou un polyhybride à peu près stable pour l'extérieure et hyper précoce tout en restant goutu. Maroc "autofécondations" frère sœur *2. Je suppose que c'est une variété d'origine marocaine que des connaissances faisait depuis 5 ans en reproduisant leurs graine un peu à la rache. J'aifait 2 générations avec des croisements frère sœur en obtenant 2 phénotypes différents à chaque fois, un avec des entre nœuds large, des fleurs longue, pistils rose en forme de sapin fuselé avec une dominance apicale marqué, et un autre un poil plus trapu avec beaucoup plus de secondaire et une structure en sapin de noël large mais sans pistil rose. J'ai des graines des deux générations en stock (min 50) récolte fin aout mi septembre Inconnue "Guimauve" surnommé comme sa par la personne qui me la passé, à priori une population (5/7 générations de mémoire) stable axée sur une herbe pas très forte mais un gout vraiment sympa (pin, épice, miel/sucre) très précoce aussi avec une apparence très sativesque, plein de petite feuille très fine et des grosse fleurs aéré. Récolte fin août C'est deux variété ont été reproduite sur un terroir méditerranéen en pleine terre, je pense que je vais devoir faire une sélection sur les herma de la guimauve. J'ai des cross en box , j'ai récupérer un clone cookie forum que j'ai cross avec une critical+ pour le fun (cookie forum * critical+), vu que la cookie était un capricieuse et m'avait sortie des couilles en préflo à cause d'un stress. Le cross est en route, sur 4 plante, 4 femelles, aucun herma, 2 phéno: 1er phéno : 3 plante identique on dirait des boutures, entre noeud long, strech *2, le même stretch que les cookie qui sont à coté 2° phéno : 1 plante identique à l'autre phéno, à part la couleur plus foncé et la structure des fleurs qui sont plus tassé Les 4 plantes de ce cross sont bouturé au cas ou je tombe sur un keeper. Et j'ai une graine de cookie selfed, je sais pas trop ce que sa peut valoir. Maintenant passons au coté génétique, je préviens que je peux dire de la merde et je serais content si quelqu'un à plus d'info à ce sujet J'ai remarqué que sur les maroc la flo à l'air de commencé quand il y'a un stress hydrique important, c'est largement possible qu'il existe un gène ou plusieurs gène qui code pour le déclenchement de la floraison à partir d'un stress hydrique, ou par la production d'acide salicylique qui entraine une réaction hyper sensible qui conduit la plante à fleurir. Ducoup je me suis dit pourquoi pas faire des "autofécondation" frère soeur et expérimenter pendant les cycles en extérieur si ma théorie de déclenchement de la flo est vraiment du au stress hydrique. Dans la logique j'aimerai faire des back cross pour essayer d'intégrer cette portion d'ADN qui code pour le déclenchement de la flo dans une génétique comme la cookie et avoir une cookie qui finit dans la pleine chaleur du mois d'août. Mais le problème c'est que je ne pourrai pas savoir avant d'essayer les back cross si c'est une ou plusieurs séquence qui code pour ce phénomène, et si elles sont proche ou éloigné dans le génome, et si c'est un gène facilement transmissible, dominant. Fin bref c'est un jolie casse tête et un projet qui prendra beaucoup de temps, mais qui reste passionnant est super intéressant. Le début de ma petite collection : Maroc autof1 ; boite verte Maroc autof2 en dessous boite verte cookie critical poche sous vide En dessous la cookie selfed et le tas de feuille et de graine la guimauve A plus
  31. 1 point
    Le bonjour à vous tous, je viens vous proposer de venir partager avec nous votre banque de cross maison et f2. Je pense qu'on est nombreux à crosser comme des bêtes en espérant le saint graal............................ Ou tout simplement se faire plaisir, et quel plaisir de voir nos graines. Une ou plusieurs photos pour illustrer un p'tit descriptif, du moins la mère et le père c'est déjà bien, bien sur vous pouvez broder. je me lance avec ma p'tite liste, avec en lien seedfinder pour un descriptif, - Durganchitral f2, - Devil durgan (Green devil x Durganchitral), - Coljam PCK f2 - Coljam PCK x Tribal vision - Tribal vision x Coljam PCK - Tribal vision f2 - Santa kush (Colombienne Santa Marta gold x PCK(purple)) x Coljam PCK - Bambata f2 - Og18 Skunk x Bambata - Mix maison sativa/indica (mélange de graines décrite au dessus, graines que j'ai trouvé leur des cut et manucure) et à venir, - Tangie cookies #2 f2 ( Tangie goji x Grandma's sugar cookies ) - Bambata x TC#2 - (SSSDH x OSD) x TC#2 La p'tite tof, voilà, à vous maintenant, faites pas vos timides A++
  32. 1 point
    Hello à tous Ces derniers temps ce fut compliqué pour tout le monde et la course ! Je passe vite fait pour vous faire un petit update du jardin Alors ma royal highness fem a fleuri super tard du coup ca suit son court ca va qu’il ne fait pas encore trop froid sur la Côte d’Azur ! Mes 2 critical 2.0 en auto elles sont passées en Flo mais je ne m’attends pas à un grand rendement Mon inconnue CBD (celle en 1er plan à gauche sur la photo) elle continue sa Flo je pense la cut d’ici 15 jours / 3 semaines en espérant qu’elle soit bonne cette inconnue. Idem pas un rendement immense mais elle partait de loin haha. Voici une petite photo du groupe (avec mon petit Batman en prime) : Et de la royal higness que j’avais rentré lors des vents violents : Les photos datent un peu j’essayerai de vous faire une MAJ photo dès que possible ! Bonne journée et bon grow a tous
  33. 1 point
    WORK IN PROGRESS Histoire et généralité de l'ice o lator alias Nederhash. Présentation des sacs Full mesh, avantages inconvénient Normal, avantages inconvénient Méthode de brassage Manuel Mécanique Machine à laver Temps de brassage Extraction Nombre de passe Matière première Récolte Séchage Curring Pressage ou non Consommation 1. Histoire et généralité de l'ice o lator alias Nederhash. Apparu dans les années 90 en hollande, le Neder hash (Ice o lator étant un nom commercial) a pour but d'isoler les trichomes sécréteurs de résine présents sur les buds et les feuilles environnantes de la matière végétale à l'aide de l'eau et du froid. Les trichomes sont détachés par barattage dans de l'eau froide et de la glace, avant d'être récupérés à l'aide de sacs tamis. Le trichome se compose d'un ''pied'' ainsi qu'une ''boule'' a son extrémité, c'est dans cette boule que se retrouve tout les cannabinoides. L'iceolator est en faite un aglutinement de toute ces petite boules. (Crédit Xtremeride) Les cultivateurs utilisent principalement les "restes" issus de la phase de manucure pour la confection de leur bubblehasch, réduisant ainsi les pertes totales après récolte. D'autres totalement séduits par les différentes qualités du bubble y consacrent toute une récolte, "sacrifiant" la saveur des fleurs mûres à celle du bubblehasch fraichement pressé. Dans tous les cas, afin de vous assurer d'une qualité optimale, prenez soin de ne sélectionner que les parties végétales où la résine est présente, c'est à dire principalement les fleurs et les petites feuilles qui les entourent. Parfois quelques plus grandes feuilles qui ont profité de chutes de résine durant la culture peuvent être utilisées mais les autres feuilles sont à mettre à l'écart de celles que vous comptez employer. Plus vous serez méticuleux sur la sélection de la matière végétale, plus votre produit fini sera isolé des impuretés et chargé en cannabinoïdes. Cela varie suivant la méthode choisie, et suivant la qualité des plantes mais en se basant sur l'utilisation de restes de récolte (feuilles et petites buds), on estime pouvoir obtenir 10% en bubblehasch de la quantité de matière végétale utilisée. Lors de l'utilisation de buds avec des restes de manucure, l'estimation va jusqu'à plus de 30%, bien qu'il n'y ait pas de chiffres plus détaillés. Il va sans dire que les plantes dont on compte extraire la résine jouent un rôle majeur. Certaines variétés de cannabis sont connues pour leur grande production de trichomes et leur forte teneur en cannabinoïdes, ainsi que leurs arômes particuliers, qui font d'elles de très bonnes candidates à la confection de bubblehasch. Parmi elles, les variétés dites "blue" sont connues pour leur production de résine, leurs arômes spécifiques et la qualité du bubblehasch qui en est extrait. De nombreuses indicas, du fait de leur intense production de trichomes sont aussi de bonnes candidates pour faire du bubble, mais il n'y a pas de règle, une sativa peut très bien donner un bubble délicieux. Certains ont une préférence pour le bubble fait à partir de plantes cultivées OUTDOOR, il en va plus des goûts personnels de chacun, il ne tient donc qu'à vous de vous faire votre idée en essayant différents types de plantes. 2. Présentation des sacs La méthode la plus répandue pour la confection du bubblehasch est sans aucun doute celle des sacs tamis. Il s'agit de sacs en toile, dont le fond est composé d'un tamis de différents maillages que l'on dispose les uns au dessus des autres dans un seau rempli d'eau et de glace. On trouve différents kits dans le commerce allant de 2 sacs (1 nettoyeur / 1 récupérateur), à 6 ou 8 sacs, permettant la récupération et l'isolement des trichomes de différentes tailles, ainsi que le contrôle de la qualité. Le maillage des sacs est généralement le suivant : 220mc = "sac de travail" ou "sac nettoyeur" 190mc 160mc 120mc 73mc 45mc 38mc 25mc On trouve bien évidemment les sacs intermédiaires à l'unité afin de pouvoir choisir ces différentes qualité de bubble, ou de confectionner son kit idéal. 2.1. Full mesh, avantages inconvénient Les sacs Full mesh sont des sacs entièrement constitués de toile filtrante. Ils facilitent l’écoulement mais demande un peu plus d'entretien 2.2. Sacs Normaux, avantages inconvénient Les sacs normaux eux, ont un corps en toile imperméable et le fond en toile filtrante, l’écoulement est plus long mais l'entretien est facilité du fait que seule le fond est à entretenir. 3. Méthode de brassage Pour que la séparation s’opère, il faut que le mélange matière+eau+glace soit brassé, mélangé afin que l'eau entraine les trichomes dans le tamis des sacs. 3.1. Manuel Un brassage lent, léger avec un outil à main (spatule, cuillère en bois etc) 3.2. Mécanique Mélangeur à peinture, batteur électrique etc 3.3. Machine à laver Il s'agit simplement de mini-machines à laver de camping de la taille d'une grosse friteuse, destinées à recevoir un sac nettoyeur rempli de matière végétale afin de la laver de ces trichomes. On y ajoute eau et glaçons et la machine se charge des phases de barattage, parfois contraignantes. On dispose ensuite d'une vidange par laquelle on laisse s'écouler l'eau contenant les trichomes dans un seau préparé à l'avance et contenant les sacs tamis. Il ne nous reste plus ensuite qu'à relever les sacs tamis comme précédemment expliqué et à récupérer la résine au fond de chacun d'eux. Déclinés dans toutes les tailles, on trouve même des sacs nettoyeurs (ou sac de travail) prévus pour une machine à laver classique avec un tambour de 3/4kg, dans l'éventualité d'une grande quantité de matière végétale à laver... L'attrait principal étant que la machine se charge du barattage, nous n'avons plus qu'à récupérer la résine dans les tamis. 3.4. Temps de brassage Le temps de brassage en manuel ( spatule ou fouet) , en y allant doucement, des passes de 5 min sont suffisant, laisser un temps de repos, puis récolter. ( à répéter autant de fois que possible jusqu'a l'apparition de contaminants/matière végétal) Le temps de brassage au batteur électrique ou autre outil de ce genre devrais être plus court comme c'est un brassage un peu plus violent, suivie d'un temps de repos avec la récolte ( à répéter autant de fois que possible jusqu'a l'apparition de contaminant/matières végétal) Le temps de brassage en machine peu commencer à 15s et augmenter progressivement jusqu'a l'apparition de contaminant/matières végétales. Toujours aussi observer un temps de repos avant la récolte. 4. Extraction 4.1. Nombre de passe Le nombre de passe influe énormément sur la qualité du produit fini, comme le temps de brassage. Augmenter le nombre de passe revient indirectement a augmenter le temps de brassage et donc a augmenter les polluants (morceaux de feuilles, tiges de trichomes etc) 4.2. Matière première La matière première est très importante pour avoir une bonne qualité, on peu partir de matières sèche ( manucure, petite bud, ou plante complète), conservé dans le congélateur afin de figer les terpènes et d'aider a décrocher les trichomes, ou alors on peu partir de matière fraiche congelé ( plante coupé et mise directement dans le congélateur sans passé par la case séchage), le résultat sera extraordinaire pour autant que la plante sois de qualité, cependant le rendement sera moindre qu'avec de la matière sèche, c'est à prendre en considération. 5. Récolte Vous devez relever votre premier sac tamis, doucement afin de laisser s'écouler l'eau dans le contenant qui se trouve en dessous. Une fois presque vide, saisissez la partie tamis du sac à l'aide de plusieurs carrés d’essuie-tout empilés afin d'en retirer l’excès d'eau restant. 220u 120u 70u 25u Faites attention durant cette phase, ne pressez pas trop la résine dans le tamis, serrez fermement sans écraser. Le but étant simplement de rassembler les cristaux pour faciliter leur extraction du tamis. A ce moment, vous pouvez tendre le tamis avec vos doigts ou tendre le tamis sur un bol pour pouvoir racler la résine plus facilement. Placez ensuite le contenu sur le carton ou sur le support qui lui est destiné. Dans le cas d'un kit multi-bags, vous n'avez plus qu'à renouveler les étapes de relevé de sac, d'égouttage, assemblage et récolte des cristaux. Photo macro x2 x10 6. Séchage Vous devez égoutter la boulette qui s'est formée de façon à faciliter le séchage et à éviter la moisissure, qui se répand très vite avec la résine. Une carte d'identité ou autre font très bien l'affaire, presser la boulette au travers d'une passoire métallique peut bien fonctionner aussi. Il s'agit ici de l’étaler le plus possible afin qu'elle sèche rapidement et uniformément. 7. Curring La question de la maturation du bubble est souvent posée. On connait son pouvoir sur le goût et les effets de la résine extraite à sec à l'aide de tamis ou avec un pollinator. Il semblerait que le bubble s'améliore lui aussi gustativement et psycho-activement après une phase de curing, qu'il soit conservé sous forme pressée ou non. Le bubblehasch étant consommable dès qu'il est sec, cela ne tient qu'à vous de le laisser mûrir... Ce que je conseille vivement pour les appréciateurs de hasch goûteux. 7.1. Pressage ou non Que vous employiez des kits de sacs simples, ou des "wash machine", vous vous retrouverez avec de la résine en "poudre", ou en grosses miettes après la phase de séchage. A ce moment, deux choix s'ouvrent à vous, presser ou non votre bubblehasch ? A l'état non pressé, votre bubblehasch se consumera en une effusion de bulles, c'est à l'état pressé que se révèlent pleinement les arômes et effets qu'il contient. Le presser et le chauffer légèrement, comme cela se fait parfaitement entres ces mains ou à l'aide d'une presse et d'une source de chaleur ( bouteille en verre avec eau chaude) permet d'activer des cannabinoïdes non actif à l'état brut. Votre bubblehash prendra à ce moment une teinte plus sombre, du fait des huiles et cannabinoïdes qui sont libérés et qui se mélangent durant le pressage. Chacun au gré des expériences trouvera la méthode la plus apte à produire un bubblehash convenant à ses préférences. Exemple de pressage de 70U Exemple de pressage de 25u 8. Consommation Si vous vous êtes bien débrouillés, vous devriez vous retrouvez avec un produit final de grande qualité, lavé de toutes impuretés, et ne contenant pour grande part que des cannabinoïdes prêts à se consumer pour votre plus grand plaisir. Les taux de THC que contient le bubblehash sont très élevés, ils avoisinent généralement les 30/40%, et peuvent atteindre 50/75% dans des conditions optimales. Autant dire que les effets sont intenses, tout autant que les arômes qui se dégagent du bubble se consumant sur la grille d'une pipe, dans une douille, ou dans un joint. On dit qu'on retrouve souvent certains arômes de la plante dont il est extrait dans le bubble frais, et que ces arômes s'estompent avec le temps pour laisser place à des effluves plus proches du hasch, tout en gardant le caractère spécial du bubble. Le choix d'un curring peut donc se révéler intéressant. Il ne vous reste plus qu'à apprécier les différentes qualités de votre produit fini, que vous avez obtenu, comme toute bonne chose, par mérite. Ce mérite correspond au temps de culture des plantes, et à la patience d'accumuler assez de trims pour faire un run digne de ce nom Exemple de live bubble hash Bubble Hash chauffé au briquet
  34. 1 point
    Yo a tous ! Petit retour de grow sur une Platinum x Platinum kush mints (freebies) Plante relativement précoce , ça sent bon ça sent fort , et ça suinte de résine ! P'tite tof d un des apex , je la shooterais plus en détail au cut . Ça me poussera a faire plus vite meath head et golato 45 ! Affaire a suivre .. ++
  35. 1 point
    waAaaAaAaZz’uP!! ` !! Ou bien ou bien les gens!?! bon ben nous y voila, la fin du run est proche, alors je déboule avec mon lots de photos! . Super run dans l'ensemble, les varietes sont vraiments sympas, elles dégouline de tri tri, l'odeur dans la box est enivrante, je pense faire un bon rendement et la qualité sera au rdv, a n'en pas douter!! les strains sont assez stable, quelques phenos différents mais qui ne diffère pas du tout au tout non plus, mais tous développe enormement de trichomes, un regal pour les yeux et le futur ice o . voici donc les photos de fin de flo, et je reviendrais faire un comm avec des photos buds et l'extra qui fait plaisir! * Tacky glue * * Jungle diamonds * * SKywalker OG x platinum * Toujours la?? c'est bon signe alors . voila, ma session "IHG" touche a sa fin, merki d'etre passé par ici! la bizzzz!! ++
  36. 1 point
    yoOoOo la team !!! j'me permet de venir poster ma ch'tite session en cours du run in house que je fais en ce moment meme! au menu: 2 x Skywalker Og x platinum 5 x Tacky Glue (gg#4 x Permafrost) 5 x Jungle diamonds (gg#4 x sluricane) je vous post les photos a mi flo, mais je viendrais compléter avec la fin du run d'ici peu Tacky glue SKywalker OG x platinum Jungle diamonds et le crew au complet! bon ben je crois qu'on a carrément fait le tour, alors j'vous clak'une biz en attendant la suite d'ici peu la biz!!!! ++
  37. 1 point
    Bonjour pour toute demande de création d'un nouveau Topic "SEEDEUR" merci de le faire sur le topic dédié Cordialement
  38. 1 point
    Bonjour indy, Aucun intérêt ? c'est drôlement tranché comme avis. Je ne suis pas d'accord avec toi. Et je suis certains que tu as déjà apprécié des hash/extractions riche en cannabinol, peut être sans le savoir. Le CBN, également connu sous le nom de cannabinol, est un cannabinoïde psychoactif étroitement liée au THC. Le Cannabinol a une certaine affinité avec les récepteurs CB1 (cf chap suivant), mais fonctionne de manière optimale avec les récepteurs CB2(cf chap. suivant), qui ont souvent un effet immunosuppresseur. Cela a conduit de nombreux experts à croire que le CBN peut aider à rendre le système immunitaire plus fonctionnel, il est donc bénéfique pour les maladies telles que la maladie de Crohn et de l'arthrite. Le CBN pourrait être une véritable alternative pour traiter l'immunosuppression: Une Étude de 1995, a indiqué que le CBN peut aider à induire le sommeil et la baisse de la température du corps, un peu comme le THC. La recherche publiée suggère que le CBN est un cannabinoïde utile pour aider les patients insomniaques. -En 2008, une étude a révélé que le CBN a montré une activité puissante contre une variété de souches de SARM (staphylocoque doré résistant à de nombreux antibiotiques ) , affichant ainsi ses éventuelles propriétés anti-bactériennes . Le Cannabinol est un sous-produit de la dégradation de cannabis. En d'autres termes, le CBN a tendance à être en concentrations plus élevées dans le cannabis médicinale qui a été récoltée plus tardivement; cela signifie que, pour utiliser du CBN, il faut laisser la plante de cannabis "vieillir" pendant une certaine période , permettant d'augmenter cannabinol . Sources Recherches Scientifiques Officielles: Antibacterial cannabinoids from Cannabis sativa: a structure-activity study. (Giovanni Appendino, Simon Gibbons, Anna Giana, Alberto Pagani, Gianpaolo Grassi, Michael Stavri, Eileen Smith and M. Mukhlesur Rahman, 2008) Synthesis and pharmacological effects in mice of halogenated cannabinol derivatives. (Yoshida H, Usami N, Ohishi Y, Watanabe K, Yamamoto I, Yoshimura H, 1995)