cheezo

CannaWeedeur confirmé
  • Content count

    1941
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    14

cheezo last won the day on May 10

cheezo had the most liked content!

Community Reputation

2072 Weedeur qui le vaut bien!

6 Followers

  • mouly974
  • Wantedseeds
  • Bartolomet
  • penacho
  • kubiakfrappe
  • Cymande

About cheezo

  • Rank
    Fromage Number one sur l'info !

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Dans la cave à fromage

Recent Profile Visitors

1873 profile views
  1. Ola On oublie pas que son partie, sous l'impulsion de Super Sarko à démarrer une très grosse offensive contre nous, poursuivie par le PS et Larem. On ne dira rien concernant les girouettes politique. Le Ps et Lr sont déjà assez en galère comme ça. Peace
  2. Ola Bon,bon,bon... Qui as 300.000 boules à me prêter? Peace
  3. Ola J'avoue que tu es tombé sur des bourrins... Car bon si une simple effluve permet une perquisition comme ça, juste sur des soupçons infondé, ça fait peur... Sans parler du traitement que tu as subis... Vive la police hein? Perso suite à ce genre de problème, j'ai changer de département. Je me refuse d'enfanter et je suis déjà prêt pour le prochain round. J'évite les projets sur le trop long terme et j'en passe. Je suis passé via la reconnaissance de culpabilité après un trafic de stup, une histoire d'agression/séquestration sur fonds de trafic d’héroïne. Je suis passé en dernier, du coup ils ont été très clément avant moi. Pourtant j'y suis aller sans avocat avec ma bite et mon couteau. Les procs qui te font la moral en te disant que tu risque les assises pour de l'auto-production. La loi, ils savent s'en affranchir quand ça les arranges. Perso je suis passé pour consommation et détention. Si ils retiennent la production, c'est direct les assises avec jury. Sa doit être pareil pour toi. J'ai même rigolé avec eux concernant les jours amende ou la prison. En gros soit tu leurs donnes de l'argent, soit il en dépense pour t'enfermer. Donc bon, le vieux coup de ''la loi,c'est la loi'' digne d'un mauvais western est... Business is business plutôt, taux de résolution de plus de 100%, la guerre au fumeur est loin d'être fini. Le seul point positif est qu'on est trop nombreux pour qu'ils nous enferment tous. Courage à toi, car entre le jugement des voisins, de la belle famille et j'en passe. Sans parler du traumatisme pour ton gosse, il y a matière à vouloir faire du sale comme on dit. Peace
  4. Ola * Prends la voix d'un générique de le télé réalité* Ils sont 7 face à une commission, dans l'optique d'une situation de quasi-monopole avec à la clef des milliards d'euros des caisses de la sécurité social. Qui sera le plus convaincant? Qui offrira la plus grosse valise? Qui atteindra le cœur de sa cible en premier! Tous les coups sont permis dans ''Prends ma beuh, elle est mieux!''. Peace
  5. cheezo

    [Topic Unique] Rare Dankness Seeds

    Ola Aucun de souci de germination sur ce lot. 3 jours après les 12 ont germées, elles viennent de partir en terre. Peace
  6. Les journalistes Xavier Deleu et Stéphanie Loridon reviennent samedi sur Europe 1 sur leur enquête consacrée aux conséquences de la légalisation du cannabis, notamment en Amérique du Nord. INTERVIEW 190 millions de personnes consomment du cannabis dans le monde. Et la législation entourant la consommation et la vente de marijuana évolue dans de nombreux pays. Les journalistes Stéphanie Loridon et Xavier Deleu se sont penchés sur le sujet et ont sorti une enquête internationale, Big Marijuana, quand le deal devient légal (en librairie et en replay sur Arte). Ils se sont notamment intéressés aux conséquences de cette légalisation, que ce soit sur les producteurs, les trafiquants mais aussi les revendeurs autorisés. Des producteurs en crise, des trafiquants en "reconversion" "Jusqu’ici, les fournisseurs de weed illégale pour les États-Unis étaient au Mexique. On est allés voir les gens qui travaillent pour approvisionner cette chaîne, ceux qui cultivent, qui sont des sortes de grossistes qui livrent aux cartels, et chez eux, c’est la crise", rapporte Xavier Deleu au micro de Philippe Vandel, samedi. "Ils n’arrivent plus à vendre leur herbe, ils essaient alors de trouver une herbe de meilleure qualité car ils ne sont plus du tout compétitifs. Mais aujourd’hui les cartels se tournent vers un plan B : ils vont vers d’autres drogues, dont l’héroïne, qu’on retrouve en force dans plusieurs États comme le Michigan", souligne-t-il. Mais Xavier Deleu tient à préciser que les consommateurs d’héroïne aux États-Unis ne seront pas pour autant les mêmes clients de ces cartels qui vendaient auparavant du cannabis : "un consommateur de weed ne va pas se mettre demain à consommer de l’héroïne." Selon lui, la légalisation du cannabis a un premier impact sur l'activité professionnelle de ces cartels : "Quand on légalise, les trafiquants perdent le marché de la marijuana, donc ils vont faire d’autres activités. Donc la légalisation ne fait pas disparaître les cartels ou les mafias, simplement ces derniers changent d’activité", résume-t-il. Retombées économiques pour les États et les entreprises Autre conséquence de la légalisation du cannabis, sur le plan financier cette fois : grâce à la légalisation, des États américains peuvent désormais prélever une taxe sur ces ventes de cannabis et financer des programmes sociaux. "Dans le Colorado, depuis qu’ils ont ouvert des magasins de cannabis légal, il y a eu 6 milliards de dollars de vente de cannabis légal en quatre ans. Ils utilisent l’argent collecté à travers l’impôt (un milliard récupéré sur les six milliards, ndlr) pour financer l’éducation, rénover des écoles, en construire, et faire des actions de prévention bien sûr", détaille Stéphanie Loridon. "Et ce sont 6 milliards qui échappent aux trafiquants", ajoute Xavier Deleu. Au Canada, où le cannabis a été légalisé en octobre dernier par le gouvernement de Justin Trudeau, des entreprises se lancent dans ce juteux business, et notamment des groupes d’alcool comme Heineken. "Ceux qui bénéficient de la légalisation du cannabis sont des grandes entreprises. Au Canada, ce sont des entreprises spécialisées, des producteurs autorisés, le n°1 mondial est Canopy. Son président a une audace phénoménale, il va très vite, achète des boîtes de cannabis dans le monde, ouvre des installations partout", développe Stéphanie Loridon. En France, où 700.000 personnes consommeraient chaque jour du cannabis, on estime à environ 1,3 milliard d’euros le manque à gagner pour l’État. https://www.europe1.fr/international/legalisation-du-cannabis-aux-etats-unis-les-cartels-se-tournent-vers-dautres-drogues-3898032
  7. Ola @Claudy_Flocon Je travail sur la mise en scène. Face à un professionnel de la photo, je me sens obligé de travailler un minimum le truc. Peace
  8. Ola Pour la première partie de ta phrase, je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est plus une question de volonté de la part de l'état. Concernant la prise en charge d'abus, c'est un peu plus complexe (pour pas changer ). Pour faire court, ils s'en battent le coquillage encore une fois, ce n'est pas la mission qu'ils ont choisis de défendre en France. Approche répressive et hyper agressive envers les consommateurs. Les chiffres parlent d'eux-même. On est le pays le plus répressif, et on compte le plus de consommateur d’Europe, jeune et moins jeune. Qu'arrive-t-il à un consommateur de drogue lorsqu'il se fait arrêter? La seul réponse qu'ils savent apporté est la sanction. Pour le reste, on est sur du stage sensibilisation auprès d'une entreprise privé à 350€/jours . Les mesures contraignantes de soins sont prononcé pour moins de 2% des infractions sur la législation des stup. Alors que c'était une mesure phare de la loi de 70 selon le rapport de l'OFDT. Après on pourrait parler des solutions apporté dans ces centres de soins et du sevrage à base de medoc... sans parler de plus de 40% des gens qui y vont pour du cannabis y sont obligé par la justice, une partie des 2%. En théorie, si tu te base sur les chiffres, tu as plus de chance de finir dans un centre de soin pour consommation de cannabis que pour une autre drogue illicite. Même si on enlève les biais, elle se résume à quoi cette prévention? Un flic qui vient te raconter des histoires pendant deux heures durant ta scolarité et quelque spot de pub censé plaire au djeunz. Et puis merde, faut pas oublier qu'il s'agit d'une loi d’exception contraire au droit commun. Des moyens disproportionné qui n'ont pas été apte à protéger la jeunesse. Bien au contraire, la répression s'acharne surtout chez les plus jeunes. Les gens sont de moins en moins réceptif à leurs faux dilemmes dont le vide à déjà été prouvé. Y compris la légende qui veut que le trafic de stup profite à certaine zone... Peace
  9. Ola @LadyPucca ils l'ont fait! Respect. Aller, tous à poil dans les placo! PEace
  10. Ola Bof, l'alcool et le tabac sont interdit au mineurs. Pourtant seul 12% des jeunes de 17 ans déclarent ne jamais avoir bu ou fumer que ce soit tabac ou cannabis. L'état est très laxiste sur la question. Jamais entendu parlé d'un Carrefour perquisitionné. De plus la consommation de produit du genre chez les jeunes faits partie d'une sorte de ''rite social'' avec la découverte de nouvelle expérience en groupe,etc... C'est plus complexe qu'une histoire de légalité ou pas. Par contre sortir du dogme répressif aiderait fortement la prévention et la prise en charge des abus, autant chez les jeunes que chez les adultes. Ça c'est indéniable. Un jours les yeux s'ouvriront! Peace
  11. Re En effet, c'est surtout ça la question qui me turlupine. Je suis juste un peu parti dans tous les sens. Car ils sont vendu comme F1 et aucunement S1. Ce qui voudrait dire qu'il y aurai eu un travail de stabilisation, ce qui rentre en contradiction avec la production rapide. Qui est pourtant évidente aux vues des catalogues qui pop en 6mois... Les breedeurs ne sont pas les chantres de la clartés sur leurs boulots hormis quelques exception, mais là on est en plein brouillard. Edit: 7 variétés sur 9 partent du mâle Do Si Do. Ils ont dû tombé sur une vrai pépite les saligots! Peace
  12. Re La méthodologie pour comptabiliser est un peu confuse aussi. Quand on sait que la tendance est à la poly-consommation. Un mec qui consomme alcool,cannabis,cocaïne,prends le volant et tue. Il fera monté le % de consommateur de cannabis, le % de consommateur de cocaïne et le % de consommateur d'alcool impliqué dans un accident mortel. Donc on retrouvera un seul individu dans trois statistiques. Et quand on vois cela, qui pourrait nous faire croire qu'un quart des conducteur est sous weed On obtiens une vision différente quand on sait que ce genre de test est hyper ciblé au faciès et sur certaine classe de la population. Quand on sait que les hommes représente 90% des interpellation pour ILS. On a vite envie de crier #MeToo et réclamer l'égalité homme/femme. Peace
  13. Ola Suite à une visite sur Attitude, j'ai vue que Green House a lancé une gamme en fem. Pas moins d'une vingtaine de variet au catalogue avec un joli médaillon en or en où était affiché la mention ''Limited Edition Drop'' . Idem chez Ripper Seeds, la page est très longue... Ensuite je me suis rappelé que Philo avait lancé deux souche sous cette étiquette aussi. Je repasse sur leur site et là, c'est le drame! 9 strain en édition limité... Si on compare avec le reste du catalogue 14 fem, 6 auto et 1 reg. On voit que le développement est mis là-dessus. Du coup, ça a éveiller ma curiosité. Déjà les prix, en général c'est vendu à un prix équivalent à des seeds ''standard''. Avec de joli en-tête. Maintenant c'est le processus de création que j'aimerais bien comprendre. Je vais rester sur philo, ce sont les seuls qui donne un peu d'info dans leurs descriptif et en commentaire. Mais je n'ai rien contre eux. Pour la Key Lime Pi X Do-Si-Do, on arrive à regrouper certaine info. Par exemple: Je n'arrive vraiment pas à comprendre... Déjà la sélection sur un cross censé être disponible uniquement via clone est discutable. La fiche SeedFinder n'aide pas vraiment on va dire, elle est même un peu mensonger... https://fr.seedfinder.eu/strain-info/Key_Lime_Pie_x_Do-Si-Dos/Philosopher_Seeds/ Déjà pour la femelle, c'est clair. Sélection sur Thin Mint qui sort de je ne sais où, obtention d'un pheno renommé ''Key Lime Pie''. Sélection du mâle chez Archive Seeds selon Seedfinder. Ce fut forcément le bordel avec le rejeton en terme de diversité. Dans les commentaires de deux autres strain, on parle encore une fois de F1, avec le même processus de création. Que pensé de tout ceci? Est-ce le futur de la graine? Car pour moi l'explication la plus plausible est la suivante: Fécondation d'un clone élite ou quelque chose qui s'en rapproche , sélection d'un individu qui correspond au attente, une petite inversion de sexe et hop. Un S1 pas trop dégueulasse qui permet d’inondé le marché en suivant la hype. Des avis d'experts? Peace
  14. Le directeur du Görlitzer Park a suscité l'indignation en matérialisant à la peinture rouge des emplacements dans lesquels le deal est toléré. ALLEMAGNE - Réserver des emplacements aux dealers dans un parc pour circonscrire leur trafic: l’initiative du directeur d’un jardin berlinois très fréquenté a suscité ce jeudi 9 mai une levée de boucliers de la part d’élus qui dénoncent une forme de légalisation, comme l’explique notre vidéo en tête d’article. Situé en plein cœur de la capitale allemande, dans le quartier alternatif de Kreuzberg, le Görlitzer Park, très fréquenté le week-end, notamment par des familles, est aussi réputé pour les dizaines de dealers qui, sans se cacher, y vendent essentiellement de l’herbe et n’hésitent pas à accoster les passants. Les très rares descentes de police n’ont pas dissuadé ces vendeurs, tous issus de pays d’Afrique noire, de trafiquer matin, midi et soir. Face aux protestations de riverains et de familles, las d’être accostés lorsqu’ils s’y promènent, le directeur du parc Cengiz Demirci a décidé de faire tracer au sol et à la peinture rouge, à l’une des entrées du “Görli Park”, de petits rectangles dans lesquels le deal serait toléré. La droite conservatrice indignée Cette initiative est censée éviter que les quelque 250 dealers, selon la presse locale, qui vendent dans ce jardin, quadrillent l’ensemble du parc, y compris à proximité des aires de jeu pour enfants qui s’y trouvent. Mais elle a suscité l’ire de la droite conservatrice et de policiers. La commissaire fédérale chargée des drogues, Marlene Mortler (issue de la droite bavaroise), a vivement réagi auprès du groupe de médias Funke Mediengruppe: “malheureusement, nous devons accepter le fait que les gens consomment des drogues, dans une certaine mesure, mais nous ne sommes certainement pas autorisés à accorder une licence pour le commerce”, a-t-elle fustigé. “Si c’est vrai, alors c’est un abandon du droit.” Même tonalité du côté du syndicat de police de Berlin (GdP): “pour que le parc soit nettoyé de la drogue et donc de la criminalité, il faut une pression permanente de la part de la police, une détermination juridique et un soutien politique”, a fait valoir un porte-parole, Benjamin Jendro. L’attribution de ces zones est une invitation à enfreindre la loi, a tonné Burkard Dregger, chef de file de la droite conservatrice berlinoise, très minoritaire à Berlin. Face à la polémique, la mairie d’arrondissement a assuré que l’initiative était encore au stade de simple proposition et qu’aucune décision définitive n’avait été prise. De fait ce jeudi matin, les dealers étaient toujours aussi nombreux dans le parc et les zones tracées au sol non utilisées. https://www.huffingtonpost.fr/entry/a-berlin-des-zones-reservees-aux-dealers-font-polemique_fr_5cd47eaae4b054da4e8602bb