Search the Community

Showing results for tags 'insolite vidéo musique'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Calendars

There are no results to display.

Forums

  • News / Evènements
    • Les News
    • Cannartistique
  • Débutants
    • Présentations des membres et règles du forum
    • CannaWeed - le site
    • Guides / Tutoriels
    • Variétés, graines & génétiques
    • Engrais , substrats et amendements
    • Méthode de Culture
    • Matériel
  • Cannabicultures
    • Généralités
    • Journaux De Culture - JDC
    • Diagnostic
    • Produits dérivés du cannabis
    • Autres Plantes
  • Cannabis Thérapeutique
    • Vaporizer
    • Science
    • Discussion Thérapeutique
  • Discussions
    • Bla - Bla
    • Report Trip, Voyage
    • Législation et Politique
  • Archive
    • La boîte de Pandore

Blogs

  • Beltaine Blog
  • Cannaweed!
  • wolfen01 Blog
  • le caveau du vampire cannabique
  • Tikiseedbank
  • NoMaD's Blog
  • Team Strainguide Blog
  • Canna-World
  • Sensilia Blog
  • TONTON GATOBLOGSTER
  • azmaster Blog
  • Hquatre Plantation
  • Le Blawg
  • animalxxx Blog
  • rvbob67 Blog
  • Blog de Mescaline Pure
  • Fabisounours : A history of Hemp.
  • Z3N-MAST3R Blog
  • Xx-rvbob67-xX Blog
  • Le coin à Julius
  • Private Bud'z
  • WeedJunk Blog
  • Les sons de la défonce
  • Buddha Sphère
  • Waine Blog
  • Spannabis 2015
  • Les Tuerie
  • Comprendre la prohibition
  • terp's
  • Breed'Blog
  • Le chainon manquant

Categories

  • CannaWeed
  • Associatif
  • Ce que nous avons retenu...
  • Insolite, vidéo, musique
  • Thérapeutique
  • Justice, politique
  • International
  • Evènements / Reportages
  • Articles Prohibitionniste

Categories

  • Engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Marques d'engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Comprendre Cannaweed
    • Charte de Cannaweed
    • Poster sur le forum
    • Pour aller plus loin..
  • Autour du cannabis
    • Législation du Cannabis
    • Risques, Prévention.
  • Avant la culture
    • Choix de variétés, histoire etc
    • Exemples de culture
    • Pour bien démarrer
    • Terre / Coco
    • Hydroponie
    • Aéroponie
    • Outdoor
  • Bricolage DIY
    • Électricité
    • Éclairage
    • Système de culture
    • Ventilation, extraction, filtration
    • Placard de culture
    • Divers
  • La culture
    • Germination
    • Stretch, Sexualité et Floraison
    • Récolte
    • Arrosage: Manuel / Auto
    • Taille(s), Palissage, Pinçage
    • Autres : rempotage, pulvé, greffe...
  • Après la culture
    • Séchage, curring et maturation
    • Hash et skuff
    • Huile et BHO
    • Roulage, collages et matériel
    • Pipes, bangs et chillums
    • Vaporisation
    • Ingestion
    • Recettes avec beurre de Marrakech
    • Recettes sans beurre de Marrakech
  • Techniques de culture avancées
    • Température / Humidité
    • CO2
    • Engraissage et pH
    • Substrat et amendement
    • Culture Organique
    • Germination, bouturage et régénération
    • Sélection et entretien
    • Génétique, Breeding & Homecross
    • La plante et ses éléments
    • Articles scientifiques et publications
  • SoS Culture
    • Carence-Excès
    • Prédateurs
    • Maladies-Moisissures
  • Cannabis thérapeutique
    • Associations et contacts
    • Variétés et applications

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Centres d'intérêt


favorite varieties


Your mother plant

Found 285 results

  1. Faire fumer mémé ? Ces très sérieuses raisons pour lesquelles les personnes âgées feraient bien de consommer du cannabis On connaît les effets néfastes de la consommation excessive et répétée de cannabis : isolement social, perte de la mémoire courte, ralentissement du développement cérébral, etc. En revanche, il peut être porteur de bienfaits, à condition d'être consommé, comme le veut la chanson, avec modération. Et les effets positifs qu'il apporte peuvent être particulièrement bienvenus chez les seniors. Dernier bienfait en date : la marijuana pourrait éviter l'apparition de la maladie d'Alzheimer, qui touche particulièrement les personnes âgées. En effet, à en croire cette étude menée par le Salk Institute (Californie), le tétrahydrocannabinol - plus connu sous l'acronyme THC - qui est contenu dans le cannabis contribue à l'élimination d'une protéine toxique liée à cette maladie, rapporte The Daily Beast. Une piste intéressante pour nos aînés, quand on sait que les porteurs de cette pathologie seront trois fois plus nombreux en 2050 ; une statistique expliquée notamment par le vieillissement de la population. Espérance de vie et lutte contre le glaucome Les seniors ont beaucoup de bienfaits à tirer du cannabis. Il a notamment été prouvé que les habitants du village chinois de Bama Yao, où l'espérance de vie était la plus haute au monde, devaient cet exploit à leur régime alimentaire riche en graines de chanvre. Ses acides gras et vitamines luttent contre les virus et maintiennent le cerveau en bonne santé. Sous formes d'huile, de vapeurs ou encore de crèmes, le cannabis permet aux personnes âgées de mieux vivre leurs rhumatismes et douleurs chroniques, voire les éviter. Le cannabis possède plusieurs propriétés contre la douleur : c'est un analgésique, il détend les muscles des zones touchées et enfin, provoque l'euphorie, ce qui facilite l'appétit et le sommeil, choses parfois difficiles pour les plus âgés. Le cannabis est également utilisé pour lutter contre le glaucome, une maladie de l'œil due à une montée de la pression intraoculaire (PIO) qui finit par atteindre le nerf optique. Il a été démontré que cette plante permettait de diminuer la PIO. Santé osseuse et capacités pulmonaires Le vécu, selon les différentes expériences de la vie, peut être source de stress post-traumatique. Encore une fois, la consommation de produits dérivés du cannabis ont permis d'éviter les cauchemars, augmenté le nombre d'heures de sommeil et amélioré la qualité de vie des personnes atteintes. Par ailleurs, le cannabis pourrait subvenir à un grand besoin du côté des personnes âgées : la fragilité osseuse. Selon une étude menée par l'Université de Tel-Aviv, la consommation de cannabis permettrait de guérir plus rapidement les fractures et de rendre les os en meilleure santé. Les effets anti-inflammatoires du cannabis seraient également d'une grande utilité pour les malades de la sclérose en plaques. Alors, oui, il ne s'agit pas dans ces exemples précédemment cités de fumer le cannabis, mais de l'absorber sous d'autres formes. Mais même fumé (sans tabac, y a-t-il besoin de le préciser), le cannabis ne fait aucun mal aux poumons : au contraire, et selon une étude menée sur les vingt dernières années, il participe même à l'amélioration des capacités pulmonaires. N'est-il pas temps de changer notre regard sur la marijuana ? L'usage du cannabis à des fins thérapeutiques ne devrait pas cesser de se développer. Il est d'ailleurs pratiqué depuis l'Antiquité : dès 1000 ans avant notre ère, le chanvre indien était utilisé comme anticonvulsif (contre l'épilepsie et le tétanos), tranquillisant, anti-inflammatoire, antispasmodique (colique, diarrhée), antibiotique, antiparasitaire, stimulateur d'appétit… Comme quoi, cette plante a cinq feuilles pourraient bien apporter davantage de solutions que de problèmes. source: atlantico.fr Ce message a été promu en article
  2. "J'ai encore du nez", a ironisé le chef de l'Etat alors qu'il était pris en photo avec des habitants d'un quartier sensible de Cayenne. Photo d'illustration: Emmanuel Macron en visite dans le quartier de Cogneau Lamirande, à Matoury en Guyane, le 27 octobre 2017. REUTERS/Ronan Lietar POLITIQUE - C'est une séquence filmée par le compte Facebook de l'Elysée. En visite surprise dans deux quartiers sensibles de Cayenne, Emmanuel Macron a été confronté très directement au problème de la drogue qui y sévit. Alors qu'il se laissait prendre en photo avec de habitants de la Crique, le chef de l'Etat a été interpellé par l'odeur qui l'entourait à ce moment. "Il y en a parmi vous qui ne fument pas que des cigarettes. J'ai encore du nez", a lancé le président de la République au milieu des effluves de cannabis dans un échange repéré par LCI et visible dans la vidéo ci-dessous. S'adressant aux plus jeunes, Emmanuel Macron leur a fait remarquer que "Ca ne va pas vous aider à bien travailler à l'école, vous voyez ce que je veux dire." Et de conclure: "Il faut le dire aux plus jeunes!" Source: huffingtonpost.fr "Se confronter à la réalité du terrain" Le président souhaitait "se confronter à la réalité du terrain", dans des quartiers où vivent une majorité de clandestins. Au Rond-Point des 100 boîtes aux lettres, dans le quartier de Cogneau Lamirande, à Matoury, le chef de l'Etat a créé la surprise en se présentant à plusieurs dizaines de jeunes, rassemblés sur le bord de la route. Accompagné de la maire de Cayenne Marie-Laure Phinera-Horth, le président de la République a ensuite arpenté La Crique, un quartier dont la réputation de dangerosité n'est plus à faire. "C'est là qu'il y a des problèmes de drogue, c'est un quartier chaud. Il y a des dealers, du trafic de stupéfiants, de la prostitution", a expliqué l'élue. Source: lexpress.fr Ce message a été promu en article
  3. Comment détourner la loi sur l'achat et le vente de cannabis, illégales à Washington ? Les dealers ont trouvé la combine. L'Etat de Washington a été le deuxième Etat à avoir légalisé le cannabis récréatif en 2014. Et il est permis d'en partager avec des amis. Alors les revendeurs l''offrent. 'On vend des tickets de tombola, et on offre des dérivés consommables, explique Kevin White, revendeur. Le flou juridique ne trompe personne, et la police admet qu'elle n'est pas très active, pour empêcher ce trafic. 'C'est une priorité quand ça devient une priorité, quand nous recevons une plainte alors ça devient une priorité', explique le lieutenant Andrew Struhar de la police de Washington. Les autorités elles aussi ont des idées : en mai, le gouverneur de l'Etat de Washington a signé un projet de loi qui vise à instaurer un label de cannabis biologique. C'est une grande première. Source: planet.fr
  4. Alors par principe on ne relaie pas ce genre d'infos mais là... Je pense que cela vaut le coup d’œil Ps: Traduction Google donc désolé. Un marcheur a découvert une plantation de marijuana à Haunstetten dans les hauteurs et l'a signalé à la police. Au total, il a trouvé 275 plantes dans la forêt. Photo: Police Image 1 sur 1 À la fin de juillet, un marcheur a trouvé des plantes étranges dans des pots au bord de la forêt dans la forêt de Haunstetter. Après avoir réalisé par sa propre recherche que ce sont évidemment des plantes de cannabis, il a informé la police. Au total, 275 plantes ont découvert Au début, environ 35 plantes de cannabis ont été trouvées dans des pots dans la forêt adjacente. Une recherche supplémentaire a révélé que même dans les cimes des arbres (environ 25 mètres de hauteur) encore plusieurs autres pots avec des plantes étaient attachés. Toutefois, ces derniers ne peuvent être récupérés qu'avec le soutien du trésorier du Berufsfeuerwehr Augsburg. Au total, 275 (entre 15 et 100 cm) de plants de marijuana ont été trouvés dans la section forestière. Le Kripo Augsburg a pris l'enquête et cherche maintenant les «jardiniers» inconnus. Qui peut donner des conseils? Les promeneurs, qui sont sorties en juillet dans la zone forestière (partie orientale de la forêt dans la zone de la route de l'hôpital) et qui ont peut-être observé une marche suspecte, sont invitées à s'inscrire au Kripo Augsburg sous le numéro 0821 / 323-3810. Source: http://www.swp.de/heidenheim/lokales/polizeibericht/275-cannabis-pflanzen-auf-baeumen-bei-haunstetten-entdeckt-15600358.html
  5. À Quincy (et dans l’intégralité du Massachusetts), l’usage médical du cannabis est autorisé depuis 2012. De quoi inspirer les commerçants locaux, qui ont bien compris qu’ils allaient devoir rivaliser d’ingéniosité pour attirer la clientèle. Crédits : Ermont Et c’est justement le défi que relève la marque de produits alimentaires à base de weed, Ermont. Elle vient d’ailleurs d’inventer la pizza infusée à la marijuana, indique le TIME. 15 centimètres de diamètre pour 125 mg de THC. Le tout à un prix de 38 dollars. Voici la fiche technique de la dernière création d’Ermont. Seth Yaffe, manager des opérations au sein de la firme, indique que cette création fait suite à la forte demande des patients, qui réclamaient des solutions comestibles plus savoureuses que de simples bonbons à la weed. « Nous avons compris que les patients voulaient un aliment qu’ils pourraient manger lors d’une journée normale », a-t-il également indiqué. En revanche, pour avoir le droit d’acheter cette pizza, il faut posséder une carte attestant son autorisation médicinale de consommer de la marijuana. Étant donné que de telles cartes sont remises notamment en cas de douleurs chroniques, comme des maux de tête ou de dos, on tient là la première pizza capable de soigner les migraines. TIME / CBS News Source: ulyces.co
  6. La chanteuse Michèle Torr a un âne, nommé "Cannabis". Il a été expulsé du domaine du Cap Bénat pour ses braiments intempestifs. L'animal vivait depuis le début du printemps dans le domaine du Cap-Bénat, à Bormes-les-Mimosas, mais ses braiments intempestifs indisposaient de nombreux riverains, selon Nice Matin. Voisins mécontents De son petit nom "Cannabis", l'âne appartenant à la chanteuse Michèle Torr a été "expulsé" des lieux, sous la pression de ces riverains mécontents. Des riverains qualifiés de "moutons humains" par la chanteuse, qui a dû lui trouver un autre terrain... à défaut d'avoir su trouver un terrain d'entente avec ses voisins. Source: http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/07/23/bormes-les-mimosas-cannabis-l-ane-de-michele-torr-expulse-de-son-domaine
  7. Le rappeur Action Bronson à Los Angeles en 2016[Matt Cowan/Getty Images/AFP ] Le rappeur américain Action Bronson vient de s’adresser au président de la République française dans une vidéo publiée sur Facebook. Chef cuisinier avant de devenir un célèbre rappeur, le new-yorkais est aussi un grand amateur de weed (cannabis). Dans une vidéo tournée pour Viceland, l’artiste interpelle de manière très amicale le chef de l’Etat français. Particulièrement à l’aise, le rappeur demande à Emmanuel Macron de légaliser le cannabis. Tout sourire, il s’exclame sur un ton très jovial : «Yo Manu, yo Manu Macron, il faut que tu légalises cette merde ! Allez fini de jouer ! Tout le monde fume déjà, arrêtons les faux-semblants, on fume tous derrière ton dos. On rigole ahahah». Difficile de dire si Emmanuel Macron prendra le temps de répondre à cette vidéo. Le 24 juin dernier, la chanteuse américaine Rihanna avait interpellé le président français sur Twitter, au sujet de l’éducation. Le 26 juillet dernier, elle décrochait un rendez-vous avec Emmanuel Macron et sa femme, Brigitte. Action Bronson aura peut-être lui aussi droit à son rendez-vous à l’Élysée. Vidéo: https://www.facebook.com/VicelandFrance/videos/1264892476966561/ Source: http://www.cnewsmatin.fr/people/2017-07-30/le-rappeur-action-bronson-interpelle-emmanuel-macron-sur-le-cannabis-761218
  8. Une nouvelle tendance sexy apparaît depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux : les "Ganja Girls", comprenez les fumeuses de cannabis. Des filles ultra sexy qui fument de l'herbe en se trémoussant dans leur chambre. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping. Les "stoners" vont être aux anges. La chaîne Youtube "Ganja Girls", créée fin 2016, réunit des filles ultra sexy qui se trémoussent en (toute) petite tenue dans leur chambre, avec des quantités incroyables de weed. Pas vraiment de vertu éducative, si ce n'est lorsque la magnifique Kali Rose nous "apprend" à rouler un blunt. Outre cette belle blonde au physique incroyable, Alexa Pearl et sa poitrine opulente est aussi l'une de ces "Ganja Girls" qui cartonne sur Youtube avec près de 100 000 vues. Si vous voulez en voir plus, il suffit de taper le #ganjagirls sur Instagram pour d'innombrables filles plus sexy les unes que les autres, toujours un joint à la bouche ou un bang à la main. Par Timothée Le Puil Source: non-stop-zapping.com
  9. Trop de marijuana pousserait – légalement – en Californie. C’est ce qu’a affirmé mercredi un dirigeant de l’industrie cannabique locale… Que va-t-on faire des excédents ? La production de l’année serait huit fois plus élevée que les besoins de cet État, où le cannabis récréatif est légalisé depuis novembre 2016 (l’usage thérapeutique étant autorisé depuis plus de vingt ans). Une nouvelle loi, en vigueur en janvier 2018, interdit les exportations vers les autres États. Alors, que vont devenir les excédents ? On a quelques idées pour écouler la weed… Faire comme avec les produits laitiers (nos amis pour la vie) Les jeunes Américains sont de grands consommateurs de lait de vache. Le résultat de décennies de lobbying : des campagnes de grande ampleur vantent régulièrement les vertus miraculeuses du breuvage. Les écoles en distribuent aux enfants et reçoivent des fonds fédéraux en échange. Pourquoi ne pas imaginer un système équivalent pour le cannabis ? Pas dans les écoles, bien sûr, le THC étant toxique pour le cerveau des jeunes, mais dans les entreprises et dans les services publics ? De quoi détendre les relations interpersonnelles et faciliter la communication. Éviter néanmoins d’en donner aux conducteurs de véhicules et de machines, aux aiguilleurs du ciel, aux chirurgiens et aux traders. Larguer des doses de survie dans les zones de conflit Pour aider les populations coincées dans les pays en guerre (Syrie, Irak…), les États-Unis pourraient imaginer des missions humanitaires leur larguant, dans des colis, de quoi s’évader un peu pour tenir le coup. Ces gens ayant souvent faim, des space cakes auront l’avantage supplémentaire de les caler un peu. Prévoir de monter un partenariat avec la Floride, pour envoyer aussi des oranges. Fournir gratuitement tous les hôpitaux du pays Réduction de la douleur, des nausées et des vomissements, amélioration de l’appétit, de l’humeur, du sommeil … Le cannabis peut améliorer la vie des personnes atteintes de cancer en réduisant les symptômes de la maladie et les effets secondaires des chimiothérapies. Il peut aussi soulager les personnes souffrant du sida, d’Alzheimer… mais aussi d’arthrose ou de douleurs handicapantes chroniques. Dans la lignée de l’Obamacare, que Trump n’a pas réussi à démolir, les Américains pauvres et malades apprécieraient un petit cadeau de l’État le plus riche du pays. Battre le record du plus gros joint du monde Celui qui réalisera cet exploit n’est pas sûr d’intégrer le Guiness Book, mais il fera le tour du Web. Sur YouTube, les vidéos fleurissent… En 2013, la police avait saisi un joint d’un kilo et de 1,20 de long sur un festival à Santa Cruz. Un pétard qui contenait environ 35 fois la dose légale autorisée par l’usage thérapeutique. La réglementation actuelle n’autorise pas les usagers californiens à détenir plus de 30 g : pas sûr que ça suffise. Rendre leur appétit aux mannequins anorexiques À force de se voir accuser d’être trop grosses pour faire de parfaits porte-manteaux, certaines top-modèles développent de vrais troubles psychiatriques autour de leur alimentation. Pourquoi ne pas les aider à retrouver l’appétit ? Double avantage, le produit ayant des propriétés anti-émétiques, elles auront plus de mal à se faire vomir… Évidemment, on évitera de leur servir des gâteaux au shit ou du beurre de Marrakech. Balancer des chemtrails pour réfréner les révoltes Certains complotistes l’affirment : les traînées de fumée s’échappant des avions contiendraient des substances chimiques douteuses, destinées à manipuler le climat et/ou les habitants de la terre. Dans l’idée, on pourrait arroser le monde avec des vapeurs cannabiques. Peace and love… Détendre Donald Trump L’agité de la Maison-Blanche gagnerait à se détendre un peu. Un petit cadeau de la Californie, et… cool, man. De quoi faire remonter sa cote de popularité ? A l’heure actuelle, seul un Californien sur quatre pense que le locataire du bureau ovale assure (Public Policy Institute of California). Source: vsd.fr Ce message a été promu en article
  10. Ne rêvez pas, on parle bien ici de batteries produites à base de chanvre. À l’heure actuelle où les applications du graphène se font de plus en plus nombreuses, notamment dans le secteur des batteries, un problème persiste : comment en produire de grandes quantités, alors que celui-ci possède actuellement un coût élevé de production ? Une solution pourrait bien résider dans l’utilisation de chanvre dans la synthèse de ce cristal. Le graphène , un matériau miracle ? Isolé depuis 2004, le graphène ne cesse de démonter ses propriétés remarquables. Une foule d’utilisation pourrait bien chambouler notre quotidien avec plus ou moins d’intérêts pour l’environnement. Ce cristal de carbone possède en effet une très bonne résistance, une haute conductivité thermique, ainsi qu’une excellente conductivité électrique. Ce qui en fait matériaux de choix pour les super-conducteurs. Le problème ? Sa synthèse, par extraction du graphite reste à ce jour un processus difficile et relativement couteux. Brique de graphite via geoscienceworld Une solution possible? Contre toute attente, le chanvre ! Le chanvre, une plante connue depuis la nuit des temps Faisant partie des plus anciennes à être cultivées par l’Homme, le chanvre est une plante herbacée très prisée pour ses fibres. Culture de chanvre industriel – via cannabis-infos Ses domaines d’applications sont plus que nombreux : tissus, construction, isolation thermique, huiles, cordage, papeterie, … Un nouveau domaine viendrait bien rejoindre cette longue liste : les batteries Une batterie faite à base de chanvre, pour bientôt ? En effet, des scientifiques de l’université d’Alberta, à Edmonton (Canada) ont réussi à produire des nano-feuilles de graphènes en chauffant et en compressant des fibres de chanvres. Ces mêmes nano-feuilles peuvent alors être utilisées comme super-conducteurs, procurant aux batteries une capacité et une vitesse battant tous les records. via gizmodo Une tellement application induirait un retour vers une culture industrielle du chanvre… Pour rappel, le chanvre est une des premières plantes domestiquées par l’homme. Même durant l’antiquité, la culture du chanvre était commune et trouvait son utilité à travers de nombreux objets de la vie quotidienne. Au cours de l’histoire, la plante fut frappée de nombreuses interdictions à travers le monde, pour des raisons idéologiques et économiques. Cette nouvelle pourrait considérablement accélérer le retour du chanvre industriel pour des solutions durables. Source: mrmondialisation.org
  11. Dans un épisode de sa nouvelle émission, "Hôtel Hell", célèbre chef Gordon Ramsay a visité un établissement de cannabis médical et est retombé sur le stoner stéréotypé. Gordon Ramsay’s Hotel hell Il ne fait aucun doute que vous allez reconnaître le célèbre chef qu'est Gordon Ramsay, la vedette de nombreuses émissions de télé réalité, ou il perd régulièrement son flegme et qui l'a fait jurer sur le chemin des cuisines du monde. Son émission actuelle est l'Hôtel Hell, où Ramsay visite des entreprises familial pour aider à transformer leurs perspectives et faire de leur affaire un succès. Dans un épisode particulier, Ramsay visite un hôtel en Oregon, qui est dirigé par un homme amateur de cannabis du nom de Richard, mais qui préfère être appelé "Pa Butt". Comme il le dit dans le clip, "Nous sommes juste Butt". Bien sûr, en ce qui concerne les médias traditionnels, un tel personnage est considéré comme le stéréotype même du stoner - et cette fois-ci n'est pas différente. Dès le moment où Ramsay entre dans la place, la production met en lumière ce stéréotype, en commençant par l'absence de personnel pour accueillir "Sweary Poppins". Cela continue lorsque le célèbre chef appuie sur un bouton "buzz pour appeler un humain avec des réponses", qui coupe vers Pa Butt assis en arrière, fumant un joint avec un chien à ses côtés et ne venant pas voir qui sonne. C'est sans aucun risque que nous pouvons dires que tout l'extrait est joué pour amuser à pas chers, avec Ramsay en train de jouer, disant qu'il aime les herbes fraîches (et agissant comme s'il ne savait pas à quoi l'herbe ressemble). Juste pour mettre un coté négatif sur tout cela, Ramsey dit également que le propriétaire est, évidemment, "haut comme un cerf-volant". Source: http://herb.co/2017/06/26/gordon-ramsay-meets-stoner/ Une seconde vidéo, ne faisant pas partie de l'article original: Ce message a été promu en article
  12. Le cannabis comme ingrédient de cuisine inattendu, tel est le pari d'une chef argentine au Chili, qui mise sur ses vertus thérapeutiques pour agrémenter des salades, des gâteaux au chocolat ou des jus de fruits. La chef chilienne Natalia Revelant, spécialisée en gastronomie végétarienne, pose avec son ingrédient secret, le cannabis, le 24 mai 2017 à Santiago © AFP Natalia Revelant, spécialisée en gastronomie végétarienne, mélange depuis des années cette drogue douce avec des fruits, de la farine ou diverses graines ou fruits secs afin d'élaborer des recettes, qu'elle a présentées cette semaine lors d'un atelier à Santiago du Chili. "J'ai découvert tout un univers avec le cannabis", raconte à l'AFP la chef de 38 ans, tandis qu'un public d'une dizaine de personnes assiste à son atelier, organisé avec la fondation Daya, ONG chilienne qui promeut l'usage médicinal de la marijuana. Dans ce pays sud-américain, les autorités ont autorisé en 2015 la culture du cannabis à des fins thérapeutiques, pour élaborer ensuite des médicaments permettant notamment de soigner les patients souffrant de cancer, d'épilepsie et de douleurs chroniques liées au cancer. La chef chilienne Natalia Revelant, spécialisée en gastronomie végétarienne, agrémente ses plats à l'aide d'un ingrédient secret, le cannabis, le 24 mai 2017 à Santiago© AFP Mais la gastronomie "cannabique" est aussi une alternative pour les malades chroniques qui ont déjà recours à la marijuana, sous forme d'huile, de résine ou de médicaments, afin de soigner leurs maux, assure Alejandra Ahumada, chimiste pharmaceutique au sein de la fondation. Comme l'explique Natalia Revelant, tout peut être cuisiné dans la plante aux feuilles reconnaissables entre toutes: la racine, la tige et les feuilles peuvent servir dans des salades, accompagner la cuisson d'une viande ou être incorporées dans des jus. La fleur de cannabis et les graines sont, elles, idéales pour élaborer des desserts, des chocolats ou des biscuits, selon la chef argentine. Mais comme le goût de la marijuana, tout seul, n'est pas très agréable, il est important de savoir la combiner avec des produits similaires en termes de composition aromatique. "Une plante de cannabis, comme elle a un taux élevé de linalool (composant aromatique, ndlr), peut être combinée avec de la lavande pour fabriquer des biscuits au beurre délicieux", précise Natalia. - Attention au dosage - La chef souligne aussi les propriétés nutritionnelles de la drogue douce, riche en acides gras, oméga 3 et 6, ce qui permet de soigner certains de symptômes d'inflammation des patients. Quant à ses valeurs thérapeutiques, elles résident dans les cannabinoïdes, ces composants responsables des effets hallucinogènes de la marijuana, comme le THC. Pour cela, il faut doser de manière très précise la quantité de drogue utilisée dans la recette. La chef chilienne Natalia Revelant, spécialisée en gastronomie végétarienne, agrémente ses plats à l'aide d'un ingrédient secret, le cannabis, le 24 mai 2017 à Santiago© AFP "Il est important de prendre en compte le fait que chaque patient va réagir de façon différente à l'usage des cannabinoïdes, donc il faut toujours être prudent avec le dosage", souligne Alejandra Ahumada. Sa recommandation: une dose de 0,1 à 0,5 gramme de cannabis par portion de nourriture, afin d'éviter les effets hallucinogènes. Car si l'on dépasse ce niveau, le risque est de causer de la somnolence voire un évanouissement, prévient Natalia Revelant. "La plante de cannabis ne tue personne, mais il est important de connaître les effets et de s'entraîner pour savoir quelle est sa dose" appropriée selon son profil, estime la cuisinière. Au Chili, même si la consommation privée est autorisée, la vente de marijuana est sévèrement punie. Par précaution, les personnes assistant à l'atelier de Natalia préfèrent ne pas être identifiés. Le Parlement chilien discute actuellement un projet de loi visant à dépénaliser la consommation de marijuana à des fins médicinales et récréatives. Ce mois-ci, deux médicaments élaborés à partir de cannabis et prescrits pour traiter les douleurs chroniques ont été commercialisés pour la première fois mercredi dans des pharmacies chiliennes. Le pays abrite depuis mars 2016 la plus grande plantation légale de marijuana d'Amérique latine, qui donnera naissance à un médicament expérimental destiné dans un premier temps à 4.000 malades du cancer, d'épilepsie ou d'affections causant des douleurs chroniques. Source: 5minutes.rtl.lu
  13. Le cannabis produit dans un laboratoire secret aux Pays-Bas n'est pas en vente dans les coffee shops du pays. Cette culture d'Etat est destinée aux pharmacies. Pour un usage médical… Extrait du magazine "Un Œil sur la planète" diffusé le 18 mai à 23h20, sur France 2. Au Pays-Bas, au cœur d'un bâtiment dont la localisation est tenue secrète, se trouve une pièce blindée. Pour ouvrir la porte, il faut le concours de trois personnes. Après avoir tapé un code et fait travailler deux clés, ce que recèle cette chambre forte est mis au jour… Le visiteur comprend pourquoi la sécurité est renforcée : "Vous pouvez sentir l'odeur spécifique du cannabis", fait remarquer le directeur de la société Bedrocan. Dans ce gros frigo, il y a de quoi rendre heureux un millier de consommateurs. La qualité de l'herbe est certifiée ISO 9001 "Ce n'est pas un produit banal, on le sait tous, explique Tjalling Erkelens, mais il est devenu pour nous un produit ordinaire. Mais comme ça ne l'est pas pour tout le monde, on garde tout sous clé. C'est important." L’herbe qui pousse dans cet étrange laboratoire n'a aucune chance d'arriver sur le comptoir d'un coffee shop. La plante produite ici est destinée aux pharmacies. C'est en effet du cannabis d'Etat à usage médical. Il s'agit d'une culture sans engrais ni pesticides. Sa qualité est même certifiée ISO 9001. Certains plants sont forts et d'autres plus doux, selon la pathologie à traiter. Un extrait du magazine "Un Œil sur la planète" diffusé le 18 mai à 23h20, sur France 2. Source: francetvinfo.fr Ce message a été promu en article
  14. Cam Clash consacre une caméra cachée aux drogues douces : il se roule un joint dans le métro, et entre hypocrisie, santé et légalité, les usagers en débattent. Le nouvel épisode de Cam Clash est une caméra cachée tournée dans le métro parisien. Un jeune homme à l’aspect nonchalant se roule un joint dans la rame (il ne le fume pas dans le métro, j’aurais compris que ça fasse réagir !). Face à lui, une complice juge ouvertement sa consommation de drogues douces. Et le débat s’ouvre… Cam Clash : « il roule un joint dans le métro » Globalement, les usagers du métro prennent plutôt la défense du jeune homme, contre l’attaque assez relou de la complice. J’avoue être plutôt braquée par son ton hyper condescendant, même si je trouve les arguments anti-cannabis plus convaincants que la relativisation. Le cannabis et vous, on en parle ?Cette vidéo est l’occasion d’aborder dans les commentaires votre propre rapport au cannabis ! C’est un sujet dont a très peu parlé sur madmoiZelle, mais comme le pointe l’une des personnes dans ce Cam Clash, « tout le monde fume, c’est une grande hypocrisie ». Alors non, tout le monde ne fume pas (moi par exemple, je ne fume pas), mais effectivement, je suis d’accord pour dire qu’il y a beaucoup d’hypocrisie autour de la façon dont on parle (ou pas, justement) du cannabis et des drogues douces en général. Alors, ça m’intéresse de lire vos avis et vos réflexions sur le sujet. C’est quoi, votre rapport au cannabis ? Venez témoigner, expliquer, échanger dans les commentaires ! Mais évitons surtout de nous juger, car comme l’ajoute un autre figurant de la vidéo : « juger les gens en permanence, c’est usant ». Par Clemence Bodoc Source: madmoizelle.com Ce message a été promu en article
  15. Quand le groupe post-rock islandais s’associe avec la marque californienne spécialiste des produits infusés au cannabis Lord Jones, cela donne une édition limitée de bonbons "wild sigurberry" hautement addictive. Ces bonbons sont uniques en leur genre. La raison ? Nées de la collaboration du groupe pop rock Sigur Rós et du le label californien de denrées ultra-luxes infusés au cannabidiol (CBD) Lord Jones, ces pâtes de fruits à la saveur inspirée des baies sauvages d’Islande - framboises, mûres et myrtilles – pays d’origine du trio musical, sont infusées à l’extrait de cannabis riche en CBD. Disponibles en 10mg et 20mg, chaque dose individuelle promet "une sensation apaisante de bien-être inspirée par la musique de Sigur Rós". Proposés par neuf dans une boîte illustrée par l’artiste londonien Andrew Rae, voici autant de shoots de bonheur à glisser sous la langue. Lord Jones + Sigur Rós, boîte de bonbons Sigurberry en Edition Limitée, 40 dollars. Par Maud Charmoy Source: vogue.fr Ce message a été promu en article
  16. Faut-il consommer du cannabis pour profiter au mieux d’une expérience de réalité virtuelle ? L’usage de drogues déjà répandu dans le secteur du jeu vidéo s’est transposé peu à peu à l’univers virtuel. Ses utilisateurs défendent une pratique rendue plus intense grâce à l’usage de stupéfiants. Une tendance qui se transpose aussi à la vente avec l’ouverture prochaine d’un véritable supermarché virtuel du cannabis. Quels sont les véritables avantages et les limites de cette tendance ? On fait le point avec vous. Drogue et jeux vidéo, une longue histoire d’amour Lorsque l’on mélange dans une même phrase, les termes drogue et jeux vidéo, ce n’est en général pas pour parler des usages. Psychologues, associations et parents inquiets, désignent plutôt les jeux vidéo comme une drogue. Pourtant c’est bien s’arrêter là en surface et méconnaître tant les bienfaits des jeux vidéo que les usages de drogues récréatives dans l’univers ludique. Dès 2011, la revue Culture Magazine a analysé l’impact de la marijuana sur les joueurs de jeux vidéo. Selon cette publication (pro-marijuana, il faut le préciser), l’usage des drogues récréatives permet aux joueurs de s’améliorer et de devenir sensiblement supérieurs à leurs adversaires. Cette tendance se retrouve aussi dans l’univers de l’e-sport professionnel. Au point que en août 2015, l’Electronic Sports League, l’une des plus grandes fédérations a mis au point des tests anti-dopages aléatoire durant les compétitions. Ils y cherchent les dopants habituels (les modulateurs hormonaux, les agents masquants, les diurétiques, les anabolisants…) mais aussi des drogues. Le cannabis, le haschisch, la marijuana ou le tetrahydrocannabinol synthétique (THC) sont alors devenus interdits pendant les compétitions. A noter que l’usage récréatif est lui toléré avant les épreuves. Sans doute pour contrebalancer cette décision, un tournoi alternatif a vu le jour. « The Stoned Gamer » est un tournoi organisé chaque année à Los Angeles, réservé aux joueurs ayant consommé du cannabis. Les récompenses sont bien entendus liés aussi au cannabis : substance, vapoteuse… Le cannabis permet une expérience plus intense Du côté des joueurs, c’est la même raison qui est mise en avant tant dans un jeu classique que dans la réalité virtuelle. L’usage du cannabis ou d’une autre drogue permettrait une expérience plus intense et surtout plus immersive. L’aspect « psychédélique » permet de tromper le cerveau en lui faisant croire qu’il s’agit du monde réel et non pas d’une expérience virtuelle. En novembre 2015, Vice est allé à la rencontre de ces « psychonautes ». Ces utilisateurs de la réalité virtuelle font un usage intensif de drogue pendant leurs expériences avec l’objectif d’atteindre le « Saint Graal » : la présence. L’impression de pouvoir sentir le vent sur son visage, de se sentir réellement au cœur de l’expérience. « J’avais l’impression d’avoir réellement été transporté dans un autre monde. Cela m’a même inquiété. J’avais peur d’oublier que j’étais dans un jeu alors je n’arrêtais pas de retirer mon casque pour me rappeler que ce n’était pas réel » explique l’un d’entre eux. Une opportunité économique… Mais l’intérêt a aussi été bien saisi par les entreprises. Dan Braunstein fait partie des entrepreneurs qui a su anticiper le phénomène. . Il a lancé GrassFeed, une entreprise mêlant gastronomie et cannabis. Le 7 avril dernier il a organisé un événement intitulé « Expérience de réalité virtuelle et cannabis ». Les personnes présentes pouvaient déguster différents types de cannabis, faire un bon repas, écouter de la bonne musique et enfiler un casque de réalité virtuelle et se laisser porter par l’expérience. Près de 150 scénarios différents étaient proposés aux personnes présentes. « Le cannabis et les jeux ont toujours été de bons amis, si vous voulez », explique Dan Braunstein. « Je connais beaucoup de mes amis qui adorent les jeux et adorent le cannabis, et qui adorent les combiner ». Le mélange des genres entre réalité virtuelle et cannabis ne s’arrête pas simplement à améliorer l’expérience. Certaines marques de cannabis, utilisent la réalité virtuelle pour faire comprendre les effets que pourrait avoir sur les clients leur produit. Certaines entreprises vont même plus loin. Alors que l’on commence à parler sérieusement de réalité virtuelle pour présenter des produits dans la grande distribution, les entreprises de cannabis ont déjà sauté le pas. Si vous souhaitez découvrir de l’intérieur la chaîne de production du cannabis c’est possible pour l’entreprise Dawg Star Cannabis, de Seattle. Il suffit de vous rendre sur le site de Kush Tourism pour vous retrouver face aux plants. Il ne manque plus que l’odeur… … mais aussi de décrocher de l’usage du cannabis De façon paradoxale, les chercheurs considèrent que la réalité virtuelle pourrait aussi être utilisée pour lutter contre les addictions y compris celle au cannabis. Des chercheurs de l’université de Macquarie, à Sydney ont ainsi mené une expérience dans ce sens l’an dernier. Leur idée était d’exposer les utilisateurs à des situations qui les incitent à consommer de l’herbe pour les faire décrocher. Si la plupart des chercheurs considèrent que le cannabis est loin d’être la drogue la plus active, elle peut toutefois générer des troubles dans la vie quotidienne et des difficultés à arrêter. Dans cette expérience, les utilisateurs se retrouvent donc confrontés aux signaux qui les poussent habituellement à consommer du cannabis mais sans pouvoir le faire. S’entraîner à résister à ces signaux à l’intérieur de la réalité virtuelle pourrait alors permettre de rompre la dépendance. Si aucun chiffre n’a toutefois encore été communiqué sur les résultats de cette expérience, on peut supposer que les résultats seront semblables aux tentatives menées pour le sevrage tabacologique à Marseille. Dans cette étude, plus de 50% des participants n’ont pas repris la cigarette après cette thérapie. « La thérapie cognito-comportementale prépare le patient à gérer les situations qui activent le circuit de récompense responsable des bouffées de manque mettant la volonté à l’épreuve », expliquait alors le Dr Eric Malbos, spécialiste du traitement en réalité virtuelle, dans une interview au journal Les Echos. Bientôt un supermarché du cannabis en réalité virtuelle La prochaine étape du mariage entre cannabis et réalité virtuelle est sur le point de se lancer. « Weed Vr » qui devrait bientôt être officiellement disponible sera le premier « supermarché » virtuel de cannabis. Les utilisateurs pourront inspecter différents types de cannabis et ensuite passer commande. Ils seront alors livrés par des partenaires qui sont eux bien réels. « Pas de fil d’attente, pas de problèmes et passez autant de temps que vous le souhaitez à comparer les produits » explique l’entreprise sur son site. Weed VR devrait bien entendu uniquement proposer des marques autorisées légalement. Reste à voir si les consommateurs seront vraiment intéressés par le concept, le contact physique et l’odeur étant encore deux critères qu’on ne peut imiter avec la réalité virtuelle. Mais on peut déjà imaginer, avec les services de livraisons rapide, le commander et pouvoir le fumer quelques heures plus tard, sans même être sorti de la réalité virtuelle à part pour recevoir le produit. L’application sera bientôt disponible sur Oculus Rift et HTC Vive. La problématique de la législation Comme vous l’aurez noté à travers les différents exemples, ces usages du cannabis dans l’univers de la réalité virtuelle ont surtout lieu aux Etats-Unis. Une situation qui s’explique par deux raisons. Tout d’abord, c’est dans ce pays que les utilisateurs de réalité virtuelle sont les plus nombreux. L’écosystème s’y développe de façon parallèle en terme d’applications et d’événements, créant un terreau fertile à des pratiques innovantes. Mais, c’est le second élément qui joue le rôle le plus important. Fin 2016, le cannabis était autorisé complètement ou partiellement dans 30 états sur 50 et concernait plus de la moitié de la population américaine. Elle représentait l’an dernier un business estimé à 5,4 milliards de dollars ! De notre côté de l’Atlantique, la situation est quelque peu différente. S’il s’agit du stupéfiant le plus consommé en France (1,2 million de consommateurs réguliers), la loi condamne toujours la production, la détention, la vente, l’achat et l’usage de cannabis. Le simple usage peut être condamné d’1 an d’emprisonnement et de 3750 € d’amende. Un peu cher pour avoir une expérience augmentée en réalité virtuelle. La situation pourrait toutefois évoluer dans les prochaines années puisque des voix s’élèvent pour la dépénalisation du cannabis dans le pays. Par Pierrick LABBE Source: realite-virtuelle.com Ce message a été promu en article
  17. Dans le Colorado, où la consommation de cannabis est légale, les amateurs d'herbe vont pouvoir se ravitailler sans sortir de leur véhicule, avec l'ouverture du premier «drive» spécialisé. Le gérant espère booster l'économie locale. © JASON REDMOND Source: Reuters «Tumbleweed Express Drive-Thru». Derrière ce nom qui paraît plutôt compliqué, se trouve le premier coffee-shop américain ayant pour particularité de ne vendre sa marchandise qu'aux automobilistes. On appelle cela un «drive thru» – ou tout simplement «drive». Le commerce s'est installé à la place d'une laverie automatique dans la petite commune de Parachute (1 100 habitants) dans le Colorado, Etat qui a légalisé la vente et la consommation de cannabis il y a près de deux ans, a notamment rapporté le média américain Post-Independent dans son édition du 17 avril. Il accueillera les clients de 16h à minuit. Mais attention, les règles seront strictes : aucun mineur (âgé de moins de 21 ans) ne pourra acheter de produits stupéfiants ou même approcher le point de vente. Ceci est valable également pour les passagers arrière des véhicules. En dehors du lieu de commerce, le produit ne doit en aucun cas être visible du public, sous peine d'amende. «Je ne pensais pas que cela ferait autant de bruit au niveau national. Je ne fais que répondre à la demande de la population», a déclaré au Post-Independent le gérant du magasin. Alex Zorn / Post Independent | A pull-up window will make for quick and easy transactions for customers on the go. Le maire de Parachute, Stuart McArthur, est quant à lui très enthousiaste et considère que l'ouverture d'un «cannabis-drive» dans sa bourgade est «une idée très créative et innovante». Il faut dire que, dans une ville où le commerce de cannabis représente près de 30% de l'économie (toujours selon le Post-Independent), il y a de quoi se réjouir... La date d'ouverture du magasin, le 20 avril (soit le 04/20/2017), n'a pas non plus été choisie au hasard. En effet, «4/20» (prononcé «four-twenty» en anglais) est une expression utilisée en Amérique du Nord pour faire discrètement référence à la consommation de cannabis et, par extension, à la contre-culture entourant le cannabis. Le 4/20 désigne notamment le moment de la journée où il est 16h20 (4:20 pm), moment propice, selon l'expression, pour «fumer un joint». Source: francais.rt.com
  18. Selon une étude du cabinet Deloitte, la légalisation du cannabis au Canada devrait avoir autant d'impact sur l'économie que l'arrivée d'Internet. Source: europe1.fr
  19. Après avoir fumé un joint sur la tombe de Pablo Escobar, et déclarer dépenser 10 000 dollars par mois pour sa consommation, le célèbre rappeur américain Wiz Khalifa fait encore parler de lui, mais cette fois-ci pour la sortie de son jeu mobile axé sur la culture de l'herbe. En général quand Wiz Khalifa fait parler de lui c'est soit pour un nouvel album ou soit pour de mauvaises raisons qui sont généralement liées à la drogue. Une fois n'est pas coutume, le célèbre rappeur américain vient d'annoncer la sortie de son jeu mobile intitulé Wiz Khalifa's Weed Farm en partenariat avec le développeur Métamoki. Prévu pour le 20 avril prochain sur l'App Store et le Google Play Store, ce jeu vous embarquera dans le style de Farmville, mais uniquement axé sur la culture de la marijuana. Selon le communiqué de presse, Wiz Khalifa's Weed Farm donnera « un aperçu de l'avenir du cannabis légalisé » et démontrera, soi-disant, comment les employés de l'industrie de la weed « saisissent les opportunités de manière entrepreneuriale, réinvestissent dans les affaires et combinent les rendements ». De plus, dans les futures mises à jour, les "agriculteurs" de weed pourront « développer leurs opérations à travers les États-Unis et éventuellement dans le monde entier à mesure que la marijuana deviendra légale ». Wiz Khalifa's Weed Farm Par ailleurs, vous pouvez vous inscrire sur le site officiel de Wiz Khalifa's Weed Farm pour tenter de gagner un vol pour deux au Colorado afin de visiter le dispensaire Khalifa Kush, rencontrer le rappeur américain et de le voir sur scène lors de sa tournée. D'autres lots sont en jeu tels que la possibilité de rencontrer l'artiste sauf que les billets d'avion ne sont pas inclus, ou encore des stickers et des vêtements de la marque Taylor Gang. Pour l’anecdote et même si l'histoire autour de ceci reste encore floue, il est dit qu'un groupe de cinq adolescents américains se réunissaient à 4h20 (16h20) pour fumer ensemble, de ce fait, la date de sortie du jeu mobile n'est pas anodine. En effet, le 20 avril qui s'écrit aussi 4/20 (format américain) , 420 ou encore « four twenty » est une journée où les adeptes célèbrent la consommation de cannabis et militent en faveur d'une légalisation. Laureen Peers Source : gamewave.fr
  20. Le catalogue Auchan s'agrandit avec du matériel pour la culture... du cannabis et ne le cache pas! Parions que d'ici peu la société aura modifié sa fiche article toutefois pour le moment les photos de cannabis sont encore bien visible sur son site. Bientôt les grinders, machine a manucure et thighvac à prix Auchan! Geste militant? erreur d'un stagiaire? ou réel positionnement économique de la part d'Auchan? Mouvement précurseur dans l'air du temps? D'autres grandes enseignes se sont lancées sur le marché de la culture indoor comme Ikéa. Rude concurrence pour nos growshops traditionnels Auchan n'a pas encore réagi... Ce message a été promu en article
  21. Drake a fait un sacré bad trip à Amsterdam hier soir… Hier soir, 27 mars, Drake était invité à se produire sur une scène d’Amsterdam pour un gros concert (à en juger par la taille de la salle). Mais Drizzy n’est pas monté sur scène, provoquant la colère des fans venus nombreux pour l’observer. La cause de ce faux bond ? Comme souvent à Amsterdam, c’est la beuh qui a empêché Drake d’assurer le show. Le MC de Toronto aurait fait un gros bad trip, fréquents lorsqu’on est pas habitué, et il aurait tellement fumé que ça l’a rendu malade. Pire, il a été saisi de vomissements inarrêtables, et a dû être transporté à l’hôpital… On lui souhaite bon rétablissement bien entendu, mais c’est tout de même une petite nature ce « meilleur rappeur du monde », vous ne trouvez pas ? Source: https://generations.fr/news/radio/39957/drake-annule-son-concert-a-amsterdam-a-cause-de-la-weed
  22. Un mystérieux joint de 5kg trouvé sur la plage de Volusia à Daytona Beach, en Floride Sur une plage de Floride, dans le comté de Volusia (Daytona Beach), les plagistes ont trébuché sur quelque chose que vous ne trouveriez pas normalement à cet endroit… Ou à n’importe quel autre endroit, en vue de la matière dont il est constitué… Un joint géant de 5 kg bourré d’herbe ! Samedi dernier, au comté de Volusia des passants et plagistes ont trouvé un «joint» de 5 kilo… Ainsi, ce joint rempli de marijuana était bien couché sur cette plage de Floride. Celui ci semblait avoir été dans la flotte pendant près de deux semaines… Les agents de la douane et de la protection des frontières qui l’ont récupérée, essayaient encore de déterminer l’endroit de son naufrage… Un paquet mystérieux, de marijuana, qui ressemblait fortement à un joint géant… Le dur travail des douaniers… Mais ce n’était pas seulement de la « mauvaise » herbe qui a été trouvé, comme les agents l’ont dit : il y avait aussi du sang sur le paquet… Certes, à savoir qu’il s’agit d’une astuce qui est souvent utilisée contre la brigade cynophile, et ses chiens renifleurs. Et non, ce n’est pas un contrebandier qui a rencontré une fin malheureuse ! Un joint ensanglanté… Au mois de mars on a constaté une recrudescence de paquets intéressants sur le rivage des Etats-Unis… En outre, le phénomène a commencé par la découverte d’une livraison suspecte sur une plage californienne. Et, juste au sud de Del Mar, Carla Hayes et ses chiens ont découvert des colis bien ficelés. Qui, après une inspection plus approfondie, se sont révélés être des briques de marijuana. Les colis Del Mare… Au lieu de se débarrasser des paquets (…), les sauveteurs ont contacté le département du shérif, qui a a ensuite confisqué les paquets… Source: blog-cannabis.com
  23. Et étrangement, ça a l'air de sentir plutôt bon. Généralement, quand on dit cannabis et parfum, on pense plutôt à la manière qu'ont les gens d'essayer de dissiper l'odeur de weed en s'aspergeant de parfum. Mais, cette parfumerie de Los Angeles, Xyrena, souhaite changer les choses, dans le cadre de ce qu'ils appellent leur rébellion olfactive. Avec leur dernière création "Reefer Madness", Xyrena a mélangé différentes variétés de weed pour obtenir un parfum unisexe. C'est plus que cool, c'est fashion de sentir la weed maintenant. (© Xyrena) La nouvelle collection de Xyrena vous propose de sentir l'odeur d'une weed très fraîche. La marque a donc transformé en parfum deux des variétés les plus fumées : la "OG Kush" et la "Blue Dream". Le dernier parfum rend hommage au roi du cannabis comestible : le "Space Cake". Découvrez ci-dessous les packaging qui rendent hommage à l'âge d'or d'Hollywood, accompagnés de la description de chaque parfum, par Xyrena. (© Xyrena) "OG Kush s'ouvre sur les arômes classiques de cette variété : citron amer et pin, avant de se transformer en fragrance plus terrestre de cèdre, avec un soupçon de caoutchouc brulé, très commun dans cette variété." (© Xyrena) "Blue Dreams s'ouvre sur un arôme de myrtille classique avec un soupçon de skunk avant de devenir un parfum plus poivré tout en restant dans la douceur, donnant un équilibre floral équivalant à la variété de weed qui l'inspire." (© Xyrena) "Space Cake transportera vos sens dans un coffee shop d'Amsterdam. Avec ses notes de beurre salé, de cannabis broyé, de terre ainsi qu'un léger parfum de weed et une huile essentielle de cèdre pour une reproduction au plus proche de l'expérience." Si certains voient en Xyrena la quintessence de la défonce, de l'abus (ou du mauvais goût), détrompez-vous, l'entreprise a reçu de nombreuses louanges pour son éthique. En 2015, Xyrena est devenue la première (et la seule) parfumerie à être certifiée "sans cruauté animale" et "vegan" par les associations PETA, Leaping Bunny et Vegan Action. Si vous avez envie de sentir la weed toute la journée, et que vous aimez savoir que votre argent va à des entreprises avec un certain sens de l'honneur, vous pouvez acheter les parfums de la collection Reefer Madness pour 69 euros à cette adresse Petit bonus, regardez le clip fait par Xyrena pour "Blue Dream". par Evan Glazman Traduit par Dario Source: konbini.com Ce message a été promu en article
  24. Pour promouvoir le film "Gangsterdam", l'humoriste n'a pas hésité à faire avaler à l'équipe de "C à vous" des gâteaux "aux petites épices qui font rire". Fou-rire sur le plateau de "C à vous" jeudi soir. © Capture d'écran. Jeudi soir, Kev Adams était l'invité de "C à vous" en compagnie de Manon Azem et Côme Levin pour faire la promotion de "Gangsterdam", le film de Romain Levy. A cette occasion, les trois acteurs sont arrivés avec un cadeau assez spécial pour l'équipe de l'émission de France 5. "Je ne vous ai jamais vu vous marrer comme ça dans l'émission", ironisait Kev Adams suite à un fou-rire général sur le plateau. En début d'émission, Anne-Sophie Lapix, Anne-Elisabeth Lemoine et Maxime Switek se servent des gâteaux préparés soi-disant par la grand-mère de Côme et relèvent un "goût fumé". "C'est dû à un ingrédient mystère", répond Adams qui se sert lui aussi. "Ce n'est pas un space cake, quand même!" s'exclame Anne-Sophie Lapix. Quelques minutes plus tard, la mine détendue des chroniqueurs ainsi que leur hilarité confirment les soupçons de la présentatrice. "Il est vrai que la grand-mère de Côme rajoute des épices dans ces gâteaux. Ce sont des petites épices qui font rire. Comme on est venu vous présenter Gangsterdam, on s'est dit que vous déglinguer tous la gueule, c'est marrant!" avouera Kev Adams. https://www.youtube.com/watch?v=Hqkaartltz0 Source: 7sur7.be
  25. C’est bien connu dans "Touche pas à mon poste", les chroniqueurs n’ont ni secret ni vie privé. Ce vendredi 24 mars, c’est Thierry Moreau qui a créé la polémique sur le plateau. Le chroniqueur a reconnu fumé un joint de temps en temps. Ce qui n’est pas du tout au goût de Baba. Non Stop Zapping vous dévoile les images. Après huit années de "Touche pas à mon Poste", on continue à en apprendre tous les jours sur les chroniqueurs. Si ce n’est pas Matthieu Delormeau qui se oconfie sur son enfance compliquée au collège ou encore Benjamin Castaldi qui avoue avoir uriné dans un bouteille d’alcool destiné au compagnon de son ex, c’est Thierry Moreau qui fait une révélation surprenante. Alors que les chroniqueurs débattaient sur la séquence de Bernard de la Villardière qui fume un joint dans le nouvel épisode de "Dossier Tabou" qui sera diffusé ce lundi 27 mars sur M6 consacré au cannabis, le rédacteur en chef de "Télé 7 jours", a choqué l’ensemble des chroniqueurs en avouant fumer un joint de temps en temps. Cyril Hanouna choqué, il désapprouve son chroniqueur "Ça m’arrive de temps en temps. Je pense qu’il ne faut pas conduire et ne rien faire quand on fume un joint parce qu’on est très dangereux quand on conduit", explique-t-il. "Quoi ?! Vous fumez un oinj, vous Thierry Moreau ?" Ce qu’on peut dire, c’est que Cyril Hanouna ne s’attendait pas à celle-là. "Ne faites pas ce que fait Thierry Moreau. Moi, je ne suis pas pour du tout", conseille le présentateur aux téléspectateurs, très sérieux à ce sujet. Tout comme Valérie Bénaïm qui a été très virulente à l'égard de son camarade "Ne dédramatise pas la chose Thierry je suis désolé !" Par Emilie Roze Source: non-stop-zapping.com Ce message a été promu en article