DJ Short : Sa vie, son oeuvre

Sign in to follow this  
By dawi ,
DJ Short : Sa vie, son oeuvre

La vie et l’œuvre de DjShort.


Plan du Guide :


1. Introduction
2. DJ Short par lui-même : Autobiographie. Son parcours, ses variétés.
3. Le premier article de DJ Short dans High Times Magazine
4. La variété culte de DJ Short : la Blueberry


Appendice A : Mieux connaitre le personnage à travers son travail : Articles par DJ Short


A.1. Système de catalogue/classement – 2004
A.2. L’art de la sélection et du breeding – 2003
A.3. Cultiver bio – 1999
A.4. Une rétrospective des meilleures variétés des années 70 et 80 – 2005
A.5. Comment gérer les sativas et obtenir les buds ultimes – 2002
A.6. Article IC mag sur les mutants
A.7. Connaissez votre défonce – 1999
A.8. Récoltez votre herbe
A.9. Laissez les respirer !
A.10. Germination et transplantation–- 2000
A.11. Tout est dans le timing – 2000
A.12. Le CO2 pour vous – 2000
A.13. Enracinez-les! – 2001
A.14. Nourrissez votre source cérébrale – 2000
A.15. Régénérez votre jardin –1999
A.16. Curez votre médicament – 1997


Appendice B : Plan du livre de DJ Short « Cultivating Exceptional Cannabis: An Expert Breeder Shares His Secrets »


Sources

 


1. Introduction

 

Malgré sa renommée mondiale, DJ Short reste quelqu’un de secret. Très discret sur le plan médiatique, on ne le connait vraiment que pour ses strains ou pour ses articles sur le cannabis.

Pas mal de légendes urbaines circulent à son sujet. Ce qui est sûr, c’est qu’il est très dur de le joindre, nous avons essayé de le contacter via Chimera qui bossa avec lui à Seeds of Legend, mais impossible. Il ne veut traiter aucune demande en direct et passe uniquement par un distributeur canadien, ce qui expliquerait en partie le prix élevé de ses graines.

A travers ce guide, nous laisserons donc la parole à DJ Short lui-même, à travers ses récits et ses articles, afin d’approcher et d’essayer de comprendre le créateur de la mythique Blueberry.

Pour plus de commodité, il vous suffit de naviguer entre les pages du guide.

Bonne lecture, ci dessous quelques photos (rares) du bonhomme.

 

gallery_681336_2615_69807.jpg

 

gallery_681336_2615_71176.jpg

 

gallery_681336_2615_1197.jpg

 

gallery_681336_2615_84614.jpg

 

gallery_681336_2615_31032.jpg


2. DJ Short par lui-même : autobiographie. Son parcours, ses variétés.

 

Ci-dessous la version originale en anglais:

 

Originally, in the late 1970's, I was growing up to 100 plants at a time using over 1000 watts of light, and also outdoors in a backyard garden space. These were all land race sativa that fortunately cloned well. The ratio of highly desirable individuals from these plants was about 1:100. One of the most annoying traits of these varieties was hermaphroditism. Approximately 60% of all of these plants from seed were unmanageable hermis, and about 25% more were what I referred to as manageable hermaphrodites, meaning that with close observation and intense scrutiny the male pods could be seen and eliminated as they appeared. About 15% of these sativa plants were female enough to produce marketable sinsimilla bud, with a constant vigilance toward the occasional stray pollen sack. In other words the hermaphroditism expressed in these equatorial sativa was extreme and nearly total.

 


A quick word about the virtues of hermaphrodites: Ask any old-time herbalist, one who has been experiencing fine herb since at least the early 1970's, what their favorite all-time herbal variety was, and the answer will be something to the effect of; “Santa Marta or Acapulco Gold” or “Highland or Chocolate Thai” or “Punta Roya (red-tipped gold Highland Oaxacan)” or “Guerran Green” or “Panama Red” etc. et. al., all of which were equatorial, or sub-tropical, origin sativa and hermaphroditic. Even the great hashish of the era such as Lebanese Red and Blonde, all Moroccan and Nepalese were produced from seeded stock.

This is not so much in praise of the hermaphrodite as it is a suggestion in regard to the cannabinoid profile of seeded verses non-seeded herb. It has been my experience that the cannabinoid profile of seeded herb produces a wider range of effect than from non-seeded, or sinsimilla, herb. The equatorial environment also probably contributed to a wider range of cannabinoids. One of the aspects of the equatorial environment is its consistent day/night temperature range, there is little difference between day and night temps on the equator supposedly inspiring a wider cannabinoid profile. Couple this with the seeded cannabinoid profile and it becomes easy to understand the popularity of the equatorial produced sativa, despite its hermaphroditic problems. I am curios as to what future research in this capacity may provide.

Once the indica was introduced into the mix the hermaphrodite “problem” became controllable. It only takes a few zero-tolerance generations indoors to fully eliminate hermaphroditic tendencies. As a matter of fact, this, coupled with shortening the flowering cycle, became the first main concerns of the indoor or commercial horticulturist. This unbalanced focus may be the strongest contributing factor to the “blandness” of much of the herb to follow. The author “R” did a cover piece for High Times magazine in the mid-1980's calling for a “Ban the Bud” campaign, against the indica onslought, due to how bad and bland the quality of some herb was becoming then. I remember the times clearly.

During this period I was beginning to venture out into larger satellite grows (indoor and out) that kicked my selection numbers up to around 1000 plants at a time for awhile. It was from these trials that I was able to do the bulk of my f2 experimentation and selections. I worked with these numbers for enough trials to manipulate and witness the phenomenon of quality production to a high degree of certainty. Once I was certain how to produce the f3's, the f4's and beyond became much easier to produce.

During the late 1980's, and due to the harsh political realities of the times, the high numbers game became too dangerous. The war on some drugs and spooky ops such as Operation Green Merchant forced my experimentation deep underground. Fortunately, the lessons learned prior proved fruitful and progress was possible despite the political weather. I had already learned to produce f3 and f4 Blueberry (et. al.). However, doing so with diminished numbers actually helped boost my learning curve. Between 1987 to 1990 I was able to do so using less than 100 plants from seed at a time. And by 1991 I was able to do adequate selection work from past produced stock using less than 50 plants (seeds) at a time.

Europe

Holland

By the early 1990's I was extremely interested in the burgeoning seed market developing in Holland. I had known about the seed banks since 1983 and was always only interested in obtaining more pure, land-race varieties. Unfortunately, there were only hybrid crosses ever available at the time and I had more than enough of my own to work with. By 1993 I finally made the pilgrimage to Amsterdam where I made new connections. In 1994 I connected with the first company that I worked with in Europe. By 1995 I was supplying this company with seed-stock both for sale and for breed work. I had contracted with this company to produce Blueberry, Flo and Blue Velvet.

The first company I worked with in Europe sprouted only 25 seeds of each of these varieties to make selections from. Other than supplying seed-stock, I was only minimally involved in the selection process. I did get to see the mother and father plants alive, however, the selection process had already been done prior by others. Unfortunately, my relationship with this company was short-lived as all the owner really wanted was my seed-stock. Once he had it I became a very low priority in his scheme. In all honesty I was never paid one red cent for any of the Blueberry (or “Flow” or Blue Velvet) that company number one in Europe produced (plus having over 3,000 seeds that I produced completely ripped off).

Needless to say this lack of concern prompted me to seek other possibilities that culminated in my relationship with the second company I worked with in Europe. At this company about 50 seeds of each variety were sprouted, but I was once again mainly left out of the selection process except for sampling a number of finished products and making selections based on those (which is enough, actually). I never got to see any of the live plants from this selection process at company number two in Europe. I also contributed seed-stock for three more varieties there; Blue Moonshine, Blue Heaven and Purple Passion. The owner of this company was satisfied with paying me the minimum amount I would consider adequate. Fortunately, part of the deal was my ability to remain independent and work with whomever else I pleased.

Switzerland

The third company I worked with in Europe was in Switzerland. The owner of this company was able to dramatically push the envelope there and some interesting results blossomed. I visited Switzerland three times between 1999 and 2001 and was truly amazed at what I witnessed on each visit. Out of all of the companies that I worked with in Europe, I felt the most involved and productive in Switzerland. I was involved with selections of finished products and with live mother and father plants as well. I even got to help plant, transplant and harvest a few of the gems produced there.

The varieties produced by the third company that I worked with in Europe included Moonshine Rocket Fuel, Rosebud and Blue Satellite. I must admit that the bubble hash from the Blue Satellite is among the finest and most desirable product I have sampled (outside of my own) since the 1980's! Unfortunately, the owner of this company was unable to successfully work with the local authorities and was forced to leave Switzerland. Some truly intrepid tales were spun during the brief stay there and I will remember many of them with delight.

Canada, The True North Strong and Free

With glimmers of hope on the horizon, Canada is fast becoming the Cannabis Breeding capital of the world. With the much-appreciated activism of entrepreneurs such as Marc Emery (et. al.), a new haven for a seriously dedicated cannabis community is developing. One such entrepreneurial dedicate is Red of Legends Seeds. I met Red in Switzerland where he was very busy and involved working for the happening community there. Red is a high-flying, free spirit with a savvy sense of taste.

Red was able to orchestrate the necessary requirements to produce a very large selection process. This grow consisted of about 400 plants (over 200 Blueberry phenos and over 100 Flo). Out of these there ended up being over 160 Blueberry and over 70 Flo females and about 60 males that made the initial cut. Copies of each of these were cloned and meticulously maintained by the crew. This actually turned out to be a slight overkill, but a testimony to the absolute dedication of the crew.

The Crew

Mighty-G is a green-thumbed master gardener whose success with cannabis is phenomenal. Mr. G was able to provide and maintain a near-perfect growing environment for a lengthy period of time as the plants were kept in an extended vegetive state to insure 100% clone success. The plants were absolutely beautiful. Kermit was in charge of clone reproduction and maintenance. Kermit has been a respected part of the local cannabis community for many years. Chimera appeared online a few years ago and has proven himself to be an intelligent and dedicated soul, along with being a focused horticulturist with excellent credentials in the field of genetics. I first learned of Chimera online where he posted to a few message boards that I occasionally lurk and I appreciated the information he shared. The Cannabis Cowboy also added his expertise, especially considering the collection, purification and pressing of the dry-sieved resin.

I just want to give a big “shout out” and a huge thank you to all of the crew for their very successful efforts on this project. You cats rock! Thank you.

The Process

The main room was divided in two with the Blueberry on the left and the Flo on the right. The plants were relatively huge considering how long they’d been in veg. Lush growth dominated as three distinct Blueberry phenotypes and two distinct Flo presented their development, along with a small number of unique anomalies. Of course, all individuals were numbered and labeled and notes were made over the course of several inspections during the flowering cycle.

During this period all of the males were isolated in a separate room and watched closely to enable the best selection from them. From this particular gene-pool, I find it relatively easy to select the best males as they tend to express their traits regardless of environment or light cycle. There were so many to choose from during this process that the difficulty became who to cull out. Most of the males were at least to some degree resinous with glandular stalked trichome, some more than others. This usually makes it easy to test certain profiles such as overall flavors.

Only after the most desirable males are selected (i.e. all the others rejected) are issues of structure and growth pattern considered. Sweet, fruity and floral expressions are most desirable, but attention is paid to other possibilities as well. Top quality candidates of indica, sativa and mutant anomaly are picked by process of elimination. Then those with the best structure; hollow stems, good color and flower density, become the final candidates.

The females also pose the same problem in regard to who is eliminated. Notes are made as to any outstanding qualifications that present themselves during the bud cycle. But it is not until the sixth week in flower, and sometimes not until the eighth week (or longer if the variety is strongly sativa), that the real differences in individuals becomes apparent and the truly amazing qualities shine. And even then, it only amounts to field-notes until well after harvest and the cut-and-dried product is totally cured. It is then that the final selection process begins.

During our selection-crop numerous individuals could have passed the requirements to be a great mother plant. By and large, the overall ratio of desirable plants that qualified for final selection from this crop was approximately 1:10 (employing DJ’s Law). As it turns out the elite ratio of final candidates turned out to be approximately 1:30–the best of the best as it were. By the eighth week in bud approximately two dozen individuals stood out as primary candidates. After these samples were individually labeled and jar cured for about two months, a total of eleven were of supreme quality. Believe it or not, the final elimination process among these eleven was perhaps the most difficult to complete. Part of the sprocess involved selecting one of each of the three Blueberry phenotypes, one of the Flo, one Blue Moonshine and deciding on the possibility of something new.

The Varieties

After the fourth week in bud, generally speaking, certain characteristics become apparent. On the Blueberry side of the room three distinct phenotypes presented themselves, while on the flo side two less distinct phenos appeared. The three Blueberry phenotypes could be referred to as indica, sativa and variegated or mutated. The indica were shorter, denser and had larger calyx and bract leafs making the buds look plump. The sativa were taller, more slender leafed with more elongated buds of dense, smaller calyx. The indica tended to be of a stronger, more musky odor where the sativa were more delicate and floral. The variegated or mutated individuals varied more in their aromatic palate with some seeming more potent than others. On the flo side the difference was less pronounced between phenotypes but two distinct types developed. The primary difference was in bud structure and formation with one type growing with its bract leaves pointing more up and the other with its bract leaves pointing down. Both were more sativa looking with dense buds of small calyx. There was also a difference in potency of aroma between these individuals.

The seed stock “True Blueberry” currently under scrutiny derived from f2’s that were very “BK” or Berry Kush-like. These f2 “BK”’s were crossed with very “TF”, or “True Floral”, sometimes referred to as “Temple Flo”, mates in the f3 and/or f4 generation to brighten the head considerably. Once the right mix was discovered these f4’s (and beyond) crosses were inline bred (filial crossed) to stabilize the proper traits. The “flo” pheno’s are closer to the “TF” (“True Floral”, “Temple Flo”), headier side of the mix, most reminiscent of the Highland Oaxaca Gold.

“Grape Krush” (or “Blue Krush”)–a productive, deep-colored hybrid of very high quality. This plants exhibits partial to full leaf-deformities of the “krinkle” type, but with good structure and heavy bud production of large calyxes. The buds express a strong sharp/fruity odor with a distinct sweet/grape flavor brought out in the cure. A strong, long-lasting head/body mix is evident in the finished product with an exciting, but not “racy”, head and a mild narcotic body. Very euphoric and desirable effects that most seasoned connoisseurs prefer. 50-60 day flowering time.

“Flodica” – a mostly indica phenotype from the flo line. A rare, near-total recessive indica found by chance in the “TF” line (“TF”= “Temple Flo” or “True Floral”). Generally, the flo line sports very sativa like structures of taller plants with slender leaves and spear-shaped buds. The “Flodica”, however, is a near-pure indica phenotype of short, stout, yet productive, structure with very large, dense, dark indica buds. Very resinous with heavy gland production of an earthen palate to the buds that produce a very strong, narcotic-type experience. 50-55 day flowering time. Unfortunately, the “Flodica” (and the “True Blue Moonshine”) were nearly sterile--i.e. no (or very few) seeds developed, and were therefore culled.

“True Blueberry”–the ultimate hybrid of Blueberry expression. Selected for its superior quality from a large pool, this hybrid contains the best from both worlds (indica and sativa). Medium height with long, fruity and productive buds of medium sized calyxes. Beautiful lavender hues become apparent soon into the flowering cycle. The finished product is of the highest quality with sweet, elongated Blueberry buds destined to please the most finicky palate. High resin production as expected from the “Blue” family. 50-60 days flowering time.

“True Blue Moonshine”–a true “hash-plant”. Selected for its outstanding production of large, clear gland heads, this mostly-indica hybrid really packs a musky/fruity punch. Medium height producing parge, dense buds glistening with trichomes. More musky than fruity with a burgundy/earthen flavor at cure. Top-notch Moonshine. 50-60 days flowering time.

“F-13"–a Holy Grail plant of four-star excellence. Previously unreleased, a very desirable product and potential breeder. A more-sativa hybrid of medium height with long, spear-shaped, dense and resinous buds and an earlier finish time than most sativa. The superfluous quality of the finished product is remarkable: a clear, clean, crisp head of the kindest order with a sweet/floral flavor. This girl really rings the bell every time! Not for the couch-lock crowd, this heady sativa is for those who truly enjoy its stimulating yet comfortable appeal. A real day (or night) brightener. My personal favorite from this batch. 50-65 days flowering time.

 

« A la fin des seventies, je cultivais plus de 100 plantes à la fois avec des lampes de 1000W en indoor et aussi en outdoor dans un jardin de fond de cour, uniquement des landraces sativas qui se clonaient très bien. Le ratio d'individus hautement désirables de ces plantes était de 1:100.

Un des traits les plus ennuyants de ces variétés était l'hermaphrodisme. Approximativement 60% de toutes ces plantes à partir de graines étaient des hermas ingérables et 25% étaient ce que j'appelle des hermaphrodites gérables, ce qui veut dire que les clochettes mâles pouvaient être éliminées dès leur apparition par une observation et une attention intense.

15% de ces plantes sativas étaient donc assez femelles pour produire des fleurs "sensimillia" commerciales. Mais elles nécessitaient tout de même une vigilance constante vis-à-vis de l’apparition de sacs de pollen occasionnels. En d'autres termes, l'hermaphrodisme exprimé dans ces sativas équatoriales était extrême et presque total.

Un mot rapide cependant à propos des qualités des hermaphrodites. Demandez à n'importe quel "vieux de la vieille" qui a expérimenté les herbes de qualité depuis au moins le début des seventies, quelles étaient les variétés qui les ont marqués, la réponse sera quelque chose comme : “Santa Marta ou Acapulco Gold”, “Highland ou Chocolate Thai”, “Punta Roja (Highland Oaxacan avec des reflets rouges/gold)”, “Guerran Green”, “Panama Red”, etc. 

 

Toutes ces variétés sont équatoriales ou subtropicales, des sativas originelles et hermaphrodites. Même le très bon haschich comme le libanais rouge et blond, les marocains et népalais, tous étaient fait à partir de matériel grainé .

Ce n'est pas un éloge aux hermaphrodites que je veux faire ici mais une remarque en ce qui concerne le profil des cannabinoïdes de l'herbe grainée. Selon mon expérience, elle produit un panel plus large d'effets que la sensimillia. Un des aspects de l'environnement équatorial est une certaine stabilité entre la température jour/nuit. Cette petite différence entre la température du jour et de la nuit est supposée provoquer un profil de cannabinoïdes plus large. Il devient facile de comprendre la popularité des sativas équatoriales à la vue du profil des cannabinoïdes de l'herbe grainée, malgré les problèmes d'hermaphrodisme. Je suis curieux de ce que pourrait amener la recherche scientifique sur ce point.

 

Une fois que les indicas ont été introduites dans le cross, le problème d'hermaphrodisme est devenu contrôlable. Il suffit de quelques générations "zéro-tolérance" en Indoor pour éliminer les tendances hermaphrodites. L’absence d'hermaphrodisme couplée avec la réduction du temps de floraison sont devenus des avantages primordiaux pour le cultivateur commercial qui veut exactement ça : Produire vite sans herma.

 

Cet engouement inégal pour les cross indicas a surement contribué à la fadeur des herbes qui sont venues ensuite. Motivé par le déclin, la mauvaise qualité et la fadeur de certaines herbes, l'auteur Robert Connel Clarke a même fait la couverture du magazine High Times dans le milieu des années 80 appelant à une interdiction des indicas face à l’envol de celles-ci. Je me souviens parfaitement de ce temps.

Au cours de cette période, j’ai commencé à réaliser des cultures de plus grande ampleur, en intérieur comme en extérieur. Mon nombre de plantes à sélectionner s’élevait à plus de 1000. A partir de ces essais, j'ai pu faire l'essentiel de l'expérimentation de mes F2 et mes sélections.

 


 
8979bbsat3.jpg


J'ai travaillé avec ce nombre de plantes pour faire de nombreux essais afin d'obtenir une bonne production avec un degré assez haut de probabilité. Quand je fus certain de savoir produire mes F3, les F4 et les générations au-delà sont devenues beaucoup plus faciles à produire.

A la fin des années 1980, en raison des dures réalités politiques de l'époque, cultiver autant de plantes commençait à devenir vraiment dangereux. La guerre contre la drogue et certaines opérations effrayantes comme "Operation Green Merchant" m'ont forcé à mener mes expérimentations dans le plus grand secret.

 

Heureusement, les leçons apprises précédemment portèrent leurs fruits et il fut possible de faire de belles avancées malgré le climat politique peu encourageant. Je savais déjà produire des F3 et F4 de Blueberry. Toutefois, travailler avec peu d'individus a été très formateur et je progressais rapidement. Entre 1987 et 1990 je réalisais le même travail qu’auparavant avec moins de 100 plantes issues de graines. Et en 1991 j'étais capable de faire des sélections efficaces à partir de mes stocks en utilisant moins de 50 plantes (issues de graines).

 

Europe

 

Hollande 

 

Dans le début des années 1990, j'ai été extrêmement intéressé par le marché de la graine qui se développait en Hollande. Je connaissais les banques de graines depuis 1983 et j'avais toujours été intéressé pour obtenir plus de variétés pures, des landraces. Malheureusement, il n'y avait que des hybrides disponibles à cette époque et j'avais bien assez à faire de mon coté sur le sujet. En 1993 j'ai finalement fait le pèlerinage à Amsterdam où j'ai fait des nouvelles rencontres. En 1994 je me suis mis en contact avec la première compagnie européenne ou j'allais travailler. En 1995 je fournissais cette compagnie avec mon stock de graines pour qu'elle les vende et qu'elle les travaille. J'avais un contrat pour produire la Blueberry, la Flo et la Blue Velvet.

 
8979dutch_Flo.jpg


http://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=82784&page=3Greenborn icmag


Cette compagnie (Sagamartha) a uniquement fait germer 25 graines de ces trois variétés pour faire leurs sélections. A part pour fournir mon stock de graines, j'étais à peine impliqué dans le processus de sélection. J'ai vu les plantes mères et pères, mais la sélection avait déjà été faite par d'autres. Malheureusement ma relation avec cette banque de graines n'a pas fait long feu, le propriétaire voulait uniquement mon stock de graines. Une fois qu'il l'a eu, je ne faisais plus partie de ses plans. En toute honnêteté, je n'ai jamais été payé un seul centime pour une Blueberry (ou "Flo" ou "Blue Velvet") que cette entreprise Numéro Un en Europe a produite (sans compter les 3000 graines que j'avais produites et qu'ils m'ont volées).

 

Pas besoin de dire que ce manque d'intérêt m'a rapidement poussé à chercher d’autres opportunités. J’ai abouti chez la seconde compagnie où j'ai travaillé en Europe (Dutch Passion). 50 graines de chaque variété ont été germés. Mais une fois de plus, j'étais laissé à l’écart du processus de sélection, excepté pour tester les échantillons de produits finis et faire les sélections à partir de ceux-là (ce qui est en fait suffisant). Je n'ai jamais pu voir une seule plante vivante lors de ces sélections.
J'ai également contribué à 3 variétés : Blue Moonshine, Blue Heaven and Purple Passion. Le propriétaire de cette compagnie était satisfait en me payant le minimum que je considérais acceptable. Le bon point du marché qui nous liait était mon indépendance : je pouvais travailler avec qui je voulais.

 

Suisse

 

La troisième compagnie (Spice Of Life) où j'ai travaillé en Europe était en Suisse. Le propriétaire était prêt à faire des efforts très importants et les résultats ont suivi. J'ai visité trois fois la Suisse entre 1999 et 2001 et j'ai été vraiment impressionné par ce que j'ai pu voir à chaque visite. De toutes les compagnies où j'ai travaillé en Europe, c'est en Suisse que je me suis senti le plus impliqué et le plus productif. J’étais impliqué aussi bien dans la sélection des produits finis que dans le travail sur le parc de Plantes mères et Pères. J’ai même aidé à planter, transplanter et récolter certains joyaux produits là-bas.

Les variétés produites par cette troisième compagnie incluaient : Moonshine Rocket Fuel, Rosedbud et Blue Sattellite. Je dois admettre que le bubble hash de la Blue Sattelite est parmi les plus fins et les plus séduisants que j'ai testés (en dehors de mon propre hash) depuis les eighties !!! Malheureusement, le propriétaire de cette compagnie n’a pas pu s'entendre avec les autorités locales et a été forcé de quitter la Suisse. Il y a eu des histoires vraiment trépidantes pendant ce bref séjour en Suisse et je me les remémore avec délice.

 

Canada : Le Vrai Nord, fort et authentique

 

Telle une lueur d'espoir à l'horizon, le Canada est rapidement devenu la capitale mondiale du breeding. Avec le militantisme bienvenu d’entrepreneurs comme Marc Emery, se développe un nouveau havre de paix pour une communauté fortement liée au monde du cannabis. Un de ces entrepreneurs est Red de Legends Seeds. J'ai rencontré Red en Suisse, où il était très occupé et impliqué dans la communauté. Red est quelqu'un d'un certain niveau, un esprit libre, avec un sens avisé du goût.

Red était capable d'orchestrer de très larges sélections avec tout le matériel nécessaire. Cette culture comptait 400 plantes (plus de 200 Blueberry et plus de 100 Flo).

 
8979bbsat1.jpg


Au final, plus de 160 Blueberry femelles, 70 Flo femelles et environ 60 mâles furent conservés. Pour chaque plante, des boutures furent prises et entretenues méticuleusement par l'équipe. C’était au final très exagéré, mais c’était une vraie preuve de l’engagement absolu de l’équipe.

L'équipe Legend Seeds
Mighty-G est un maitre cultivateur avec les 2 mains vertes, son succès avec le cannabis est phénoménal. Mr.G était capable de fournir et de maintenir un environnement de culture proche de la perfection sur une longue période : les plantes étaient gardées dans un état végétatif pour assurer 100% de réussite au clonage. Les plantes étaient absolument magnifiques.
Kermit était en charge de la reproduction des clones et de leur maintenance. Il était très respecté dans la communauté cannabique locale depuis de nombreuses années.


Chimera était apparu sur internet quelques années plus tôt, faisant preuve d’intelligence et d’engagement, en plus d’être un horticulteur consciencieux avec d'excellentes connaissances dans le domaine génétique. J'ai d’abord connu Chimera sur le net où il postait quelques messages sur des topics que je visitais occasionnellement et j'appréciais les informations qu'il partageait.
Cannabis Cowboy a aussi apporté son expertise, notamment pour la collecte, la purification et le pressage de la résine.
Je voudrais remercier toute cette équipe et leur tirer mon chapeau pour leurs efforts et leurs succès lors de ce projet. Vous déchirez les gars ! Merci.

 

Le Processus de sélection de Legend Seeds :

 

La salle principale était divisée en 2 : les Blueberry sur la gauche et les Flo sur la droite. Les plantes étaient relativement importantes au vu de leur temps de croissance. Une croissance luxuriante montrait clairement 3 phénotypes dominants de Blueberry et 2 de Flo. Un petit nombre d'individus présentaient des anomalies uniques. Évidemment, tous les individus furent numérotés et étiquetés. Des notes ont été prises lors des nombreuses inspections durant le cycle de floraison.

 

Pendant cette période, tous les mâles étaient isolés dans une pièce séparée et observés très soigneusement pour faire la meilleure sélection possible. De ce pool génétique, j'ai trouvé relativement facile de sélectionner les meilleures mâles puisqu'ils tendent à exprimer leurs traits indépendamment de leurs environnements ou du cycle de lumière. Il y avait tellement de plantes durant le processus de sélection que la difficulté n'était pas de choisir une plante mais de savoir laquelle éliminer. La plupart des mâles étaient – à des degrés différents – résineux, avec des trichomes glandulaires. Ce qui a permis de tester certaines caractéristiques comme l'odeur plus facilement.

 

C’est seulement après avoir sélectionné les mâles les plus désirables (et donc rejeté les autres) que leurs structures et leurs profils de croissance sont pris en compte. Les expressions douce, sucrées, fruitées et florales sont les plus désirables, mais on prêtait également attention aux autres possibilités. Les meilleurs candidats indica, sativa et mutants sont sélectionnés par élimination. Ensuite ceux présentant la meilleure structure, des troncs creux, une bonne couleur et densité florale sont devenus les candidats finaux.

Les femelles posent le même problème : Lesquelles éliminer ? On a pris des notes si des qualités exceptionnelles se manifestaient pendant la floraison, mais ce n'est pas avant la sixième semaine de floraison et parfois pas avant la huitième (ou plus longtemps encore si la variété est fortement sativa) que de réelles différences entre les individus deviennent apparentes et que les véritables qualités exceptionnelles s’imposent. Et même alors, tout cela ne reste que des notes jusqu'à ce que la récolte, le séchage et le curing soient complets. C’est alors que la sélection finale commence.

 

Pendant notre sélection, de nombreux individus auraient pu devenir d’excellentes plantes mère. Globalement, le ratio total de plantes désirables pendant cette sélection fut approximativement de 1:10 (suivant la loi de DJ). Au final, le ratio des candidats élites fut d'environ 1:30 – le meilleur du meilleur en quelque sorte. À la huitième semaine de floraison, environ deux douzaines d'individus se distinguent en tant que candidats de première importance. Après que ces échantillons furent étiquetés individuellement et curés en pots pendant environ deux mois, un total de onze individus étaient d'une qualité suprême. Croyez-le ou non, le processus d'élimination final parmi ces onze plantes fut probablement le plus difficile. Une partie du processus consistait à sélectionner une plante pour chacun des 3 phénotypes de Blueberry, une Flo, une Blue Moonshine et ensuite à décider de la possibilité de créer quelque chose de nouveau.

 

 

Les Variétés

 

Après la quatrième semaine de floraison, généralement certaines caractéristiques deviennent apparentes.

Du coté "Blueberry" de la pièce, 3 phénotypes se distinguaient clairement, tandis que du coté "Flo", 2 phénotypes apparaissaient, mais moins nettement.


Les 3 phénotypes Blueberry pourraient être définis comme : indicas, sativas et mutants/bigarrés. Les indicas étaient courtes, denses avec de larges calices et bractées qui rendaient les buds bien denses. Les Sativas étaient plus hautes, aux feuilles minces, avec des buds plus allongées et des calices plus petits. Les indicas avaient tendance à avoir une forte odeur musquée tandis que les sativas étaient plus délicates et florales.


Les individus mutants ou bigarrés avaient des aromatiques plus variés, certains plus puissant que d'autres.

 

Du coté "Flo" les différences étaient moins prononcées entre les phénotypes mais 2 profils se distinguaient tout de même. La première différence était au niveau de la structure et de la formation des buds : Les feuilles des bractées pointaient vers le haut pour les unes et vers le bas pour les autres. Les 2 étaient principalement sativa avec des buds denses remplis de petits calices. Il y avait aussi une différence de puissance des arômes entres ces individus.

 

Le stock de graines de "True Blueberry" examiné dérivait de F2 qui étaient typées "BK" (Berry-Kush). Ces F2 "BK" ont été croisées avec des F2 "TF" (True Floral), souvent désignées comme "Temple Flo", individus des générations F3 et/ou F4 pour éclaircir les idées. Une fois le bon mélange découvert, ces F4 (et au delà) ont été inbreedés (génération filiale) pour stabiliser les traits choisis. Les phénotypes "Flo" sont plus proches du "TF" (True Floral, Temple Flo), plus dominants, rappelant l'Highland Oaxaca Gold.

 

"Grape Krush" (ou "Blue Krush") : Un hybride de très grande qualité, productif et très coloré. Cette plante présente des difformités partielles ou totales des feuilles de type « krinkle » (terme typique au type blue et intraduisible) mais avec une bonne structure et une grosse production de buds avec de large calices. Les buds ont une odeur forte/fruitée avec une saveur douce/raisin particulière après un bon curing. Un effet fort et durable, à la fois cérébral et corporel, est évident dans le produit fini avec un effet semi narcotique excitant mais pas tonicardiaque. Des effets très euphoriques et désirables que la plupart des connaisseurs apprécieront. Floraison de 50-60 jours.

 

"Flodica" : un phénotype principalement indica parmi les "Flo". Un individu rare, un indica presque totalement récessif trouvé par chance dans la lignée "TF" (Temple Flo ou True Floral). Généralement, la lignée "Flo" est très sativa avec des structures très grandes, des feuilles fines et des buds en forme de lances. La "Flodica" cependant est presque une pure indica très courte, forte, mais productive, une structure avec des buds très larges, denses, très sombres typiquement indica. Très résineuse avec une production importante de trichomes, une odeur terreuse (toujours typique des indica) qui produit un effet très fort de type narcotique. Floraison en 50-55 jours. Malheureusement la "Flodica" (et la "TBM" = True Blue Moonshine) étaient pratiquement stériles, aucune seed (ou très peu) ne se développèrent, et elles furent donc évincées.

 

"True Blueberry" : L'ultime hybride de Blueberry. Sélectionné pour sa qualité supérieure parmi une grande population, cet hybride contient le meilleur des 2 mondes (indica et sativa). De hauteur moyenne avec des buds longs, fruités et productifs, des calices de taille moyenne, de magnifiques teintes "lavande" apparaissent tôt dans le cycle de floraison. Le produit fini est de la plus haute qualité avec des buds sucrés, longs, destinés aux palais les plus exigeants. Une production forte de résine typique de la famille "Blue ". Temps de floraison de 50-60jours .

 

"True Blue Moonshine" : Une vraie "hashplant". Sélectionnée pour sa production hors norme de trichomes, cet hybride principalement indica a un arome véritablement musqué/fruité. De taille moyenne, produisant des buds larges et denses, luisantes de trichomes. Plus musqué que fruité avec des saveurs terreuse/bourgogne (vin) au curing. Un must Moonshine. Temps de floraison de 50-60 jours.

 

"F13" : Le "Saint Graal" des plantes, coté 4 étoiles. Précédemment non distribué, un très bon produit et un bon parent pour le breeding. Un hybride principalement sativa de taille moyenne avec de longs buds en forme de lance, denses et résineux et une récolte plus précoce que la plupart des sativas. La qualité du produit fini est remarquable: un effet clean, clair, high/cérébral avec une saveur douce et florale. Cette variété fait mouche à chaque fois !!! Pas recommandée pour les amateurs d’effets couchlock, cette sativa cérébrale est pour ceux qui apprécient son effet stimulant mais confortable. Une illumination pour la journée (ou même la nuit). Ma favorite du lot. Temps de floraison de 50-65 jours.

 

Arbre généalogique simplifié des variétés de DJ Short :

 
gallery_681336_2615_7696.png

 


3. Le premier article de DJ Short dans High Times Magazine

 

 

https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=45659https://www.icmag.co...ead.php?t=45659
25 Years Growing Indoors
Tales from a Breeder of Fine Cannabis

In the '70's, connoisseur-quality marijuana was being imported from all corners of the world, but one grower decided to sprout some of those seeds in the privacy of his own house. Working with original genetics, pioneer indoor grower DJ Short has since produced some of the finest herb which has never seen the light of day

Its our time. Time to sprout and plant. Time to water and feed. Time to grow and mature. And finally, time to cut, cure and - my favorite - time to consume the fruits of the labor. There was once a time, not too ancient, when it was all done in the great outdoors, under the full, open sky. But as fate would have it, some creatures have chosen to appoint themselves as predators. They have chosen to prey upon the good folk who produce and use the blissful fruit of cannabis.
Some of the more sadistic control freaks of the world have taken it upon themselves to fabricate rules and laws that demonize and criminalize the production, transport, sale, possession and/or use of this amazingly benign and benevolent substance we know as cannabis. These latter day witch hunters like to believe that they are succeeding. But we know better, only now things have to be done behind closed doors.
I am slowly trying to accept the fact that I have been a closet horticulturalist for 25 years now. Let me tell you, I have the hairs to prove it!
In the early 1970's we did not know much at all about growing good herb. We knew we had grand quantities of seed from the commercial Mexican and Columbian herb that we were consuming. And we knew that the plants grew from seeds. But we couldnt get the damn things to sprout, no matter how hard we tried. Years later we found out that the seeds in those huge, multi-ton commercial shipments were sterilized - some by pressure, others by heat (steam), and (rumor has it) some by irradiation.
Two phenomena sparked what would become my lifelong ambition. The first came in 1973, when I received a little "seed sprouting chamber". A two inch round clear plastic bubble that came as a prize in a box of breakfast cereal. It had one flat side that opened with a little sponge that sat in the bottom.
It just so happened that I had acquired a decent quantity of good, semi-commercial, seeded Hawaiian. I put a whole finger-tipped sized seeded bud into the moistened chamber. A few days later the seeds sprouted and roots shot through the buds - and away we go! These early plants sat under a 12-inch fluorescent desk lamp and grew to be one to two feet tall. This was the humble beginning of my indoor marijuana cultivation experience.
In 1974 another important event occurred - the founding of High Times magazine. Tome Forcase's vision accurately pegged and era and served a movement. I bought my first copy, the second issue, shortly after coming of age. The first issue had already sold out by the time I discovered it. High Times lent a great amount of credibility to what many of us knew to be true: that certain personal freedoms and liberties are natural rights, yearning to be exercised and expressed. Also in the mid '70's, Mel Frank and Ed Rosenthal finally taught us how to "grow the good buds" through their timely how-to grow books.
It was after this that another interesting progression was able to occur. Certain American growers became proficient at growing and understanding the finer qualities of the herb. Some of them moved to regions of the world famed for their high quality cannabis. I like to refer to these specific regions as "sweet spots". Many teamed up with the locals, while others designed their own production schemes. But their goals were the same; to help fund and produce high-quality, semi-commercial quantities of indigenous and designer cannabis. Many of these entrepreneurs were very successful in their quests, both in terms of quantity and quality.
From the mid '70's to the early '80's, some of the finest herb of all time was produced and distributed. These "sweet spot" areas included many parts of the highland Oaxaca and southern Mexico, Columbia, Thailand, Africa, Hawaii, Jamaica and the Northern California/Southern Oregon coastal mountain regions, to name a few. The famous hashish-producing areas of the Arab world and Asia - Afghanistan, Pakistan, Turkey, Lebanon, Morocco and Nepal - were also very active. These areas originated the acclimated land race varieties that were the P1 generations of much of the seed strains available today.
It is important to realize what it is that made each of these varieties of herb so distinctive and desirable. Back then the main terms used to describe fine herb referred to its "head". What kind of "head" or head space, or mind, or feeling, or whatever it is one uses to refer to the stone, does the bud give? A question often asked concerning the quality of the experience of good herb might be: "Does it have a good head?" (Or a happy, goofy, stony, sleepy, paranoid or nervous head?) The ganja varieties of this era and these regions each offered their own unique heads, which were not yet availible from the limited environments of our indoor grown worlds. But we were getting closer.
A good head high is not entirely dependent upon set and setting. Up until the late 1970's my setting was Detroit. And there were few setting more depressingly awful then Detroit in the winter. Yet my buds and I were able to get incredibly high, high enough for us to rise above the depression of the urban blight around us, and to see beyond. I attribute much of our anti-depression (and "intact" survival for that matter) to the high quality, "good head" herb that was available to us then. Good head herb has the tendency to expand the consciousness of those who use it. We were learning and growing, and my expanding consciousness began to learn of an OZ-like land to the west.
Oregon - the promised land, during that period anyhow. Governor Tom McCall was the first major politician to survive the "third rail issue" and mandate cannabis decriminalization. He was also very green in his efforts to restore and protect the natural environment. And rumor was beginning to spill about another very green bounty of the region: West Coast sensimillia, the seedless buds. Hippy-magnet vortices developed all up and down the Pacific Northwest coast. In and around Humboldt, the Oxbow, the Applegate, Ashland, Eugene, Portland, Olympia, Seattle, and Vancouver, B.C. (to name but a few) cannabis communities sprouted and thrived.
My first bag of sensimillia came from a reputable dealer in Eugene in 1978 I have been blessed with the knack of making good connections. I believe it has to do with a certain respect of etiquette - the ability to conduct ones self in a professional manner and the ability to recognize the same respect and professionalism (or lack thereof) in others. This dealer had good Columbian for $55 and ounce. I was used to paying $40-$45 an ounce for good "Lum" , our slang for Columbian back in Detroit, and the "sticker shock" took some getting used to. He mentioned having something called "Oregon sensi". He called it "Butler Green" and it was going for $70 and ounce.
"Ouch! $70 an o-z, Man thats steep!" I thought. But the little bright-green bud the dealer gave me to check out had me very curious. It was so different compared to the herb I was used to. It was so fresh and green and sweet! "Will ya do a half for $35?" I asked. "Sure" The dealer was flexible and I had cash, so I ordered a half of the Lum and a half of the Green. He went to another room to weigh up the bags while I waited. When he returned he handed me the two-finger half of seed-weighty Lum in the traditional sandwich baggie, and a fat ziplock sack of green sensi buds.
"Oh, hey man, I only wanted a half of the green" I stated. The dealer, only slightly annoyed with my naivete said, "That is a half". Holy Moly! I was sold.
By 1979, many people along the West Coast were growing relatively openly in their backyards and other areas. Certain years yielded tremendous results. Many growers experienced unexpected bumper windfall harvests in '79 and '80. Well cared for plants grew into at least four to five foot bushes which could easily yield over a pound of high quality bud. It was fun having shelves stocked full of giant glass jars filled with perfectly matured, manicured and cured buds.
The indoor grow scene progressed considerably during this period. Mel and Ed did their first "Indoor Under Lights" grow books. Early on it was all fluorescents, Vita-Lites and Grow-Lux Bulbs, high output and very high output systems, and the equipment soon developed. Some outdoor growers used indoor methods during the off-season (winter) to develop and produce the next years stock. The first Halides appeared in late 1978, and the high pressure sodiums systems soon followed.
The late '70's, up to and including 1980, was truly an era for the expansion of cannabis consciousness. So many things were going so well, and there were so many things happening. I'm not sure if it was "us" behaving so boldly back then who spooked the status quo into electing Ronald Reagan president, or what. It was probably destined to happen regardless. But the '80's soon became the evil twin of the '60's. The foolish flames of the War on Drugs were fanned back into existence, to the delight of many a greedhead. Paramilitary raids on outdoor grows intensified limiting supplies. As supplies dropped, prices rose. More and more outdoor producers moved indoors, some on a commercial level. For many it became a time to hide. For some it was a time to run.
And the indoor grow industry breathed a life of its own. Advances in equipment technology were regular and swift, and the industry blossomed.
My forte was the breeding of fine herb. My primary goal was always to satisfy my own head. The primary aspect I attribute my breeding successes to is a very sensitive, discerning and educated palate. I was one of the lucky few who had access to many different strains. Id been collecting and saving imported seeds since 1975, which was the basis of my early breed stock. These imports however, were all Sativas.
The first indica buds entered the market in 1979. They all came from one source in Northern California who had imported the seed directly from Afghanistan. Short, stout, dark, compact and skunky, these plants were totally different from what the industry had been accustomed to. The most desirable features of the pure indica varieties were their compact productivity and short growing season. Indica plants produced large, dense potent buds very quickly. They soon became the variety of choice for growers, especially those on the indoor scene. The pure Indica head was generally much more of a narcotic and sleepy/dreamy body high, as opposed to the soaring cerebral buzzes of the sativas.
I was not at all pleased with the pure indica head. It lacked much of the good head quality I had grown fond of. It had its place, but for me, its place was rather limited. I did however, enjoy the plants good growing qualities along with its potency so I began "working" with it in 1979. Incidentally, the imported strains that I had been working with were Golden and Chocolate Thai (some loose and some from stick). The Golden Thai became known as "Juicy Fruit Thai" and the Chocolate Thai became known as Purple Thai. Both were sweet and fruity. Others included Purple/Gold Highland Oaxacan, Lowland Columbian Red, High Coastal Columbian Gold, a nice Guerreroan Green Spike, various Hawaiian and Jamaican, a ":woody" Mexican Flowertop and a Piney/Citral from India that I called "Gin Blossom". I had also been working with a few of the more special local treats (from the prized new renegade seeds that I found).
After a couple years of working the breeder's magic and performing the necessary crosses, the Sweet Kush Indicas arrived in 1981. These ranged in luscious flavors from honey to various fruits and berries. "Blueberry Kush" became the herb of choice for many growers and smokers from then on. I spent several more years of research and development before finally yielding the floral and blossom flavors of "Flo", "Blue Velvet" and other strains that I had bred.
The late '80s and early '90s were some of the hardest years on us growers. The Campaign Against Marijuana Planting escalated to a frenzy, and Operation Green Merchant went after the indoor farmers and equipment suppliers. Mandatory minimum sentences and unjust forfeiture laws proved to be a greater burden on the community. We were forced further underground - deeper and smaller. It was a very rough go for awhile there. We were scraping the bottom during those lean years.
I learned early on that the best camouflage in regard to greedheads was under a veil of poverty. That is where I tenaciously waited for the sun to shine again. And that is where I protected and continued my humble but precious stash.
And now, going into '99 the sun seems to be beginning to shine a little more lately. The clouds are slowly parting in many parts of the world. In parts of Canada, Europe, the South Pacific and even some places in the States, many people are beginning to lighten up their attitudes and open their minds towards cannabis. I do hope that the trend continues and our cannabis consciousness has a chance to expand and grow a little further. As for the long run, I know a few things for certain; We will survive, and the sun will shine again. After all its merely a matter of time.

 

25 ans de croissance en intérieur - Récits d'un Breeder de bon cannabis

 

Dans les années 70, la marijuana de qualité était importée de tous les coins du monde, mais un grower a décidé de faire pousser certaines de ces graines dans l'intimité de sa propre maison. Travaillant avec des génétique d'origine, le pionnier des growers intérieurs DJ Short a depuis produit quelques-unes des meilleures herbe n'ayant jamais vu la lumière du jour.

 

C'est notre temps. Le temps de faire germer et de planter. Le temps d’arroser et de nourrir. Le temps de faire pousser et de faire mûrir. Et enfin, le temps de couper, de curer et - mon préféré - le temps de consommer les fruits du travail. Il fut un temps, pas trop ancien, quand tout était fait dans les grands espaces extérieurs, sous un ciel grand ouvert. Mais le destin a voulu que certaines créatures aient choisi de se désigner comme des prédateurs. Ils ont choisi de dévorer les bonnes gens qui produisent et utilisent les fruits bénis du cannabis.

Quelques-uns des plus sadiques au monde ont pris sur eux de fabriquer des règles et des lois qui diabolisent et criminalisent la production, le transport, la vente, la possession et / ou l'utilisation de cette substance étonnamment bénigne et bienfaisante, que nous nommons cannabis. Ces chasseurs de sorcières aiment croire qu'ils y parviennent. Mais nous savons mieux que cela, simplement désormais les choses doivent se faire à huis clos.

 

Je suis en train d'essayer d'accepter le fait que j'ai été un horticulteur en placard depuis 25 ans maintenant. Permettez-moi de vous dire : j'ai les cheveux pour le prouver!

 

Dans le début des années 1970, nous ne savions pas grand-chose sur la culture de l’herbe. Nous savions que nous avions quantité de semences dans l'herbe commerciale mexicaine et colombienne que nous consommions. Et nous savions que les plantes poussent à partir de graines. Mais impossible de faire germer ces maudites graines, peu importe combien nous avons essayé ! Des années plus tard, nous avons découvert que les graines de ces énormes convois commerciaux de plusieurs tonnes étaient stérilisées : par la pression, par la chaleur (vapeur), ou même par irradiation (selon la rumeur).

 

Deux phénomènes ont déclenché ce qui allait devenir l’ambition de ma vie :
Le premier en 1973, quand j'ai reçu une petite "chambre de germination pour graines" : une bulle en plastique transparente de 5 centimètres comme cadeau dans une boîte de céréales pour petit déjeuner. Il y avait un côté plat avec une petite éponge dans le fond.


Il se trouve que je venais d’acquérir une bonne quantité d’hawaïenne semi-commerciale, complètement grainée. J'ai mis directement une bud de la taille d’un doigt dans la chambre humide. Quelques jours plus tard, les graines germaient et les racines sortaient directement à travers le bud - et c'était parti! Ces plantes furent rapidement mises sous une lampe de bureau fluorescente de 60cm et grandirent pour atteindre 30 à 60cm de hauteur. Ce fut le début de mon humble expérience de culture en intérieur de marijuana.


En 1974, un autre événement important a eu lieu : la fondation du magazine High Times. La vision précise deTome Forcase était dans le vent et servit le mouvement. J'ai acheté mon premier exemplaire, la deuxième parution, peu de temps après ma majorité. Le premier numéro était déjà épuisé au moment où je l'ai découvert. High Times a prêté une grande crédibilité à ce que beaucoup d'entre nous savaient être vrai: Que certaines libertés individuelles et sociétales sont des droits naturels devant s’exercer et s’exprimer. Toujours dans le milieu des années 70, Mel Frank et Ed Rosenthal nous apprirent à « faire pousser de bons buds» dans leurs livres didactiques.


C'est après cela qu’une autre évolution intéressante a pu se produire. Certains producteurs américains sont devenus de plus en plus compétents en ce qui concerne la culture et la compréhension profondes des qualités de l'herbe. Certains d'entre eux ont déménagé vers des régions du monde réputées pour leur cannabis de grande qualité. Je me réfère toujours à ces régions spécifiques en les appelant «zones». Beaucoup d’entre eux ont fait équipe avec les gens du pays, tandis que d'autres ont conçu leurs propres systèmes de production. Mais leurs objectifs étaient les mêmes : Aider à financer et à produire des quantités semi-commerciales de cannabis autochtones de haute qualité. Bon nombre de ces entrepreneurs ont très bien réussi dans leur quête, à la fois en termes de quantité et de qualité.

 

Du milieu des années 70 au début des années 80, certaines des meilleures herbes de tous les temps ont été produites et distribuées. Ces "zones" concernaient de nombreuses régions des hauts plateaux d’Oaxaca et du sud du Mexique, de Colombie, de Thaïlande, d’Afrique, d’Hawaï, de la Jamaïque, de la Californie ou des montagnes côtières de l'Oregon, pour n'en nommer que quelques-uns. Les célèbres régions productrices de haschich du monde arabe et de l'Asie - Afghanistan, Pakistan, Turquie, Liban, Maroc et Népal - ont également été très actives. Ces zones sont à l'origine des variétés landraces acclimatées qui furent les générations P1 de la plupart des souches de semences disponibles aujourd'hui.

 

Il est important de comprendre ce qui a fait de chacune de ces variétés des herbes si distinctes et désirables. À l'époque, le principal terme utilisé pour décrire les bonnes herbes se réfèrait à sa «head». Quel genre de "head", ou d’esprit, ou de sentiment, ou de quoi que ce soit qu'on utilise pour faire référence à la défonce, un bud va-t-il donner? Une question souvent posée au sujet de la qualité de l'expérience de la bonne herbe pourrait être: «A-t-elle une bonne head?" (Ou une head heureuse, idiote, stone, fatigante, paranoïaque ou nerveuse?). Les variétés de ganja de cette époque et de ces régions proposaient chacune leurs propres heads uniques, qui n'étaient pas encore disponibles dans les environnements limités de nos mondes intérieurs cultivés. Mais nous nous en rapprochions.

 

Un bon high n'est pas entièrement dépendant de l’installation. Jusqu'à la fin des années 1970 j’étais à Detroit. Et il y avait peu d’endroits plus terriblement déprimants que Detroit en hiver. Pourtant, mes papilles et moi étions en mesure d'obtenir des high incroyablement élevés, suffisants pour nous élever au-dessus de la dépression de la dégénérescence urbaine autour de nous, et de voir au-delà. J'attribue une grande partie de notre non-dépression (et de notre survie « intacte ») à la haute qualité, à l’excellente "head" de l’herbe qui était disponible alors. Une herbe avec une bonne head a tendance à élargir la conscience de ceux qui l'utilisent. Nous apprenions et grandissions, et ma conscience en expansion a eu connaissance d’une terre promise à l'ouest.

 

L’Oregon - la terre promise à cette période. Le gouverneur Tom McCall a été le premier homme politique majeur qui réussit à gérer cette épineuse question et à mandater la dépénalisation du cannabis. Il était aussi très vert dans ses efforts pour restaurer et protéger l'environnement. Et la rumeur commençait à se répandre sur un autre avantage très verdoyant de la région: la Sensimillia West Coast, les buds sans graine. Des aimants à hippies se développèrent tout le long de la côte du Pacifique du Nord-Ouest : autour de Humboldt, Oxbow, Applegate, Ashland, Eugene, Portland, Olympia, Seattle et Vancouver, la Colombie-Britannique (Pour n'en citer que quelques-uns) germèrent et prospérèrent des communautés du cannabis.

 

Mon premier sac de Sensimillia venait d'un dealer de renom à Eugene en 1978, j'ai été béni avec le don de faire de bonnes rencontres. Je crois que cela a à voir avec un certain respect de l'étiquette - la capacité de se comporter d'une manière professionnelle et l'aptitude à reconnaître le même respect et le même professionnalisme (ou son absence) chez les autres. Ce dealer avait de la bonne Colombienne à 55 $ l'once (30g). J'avais l'habitude de payer 40 $ - 45 $ l'once pour du bon "Lum", notre argot pour Colombienne à Detroit, et il m’a fallu un peu de temps pour m’y faire. Il a mentionné avoir quelque chose qui s'appelait «Oregon sensi". Il l'appelait «le Majordome Vert» (Butler Green) à 70 $ l'once.

 

"Aïe! 70 $ l'once, c’est raide!" pensais-je. Mais la petite bud vert vif que le dealer me donna à gouter m'a vite rendu très curieux. C'était tellement différent de l'herbe à laquelle j'étais habitué. C’était si frais, si vert et si doux! "Tu me fais une demi once à 35 $?" demandai-je. "Bien sûr" Le dealer était souple et j'avais les espèces, de sorte que j'ai commandé pour moitié de Lum et pour moitié du Butler Green. Il est allé dans une autre pièce peser les sacs pendant que j'attendais. Quand il revint, il me tendit la Lum grainée dans le sac sandwich habituel, et un gros sac ziplock de buds verts sensimillia.


"Oh, hey man, je voulais seulement la moitié de la verte" j’ai dit. Le dealer, à peine ennuyé par ma naïveté, a déclaré: «C'est un demi ». Oh putain! J'étais conquis.

 

En 1979, beaucoup de gens le long de la côte Ouest cultivaient de plus en plus ouvertement dans leurs arrière-cours ou ailleurs. Certaines années ont donné des résultats remarquables. De nombreux growers ont connu des récoltes inattendues et exceptionnelles en 79 et 80. Des plantes bien soignées atteignaient au moins 1.20m à 1.50m, des buissons qui pouvaient facilement donner plus d'une livre de buds de haute qualité. C'était vraiment amusant d’avoir des étagères garnies, pleines de bocaux en verre remplis de buds géants parfaitement mûrs, manucurés et curés.

 

Le monde de la culture intérieure a progressé considérablement au cours de cette période. Mel et Ed sortirent leur premier livre de culture "Indoor Under Lights". Au début c'était uniquement sous tubes fluorescents, Vita-Lites et Grow-Lux, au rendement élevé, et ensuite l'équipement s’est rapidement développé. Certains cultivateurs d'extérieur ont utilisé des méthodes intérieures pendant la morte-saison (hiver) pour développer et produire le stock des années à venir. Les Halides firent leur première apparition fin 1978, et les HPS (High Pressure Sodium) ont rapidement suivi.

 

La fin des années 70 's, jusqu'à et y compris 1980, était vraiment l’époque de l'expansion de la prise de conscience à propos du cannabis. Tant de choses allaient si bien, et il y avait tellement de choses qui se passaient. Je ne sais pas si ce fut "nous", qui nous comportions si hardiment à l'époque, qui avons bousculé le statu quo et provoqué l’élection du président Ronald Reagan, ou si ce fut autre chose. C’était probablement destiné à se produire indépendamment. Mais les années 80 devinrent rapidement le jumeau maléfique des années 60 . Les flammes folles de la guerre contre la drogue ont été attisées pour mieux renaitre, à la grande joie de beaucoup de dirigeants avides. Des raids paramilitaires sur les cultures extérieures intensifièrent la baisse de la production. Alors que les réserves diminuaient, les prix augmentaient. De plus en plus les producteurs outdoor changeaient pour faire de l’indoor, certains à un niveau commercial. Pour beaucoup, était venu le temps de se cacher. Pour certains, était venu le temps de courir.

 

Et alors l'industrie de la culture intérieure fut insufflée d’une vie propre. Les progrès de la technologie de l'équipement furent réguliers et rapides, et l'industrie s’épanouit.

 

Mon point fort est le breeding d’excellente herbe. Mon objectif principal a toujours été de satisfaire mon propre esprit. Le premier point auquel j’attribue mon succès dans le breeding est un palais très sensible, des plus exigeants et des plus éduqués. J'ai été l'un des rares chanceux qui ont eu accès à de nombreuses souches différentes. J’ai collecté et conservé des graines importées depuis 1975, qui ont été la base de mes premiers stocks de travail. Ces importations étaient cependant toutes des sativas.

 

Les premières indicas sont arrivées sur le marché en 1979. Elles venaient toutes d'une source dans le nord de la Californie qui avait importé les graines directement d'Afghanistan. Courtes, trapues, sombres, compactes et skunky, ces plantes étaient totalement différentes de ce à quoi le milieu avait été habitué. Les caractéristiques les plus désirables des variétés indicas pures étaient leur productivité et leur courte durée de vie. Les plantes Indicas produisent de grandes têtes denses et puissantes très rapidement. Elles devinrent très vite les variétés de choix pour les growers, en particulier en intérieur. La « head » des pures Indicas est généralement beaucoup plus narcotique/fatigante / rêveuse, par opposition aux montées des sativas cérébrales.

 

Je n'étais pas du tout satisfait de l’effet des Indicas. Il manquait une grande partie de la qualité des effets que j'avais pris en affection. Il avait sa place, mais pour moi, sa place était plutôt limitée. J’ai cependant profité de la qualité de culture et de la puissance de ces plantes quand j'ai commencé à les "travailler" en 1979. Les souches importées que j'avais travaillées étaient de la Golden et Chocolate Thai . La Golden Thai est devenue connue sous le nom "Juicy Fruit Thai" et la Chocolate Thai sous le nom « Purple Thai ». Tous deux étaient sucrées et fruitées. Il y eut également d’autres strains : Purple / Gold Highland Oaxaca, Lowland Colombian Red, High Coastal Colombian Gold, Guerreroan Green Spike, diverses Hawaïennes et Jamaïcaines, a Mexican Flowertop « boisé »et un Piney / Citral d'Inde que j'ai appelé "Fleur de Gin" (GinBlossom). J'ai également travaillé avec quelques plantes locales plus particulières (à partir de graines renégates précieuses que j'avais trouvées).

 

Après quelques années à travailler sur la magie du breeding et à effectuer les croisements nécessaires, les Sweet Kush Indica sont arrivées en 1981. Les saveurs succulentes de celles-ci vont du miel à divers fruits et baies. " Blueberry Kush» est devenue une herbe de choix pour de nombreux grower et fumeurs à partir de là. J'ai passé plusieurs années de recherche et développement avant de finalement produire les arômes floraux de "Flo", de "Blue Velvet" et des autres souches que j'avais croisées.

 

La fin des années 80 et le début des années 90 ont été parmi les années les plus dures pour les producteurs. La Campagne Contre la Culture de Marijuana a dégénéré en une telle frénésie, et l’ « Opération Green Merchant » s'en est pris aux cultivateurs intérieurs et aux équipementiers. Les peines minimales obligatoires et les lois injustes de confiscation se sont avérées être un fardeau encore plus lourd sur la communauté. Nous avons été forcés à nous cacher davantage – plus profond et plus petit... C'était très rude pendant un certain temps là-bas. Nous avons raclé le fond au cours de ces années de vache maigre.

 

J'ai appris très tôt que le meilleur camouflage à l'égard des dirigeants fanatiques était sous un voile de pauvreté. C'est là que j'ai attendu avec ténacité que le soleil brille à nouveau. Et c'est là que je me suis protégé en continuant ma modeste mais précieuse provision.

 

Et maintenant, en 99, le soleil semble commencer à briller un peu plus ces derniers temps. Les nuages sont en train de disparaitre dans de nombreuses régions du monde. Dans certaines régions du Canada, en Europe, dans le Pacifique Sud et même certains endroits aux États-Unis, beaucoup de gens commencent à alléger leurs comportements et à s'ouvrir au cannabis. J'espère vraiment que la tendance se poursuive et notre conscience du cannabis ait une chance de se développer et de grandir encore un peu.

 

En ce qui concerne le long terme, je sais peu de chose, mais j’en suis certain : Nous survivrons, et le soleil brillera à nouveau. Après tout, c’est simplement une question de temps.



4. La variété culte de DJ Short : la Blueberry

 

Source : http://www.seedsman.fr/origins-of-blueberry/ Seedman – Les origines de la Blueberry

 
8979bbsat2.jpg


La variété Blueberry est sans aucun doute un des hybrides de cannabis parmi les plus colorés et les plus raffinés actuellement, disponible sous forme de graines. L'histoire de la variété nous ramène à la Côte Ouest des Etats-Unis, aux alentours des années '70. A cette période, le cultivateur DJ Short travaillait sur une multitude de variétés originales de Sativa exotiques, provenant de Colombie, du Panama, du Mexique, de Thaïlande,...

 

A l'époque, il cultivait jusqu'à 100 plantes différentes à la fois, d'intérieur comme d'extérieur, constamment attentif aux particularités intéressantes de chacune. Inutile de préciser qu'il en a testé un grand nombre avant de trouver ce qu'il cherchait. Selon ses propres termes, une plante cultivée sur cent seulement comportait les caractéristiques qu'il souhaitait. Ensuite, il était confronté à une autre difficulté, celle de travailler avec des plantes naturellement sujettes à l'hermaphrodisme, car la plupart des Sativa pures le sont à un certain degré. Ses efforts ont finalement porté leurs fruits, donnant naissance à une des variétés les plus appréciées au monde aujourd'hui.

 

Ses recherches intensives l'ont conduit à découvrir deux Sativa très spéciales. Selon le maître cultivateur lui-même, la première plante, la “Juicy Fruit”, une femelle originaire de la chaîne de montagnes Highland Thai, était une championne toute catégorie extrêmement puissante. Elle possédait un punch tropical très sucré et un high intense qui durait de longues heures. La deuxième plante était une Purple Thai provenant d'Ohio, dans l'Oregon. Cette plante résultait d'un croisement entre une Highland Oaxaca Gold exceptionnelle et une Chocolate Thai, elle aussi particulière. L'hybride était d'une couleur très sombre et révélait son pourpre royal profond dès la plus petite exposition au froid. Sa production était aussi savoureuse que puissante, à l'instar de celle de la femelle Juicy Fruit.

 

Bien que les deux plantes aient été égales en puissance, la Purple Thai est devenue la favorite de DJ Short. Elle était plus agréable émotionnellement que la Juicy Fruit Thai, car cette dernière était si puissante qu'à fortes doses elle pouvait provoquer une sensation de terreur chez le fumeur. Ces deux "Thaï Sticks" Sativa à l'ancienne ont constitué le pedigree femelle de toutes les variétés de DJ Short.

 
gallery_681336_2615_220792.png


Le mâle utilisé par DJ Short était un Indica afghan que des cultivateurs californiens lui avaient fait découvrir en 1979. Alors que la plante Indica était une sorte de nouveauté à cette époque où les Sativa dominaient les chambres de culture, DJ Short a vite été certain que cette plante allait y garder une place. Les cultivateurs pouvaient faire pousser plus d'herbe et elle était mature plus vite qu'auparavant, en combinant les gènes Indicas avec les Sativas de la vieille école.

 

D'une certaine façon, cette innovation a également signifié la fin de l'ère de domination des Sativa, conduisant à la disparition de nombreuses lignées Sativa pures. Celles-ci ont été soit hybridées, soit tout à fait perdues. Les plantes Indica étaient très semblables entre elles, petites et symétriques, avec d'épaisses tiges velues et de grandes feuilles. Elles étaient d'un vert sombre avec des nœuds compacts, serrés et des grappes de fleurs très denses diffusant un arôme de terre skunky. La nouveauté a vite passé de mode car, si les plantes Indica étaient naturellement puissantes, il leur manquait la sophistication et la complexité des Sativa pures. L'Indica a cependant contribué à la diversité génétique des plantes de cannabis modernes et a donné aux cultivateurs un meilleur contrôle sur leurs plantations.

 
gallery_681336_2615_448539.png


Possédant de tels spécimens à son répertoire, DJ Short a appliqué ses connaissances de la culture et a créé de nouvelles lignées florales à l'aide de ses trois découvertes. Il a assez rapidement établi ses deux variétés les plus connues, la Blueberry et la Flo. Il avait obtenu la Flo dans les premières lignées tirées du croisement de la Purple Thai d'Oregon et du mâle Indica.

 

En poursuivant le travail avec son matériau de base, Dj Short a créé la Blueberry en croisant les premières lignées avec les hybrides Juicy Fruit/afghan. Ainsi, les deux mères Sativa sont présentes dans la Blueberry tandis qu'il n'y a que la Purple Thai dans la Flo. DJ Short a lui-même expliqué que certaines caractéristiques étaient plus facilement accessibles à travers la Purple Thai, alors que d'autres ne pouvaient être obtenues que par des croisements complémentaires avec l'hybride de la Juicy Fruit. Il a cultivé la Blueberry Originale en permettant aux gènes Indicas de s'exprimer, mais il a aussi utilisé une plante à dominante plus Sativa, une combinaison améliorée plus tard, pour obtenir ce que nous connaissons aujourd'hui comme la Blueberry Sativa.

 
gallery_681336_2615_255223.png


Durant les années '80 et au début des années '90, DJ Short a continué à perfectionner ses variétés déjà extrêmement raffinées. Vers 1993, il a voyagé en Europe pour travailler avec la Compagnie Sagarmatha Seed. En 1995, il a livré un stock de graines à Sagarmatha, à des fins de vente et aussi de culture. Il était peu impliqué dans le processus de sélection, mais il était sous contrat avec cette compagnie pour produire la Blueberry, la Flo et la Blue Velvet, une cousine de la Blueberry qui exprimait de façon équivalente ses deux parents, Indica et Sativa. La Blue Velvet n'est plus disponible aujourd'hui, mais Sagarmatha vend toujours des variétés de DJ Short sous les noms de Blueberry Bud et Flow, de même que certains hybrides plus récents.

 

La relation de DJ Short avec Sagarmatha a été brève et il a poursuivi son chemin en travaillant pour Dutch Passion, une autre compagnie.

Il a ainsi fourni des graines à Dutch Passion, mais pour une raison quelconque, il a de nouveau été tenu à l'écart du processus de sélection.

 

En plus de ses anciennes variétés établies, il en a également créé plusieurs nouvelles, dont la Blue Heaven, la Blue Moonshine et la Purple Passion. Actuellement épuisée, la Blue Heaven était une variété violette très stable avec des qualités médicinales remarquables. La Purple Passion était un hybride Indica/Sativa qui affichait une belle couleur bleue aux nuances violettes, avec des têtes variant du bleu lavande à l'aubergine durant la floraison.

 

Les magnifiques couleurs de toutes les créations de DJ Short sont devenues sa marque de fabrique, nous rappelant aussi l'origine exotique des toutes ses variétés. Actuellement, Dutch Passion propose toujours certaines des meilleures créations de DJ Short, telles que la Blueberry, l'Original Flo et la Blue Moonshine, qui est une plante merveilleusement puissante et résineuse, une cousine principalement Indica de la Blueberry.

 
gallery_681336_2615_284273.png


Au cours de la période où DJ Short travaillait avec Dutch Passion, il rencontra un cultivateur suisse du nom de Steve, qui était également le propriétaire de la banque de graines Spice of Life.

 

Durant les années suivantes, de 1999 à 2001, DJ Short commença à collaborer avec Breeder Steve, sélectionnant les plantes à partir d'une large réserve génétique pour créer de nouvelles variétés, telles que la Moonshine Rocket Fuel, la Rosebud et la Blue Satellite.

 

La Moonshine Rocket Fuel était un hybride très puissant, rassemblant le meilleur de la Blue Moonshine et de la Blue Velvet. Tout à fait différente, la Rosebud était une plante vraiment exceptionnelle, principalement cultivée pour sa fabuleuse valeur esthétique, mais également pour son incroyable parfum de fleur. Les têtes de ce phénotype unique de la Flo produisaient réellement une forme de rose avec leurs feuilles qui passaient du rouge brillant au jaune. Il y avait fort peu de boutons récoltables sur cette plante, de sorte qu'elle ne devint jamais un succès commercial, même si elle était extrêmement exotique et d'une beauté à couper le souffle.

 

La Flodica était tout aussi exotique, une expression rare et pure Indica de la Flo, trouvée par hasard dans la lignée florale primitive. Aussi fascinantes que ces plantes aient pu être, la variété la plus connue de ces deux maîtres cultivateurs aux mains habiles était et reste la Blue Satellite.

 

C'est ici que la Blueberry Sativa entre en jeu. Elle a été développée entre le début et la fin des années '80 et était cultivée pure par DJ Short, jusqu'à ce qu'il partage quelques graines avec Breeder Steve, de la banque de graines Spice of Life. Ils sélectionnèrent de nombreux pères et mères dans le but de les cultiver et les utilisèrent finalement pour créer les variétés de Blue Satellite, en combinant le mâle Shishkeberry de Breeder Steve et la mère Blueberry Sativa dans la première version de la plante, puis l'Indica Sweet Tooth dans les versions finales.

 

Breeder Steve a également croisé des plantes de Blueberry que DJ Short lui avait données avec certaines de ses propres variétés, y compris ses fameuses Sweet Pink Grapefruit et Sweet Skunk. Il a créé de nombreuses nouvelles variétés qu'il propose toujours actuellement sous forme de graines. Tous les projets communs à ces deux cultivateurs ont donné des plantes merveilleuses qui témoignent de leur savoir-faire.

 
gallery_681336_2615_293735.png


Plus récemment, DJ Short a travaillé avec d'autres cultivateurs très qualifiés comme Red, de Legend Seeds, et Chimera. Ils ont combiné différentes lignées de la Blueberry à des variétés déjà bien établies. Beaucoup de ces plantes ont le même père Blueberry Sativa, connu sous le nom de B130. Le mâle B130 était un père exceptionnel, un Purple Thai à dominante Sativa très typé qui a fini par disparaître, faisant de certaines des créations de DJ Short et de Red des éditions limitées. Beaucoup d'entre elles combinent des génétiques de la Blueberry extrêmement épurées, ces variétés allant de la Neville’s Haze à la Sweet Skunk, en passant par la Cali-O Orange Bud originale, vieille de 20 ans. Tous ces hybrides méritent plus qu'un simple regard.

 

Les créations communes de Spice of Life, Legend Seeds et Chimera sont bien trop nombreuses pour être citées ici, mais certaines de leurs nouvelles variétés réclament une attention spéciale, comme la Legends Ultimate Indica, la True Blueberry de DJ Short et la F-13.

 

La True Blueberry est une version retravaillée à partir des gènes de la Blueberry ancienne tandis que la F-13 est un summum de l'expression de la Blueberry Sativa et de la Flo. En d'autres mots, elle est le Saint Graal de toutes les créations de DJ Short et aussi, à titre personnel, sa favorite. Choisir entre l'Original et la True Blueberry peut être difficile, d'autant que selon le maître lui-même, toutes deux sont de même puissance et également sujettes à des variations de couleurs.

 

La True Blueberry est considérée comme l'hybride majeur de l'expression de la Blueberry, sélectionnée pour sa qualité supérieure à partir d'une vaste réserve de gènes. Si l'Original Blueberry est principalement Indica, ce nouvel hybride contient le meilleur des deux mondes et est à la fois Indica et Sativa dans son expression. Bien qu'elle soit apparentée, la True Blueberry a été sélectionnée dans un stock génétique différent de celui de l'Original Blueberry classique et est légèrement plus productive.

 

L'Original Blueberry peut être appelée "Indica étendue", parce qu'elle a tendance à étendre ses nœuds, mais ses têtes sont très compactes, avec une structure de calices floraux plus grands. Quant à la True Blueberry, sa floraison tient plus de la Sativa, sur une plante d'allure Indica. L'arôme de l'Original Blueberry évoque le bonbon sucré, avec une odeur de fruit, tandis que la True Blueberry a un goût plus subtil avec des nuances d'anis. Quoi qu'il en soit, les deux plantes sont toutes deux exceptionnelles tant par le goût que par le parfum, grâce aux gènes exotiques utilisés pour les créer.

 

Le high de la "True Blue" est aussi légèrement plus racé et cérébral que l'effet de stone physique et narcotique - mais pas de type massue - de la version originale. Il y a évidemment toute une gamme de plantes qui se situent entre ces deux variétés, pourtant une chose est certaine, toutes pourront avoir une longue vie de stockage et bonifieront avec le temps, comme les vins fins. La première version de la True Blueberry est aussi une fille du mâle B130 maintenant disparu et peut de ce fait être considérée comme une édition limitée de cette fameuse plante.

 
gallery_681336_2615_346358.png


Certaines des créations les plus récentes de DJ Short sont la Grape Krush, la Vanilluna (Vanilla Moon) et la Cocoa Kush. Cette dernière a la structure de la Kush ainsi que d'autres particularités connues de ses amateurs. La Vanilluna et la Cocoa Kush ont la même mère Blueberry Sativa que la Blue Satellite et leur père est l'Original Blueberry "Indica étendue". La différence entre elles est que la Vanilluna ressemble à la Blue Heaven, tandis que la Cocoa Kush révèle des caractéristiques de la Chocolate Thai, de la lignée florale initiale.

 
gallery_681336_2615_169450.png


Comme vous l'avez probablement compris à présent, tout le travail effectué par DJ Short sur la lignée florale primitive, ainsi que sur les variétés Blueberry et Flo, couvre plusieurs décennies et indique une remarquable expertise en matière de culture sélective. Garder la trace des lignages de chacune de ces variétés devient rapidement difficile, voire impossible, puisque la composition de la parenté et des génétiques de certaines variétés a changé au cours des années. Il est cependant évident que toutes les variétés sont de grande qualité et, d'une façon ou d'une autre, étroitement liées les unes aux autres.

 

Certaines plantes sont sœurs tandis que d'autres sont de lointaines cousines. Le mieux est peut-être de toutes les considérer comme des représentantes de leur lignée parentale initiale. Certaines penchent vers la Purple Thai tandis que d'autres ressemblent davantage à la Juicy Fruit Thai ou que d'autres encore expriment leur héritage Indica, parfois sous une forme pure, parfois influencée par les Sativa. Etant donné que différents phénotypes peuvent être découverts dans chaque variété, il faudrait le temps d'une vie pour cultiver toutes les plantes qui dorment dans les graines magiques créées par DJ Short et les personnes qui ont travaillé avec lui. Longue de 40 ans, son expérience de la culture parle d'elle-même.


Si vous voulez pousser plus loin vos connaissances de la Blueberry, http://www.icmag.com/ic/showpost.php?p=1583949 le topic des fous de Blueberry sur ICmag est ici, avec notamment http://www.icmag.com/ic/showpost.php?p=1583949&postcount=118 ce post digne des plus grands enquêteurs.

 
gallery_681336_2615_7789.jpg


 


Appendice A : Mieux connaitre le personnage à travers son travail : Articles par DJ Short

 

A.1. Système de catalogue/classement – 2004

 

 

http://forums.cannabisculture.com/forums/ubbthreads.php?ubb=showflat&Number=984853My Cataloguing System

Perhaps one of the most useful devices used in a quality cannabis breeding project is that of catalogue techniques. This refers to the method used to categorize various traits for future reference, or how to best label traits from a given population. It is also a means to track who came from where (generational references).

First and foremost, I cannot begin to describe the level of complexity involved with a breeding project that extends from the f-2 to the f-5 range. It took me over a decade and a half of trial and much error to fully comprehend and develop a system that actually works to this level and beyond. It starts out simple enough, until the f-2's, then the complexity expands exponentially with each generation.

The P-1's are simple enough, they are the original breed-stock and labeled for what they are, i.e. Highland, Purple or Chocolate Thai, Oaxacan or Santa Marta Gold, Pure Afghan, etc. The f-1's were equally simple as they were of uniform expressions and I simply chose to label them “The Cross”. The f-2 generation was equally easy to identify with the label “Double Cross”, or the progeny of the f-1 cross. However, when the f-2's were grown out, extreme diversity ruled the making of the f-3's (or the descriptions of the f-2's selected to breed further with) a tougher call to make.

It is at this level (and beyond) that some form of labeling system becomes necessary to catalogue all of the different variations found. Beginning with the plants grown out from the f-2 seeds I chose to utilize an alphabetized system with each letter corresponding to a specific trait. For example, the letter “B” came to signify the “Berry” characteristic, “F” stands for “Fruity” (sometimes “Floral“), “G” is for Grape, “C” for Citrus, “O” for orange, “L” for lemon or lime, “K” equaled “Kush”, “S” for “Sativa” “P” for Purple, “X” for extreme glandular trichome production, etc.

I must confess that it took much trial and error to finally get it right. Therefore, if one were to look at my early notes many exceptions to what developed as “the rule” can be found. I left these early “mistakes” as they were so as not to over-complicate what came next. It is also very important to note that most of these observations were relatively subjective and that no more than two traits, or characteristics were ever assigned to any one plant. Therefore, the label “BK” came to stand for “Berry Kush”, or a Kush dominant plant with outstanding berry attributes. It is also important to note that only the most outstanding plant of any given attribute was selected for future work. So the plant that ended up with the “BK” label was the most Berry-Kush of the lot.

So, my f-3 stock became labeled with a two-letter code indicating what the most outstanding characteristics of it’s parent (primarily mother) were, and only those with the strongest expressions earned their label. When the f-3's were grown out and crossed to make the f-4 generation, these labels were coupled to indicate the parents of the f-4 progeny, i.e. BK/FS would be a cross between an f-3 Berry-Kush mother (I always list the female first, male second with a back-slash in between) and an f-3 Fruity Sativa father.

F-4's and Beyond

Consider the label number: 4/5 3 96-2. This is the type of numbering symbol I use to label F-4 and beyond plants. Before we dissect this number I need to point out a few rules that I follow in a breeding project beyond the F-4 generation.

First, I only grow out no more than six varieties at any single time. The reason is to avoid too much confusion. Six is about the maximum number of varieties an individual can realistically keep track of. These six (or five, or four etc.) varieties are then labeled as “1" through “6" (or the number of varieties used). Let’s say the 6 f-3's I use are: 1. “FK/FK”, 2. “BK/PK”, 3. “FK/FL”, 4. “GK/GK”, 5. “PK/FP” and 6. “XP/FK”. Notes are made to record this fact and the seeds are then sprouted and grown using these simple, single digit identification numbers (1 through 6 in this example).

Second, I select only one male from any single breeding project. Again, this simplifies things and avoids mistakes enormously. That male is generally selected at about the third week in the flowering cycle, unless it is a clone from another project. After the single male is selected the other males are removed and the remaining females are numbered according to their variety category (i.e. if there are seven #1. females, five #2 females, etc. they are labeled #1–1 through 7, #2–1 through 5, etc.) The male simply retains the number from its variety label, in our above example the number “5" (in the 4/5), or the “PK/FP” male.

Now we may examine the above example: 4/5 3 96-2. The first two numbers, “4/5" are the variety number of the female first and male second. So in this case that would be: a “GK/GK” female crossed with the “PK/FP” male. The third number in our example, “3" means female #3 from the #4 (“GK/GK”) batch. The next number in the example, “96" is merely the year and the final number is the crop number for that year. So, translated, the number 4/5 3 96-2 is the third “GK/GK” (or #4) female crossed with the “PK/FP” (or #5) male grown from the second crop of 1996.

Please note that the “/5” male-used indicator will be /5 for all of the seeds labeled from this batch as the #5 (“PK/FP”) male is the only one used. If a male clone from a past crop is used it may be indicated by using the #7 in the initial notes (if six varieties are sprouted) and described as the male-clone-used in the #7 description. Likewise, if any of the six varieties tested are from a past clone (female), they may be selected as one of the #1 through #6 varieties, labeled and described accordingly.

It seems complex at first, but I assure you that it works great. The same system is used for the F-5 generation, and beyond. The system merely requires that dated notes be kept and catalogued. That way, any crosses may be backtracked and referenced via one’s notes and a simple, six or seven digit code is all that is needed to label and catalogue one’s plants.

Finally, this system works best for forward crosses mainly. Backcrosses will need another connotation to note their use . The “clone-used” labeling described prior works well for backcrosses involving clones.

This system is good for only one grow out at a time. If multiple grows, or facilities are used then they will need to be noted as well, perhaps with a lettered “A”, “B”, “C” etc. appended onto the catalogue number. Also, detailed notes of each individual plant are necessary to fully utilize any cataloguing system and are obviously required for success. Other than that, I have found this to be a relatively simple and foolproof system for cataloguing one’s breeding projects beyond the f-3 generation.

Background, Review and DJ’s Law

Remember; all of my seed-stock came from the cross of two distinctly different P1 parents with the mother being of pure, land-race sativa origin and the father being a pure indica. This cross produced a very uniform line I’ve referred to as “The Cross”, or f1 generation. When “The Cross” was bred with itself (dubbed “Double Cross” at the time) the resulting variance was phenomenal in the f2 generation expressions. Beginning with this f2 generation, intense scrutiny and application of the selection rules and laws come into play. The bulk of the variation from this f2 generation were primarily discovered in the 1980's.

I must comment here that the variation witnessed from this f2 cross, and subsequent crosses, was truly amazing in its complexity of variance. I also need to mention the fact that, as far as “the number’s game” is concerned (selecting from as large a population as possible), this f2, and to some degree the f3 generations are the most relevant. That is, the larger the number of f2's and f3's sprouted, the greater the degree of variance that is witnessed. It is from the f3 and beyond generations that specific traits are bred for and stabilized. Once a specific trait is recognized, the numbers necessary for success diminish with each generation successfully crossed toward the desired traits. In simple terms; the more f2's and f3's sprouted for examination the better. However, once a specific trait presents itself and is chosen for future work and appears to breed true through subsequent generation, the less f4's, f5's etc. that are needed to witness the desired results.

There is one very simple rule that I feel is primary when considering one’s involvement in a quality cannabis breeding project, or when applying Luther Burbank’s law (“Select the best and reject all others.”). It is an extension of Luther Burbank’s Law that I will refer to as:

DJ’s Law of Quality Cannabis Breeding.

“The progeny must equal or surpass its parent in overall quality and desirability to be considered for future breeding.”

That is, if the progeny is not as good as the bud it came from, it is rejected from further breeding. The finished product from the grown seed does not need to be exactly like the bud or parent from which it came. A good example is from the land-race Thai and the plants grown from its seed. The plants grown from the land-race Thai seed, especially produced indoors, were not much like the imported Thai from which it came (primarily due in this case to very different growing environments and curing techniques). It was, however, very equal, and in some instances superior to the buds from which it came and therefore worthy of consideration.

On the other hand, I have not had much luck in equaling the effects of certain tropical Island herbs such as Hawaiian or Jamaican indoors, and therefore these offerings never made the grade. For the record, the majority of land-race varieties grown out prove to fail DJ’s law, IMHO. Very few end up being of significant value or worthy of future consideration. But DJ’s law also applies to the selection of the f2's, f3's and beyond.

I realize that it is sometimes impossible in the current seed market to be able to sample a true example of the bud (parent) of the seed one purchases. Sometimes these varieties are commercially available in places such as a Dutch coffee shop, but one is never really certain if the bud one is purchasing (or the seed for that matter) is the real deal. This is perhaps one of the main flaws in the current seed market–reliability. Given this situation, the seed buyer and breeder will need to employ Luther Burbank’s Law first, and DJ’s Law after a parent is created for testing.

A Word About Mutagens

I am aware of concerns involving mutagens such as colchicine and their possible use on cannabis plants. Colchicine is a chemical that when applied to seeds or sprouts can cause extreme genetic mutations in future generations of the seeds that survive the treatment (often less that 1%). For the record let me state that I have never used colchicine, or any other mutagen, in my breeding work . All of my selections are from organically produced crops. I do have my suspicions, however, primarily concerning some of the Thai strains that I have used.

I am not certain, but I suspect that the Highland and Chocolate Thai may have been the results of a mutagenic regimen. The reasons I make the speculation is due to observations witnessed in the growing cycle of the Highland and Chocolate Thai and their progeny. Both were extremely “freakish” in some of their expressions, as were a number of subsequent generations. These freakish anomalies are similar to many of the abnormalities documented by mutagenic experiments published in journals such as High Times and Cannabis Culture. These abnormalities include asymmetric growth patterns, “albino” mutations that affect parts of the plant such as half of a leaf, various polyploid expressions and mild to extreme leaf mutations. I am very interested to learn about any first hand experience anyone may have had in this capacity. Having said that, one of the most important aspects to consider in regard to a breeding regimen is that of ratios.

Ratios

The math for this selection process involves watching the ratios of desirable plants from f2 to f3 and beyond generations. The ratio of plants exhibiting a specifically desired trait from the f2 generation may be 1:20 or 1:50 or 1:100 or even as high as 1:1000 (approximate ratios). Once obtained and selected, however, and crossed to the correct pollen source, this ratio will equate more and more per each successful generational cross. This is another indicator of which individuals actually breed true for the specific desired trait(s). Therefore, if the ratio of plants with desired traits presents itself in an approximate 1:100 ratio in the f2 generation, and successful crosses are made, this ratio should diminish to between 1:50 to 1:20 for the same desired trait in the f3 generation. If the cross remains successful, the ratio will diminish to anywhere from 1:10 to an absolute IBL (In-Bred Line) beyond the f4 cross of 1:2 (or 1:1 barring male sexual exclusion, i.e. the ratio among the female plants only).


It is important to note that any 1:2 (1:1 female) IBL ratio is generally for a very specific, singular trait. When considering combinations of traits, the best obtainable ratio I have found is between 1:5 to approximately 1:10, depending on the number of desired traits sought. Please note that these ratio numbers are approximate and the true numbers may be closer to the powers of two such as 1:8, 1:16, 1:32 etc. It also needs to be noted that my ratios relate to total number of seeds sprouted and not just the number of female plants.

Therefore, if I sprout 100 f2 seeds and find one female plant with any number of desirable qualities, and I successfully find a male f2 pollen donor to cross with, and the ratio of these same desirable plants in the f3 generation becomes at least 1:50 (preferably 1:30 or better) then I consider myself on the right track and proceed from there. If a subsequent cross of the f3's provides a ratio of desirability in the f4's of 1:20 (or closer), I am definitely on the right track. In essence these are the (general) numbers I look for in the early breeding trials. Suffice it to say that my informal observations have proven true enough for me to be able to judge desirable results with adequate success, despite the approximations.

Suffice it also to say that I have a large collection of f3's and f4's and beyond that merit further investigation. These f4's (and some f3's and f5's) are the primary source for all future breeding work along the lines established by the ratios of plants with the desirable traits expressed therein.

A Word About Anomalies

Anomalies, individuals that are markedly different from the general phenotypic expression of a given variety, are rare, but occur with a near predictable ratio. Beyond the f-3 generation (and from my personal seed-stock) anomalies present themselves at the ratio of approximately 1:100. Because there are both positive (desirable) and negative (non-desirable) anomalies, the overall ratio of positive (desirable) anomalies is probably somewhere in the neighborhood of approx. 1:200. Desirable anomalies are very valuable to cannabis breeding providing that they are viable. So always keep an eye out for desirable anomalies and put sufficient energy into their reproduction. More often than not however, anomalies can be very finicky and therefore difficult to work with

 

Une des techniques les plus utiles pratiquée lors d’un projet de breeding de cannabis est peut être celle du catalogue. C’est la méthode utilisée pour catégoriser les différents traits des plantes pour s’y reporter plus tard, où comment étiqueter au mieux les caractères d’une population donnée. Cela implique également un suivi de des origines (références de génération).

 

Tout d’abord et avant tout, je ne peux pas commencer à décrire le niveau de complexité impliqué dans un projet de breeding qui s’étend de la génération F2 à la F5. Cela m’a pris plus de 15 ans d’essais-erreurs pour le comprendre complètement et pour développer un système qui fonctionne sur ces générations et même au-delà. Cela commence assez simplement, disons jusqu’aux F2, ensuite la complexité augmente exponentiellement à chaque génération.

 

Les P1 sont assez simples à classer, il s’agit des parents reproducteurs originaux, ils sont étiquetés pour ce qu’ils sont, par exemple Highland, Purple ou Chocolate Thaï; Oaxacan ou Santa Marta Gold, Pure Afghan, etc.


Les F1 sont également simples à classer car ils ont des traits uniformes et j’ai simplement choisi de les étiqueter « The Cross ». La génération F2 fut également facile à identifier avec le label « Double Cross », ou la descendance du croisement F1. Néanmoins, quand ces F2 furent cultivés, une extrême diversité apparut pour créer les F3 (notamment les descriptions des F2 sélectionnés pour continuer les cross), et le travail devint plus difficile.

 

A partir de ce niveau (et au delà) un système d’étiquetage devient nécessaire pour cataloguer toutes les variations. En commençant avec les plantes cultivées à partir des graines F2 j’ai choisi d’utiliser un système alphabétique : chaque lettre correspond à un caractère spécifique. Par exemple :
la lettre « B » signifiait la caractéristique « Berry » (« Baies »)
F : Fruity ( Fruité , parfois Floral )
G : Grape ( Raisin)
C : Citrus (Agrumes )
O : Orange
L : Lemon ou Lime ( Citron /Citron vert)
K : Kush
S : Sativa
P : Purple
X : eXtrême production de trichomes
etc.


Je dois avouer que j’ai fait de nombreux essais et connu pas mal d’erreurs avant de finalement y arriver. Par conséquent, si quelqu’un regardait mes premières notes, il y trouverait de nombreuses exceptions à « la règle » que j’ai développée. Je conserve ces « erreurs » initiales pour ne pas trop compliquer ce qui va suivre. Il est également très important de noter que la plupart de ces observations furent relativement subjectives, et que deux caractères maximum pouvaient être assignés par plante, jamais plus. Par exemple, le label « BK » correspondait à « Berry Kush », une plante à dominance Kush avec de remarquables attributs Berry. Il est également important de noter que seule la plus remarquable plante pour un caractère donné était sélectionnée. Donc la plante estampillée « BK » était vraiment la plante la plus « Berry / Kush » du lot.

 

Et donc, mon stock de graines F3 fut étiqueté avec un code de deux lettres indiquant les caractéristiques les plus remarquables que possédait chacun des parents (la mère en premier), et seulement ceux avec les plus fortes expressions gagnaient leur label.
Quand les F3 furnt cultivées et croisées pour créer la génération F4, ces labels furent couplés pour indiquer les parents de la descendance F4 : par exemple BK/FS serait un croisement entre une mère F3 « Berry-Kush » (je place toujours la femelle en premier, et le mâle en second) et un père F3 « Fruity-Sativa ».


Les F4 et au-delà
Examinez le numéro de label : 4/5 3 96-2. C’est le type de symbole numérique que j’utilise pour étiqueter les plantes de la génération F4 et des suivantes. Avant de disséquer ce nombre je dois vous indiquer quelques règles que je suis dans un projet de breeding au-delà de la génération F4 :
Tout d’abord, je ne cultive jamais plus de 6 variétés en même temps, pour éviter trop de confusion. Six parce que c’est en général le nombre maximum de variétés qu’un individu peut vraiment suivre. Ces six (ou cinq, ou quatre, etc.) variétés sont étiquetées de 1 à 6. Disons par exemple que les 6 variétés F3 que j’utilise sont :
1 = FK/FK
2 = BK/PK
3 = FK/FL
4 = GK/GK
5 = PK/FP
6 = XP/FK.
[/list]On prend note de ces croisements et les graines sont alors mises à germer et sont cultivées, codées et identifiées par un seul chiffre (de 1 à 6 dans notre exemple).


Ensuite, je sélectionne un mâle uniquement par projet de breeding. Encore une fois, cela simplifie les choses et réduit énormément le risque d’erreurs. Ce mâle est généralement sélectionné autour de la troisième semaine du cycle de floraison, sauf s’il s’agit d’un clone issu d’un autre projet.

 

Une fois que le mâle unique est sélectionné, les autres mâles sont détruits et les femelles restantes sont numérotées selon leur variété (par exemple s’il reste 7 femelles #1, cinq femelles #2, etc., elles sont numérotées de #1-1 à #1-7, de #2-1 à #2-5, etc).
Le mâle conserve simplement le numéro de sa variété, dans notre exemple ci-dessus un numéro « 5 », donc un mâle PK/FP.
Ceci étant expliqué, nous pouvons examiner l’exemple initial: 4/5 3 96-2.
Les deux premiers numéros, « 4/5 » sont les numéros des variétés de la femelle en premier et du mâle en second. Donc dans cet exemple cela serait : une femelle GK/GK croisée avec le mâle PK/FP.
Le troisième numéro dans notre exemple, « 3 », signifie la 3e femelle du lot #4 (GK/GK).
Le numéro suivant dans notre exemple, « 96 », est simplement l’année
Le numéro final est le numéro de la session pour cette année.


Donc, en traduction, le nombre 4/5 3 96-2 est la 3e femelle GK/GK (ou #4), croisée avec le mâle PK/FP (ou #5), lors de la seconde session de 1996.

 

Veuillez noter svp que l’indicateur « /5 » utilisé pour le mâle sera /5 pour toutes les graines étiquetées de ce lot, vu que le mâle #5 (PK/FP) fut le seul mâle utilisé. Si le clone d’un mâle d’une session précédente est utilisé il peut être indiqué en utilisant le numéro #7 dans les notes initiales (si 6 variétés sont cultivées) et décrit en tant que clone mâle utilisé dans la description #7. De même, si l’une des six variétés testées est un clone d’une femelle sélectionnée dans le passé, elle doit être utilisée comme l’une des variétés #1 à #6, mais en étant étiquetée et décrite en conséquence.

 

Cela peut sembler d’abord complexe, mais je vous assure que cela fonctionne très bien. Le même système est utilisé pour les générations F5 et les suivantes. Cette technique requiert simplement que les notes datées soient conservées et classées. Par ce moyen, chaque croisement peut être tracé et référencé grâce aux notes, et à un simple code de 6 ou 7 chiffres, qui suffit pour étiqueter et classer les plantes.

Finalement, ce système fonctionne le mieux pour les croisements dits « en avant ». Mais les rétrocroisements nécessiteront une autre notation. Les notations utilisées pour les clones que l’on a détaillées ci-dessus fonctionnent bien avec les rétrocroisements impliquant des clones.

 

Ce système est bon pour une seule culture à la fois. Quand il s’agit de cultures multiples, ou d’installations multiples, alors elles doivent être identifiées également, peut être par une lettre, « A », « B », « C », etc. en plus de l’identification initiale du catalogue. Des notes détaillées de chaque plante sont nécessaires pour utiliser pleinement tout système de classement et sont manifestement requises pour le succès de celui-ci. En plus de cette raison principale, j’ai trouvé que ce système était relativement simple et fiable pour classer les projets de breeding au dela de la génération F3.

 

Contexte, critique, et la Loi de DJ


Rappelez-vous : tout mon stock de graines est issu du croisement de deux parents P1 distincts, la mère étant une pure sativa landrace et le père étant un pur indica. Ce croisement a produit une ligne très uniforme que j’ai nommé « The Cross », ou la génération F1. Quand « The Cross » fut croisé avec lui-même (surnommé à l’époque « Double Cross »), la disparité des expressions résultant de cette génération F2 fut phénoménale.

 

Je dois dire ici que les variations remarquées dans ce croisement de F2 et dans les générations ultérieures étaient vraiment stupéfiantes de complexité. Je dois également dire qu’en ce qui concerne la sélection sur la plus large population possible (« le jeu du nombre »), cette génération F2 et à un certain degré la génération F3 sont les plus pertinentes. Le fait est que, plus le nombre de graines de F2 et de F3 mises à germer est élevé, plus on remarque de diversité. Ce n’est qu’à partir de la génération F3 et des suivantes que des traits spécifiques sont sélectionnés et stabilisés. Une fois qu’un caractère spécifique est identifié, le nombre d’individus nécessaires diminue après chaque génération sélectionnée avec succès selon ce caractère désiré. En d’autres termes, plus vous mettez à germer de graines F2 et F3, meilleure sera l’étude des caractères. Lorsqu’un caractère est sélectionné et se conserve par cross aux générations suivantes, il n’y a besoin que de peu de F4 et F5 pour vérifier le résultat.

 

Il existe une règle très simple qui je pense est primordiale dans un projet de breeding de cannabis de qualité, ou lorsque l’on applique la Loi de Luther Burbank (« Sélectionnez le meilleur et rejetez tous les autres). C’est une extension de la Loi de Luther Burbank que j’ai nommée :

La Loi de DJ du breeding de Cannabis de qualité

 

« La descendance doit égaler ou surpasser ses parents en qualité générale et en désirabilité pour être utilisée pour le breeding à venir ».

C’est-à-dire que, si la descendance n’est pas aussi bonne que l’herbe de laquelle elle provient, elle sera rejetée pour le breeding ultérieur. Mais le produit final issu de la graine cultivée n’a pas besoin d’être exactement comme l’herbe (ou le parent) duquel il provient. Un bon exemple est la landrace Thaï et les plantes cultivées à partir de ses graines. Ces plantes, spécialement celles cultivées en intérieur, n’étaient pas vraiment identiques à l’herbe Thaï importée de laquelle elles provenaient (c’était dans ce cas principalement dû aux environnements de culture et aux techniques de curing, tous deux très différents). Elles étaient néanmoins très proches, et même dans certains cas supérieures à l’herbe dont elles étaient issues, et par conséquent, méritaient d’être considérées.

 

En règle générale cependant, je n’ai jamais eu beaucoup de chance en essayant de reproduire en intérieur les effets de certaines herbes des îles tropicales comme Hawaï ou la Jamaïque, et par conséquent ces essais ne furent jamais d’assez bonne qualité. A noter qu’à mon humble avis, la majorité des variétés landrace cultivées se sont avérées échouer à la loi de DJ. Très peu se sont révélées être de valeur significative et mériter une attention ultérieure. Mais la Loi de DJ s’appliquent aussi aux sélections F2, F3, et suivantes.

 

Je réalise qu’il est parfois impossible sur le marché actuel de la graine de pouvoir étudier un véritable échantillon de l’herbe parente des graines que l’on a achetées. Parfois ces variétés sont disponibles commercialement dans des endroits comme les coffee shop Hollandais, mais on ne peut jamais être certain que l’herbe que l’on achète (ou même la graine) soit vraiment authentique. C’est peut être l’un des principaux défauts du marché de la graine actuel : La fiabilité. Dans cette situation, l’acheteur de graines et le breeder vont devoir utiliser en premier lieu la Loi de Luther Burbank et seulement ensuite la Loi de DJ, lorsqu’un parent est créé pour examen.

 

Un mot à propos des mutagènes.


Je suis conscient des inquiétudes impliquées par des mutagènes comme la colchicine et leurs usages possibles sur les plantes de cannabis. La colchicine est un produit chimique qui lorsqu’il est appliqué sur les graines ou les germes, peut causer des mutations génétiques extrêmes dans les générations suivantes pour les graines survivant au traitement (souvent moins de 1%).
Je tiens à signaler que je n’ai jamais utilisé de colchicine ni d’autres mutagènes dans mon travail de breeding. Toutes mes sélections sont issues de récoltes produites biologiquement. J’ai néanmoins des soupçons, principalement concernant certaines variétés Thaïlandaises que j’ai utilisées.

 

Je ne suis pas certain, mais je suspecte la Highland et la Chocolate Thaï d’être peut être les résultats d’un régime mutagène. Les raisons de cette spéculation sont dues aux observations effectuées dans le cycle de croissance de la Highland et de la Chocolate Thaï et de leurs descendances. Les deux étaient extrêmement « monstrueuses » dans certaines de leurs expressions, comme le fut un certain nombre de générations suivantes. Beaucoup de ces anomalies étaient similaires aux anomalies d’expériences mutagènes publiées dans des journaux comme High Times ou Cannabis Culture. Ces anormalités incluent des structures de croissance asymétriques, des mutations « albinos » qui affectent une partie de la plante comme la moitié d’une feuille, de diverses expressions polyploïdes et des mutations foliaires allant de moyennes à extrêmes.

 

Ceci étant dit, nous en venons à l’un des aspects du breeding les plus importants à étudier : les ratios.

 

Les ratios.


Les calculs pour le processus de sélection impliquent d’étudier le ratio des plantes désirables de la génération F2 à la F3 et aux suivantes. Le ratio de plantes montrant un caractère spécifique désiré de la génération F2 peut être de 1:20 ,1:50, 1:100 ou même aussi élevé que 1:1000 (ratios approximatifs).


Néanmoins, une fois obtenu, sélectionné et croisé avec une source de pollen correcte, ce ratio va être réduit encore et encore après chaque nouveau croisement générationnel réussi. C’est un indicateur pour savoir quels individus transmettent le (ou les) caractère(s) désiré(s) à la génération suivante (en anglais « to breed true », « croiser vrai »). Par conséquent, si le ratio de plantes avec les caractères désirés était d’approximativement 1:100 pour la génération F2, et que les croisements sont effectués correctement, ce ratio devrait diminuer entre 1:50 et 1:20 pour les mêmes caractères désirés pour la génération F3. Si le croisement reste réussi, le ratio va diminuer jusqu'à quelque chose entre 1:10 et un IBL absolu (In-Bred Line) après la génération F4, soit 1:2 (1:1 si l’on ne considère que les femelles).

 

Il est important de noter qu’un ratio IBL de 1:2 (1 :1 si l’on ne considère que les femelles) n’est généralement possible que pour un caractère vraiment spécifique et unique. Pour une combinaison de caractères, les meilleurs ratios que j’ai pu obtenir sont entre 1:5 et environ 1:10, en fonction du nombre de caractère désirés recherchés.


S’il vous plait notez que ces ratios sont approximatifs et que les chiffres réels doivent être plus proches des puissances de 2 comme 1 :8, 1 :16, 1 :32, etc. Il faut également noter que mes ratios concernent le nombre total de graines germées et non pas juste le nombre de plantes femelles.

 

Par conséquent, si je mets à germer 100 graines F2, que je trouve une femelle avec un certain nombre de qualités désirées, que je trouve avec succès un mâle F2 donneur de pollen pour faire un croisement, et que le ratio de ces même plantes désirables – pour les mêmes qualités – dans la génération F3 devient au moins 1:50 (de préférence 1:30 ou mieux), alors je me considère comme étant sur la bonne voie et je continue à partir de là. Si un croisement ultérieur entre les F3 fournit un ratio de désirabilité des F4 de 1:20 (ou mieux), je suis définitivement sur la bonne piste. Dans l’essentiel ce sont en général ces ratios que je recherche dans les premiers essais de breeding. Cela me suffit pour dire que mes observations informelles, intuitives, se sont révélées suffisamment correctes pour obtenir un résultat désirable avec donc le bon ratio, malgré les approximations.

 

Vous vous doutez donc bien que j’ai une grosse collection de graines F3, F4 et générations suivantes, qui méritent de plus profondes investigations. Ces graines F4 (et certains F3 et F5) sont la source principale pour tout le travail de breeding à venir avec les lignes établies selon les ratios de plantes avec des caractères désirables exprimés.

 

Un mot à propos des anomalies :


Les anomalies, des individus nettement différents de l’expression phénotypique générale d’une variété donnée, sont rares, mais se produisent avec un ratio presque prévisible.


Après la génération F3 (dans mon stock de graines personnel), les anomalies représentent un ratio d’environ 1:100. Comme ces anomalies peuvent être soient positives (désirables) soit négatives (indésirables), le ratio global des anomalies désirables est probablement quelque part autour de 1:200. Les anomalies désirables ont beaucoup de valeur pour le breeding du cannabis à condition qu’elles soient viables. Donc gardez toujours un œil sur les anomalies désirables et investissez suffisamment d’énergie pour leur reproduction. La plupart du temps cependant, les anomalies peuvent être très complexes, fastidieuses, et par conséquent il est difficile de les travailler.



A.2. L’art de la sélection et du breeding - 2003

 

Vous pouvez retrouver une ancienne traduction

 

http://www.cannabisculture.com/articles/2788.html Article original
Perhaps the most important aspect to consider in the breeding of fine quality cannabis is that of selection. Selective breeding is where all of today's varieties evolved from.
In the past, this chore was made easier by the fact that most of the commercially available herb was seeded and imported from outdoor plantations, usually near-equatorial in origin. These "land-race" Sativa varieties were the building blocks of the burgeoning domestic productions of the times.
The Indica (Afghan, Kush, Skunk, etc.) genetics were specially imported by West Coast interests and available to the general public around 1978. It was shortly after this time that the variance of domestic cannabis increased exponentially, as people began experimenting with crossing these two different types of pot.

Beginning breeding
The typical way to begin a breeding program is to carefully select P1 parents of pure Sativa and pure Indica, crossing them to produce an f1 hybrid that is uniform in its phenotypic growth patterns. The next step is the crossing of the f1 type with itself, which produces a very wide variation witnessed in the f2 growth patterns and expressions.
It is in this f2 second-generational cross and beyond that the art of selection really comes into play. There are a number of factors to consider at this point, such as what the male and female will each contribute; and most of all, what will the overall quality of the finished product be like?
Defining a goal and constructing a plan to accomplish it is called "top-down" programming, and this "top-down" approach applies well to cannabis breeding. It helps considerably to have a specific goal in mind when attempting to selectively breed a variety of ganja. This simple fact I cannot emphasize enough.
One must at least have an idea of what one is aiming for before beginning. For me this has little to do with plant structure and much to do with the quality of the finished product, no matter what form it is in. Having an experienced and educated palate (both mentally aesthetic and physically discernable) is key in the art of breeding fine quality cannabis.
The "goal" at the center of most of my breeding targets would be to replicate, as near as possible, the experiences produced by the great land-race varieties of old: Highland Oaxacan or Thai, Santa Marta or Acapulco Gold, Guerrero Green, Panama Red or Hawaiian Sativa? or the hash from regions such as Lebanon, Afghanistan or Nepal.
The indoor grow environment is too generic to fully replicate the great old legends. Therefore, it was necessary to settle for the next best thing: happy Sativa/Indica crosses that would perform well indoors. (It is interesting to note here that most of the fine land-race Sativa were hermaphroditic, though sometimes only minimally.)

Selection process
Obviously, you seek the parents that will produce the desired progeny. Paradoxically, this process requires selecting the best after they've been harvested. The solution is to keep samples from each plant of a test crop. This can be done via rooted clones from earlier cuttings, or re-greened mothers and fathers kept in a vegetative state and a high-nitrogen diet. Once you have chosen among the harvested plants, you can use the rooted cuttings for future consideration and possible breeding.
Pollen may also be gathered and immediately stored via vacuum sealing and deep-freezing. It is crucial to vacuum seal and freeze pollen immediately after it is collected and to use stored pollen immediately after it thaws. Dry seeds also store well over indefinite periods of time in an undisturbed deep-freeze, with some desiccant.
This process of post-harvest selection works fine for selecting desired female plants. But what about males? What is the best and most simple way to select males for breeding? Due to the fact that it is the female plants that we are ultimately familiar with, selecting males is a bit more involved.
The process is basically the same as it is with female plants, except with males the numbers are first limited down via a process of elimination, and selections made by comparing the remainder. Selecting males also takes a little more time initially as the quality of the male is not fully determined until after the seeds it produces are grown out and tested. As one becomes more familiar with a particular strain, the specific characteristics of the desirable males become apparent.
Ideally, the more seeds one starts with the better. This is, after all, a numbers game. I will assume that any basic breeding project starts with at least 20 different plants, from 20 viable seeds of high quality, professionally stabilized varieties. This would give a minimum of 10 male and 10 female plants hopefully sexed by two weeks into a flowering light cycle (short day/long night).
Once sexed, the process of elimination may begin. All of the females are kept and regularly examined to prevent unwanted hermaphroditism. Unwanted males and all hermaphrodites must be eliminated before they begin to shed pollen ? usually by the third week in the flowering cycle. The female plants need to be checked for hermaphroditism until harvest.
(A quick word on "backward" hermaphrodites ? declared males that eventually sport female flowers ? as opposed to the usual female-to-male hermaphrodites. These are semi-rare occurrences, usually sterile but sometimes viable, that I have found at times to be valuable in their genetic contributions. Some of the most resinous and desirable males I have encountered exhibited this trait. This trait almost seems to guarantee against unwanted hermaphroditism in subsequent generations as it also increases the female to male ratio in its progeny.)

Recessive combination
A word needs to be said about the not-too-common probabilities of what I generally refer to as a recessive combination phenomenon. Sometimes, though not often, two parents that appear to express a common desirable trait ? let's say a sweet/fruity bouquet ? are crossed and the progeny do not express the desirable trait.
This usually means that one or both parents possessed some sort of recessive alleles in their genotype for this characteristic. But it could also mean that the progeny had a different environment that the parents.
If environment can be ruled out then it is likely that some sort of a genetic recessive combination is the cause. If none of the progeny express the desired characteristic one may want to cross the progeny with itself and see what the outcome is.
If a common "Punnet ratio" such as 25% of a progeny express the desirable trait, then the trait is more than likely recessive and the trait may be stabilized via crossing any two of the 25% (or whatever common ratio) that show the desired trait with each other. This process is time consuming and is generally followed only if no other alternatives exist.

Selecting males
I prefer to remove all of the males from the grow-room to a separate, isolated space shortly after they declare their sex and well before they begin to shed pollen. A small space lit with simple fluorescent light will suffice for the males for the next few weeks. During this time the female buds will fatten with more flowers while your collection of males is selected down.
I generally employ a simple process of elimination while selecting males. First, any auto-flowering or very early-declared males are eliminated. (Auto-flowering means that male flowers form regardless of light cycle timing.) This is mainly to insure against hermaphroditism or unwanted flowering traits, but also as a means to insure quality. The very early declared males have a tendency to be less desirable in terms of their contributions to the quality of the finished product. (If you are trying to specifically create an early-flowering strain, then your priorities may be different.)
Next, any male plant that grows too tall or too fast is usually eliminated. The reason for this is that most plants which dedicate so much energy to fiber production generally are best for making fiber. The exception to this rule is when an over-productive plant also exhibits a number of the desirable characteristics mentioned later.
The next criteria for elimination is borrowed from Michael Starks' book, Marijuana Potency, and involves stem structure. Large, hollow main stems are sought while pith-filled stems are eliminated. Backed by years of observation, I agree that hollow stems do seem to facilitate THC production.
Another consideration is the type of floral clusters that develop. Even on males, clusters which are tight, compact and yet very productive are desired over an airy, loose structure. These observations are most notable in the indoor environment. Outdoors, the differences in stem and floral structures are more difficult to discern.
The next and perhaps most important characteristic to examine is that of odor, flavor and trichome development. Again, the females will prove themselves by their finished product, but the males are a bit trickier.
I usually begin with a Sativa female and an Indica male. It has been my observation that the females primarily contribute the type of flavor and aroma and the males contribute the amount of flavor and odor. The "Sativa/Indica" aspects of this formula are mainly apparent in the P1 or very early filial crosses (to about f3). Beyond the f3 generation the apparent "Sativa/Indica" ratio in a given individual is less important than the odor/flavor and trichome development aspects it exhibits. Therefore, one of the main aspects to consider when selecting a male is the depth of its aroma and flavor. (If you are seeking to develop a low-odor indoor strain you might wish to begin with a low-odor Sativa male and an Indica female.)
With the remaining males I usually employ an odor/flavor test. Using males at least two or three weeks into the flowering cycle (and preferably beyond if a separate, isolated space is being used), a sort of "scratch-and-sniff" technique is first employed. With clean, odor-free fingers, gently rub one plant at a time, on the stem where it is well developed and pliable, above the woody part and below the developing top (approximately at the spot where a clone would be cut). The newer leaves at their halfway point of development may also be rubbed and sniffed.
These are the places that the earliest chemical signatures of a developing plant present themselves, and it is our intent to gently disturb these chemicals and inspire an odor/flavor reaction on the fingers and on the plant. By examining these various aromas in this way one may be able to determine certain desirable (and also undesirable) characteristics. After clearing one's palate and refreshing one's fingers, another plant may be tested.
The finalists are best compared for at least a week and at different times of day, to determine who performs best over a period of time.
A few of the "good" aromas which I have found to be associated with both male and female high quality cannabis are: sweet, floral, fruity, berry, wine/brandy, other savory spirits, skunky and spearmint. Some of the "bad" aromas associated with both male and female cannabis are: grassy, chlorophyll (green), celery, parsley, carrots, cinnamon, pepper-mint or wintergreen, gear-oil and gasoline. Some of the aromas that are considered "good" from females but not necessarily from males are: woody, cedar, pine, citrus, tropical fruit, chocolate, vanilla, coffee, garlic and astringent.
Worldwide weed
It is sad that due to the Unfortunate State of Assholes in the world today we herbalists are treated criminally. Sad because given saner times we would be able to produce vast amounts of fine quality herb by virtue of no more than the great outdoors, large numbered populations and trial and error.
Someday perhaps, but in the meantime I have few alternate suggestions. Holland, Denmark, Switzerland, Spain and other parts of Europe are opening up more and more toward herbal tolerance. It is relatively easy in these places to score some high quality product.
It is advisable for the newbie to a scene to buy many small samples of herbals at first until one finds what one likes. Just like in any other travel situation, special surprises await those willing to venture out from the centralized tourist areas (except in Christiania where "one stop shopping" is greatly enjoyed).
I am willing to bet that some of the many herbal "sweet spots" around the globe may once again be producing their specialties. I am eager to verify any rumor of such possibilities. These sweet spots would include many equatorial and near equatorial regions such as Colombia, Highland Mexico, parts of Thailand, Burma and Bhutan to name a few. Places such as Nepal and Jamaica have been ideal for herbal expeditions as well. These are some of the places one could venture in search of educating one's herbal palate and expanding one's experience. n
Constant testing
After selections are made, it is also necessary to remember to test for these qualities across a number of clone generations. Do the desirable characteristics present in a new plant (from seed) persist through the following clone generations of that plant? Does the plant from clones of the original carry the same odor/flavor quality? The same potency? Overall desirability? The answers most definitely need to be "yes" if that individual is to be considered for future breeding.
With much practice and years of experience it becomes apparent to those with a sensitive palate which individuals possess the most desirable characteristics from a given sample.
I suggest that your taste and smell be augmented with the use of an illuminated magnifier, either 30X, 60X or 100X power
will do.
Look at the same aforementioned spot on the stem or developing leaves any time after the second week in the bud cycle and look for the greatest abundance of developing trichomes or secretory hairs (hairs that secrete fluid obvious at 30X and above magnification). More fully developed trichomes with very clear heads are generally the most desirable.
These observations need to be done over a period of time (that is, not just a one-time look) and at different times of the day to determine which individuals perform best. Many various phenomena become apparent to those who are able to pay close attention over a period of time. To that effect I suggest you compile and composite detailed notes on one's observations, and to compare those notes over time. Detailed, comprehensive notes are the hallmark of any successful breeding program.
It is possible to test males by smoking or otherwise consuming them. This practice may be somewhat beneficial to beginners as it does involve a sort of obvious discretion. I suggest using only fresh tips, properly cured and rolled into a joint. Also, make sure that this test smoke is the first smoke one consumes in a day in order to best discern its qualities, or lack thereof.

Some other aspects to consider
There are a number of aesthetic considerations to consider regarding fine quality cannabis breeding, such as color, overall structure, growth patterns and various bouquets. My primary goal involves finding the finished product with the most desirable and pleasant effects. So I focus on those aspects and stabilize them first. Once stabilized, a backcross or a cross to another variety may be utilized to further improve the line and/or increase vigor, if necessary.
On the experimental level the finished product is expected to be either pleasant or powerful, depending on the individual. I prefer an herb that is pleasantly powerful or powerfully pleasant! So that is the sought-after goal. The range of experiences elicited by cannabis can vary from bliss to panic to stupefying. I much prefer the bliss aspects.
The best descriptive dichotomy in this case would be comfort vs. discomfort. I also suppose some personality types may enjoy a more exciting experience ? perhaps only once in awhile ? a feeling somewhat akin to the entertainment of a roller coaster ride or a horror movie.
Cannabis is unusual in its varying effects on our vascular-circulatory system. Some cannabis strains seem to act as a vasodilator and others as a vasoconstrictor. A vasoconstrictor is a substance that constricts blood vessels. It tends to elicit tension, excitement, anxiety, and even panic. A vasodilator is a substance that dilates blood vessels and tends to relax a person more easily into a blissful state. Therefore, I tend to prefer cannabis that seems to act as a vasodilator, simply not to the point of couch lock sedation.
I have nothing against powerfully stony herb. It is just that as long as my breeding space is limited, I will choose to work with the more pleasant varieties ? those that elicit a generally happy experience. Someday I look forward to working at stabilizing many different varieties of herb. After all, to each their own.
Tinnitus and dyskinesia are common symptoms of a vasoconstrictor reaction. Tinnitus is ringing in the ears, and dyskinesia, in this instance, is usually felt as a tingling in the extremities, especially the little fingers, toes and ears. Another bad sign would be any form of tension headache or unwanted body load. If these symptoms occur regularly after indulging in a particular herb, the herb may be contributing to the sensation.

Does it pass the acid test?
To borrow and paraphrase a disclaimer from Dr Hunter S Thompson; "I cannot condone drug usage, but I must admit it has worked well for me." In particular, the psychedelics (entheogens, entactogens, and hallucinogens included) are paramount as a testing tool when breeding fine quality cannabis.
A favored testing formula of mine involves preparations being made days in advance. One needs to have a perfectly cured sample of the herb one wishes to test ready at hand before the test. Fasting (from substances primarily, but also some foods) and cleansing (exercise, sweating or sauna, re-hydration and meditation, etc.) are employed for a period prior to the test. This is to as fully as possible re-calibrate one's baseline state of consciousness to its most basic, clean state.
A time is selected, a toast made and the trip material is ingested. I generally like to eat a simple meal of soup or juice and bread after I ingest a substance and before I begin to alert (first noticing the effect of a substance).
Do not ingest any herb, or any other consciousness-altering substance until after one has alerted, preferably prior to the peak of the trip. Ingest only a small amount of the herb to be tested at first, one toke at a time, unless this is a follow-up test and one is already familiar with the experience.
Ideally, the psychedelic substance will further the range of noticeable subtleties by one's psyche and allow a broader appreciation of the effect from the herb. An herb that is truly powerful and pleasant will usually profoundly express its experience upon the opened mind. That is, if the herb is truly blissful it will become more readily apparent under such psychedelic examination. Likewise, if the herb is somewhat "panicky" or "anxious" in experience, the psychedelic will exacerbate these qualities as well.
I am assuming, and offering fair warning, that those who attempt such a test are well-experienced psychic travelers. That is, all necessary considerations of set and setting must be satisfied before attempting such a trial. The psychedelic substance almost seems to act as a sort of mental catalyst when combined with herb. This combination is able to cause both desirable and undesirable traits of the herb experience to become more so apparent to the initiated mind.
These are some of the techniques, selections and considerations that I employ when breeding fine quality cannabis. Famed horticulturist Luther Burbank's quote: "select the best and reject all others" is the single most important aspect to consider.
With time, focus and patience the knack for recognizing desirable and undesirable traits becomes more apparent. Having an open and curious mind, along with a developed sense of intuition, is beneficial.
May your ventures be fruitful.

Ganja Godesses
One of the things I learned a long time ago was that something more than genetics or biological environment plays a role in the desirability of herb. During the 70's and 80's, as the number of growers proliferated, it became apparent to those privy to the info that a grower's personal vibe somehow became part of the plant's vibe.
Generally speaking, mellow, laid-back growers tended to produce mellow, laid-back herb, whereas uptight, sinister growers tended to produce uptight, sinister herb. Perhaps it was just the vibe of the grower following the product to market expressing itself along the chain of trade, I am not certain, nor do I believe any form of scientific observation will ever confirm such a debate. It has simply been one of those givens in the trade. In that regard, I have further noticed that much of the finest domestic herb I've encountered was grown by women.
I used to call it the "Great Pumpkin" effect, but perhaps it is better termed the "Ganja Goddess" effect. The most sincere herbal patches being visited upon by the subtle and ethereal spirits of benevolence. And subtle is a very key word when considering the desirable characteristics of fine quality cannabis. Subtleties have a way of being very powerful, indeed. While we are considering such aesthetic topics let's have a look at femininity. It is, after all, the female plant we are primarily concerned with.

One of the most profound aspects of the cannabis experience for me is its ability to act as a counter-balance to my personal, male-dominance syndrome.
Cannabis allows me a reprieve from the otherwise distracting male-conditioned response of attempting to dominate my environment. My conditioning of aggressive competitiveness is temporarily quelled, and I am allowed to experience reality in a much more non-linear relationship. The routine desire to compete and conquer is replaced with a sense of cooperation and community. In a word, I have learned to become a feminist.
By "feminist" I mean the protected right to be feminine, cooperative, community-centered and globally concerned, able and free to discern subtleties, intuitive and submissive without the fear of dominator conquest and control. The fine quality cannabis experience allows me to better understand, accept, and serve fate.
One of the things I have learned about "us" (the cooperators) and "them" (the dominators) is that they need us much more than we need them. This is one fact that I wish very much for our community to realize. Toward realizing that end, I have found the finest quality cannabis to be an invaluable resource.

 

Ou comment créer d'extraordinaires variétés grâce à un palais averti, une sélection attentive et un peu de labeur.

L'aspect le plus important à considérer dans le breeding de cannabis de très bonne qualité est certainement celui de la sélection. Les variétés d'aujourd'hui découlent toutes de le breeding sélectif.


Par le passé, cette corvée était facilitée par le fait que la plupart des herbes commerciales disponibles étaient grainées et importées de plantations extérieures, généralement d'origine proche équatoriale. Ces variétés Sativa "landrace" furent les pièces de construction de la production domestique bourgeonnante de l'époque.

 

Les génétiques Indica (Afghane, Kush, Skunk, etc.) furent particulièrement importées par des "intérêts" de la côte ouest (des États-Unis, NDT) et disponibles au public vers 1978. Ce fut peu de temps après cette époque que les variantes de cannabis domestique augmentèrent exponentiellement, lors que les gens ont commencé à expérimenter les croisements entre ces 2 types différents d'herbe.

 

Commencement du breeding


Le commencement habituel d’un programme de breeding est de sélectionner attentivement les parents P1 de Sativas et d'Indicas pures puis de les croiser pour produire un hybride F1 qui est uniforme dans ses aspects phénotypiques. L'étape suivante est de croiser le F1 avec lui même, ce qui produit une très large variation observable dans les comportements et dans les expressions du F2.

 

C'est dans ce croisement de seconde génération F2 et au-delà que l'art de la sélection entre réellement en jeu. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte à ce moment, notamment pour savoir ce que le mâle et la femelle vont chacun apporter. Et plus que tout, quelle sera la qualité globale du produit fini?

 

Définir un but et construire un plan pour l'accomplir est appelé programmation descendante (« top-down », de haut en bas, NDT). Cette approche descendante s'applique très bien au breeding du cannabis. Cela aide considérablement d'avoir un but spécifique à l'esprit quand on essaye d'élever sélectivement une variété de ganja. Je ne saurais assez souligner ce simple fait.

 

Il faut au moins avoir une idée de ce que l'on veut obtenir avant de commencer. Pour moi, cela à peu à voir avec la structure de la plante mais beaucoup avec la qualité du produit fini, peu importe sous quelle forme. Avoir un palais expérimenté et éduqué (dans l'esthétique mentale et le discernement physique) est la clé dans l'art du breeding de cannabis d'excellente qualité.

 

Le "but" que je vise dans la plupart de croisement est de reproduire, au plus près possible, les expériences procurées par les grandes variétés land-race d'antan: Highland Oaxacan ou Thaï, Santa Marta ou Acapulco Gold, Guerrero Green, Panama Red ou Sativa Hawaiienne, ou le hash des régions telles que le Liban, l'Afghanistan ou le Népal.

 

L'environnement de culture intérieur est trop générique pour reproduire complètement les grandes et vieilles légendes. Il était donc nécessaire de choisir la meilleure seconde solution: De joyeux croisements Sativa/Indica qui se comporteraient bien et auraient de bonnes performances en intérieur (il est intéressant de noter ici que la plupart des landraces Sativa étaient hermaphrodites, bien que parfois de façon très discrète).


Processus de sélection


Évidemment, vous recherchez les parents qui vont produire la progéniture désirée. Paradoxalement, ce processus requiert de sélectionner les meilleurs parents après leur récolte. La solution est de conserver des échantillons de chaque plante d'une culture test. Ceci peut être accompli via des clones enracinés de boutures réalisées plus tôt, ou de pieds-mères et de pieds-pères régénérés et conservés au stade végétatif sous régime fortement azoté. Une fois le choix fait parmi les plantes récoltées, vous pouvez utiliser les clones pour une étude future et un possible breeding.

 

Le pollen peut aussi être recueilli et immédiatement stocké sous vide et surgelé. Il est crucial de mettre sous vide et de congeler le pollen immédiatement après sa récolte comme il est crucial de l'utiliser immédiatement après sa décongélation. Les graines déshydratées se conservent également très bien sur de longues périodes en surgélation continu, avec un peu de dessiccateur.

 

Ce processus de sélection post-récolte fonctionne bien pour la sélection des femelles désirées. Mais qu’en est-il des mâles? Quel est le plus simple et le meilleur moyen de sélectionner les mâles pour le breeding? Nous sommes finalement beaucoup plus familier des plantes femelles, sélectionner les mâles est donc un peu plus complexe.

 

Le processus est finalement le même qu'avec les femelles, excepté qu'avec les mâles, leur nombre est d'abord limité par une phase d'élimination, et les sélections sont faites par comparaison des survivants. Sélectionner les mâles prend également plus de temps car la qualité d'un mâle n'est complètement déterminée qu'après la culture et le test des graines produites par celui-ci. A mesure que l'on devient familier avec une variété particulière, les caractéristiques spécifiques des mâles désirés deviennent évidentes.

 

Idéalement, plus on utilise de graines, mieux c’est. Après tout, c'est un jeu mathématique. Je vais supposer que n'importe quel projet de breeding commence avec au moins 20 plantes différentes issues de 20 graines viables de grande qualité, de variétés stabilisées professionnellement. Cela devrait donner un minimum de 10 mâles et 10 femelles, avec un peu de chance sexés en 2 semaines de photopériode de floraison (jour court/nuit longue).

 

Une fois sexés, le processus d'élimination peut commencer. Toutes les femelles sont conservées et régulièrement contrôlées afin de prévenir un hermaphrodisme non désiré. Les mâles non désirés ainsi que tous les hermas doivent être éliminés avant qu'ils ne relâchent leur pollen, généralement vers la 3ème semaine de floraison. Les femelles doivent être contrôlées pour l'hermaphrodisme jusqu'à la récolte.

 

(Un mot rapide à propos des hermaphrodites "arriérés", les mâles déclarés qui éventuellement montrent des fleurs femelles, en opposition à l’hermaphrodisme commun femelle vers mâle. Ce sont des cas moyennement rares, généralement stériles mais parfois viables, que j'ai parfois trouvés valables dans leurs contributions génétiques. Quelques-uns des mâles les plus résineux et désirables que j'ai rencontrés montraient cette caractéristique. Caractéristique qui semble presque prémunir les générations suivantes d'un hermaphrodisme non désiré puisque qu'elle augmente aussi le ratio de femelles dans la progéniture.)


Combinaison récessive


Il est nécessaire de dire un mot à propos de la probabilité peu commune de ce que j'appelle généralement un phénomène de combinaison récessive. Parfois, mais pas très souvent cependant, deux parents qui paraissent exprimer un caractère commun intéressant, disons un bouquet sucré/fruité, sont croisés et la progéniture n'exprime pas ce caractère désiré.

 

Cela veut généralement dire qu'un ou que les deux parents possèdent un genre d'allèles récessifs pour cette caractéristique dans leur génotype. Mais cela peut aussi vouloir dire que les parents et la progéniture ont eu un environnement de culture différent.

 

Si la cause environnementale peut être écartée, la raison de ce phénomène est certainement le fait d'une combinaison génétique récessive. Si aucun des descendants n'exprime la caractéristique désirée on peut vouloir croiser les rejetons entre eux et voir le résultat.

 

Si un "ratio de Punnet" classique comme par exemple 25% du trait recherché est observé dans la descendance, alors le trait est probablement récessif et devrait pouvoir être stabilisé en croisant deux plantes parmi ces 25% (ou n'importe quel autre ratio courant) qui montre le caractère désiré entre eux. Ce processus est chronophage et généralement suivi si aucune autre alternative n'existe.

 

Sélectionner les mâles


Je préfère retirer tous les mâles de la pièce de culture et les placer dans un espace séparé et isolé peu après qu'ils ont déclaré leur sexe et bien avant qu'ils n'aient commencé à répandre du pollen. Un petit espace éclairé avec de la simple lumière fluorescente suffira aux mâles les quelques semaines à venir. Pendant ce temps, les têtes femelles vont gonfler de fleurs alors que la collection de mâles se réduira par sélection.

 

J'emploie généralement un processus simple d'élimination en sélectionnant les mâles. Premièrement, tous les mâles auto-florissants ou très rapidement déclarés sont éliminés (Auto-florissant voulant dire que les mâles fleurissent indépendamment de la photo-période). Ceci principalement pour s'assurer contre l'hermaphrodisme ou contre des traits de floraison non désirés, mais aussi comme un moyen d’assurer la qualité. Les mâles très précoces ont tendance à être moins désirables pour la contribution à la qualité du produit fini (Si vous cherchez spécifiquement à créer une variété très précoce, alors vos priorités seront différentes).

 

Ensuite, le moindre mâle qui pousse trop haut ou trop vite est généralement éliminé. La raison en est que la plupart des plantes qui dédient une telle énergie à la production de fibres sont généralement meilleures pour produire de la fibre. L'exception à cette règle est quand une plante sur-productive montre nombre des caractéristiques mentionnées ci-dessous.

 

Le critère d'élimination suivant est emprunté au livre de Mickael Starks, "Marijuana Potency", et implique la structure des tiges. Tiges principales grosses et creuses sont recherchées alors que celles remplies de "peau blanche" sont éliminées. Après des années d'observations, je suis d'accord pour dire que les tiges creuses semblent faciliter la production de THC.

 

Une autre considération est le type de grappes de fleurs qui se développent. Même sur les mâles, les grappes serrées, compactes et néanmoins très productives sont préférées à une structure clairsemée. Ces observations sont plus notables dans un environnement intérieur. A l'extérieur, les différences de tiges et de structures florales sont plus difficiles à discerner.

 

Le prochain et peut-être plus important critère à examiner est l'odeur, le goût et le développement des trichomes. Encore une fois, les femelles vont se qualifier d'elles-mêmes par leur produit fini, mais les mâles sont un peu plus délicats.

 

Je commence généralement avec une femelle Sativa et un mâle Indica. J'ai observé que les femelles contribuent essentiellement au type de goût et d'arôme et les mâles contribuent à la force du goût et de l'odeur. Les aspects "Sativa/Indica" de cette formule sont principalement apparents dans la génération P1 ou dans les tous premiers croisements filiaux (jusqu'au F3 à peu près). Au delà de la génération F3, le ratio "Sativa/Indica" d'un individu donné est moins important que son odeur/son gout et sa production de trichomes.


Donc, un des principaux aspects à considérer quand on sélectionne un mâle est la force et la profondeur de son arôme et de son goût. (Si vous essayez de développer une variété peu odorante d'intérieur, vous pouvez commencer avec un mâle Sativa peu odorant et une femelle Indica).

 

Avec les mâles restants, je réalise habituellement un test odeur/goût. Utilisant des mâles au moins dans leur 2ème ou 3ème semaine de floraison (et préférablement au delà avec l'utilisation d'une pièce dédiée et isolée), une technique simple consistant à "frotter et sentir" est d'abord utilisée. Avec des doigts propres, sans odeur, frotter doucement une plante à la fois, au niveau d’ une tige bien développée et flexible, au dessus du bois et en dessous des parties hautes en développement (approximativement à l'endroit où un clone pourrait être coupé). Les feuilles les plus récentes au milieu de leur développement peuvent être aussi frottées et senties.

 

Ce sont les endroits où la signature des composés chimiques précoces d'une plante en développement se révèle. Notre intention est de délicatement déranger ces composés et de provoquer une réaction odorante/aromatique sur les doigts et sur la plante. En examinant les divers arômes de cette manière, on doit pouvoir être capable de déterminer certaines caractéristiques désirables (et aussi certaines indésirables). Après nettoyage du palais et rafraîchissement des doigts, on peut passer au test d'une nouvelle plante.

 

La comparaison des finalistes sur au moins une semaine et à des heures différentes du jour est conseillée afin de déterminer celui qui a les meilleures performances sur une période de temps.

 

Quelques uns des "bons" arômes que j'ai pu associer aussi bien aux mâles qu'aux femelles de haute qualité sont: sucré, floral, fruité, baie, vin/cognac, autres spiritueux savoureux, skunky et mentholé. Quelques "mauvais" arômes associés aux mâles et femelles: herbeux, chlorophylle (vert), céleri, persil, carotte, cannelle, menthe poivrée, huile de boite et essence. Quelques arômes considérés comme "bons" pour les femelles mais pas nécessairement pour les mâles: Boisé, cèdre, pin, citron, fruit tropical, chocolat, vanille, café, ail et astringent.

L'Herbe dans le monde entier


Il est triste qu'à cause des Unfortunate State of Assholes (Etat Malchanceux des Trous du Cul – USA ), nous, herboristes, soyons traités comme des criminels dans le monde d'aujourd'hui. Triste car nous serions capables dans des conditions plus saines de produire de vastes quantités d'herbe de qualité avec rien de plus que le grand air, des populations de plantes très larges et par essai – échec (trial & error).

 

Un jour peut-être, en attendant j'ai quelques alternatives à suggérer. La Hollande, le Danemark, la Suisse, l'Espagne et d'autres coins de l'Europe sont de plus en plus tolérant envers le cannabis. Il est relativement aisé dans ces lieux d'obtenir du produit de haute qualité.

Je conseille à celui qui débarque dans un endroit de se procurer d'abord beaucoup de petits échantillons de herbes jusqu'à trouver ce qui lui plait. Comme pour n'importe quel autre voyage, des surprises attendent celui qui s'aventurera en dehors des lieux touristiques (excepté à Christiana (Danemark) où un unique arrêt shopping est grandement apprécié).

 

Je suis prêt à parier que quelques-uns des nombreux spots cannabiques (sweet spot) autour du globe peuvent encore une fois produire leurs spécialités. Je suis toujours impatient de vérifier toute rumeur d'une telle possibilité. Ces spots incluent beaucoup de régions équatoriales et proches-équatoriales comme la Colombie, les hauts plateaux du Mexique, certaines parties de la Thaïlande, la Birmanie et le Bhoutan pour n'en citer qu'une petite partie. Des pays comme le Népal ou la Jamaïque ont été idéaux aussi pour des expéditions cannabiques. Ces spots sont quelques-unes des places dans lesquelles celui qui cherche à éduquer sont palais et accroître son expérience peut s'aventurer.

 

Tester constamment


Après les sélections effectuées, il est nécessaire de tester les qualités sélectionnées sur plusieurs générations de clones. Est-ce que les traits recherchés présents dans une nouvelle plante (depuis une graine) persistent à travers les clones successifs? Est-ce que le clone conserve le même gout, la même odeur? La même puissance? La même désirabilité générale? Les réponses doivent impérativement être "oui" si l'individu sera utilisé pour un breeding futur.

 

Avec beaucoup de pratique et d'années d'expérience il devient aisé à ceux qui ont un palais sensible de trouver quels individus ont les caractéristiques les plus désirables dans un échantillon donné.


Je suggère que votre goût et votre odorat soient suppléés par un microscope lumineux, un x30, x60 ou X100 fera l’affaire.

 

Regardez la tige ou les feuilles en développement aux endroits mentionnés ci-dessus après la 2ème semaine du cycle de floraison et recherchez la plus grande abondance de trichomes en développement ou de poils sécréteurs (poils qui sécrètent un fluide visibles au grossissement x30 et au delà). Les trichomes les plus complètement développés avec des têtes très claires sont généralement les plus recherchés.

 

Ces observations doivent être faites sur une période de temps (ce n'est pas juste un contrôle unique et ponctuel) et à des moments différents de la journée pour déterminer quel individu se comporte le mieux. Beaucoup de phénomènes variés apparaissent à ceux qui restent attentifs sur un long moment. A cet effet, je vous suggère de compiler des notes détaillées de vos observations, et de comparer ces notes dans le temps.


Des notes détaillées et compréhensives sont le gage de la réussite de n’importe quel projet de breeding.

 

Il est possible de tester les mâles en les fumant ou les consommant d'une autre manière. Cette pratique pourrait être utile aux débutants car elle demande une évaluation compréhensible pour tous. Je suggère d'utiliser seulement des extrémités fraiches, proprement curées et roulées dans un joint. Aussi, assurez-vous que ce smoke test est la première fume de la journée pour assurer un bon discernement des qualités et/ou lacunes.

 

Autres aspects à prendre en compte


Il y a de nombreux aspects esthétiques à considérer dans le breeding de cannabis de qualité : La couleur, la structure générale, le comportement de croissance et les aromes divers. Mon but premier est de trouver le produit fini avec les effets les plus désirables et plaisants. Donc je me concentre sur ces aspects et les stabilise en premier lieu.

 

Une fois stabilisés, un rétrocroisement ou un croisement avec une autre variété peut être effectué pour améliorer d'avantage la lignée et/ou accroître la vigueur si nécessaire.Au niveau expérimental, on souhaite que le produit fini soit plaisant ou puissant, selon la plante. Je préfère une herbe qui est plaisamment puissante ou puissamment plaisante! C'est donc le but recherché.

 

L'éventail d'expériences induites par le cannabis peut aller de la béatitude à la panique en passant par la stupéfaction. Je préfère grandement la béatitude.

 

La meilleure description dichotomique dans ce cas pourrait-être confort contre inconfort. Je suppose aussi que certains types de personnalité peuvent apprécier une expérience plus excitante, peut-être une fois de temps en temps, semblable à un tour de montagnes russes ou un film d'horreur.

 

Les multiples effets du cannabis sur notre système vasculaire sont inconstants. Certaines variétés de cannabis semblent agir comme un vasodilatateur et d'autres comme un vasoconstricteur. Un vasoconstricteur est une substance qui resserre les vaisseaux sanguins. Cela tend à provoquer de la tension, de l'excitation, de l'anxiété et parfois même la panique. Un vasodilatateur est une substance qui élargit les vaisseaux sanguins et tend à relaxer une personne plus facilement et l’amener à un état d'allégresse. Donc, je préfère le cannabis qui semble agir comme un vasodilatateur, simplement pas jusqu'au point de sédation, scotché dans le canapé.

 

Je n'ai rien contre les herbes puissamment stones. C'est juste que tant que mon espace de reproduction sera limité, je choisirai de travailler avec les variétés les plus plaisantes, celles qui provoquent une expérience globalement joyeuse. Un jour je travaillerai à stabiliser plein de différentes variétés d'herbe. Après tout, à chacun son truc.

 

Acouphène et dyskinésie sont des symptômes courants d'une réaction de vasoconstriction. Un acouphène est un bourdonnement/tintement/sifflement dans les oreilles, et la dyskinésie, dans ce cas, est généralement ressentie par des picotements dans les extrémités, particulièrement les petits doigts, les orteils et les oreilles. Un autre mauvais signe pourrait être n'importe quelle forme de tension crânienne (mal de tête, migraine) ou une lourdeur corporelle (body load* ) non voulu. Si ces symptômes se produisent régulièrement après s'être adonné à une herbe particulière, alors cette herbe peut être contributive à la sensation.

 

Ça passe le test à l'acide?


Pour reprendre et paraphraser une mise en garde du Dr Hunter S Thompson: "Je ne peux excuser l'usage de drogue, mais je dois bien admettre que ça a bien marché pour moi." En particulier, les psychédéliques (enthéogènes, entactogènes et hallucinogènes inclus) sont primordiaux comme outils de test durant le breeding de cannabis.

 

Une de mes formules de test favorites comprend des préparatifs effectués des jours à l'avance. Il est nécessaire d'avoir à l'avance sous la main un échantillon parfaitement affiné de l'herbe que l'on veut tester. Le jeûne (de substances surtout mais aussi de certaines nourritures) et la purification (exercice, transpiration ou sauna, réhydratation et méditation, etc.) sont pratiqués quelques temps avant le test. Cela pour recalibrer au maximum l'état de conscience à son niveau le plus basique et clair.

 

Une heure est choisie, un toast est porté puis le matériau du trip est ingéré. Généralement j'aime manger un repas simple composé de soupe/jus et de pain après avoir ingéré une substance et avant d'en ressentir les premiers effets.

 

N'ingérez aucune herbe ou autre modificateur de conscience avant d'avoir ressenti les premiers effets. De préférence avant le pic du "trip", fumez d'abord seulement de petites quantités de l'herbe à tester, une bouffée de temps en temps, à moins que ce soit un test de suivi supplémentaire et que vous soyez déjà accoutumé à l'expérience.

 

Idéalement, la substance psychédélique étendra la gamme des subtilités perceptibles par la psyché et permettra une appréciation plus large de l'effet de l’herbe. Une herbe qui est vraiment puissante et plaisante va généralement s'exprimer profondément à travers un esprit ouvert. En somme, si l'herbe est vraiment merveilleuse cela deviendra plus lisible sous un tel état psychédélique. De même, avec une herbe dont les effets sont quelque peu paniquant ou anxiogènes, l'état psychédélique exacerbera aussi ces caractéristiques.

 

Je vous mets cependant en garde : que ceux qui tentent un tel test soient des voyageurs psychiques expérimentés. C'est à dire que toutes les conditions (le lieu, l'ambiance, les gens en présence, ...) doivent être satisfaites avant de faire un tel test. La substance psychédélique semble agir comme une sorte de catalyseur mental quand il est combiné à l'herbe. Cette combinaison est capable de rendre plus apparents à l'esprit initié les traits désirables ou indésirables de l'herbe expérimentée.

 

Ce sont quelques une des techniques, sélections et considérations que j'utilise pour le breeding de cannabis de qualité. Le célèbre horticulteur Luther Burbank a dit: "Sélectionnez le meilleur et rejetez tout le reste", c'est le plus important.

 

Avec du temps, de la concentration et de la patience, la capacité à reconnaître des caractères désirables ou indésirables se développe. Avoir un esprit ouvert et curieux, associé avec un sens aigu de l’intuition , tout cela est bénéfique.


Que vos entreprises soient fructueuses.

Déesses Ganja (Ganja Goddesses)


Une des choses que j'ai apprise il y a longtemps est qu’il y a plus que la génétique ou l'environnement qui jouent un rôle dans la désirabilité de l'herbe. Pendant les années 70-80, comme le nombre de cultivateurs grandissait, il est apparu aux initiés qu'une vibration propre au cultivateur devenait en quelque sorte partie de la vibration de la plante.

 

Pour faire simple, les cultivateurs "cool" tendaient à produire une herbe "cool", moelleuse, alors que les cultivateurs coincés, sinistres tendaient à produire une herbe sinistre. Peut-être était-ce simplement la vibration du cultivateur qui suivait le produit et s'exprimait tout au long de la chaîne commerciale. Je n'en suis pas certain, et je ne crois pas non plus qu'une quelconque forme d'observation scientifique confirmera un jour un tel débat. Cela était simplement un une évidence sur le marché. A cet égard, j'ai noté que beaucoup des meilleures herbes domestiques que j'ai rencontrées étaient cultivées par des femmes.

 

J'ai pour habitude d'appeler cela l'effet Grosse Citrouille (Great Pumpkin), mais il est plus judicieux d'utiliser le terme d'effet "Déesse de la Ganja" (Ganja Goddess). Les meilleurs coins à herbe sous la surveillance des esprits subtils et célestes de la bienveillance. Et la subtilité est particulièrement importante si l'on considère les caractéristiques désirables d'un cannabis de grande qualité. Les subtilités savent vraiment devenir très puissantes. Puisque nous abordons un sujet si harmonieux, ayons un regard sur la féminité. C'est, après tout, la plante femelle qui nous concerne en priorité.

 

Un des aspects les plus profonds de mon expérience du cannabis est sa faculté à contrebalancer mon syndrome personnel de mâle dominant.

 

Le cannabis me permet une commutation de ce comportement mâle gênant visant à dominer son environnement. Mon conditionnement de compétitivité agressive est temporairement apaisé, et je suis apte à appréhender la réalité dans une relation beaucoup moins linéaire. Le désir routinier de compétition et de conquête est remplacé par un sens de la coopération et de la communauté. En un mot, j'ai appris à devenir féministe.

 

Par "féministe" j'entends le droit protégé d'être féminin, coopératif, centré sur la communauté, concerné globalement, capable et libre de discerner les subtilités, intuitif et soumis sans la peur de la conquête et du contrôle dominateur. Le cannabis de qualité me permet de mieux comprendre, d’accepter et de servir le destin.

 

Une des choses que j'ai apprise sur "nous" (les coopérants) et "eux" (les dominateurs) est qu'ils ont beaucoup plus besoin de nous que nous avons besoin d'eux. C'est un fait que je souhaite, du fond du cœur, que notre communauté comprenne. A cette fin, il m'est apparu que le cannabis de qualité était une ressource sans égale.


* body load: Terme employé par les utilisateurs de substances psychoactives et plus particulièrement psychédéliques pour décrire une sensation tactile spécifique induite par l'utilisation de drogue. Généralement considérée comme une sensation physique déplaisante difficile à décrire par d'autres termes sensitifs ou pour situer cette sensation, c'est couramment une sensation de "partout" ou générale, des "vibrations internes", tension, et beaucoup de rapports de nausées.



A.3. Cultiver Organique – 1999

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/16.htmlArticle original
If you want to grow some of the finest herb on the planet, then the True Fragrant varieties of cannabis, such as Blueberry, Blue Velvet and Flo, are an excellent place to start. I speak from experience, as I am the goddess-father of these fine products, which have all come to me from various sources and locations throughout the years. I have had an excellent and productive relationship with the herb since my early teens in the very early 1970's. I have had the fortunate opportunity to not merely sample many of the great cannabis strains, but to have saved and grown their seeds. The last time I used any seed stock outside of my own was in 1982.
I think that my breeding successes are primarily due to a very discerning palate and sense of smell. A strong and pleasing odor is the dominant feature expressed in the True Fragrant varieties. But you must remember that subtle and subjective characteristics such as "fragrance" and "bouquet" are dependent upon their environment as much as their genetics. I cannot emphasize enough the fact that it takes the purest of environments to grow the purest of herbs.
Bio vs Hydro
The purpose of this article is to help guide you in understanding the basic needs of these and other fragrant varieties, and how to best maintain their uniqueness, originality and quality. The key word to this understanding is "organic," or what the Europeans like to call "bio" methods of production, (as opposed to chemical and most hydroponic methods). Simply put, there is no real substitute for the complex relationship of plants and organic soil.
There are those in the hydroponic industry who will argue that certain hydroponic methods are nearly organic and very productive. I don't disagree. However, the main focus of the hydroponic industry is that of production, or quantity, whereas my focus is on quality.
Granted, there are situations where a hydroponic system may be superior to an organic one, especially when the grower wants only one crop and the absolutely highest yield. Sadly, the fact is also that many people simply cannot tell the difference between hydro and organic products, or they simply don't care.
The quality of the hydroponic product may be increased greatly by employing the simple "two week flush" method prior to harvest. This means that only pure water, with no additives or nutrients, be given to the plant for two weeks prior to harvest. This will only slightly decrease production, while greatly increasing the quality of the finished product.
Potency ratios
I have found that generally the potency of a given variety of cannabis has to do with the ratio of glandular secreted resins, compared to the overall fibre production of the plant. A higher ratio of resin to fibre generally indicates the superior quality and chemical composition of the resin, and the greater potency of the product. Therefore, in order to maintain potency while increasing production, this ratio must be maintained. It has been my experience that the more one increases the fibre production and overall size of a given plant, the more one decreases this ratio and, therefore, decreases potency.
This quality/quantity ratio is much less of a concern to the grower who is producing in the great outdoors. I can honestly say from experience that all of the "True Fragrant" varieties are major producers when grown in their particular "sweet spot." Blueberry and Flo have both reached 500 grams per plant, multi-harvested between October 1 and November 7, grown near the 45th parallel in the Pacific Northwest. These plants lost little of their overall appeal despite the increase in production. However, the product of the smaller plants still tended to be more desirable than the larger ones in the outdoor environment.
Someday, when we are allowed to properly produce herb in the great outdoors, we will once again see and experience some of the truly finest examples the planet has to offer. These "fine herbs" come from very specific geographic locations which I refer to as "sweet spots." Certain examples would be: The Northern Californian-Southern Oregon coastal regions; the highland Michoacan, Guerrero, Oaxaca and Chiapas regions of Mexico; highland and valley Colombia; Thailand; the islands of Hawaii; Nepal; parts of Afghanistan; and the Hindu Kush, to name but a few. It is in these "sweet spots" that the most favorable and specifically desirable characteristics are acclimated phenotypical. Selective inbreeding hardens the desirable characteristics and gives us specific, varied strains. I am very curious to see and experience exactly what our years and multi-generations of indoor breeding are going to produce when returned to these great outdoor "sweet spots."
Indoor organics
Indoor environments are extremely limited in comparison to the great outdoors. The outdoors is a complete and complex system, balanced by many various circumstances. It is sometimes difficult enough to help provide and maintain the proper balances organically in an outdoor garden. Yet although properly providing and maintaining an organic environment indoors is truly a challenge to face, it is not impossible.
Airborne, soil-born, and water-born pests, fungus, mold, algae and bacteria are just a few of the organisms that can attack a crop and seriously weaken production. It is often too easy to treat these maladies with simple applications of toxic chemicals, and a bit more difficult to solve the problem in a clean and organic way. Yet here are a variety of adequate organic pesticides and fungicides on the market today. There are also living organisms such as specific predator insects and nematodes. If you feel you must use a commercial chemical product, try to find the least toxic one available for the purpose, and use sparingly. Never apply anything toxic to your plants once they're in the budding cycle.
Another factor to consider is what to use as vitalizers and fertilizers. The bulk of commercial fertilizers and vitalizers (along with most commercial pesticides, herbicides and fungicides) are synthesized from petrochemical by-products and are not truly natural products. Worms, seaweed, bat and bird guano, fish, green manures and most of their by-products are examples of substances that are naturally produced that provide plenty of good, clean nutrients to the plant. There are now many specific products suited for the indoor organic gardener. Consult your local or favorite organic garden centre for more detail.
Flush your buds!
The most important, and perhaps the most simple, aspect to consider involves the last two to three weeks of the bud cycle ? the last two to three weeks of the plant's life prior to harvest. It is during this time that absolutely NO additives, other than pure water, be given to the plant. This is especially important if you have been using chemical fertilizers.
This is the time when the bulk of the final, "useable" part of the plant is produced. As you may well already know, there are over four hundred separate chemicals associated with cannabis and her effects. It is during the final bud-building stage that most of these chemicals are produced. Thus, it is very important to give the plant as much pure water as possible during this crucial period. I like to remember it as the "rinse" and "flush" cycle. Simply remember to give the plants only water for the last two to three weeks in order to rinse and flush them clean. This is to purge unwanted impurities from the plant.
Pot that has been fertilized right up to harvest is harsh to smoke, sometimes the joint will even sizzle and pop as unmetabolized fertilizer salts combust. Un-flushed pot leaves black ash, is hard to keep lit and burns your throat. Pot which has been organically grown and properly flushed is more flavourful and fragrant, burns easily, leaves grey ash, is easier on the throat and is much more pleasurable to smoke

 

Si vous désirez cultiver quelques unes des meilleures herbes de la planète, alors les variétés True Fragrant (Aromes Véritables) telles que la Blueberry, la Blue Velvet et la Flo sont très bien pour commencer. Je parle d’expérience, étant Dieu-le-Père pour ces produits de qualité, qui sont venus à moi de différentes sources et endroits au long des années.

 

J’ai eu une relation excellente et productive avec l’herbe depuis ma tendre jeunesse au début des seventies. Je n’ai pas seulement eu la chance de goûter de nombreuses espèces de cannabis, mais de les sauvegarder et de faire pousser leurs graines. La dernière fois que j’ai utilisé des graines qui ne venaient pas de mon stock, c’était en 1982.

 

Je pense que mon succès en breeding est d’abord dû à un palais et à un odorat très perspicaces. Le caractère dominant exprimé chez les variétés True Fragrant est une odeur forte et plaisante. Mais vous devez vous rappeler que des caractéristiques aussi subjectives que la « fragrance » ou le « bouquet » dépendent autant de l’environnement que de la génétique. Je ne peux pas insister assez sur le fait qu’il faut l’environnement le plus pur pour cultiver les herbes les plus pures.

 

Bio vs Hydro


Le but de cet article est de vous aider à comprendre les besoins basiques de ces variétés – et ceux d’autres variétés fortes en aromes – et de vous expliquer comment conserver leurs unicités, leurs originalités et leurs qualités.

 

La notion clé de cette compréhension est « organique » ou ce que les Européens aiment appeler des méthodes de production « bio » (par opposition à chimique et à la plupart des méthodes hydroponiques).

 

Simplement, il n’y a pas de vrai substitut à la relation complexe entre la plante et le sol organique.Il y a ceux dans l’industrie hydroponique qui vous diront que certaines méthodes hydroponiques sont presque organiques et très productives.

 

Je ne dis pas le contraire. Cependant, l’objectif de l’industrie hydroponique est la production, la quantité, quand ma préoccupation est la qualité.


C’est sûr, il y a des situations où un système hydroponique sera supérieur à un organique, notamment lorsqu’un grower veut une culture unique et la plus grosse production. Malheureusement, le fait est que beaucoup de personnes ne peuvent pas dire la différence entre l’herbe hydroponique et organique, ou alors que cela ne les intéresse pas.


La qualité des produits hydroponiques peut être améliorée simplement par un rinçage de deux semaines avant la récolte. C'est-à-dire seulement de l’eau, pas d’additif ni d’engrais, pendant deux semaines avant la récolte. Cela va peu diminuer la production tout en augmentant fortement la qualité du produit fini.

 

Les ratios de puissance


Je me suis rendu compte que la puissance d’une variété de cannabis a une relation avec le ratio de résine secrétée au niveau des glandes comparé à la production globale en fibre de la plante. Un ratio plus important de résine que de fibres indique généralement une qualité supérieure, une meilleure composition chimique de la résine et un produit plus puissant. Pour conserver la puissance en augmentant la production, ce ratio doit être conservé. Par expérience, plus on augmente la production de fibres et la taille globale du plant, plus ce ratio chute, et subséquemment sa puissance.

 

Ce ratio qualité/quantité ne concerne pas vraiment le grower qui cultive dans les grands espaces extérieurs. Je peux vous dire honnêtement que par expérience toutes les variétés « True Fragrant » sont de très grosses productrices quand elles sont cultivées sur leur spots d’origine (sweet spots) respectifs. La Blueberry et la Flo ont chacune atteinte 500 grammes par plantes, récoltées entre le 1er Octobre et le 7 Novembre, cultivées près du 45eme parallèle dans le Nord Ouest du Pacifique. Ces plantes ont perdu peu de leur attirance et de leurs qualités malgré l’augmentation de production. Cependant, le produit des plantes plus petites était plus désirable que celui de plus grandes en outdoor.

 

Un jour, quand nous serons autorisés à cultiver proprement de l’herbe dans les grands espaces extérieurs, nous verrons et expérimenterons à nouveau les véritables exemples les plus fins de ce que la planète a à nous offrir. Ces « bonnes herbes » viennent de localisations géographiques spécifiques, que j’appelle « spots » (sweet spots).

 

Par exemple : les régions côtières du Nord de la Californie au sud de l’Oregon, les hauts plateaux Michoacan, Guerrero, Oaxaca et Chiapas au Mexique, les hautes vallées de Colombie, la Thaïlande, les iles de Hawaii, le Népal, certaines zones d’Afghanistan, et le Kush Indien, pour n’en nommer que quelques uns. C’est dans ces spots que les caractéristiques les plus favorables et les plus spécifiquement désirables sont acclimatées phénotypiquement. La sélection génétique d’une même lignée renforce les caractéristiques désirables et nous donne des espèces variées, spécifiques. Je suis très curieux de voir et de tester ce que des années et de nombreuses générations de breeding intérieur vont donner exactement lorsque les plantes retourneront dans ces superbes spots outdoor.

 

Indoor organique


Les environnements indoor sont extrêmement limités en comparaison des superbes outdoor. L’outdoor est un système complet et complexe, équilibré par de nombreuses circonstances. Il est parfois déjà difficile de fournir et maintenir les équilibres organiques appropriés dans un jardin extérieur. Et bien que fournir et maintenir un environnement organique en indoor est un défi à relever, ce n’est pas impossible.

 

Maladies apportées par l’air, le sol, l’eau, les champignons, la pourriture, les algues et les bactéries ne sont qu’une partie des organismes qui peuvent attaquer une culture et réduire sérieusement la production. Il est souvent trop simple de traiter ces maladies par l’application de produits chimiques, et plus compliqué de résoudre le problème de façon propre et organique.

 

Il y a cependant une bonne variété de pesticides et fongicides adéquats et organiques sur le marché aujourd’hui. Il ya également des organismes vivants comme des insectes prédateurs ou des nématodes. Si vous pensez devoir utiliser un produit chimique du commerce, essayez de trouver le moins toxique disponible pour votre cas, et utilisez-le avec parcimonie. N’appliquez aucun produit toxique à la plante lorsqu’elle est en cycle de floraison.

 

Un autre point à considérer est l’utilisation des engrais et des additifs. La majorité des engrais et additifs commerciaux (comme la plupart des pesticides, herbicides et fongicides du commerce) sont synthétisés à partir de produits pétrochimiques dérivés, et ne sont pas des produits vraiment naturels. Vers, algues, guano d’oiseaux ou de chauve-souris, poisson, fumier vert et la plupart de leurs produits dérivés sont des exemples de substances produites naturellement qui fournissent en quantité de bons et propres nutriments à la plante. Il y a aujourd’hui tellement de produits spécifiquement fabriqués pour le cultivateur organique indoor. Consultez votre centre local ou préféré de vente de produits organiques pour plus de détails.

 

Rincez vos buds !


Le plus important, et peut-être le plus simple, aspect à prendre en compte concerne les dernières deux à trois semaines du cycle de floraison, les deux à trois dernières semaines avant la récolte. A cette période, AUCUN additif autre que de l’eau claire ne doit être donné à la plante. C’est particulièrement important si vous avez utilisé des engrais chimiques. C’est le moment ou le gros des parties finales et « utilisables » de la plante sont produites.

 

Comme vous le savez peut-être déjà, il y a plus de 400 espèces chimiques associées au cannabis et à ses effets. C’est pendant la construction finale des buds que la plupart de ces espèces chimiques sont produites. Ainsi, il est important de donner à la plante autant d’eau claire que possible pendant cette période cruciale. Je l’appelle cycle de rinçage ou de lavage à grandes eaux (flush). Simplement, rappelez-vous de donner seulement de l’eau aux plantes pendant les deux à trois dernières semaines afin de les rincer et de les nettoyer. Cela va purger les impuretés indésirables de la plante.


L’herbe qui a été engraissée jusqu’à la récolte est dure à fumer, parfois le joint va même siffler et crachoter quand des sels d’engrais non métabolisés brulent. L’herbe non rincée produit des cendres noires, est difficile à maintenir allumée et brule la gorge. L’herbe qui a poussé de façon organique et qui a été correctement rincée a plus de saveur et d’aromes, brule facilement, produit des cendres grises, est douce en gorge et est beaucoup plus plaisante à fumer.



A.4. Une rétrospective des meilleures variétés des années 70 et 80 – 2005

 

 

http://www.cannabisculture.com/content/strains-yesteryearArticle original
COLUMBIAN

Colombian Gold
Colombian Gold came from the highland Colombian valleys near the equator, as well as on the coast (the Caribbean and the Pacific).
This was specialty pot offered commercially in the mid-70's, for about $60 to $100 per ounce. It was seeded, but most of the seeds were undeveloped, white and useless. A few rare, viable seeds were found that were dark, small-sized and roundish. The buds were leafy and the most beautiful golden blond color. Legend has it that upon maturity the plants were girdled, then left standing to die and cure in the mountain sun and mist.
The color and cure were unique, and the aroma, flavor and high were equally so. The smell was that of sandalwood incense, almost like frankincense. The flavor was that of a peppery cedar. It was some of the most unique tasting herb in the world, and the high was just as exciting. It was truly psychedelic, powerful and long lasting.
First came the great flavor, then the stupefying awe of the shift in consciousness followed by a giddy excitement and bursts of joyous laughter. Smile-lock and red-eye made it painfully obvious who was under the influence of this great psychedelic herb.
The plants from the seeds of the Gold were primarily of Sativa origin. They grew a medium to tall size outdoors at 45?N (Seattle), and were mostly symmetrical. On occasion the symmetry was interrupted by one side outgrowing the other, causing a rounded and bulging tipped bush look. The leaves were long and slender.
When grown in Washington state, the finished product was a sweet, spicy Sativa bud that matured around mid-November. The high was adequate but not as good as the Oaxaca Highland grown at the same latitude. The plants were also slightly hermaphroditic.
Colombian Red
Colombian Red was the near polar opposite of Colombian Gold. This lowland jungle pot (possibly from Brazil) was made up of dark red, almost black, chunky little nuggets of what appeared to be hash, stems, leaf and seed. The aroma was that of cedar and hash.
In the early 1980's, the Red cost only $30 to $60 an ounce due to its appearance, making it one of the best deals going. This pot was a narcotic, knock-you-down-and-out, super munchie, red-eye express. The joints would only burn half way before drowning in their own resin! The smoke was very expansive in the lungs with a powerful pine/hash flavor.
Before subjecting its victim to fits of gorging and deep snoozing, the experience usually included ridiculously long spasms of uncontrollable laughter. The silliest little image could induce hilarity beyond belief. This was the main herb around when the Cheech and Chong movies first came out.
The plants from the Red were among the first grown out by Americans. There were many seeds, medium-sized and dark grey, that sprouted and grew easily into a finished product that was more than adequate. The plants grew low, dark, and bushy, with uneven and somewhat scraggly branches that were easily broken from wind damage. The locally grown varieties rarely budded very much, so it is not certain when they would have finished. It would have been relatively late in November at the earliest.

MEXICAN

Highland Oaxaca
Highland Gold, somewhat similar to the Colombian Gold, lacked bright gold color but sported purple and red calyx tips on its blondish-brownish-green buds. It had larger buds surrounded by long, skinny leaves.
I smoked this variety during brief periods in the early 70's and again in the late 70's, paying anywhere between $40 and $120 per ounce. It was some of my all-time favorite because the aroma and flavor were of a super-spicy cedar incense with a slight fermented berry taste, in a very comfortable yet powerfully psychedelic pot. This herb contributed to many great parties, concerts and events of the era because it produced a very socially-conscious experience and mixed well with other psychedelics.
With a long lasting, creeper high that kept coming on in waves over the hours, this stuff had no ceiling. One phenomenon consistently reported from the Highland Oaxaca experience was that of peripheral visual distortions of primarily cartoon color images. This tended to increase the visual distortions caused by other psychedelics such as mushrooms or LSD.
The Oaxaca Highland Gold was a nearly pure Sativa which grew tall at 45?N, outdoors. It was also one of the most symmetrical Sativas I have encountered. The plants grew long side branches toward the bottom, and the even growth made these productive beauties look like Christmas trees when mature.
The finished product was a very sweet and spicy herb of the highest quality, with a hint of fruity pine aroma. The seeds for this variety were small, dark and round, and the plants exhibited slight signs of hermaphroditism and required surveillance to maintain seedlessness.
Guerrero
This strain from Mexico's coastal mountains came in famed green, seeded spears and cost $60 to $120 per ounce in 1977. It had a spicy, almost wintergreen fragrance compared to the other Mexicans with a very clear head high and a most pleasant smoke. It was not as strong as most, but this herb still had a way of satisfying all its own.
There was a legend about a group of entrepreneurs who imported seed from Lebanon to Guerrero and grew the famed Lebanese Upper Mountain (LUM) from the late 1970's to 1980. The LUM was electric, psychedelic and slightly sedative as well. A unique herb that I wish there would have been more of.
The seeds from the Guerrero were medium to large in size and grey to green in color. The plants from these seeds grew similarly to other Mexican and Colombian strains: a medium to tall, bushy, productive plant. The Guerrero Green, however, is where some of the famed onion and garlic flavored bud of the Pacific Northwest originated.
Michoacan Brown Spears
From the high valleys of Michoacan, this strain was very similar in shape and texture to the Guerrero, but dark brown, and with a more peppery, spicy, woody aroma. $40 to $60 bought a seeded ounce in 1975. Although it was somewhat more bland tasting than the Guerrero , this semi-commercial pot was by far better than the commercial Mexican that was all too available. It had a more distinct, spicy flavor than the regular Mexican, as well as a brighter high that was not as susceptible to tolerance or burnout.
The plants from the Michoacan Spears were nothing great. They were thick and bushy and matured earlier than the Colombians. Some were ready in late October, but most were ready in early November. The seeds were medium grey and plentiful. Like the Guerrero, they produced some unique spicy flavors when grown outdoors in the Pacific Northwest.

THAI

Highland Thai
Highland Thai was among the absolute sweetest and fruitiest herb on the planet. The delicate, sticky Sativa buds so efficiently tied to the little sticks were among the finest of herb.
The Highland Thai, I believe, is at least partially where the Haze variety originated. It was one of the finest Sativa plants grown for its finished product at 45?N.
It is from this variety that Juicy Fruit Thai came. Juicy Fruit Thai was one of the original (and very successful) P1's of my breed stock. Juicy Fruit Thai grew fast, long and very unevenly. Every week or so another side branch would erupt in a growth spurt, compete with and conquer any existing meristem (main stem), and become the temporary meristem until another faster shoot overtook it. The leaves were very long and slender, containing as many as 13 leaflets, and deeply contoured.
The Juicy Fruit Thai took anywhere from one to 19 weeks in the indoor bud cycle to finish. Outdoors, the Juicy fruit was smokable, but undeveloped and leafy, by late September. Small buds developed during October and would ripen and swell during November. The longest I was ever capable of growing Juicy Fruit outdoors was until mid-December, in a greenhouse, and the plant could have gone on longer.
The primary drawback to growing the Highland Thai, after its leafiness, was its hermaphroditism. Though few seeds were found, and plants grown from the seeds produced only minor quantities of seed, all of the product was hermaphroditic. Also, many of the male flowers were sterile on some of the plants, or on certain parts of certain plants.
Out of all of the varieties that I have worked with at 45?N, this Thai produced some of the most powerful herb. This stuff was purely cerebral, yet mentally devastating in quantity, with absolutely no ceiling. Once, a seasoned smoker friend and I tested how far we could go with the homegrown Juicy Fruit. I recall making it to the 14th bong hit and being completely incapable of continuing. My coordination and depth perception were so skewed that I was unable to physically conquer the bong! The experience rivaled that of taking too much LSD, causing an incapacitation of the psychedelic kind. Yet, it was also uniquely enjoyable, entertaining and educational at the same time. I had sparkly eyes for a day or two afterward.
The aroma was a super-sweet fruity tropical punch and the flavor expressed itself both in the bud and the smoke.
Chocolate Thai
The Chocolate Thai was another being entirely. Chocolate Thai came in larger wrapped sticks of a deep, rich, roasted coffee color and a coffee-chocolate aroma that was heavenly. It is my uncertain estimation that the Chocolate Thai was a lowland variety.
The imported product itself was unique not only in its aroma and flavor but in its strength as well. This was a dreamy, sleepy, narcotic high that was long lasting and consistent. The aroma possessed a deep, rich chocolate, appeal.
The seeds, many of which were pure black, were extremely small and round. They were few in numbers and only a few would sprout. The plants that did survive were terribly difficult to grow, and all were hermaphroditic. The leaves were long, dark and slender, with most sprouting trichomes early on. This strain was successfully crossed with the Oaxaca Highland to create what came to be known as Purple Thai.
Vietnamese
There was a bit of the Vietnamese herb around in the 70's, primarily early harvest which was mostly badly-cured leaf. Nonetheless, it had a quality all its own with a spicy, tangy flavor and crisp high. It was great joint pot, but I never grew any.
I heard rumors that a Vietnamese strain was cultivated in the Emerald Triangle in the 70's and early 80's.
Opium Soaked Herb
An element was added to certain shipments of Thai herb in the 70's: "early water." A by-product of the heroin trade, early water was the leftover water used to create the heroin from the raw opium. It contained all of the constituents of opium except most of the heroin.
The curing Thai herb was soaked in the water and redried to absorb the opiate alkaloids. The result was a high that was sought out by some, but more than most bargained for. A good wash was an enjoyable thing, but some were over-laced, which caused a dilemma for those who would start spinning after a few hits on a joint.

SPECIALTY HERBS

Black Magic African
This herb is the strongest ever. Although I have only smoked the Black Magic a very limited number of times, and I've never had more than a joint of my own, I feel it needs mention. I did once get to see a bag of this herb that belonged to someone else. It looked like rotted, black leaf, some leaves intact but crumpled, plus a powdery black shake. It had no particular odor other than sweet spicy moldy hay, and rolled best into thin pinjoints.
The smoke was slightly harsh, but with a very deep, rich flavor. I also recall that it produced lots of white smoke. Anyhow, this stuff was dangerous! I often questioned if it was truly pure herb. I have, however, sampled the same product from different sources at different times, all with the same story.
It was equatorial Black African, the supposed herb of some tribe, Pygmy group, or another equally incredible origin! It was likely an indigenous Central African herb. One pinjoint between three or four people was more than adequate. This was truly the most devastating and consciously inebriating herb I have ever smoked.
I do not recall ever passing out or losing consciousness, but I did have to let go in order to come back . This stuff alone could cause one to reach 3.5 pluses on the Shulgin psychedelic rating scale!
I never was able to acquire seeds from the Black African, though I have tried. It is one of the few indigenous strains that I am interested in working with.
Durban Poison
Durban herb has reached semi-commercial levels in the past. All of the South African herb that has made it to market that I have tried has been a bit too powerful and speedy. I always get that heart racing effect similar to the Jamaican. There are, however, very many people who enjoy a good carnival ride herb, and Durban is a very powerful choice, indeed.
The seeds of Durban that I grew during the early to mid-80's produced medium/tall Sativas with spear shaped buds ? uniform plants in both structure and finished product. Although production was good, the flavor was a sharp, astringent, chemical odor that burned the nose and sinuses.
The high was intense and strong but not notably enjoyable, so the Durban was dropped from any further breeding work.
Venezuelan
There was some fine Venezuelan herb available briefly in the mid-1970's for between $50 to $70 an ounce. It was sort of like the better commercial Colombian or Mexican of the day, but it was a bright yellowish color and not as tightly bricked, making the buds fluffier than most other bricked shipments.
The smoke was sweet, then spicy on the exhale ? evidence of a good cure. The head was also a bit more pleasant than the more commercial varieties.
Unfortunately, I was never able to grow any of the many seeds available from the Venezuelan. I remain curious as to how they would fare both indoor and out.
Indian Elephant & Buddha Stick
There was a small supply of Indian tied stick pot available at the end of the 70's and the beginning of the 80's. These sticks were characterized by their large size compared to the smaller Thai Stick.
The Buddha stick was lighter colored and sweeter with a distinct juniper flavor. It was very stimulating to the palate. The Elephant stick was the largest tied sticks, some up to an ounce each, and darker. Of the two, I preferred the Buddha due to its being more cerebral and heady, but the Elephant stick was a fine and powerful product as well.
I was able to grow some of the seeds from the Buddha stick. It produced a pungent smelling herb of the juniper/licorice flavor. Most of the plants grew medium bushy, and most, but not all, were hermaphroditic. The harvest time was medium as well, 10 to 12 weeks indoors, very late October to November outdoors at 45?N.
I called the product Gin Blossom and grew a bit of her in the late 70's and early 80's. It was not until I replicated the flavor in the Blueberry lines that I retired the Gin Blossom strain.
Panama Red
From what I've gathered, Panama Red comes from any number of brash entrepreneurs who have damned the tides of oppression and grown copious amounts of primarily good old Colombian Red seeds in the wonderfully situated country of Panama, or any of her many isles.
Located a mere eight or nine degrees north of the equator, this tropical paradise has a coast on both the Pacific or the Caribbean Sea, without much distance between them, but a lot of elevation. The Panama Red that I am accustomed to was similar to the Colombian Red, but airier ? not as compressed. It had a unique island flavor to it, with a spicy/sweet Sativa rush. Some called it the Tequila of herb, as it produced a high that greatly lowered inhibitions, creating a desire to consume more until it was too late!
For some drinkers, the Panama Red did not mix too well with alcohol, but for most it was a pleasant party high.
I did grow some seeds of Panama Red on more than one occasion. The plants were of the medium bushy character of the Colombian Red, with a little more hermaphroditism, and very long flower cycle (12 weeks indoor, late November outdoors). Unfortunately, however, this was at the same time that I was also growing the famed Highland Thai and new Afghan plants that were so unique, new and powerful, and the Panama Red became neglected.

HASHISH

Moroccan
Moroccan hash is the North African staple. It appears anywhere from deep brown to golden yellow and has a spicy leather flavor to it. Almost all Moroccan hash is screened and pressed. Though lower in potency than most black hash, this commercial offering costs less and tends to be more readily available through the years.
Moroccan plants are shorter and designed to grow tightly together, producing a single hemp-like stalk and a fat and dense single cola at the top. It is an apparent Sativa/Indica cross.
Lebanese Red and Blonde
Lebanese is another Sativa/Indica cross of short stature and density. A bit shorter and bushier than the Moroccan, it had a dark reddish hue.
The legendary Red Lebanese hash holds its own place. Red Leb had the distinct pine/juniper flavor and aroma, with a tangy spice leather to the exhaled smoke. It was sharp on the sinuses and nasal passages.
Most Red Leb hash was screened and pressed, except for the legendary Red Lebanese Honey Oil. The famed oil, only available to me from 1973-77, was in a class all of its own. The oil had a sharp juniper/cedar smell to it. It was the most powerful, lung expansive cannabis product that I had ever encountered. We would buy these glass oil pipes simply to find them useless, as no one could hold even the smallest toke of this stuff.
The oil had to be smeared onto a rolling paper or the side of a cigarette, or it had to be chased into a pile of herb with a flame from below. It was truly some of the finest. The home-grown isomerized oils of the 80's were pale in comparison to the great Red Leb.
Lebanese Blonde, the "working person's hash," was a lower grade of hash than the Red, and quantities were less expensive as well. It was less dense, making grams appear larger and giving the illusion of economy. Good Blonde had character, a spicy/woody flavor and aroma, plus a clean, woody taste. The high was a bit more than the Red, furthering the appeal to working people.
Nepalese temple balls
The Buddhists have a saying: "May all beings be happy." They also have a hash to back it up with: black finger rubbings from high in the Himalayas. This was some of my all-time favorite.
Nepalese is among the most cerebral of hashish. A strong yet pleasant head journey packed in every puff. This is some of the happiest hash I have experienced. The taste is spicy/fruity/earthen and among the most enjoyable of hash flavors. Most Nepalese hash is from rubbings, although I have heard from travelers to the area that screened and pressed varieties are available.
Simply put: Nepalese Temple Ball is some of the happiest, fruitiest and most pleasantly flavorful, highest quality hash that I have ever experienced.
Afghanistan & Hindu Kush
Rolling off the great crest of the Himalayas to the west and to the north are an apex of mountainous zones that define the northern borders of Afghanistan and Pakistan. Squished among these is the little region of Kashmir and the Hindu Kush mountains. This area may well be the oldest hashish producing area in the world, perhaps the birthplace of hash!
The plants of the area, the Indica variety, have been manipulated and bred by humans since antiquity. Short, dense and stout, with wide, dark leaves, these plants make the best of their high mountain, short-seasoned environment. They were bred to produce large amounts of easily detachable glandular resin heads, ideal for hashish production. These areas incorporate both rubbed, screened and pressed methods of hashish production.
Afghan hash, and the Indica strain for that matter, possess a much more sedative, dreamy, narcotic effect compared to the Sativa. This is true of the Afghan and Hindu Kush plants grown in the Pacific Northwest since 1978.
I believe more Indicas should be made into hashish, which is where the finer qualities of the Indica appear.
A quantity of Afghan seed was smuggled to the Emerald Triangle in 1978. Commercial production of the strain began shortly after that. There may have been earlier trials with Afghan seed in the region prior to 1978, but none ever made it to commercial production quantities or to public market.

THE ISLANDS

Hawaiian
Hawaiian a true classic. There is something special about a good island herb, and Hawaiian is among the best. When properly grown outdoors it has a wonderful and unique bouquet of fruity spice, similar to the sweetness of the fine Thai, but with a kind of tangy taste.
Good Hawaiian herb has always been a devastatingly powerful experience for me. It is very psychedelic and internally focused, contemplative and overpoweringly meditative. A Walk with the King, a Dance with the Queen, and a sunset on the beach! Aah... Hawaiian!
I have tried to equal the Hawaiian experience outdoor on the mainland, and indoors, with no success. Everything I have grown from Hawaiian stock turned out to be nowhere near the quality of the parent stock. This is true for three generations of trials. The product from Hawaiian seed was equal to the best plants grown from mid-quality Colombian stock!
This led me to a hypothesis about Hawaii: that just about any stock grown in Hawaii will turn out to be of unique and relatively high quality. Hawaii just happens to be one of those special places, I suppose.
All breeding attempts with Hawaiian stock were dumped from my garden by 1983. It was a pretty and robust plant though, and also quite productive. Just not all that impressive when grown outside its homeland.
Jamaican Lion's Herb
It has been on rare occasion that I have sampled truly enjoyable Jamaican herb. These rare samples came directly from friends who knew growers there. It was similar to the Hawaiian experience, but with more of a take-your-breath-away feeling of excitement.
The problem I have encountered with the commercial Jamaican is that it is too damned strong and speedy! Jamaican is renowned for its lively herb, for which I can vouch. It is a heartlifting herb and I have a sensitive heart. So I am careful with the samples of the commercial Jamaican ganja that I try.
Much like Hawaiian, the Jamaican strains are perhaps best expressed in their homeland, because I have had little success in producing an adequate example. Both indoors and out, the Jamaican behaves and ends up much the same as mid-level Colombian. Perhaps all Island herb is unique in this fashion.
Philippine Thrilla from Manilla.
The Philippines are another Island chain renowned for producing great herb. I once possessed a small quantity of what was supposed to be Philippine herb in the late 1970's. It had a strong citrus aroma that produced a spicy smoke and a heady high. I never grew the strain, so I have nothing to report on the plants. The herb was a light green Sativa and seeded, so hopefully someone has had experience with this strain.

 

Colombie

 

La Colombian Gold


La Colombian Gold vient des vallées des hauts plateaux colombiens près de l’équateur et près des cotes (cote Caraïbes et cote Pacifique). C’était l’herbe spéciale proposée commercialement au milieu des seventies pour environ 60$ à 100$ l’once (28g). Elle était grainée, mais la plupart des graines n’étaient pas développées, blanches et inutiles. Quelques rares graines viables que l’on y trouvait étaient sombres, petites et rondes. Les buds étaient feuillus et d’une couleur dorée magnifique. La légende veut que mature, la plante était gainée, puis laissée sur pied jusqu’à mourir, puis curée dans le soleil et le brouillard de la montagne.


La couleur et le séchage étaient uniques, comme l’étaient l’arome, la saveur et le high. L’odeur était celle de l’essence de bois de santal, presque celle de l’encens. La saveur était celle de cèdre poivré. C’était une des herbes les plus inhabituellement gouteuses du monde, et le high était aussi stimulant. C’était vraiment psychédélique, puissant et durable.

Tout d’abord la superbe saveur arrivait, puis l’impression stupéfiante du changement de conscience suivi d’une excitation vertigineuse et d’éclats de rire joyeux. Le sourire bloqué et les yeux rouges rendaient douloureusement évident qui était sous l’influence de cette grande herbe psychédélique.

 

Les plantes issues des graines étaient initialement d’origine sativa. De taille moyenne à grande outdoor au 45eme Nord (Seattle), elles étaient principalement symétriques. Parfois la symétrie était interrompue et un coté l’emportait sur l’autre, ayant pour effet un aspect général rond et bombé. Les feuilles étaient longues et fines.
Cultivées dans l’état de Washington, le produit final était des buds sativas doux et épicés murs à mi-novembre. Le high était suffisant mais pas aussi bon que l’Oaxaca Highland cultivée à la même latitude. Les plantes étaient également légèrement hermaphrodites.

 

 

Colombian Red


La Colombian Red (ou Red) était à peu près l’opposée de la Colombian Gold. Cette herbe des jungle des plaines (peut-être du Brésil) était composée de petites pépites rouge foncé, presque noires et trapues, de ce qui semblait être du hash, des tiges, des feuilles et des graines. L'arôme était celui du cèdre et du hash.

Dans le début des années 1980, la Red coutait seulement 30$ à 60$ l'once en raison de son apparence, ce qui en faisait l'une des meilleures affaires sur le marché. Cette herbe était un narcotique, un punch qui vous faisait tomber KO (knock-vous-down-and-out), qui donnait une fringale folle et les yeux rouges en express. Les joints ne brûlaient qu’à moitié avant de se noyer dans leur propre résine! La fumée était très expansive dans les poumons avec une saveur puissante de pin /hash.

Avant de soumettre sa victime à des crises profondes de boulimie et de somnolence, l'expérience incluait habituellement des spasmes de rires incontrôlables ridiculement longs. L’image la plus idiote pouvait induire une hilarité incroyable. C’était la principale herbe du marché quand les films Cheech et Chong sont sortis (http://en.wikipedia.org/wiki/Cheech_%26_ChongLien – NDT).

Les plants de Red ont été parmi les premiers cultivés par les Américains. Il y avait beaucoup de graines, de taille moyenne et de couleur gris foncé, qui germaient et poussaient facilement, donnant un produit fini qui était plus que suffisant. Les plantes étaient basses, sombres et touffues, avec des branches inégales et un peu décharnées qui se brisaient facilement sous le vent. Les variétés cultivées localement ne buddaient pas beaucoup, donc il est difficile de déterminer quand elles auraient fini leur floraison. Disons relativement tard en Novembre au plus tôt.

 

MEXIQUE

 

Highland Oaxaca


La Highland Gold, quelque peu similaire à la Colombian Gold, n’avait pas cette couleur or brillant, mais arborait des calices violets et rouges sur ses buds blond-brun-vert. Elle avait de plus grands buds entourés de feuilles longues et minces.

 

J'ai fumé cette variété pendant de brèves périodes dans le début des années 70 et de nouveau à la fin des années 70, en payant n'importe où entre 40$ et 120$ l’once. C'était ma favorite absolue parce que l'arôme et la saveur étaient une essence de cèdre super épicée avec un goût de baies légèrement fermentées, le tout dans une herbe confortable et puissamment psychédélique. Cette herbe a contribué à de nombreuses fêtes, concerts et événements de l'époque, car elle produit une expérience de conscience très sociale et se mélangeait bien avec d'autres psychédéliques.

 

Avec un high céleste de longue durée, qui revenait par vagues au fil des heures, cette herbe n'avait pas de limite. Un phénomène constamment rapporté à propos de l’Highland Oaxaca était celui de distorsions périphériques de la vision, comme des images primaires couleur cartoon. Cela tendait à augmenter les distorsions visuelles provoquées par d'autres psychédéliques comme le LSD ou les champignons.

 

L’Oaxaca Highland Gold est une Sativa presque pure qui grandit beaucoup à 45° N outdoor. C’est également l'une des sativas les plus symétriques que j'ai rencontrées. Les plantes ont de longues branches latérales vers le bas, et la croissance symétrique fait de ces beautés productives des sapins de Noël à maturité.

 

Le produit fini est une herbe très douce et épicée de la plus haute qualité, avec un soupçon d'arôme de pin fruité. Les graines de cette variété étaient petites, sombres et rondes, et les plantes présentaient des signes légers d'hermaphrodisme et nécessitaient une bonne surveillance pour maintenir l'absence de graine.

 

 

Guerrero


Cette souche des montagnes côtières du Mexique nous arrivait en buds élancés et grainés d’un vert célèbre. Elle coutait 60 $ à 120 $ l'once en 1977. Par rapport à d’autres herbes Mexicaines, elle avait un parfum épicé, proche de la gaulthérie, avec un high cérébral très clair et une fumée très agréable. Elle n’était pas aussi forte que la plupart des autres herbes, mais cette plante savait satisfaire tout un chacun.

Il y avait une légende à propos d'un groupe d'entrepreneurs qui importèrent des graines du Liban à Guerrero et cultivèrent la célèbre Lebanese Upper Mountain (LUM) à partir de la fin des années 1970 jusqu’à 1980. La LUM était aussi électrique, psychédélique et légèrement sédative. Une herbe unique dont on aurait voulu plus.

 

Les graines de Guerrero étaient de taille moyenne à grande, de couleur grise à verte. Les plantes de ces graines poussaient de manière similaire à d'autres souches mexicaines et colombiennes: moyennes à hautes, touffues, productives. La Guerrero Green, cependant, est l'endroit d’où tire son origine une partie des célèbres buds aux goût d’oignon et d'ail du Nord-Ouest Pacifique.

 

 

Michoacan Brown Spears


Venue des hautes vallées de Michoacan, cette souche était très semblable à la Guerrero dans sa forme et sa texture, mais brun foncé, et avec un arôme plus poivré, épicé et boisé. 40$ à 60$ l’ once grainée en 1975. Bien qu'elle ait été un peu plus fade que la Guerrero, cette herbe semi-commerciale était de loin meilleure que la Mexicaine commerciale qui était disponible partout. Elle avait un parfum plus distinct et épicé que la Mexicaine classique, ainsi qu'un high plus brillant insensible à la tolérance ou à l'épuisement.

 

Les plantes de Michoacan Spears n’étaient pas terribles. Elles étaient épaisses et touffues, mûrissaient plus tôt que les Colombiennes. Certaines étaient prêtes à la fin Octobre, mais la plupart étaient prêtes au début de Novembre. Les graines étaient grises et abondantes. Comme la Guerrero, elles produisirent des saveurs épicées uniques lorsqu'elles furent cultivées en plein air dans le Nord-Ouest du Pacifique.

 

 

THAI

 

Highland Thai


La Highland Thai a été parmi les herbes les plus douces et fruitées de la planète. Les buds Sativas délicats et collants si efficacement liés aux petites tiges en faisaient une des herbes les meilleures.


La Highland Thai, je crois, est au moins partiellement à l’origine de la variété Haze. C'était une des Sativa les plus belles cultivée pour ses produits finis à 45°N.

 

C'est de cette variété que la Juicy Fruit Thai est venue. La Juicy Fruit Thai a été l'un des premiers (et très réussi) P1 de mon stock de breeding. La Juicy Fruit Thai se développait rapidement, longue et très asymétrique. Chaque semaine une nouvelle branche latérale apparaissait dans une poussée de croissance, rivalisait et battait tout méristème existant (tige principale), et devenait le méristème temporaire jusqu'à ce qu'un autre poussant plus vite le rattrape. Les feuilles sont très longues et minces, avec jusqu'à 13 folioles, au contour net.


La Juicy Fruit Thai nécessitait de une à 19 semaines de floraison en indoor. Outdoor, elle était fumable, mais sous-développée et feuillue, à la fin Septembre. De petits buds se développaient en Octobre, murissaient et gonflaient en Novembre. Je n'ai jamais cultivé la Juicy Fruit outdoor au-delà de la mi-décembre, dans une serre, et elle aurait pu continuer plus longtemps.

 

Le principal inconvénient de culture de la Highland Thai, après son abondance de feuilles, était son hermaphrodisme. Bien que peu de graines aient été trouvées, et que les plantes cultivées à partir des graines produisent des quantités moindres de graines, la totalité des plantes était hermaphrodite. De plus, beaucoup de fleurs mâles étaient stériles sur certaines des plantes, ou sur certaines parties de certaines plantes.

 

Sur l'ensemble des variétés qui j'ai travaillées à 45°N, cette thaïlandaise produisit quelques-unes des herbes les plus puissantes. Ce produit était purement cérébral, mais mentalement dévastateur en quantité, avec absolument aucune limite. Une fois, un ami fumeur expérimenté et moi avons testé jusqu'où nous pouvions aller avec cette Juicy Fruit maison.

 

Je me rappelle parvenir à couler le 14e bong et être totalement incapable de continuer. Ma coordination et ma perception de la profondeur étaient tellement faussées que j'étais physiquement incapable d’attraper le bong! L'expérience rivalisait avec une prise trop importante de LSD, provoquant une incapacité du genre psychédélique. Pourtant, c’était aussi particulièrement agréable, divertissant et éducatif en même temps. J'ai eu les yeux scintillants pendant un jour ou deux ensuite.


L'arôme est une attaque ultra-douce de fruit tropical et le goût s’exprime aussi bien au niveau du bud que de la fumée.

 

 

Chocolate Thai


La Chocolate Thai était toute autre. La Chocolate Thai arrivait en larges bâtonnets enveloppés avec une profonde et riche couleur de café torréfié ainsi qu’un un arôme de café-chocolat qui était céleste. Mon avis personnel – et incertain – est que la Chocolate Thai était une variété de plaine.

 

Le produit importé était unique non seulement pour son arôme et sa saveur, mais aussi pour sa force. Le high était onirique, ensommeillé, narcotique, durable et constant. L'arôme possédait une attirance profonde, riche de chocolat.


Les graines, dont bon nombre étaient de noir pur, étaient extrêmement petites et rondes. Elles étaient peu nombreuses et seules quelques-unes germèrent. Les plantes qui survécurent étaient terriblement difficiles à cultiver, et toutes étaient hermaphrodites. Les feuilles étaient longues, sombres et minces, avec des trichomes apparaissant très tôt. Cette souche a été croisée avec succès avec la Highland Oaxaca pour créer ce qui allait être connu sous le nom de Purple Thai.

 

 

Vietnamienne


Il y avait un peu d'herbe vietnamienne dans les années 70, principalement des récoltes précoces de feuilles mal curées. Néanmoins, elle avait une qualité propre avec une pointe de piquant, une saveur acidulée et un high frais. C’était une bonne herbe, mais je ne l’ai jamais cultivée.
J'ai entendu des rumeurs selon lesquelles une souche vietnamienne a été cultivée dans le Triangle d'Emeraude dans les années 70 et au début des années 80.

 

 

Herbe trempée à l’opium (Opium Soaked Herb)


Un élément était ajouté à certaines cargaisons d’herbes thaï dans les années 70: "l'eau précoce" (early water). Un sous-produit de l'héroïne, l'eau précoce était l'eau résiduelle après avoir été utilisée pour créer l'héroïne à partir de l'opium brut. Elle contient tous les constituants de l'opium, moins l'héroïne.

 

L'herbe t thaïlandaise curée était trempée dans cette eau et séchée à nouveau pour absorber les alcaloïdes opiacés. Le résultat a été un high recherché par certains, mais souvent trop fort pour ce qu’on demandait. Un tel lavage peut être agréable, mais certaines herbes étaient saturées, ce qui a causé un dilemme pour ceux qui commençaient à tournoyer après seulement quelques bouffées sur un joint.

Herbes Spéciales

 

 

Black Magic African


Cette herbe est la plus forte de toutes. Bien que je n'ai fumé cette Black Magic qu'un nombre très limité de fois, et que je n'en ai jamais eu personnellement plus d'un joint, je pense qu'il faut la mentionner. J'ai eu une fois l'occasion de voir un sac de cette herbe qui appartenait à quelqu'un d'autre. Ça ressemblait à des feuilles noires et pourries, les quelques feuilles intactes étaient froissées, en plus d’une poignée de poudre noire. Elle n'avait pas d'odeur particulière que celle douce et épicée du foin moisi, et se roulait mieux en sticks fins.

 

La fumée était un peu rude, mais avec une saveur riche et très profonde. Je me souviens aussi qu’elle produisait beaucoup de fumée blanche. Quoi qu'il en soit, ce truc était dangereux! Je me suis souvent demandé si c’était vraiment de l’herbe pure. J'ai, cependant, testé le même produit en provenance de différentes sources à des moments différents, et c’était chaque fois la même histoire.

 

C'était de la Black African équatoriale, l'herbe supposée d'une tribu quelconque, d'un groupe pygmée, ou d'une autre origine tout aussi incroyable! C'était probablement une plante indigène d'Afrique centrale. Un stick entre trois ou quatre personnes était plus que suffisant. C'était vraiment l'herbe la plus dévastatrice et enivrante au niveau de la conscience que j'ai jamais fumée.

 

Je ne me souviens pas m’être évanoui ou d’avoir perdu conscience, mais il fallait du temps avant de revenir. Ce truc seul pouvait t’amener à atteindre 3,5 plus sur l'échelle psychédélique de Shulgin! (http://lucid-state.org/forum/content.php/903-echelle-de-ShulginLien – NDT)
Je n'ai jamais été en mesure d'acquérir des graines du Noir africain, même si j'ai essayé. c'est l'une des quelques souches indigènes avec lesquelles je suis intéressé à travailler.

 

 

Durban Poison


L'herbe de Durban avait déjà atteint un niveau semi-commercial par le passé. Toutes les herbes sud-africaines du marché que j'ai essayées étaient un peu trop puissantes et trop speed. J'ai toujours ressenti ces palpitations cardiaques, comme avec les jamaïcaines. Il y a cependant un très grand nombre de personnes qui apprécient une herbe qui les transporte en pleine fête foraine, et dans ce cas la Durban est un choix très puissant.

 

Les graines de Durban que j'ai cultivées au cours de la 1ère moitié des années 80 donnaient des sativas moyennes à grandes avec des buds élancés, des plantes uniformes à la fois en structure et en récolte. Bien que la production était bonne, l'arôme était piquant, astringent, une odeur chimique qui brûlait les narines et les sinus.


Le high était intense et puissant mais pas particulièrement agréable. Ainsi j'ai écarté la Durban de mes travaux de breeding.

La Vénézuélienne


Il y eut quelques excellentes herbes vénézuéliennes brièvement disponibles au milieu des années 70, pour 50 à 70$ l'once. Elles étaient assez semblables aux meilleures colombiennes ou mexicaines commerciales du moment. Mais d'une couleur jaunâtre brillante, elles n'étaient pas aussi compactes, rendant les bourgeons plus fluffy que dans les habituelles cargaisons compactes.

La fumée était douce, épicée à l’exhalaison, signe manifeste d'un bon séchage. Le high était également un peu plus plaisant que la plupart des variétés commerciales.


Malheureusement, je ne suis jamais parvenu à faire pousser aucune des innombrables graines de Vénézuélienne alors disponibles. Je reste curieux de savoir comment elles se comporteraient en indoor et en extérieur.

 

 

Indian Elephant & Buddha Sticks*


Il y avait de petits approvisionnements d'herbe indienne entre la fin des années 70 et le début des années 80. Ces sticks* étaient caractérisés par leur grande taille par rapport aux Thai.


Des deux, le Buddha Stick* était de couleur plus claire, et plus doux, avec une saveur particulière de genévrier. Il était très stimulant en bouche. Les sticks* Elephant étaient les plus larges, faisant parfois plus d'une once, et les plus sombres. Entre les deux, je préférais le Buddha car il était plus cérébral et planant, mais l'Elephant Stick était également un produit excellent et puissant.

J'ai pu faire pousser certaines graines de Buddha Stick. Cela donnait une herbe à la senteur piquante de genévrier et de réglisse. La plupart des plantes poussaient en buisson de taille moyenne, dont beaucoup, mais pas toutes, étaient hermaphrodites. Le temps de récolte était moyen aussi, 10 à 12 semaines en intérieur, finissant en extérieur de la toute fin Octobre à Novembre, à une latitude de 45° Nord.

 

J'ai baptisé cette souche Gin Blossom et j’en cultivais un peu à cette époque. Je n’ai arrêté la Gin Blossom seulement quand j’ai reproduit la saveur dans des lignes de Blueberry.

 

 

Panama red


D'après les informations que j'ai recueillies, Panama Red provient de quelques cultivateurs courageux qui ont bravé la marée de l'oppression et cultivé en quantité de bonnes veilles graines de souches Colombian Red à Panama, un pays idéalement situé, ainsi que dans les îles alentours.

Situé seulement entre 8 et 9° Nord, ce paradis tropical possède une côte sur le Pacifique et la mer des Caraïbes, séparées d'une faible distance, mais par un haut relief. La Panama Red dont je suis coutumier est similaire à la Colombian Red, mais plus aérée, pas autant compressée. Elle possède une saveur des îles unique, avec une montée sativa douce et épicée. Certains l'appellent la Tequila de l’herbe ("the Tequila of herb") car elle produit une défonce qui diminue fortement les inhibitions, créant un désir de consommer toujours plus jusqu'à ce qu'il soit trop tard !

 

D'après certains buveurs, la Panama Red ne se marie pas très bien avec l'alcool, mais pour la plupart elle offre un high festif et plaisant.

J'ai cultivé des graines de Panama Red à plus d'une occasion. Les plantes de moyenne taille avaient le côté buissonneux de la Colombian Red, avec un peu plus d'hermaphrodisme, et un cycle de floraison très long (12 semaines en intérieur, maturation fin Novembre en extérieur). Malheureusement, c'était à l'époque où je cultivais également la fameuse Highland Thai et de nouvelles plantes afghanes qui étaient tellement uniques, nouvelles et puissantes, que j'en ai négligé la Panama Red.

 

 

 

Le Haschisch

 

Le Marocain


Le hash marocain est le ciment de l'Afrique du Nord. On le trouve partout, du brun foncé au bien jaune or, avec une saveur de cuir épicé bien à lui. Presque tous les haschischs marocains sont tamisés et pressés. Bien que moins puissant que la plupart des hash noirs, ce produit coûte moins cher et tend à se diffuser toujours plus au fil du temps.


Les plantes marocaines sont plus petites et ont été amenées à pousser dans une grande promiscuité, produisant ainsi une unique tige de chanvre surmontée d'une bud dense et résineux. C'est visiblement un croisement sativa/indica.

 

 

Lebanese Red and Blonde


La libanaise est un autre croisement sativa/indica de petite stature et densité. Un peu plus petite et touffue que la marocaine, elle a une tonalité rougeâtre et foncée.
Le légendaire hash Red Lebanese s’est fait sa place tout seul. Red Leb avait une saveur et un arôme particuliers de pin et de genévrier, dont la fumée exhalée rappelait le cuir, fort et piquant. C'était irritant pour les sinus et les voies nasales.

 

En général le Red Leb était tamisé puis pressé, sauf dans le cas de la légendaire Red Lebanese Honey Oil. Cette célèbre huile, dont j’ai pu profiter de 1973 à 77, était à part entière d’une autre classe. Elle avait une odeur piquante de genévrier et de cèdre bien à elle. C'est la substance cannabique la plus puissante et dilatant le plus les poumons que j'ai jamais rencontrée. Acheter ces pipes en verre spéciales pour l’huile s’était avéré inutile, car personne ne pouvait prendre la moindre aspiration de ce truc.

 

L'huile devait être disposée sur le papier à rouler, sur le côté d'une cigarette, ou bien être coulée dans un peu d'herbe grâce à une flamme. C'était vraiment des plus délicieux. Les huiles maison isomérisées des années 80 furent bien pales en comparaison de la fantastique Red Leb.

 

Le Lebanese Blonde, "le hash du travailleur", était d'un niveau inférieur au Red, tout en étant moins cher. Il était moins dense, faisant apparaître le gramme plus gros, et donnant une impression illusoire d'économie. Un bond "Blond" avait du caractère, et arôme et un parfum d'épices et de bois, en plus d'un goût boisé très clair. Le high était un peu plus fort qu'avec le Red, un avantage de plus pour les travailleurs.

 

 

Népalais : Nepalese temple balls


Les bouddhistes ont une formule : "Puissent tous les êtres vivre heureux". Ils ont également un hash qui permet de la mettre en pratique : Celui qui tombe de leurs doigts noirs, haut dans l'Himalaya. Une autre de mes fumées favorites de tous les temps.

 

Le Népalais fait partie des hash les plus cérébraux. Un voyage cérébral puissant mais néanmoins plaisant à chaque bouffée. C'est un des hash les plus euphorisants que j'ai essayé. Le goût est à la fois épicé, fruité et terreux, un des arômes de haschisch les plus agréables. La plupart des Népalais sont fabriqués par frottement, bien que des voyageurs m’aient confié que des variétés tamisées et pressées sont également disponibles.


En 2 mots : Nepalese Temple Ball est un hash les plus euphorisant, au goût des plus fruités et des plus plaisants, d’une qualité supérieure, qu'il m'ait été donné d'expérimenter.

 

 

Afghan et Hindu Kush


Dans le prolongement de la grande crête de l'Himalaya vers l'Ouest et le Nord se situent un ensemble de zones montagneuses qui définissent les frontières nordiques de l'Afghanistan et du Pakistan. Enclavée au milieu de ces montagnes se trouve la petite région du Cachemire et les montagnes Hindu Kush. Cette région pourrait bien être la plus ancienne zone de production de haschisch au monde, peut-être son lieu de naissance !

 

Les plantes de cette région, de variété indica, ont été cultivées et croisées par les hommes depuis l'Antiquité. Petites, denses et vigoureuses, avec de sombres et larges feuilles, ces plantes tirent le meilleur de ces hautes montagnes dont le climat ne permet qu'une saison courte. Elles ont été croisées pour produire de grandes quantités de résine glandulaire facilement détachable, idéale pour la production de haschisch. Les méthodes de production locales incluent à la fois le frottement et le tamisage/presse.

 

Le hash afghan, et la plante indica dont il provient, possèdent un effet plus sédatif, rêveur et narcotique comparé aux sativas. C’est le cas des plantes d'Afghanistan et de l'Hindu Kush qui sont cultivées sur la côte Nord Ouest du Pacifique depuis 1978.

Je pense que la plupart des indicas devraient servir uniquement au haschisch, où leurs excellentes caractéristiques s'expriment.
De grosses quantités de graines afghanes transitaient en contrebande vers le Triangle d'Emeraude en 1978. La production commerciale de ces variétés commença juste après. Il y eut peut-être des essais plus précoces avec des graines afghanes dans la région, mais personne n'en avait jamais fait une production en quantités commerciales avant 1978.

 

Les herbes insulaires

 

L'Hawaïenne (Hawaiian)


La Hawaïenne est un vrai classique. Il y a quelque chose de spécial avec les bonnes herbes des îles, et Hawaiian est une des meilleures. Cultivée correctement en extérieur, elle offre un magnifique bouquet unique d'épices fruitées, comparable à la douceur des meilleurs Thaïs, mais avec une sorte de goût piquant.

 

La bonne herbe hawaïenne a toujours été une expérience puissamment dévastatrice pour moi. Elle est très psychédélique et introspective, contemplative et intensément méditative. Une promenade avec le roi, une danse avec la reine, un couché de soleil sur la plage ! Ah! L’hawaïenne !... (Références musicales certainement. Phrase originale : A Walk with the King, a Dance with the Queen, and a sunset on the beach! Aah... Hawaiian!)

 

J'ai essayé d'égaler l'effet de l’Hawaiian sur le continent, en extérieur aussi bien qu'en intérieur, sans succès. Tout ce que j'ai cultivé à partir d'hawaïennes s'est avéré vraiment très loin de la qualité de leurs parents. Et ce sur trois générations de tests. La récolte des graines d'Hawaiian était comparable à celles des meilleures plantes d'un stock de Colombiennes moyennes !

Cela m'a amené à une réflexion au sujet d'Hawaï : tout ce qui y pousse donnera quelque chose d'unique et de qualité relativement haute. Hawaï est juste un de ces lieux spéciaux, je pense.


J'ai vidé de mon jardin toutes mes tentatives de breeding avec la Hawaiian depuis 1983. C'était une plante jolie et robuste cependant, et également une bonne productrice. Simplement pas si impressionnante une fois cultivée loin de son environnement.

 

 

Jamaican Lion's Herb


Ce n’est qu’à de rares occasions que j’ai pu goûter de l’herbe jamaïcaine vraiment agréable. Ces rares échantillons vinrent directement d'amis qui connaissaient des cultivateurs là-bas. C'était semblable à l'effet de l'Hawaiian, avec un sentiment d'excitation à te couper le souffle plus important.
Le problème que j'ai rencontré avec la Jamaïcaine commerciale est qu’elle est trop forte et trop speed. La Jamaïcaine est réputée pour son effet vivifiant, ce que je ne peux pas nier. C'est une herbe cardio-stimulante, et j'ai un cœur sensible. Je suis donc toujours prudent avec les échantillons de ganja jamaïcaine commerciale que j'essaie.


Exactement comme les Hawaïennes, les variétés jamaïcaines s'expriment peut-être mieux dans leur environnement naturel, car j'ai eu peu de succès à produire des spécimens corrects. Aussi bien en indoor qu'en extérieur, la Jamaïcaine se comporte et finit comme une Colombienne moyenne. Peut-être toutes les herbes insulaires sont elles ainsi uniques.

 

 

Manille : Philippine Thrilla


Les Philippines sont un autre archipel connu pour sa production de bonne herbe. J’ai eu une fois à la fin des années 70 une petite quantité de ce qui était supposé être de l’herbe des Philippines. Elle avait un arôme d’agrume prononcé qui donnait une fumée épicée et un high cérébral. Je ne l'ai jamais cultivée, et n'ai donc rien à rapporter sur les plantes elles-mêmes. L'herbe était une sativa vert clair et graineuse, donc il y a de l’espoir que quelqu’un ait tenté l’expérience avec ces variétés.


*Stick : désigne la présentation de l’herbe à la fin des années 70 lorsque les buds étaient embrochées sur les tiges (http://en.wikipedia.org/wiki/Thai_stickLien wikipedia).



A.5. Comment gérer les sativas et obtenir les buds ultimes - 2002

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/2600.htmlArticle original
To understand the principles behind the breeding of cannabis you first need to be familiar with some basic terms related to genetics. "Genotype" is the genetic and chromosomal make-up of any given individual ? it is the genetic code. "Phenotype" is the expression of body type, structure, and appearance of individuals; it results from the interaction between genotype and environment.
Specific environmental conditions are often required for certain phenotypic expressions from a given genotype. If the available nutrients, hours of sunlight, or other conditions are not available then the development of the plant or animal will be altered. These conditions are referred to as "environmental triggers."
Two individuals with the same genotype can have greatly different phenotypes if grown in different environments.
Indoor vs outdoor
In terms of growing and breeding cannabis, there is a distinct difference between indoor and outdoor grow environments. No matter where on the planet one is, the indoor environment is usually far more limited when compared to the spectrum of conditions existing outdoors.
When compared to the wide variety of conditions available outdoors, the indoor environment may be seen as relatively bland and generic. The greenhouse environment, especially when fortified with electric light, is perhaps the closest thing available to a happy marriage between the two.
Three subspecies
It is useful to agree, at least in theory, that there are three separate subspecies of the genus Cannabis ? Sativa, Indica and Ruderalis.
Cannabis Sativa is the equatorial variety found primarily around 30 degrees latitude North or South. Sativa generally grow tall, from seven to thirty feet, have many long branches, narrower leaflets, and mature slowly.
Cannabis Indica varieties generally inhabit the areas between 30-50 degrees North or South latitude. Indica are generally much shorter than Sativa, only about three to five feet tall. They have fewer and shorter branches than Sativa, the longer of which are lower on the plant, with much wider leaflets. They also mature earlier and more rapidly than Sativa.
Cannabis Ruderalis grow naturally primarily past 50 degrees north latitude (the Siberian steppes). Ruderalis are the shortest, least bushy, and fastest maturing of the three.
The end of the sweet spots
Prior to the late 1970's, virtually all commercially available cannabis products came from the great outdoors. Many of these varieties had been grown in their particular region since antiquity ? not since the advent of sailing had a greater diversification and distribution of the herb occurred.
Most cannabis available was also very well acclimated to its particular region of origin. Certain places tended to produce very unique and desirable types of herb that were renowned to each region. I like to refer to these high-quality cannabis producing areas as "sweet spots." The products coming out of these sweet spots during this era were among the finest herbs ever available.
A series of phenomena occurred in the late 1970's and early 80's that has since revolutionized the cannabis industry. This series included the triad of sinsemilla, High Intensity Discharge (HID) lighting, and the introduction of Indica genetics, coupled with draconian herb laws that drove the industry far underground. Never before in human history was so much genetic diversity of cannabis grown in such generic, indoor conditions. The results of this phenomenon have wreaked havoc on the cannabis gene pool.
The road to blandness
As Indica, sinsemilla and HID lighting became predominant, it became apparent that Sativa varieties were very difficult to coax commercial amounts of sinsemilla herb from indoors. The fast maturing, dense bud structure of the easy-to-grow Indica soon dominated the indoor grow scene.
Another factor contributing to the desirability of the indoor Indica was its truebreeding "dioecious" nature, meaning that individual plants tend to be male or female only, but not both. In contrast, many Sativa strains show hermaphroditic tendencies indoors, with male and female flowers on the same plant. (It is my opinion that wild Sativa strains of cannabis are primarily truebreeding hermaphroditic varieties.)
As outdoor production diminished due to intolerant laws and the drug war, indoor production of Indica phenotypes became the staple of the commercial indoor grower. The road to generic blandness had begun.
Although some Sativa/Indica crosses matched some of the Sativa flavor and head high with the Indica bud structure, this desirability would only last for a few generations of breeding. Unless a person is breeding for a very specific trait, crosses seven generations and beyond the original P1 Indica/Sativa cross lose much of their original charm and desirability. Cloning, however, helps to extend a given plant's potential.
Ruderalis: myth and misnomer
As indoor growers attempted to improve their genetic lines via breeding, another interesting phenomenon occurred: Ruderalis. Although there is a wild variety identified as Ruderalis in Russia ("Ruderalis" is supposedly Russian for "by the side of the road") that grows very short and matures very fast, I seriously doubt the rumor that someone actually went to Russia to collect seeds of this variety sometime in the past. Or, if someone actually did go all the way to Russia to find, collect and smuggle "rudy" seeds, I do feel sorry for their waste of time. They could have gotten the same worthless thing from Minnesota, Saskatchewan or Manitoba with much less hassle.
The North American Ruderalis probably originated as follows: After the Indica varieties arrived in the US and became incorporated into the gene pool, many breeders began to cross the earliest maturing individuals with each other in hopes of shortening the maturation cycle.
It would only take a few generations for the ugly Rudy phenotypes to begin expressing themselves. By ugly, I am referring to a strong lack of potency and/or desirability. I know, I was once guilty of the practice myself. It did not take me long to realize that this was a huge mistake in regard to the quality and potency of the future generations' finished product, and all subsequent breeding along this line was ceased.
Many of these manipulated rudies were released on the open market between 1981 and 1986. It was shortly after this period that the grow journals of the era (Sinsemilla Tips and High Times) ran articles about the possibility of a new wonder variety for indoor grows: fast blooming Ruderalis. Rumor had spread to myth and misnomer. Therefore, it may be more appropriate to say that the Ruderalis phenotype was coaxed from Indica genetics, via the indoor breeding environment.
The same applies to many of the Indica dominant varieties available today. Breeders selecting for early, fast flowering or fast growth often miss out on some of the finer and more subtle characteristics available from crossing certain genotypes. My advice to breeders is to wait until the finished product is suitably tested before coming to any conclusions regarding desirable candidates for future breeding consideration.
Phenotypic expression
The malleability of phenotypic expression among the Sativa/Indica crosses must also be noted. The variability of phenotypic expression among the f2 generation of a truly polar (pure Sativa/pure Indica) P1 cross is quite phenomenal. The second generation f2 crosses will exhibit the full spectrum of possibilities between the original parents ? extreme Indica, extreme Sativa, and everything in between.
However, regardless of any particular phenotype selected from among this given f2 cross, future generations may drift radically. Depending on the presence (or lack) of a number of environmental triggers, an f2 Indica phenotype may be coaxed more toward Sativa traits, or an f2 Sativa phenotype may be coaxed more toward Indica expression. The key is environmental conditions.
This is what distinguishes the truebreeding, ancient acclimated, region of origin varieties ? especially the tropical and equatorial Sativa ? from the crosses that have happened since. The ancient specimens have a much narrower genotype range, and therefore a more specific phenotype than their contemporary crosses despite environmental conditions. It is up to future adventurers to provide the best possible environmental considerations, along with the best possible genetic considerations, in order to resurrect the legendary happy flowers of yore.
Inducing Sativa
After many years of first-hand experience breeding herb indoors as well as outdoors, I am of the opinion that the two most influential factors involving phenotypic variation and expression among current indoor herb breeding projects are the photoperiod (hours of light per day) and the angle of light in relationship to the growing plant.
Specifically, I find the single most powerful influence to the Indica dominant phenotype is the traditional 18/6 veggie cycle and 12/12 flowering cycle. The 18/6 veggie and 12/12 flower cycle is an attempt, however poor, to mimic the Indica-producing photoperiod. It is my belief that this light cycle strongly influences for Indica phenotypic expression.
Sativa phenotype characteristics will manifest under a more equatorial photoperiod, closer to a 13/11 veggie cycle and an 11/13 flower cycle. This is the light timing range to use to elicit more Sativa dominant expression from your plants.
As for the exact photoperiod formula that I incorporate into my growing/breeding regime, this will presently remain a trade secret. My advice is to experiment with different photoperiods, keep good notes and pay attention. Avoid the 18/6 and 12/12 photoperiods, while tweaking the times a bit differently with each breeding cycle until more desirable results in the finished product and their offspring are noted. Here's a hint: work in half-hour increments or a little less, and good luck!

Indica and Sativa characteristics.
Angle of Light
Angle of light simply refers to the physical angle of light source the plant is dependent upon for growth. Perhaps the greatest difference between indoor and outdoor environments has to do with the angle of light received by the plant. This is also one of the greatest seasonal differences between the Sativa and Indica producing regions.
Outdoors, the main light source is the Sun, with minor influence coming from nearby reflective surfaces. As a plant grows taller and broader outdoors, that angle of light from the sun changes very little in relationship to the growing plant.
Seasonal changes in angle of light increase the further away from the equator one gets. At the equator there is the least amount of seasonal change in angle of light, only about 20?, whereas at the 45th parallel that change is as great as 45?. At the 45th latitude, the Summer Sun is high in the sky while during early Spring and late Fall the sunlight comes from much lower in the sky. The farther one goes from the equator, the greater the difference in seasonal changes regarding angle of light.
Indoors, the lights typically range from a few inches to several feet from the plant. As the plant grows taller, its physical relationship to the bulb's angle of light changes considerably. Most indoor grow rooms have relatively low ceilings, therefore, raising the bulbs may maintain a similar angle of light early on, but eventually the angle changes. The same differences may be noted among plants directly below the bulb and the plants off to the side of the room farther away from the bulb.
Circular light shuttles tend to emulate the arctic summer and create a confusing signal completely unknown to the equatorial Sativa. Straight-track overhead light shuttles are more conducive to inducing the Sativa phenotype.

Blueberry x Durban Poison
Aromatics and flavors
Many indoor growers try to get their budding plants as close to the light source as possible. Though this may increase bulk production of both bud and trichome, I find that this practice tends to destroy many of the finer aromatic qualities of the herb.
Buds too close to the light tend to express nothing beyond the lower lemon/lime aromas of the fruity spectrum. Sometimes the aroma is no better than a strong chemical/astringent odor and flavor, especially those under High Pressure Sodium light systems. The finer berry flavors tend to favor more distance from the bulb, and will manifest more strongly under High Ultraviolet Metal Halide light systems, especially during the latter stages of flowering.
Something akin to a gymnasium building with high ceilings and super 5000W lights hung far from the growing plants, set at a Sativa-tweaked photoperiod, would be the ultimate indoor grow-op to coax Sativa phenotypes.
Sweet spot fantasy
Nothing will ever rival the great outdoor sweet spots for quality cannabis production. Hopefully, someday, somewhere, someone will be daring and lucky enough to get away with re-establishing some of the great genetic lines in their specific region of origin sweet spots.
Equatorial Sativa varieties are of interest for quality herb production (Thailand, Oaxaca, Colombia, Central Africa, etc.) as the Indica zones are more renowned for hashish production. Parts of Nepal tend to produce both excellent hashish and fine Sativa buds, with some plants reportedly living longer than two years!
I hope that I am able to live long enough to once again experience the joy associated with the fine herbal products from the great regional sweet spots of near ancient lore. It has been a long time and I am looking forward to the day.

 

Pour bien comprendre les principes supportant le breeding du cannabis, vous devez tout d’abord être familier avec les termes de bases de génétique. « Génotype » est la composition génétique et chromosomique de n’importe quel individu – c’est le code génétique. « Phénotype » est l’expression du type corporel, de la structure et de l’apparence de l’individu, résultant de l’interaction du génotype et de l’environnement.

 

Des conditions environnementales spécifiques sont souvent nécessaires pour obtenir certaines expressions phénotypiques à partir d’un génotype donné. Si les nutriments disponibles, les heures d’ensoleillement, ou d’autres conditions ne sont pas disponibles, alors le développement de la plante ou de l’animal sera altéré. Ces conditions sont appelées « gâchettes environnementales ».


Deux individus avec le même génotype peuvent avoir des phénotypes très différents lorsqu’ils sont cultivés dans des environnements très différents.

 

Indoor vs Outdoor


En termes de croissance et de reproduction du cannabis, il ya une nette différence entre les environnements intérieurs et extérieurs. Peu importe où on est sur la planète, l'environnement intérieur est habituellement beaucoup plus limité que l’environnement extérieur.

Par rapport à la grande variété de conditions disponibles à l'extérieur, l'environnement intérieur peut être considéré comme relativement fade et générique. L'environnement des serres, en particulier lorsqu'elles sont éclairées électriquement en appoint est peut-être l’installation la plus proche d'un mariage heureux entre les deux espaces.

 

Trois sous-espèces


Il est utile de se mettre d'accord, du moins en théorie, qu'il existe trois sous-espèces distinctes du genre cannabis - Sativa, Indica et Ruderalis.

Cannabis Sativa est la variété équatoriale que l’on trouve principalement autour de 30 degrés de latitude nord ou sud. Les Sativas sont généralement de haute taille, de 7 à 30 pieds (1 pied = 28cm), ont de nombreuses branches longues, des feuilles étroites et mûrissent lentement.

 

Les variétés de Cannabis Indica se trouvent généralement dans les zones situées entre 30 et 50 degrés de latitude nord ou sud. Les Indicas sont généralement beaucoup plus petites que les Sativa, seulement de trois à cinq pieds de hauteur. Elles ont des branches moins nombreuses et plus courtes que les Sativas, les plus longues sont au bas de la plante, avec des feuilles beaucoup plus larges. Elles murissent également plus tôt et plus rapidement que les Sativas.

 

Cannabis Ruderalis pousse naturellement au-delà des 50 degrés de latitude nord (les steppes de Sibérie). Les Ruderalis sont les plus petites, les moins touffues, et les plus rapides à maturation.

 

La fin des spots (sweet spots)


Jusqu’à la fin des années 1970, pratiquement tous les produits disponibles dans le commerce de cannabis provenait des grands espaces outdoor. Beaucoup de ces variétés ont été cultivées dans leur région d’origine depuis l'Antiquité, mais depuis l'avènement des bateaux à voile une plus grande diversification et une meilleure distribution de l'herbe s'est produite.

 

La plupart du cannabis disponible était également très bien acclimaté à sa région d'origine. Certains lieux ont tendance à produire des types d'herbe tout à fait uniques et désirables qui ont été nommées selon chaque région. J’appelle ces régions de production de cannabis de haute qualité spots (« sweet spots »). Les produits venant de ces spots au cours de cette période ont été parmi les meilleures herbes jamais disponibles.

 

Une série de phénomènes se sont produits à la fin des années 1970 et début des années 80, qui ont depuis révolutionné l'industrie du cannabis. Cette série d’événements comprenait la croisade de la sensimillia, les lampes à décharge à haute intensité (DHI), l'introduction de la génétique Indica, couplé avec les lois draconiennes sur le cannabis qui ont forcé l'industrie du cannabis a devenir un milieu underground. Jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité une telle diversité génétique du cannabis fut cultivée dans des conditions intérieures génériques. Les résultats de ce phénomène ont fait des ravages sur le patrimoine génétique du cannabis.

 

Le chemin de la fadeur


Comme les Indicas, la sensimillia et l’éclairage HID devenaient prédominants, il est devenu évident que les variétés Sativa étaient très difficiles à produire sensimillia en quantités commerciales en indoor. La maturation rapide, la structure dense des buds et la facilité de cultiver les Indicas les ont bientôt amené à dominer la scène indoor.


Un autre facteur qui a contribué à la désirabilité en indoor des Indicas était sa nature «dioïque» en lignée pure (truebreeding), ce qui signifie que les plantes individuelles ont tendance à être un male exclusivement ou une femelle exclusivement, mais pas les deux. En revanche, les variétés Sativa montrent de nombreuses tendances hermaphrodites en indoor, avec des fleurs mâles et femelles sur la même plante. (Mon opinion est que les souches sauvages de cannabis Sativa sont principalement des lignées pures hermaphrodites.)


Comme la production outdoor diminuait en raison de lois intolérantes et la guerre aux drogues, la production intérieure de phénotypes Indica est devenue la base de la culture commerciale. Le chemin de la fadeur générique avait commencé.

 

Bien que certains cross Sativa / Indica rivalisaient en saveur et en high cérébral avec des Sativa tout en ayant la structure des buds Indica, cet avantage ne durait que quelques générations. Sauf si une personne vise la conservation d'un caractère très particulier par breeding, les croisements au-delà de la septième génération à partir du cross P1 Indica / Sativa d'origine perdent beaucoup de leur charme d'origine et de leur désirabilité. Le clonage, cependant, permet de prolonger le potentiel d'une plante donnée.

 

Ruderalis: mythe et abus de langage


Comme les cultivateurs d'intérieur tentaient d'améliorer leurs lignées génétiques par le breeding, un autre phénomène intéressant s'est produit: La Ruderalis. Bien qu'il existe une variété sauvage identifiée comme Ruderalis en Russie ("Ruderalis" en russe veut dire "au bord de la route") qui pousse très petite et mûrit très vite, je doute sérieusement que la rumeur rapportant que quelqu'un soit allé en Russie pour recueillir des graines de cette variété dans le passé. Ou, si quelqu'un a réellement fait tout le chemin jusqu’en Russie pour trouver, rassembler et passer en contrebande des graines aussi « rustiques » (Rudy), je suis désolé pour la perte de temps. Il aurait pu trouver la même chose sans valeur à Minnesota, à Saskatchewan ou à Manitoba avec beaucoup moins de tracas.


L'origine de la Ruderalis d’Amérique du Nord est probablement la suivante: Après que les variétés Indicas sont arrivées aux États-Unis et ont été incorporées dans le pool génétique, de nombreux breeder ont commencé à croiser les premières plantes arrivant à échéance les unes avec les autres dans l'espoir de raccourcir le cycle de maturation.


Il suffirait de quelques générations pour que les affreux phénotypes Rudy commencent à s'exprimer. Par affreux, je me réfère à un fort manque de puissance et / ou de désirabilité. Je sais, j'ai été moi-même coupable de cette pratique. Il ne m'a pas fallu longtemps pour réaliser que c'était une énorme erreur en ce qui concerne la qualité et la puissance du produit des générations futures, et toute reproduction ultérieure de cette lignée a été interrompue.


Beaucoup de ces rusticités (rudies) manipulées ont été mises sur le marché libre entre 1981 et 1986. C'est peu après cette période que les journaux de l'époque (Sinsemilla Tips et High Times) ont publié des articles sur la possibilité d'une variété nouvelle merveilleuse pour la culture intérieure: La Ruderalis à floraison très rapide (fast-blooming). La rumeur se répandait tel un mythe impropre. Par conséquent, il serait peut être plus approprié de dire que le phénotype Ruderalis Indica a été extrait à partir des génétiques Indiennes, via la culture et l’environnement indoor.

 

La même chose s'applique à la plupart des variétés à dominance Indica disponibles aujourd'hui. Les breeders dont les sélections ne visaient qu’une floraison ou une croissance plus rapide passent souvent à côté de quelques-unes des caractéristiques les plus fines et les plus subtiles disponibles en croisant certains génotypes. Mon conseil aux breeders est d'attendre jusqu'à ce que le produit fini soit convenablement testé avant de tirer des conclusions concernant les candidats souhaitables pour le breeding à venir.

 

L'expression phénotypique


La malléabilité de l'expression phénotypique parmi les cross Sativa / Indica doit également être noté. La variabilité de l'expression phénotypique au sein de la génération F2 d'un véritable cross P1 polaire (pure Sativa / Indica pure) est tout à fait phénoménale. Les cross de deuxième génération F2 présenteront toute la gamme de possibilités entre les parents d'origine : extrême Indica, Sativa extrême, et tout le reste.

 

Toutefois, indépendamment du phénotype particulier choisi parmi ces cross F2, les générations futures peuvent dériver radicalement. En fonction de la présence (ou de l'absence) d'un certain nombre de facteurs environnementaux, un phénotype Indica F2 peut être amené vers des traits Sativas, ou un phénotype Sativa F2 peut être amené plus vers une expression Indica. La clé réside dans les conditions environnementales.

 

C'est ce qui distingue les croisements de lignées pures, acclimatées depuis longtemps, dans les régions d'origine des variétés – en particulier les Sativas tropicales et équatoriales – des croisements qui ont eu lieu depuis. Les anciens spécimens ont une diversité de génotypes beaucoup plus étroite, et donc un phénotype plus précis que leurs croisements contemporains en dépit des conditions environnementales. Il appartient aux futurs aventuriers d’opter pour les meilleures conditions environnementales, ainsi que d’adopter les meilleures considérations génétiques possibles, afin de ressusciter les heureuses fleurs légendaires d'autrefois.

 

Induction des Sativas


Après de nombreuses années d'expérience personnelle de breeding en indoor comme en outdoor, je suis d'avis que les deux facteurs les plus influents impliquant la variation et l'expression phénotypiques lors des projets des breeding indoor sont la photopériode (heures de lumière par jour) et l’angle de la lumière par rapport à la croissance des plantes.

 

Plus précisément, je trouve que l'influence la plus puissante vers le phénotype Indica dominant est le cycle traditionnel de croissance18/6 et le cycle de floraison 12/12. Le cycle 18/6 croissance et 12/12 floraison est une tentative, quoique pauvre, d’imiter la photopériode typique de la production Indica. C'est ma conviction que ce cycle de lumière influence fortement l’expression phénotypique Indica.

Les caractéristiques phénotypiques Sativa se manifesteront sous une photopériode plus équatoriale, plus proche d'un cycle de 13/11 croissance et d'un cycle 11/13 floraison. Il s'agit de la plage de temps de lumière à utiliser pour obtenir une expression plus Sativa dominante de vos plantes.

 

En ce qui concerne la formule exacte de photopériode que j’intègre dans mes régimes de culture / breeding, à l'heure actuelle cela restera un secret commercial. Mon conseil est d'expérimenter avec différentes photopériodes, de prendre de bonnes notes et de faire attention. Évitez les photopériodes 18/6 et 12/12, tout en modifiant les temps un peu différemment à chaque cycle de reproduction jusqu'à ce que des résultats plus souhaitables dans le produit fini et dans leurs progénitures soient notés. Voici un indice: travaillez par incréments d’une demi-heure ou un peu moins, et bonne chance!

 

Caractéristiques Indica et Sativa.


Angle de Lumière


L’appellation angle de lumière se réfère simplement à l'angle physique de la source lumineuse dont la croissance de la plante dépend. Peut-être la plus grande différence entre les environnements intérieurs et extérieurs a à voir avec l'angle de la lumière reçue par la plante. C'est aussi l'une des plus grandes différences saisonnières entre les régions productrices de Sativa et celles productrices d’Indica.

En extérieur, la source de lumière principale est le Soleil, avec une influence mineure venant des surfaces réfléchissantes à proximité. Lorsque la plante pousse plus haut et plus large à l'extérieur, l'angle de la lumière du soleil varie très peu par rapport à la croissance des plantes.

 

Les changements saisonniers dans l'angle de la lumière augmentent plus on s'éloigne de l'équateur. A l'équateur, il ya le moins de changements saisonniers, seulement environ 20°, alors qu'au 45e parallèle ce changement atteint 45°. A la 45e latitude, le soleil d'été est haut dans le ciel tandis qu’au début du printemps et à la fin de l'automne le soleil vient de beaucoup plus bas dans le ciel. Le plus on s’éloigne de l'équateur, plus la différence en ce qui concerne les changements saisonniers d’angle de la lumière est importante.

 

À l'intérieur, les lumières vont généralement de quelques centimètres à plusieurs mètres de la plante. Lorsque la plante grandit, sa relation physique à l'angle de la lumière de l'ampoule change considérablement. La plupart des chambres de culture de marijuana ont des plafonds relativement bas, par conséquent, en élevant les bulbes on peut maintenir un angle similaire de la lumière au début, mais finalement l'angle change. Les mêmes différences peuvent être notées chez les plantes directement en dessous de l'ampoule et les plantes à l'écart de la chambre, plus éloignées de l'ampoule.


Les light rails circulaires ont tendance à imiter l'été arctique et créer un signal confus totalement inconnu de la Sativa équatoriale. Les light rails droits sont plus propices à induire le phénotype sativa.

 

Aromatiques et saveurs


Beaucoup de cultivateurs d'intérieur essaient de placer leurs plantes au plus près possible de la source de lumière. Bien que cela puisse augmenter la production de masse à la fois des budss et des trichomes, je trouve que cette pratique tend à détruire la plupart des qualités aromatiques plus fines de l'herbe.

 

Les buds trop près de la lumière ont tendance à ne rien exprimer au-delà des arômes de citron / lime tout en bas du spectre fruité. Parfois, les aromes ne sont pas meilleurs que chimique / astringent, en particulier ceux sous HPS. Les arômes fins de baies préfèrent une plus grande distance de l'ampoule, et se manifesteront plus fortement sous des systèmes HUV MH (High Ultraviolet Metal Halide), en particulier pendant les derniers stades de la floraison.


Quelque chose qui ressemblerait à un gymnase avec de hauts plafonds et de super lumières 5000W accrochées loin des plantes, réglées à une photopériode adaptée aux Sativas, serait l'ultime set-up de culture de marijuana pour amadouer les phénotypes Sativa.

 

Le spot idéal


Rien ne pourra jamais rivaliser avec les spots en plein air pour la production de cannabis de qualité . Espérons qu’ un jour, quelque part, quelqu'un sera assez audacieux et chanceux pour s'en tirer avec le rétablissement de certaines des grandes lignes génétiques dans leur région d'origine spécifique, aux fameux spots (sweet spots).


Les variétés de Sativas équatoriales sont intéressantes pour la production d'herbe de qualité (Thaïlande, Oaxaca, la Colombie, l'Afrique centrale, etc) alors que les zones Indica sont plus renommées pour la production de haschisch. Certaines régions du Népal peuvent produire à la fois du haschisch excellent et de bons buds Sativa, avec certaines plantes qui vivraient plus de deux ans!

 

J'espère que je vivrai assez longtemps pour vivre une fois de plus la joie associée à des produits à base d'excellentes herbes venant des grands spots régionaux de l’ancienne tradition. Cela fait bien longtemps et j’attends ce jour.



A.6. Mutants - Article IC mag

 

 

https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=41880Article original
General Irregularities/Anomalies of Cannabis Relating to Transgressive Segregation

Some of the Blue Family lines of cannabis (True Blueberry, Grape Krush, etc.) are known to occasionally sport various anomalies and irregularities. The main anomaly reported from these lines is that of the "krinkle" leaf type. Also referred to as a form of variegation this irregularity usually involves a twisting or convolution along half of the leaf divided along the central leaf vein. This anomaly usually affects anywhere from 5% to 20% of a given sample depending on the strain (TB = 5% to 10%, GK = 10% to 20%). In and of itself, this trait does not affect yield or the overall health of the plant. It is merely a simple deformity unique to this line of cannabis.

It is important to know the differences between simple deformities and more complex mutations. Simple deformities and anomalies are semi-common phenomenon whereas genetic mutation is by far more rare and profound. Most of the irregular expressions witnessed in some of the Blue Family lines are mere deformities. Very few are true gross mutations and those are usually sterile or non-viable (usually < %1).

I used to think that the deformities witnessed in certain lines of cannabis were strictly the result of a mutagenic regimen such as colchicine. Variegation in particular is a typical symptom of such a process. If such a process were used on the varieties of cannabis I have worked with, I assume that it was in the Thai lines as that is where most of these traits seem to originate. There is, however, another aspect to consider regarding these anomalies called transgressive segregation.

Transgressive segregation refers to the situation where the progeny from crosses of distinctly different P1's exhibit characteristics beyond what either parent exhibited. A good botanical example is that of the cabbage family from which broccoli, cauliflower and Brussel sprouts developed from the same meager beach cabbage. This is the level of the diversity witnessed in the f2's and beyond crosses of the plants that I have worked with.

The combination of the two very pure, unique and distinctly different varieties of indica and sativa resulted in the extreme variation in the f-2 and beyond progeny. This is where the anomalies, irregularities, eccentricities and effects of transgressive segregation are witnessed and isolated. It is from this extended diversity that new and exciting lines are discovered and isolated. Simple leaf irregularities are no reason to abandon a particular line, and perhaps are an indication of something worthwhile. Suggesting that these anomalies are in some way detrimental to the overall cannabis gene-pool is akin to suggesting that broccoli, cauliflower and Brussel sprouts are in some way detrimental to the cabbage family.

[Side Note: What may have been very detrimental to the overall cannabis gene-pool was the "willy-nilly" introduction of indica and indica-based genes to the equatorial regions of the world–circa 1980's. The tropics are susceptible to aggressive takeover by dominant species and sub-species. This may be what happened to the fine sativa land races of yore–coupled with human selection for production-based indica varieties. Hopefully this phenomenon will be relatively short lived as human selection re-kindles the near-lost memory of the beloved land-race sativa.]

The structural differences witnessed in some of the Blue line individuals including anomalies such as leaf shape, leaf krinkle and color variations, along with basic aesthetic qualities such as range of flavor and palate, issues of duration, tolerance and even shelf-life are more than likely the results of transgenic segregation.
None of these minor abnormalities are in any way detrimental to the overall gene-pool. There do occur very rare instances of freakishly deformed and stunted individuals. Every one of these I have ever encountered has been sterile or non-viable. However, some have produced some of the most unique finished product I have ever sampled in terms of flavor, potency and effect. Unfortunately, these extreme abnormalities are not only rare and sterile, most are also nearly impossible to clone.

Please remember, my number one goal when breeding fine herb is that of the finished product. All other factors; structure, color, growth rates and patterns, leaf shape, odor, flavor, height, flowering characteristics, even potency (please see my other comments concerning bland potency versus exciting quality in my book and other articles), etc. are of lesser concern. My secondary concern is the minimization and elimination of hermaphrodites. This is primarily for the indoor community's behalf, as it is my belief that true breeding equatorial (outdoor bred and produced) strains are all monoecious to some degree. It is the quality of the finished product that I aim for with all of my work. Structural considerations are selected for only after a variety passes the "head/body" test.

Please note also that I consider myself more of an artist than a scientist. I respect science for what it is (discipline and controlled focus) and enjoy its utilization, but for me it is still simply another tool with which to create. With that said please allow me to state that much of the science (definitive recipe) involved in supporting my goal (to discover, create and produce truly good herb) remains somewhat of a mystery to me. Due to all of the truly good herb I have had the good fortune to sample, I am confident in identifying what I consider to be truly good herb–with or without the science. I am equally curious, as are many, regarding the scientific observations, disciplines and discoveries that support this goal.

Toward that goal there are a few points I would like to attempt to clarify:

The Purple Thai. As mentioned before, the Purple Thai was a cross between an outstanding Highland Oaxaca and a very freaky Chocolate Thai.

The Chocolate Thai was one of the most difficult plants to grow. It was dark and very asymmetric, rarely sporting any kind of a definite main-stem for any length of time. It was difficult to clone and very hermaphroditic, producing small airy buds at best. The herb from the Chocolate Thai passed the test (the progeny were at least as good as, if not better than, their parent), but had certain problems otherwise (structural and hermaphroditic). It was also similar in potency to the Highland Thai regarding strength, length and type of high.

The Highland Oaxaca was structurally a different strain (tall, with a definite main-stem, symmetric with less hermaphroditism and better formed buds). The two were crossed and the resulting seeds produced the famed Purple Thai that I was able to use for quite awhile. The Purple Thai exhibited the symmetry and desirability of the Oaxaca with the potency and dark coloration of the Chocolate Thai–the best of both worlds, and its hermaphroditism was much more manageable. It also cloned well. The plants from these seeds also passed the test of equal or improved quality progeny in terms of finished product. Personally I preferred the finished product of the Purple Thai to the Chocolate, not just due to its growth patterns but in terms of the overall effect. The original Highland Oaxaca produced the most desirable finished product, in my opinion, and has yet to be replicated to my complete satisfaction.

So technically the Purple Thai was not a true, land-race acclimated P1. However, as far as I was concerned it fit the bill quite well in that it was very consistent in the sativa genes it carried and passed (nearly identical to the Highland Thai). It was also the closest to producing the desirability of the Highland Oaxaca’s finished product.

The Highland Thai, could possibly have been from Burma (now Myanmar), as borders between the two countries are questionable and change. Other drainage systems in the region lead to the Eastern Himalaya, meaning that the "Highland Thai" could have originated from a number of places. The entire Himalayan region has perhaps the greatest concentration of geographic "sweet spots" in the world, many worthy of exploration. The Highland Thai grew much like the Chocolate Thai; asymmetric, with more stretch–especially in the bud structures.

The difference in the finished product between the Highland and Purple Thai was that the Highland Thai was more potent while the Purple Thai was more "kind" ("kind" being more comfortable to endure, especially while tripping). Another way to put it is that the Highland Thai could be more "racy" or "scary" while the Purple Thai tended to be more "relaxed" or "happy". Both had no ceiling or noticeable tolerance effect, and both provided a long lasting experience, as well. Both also shared a very similar sweet/fruity flavored phenotype that was unmistakably Juicy Fruit/Tutti Fruity–the ultimate female breeder (Note: this was from the plants grown locally--Oregon, indoor and out).

Regarding a clue to the equatorial "Holy Grail" such as the Highland Oaxaca and Santa Marta Gold (South and Central American varieties) a certain, unmistakable flavor comes to mind: that of incense cedar/frankincense/burgundy/floral with spicy/savory undertones. Coffee, chocolate and fine tobacco were also present, but the sweet incense cedar is what I most recall from the Highland Oaxaca and Colombian Gold varieties. The Thai was more complex with more spicy/savory aspects atop a finely distilled burgundy (probably more from the cure) and sort of a "dying" floral, sickly-sweet aroma that was unmistakeably Thai herb (sometimes from Hawaiian as well).

An important aspect to note here is that, according to the best of my knowledge, most high quality sativa of the era was in some way shape or form of Thai origin (or greater Himalayan, but for simplicity’s sake referred to as "Thai"). This includes the Oaxaca, Colombian, Panamanian, Hawaiian among others of the late 1970's. Most of it supposedly came from Thai seed stock. Having sampled many of the region-of-origin varieties of the time, I must concur. Many of the Central, South American and the great Island herbs of the time were more than likely of Thai origin. Similarly, today’s version of ‘Sweet Skunk’ (a misnomer for sure) when grown to fully finished bloom and with a long-time cure shares a distinct Thai quality as well.

Therefore, it seems Thai was the fundamental building block for most quality commercial sativa of the 1970's. ("Commercial" is a key word in the previous sentence as I am sure that there were/are many different origins of the regional high quality herbs.) Certain aspects of acclimation must have been responsible for the subtle (and not-so-subtle) differences of the various herbs of the time.

My definition of acclimation is: grown in a specific region or circumstance for enough generations (in-line bred) to impart characteristics unique to the region or circumstance–preferably in an herbal "sweet-spot" such as Highland Oaxaca. This is a very important consideration regarding future resurrection of land race varieties.

Side Note: When I was working with these sativa back in the 1970's it was all done either outdoors or under large florescent systems, 8' bulbs set onto 4'X8' sheets of plywood and suspended from 2"X4" frames (obviously before the advent of HID lighting). This was also before the introduction of the Indica (Afghan) genes, which appeared commercially at the same time as HID lighting (circa 1978-‘79).

The indica, or "Afghan" varieties became commercially available at the end of the ‘70's, and were the polar opposite to the Thai’s and other sativa. It is interesting to note that Afghanistan is west and north of the Himalaya while Thailand (and Burma) is east and south. Short, stout, wide-leafed, very symmetric and adapted to a short flowering cycle, the indica is what brought the musky "skunk" odor to the game. I must say that I was not a big fan of the pure indica "skunk" strain. It is the primary culprit responsible for of much of the couch-lock characteristic found in much of today’s herb. Indica usually has a low ceiling and a quick tolerance buildup. In short, it is boring, bland and dull herb, unless one seeks anesthetization (or hashish production).

In the indica’s defense it needs to be noted that it helped birth the indoor cannabis industry. Without the indica’s fast flowering cycle or its dense bud production or its short stature, the indoor grow scene would be very different today. It was somewhat obvious to recognize indica’s virtues and liabilities for what they were. It was work and dedication to breed out the bad and to strive for the desirable. The primary virtue of the indica variety is that of its contributions toward hashish production.

An interesting side-note to the indica breeding scheme was the initial direction of the cross. I found much better success with the sativa/indica cross (the female sativa crossed with the indica pollen) than with the opposite indica/sativa cross (the female indica pollinated with the sativa pollen). Again, this was primarily for quality of finished product from the progeny. I found my "Holy Grails" via the diversity of the sativa/indica cross.

Other anomalies witnessed from the extreme diversity of cannabis include examples of polyploid expression–triple and quadruple types, twins–including various forms of conjoined twins, double leaf and double root phenomenon, along with extreme variation in odor, color and flavor, etc.

So the successes of transgressive segregation are highly dependent upon the selections made in the P1 and f2 generations. These are the most important generations regarding overall selection. The direction of the P1 cross also seemed to play a part in successfully finding high quality herb.

 

Irrégularités et anomalies générales du cannabis en relation à la ségrégation transgressive.

 

Certaines des lignées de cannabis de la "Blue Family" (True Blueberry, Grape Krush...) sont connues pour exprimer de façon occasionnelle des anomalies et irrégularités variées. La principale anomalie rapportée de ces lignées est celle des feuilles de type "krinkle" (ce sont des feuilles « froissées » *...NdT) Aussi considérée comme une forme de bigarrure (coloration inégale en rayure, NdT) cette irrégularité comporte habituellement un vrillage ou une contorsion le long de la moitié de la feuille (divisée par la veine centrale). Cette anomalie affecte habituellement environ 5 à 20% de l’échantillon donné, selon la variété (True Blueberry = 5 à 10 %, Grape Krush = 10 à 20 %). Ce trait en particulier n'affecte pas le rendement ou la santé globale de la plante. C'est juste un simple défaut de forme, particulier à cette lignée de cannabis.

 

C'est important de connaitre les différences entres de simples et de plus complexes mutations. Les simples difformités et les anomalies sont des phénomènes assez communs, tandis que la mutation génétique est de loin plus rare et profonde. La plupart des expressions irrégulières dans certaines des lignées de la famille Blue sont de simples difformités. Très peu sont de véritables mutations brutes, ces dernières étant habituellement stériles ou non viables (habituellement <1%).

 

Je pensais auparavant que les difformités constatées dans certaines lignées de cannabis étaient obligatoirement le résultat de traitements mutagènes tels que la colchicine. La bigarrure par exemple est un symptôme typique de ce traitement. Si un tel procédé à été employé sur les variétés de cannabis avec lesquelles j'ai travaillé, je suppose que c’était dans les lignées Thaïs d’où la plupart de ces traits semblent provenir. Il y a cependant un autre aspect à considérer à propos de ces anomalies, aspect que l’on appelle la ségrégation transgressive.

La ségrégation transgressive concerne la situation où la progéniture d'un croisement de deux parents P1 distincts exprime des caractéristiques allant au-delà de ce chacun des parents P1 peuvent exprimer. Un bon exemple en botanique est celui de la famille du chou, où le brocoli, le chou de Bruxelles et le chou-fleur proviennent tous du même chou de rivage insignifiant. C'est ce niveau de diversité que j’ai observé chez les F2 et chez les croisements ultérieurs des plantes avec lesquelles je travaillais.

 

La combinaison de deux variétés d'indica et de sativa pures, uniques et distinctes, entraine des variations extrêmes chez les F2 et chez les générations ultérieures. C'est alors que les anomalies, les irrégularités, les excentricités et les effets de la ségrégation transgressive sont repérés et isolés. C'est parmi cette immense diversité que de nouvelles lignées passionnantes sont découvertes et isolées.


De simples irrégularités dans la forme des feuilles ne sont pas une raison pour abandonner une lignée particulière, et sont même peut-être une indication de quelque chose qui vaille le détour. Suggérer que ces anomalies sont d'une quelconque manière nuisible au gène-pool du cannabis revient à penser que le brocoli, le chou-fleur et le chou de Bruxelles sont d’une certaine manière nuisibles à la famille du chou.

[Aparté : Ce qui a pu être vraiment nuisible au gène-pool du cannabis fut l’introduction « bon gré mal gré » des gènes indicas ou proches dans les régions équatoriales – dans les 80’s. Les tropiques sont prédisposés à la prise de position agressive d’espèces et de sous-espèces dominantes. C’est ce qui a pu arriver aux excellentes landraces sativa d’autrefois – en parallèle de la sélection humaine visant à des variétés indica plus productives. Espérons que ce phénomène sera relativement court lorsque la sélection humaine revalorisera les souvenirs presque perdus des landrace sativa adorées. ]

 

Les différences structurales notées chez certains individus issus de la famille Blue telles que la forme des feuilles, les feuilles "krinkle" (« froissées ») ou les variations de couleurs, ainsi que les qualités esthétiques de base telles que la gamme de saveurs et de goût, les problèmes de durée, de tolérance et même de la durée de conservation sont très certainement les résultats de la ségrégation transgénique.
Aucune de ces anomalies mineures n'est de quelque façon nuisible au gène-pool global du cannabis. Il y a des exemples très rares d'individus extrêmement déformés et chétifs. Tout ceux que j'ai pu rencontrer étaient stériles ou non viables. Cependant, certains ont produit des herbes les plus uniques que j'ai jamais goûtées en terme de saveur, de puissance et d'effet. Malheureusement, ces anomalies extrêmes sont non seulement rares et stériles, mais sont également presque impossibles à bouturer.

 

Gardez bien en tête que mon objectif de breeding principal en travaillant avec les herbes les plus fines est le produit fini. Tous les autres facteurs, tels que structure, couleur, taux et mode de croissance, forme des feuilles, saveur, taille, caractéristiques de floraison, et parfois même la puissance (SVP référez-vous à mes autres articles et à mon livre où je développe le débat "puissance fade vs qualité supérieure") sont moins intéressants. Mon second objectif est la diminution voire l'élimination des hermaphrodites. C'est principalement pour la communauté des cultivateurs indoor, puisque je suis convaincu que les lignées "pures" (truebreeding) équatoriales (sélectionnées et produites à l'extérieur) sont toutes atteintes de monœcie à un certain degré. C'est la qualité du produit fini qui est le but principal de tout mon travail. Les considérations structurales sont seulement prises en compte après que la variété ait passé le test "Body / Head" (stone / high).

 

Veuillez aussi noter que je me considère plus comme un artiste que comme un scientifique. Je respecte la science pour ce qu'elle est (de la discipline et du contrôle) et j'apprécie son utilisation, mais pour moi cela reste simplement un outil de plus avec lequel on peut créer. Ceci étant dit, permettez-moi d'ajouter que la plupart des principes scientifiques (les recettes précises) que j’utilise pour atteindre mes objectifs (découvrir, créer et produire de l'herbe vraiment bonne) restent globalement des mystères pour moi. J'ai eu la chance de goûter tellement d’herbes vraiment bonnes que je suis sûr de moi lorsque j’identifie ce que je considère être vraiment une bonne herbe, et ce, avec ou sans la science. Je suis cependant curieux, comme le sont beaucoup, en ce qui concerne les observations scientifiques, les disciplines et les découvertes qui soutiennent cet objectif.

 

Toujours en visant cet objectif, il y a quelques points que je voudrais tenter de clarifier ci-dessous.

 

La Purple Thaï: Comme je l'ai déjà dit, la Purple Thaï est un croisement entre une Highland Oxaca Gold exceptionnelle et une Chocolate Thaï vraiment bizarre.

 

La Chocolate Thaï était une des plantes les plus difficiles à cultiver. Elle était sombre, très asymétrique et elle ne conservait que très rarement une tige principale bien identifiée pendant longtemps. Elle était difficile à bouturer et très hermaphrodite, et produisait au mieux de petits buds fluffy (très peu compacts, NdT). L'herbe produite par la Chocolate Thaï passait le test (la progéniture était aussi bonne, si ce n'est meilleure que les parents), mais avait d'autres problèmes (de structure et d’hermaphrodisme). Elle était également similaire en terme de puissance à la Highland Thaï, concernant la force, la durée, et le type d'effets.

 

La Highland Oaxaca était une plante différente structurellement, (haute, avec une tige principale bien marquée, symétrique, avec moins d’hermaphrodisme et des buds mieux formés). Les deux furent croisées et les graines issues de ce croisement donnèrent la fameuse Purple Thaï, que j’ai pu utiliser pendant un temps.

 

La Purple Thaï exprimait la symétrie et la désirabilité de l'Oaxaca, avec la puissance et la coloration sombre de la Chocolate Thaï - le meilleur de chaque univers donc, et son hermaphroditisme était bien plus gérable. Elle se bouturait facilement. Les plantes issues de ces graines remplissaient les conditions du test en étant des progénitures d’égale ou de meilleure qualité en terme de produit fini. Personnellement, je préférais le produit fini de la Purple Thaï à celui de la Chocolate Thaï, non seulement pour sa façon de pousser mais aussi et surtout pour son effet global. L'originale Highland Oaxaca produisait le produit fini le plus désirable, selon mon opinion, et devrait encore être reproduite pour que je sois vraiment satisfait.

 

Donc techniquement, la Purple Thaï n'était pas un véritable P1 landrace acclimaté. Cependant, mon avis est qu’elle remplissait son rôle car elle était très régulière quant aux gênes sativas qu’elle portait et transmettait (presque comme la Highland Thaï). C'était aussi celle qui se rapprochait le plus des charmes de l'Highland Oaxaca en terme de produit fini.

 

La Highland Thaï pourrait probablement être originaire de Birmanie (aujourd’hui Myanmar), les frontières entres les deux pays ayant été irrégulières et changeantes. D'autres systèmes de drainage de la région mènent à l'Himalaya Oriental, ce qui signifie que la "Highland Thaï" peut être originaire de différents lieux. La région de l'Himalaya toute entière représente peut-être la plus grande concentration de spots de rêves dans le monde, beaucoup dignes d'exploration. La Highland Thaï évolue tout comme la Chocolate Thaï, asymétrique, avec plus d'élongation – surtout dans la structure des buds.

 

La différence de produit fini entre la Highland Thaï et la Purple Thaï était que la Highland Thaï était plus puissante, et la Purple Thaï plus "douce" ("douce", kind en anglais, signifie plus confortable, plus facile à supporter, notamment pendant le trip). Une autre façon de le dire est que la Highland Thaï a plus "de verve", est plus "effrayante", alors que la Purple Thaî était plus "relaxante" ou "joyeuse". Aucune n'a de limite de montée ou une tolérance notable, et elles procurent toutes deux des effets durables. Toutes les deux partageaient un phénotype similaire aux saveurs sucrées/fruitées qui était assurément Jus de Fruit / Tutti-Frutti – la femelle absolue pour sélectionner et croiser (note: cela venait des plantes cultivées localement en Oregon, indoor & outdoor).

 

S’il faut un indice concernant le Saint Graal équatorial telles que l'Highland Oaxaca ou la Santa Marta Gold (variétés d'Amérique du Sud et Centrale), une saveur particulière qui ne trompe pas vient à l'esprit: ces effluves de cèdre / d’encens / de bourgogne / florales avec des notes sous-jacentes épicées et appétissantes. Le café, le chocolat, et le tabac fin étaient également présents, mais la douce fragrance de cèdres est l'odeur qui me rappelle le plus l'Highland Oaxaca et la Colombian Gold. La Thaï était plus complexe, avec plus d'aspects épicé / appétitif par dessus des effluves de Bourgogne finement distillé (venant probablement de la maturation), et une sorte d’arome de fleur fanée, doux-amer, que seules les herbes Thaïs avaient (parfois les Hawaïennes également).

 

Un autre aspect important à noter ici est que, de tout ce que je peux savoir sur le sujet, la plupart des sativas de haute qualité de cette période avait d'une manière ou d'une autre une forme ou une silhouette d'origine thaï (ou plus largement de la zone du Grand Himalaya, mais pour la simplicité nommons-les "Thai"). Cela inclut l'Oaxaca, la Colombienne, la Panaméenne, l’Hawaïenne et d’autres parmi les variétés de la fin des années 70. La plupart d'entres-elles sont supposées être originaires de stocks de graines Thaï. Après avoir essayé beaucoup de variétés des régions d'origines de l’époque, je dois bien admettre le phénomène : la majorité des superbes variétés d'Amérique Centrale, d'Amérique du Sud ainsi des îles sont très probablement d'origine Thaï. De même, la version actuelle de la "Sweet Skunk" (une erreur de nomination, assurément) montre des qualités particulières à la Thaï quand elle est cultivée jusqu'à une floraison complètement aboutie avec un long temps de maturation.

 

Par conséquent, il semble que la Thaï était l’élément fondamental des sativas commerciales de qualité des années 70's ("commerciales" est un mot-clé dans la phrase précédente car je suis sûr qu'il y avait / qu'il y a de nombreuses origines régionales différentes dans les herbes de haute qualité). Certains aspects d'acclimatation doivent avoir été responsables des différences subtiles (et celles moins subtiles) entres les nombreuses herbes de cette époque.

 

Ma définition de l'acclimatation est: La culture dans une région ou dans des circonstances spécifiques sur plusieurs générations (in-line breed, breeding en lignée pure) afin d'importer/de transmettre des caractéristiques spécifiques à la région ou aux circonstances – de préférence dans un spot privilégié pour l'herbe (sweet spot), par exemple la montagne Oaxaca (Highland Oaxaca). C'est une considération très importante concernant la future résurrection des variétés landraces.

 

[Aparté : Quand je travaillais avec ces sativas dans les années 70, elles étaient toutes cultivées à l'extérieur, ou sous de grands systèmes fluorescents, des ampoules de 2.4m fixées sur des planches de contreplaqué de 1.2x2.4m et suspendues par des armatures 5x10cm (évidemment avant l’apparition des éclairages HID). C'était aussi avant l'introduction des gènes Indica (Afghans), qui sont apparus commercialement en même temps que les lampes Haute Intensité (vers 1978-79).]

 

Les variétés Indica, ou "Afghanes" sont devenues disponibles dans le commerce à la fin des années 70, et représentaient l’exact opposé des Thaïs et autres sativas. Il est intéressant de noter que l'Afghanistan est situé au nord-ouest de l'Himalaya, alors que la Thaïlande (et la Birmanie) sont situées au sud-est. Petites, trapues, avec des feuilles larges, très symétriques et adaptées à un cycle de floraison court, c'est l'Indica qui a apporté l'odeur musquée "Skunk". Je dois dire que je n'étais pas un grand fan de la variété indica "Skunk" pure. C'est le premier responsable de la caractéristiques "couch-lock" (cassant, assommant, NdT) qu'on trouve dans beaucoup d'herbes aujourd’hui. L'indica a habituellement une limite assez basse en ce qui concerne la montée et une rapide augmentation de la tolérance. Pour faire court, cette herbe est ennuyeuse, fade et médiocre, sauf si l’on cherche à s’anesthésier (ou la production de hash).

 

Pour défendre l'indica, il faut dire que ces variétés permirent la naissance de l'industrie du cannabis indoor. Sans l'indica et sa floraison rapide, sa production de fleurs denses et sa stature courte, la scène de la culture intérieure serait bien différente aujourd’hui. Il était relativement évident de discerner les vertus et les responsabilités de l'indica pour ce qu'elles étaient. Il fallait travailler et se consacrer à éliminer le mauvais par sélection et à se battre pour ses avantages. La première vertu des indicas est leur contribution à la confection du haschich.

 

Un aparté intéressant concernant le schéma de breeding des indicas est la direction initiale du croisement. J'ai eu bien plus de succès avec le croisement Sativa / Indica (sativa femelle x pollen indica) qu’avec son croisement opposé Indica / Sativa (indica femelle x pollen sativa). Une fois encore, en visant prioritairement la qualité du produit fini chez la progéniture. J’ai trouvé mon "Saint Graal" via la diversité des croisements Sativa x Indica.

 

D'autres anomalies dues à la diversité extrême du cannabis incluent des exemples d’expression polyploïdes – de types triples et quadruples, jumeaux – y compris diverses formes de jumeaux unis ("siamois"), des phénomènes de double feuille et de double racine, avec des variations extrêmes dans l'odeur, la couleur et la saveur, etc...

 

Ainsi les succès de la ségrégation transgressive dépendent fortement des choix faits dans les générations P1 et F2. Ce sont les générations les plus importantes concernant la sélection globale. La direction du croisement P1 (indica/sativa ou sativa/indica) semble également jouer un rôle important dans la réussite de la création d'herbes de hautes qualités.


*crinkle veut dire froisser, plisser.



A.7. Connaissez votre défonce – 1999

 

 

https://www.icmag.com/ic/showthread.php?p=743964#post743964Article original
Know your own stone
by DJ Short (01 Sept, 1999) An educated and descerning palate is a key requirement in breeding and appreciating cannabis.

An educated palate

The breeding and production of fine quality cannabis is more an art than a science. A creative mind and sense of imagination is necessary to achieve success in this field. The other requirement is a very discerning palate, including the ability to discern and appreciate subtle variations in taste, smell and mental experience.

Anatomically, the palate is located between the roof of the mouth and the nasal passages. The intricacies of taste and palate are complex and poorly understood. The taste buds in the tongue and mouth make up only a small fraction of the mechanisms used to interpret taste and smell.

Olfaction is the term used to describe the sense of smell. The olfactory bulb is the main sensor used to experience and interpret smells. This organ is located behind the nasal passages – up your nose. The sense of smell is one of the most complex we possess, and more of the brain is dedicated to processing smells than any other sense. Smell is closely related to memory, especially older memories. Anatomically, this region is located between the cortex and the occipital lobes, above and around the ears to the top of the head.

Research and experience suggest that some people have a greater natural ability to discern taste and smell than others. The palate can also be developed, educated and refined.

There are many similarities between the wine industry and the cannabis industry. One of these is that both use "expert palates" to identify and discern the various desirable traits of a product. However, unlike wine, cannabis has another added aspect to consider: the type of experience produced by the product. Alcohol's main experience is similar (and overconsumption can be fatal) while cannabis provides a wide range of effects and is non-toxic.

Some herb is strictly pleasing to the mental palate but is not so tasty, while other might taste great but have mild or unpleasant effects.

Spectrums of experience

The first spectrum to consider is the "up and down" experience. "Up" refers to the stimulating aspects of cannabis, while "down" refers to sedative qualities. Up pot tends to liven the disposition and stimulate the emotions, inspiring sociability and talkativeness. Down pot tends to produce sedative and depressant effects. Some people refer to stimulating pot as being a "head" high and sedative pot as being a "body" high, yet although partially true this is also misleading.

Body and head highs are the next spectrum of the cannabis experience. Generally speaking, head highs are stimulating and body highs are sedative, but not all are. Some body highs are stimulating and some head highs are depressing. I once sampled a terribly paranoia-inducing head pot that inspired great couch lock qualities. I called it Boo-Goo.

Early to late harvest will affect the head to body spectrum expressed by a certain plant, with the later harvest tending to produce more body and sedative effects. However, I believe that certain aspects of this spectrum to be genetically inherited.

Next to consider are aspects of duration. Some cannabis tends to be short-acting (15-30min) whereas other varieties last much longer (6-7 hours). Once again production, harvesting and curing techniques can influence aspects of this spectrum, but much of this effect is inherited.

For me, the most important aspect of the cannabis experience to consider is tolerance. This refers to the product's ability to provide the same experience via the same amount over time – the burnout factor. By "over time" I mean the long run: months, years, decades...

Most of the cannabis I see on the market today has a terrible tolerance factor – a quick burnout time with the product's novelty lasting less than a week. Luther Burbank's model of breeding needs to be employed here and no expression of tolerance to your product is to be tolerated. An example of where intolerance to tolerance is tolerated – enough already!

Another aspect of tolerance is "ceiling." This refers to how high (or far) one is capable of going with the variety. How many hits can you consume until more hits are unnoticeable? Most indicas have a low ceiling of less than 10 hits. For me that's usually around 5 hits in one smoking session. If I smoke more than 5 hits of a strong indica I will either not notice the post-ceiling hits, or I will fall asleep.

Some sativas have a very high ceiling, or seem to have none at all! This means that the more you consume, the higher and further you go. Oaxaca Highland Gold, Black Magic African, and Highland Thai were some of the herbs I've tried with very high or no ceiling.

The final aspect of mental effects to consider when sampling strains for breeding is the tendency to produce anxiety. Certain strains of cannabis increase anxiety while others decrease it. This is also true for other emotions, which some strains may suppress while others may augment their intensity. Generally stimulating and head varieties are the ones that can produce unwanted anxiety, but this is not always the case. Quickly cured buds or an over-early harvest are contributing factors to anxiety-increasing pot, but this trait is also genetic in nature.


Tastes and tasters

The physical palates of cannabis add another dimension to the equation. Taste is an important factor toward determining the desirability of most cannabis. The range of flavours expressed by the genus cannabis is extraordinary. No other plant on the planet can equal the cacophony of smells and tastes available from cannabis. This fact alone should interest researchers from several fields.

The range of possible smells and tastes a human can experience is large and complex. To date, no-one has created a fully usable olfaction chart, but Ann Noble developed a nifty "aroma wheel" for the wine industry, which inspired me to develop a cannabis olfaction chart. Like Ann's wheel, more basic aroma categories like "fruity", "floral", "spicy" and "pungent" go in the centre, and branch out into more specific aromas. So beneath "fruity" goes "berry" and "citrus", and beneath "citrus" is "lemon", "lime" and "orange".

The main cannabis aromas are: woody, spicy, fruity, earthen, pungent, chemical and vegetative – a wide range indeed. More specific aromas include pine and cedar under "woody", musty and dusty for "earthen", blueberry and mango under "fruity", and many others. Most aromas are possible through some combination of strains. Many of these strains were best expressed and acclimated when they were grown outdoors in their region-of-origin, or homeland.

Note that aroma and flavour vary between various stages of the plant. The aroma of a live bud on the plant, a dried and cured bud, and the smoke on the inhale and exhale, may all be different from each other. My number one goal when breeding cannabis is the quality of the perfectly matured, trimmed and cured bud and the experience it provides.

I strongly recommend the use of "tasters" to help analyze the qualities of a given smoke. I prefer highly educated, seasoned and critical elders as they tend to be the most helpful in their analysis and feedback. If there is the slightest drawback to the product, such as arrhythmia, tachycardia, paranoia, or what have you, the experienced elder taster will be the first to notice it. By the same token, if a product is exceptionally fine, the experienced elder taster will also likely be among the first to fully appreciate this. Besides, the elders always appreciate good medicine.

The best way to educate and train the palate is through experience. Unfortunately, there has been a great depletion of variance among the product available to the public. Most grow-ops focus on quantity over quality, and as a result a general blandness has developed.

 

Un palais (buccal) éduqué et perspicace est la compétence clé pour apprécier et breeder le cannabis.

 

Un palais éduqué


Le breeding et la production de cannabis de bonne qualité est plus un art qu’une science. Un esprit créatif et une bonne imagination sont nécessaires pour rencontrer le succès. Une autre condition est un palais très perspicace, capable de discerner et d’apprécier des variations subtiles en ce qui concerne le goût, l’odeur et l’expérience mentale.

 

Anatomiquement, le palais est situé entre la partie supérieure de la bouche et les passages nasaux. Les relations du goût et du palais sont complexes et mal comprises. Les papilles gustatives de la langue et de la bouche ne sont impliquées qu’en petite partie dans les mécanismes qui interprètent le goût et l’odeur.

 

L’odorat est le terme utilisé pour décrire le sens de l’odeur. Le bulbe olfactif est le capteur principal pour ressentir et interpréter les odeurs. Cet organe est situé derrière les passages nasaux – en haut de votre nez. Le sens de l’odorat est l’un des plus complexes que nous possédons, et le cerveau alloue une plus grande partie de sa structure à cette tache qu’à n’importe quel autre sens. L’odorat est lié à la mémoire de façon très proche, particulièrement aux anciens souvenirs. Anatomiquement, cette région est située entre le cortex et les lobes occipitaux, au-dessus et autour des oreilles jusqu’au sommet du crâne.

 

La recherche et l’expérience suggèrent que certaines personnes ont de meilleures aptitudes naturelles pour discerner le goût et l’odeur que d’autres. Le palais peut aussi être développé, éduqué et affiné.

 

Il y a beaucoup de points communs entre l’industrie du vin et l’industrie du cannabis. L’une d’entre elles est que ces deux industries utilisent des « experts du palais » pour identifier et discerner les nombreux traits désirables d’un produit. Cependant, à la différence du vin, le cannabis a un autre aspect à prendre en compte : le type d’expérience induite par le produit. Les expériences principales liées à l’alcool sont similaires (et la surconsommation peut être fatale) alors que le cannabis fournit une large palette d’effets et est non toxique.

 

Certaines herbes sont simplement plaisantes au palais mental mais peu gouteuses, alors que d’autres auront un excellent gout mais des effets moyens voire désagréables.

 

Les spectres d’expérience


Le premier spectre à considérer est l’expérience " up and down" (haut et bas). "Up" se rapporte aux effets stimulants du cannabis, tandis que "down" se réfère aux qualités sédatives. Les herbes Up ont tendance à égayer les dispositions et stimuler les émotions, à inspirer la sociabilité et la communication. Les herbes Down ont tendance à entrainer des effets sédatifs et dépressifs. Certaines personnes appellent les herbes stimulantes des herbes avec un high "cérébral" (head high) et les sédatives avec un high " corporel" (body high)*, et bien que ce soit en partie vrai cela peut également induire en erreur.

 

Les high cérébral et corporel constituent le spectre suivant de l’expérience cannabique. Généralement, les high cérébraux sont stimulant et les high corporels sont sédatifs, mais pas tous. Certains high corporels sont stimulants et certains high cérébraux sont déprimants. J’ai essayé une fois une herbe terriblement source de paranoïa mentale qui avait également de grandes qualités sédatives (couch-lock). Je l’appelais Boo-Goo.

 

De précoce à tardive, la récolte va influer le spectre cérébro-corporel exprimé par une certaine plante, la recolte la plus tardive tendant à procurer des effets plus corporels et sédatifs. Cependant, je pense que certains aspects de ce spectre sont hérités génétiquement.

Ensuite viennent les aspects de durée. Certains cannabis vont être actifs sur une durée très courte (15-30 min) tandis que d’autres variétés durent plus longtemps (6-7h). Une fois encore la production, la récolte et les techniques de maturation peuvent influer sur certains aspects de ce spectre, mais la majeure partie est innée.

 

Pour moi, l’aspect le plus important à considérer dans l’expérience cannabique est la tolérance. Il s’agit de la capacité du produit à fournir la même expérience avec la même quantité dans le temps – le facteur d’épuisement. Quand je dis « dans le temps », je veux parler de longues périodes : mois, années, décades…

 

La plupart du cannabis que je vois sur le marché aujourd’hui a un facteur de tolérance très mauvais – un épuisement rapide avec la nouveauté du produit durant moins d’une semaine. Le modèle de breeding de Luther Burbank doit être employé ici et aucune expression de tolérance à votre produit ne doit être tolérée. C’est un exemple où l’intolérance à la tolérance est tolérée – bon, assez !

 

Un autre aspect de la tolérance est le "plafond". Cela se rapporte à quelle hauteur (ou quelle distance) on peut aller avec la variété. Combien pouvez-vous consommer avant que cela ne fasse plus d’effet ? La plupart des indicas ont un plafond assez bas de moins de 10 bouffées ("hits", en pipe, NdT). Pour moi c’est environ 5 bouffées en une session de fume. Si je fume plus de 5 bouffées d’une indica forte, je ne vais pas me rendre compte des effets au-delà du plafond, ou je vais m’endormir.

 

Certaines sativas ont des plafonds vraiment hauts, ou semblent même ne pas en avoir du tout ! Cela veut dire que le plus tu consommes, le plus haut et le plus loin tu vas. La Oaxaca Highland Gold, la Black Magic African et l’Highland Thaï sont quelques unes des herbes que j’ai pu essayer au plafond très haut ou inexistant.

 

L’aspect final des effets cérébraux à prendre en compte lors de l’échantillonnage des variétés pour le breeding est la tendance à induire de l’anxiété. Certaines variétés vont augmenter l’anxiété alors que d’autres la diminueront. C’est aussi vrai pour d’autres émotions, que certaines variétés vont supprimer alors que d’autres vont augmenter leurs intensités. Généralement les variétés cérébrales et stimulantes sont celles qui peuvent produire de l’anxiété non désirée, mais ce n’est pas toujours le cas. Des buds maturées trop vite ou une récolte extrêmement précoce sont des facteurs qui contribuent à augmenter l’anxiété de l’herbe, mais ce trait est également de nature génétique.

 

Goût et goûteurs


Les palais physiques du cannabis ajoutent une autre dimension à l’équation. Le goût est un facteur important pour déterminer la désirabilité de la plupart des cannabis. La palette de saveurs exprimées par le genre cannabique est extraordinaire. Aucune autre plante sur la planète ne peut égaler la cacophonie d’odeurs et de goûts disponibles chez le cannabis. Ce seul fait devrait intéresser les chercheurs de différents domaines.

 

La palette d’odeurs et de goûts possibles qu’un humain peut ressentir est large et complexe. Jusqu’à aujourd’hui, personne n’a créé un graphique olfactif totalement utilisable, mais Ann Noble a développé une « roue des aromes » habile pour l’industrie du vin, qui m’a inspirée afin de développer un graphique olfactif du cannabis. Comme la roue de Ann, au centre se trouvent les aromes basiques comme "fruité", floral", "épicé", "acre", et s’évasent vers des aromes plus spécifiques à l’extérieur. A l’extérieur de "fruité" on trouvera "baies", "agrumes", et plus loin à l’extérieur d’"agrumes" on trouvera "citron", "citron vert" et "orange".

 

Les principaux aromes du cannabis sont : boisé, épicé, fruité, terreux, acre, chimique et végétal – une large palette, vraiment. Les aromes plus spécifiques concernent le pin et le cèdre pour la catégorie "boisée", moisi et poussiéreux pour "terreux", myrtille et mangue pour "fruité", et beaucoup d’autres. La plupart des aromes sont possibles par la combinaison de variétés. La plupart de ces variétés s’exprimaient mieux et étaient mieux acclimatées quand elles étaient cultivées outdoor dans leur région d’origine, ou terre natale.

 

Notez que l’arome et la saveur varient selon les différentes étapes de la vie de la plante. Les arômes d’un bud vivant sur la plante, d’un bud sec et curé, et de la fumée à l’inhalation et à l’exhalaison peuvent toutes être différentes les unes des autres. Mon objectif numéro un en tant que breeder est la qualité du bud parfaitement mur, parfaitement récolté et parfaitement curé et l’expérience qu’il induit.

 

Je recommande fortement l’utilisation de "goûteurs" pour aider à analyser les qualités lors d’un smoke test. Je préfère des anciens hautement éduqués, aguerris et critiques car ils ont tendance à être les plus utiles dans leurs analyses et commentaires. S’il y a le moindre inconvénient dans le produit, comme de l’arythmie, de la tachycardie, de la paranoïa, ou autre, les goûteurs anciens et expérimentés seront les premiers à le notifier. De la même façon, si c’est un produit exceptionnel, les goûteurs anciens et expérimentés ont toutes les chances d’être les premiers à l’apprécier. De plus, les ainés apprécient toujours un bon médicament.

 

La meilleure façon d’éduquer et d’entrainer le palais est à travers l’expérience. Malheureusement, il y a eu une forte baisse dans la variété des produits disponibles au public. La plupart des cultivateurs commerciaux se préoccupent plus de la quantité que de la qualité, et en conséquence une fadeur générale s’est développée.


*En français, on utilise principalement les termes "high" pour les herbes stimulantes et "stone" pour les sédatives. NdT



A.8. Récoltez votre herbe

 

 

https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=14487Article original
There are several important points to consider when choosing the optimum time to harvest your cannabis crop. There are different factors to consider between indoor and outdoor plants. There is the difference between Sativas and Indicas in bloom duration and final effect. There is the difference between early and late harvest to encourage head to body high respectively. There is the issue of chemistry because what we are really considering in terms of the "ripeness" relates directly to the chemical nature and state of the plant at harvest. Last, but not least, is the concept of "the window of harvest", where I will begin.

The Window of Harvest

This term indicates the period during which the plant is at its optimum state of ripeness. The window "opens" when the plant is first ripe. Somewhere along the line the plant becomes over-ripe which signifies the "closing" of the window of harvest.

For most Indicas grown indoors, the window of harvest is about two weeks long * give or take a couple of days for various strains. Indoors, if going directly from an 18/6 hour vegetative light cycle to a 12/12 hour bud cycle, most indicas take about eight weeks to fully mature.

As to outdoors I can only speak from experience at the 45th parallel and the bloom times there. At the 45th parallel I've found most Indicas to be at peak harvest starting at the beginning of October, sometimes very late September, and running until the end of October, sometimes running into November during mild years or in a greenhouse. My favorite time to harvest a nice Blueberry Indica outdoors is in the second to third week of October.

For Sativa grown either indoors or outdoors, the window may be open much longer. Some Sativas take up to thirteen weeks to mature indoors. Outdoors many will go well into November and even December, if conditions are right (again, this is near or at the 45th parallel).

Head High or Body Stone?

An important consideration has to do with one's preference for a "head" high or more of a "body" high. A good head high can positively influence one's mental state much like a psychedelic; whereas a good body high is more similar to a narcotic effect. Generally, head highs tend to be more up and body highs tend to be more down. Suffice it to say that a good healthy mix of the two is a fine goal to achieve.

Sativas and early window harvests tend to be more of a head high, whereas Indicas and late window harvests tend to be more of a body high. Given this rule of thumb you can pretty much come up with what you want. That is, if you prefer a very psychedelic head high, then an early harvested Sativa might do best. If a very narcotic body high is desired, then a late harvest indicas would probably do best. For that best-of-both worlds high, experimentation with late harvested sativas and early-to-mid harvested indicas usually proves interesting.

Magnify your Buds

When we speak of various highs experienced by different products, we are noting variations in plant chemistry. The chemicals we enjoy are produced within the glandular stalked trichomes, along the surfaces of the bud flowers (calyxes), bracts, leaves and stems, starting in or around the fourth week of the bud cycle. More and more of these trichomes develop as the plant matures.

I highly recommend that the serious cannabis student acquire a 30X power, illuminated magnifier. These can be found at most local electronics stores, often for under fifteen dollars. With the aid of the magnifier one can learn more about the detail of trichome development and ripeness.

As far as trichomes are concerned, the tall ones with swollen, clear, bulbous heads are what to shoot for. The denser the concentration, the greater the potency.

The Cycle of Plant Maturity

Starting in the third or fourth week of the flowering light cycle, glandular stalked trichomes will begin to form along the surfaces of leaves, flowers, bracts and stems. At the same time, more and more flowers (also called calyxes) develop into densely-packed floral clusters.

The pistils of the young flowers are bright white and turn reddish brown with age. The pistils and flowers develop from the bottom of the bud to the top. The older, lower pistils are the first to turn reddish brown. For most basic indicas this usually happens by the sixth week in the flowering cycle. It is about this time that the calyxes begin to swell.

Calyx swelling is a major indicator of peak maturity. The lowest, oldest calyxes swell first and the swelling works its way up to the highest, youngest flowers on each bud. At peak maturity about 90% of the calyxes will almost look seeded, they are so fat. Three quarters to 90% of the pistils will have turned reddish brown as well. For a basic Indica this takes well into the seventh week of the flowering cycle.

By the end of the eighth week most of the calyxes will have swollen and a surge of trichome development has coated most of the buds. It is now that the development of a very discerning palate comes into play to determine the finest harvest time. Remember - patience is a virtue and often a discipline.

The ripening signs for most Sativas are highly similar, except extended over a longer period of time. Occasionally, some Sativas have windows of peak harvest that actually open and close. That is, for a week or so the plant may exhibit signs of peak ripeness. However, a week later the plant may have a growth spurt, which lowers the trichome-to-fibre ratio and overall potency for a little while. Usually a fibrous growth spurt is accompanied by a corresponding trichome increase. Again, time and experience are the key elements in this regard.

Changes in Chemistry

As the plant matures through its window of harvest its chemistry changes. As the window closes, the more desirable compounds begin breaking down into less desirable ones. Primarily it is THC breaking down in CBNs and CBDs.

Which particular combination of chemicals is the most desirable is purely a matter of taste and choice, developed over time and with experience. Set and setting also play an important role in determining which type of product is best appreciated.

Pleasant head highs are often desirable for social occasions, whereas a narcotic late-window Indica may work better as an evening medicinal herb. The main point is that these differences are chemical in nature and more research is needed to more fully understand this phenomenon

 

Il y a plusieurs points importants à considérer quand on choisit le moment optimum pour récolter sa récolte de cannabis. Il y a différents facteurs à considérer selon qu’on soit en indoor, en outdoor. Il y a la différence de temps de floraison et d’effet final entre les sativas et les indicas.

 

Il y a la différence entre une récolte précoce ou une récolte tardive pour encourager respectivement un high cérébral ou un high corporel. Il y a l’aspect chimique parce que ce que l’on considère vraiment en parlant de "maturité" se réfère directement à la nature chimique et l’état de la plante lors de la récolte. Enfin, mais pas le moins important est le concept de "fenêtre de récolte", par lequel je vais commencer.

 

La Fenêtre de Récolte


Ce terme définit la période durant laquelle la plante est à son maximum de maturité. La fenêtre "s’ouvre"lorsque la plante est juste mure. Quelque part le long de la ligne la plante devient trop mure, ce qui signifie la "fermeture" de la fenêtre.

 

Pour la plupart des indicas cultivées en indoor, la fenêtre de récolte dure environ deux semaines plus ou moins quelques jours pour de nombreuses variétés. Indoor, si l’on passe directement d’un cycle 18/6 à un cycle de flo 12/12, la plupart des indicas nécessiteront huit semaines pour être pleinement matures.

 

Pour l’outdoor, je ne peux parler que de mon expérience et des périodes de floraison au niveau du 45e parallèle. Au 45e parallèle, j’ai remarqué que la plupart des indicas atteignent la fenêtre début Octobre, parfois fin Septembre, et courent jusqu’à fin Octobre, parfois même en Novembre en serre ou les années clémentes. Ma période favorite pour récolter une bonne Blueberry Indica outdoor est entre la seconde et la troisième semaine d’Octobre.

 

Pour les sativas, indoor ou outdoor, la fenêtre peut être ouverte beaucoup plus longtemps. Certaines sativas nécessitent plus de 13 semaines pour murir en intérieur. En outdoor elles peuvent atteindre Novembre et même Décembre, si les conditions sont correctes (à nouveau, près du ou au 45e parallèle).

 

High cérébral ou stone corporel ?


Une considération importante est la préférence de chacun pour un effet "cérébral" ou plutôt "corporel". Un bon high cérébral peut positivement influer l’état mental de l’utilisateur comme un psychédélique ; alors qu’un bon high corporel est plus similaire d’un effet narcotique. Généralement, les highs cérébraux seront plus up (~ haut, positif, joyeux, NdT) et les high corporels plus down (~bas, négatifs, dépressifs, NdT). En gros un bon mélange sain des deux est un bon objectif à atteindre.

 

Les sativas et une fenêtre de récolte précoce auront tendance à produire un high cérébral, tandis que les indicas et une fenêtre de récolte tardive auront tendance à provoquer des high corporels. Cette règle à la louche énoncée, vous pouvez obtenir à peu près ce que vous voulez. C’est-à-dire, si vous préférez un high cérébral très psychédélique, alors une sativa récoltée de bonne heure devrait être le mieux. Si vous voulez un high corporel très narcotique, alors une indica récoltée très tard ira probablement le mieux. Pour les effets avec le-meilleur-de-chaque-univers, des tests avec des sativas récoltées tardivement ou des indicas récoltées de bonne heure sont habituellement intéressants à réaliser.

 

Grossissez vos buds


Lorsque l’on parle des nombreux high ressentis selon différents produits, on note les variations dans la chimie de la plante. Les produits chimiques que l’on apprécie sont produits dans les trichomes glandulaires réticulés, le long des surfaces des bourgeons floraux (calices), des bractées, des feuilles et des tiges, à partir de la quatrième semaine de floraison. De plus en plus de trichomes se développent alors que la plante murit.

 

Je recommande très fortement que l’étudiant sérieux en cannabis acquiert une loupe éclairante de grossissement x30. On peut les trouver dans la plupart des magasins électroniques, souvent pour moins de 15$. A l’aide de la loupe on peut apprendre à connaitre plus en détail le développement et la maturation des trichomes.

 

En ce qui concerne les trichomes, les grands avec des têtes bulbeuses, claires et gonflées sont ceux à observer. Une plus grande concentration entraine une plus forte puissance.

 

Cycle de maturité de la plante


Commençant à la troisième ou quatrième semaine du cycle lumineux de floraison, les trichomes glandulaires réticulés vont commencer à se former le long des feuilles, des fleurs, des bractées et des tiges. Au même moment, de plus en plus de fleurs (également appelées calices) se développent en grappes de fleurs denses.

 

Les pistils des jeunes fleurs sont d’un blanc brillant et deviennent rouge-marron avec l’âge. Les pistils et les fleurs se développent du bas de la bud vers le haut. Les pistils les plus vieux et les plus bas deviennent rouge-marron. Pour la plupart des indicas cela arrive vers la sixième semaine de floraison. C’est à partir de ce moment que les calices commencent à gonfler.

 

Le gonflement des calices est un indicateur majeur du pic de maturité. Les calices les plus vieux et les plus bas gonflent les premiers et le gonflement fait son chemin vers le haut de la plante vers les fleurs les plus hautes et les plus jeunes. Au pic de maturité, environ 90% des calices auront l’air grainés, ils sont si gros. 75 à 90% des pistils seront devenus rouge-marron également. Pour une indica classique, cela arrivera dans la septième semaine du cycle de floraison.

 

A la fin de la huitième semaine, la plupart des calices seront gonflés et un accroissement du développement des trichomes aura revêtu la plupart des buds. C’est maintenant que le développement d’un palais perspicace entre en jeu pour déterminer le meilleur moment pour récolter. Souvenez-vous – la patience est une vertu et souvent une discipline.

 

Les signes de maturité pour la plupart des Sativas sont fortement similaires, mais étendus sur une plus longue plage de temps. Parfois, certaines Sativas ont des fenêtres de récolte qui s’ouvrent et se ferment. C’est-à-dire que, pour une semaine environ la plante peut montrer des signes de maturité.

 

Cependant, une semaine après la plante a une poussée de croissance, qui baisse le ratio trichomes-fibre et la puissance globale pour un temps. Habituellement un regain de croissance est ensuite suivi d’une augmentation des trichomes correspondante. A nouveau, le temps et l’expérience sont les principes clés.

 

Changement dans la composition chimique


Alors que la plante murit dans sa fenêtre de récolte, sa composition chimique change. Alors que la fenêtre se ferme, les composants les plus désirables commencent à se décomposer en d’autres moins attractifs. Tout d’abord le THC se décompose en CBNs et CBDs.

 

Quelle combinaison chimique particulière est la plus désirable est essentiellement une affaire de goût et de choix qui se développent avec le temps et l’expérience. La personnalité et l’environnement jouent également un rôle important pour déterminer quel type de produit est le mieux apprécié.

 

Des high cérébraux plaisants sont souvent désirables pour des occasions sociales, tandis que des Indicas narcotique récoltées en fin de fenêtre pourront être plus adaptées en tant qu’herbes médicinales du soir. Le point principal est que ces différences sont chimiques par nature et plus de recherche est nécessaire pour comprendre complètement le phénomène.



A.9. Laissez les respirer !

 

 

https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=34943Article original
Let them breathe!

Article Taken From: Cannabis Culture (Issue #13)
Written By: DJ Short
Proper ventilation and air circulation are essential to growing healthy, happy plants.

An important aspect to consider when growing plants indoors is proper ventilation, air circulation and temperature control. This practice becomes especially necessary when working with lights over 400 watts, in very small spaces, any time the temperature exceeds 32°C (90°F), or if the humidity gets too high.

The Perfect Temperature

Though sense of feel is adequate to gauge the "perfect climate" for a given plant, there is no real substitute for a thermometer and humidity gauge.

Thermometers are cheap and accurate enough for our purposes. I usually employ several thermometers in different areas in and around the grow room. Somewhere between 32-35°C (90-95°F) is the absolute highest room temperature your plants would care to tolerate. The perfect temperature would be somewhere between 24-29°C (75-85°F). Peaks of 38°C (100°F) are allowable for most strains, but not for any longer than a half hour or so. And only above the root level.

Roots and Aeration

The main area of concern involving temperature are the roots of the plants. Ideally, the roots should be kept at as constant a temperature below 21°C and above 10°C (70-50°F) as possible. The fact that warm air rises and cool air sinks works to our advantage in this case. Also, the plants end up under the larger lights by the flowering cycle, and so they're usually large enough to help shade and cool their root areas.

Still, some rooms build up sufficient heat to require a separate circulating fan, or fans, focused specifically on the root systems. A soil thermometer may be a wise investment.

Proper aeration of organic based soils is crucial in high temp/humidity areas. Perlite and vermiculite, are the tips here – add more to the soil if need be. In hydroponic systems make sure that the nutrient water temp is below 21°C (70°F). If necessary, store the reservoir outside of or below the grow room.

Squirrel Cage and House Fans

There are many different types of fans and air movers available on the market. Most fans can be purchased at the average home improvement store. Proper research and smart shopping will net the best purchases. Careful planning will help avoid costly mistakes. Using the "hot air rises, cool air drops" rule, one can figure out the right solution.

The two most common types of fan are the squirrel-cage and what I call the "common house fan" (box or oscillating fans). Both come in a seeming endless variety of shapes and sizes. Generally speaking, squirrel-cage fans move air either in and/or out of the room, while common house fans move the air up, down and around the room. There are also neat little "muffin" fans that can be used for many things such as light-hood venting and passive ventilation systems.

A passive ventilation system is one that moves air either in out of room (not both). The room is not sealed and so air exchange is allowed free movement from inside and outside the room.

Squirrel Cages

The squirrel-cage fan is the most popular fan for moving large volumes of air into or out of a room or rooms. A common placement for this fan is inside of the room, up high, blowing out. This will help move the hot air out. This method is what is used to stimulate the passive intake of cool air with vent holes cut in the floor or lower walls to access the cooler areas outside of the room.

Other hardware such as dryer-vent tubing or muffin fans may be used to best access the cool, dry air outside of the grow room. It is a simple step further in this type of system to add an oscillating fan or two on the floor, pointing at any angle up, to help circulate the cooler air up and around the plants. This is the simplest of vent systems and works quite well. Choosing the correct squirrel-cage fan is part of the trick to success.

Measuring Air Movement

Squrrel cage fans are rated by their volume of air movement in cubic feet per minute or CFM. A fan with a rating of 100 CFM is able to move 100 cubic feet of air per minute. A room that is eight by ten feet and eight feet tall holds 8 X 10 X 8, or 640 cubic feet of air. Therefore, it would take an optimally running 100 CFM fan 6.4 minutes to fully circulate the air in that room.

Generally speaking, most fans move a little less than their rated CFM due to intake resistance or a dirty fan cage. Bigger fans usually will work more efficiently. Potentiometers, or a "volume control", could be installed in the power line of the larger fans to adjust the fan speed. This would give further aid in the specific control of air volume and ventilation.

Automation

The ideal ventilation system utilizes automation in the form of thermostats and regulators. A thermostat, as with the common household thermostat, would cause the fans to turn on at a certain temp, and turn off at another. That is, a sensor would turn on the fans on at around 30°C (86°F), and turn them off if the temperature dropped below 21°C (70°F). A well-stocked, high-tech grow shop will have several types of thermostats available in a variety of systems.

Box and Oscillating

Common summer house fans also come in a wide array of types and sizes. The most common being the box and the oscillating. Box fans are self explanatory. They can be used in a variety of ways, depending on the innovation and imagination of the user. Experimentation will yield the most efficient uses for these devices.

Oscillating fans are perhaps the most efficient devices for circulating air in a room. The gentle back and forth sway of the fan is very beneficial for the developing plants. These fans tend to keep anaerobic molds down by constantly freshening any potentially stagnant air. There are wall-mounted styles available as well. Home improvement centres carry a large array of various types and styles of air-moving fans, some relatively inexpensive.

A warning needs to be expressed concerning the cheaper, discount-store, oscillating fans (or any cheap fan for that matter) that have a tendency to burn out after a period of time. Some of these products are potentially dangerous if left plugged in and turned on after they burn out.

Therefore, it is a wise idea to check one's fans (and all electric devices and equipment for that matter) on a regular basis as often as possible.

Noise Concerns

Another fan consideration is noise. Some fans, especially the squirrel cage, may be a bit too noisy for a given situation. There are higher quality fans available that do run more quietly – expect to pay more, of course. It also helps to mount the fan directly to a main stud or support, by at least two of its support holes, and preferably more.

Rubber dampers and gaskets can be easily made and used on the support holes or around the overall mounting surface. Keep the fan's bearings sufficiently lubricated as well.

High Humidity

Humidity is another factor that influences the overall quality and quantity of a crop. Generally speaking, high humidity (over 80 or 90%) is bad. It inhibits plant transpiration and ultimately stunts growth. Mold and fungus love high humidity as well. Note that warmer air holds more moisture than cooler air.

There are a few simple practices to help reduce humidity. First and foremost, keep the room as dry as possible. When watering, use just as much as the plants need. Pump, siphon or mop up any remaining water and remove it from the room.

Keeping the room clean also helps. Moisture likes to hide and store itself in material such as dead leaves, spilled dirt or any garbage. Therefore, keeping the room clean and free of debris will help keep moisture and organisms such as mold, fungus and bacteria down.

Temperature and moisture levels directly affect the plant's ability to metabolize nutrients and supplements such as fertilizer and carbon dioxide.

If these practices fail to lower humidity enough, the only solution may be a de-humidifier. However, de-humidifiers are expensive, consume a large amount of electricity and produce heat. These factors will need to be considered in choosing whether or not to employ one.

Ventilation and Circulation are Essential

Proper ventilation and air circulation are essential to maintaining a healthy indoor grow environment. The basic rule of thumb is to move the warm, moist air out and to move the cool, dry air in and around the plants and their roots. Many various types of fans and devices are available to achieve this goal.

Careful planning, basic research and smart shopping will acquire all that one needs to keep it cool and dry, and experimentation will fine tune the system to provide the most perfect indoor environment possible.

 

Une ventilation adaptée et la circulation de l’air sont essentielles pour la culture de saines et heureuses plantes.

 

Un aspect important à considérer pendant la culture indoor est une ventilation appropriée, une bonne circulation de l’air et le contrôle de la température. Cela devient particulièrement nécessaire lorsque l’on travaille avec des lampes supérieures à 400W en puissance, dans de petits espaces, lorsque la température dépasse les 32°C (90°F), ou lorsque l’humidité est trop importante.

 

La température parfaite


Bien que le sens du toucher soit suffisant pour jauger du "climat parfait" pour une plante donnée, il n’y a pas de vrai substitut à une jauge thermomètre/hygromètre.

 

Les thermomètres sont bon marché et suffisamment précis pour notre utilisation. J’utilise habituellement plusieurs thermomètres en différents endroits dans et autour de la salle de culture. Aux alentours de 32-35°C (90-95°F) se situe la température maximale absolue que vos plantes vont tolérer. La température parfaite serait quelque part entre 24 et 29°C (75-85°F). Des pics à 38°C (100°F) sont acceptables pour la plupart des variétés, mais pas plus d’une demi-heure environ. Et seulement au-dessus du sol.

Les racines et l’aération


La zone principale à propos de la température concerne les racines des plantes. Idéalement, les racines doivent être maintenues à une température constante en dessous de 21°C et au-dessus de 10°C (70-50°F) tant que possible. Le fait que l’air chaud monte et que l’air frais descende est à notre avantage dans ce cas. De même, les plantes se rapprochent des sources lumineuses les plus importantes durant le cycle de floraison et elles sont habituellement assez larges pour aider à ombrager et rafraichir les zones racinaires.

 

Néanmoins, certaines pièces génèrent suffisamment de chaleur et nécessitent un ou des ventilateurs de circulation distinct(s), spécialement dédiés au système racinaire. Un thermomètre pour le sol est aussi un sage investissement.

 

Une aération correcte des sols organiques est cruciale dans les zones de haute température et haute humidité. Perlite et vermiculite sont des astuces ici – ajoutez-en plus au sol si besoin. Dans les systèmes hydroponiques assurez-vous que la température de la soupe est inferieure à 21°C (70°F). Si nécessaire, placez le réservoir hors de la salle de culture.

 

Ventilateurs centrifuges (ou extracteurs) et ventilateurs domestiques


Il y a de nombreux types de ventilateurs et d’agitateurs d’air disponibles sur le marché. La plupart des ventilateurs peuvent être achetés au magasin domestique proche. Une bonne recherche et des courses réfléchies mèneront aux meilleurs achats. Une planification attentive aidera à éviter de couteuses erreurs.

 

En utilisant la règle "l’air chaud monte, l’air froid descend", chacun peut trouver la bonne solution.

 

Les deux types de ventilateurs les plus communs sont les extracteurs (cages d’écureuil) et ce que j’appelle le "ventilateur domestique commun" (en boite ou oscillant). Chacun existe dans toutes les formes et toutes les tailles. En général, les extracteurs déplacent l’air vers et en dehors de la pièce, tandis que les ventilateurs domestiques communs bougent l’air vers le haut, le bas et autour de la pièce. Il y a également des petits ventilateurs "muffins" qui peuvent être utilisés pour différents usages comme ventiler le réflecteur ou en système de ventilation passive.

 

Un système de ventilation passive déplace l’air ou bien vers ou hors de la pièce (pas les deux). La pièce n’est pas close et ainsi l’échange d’air est possible librement de l’intérieur et de l’extérieur de la pièce.

 

Les ventilateurs centrifuges* ou extracteurs (cages d’écureuil)


Les extracteurs sont les ventilateurs les plus populaires pour déplacer de larges volumes d’air vers ou hors de la pièce (de pièces). La position commune pour ce ventilateur est à l’intérieur de la pièce, tout en haut, soufflant vers l’extérieur. Cela aidera à évacuer l’air chaud. Cette méthode est ce qui est utilisé pour stimuler l’intraction passive d’air frai grâce à des aérations découpées dans le sol ou le bas des parois afin d’accéder à l’air frais hors du volume de culture.

 

D’autres matériels comme les gaines d’extraction ou les ventilateurs plats peuvent être utilisés pour mieux accéder à l’air frais et sec à l’extérieur de la salle de culture. C’est un simple pas en avant dans ce type d’installation d’ajouter un ou deux ventilateurs oscillants sur le sol, dirigés vers le haut peu importe la direction, pour aider à faire circuler l’air frais vers le haut et autour des plantes. C’est le plus simple des systèmes de ventilation et il fonctionne plutôt bien. Choisir l’extracteur adéquat est une étape vers le succès.

 

Mesurer les mouvements de l’air


Les extracteurs sont évalués par le volume d’air mis en mouvement en mètres cube par heure (pied carré par minute en système anglophone, NdT) ou CMH. Un extracteur avec un débit de 10 mètres cubes/heure est capable de déplacer 10 mètres cubes d’air par heure. Une pièce de 2 x 3 m et de 2.5m de hauteur contient 2.5 x 2 x 3 mètres cubes, c’est-à-dire 15 mètres cubes d’air. Il faudra a un extracteur de 10 mètres cubes / heure 40 minutes pour faire entièrement circuler le volume d’air de la pièce. (L’exemple a été adapté en système métrique et les valeurs ne sont là que pour l’exemple du calcul, les extracteurs sont usuellement de beaucoup plus grande capacité, NdT).

 

De façon générale la plupart des extracteurs déplacent moins d’air que leur capacité nominale CMH à cause de frottements ou de salissures. De plus gros extracteurs seront plus efficaces. Des potentiomètres ou "contrôle de volume" peuvent être installés sur l’alimentation électrique des plus gros extracteurs pour ajuster la vitesse. Cela permet un contrôle plus spécifique du volume d’air et de la extraction.

 

Automatisation


Un système d’extraction idéal utilise l’automatisation sous forme de thermostats et de régulateurs. Un thermostat, comme le thermostat domestique habituel, allumera l’extracteur à une température fixée, et l’éteindra à une autre. C’est-à-dire, un capteur allumera les extracteurs autour de 30°C (86°F), et les éteindra si la température descend sous 21°C (70°F). Un growshop bien achalandé et moderne aura plusieurs types de thermostats disponibles pour plusieurs systèmes.

 

Boites et oscillants


Les ventilateurs communs de saison estivale existent dans de nombreuses formes et tailles. Les plus communs étant les boites et les oscillants. Les ventilateurs boites sont évidents. Ils peuvent être utilisés de nombreuses manières, selon l’innovation et l’imagination de l’utilisateur. L’expérience tirera le meilleur de ces machines.

 

Les ventilateurs oscillants sont peut-être le système le plus efficace pour faire circuler l’air dans la pièce. Le mouvement d’aller-retour du ventilateur est très bon pour la le développement des plantes. Ces ventilateurs repoussent les mousses anaérobiques en rafraichissant constamment les zones potentielles d’air stagnant. Il y a également des modèles qui se fixent au mur. Les centres commerciaux d’aménagements domestiques proposent de nombreux types et styles de ces ventilateurs, certains vraiment peu chers.

 

Attention cependant aux ventilateurs oscillants très bon marché (et même à tout ventilateur bas de gamme) qui ont tendance à ne plus fonctionner après un certain temps. Ils peuvent être potentiellement dangereux s’ils restent branchés alors qu’ils ne fonctionnent plus.

Ainsi il est sage de vérifier ses ventilateurs (et tout le matériel électrique d’ailleurs) régulièrement aussi souvent que possible.

 

Les nuisances sonores


Un problème des ventilateurs est le bruit. Certains ventilateurs, notamment les extracteurs, peuvent s’avérer trop bruyants dans certaines situations. Il s’en trouve de meilleure qualité, plus silencieux – mais il faudra bien sûr payer plus. Cela aide également de fixer le ventilateur directement sur le support ou l’armature principale, par au moins deux des trous de support, et même plus de préférence.

Des amortisseurs en caoutchouc ou des joints peuvent être facilement préparés et utilisés sur les trous de support ou autour de la surface de montage. Maintenez les pales du ventilateur suffisamment lubrifiées également.

 

Haute humidité


L’humidité est un autre facteur qui influence la qualité et la quantité de la récolte. En général, une humidité haute (plus de 80 ou 90%) est mauvaise. Elle inhibe la transpiration des plantes et finalement peut empêcher toute croissance. Les mousses et les champignons adorent l’humidité également. Notez qu’un air chaud retient plus d’humidité qu’un air plus froid.

 

Il y a quelques gestes simples qui permettent de réduire l’humidité. Tout d’abord et avant tout, gardez la pièce aussi sèche que possible. Lorsque vous arrosez, utilisez exactement ce dont les plantes ont besoin. Pompez, siphonnez ou serpillez toute eau restante et évacuez-la de la pièce.

 

Conserver la pièce de culture propre aide également. Les moisissures aiment se cacher et restent dans les matériaux tels que les feuilles mortes, la saleté répandue ou n’importe quel déchet. Ainsi, conserver une pièce propre et sans déchet aidera à maitriser et éviter les moisissures et les organismes tels que les mousses, les champignons et les bactéries.

 

La température et le niveau d’humidité affectent directement l’aptitude de la plante à métaboliser les nutriments et les compléments tels que les engrais ou le dioxyde de carbone.

 

Si ces actions ne baissent pas suffisamment l’humidité, la seule solution sera un déshumidificateur. Cependant, ils coutent cher, consomme beaucoup d’électricité et produisent de la chaleur. Ces facteurs sont à considérer avant de se décider à en utiliser un ou non.

Ventilation et circulation sont essentielles


Une ventilation adéquate et la circulation de l’air sont essentielles au maintien des environnements de culture indoor sains. La règle de base est de sortir l’air chaud et humide et de faire venir l’air sec et frais autour des plantes et de leurs racines. De nombreux ventilateurs et appareils sont disponibles dans cette optique.

 

Une préparation attentive, des recherches de base et des achats réfléchis fourniront tout ce dont on a besoin pour obtenir le frais et le sec nécessaire, et l’expérience affinera le système pour obtenir l’environnement intérieur le plus parfait possible.



A.10. Germination et mise en pot - 2000

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1673.htmlArticle Original
Sprouting the seeds
My preferred method of seed sprouting is the wet paper towel method. Take six sheets of white (non-printed) paper towel and fold them to a roughly five by six inch square (about 24 layers thick). Soak this square pad in pure water and place the seeds in the center fold, with twelve layers both above and below. Keep the pad wet and the seeds will usually sprout in one to ten days. (On some occasions I've had seeds take up to two weeks to sprout, so be patient!)
I have found the ideal temperature for sprouting most seeds to be around average room temperature (70-78?F or 21-25?C) . Though higher temperatures may hasten the sprouting time, the heat will also increase mold, fungus and bacteria levels. So keep a watchful eye open in a warmer situation.
One more bit of advice concerns certain seeds which do not want to release from their shell. The seeds will sprout, the sprout will grow root, and it transplants fine. However the seed shell does not come off of the sprout on its own. The shell seems to harden on the head of the sprout, eventually causing its death if not properly dealt with.
Shelled sprouts
I've found that these rare anomalies need help in shedding their shell or sheath in order to survive. It takes a very gentle yet firm hand to remove the shell without damaging or killing the plant. Under the shell is a thin sheath that may also need coaxing to get off. Again, practice is the best guide for this skill.
I would also like to point out that though this phenomenon is rare,the plants that develop from these stubborn sprouts are usually very desirable. So it is worth the effort, especially if breeding is intended with the sprouts.
Roots and planting pots
At first, the seeds crack open along their seam and send out a white root. I like to wait for the root to grow an inch or two before transplanting the sprouts to soil (while keeping the paper towel pad continuously moist with water until this time). When I do set the sprouts to soil, I like to bury them right up to the head of the plant so the head is right at the soil level. It is important to gently water and feed the sprouts from this point on so as not to disturb the new roots too much. I have found the common turkey-baster to be of great value for this purpose.
The method of planting into soil that I use is very basic and simple to understand. I like to use small, two to four inch pots. A great substitute for planting pots are the sixteen to twenty-four ounce disposable plastic drink cups. These cups can be bought cheaply in bulk amounts at any discount or grocery store. They will each need five or more drainage holes to be added to their bottom, this can easily be done with an electric drill and a quarter to a three-eights inch drill bit. Stacking ten to twenty cups at a time will hasten this process.
The cup or pot is filled with the soil mix, usually a high nitrogen variety for sprouts, and the soil is gently yet thoroughly tapped and shaken down to fill all vacant spaces equally. The soil level should end up to be two-thirds to three quarter of the cup or pot capacity. In other words, there should be an adequate space between the top of the soil and the top of the cup or pot. This is to allow for more soil to be added later as the main stem grows. Once the soil is sufficiently tapped down to at least two-thirds full, it is time to moisten it.
Grow flats and turkey basters
I'll put anywhere from one to two dozen cups or pots per standard grow flat (or tray). Next, I'll fill the appropriate sized bucket or container with the water/nutrient mix. The common turkey-baster is once again the best tool available to evenly soak all of the cups or pots. Larger operations may require some kind of pump and tubing device to aid in the watering.
If the grow flat and all of the pots are relatively clean, then any excess solution may be re-used until all of the soil is at its fullest saturation point. Just prior to this saturation point, I like to use a standard chopstick to poke a hole, as deep as the sprout roots are long, into the middle of the soil. Into each hole more nutrient solution is added to fully soak the medium and prepare it for the sprout. Once the entire flat is ready, it's time to begin the planting process.
Take one sprout at a time from the paper towel, handling it as gently as possible by the stem just below the sprout head, and transfer it to the moist, pre-made hole in the soil. Carefully guide the root tip all the way down the hole, using the chopstick if necessary. Be certain that the root tip is pointing down and not curved up in what is called a J root. J root may be fatal to the sprout.
Once the sprout is situated in its hole, the root is running down the hole and the sprout head is above and as near to the soil level as possible, the soil may be gently packed around the sprout stem to hold it firmly in place.
Water and soil
Next, the sprouts will need to be watered. Despite the fact that the soil is saturated to its maximum capacity, this first watering helps stabilize the root in the soil. This again is gently and carefully done using the turkey baster (or whatever gentle watering device is available) as a watering tool. Once the sprouts are adequately set in the moisture-saturated soil, they will not need watering again until after the soil dries a little.
It is also important not to leave any standing water in the grow flat. The turkey baster is also useful for sucking the excess water from the bottom of the grow flat, to help hasten its dry time. The baster is handy for the first few waterings, when a gentle touch is still beneficial.
In one to two weeks, the healthy sprouts will stretch and grow up over the top of the cup or pot. It is after this time that more soil may be added to help give the sprout more stability and root room. This tip helps deal with the problem of spindly plants by giving them more base support during their early development. This step also promotes and stimulates adequate root growth. New roots will sprout and grow from the soil-covered stem in a week or two.
Hydro sprouting
Hydroponic sprouting is as simple as placing a seed in a rockwool cube or fiber pellet and keeping it moist. The seeds will sprout and root automatically in this porous and nutrient-rich medium. Tying the plants up to stakes will be the only way to deal with stretched or spindly growth in the hydroponic system.
Hydro transplanting is also quite simple. The pellet is placed in a larger rockwool cube or gravel medium and the roots grow quickly into the new material. Hydro systems often need extra supports, such as stakes or poles to hold the top-heavy, weak stemmed plants up.
Transplant time
Transplanting becomes necessary when the roots outgrow the medium. This is evident by checking one or two of the average plants roots. When the white root wad is becoming entwined, growing among itself and beginning to turn brown, it is time to transplant. Special care needs to be taken when transplanting into larger containers to avoid as much trauma as possible.
I like to transplant when the root system is semi-dry, a day or two before a usual watering. The medium in the larger container should be saturated to its maximum density with nutrient-rich water. The semi-dry rootwad is placed firmly into the saturated fresh medium, and the rest of the space in the larger pot is filled with fresh, semi-moist medium. Ideally, the fresh medium will cover the old soil level by a bit, and the loose soil is gently packed into place throughout.
I like to gently shake the soil fully into place and level the soil top by hand. As with the original planting, the fresh transplant is completely watered to its saturation point. New roots will quickly and eagerly find their way into the fresh, new medium, and accompanying growth will develop in the plant.
Happy growing!

 

Germination des graines


Ma méthode préférée pour la germination de graines est la méthode de l’essuie-tout mouillé. Prenez six feuilles d’essuie-tout blanc (sans impression) et pliez-les en un carré d’environ 7 x 9 cm (environ 24 couches d’épaisseur). Trempez le bloc dans de l’eau pure et placez les graines dans le pli central, avec douze couches dessus et dessous.

 

Maintenez le bloc humide et les graines vont généralement germer en un à dix jours. (En certaines occasions j’ai eu des graines qui demandaient deux semaines pour germer, alors soyez patient !). Je trouve que la meilleure température pour la germination de la plupart des graines est autour de la température moyenne de la pièce de culture (21-25°C ou 70-78°F). Bien que des températures plus élevées puissent accélérer le temps de germination, la chaleur va également augmenter les niveaux de moisissure, de champignon et de bactérie. Conservez un œil prudent bien ouvert dans des situations plus chaudes.

 

Germes à coquille


Un conseil supplémentaire pour les graines qui ne veulent pas sortir de leurs coquilles. Les graines vont germer, le germe va allonger ses racines et se transplanter correctement. Cependant la coquille de la graine ne va pas tomber du germe d'elle-même. La coquille donne l’impression de durcir sur le sommet du germe, et peut entrainer sa mort si l’on ne gère pas la situation correctement.

 

Je me suis rendu compte que ces rares anomalies ont besoin d’un coup de main pour se débarrasser de leur coquille ou de leur gaine pour survivre. Il faut avoir un coup de main très délicat et très ferme à la fois pour enlever la coquille sans endommager ou même tuer la plante. Sous la coquille se trouve une gaine fine qui peut aussi nécessiter quelques efforts pour s’en aller. Comme d’habitude, la pratique est le meilleur guide pour cette aptitude.


Je voudrais également préciser que bien que ce phénomène soit rare, les plantes qui se développent à partir de ces germes têtus sont habituellement autant désirables. Ca vaut donc l’effort, notamment si vous voulez effectuer des croisements avec les germes.

 

Racines et pots


Au début, la graine se rompt, s’ouvre le long de sa veine et une racine blanche en sort. Je préfère attendre que la racine atteigne 2.5cm à 5 cm avant de transplanter le germe dans le sol (tout en maintenant le bloc d’essuie-tout constamment humide avec de l’eau jusqu’à ce moment).

 

Lorsque je mets les germes en terre, je préfère les ensevelir verticalement de façon à ce que la tête de la plante soit exactement au niveau du sol. Il est important d’arroser et de nourrir doucement les germes à partir de ce moment afin de ne pas trop perturber les nouvelles racines. Je trouve que la pipette commune est d’une grande aide pour ce faire.

 

La méthode pour planter que j’utilise est très basique et simple à comprendre. Je préfère utiliser des petits pots, 5-10cm. Les verres jetables en plastique de 0.4 à 0.6 litre sont un très bon substitut pour les pots. On peut les acheter en gros pour peu cher dans n’importe quel magasin. Il faudra leur percer au moins cinq trous de drainages dans le fond, ce qui se fait facilement avec une perceuse électrique et un foret de 6 à 9 mm. Percer 10 à 20 verres à la fois accélérera la manœuvre.

 

Le verre ou le pot est rempli du substrat, habituellement un terreau à fort taux d’azote pour la germination et le substrat est doucement mais consciencieusement tapoté et secoué pour bien remplir tous les espaces vides. Le niveau du sol doit au final être au deux tiers ou au trois quarts de la capacité du pot ou du verre. En d’autres termes, il doit y avoir un espace suffisant entre la surface du sol et le haut du pot ou du verre. Ceci pour ajouter du substrat plus tard lors que la tige principale pousse. Une fois le sol suffisamment tapoté et réduit à au moins deux tiers, il est temps de l’humidifier.

 

Plateau de culture et pipette


Je vais mettre de un à douze verres ou pots par plateau de culture (ou plateau). Ensuite, je remplis le seau ou le conteneur approprié avec le mix eau/nutriments. La pipette commune est le meilleur outil disponible pour détremper uniformément tous les pots. Pour des opérations de plus grande envergure, une pompe quelconque et des tuyaux seront nécessaires pour aider à l’arrosage.

 

Si le plateau de culture et les pots sont relativement propres, alors la solution en excès peut être réutilisée jusqu’à ce que le sol soit à son point de saturation. Juste avant ce point de saturation, j’utilise une baguette pour percer un trou, aussi profond que sont les racines du germe, au milieu du sol. Dans chaque trou, plus de solution nutritive est versée pour détremper complètement le substrat et le préparer pour le germe. Lorsque tout le plateau est prêt, il est temps de commencer à planter.

 

Prenez un germe à la fois de l’essuie-tout, en le tenant aussi doucement que possible par la tige sous la tête du germe, et transférez-le dans le trou humide pré-creusé dans le sol. Guidez avec attention l’extrémité de la racine tout le long du trou vers le bas, en utilisant la baguette si nécessaire. Soyez certains que l’extrémité de la racine est pointée vers le bas et non courbée vers le haut en ce que j’appelle une racine J. Les racines J peuvent être fatales au germe.

 

Une fois le germe dans son trou, la racine tout le long du trou vers le bas et la tête du germe au-dessus et aussi près de la surface du sol que possible, le sol peut être doucement tassé autour de la tige du germe pour le maintenir fermement en place.

 

L’eau et le sol


Ensuite les germes auront besoin d’être arrosés. Bien que le sol soit saturé au maximum, ce premier arrosage aide à stabiliser la racine dans le sol. A nouveau cela doit être fait doucement et avec précaution en utilisant la pipette (ou n’importe quel outil disponible pour arroser doucement) pour arroser. Une fois les germes sont proprement fixés dans le sol saturé d’humidité, ils n’auront plus besoin d’être arrosés jusqu’à ce que le sol sèche un peu.


Il est également important de ne pas laisser d’eau stagnante dans le plateau de culture. La pipette est également utile pour aspirer l’eau en excès en bas du plateau pour en accélérer le séchage. Cette pipette sert aux premiers arrosages, lorsqu’il est intéressant de manœuvrer doucement.

 

En une à deux semaines, les germes en bonne santé vont s’étirer et grandir au dessus du niveau du pot (ou du verre). C’est à ce moment que l’on peut ajouter du substrat pour aider le germe à avoir plus de stabilité et d’espaces pour ses racines. Cette astuce aide à gérer le problème des plantes hautes et dégarnies en leur donnant plus de support à la base pendant leur développement initial. Cette étape aide également et stimule une bonne croissance des racines. De nouvelles racines vont pousser et grandir à partir de la tige couverte par le sol en une à deux semaines.

 

Germination hydroponique


La germination hydroponique est très simple, il suffit de mettre la graine dans un cube de laine de roche ou dans une pastille de tourbe et de le/la maintenir humide. La graine va germer et raciner automatiquement dans ce substrat poreux et riche en nutriment. Attacher les plantes à des tuteurs sera la seule façon de gérer les croissances trop élancées ou trop dégarnies dans un système hydroponique.

 

La transplantation en système hydroponique est aussi assez simple. La pastille est placée dans un cube de laine de roche plus large ou dans un milieu de type gravier et les racines vont rapidement se développer dans le nouveau matériau. Les systèmes hydro nécessitent souvent des supports supplémentaires, tels que des piquets ou des tuteurs pour porter les lourds sommets aux tiges fragiles.

 

Quand transplanter


La transplantation devient nécessaire lorsque les racines débordent du substrat. Il suffit de vérifier les racines d’une ou de deux plantes. Lorsque le tas de racines blanches devient entremêlé, se développe en lui même et devient marronnasse, il est temps de rempoter. Un soin particulier doit être apporté au rempotage dans un contenant plus large pour éviter autant que possible le stress.

 

Je préfère rempoter lorsque le système racinaire est à moitié sec, un jour ou deux avant l’arrosage habituel. Le substrat du nouveau contenant plus large doit être saturé à sa densité maximale avec de l’eau enrichie en nutriments. Le tas de racines semi-sèches est mis fermement dans le substrat frais et saturé et le reste de l’espace dans le pot plus large est rempli d’un medium frais, semi-humide.

 

Idéalement, le nouveau substrat viendra de peu couvrir le vieux sol, et le sol moelleux est doucement tassé en place. Je secoue doucement le sol jusqu’à ce qu’il soit complètement en place et je nivèle la surface à la main. De même que pour la mise en pot initiale, la plante fraichement rempotée est arrosée jusqu’à son point de saturation. De nouvelles racines vont rapidement et avec enthousiasme trouver leur voie dans le nouveau substrat frais, et de leur croissance subséquente se développera la plante.

 

Bonne culture !



A.11. Tout est dans le timing !– 2000

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1596.htmlArticle original
When I first started growing pot in the early 1970's, the relationship between light timing and flowering was virtually unknown by the apprentice grower. Even though High Times began publication in 1974, the concept of 'bud cycle' was not apparent until Ed Rosenthal and Mel Frank published their first works in 1976. Prior to this, many of us simply grew big plants, either outdoors or under some form of artificial light, and just consumed whatever presented itself.
Those lucky enough to be able to grow outdoors and all the way into October were blessed with some pleasant surprises. The rest of us often learned the hard way what bunkweed was - a harsh and unpleasant tasting substance that produced little high and plenty of headache. Once Mel and Ed set us straight, our product's quality began to increase.
Cannabis needs to properly mature in order to be of value. The young plants will grow with vigor, like a weed. Young cannabis will flourish practically anywhere, under almost any conditions ? but it takes a special environment, and a specific set of circumstances, in order to properly mature. The key element is the timing of the light cycle. Like humans, plants have two worlds in which they exist: night and day. Day is when it is light and night is when it is dark. A thorough understanding of this simple fact is crucial to more fully understanding the nature of cannabis.
Vegetative stage
Sprouts, fresh clones and young plants live in what we refer to as the vegetative stage. This period has a long daytime and a short nighttime, like summer. It is during this vegetative stage that the plants send out much new growth. Large shade leaves form and act as sugar factories for the plant, turning sunlight into fiber for new growth. The plant needs to use as much food from the available light as it can, while it can.
This is why high nitrogen fertilizers are so beneficial during this period. The nitrogen, coupled with the extra light, acts as building blocks to the overall structure of the plant. As a general rule of thumb, in the indoor garden the average light cycle for the vegetative stage is 18 hours on and 6 hours off.
Bud cycle shift
At some point in the young plant's development it becomes time to begin the shift to what is called the flowering, or bud, cycle. It is during this period that the plants declare their sex and produce large floral clusters that become the buds. This stage has a shorter daytime and an increased nighttime, such as late summer and fall.
The large shade leaves begin to die and fall off as the plant shifts its energy from producing leaves and stem to producing floral clusters. Food from light and nitrogen decreases, and the demand for phosphorous and potassium increases to fuel the process. During the early flower stage the plant will go through what appears to be a growth spurt as the stems stretch to catch the light that, if outdoors, would be coming at a lower angle as the season progressed.
The floral clusters sprout from the areas where the leaves attach to the stems, called "nodes." The buds fill in the nodes and progress out. And, as we all know, it is strictly the female plants that develop into our high quality and most desired sensimilla. Indoors, the typical light cycle used in the bud stage is 12 hours on and 12 hours off.
Outdoors, the change in light cycle timing is gradual and slow, a little bit more every day. The transition between the plants' stages is therefore more drawn out and gradual. Indoors, the change in light cycle is usually instant: one day is 18 hours long and the next (and all those to follow) is 12 hours long. Under these indoor conditions the plant is forced to make the shift quickly, which is why the average length of the indoor flowering cycle is eight to nine weeks. This forced flowering has its advantages as the plants are made to finish up quickly, thus aiding production.
Oddly enough, plants do most of their fiber production at night, which may help to explain why such small vegetative plants are capable of producing so much bud in such a relatively short period of time. A well formed, six inch tall veggie plant (a plant in the vegetative stage) placed immediately into the bud cycle, is capable of producing an ounce or two of finished product in two short months, given adequate light, food and root space.
Nights of total darkness
An important thing to remember about the indoor bud cycle is that the dark period must be absolute and uninterrupted. The room must be thoroughly sealed to be completely dark when the lights are off. The only way to test this is to sit in the room in the dark, either during the day or with any lights outside the room on, to check for light leaks. It is advisable to allow your eyes to adjust to the darkness before declaring the room adequately sealed.
Once the bud cycle has begun it is important to never interrupt the dark period with any light, even for a short period of time. Doing so may interrupt the long, slow process of change that the plant had been working on up to that point. The plant may react by having to restart the process and seriously delay the scheduled maturation time.
I don't understand why it is that outdoor plants are not as sensitive to these nighttime interruptions. Perhaps it has to do with the unmatchable light intensity of the Sun. Stars, the moon and streetlights glowing through the low clouds over an urban area don't seem to hinder the outdoor plant all that much. For whatever reason, indoor plants tend to be ultra-sensitive to nighttime interruptions of light. So remember to make it dark and keep it dark.
Sativa variations
Another aspect to consider is that Indica and Sativa varieties differ in their photo period expression, or photoreactive rate. The typical 18/6 and 12/12 light cycles are primarily beneficial to Indica varieties. Indica became the herb of choice early on in the industry due to its fast maturation and large production abilities under the HID lights. Indica is a variety from the 30th parallel and above, and this timing cycle is more akin to locations north of the 30th latitude (or south, in the southern hemisphere).
Sativa originates from equatorial regions, between 30 degrees north and 30 degrees south. Around the equator there is a much smaller difference between seasonal day lengths. The vegetative stage may be 13 hours of day and 11 hours of night, whereas the flowering cycle may be the opposite, 11 hours of day and 13 hours of night. There are pure Sativa strains that require three to four months to mature in the flowering cycle indoors. And although outdoor equatorial crops take such a long time to mature, it is often possible in the right areas to produce two to four crops per year, thanks to the tropical environments.
It will be interesting to see what specialized grow rooms, developed to provide a wider range of photo periods, would produce. More interesting will be what the wonderful and great outdoors will produce in all of her various environments. Light fortified greenhouses are capable of producing high quality herb just about anywhere on the planet. Once implemented, the global environment will surely reveal interesting and desirable variations, via careful selective breeding. In the meantime, further experimentation and research using different indoor light timing cycles would be very worthwhile.

 

Lorsque j’ai fait pousser pour la première fois de l’herbe au début des années 1970, la relation entre la période de lumière et la floraison était virtuellement inconnue du jeune cultivateur. Bien qu’High Times commença à être publié en 1974, le concept de ‘cycle de floraison’ n’était pas évident avant qu’Ed Rosenthal et Mel Frank publient leurs premiers travaux en 1976.

 

Auparavant, la plupart d’entre nous faisait pousser de grandes plantes, ou bien dehors, ou bien sous quelque forme de lumière artificielle, et consommait ce qui se présentait.

 

Ceux qui, suffisamment chanceux, pouvaient cultiver à l’extérieur jusqu’en Octobre étaient récompensés de bonnes surprises. Le reste d’entre nous apprenait dans la douleur ce qu’était de la pauvre herbe – une substance au gout agressif et déplaisant qui produisait peu de high mais un bon nombre de maux de tête. Lorsque Mel et Ed nous corrigèrent, la qualité de nos produits commença de s’améliorer.

 

Le Cannabis a besoin de murir proprement afin d’être valable. Les jeunes plantes grandiront avec vigueur, comme une herbe. Le jeune cannabis pourra fleurir pratiquement n’importe où, dans à peu prés n’importe quelle condition – mais cela requiert un environnement spécial, et de nombreuses circonstances positives, afin de murir correctement.

 

L’élément clé est le minutage du cycle lumineux. Comme les humains, les plantes ont deux mondes dans lesquels elles vivent : la nuit et le jour. Le jour quand il fait clair et la nuit lorsqu’il fait sombre. Une compréhension avancée de ce simple fait est crucial pour comprendre de manière plus complète la nature du cannabis.

 

La période végétative


Les germes, les jeunes boutures et les jeunes plantes sont dans une période que l’on appelle végétative (ou croissance, NdT). Cette période a une longue journée et une courte nuit, comme en été. C’est pendant cette période végétative que la plante croît le plus. De large feuilles se forment et fonctionnent comme des usines à sucre pour la plante, transformant la lumière en fibre pour croitre à nouveau. La plante a besoin d’utiliser autant de nourriture issue de la lumière disponible que possible, tant que possible.

 

C’est pourquoi des engrais très azotés sont si bénéfiques pendant cette période. L’azote, couplée avec de la lumière en excès, agit comme des blocs de construction pour la structure globale de la plante. Comme règle générale simple, en culture intérieure le cycle moyen pour la période végétative est de 18h ON et 6 heures OFF.

 

Changement vers le cycle de floraison


A un moment du développement de la jeune plante arrive le temps de commencer le changement vers ce qui est appelée le cycle de floraison. C’est pendant cette période que la plante déclare son sexe et produit de larges grappes florales qui deviennent les buds. Cette étape a une journée plus courte et une nuit plus longue, comme la fin de l’été et l’automne.

 

Les larges feuilles commencent à mourir et à tomber quand la plante transforme l’énergie qu’elle utilisait pour former ses feuilles et ses tiges afin de produire des grappes de fleurs. L’alimentation en lumière et en azote décroit, et la demande en phosphore et en potassium augmente pour nourrir ce processus.

 

Pendant la première période de la floraison, la plante va traverser ce qui semble être une explosion de croissance lorsque les tiges s’étirent pour profiter de la lumière qui, à l’extérieur, viendrait alors à un angle de plus en plus bas alors que la saison avance.
Les grappes florales se développent au niveau de la jonction des feuilles à la tige, appelée "nœud".

 

Les buds se développent d’abord au niveau du nœud puis progressent. Et, comme nous le savons tous, c’est uniquement les plantes femelles qui vont produire la sensimillia de haute qualité tant désirée. En indoor, le cycle habituel utilisé pour la floraison est 12 heures ON et 12 heures OFF.

 

En outdoor, le changement de cycle est graduel et lent, un peu plus chaque jour. La transition entre les étapes des plantes est donc plus continue et graduelle. En indoor, le changement de cycle lumineux est habituellement instantané : un jour dure 18h et le suivant, ainsi que tous ceux qui suivent, durent 12h.

 

Sous ces conditions la plante indoor est obligée de réaliser le changement rapidement, ce qui explique pourquoi la longueur moyenne du cycle de floraison en indoor est de huit à neuf semaines. Cette floraison forcée a ses avantages car la plante est poussée à être prête plus tôt, favorisant ainsi la production.

 

De façon assez surprenante, les plantes produisent la majorité de leurs fibres la nuit, ce qui peut aider à expliquer pourquoi de si petites plantes sont capables de produire autant de buds en une période relativement courte. Une plante en croissance bien formée de 15cm mise en floraison directement est capable de produire 30 à 60 grammes de produit fini en deux petits mois, avec la lumière, la nourriture et l’espace racinaire adéquats.

 

Nuits d’obscurité complète


Une chose importante à se rappeler à propos du cycle lumineux indoor est que la période obscure doit être absolue et non interrompue. La pièce doit être très attentivement close pour être complètement obscure quand la lumière est éteinte. La seule façon de le vérifier est de s’asseoir dans la pièce dans l’obscurité, ou bien pendant le jour ou bien avec de nombreuses lumières à l’extérieur de la pièce, afin de vérifier les fuites lumineuses. Un conseil : attendez que vos yeux se soient habitués à l’obscurité avant de déclarer la pièce bien hermétique.

 

Une fois que le cycle de floraison a commencé, il est important de ne jamais interrompre la période d’obscurité avec quelque lumière que ce soit, même pour une courte période. Cela pourrait interrompre le long et lent processus de changement que la plante a mis en place jusqu’à ce point. La plante peut réagir en recommençant le processus et ainsi repousser la maturation prévue.

 

Je ne comprends pas pourquoi les plantes en outdoor ne sont pas si sensibles à ces interruptions de la période nuit. Peut-être cela a-t-il à voir avec l’intensité lumineuse incomparable du soleil. Les étoiles, la lune et l’éclairage public brillant à travers les nuages bas des aires urbaines ne semblent pas perturber tant que ça les plantes outdoor. Quelle que soit la raison, les plantes indoor sont ultra-sensibles aux interruptions lumineuses de la période de nuit. Donc rappelez-vous de faire le noir complet dans la pièce et de le conserver.

 

Les variations des sativas


Un autre point à prendre en compte est que les variétés Indicas et Sativas différent dans l’expression de leur photopériode, ou ratio de photoréaction. Le cycle lumineux typique 18/6 et 12/12 est principalement bon pour les variétés Indicas. Les Indicas sont devenues assez tôt les herbes de choix de l’industrie à cause de leur maturation rapide et de leur haute production sous lampes HID. Les Indicas sont des variétés du 30e parallèle ou plus haut, et ce cycle lumineux correspond bien aux lieux au nord de 30 degrés de latitude (ou au sud, pour l’hémisphère sud).


Les Sativas proviennent des régions équatoriales, entre 30 degrés nord et 30 degrés sud. Autour de l’équateur il y a une différence saisonnière entre la longueur des jours beaucoup plus faible. La période végétative peut être de 13h de jour et 11h de nuit, et le cycle de floraison l’opposé, 11h de jour et 13h de nuit. Il y a des variétés pures Sativas qui nécessitent 3 à 4 mois pour murir avec les cycles lumineux indoor. Et bien que les cultures équatoriales outdoor prennent autant de temps à murir, il est souvent possible dans les régions adéquates d’obtenir de deux à quatre récoltes par an, grâce aux environnements tropicaux.

 

Il serait intéressant de voir ce que des salles de culture spécialisées, développées pour permettre une palette plus large de photopériodes, pourraient produire. Le plus intéressant sera ce que la nature merveilleuse produira dans ses nombreux environnements outdoors. Les serres éclairées sont capables de produire des herbes de haute qualité à peu près partout sur la planète. Une fois ces salles mises en place, l’environnement global révèlera certainement des variations intéressantes et positives, via un breeding sélectif attentif. D’ici là, plus d’expérimentations et de recherches en testant différents cycle lumineux en indoor vaudrait vraiment le coup.



A.12. Le CO2 pour vous – 2000

 

Attention : Cet article est à prendre avec précautions. Il correspond à une époque et certains comportements décrits ici sont faux ou très fantaisistes, notamment le passage sur les levures. Nous vous recommandons très fortement de vous rapporter au guide Cannaweed sur le CO2 pour bénéficier de conseils adéquats et actualisés.

 

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1804.htmlArticle original
Carbon dioxide (CO2) generators are perhaps the single most powerful increasers of plant production. During the daylight hours plants breathe in and use CO2 much the same way we animals metabolize oxygen. By adding CO2 to the air of the grow room we are capable of greatly stimulating plant growth and vigor.
Overexposure to CO2 by humans is very capable of proving fatal. Therefore, also remember that monitoring of the air with a CO2 or gas detection device is mandatory when using a commercial CO2 distribution system.
There are two main types of commercial CO2 delivery systems, bottled and propane generators.
Bottled CO2
The bottled CO2 system delivers pure CO2 via a tank that is rented or bought and refilled when empty at any bottled gas distributor or grow shop. The purchases of a regulator and tubing, along with a specialized timer, are necessary to complete the system. The timer opens the regulator to dispense the gas that is delivered to the room among the plants via the tubing (or whatever duct system is chosen for its delivery). The timer usually is on for brief periods of a few seconds per minute, hence the need for the specialized timer.
The bottled systems are relatively efficient and once set up, easy to use. When used in conjunction with some kind of CO2 metering device, to monitor the amount of CO2 in the air, the system is relatively safe. The main drawback is having to deal with filling the heavy, bulky tank when needed. The initial expense is a bit of a sticker shock as well.
Propane generator
Propane generators of CO2 have been gaining popularity since their introduction to the industry some time ago. Bottled propane is connected to a device that burns the gas, slowly and evenly, to produce CO2. The device is usually a box that will hang in the room and is connected to the propane bottle via the appropriate tubing and coupling. It is possible to time and regulate most propane generators to efficiently produce CO2 gas when needed. These devices are usually much simpler and less expensive than the bottled CO2 systems. Propane is also easily available in most places.
There are, however, a few dangers to the propane generator that need to be addressed. First of all, the device utilizes a small flame for CO2 production. Special care needs to be taken whenever dealing with fire, and necessary precautions including location of the device need to be made prior to operation. second, this flame will produce some heat and humidity. The humidity is in the form of water vapor, the other by-product of the process. Proper venting and air circulation will help minimize these factors. As with the bottled system, monitoring the amount of CO2 in the air will be necessary to regulate the proper and safe amount of the gas delivered to the room.
Air circulation
Because CO2 is a gas that is heavier than air, a word needs to be said about the delivery system and air circulation in the room. Generally speaking it is best to introduce the gas up higher in the room, via some form of tube or duct or by hanging the propane generator up high. This way the gas passes by the leaves of the plants on its way down, allowing them to absorb as much as possible. Oscillating fans placed on the floor with their fan pointing up (or any upward movement of air from the floor) is also recommended to best circulate the CO2 among the leaves of the plants. The roots of the plants DO NOT like CO2. In fact, too much CO2 around the roots may actually suffocate the plants. So be wary of these facts and circulate the air well.
There are a number of books and manuals on the market today that deal with the specifics and ?how to?s? of carbon dioxide production for commercial (and home) use. Also, ?growstores? selling the devices offer plenty of advice and/or literature pertaining to the specifics of their products. Remember, CO2 production for larger scale operations requires a certain amount of knowledge unobtainable by any other means than an education. Therefore, I highly recommend that one research thoroughly before one purchases and uses a system.
Small and simple
For those of you running smaller systems such as cupboard, closet or ?box? systems, there is a simple CO2 system that is easy to make and use. This system uses water, sugar and yeast mixed together in a jug, bottle or jar. I like to use one-gallon plastic jugs due to their size and availability.
Put about five or six cups of sugar in a clean one-gallon plastic jug. To this add about a half gallon of water. Mix until the sugar is dissolved and add a little bit of active yeast. Poke a small hole in the lid and replace it on top of the jug. Once a day, or as often as possible, shake the jug to thoroughly mix the contents. In a day or two the yeast will begin to grow and CO2 gas will be a by-product in the jug.
Once the yeast begins to grow, the shaking of the contents will produce a gaseous eruption through the hole in the lid. On its own, the device will slowly produce CO2 as long as there is enough sugar in the mix and the yeast stays active. The daily shaking stimulates the mix to produce a surge of CO2 gas. Therefore, the more times the jug is shaken, the more surges of CO2 that will erupt into the room. The mix will need to be changed or refreshed every two to three weeks. I have found this system to be more than adequate and perfectly safe for smaller grow spaces (twenty square feet or less). It is also very inexpensive to configure and maintain.
Recycled CO2
A source of recycled CO2 may be found in any natural gas or propane appliance, especially those with a pilot light. All such appliances produce CO2, when properly functioning, that is. A simple rule of thumb is: blue flame = CO2 or what we want, yellow flame = CO or carbon monoxide, deadly poisonous! It is merely a question of how to get the CO2 gas from the appliance to the grow room. If the appliance (furnace, hot water heater, stove, etc.) is anywhere near the grow room, then a simple duct system of dryer vent tubing running from the bottom of the appliance (remember, CO2 is heavier than air) to the grow room will suffice. A muffin fan placed on the room end of the tube, blowing into the room, would efficiently move the gas.
Finally, any form of brewing (beer production) or fermenting (wine making) produces CO2, as well. So a home brew kit or home wine making system could also be used to add CO2 gas to the grow room air.
Remember to be very careful not to overdo the CO2 and let the gas fill your house. If this happens then it could suffocate you in your sleep! But properly used, CO2 can be a safe and easy way to increase the yield of your garden

 

Les générateurs de dioxyde de Carbone (CO2) sont certainement les multiplicateurs les plus puissants de la production de la plante. Pendant les heures de jour les plantes respirent et utilisent du CO2 de la même manière que les animaux métabolisent l’oxygène. En ajoutant du CO2 à l’air de la pièce de culture nous sommes capables de stimuler fortement la vigueur et la croissance de la plante.

 

Une surexposition au CO2 peut s’avérer fatale pour les êtres humains. C’est pourquoi il est obligatoire de suivre avec précision la composition de l’air avec un détecteur de CO2 ou de gaz lorsqu’on utilise un système de distribution de CO2 commercial.
Il y a deux types principaux de systèmes d’approvisionnement en CO2, les bouteilles et les générateurs au propane.

 

Le CO2 en bouteille


Les systèmes de CO2 en bouteille fournit du CO2 pur via un conteneur qui est loué ou acheté et rempli chez le fournisseur de gaz ou au growshop. L’achat d’un régulateur et des tuyaux, ainsi que d’un programmateur spécialisé sont nécessaire pour compléter le système. Le programmateur active le régulateur qui distribue le gaz qui est fourni à la pièce parmi les plantes via les tubes (ou quelque soit le système de transport choisi). Le programmateur est sur la position ON durant de courtes périodes de quelques secondes par minute, d’où la nécessité d’avoir un programmateur spécialisé.

 

Les systèmes à bouteilles sont relativement efficace et une fois installés, faciles à utiliser. Utilisés avec un appareil de contrôle de la quantité de CO2 dans l’air, le système est relativement sans danger. Le principal inconvénient est de gérer le remplissage du lourd et encombrant conteneur quand il est vide. La dépense initiale peut être un sacré choc également.

 

Le générateur au propane


Les générateurs de CO2 au propane ont gagné en popularité depuis leur introduction dans le milieu de la culture il y a quelque temps. Le propane en bouteille est connectée à un appareil qui brule le gaz, doucement et régulièrement, pour produire du CO2. L’appareil est généralement une boite suspendue dans la pièce, connectée à la bouteille de propane via des tuyaux et des connexions appropriés. Il est possible de programmer et de réguler la plupart des générateurs pour produire efficacement du CO2 quand c’est nécessaire. Ces appareils sont habituellement beaucoup plus simples et moins chers que les systèmes de CO2 en bouteille. Le propane est également facilement disponible à peu près partout.

 

Il y a cependant certains dangers inhérents aux générateurs au propane qui doivent être notés. Tout d’abord, l’appareil utilise une petite flamme pour la production de CO2. Un soin tout particulier doit être pris à chaque fois que le feu est utilisé, et les précautions nécessaires, notamment sur la position de l’appareil, doivent être prises avant l’utilisation. Ensuite, cette flamme va produire de la chaleur et de l’humidité. L’humidité est sous forme de vapeur d’eau, un autre sous produit de la réaction. Une ventilation adaptée et une bonne circulation de l’air aideront à minimiser ces facteurs. De la même façon que pour le CO2 en bouteille, un suivi de la quantité de CO2 dans l’air est obligatoire pour réguler la quantité de gaz adéquate fournie à la pièce et ce, sans danger.

 

Circulation de l’air


Comme le CO2 est un gaz plus lourd que l’air, il faut dire un mot sur le système de distribution et la circulation de l’air dans la pièce. En général mieux vaut introduire le gaz en haut de la pièce, via des tuyaux, des conduits ou en suspendant le générateur au propane assez haut. Ainsi le gaz passe par les feuilles des plantes pendant sa chute, leur permettant d’en absorber autant que possible. Des ventilateurs oscillants placés sur le sol et dirigés vers le haut (ou n’importe quel mouvement vertical de l’air depuis le sol) sont recommandés pour une meilleure circulation du CO2 parmi les feuilles des plantes. Les racines des plantes N’AIMENT PAS le CO2. D’ailleurs, trop de CO2 autour des racines peut étouffer les plantes. Gardez cela en tête et faites bien circuler l’air.

 

Il y a de nombreux livres et manuels sur le marché aujourd’hui qui concernent les spécificités et les bonnes pratiques à propos du CO2 pour un usage commercial (et domestique). De plus, les magasins qui vendent les appareils offrent beaucoup de conseils et/ou de la littérature à propos de leurs produits. Rappelez-vous, la production de CO2 à grande échelle nécessite de bonnes connaissances impossibles à obtenir sans une éducation avancée. Ainsi, je vous recommande très fortement de faire des recherches en profondeur avant d’acheter et d’utiliser ces systèmes.

 

Petit et simple


Pour ceux d’entre vous qui entretiennent des systèmes de culture plus réduits, tels que des placards, des armoires ou des box de culture, il y a un système simple pour le CO2 qui est facile à faire et à utiliser. Ce système utilise de l’eau, du sucre et de la levure mélangés ensemble dans un pot, une bouteille ou une jarre. J’utilise des bidons plastiques de 4 litres pour leur taille et leur disponibilité.

 

Mettez environ 5 à 6 tasses de sucre dans un bidon plastique de 4 litres. Y ajouter environ 2 litres d’eau. Mélangez jusqu’à dissolution du sucre et ajoutez un peu de levure active. Percez le bouchon d’un petit trou et revissez-le. Une fois par jour, ou aussi souvent que possible, secouez consciencieusement le bidon pour mélanger le tout. En un jour ou deux les levures vont commencer à se développer et le CO2 sera un sous-produit de la réaction dans le bidon.


Une fois que la levure commence à se développer, secouer le bidon va produire une éruption gazeuse via le trou dans le bouchon. De lui-même, le système va doucement produire du CO2 tant qu’il y a suffisamment de sucre dans le mélange et que la levure reste active. L’agitation quotidienne stimule le mélange pour qu’il produise brusquement du CO2. Ainsi plus le bidon est secoué, plus il y aura de brusques productions de CO2 dans la pièce. Le mélange devra être changé ou rafraichi toutes les deux à trois semaines. Je pense que ce système est plus que pratique et parfaitement sûr pour de petits espaces de culture (2 mètres carré ou moins). C’est aussi très peu cher à mettre en place et à maintenir.

 

Le CO2 recyclé


Une source de CO2 recyclé peut se trouver dans tout appareil au gaz naturel ou au propane, particulièrement ceux avec veilleuse. Tous ces appareils produisent du CO2 lorsqu’ils fonctionnent correctement. Une règle très simple : flamme bleue = CO2 c’est-à-dire ce que l’on veut, flamme jaune = CO ou monoxyde de carbone, mortellement toxique. C’est simplement une question de transport du CO2 vers la salle de culture. Si l’appareil (fourneau, chauffe-eau, étuve, etc.) est proche de la pièce de culture, alors un simple système de gaines de tuyauterie depuis le bas de l’appareil (rappelez-vous, le CO2 est plus lourd que l’air) vers la pièce de culture suffira. Un ventilateur plat fixé à l’extrémité de la gaine dans la salle de culture, soufflant vers la pièce, déplacera efficacement le gaz.

 

Enfin, n’importe quel brassage (production de bière) ou fermentation (production de vin) produit également du CO2. Ainsi un kit de brassage maison ou un système de production de vin maison peuvent être utilisés pour ajouter du CO2 à l’air de la pièce de culture.

Rappelez-vous d’être vraiment très prudent et de ne pas trop en faire avec le CO2 et laisser le gaz se répandre et remplir votre maison. Si cela arrive, vous pourriez étouffer dans votre sommeil ! Mais utilisé correctement, le CO2 peut être un moyen simple et sans danger d’augmenter le rendement de votre jardin.

 

Attention : Cet article est à prendre avec précautions. Il correspond à une époque et certains comportements décrits ici sont faux ou très fantaisistes, notamment le passage sur les levures. Nous vous recommandons très fortement de vous rapporter au guide Cannaweed sur le CO2 pour bénéficier de conseils adéquats actualisés.



A.13. Enracinez-les! – 2001

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1960.htmlArticle Original


The best indoor buds are soil grown. Actual organic earth allows buds to produce flavours, tastes and effects which cannot yet be reproduced in hydroponic systems. Unlike hydro systems, soil is not meant to be a sterile medium. Quite the contrary, the best soils are very much alive and thriving.
Superior soil
It is possible to grow plants in specially prepared soil that will require no fertilizers in the water later on. There are a number of such commercial and specialty brands of potting soil on the market today. Most are not completely organic and may contain unwanted chemicals. There are some smaller companies up and down the West Coast, among other areas, that do make clean products. It is up to the consumer to shop around in their area and get familiarized with the brands available in the local market.
Even the good local products tend to skimp on some of their ingredients. This is why I like to supplement any commercial soil I use. The two main additives I use are worm castings and a bat/seabird guano mix. For soil used in the vegetative stage I like to add more worm castings than bat/seabird guano. For soil used in the bud cycle it's the opposite - more bat/seabird guano than worm castings. When one gets to know one's local products well and gets the mix down just right, the resulting success becomes evident.
The following is a simple recipe for a soil mix that has proven successful for me in the past. The bulk of the mix ? about 70% of the finished product ? is made up of equal parts peat or sphagnum moss (I prefer coarse cut sphagnum moss) and perlite. Then worm castings are mixed in to about 15% of the finished product. About 10% of the finished product is made up of some kind of organic compost, either green or brown. Any rich green manure will do, or bat/seabird guano or seaweed for that matter. The final 5% is made up of a mixture of about equal parts trace mineral elements, granulated charcoal, washed sand and volcanic ash. To this mix a specific dry fertilizer may be added, depending on if the soil will hold a plant in vegetative or flower cycle.
The mixture then needs to be moistened. The perfectly moistened mix will hold together as clumps when squeezed but will not release any more than a drop or two of water. As with many other aspects of life, practice makes perfect.
Organic manic
As for nutrients and supplements, there are many on the market. My preference is for the most natural and organic substance available. Many fertilizers are made from industrial chemical sources and do not, in my opinion, produce the highest quality. The more natural elements are by far preferred. These come from the more obvious natural sources such as worms, fish, bats, birds, plants and seaweed. Green manure, or rich?composted plant matter, is another excellent source of food for plants. As for where to find a reliable organic garden supply store, well, if the store clerk says anything to the affect of: "chemical or compost, it don't make no difference," then you are not in a reliable organic garden supply store. It is a large consumer market to be explored.
Some people choose to feed their plants by spraying a nutrient solution onto the plant and having it absorbed through the foliage. Though "foliar feeding" does work, I tend to avoid doing it due to the fact that the foliage is inevitably going to be smoked. There is no guarantee as to how much residue remains upon the foliage, or what exactly that residue may be, when it is finally consumed. Therefore, it is important, especially during the flowering stage, not to use the foliar feeding method on any part of the plant that is destined to be consumed. Foliar feeding during the vegetative stage on the larger shade leaves that will be discarded is a relatively safe practice.
Nutrient knowledge
The primary knowledge concerning fertilizer and nutrient (other than its source) are its N, P, and K levels. N stands for Nitrogen, P stands for Phosphorous and K stands for Potassium. These are the three main nutrients that plants need to thrive. Most fertilizers have a number consisting of three numbers such as: 30-10-10, or 5-37-15. These numbers represent the ratio of nitrogen, phosphorous and potassium (in that order) in the product. That is 30 parts N (nitrogen)-10 parts P (phosphorous)-10 parts K (potassium) is what is in a 30-10-10 fertilizer. An additive I like to use with every fertilizing is a B-vitamin hormone supplement such as Super Thrive. This product helps the plant better metabolize its nutrient uptake, and most are organic.
High nitrogen, low phosphorous, low potassium fertilizers stimulate foliar and stem growth in the vegetative stage. In contrast, low nitrogen, high phosphorous, high potassium fertilizers promote lush flower, bud and fruit growth in the bud or flower cycle.
I like to end all nitrogen to the plant at least five to six weeks prior to harvest. And I like to end all additives to the plant two to three weeks prior to harvest. A B-vitamin hormone such as Super Thrive may be given up to the last week. But I highly recommend a pure water flush for at least the last two watering times.
Nematodes and tea
Teas made from bat/bird guano and/or worm castings and/or green manure are an excellent source of organic nutrient. These teas are simple to make and easy to use. Prepare a container with enough water for a full watering. Next, add the bat/bird guano, worm castings and/or green manure to the water. Finding the "perfect amount" to add will take some practice. The nutrient is allowed to sit and "steep" in the water releasing the nutrients' water soluble properties.
Another method is to use the full amount of nutrient in a smaller amount of water to create a concentrate. The concentrate is then added to the full amount of water for watering. The tea will color the water similar to the shade of the nutrient (usually brown, but sometimes green as with green manures). The steeping takes anywhere from one day to several days. The teas are considered fresh when made. It is important to use them immediately when they are ready, and to not allow them to stand too long and stagnate. The tea is applied the same way the water is during watering. This is the preferred method of adding organic nutrient during watering.
Another great additive for the organic garden are beneficial nematodes. These microscopic, living organisms are found at the more complete organic garden centers. Beneficial nematodes are cultivated and sold live, usually refrigerated. They must be kept refrigerated until they are ready to be used. They usually come in a sponge, or some other porous medium. It is only necessary to use a small portion each time as they will reproduce profusely if properly introduced into the soil.
A small portion of the nematode colony is simply introduced into the water, (tepid - not too hot, not too cold) with or without the organic fertilizer, and soaked into the soil. Once in the soil, the nematodes do their thing by multiplying and consuming the things detrimental to the plant, such as fungus, spores, insect larvae, mold, and bacteria, while leaving the plant to thrive. Ideally, beneficial nematodes may be added as often as desired, but once every month or two is sufficient.
These are the basics when it comes to growing medium, nutrient and additives. This information was gained via experimentation on advice given to me in the past. Now it is your turn.
Hydro Power
Hydroponic medium is any sterile medium that will hold some water, but allows water and air to pass through. Gravel, perlite, rockwool, volcanic pumice, rock corn and sand are some examples of hydroponic mediums.
Most hydroponic systems provide nutrients via the water that is passed over the rocks several times daily. These systems consist of a reservoir, a pump (or pumps), tubing to carry the fluid to the plants, the pots and medium that hold the roots of the plants, and some way for the water to flow, or be pumped, back into the reservoir. The water soluble nutrient is mixed with the water in the reservoir and delivered to the plants via the pump and tubing several times a day. Most systems also utilize a timer to automate this process. There are also ebb and flow, PVC pipe, wick and various other passive systems, but they are much less common.
Hydroponic systems are famous for producing the largest amount of foliage and fruit. The plant does not have to put as much energy into its roots and therefore has more energy for foliar and bud growth. Also, the roots are regularly aerated and thus have excellent oxygen exposure. However, The incessant regimen tends to produce more of a bland finished product.
The entrepreneurs in the hydroponic industry are striving for the most natural hydro system, and are experimenting with many new nutrient products to achieve this end. I have, however, yet to sample a hydroponic grown product that surpassed a soil grown product in overall quality and flavor.
The same can be said about indoor versus outdoor growth, as well. That is, when grown outdoors in the right environment the finished bud is usually superior to its identical twin grown indoors.

 

Les meilleures buds indoors proviennent de culture en terre. La terre organique permet aux buds de produire des arômes, des goûts et des effets qui ne peuvent pas encore être reproduits dans les systèmes hydroponiques.

 

A la différence des systèmes hydro, le sol n’est pas fait pour être un substrat stérile. Plutôt le contraire, les meilleurs sols sont très vivants et prospères.

 

Sols de qualité supérieure


Il est possible de cultiver des plantes dans des sols préparés spécialement qui ne demanderont aucun engrais dans l’eau d’arrosage future. Il y a plusieurs marques commerciales spécialisées dans le domaine des sols de culture sur le marchee aujourd’hui. La plupart ne sont pas complètement organiques (bios, NdT) et peuvent contenir des produits chimiques indésirables. Il y a quelques compagnies de taille plus réduites sur la cote Ouest (des USA, NdT), entre autres endroits, qui font vraiment des produits propres. C’est au consommateur de chercher autour de lui et de se familiariser avec les marques disponibles sur le marché local.

 

Mêmes les bons produits locaux tendent à lésiner sur certains de leurs ingrédients. C’est pourquoi je préfère compléter tous les sols commerciaux que j’utilise. Les deux amendements principaux que j’utilise sont les turricules de vers (déjections de vers) et un guano mixte de chauve-souris et d’oiseaux de mer. Pour les sols utilisés en période végétative je préfère utiliser plus de turricules de vers que de guano. Pour les sols utilisés en période de floraison c’est le contraire – plus de guano que de turricules de ver. Une fois que l’on connait bien les produits locaux et que l’on obtient un mélange efficace, le succès qui en découle devient évident.

 

Ce qui suit est une simple recette de mélange pour le sol que j’ai utilisée avec succès dans le passé. Le gros du mélange – environ 70% du produit fini – est constitué à parts égales de sphaigne (je préfère la sphaigne brute) et de perlite. Ensuite les turricules sont ajoutées à hauteur d’environ 15% du produit fini. Environ 10% provient de compost organique, vert ou brun. N’importe quel fumier vert riche ira, ou du guano de chauve-souris ou d’oiseau marin ou même des algues. Les derniers 5% sont composés d’un mélange à parts égales d’éléments minéraux, de charbon de bois en granules, de sable lavé et de cendres volcaniques. A ce mélange un engrais sec spécifique peut être ajouté, selon que le sol soit destiné à accueillir une plante en croissance ou en floraison.

 

Le mix doit ensuite être humidifié. Un mix parfaitement humidifié tiendra tout seul en motte lorsqu’il est compressé mais ne relâchera pas plus qu’une goutte d’eau. Comme pour de nombreux aspects de la vie, la pratique entraine la perfection.

 

Frénésie bio


Il y a de nombreux nutriments et compléments sur le marché. Ma préférence va aux plus naturels et organiques disponibles. Beaucoup d’engrais sont produits à base de sources chimiques industrielles et ne produisent pas, a mon opinion, la meilleure qualité. Les éléments plus naturels sont de loin préférables. Ceux-ci proviennent de sources naturelles évidentes comme les vers, les poissons, les chauves-souris, les oiseaux, les plantes et les algues. Le fumier vert, constitué de matières végétales compostées, est une autre source excellente de nourriture pour les plantes. Comment trouver un magasin de confiance pour les matériaux organiques de jardinage, eh bien, si l’employé du magasin dit quelque chose du genre : « chimique ou compost, je ne fais pas la différence », vous n’êtes pas dans un magasin de confiance pour l’approvisionnement bio. C’est une vaste niche commerciale à explorer.

 

Certaines personnes choisissent de nourrir leurs plantes en pulvérisant une solution nutritive sur la plante pour qu’elle l’absorbe par son feuillage. Bien que « l’alimentation foliaire » fonctionne, je préfère l’éviter car le feuillage est inévitablement destiné à être fumé. Il n’y a aucune garantie sur la quantité de résidus restants sur le feuillage, ni ce que ce résidu sera devenu, lorsqu’il est finalement consommé. Ainsi il est important, surtout pendant la floraison, de ne nourrir les plantes en foliaire sur aucune partie destinée à être consommée. L’engraissage foliaire pendant la phase de croissance sur les larges feuilles qui seront écartées est une pratique relativement sans danger.

 

Connaissance des nutriments


La première connaissance à propos des engrais et des nutriments (autre que son origine) sont ses niveaux N, P, et K. N correspond à l’azote, P au Phosphore, K au Potassium. Ce sont les nutriments principaux dont les plantes ont besoin pour prospérer. La plupart des engrais ont les trois nombres tels que : 30-10-10, ou 5-37-15. Ces nombres représentent le ratio d’azote, de phosphore et de potassium (dans cet ordre) du produit. C'est-à-dire 30 parties de N (azote) – 10 parties de P (Phosphore) – 10 parties de K (Potassium) sont dans un engrais 30-10-10. Un additif que j’aime utiliser à chaque engraissage est le supplément hormonal de vitamine B tel que le Super Thrive. Ce produit aide la plante à mieux métaboliser les nutriments, et la plupart sont organiques.

 

Des engrais forts en azote, mais faibles en phosphore et potassium, stimulent la croissance des feuilles et des tiges pendant la croissance. Au contraire, des engrais faibles en azote, mais forts en phosphore et en potassium favorisent une croissance luxuriante des fleurs, des buds et des fruits en floraison.

 

Je préfère arrêter tout apport d’azote à la plante au moins cinq à six semaines avant la récolte. Et je préfère arrêter tous les additifs deux à trois semaines avant la récolte. Une hormone comme la vitamine B telle que le Super Thrive peut être apportée jusqu’à la dernière semaine. Mais je recommande très fortement un rinçage à l’eau pure pour au moins les deux derniers arrosages.

 

Les nématodes et la soupe


Les soupes à base de guano (chauves-souris ou oiseaux marins) et/ou de turricules de vers et/ou de fumier vert sont d'excellentes sources de nutriments organiques. Ces soupes sont simples à faire et faciles à utiliser. Préparez un container avec suffisamment d’eau pour un arrosage complet. Ensuite, ajoutez le guano, les turricules et/ou le fumier vert. Trouver les "proportions parfaites" à ajouter demande un peu de pratique. Il faut laisser un peu de temps aux nutriments, qu’ils restent et "trempent" dans l’eau afin de rejeter les propriétés nutritives solubles dans l’eau.


Une autre méthode consiste à utiliser la totalité des nutriments dans une petite quantité d’eau afin de créer un concentré. Le concentré est ensuite ajouté au volume d’eau total d’arrosage. La soupe va colorer l’eau de la même façon que les nutriments (habituellement marron, mais parfois vert comme pour les fumiers verts). L’immersion des nutriments prend de un à plusieurs jours. Les soupes sont considérées fraiches lorsqu’elles sont faites. Il est important de les utiliser directement quand elles sont prêtes et de ne pas laisser reposer trop longtemps et stagner. La soupe est appliquée de la même manière que l’eau pendant l’arrosage. C’est la méthode recommandée pour ajouter des nutriments organiques pendant l’arrosage.

 

Un autre additif très bon pour les jardins organiques sont les nématodes bénéfiques. Ces organismes vivants microscopiques se trouvent dans les centres de jardinage organique les plus complets. Les nématodes bénéfiques sont cultivés et vendus vivants, généralement réfrigérés. Ils doivent être conservés réfrigérés jusqu'à utilisation. Ils sont habituellement présentés sous forme d’éponge ou autre support poreux. Il suffit d’utiliser une petite partie chaque fois car ils vont se reproduire à profusion s’ils sont correctement incorporés au sol.

Une petite portion de la colonie de nématodes est simplement incorporée à l’eau, (tiède – pas trop chaud, pas trop froid), avec ou sans engrais organique, et pénètre dans le sol.

 

Une fois dans le sol, les nématodes font leur affaire en se multipliant et en consommant les choses mauvaises pour la plante, telles que les champignons, les spores, les larves d’insectes, les mousses et les bactéries, tout en laissant la plante prospérer. Idéalement, les nématodes peuvent être ajoutés aussi souvent que possible, mais une fois tous les mois ou tous les deux mois suffit.

 

Ce sont là les bases du substrat de culture, des engrais et des additifs. Ces informations me viennent d’expérimentations suite à différents conseils. Maintenant c’est à votre tour.

 

La puissance hydroponique


Les substrats hydroponiques représentent tout substrat stérile qui peut retenir de l’eau, tout en permettant à l’eau et à l’air de le traverser. Le gravier, la perlite, la laine de roche, la pierre ponce volcanique, les fanes de maïs et le sable sont quelques exemples de milieux hydroponiques.

 

La plupart des systèmes hydroponiques fournissent les nutriments via l’eau qui circule sur les éléments du milieu plusieurs fois par jour. Ces systèmes sont constitués d’un réservoir, d’une pompe (ou de pompes), de tuyaux pour transporter le fluide aux plantes, de pots et de substrats qui tiennent les racines des plantes, et d’un moyen quelconque pour l’eau de couler et de retourner au réservoir. Les nutriments en solution sont mélangés avec l’eau dans le réservoir et distribués aux plantes via la pompe et les tuyaux plusieurs fois par jour. La plupart des systèmes utilisent un programmateur pour automatiser le processus. Il y a également les systèmes à marée, les tuyaux PVC, les mèches et d’autres systèmes passifs, mais ils sont beaucoup moins communs.

 

Les systèmes hydroponiques sont célèbres pour leur production importante de feuillage et de fruits. La plante n’a pas besoin de dépenser autant d’énergie pour ses racines et donc a plus d’énergie pour sa croissance foliaire et florale. De plus, les racines sont régulièrement aérées et ont ainsi une excellente exposition à l’oxygène. Cependant, ce régime incessant tend à produire un produit fini plus fade.

 

Les entrepreneurs de l’industrie hydroponique recherche le système hydro le plus naturel, et testent de nombreux produits nouveaux pour atteindre ce but. Je n’ai encore jamais, cependant, goûté un produit issu de l’hydroponie qui surpasse un produit cultivé en terre en saveur et en qualité générale.


La même chose peut être dite pour l’indoor et l’outdoor. C’est-à-dire que, cultivés outdoor dans un environnement approprié, les buds finaux sont généralement supérieurs à leurs jumeaux cultivés indoor.



A.14. Nourrissez votre source cérébrale – 2000

 

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1738.htmlArticle original
One of the simplest ways to increase the quantity of your harvest while maintaining quality is knowing the right times to water and feed. It doesn't involve mysticism by any means, but it does require a care and attention to learn the needs of your plants.
When the plant is dry and thirsty, it needs water. When the root medium is heavy with moisture, it doesn't. This may seem obvious, but learning to zero in on the optimum times to feed and water is dependent on this simple fact.
As with any other aspect of this industry, hands-on contact with the plants, and close attention to them, is of utmost importance. Different needs will present themselves in regard to feeding and watering times, depending on the amount and type of medium, the size of the plants, how recently they were planted or transplanted, the amount of light, heat and ventilation in the room, and other factors such as humidity and air pressure.
Hydro systems
Hydroponic systems are usually automated and should have the simplest schedule to satisfy. Active hydro systems merely need the nutrient solution passed over the medium three or four times a day. This can be done by the disciplined hand, but a timer and pump will eliminate the need. Passive hydro systems allow the roots of the plant to reach the reservoir, eliminating the need for watering altogether.
In both types of hydro systems, the reservoirs usually need to be topped off regularly, and the nutrient solution will need to be changed at least once every two to three weeks. This is to help eliminate the nemesis to all hydro systems: algae. Algae can clog hydroponic medium and its tubing.
Algae, along with other pests such as mold, fungus and bacteria, are capable of blocking the aerobic quality of the hydro medium and suffocating the plant via its roots. These problems must be addressed immediately upon finding them. Better still is to take the necessary precautions to insure that they don't begin.
The optimum mix
Soil mediums, especially organic varieties, are the trickiest to learn to deal with. Regard the process as an ongoing education, and it will go fine.
The difficulty is the many variables related to the problem. Depending on the "mix" of your soil, it may be heavy or light. Heavy soil is generally more moss than perlite and holds water longer. A lighter soil is generally more perlite or vermiculite, and therefore releases its moisture quicker.
Learning to condition the soil you are working with is the first step to success. Different brands have different ingredients (and even the same brand may have different ingredients at different times).
If you use the basic soil mix I recommend, where equal parts of perlite and coarse cut sphagnum moss make up about 70% of the overall mix, then you have the optimum mix. This mix seems to be the perfect blend for a regulated watering schedule.
Dry weight
Vegetating plants in small containers (two to four inch pots, or 16 to 24 ounce cups) may need watering as often as daily, others may be fine for a couple of days. Plants in larger containers (2 gallon and up) may go anywhere from three to six days between watering. The trick is in realizing when the plant is going to wilt, and watering it the day prior. This is done by physically lifting the plant container and judging its weight.
The plant will suck its bucket of medium dry and then begin to wilt. Only experience can reveal what exactly the weight of the dry pot is. If a plant does happen to wilt due to drying out, check the weight of its bucket to see what too far is. We want to avoid wilting as much as possible, but a minor wilt is by no means fatal to the plant. I've seen wilted plants revived within twenty minutes when relieved of their thirst. However, wilting can also contribute to stunting.
Bottom feeding
After getting the soil mix down and learning the right watering time by the dryness, or weight, of the medium container, there is one more important tip to best maintain the proper watering schedule for your plants. I call this tip the bottom feeder method. Not merely because the method was perfected in a white-trash trailer park, but because it serves the nutrient and solution to the outside-bottom of the medium container. The solution is then sucked up by the roots through the holes in the bottom of the buckets.
This method requires that the buckets be placed within the confines of a watertight container, such as a solid grow tray or a kiddie pool. The nutrient solution is then dumped or pumped right into the tray, watering many plants at once. It takes the plants anywhere from an hour to a few hours to soak up all of the moisture that they need.
Individual mini-trays may be used for each individual container, but this causes much more tedium during watering. There are a number of trays, from large to small and of varying styles and sturdiness, available on the market these days. Some may hold a dozen small plants while others may hold twenty or thirty large plants.
An entire grow room may be water-proofed as well. First, lay out a layer of 2-inch thick Styrofoam insulation panels larger than the intended pool. Next, a basic wood frame is constructed to the exact size of the desired pool on top of the Styrofoam. Finally, a swimming pool liner or landscaping pond liner is laid over the area and over the edges of the wood frame, after being fitted to the space. Plant containers may be placed directly in the pool and watered all at once.
Please note that although this method allows the greatest ease of watering a large number of plants, it would be nearly impossible to judge exactly how much water these plants would consume in any given watering. Therefore, the garden needs to be checked a few hours after watering to see if the plants need more, or if the excess solution needs to be removed from the pool.
Less is more
The main focus of feeding should be the concentration and mix of fertilizers in the solution. I cannot emphasize enough that "less is more" when it comes to fertilizing plants. If too little fertilizer is used the only problem will be a slightly smaller yield. Too much fertilizer, however, is liable to ruin the entire crop.
It is generally recommended to use less fertilizer than the instructions call for. Most fertilizer companies print their maximum allowed amounts for mixing. I like to use half of what the directions call for.
This is especially true if one is mixing different nitrogen fertilizers. If two or more nitrogen fertilizers are used during the same feeding, then even a smaller ratio of each is needed. That is, if two nitrogen fertilizers are mixed together during one feeding, then only a quarter the recommended amount of each is needed to make the final concentration truly half strength. Nitrogen is the most commonly abused fertilizer additive, but this same logic should be applied to phosphorous and potassium concentrations as well.
When the fertilizer concentration is low enough, then fertilizer may be added during each watering (except, of course, the last few weeks of pure water flushes). The plants should look like they are thriving if they are properly fed. The leaves should stretch up and out to receive the light. Their color should be bright and consistent with a shiny, healthy glow. New growth should be obvious daily, and the old growth should last as long as possible.
Underfertilized plants will merely be slow or, at worst, small, but overfertilized plants may look burned or splotchy. The leaves may become curled, with unnatural looking colors from bright yellow to dusty brown. The stems may stretch and turn dark, or they may harden and solidify, stunting growth. All in all, an overfertilized plant will look unhealthy and deeply in need. If signs of overfertilization appear, it may be necessary to dilute the concentration with pure water. For one or two waterings flush the plants with water only, and see if the situation improves.
There are organic soil additives on the market that eliminate the need for any extra fertilizer additives in the water. Many of these fertilizer additives are made up of harsh petrochemicals. The best organic substances I've found are bat and seabird guano and pure worm castings. Fossilized bat and bird guano come in a powder form, while pure worm castings are like a very rich manure. Both may be added to soil to enhance its nutrient level.
Most indoor plants do not remain in the same container for any longer than two months. So once the right soil mix is obtained then water alone will suffice, or water with a B-vitamin supplement to help the plant best metabolize the nutrients available to it.
Plants grown using this method produce some of the most outstanding flavors and desirable palate and head.

 

Une des manières les plus simples d’augmenter la quantité de votre récolte en en conservant la qualité est de savoir quand il est nécessaire d’arroser et de nourrir vos plantes. Aucun rapport avec le mysticisme, mais cela demande du soin et de l’attention pour apprendre les besoins de vos plantes.


Quand la plante est sèche et assoiffée, elle a besoin d’eau. Quand le système racinaire est lourd d’humidité, elle n’en a pas besoin. Cela peut sembler évident, mais apprendre à viser le timing optimum d’arrosage et d’engraissage ne dépend que de ce simple fait.

Comme pour de nombreux aspects de cette industrie de la culture, le contact avec les plantes et une attention très particulière à ces dernières, sont de la plus grande importance. Les différents besoins se présenteront d’eux-mêmes en ce qui concernent l’arrosage et l’engraissage, selon la quantité et la nature du substrat, la taille des plantes, depuis combien de temps elles ont été plantées ou transplantées, la quantité de lumière, la chaleur et la ventilation dans la pièce, et d’autres facteurs tels que l’humidité et la pression de l’air.

 

Les systèmes hydroponiques


Les systèmes hydroponiques sont usuellement automatisés et ne nécessitent que le programme le plus simple pour être satisfaisants. Les systèmes actifs ont en gros besoin que la solution nutritive passe sur le substrat trois à quatre fois par jour. Cela peut être fait à la main si l’on est vraiment constant, mais un programmateur et une pompe supprimeront cette tâche. Les systèmes hydro passifs permettent aux racines des plantes d’atteindre le réservoir, éliminant complètement le besoin d’arroser.

 

Dans les deux types de systèmes hydro, les réservoirs devront être remplis à ras régulièrement, et la solution nutritive devra être changée au moins une fois toutes les deux à trois semaines. Ceci afin d’aider à l’élimination des fléaux de tout système hydro : les algues. Les algues peuvent boucher le substrat hydroponique comme ses tuyaux.


Les algues, comme les autres nuisibles tels que les mousses, les champignons et les bactéries, sont capables de bloquer les qualités aérobies du substrat et d’étouffer la plante par les racines. Ces problèmes doivent être corrigés dès qu’ils sont détectés. Le mieux étant de prendre les précautions nécessaires pour s’assurer qu’ils n’apparaissent pas.

 

Le mélange optimum


Les sols, particulièrement les sols organiques, sont les plus complexes au niveau de l’apprentissage de leur gestion. Voyez ceci comme un processus d’apprentissage continu, et ça ira.


La difficulté réside dans les nombreuses variables du problème. Selon le "mix" de votre sol, il peut être lourd ou léger. Les sols lourds sont constitués plus de mousses de sphaigne que de perlite et retiennent l’eau plus longtemps. Un sol plus léger contient généralement plus de perlite ou de vermiculite et relâche donc son humidité plus rapidement.
Apprendre à préparer le sol avec lequel vous travaillez est le premier pas du succès. Différentes marques proposent différents ingrédients (et une marque peut proposer plusieurs ingrédients à différents moments).


Si vous utilisez le mix de base que je recommande pour le sol, ou deux parts égales de sphaigne et de perlite représentent 70% du total, alors vous avez un mélange optimal. Ce mix semble être la combinaison parfaite pour un programme d’arrosage régulier.

 

Poids sec


Les plantes en croissance dans de petits contenants (pots de 5cm à 10cm, verres de 450 à 650g) peuvent avoir besoin d’être arrosées quotidiennement, d’autres peuvent être ok pour quelques jours. Des plantes en contenants plus larges (8 litres et plus) peuvent demander entre 3 et 6 jours entre chaque arrosage. Le truc est de voir quand la plante va dépérir, et de l’arroser le jour précédent. Il suffit de soulever le pot et de vérifier son poids.

 

La plante va aspirer le liquide du substrat jusqu’à ce qu’il soit sec et ensuite dépérir. Seule l’expérience peut révéler ce qu’est exactement le poids d’un pot sec. Si une plante est en train de dépérir à cause du manque d’eau, vérifiez le poids et rappelez-vous en, ce poids veut dire « c’est allé trop loin ». Nous voulons éviter ce dépérissement autant que possible, mais s’il est mineur il n’est pas du tout fatal pour la plante. J’ai vu des plantes en mauvaise posture revivre dans les vingt minutes qui ont suivi l’arrosage. Cependant, le dépérissement peut contribuer à un retard de croissance.

 

La nourriture par le bas


Après avoir préparé le sol et appris le bon moment d’arrosage grâce à la sécheresse ou au poids du contenant, il y a une autre astuce pour respecter le timing d’arrosage correct de vos plantes. J’appelle cette astuce la méthode d’alimentation par le bas. Pas vraiment parce que la méthode a été développée dans un parc à caravanes de racailles blanches ("Not merely because the method was perfected in a white-trash trailer park", jeu de mots douteux intraduisible, NdT), mais parce qu’il s’agit d’apporter les nutriments et la solution par le bas du pot, à l’extérieur. La solution est ensuite aspirée vers le haut par les racines à travers les trous en bas des pots.

 

Cette méthode requiert que les pots soient confinés dans un container étanche, comme un plateau de culture solide ou une piscine pour enfants. La solution nutritive est donc versée ou pompée directement dans le plateau, et arrose toutes les plantes en même temps. Il faut entre une heure à quelques heures aux plantes pour récupérer toute l’humidité dont elles ont besoin.

 

Des soucoupes individuelles peuvent être utilisées pour chaque pot mais c’est beaucoup plus fastidieux d’arroser alors. Il existe tout type de plateaux disponibles sur le marché aujourd’hui, grands, petits, de styles et solidité divers. Certains peuvent contenir une douzaine de petites plantes tandis que d’autres peuvent accueillir vingt ou trente large plantes.

 

Une pièce de croissance peut être étanchéifiée également. Tout d’abord, déposez une couche de 5 centimètres de panneaux isolants de polystyrène extrudé plus larges que le bassin en prévision. Ensuite, construisez un cadre en bois de la taille exacte du bassin désiré sur le polystyrène. Enfin un revêtement de piscine ou de bassin d’agrément est étendu sur la surface et par-dessus les bords du cadre de bois, après avoir été bien calé et ajusté à l’espace. Les pots peuvent être mis directement dans le bassin et arrosés tous en même temps.

Notez cependant que bien que cette méthode soit la plus simple pour arroser un grand nombre de plantes, il est à peu près impossible de juger exactement combien ces plantes vont consommer lors d’un arrosage. Ainsi, le jardin doit être vérifié quelques heures après l’arrosage pour voir si les plantes ont besoin de plus, ou si la solution en excès doit être retirée du bassin.

 

Le minimum, c’est le mieux


Le point principal de l’engraissage doit être la concentration et le mélange des engrais dans la solution. Je ne pourrai jamais insister suffisamment sur le fait que "le minimum, c’est le mieux" quand on parle de fertiliser les plantes. Si trop peu d’engrais est utilisé, le seul problème sera une récolte un peu plus faible. Trop d’engrais, cependant, peut très bien ruiner toute la culture.

 

Il est généralement recommandé d’utiliser moins d’engrais que les notices fournisseurs indiquent. La plupart des compagnies productrices d’engrais fournissent les quantités maximales possibles. J’utilise la moitié de ce qu’ils recommandent.

 

Ceci est particulièrement vrai si l’on mélange différents types d’engrais azotés. Si deux engrais azotés ou plus sont utilisés pendant le même arrosage, alors il faut des proportions encore plus faibles. C'est-à-dire, si deux engrais azotés sont mélangés ensemble pour un arrosage, alors un quart des proportions recommandées pour chacun suffit pour avoir une concentration finale de demi-puissance. L’azote est l’additif qui est communément utilisé en excès, mais la même logique doit s’appliquer au phosphore et au potassium.

 

Quand la concentration en engrais est suffisamment basse, alors les engrais peuvent être ajoutés à chaque arrosage (sauf, bien sur, les dernières semaines de rinçage à l’eau pure). Les plantes doivet avoir l’air de prospérer si elles sont nourries correctement. Les feuilles devraient s’étirer vers le haut et l’extérieur pour recevoir la lumière. Leur couleur doit être brillante et cohérente avec une croissance brillante et saine. De nouvelles pousses doivent être évidentes quotidiennement et les pousses plus anciennes doivent durer aussi longtemps que possible.

 

Des plantes non engraissées vont seulement être plus lentes, ou au pire, petites, mais des plantes surengraissées auront l’air brulées et tachées. Les feuilles peuvent friser, avec des couleurs peu naturelles depuis le jaune vif au marron poussiéreux. Les tiges peuvent s’étirer et devenir sombre, ou elles peuvent durcir et se solidifier, en s’étiolant. Bref, une plante surengraissée aura l’air malade et profondément dans le besoin. Si des signes de surengraissage apparaissent, il peut être nécessaire de diluer la concentration avec de l’eau pure. Pendant un ou deux arrosages, rincez les plantes avec de l’eau uniquement, et voyez si la situation s’améliore.

 

Il existe des additifs organiques pour le sol sur le marché qui éliminent le besoin d’ajouter quelque additif que ce soit à l’eau d’arrosage. La plupart de ces additifs d’engraissage sont constitués de produits pétrochimiques agressifs. Les meilleures substances organiques selon moi sont le guano de chauve-souris et d’oiseaux marins et les turricules pures de vers. Le guano fossilisé est sous forme de poudre et les turricules sont comme un fumier très riche. Les deux peuvent être ajoutés au sol pour augmenter sa quantité de nutriment.

 

La plupart des plantes indoor ne restent pas dans le même pot plus de deux mois. Donc lorsque le bon mélange est obtenu pour le substrat alors de l’eau seule suffira, ou de l’eau avec un supplément de vitamine B pour aider la plante à métaboliser les nutriments disponibles.

Les plantes cultivées selon cette méthode produisent certaines des saveurs les plus exceptionnelles et les meilleurs des goûts et des effets.



A.15. Régénérez votre jardin ! - 1999

 

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1535.htmlArticle Original
An important process to be learned by the serious pot horticulturist is the revitalization of a budded and mature plant back to its vegetative state. This technique is called the "re-green" method.
The usual reason to re-green is to continue the existence of a highly desirable plant. However, the wise pharmer will clone all potentially desirable plants while they are in the veggie stage. Although sometimes this doesn't happen or the clone attempt may fail, this isn't really why you should be using the re-green method.
The re-green technique is most useful in determining which of your desirable plants are the most photo-receptive. Photo-receptivity refers to the way in which a plant is destined to respond to a light schedule. Some strains are more photo-receptive than others, meaning that they will respond more readily to changes in light-cycle timing.
Less photo-receptive strains become "stuck" in their bud or flower cycle, while extremely non-photo-receptive plants will flower regardless of light cycle, even when constantly under light. Although useful for guerrilla outdoor gardening when you want the plants to mature early, these non-photo-receptive varieties are difficult, if not impossible, to re-green. It is the more photo-receptive strains that we want to focus on when attempting the re-green method.
If a plant is more photo-receptive and easily re-vegetates, then it will more than likely clone well and grow more vigorously than one that does not. So the re-green method is capable of helping to determine which of your potential breeding and cloning stock will be the most productive. This is very important information for anyone seriously interested in breeding plants.
One of the main tricks to the re-green method is to begin the process as early as possible. The catch here is that it will take a certain amount of time in order to determine the desirability of a given plant. By desirability I am referring to the overall quality of the finished product ? how good does it taste? Look? Smell? Feel? How good is the finished product? Once a plant has declared its overall finished product desirability, it is time to begin the process.
Generally speaking, most Indica varieties will almost fully express their desirability by the sixth week in the flowering cycle indoors (11 to 13 hours of light per 24 hours). However, many Sativas may take up to nine or more weeks in the flowering cycle indoors to fully express their individual desirability.
Doing the re-green
The only preparation for the re-green process is to be sure to leave a few of the lower branch and leaf nodes of the plant intact during harvesting. Once the plant has "proven itself worthy" of re-greening, it is removed from the bud room and harvested down to above the lower, intact branch and leaf nodes. That is, the plant is harvested, but the lower branches and nodes are left for the new growth to (hopefully) rejuvenate from.
Sometimes all that is left at the bottom of the plant are buds. This is fine; simply leave the lowest healthy looking set of buds and harvest all above that point. (Note that this early-harvested bud can provide an excellent and somewhat rare finished product that usually exhibits a more "head" or "psychedelic" experience, worthy of connoisseur appreciation!) The remaining stump with a few nodes attached will need to be moved to a separate space, consisting of fluorescent lights set for a vegetative cycle (18 or more hours of light per 24 hours). The remaining nodes, leaves, buds and/or branches need to be as close to the fluorescent bulb as possible without touching the bulb.
If the plant was in a smaller container (two gallon or less) and is showing signs of root bind, then transplanting to a larger pot may be in order. But if the plant's container is large enough and the plant does not appear to be suffering from, or near, root bind, then the same container may work fine. Either way, the next consideration involves increasing the plant's nitrogen uptake. As in the veggie cycle, a high nitrogen, low potassium and phosphorous fertilizer is required to inspire fresh growth. The re-greener plant is kept on a high nitrogen fertilizer all the way through this process.
If the candidate plant is going to rejuvenate, the new growth will sprout from within one of the leftover nodes, branches or buds. I have seen some plants declare rejuvenation within a couple of days, while others may take a month or more to show new growth. Others will never rejuvenate at all. Usually the dictates of space will determine how long one will want to attempt the process for each individual plant. As space demands increase, the less desirable and slower re-greener plants will need to be thinned out accordingly. Once the highly desirable candidate plant has declared its re-green ability by sending out fresh green growth, it is time for the next stage in the process.
This stage consists of nurturing the fresh growth and eventually pruning away the old growth. All attention is focused on the fresh growth making certain that this growth has the best access to the light. As the new shoots develop, the old and matured bud and leaf material are cleared and trimmed from around it. Extra care needs to be practiced as these new shoots may be very delicate and fragile. A "surgeon's hand" with a pair of precision scissors is most definitely an advantage at this stage. In time the new shoots will grow to dominate the remaining plant, stretching beyond the bud or leaf node that contains it.
More fingers
Generally speaking, the faster and more completely a plant expresses this process, the more photo-receptive it is. There is however, another criteria that helps to fully determine a given plant's photo-receptivity ? its ability to fully return to a vegetive stage.
Experienced pharmers know that as a plant matures through its flowering cycle the number of leaflets, or "fingers", per leaf decrease in number. A healthy vegetive plant may have seven, nine, eleven or more leaflets-per-leaf. (As a general rule of thumb, Sativa plants are capable of producing more leaflets-per-leaf than Indica. Some Sativa may have leaves with as many as 13 or more leaflets-per-leaf, whereas most Indica will never have more than five or seven.)
As the plant matures through the flowering cycle, the number of leaflets-per-leaf decreases from nine to seven to five to three and finally to one leaflet per leaf on the fully mature plant. During the successful re-green process this factor reverses itself, and the leaflet-per-leaf ratio increases as the new leaf sets present themselves, from one to three to five and so on.
In my opinion, the plant is not considered rejuvenated until at least five leaflets per leaf are apparent. The more leaflets-per-leaf that can be coaxed from the plant before cloning, the better. By the time the plant is back to showing at least five leaflets-per-leaf, the re-green shoots will probably be ready for cloning.
Cloning the shoots
Once the rejuvenated plant has produced adequate shoots that have successfully returned to a vegetive state, it is time to consider cloning of the shoots. At this point it is important that the shoot or shoots be developed enough to both produce a successful clone, and leave enough rejuvenated material on the re-greened "mother" to continue growth (and keep the mother alive). To satisfy both of these ends it is always best to wait until the re-green shoots are large and healthy enough. As with so many other aspects of this hobby, patience is indeed a virtue.
Once a shoot is satisfactory for cutting, any standard or desired cloning procedure will work. The "mother" plant, or any of its rooted clones, for that matter, may be maintained to act as a clone producer, or may be returned to the bud room to flower again. Generally speaking, most highly photo-receptive plants make excellent clone-producing mothers, due to their productive ability. As long as the proper conditions for the plants' health are maintained, the plants will yield their superior productivity.

 

Un procédé important qui doit être appris par l’horticulteur de cannabis sérieux est la revitalisation d’une plante mature et fleurie vers son état végétatif. Cette technique est appelée la méthode de "régénération".


La raison habituelle pour régénérer est pour continuer l’existence d’une plante hautement désirable. Cependant le cultivateur sage préfèrera cloner toutes les plantes potentiellement désirables lorsqu’elles sont au stade de croissance. Bien que parfois cela ne soit pas fait ou que les clones n’ont pas pris, ce n’est vraiment pas la raison pour laquelle vous devez utiliser la régénération.

 

La technique de régénération est principalement utile pour déterminer quelle plante parmi les plus désirables est la plus photo-réceptive. La photo-réceptivité réfère à la façon qu’aura une plante de répondre à un planning lumineux. Certaines variétés sont plus photo-réceptives que d’autres, c'est-à-dire qu’elles vont répondre plus rapidement aux changements dans le timing du cycle lumineux.

 

Les variétés les moins photo-réceptives seront "bloquées" dans leur cycle de floraison tandis que les plants non-réceptives vont fleurir peu importe le cycle lumineux, même sous une lumière constante. Bien que pratique pour la guérilla outdoor lorsque vous voulez que les plantes murissent tôt, ces variétés non photo-réceptives sont difficiles, voire impossible à régénérer. Ce sont les variétés les plus photo-réceptives sur lesquelles on va se concentrer lorsque l’on essaie la méthode de régénération.

 

Si une plante est plus photo-réceptive et qu’elle repasse en croissance facilement, alors il est plus que probable qu’elle est plus facile à bouturer et sera plus vigoureuse que les plantes qui ne le sont pas. Ainsi la régénération peut vous aider à déterminer quelles plantes dans votre stock de breeding et de bouturage seront les plus productives. C’est une information très importante pour quiconque intéressé sérieusement par le breeding.

 

Une des astuces principales de la régénération est de commencer le processus aussi tôt que possible. Le piège ici est qu’il faudra un certain temps afin de déterminer la désirabilité d’une plante donnée. Par désirabilité je veux parler de la qualité générale du produit fini – à quel point son gout est-il bon ? Qu’en est-il de son aspect ? De son odeur ? De son effet? Quelle est le niveau de qualité du produit fini ? Une fois que la plante a affirmé la désirabilité générale de son produit fini, il est temps de commencer le processus.

 

De manière générale, la plupart des variétés Indicas auront complètement exprimé cette désirabilité à la sixième semaine du cycle de floraison indoor (11 à 13 heures de lumière par 24h heures). Cependant, beaucoup de Sativas pourront nécessiter jusqu’à neuf semaines ou plus en cycle de floraison indoor pour exprimer complètement leur désirabilité individuelle.

 

Régénérer


La seule préparation pour le processus de régénération est de s’assurer de laisser à la plante quelques unes des branches les plus basses et quelques nœuds foliaires intacts lors de la récolte. Une fois que la plante « a fait ses preuves » et mérite d’être régénérée, elle est retirée de la pièce de floraison et récoltée en conservant intacts branches et nœuds les plus bas.

 

C'est-à-dire que la plante est récoltée mais que les branches et nœuds du bas sont conservés pour la nouvelle croissance afin (espérons-le) de servir de support à leur rajeunissement.

Parfois tout ce qui reste en bas de la plantes sont des buds.

 

Ca peut aller : simplement laissez les lots de buds en pleine forme du bas et récoltez tout au-dessus de ce point. (Notez que ces buds récoltés tôt peuvent fournir un produit fini excellent et rare qui fournit une expérience plus "cérébrale" ou psychédélique, digne de l’appréciation des connaisseurs !) Les souches restantes avec quelques nœuds devront être déplacées dans un espace à part, avec des lumières fluorescentes réglées en cycle végétatif (18 heures de lumière ou plus par 24 heures). Les nœuds, feuilles, buds et/ou branches restants doivent être aussi près des lumières que possible sans toutefois les toucher.


Si la plante était dans un petit pot (8 litres ou moins) et montre des signes d’étouffement racinaire, alors la transplanter dans un pot plus grand peut être intéressant. Mais si les pots sont suffisamment grands et que la plante n’a pas l’air de souffrir – du tout – d’étouffement racinaire, alors ce pot ira très bien. Dans les deux cas, l’étape suivante est d’augmenter l’apport en azote de la plante. Comme dans le cycle végétatif, un engrais fort en azote et faible en potassium et phosphore est nécessaire pour inspirer une nouvelle croissance. La plante régénérée est conservée sous ce régime fort en engrais azoté tout le long du processus.

 

Si la plante candidate est en passe de rajeunir, la nouvelle croissance va germer à partir des nœuds, branches ou buds conservés. J’ai vu des plantes déclarer leur régénération en quelques jours, alors que d’autres nécessiteront un mois ou plus pour montrer une croissance nouvelle. D’autres ne se régénèreront jamais. C’est habituellement la dictature de l’espace libre qui vous dira combien de temps vous pouvez consacrer à ce processus pour chaque plante. Plus la demande en espace augmente, plus il faudra affiner en conséquence en éliminant les moins désirables et les plus lentes régénératrices. Une fois que les plantes les plus désirables ont montré leur aptitude à la régénération en faisant de nouvelles pousses bien vertes, il est temps de passer à l’étape suivante.

 

Cette étape consiste à soigner les pousses fraiches et parfois à tailler les vieilles pousses. Toute l’attention est portée à ces pousses nouvelles afin qu’elles aient le meilleur accès à la lumière. Plus ces pousses se développent, plus il faut retirer les anciens buds et feuilles autour. Il faut procéder avec un soin extrême car ces nouvelles pousses peuvent être très délicates et fragiles. Une "main de chirurgien" et une paire de ciseaux de précision est sans discussion un avantage à cette étape. Alors les nouvelles pousses pousseront et domineront la plante, poussant au-delà du bud ou du nœud qui le contenait.

 

Plus de doigts


En général, plus ce processus est réalisé rapidement et complètement par la plante, plus elle est photo-réceptive. Il y a cependant un autre critère qui aide à déterminer complètement la photo-réceptivité d’une plante donnée; Son aptitude à retourner complètement à un stade végétatif.

 

Les fermiers expérimentés savent que lorsqu’une plante murit en floraison, le nombre de ses folioles ou "doigts" par feuille diminue. Une plante saine en croissance peut avoir sept, neuf, onze ou plus folioles par feuille. (Une règle simple, les Sativas sont capables de produire plus de folioles par feuille que les Indicas. Certaines Sativas peuvent avoir des feuilles avec 13 ou plus folioles par feuille, alors que les Indica n’en auront jamais plus de cinq ou sept).


Alors que la plante murit pendant le cycle de floraison, le nombre de folioles par feuille diminue de neuf à sept à cinq à trois et finalement à une foliole par feuille sur une plante complètement mature. Pendant le processus de régénération, ce facteur s’inverse, et le ratio de foliole par feuille augmente à mesure que les nouveaux groupes de feuilles se présentent, de un à trois à cinq etc.

 

Selon moi, la plante n’est pas considérée comme étant régénérée avant que cinq folioles par feuilles soient apparentes. Plus il y aura de folioles par feuille sur la plante avant de procéder à son clonage, mieux ce sera. Lorsque la plante aura de nouveau au moins cinq folioles par feuille, les pousses régénérées seront probablement prêtes à être clonées.

 

Cloner les pousses


Une fois que la plante régénérée a produit de bonnes pousses qui sont retournées à l’état végétatif avec succès, il est temps de considérer le bouturage des pousses. A ce point il est important que la pousse ou les pousses soient suffisamment développées pour à la fois produire un clone réussi et laisser assez de matériel régénéré sur la "mère" régénérée pour continuer à croitre (et garder la mère en vie). Pour satisfaire ces deux objectifs, il est toujours mieux d’attendre jusqu’à ce que les pousses régénérées soient suffisamment larges et saines. Comme dans tant d’aspects de cette passion, la patience est vraiment une vertu.

 

Une fois la pousse acceptable pour être coupée, n’importe quel standard ou procédure de bouturage fonctionnera. La plante "mère", ou n’importe lequel de ses clones enracinés, pour ce que ça peut faire, peut être conservée afin d’être un producteur de clones, ou peut être retournée à la salle de floraison afin de fleurir à nouveau.

 

En général, les plantes hautement photo-réceptives font des mères excellentes pour la production de clones, grâce à leur aptitude de productivité. Aussi longtemps que les conditions correctes pour la santé des plantes sont maintenues, les plantes vont livrer leur productivité supérieure.



A.16. Curez votre médicament – 1997

 

 

 

http://www.cannabisculture.com/articles/1261.htmlArticle Original
Proper curing can exponentially increase the quality and desirability of your harvest. The key word to remember is "slow".

Dark & Dry

After cutting the plant or branch, hang it upside down in a cool, dry, and most importantly dark place. Light must be avoided from this point on. Leave the larger shade leaves on and they will gently droop and wrap around the plant, protecting the buds.

The time to the next step depends on how dry your hanging area is. This requires regular checking to determine when to proceed. When the larger shade leaves become dry and brittle to the touch it is time to gently clip them off.

Re-hang the branches in the drying room and regularly check them until the smaller leaves and bud tips become dry and brittle to the touch. It is then time to remove the buds from the branch and remove the rest of the leaf material as best as possible. This is what is referred to as "manicuring".

Now you have a few choices as to what to do with your manicured buds. The buds should still be a little wet at this point, especially on the inside, but the outer part of the buds should be starting to feel dry. Some of the buds, the smaller ones in particular, might even be smokable at this point.

If you are in a more humid area, or if the buds are still feeling heavy with moisture, you may want to try placing them on a suspended screen for a little while. This will help to hasten the drying process. Once again, regular checking to decide when they are ready for the next stage is crucial. This is also a skill that is developed more with time and experience, so practice!

Brown Bagging It

Once the buds are crisp on the outside but still moist on the inside it is time for the next step in the process: the paper bag. I like to use brown paper shopping bags due to their not being bleached, an unwanted chemical.

Simply fill a paper bag a few inches deep with the manicured buds. Don't pack the buds down and do not fold the bag too tight. A few small folds at the top of the bag, like a lunch bag, should suffice.

If the buds are a tad wet or if humid conditions dominate, you might want to consider cutting a few small holes in the bag, above the level of the buds, for ventilation.

As with proper manicuring, regular checking is key. The bags should be gently shaken, ever-so-carefully turning the buds, at least once a day. As the buds dry they will naturally compact into the self-preserving state that we all know and love. It is at this time that the buds can be more compacted together and the bag folded down tighter. They should now be fully smokable, though perhaps still slightly damp at the core.

The entire process, from harvest to these first smokable products, should take anywhere from two to four weeks, depending on your climate. Extremes in climate, such as very arid deserts or tropical humid areas, may take more or less time. There is no substitute for consistent, hands-on checking.

The Final Stage

A final curing stage, preferred by most connoisseurs, involves sealable jars. The nearly ready buds are transferred from the bag to the jar, packed in very loosely, and the jar is sealed. It is very important in the early jar-stage to check the buds at least once a day.

I like to dump them all out of the jar and gently fluff them up at least once a day at first, then less often as time progresses, usually for a week to ten days. It is important to be as gentle as possible so as not to damage too many of the resin glands. After a week or so all I do is simply open the jar and check the buds on a daily basis.

Watch for Mold

The main thing to watch (and smell) for throughout all of the curing process is mold. Whenever mold is found it must be dealt with immediately. The moldy bud needs to be removed, and the rest of the product needs to be exposed to a drier environment for a while.

The simplest solution is to go back one step. For example, if the mold was detected in the jar stage simply put the rest of the product back to the bag stage for awhile (after removing the contaminated product from the batch). If the mold is detected in the bag stage, go back to the screen. The screen is the driest process that I know of. If problems with the mold occur prior to this, a dehumidifier in the drying room may be the answer. Aside from watching and smelling for mold, always remember to keep the product in the dark.

Ready to go!

A bud is completely dry, cured, and ready for sale or consumption when the stem in the middle of the bud snaps when the bud is cracked with the fingers. The snap is easy to detect with practice. It is at this stage that the product can safely be sealed and stored for an indefinite period of time.

The longer you can stretch out this process, while also avoiding mold, the better. I like when it takes six to eight weeks from harvest to the finished product. You will be able to detect the fragrance of the product becoming more and more desirable as time progresses.

 

Un curing adéquat peut augmenter exponentiellement la qualité et la désirabilité de votre récolte. Le mot clé à se rappeler est "doucement".

Sombre et sec


Après avoir coupé la plante ou la branche, suspendez-la tête en bas dans un espace frais, sec, et le plus important, sombre. La lumière doit être évitée à partir de ce moment. Laissez les feuilles les plus larges et elles vont doucement s’affaisser et s’enrouler autour de la plante, protégeant les buds.


Quand passer à l’étape suivante dépend de la siccité de votre espace de séchage. Cela requiert un contrôle régulier pour déterminer quand procéder. Quand les feuilles les plus larges deviennent sèches et cassantes au toucher il est temps de les détacher doucement.

Suspendez à nouveau les branches dans la pièce de séchage et contrôlez-les régulièrement jusqu’à ce que les extrémités des plus petites feuilles et des buds deviennent sèches et fragile au toucher. Il est alors temps de retirer les buds de la branche et de retirer le reste des feuilles aussi bien que possible. C’est ce que l’on appelle "manucurer".


Maintenant vous avez plusieurs choix concernant le destin de vos buds manucurés. Les têtes devraient encore être un peu humides à ce point, notamment à l’intérieur, mais l’extérieur devrait commencer à être sec. Certains des buds, les plus petits en particulier, peuvent même être fumables à ce point.

 

Si vous êtes dans une zone plus humide, ou si les buds ont l’air encore un peu lourd d’humidité, vous pouvez les placer sur un filet suspendu pour quelque temps. Cela aide à accélérer le séchage. Encore une fois, des contrôles réguliers pour décider quand ils sont prêts pour l’étape suivant sont cruciaux. C’est aussi une compétence qui se développe avec le temps et l’expérience, donc entrainez-vous !

 

Empaquetez-les


Une fois les buds sont craquants sur l’extérieur mais encore humide à l’intérieur, il est temps de passer à l’étape suivante : le sac en papier. Je préfère utiliser les sacs en papier marron de shopping car ils ne sont pas javellisés, un produit chimique qu’on veut éviter.

Simplement remplissez un sac en papier de quelques centimètres de buds manucurés. Ne tassez pas les buds et ne pliez pas le sac trop serré. Quelques petits plis au sommet du sac, comme un sac de lunch, devrait suffir.


Si les buds sont en tas ou si les conditions sont très humides, vous pouvez faire quelques trous dans le sac, au dessus du niveau des buds, pour l’aération.

 

Comme pour une manucure correcte, le contrôle régulier est la clé. Les sacs doivent être agités doucement, afin de tourner les buds extrêmement prudemment, au moins une fois par jour. Comme les buds sèchent, ils vont naturellement se compacter sous la forme auto-protectrice que nous connaissons et aimons tous. C’est alors que les buds peuvent être compactés plus fortement ensemble et le sac plié beaucoup plus serré. Ils devraient désormais être complètement fumables, bien que peut-être encore un peu humide au centre.

 

Le procédé complet, depuis la récolte jusqu’à ces premiers produits fumables, devrait prendre entre deux à quatre semaines, selon votre climat. Les climats extrêmes, comme les déserts très arides ou les zones tropicales humides, peuvent demander plus ou moins de temps. Il n’y a pas d'alternative à un contrôle personnel sérieux.

 

L’étape finale


Une étape finale de curing, choisie par la plupart des connaisseurs, implique des bocaux hermétiques. Les buds quasi-prêts sont transférés du sac au bocal, sans les tasser, et le bocal est scellé. Il est très important de vérifier les buds au moins une fois par jour dans les premiers temps de la mise en bocaux.

 

Je préfère les faire tous tomber du bocal et les ébouriffer doucement au moins une fois par jour au départ, puis moins souvent ensuite, habituellement pendant une semaine ou dix jours. Il est important d’être aussi doux que possible afin de ne pas endommager trop de glandes résineuses. Après environ une semaine, tout ce que je fais n’est qu’ouvrir le bocal et vérifier les buds quotidiennement.

 

Surveillez la moisissure


La chose principale à observer (et à sentir) tout au long du processus de curing est la moisissure. Dès que de la moisissure est détectée, il faut s’en occuper immédiatement. Les buds moisis doivent être retirés, et le reste de la production doit être mis dans un environnement plus sec pour un temps.

 

La solution la plus simple est de reculer d’une étape. Par exemple, si la moisissure a été détectée dans un bocal, remettez simplement le produit à l’étape du sac pour un temps (après avoir retiré le produit contaminé du lot). Si la moisissure est détectée à l’étape du sac, retournez au filet. Le filet est le procédé le plus sec que je connais. Si des problèmes de moisissure arrivent avant, un déshumidificateur dans la pièce de séchage peut être la réponse. A part observer et sentir, rappelez-vous toujours de conserver le produit dans l’obscurité.

 

C’est prêt !


Un bud est complètement sec, curé, et prêt à la vente ou à la consommation lorsque la tige qui est au milieu de la bud craque lorsque le bud est rompu avec les doigts. Le craquement est facile à détecter avec de la pratique. C’est à ce moment que le produit peut être scellé et conservé en toute sécurité pour une période indéfinie.

 

Plus vous étendrez ce processus dans le temps, en évitant la moisissure, mieux ce sera. J’aime lorsque cela dure six à huit semaines depuis la récolte jusqu’au produit fini.

 

Vous pourrez détecter les fragrances du produit devenir de plus en plus désirable au fil du temps.



Appendice B : Plan du livre de DJ Short « Cultivating Exceptional Cannabis: An Expert Breeder Shares His Secrets » - 2003

 

Les chapitres 2 à 13, 16 à 18 sont extraits du magazine Cannabis Culture.

 

 

 

http://books.google.ca/books?id=wNnu7v9KjCkC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=falsehttp://books.google....epage&q&f=false
Contents :
Introduction : the Humble Indoor
Section 1: Cultivating for quality
 

1. Safety First
2. Sprouting and planting tips x
3. Light Sources
4. Growing Medium and Nutrients x
5. Air Circulation ad Temperature x
6. Carbon Dioxide x
7. When to Water and Feed x (Feed your head stash )
8. Light Cycles (timing is everything)
9. When is Ripe
10. Re-Greening x (re-green your garden)
11. Cloning
12. Curing for quality x (cure your medicine)
Section 2 : The art of breeding
 
13. The art of selection
14. Producing exceptional Seeds
15. Genetic Inheritance: backcrossing & Stabilizing
16. Cannabis Types: Sativa, Indica & Ruderalis
17. The Heritage Strains
18. Developing a connoisseur Palate

 

Introduction: L’humble indoor
Section 1 : Cultiver la qualité
 
1. La sécurité d’abord
2. Astuces de germination et de rempotage
3. Sources de lumière
4. Substrats et nutriments
5. Circulation de l’air et température
6. Dioxyde de carbone
7. Quand arroser et nourrir
8. Cycles lumineux
9. La maturation
10. Régénération
11. Le bouturage
12. Curer pour la qualité
Section 2 : L’art du breeding
 
13. L’art de la sélection
14. Produire des graines exceptionnelles
15. Héritage génétique: Backcross et stabilisation
16. Types de Cannabis: Sativa, Indica & Ruderalis
17. Héritage des Variétés
18. Développer un palais de connaisseur



Sources :
Les origines de la Blueberry sur seedsman : http://www.seedsman.fr/origins-of-blueberry/Seedman - Les Origines de la Blueberry - seedsman_hempseeds_logo.jpg
Articles rédigés par DJ Short - vous retrouvez également les liens au début des spoilers dans le corps du guide:

http://forums.cannabisculture.com/forums/ubbthreads.php?ubb=showflat&Number=984853My Cataloguing System – Anglais – https://www.thcfarmer.com/community/threads/breeding-mon-système-de-classement-dj-short.18154/Traduction française par LeMarcel
http://www.marijuanatipster.com/DJ ShortChoix des parents – Anglais
http://www.cannaweed.com/topic/98020-lart-de-la-selection-et-du-breeding-dj-short/L'art de la sélection et du breeding
http://www.cannabisculture.com/articles/16.htmlGrow Organic – Anglais - 1999
http://www.cannabisculture.com/content/strains-yesteryearCANNABIS CULTURE - A retrospecive of the best marijuana varieties from the 70's and 80's - Anglais - 2005
http://www.cannabisculture.com/articles/2600.htmlHow to bring out the Sativa and breed the ultimate buds – Anglais - 2002
https://www.icmag.com/ic/showpost.php?p=700558&postcount=1Article IC mag sur les mutants – Anglais
https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=45659Tales from a Breeder of Fine Cannabis –Anglais - 1998
https://www.icmag.com/ic/showthread.php?p=743964#post743964Know your own stone – Anglais - 1999
https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=14487Harvest Your Herb - Anglais
https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=34943Let them breathe! – Anglais
Un stage de culture avec DJ Short ? http://www.mccdirectory.org/medical_cannabis_training.lasso?-token.classid=127C’est 130$ !
Le livre de DJ Short: Cultivating Exceptional Cannabis: An Expert Breeder Shares His Secrets - http://books.google.ca/books/about/Cultivating_Exceptional_Cannabis.html?id=wNnu7v9KjCkCLien Google Livre, https://www.icmag.com/ic/showthread.php?t=4825Lien vers la quasi totalité du livre mis en format forum sur ICmag – Anglais - 2004
Pour plonger dans l’univers de la Blueberry: http://www.icmag.com/ic/showpost.php?p=1583949&postcount=118Topic ICmag – article de FOE420 qui va très loin. Tout le thread se parcourt avec plaisir.
Remerciements :
http://www.cannaweed.com/user/652602-lemarcel/LeMarcel.
http://fcf.cannaweb.org/fcf/viewtopic.php?f=2&t=38760Quinoa@ FCF
Auteur: dawi
Correcteur:  Dad-
Mots-clés: DJ Short, guide, breeder, article, cultivating, excellent, cannabis, blueberry, flo, velvet, true, moonshine, sweet spot, germination, sélection, breeding, bio, organique, variété, herbe...

 


  • Like 2
  Report Guide
Sign in to follow this