Guides ›

Apprenez comment faire avec notre section de guides du cannabis

By azmaster,
Guide Excès et Carences nutritives
 
Bonjour à tous les weeders et weedeuses !
 
Voici le petit guide du diagnosticien pour les carences et excès en éléments nutritifs ainsi que les explications les plus courantes.
Si de quelque façon que ce soit vous avez des commentaires à donner ou des corrections à apporter, postez ou MP moi. Je tenterai de faire les modifications qui s'imposent.
Dans la mesure du possible, joignez le lien sur lequel il est possible de trouver la confirmation de ce que vous avancerez afin de compléter de façon la plus complète possible ce guide.
 
Sans plus attendre, voici le guide...
 
Contraintes dues à la chaleur:
 
Lorsque la température est trop importante et que l'humidité n'est pas suffisante pour pallier à ce problème de température, le bord des feuilles commence à brunir et peu également se recroqueviller si les effets sont importants.
Il est possible d'attribuer un léger brunissement à un excès d'éléments nutritifs car le symptôme st assez proche, néanmoins, si c'est un coup de chaleur les effets seront plus important sur les feuilles les plus proches de la source de chaleur principale, en générale la lampe...
 

Photo 1
 
 
Bûlures par excès d'éléments nutritifs:
 
Ici encore on a un brunissement des pointes et des bords de feuilles qui s'assèchent (photo 2). La cause la plus commune est une rupture des vaisseaux de sève à cause d'une trop forte concentration en ions qui augmente l'appel d'eau et donc, fait éclater les cellules...
Si le problème est très important, la feuille jaunie avec des points marrons en partant de la ponte vers le centre de la feuille (photo 3).
La solution en terre consiste à faire un rinçage du terreau sous la douche et en hydro de changer immédiatement la solution en la diluant
 
jusqu'à retrouver un EC cohérent avec la phase de vie de la plante (cf. guide hydro).
 

Photo 2
 

Photo 3
 
 
Fluctuations trop importantes de pH:
 
C'est plus un problème rencontré par les cultivateurs en hydro.
Les effets sont semblables à ceux de la sur-fertilisation ou de certaines carences mais les effets sont localisés. Sur une même plante on peut avoir deux stades différents du problèmes et pas forcément les mêmes symptômes (photo 4).
Un pH trop bas ou trop haut va bloquer la disponibilité de certains ions et donc de certains éléments nutritifs voir va permettre la solubilisation de sels toxiques.
On peut également le rencontrer en Terre lorsque le pH du sol n'est pas vérifier ou que le mélange de terre est fait sans vérification et/ou que l'eau utilisée n'a pas un pH adapté.


Photo 4
 
 
Les carences en éléments mobiles (N-P-K-Mg-Zn):
 
Azote (N)
Un manque d'azote se traduit par un retard à la croissance, un rachitisme des plantes et des rendement réduits.
Les feuilles les plus vieilles (celles du bas) vont avoir tendance à chloroser (jaunir) à cause de la destruction de la chlorophylle qui permet à la plante de donner l'azote aux plus jeunes feuilles encore en croissances.
Les bords des feuilles se courbent vers le bas et le jaunissement par de la pointe des feuilles vers la base et progresse sur toutes les folioles à peu près au même rythme (photo 5).
Tous les éléments de la feuille sont touchés (nervures ET limbe).
Parfois, ce jaunissement est accompagné d'une coloration violacée des pétioles et des nervures sur la face inférieur des feuilles.
 


Photo 5
 
 
Un excès d'azote va avoir pour effet une coloration vert foncé des feuilles, et s'il est trop important une brûlure du bord de ces dernières comme vu précédemment dans la première partie.
Pour résoudre une carence en azote, augmenter la dose d'engrais de croissance qui sont souvent riches en azote.
En fin de floraison, une chlorose est souvent tolérée afin d'améliorer le goût et la qualité de la récolte..
 
 
Phosphore (P)
La carence en phosphore se traduit par une plante rachitique, et une coloration violacée à rouge des tiges et feuilles les plus vieilles.
Les feuilles sont sécher et se recroqueviller vers le bas en prenant une teinte maron-noire.
La décoloration se fait en partant des pointes vers le pétiole (photo 6).
En floraison, les besoins en phosphore augmentent fortement et les carences sont donc plus visibles (photo 7)
 

Photo 6
 

Photo 7
 
Comme le phosphore est un élément mobile, une carence en P peut être lié également à une carence en N, K ou Mg.
Dans ce cas, une augmentation de l'engrais de croissance suffit.
Si la plante est en floraison, il est nécessaire n'avoir recours à un PK 13-14 plutôt que d'augmenter l'engrais de flo.
 
Potassium (K)
Une carence en potassium apparait en premier sur les feuilles anciennes.
Une chlorose du limbe est le symptôme le plus flagrant car contrairement à la carence en azote, les nervures restent vertes relativement longtemps après le début de la chlorose.
La chlorose dégénère avec une nécrose (mort) des tissus sur les bords des feuilles et qui peuvent s'étendre à toute la feuille si le problème n'est pas corrigé.
Un excès de sodium (Na) peut être responsable de la carence en potassium car les transporteurs qui font passer le K dans les racines fonctionnent par différence de concentration entre le Na dans les racines et le Na dans le sol (ou la solution nutritive).
Les sources de Na sont : le pH-Up (Na-OH), l'utilisation d'eau adoucie (les adoucisseurs remplaces les ions Ca2+ par des ions Na+).
Si le problème est un excès de Na, rincer simplement le substrat.
Un autre problème peut également être un excès de Ca car le calcium bloque les transporteur du potassium.
Une eau trop calcaire ou un sol trop calcaire peut donc limiter fortement l'absorption du potassium par la plante.
 

Photo 8
 

Photo 9
 
Magnésium (Mg)
La carence en magnésium se traduit par une chlorose autour des nervures, mais les nervures restent vertes. Plus la carence est importante et plus les chloroses dégénèrent en nécroses et donc des taches marrons et sèches apparaissent entre les nervures.
Contrairement à la carence en potassium, les nécroses apparaissent directement au cœur du limbe et pas nécessairement au bord des feuilles.
Le magnésium peut également être bloqué par une trop forte concentration en ions calcium, chlore ou ammonium (NH4+) dans l'eau ou dans le sol.
Ici encore, une eau du robinet trop calcaire et/ou trop chlorée est à mettre en cause. Pour éviter les effets du chlore, il est possible de mettre à reposer l'eau 24-48h à l'air libre dans une bassine afin de laisser le chlore dissout se dégage sous forme gazeuse.
 

Photo 10
 


Photo 11
 
 
Zinc (Zn)
La carence en Zinc se traduit par une chlorose entre les nervures ayant un aspect de bandes car toute la zone inter-veinal est touchée dès le début de la carence (contrairement à la carence en potassium et en magnésium ou la chlorose est progressive).
Les feuilles sont généralement plus petites et les inter-noeuds plus rapprochés.
Le pH trop élevé bloque l'assimilation du Zinc tout comme celle du Fer et du Manganèse.
Ces trois carences sont souvent reliées en cas de pH trop haut.
Dans certains cas, on a un effet dit "rosetting" car les inter-noeuds sont tellement rapprochés que l'apex ne grandit plus et ne fait que produire des feuilles de plus en plus petites au même niveau, comme une rosace.
 

Photo 12
 
 
Les carences en éléments immobiles (S-Ca-Fe):
 
Soufre (S)
Un jaunissement entier des feuilles (jeunes et anciennes) qui deviennent entièrement jaunes ou vert très pâle.
Le bout des feuilles peut également se courber vers le bas.
Une coloration violacée des tiges uniquement dans la partie touchée par la chlorose est également un bon indice de carence en soufre.
Une carence en souffre comme indiqué plus haut est presque toujours reliée à un pH du sol ou de la solution trop élevé et non pas à un défaut d'engrais.
 

Photo 13
 
Calcium (Ca)
Il est presque impossible d'avoir une carence en calcium étant donné qu'il y en a naturellement dans l'eau (à fortiori dans les zones calcaire et/ou argileuse) et dans les engrais. C'est plus couvent un excès de calcium qui pose problème car il engendre des carences en magnésium et potassium.
Afin de résoudre ce problème, il est nécessaire de prévoir un sol et une eau pas trop concentrée en Ca et donc pas trop calcaires.
Si l'eau utilisée est très fortement calcaire, utiliser de l'eau de pluie coupée avec l'eau du robinet.
Cela reste tout de même un problème assez peu courant.
 
 
Fer (Fe)
La carence en fer provoque une chlorose inter-veinale semblable à celle de la carence en magnésium mais elle touche les feuilles les plus jeunes au lieu des plus anciennes.
Un excès de sels solubles dans l'eau peut causer une précipitation du fer et donc empêcher les plantes de l'absorber.
Un pH trop élevé ou une trop forte concentration en Calcium est également responsable de beaucoup de carences en fer.
Ces effets peuvent être corrigés en rectifiant le pH et en apportant du fer sous forme chélatée à l'eau d'arrosage.
Une trop forte concentration en phosphore peut également limiter l'absorption du fer car il précipite avec ce dernier.
 

Photo 14
 
 
Les autres éléments immobiles sont souvent classés parmi les micro-nutriments (Mn, Cl, Bo, Cu, Na, Co, etc...) et ne sont pas souvent observés.
En cas de doute sur une éventuelle carence en micro-éléments et même en Fer, Souffre... le plus simple est des vérifier son pH et s'il est correct d'apporter un mélange de tous ces composés comme par exemple le Micro-Mix ou le Catalysator (contient en plus des micro-éléments des acides aminés et autres éléments essentiels aux plantes) de GP Biotechnology.
 
 
Et voilà, j'espère que ce petit guide permettra à certains de trouver des réponses à leurs questions et diminuera le nombre d'interventions dans la section "diagnostics" car bien souvent, une lecture rapide d'un guide comme celui-ci ou une recherche avec les mots clés liés au problème apporte la réponse recherchée...
 
 
Je suis ouvert aux commentaire et aux critiques !
 
 
A bientôt,
 
++ Leblond ++
 
PS: source :  Overgrow, mes cours de BV...
le wiki... Le forum ...
 
v/c : Dad-
0 comments Read more... ›
By Guest,
J'évoque le sujet de la bête noire dans la culture d'intérieur, l'araignée rouge autrement appelée Tetranychus Urticae.
 
Plus la chaleur est élevée dans votre espace de culture, plus elle favorisera le développement d'araignées.
 
Dans un premier temps augmentez le taux d'humidité et baissez la température ambiante du placard, cela ralentira la progression des araignées.
 
Les araignées rouges pompent la sève de votre plante, elles s'installent en dessous des feuilles (petits points noirs)
 
Quels sont les symptômes ?
 
- Petits points blanc-jaune sur le dessus des feuilles.
- Points noir en dessous des feuilles.
- recroquevillement de la pointe des feuilles.
- toile d’araignée sur la sommité des feuilles jusqu'à la tige.
 
Ces étapes sont dans l'ordre de la propagation des araignées.
 

 
Cycle de vie
 
L'araignée rouge à 5 stades dans son cycle de vie : Oeuf, larve, premier stade nymphal (protonymphe), second stade nymphal (deutonymphe), et adulte.
 
Durant la période du stade larvaire et du stade deutonymphal, une phase active et une phase passive peuvent être distinguées.
 
Les oeufs de l'araignée rouge peuvent être facilement remarqués sous la surface des feuilles. Ils sont ronds, d'un diamètre d'environ 14 mm, et sont transparents lorsqu'ils viennent d'être déposés. Plus tard, ils deviennent opaques foncés. Lorsque le temps est venu pour la larve de sortir de l'oeuf, ils prennent une couleur paille.
 

 
 
La larve sort de l'oeuf sans couleur, avec 2 yeux rouge foncé et elle a trois paires de pattes. Lorsqu'elle a mangé, sa couleur change pour devenir vert clair ou foncé, voire brunâtre. A ce stade, 2 points foncés apparaissent vers le milieu du corps. Dès qu'elle s'est suffisamment nourrie, la larve se pose sur une feuille, ses pattes repliées sous elle jusqu'à son développement en protonymphe.
 
La protonymphe a quatre paires de pattes, est légèrement plus grosse que la larve et sa couleur varie du vert pâle au vert foncé. Les 2 points noirs du milieu du corps ont grossi et pâli. Après une période où la protonymphe se nourrit, elle se repose et se développe en deutonymphe.
 

 
 
La deutonymphe est plus ou moins identique à la protonymphe en plus gros. A ce stade, la différence peut être faite entre mâles et femelles. Le mâle est de forme oblongue et légèrement plus petit que la femelle. La deutonymphe passe une période où elle se nourrit, puis se repose pour terminer son développement et parvenir au stade adulte.
 
La femelle adulte est de forme ovale arrondie à l'arrière. Sa couleur est très variable : orange, jaune, vert pâle à vert foncé, brun-rouge, voire même noire. Le mâle adulte est plus actif que la femelle. Il est un peu plus petit et sa forme à l'arrière est plus pointue. Sa coloration peut être jaune pâle, orange, jaune foncé ou brun-rouge. Les mâles et les femelles adultes arborent habituellement tous deux 2 gros points noirs pointus de différentes tailles et longueurs.
 
On remarquera que la coloration de ce parasite une fois adulte dépend souvent de la plante qu'il infeste. Par exemple, il sera plutôt jaune-vert sur un plant de concombres, et plutôt brun-rouge sur un plant de tomates.
 
Développement selon le facteur "chaleur"
 
A 15°C, le développement est le suivant :
 
14,5 jours oeuf
 
6,5 jours larve
 
5,5 jours protonymphe
 
6,5 jours deutonymphe soit 33 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 3,5 jours pré-oviposition soit 36,5 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
A 20°C, le développement est le suivant :
 
6,75 jours oeuf
 
2,75 jours larve
 
2,25 jours protonymphe
 
3 jours deutonymphe soit 14,75 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 1,75 jours pré-oviposition soit 16,5 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
A 30°C, le développement est le suivant :
 
2,75 jours oeuf
 
1,25 jours larve
 
1,25 jours protonymphe
 
1,5 jours deutonymphe soit 6,75 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 0,5 jours pré-oviposition soit 7,25 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
Une colonie d'araignées rouges se compose de 75% de femelles et 25% de mâles. Les mâles traînent aux alentours des femelles déjà durant le dernier stade du développement de celles-ci. Dès que la femelle a atteint son stade adulte, un mâle s'accouple avec elle. Un seul accouplement suffit pour fertiliser tous les oeufs et la femelle fertilisée déposera des oeufs jusqu'au terme de sa vie. Une femelle non fertilisée déposera quand même des oeufs, mais ceux-ci produiront uniquement des mâles, alors qu'une femelle fertilisée déposera des oeufs produisant aussi bien des femelles que des mâles.
 
Suivant la température, cela prend d'un demi-jour à trois jours et demi à la femelle devenue adulte pour qu'elle commence à déposer des oeufs. Le nombre d'oeufs qu'elle déposera par jour et le nombre de jours pendant lesquels elle produira des oeufs dépend de la température, du taux d'humidité, de la nourriture de la plante et du nombre d'expositions aux produits pesticides. Sous des conditions favorables, une femelle peut déposer plus de 100 oeufs au cours de sa vie.
 
Grâce à son développement rapide, à son haut taux de reproduction et à sa facilité d'accoutumance, l'araignée rouge développe rapidement des résistances aux accaricides.
 
Lorsque les circonstances environnementales ne lui sont pas favorables, une femelle adulte est capable d'entrer en diapause (sorte d'hibernation). Ces circonstances peuvent être un raccourcissement brutal de la durée journalière d'exposition à la lumière, baisse importante de la température ou disparition ou détérioration de la nourriture à disposition. Dans ces cas-là, une fois les femelles adultes, elles deviennent rouge-orangées en trois à cinq jours. Une fois qu'elles ont été fertilisées, elles hibernent à des endroits cachés ou protégés, pas forcément sur les plantes elles-mêmes. Elles ne mangent pas durant cette période et ne déposent pas d'oeufs. Dès que les circonstances s'améliorent, (par exemple avec l'arrivée du printemps), les femelles redeviennent actives et recommencent à déposer leurs oeufs.
 
 
Les remèdes (de grand mère ou non )
 
- Vaporisation de savon sur les feuilles.
Le savon a le pouvoir d’étouffer les araignées, elle mourrons sous peu de temps. (penser à rincer le savon)
 
- Huile de NEEM à utiliser en vaporisation
 
- Buzz Off de BioBizz
Diluer 1 à 2 ml par litre d'eau à vaporiser sur la plante.
 
- Acariens de + grande taille et autres araignées dévorant les araignées rouge.
 
- Augmenter l'humidité du placard :
- Serviette humide
- Eau en évaporation
- Brumisateur (en croissance seulement)
 
- La douche froide par HMI
Citation :
Si tu as une baignoire, recouvre la terre de ton pot avec quelque chose d’étanche, et ouvre l'eau froide ( le + froid possible ) et avec le pommeau de douche tu arrose partout délicatement toutes les feuilles et surtout en dessous mais avec de la pression quand même !   L’idéal c'est de combiner les 2 techniques ce qui à l'avantage de rincer le BUZZOFF qui seul n'est parfois pas assez efficace.  
Pour empêcher ce phénomène :
 
- Liquide Homéopathique d'Humacult (pour culture en terre, arrosage et vaporisation)
 
Pour lutter contre ce phénomène :
 
- B'Cuzz Bio-Défense
- Bio protect de GHE
- Phytoseiulus persimilis (en vente dans les growshop) ce sont des acariens, mais prédateur des Tetranychus, ils les mangent jusqu'à la dernière et une fois qu'il n'y a plus de proie, les prédateurs meurent à leur tour.
 
Il vaut mieux traiter la plante pendant qu'il en est encore temps en période de croissance, les produits et résidus d’araignées seront toxiques pour la consommation.
 

 
 

 

 
 

 
http://www.youtube.com/watch?v=ISzxNKR4078
 
http://www.youtube.com/watch?v=FFCF0EVg6mw
 
http://www.youtube.com/watch?v=GcQ-O0wUh_4
 
 
Par ShePaKoiFer le 03-09-2004
0 comments Read more... ›
By Indi-Punky,
Les CJC, une réponse aux conduites addictives des jeunes
 
Animées par des professionnels des addictions et de l’adolescence (médecins, psychologues, éducateurs) qui accueillent les jeunes de 12 à 25 ans et leurs familles, elles permettent d’évaluer leur(s) consommation(s) d’alcool, de tabac, de cannabis, la pratique de jeux vidéo ou l’utilisation des réseaux sociaux, etc.
 
Lieux d’écoute confidentiels et gratuits, les CJC favorisent le dialogue sur les conduites addictives au sein des familles, permettent de faire le point et proposent au besoin une aide, avant que la consommation ne devienne problématique. Il existe plus de 400 CJC en France.
 
En France, les niveaux de consommation de certaines substances psychoactives (alcool, tabac et cannabis) demeurent élevés chez les adolescents. Selon l’enquête OFDT/Escapad - 2011, les adolescents français de 17 ans sont :
42% à avoir expérimenté le cannabis 42% à avoir consommé du tabac au cours du mois passé 53% à avoir bu au moins 5 verres en une occasion (API) au cours du mois passé. Voir Tendances n°79, OFDT, février 2012.
Or, la précocité de l’expérimentation et de l’entrée dans la consommation accroît les risques de dépendance ultérieure et de dommages subséquents. L’amélioration du repérage des usages à risque et les interventions précoces constituent donc un enjeu majeur. Le dernier rapport Inserm sur les Conduites addictives chez les adolescents (Pôle Expertise Collective de l’Inserm - Février 2014) recommande donc de développer et renforcer le dispositif « Consultations Jeunes Consommateurs ».
 
Ce dernier propose à toutes les familles un service simple, accessible (offre gratuite et de proximité) et efficace pour prévenir les conduites addictives sur le long terme. Plus de 5,4 millions de personnes sont potentiellement concernées puisque la France compte 1,7 millions d’adolescents de 15 à 17 ans et 3,7 millions de parents d’adolescents dans cette tranche d’âge. Fort heureusement, peu d’adolescents ont un réel problème avec une consommation.
 
Pour en savoir plus
 
L'aide à distance
 
Drogues info service pour être orienté en fonction de ses besoins (0 800 23. 13 13, appel gratuit depuis un poste fixe, de 8h à 2h, 7 jours sur 7).
 
drogues-info-service.fr
 
alcool-info-service.fr
 
tabac-info-service.fr
 
0 comments Read more... ›
Plus de guides sur le cannabis ›

Topics

Sujets des derniers forums

Plus de discussions sur le cannabis ›

Images

Dernières images ajoutées