Bienvenue sur Cannaweed

Mise en garde
CannaWeed est un site d'information sur le cannabis (son histoire, ses applications thérapeutiques ou industrielles, ses produits dérivés, etc.), et sa culture pour un usage strictement privé. De plus, CannaWeed est un site Hollandais, sponsorisé par Sensi Seeds, destiné à un public averti et majeur, CannaWeed ne tient pas à faire de propagande ni de prosélytisme.


Avertissement légal
La possession, la consommation et la culture de cannabis sont réglementées dans de nombreux pays. L'administration du site ne pourra être tenu pour responsable de l'utilisation que vous ferez de la documentation disponible. Ainsi, renseignez-vous auprès des autorités légales pour vous assurer que vous respectez les lois en vigueur, nous ne souhaitons pas inciter des personnes qui seraient alors en délit.


Pré-requis

  • Être majeur : CannaWeed est exclusivement réservé à un public majeur.
  • L'autoproduction : CannaWeed est un site d'aide à la culture du cannabis pour un usage personnel.

Aucune discussion concernant le marché noir, ni requête de cannabis (graines et boutures y compris), n'est tolérée.

Guides ›

Apprenez comment faire avec notre section de guides du cannabis

Araignées rouges (2)
By Guest,
J'évoque le sujet de la bête noire dans la culture d'intérieur, l'araignée rouge autrement appelée Tetranychus Urticae.
 
Plus la chaleur est élevée dans votre espace de culture, plus elle favorisera le développement d'araignées.
 
Dans un premier temps augmentez le taux d'humidité et baissez la température ambiante du placard, cela ralentira la progression des araignées.
 
Les araignées rouges pompent la sève de votre plante, elles s'installent en dessous des feuilles (petits points noirs)
 
Quels sont les symptômes ?
 
- Petits points blanc-jaune sur le dessus des feuilles.
- Points noir en dessous des feuilles.
- recroquevillement de la pointe des feuilles.
- toile d’araignée sur la sommité des feuilles jusqu'à la tige.
 
Ces étapes sont dans l'ordre de la propagation des araignées.
 

Cycle de vie
 
L'araignée rouge à 5 stades dans son cycle de vie : Oeuf, larve, premier stade nymphal (protonymphe), second stade nymphal (deutonymphe), et adulte.
 
Durant la période du stade larvaire et du stade deutonymphal, une phase active et une phase passive peuvent être distinguées.
 
Les oeufs de l'araignée rouge peuvent être facilement remarqués sous la surface des feuilles. Ils sont ronds, d'un diamètre d'environ 14 mm, et sont transparents lorsqu'ils viennent d'être déposés. Plus tard, ils deviennent opaques foncés. Lorsque le temps est venu pour la larve de sortir de l'oeuf, ils prennent une couleur paille.
 

 
 
La larve sort de l'oeuf sans couleur, avec 2 yeux rouge foncé et elle a trois paires de pattes. Lorsqu'elle a mangé, sa couleur change pour devenir vert clair ou foncé, voire brunâtre. A ce stade, 2 points foncés apparaissent vers le milieu du corps. Dès qu'elle s'est suffisamment nourrie, la larve se pose sur une feuille, ses pattes repliées sous elle jusqu'à son développement en protonymphe.
 
La protonymphe a quatre paires de pattes, est légèrement plus grosse que la larve et sa couleur varie du vert pâle au vert foncé. Les 2 points noirs du milieu du corps ont grossi et pâli. Après une période où la protonymphe se nourrit, elle se repose et se développe en deutonymphe.
 

 
 
La deutonymphe est plus ou moins identique à la protonymphe en plus gros. A ce stade, la différence peut être faite entre mâles et femelles. Le mâle est de forme oblongue et légèrement plus petit que la femelle. La deutonymphe passe une période où elle se nourrit, puis se repose pour terminer son développement et parvenir au stade adulte.
 
La femelle adulte est de forme ovale arrondie à l'arrière. Sa couleur est très variable : orange, jaune, vert pâle à vert foncé, brun-rouge, voire même noire. Le mâle adulte est plus actif que la femelle. Il est un peu plus petit et sa forme à l'arrière est plus pointue. Sa coloration peut être jaune pâle, orange, jaune foncé ou brun-rouge. Les mâles et les femelles adultes arborent habituellement tous deux 2 gros points noirs pointus de différentes tailles et longueurs.
 
On remarquera que la coloration de ce parasite une fois adulte dépend souvent de la plante qu'il infeste. Par exemple, il sera plutôt jaune-vert sur un plant de concombres, et plutôt brun-rouge sur un plant de tomates.
 
Développement selon le facteur "chaleur"
 
A 15°C, le développement est le suivant :
 
14,5 jours oeuf
 
6,5 jours larve
 
5,5 jours protonymphe
 
6,5 jours deutonymphe soit 33 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 3,5 jours pré-oviposition soit 36,5 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
A 20°C, le développement est le suivant :
 
6,75 jours oeuf
 
2,75 jours larve
 
2,25 jours protonymphe
 
3 jours deutonymphe soit 14,75 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 1,75 jours pré-oviposition soit 16,5 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
A 30°C, le développement est le suivant :
 
2,75 jours oeuf
 
1,25 jours larve
 
1,25 jours protonymphe
 
1,5 jours deutonymphe soit 6,75 jours pour devenir adulte depuis la pose de l'Å“uf
 
+ 0,5 jours pré-oviposition soit 7,25 jours jusqu'au dépôt du premier Å“uf
 
Une colonie d'araignées rouges se compose de 75% de femelles et 25% de mâles. Les mâles traînent aux alentours des femelles déjà durant le dernier stade du développement de celles-ci. Dès que la femelle a atteint son stade adulte, un mâle s'accouple avec elle. Un seul accouplement suffit pour fertiliser tous les oeufs et la femelle fertilisée déposera des oeufs jusqu'au terme de sa vie. Une femelle non fertilisée déposera quand même des oeufs, mais ceux-ci produiront uniquement des mâles, alors qu'une femelle fertilisée déposera des oeufs produisant aussi bien des femelles que des mâles.
 
Suivant la température, cela prend d'un demi-jour à trois jours et demi à la femelle devenue adulte pour qu'elle commence à déposer des oeufs. Le nombre d'oeufs qu'elle déposera par jour et le nombre de jours pendant lesquels elle produira des oeufs dépend de la température, du taux d'humidité, de la nourriture de la plante et du nombre d'expositions aux produits pesticides. Sous des conditions favorables, une femelle peut déposer plus de 100 oeufs au cours de sa vie.
 
Grâce à son développement rapide, à son haut taux de reproduction et à sa facilité d'accoutumance, l'araignée rouge développe rapidement des résistances aux accaricides.
 
Lorsque les circonstances environnementales ne lui sont pas favorables, une femelle adulte est capable d'entrer en diapause (sorte d'hibernation). Ces circonstances peuvent être un raccourcissement brutal de la durée journalière d'exposition à la lumière, baisse importante de la température ou disparition ou détérioration de la nourriture à disposition. Dans ces cas-là, une fois les femelles adultes, elles deviennent rouge-orangées en trois à cinq jours. Une fois qu'elles ont été fertilisées, elles hibernent à des endroits cachés ou protégés, pas forcément sur les plantes elles-mêmes. Elles ne mangent pas durant cette période et ne déposent pas d'oeufs. Dès que les circonstances s'améliorent, (par exemple avec l'arrivée du printemps), les femelles redeviennent actives et recommencent à déposer leurs oeufs.
 
 
Les remèdes (de grand mère ou non )
 
- Vaporisation de savon sur les feuilles.
Le savon a le pouvoir d’étouffer les araignées, elle mourrons sous peu de temps. (penser à rincer le savon)
 
- Huile de NEEM à utiliser en vaporisation
 
- Buzz Off de BioBizz
Diluer 1 à 2 ml par litre d'eau à vaporiser sur la plante.
 
- Acariens de + grande taille et autres araignées dévorant les araignées rouge.
 
- Augmenter l'humidité du placard :
- Serviette humide
- Eau en évaporation
- Brumisateur (en croissance seulement)
 
- La douche froide par HMI
Citation :
Si tu as une baignoire, recouvre la terre de ton pot avec quelque chose d’étanche, et ouvre l'eau froide ( le + froid possible ) et avec le pommeau de douche tu arrose partout délicatement toutes les feuilles et surtout en dessous mais avec de la pression quand même !   L’idéal c'est de combiner les 2 techniques ce qui à l'avantage de rincer le BUZZOFF qui seul n'est parfois pas assez efficace.  
Pour empêcher ce phénomène :
 
- Liquide Homéopathique d'Humacult (pour culture en terre, arrosage et vaporisation)
 
Pour lutter contre ce phénomène :
 
- B'Cuzz Bio-Défense
- Bio protect de GHE
- Phytoseiulus persimilis (en vente dans les growshop) ce sont des acariens, mais prédateur des Tetranychus, ils les mangent jusqu'à la dernière et une fois qu'il n'y a plus de proie, les prédateurs meurent à leur tour.
 
Il vaut mieux traiter la plante pendant qu'il en est encore temps en période de croissance, les produits et résidus d’araignées seront toxiques pour la consommation.
 

 
 

 

 
 

 
 
 
 
 
 
 
addenduml 12-2019:
un petit deroulé de photos de qualité par @metaphase3
 








 
0 comments Read more... ›
By Apo & Boubou,
1 - Qu'est-ce que le "blumat" ?  
 
 
Le "Blumat" est un système d'irrigation automatique fonctionnant sans pompe à eau ni «  électricité. » (Sauf si engraissage via le système, pompe de brassage obligatoire.)
Bien qu'employé majoritairement par les cultivateurs durant leurs absences, il se révélera tout aussi efficace tout au long de l'année.  
 

 
2 - "Blumat", une même marque, deux systèmes.
 

Cet irrigateur est décliné en deux versions:
 
 
-La version simplifiée tout d'abord.

 


 
Je ne m'attarderai pas trop sur celui-ci; en effet, ce système arrosant en permanence le substrat, il n'est par conséquent pas trop conseillé pour notre plante favorite.
 
Son fonctionnement est simple : L'eau remonte par capillarité le long du tuyaux et humidifie la terre à travers la carotte par le pouvoir de succion naturel du terreau.

 


 
 
-La version "Tropf":

 

 


 
C'est la version qui nous intéresse !  
 
Par un fonctionnement plus complexe, il empêche tout risque de sûr/sous arrosage (à condition de bien le régler, (cf chapitre 4.)
 
Il existe quatre types de carottes.
 
1 : Tropf-Blumat bonzaï, idéal pour les plants mère.
2 : Tropf-Blumat « classique », idéal pout des pots allant jusqu’à 6-7L.
3 : Tropf-Blumat MAXI, idéal pour des pots supérieur à 6-7L
 
(cf images bas de page)
 
3-Le montage (IMPORTANT !! vous devez avoir préalablement préparé vos carottes (cf chapitre 4) 😞

 
Il faut savoir que le "blumat" peut être relié soit sur un réservoir placé en hauteur, soit sur un robinet directement en prenant soin d'utiliser un réducteur de pression, comme ici :

 

 
 


 
   Sachez que le système le plus fiable, reste le réservoir, à vos risques et péril donc.
 
 
Si vous optez pour le réservoir, et afin d'obtenir une pression suffisante, sachez que celui-ci doit être placé à une hauteur minimale de 50 cm au-dessus du niveau des pots pour  5 m de tuyau, 1m pour 10m, etc...
 
Ensuite, une fois l'emplacement de votre réservoir déterminé, vous devrez mettre en place le circuit de tubage.
 
Percez le réservoir avec un foret de diamètre 11 à l’aide d’une visseuse ou perceuse et mettez en place le raccord livré à cet effet :

 

 
 


 
 
Je vous conseille de faire un « anti bulle d’air » à l’aide d’un « T » et d’un bout de tuyau, il sera placé après le raccord du réservoir et devra être plus haut que celui-ci :

 


 
Raccordez-y et faites descendre une première longueur de tuyau (...)

 


 
 
(...) jusqu’au premier de vos pots et raccordez la première carotte.

 


 
Raccordez une autre longueur de tuyau jusqu'au deuxième pot et raccordez la deuxième carotte.
 

 

 
Etc, etc...
 
Le schéma de montage :

 


 
 
Pour terminer le circuit, surtout utilisez bien « T » de "fin de course" !

 
 
4 -Comment fonctionne le "blumat" comment préparer ces carottes et comment se règle-t-il ?
(Ça fait beaucoup de trucs, mais je vais essayer de faire simple ^^)  
 
 
 
Pour comprendre, avant toutes choses, vous devez savoir que la terre et la carotte en céramique ont tous deux un pouvoir absorbant naturel.
Mais, à présent, si vous le voulez bien, rentrons dans le vif du sujet !
 
 
 
Tout d'abord, voici à quoi ressemble la carotte :
(Comme vous le constatez, il y a sur cette version un petit tube en caoutchouc. C'est par celui-ci que le "goute à goute" se fera.)

 

 
Bien, dévissons la carotte ! :
 



 
Vous le voyez, la céramique est creuse.

 


 
Puis, observons l'intérieur de la "tête" à présent (Vous avez ici une membrane destinée à ouvrir ou fermer l'arrivée d'eau.):
 


 
La membrane en vue de coupe :
 


 
Bon, c'est bien joli tout ça, mais ça ne m'explique pas comment ça marche !!
 
Tranquille, j'y viens !  
 
 
Alors, en premier lieu, il vous faudra remplir les carottes d'eau puis les laisser tremper durant toute une nuit dans l'eau pour bien les imbiber.

 

 


 
Dans votre substrat bien arrosé au préalable (c'est très important !!) vous n'aurez plus qu'à planter la carotte jusqu'à la "tête", comme ici :
 

 
 
 Avant la mise en eau du système, veillez à fermer les robinets de toutes les carottes.
 
 
Un premier réglage s'impose...
 
Ouvrez le robinet situé sur la tête de votre premières carotte dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et faites couler l'eau :

 

 
Refermez le robinet tout doucement (dans le sens des aiguilles d’une montre cette fois^^) jusqu'à ce qu'une goutte d'eau reste en suspension aux tuyaux;
 
Comme ça :
 


 
 
Resserrez à nouveau de 0 à 3 repères supplémentaires le robinet :

 

 
 
Faites de même pour le restes des carottes, 1ère, 2ème, etc...
 
Vous y êtes !  
 
 
 
Hein ? Vous ne savez toujours pas comment ça fonctionne !?? Ah oui, pardon ! J'explique !
 
 
A présent, que va-t-il se passer ?
 
Eh bien, au fur et à mesure que la terre s'assèche, son pouvoir absorbant va "vider" l'intérieur de la carotte en "buvant" son eau.
Ce qui aura pour conséquence d'ouvrir la fameuse membrane de la tête.
 
L'eau peut alors s'écouler en "goutte à goutte" à travers le tuyau.
 
 
 
Au bout d'un certain temps, quand le terreau redeviendra humide, c'est l'opération inverse qui va se produire !
 
En d'autres termes, c'est la céramique qui va "pomper" l'humidité de la terre.
La carotte se remplit à nouveau et le clapet se referme empêchant ainsi l'eau de s'écouler !
 
Etc, etc !!!
 
C'est pas con non ??!!  
 
Pour le réglage de la vis de tête, tout dépend du substrat utilisé et du volume des pots :
 
A titre d’exemple, en coco je ferme uniquement d’un demi-cran, et en terre je fermais d’un cran et demi en pot de 11L
 
3 crans, si vous partez en vacances, vous voulez jouer l’économie et la survie des plantes 2 crans, vous souhaitez un arrosage régulier sans soucis d’économie d'eau etc 1 cran et moins, à réserver pour la coco.  
 Vérifiez régulièrement l'état de vos plantes et de votre substrat durant les quinze premiers jours et affinez au besoin  )
 
 
5- Et comment j'engraisse moi alors maintenant hein ?? :
 
En terre.
 
-Vous pouvez choisir la solution de la simplicité, avec un amendement organique. (cf topic organique)
- manuellement en engraissage liquide (minéral, organo-minéral, organique) mais là, on perd une partie de son utilité.
-en engraissant via le système, avec des engrais minéraux ,il faudra donc rajouté une petite pompe de brassage dans le bac.
 
Mais, comment je fais pour engraisser une fois sur deux, ou deux fois sur 3 ?
 
 
Eh bien, vous faite la préparation du bac avec eau+engrais, et tous les 7 jours, vous allez « vidanger » le bac (pas plus bas que le raccord réservoir) et vous allez mettre uniquement de l’eau et ce, pendant trois ou quatre jours, et ainsi de suite.
 
 
En 2ème option, vous pouvais engraisser en continue, à faible dose, mais je conseil la première.
 
 
En coco
 
-Vous pouvez choisir la solution de la simplicité, avec un amendement organique. (cf topic organique)
-En engraissant via le système, avec des engrais minéral ,il faudra donc rajouté une petite pompe de brassage dans le bac. (FTW)
 
 
Si engraissage manuel :
 
Vous l'avez compris : plus la terre est humide, moins le "goutte à goutte" fonctionne.
 
Donc, si vous arrosez à la main -et avec l'humidité que vous apportez à la terre par la même occasion- le système ne se déclenchera pas, et par conséquent, vous ne courrez aucuns risques de sur-arrosage 
 
 
 6-Choix du bac et de son support. 
 
Il vous faudra choisir votre réservoir en conséquence de votre espace de culture et du nombre de plantes.(De préférence opaques et avec un couvercle mais il faut quand même un peu d’air, sinon votre bac risquerai d’être sous pression !)
 
A titre d’information, je dispose d’une malle de rangement  de 60L, avec 8 plantes, je tiens environ 8 jours, suivant le stade de culture.
 
Il vous faudra un contenant relativement costaud, pour éviter tout risque d’inondation.
 
Le support, reste un choix à ne pas négliger non plus, il vous faudra une étagère, (ou meuble) qui supportera son poids.
 
Si vous utiliser une étagère, je vous conseille de la fixer à votre placard de cultures, si il est en dure.
 
Sinon, fixer là au mur, 2 trou c’est plus facile et rapide à boucher qu’une inondation, et tout ce qui peut en suivre. 
 
Dernières petites astuces :
 
Nettoyez vos carottes après chaque session avec une petite brosse à dent.
 
Faites en sorte que le réservoir n'arrive jamais à la fin ou vous auriez à recommencer tous les réglages !
 
Après chaque session, passer un coup d’eau chaude dans le circuit, ça va permettre de bien le nettoyer.
 
Vous pouvez laver votre système au vinaigre blanc entre chaque session (tuyaux, raccord, bac, carottes), surtout si de l’engrais passe dedans et si votre eau est calcaire.
 
Pour les utilisateurs d’air pots, et pots géotextile, ne pas mettre la carotte trop proche du bord, car ça a tendance à sécher bien plus vite sur les bords.
 
Si vous souhaiter un arrosage optimal et homogène, je vous conseille de rajouter des goutteurs, comme ceci :
 

 
 
-Le guide d'installation des goutteurs:


 
 
 
Photo illustrant la différence de taille entre la carotte classique et la maxi :
 

 
Modèle Bonsaï :
 

 
Avantages du système tropf blumat :
 
-Fini la corvée d' arrosage.
-Le ph et l'ec de la soupe reste stable
-Un arrosage bien géré
-Vous pouvez vous absentez pendant plusieurs jours.
...
 
Inconvénients:
 
-Déplacement des pots limité
...
 
Petites "perles" du DIY :
 
Tout d'abord, la rallonge a blumat:



 
Alors ici il s'agit d'un blumat tropf classique auquel le gars a coupé la tête pas de vis. Il a ensuite collé un tuyau avec la colle pvc dans le blumat et a l'autre extrémité il a refixé le pas de vis précédemment coupé.
 
 
Ici nous arrivons sur du grand arts d’ingéniosité, nous avons tous butés a un moment ou un autre sur comment utiliser mon blumat tropf prévu pour des pots de 6/7 l max dans un pot de 50/60l et plus?

Et bien lui il a la réponse !  
 



 
 
Le site officiel
Consulter le mode d'emploi original
Quelques vidéos pour compléter...
 
 
@plus la communauté
 
 
Par Apo & Boubou 2011
Publication originale de Nacsx
0 comments Read more... ›
By nacsx,
Bonjour 
 
 
Je vais donc essayer de détailler le plus possible étape par étape, les bases d'une première culture réussie.
 
SOMMAIRE :
 
1 - Matériel
2 - Première étape : LA GERMINATION
3 - MISE EN TERRE
4 - LA SORTIE ! (ça y est, vous avez une "plante" !)
5 - LA CROISSANCE C+2 :
  C+7 ! (une semaine déjà !!)
  C+10 (On rempote !)
6 - LA FLORAISON C+25 et Flo+0
  FLO+7:
  FLO+15:
  FLO+21:
  FLO+30:
  FLO+37:
  FLO+43:
  FLO+50:
  FLO+58:
  F+65: La récolte !
 
 
1 - Matériel
 
Tout d'abord, à titre de renseignement, je vais vous donner le matériel que j'utilise, mais il est bien évident qu'avec toute autre installation, les démarches resteront les mêmes !
 
1.La variété:
●"ICE" de chez "Female-Seed".
 

2.L'espace de Floraison:
 
.Le placard:
●"home-made" de 1m x 50cm x 1.30m (l x L x h)
 
●polystyrène expansé sur toutes les surfaces pour l'isolation thermique (je suis dans un garage, et l'hiver, il fait froid !)
 
●Réflecteur en pare-soleil de voiture partout.
 
.L'éclairage:
●MG "envirolite" 200 W, spectre "Rouge".
 
.L'air:
●Extracteur de salle de bain : 340m3/ h
 
●un ventilo Ø20cm
 
●intra passive
 
.Matériel annexe:
 

●thermo/hygro mécanique
 
●pots de 15 x 15 x 20
 
.La nutrition:
 
● à part le terreau, RIEN ! (suffisamment riche pour ça !)
En fin de flo : Booster "BIG-BUD" 3 semaines durant avant le rinçage, à raison d'une fois par semaine.
 
.Le substrat:
●"Royalty-Mix" Plagron (attention c'est un terreau très riche en nutriments!)
Il est conseiller de prendre un terreau Light en croissance et un terreau All (complet) pour la Floraison
 

3.L'espace Croissance:
 
.Le placard:
●"home-made" de 1m30 x 50cm x 1.30m (l x L x h)
●polystyrène expansé sur toutes les surfaces + pare-soleil
 
.L'éclairage:
●MG 125W spectre "bleu".
 
.L'air:
●extracteur type salle de bain de 340m3/h
●un ventilo Ø20cm
●intra passive
 
.Matériel annexe:
 
●pots de 15*15*20
 
.La nutrition:
.Les engrais et additifs:
●aucun
 
.Le substrat:
●"Light-mix" BioBizz
 

Passons maintenant dans le vif du sujet !
 
Sommaire
 
2 - Première étape : LA GERMINATION
 
Ce dont vous avez besoin :
.2 Sous-tasses
.2 cotons à démaquiller
.De l'eau
.Et des graines bien sûr !


Les graines en question :
 

 
 


Commencez par humidifier votre coton (HUMIDE, pas DÉTREMPÉ hein ?? !)
 
 


Placez votre coton au fond de votre soucoupe :
 
 


Posez les graines dessus :
 
 


Placez le deuxième coton humide par dessus :
 
 


Et refermer le tout sous l'autre soucoupe :
 
 

 
 


Placez le tout en haut d'un meuble (il fait toujours plus "chaud" en hauteur !) :
 
 


Voilà, vous avez fait la première partie !
Il n'y a plus qu'à attendre !
 
 
Rendez vous dans quelques heures pour la suite ! (48/72 heures...)
 
Sommaire
 
3 - MISE EN TERRE 
 
Voilà 72 heures environs se sont écoulées...Nos germes mesurent environs 2/3 cm.
 
Il est temps de les mettre en terre !


Ce dont vous avez besoin :
.De petits pots
.Un pulvérisateur
.Des billes d'argile (Facultatif)
.Des élastiques
.Du film plastique (De type sacs congélation découpés)
.Du terreau adapté
 

 
 


Voilà le type de pot qui convient parfaitement pour les premiers jours de notre plante:
 
 


Ceux-ci doivent être percés pour assurer le drainage:
 
 


Travaillez toujours PROPREMENT !
 
 
(Facultatif)
 
 


Il est important de bien aérer votre terreau afin de le rendre "léger" :
 


Humidifiez-le à l'aide du pulvérisateur:
 
 

 
 
(Facultatif)
 
 
Remplissez vos pots de terreau en plombant très légèrement:

 


Laissez un "col" de quelques centimètres:
 
 


A l'aide d'un pinceau (ou autre) faites un trou d'environ 1cm de profondeur:
 
 

 
 

 
 


Déposez délicatement votre graine dans ce trou:
 
 

 
 


Recouvrez de terre, et plombez légèrement:
 
 

 
 


Pulvérisez l'endroit où se trouve votre graine:
 
 


Puis placez un film plastique par dessus pour conserver l'humidité:
 
 

 
 


Remettez votre pot en haut de votre meuble...
Il n'y a plus qu'à attendre environs 48 heures que la graine sorte !
 
 


En attendant, vous pouvez commencer à préparer l'eau de vos futurs arrosages !
 
 
Pour cela, remplissez une bouteille d'eau du robinet, que vous laisserez REPOSER une douzaine d'heure pour faire "retomber" le chlore.

 
Étape facultative/Obsolète en Terre
 
 
Sommaire
 
4 - LA SORTIE ! (ça y est, vous avez une "plante" !)
 
Cela fait maintenant 48/72 heures que vous avez planté votre graine, et c'est donc tout excité que vous découvrez pour la première fois une PLANTE !
 
Nous appellerons ce jour : C+0 ! (pour croissance : 0 jour)
 
Voici la "bête" !

 
Avant tout, maintenant, il est temps de lui donner de la LUMIÈRE !
 
Pour cela, plusieurs solutions s'offrent à vous.
 
Les différents types de lumières :
 
(Je n'entrerai pas volontairement dans les détails "techniques", là n'est pas le but de ce JDC.)
 
Tout d'abord, vous avez la solution des néons.
 
C'est la moins chère de toutes niveau consommation électrique, assez efficace, mais la pousse est plutôt lente !


2 Néons de 18W me semble le minimum.
 
ATTENTION au spectre ! en croissance c'est : 6000 à 6500°.
Appelés aussi :"Coolwhite, Daylight, Bleu"...Tout ça c'est bon pour la croissance !
 
Hauteur entre les plantes et les néons : 5 à 10cm.
Prix : 20 Eur.
 
Après vous avez les "ECOS", les MG, les CFL, tout ça, c'est la même histoire !

 
Ici, 125W me parait le minimum.
Comme pour les néons, faites attention au spectre !
 
Hauteur entre les plantes et les CFL: 10cm.
Prix : 45/50Eur. pour une 125W.
 
Puis,enfin,vous avez les MH.
Les meilleurs ampoules qui soient pour la croissance !

 
250W me semble le minimum pour ce type d'éclairage.
 
Le spectre est parfait, et la pénétration lumineuse "remarquable" !
Plusieurs inconvénients tout de même. Tout d'abord, ça consomme plus (mais bon, la rentabilité est normalement au rendez-vous !),et surtout, ça chauffe !
Pour y palier bien souvent, vous serez obliger d'y ajouter un "cooltube" !


Une fois mis en place, ça donne ça !
 

 
 
Distance : Cooltubé : 25/30cm / non cooltubé :40/50cm
(ATTENTION : Les valeurs que je donne ici sont à titre indicatif, il est important de contrôler vous-même la température à la cime !)
Prix : Env. 25Eur. pour une 250W.
 
Comme je le disais, je n'entre pas dans les détails techniques, cependant, si vous voulez en savoir d'avantage, je vous invite à vous rendre ici
 
Ensuite, il faut leur offrir de l'air !
 
Pour cela, il vous faudra:
 
Un extracteur :


Et un ventilateur :
 

 
 
Et notre plante respire !
 
 
Un programmateur :

 
Programmez le en 18 heures "ON" et 6 heures "OFF" pour la lumière.
 
Et pour contrôler tout ce petit monde, à savoir notre "climat":
 
Un thermomètre, et un hygromètre :

 


En savoir plus sur le climat...
 
Bon allez, il est temps de mettre votre plante en place dans votre placard!!!

 

N'arrosez pas aujourd'hui ! Normalement la terre est encore humide...
 
Bien, on attend un peu, et vous allez voir...ça va pousser ! !!!
 
 
Sommaire
 
5 - LA CROISSANCE
 
C'est la période pendant laquelle notre plante va croître. En intérieur, il n'est pas très intéressant de développer de grands pieds, en effet, vu la faible pénétration lumineuse de nos lampes, seul le haut de la plante serait apte à fleurir correctement.
 
Mais nous n'en sommes pas là !
 
C+2 :
Aujourd'hui, nous allons vérifier l'état de notre terre.
Cela fait deux jours que notre pot est placé sous la lumière, et il y a de fortes chances que la surface de notre substrat se soit asséché !
Normalement, la terre devrait être encore humide à l'intérieur, c'est pourquoi, et afin d'éviter que l'évaporation ne continue, je vous invite à ré-humidifier la surface à l'aide de votre vaporisateur !
 
Regardons cela :
 
Voyez, la terre est sèche en surface.


Nous allons arranger cela...Pulvérisez comme ça :
 

 
 
ATTENTION, essayez de ne pas arroser la plantule, cela pourrait provoquer des brulures
 
Voilà, notre terre est à nouveau humide en surface.


Il n'y a plus qu'à remettre votre plante en place.
Veuillez aussi à entreposer votre réserve d'eau et votre vapo à l'intérieur du placo, de cette manière, l'eau sera exactement à la même température que vos pots !
 

 
 
 
 
Sommaire
C+7 ! (une semaine déjà !!)
 
Voila donc une semaine que notre plante est sortie de terre, et il serait temps de lui donner son premier arrosage !
Personnellement, j'ai dû renouveler la ré humidification que nous avons vu juste au dessus 3/4 fois durant ces 7 jours passés.
Mais maintenant, il va falloir réellement arroser la motte.
Vous constaterez d'ailleurs que votre pot est bien léger à présent !
 
Voila donc à quoi ressemble notre petite :

 
Comme vous le voyez, la terre est sèche.
Dans un premier temps, je vous propose de "masser" légèrement votre pot afin de "casser" un peu la terre, et ainsi, aider à la pénétration de l'eau (sans quoi l'eau n'arriverait pas à rentrer et resterait en surface ou s'écoulerait directement au fond sans profiter au substrat).
 
Comme ça :


Ensuite, pulvérisez la surface (ça aide aussi pour l'arrosage qui suit)
 

 
 
Préparez votre eau dans un gobelet (bien plus précis et pratique que d'utiliser la bouteille directement !)
 
Ici, j'ai versé 40ML environ:


Versez doucement en tournant autour du "tronc" et en marquant quelques pauses (allez y progressivement):
 


Normalement, un peu d'eau devrait s'écouler en dessous, ce qui signifie que notre terreau est bien ré-hydraté.
 
 

 
 


Voila, le pot à reprit son poids initial, la plante à de nouveau de quoi boire, et vous pouvez replacer tout ça à sa place.
 
 


Entretenez l'humidité en surface au cour des jours suivants, comme nous l'avons vu plus haut (3/4 fois dans la semaine devrait suffire).
 
 
 
 
 
 
Sommaire

C+10 (On rempote !)
 
Bien, alors là, notre plante va commencer à se sentir à l'étroit dans son petit pot !
Nous allons donc "rempoter".
 
Dans un premier temps, arrosez votre plante et laissez une heure se passer, histoire que toute la motte soit humide.
C'est plus facile pour le "démoulage" qui va suivre :


Elle va passer de ce pot à ce pot:
 


Déposez les billes d'argile et le terreau :
 
 

 
 


Creusez un trou de la taille de votre motte :
 
 


Prenez votre plante comme ceci et retournez le pot:
 
 

 
 


Pressez le pot, et démoulez !
 
 

 
 


Les racines ont bien colonisé le substrat:
 
 


Retirez doucement les billes:
 
 

 
 


Placez la motte et répartissez la terre (il faut éviter de laisser des poches d'air dans le terreau):
 
 

 
 


Vous pouvez aussi compléter en disposant du terreau sur le dessus:
 
 


Arrosez et "plombez" légèrement :
 
 

 
 


C'est prêt !
 
 

 
 

 
 
 
 
Sommaire
6 - LA FLORAISON C+25 et Flo+0
 
Un petit récap' en photo de sa croissance :


C'est un grand moment : On passe en FLO !
 
Mais regardons avant où en est notre plante :


Elle a bien grandie la "petite" en 15 jours de temps !
 
Il est temps de la rempoter avant le passage en FLO, histoire de lui apporter un terreau "tout neuf" et ainsi lui permette de passer le "stretch" sans carences (notamment en azote dont elle sera très friande durant cette période.)
 
La motte au déterrage :


Comme vous le voyez, les racines ont bien colonisé à nouveau le substrat, ce n'est donc pas du luxe !
 
La technique du rempotage est la même que précédemment (je ne reviendrai donc pas dessus.)
 
Cependant, voici un petit récap' des différents pots utilisés jusqu'à présent:


Nous allons nous occuper des "gourmands".
 
Qu'est ce que les "gourmands" ?
 
Ceux sont toutes les petites branches du bas qui ne perçoivent pas suffisamment la lumière et qui "pompent" de l'énergie à la plante pour rien !
 
Comme ici:


On les coupe sans pitié ! (en laissant les grosses feuilles bien sûr
 
Comme ça:


On arrose et on plombe légèrement le terreau:
 

 
 
Vous pouvez la laisser en croissance pour encore 4/5 jours histoire qu'elle se remette de son rempotage.
 
C+30 env., on la passe en flo !
 
Pour cela, il vous faut changer l'ampoule, car, en FLO, la plante (et surtout ses fleurs) a besoin d'un autre spectre lumineux.
 
Voici les ampoules les mieux adaptées :
 
Les MG spectre : 2700K


Ici,200W me parait le minimum.
 
Et la REINE des ampoules FLO !
 
La HPS:


(250W sera le minimum.)
 
Le changement de l'ampoule ne suffit pas, il lui faut aussi une photo-période plus courte qu'en croissance.
 
Pour cela, changez votre programmateur et programmez le sur 12 heures de jour et 12 heures de nuit.
 
Cela aura pour effet de simuler l'automne et donc de forcer la plante à fleurir en changeant sa balance hormonale.
 
Voici notre "bébé" dans son placard et à FLO+0 !


Et pour vous rendre compte de ce que sera le stretch, voici une photo à FLO+0 :

 
 
 
Sommaire
FLO+7:
 
Une semaine que notre plante est en flo, et le "stretch" à bien débuté...
 
La photo de comparaison:

 
Et puis, ENFIN, c'est l'apparition des premiers pistils !

 
ATTENTION : Pour les besoins du "guide", j'ai volontairement pris une femelle, mais si vous partez de graines "regular", il faut faire la distinction entre les mâles et les femelles...
 
 
 
 
Sommaire
FLO+15:
 
A part l'arrosage, il ne reste plus pour le moment, qu'à la regarder grandir et fleurir !
 
La photo de comparaison bien sûr :


C'est qu'elle file la "petite" maintenant !
 

 
 
Après les premiers pistils, vous pouvez maintenant admirer vos premiers "buds" se former, comme ici:

 


A présent, le "stretch" devrait se calmer, mais tout dépend de la variété bien sûr : Certaines sativas par exemple, peuvent subir leur "stretch" tout au long de leur flo !
 
 
 
 
Sommaire
FLO+21:
 
Une semaine vient encore de s'écouler, et ça commence à "budder" sérieux !
Une dernière "poussé" de "stretch" pour cette troisième semaine de floraison est encore visible:


Voici la plante dans son ensemble:
 

 
 
Un petit coup d'œil sur le "bud" principal :

 
Et sur les "buds" secondaires:

 
A ce stade, je conseil de commencer les apports en "booster" de FLO.
Personnellement, j'utilise le "BIG-BUD", mais vous pouvez utiliser bien sûr n'importe quel équivalent de votre choix (ex le "PK 13-14"...)
 
Le BIG-BUD:


Je préconise à ce niveau de Flo de diviser par deux la dose prescrite, pour l'augmenter progressivement au cour des arrosages avenir.
 
ATTENTION !
Ceux sont des produits relativement "costaux".
Il ne sert à rien de vouloir en abuser ! Au contraire, un apport trop important en PK risque de provoquer l'effet inverse recherché (jusqu'au "blocage" de la flo)
Faites donc cet apport à raison d'un arrosage sur 2 voir sur 3.
 
Continuez à bien observer vos "buds" afin d'éliminer d'éventuels "hermas". Soyez donc vigilant (il n'est pas toujours facile de détecter les hypothétiques fleurs mâles!)
 
Exemple d'"herma" :


POUR ALLER PLUS LOIN...
 
Si vous avez un doute, prenez une photo et soumettez-la à la communauté EN POSTANT ICI !
 
 
 
 
Sommaire
FLO+30:
 
On arrive à la moitié environ de notre flo !!!
 
Voici la plante:


Comme vous le voyez, le "stretch" est terminé:
 

 
 
Mais faisons nous plaisir, et observons nos buds !

 

 
 


Là, on peut commencer à observer sérieusement la résine s'installer.
Cette résine est en fait constituée de glandes appelées les "TRICHOMES".
Voici ceux de notre plante à ce stade:
 
 

 
 
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES TRICHOMES...
 
Allez, encore un bon mois, et vous serez bientôt récompensés !
 
Pour le moment, on ne change rien et on observe la bave aux lèvres ! !!
 

Pense-bête du jour ! (F+30) :
 
Température : Env 20/24 (ni en dessous de 15 ni ou dessus de 28 !)
Hydro : 40/50% serait parfait
Ventilation : 15min. "on", 15 min. "off"
Extraction : 24/24.
Photo-période :12H de jour, et 12H de nuit STRICT et TOTALE
 
Soins :
.Observation d'apparition d'éventuels fleurs mâles
.Arrosage : On continue l'apport d'un "booster de flo" type "BIG BUD" (moitié de dose recommandée par le fabriquant) à raison d'un arrosage sur 2/3
Puis, on continue aussi à +/- 60Cl d'eau (PH6.5) tout les 3/4 jours
 
 
 
Sommaire
FLO+37:
 
Le temps passe et nos buds enflent à vue d'œil !
Ca commence à sentir bien bon dans le placard non ??
 
Jetons un regard à notre plante:


Elle ne grandit plus mais ça "trichome" sec dans le coin !
 

 
 
Notre bud principal:

 
Et les secondaires :

 
On continue l'arrosage tel qu'il est, et au troisième apport du "booster" de flo, on peut passer à 75% de la dose recommandée par le fabricant.
 
Il nous reste trois semaines environs et normalement, les feuilles doivent être encore bien vertes.
Il est possible que notre sénescence débute d'ici une dizaine de jours.
Nous y reviendrons au moment voulu bien sûr.
 
Bon ben,il n'y a plus qu'à attendre encore un peu !
Courage, c'est la dernière ligne droite
 
 
 
Sommaire

FLO+43:
 
Une semaine encore de passée et ça gonfle dans le coin...
 
Notre rythme d'arrosage reste inchangé mais nous pouvons augmenter la dose de booster de flo à 100% de la dose recommandé.
 
Notre plante dans son ensemble :


Comme vous le voyez, les "têtes" se rejoignent pour former un bon gros "bud" !
C'est maintenant que l'effet "pop-corn" va être le plus "impressionnant"
 
Ces deux dernières semaines restantes vont être marquées par de gros changements sur les fleurs.
 
Les pistils s’oxydent, les calices gonflent à vue d’œil, et les trichomes passent de "transparents" à "laiteux", puis deviendrons "ambrés".
 
Toujours pas de sénescence en vue, mais ça ne serait tarder.
 
 
 
Sommaire

FLO+50:
 
Nous y sommes : C'est le début de la sénescence :


Qu'est ce que la sénescence ?
 
Et bien, c'est le "début de la fin"
 
A cet âge, la plante n'assimile plus aussi bien les éléments nutritifs par ses racines.
 
Elle va donc aller "pomper" ce dont elle a besoin dans les feuilles les plus basses, puis, sur l'ensemble du système foliaire.
 
Cela se traduit par un jaunissement progressif de ces feuilles.
 
Il est intéressent d'avoir une belle sénescence; en effet, ça permet d'obtenir un taux de chlorophylle à la baisse et donc d'avoir une beuh plus gouteuse et beaucoup moins âcre.
 
POUR ALLER PLUS LOIN SUR LA SENESCENCE
 
Là, il vous faut commencer à observer les trichomes avec attention.
 
A F+50, les miens sont passés majoritairement à "laiteux":


Chacun aime sa beuh comme il l'entend.
 
Perso, je l'aime avec 10 à 20% de trichomes "ambrés".
 
Donc, je compte environs une semaine après le passage à laiteux pour entamer le rinçage.
 
Et pour se faire plaisir, quelques photos de la plante:
 
Sur pied:


Un petit bud du bas:
 

 
 
Et le bud principal (bien cristallisé Hummmm!!):

 
Allez, dans une semaine, on rince
 
 
 
 
Sommaire
 
 
 
FLO+58:
 
Nous y sommes : On commence le rinçage !
 
Voyons tout d'abord à quoi ressemble notre plante à ce jour:


Elle a bien gonflée la coquine
 
Un oeil sur le bud principal:

 


Et sur le plus "petit" en bas :
 
 

 
 
Comme je vous le disais la semaine dernière, les premiers trichomes passent à l'ambré:

 
Et nous avons une belle sénescence :

 
Nous allons donc commencer le rinçage.
 
A quoi sert le rinçage ?
Cela permet de "vidanger" le substrat de ses engrais, et donc, d'éviter d'avoir à fumer une beuh au gout "big-bud-bio-bizz-machin-chose" !
 
Combien de temps ?
 
Une dizaine de jours en général, mais tout dépend de votre utilisation des engrais.
 
Pour ma part, comme je n'utilise qu'un terreau déjà fertilisé et juste un booster de flo, il ne me reste pas grand chose à rincer et par conséquent, je ne le ferai qu'une semaine.
 
Il vous faut attendre le jour d'arrosage.
 
A la différence d'une irrigation "standard", il vous faut augmenter le volume d'eau afin de faire "pisser" le pot.
Donc au lieu des 60cl habituels, je vais leur donner 1L.
 
Voyons cela en images:
 
Ce qu'il vous faut :


Commencez par arrosez votre plante comme d'habitude :
 

 
 
Le terreau une fois humide, marquez une pause
 
Reprenez alors l'arrosage d'un bon tiers de plus qu'à l'accoutumée:

 
Laissez couler l'eau en surplus dans une coupelle:

 

 
 
Voila, vous n'aurez plus qu'à recommencer l'opération à chaque arrosages futurs et ce, durant la semaine à venir.
 
Pour aller plus loin sur le rinçage.
La récolte arrive à grands pas
 
 
 
Sommaire
F+65: La récolte !
 
C'est le grand jour !!!
 
Aujourd'hui, on récolte
 
Nous sommes à F+65 et un bon 10% de trichomes ambrés
 
Voyons la plante dans son ensemble:

 
Son apex:

 
Voici l'outil indispensable à une bonne récolte; une paire de ciseau à ongle (manucure) :

 
Commencez par couper toutes les plus grandes feuilles, comme ça :

 
Voila le résultat:

 
Recommencez avec les feuilles secondaires (celles des branches):

 
Vous pouvez jeter toutes ces feuilles sans résine. Elle ne servent à rien !

 
Il ne reste plus que les petites feuilles.
Coupez leurs pointes (uniquement, on s'occupera de leurs bases après)

 
Vous pouvez vous en débarrasser aussi (s'il n'y a pas de trichomes dessus bien sûr )
 
Maintenant, coupez le pied :

 
C'est là que la manucure devient fine et délicate...ça va coller du ciseaux !!
 
Coupez la base de toutes les petites feuilles à cet endroit :

 
GARDEZ bien toutes ces petites feuilles ! Elles sont pleine de résine

 
Découpez les branches et refaites la même manip' sur celles-ci :


Découpez vos "têtes" et placez les sur une grille dans un endroit sombre (dans le noir c'est encore mieux) ni trop humide ni trop sec, et tournez-les tout les jours (comme des saucisses sur un grill )
 

 
 

 
 

Une bonne semaine après, elles seront sèches et vous pourrez passer au "curing" .
 
Perso je n'utilise pas la méthode dite "traditionnelle" qui consiste à faire sécher la plante la tête en bas.
 
Pourquoi ?
 
Il est normalement admis de dire que cela permet d'avoir un séchage plus long et donc une beuh meilleure.
 
Pour avoir testé les deux méthodes, avec un séchage plus lent, il est vrai que la beuh est meilleure à fumer tout de suite après séchage.
 
Mais, si l'on observe bien le temps de curing (et s'il est fait convenablement), je n'ai jamais constaté de différence de goût entre une beuh séchée comme je le fais, et la façon dite "traditionnelle"...
 
Après c'est à vous de faire vos propres expériences
 
Jetez un oeil ici.
 
Après le curing, vous pourrez enfin vous régaler d'une bonne beuh "maison"
 
Pour fumer :
 
Et puis quoi encore ! Vous ne vous attendez tout de même pas à ce que je vous explique comment on fait non ??
 

C'en est terminé de ce "guide"... Amusez-vous bien et surtout n'oubliez pas :
 
Dites merde aux dealers !!!
 
ATTENTION : Chaque placard à ses propres caractéristiques, aussi, vous devez adapter ces conseils à vos conditions !
 

Il est certain que d'autres utilisent des "techniques" différentes, mais celle-ci fonctionne plutôt bien
 
 
 
v/c Dad-
 
 
Sommaire
 
 
0 comments Read more... ›
Plus de guides sur le cannabis ›

Topics

Sujets des derniers forums

Plus de discussions sur le cannabis ›

Images

Dernières images ajoutées

By Shambhala,
By Shambhala,
By Shambhala,
By Shambhala,
By Shambhala,