Les types de sols et de terres

Sign in to follow this  
By azmaster ,
Les types de sols et de terres

Les différents types de sol

Bien connaître sa terre, permet de mieux adapter ou de l'amender pour réussir ses plantations. Souvent un simple coup d’œil suffit.

 

Les constituants physiques du sol

L'humus est un élément organique, il provient de la décomposition des végétaux produits par les bactéries contenues naturellement dans le sol.

 

L'argile est un élément de liaison entre les constituants. Il retient l'eau ainsi que l'engrais.

 

Le calcaire est du carbonate de chaux qui pour résultat de neutraliser l'acidité.

 

Le sable est composé d'éléments de roche plus ou moins gros. Ces éléments ne s'agglomèrent pas ensemble.

 

Les différents types de sol

La terre calcaire

Le coquelicot et la moutarde sont présents en abondance sur la terre calcaire.

 

Elle est de couleur claire et très souvent caillouteuse. Ce sont des terres compactes dures à travailler.

 

L'amélioration de cette terre passe par l'ajout de sable, de fumier et/ou de tourbe blonde pour acidifier quelques peu le milieu.

 

La terre argileuse

Le bouton d'or, le pissenlit et le liseron prolifèrent sur les terrains argileux.

 

La terre est lourde et collante, pour le constater, il suffit de prendre une poignée de terre mouillée et de la compacter, elle reste en boule et on peut même la modeler. Elle colle aux outils quand on la travaille humide. C'est une terre très fine.

 

Ce type de sol est donc difficile à travailler, il convient de l'améliorer pour alléger la terre. L'avantage est qu'il conserve l'humidité et les engrais. Les plantes souffrent moins de la sécheresse l'été.

 

L'amélioration se fait en ajoutant du sable, beaucoup de compost ou du fumier ( de cheval de préférence ) par un bêchage avant l'hiver. Vous pouvez également chauler la terre pour améliorer sa structure.

 

chauler====<<Le chaulage des sols est une technique agricole qui consiste à apporter des amendements calciques ou calco-magnésiens à un sol pour en corriger l'acidité.

 

Le chaulage a pour effet :

 

- D'améliorer la structure du sol en limitant les risques de formation d'une croûte de battance par amélioration de la stabilité structurale du sol et de ses propriétés physiques, notamment son « affinité pour l'eau ». Le calcium joue ainsi un rôle essentiel en sols instables (sols limoneux pauvres en matière organique et en argile) non pas en liant la matière organique avec les argiles mais en régulant la mobilité des métaux (chéluviation) dont celle du fer impliqué dans les liaisons organo-minérales.

Dans les sols ayant développé de telles liaisons, le chaulage améliore la stabilité structurale ; dans les autres, il limite la réactivité chimique de l’aluminium, du fer et du manganèse et améliore l'activité microbienne du sol qui permet une meilleure mobilisation de l'azote. Il ne faut toutefois pas chauler de manière excessive car on peut aller jusqu’à bloquer les métaux cités et les autres oligo-éléments comme dans les sols calcaires[1].

 

- De compenser l’acidification produite par l’activité biologique en augmentant un pH trop bas ; Le fonctionnement microbien s’accompagne obligatoirement d’une production d’acides organiques qui vont jusqu’à inhiber l’activité microbienne et réduire la fertilité du sol si les acides produits ne sont pas neutralisés (cas de l’acide lactique en agro-alimentaire). L’objectif du chaulage est de neutraliser ces acides pour permettre le maintien ou l’intensification de l’activité microbienne. Cette neutralisation n’est pas faite une fois pour toutes mais doit être renouvelée tous les 2 à 3 ans : on passe d’une logique de redressement à une logique d’entretien.

 

- De favoriser l'assimilation des éléments nutritifs par les végétaux, particulièrement les oligo-éléments en compensant la perte de calcium due au prélèvement par les récoltes, au lessivage par les eaux de percolation (eau de gravité) et à l'effet des engrais.

Empêcher la repousse d'adventices ne supportant que les sols acides (fougère, ajonc, genêt, bruyère)

 

 

La terre humifère

La fougère se développe sur ces terres.

 

Elle est constituée par des végétaux en décomposition. Elle est de couleur noire et est légère. Elle retient bien l'eau.

 

Pour structurer cette terre, ajouter de la terre de type argileuse ou calcaire.

Ajoutez de la chaux pour neutraliser l'acidité.

 

La terre sablonneuse

Enfin, la terre sablonneuse sur laquelle prospère la bruyère et le genêt est de couleur claire et ne se compacte pas.

 

L'amélioration se fait par l'ajout de terre et de fumier.

 

L'entretien du sol

La terre s'épuise, il est donc important de l'entretenir pour conserver ses propriétés et sa structure. Il convient donc d'ajouter régulièrement des matières organiques qui sont puisées par les végétaux pour leur alimentation et qui permettront également de maintenir une structure aérée et légère à votre terre.

 

Un traitement de fond de votre terre, notamment au potager est nécessaire l'automne venu. Retournez donc votre terre en introduisant le résultat de votre compost ou du terreau organique acheté dans le commerce. Utilisez également de la tourbe qui se décompose plus lentement et donc structure votre terre plus durablement.

 

Le cycle de décomposition sommeille l'hiver. Les bactéries se remettront au travail dès les premières chaleurs, au moment ou vos plantes en auront le plus besoin.

 

 

La terre franche

La terre franche est la terre idéale. Elle est composée de 70% de sable, 10% d'argile, 10% de calcaire et 10% d'humus. Elle est neutre d'un point de vue pH.

 

Les types de sols extrêmes

Le tableau ci-après décrit des types de sol "extrêmes" et ce qui convient de faire pour les améliorer. Le plus souvent, c'est une combinaison de ces différents types.

 

Type de sol calcaire

coquelicot

moutarde

trèfle blanc

chardon

sauge

couleur blanche

caillouteux

compact

retient pas l'eau

retient pas l'engrais

collant

alcaline ( bloque l'assimilation du fer, d'ou la chlorose des plantes )

ajout de sable

ajout de matières organiques

ajout de tourbe blonde

engrais vert

 

Type de sol argileux

bouton d'or

pissenlit

liseron

prêle

plantain

pâquerette

lourd

compact

collant

dur a travailler

frais

retient l'eau

retient l'engrais

ajout de sable grossier (1 à 2m3 pour 100m2)

ajout de fumier

ajout de tourbe (200kg pour 100m2)

ajout de fumier de cheval

ajout de chaux tous les 3 ans ( 2 poignées par m2 )

engrais vert

sciure de bois

 

Type de sol humifère

fougère

bruyère

oseille

genêt

ortie

couleur noir

légère

retient l'eau

ajout d'argile

ajout de chaux pour neutraliser l'acidité

ajout de calcaire

 

Type de sol sableux

genêt

bruyère

mouron

chiendent

couleur claire

chauffe vite

non compact

retient pas l'eau

retient pas l'engrais

ajout de terre

ajout de matières organiques ( fumier, compost )

ajout de tourbe

ajout de chaux si elle est acide.

 

voili voilou , j’espère que ça servira surtout à ceux qui font de l'out... Et qui ont une parcelle de terrain privée.

 

:-)

 

v/c Dad-


  Report Guide
Sign in to follow this