Search the Community

Showing results for tags 'Home-made'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Calendars

There are no results to display.

Forums

  • News / Evènements
    • Les News
    • Cannartistique
  • Débutants
    • Présentations des membres et règles du forum
    • CannaWeed - le site
    • Guides / Tutoriels
    • Variétés, graines & génétiques
    • Engrais , substrats et amendements
    • Méthode de Culture
    • Matériel
  • Cannabicultures
    • Généralités
    • Journaux De Culture - JDC
    • Diagnostic
    • Produits dérivés du cannabis
    • Autres Plantes
  • Cannabis Thérapeutique
    • Vaporizer
    • Science
    • Discussion Thérapeutique
  • Discussions
    • Bla - Bla
    • Report Trip, Voyage
    • Législation et Politique
  • Archive
    • La boîte de Pandore

Blogs

  • Beltaine Blog
  • Cannaweed!
  • wolfen01 Blog
  • le caveau du vampire cannabique
  • Tikiseedbank
  • NoMaD's Blog
  • Graine de Skunk: Le Blog
  • Team Strainguide Blog
  • Canna-World
  • Sensilia Blog
  • TONTON GATOBLOGSTER
  • azmaster Blog
  • Hquatre Plantation
  • Le Blawg
  • animalxxx Blog
  • rvbob67 Blog
  • Blog de Mescaline Pure
  • Fabisounours : A history of Hemp.
  • Z3N-MAST3R Blog
  • Xx-rvbob67-xX Blog
  • Le coin à Julius
  • Private Bud'z
  • WeedJunk Blog
  • Les sons de la défonce
  • Buddha Sphère
  • Waine Blog
  • Spannabis 2015
  • Les Tuerie
  • Comprendre la prohibition
  • terp's
  • Breed'Blog
  • Le chainon manquant

Categories

  • CannaWeed
  • Associatif
  • Ce que nous avons retenu...
  • Insolite, vidéo, musique
  • Thérapeutique
  • Justice, politique
  • International
  • Evènements / Reportages
  • Articles Prohibitionniste

Categories

  • Engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Marques d'engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Comprendre Cannaweed
    • Charte de Cannaweed
    • Poster sur le forum
    • Pour aller plus loin..
  • Autour du cannabis
    • Législation du Cannabis
    • Risques, Prévention.
  • Avant la culture
    • Choix de variétés, histoire etc
    • Exemples de culture
    • Pour bien démarrer
    • Terre / Coco
    • Hydroponie
    • Aéroponie
    • Outdoor
  • Bricolage DIY
    • Électricité
    • Éclairage
    • Système de culture
    • Ventilation, extraction, filtration
    • Placard de culture
    • Divers
  • La culture
    • Germination
    • Stretch, Sexualité et Floraison
    • Récolte
    • Arrosage: Manuel / Auto
    • Taille(s), Palissage, Pinçage
    • Autres : rempotage, pulvé, greffe...
  • Après la culture
    • Séchage, curring et maturation
    • Hash et skuff
    • Huile et BHO
    • Roulage, collages et matériel
    • Pipes, bangs et chillums
    • Vaporisation
    • Ingestion
    • Recettes avec beurre de Marrakech
    • Recettes sans beurre de Marrakech
  • Techniques de culture avancées
    • Température / Humidité
    • CO2
    • Engraissage et pH
    • Substrat et amendement
    • Culture Organique
    • Germination, bouturage et régénération
    • Sélection et entretien
    • Génétique, Breeding & Homecross
    • La plante et ses éléments
    • Articles scientifiques et publications
  • SoS Culture
    • Carence-Excès
    • Prédateurs
    • Maladies-Moisissures
  • Cannabis thérapeutique
    • Associations et contacts
    • Variétés et applications

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Centres d'intérêt


favorite varieties


Your mother plant

Found 13 results

  1. Le sérum de lactobacille une préparation maison de plus dans votre panoplie d'inoculants microbiens. Le Sérum de lactobacilles, Lactosérum ou LAB sert d’inoculant microbien, il a des applications étonnamment diversifiées. L’utiliser c’est vous garantir une culture organique saine, riche en vie microbienne. Une étude récente concernant les LAB Hypothèse: Mode d'actions pour l'augmentation des trichomes / calices, augmentation de la teneur en terpène, et comment cela peut affecter notre perception de la puissance du cannabis probiotique. L’hypothèse actuelle serait que le cannabis cultivées avec des lactobacilles (LAB) fait maison (sérum de lactobacilles), produit une augmentation perceptible de la puissance par rapport au cannabis non probiotique. Les LAB en question doivent être fait maison. à partir de la meilleure qualité de crème possible pour les matières grasses présentes en excès dans le lait des ruminants. En d'autres termes, pourquoi prendre des probiotiques semble vous rendre plus stoned. Tout d'abord, pour comprendre cela, j’espère que vous vous y connaissez déjà un peu dans la biosynthèse des cannabinoïdes , et sa relation avec la biosynthèse des terpènes. Ce sont des réactions phytochimiques qui se produisent dans le tissu végétal et qui aboutissent aux cannabinoïde et terpène que nous connaissons tous et aimons. Si vous ne le connaissez pas encore, voici un cours accéléré incroyablement simplifié. La suite ICI Matériel Bocal avec couvercle Récipient Seringue Filet a maille large, Tamis,... Papier absorbant Ingrédients Eau non chlorée Riz (blé, orge, quinoa, son,…) Mélasse ou sucre complet (Rapadura) Lait (poudre, périmé,…) Le lait non pasteurisé sera la meilleure source. Comment préparer du sérum de Lactobacilles. Prenez le riz ou tout autre type de glucides (sauf sucre simple, mélasse, sirop, miel,…) Laissez le tremper quelque minutes dans l’eau tiède dans votre récipient. Première étape: Lavez le dans cette même eau, l’eau de lavage du riz attire les microbes contenus dans l’air, entre autres les lactobacilles (LAB) L’eau de lavage du riz, (il faut qu’elle soit laiteuse) est utilisé pour faire le sérum de LAB. Cette eau est maintenant une riche source d'hydrates de carbone le lieu de prédilection des Bactéries Bénéfiques. Remplissez le bocal a moitié avec l’eau et fermez avec un filet, papier absorbant, tamis,... lors de cette phase de repos Il faut que l'air puisse s'échapper le filet sert uniquement a ce qu’aucun corps étranger ne viennent s’incorporer a l’eau. Laissez reposer de quelques jours a une semaine, Lors de cette phase privilégiez des températures chaudes (fermentation plus rapide, microbes plus actifs). La première étape de la préparation est terminée lorsqu’un léger film se forme (3 couches distinctes) sur le dessus de l’eau de lavage (relatif, lors d’une confection en laboratoire) une odeur aigre devrait s’en dégager pas encore trop désagréable a cette étape de la préparation. Les différentes couches distinctes qui se forment lors de la phase de repos de l'eau de lavage du riz. Couche supérieur Des restes de fermentation et potentiellement une couche de moisissures. Couche central Des acides lactiques et d’autres Bactéries, cette partie est utilisée pour la deuxième étape de la préparation. Couche inférieur De l’amidon et sous-produit de la fermentation. A présent vous devez extraire la couche du milieu à l'aide d'une seringue. Lors de cette opération faites bien attention, ne pas trop secouez le liquide pour éviter de mélanger le dépôt (couche inférieur) avec la couche central contenant la plus forte concentration d'acides Lactiques et de Bactéries. Deuxième étape: Le Sérum de Lactobacilles extrait. Mélangez 10% du liquide a du lait. Il est déconseillé d’ajouter d’autres inoculants microbiens, mais vous pouvez y ajouter du son de riz, son d'orge, son de blé,…. Ne remplissez pas le contenant a raz bord a cause du dégazage (risque de débordement), fermez légèrement pour laissez l’air s’échapper. Le couvercle du bocal est juste posé sans être fermé. Une semaine après en fonction des conditions, vous verrez le liquide central trouble, le lait se cailler a la surface, en glucides, protéines et matières grasses. A température ambiante et a partir du moment ou le liquide est trouble nullement besoin de dépasser les 7 jours de fermentation. Comme vous pouvez le constater (photo ci-dessus) le liquide n'est pas jaune. Ce n'est qu'une fois versé que vous verrez le liquide jaunie, les acides lactiques ont bien colonisés la préparation. Récupérez le liquide avec précaution: Soyez précis et organisé ayez tout votre matériel a disposition, moins vous ferez de mouvement moins les odeurs seront perceptible. Conservation: Le sérum peut se conserver a température ambiante en y ajoutant a part égal mélasse ou sucre. Sans mélasse ou sucre stockez au réfrigérateur, la mélasse masquera entièrement l'odeur du produit. LAB avec Mélasse. LAB avec sucre complet (Rapadura). Utilisation: Avant utilisation mélangez le à un ratio de 1:20. 1 part de sérum pour 20 parts d'eau. Exemple: 1Litre de Lactosérum pour 20Litres d'eau 100ml de Lactosérum pour 2Litres d'eau 5ml de Lactosérum pour 100ml d'eau 25ml de Lactosérum pour 0.5Litres d'eau 50ml de Lactosérum pour 1Litres d'eau De préférence eau a température de 20/21° . Cette préparation doit être de nouveau mélangé pour utilisation. 2/3 cuillères a soupe de LAB ou 30/45ml pour 1Litres d'eau 300/450ml pour 10Litres d'eau 600/900ml pour 20 Litres d'eau En arrosage ou ajouté a diverses préparations en combinaison a d'autres inoculants microbiens, a vos en Engrais de Croissance & Floraison fait maison,... en quelques sortes vous pouvez l'ajouter a presque n'importe quel préparation. Rappel important: Les microbes comme les Lactobacilles sont plus actifs a des températures chaudes, L'eau d'arrosage que vous utilisez doit être a température ambiante et non chlorée. Le caillé que vous obtenez est un sous-produit du processus de fermentation. La fermentation est généralement associée à des processus microbiens dans des conditions anaérobies (sans oxygène). Le sérum mélangé prêt a être utilisé: Les Lactobacilles sont anaérobie facultatifs (besoin d'oxygène facultatif), elles peuvent vivre/travailler avec ou sans oxygène, mais seront tout de même plus efficace dans des conditions anaérobies (moins de concurrents). Plus d’informations sur les Bactéries Bénéfiques entre autre les Lactobacilles. D'autres recettes d'inoculants microbiens sont disponible dans ce regroupement, vous avez des idées pour enrichir cette section, faites en part a la communauté. ++
  2. Ola Todos Me voila de retour après quel que temps de Stand By... Toujours dans le principe du HomeMade mais pas trop hein J'ouvre se Labo afin de partager avec vous mes retours futur sur le Bokashi couplé au Lombricomposts L'idée étant d’inoculé un maximum de "Vie" dans le Sol afin de permettre au plantes d'avoir un maximum de défense naturel et d'autre bien fait de la nature, mais aussi un maximum de nutriment diversifié, et également réduire mes déchets Organique ? Je tient tout de même a remercié mes père prédécesseur qui on fait beaucoup de test avant moi, et qui parfois m'ont aiguillé, Glass/Frak/Jim/Fran420/Kyu et bien d'autre que j'ai Oublier... Donc au Menu Un Seau de Bokashi acheter dans une grand chaîne d'un magasin Vert en promo, en réalité c'est pas réellement un seau spécial Bokashi, c'est un Seau pour faire du Purin de Prèle,Ortie,Consoude. Mais ayant discuté avec le vendeur Fort sympathique au passage on en a conclus de passer sur ce modèle de seau la, puisqu'il est identique au seau de Bokashi juste le mélangeur en Moins et qui me permet de faire les deux tandis que le Seau de Bokashi n'ayant pas de mélangeur externe 'Comprenais par la qu'il faut ouvrir le chapeau, humé un grand coup et tourné de toute ses force ' Enfin Bref voici le Seau: Bokashi Le Packaging Le Sceau, comme vous pouvez le voir sur le chapeau le moulinet pour tourné les déchets quand on fait des purins Un Filet à Maillage Fin pour filtré les divers Jus de Bokashi et/ou Purin Pour les apport du Boskahi, je ne vous cache pas que j'apporterai de tout, ça sera pas ciblé l'idée est aussi de faire un amendement de type All-In-One Pour le Lombricomposteur, j'en ai un Home-Made, mais les vers dedans sont génocidé, par conséquent je pense m'acheter un vrai Lombricomposteur de cuisine et re-injecté des vers dedans Lombricomposteurs Quand eux leur régime se limitera à: - Marc à Café - Banane - Papier/Carton non imprimé - Divers épluchure de fruits & Légume Les Plantes ça sera exclusivement des plantes de chez Philo, j'ai bien de la Puple Bud en Semi mais elle sont destiné pour le Out, j'aviserai en fonction de toute manière ya pas le feu. Les 6 a Droite des HFH Guerilla Gold Les 5 a Gauche des Purple Bud de Sensi Celle avec l’étiquette une PineApple Xpress Et la dernière a l'écart une White Skunk de Sensi si je dis pas de bêtise. Le drain est involontaire, mon terreaux a deux ans mal condition par conséquent il a perdu ses propriété de rétention en eau. Avec la Météo en Big Format ? Lundi je reçoit le Son de Bokashi sachet de 2Kg qui est actuellement en expédition Hésitez pas si vous avait des Suggestions, avis etc.. vous êtes la bienvenue ? a++
  3. Bonjour, C'EST PARTIE POUR FAIRE DU PURIN DE FOUGÈRE, JE PARTAGE MA MÉTHODE JE M''EN SERT CONTRE LES PUCERONS ( c'est aussi efficace contre les limaces, puces ...) QUANTITÉ : 1 KILO DE FEUILLES DE FOUGÈRE COUPÉES (sans les tiges) POUR 10 LITRES D'EAU DE PLUIE TEMPS DE MACÉRATION : 5 A 10 JOURS A L'OMBRE TEMPÉRATURE DE FERMENTATION : MINI 15°C MÉTHODE : UNE FOIS COUPÉES EN MORCEAUX, METTRE LES FEUILLES DANS UN SEAU AVEC L'EAU DE PLUIE ET REMUER TOUT LES JOURS AU MOINS 1 FOIS LORSQU'IL N Y A PLUS DE BULLES EN SURFACE ET D'ODEUR C EST GOOD PROPRIÉTÉS : CONTIENT DU PHOSPHORE STIMULANT RACINAIRE INSECTIFUGE ANTIPARASITAIRE STOCKAGE : OMBRE, HORS GEL DANS UN BIDON OU BOUTEILLE TEMPS DE CONSERVATION : 1 AN DOSAGE FOLIAIRE : DILUER A 10% PROCHAINE PHOTOS AU TAMISAGE ET MISE EN BOUTEILLE
  4. Les SST et FSST ou Thés de Graines Germées (Fermenté) SST: Seeds Sprouted Tea FSST: Fermented Seeds Sprouted Tea (conservable) Le Thé de Graines Germées améliore la vigueur général des plantes. C’est un stimulateur de croissance, un stimulateur racinaire, il régule la distance inter-nodale, c’est un catalyseur,… un concentré d’Hormones et d’Enzymes. Il est très utile pour booster les plantes. Il existe plusieurs façon de faire un SST avec quelques recherches, vous trouverez facilement d’autres recettes et d’autres façons de les préparer. Recette FSST Vous pouvez utiliser n’importe quelle graines a croissance rapide, vous pouvez même si vous le souhaitez faire un mélange de plusieurs variétés. Exemple: luzerne, orge, blé,… (graines pour oiseaux) Faites tremper les graines dans de l’eau non-chlorée 24/48 heures. Égouttez et déposez les dans un contenant, elles ne doivent pas être séchées. Recouvrez les de papier absorbant humidifié pour les conserver a l’humidité. En quelques jours les graines devraient avoir germées. Vous pouvez les récolter une fois que le germe fait moins de 1cm. Les hormones sont disponible des l’apparition des germes. Des moisissures bénéfiques devraient faire leur apparition lors de la germination, cela veut dire que les micro-organismes contenus dans les différentes graines commencent a dégrader la matière. Avant de mixer les graines fraîchement germées, pesez les et ajoutez y de 1/3 a 1/2 de mélasse ou de sucre naturel. Une fois la mélasse et les graines germées mixées Filtrez pour enlever l'excédent de matière (non obligatoire) et ajoutez y un peu de Sérum de Lactobacille. Laissez fermenter de 3 a 6 semaines à l’abri de l’air et de la lumière . Utilisation: En arrosage ou en pulvérisation 1/2 a 1 c.c par litre d’eau non chlorée. Conservation: A l’abri de l’air et de la lumière. Recette SST La préparation est réalisée avec des graines de luzerne, même si l’orge est plus efficace on peut néanmoins utiliser à peu près n'importe quel type de graines. Prenez 56g de graines en éliminant tout corps étranger. Faites les tremper dans de l’eau non chlorée. Laissez reposer pendant 8 a 10 heures puis égouttez bien toute l’eau. pesez les graines, objectif obtenir 84g de graines germées. Laissez les graines reposer 8 a 10 heures dans un bout de papier absorbant ou de tissu brut (lin, chanvre, coton organique, etc..) humidifié. Replongez les dans une nouvelle eau non chlorée pendant 8 à 10 heures Égouttez et pesez, si vous n'avez pas atteint 84g répétez les phases de repos et de trempage, normalement il ne sera pas nécessaire de répéter ces opérations. Broyer les graines jusqu'à obtenir un liquide (blender, mixeur, extracteur, pilon, hachoir...) DanAjoutez un peu d’eau non chlorée . Le SST est prêt Utilisation: En arrosage et pulvérisation, diluez dans 20 litres d'eau non chlorée Conservation: Le SST ne peut se conserver, il doit être utilisé de suite contrairement au FSST Important: Pour rendre le Thé de Graines Germées plus efficace vous pouvez ajoutez en complément lors de vos arrosages avec de l’eau de coco, des Algues, des LAB, ou toutes autres préparation favorisant la vie microbienne. Toutes ces recettes peuvent être ajouté a vos engrais de Croissance & Floraison, en définitive a quasiment toutes vos préparations maison pour arroser et pulvériser les plantes. Vous avez des recettes différentes a proposer, n’hésitez pas a les partager avec la communauté. ++ Guide :
  5. Salut tout le monde suite au réponse sur mon premier post j'ai décider de reprendre les chose au propre sur ce labo. Tout d'abord une présentation du projet usine à engrais liquide ferme à engrais.pdf désolé pour le côté simpliste de la description c'était destiné à un public tout autre. j'ai construit ce système dans une grande poubelle avec des seaux et une pompe pour bassin premier prix. * Le premier étage : l'eau arrive dans le seau depuis deux point avec des sens d'écoulement opposé ce qui crée un vortex qui "dynamise" l'eau et augmente la quantité d'oxygène dissous dans l'eau. * Deuxième étage le biofiltre : cette etage est composé de matière avec une grand surface pour favoriser les lacunes aerifères dans lesquelles se developent les bactéries de décomposition. ces bactérie vont minéralisé les éléments organique présent dans l'eau sous forme d'ions. la plupart des systèmes fonctionne avec des billes argiles ou des biosupport dédié. Perso j'ai décider d'essayer avec un support végétal (mélange broyat paille) Troisième étage: Cette étage contient les matière organiques enfermé dans des sac de tissus. Les filet ou sac permettent uniquement au éléments les plus petits de passé dans le mélange. De cette manière on évite l'obstruction de la pompe et on favorise l'action biologique en apportant uniquement des éléments des tailles adapté au bactéries ( dans le sol ce sont les insectes qui se charge le plus souvent de réduire les matières organiques en poussière avant le travail des bactéries). J'ai commencé à faire tourner la ferme avec un sac contenant 3kg d'ortie frais découpé en petit morceaux + un verre de lombricompost. Le une semaine plus tard voila le résultat depuis j'ai ajouté toujours dans le même mélange, 2KG de marc de café et 3kg500 de peau de banane fraîche. La solution est très troubles, est sans éléments solide. Elle dégage une odeur forte qui n'est pas piquante ou désagréable. et une très grosse quantité d'écumes est apparu. J'ai à dispositions du fumier de cheval, bovins, caprins, poule et canard ainsi que les l'eau d'aquariums. j'attends de recevoir mon EC mètre pour mesurer la quantité d'ions présente dans la solutions selon les recettes. J'espère que ce labo est assez clair, je vous tiendrai au courant des évolutions. merci à vous et passer une bonne journée.
  6. Booster PK 100% organique très puissant Voila un mélange particulier de produit 100% naturel Il fera gonfler et durcir vos budz et vous donnera une récolte d’une qualité gustative jamais égalé vous avez besoin: • d’eau de mer concentrée (liquide) contient une forte teneur en potassium, un peu de phosphore ainsi que des minéraux et des oligoéléments. (Chlorure, Oxygène, Magnésium, Sodium, Souffre et du Calcium) • de la Spiruline (poudre) complexe de protéines vitamines oligo-éléments et minéraux. • de la chlorelle (poudre) qui contient une multitude de nutriments, des glucides, des sels minéraux, de la chlorophylle,…et des vitamines, • de la Klamath (poudre) contient des Enzymes et une grande quantité de vitamine C de haute qualité une coenzyme responsable de la dégradation. La vitamine C améliore aussi le gout de vos cultures. A tester: • de la klamath (poudre) complexe de vitamine,… plus complet que la spiruline • de la Mélasse • de l'acérola (poudre) forte concentration en vitamines C • ... Les produits sont disponible très facilement en magasin bio et E-Commerce, privilégiez des ingrédients de haute qualité En ce qui concerne les quantités c’est a tester. Ce bioster s’utilise 1/2/3 semaines avant le début du rinçage, Une fois la solution faite il doit être utilisé immédiatement. Pour 20L d’eau 1er arrosage ▪ 1 a 2ml/L d’eau de mer informée ▪ 1 c.c a ras de Spiruline ▪ 1 c.c a ras de Chlorelle ▪ 1 c.c a ras de Klamath Pour 20L d’eau au 2nd arrosage ▪ 1 c.c a ras de Spiruline ▪ 1 c.c a ras de Chlorelle ▪ 1 c.c a ras de Klamath !!! Attention avec l'Eau de mer concentrée !!! Ne jamais dépasser cette dose, elle ne s’utilise qu’une seule fois lors de la culture. Les Eaux de mer en poudre/liquide destinées a la consommation humaine (alimentation, massage,…) ne sont pas utilisables, elles contiennent des sels contrairement a l’eau de mer concentrée, spécialement conçues pour la faune et la flore. ++
  7. HIHIHOOO Hello ce matin en glanant sur le net j'ai trouvé ces petit images , qui sont une bonne base d'iinfo pour faire divers purin, repulsif, fongicide etc.... Je partage ici ma trouvaille Le tout à base de plantes la plupart trouvable trés facilement . Pas tous servent pour nos plantes , mais on pourra ce servir de la plupart . Pas mal de chose pour les gens qui sont en out door Ouvrage de Thomas Alamy, édition Ouest-France - les jardi fiches Je sais qu'il y a déjà pas mal de descriptif dans le genre , mais un de plus fait pas de mal Voili voilou Tchuuuuussssss
  8. Pour en savoir plus sur les hormones : - le guide CannaWeed : Rôle des hormones sur la croissance et le développement. - le topic CW :Les phytohormones (qui m’a inspiré ce topic dédié à la culture organique) VERMICOMPOST Le lombric est vraiment le roi du jardin, dans leurs poop vous trouverez Cytokinines (CK) Auxines : indole-3-acetic acid (IAA), Acide abscissique : abscisic acid (ABA) Gibbérellines : gibberellic acid (GAS) Brassinostéroïdes : brassinosteroid (BRs) + trans-zéatine (tZ), kinétine (K), N (6) - [2-isopentyl] adénine (iP), N (6) - isopentenyladenosine (iPR), 4- [3-indolyl] acide butyrique (IBA), l'acide 1-naphtalène (NAA) et (+) - adénine (iP) Voila en détail une analyse des teneurs en phytohormones et acide phénolique dans trois lots de lixiviat de lombricompost (VCL) quantifiées en utilisant un liquide à haute performance ( chromatographie en phase liquide spectrométrie de masse.) Ces résultats fournissent une indication de la riche diversité de ressources phytogénétiques naturelles et phytochimiques dans le VCL qui peut contribuer inévitablement aux nombreuses réactions physiologiques favorables suscitées par son application aux plantes. source : evidence-phytohormones-and-phenolic-acids-variability-garden-waste-derived-vermicompost acide indole-3-butyrique (IBA) acide indole 3-acétique ou (AIA ) acide salicylique (SA) L’EAU DE SAULE Les saules (Salix) ont toujours été connus pour leur facilité à s’enraciner. Une bouture (même de 2 cm de diamètre) peut être prélevée n’importe quand dans l’année, plongée dans de l’eau et elle produira de nouvelles racines en à peine quelques jours sans avoir besoin d’utiliser de l’hormone de bouturage. Méthodes de préparation : La deuxième façon d'utiliser l'eau de saule est de l'utiliser pour arroser le milieu de propagation dans lequel vous avez placé des boutures. Arrosage de vos boutures deux fois avec de l'eau de saule devrait être suffisant pour les aider à l’enracinement. sources: Deep green permaculture wiki: eau de saule Luzerne / Alfalfa Triacontanol (TRIA) Le 1-triacontanol, également appelé alcool myricylique, est un alcool gras de formule générale C30H62O. Elle est considérée à tort comme une hormone sur de nombreux site mais c’est en fait une substance de croissance secondaire. Les effets de cet alcool gras sont similaires à ceux des hormones (d’où la confusion sur le web) et ils semblent très intéressants. Triacontanol (TRIA) est un régulateur de croissance végétale naturelle trouvée dans lescires épicuticulaires. Il est utilisé pour améliorer la production des cultures de millions d'hectares, en particulier en Asie. Un certain nombre de chercheurs ont signalé l'amélioration de la croissance, le rendement, la photosynthèse, la synthèse des protéines, l' absorption d'eau et de nutriments, fixation de l' azote, les enzymes activités et le contenu des acides aminés libres, des sucres réducteurs, protéines solubles, et les constituants actifs de l' huile essentielle dans diverses cultures. TRIA améliore l'efficacité physiologique des cellules et, par conséquent, exploite le potentiel génétique de la plante dans une large mesure. En effet, TRIA augmentée des acides aminés libres, les sucres réducteurs et les protéines …. source : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17429145.2011.619281 les graines de luzernes contiennent aussi de la tria, ici le topic CW des recettes SST: Seeds Sprouted Tea & FSST: Fermented Seeds Sprouted Tea Lycnhis Viscaria Brassinostéroïdes (BR) Les brassinostéroïdes (BR) sont une classe de polyhydroxystéroïdes Le lieu où les BR sont synthétisés dans les plantes, est inconnu. Selon une hypothèse solide, les BR sont produits dans tous les tissus puisque les gènes de biosynthèse des BR et de transduction du signal sont exprimés dans des organes végétaux très variés, et qu’en outre ces hormones ont plutôt une activité à faible distance Les BRs sont impliqués dans de nombreux processus végétaux : - Ils favorisent l’expansion et l’élongation cellulaire en collaborant avec l'auxine - Ils ont un rôle dans la division cellulaire et la régénération de la paroi cellulaire. - Ils favorisent la différenciation des faisceaux vasculaires ; la transduction du signal des BR a été étudiée pendant la différenciation vasculaire. - Ils sont nécessaires à l’élongation du pollen pour la formation des tubes polliniques. - Ils accélèrent la sénescence dans les tissus mourants en culture cellulaire ; cet effet a probablement un sens biologique, d’autant que des mutants BR présentent un retard de sénescence. - Ils protègent les plantes subissant un stress froid ou la sécheresse. Les extraits de la plante Lychnis viscaria contiennent une quantité relativement grande de Brassinostéroïdes. Lychnis viscaria améliore la résistance aux maladies des plantes qui l’entourent. En Allemagne, l’usage de cet extrait de plante est autorisé en tant que "substance de renforcement de la plante". Les BRs sont connus pour contrecarrer à la fois les stress abiotiques et biotiques, dans les plantes. L’application de BR sur des concombres a permis l’augmentation du métabolisme et de l’élimination de pesticides, ce qui est positif pour la réduction de l'ingestion de pesticides par les consommateurs. Les BR pourraient avoir un intérêt important en horticulture. Ils peuvent améliorer la quantité et la qualité des cultures, et protéger les plantes de nombreux stress de leur environnement. Les nombreuses avancées technologiques concernant la synthèse d’analogues plus stables et la manipulation génétique de l’activité cellulaire des BR permettent d’envisager l’usage des BR dans la production horticole, comme un stratégie fructueuse notamment pour améliorer les rendements. Les BR pourraient aussi combler le fossé entre les préoccupations de santé des consommateurs et les besoins des producteurs ; en effet, les BR n’interfèrent pas avec l’environnement puisqu’ils agissent à des doses naturelles d’une manière naturelle. Puisque ce sont des régulateurs de croissance et naturels de surcroît, leur application serait mieux acceptée que celle des pesticides, et ne contribuerait pas à la coévolution des mauvais herbes, pathogènes et ravageurs. Racines de Ronces : Auxines (IAA) La ronce est particulièrement envahissante. Mais savez-vous que ses racines une fois séchées et broyées peuvent servir d’hormone de croissance naturelle et gratuite pour faciliter les boutures ? En effet, elles contiennent en quantité importante une phytohormone appelée auxine. A présent, vous regarderez la ronce d’un œil différent... une des nombreuses source: jardinons-sans-pesticides-les-plantes-pour-soigner-le-jardin Consoude hormones et Allantoïne (activateur de division cellulaire) la consoude, riche en potasse, apporte en plus de nombreux oligo-éléments, dont le bore, élément essentiel pour la floraison. Mais surtout la consoude apporte de nombreuses vitamines et hormones naturelles et, pour nous, la cerise sur le gâteau, l’allantoïne. L’allantoïne est très utilisée en cosmétique. Elle favorise le développement cellulaire et est donc particulièrement utilisée dans les produits antirides. Dans le jardin, ou dans les champs, l’allantoïne de la consoude favorise floraison et fructification. Dans la catégorie vitamines, une particularité : la consoude est (serait) la seule plante du règne végétal contenant de la vitamine B12. Cette vitamine fait cruellement défaut aux végétaliens mais pour le sujet qui nous concerne la vitamine B12 favorise aussi la multiplication cellulaire. Nous nous trouvons donc avec 4 constituants importants favorisant la floraison : la potasse, le bore, l’allantoïne et la vitamine B12. De ce fait la consoude est à utiliser pour fertiliser les plantes que nous voulons voir produire beaucoup de fleurs et beaucoup de fruits..... source: un-jardin-bio.com Les Colchiques Colchicine Danger substance mortelle pour l'homme et tous ce qui bouge, La colchicine est toxique à partir de 10 mg et mortelle au-delà de 40 mg. Des plantes à manipuler avec les plus grandes précautions, gants , récipient à usage unique ( pas le bol du ptit dèj ), attention aux chats et chiens et autres enfants en bas âge qui boivent n'importe-où. Beaucoup des variétés présentes sur le marché sont déjà tombée dans la soupe quand elles étaient petites, il est donc souvent inutile de tenter l'expérience, de plus cette technique donne essentiellement des monstres stériles ou peu productifs, ne pas tester sur vos graines à 10 balles La colchicine est un produit chimique présent dans les colchiques aussi appelés « safran bâtard », « safran des prés » ou encore, de par sa grande toxicité, « tue-chien » . Les pépiniéristes s’en servent pour développer de nouvelles variétés de plantes (comestibles ou non). La colchicine change la structure chromosomique des plantes.Une mutation qui consiste en un doublement des chromosomes de la plante : La plante passe de diploïde à polyploïde Les colchiques, pousse à partir d’un oignon. Cet oignon contient 0.3% de colchicine environ. La recette : 3 DÉCOCTIONS, MACÉRATION, INFUSIONS, PURINS préparations naturelles non préoccupantes (PNPP) cette partie est moins référencée, je n’ai pas trouvé de relevés précis, mais des sources multiples, qui se recroisent souvent, un indicateur comme un autre. En fait n’importe quel jus de plante contiendrait des hormones, le but ici est plus de trouver les plantes avec une plus grande concentration de phytohormones utiles pour nous. - Décoction : trempez les feuilles en morceaux durant une journée. Puis faites bouillir durant environ 30 min. Laissez refroidir sous couvercle. Filtrez. Utilisez la préparation le plus tôt possible, elle ne peut être stockée plus de quelques semaines. - Infusion : trempez 1 kg de feuilles dans 10 L d'eau froide qui sera portée à ébullition. Puis laissez refroidir. Filtrez et stockez quelques jours au frais avant utilisation. Diluez au 1/10 en pulvérisation. - Macération : trempez à l'eau froide (16 à 20°C) pendant une journée maximum. Filtrez.. - Orties, Prêles, Osier (saule) En infusions, on retrouve l’ortie et la prêle mais aussi l’osier qui est beaucoup utilisé pour stimuler la production de défenses naturelles par la vigne grâce à l’action de l’acide salicylique (phytohormone messagère précurseur du système de défense de la plante). Une forte variabilité quant aux modes de préparations a été observée en fonction des habitudes et de l’organisation du travail de chaque cannabi/viticulteur. Source : ITAB institut technique de l'agriculture biologique en bonus : - Algues marines (Varech) auxin (IAA), gibberellins (GAS) , and cytokinins (CK) -Lexivia de composte ou TCA Voilà où en sont mes " recherches " il manque encore plein de choses, je complèterais au fur et à mesure, n'hésitez pas si vous avez des infos ou suggestions
  9. Bonjour à tous et à toutes. Je viens vers la communauté aujourd'hui dans le but de valider une installation qui me trotte dans la tête depuis quelque semaines. Je remercie par avance toute la communauté pour la multitude d'information que j'ai pu trouver pour m'aider à réfléchir à ce projet. Je vous explique tout de suite où je veux en venir. Je me suis lancé dans la culture indoor l'année dernière et j'ai tout fait en gamme Guano Diffusion, j'ai rencontré plusieurs problème et surtout des carences en nutriments. Je souhaiterais maintenant me lancer dans une culture No-Till pour plusieurs raisons (tarif du substrats et amendements, carences, etc ...) mais j'ai pas mal de questionnements. MATERIEL : Alors je dispose d'une installation classique : - box 1,2x1,2m sous 400 MH en croissance et 600 HPS en floraison cooltubé. - Extracteur prima clima avec thermostat intégré. - Kit d'arrosage blumat. BAC DE CULTURE : Une première question se pose à moi qui est de choisir mon bac de culture et là j'ai eu une idée il y a quelque jour qui est de découper le fond une cuve 1000L. J'y vois plusieurs avantages, la capacité du bac est (presque) optimale par rapport à l'espace dont je dispose dans la box, en effet, les cuves font 100x120 donc reste 10 cm de chaque coté où sont placées mes intras passives. Deuxième avantage, il y a un robinet pour chasser les surplus de drainage. Ce que j'aimerais faire dans l'idéal est de remplir le fond de la cuve avec un matériau drainant type argile ou pouzzolane (d'ailleurs si vous pouvez me donner des arguments pour l'un ou pour l'autre) sur environ 5 à 10 cm. Par la suite je compléterais cette cuve avec un substrat mais ça c'est une autre histoire. Les questionnements que j'ai sur ce sujet: - La cuve (toxicité du plastique pour les plantes et ou la vie bactérienne) - Le matériau drainant (argile ou pouzzolane) - Profondeur du système racine pour la découpe -> Je pense à 5 cm de matériau drainant, 30 cm de substrat donc une découpe à plus ou moins 37 cm pour avoir de la marge. LE SUBSTRAT : Là ça se complique ! Comme je veux faire du No-Till, je dois favoriser la vie dans mon substrat et j'aimerais faire avec ce que j'ai sous la main de plus naturel possible. Je me suis renseigné sur le biotope du chanvre dans son milieu naturel et on ne trouve pas beaucoup de littérature sur le sujet mais bon j'en retiens que le drainage, la rétention d'eau et l'accessibilité des nutriments sont importants. J'aimerais créer un mélange à partir de ma terre de jardin (riche en argile et assez lourde), d'humus de forêt (légère et avec une bonne rétention d'eau) ainsi que du sable de rivière ( pour le drainage) ( j'espère que je ne vais pas être pris pour un fou ). Bien sûr, j'ai parlé de culture No-Till donc j'espère améliorer le sol en créant un couvert végétal et pour ça je pense que je vais m'inspirer des recettes de Jim qu'il explique dans son JDC ( mélange de diverses plantes fixatrices, légumineuses, crucifères, graminées, etc ...). D'ailleurs j'espère que ce fameux Jim fera un petit tour sur ce post . Les questionnements: - Validité du substrat et proportions, j'ai à ma disposition terre argileuse lourde, de l'humus de forêt, du sable de rivière, de la cendre de bois, ??? je pense pour le moment à un mélange 20% argile, 50% Humus, 30% sable ??? LES AMENDEMENTS : Tant qu'on est dans le naturel, autant y rester. Fort de me expériences en jardinage, je fais des purins et je pense être à même de pouvoir réaliser mes amendements moi même. Suivant les besoin beaucoup de plante peuvent apporter les nutriments nécessaires au canna, je pense notamment aux orties, à la consoude, à la prêle, etc ... Mais le gros de mes amendements devraient se faire automatiquement grâce à la fixation de nutriments du couvert végétal et à sa décomposition. VOILA J'espère ne rien avoir oublié et j'attends vos retours, je vais essayer de documenter au maximum mes propos et prendre des photos pendant le montage. J'espère pouvoir faire un JDC par la suite que nous auront construit ensemble grâce à vos conseils. Merci par avance à la communauté.
  10. Aujourd'hui, deux modes d'agriculture sont principalement pratiquées : -l'agriculture dite conventionnelle et -l'agriculture biologique. La première consiste à cultiver en ayant largement recours aux produits phytosanitaires, pesticides: herbicides, fongicides, insecticides,Sous-produits provenant des abattoirs, déjections, sang , corne poils.... Omniprésence de labours profonds de la terre, Monoculture... Ces pratiques ont pour conséquence directe de tuer un très grand nombre de petits mammifères et d'insectes. Quant aux haies, arbres et talus ils sont largement supprimés pour agrandir les parcelles et faciliter les accès, on estime à au moins 200 000 km de haies détruites lors du remembrement agricole des années 70 en France. La deuxième, préserve et tente de développer le bocage, le cahier des charges de l'agriculture biologique interdit entre autres l'utilisation de produits phytosanitaires, mais ce mode d'agriculture dépend directement de l'agro-industrie c'est-à-dire des élevages intensifs et des abattoirs puisqu'il est autorisé d'épandre des fertilisants comme le fumier ainsi que des sous-produits provenant des animaux exploités pour leur chair. Les déchets d'élevage/ Le fumier est un mélange d'excréments d'animaux et de paille, le lisier est un mélange d'excréments et d'urine d'animaux. Ils sont utilisés comme engrais sur les grandes cultures céréalières mais aussi sur les cultures maraîchères et viticoles. Générateur d'effluves sources de nuisances, le lisier est souvent au cœur des débats entre éleveurs et riverains. Ces odeurs émanent des fosses attenantes aux élevages où les animaux sont enfermés et par l'épandage de leurs excréments dans les champs avoisinants. Avec la prolifération d'élevage de porcs hors-sol dénombrant un immense nombre d'animaux, les excréments augmentent, il faut donc déverser plus. Le lisier chargé en nitrates est donc épandu en grande quantité, trop grande pour que les plantes absorbent cette molécule, les premières conséquences apparaissent : la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes dégageant un gaz toxique en phase de décomposition, c'est l'hydrogène sulfuré. Des nouveaux gênes de bactéries résistantes à certains antibiotiques ont été relevés dans du fumier provenant de bovins. Certaines de ces bactéries peuvent être transmises à l'homme, les antibiotiques ne seront peu ou prou capables de les détruire pour cause d'antibiorésistance. Cette situation sanitaire critique est directement liés aux traitements antibiotiques administrés en curatif et/ou en préventif aux animaux dans les élevages. Les déchets d'abattoirs/ Sang desséché, poudre d'os, corne de bœuf, plumes de volailles, sabots de mammifères ongulés sont utilisés comme amendement sur les sols des cultures destinés à la consommation humaine et à nourrir les animaux d'élevage. Un moyen efficace de valoriser les restes d'animaux tués dans les abattoirs… L'agriculture bio-végétalienne / vegan Cette nouvelle forme d'agriculture refuse l'utilisation de produits phytosanitaires, l'amendement d'origine animale (fumier, lisier) et les 5e quartier d'abattoir (cornes, plumes, os, ...). Les principales raisons de choisir ce mode cultural sont éthiques, écologiques, économiques et/ou pratiques. Cette pratique agricole sort tout doucement de terre et est encore marginale. En l'absence de mention ou de label, difficile aujourd'hui de mesurer le nombre d'agriculteurs qui cultivent en mode agro vegan écologique en France. Bientôt des labels verrons le jour : -Expertise Végane Europe, sous le sigle EVE / http://www.certification-vegan.fr/ -Standard Biocyclique Végétalien.http://www.abv-france.org/ Histoire de l'agriculture biocyclique végétalienne Les secrets de la réussite de cette agriculture sont essentiellement : Le couvert végétal riche et varié ne laissant jamais la terre à nu, La diversité culturales: plantes auxiliaires, médicinales, engrais verts, plantes à carbonel le non-labour ou le labour en surface du sol pour préserver sa vie bactérienne et autres micro-organismes la non intervention sur l'environnement, aux abords des champs sont préservés les haies, talus, arbres pour favoriser la présence des mammifères et des insectes, la rotation régulière des cultures, L'agriculteur qui opte pour cette forme d'agriculture doit s'intégrer dans l'écosystème existant sans le bouleverser mais en cherchant à le valoriser pour développer un milieu propice à une cohabitation entre l'homme et l'animal tout en préservant les intérêts personnels de chacun. Témoignages / Le fait d'avoir favorisé les haies a réellement boosté la population d'auxiliaires qui était quasi invisible quand on est arrivés. Côté mammifères, on est dans une campagne très agricole avec très peu d'espaces réservés pour les animaux, sauf pour les animaux d'élevage… Pascal, maraîcher en agriculture biovégétalienne en Loire-Atlantique. L'agriculture végétalienne ne s'adresse pas qu'aux végétaliens, elle s'adresse aux personnes qui ont envie d'être cohérentes avec leurs idées. En bio, ils sont obligés d'utiliser du fumier conventionnel car le fumier issu de l'agriculture bio n'existe pas ou presque pas puisque ce sont des élevages extensifs avec des animaux qui sont souvent dehors, le peu de fumier récupéré c'est pour l'exploitant. Quand on achète du fumier, ça provient d'élevages intensifs. Ça peut être une réelle solution pour ne pas dépendre de l'agriculture intensive et de l'agro-industrie. Marie, maraîchère en agriculture biovégétalienne en Loire-Atlantique Je produis 2 ou 3 tonnes de blé par hectare. Je fais moins de rendement en grain que ceux qui utilisent des intrants biologiques (farines de plumes ou d'os, fientes de volailles, etc.) mais attention, pas forcément moins de marge économique ! D'ailleurs, beaucoup de céréaliers en agriculture biologique ne veulent plus de l'élevage et cultivent en agriculture biovégétalienne sans le savoir. La fertilisation d'origine animale est chère et peut venir de loin, ce qui est source de dépenses supplémentaires et de pollution. Thierry, céréalier en agriculture biovégétalienne en Loire-Atlantique Article Soft Secert France / Cultiver avec Veganic – L’essor de la marijuana vegan écrit par Soft Secrets “Biologique” signifie travailler avec la nature et non contre elle, pratiquer une gestion durable de votre culture et de son environnement. Cela signifie aussi, bénéfique pour la santé puisqu’environ 300 pesticides sont utilisés régulièrement dans la culture et l’élevage non biologiques et qu’on en trouve des traces dans l’alimentation non biologique. Avez-vous déjà entendu parler de la culture “vegan”? L’herbe vegan est cultivée en utilisant un éventail de nutriments qui ne contiennent pas d’engrais synthétiques, de pesticides, ni aucun ingrédient issu d’animaux comme la farine d’os, le poisson hydrolisé, la farine de sang ou le guano. Il s’agit de travailler uniquement avec des plantes, de pousser le bio à un niveau plus avancé. Beaucoup de dispensaires au Canada et aux États-Unis y sont déjà passés. La demande d’herbe vegan augmente parallèlement à celle d’aliments sans produits laitiers, sans sucre, sans gluten ou sans noix. Les gens veulent des produis qui correspondent à leur mode de vie, sans devoir faire de compromis, sans avoir à s’écarter de leur choix moraux ou alimentaires pour satisfaire leurs goûts. Ces gammes de nutriments sont utilisées par les vegans, mais aussi par des non vegans, qui sont simplement persuadés qu’utiliser des nutriments à base de plantes permet de produire les meilleurs résultats possibles. Certains avancent évidemment qu’on ne peut pas considérer qu’un produit cultivé en intérieur dans des conditions artificielles est bio, puisque sa culture se fait en contradiction avec l’environnement. Et que c’est donc tout sauf bio! On retrouve le même argument chez les vegans et dans le mode de vie vegan en général. Si vous poussez le raisonnement encore plus loin, vous allez vous trouver face à des contradictions. Par exemple, de quoi sont faits vos pots ou vos serres? N’y a-t-il pas de produits issus d’animaux dans les adhésifs, les plastiques ou les emballages de votre matériel? La liste est longue. La plupart des gens acceptent néanmoins que dans le monde actuel, on ne peut pas tout contrôler et qu’un peu est mieux que rien! Le peu qu’on arrive à faire est déjà mieux que rien et c’est ce qu’on doit avoir en tête quand on choisit de cultiver de façon vegan. Les techniques de culture vegan s’approchent le plus possible des conditions et de l’environnement de croissance naturels des plantes. Dans la nature, les plantes sont très peu exposées au monde animal, qui se limite le plus souvent aux insectes qui se décomposent dans la terre. Elles ne sont jamais exposées aux niveaux de produits issus des animaux qu’on trouve dans les engrais bio génériques. Vos plantes ne manqueront donc de rien si vous utilisez des nutriments vegan. Les matières animales dans les engrais peuvent avoir un effet négatif sur votre récolte. Les résidus de produits animaux se décomposent très lentement dans le cannabis et laissent des traces qui perdurent longtemps après que la plante a métabolisé les nutriments. Il n’est pas possible d’éliminer complètement ces résidus, qui se présentent sous la forme de métaux lourds, puisqu’ils sont stockés dans les plantes sous forme de sels. Ces résidus proviennent de sources diverses, y compris certaines sociétés qui fabriquent des nutriments et qui ne signalent pas tous leurs ingrédients, voire des cultivateurs qui ajoutent des sprays et des produits pour augmenter leurs récoltes, et évidemment des produits animaux présents dans les nutriments. Les excréments d’animaux qui sont utilisés comme engrais sont pleins de tout ce à quoi les animaux ont été exposés, de tout ce qu’ils ont ingurgité, notamment des hormones, des pesticides et des antibiotiques pour ne citer que quelques exemples. Tout cela influe sur la qualité et sur le goût de votre produit fini. L’herbe cultivée de façon vegan contient jusqu’à 1000 fois moins de métaux lourds qu’un produit bio de haute qualité. Les défenseurs du vegan soutiennent que l’herbe vegan est la plus pure et la plus puissante qu’on puisse cultiver ou fumer, et la version la plus proche du cannabis produit de façon naturelle. L’accumulation de résidus dans les plantes a aussi un effet sur le pH du substrat et donc sur les plantes, si vous n’arrivez pas à maintenir de bons niveaux de pH. Les méthodes de culture vegan ne nécessitent pas de contrôle du pH, puisqu’elles permettent de maintenir de façon naturelle un écosystème équilibré et plus sain, dont le pH se situe entre 5.5 et 7.0. On doit parfois ajuster légèrement le pH à mi-chemin de la phase de floraison.Quand la nutrition est très importante, il peut arriver que le pH descende au niveau le plus bas des normes acceptées (5.5). C’est le substrat qui est le plus important pour la culture vegan. Comme pour le bio, il vaut mieux utiliser du terreau ou un mélange de terreau. Le terreau contient beaucoup d’humidité, il a un bon drainage et contient certains nutriments naturels, ce qui signifie qu’il peut fournir une partie des nutriments nécessaires au moins pendant les premières semaines. Il contient aussi plein de champignons et de bactéries, ce qui est juste parfait. Un “terreau d’empotage” riche permet d’éviter des problèmes comme de devoir couper les feuilles et l’herbe, il est plein de microbes bénéfiques qui l’aideront à atteindre une biodisponibilité aussi proche que possible des 100%. La biodisponibilité du terreau est la mesure de la quantité de nutriments présents que pourra assimiler le système racinaire des plantes. Les nutriments non bio ou non vegan se présentent sous une forme déjà soluble et peuvent être directement assimilés par les plantes. Par contre, les nutriments bio et vegan doivent être transformés en solution liquide. Les plantes dépendent donc totalement des microbes et des bactéries bénéfiques qui sont déjà présents dans le terreau pour pouvoir utiliser les matières végétales en décomposition (nutriments). L’objectif de la culture vegan est que le terreau soit toujours plein de bactéries bénéfiques, de façon à créer un foyer où les bactéries et les champignons prolifèrent et ainsi, un environnement très actif où les nutriments peuvent être rapidement transformés en solution liquide. La seule chose qui persiste après que les plantes ont métabolisé les nutriments sont les glucides complexes, qui sont ensuite utilisés pour alimenter les microbes dans le terreau, le cycle se poursuit donc! Les nutriments non vegan peuvent avoir un niveau d’absorption de 20 à 25%. La méthode vegan vise à atteindre les 100%, ce qui stimule les récoltes, améliore la qualité et le goût de façon spectaculaire. De nombreux convertis vous diront que les résultats sont tellement bons qu’une fois qu’on a essayé le vegan, on ne revient plus en arrière. Il existe plusieurs gammes de nutriments vegan qui, utilisés avec des produits contenant des mycorhizes, vont stimuler les bactéries bénéfiques pour vos plantes. Il existe une version vegan de tous vos produits spécifiques pour “croissance”, “floraison” et “fleurs” : additifs, boosters, ou de rinçage. Les besoins des plantes sont pris en compte à chaque étape avec des matériaux végétaux riches en nitrogène, comme des graines de luzerne de coton, des brisures de soja pour les plantes en phase végétative, et d’autres riches en phosphore et en potassium, sous forme de potasse, de phosphate naturel et de cendre de bois, pour la phase de floraison. On citera comme autres additifs vegan friendly : Humic acid, qui aide à l’assimilation des nutriments ; Cal-Mag pour de bonnes récoltes ; et les enzymes pour le traitement et la régénération de nouvelles racines et le recyclage des racines mortes. Utilisez tout cela correctement et vous serez sur le bon chemin de l’utopie vegan. Vous augmenterez fortement la biodisponibilité de votre terreau en utilisant du thé de compost qui, sous sa forme la plus simple, s’obtient en trempant un sac de compost perméable dans un seau d’eau. Les nutriments passent dans l’eau et vous obtenez un “thé” qui contient tous les bienfaits de l’engrais. Le thé de compost aide à augmenter la quantité de nutriments. Il accélère également la dégradation des toxines et améliore la qualité nutritive et le goût. C’est le moyen idéal de tester un nutriment vegan sur vos plantes et de tenter d’atteindre 100% de biodisponibilité. Pour faire du thé de compost, diluez votre mélange de compost dans de l’eau et forcez la vie microbienne en ajoutant une aération dans le mélange. Cela permet aux micro-organismes composés de bonnes bactéries, de champignons, de protozoaires et de nématodes de se multiplier rapidement et de créer une solution microbienne riche. Un bon compost vegan contient toutes sortes de “déchets verts”. Une pleine pelletée de ce compost dont le matériel est bien décomposé sera très utile. Appliquez régulièrement le thé de compost à vos plantes. Je vous conseille de le faire fermenter à l’aide des orifices de ventilation de 3 à 7 jours. Les microbes disparaîtront rapidement dès que l’aération sera enlevée. Il faut donc maintenir l’aération du thé jusqu’à ce que vous l’utilisiez. Je n’insisterai jamais assez sur le fait qu’il faut maintenir les bactéries bénéfiques de votre terreau en activité autant que possible. C’est la seule façon de s’assurer que tous les nutriments que vous procurez à vos plantes sont sans cesse biodisponibles. La culture vegan est plus qu’une tendance montante. Elle donne de vrais résultats avec un apport minimum. Le marché du cannabis croît rapidement et la méthode vegan gagne de même en popularité auprès des cultivateurs qui veulent un cannabis plus sain, des fleurs plus savoureuses et des récoltes plus abondantes. Tout cela est réalisable en imitant au plus près l’environnement naturel de croissance du cannabis. L’herbe vegan a un arôme et un effet puissants, grâce à la facilité avec laquelle la plante métabolise les nutriments. Cela lui donne plus de temps et d’énergie pour créer des huiles essentielles et des terpènes. C’est pour cela que l’herbe vegan a généralement un taux de terpène plus élevé. De même, en ce qui concerne les cannabinoïdes actifs, il n’est pas rare de trouver des variétés vegan qui ont plus de 20% de THC et plus de 10% de CBD. La gagnante de la High Times cannabis cup en 2016 était une variété vegan qui avait un taux de CBD de 13% et il existe une variété vegan de la Platinum Cookies qui atteint 22% de THC! Et ce n’est pas un hasard si Kyle Kushman, le gourou des cultivateurs de cannabis vegan a remporté 13 prix à la Cannabis cup avec son onctueuse et puissante “Strawberry Cough”! On ne peut pas contester de telles statistiques. L’herbe vegan est aussi la manière la plus respectueuse de l’environnement de cultiver en intérieur. Pour le moment, on ne peut pas faire grand-chose pour diminuer la quantité d’énergie utilisée dans la culture d’intérieur, mais le fait d’éliminer tout produit animal est un moyen facile et tangible de réduire l’impact de la culture du cannabis sur la planète. En ce qui concerne le cannabis médical, la qualité et la pureté de la composition de l’herbe vegan est incomparable. Elle est tellement « propre » qu’elle est idéale pour être utilisée en médecine. L’herbe non vegan peut contenir des éléments polluants (métaux lourds) à un niveau de 2 à 5 parties par million, alors que l’herbe vegan en contient au plus de 200 à 600 parties par milliard, soit plus de 100 fois moins. Certaines personnes sont très sensibles aux polluants, même à de faibles niveaux. Il peut s’agir d’une réaction aggravée par un état de santé préexistant, ou d’une intolérance aléatoire, mais la présence de métaux lourds peut provoquer des maux de tête, des nausées et dans des cas graves, la maladie de Crohn ou même certaines formes d’autisme. Au vu de tout ceci, il existe donc de bons arguments pour au moins essayer la culture vegan, qui a tous les atouts. Des plantes plus saines qui vous rendront aussi plus sain, de plus grandes récoltes, plus de goût, des effets plus puissants. Et bien sûr, sa nature respectueuse de l’environnement et sa possible utilisation médicale. Avec un marché sans cesse en expansion, une demande croissante de plus de diversité dans le choix d’un cannabis plus propre, produit de façon durable, sans matière animale, plus pur pour un usage médical et avec un historique transparent et traçable, je suis certain qu’il ne faudra pas longtemps avant que le vegan soit adopté par de plus en plus de cultivateurs. Car même s’ils ne pratiquent pas le véganisme dans leur vie quotidienne, ils veulent pouvoir pratiquer des méthodes de culture et produire une herbe de leur choix. L’accroissement de la demande va sans aucun doute développer la créativité et on verra bientôt de nouvelles gammes de produits vegan. Dans le fond, il s’agit de tenter de produire les meilleures plantes, qui soient bénéfiques tant pour vous que pour l’environnement! Par Rich Hamilton Photos cédées par Dinafem https://www.softsecrets.com/fr/cultiver/la-culture-urbaine/cultiver-avec-veganic-lessor-de-la-marijuana-vegan/ Lire les interviews sur les Cahiers antispécistes Commander la brochure Agriculture végane Écouter la conférence sur l'agriculture végétalienne présentée à la Veggie Pride 2014 Site en anglais sur l'agriculture biovégétalienne de l'association Vegan Organic Network source L214 : https://www.l214.com/agriculture-biovegetalienne Pour aller plus loin voilà des début de réponses à " comment engraisser nos petites avec des amendements 100% végétaux " D'abord la méthode du compagnonnage : -Topic : Les bienfaits du compagnonnage pour le cannabis. - Topic :Le Milpa : technique des trois sœurs ( compagnonnage & plantes auxilaires ) Ensuite ce topic très utile : -Topic :Les valeurs NPK dans les matières organiques. Des méthodes pour faire des engrais maison : engrais-de-croissance-home-made permaculture-d'intérieur le-no-till-gardening thé-de-compost-aéré-activé-ou-TCAA le-purin-dorties bokashi-activateur-enrichi sérum-de-lactobacille-lab acide-fulvique-home-made
  11. Les Huiles Essentielles en Culture Organique du cannabis pour protéger, soigner, nourrir et stimuler. Table des matières: 1.0 Quelques conseilles avant de vous lancer. 1.1 Dosages des Huiles Essentielles 2.0 Recettes classiques 3.0 Les mélanges de base d’Huiles Essentielles 3.1 Préparation de base d’Huiles Essentielles n°1 3.2 Préparation de base d’Huiles Essentielles n°2 3.3 Préparation de base d’Huiles Essentielles n°3 3.4 Préparation de base d’Huiles Essentielles n°4 3.5 Préparation de base d’Huiles Essentielles n°5 4.0 Les recettes finales complètes 4.1 Recette n°1 4.2 Recette n°2 4.3 Recette n°3 4.4 Recette n°4 5.0 Utilisation 5.1 En pulvérisation 5.2 Les arrosages et pulvérisation a combiner 6.0 En apprendre plus sur les Huiles Essentielles et la protection des plantes. 7.0 Astuces 7.1 Contre les odeurs 7.2 Pour le nettoyage "On appelle Huile Essentielle, ou parfois essence végétale (du latin essentia, « nature d'une chose »), le liquide concentré et hydrophobe des composés aromatiques (odoriférants) volatils d'une plante. Il est obtenu par extraction mécanique, entraînement à la vapeur d'eau ou distillation à sec. D'autres extraits végétaux sont obtenus par extraction avec des solvants non aqueux volatils (hexane, éther…) tandis qu'un nouveau procédé d'extraction s'est développé récemment : l'extraction au CO2 supercritique. Dans tous ces cas, il ne s'agit alors plus d'huiles essentielles, terme réservé aux produits de la distillation aqueuse, à sec ou de l'expression à froid, mais d'extraits végétaux qui portent différents noms selon les procédés successifs qui leur sont appliqués : concrètes, absolues, résinoïdes, oléorésines, etc. Enfin, l'extraction sans distillation par de l'alcool, de l'eau liquide ou un mélange des deux, porte différents noms selon les méthodes pratiquées : tisane, macération, décoction, extrait hydro-alcoolique, teinture, etc. L'ensemble est regroupé sous le terme générique « extraits naturels complexes » (Natural Complex Substances ou NCS en anglais). ATTENTION L'ingestion d'huile essentielle peut entraîner une intoxication sévère, notamment chez les enfants pour lesquels le risque accidentel est plus élevé. Cette intoxication peut survenir avec de petites quantités et le risque est plus élevé en cas d'antécédent d’épilepsie ou de convulsion. Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont neurologiques, respiratoires et digestifs. Les principaux symptômes neurologiques sont des crises convulsives , une agitation ou au contraire une somnolence, des signes semblables à l’ébriété, des troubles de l’équilibre ou des hallucinations. Des signes respiratoires peuvent survenir, tels qu'une toux persistante ou une irritation de la gorge, ainsi que des signes digestifs comme des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et des diarés. En ce qui concerne l'application cutanée, certaines précautions sont impératives et dépendent de chaque huile essentielle. Certaines huiles sont dermocaustiques (agressives pour la peau), comme l’origan, d'autres photo sensibilisantes comme certains agrumes. Par conséquent, il faut agir avec beaucoup de précaution et respecter ces quelques règles de base : • ne jamais appliquer une huile essentielle pure sur la peau et surtout sur les muqueuses; • le plus souvent, l'huile essentielle doit être très fortement diluée dans un support comme une huile végétale. Mettre une huile essentielle pure sur la peau peut être très dangereux ; sauf indication, ne pas dépasser une concentration de 5 % ; • certaines huiles essentielles peuvent être irritantes, voire contenir des allergènes (donc allergisantes pour certaines personnes) ; • éviter de s'exposer au soleil après application de certaines huiles essentielles, surtout celles des Citrus, qui sont photosensibilisantes (augmentation de la sensibilité aux U.V.) ou peuvent provoquer l'apparition de taches pigmentées disgracieuses sur la peau ; • par précaution, proscrire l'utilisation des huiles essentielles chez les femmes enceintes et les enfants de moins de trois ans : seules certaines sont utilisables dans leur cas et avec des dosages appropriés. ◦ « Les enfants et les bébés : ils ont « leurs huiles essentielles » et « leurs posologies » bien à eux : ne les traitez pas avec celles préconisées pour les adultes. Les bébés allaités profitent des essences par le biais du lait maternel, donc attention (on soigne d'ailleurs généralement la maman plutôt que le bébé directement). On peut aussi leur prodiguer des massages légers, en choisissant avec précaution les huiles essentielles et les huiles végétales. ◦ Les femmes enceintes : en dehors des formules qui leur sont spécialement consacrées (« je suis enceinte », « je vais accoucher »…), abstenez-vous de toute prise d'huile essentielle de votre propre chef. Demandez systématiquement conseil à une personne qui connaît vraiment les huiles essentielles avant de vous lancer dans l'aventure. » Attention, il ne faut pas comprendre « huile essentielle » dans le même sens que les « acides aminés essentiels » (qui sont « essentiels » au sens d’indispensables au bon fonctionnement de l'organisme) : dans le cas des HE, le terme « essentiel » a un sens chimique et signifie plutôt « liquide hydrophobe aromatique plus ou moins volatil » (à l'instar des essences d'hydrocarbures utilisées comme carburant)." Source:https://fr.wikipedia...sition_chimique Les Huiles Essentielles (HE) sont peu utilisées dans la culture du Cannabis et pourtant elles possèdent de nombreux avantages. C'est sont un concentré de plantes très efficace et puissant, pouvant protéger, soigner, nourrir et stimuler les plants de cannabis pour les rendre plus robustes. De plus, leurs prix est raisonnable et sont très facilement accessible. Les Huiles Essentielles sont très efficaces et agissent directement et indirectement sur tous les nuisibles et les maladies. Elles contiennent des dizaines voir des centaines de molécules actives de toutes sortes Terpènes, Cétones, Alcools,… un atout majeur face aux ravageurs et leurs résistances aux quelques molécules actives contenues dans les insecticides conventionnels. Les constituants terpénoïdes purifiés des Huiles Essentielles sont modérément toxiques pour les mammifères, à quelques exceptions près. Les huiles ou les produits à base d'huiles sont pour la plupart non toxiques pour les mammifères, les oiseaux et les poissons. En raison de leur volatilité, les Huiles Essentielles ont une persistance limitée dans des conditions de terrain, donc, bien que les ennemis naturels soient sensibles par contact direct, les nuisibles se réinventant sur une culture traitée un ou plusieurs jours après le traitement ils sont peu susceptibles d'être empoisonnés par les résidus de contact comme cela se produit souvent avec les insecticides classiques. Quelques Huiles Essentielles (HE) couramment utilisées dans la protection des plantes, elles sont composées de principes actifs très puissants: Romarin, Cannelle, Coriandre, Menthes poivrées ou citronnées, Menthes, Lavande, Thym, Mélisse, Sarriette, Sauge, Romarin, Basilic, Origan, Marjolaine, Géranium,… Ces Huiles Essentielles peuvent aussi être utilisées en plantes fraiches pour faire des thés de plantes (Sujet a venir). En préventif: N’attendez pas d’avoir un quelconque problème pour pulvériser, prévoyez une pulvérisation tous les 10/15 jours pour booster les plantes et leur immunités. En curatif: Pulvérisez de bas en haut plus ou moins une fois par semaine, variez les arrosages (Ex: …, 6jours, 4jours, 6jours, 3jours,…) 1.0 Quelques conseilles avant de vous lancer. Bien respecter les dilutions et précautions d’emploi classiques des Huiles Essentielles. Pour que ces recettes soient optimales votre culture doit être 100% organique. Utiliser de l’eau déminéralisée, osmosée, dynamisée,… a température ambiante ou chaude (utiliser le bain marie pour dissoudre les huiles visqueuses. Utilisez de préférence des Huiles Essentielles de qualité biologique (AB, Ecocert,...) Les Huiles Essentielles doivent être mélangées a un émulsifiant naturel contenant de la saponine Aloé véra, Savon naturel, Yucca, Reetha, Fénugrec… Mélangez toujours vos Huiles Essentielles et Huiles végétales ensemble dans un premier temps et l’eau a la fin. Agitez fortement plusieurs dizaines de secondes les préparations avant chaque nouvelles utilisations. Les Huiles Essentielles sont non solubles dans l’eau, pour faire vos émulsions mélangez énergiquement vos préparations a l’aide d’une bouteille en verre refermable, d’un blender ou d’un shaker. Si des gouttelettes d'huile flottent encore, rajouter un peu d’émulsifiant. Toutes les recettes proposées sont modulables a volonté, Faites en fonction de la disponibilité des produits, rien n’est figé. Utilisez de préférence des produits frais de qualité pour la conception de vos préparations. Ne dépassez jamais 2.5% d’Huiles Essentielles a l’ingrédient inerte (Eau) 2.5 mll/L d’eau maximum. Lorsque vous utilisez les Huiles Essentielles pour la première fois, divisez par 5 le dosage 0.5%/Litre. Ne mettez pas 2.5 % d’HE la première fois. Ne pulvérisez pas sur des semis. Pulvérisez de bas en haut juste avant l’extinction de la lumière et rincez vos plantes avant le passage en floraison. 1.1 Dosages des Huiles Essentielles 0,05 ml = 1 goutte 1 ml = 20 gouttes 5ml = 1 cuillère à café 15 ml = 1 cuillère à soupe 2.0 Recettes classiques Pucerons Huile Essentielle de Géranium bourbon, Menthe 1ml (20 gouttes) Huile végétale 1ml Savon noir ou savon de marseille 1ml Eau 1Litre Fourmis Huile Essentielle d’Orange 1ml (20 gouttes) Huile végétale 1 ml Savon noir ou savon de marseille 1 ml Eau 1Litre Cochenille Huile Essentielle d’Angélique 1ml (20 gouttes) Huile végétale 1 ml Savon noir ou savon de marseille 1 ml Eau 1Litre Préparation Mélangez l’Huile Essentielle, l'huile végétale et le savon jusqu'à obtenir un préparation homogène. Ajoutez l'eau et secouez. Vous pouvez pulvériser. 3.0 Les mélanges de base d’Huiles Essentielles Utilisez jusqu'à 2.5 ml d’Huiles Essentielles (2.5% du mélange maximum) par litre d’ingrédient inerte (eau) , mélangées 5 a 6 Huiles Essentielles maximum. Toutes les préparations de base auront un impact plus ou moins efficaces sur toutes les maladies fongique. 3.1 Préparation de base n°1 Tétranyques, Acariens et tout autres nuisibles. 5 gouttes d’Huile Essentielle de Romarin a camphre bio (Espagne) Composants (a-pinène: 27,5%, Camphène: 12,9%, Mircene: 4,0%, Limonène: 3,4%, 1,8-Cineol: 15,8%, Camphre: 18,1%, Linalol: 0,6%) 5 gouttes d’Huile Essentielle d’Eucalyptus radié bio (Australie) Composants (1,8-Cineole% (m / m): 92,17, a-Pinene% (m / m): 1,44, b- Pinene% (m / m): 0,83, Sabinene% (Myrcène, citronellal, acétate de géranyle, nerol, géraniol, néral et traces), 0,2% De limonène et de citral) 1 goutte d’Huile Essentielle de Thym a thymol bio (Espagne) Composants (a-thuyone, a-pinène, camphène, b-pinène, p-cymène, a-terpinène, linalol, borneol, b-caryophyllène, thymol et carvacrol. 1 goutte d’Huile Essentielle de Girofle feuilles (Madagascar) Composants (Eugénol 94,73%, Bêta-caryophyllène ... 3,63%, Acétate d'eugényle ... 0,78%) 1 goutte d’Huile Essentielle de Gingembre (Inde) Composants (Citral et plus de 300 autres composants) 3.2 Préparation de base n°2 Tétranyques, Acariens et tout autres nuisibles. En proportions égales: Huile Essentielles de Citronnelle (Larvicide) Huile Essentielles de Romarin (fait fondre les œufs d'acariens) Huile Essentielles de Gingembre Huile Essentielles de Thym Huile Essentielles de girofle Huile Essentielles d’Eucalyptus 3.3 Préparation de base n°3 En proportions égales: Huiles Essentielle de Cannelle (linalool) Huiles Essentielle de Girofle Huiles Essentielle de Romarin Huiles Essentielle de Thym 3.4 Préparation de base n° 4 Contre les nuisibles en culture intérieur, insectifuge et répulsif. En proportions égales: HE Citron (Citrus limonum - Italie) HE Citronelle (Cymbopogon winterianus - Indonésie) HE Rose (Rosa damascena) HE Lavande (Lavandula latifolia - Espagne) HE Basilic tropical bio (Ocimum basilicum - Inde) 3.5 Préparation de base n° 5 Pour lutter contre les mouches. En proportions égales: HE menthe verte (Mentha spicata) HE basilic (Ocimum basilicum) Faites les mélanges que vous voulez, voici quelques exemples d’Huiles Essentielles pouvant être combiner. Elles sont très efficaces dans la protection des cultures de Cannabis pour leurs propriétés de lutte antiparasitaire et antifongique. Cannelle écorce (Cinnamomum zeylanicum - Sri-Lanka) Citronnelle (Cymbopogon winterianus - Indonésie) Citron (Citrus limonum - Italie) Eucalyptus (Eucalyptus globulus - Portugal et Chine) Clou de Girofle (Eugenia caryophyllus - Madagascar) Girofle feuille (Eugenia caryophyllus - Madagascar) Lavande (Lavandula latifolia - Espagne) Menthe poivrée (Mentha piperita - Inde) Menthe verte (Mentha spicata - Inde) Romarin (Rosmarinus officinalis CT camphre - Espagne) Thym (Thymus vulgaris) (France) Thym (Thymus vulgaris CT thymol - Espagne) Vétiver (Vetiveria zizanoides - Haïti ) 4.0 Les recettes finales complètes 4.1 Recette n°1 Pour 1 Litre d’eau 0.5 ml (10 gouttes) de la préparation de base d’Huiles Essentielles n°2 1 cuillère a café de Sérum de Lactobacille 1.25 ml (25 gouttes) d’Huile Essentielle de Lavande 1 gr de potasse (émulsifiant, saponine,...) 1/2 gr d’Algue (Polysaccharides,...) 4.2 Recette n°2 Pour 1 litre d’eau 0.5 ml (10 gouttes) de la préparation de base d’Huiles Essentielles n°2 1 gr de potasse (émulsifiant, saponine) 1/2 gr d’Aloe vera (Polysaccharides,...) 1/2 ml d’Eau de coco (Hormones,...) Thé de Graines Germées Orge (SST) 4.3 Recette n°3 Pour 1 Litre d’eau 0.5 ml (10 gouttes) de la préparation de base d’Huiles Essentielles n°2 1 cuillère a café de Sérum de Lactobacille https://www.cannaweed...ab-fait-maison/ 1.25 ml (25 goutes) d’Huile Essentielle de Lavande 1 gr de potasse (émulsifiant, saponine) 1/2 gr d’Aloe vera (Polysaccharides,...) 4.4 Recette n°4 Pour 1 Litre d'eau 4 ml d'huile de Neem 1 gr de potasse (émulsifiant, saponine) 3.5 ml (70 gouttes) préparation de base d’Huiles Essentielles n°1 Préparation Vous pouvez reprendre cette méthode de préparation pour les recettes n°1, 2 et 3 Contenant n°1 125 ml d'eau chaude 0.5 cuillère a café de silicate de potassium (émulsifiant) 1 cuillère a café d’aloé Vera (polysaccharides) Contenant n° 2 1ml (20 gouttes) mélange d’Huiles Essentielles n° 3 0.5 cuillère a café d’huile de Neem 0.5 cuillère a café d'huile de Karanja Contenant n°3 1 Litre d'eau chaude (sans les 125 ml d'eau chaude du contenant n ° 1) Mélangez le contenant n°2 dans le contenant n°1 Secouez au maximum Versez dans le contenant n°3 Secouez au maximum Incorporez dans le pulvérisateur et utilisez au plus vite. 5.0 Utilisation 5.1 En pulvérisation Pour activer le Système de Défense Naturel (SDN) des plantes et augmenter l’efficacité des recettes n°1, 2, 3 et 4 vous pouvez les mélanger a vos préparations maison. • Thés de Compost • Extraits Fermentés (purin) • … 5.2 Les arrosages et pulvérisation a combiner En complément pour soutenir les préparations arroser régulièrement vos plantes avec vos préparations maison. • Thés de Graines Germées (SST) • Algues • Inoculants Microbien • … 6.0 Pour en apprendre plus sur les Huiles Essentielles et la protection des plantes. Le livre d’Eric Petiot "SOIGNER LES PLANTES PAR LES HUILES ESSENTIELLES ET LES HUILES VÉGÉTALES ET MINÉRALES. "Éric Petiot, en véritable pionnier, nous livre ici le fruit de nombreuses années d'expérimentations et d'études scientifiques dans un domaine encore largement inexploré. Grâce à lui vous apprendrez à constituer une trousse d'huiles essentielles de secours et serez autonome pour soigner vos plantes tout au long de l'année. Ainsi vous trouverez dans cet ouvrage unique les notions élémentaires pour mieux comprendre le fonctionnement des huiles essentielle au sein du végétal puis des recettes pour traiter les maladies les plus courantes selon différentes techniques (pulvérisation, perfusion, injection…)" Procédé d’extraction des huiles essentielles Le procédé consiste à faire traverser une cuve remplie de plantes aromatiques par de la vapeur d’eau. 
La vapeur d’eau extrait l’essence de la plante et forme avec elle un mélange gazeux homogène. A la sortie de la cuve et sous pression contrôlée, la vapeur d’eau enrichie d’huile essentielle traverse un serpentin et se condense. Le liquide aboutit dans l’essencier (vase florentin) où l’huile essentielle de densité inférieure à celle de l’eau (<1) flotte sur l’eau de distillation (hydrolat) et se recueille par débordement. Critères d’une bonne distillation La distillation est un procédé délicat, exigeant de l’expérience et une surveillance constante. Pour obtenir une huile essentielle de première qualité, les critères suivants doivent être respectés : • L’alambic : il doit être en acier inoxydable, le cuivre et le fer pouvant former des oxydes. • Basse pression : la distillation doit s’effectuer à basse pression, entre 0,05 et 0,10 bars, des suroxydations se produisant sous haute pression. Ainsi, la couleur de l’huile essentielle de thym vulgaire en pleine floraison varie du rouge clair au rouge brun en élevant la pression. La pyrogénation des bois avec des écorces, consécutive à la distillation sous haute pression et haute température donne des huiles essentielles souillées de goudrons cancérigènes. • Durée de la distillation : elle doit être prolongée pour permettre de recueillir le « totum » des molécules aromatiques, c’est-à-dire l’ensemble des fractions dites de « tête », de « cœur » ou de « queue ». Par exemple, les trois quarts de l’huile essentielle de thym vulgaire sont extraits durant les trente premières minutes, mais il faut de soixante à quatre-vingt minutes supplémentaires pour extraire la totalité des phénols longs à passer. Les distillateurs sont payés au kilogramme d’huile essentielle, et c’est pourquoi certains producteurs distillent à haute pression et cessent la distillation après les 25 ou 30 minutes rentables. Très souvent, ces huiles essentielles sont ensuite « rectifiées », c’est-à-dire re-distillées pour les purifier des composants indésirables (points d’ébullition plus élevés) et pour concentrer les composants les plus volatiles. Ce procédé produit des huiles essentielles décolorées avec une odeur moins fine, des propriétés différentes et des effets indésirables accrus. Ainsi, une huile essentielle d’eucalyptus rectifiée pourra contenir jusqu’à 80% d’eucalyptol, mais elle sera plus irritante pour les bronches qu’une huile essentielle d’eucalyptus « complète » n’en contenant que 60%. • L’eau : l’eau employée sera une eau de source peu ou non calcaire pour éviter de recourir aux détartrants chimiques. • Stockage et conservation : après distillation, les huiles essentielles doivent être filtrées, puis stockées dans des cuves hermétiques inaltérables entreposées dans une cave fraîche. Leur mise en bouteille doit se faire uniquement dans des flacons en verre opaque brun ou bleu pour assurer leur conservation à l’abri de la lumière et de l’oxygène. Source: https://www.bivea.fr/...ar-distillation 7.0 Astuces 7.1 Contre les odeurs Il existe plusieurs façon de procéder vous pouvez vaporiser quelques gouttes de vos Huiles Essentielles préférées vaporisateur, diffuseur,... Une recette sympas a faire pour faire du ONA gel maison proposé par un membre de la communauté. https://www.cannaweed...ona-gel-maison/ 7.2 Pour le nettoyage Nettoyez vos outils de culture sans produit chimiques et de synthèses grâce aux Huiles Essentielles comme l’Eucalyptus et la Citronnelle De par leur puissance les Huiles Essentielles feront de très bons produits ménagé, elles sont désinfectantes, bactériostatiques, microbiocides, fongicides,… Pour les grosses surfaces (Box, pots,…) vous avez juste a les mélanger a de l’eau chaude et un peu de savon naturel (option) Pour les petits objets (scalpel, ciseaux,…) disposez pure sur un coton. Pour plus de recettes dédiées au nettoyage dirigez vous vers les forums adaptés. Retrouver plus de recettes dans le Regroupement de recette Antiparasitaire, Antifongique et Stimulateur des Défenses Naturelles des Plantes (SDN) fait maison. Vous avez des questions ou des idées pour enrichir ce sujet n’hésitez pas. ++
  12. Culture Organique extérieur Préparer simplement en avance vos propres engrais 100% naturel. C’est le printemps certains growers décident déjà de préparer leurs engrais avant le lancement de la session outdoor. En vue des beaux jours vous pouvez prendre les devants et préparer en avance vos engrais, complexes racinaire, inoculants microbien,... Nous avons donc compilés différentes recettes pour cultiver sans vous ruiner. Ces préparations sont facile a mettre en œuvre, elles apporteront tous les nutriments (NPK) et macro-éléments nécessaires à la croissance de vos plantes. De plus vous pourrez les conserver. Le FSST ou Thé de graines germées Fermenté Racinaire Riche en vie microbienne et en phytohormones Acide Fulvique Rend assimilables les éléments NPK Engrais de croissance (FPJ) Riche en Azote Macro-éléments Vie microbienne Le sérum de Lactobacille (LAB) Vie microbienne Racinaire Renforce et stimule les plantes Augmente l’efficacité de vos préparations. Le Calphos Riche en calcium et en phosphore Renforce et améliore le système racinaire Permet la transition Croissance Floraison Engrais de floraison (FJ) Associé au Calphos il apportera tous les nutriments nécessaires lors de la phase de Floraison. Avec ce programme complet vous voila parés pour une culture Organique 100% naturelle pour tous les stades de la plante. Vos préparations ne seraient rien sans un bon substrat, consultez nos Topiques Uniques préparation de substrat & viabilité de substrat. En parcourant la section Culture Organique vous trouverez tout une batterie de recettes à tous les prix pour cultiver naturellement. Voici les regroupements de recettes "fait maison" Engrais de Croissance Engrais de Floraison Inoculants Microbiens Antifongiques et anti-parasitaires fait maison Vous souhaitez partager votre passion pour la Culture Organique, venez vous exprimer dans le topique débat d’idées Culture Organique. Retrouvez aussi toutes les expériences des CannaWeedeur dans les tests et Labo de l’organique. Bonne sessions 2016 a toutes et tous. ++
  13. Bonjour à tous et Bienvenue sur ce JDC n°1 et demi (le demi c'est mon premier JDC non terminé....) Présentation de l'espace de culture: -Placard IkeO 80*40*1.80 -Intra passive diam. 125mm -Extra RVH 260-320mm3/h (je crois, c'est le bi-vitesse) en diam. 125mm -Caisson home-made -Ventilateur oscillant ???mm3/h (il est au top!!!!! super silencieux ) -HPS 250W Sylvania (je crois...) Cooltubée -Pots 15/15/20 3,4L -Thermomètre Hygromètre -Gaine insonorisée diam.125mm Plantes cultivées, modes de culture et engrais: -1 Wombat féminisée (freebie) de BlimBurn seeds (Aucune info sur cette plante, aucun report complet ni smoke si quelqu'un à, c'est volontier!!!!! ) -3 plantes qui sont soit: Iced Grapefruit de Female Seeds (cultivée en OB à la dernière session, on valide !!!!!!! ) SuperSkunk régulières de SensiSeeds (jamais pris de regular mais je connais leur skunk et sskunk et je kiffe) J'ai fait de la merde sur ces 3 pieds car ils étaient 4 a la base, 2*Iced et 2*Skunk. Un pied a crevé et je me suis embrouillé sur les étiquettes...... Trop de fumette;) -3 boutures d'Amnesia femelle de Breeder inconnu - et des boutures de mes 4 pieds ................................. - Pour le mode de culture, je palisse a mort, je ne taille pas les apex (on verra sur les suivantes), et je pince sauvagement !!!!! :D -Pour l'instant je suis sur une config' avec un seul placo qui me fait les deux cycles mais je devrais très prochainement remonter ma petite homebox 60*60, acheter une éco 125W et foutre mes boutures la'dans pendant que je passe en flo dans mon grand placo! ........................ -Au niveau des engrais, j'utilise la gamme Biobizz avec Roots Juice, BioGrow, BioBloom, TopMax et un booster de flo qui ne vient pas de chez eux, c'est le phase 4 de chez VG. J'ai aussi en réserve du Ph -; du plagron pas bio pour la cro et bio pour la flo (pas utilisé car j'ai surrengraissé......) -Pour le terreau c'est aussi BioBizz avec le LightMix Pour l'instant, je suis en croissance donc, aux environs de C+40/45 je pense, je n'avais pas de calendrier au début de cette culture...... Les photos arrivent très prochainement, je dois aller faire à manger la!!!! Tchusss la comu' ps après edit: Mes photos sont trop lourdes pour le site, que faire???? Merci encore Peace'''