Petit manuel de la vaporisation

Sign in to follow this  
By Guest ,
Petit manuel de la vaporisation

Petit manuel de vaporisation

 

 

 

I. Définition

II. Histoire

III. Avantages

IV. Fonctionnement

V. Vaporisateurs

VI. Liens

 

 

 

 

I. La vapo, qu'est-ce que c'est ?

La vaporisation, aussi appelée fumigation, consiste à chauffer une substance tout en maintenant sa température en dessous du seuil de combustion pour éviter la formation de goudrons cancérigènes et autres sous-produits nocifs pour la santé. La température peut monter jusqu'à 190°c avant que l'on obtienne les premiers déchets de combustion dus à la cellulose qui compose la matière végétale.

 

De nombreuses plantes, fleurs ou feuilles et pas seulement le cannabis, peuvent profiter de ce mode de consommation mais toutes ne se vaporisent pas à la même température. Suivant le type d'extrait végétal utilisé, les températures nécessaires à la vaporisation peuvent varier pour extraire efficacement les principes actifs.

 

Voici une liste de plantes à vaporiser à basses températures, jusqu'à 150°c

 

 

 

gallery_770987_4262_36614.jpg

gallery_770987_4262_35019.jpg

source docteur-vaporisateur.com

 

 

liste de plantes à vaporiser à moyenne températures, jusqu'à 175°c

 

 

 

gallery_770987_4262_209197.jpg

source docteur-vaporisateur.com

 

 

liste de plantes à vaporiser à hautes températures, jusqu'à 200°c

 

 

 

gallery_770987_4262_41530.jpg

source docteur-vaporisateur.com

 

 

En ce sens, la vaporisation est assez comparable à une distillation qui réclame elle aussi une température définie pour extraire tel ou tel constituant d'un produit, à la différence que lorsque qu'on distille, la vapeur est ré-condensée à la fin du processus pour obtenir un extrait "solide". Les goûts et les effets peuvent être multiples pour une même plante et se démarquent de façon précise suivant la plage de température utilisée.

 

 

Lien dans lequel vous retrouvez les applications thérapeutiques des principales huiles essentielles

 

 

II. Un peu d'histoire

 

La vaporisation est un procédé très ancien, Hérodote décrit le premier les séances de fumigations collectives du cannabis lors des rites purificateurs à l'aide de chaudrons en bronze cinq siècle av. JC.

 

"Les Scythes prennent alors les graines de chanvre et, rampant sous les tapis, ils les lancent sur les pierres chaudes rouges ; et, lancées ainsi, elles brûlent lentement et produisent tant de vapeur qu’aucun bain de vapeur grec ne pourrait les surpasser. Les Scythes hurlent leur joie dans leur bain de vapeur. Cela remplace le bain, car ils ne se lavent jamais le corps avec de l’eau."

 

ef2454.png

extr. Frozen tombs of Siberia: the Pazyryk burials of Iron Age horsemen par Sergeĭ Ivanovich Rudenko

 

Le premier vaporisateur électrique voit le jour dans les années 70, malheureusement la prohibition aura raison de cet appareil prometteur pour l'avenir:

 

"Dans la fin des années 1970, un vaporisateur connu sous le nom de TILT est apparu sur le marché. Selon le fabricant, les tests de laboratoire ont montré qu'il a produit plus de 80% de THC et moins de 79% de goudron qu'une pipe traditionnelle, un rapport de performance près de dix fois meilleur que n'importe quel autre ratio observé dans cette étude. Il est à espérer que ces résultats impressionnants pourront être reproduits à l'avenir. Malheureusement, le TILT a été retiré du marché dans le début des années 80 en raison de l'adoption des lois "Drug parapharmelia".

gallery_770987_4262_21925.jpg

extr: MAPS and CA-NORML Marijuana Water Pipe and Vaporizer Study

 

En 1994 est crée le BC Vaporizer qui va devenir le premier vaporisateur vendu à grande échelle. Il s'agit comme pour le TILT d'un modèle à conduction encore relativement rudimentaire.

gallery_770987_4262_2971.jpg

 

Ensuite des progrès considérables vont être réalisés avec l'apparition des premiers modèles à convection. Evert qui découvre la vapo en 1995 expérimente et commence à développer ses propres modèles pour donner naissance au Verdamper.

gallery_770987_4262_4196.jpg

En 1996, Markus Störz commence à concevoir des vaporisateurs et en janvier 1998, il dépose le brevet du ballon à valve amovible de l'inhalateur Volcano, suivi en août 2000 de l'invention d'un bloc de chauffe comme échangeur thermique pour les "inhalateurs par extraction d'air chaud".

extrait: site Volcano

gallery_770987_4262_2755.jpg

En 2001, le NORML and CAPS consacre le Volatizer, comme étant le premier vaporisateur à paraître dans une revue permettant de supprimer totalement les sous-produits néfastes de la combustion.

gallery_770987_4262_14737.jpg

En 2004 parait dans le Journal of Cannabis Therapeutics une nouvelle étude du NORM and CAPS où le Volcano est testé. Il est démontré les performances de l'appareil et la possibilité de supprimer grâce à la vaporisation les toxines nocives contenues dans la fumé de cannabis.

 

"Vapeur constitué de 95% de THC avec des traces de cannabinol (CBN), un autre cannabinoïde. Les 5% restants se composaient de petites quantités de trois autres éléments: un suspecté d'être relatif aux cannabinoïdes, un supposé PAH (hydrocarbure aromatique polycyclique), et du caryophyllène, un terpène contenu dans le cannabis et d'autres plantes. En revanche, plus de 111 composants différents parus dans le gaz de la fumée brûlée, y compris une demi-douzaine de PAH connus. Les composés Non-cannabinoïdes ont représenté pas moins de 88% de la teneur totale de gaz de la fumée.

Extr. Etude NORML and CAPs 2004

 

Et demain ?

 

Le premier vaporisateur à infra-rouge Oracle à été commercialisé récemment en 2010, équipé d'un émetteur de 400W il atteint les 185°c en 10 secondes. La maitrise de nouvelles technologies à radiation thermique semble alléchantes et par ailleurs des prototypes Laser ont vu le jour, de quoi espérer encore de futurs progrès.

gallery_770987_4262_24130.png

 

III. La vapo, pourquoi ?

 

Pour la santé: En vaporisant, la température reste en dessous du seuil de combustion et évite la formation de goudrons cancérigènes et autres composants nocifs pour l'organisme. La vaporisation est à privilégier pour toutes les applications médicales, étant à la fois plus efficace, plus facile à doser et plus rapide d'action que l'ingestion.

 

Pour les effets: Selon l'appareil, la vapeur produite contient jusqu'à 95% de principes actifs. Autrement dit en utilisant avec du cannabis, vous inhalez du thc presque pur, le reste étant composé de terpènes qui procurent le gout et des traces de PAH. L'effet est sensiblement plus cérébral et dévoile la vraie nature du produit en supprimant l'effet cassant de la combustion.

 

Pour le gout: Tout comme les effets, le goût du produit est parfaitement conservé et étonne de façon saisissante lors des premières utilisations. Le top pour apprécier et révéler pleinement les saveurs d'un produit car aucun composé goudronné ne vient masquer les arômes. Le plus étonnant reste que le gout persiste et installe en bouche très longtemps des saveurs bien plus fortes que le joint.

 

Pour les économies: La vaporisation permet de diminuer sensiblement la quantité de matière nécessaire au bon fonctionnement, 2 à 4 fois en moyenne selon les modèles et par rapport à une combustion classique. Si le coût lors de l'achat du vaporisateur peux sembler parfois élevé, les économies et les bénéfices rentabilisent rapidement l'investissement. Les résidus (zaptar) sont par ailleurs réutilisables en cuisine et remplacent avantageusement le tabac dans vos mélanges si vous décidez de continuer à fumer.

 

 

IV. La vapo, comment ça marche ?

 

Par conduction: La matière est chauffée directement par contact avec un élément chauffant. Généralement bon marché, ce procédé est le plus simple à mettre en œuvre mais aussi le moins efficace. Il a également le gros défaut de présenter un plus grand risque de combustion car le contrôle de la température est plus délicat et le chauffage moins homogène.

gallery_770987_4262_16873.jpg

source vaporizer info.com

 

Par convection: Dans ce cas l'élément chauffant n'est plus au contact direct avec la substance mais c'est l'air qui est chauffé et qui va ensuite circuler autour de la matière. Cette technique est bien plus efficace et permet de réduire sensiblement le risque de combustion tout en offrant un transfert thermique plus homogène. C'est le procédé à privilégier qui équipe l'essentiel des vaporisateurs recommandables sur le marché.

gallery_770987_4262_2135.jpg

source vaporizer info.com

 

- 1. convection manuelle: C'est l'utilisateur qui en aspirant au travers d'un tuyau le plus souvent va provoquer le courant d'air nécessaire et réchauffer la matière. Bien que potentiellement très efficace, ces vaporisateurs réclament toutefois un contrôle de la respiration et un petit apprentissage pour ne pas aspirer trop fort et laisser le temps à l'air chaud d'effectuer correctement les transferts de chaleur.

 

- 2. convection assistée par soufflerie: Dans ce cas ce n'est plus l'utilisateur mais une pompe ou un ventilateur qui effectue le courant d'air. Le plus souvent ce sont les vaporisateurs à ballons qui profitent de cette technique. Le débit est généralement étudié pour offrir le maximum d'efficacité lors du passage de l'air chaud mais en contrepartie les appareils équipés de ce système sont rarement inaudibles voir parfois même relativement bruyants tout en étant plus complexes et susceptibles de d'avantage de pannes.

 

Par radiation thermique: Ici la substance est chauffée grâce à l'absorption du rayonnement lumineux d'une ampoule.

 

 

V. Comparatif de vaporisateurs (non exhaustif):

 

ee6f3b.jpg

Evert en pleine action à l'aide d'un "heat gun"

 

Lorsqu'il s'intéresse pour la première fois à la vaporisation, le débutant s'y perd souvent très vite devant le choix et l'étendue vertigineuse de modèles disponibles. Autant annoncer la couleur tout de suite, Le vaporisateur polyvalent et parfait dans tous les domaines n'existe pas (encore) et chaque modèle offre une vision et une manière différente de consommer. Si vous accrochez à la vapo, je suis prêt à parier qu'après un certain temps votre envie de tester d'autres modèle deviendra irrésistible. Pour vous aider à choisir, voici un petit récapitulatif des points importants à retenir:

 

 

Fixe ou portable ?

 

Généralement les machines de salon sont les plus efficaces mais restent encombrantes et nécessitent le plus souvent une alimentation sur secteur. Certaines sont disponibles avec une batterie optionnelle (souvent onéreuse) lorsque vous envisagez une utilisation en extérieur mais si vous êtes régulièrement en déplacement, l'achat d'un modèle portable deviendra vite indispensable.

 

Sur les modèles portables on distingue ceux sur lesquels le chauffage s'effectue de manière autonome et contrôlé par rapport à d'autres modèles qui auront besoin en plus d'une source de chaleur extérieure, typiquement un briquet chalumeau, souvent plus délicat à manipuler pour éviter les risques de brulures.

 

Budget:

 

moins de 100€:

Magic flight launchbox, Vapir Oxygen Mini, Eagle Bill, Phytolab, Vapbong, Vaporgenie

 

entre 100 et 200€:

Arizer V-Tower, Aromazap - Myrtlezap, Da-Buddha, Arizer ExtremeQ, Herbalaire, Vapir One, Iolite, Vapir NO2, Supreme Vaporizer , Vapman, Vaporbrother Vaporizer, Purple Days, Old City Diffusers, Vaportower

 

entre 200 et 300€:

Silver Surfer Vaporizer , Vapormatic Deluxe , Zephyr

 

plus de 300€:

Aromed 4.0, Herborizer, Life Saber Vaporizer, VapeXhale Cloud, Vriptech, Aromed 4.0, Oracle, Verdamper, Vapezilla

 

 

Ballons, tuyaux, cartouches, bang, pipes…

 

Voila un choix très personnel qui dépendra des goûts et habitudes de consommation de chacun, certains modèles s'utilisent de plusieurs façons, d'autres excellent dans un domaine seulement, à vous de choisir…

 

- Le vaporisateur à ballons (Arizer ExtremeQ, Herbalaire, Oracle, Vapormatic Deluxe, Volcano , Zephyr), sera plus convivial pour partager à plusieurs et permettra de conserver une certaine mobilité au domicile sans se prendre la tête au niveau du contrôle de la respiration.

 

- Ceux à tuyaux (Arizer V-Tower & Arizer ExtremeQ, Vapormatic Deluxe, Da-Buddha, Herbalaire, Oracle, Vaporizer Element , Vapormatic Deluxe, Silver Surfer Vaporizer): Une gestuelle plus proche des habitudes d'un fumeur ou de l'amateur de narguilé. Plutôt adapté pour un usage personnel car il réclame plus de concentration de la part de l'utilisateur pour parvenir à une vaporisation optimale.

 

- Les modèles de types "bang" (Aromed 4.0, Herborizer, Life Saber Vaporizer, Vriptech, Verdamper): Soit simplement un élément chauffant adaptable au bang de votre choix ou carrément des belles pièces de verre complètes, ils procurent un hit plus instantané et rassureront les amateurs de douilles.

 

- Les modèles à cartouches (Aromazap - Myrtlezap, Old City Diffusers, Purple Days): Très compacts, ils s'apparentent assez à ceux équipés d'un tuyaux, il est même très souvent possible d'en raccorder un sans difficulté.

 

 

Les modèles fixes (alimentation sur secteur)

 

- Appareil à conduction d'ancienne génération à éviter:

 

BC Vaporizer

gallery_770987_4262_2971.jpg

 

 

- à convection passive:

 

Arizer V-Tower Aromazap - Myrtlezap Aromed 4.0 Da-Buddha Herborizer Life Saber Vaporizer

 

 

gallery_770987_4262_3318.jpggallery_770987_4262_6530.pnggallery_770987_4262_6718.jpg

gallery_770987_4262_3723.jpg gallery_770987_4262_4301.jpggallery_770987_4262_3786.jpg

 

 

 

Old City Diffusers Purple Days Silver Surfer Vaporizer VapeXhale Cloud Vaporbrother Vaporizer

gallery_770987_4262_6245.jpggallery_770987_4262_4933.jpggallery_770987_4262_1721.jpg

 

gallery_770987_4262_17909.pnggallery_770987_4262_1033.jpg

 

 

Vaporizer Element Vaportower Vapezilla Verdamper Vriptech

 

gallery_770987_4262_9042.jpggallery_770987_4262_2520.jpggallery_770987_4262_1596.jpg

 

gallery_770987_4262_4196.jpggallery_770987_4262_3260.jpg

 

 

- à convection active:

 

 

Arizer ExtremeQ Herbalaire Vapir One Vapormatic Deluxe Volcano Zephyr

gallery_770987_4262_10812.jpggallery_770987_4262_4313.gifgallery_770987_4262_6613.gif

 

gallery_770987_4262_8803.jpggallery_770987_4262_2755.jpggallery_770987_4262_1557.jpg

 

- à radiation:

 

 

Aromed 4.0 Oracle Vaporizer Element

 

gallery_770987_4262_6718.jpggallery_770987_4262_24130.pnggallery_770987_4262_9042.jpg

 

 

Les modèles portables automatiques:

 

Iolite (fonctionne au gaz) Magic flight launchbox Vapir NO2Vapir Oxygen Mini

 

gallery_770987_4262_1350.jpggallery_770987_4262_9595.jpg

 

gallery_770987_4262_4407.jpggallery_770987_4262_1166.jpg

Les modèles portables manuels:

 

Eagle Bill Phytolab Supreme Vaporizer Vapbong Vapman Vaporgenie

 

gallery_770987_4262_1014.jpggallery_770987_4262_4014.jpggallery_770987_4262_878.jpg

gallery_770987_4262_7382.jpg309192.jpg gallery_770987_4262_6353.jpg

 

 

 

 

Tableau comparatif

548980.jpg

 

VI. Liens utiles - Sources:

 

 

Français:

Aromacopa

Chanvre Info

Phytomania

Wikipedia

 

Anglais:

Vaporizer Info

Glass-Pipes

Growkind

DigitalVaporizer.org

FuckCombustion

VaporInfo.com

The Grow Report

MAPS and CA-NORML Marijuana Water Pipe and Vaporizer Study

Etude NORML & CAPs sur le Volatizer - 2001

Etude NORML and CAPs Volcano - 2004

Vaporpedia

 

 

PETIT ADDENDUM 2020

methode d'inhalation par Buveur2lait - décrite sur le topic Dabuddha

Citation
  • Je vois que certaines personnes trouvent que le vapo ne les comble pas au niveau de la défonce, mais est-ce que vous l'utiliser correctement ?

 

J'entends par là qu'il y a quelques points importants à connaître afin d'avoir une vaporisation efficace.

Tout d'abord une règle que j'ai apprise par l'expérience et les feedback:

Toute vapeur visible expirée est vapeur perdue !

 

En effet, la vapeur est composée des molécules actives (thc/cbd/cbn et pleins d'autres), si vous voyez cette vapeur lorsque vous recracher votre latte, c'est du thc qui s'envole dans les air et donc de la "défonce" perdue !

 

Donc tout ceux qui sont heureux de voir des énormes nuages de vapeur lorsqu'ils expirent leur lattes font fausse route ! Certes ça peut jouer sur le mentale des anciens fumeurs " tiens ça me fait penser au gros pète c'est cool ", mais en faisant cela ils perdent du potentiel sur leur bowl et ainsi consomment plus de matière !

 

 

De plus la vapeur peut être assez difficilement absorbée par vos poumons, cela peut nécessiter un entrainement.

Par exemple si vous avez du mal à ne pas voir cette vapeur lors de l'expiration, prenez des plus petites inspirations!

 

Voici une méthode pour 1 latte non gâchée :

 

- respirer calmement 3-4 fois avant de commencer à tirer sur votre tuyau ou ballon

- juste avant l'inspiration de la vapeur, vider complètement vos poumons afin d'amener la vapeur jusqu'en bas de ces derniers

- commencer à tirer (doucement) pendant environ 10sec

- terminer de remplir vos poumons avec de l'air frai

- retenez votre respiration 4-5 sec

- expirer 1/3 du mélange air/thc de vos poumons puis re remplissez vos poumons avec de l'air frai

- répéter l'étape précédente 2-3 fois

 

Le fait de mélanger l'air avec la vapeur améliore l'assimilation des molécules par les poumons.

Plus vous aller pratiquer cette méthode, plus vous pourrez inspirer de vapeur, plus vos poumons s'habitueront à adsorber de mieux en mieux cette vapeur, et meilleur sera l'assimilation, c-a-d que vous aurez moins besoin de retenir votre respiration. Et donc vous sentirez les bon gros effet d'une vaporisation réussie.

 

 

Eviter de retenir votre respiration 1 seul fois pendant 30sec et de tout expirer ensuite (ce que certains font sur FC). Celà reviendra au même que plusieurs expirations avec prises d'air mais vous priverez d' O2 votre cerveaux pendant ce tps ce qui n'est pas très bon.

 

L'utilisation d'un bang, ou d'un bulleur permet d'adoucir la vapeur et donc d'en prendre plus sans assécher votre gorge. C'est assez pratique et ça rassure les tapeurs de douille d'avoir un compagnon qu'on connait : on tire et on enlève le doigt du trou pour prendre de l'air frai.

De plus, ça permet de voir la densité de la vapeur inspiré en collant à la paroi un laser ou une lampe de poche, ainsi on connait à l'avance la puissance de la latte :plus:

 

Edit : Un point très important (que j'avais oublier de mentionner ) : la préparation de votre herbe avant vaporisation :

L'herbe doit être grinder le plus finement possible. Je trouve que sur ta photo elle est un poil grinder trop gros :chim:. Perso j'utilise le petit grinder de ma MLFB qui grind vraiment parfaitement l'herbe. Seul inconvénient : il est trop petit et les pré-grindage deviennent assez longs lol.

Il faut aussi que votre herbe soit légèrement sèche.

Ces 2 paramètres favorisent la vaporisation et permet d'avoir des lattes bien dense en vapeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

réalisé par Corium


  Report Guide
Sign in to follow this