Histoire des Variétés

Sign in to follow this  
By dawi ,
Histoire des Variétés

A travers ce guide, nous allons essayer de parcourir l’histoire des variétés les plus célèbres de cannabis. Un remerciement tout particulier à LeMarcel qui avait fait connaitre ces textes sur Cannaweed et qui a produit les arbres des variétés.

 

Pour plus de commodité, vous pouvez naviguer entre les pages du guide.

 

Bonne lecture à tous.

 

Plan du Guide

  • 1. Origine des Variétés par RC Clarke (page 2)
  • 2. Histoire de la Haze (page 3)
  • 3. Histoire de la Skunk#1 (page 4)
  • 4. Histoire de la Northern Lights (page 5)
  • 5. Histoire de la White Widow (page 6)
  • 6. Histoire de la Blueberry (page 7)
  • 7. Histoire du G13 (page 8)
  • 8. Histoire de la NYCD (page 9)
  • 9. Histoire de l’AK47 (page 10)
  • 10. Arbres généalogiques des principales familles cannabiques (page 11)
     
     
     
     
     
    10.1. Sensi Seeds
     
    10.2. Mr Nice
     
    10.3. Subcool/TGA Seeds
     
    10.4. Spice of Life
     
    10.5. Bros Grimm
     
    10.6. Soma Seeds
     
    10.7. Dinafem
     
    10.8. Reggae Seeds
  • Sources (page 12)

 


1. Origine des Variétés par RC. Clarke

 


Source : Article anglais sur Cannabis Culture, ci-dessous en spoiler.

 

 

 

Varieties of marijuana originating in India have been grown throughout the Caribbean and bordering coastal nations from Mexico to Brazil since 1834, when the British brought indentured Indian servants to their Caribbean colonies. Marijuana use did not become illegal in America until 1937, and large-scale commercial importation of hashish and marijuana into Europe and North America did not commence until the early 1960s.
Marijuana growing began in North America during the 1960s. At first, seeds cleaned from illicit shipments of marijuana were casually planted by curious smokers. Sinsemilla (Spanish for ?seedless?) marijuana was almost unheard of. Nearly all domestically produced marijuana that lacked seeds was immature, and mature marijuana was fully seeded. Tropical varieties from Colombia and Thailand grown in North America rarely matured before frosts killed them. However, some of the tropical varieties regularly survived until maturity in coastal Florida, Southern California, and Hawaii, where the climate is warm and the growing season is long. Alternately, subtropical Mexican and Jamaican varieties often matured outdoors across the southern two-thirds of the United States. All of these early introductions were called ?sativas,? a common name derived from the botanical name Cannabis sativa.
In the early 1970s, a handful of growers began to produce sinsemilla. Seedless plants are created by removing male plants from the fields, leaving only the unfertilized female plants to mature. Instead of setting seeds in the first receptive flowers, the female plants continue to produce copious additional flowers, covered by hundreds of thousands of resin glands. By the mid 1970s, sinsemilla was becoming the primary style of domestic marijuana production.

 

 

gallery_681336_2774_142873.png

 


In 1976, a coffee-table book called Sinsemilla Marijuana Flowers, by Jim Richardson and Arik Woods revolutionized marijuana growing in North America. Not only did the authors accurately and sensitively portray the sinsemilla technique with their excellent text and lavish color photographs, they made the first attempt to describe the proper stages of floral maturity for an optimally potent and tasty harvest. Most importantly, this publication, just thirty years ago, suggested to growers that if marijuana can be grown without seeds, it follows that select female flowers can also be intentionally fertilized with select pollen to produce a few seeds of known parentage. This realization, in turn, gave birth to the expansion of conscious marijuana breeding and the myriad varieties portrayed in this article.
Early on, marijuana growers worked with any varieties they could procure in the search to find potent plants that would consistently mature before being killed by frosts. Since most imported marijuana was full of seeds, many landraces (traditional cultivars grown by indigenous peoples) were available to growers. Early-maturing northern Mexican varieties proved to be favorites as they consistently finished maturing at northerly latitudes. The earlymaturing North American sativa varieties of the early and mid-1970s (such as Polly and Eden Gold) resulted from hybrid crosses between Mexican or Jamaican landraces and more potent, but latermaturing Panamanian, Colombian, and Thai landraces. (In all hybrid crosses, the female seed parent is listed before the ?x??the symbol indicating a cross?and the male pollen parent is listed after the ?x.? If the sexual identity of the parents is unknown, a ?/? symbol is used rather than the ?x.?) Traditional cultivars gave modern growers a strong start having been favored and selected for potent landrace varieties for hundreds of years.
Most varieties in the 1970?s were adapted to outdoor growing, but others were specially developed for greenhouse or indoor, artificial light growing, where the season can be extended to allow latematuring cultivars to finish. Once varieties that would mature under the given conditions were perfected, pioneering marijuana breeders selected for high potency?high delta-1-THC content with low CBD content?followed by the aesthetic considerations of flavor, aroma, and color. (Delta-1-tetrahydrocannabinol, or THC, is the primary psychoactive compound in Cannabis. Cannabidiol, or CBD, is not psychoactive, but may alter the effects of THC.) Modifying adjectives, such as minty, floral, spicy, fruity, sweet, purple, golden, or red, were often attached to selected varieties, and thus domestic sinsemilla connoisseurship was born. Continued inbreeding of the original favorable hybrids resulted in some of the legendary sativas of the 1970s, such as Original Haze, Purple Haze, Polly, Eden Gold, Three Way, Maui Wowie, Kona Gold, Matanuska Thunderfuck, and Big Sur Holy Weed, which were almost always grown outdoors or in greenhouses. From 1975 until the end of the decade, marijuana breeders had great success continuing to develop connoisseur sativa cultivars. Sweeter, prettier flowers brought the grower great pride and even g reater prof it. Purple varieties gained popularity, largely following on the coattails of the extraordinary Purple Haze of Central California.

 

 

gallery_681336_2774_76973.png
Durban Poison

 


By 1980, commercial sinsemilla cultivation had become much more common. Professional growers developed sativa varieties that were both high yielding and early maturing, and police awareness of commercial cultivation increased, especially in the western United States. Small aircraft were routinely used to search for larger marijuana plantations located in remote terrain, and many small growers were turned in to the police by snoopy, alarmist neighbors. The authorities soon learned that marijuana matures in the autumn so a variety that could be brought out of the field and into the drying shed by early October avoided some of the problems that might arise with a variety that matured in late November. Faced with storage problems resulting from numerous seizures, the authorities often merely counted seized plants and burned the bulk of the confiscated crop immediately without weighing it. Prosecution was based on the number of plants counted. Just enough dried marijuana was saved for laboratory analysis to be used as evidence in court. Concurrent with increased sinsemilla production was an increased incidence of crops being stolen. The fewer large and early-maturing plants a cultivator could grow, while continuing to realize a sufficient yield and profit, the better the chances of avoiding detection by law enforcement or thieves.
When Cannabis responds positively to lots of water, sun, and nutrients, it produces huge plants, sometimes yielding up to five pounds (more than two kilograms) of dried flowers. The more they are fed and watered, the taller and bushier they become, even when heavily pruned. The larger the plant, the easier it is to spot from the air or over a fence. This situation kindled a desire in growers for plants with a short, broad stature and high flower yield. Before 1975, almost all sinsemilla was grown from sativa varieties. Correctly grown Colombian, Mexican, or Thai varieties averaged over eight feet (two and onehalf meters) tall when pruned or trellised, and could easily reach thirteen to sixteen feet (four to five meters) when grown unrestricted in full sun. As marijuana breeders continued to cross their shortest, earliest maturing, and highest-yielding sativa cultivars with each other and pruned frantically, they yearned for something new. Their salvation was manifested in a new and exotic foreign variety of marijuana called indica.

 

 

gallery_681336_2774_128557.png
Skunk #1

 


THE INTRODUCTION OF INDICA
Most modern European and Nor th American sinsemilla varieties are a blend of South Asian marijuana varieties called sativas that spread throughout South and Southeast Asia, Africa, and North and South America, and have been (since the 1970s) crossed with Central Asian and Middle Eastern hashish cultivars, commonly called ?indicas,? a name based on the botanical name Cannabis indica. The most well-known indica varieties came from Afghanistan and Pakistan. Indica plants are characterized as short and bushy with broad, dark green leaves, which makes them somewhat harder to see from afar. They usually mature quite early, from late August to the end of September, often stand only three to six feet (one to two meters) at maturity, and produce copious resin-covered leaves and flowers. At least several dozen introductions of indica seeds from Afghanistan or Pakistan into North America were made during the middle to late 1970s. Afghani No. 1, Mazar-i-sharif, and Hindu Kush were some of the earliest indica introductions and are still available today. Since the Soviet invasion of Afghanistan in 1979, many more indicas have made their way directly to Dutch seed companies from neighboring Pakistan. Indica added economically valuable traits to extant domestic marijuana varieties, but it was considered rough by many smokers, being originally intended for bulk hashish production, rather than fine sinsemilla. Marijuana breeders still needed the traditional sativas to make hybrids that were both potent and cerebral.
Marijuana breeders intentionally crossed early-maturing indica varieties with the sweet, but later maturing, sativa varieties to produce early-maturing hybrids. Soon the majority of growers began to try a few indica/sativa hybrids. By the early 1980s, the vast majority of commercially produced sinsemilla in North America had likely received some portion of its genetic composition from the indica gene pool, and it had become difficult to find the pre-indica, pure sativa varieties that had been so popular only a few years earlier. There are now very few pure sativas grown in North America and Europe, as they mature late outdoors and require extra time to mature indoors, resulting in higher costs and risks. Many of the indica/sativa hybrids were vigorous growers, matured earlier, yielded well, were very potent, and were easier to conceal due to their shorter stature. Skunk No. 1 (Colombian sativa/Afghan indica x Acapulco Gold Mexican sativa) is a good example of a hybrid expressing predominantly sativa traits, and Northern Lights (Afghan indica/Thai sativa) is a good example of a hybrid expressing predominantly indica traits.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_163278.png
Citrol

 


Indica hybrids spread like wildfire. Although the influence of indica generally increased steadily throughout the mid-1980s (owing to its delayed introduction in many regions), its popularity in pioneering regions had begun to decline. Since Cannabis is wind-pollinated and sinsemilla is usually grown in enclosed gardens, accidental pollination often results in many seeds. Accidental seeds are far more common than intentionally produced seeds, and are rapidly and widely distributed in retail sinsemilla. Intentionally produced seeds are usually only passed along from one serious breeder to another or purchased from seed companies, and their distribution is more limited. Accidentally produced seeds containing varying proportions of the introduced indica gene pool were grown and randomly crossed again and again. Such random outcrossing produced a complex hybrid condition such that favorable traits were rarely consistently reproducible. Few of the offspring looked like their siblings, their gene pools having been formed from randomly collected genetic scraps handed down from their assorted predecessors. Over the next few years, the mixed gene pools reassorted, manifesting many undesirable as well as desirable characteristics.
Without careful selection and breeding, marijuana begins to turn weedy, and as natural selection takes over, varieties lose their vigor, taste, and potency. Accidental recombination of complex hybrids brought out some of the less desirable traits of indica that were previously suppressed. Reduced potency; a slow, flat, dreary high; and a skunky, acrid aroma and harsh taste quickly became associated with many indica/sativa hybrids. Also, indica?s dense, tightly packed floral clusters tend to trap moisture, encouraging gray mold, for which it has little native resistance. This often results in significant crop losses that were rarely a problem when only pure sativa varieties were grown. Indica/sativa hybrids are still what the average sinsemilla consumer purchases today. To the sinsemilla connoisseur, indica has not proven to be all it was cracked up to be. Although consumers and commercial growers of the late 1970s adopted indica enthusiastically, serious breeders of the 1980s began to view indica with more skepticism.

 

 

gallery_681336_2774_159236.png
K2

 


The average commercial or home grower, however, may express quite a different opinion. Indica?s hardy growth, rapid maturation, and tolerance to cold allowed sinsemilla to be grown outdoors in the northern United States, from Washington to Maine and across southern Canada. This revolutionized the marijuana market by making potent homegrown a reality for those living at northern latitudes, as well as widening the scope and intensity of sinsemilla cultivation. Production dispersed from the U.S. epicenters of the West Coast, Hawaii, and the Ozark mountains into at least twenty major producing states. Some sinsemilla is now grown outdoors in all fifty American states, across southern Canada, and throughout much of Europe. Indica/sativa hybrids have also proven to be well adapted to indoor cultivation. Compact indica/sativa hybrid varieties mature quickly, allowing three to four harvests per year, and yield an average of three to four ounces (one hundred grams) of dry flowers on plants only three feet tall. Sativa varieties are too stretchy and tall, take too long to mature, and the tops of the plants, near the lights, shade the bottom branches, preventing them from producing many flowers.
The introduction of indica also had a more subtle, and possibly longer-lasting, effect on sinsemilla breeding. Purple coloration had become a sign of quality and potency in late-maturing sativa cultivars like Purple Haze. The consumer?s thirst for exotic purple sinsemilla created the short-lived ?Purple Craze? of the early 1980s. Growers discovered that indica varieties would often turn purple if they were left out through a frost. For a year or two, many growers were able to get more money for purple flowers, but early-maturing indica varieties, when left in the field through a frost, lost much of their potency. This abruptly ended the Purple Craze, and enlightened marijuana breeders realized that many traits prove to be desirable only in certain varieties under certain conditions. The conscientious breeder should be extremely selective when experimenting with new introductions.

 

 

gallery_681336_2774_150010.png
K2

 


TURNING THE INDICA TIDE

 

In their search for high-quality genetic stock, connoisseur sinsemilla breeders have returned to some of their original pure sativa varieties. By crossing them into the now highly inbred indica/sativa hybrid varieties, breeders can enhance the hybrid?s flavor and boost its potency. Breeders are continually searching for new sources of exotic seeds. Pure unhybridized indica varieties are still highly prized breeding material, and new indica introductions are occasionally received from Afghanistan and Pakistan. Sativa varieties from South Africa have recently gained favor with outdoor growers, a s they mature early but don?t suffer from many of the aesthetic drawbacks of indica. Pure South African varieties, originating far south of the equator, often mature in August, but are shorter in stature, moderately potent, and relatively high yielding. Hybrid crosses between indicas and classic indica/sativa hybrid varieties such as Skunk No. 1 are usually vigorous and early maturing and may express the desirable sativa and indica traits of high potency, fine fragrance, and high yield.
Prior to 1980, a few breeders also worked with weedy sativa varieties from Central Europe. Most Western growers call these varieties “ruderalis”. These weedy varieties begin maturing in July or early August, which hastens the maturity of outdoor hybrid marijuana varieties. Unfortunately, they are almost entirely devoid of THC and are high in CBD. Potency suffers in hybrid offspring, and subsequent selections must be made to restore high levels of psychoactivity. However, the biggest problem with weedy varieties and their hybrids is that they are not determinate. A single plant will continue to produce new flowers until it is harvested, rather than all of its flowers maturing before harvest, so its full potential is never realized. Ruderalis hybrids will likely prove of great value only to outdoor growers at near polar latitudes where little else will grow.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_454230.png
Big Bud

 


North American breeders also used other exotic imports to impart particular flavors to the smoke or to enhance the potency of hybrids. Landrace varieties from Brazil, India, Indonesia, Kashmir, Korea, Nepal, Africa, and other far-flung locations were occasionally used for these purposes. Since commercial shipments of marijuana did not often originate from these regions, usually the seeds were collected in small numbers and were relatively rare compared to seeds from the major marijuana-producing regions such as Colombia, Mexico, Jamaica, and Thailand. Presently, it is nearly impossible to import seeds from new, potent, imported varieties. They rarely can be collected as there are very few locations remaining where indigenous farmers maintain traditional high-potency landraces. Basically, we are stuck with what we have in circulation, like it or not, and breeders must make the best of what they have.
A few strong branches of the North American marijuana family tree were transplanted to the Netherlands, and the remaining scions continued to flourish and evolve, leading to the tremendous diversity of marijuana varieties grown in North America and Europe today. Resulting from the openness of marijuana seed sales in the Netherlands, Dutch seed companies provide an easily documented model of the sinsemilla breeding that has continued simultaneously in North America. The Dutch seed companies described much of the heritage behind their varieties in their early catalogs. The following information comes directly from published seed catalogs and is supplemented with personal comments from breeders and seed company owners.

 

 

gallery_681336_2774_250739.png
G13

 


DUTCH SEED COMPANIES
During the early 1980s, several marijuana seed companies appeared in the Netherlands, where cultivation of Cannabis for seed production and the sale of seeds were tolerated. Political pressure on marijuana growers in North America forced the thrust of progress in sinsemilla breeding to the Netherlands, where the political climate was much less threatening. For North American and European growers, this meant continued availability of exotic high-quality marijuana seeds.
Almost all of the Dutch varieties contain germ plasm from one or more of the founding genetic building blocks brought from North America. Cultivars such as Original Haze, Hindu Kush, Afghani No. 1, and Skunk No. 1 were established in California before their seeds were taken to the Netherlands in the early 1980s. As these cultivars were relatively stable seed varieties, breeders had a greater chance of selecting a favorable male plant as a pollen source for breeding. Cultivars such as Northern Lights, Big Bud, Hash Plant, and G-13 went to the Netherlands from the Pacific Northwest as rooted female cuttings. There were never males of these varieties, and, therefore, commercial seeds were all made by crosses with a male of a different variety such as Skunk No. 1, or more rarely by masculinizing a female cutting to produce pollen for self-pollinating.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_254717.png
Durban Poison

 


When connoisseurs of North American sinsemilla comment that “All the Dutch varieties seem the same”, this should come as no surprise, since Dutch varieties share so much of their heritage. Of the nearly 150 varieties offered for sale by Dutch seed companies in 2000, 80 percent of them contain germ plasm that first came to the Netherlands prior to 1985. Most of the seed companies have continued to reshuffle the heavily stacked deck of original North American germ plasm, and since the 1980s few companies have introduced anything new. The perpetuation of monotony has been punctuated, only infrequently, by new introductions from North America or traditional marijuana- producing nations. Most seed companies have simply recombined founding cultivars from which breeders selected star clones to represent their seed companies in competitions. What goes around, comes around!
But where would we be today without the common building blocks of our common varieties? Many varieties have been tried throughout the years, and the persistence of the original founding germ plasm to this day is testimony to its desirability. If more potent, better tasting, and more productive varieties had been introduced, growers would certainly favor them today. In fact, seed companies generally introduce a new variety by simply crossing a new introduction with an established Dutch variety, itself built upon the initial founding varieties, and give the resulting plant a new name. As only a handful of North American varieties were used to make ?Dutch? sinsemilla varieties, they are usually potent and commercially lucrative, but often boring!

 

 

gallery_681336_2774_293525.png
Sensi Seeds Hashplant, grown in Maui jungle

 


The founding blocks of germ plasm used in most Dutch sinsemilla cultivars are described below by seed company, cultivar name, date of introduction, origin, and genetic heritage.
Among the earliest Dutch varieties were Holland?s Hope and Amstel Gold, which were introduced in the early 1980s and are still available today. Although these predominantly indica cultivars are not very potent, they mature much earlier than most varieties, as they were bred to grow outdoors in the Netherlands. Both were bred from selections of imported Afghan hashish landraces. The following eight cultivars were brought to the Netherlands from California as named seed varieties and were released by Cultivator?s Choice seed company bet ween 1980 and 1983. They were relatively consistent when inbred or crossed and now make up part of more than two-thirds of the varieties offered by Dutch seed companies. Many of the Cultivator?s Choice varieties have been faithfully maintained since their introductions and are presently offered by the Flying Dutchman seed company.
? Skunk No. 1 kick started the high-quality Dutch homegrown scene. Even today, nearly half of the varieties sold by Dutch seed companies have Skunk No. 1 in their background. Skunk No. 1 was first introduced in the Netherlands in the late 1970s, and immediately revolutionized Dutch marijuana growing. The Dutch, basically a hashish-smoking culture, attempted to grow marijuana both outdoors and in greenhouses throughout the 1970s. Mostly, their efforts met with little popular success and Nederwiet, literally ?low weed,? was considered a joke among serious smokers. Skunk No. 1 changed everything. Under Dutch greenhouse conditions, Skunk No. 1 regularly matured and consistently produced high yields of potent buds, even when crops were grown from seed. Skunk No. 1 was originally a three-way hybrid combination between a Colombian/Afghan hybrid and an imported Mexican Acapulco Gold plant. This combination was inbred in California for several generations until the stable combination known as Skunk No. 1 resulted. Although indica makes up a quarter of Skunk No. 1 and contributes to its branchiness and compact bud structure, Skunk No. 1 is primarily a sweet-smelling sativa hybrid rather than an acrid-smelling indica, so the name ?Skunk? is actually somewhat misleading. Despite its general uniformity, there are several different bud forms in Skunk No. 1, ranging from red, hairy buds with small bracts to large bracts with copious resin glands.
The Original Haze is a late-maturing variety from Central California and was almost always grown in greenhouses, allowing it to finish in December or January. Original Haze was always connoisseur stash, and even in the 1970s it sold for as much as $200 an ounce. Original Haze is a pure sativa stabilized hybrid arising from crossing all of the best females with a male of a different imported sativa variety each year. Starting with Colombian/ Mexican hybrids grown from seeds from the first crop, a South Indian male plant was used as a pollen source the second year, and a Thai male plant was used the third year. Depending on which year Haze seeds were collected, they resembled either Colombian, South Indian, or Thai plants. Original Haze varies in taste from citrus Thai notes through the gamut of sativa highlights to the deep spicy purple Colombian flavor most common in Dutch Haze cultivars. Although Haze has been available in the Netherlands since the early 1980s, it gained wide popularity only in the mid 1990s. Increasing levels of connoisseurship led to higher prices for exotic and flavorful (but later maturing and more costly to produce) Haze hybrids in preference to the redundant plethora of Dutch Skunk/Northern Lights type buds. Original Haze presently makes up part of about 15 percent of varieties available in the Netherlands, and its frequency is steadily increasing.

 

 

gallery_681336_2774_30732.png
Aussie Haze monster

 


Both Afghani No. 1 and Hindu Kush are pure indica landraces from Afghanistan. Initially selected for dense buds and copious resin, they are true-to-type Afghan primo hashish varieties.
Early California is a very early maturing indica/sativa hybrid introduced in the early 1980s from California. It is relatively true breeding and stable.
California Orange is another California indica/sativa hybrid well known for its distinctive orange color and flavor.
Hawaiian Indica is a strongly indica, indica/sativa hybrid that has been used in several Dutch hybrids. Its primary traits are very large bracts and copious resin production.
Early Girl is a well-known commercial California seed variety from the late 1970s. It is generally leafy and of moderate potency, but consistently matures early. It was included in a number of the early Dutch hybrids. The following five cultivars were brought to the Netherlands from the Pacific Northwest as female cuttings and were introduced by the Sinsemilla Seed Company in the early 1980s. The Sinsemilla Seed Company is now known as the Sensi Seed Bank and continues to offer many hybrids bred from these original North American varieties. As there were no males of these female clones, they were always crossed with another variety in order to make seeds.
Northern Lights was well established as a Pacific Northwest indoor seed variety by 1978 and arrived in the Netherlands as four sister clones. Northern Lights lines eventually came to incorporate Skunk No. 1 and Haze varieties around 1980. Northern Lights was mostly used as a crossing partner to provide the furry resin look often associated with potent varieties. However, Northern Lights also tends to have very small resin heads, both in comparison to the length of the gland stalks and in relation to other sinsemilla varieties. Northern Lights is found in at least 10 percent of Dutch varieties.
Big Bud was established in the Pacific Northwest as a commercial indoor clone and was brought to the Netherlands in the mid-1980s. It is predominantly an indicatype indica/sativa hybrid and has very large, if at times leafy, buds.
Hash Plant is a Lebanese/Thai hybrid. It was originally offered by the Super Sativa Seed Club, but the Sinsemilla Seed Company cutting was brought from North America. It is a very strongly indica hybrid variety.
G-13 is a clone allegedly spirited away from the U.S. government pot farm in Mississippi. It is also a very strong, nearly pure indica variety.
Ruderalis seed was collected from weedy roadside plants in Hungary by the Sinsemilla Seed Company and used for breeding in an attempt to develop earlymaturing varieties. Although hybrids with Skunk No. 1 and other North American cultivars began to flower very early, they also expressed their weedy background, never stopped flowering, and matured unevenly.

 

 

gallery_681336_2774_201332.png
Aussie Haze monster

 


THE NAME GAME
Tracing the varieties used by the seminal six Dutch seed companies is relatively straightforward. Seed catalogs usually tell the customer what landrace or North American varieties were used to create the seeds, and the founding germ plasm was often shared by several seed companies. With the appearance of more than ten new seed companies during the early 1990s, the situation became more complex. Seed catalogs often changed the names of the varieties used in breeding or omitted the pedigree information altogether. Competition between seed companies heated up, fueled largely by High Times magazine?s annual Cannabis Cup. The new companies were associated with some of the original companies and often incorporated the traditional varieties into their own cultivars, while also introducing new varieties that were quickly adopted by rival companies. Several seed companies appeared for only a year or two, and many others began to resell seeds produced by the major companies. It is easy to buy another company?s seeds and change the variety name, making it appear to be a new and different variety. Some companies mistakenly sold seeds resulting from crossing two hybrid plants, resulting in great variability, with few, if any, of the offspring resembling either parental combination. The most common and successful way for seed companies to create new varieties was to simply cross a good female plant from an existing variety with a Skunk No. 1 male. In general, the 1990s were characterized more by a reshuffling of the original deck of varieties than by new introductions of landrace or North American varieties.
Unfortunately, some early Dutch breeders made very poor selections from the initial seeds they were given. The most common bad selection was for copious red hairs instead of for large bracts. Red hairs are a sign that female flowers are present, but they are not in themselves psychoactive. A preponderance of red hairs indicates many, but tiny, flowers with little surface area for psychoactive resin glands to develop. Second, selection for dense buds having a good retail appearance led to the proliferation of nested bracts that feel hard when squeezed, but once again lack sufficient surface area to develop copious resin glands. The third common erroneous selection was for fuzzy-looking resin glands with long sparkly stalks, but small resin heads. All three of these unfavorable traits occasionally reappear in modern Dutch varieties and should be avoided.

 

Sometimes crosses have been released as new varieties, with a lot of introductory hype about something new and exotic before being tested by growers. When the new crosses are actually grown, they often prove to be substandard. These so-called ?varieties? usually disappear quickly because growers give them bad ratings. Most of the consistently popular cultivars have been around for several years, and many are still available today.
Fortunately, some of the more recent introductions from North America are markedly different from the previously available Dutch varieties. The T. H. Seeds Company, formerly known as the C.I.A. or the K.G.B., introduced several North American varieties in the mid-1990s. The most interesting of these is S.A.G.E., which is a Haze-based variety from the coastal mountains of Big Sur, California. S.A.G.E. stands for ?Sativa Afghanica Genetic Equilibrium,? which is an appropriate explanation of the genetic background of many stabilized indica/sativa hybrids. Bubblegum is a well-known seed variety from Indiana that came to Amsterdam via New England in the early 1990s. Akorn, Heavy Duty Fruity, Mendocino Madness, and Stinky Pinky are all indica/sativa hybrids introduced as female cuttings.
Most recently, a series of wellknown outdoor cultivars from the Pacific Northwest has been introduced by Dutch Passion and Sagarmatha seed companies. They come from a single breeder and are called Flo, Blueberry, and Blue Velvet.
Brazilian landrace accessions apparently weigh heavily in many of the selections from the K. C. Brains seed company and in White Widow offered by the Greenhouse. The White Widow series may also have come as seeds to the Netherlands from the southeastern United States. Often a seed buyer cannot determine a variety?s heritage because the lineage is concealed or unknown. At harvest time, what matters most is whether the cultivar was appropriate for the grower and growing conditions, rather than simply its supposed heritage or fancy name. Many of these excellent new varieties hold great promise for the future as breeders continue to fine-tune them for indoor, artificial light growing.

 

 

Les variétés de Marijuana originaires d’Inde ont été cultivées dans les Caraïbes et dans les pays des régions côtières du Mexique au Brésil depuis 1834, quand les Anglais ont amené des esclaves Indiens dans leurs colonies des Caraïbes. La Marijuana n’est pas devenue illégale en Amérique avant 1937, et l’importation commerciale à grande échelle de haschisch et de marijuana en Europe et en Amérique du Nord n’a commencé qu’au début des années 1960.

 

La culture de la Marijuana débuta en Amérique du Nord durant les années 1960. Tout d’abord, des graines retrouvées dans des cargaisons illicites de marijuana furent simplement plantées par des fumeurs curieux. La marijuana Sinsemilla (« sans graines » en espagnol) était alors pratiquement inconnue. Au niveau national, quasiment toute la marijuana qui n’avait pas de graine était de la marijuana qui n’était pas cultivée jusqu’à sa maturité, alors que la marijuana mature était pleine de graines. Les variétés tropicales de Colombie et de Thaïlande cultivées en Amérique du Nord parvenaient rarement à maturité avant d’être tuées par les gelées.
Toutefois, certaines variétés tropicales survivaient régulièrement jusqu’a leur maturité sur les côtes de la Floride, en Californie du Sud, et à Hawaii, où le climat est chaud et où la durée de culture peut être longue. Alternativement, les variétés subtropicales du Mexique et de la Jamaïque parvenaient souvent à maturité en extérieur au Sud des Etats-Unis, sur les deux tiers du territoire. Toutes ces premières introductions étaient appelées “sativas”, un nom courant qui vient de l’appellation botanique Cannabis Sativa.

 

Au début des années 1970, une poignée de cultivateurs commença à produire de la sinsemilla. Les plantes sans graines sont créées en supprimant les plantes mâles des champs, en ne laissant que les plantes femelles non fécondées jusqu’à leur maturité. Au lieu de créer des graines dès les premières fleurs réceptives, les plantes femelles continuent de produire de copieuses fleurs additionnelles, couvertes par des centaines de milliers de glandes de résine.
Autour du milieu des années 1970, la sinsemilla était devenue la technique principale de production domestique de marijuana.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_142873.png

 


En 1976, un livre de poche appelé “Sinsemilla Marijuana Flowers”, écrit par Jim Richardson et Arik Woods, révolutionna la culture de la marijuana en Amérique du Nord. Non seulement les auteurs ont décrit précisément et sensiblement la technique de la Sinsemilla avec des textes excellents et de somptueuses photographies couleur, en réalisant la première tentative de description des périodes exactes de la maturation florale pour une puissance optimale et une récolte goûteuse. Mais plus important, cette publication, il y a juste 30 ans, suggérait aux cultivateurs que si la marijuana peut être cultivée sans graines, cela entraîne que des fleurs femelles sélectionnées peuvent être intentionnellement fécondées avec un pollen sélectionné, pour produire quelques graines dont le parentage sera connu. Cette réalisation, à tour de rôle, donnera naissance au développement du breeding conscient de la marijuana, et de la myriade de variétés décrites dans cet article.

 

Au départ, les cultivateurs de marijuana travaillaient avec toutes les variétés qu’ils pouvaient se procurer, à la recherche de plantes puissantes qui pourraient parvenir systématiquement à maturité avant d’être tuées par les gelées. Comme la plupart de la marijuana importée était pleine de graines, de nombreuses landraces (des variétés traditionnelles cultivées par des peuples indigènes) étaient disponibles au cultivateur. Des variétés à floraison courte du Nord du Mexique se sont avérées être les favorites car elles parvenaient systématiquement à maturité dans les latitudes plus au Nord. Les variétés sativa d’Amérique du Nord à floraison courte du début et du milieu des années 1970 (telles que la Polly et l’Eden Gold) résultaient de croisements hybrides entre des landraces du Mexique ou de Jamaïque, et des landraces plus puissantes, mais à floraison plus longue, du Panama, de Colombie, et de Thaïlande. (Dans tous les croisements hybrides, le parent femelle est listé avant le X, symbole du croisement, et le parent mâle est listé après le X. Si l’identité sexuelle des parents est inconnue, le symbole / est utilisé à la place du X). Les variétés landraces traditionnelles ont offert aux cultivateurs modernes un puissant départ, car elles ont été sélectionnées et privilégiées pour leur puissance durant des centaines d’années.

 

La plupart des variétés des années 1970 étaient adaptées à la culture en extérieur, mais d’autres étaient spécialement développées pour les serres ou l’intérieur, pour la culture sous lampes artificielles, où la saison peut être prolongée pour permettre aux variétés à floraison longue de se terminer. Une fois que les variétés ont été sélectionnées pour arriver parfaitement à maturité dans des conditions données, les pionniers des breeders de marijuana ont sélectionné les plantes sur une puissance élevée (taux élevé de THC avec taux bas de CBD), ainsi que sur des considérations esthétiques de goût, d’arôme, et de couleur. (Le THC est le principal composant psychoactif retrouvé dans le Cannabis. Le CBD, Cannabidiol, n’est pas psychoactif, mais peut altérer les effets du THC). Des adjectifs modifiants, tels que « minthy » (mentholée), « floral » (fleurie), « fruity » (fruitée), « sweet » (douce), « purple » (violette), « golden » (dorée) ou « red » (rouge), étaient souvent attachés à certaines variétés, et c’est ainsi qu’est née la passion des cultivateurs pour la diversité des variétés de marijuana.
La sélection continue sur les hybrides originaux a donné pour résultats certaines des sativas légendaires des années 1970, telles que l’Original Haze, la Purple Haze, la Polly, l’Eden Gold, la Three Way, la Maui Wowie, la Kona Gold, la Matanuska Thunderfuck, et la Big Sur Holly Weed, qui étaient quasiment toujours cultivées en extérieur ou en serres. De 1975 jusqu’à la fin de la décade, les breeders de marijuana ont connu beaucoup de succès en continuant de développer les variétés de sativa pour les experts. Des fleurs plus douces et plus belles ont amené beaucoup de fierté aux cultivateurs et même de meilleurs profits. Les variétés violettes ont acquis leur popularité, largement suivie par l’extraordinaire Purple Haze de Californie centrale.
 

gallery_681336_2774_76973.png
Durban Poison

 


En 1980, la culture commerciale de marijuana était devenue beaucoup plus courante. Des cultivateurs professionnels ont développé des variétés sativa qui possédaient à la fois un haut rendement et une floraison courte, et l’attention de la police sur les cultures commerciales augmenta, particulièrement dans l’Ouest des Etats-Unis. De petits avions étaient régulièrement utilisés pour rechercher les grandes plantations de marijuana localisées dans des terrains isolés, et de nombreux petits cultivateurs furent dénoncés à la police par des voisins fouineurs et alarmistes. Les autorités ont bientôt compris que la marijuana parvient à maturité en automne, donc une variété qui pourrait être récoltée et séchée dans des hangars début Octobre, éviterait certains problèmes que pourrait rencontrer une variété qui parviendrait à maturité fin Novembre. Face aux problèmes de stockage résultants de nombreuses prises, les autorités se contentaient souvent de compter les plantes saisies et de bruler immédiatement la majeure partie de la culture sans la peser. Les poursuites se basaient sur le nombre de plantes. Juste un peu de marijuana séchée était sauvée pour être analysé en laboratoire en tant que preuve pour le tribunal. Simultanément à l’augmentation de la production de sinsemilla, existait une augmentation des récoltes saisies. Plus un cultivateur pouvait utiliser des plantes petites et fleurissant vite, meilleures étaient ses chances d’éviter d’être détecté par des représentants de la loi ou par des voleurs.

 

Quand le cannabis reçoit beaucoup d’eau, de soleil, et de nutriments, il produit des plantes gigantesques, qui peuvent parfois donner jusqu'à plus de 2 kg de fleurs séchées par plante.
Plus les plantes sont nourries et arrosées, plus elles deviennent grandes et buissonnantes, mêmes si elles ont été lourdement taillées. Plus la plante est grosse, plus il est facile de la repérer depuis les airs ou derrière une clôture. Cette situation créa une volonté pour les cultivateurs d’avoir des plantes avec une stature courte et large, et un rendement de fleurs élevé. Avant 1975, quasiment toute la sinsemilla était cultivée à partir de variétés sativa.
Correctement cultivées, des variétés colombiennes, mexicaines, ou thaïlandaises, donnaient en moyenne des plantes de plus de 2,50 mètres quand elles étaient taillées ou palissées, et pouvaient facilement atteindre 4 à 5 mètres quand elles étaient cultivées sans restriction en plein soleil. Alors que les breeders de marijuana continuaient de croiser leurs variétés sativa aux tailles les plus basses, aux floraisons les plus rapides, et aux rendements les plus élevés, les unes avec les autres, ils attendaient quelque chose de nouveau. Leur salut se manifesta en une nouvelle et exotique variété étrangère de marijuana appelée « indica ».
 

gallery_681336_2774_128557.png
Skunk #1

 


L'introduction de l'indica.

 

La plupart des variétés modernes de sinsemilla en Europe et en Amérique du Nord sont un mélange entre les variétés de marijuana du Sud de l’Asie, appelées Sativa, qui se sont propagées à travers toute l’Asie du Sud et du Sud Est, en Afrique, et en Amérique du Nord et du Sud, et qui ont été croisées (depuis les années 1970) avec des variétés à haschich d’Asie centrale et du Moyen Orient, couramment appelées « indica », un nom basé sur l’appellation botanique Cannabis Indica. Les variétés indica les plus connues proviennent d’Afghanistan et du Pakistan. Les plantes indica sont caractérisées par une structure basse et buissonnante, avec des feuilles vertes sombres, qui les rendent un peu plus difficiles à voir de loin. Elles parviennent à maturité généralement assez tôt, de fin Aout à fin Septembre, restent souvent entre 1 et 2 mètres à maturité, et produisent des feuilles et des fleurs recouvertes d’abondante résine. Au moins plusieurs douzaines d’introductions de graines indica originaires d’Afghanistan ou du Pakistan furent réalisées en Amérique du Nord du milieu à la fin des années 1970. L’Afghani #1, la Mazar-i-sharif, et l’Hindu Kush étaient trois des premières introductions d’indica, et sont encore disponibles aujourd’hui. Depuis l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, beaucoup plus d’indica ont fait leur chemin directement vers les compagnies de graines hollandaises, en passant par le Pakistan voisin. L’indica a ajouté des traits de grande valeur commerciale aux variétés domestiques de marijuana existantes, mais il fut considéré comme étant trop rustique par de nombreux fumeurs, car il était à l’origine utilisé pour la production de haschich en masse, plutôt que pour l’excellente sinsemilla.
Les breeders de marijuana avaient encore besoin des sativas traditionnelles pour créer des hybrides avec des effets à la fois puissants et cérébraux.

 

Les breeders de marijuana ont volontairement croisé des variétés indica à floraison courte avec de bonnes variétés sativa, mais à floraison plus longue, pour produire des hybrides à floraison courte. Bientôt la majorité des cultivateurs commencèrent à essayer quelques hybrides indica/sativa. Au début des années 1980, la vaste majorité de sinsemilla produite commercialement en Amérique du Nord, contenait probablement une partie indica dans sa composition génétique, et il était devenu difficile de trouver les pures variétés sativa qui étaient si populaires seulement quelques années plus tôt. Il ne reste maintenant que très peu de pures sativa cultivées en Amérique du Nord et en Europe, car elles arrivent à maturité tard en extérieur et demandent du temps supplémentaire en intérieur, ce qui se traduit par une augmentation des coûts et des risques. La plupart des hybrides indica/sativa étaient très vigoureux, parvenaient à maturité rapidement, avaient un bon rendement, étaient très puissants, et étaient faciles à dissimuler grâce à leur stature plus courte. La Skunk#1 (Sativa Colombienne/Indica Afghan X Sativa mexicaine Acapulco Gold) est un bon exemple d’un hybride exprimant principalement des caractères sativa, et la Northern Lights (Indica Afghan / Sativa Thaïlandaise) est un bon exemple d’hybride exprimant principalement des caractères indica.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_163278.png
Citrol

 


Les hybrides indica se sont propagés comme un feu de forêt. Bien que l’influence de l’indica ait d’une manière générale augmenté sans interruption tout au long du milieu des années 1980 (en raison de son introduction tardive dans de nombreuses régions), sa popularité parmi les régions pionnières commença à décliner. Comme le pollen du cannabis est très volatil et que la sinsemilla est souvent cultivée dans des jardins clôturés, une pollinisation accidentelle se traduit souvent par de nombreuses graines. Les graines accidentelles sont de loin beaucoup plus courantes que les graines produites intentionnellement, et sont généralement distribuées rapidement et largement dans la sinsemilla au détail. Alors que des graines produites intentionnellement sont généralement transmises uniquement d’un breeder sérieux à un autre, ou achetées à des compagnies de graines, et leur distribution est donc beaucoup plus limitée. Des graines produites accidentellement contenant des proportions variables de gènes indica ont été cultivées, et croisées aléatoirement entre elles, encore et encore. De tels croisements aléatoires produisent des hybrides tellement complexes que des caractères favorables sont très rarement reproductibles systématiquement. Les individus d’une même progéniture ne se ressemblent pas entre eux, leur genpool ayant été formé de fragments de génétiques transmis par leurs différents ancêtres, et rassemblés aléatoirement. Au cours des quelques années suivantes, les différents genpools mélangés, ont manifesté l’apparition de nombreuses caractéristiques indésirables, autant que de caractéristiques désirables.

 

En l’absence de sélection soignée et de breeding consciencieux, la marijuana devient rapidement faible, et au fur et à mesure des sélections naturelles, les variétés perdent leur vigueur, leur goût, et leur puissance. Une recombinaison accidentelle des hybrides complexes fait ressortir certains des caractères indica les moins désirables, qui avaient été supprimés auparavant. Une puissance diminuée ; un effet lent, plat, triste ; et un arôme âcre, puant (« Skunky »), un goût difficile qui est rapidement devenu associé à plusieurs hybrides indica/sativa. Aussi, les denses grappes de fleurs indica, fortement compactées, tendent à piéger la moisissure, et favoriser la pourriture grise (Botrytis cinerea), contre laquelle les variétés indica ont une faible résistance naturelle. Cela résulte souvent en pertes significatives de récolte, ce qui était rarement un problème quand seules les variétés pures sativa étaient cultivées. Les hybrides indica/sativa sont encore ce que la majorité des consommateurs de marijuana achète aujourd’hui. Mais pour l’expert en sinsemilla, l’indica ne s’est pas révélée être aussi bonne que prévu. Bien que les consommateurs et cultivateurs commerciaux de la fin des années 1970 aient adopté l’indica avec enthousiasme, des breeders sérieux des années 1980 commencèrent à considérer l’indica avec plus de scepticisme.
 

gallery_681336_2774_159236.png
K2

 


Cependant, le cultivateur commercial moyen ou le cultivateur à domicile peuvent exprimer un avis assez différent. La croissance robuste, la maturation rapide, et la tolérance au froid des Indica permirent à la sinsemilla d’être cultivée en extérieur dans le Nord des Etats-Unis, depuis Washington jusqu’au Maine et à travers tout le Sud du Canada. Cela révolutionna le marché de la marijuana en créant la possibilité de cultiver soi-même une herbe puissante pour ceux vivant sous les latitudes nordiques, tout en élargissant l’étendue et l’intensité de la culture de sinsemilla. La production s’est dispersée depuis les épicentres des USA (côte Ouest, Hawaii, et les montagnes Ozark) jusqu'à au moins 20 grands états producteurs. De la sinsemilla est maintenant cultivée en extérieur dans chacun des 50 états américains, à travers tout le sud du Canada, et dans quasiment toute l’Europe. Les hybrides indica/sativa ont aussi prouvé être bien adaptés à la culture en intérieur. Les variétés compactes indica/sativa fleurissent rapidement, permettant 3 à 4 récoltes par an, et produisent une moyenne de 100 grammes de fleurs séchées sur des plantes de seulement 1 mètre. Les variétés sativa sont trop étirées (« stretchy ») et hautes, prennent trop de temps pour arriver à maturité, et le haut des plantes, près des ampoules, fait de l’ombre aux branches du bas, les empêchant de produire beaucoup de fleurs.

 

L’introduction de l’indica a également eu un effet plus subtil, et qui durera peut être plus longtemps, sur le breeding de la sinsemilla. La coloration violette était devenue un signe de qualité et de puissance pour les variétés à floraison longue telles que la Purple Haze. La demande des consommateurs pour de la sinsemilla violette exotique aboutit une variété qui fut de courte durée, la « Purple Craze », au début des années 1980. Les cultivateurs avaient découvert que les variétés indica tourneront souvent au violet si elles sont laissées en extérieur sous le gel. Pendant un an ou deux, de nombreux cultivateurs furent capables de gagner plus d’argent en vendant des fleurs violettes, mais de variétés indica à floraison courte, qui quand elles sont laissées dans des champs sous le gel, perdent beaucoup de leur puissance. Cela termina brusquement la Purple Craze, et les breeders de marijuana des années 1980 réalisèrent que de nombreux caractères ne sont désirables que pour certaines variétés et dans certaines conditions. Le breeder consciencieux devra donc être extrêmement sélectif lorsqu’il expérimentera de nouvelles introductions.

 

 

gallery_681336_2774_150010.png
K2

 


Le tournant de la marée indica

 

Dans leur recherche de stock de génétiques de qualité supérieure, des breeders experts de la sinsemilla sont retournés travailler avec certaines variétés originales pures sativas. En les croisant avec les variétés hybrides indica/sativa actuelles stabilisées, ces breeders peuvent améliorer les saveurs de l’hybride, et augmenter sa puissance.
Les breeders sont en constante recherche de nouvelles sources de graines exotiques. Les pures variétés indica jamais hybridées sont encore du matériel de breeding de très grande valeur, et de nouvelles introductions indica sont occasionnellement reçues depuis l’Afghanistan ou le Pakistan. Des variétés sativa d’Afrique du Sud ont récemment gagné la faveur des cultivateurs d’extérieur, car elles fleurissent rapidement mais sans souffrir de la plupart des défauts esthétiques de l’indica. Les pures variétés sud africaines, situées très loin au Sud de l’équateur, parviennent souvent à maturité en Août, mais sont plus petites en structure, d’une puissance modérée, et ont un rendement relativement élevé. Les croisements entre les indicas et les variétés hybrides indica/sativa classiques comme la Skunk#1 sont généralement vigoureux, fleurissent rapidement et peuvent exprimer des caractères désirables sativa et indica de puissance élevée, de parfum délicieux, et de rendement important.

 

Avant 1980, quelques breeders avaient également travaillé avec des variétés sativa de chanvre d’Europe Centrale, la plupart des cultivateurs modernes appellent ces variétés “Ruderalis”. Ces variétés de chanvre commencent à être récoltables en Juillet ou début Août, ce qui accélère la maturation des variétés de marijuana hybrides de Ruderalis en extérieur.
Malheureusement, ces variétés sont presque totalement dépourvues de THC, et sont riches en CBD. La puissance manque dans la progéniture hybride, et de subséquentes sélections sont nécessaires pour rétablir de hauts niveaux de psychoactivité. Cependant, le principal problème avec ces variétés de chanvre Ruderalis et leurs hybrides est qu’elles ne sont pas déterminées. Une seule plante continuera de produire de nouvelles fleurs jusqu’à la récolte, au lieu que toutes les fleurs parviennent à maturité avant la récolte ; donc leur plein potentiel ne sera jamais atteint. Les hybrides de Ruderalis auront probablement prouvé leur bonne valeur uniquement aux cultivateurs d’extérieur des régions proches des latitudes polaires où peu d’autres choses peuvent être cultivées.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_454230.png
Big Bud

 


Les breeders nord américains ont également utilisé d’autres importations exotiques pour donner des saveurs particulières à la fumée ou augmenter la puissance des hybrides. Des variétés landraces du Brésil, d’Inde, d’Indonésie, du Kashmir, de Corée, du Népal, d’Afrique, et d’autres vastes endroits, furent occasionnellement utilisées dans ce but. Comme les cargaisons de marijuana ne provenaient pas souvent de ces régions, généralement les graines étaient collectées en faible nombre et restaient relativement rares par rapport aux graines des principales régions productrices de marijuana telles que la Colombie, le Mexique, la Jamaïque, et la Thaïlande. A présent, il est devenu pratiquement impossible de collecter des graines de nouvelles et puissantes variétés importées. Elles peuvent rarement être collectées car il ne reste que très peu d’endroits où des fermiers indigènes conservent des landraces traditionnelles de haute puissance. En gros, nous sommes coincés avec ce que l’on a en circulation, que l’on l’aime ou pas, et les breeders doivent utiliser le meilleur de ce qu’ils possèdent.

 

Quelques branches fortes de l’arbre généalogique de la marijuana nord-américaine furent transplantées en Hollande et les descendants de ces variétés continuèrent à prospérer et à évoluer, menant à l’extraordinaire diversité de variétés de marijuana cultivées en Amérique du Nord et en Europe de nos jours. Avec l’essor des ventes de graines de marijuana aux Pays Bas, les compagnies de graines hollandaises ont proposé un exemple facilement documenté du breeding de sinsemilla, qui s'est poursuivi simultanément en Amérique du Nord. Les compagnies de graines hollandaises ont décrit la plupart de l’héritage génétique de leurs variétés dans leurs premiers catalogues. Les informations suivantes proviennent directement de catalogues de graines publiés, et sont complétées avec des commentaires personnels de breeders et de propriétaires de compagnies de graines.
 

gallery_681336_2774_250739.png
G13

 


Les compagnies de graines hollandaises

 

Au début des années 1980, de nombreuses compagnies de graines apparurent aux Pays Bas, où la culture du Cannabis pour la production de graines, et la vente de ces graines,étaient tolérées. La pression politique sur les cultivateurs de marijuana d’Amérique du Nord a provoqué une poussée de l’évolution du breeding de la sinsemilla aux Pays Bas où le climat politique était beaucoup moins dangereux. Pour les cultivateurs d’Europe et d’Amérique du Nord, cela mena à la disponibilité permanente de graines de marijuana exotique de haute qualité.

 

Quasiment toutes les variétés hollandaises contiennent en partie une ou plusieurs des briques génétiques fondatrices amenées d’Amérique du Nord. Des variétés telles que l’Original Haze, l’Hindu Kush, l’Afghani #1, et la Skunk#1, étaient déjà bien répandues en Californie avant que leurs graines ne soient amenées en Hollande au début des années 1980. Comme ces souches étaient des variétés relativement stables sous forme de graines, les breeders avaient de meilleures chances de sélectionner une plante mâle favorable comme source de pollen pour le breeding. Des souches telles que la Northern Lights, la Big Bud, la Hashplant, et le G13 arrivèrent aux Pays Bas depuis la cote Nord Ouest du Pacifique, sous le forme de boutures femelles racinées. Il n’y a jamais eu de mâle de ces variétés, et par conséquent, les graines commerciales furent toutes créées par des croisements avec un mâle d’une variété différente telle que la Skunk#1, ou plus rarement en masculinisant un clone femelle pour produire du pollen pour s’autopolliniser.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_254717.png
Durban Poison

 


Lorsque les experts nord américains en sinsemilla commentent que « toutes les variétés hollandaises semblent être les mêmes », cela n’est pas surprenant, vu que les variétés Hollandaises partagent beaucoup de leur héritage génétique. Sur les 150 variétés proposées à la vente par les compagnies de graines Hollandaises en 2000, 80% d’entre elles contenaient des génétiques qui sont arrivées en Hollande avant 1985. La plupart des compagnies de graines ont continué à mélanger le jeu de cartes fortement entassé des génétiques d’Amérique du Nord, et depuis les années 1980 très peu de compagnies ont introduit quelque chose de nouveau. La perpétuation de la monotonie a été ponctuée, très rarement, par de nouvelles introductions en provenance d’Amérique du Nord ou des pays de culture traditionnelle de la marijuana. La plupart des compagnies de graines ont simplement recombiné les souches fondatrices à partir desquelles les breeders sélectionnent des clones pour représenter leurs compagnies de graines dans les compétitions. On récolte ce que l’on sème !

 

Mais où serions-nous aujourd’hui sans les briques fondatrices de nos variétés communes ?
De nombreuses variétés ont été essayées à travers les années, et la persistance du genpool fondateur original à ce jour, est un gage de sa désirabilité. Si des variétés plus puissantes, avec de meilleurs goûts, et un meilleur rendement, avaient été introduites, les cultivateurs les auraient certainement privilégiées aujourd’hui. En fait, les compagnies de graines introduisent généralement une nouvelle variété, en croisant simplement une nouvelle introduction avec une variété hollandaise bien établie, créée elle-même à partir des variétés fondatrices initiales, et en donnant à la plante qui en résulte un nouveau nom. Comme seule une poignée des variétés d’Amérique du Nord furent utilisées pour créer les variétés de sinsemilla « hollandaises », elles sont généralement puissantes et lucratives commercialement, mais souvent ennuyeuses !
 

gallery_681336_2774_293525.png
Sensi Seeds Hashplant, grown in Maui jungle

 


Les blocs fondateurs génétiques utilisés dans la plupart des souches de sinsemilla hollandaises sont décrits ci-dessous avec la compagnie de graines, le nom de la variété, la date d’introduction, l’origine, et les héritages génétiques.

 

Parmi les premières variétés hollandaises, la Holland’s Hope et la Amstel Gold, furent introduites au début des années 1980 et sont encore disponibles de nos jours. Bien que ces souches à dominance indica ne soient pas très puissantes, elles fleurissent beaucoup plus rapidement que la plupart des variétés, car elles ont été sélectionnées pour être cultivées en extérieur aux Pays Bas. Ces deux variétés furent créées à partir de sélections sur des plantes landraces afghanes, importées pour le haschich.

 

Les huit variétés suivantes furent amenées en Hollande depuis la Californie en tant que variétés de graines identifiées, et furent commercialisées par la compagnie de graines Cultivator’s Choice entre 1980 et 1983. Elles étaient relativement uniformes et représentent maintenant plus des deux tiers des variétés proposées par les compagnies de graines hollandaises. La plupart des variétés de Cultivator’s Choice ont été fidèlement entretenues et sont maintenant proposées par la compagnie de graines The Flying Dutchman.

  • La Skunk#1 donna un grand coup de départ à la culture hollandaise de haute qualité à domicile. Encore aujourd’hui, près de la moitié des variétés vendues par les compagnies de graines hollandaises possèdent de la Skunk#1 dans leurs origines. La Skunk#1 fut introduite pour la première fois en Hollande à la fin des années 1970, et révolutionna immédiatement la culture hollandaise de la marijuana. Les hollandais, qui à la base préfèrent fumer du haschich, ont essayé de cultiver de la marijuana à la fois en extérieur et en serre pendant les années 1970. La plupart du temps, leurs efforts rencontrèrent très peu de succès populaire, et la Nederwiet, littéralement “herbe faible”, était considérée comme une blague par les cultivateurs sérieux. La Skunk#1 a tout changé. Sous les serres hollandaises, la Skunk#1 fleurissait uniformément et produisait systématiquement des rendements élevés de têtes puissantes, même lorsque les récoltes étaient issues de graines. La Skunk#1 était à l’origine une combinaison hybride à trois voies entre un hybride Colombien/Afghan et une plante d’Acapulco Gold importée du Mexique. Cette combinaison fut travaillée en Californie durant plusieurs générations jusqu’à donner la combinaison stable connue en tant que Skunk#1. Bien que l’indica représente un quart de l’héritage génétique de la Skunk#1 et contribue à sa structure buissonnante et à ses têtes compactes, la Skunk#1 est principalement un hybride sativa à l’odeur douce plutôt qu’une indica à l’odeur âcre, donc le nom « Skunk » (Putois) est en fait assez trompeur. Malgré son uniformité générale, il y a de nombreuses formes différentes de têtes dans la Skunk#1, variant des têtes rouges et velues avec des petits calices à des têtes aux larges calices avec de copieuses glandes de résines.
  • L’Original Haze est une variété à floraison longue originaire de Californie centrale, qui était quasiment toujours cultivée sous serre, lui permettant d’arriver à maturité en Décembre ou Janvier. L’Original Haze était toujours une variété pour les experts, et même dans les années 1970 elle était vendue autour de 200$ l’once (28g). L’Original Haze est un hybride stabilisé pur sativa, créé en croisant toutes les meilleures femelles avec un mâle d’une différente sativa importée chaque année. Cela commença avec des hybrides Colombien/Mexicain cultivés à partir de graines pour la première récolte, ensuite une plante mâle d’Inde du Sud a été utilisée la seconde année, et enfin une plante mâle Thaïlandaise a été utilisée la troisième année. Selon l’année où les graines de Haze furent collectées, les plantes avaient une dominance soit colombienne, soit d’Inde du Sud, soit Thaïlandaises. Les saveurs de l’Original Haze varient depuis les notes citronnées thaïlandaises, à travers toutes les possibilités de la gamme des sativa, jusqu’aux profondes notes épicées des saveurs de la colombienne violette, plus courantes parmi les variétés Haze hollandaises. Bien que la Haze fût disponible aux Pays Bas depuis le début des années 80, elle ne gagna sa popularité qu’au milieu des années 1990. Une augmentation du niveau d’exigence parmi les experts en sinsemilla mena à une augmentation des prix pour des hybrides de Haze exotiques et plein de saveurs (mais à floraison plus longue et coûtant plus cher à produire), face à la pléthore redondante de têtes hollandaises de type Skunk/Northern Lights.
    L’Original Haze représente actuellement autour de 15% des variétés disponibles en Hollande, et sa fréquence ne cesse d’augmenter.
     
     
     
     
     
     
     
    gallery_681336_2774_30732.png
    Aussie Haze monster
  • A la fois l’Afghani#1 et l’Hindu Kush, sont des pures landraces indica originaires d’Afghanistan. Initialement sélectionnées pour la densité des têtes et la résine abondante, ce sont des variétés stables utilisées à l’origine pour la production de haschisch en Afghanistan.
  • La Early California est un hybride indica/sativa à floraison très rapide introduit au début des années 1980 depuis la Californie. Elle est relativement pure et stable.
  • La California Orange est un autre hybride indica/sativa californien, bien connu pour sa couleur et son goût typiquement orange.
  • La Hawaiian Indica est un puissant hybride indica/sativa qui a été utilisé dans plusieurs hybrides hollandais. Ses caractéristiques principales sont de très gros calices et une abondante production de résine.
  • La Early Girl est une variété commerciale californienne bien connue datant de la fin des années 1970. Elle est généralement feuillue et de puissance modérée, mais fleurit systématiquement rapidement. Elle fut intégrée dans un certain nombre des premiers hybrides hollandais.


Les 5 variétés suivantes furent amenées aux Pays Bas depuis la cote Nord Ouest du Pacifique en tant que boutures femelles et furent présentées par The Sinsemilla Seed Company au début des années 1980. The Sensimilla Seed Company est maintenant connu en tant que Sensi Seed Bank et continue à proposer de nombreux hybrides créés à partir de ces variétés originales d’Amérique du Nord. Comme il n’existait pas de mâles de ces clones femelles, elles furent toujours croisées avec une autre variété afin de faire des graines.

  • La Northern Lights était bien établie en tant que graines de variété d’intérieur sur la côte Nord Ouest du Pacifique en 1978, et est arrivé en Hollande sous la forme de 4 boutures sœurs.
    Les lignées de Northern Lights ont finalement incorporé des génétiques Skunk#1 et des variétés Haze autour de 1980. La Northern Lights était surtout utilisée comme partenaire de croisement pour fournir l’aspect résineux duveteux souvent associé aux variétés puissantes.
    Cependant, la Northern Lights tend également à avoir de très petites têtes de résine, à la fois en comparaison à la longueur des tiges des glandes, mais aussi par rapport aux autres variétés de sinsemilla. La Northern Lights se retrouve dans au moins 10% des variétés hollandaises.
  • La Big Bud était établie sur la côte Nord Ouest du Pacifique, en tant que clone commercial d’intérieur, et fut amenée en Hollande au milieu des années 1980. C’est un hybride indica/sativa à dominance indica, avec des têtes très grosses, mais parfois feuillues.
  • La Hashplant est un hybride Libanais/Thaïlandais. Elle fut à l’origine proposée par The Super Sativa Seed Club (SSSC), mais The Sinsemilla Seed Company récupéra le clone d’Amérique du Nord. C’est une variété hybride très fortement indica.
  • Le G13 est un clone prétendument sorti d’une ferme gouvernementale de marijuana dans le Mississippi, aux USA. C’est également une très puissante, et pratiquement pure, variété indica.
  • Des graines de chanvre Ruderalis furent collectées sur les bords de la route en Hongrie par la SSSC, et furent utilisées pour essayer de développer des variétés à floraison rapide. Bien que des hybrides avec la Skunk#1, et d’autres variétés d’Amérique du Nord, commencent à fleurir rapidement, ils expriment aussi leurs origines de chanvre, en n’arrêtant jamais de fleurir, leur maturation est donc irrégulière.

 

gallery_681336_2774_201332.png
Aussie Haze monster

 


Le jeu des noms

 

Retracer l’histoire des variétés utilisées par les six premières compagnies de graines hollandaises existantes est relativement facile. Les catalogues de graines indiquaient au client quelles landraces ou quelles variétés d’Amérique du Nord ont été utilisées pour créer les graines, et le même genpool fondateur était souvent partagé par plusieurs compagnies de graines. Avec l’apparition de plus de dix nouvelles compagnies de graines au début des années 1990, la situation est devenue plus complexe. Les catalogues de graines ont souvent changé les noms des variétés utilisées dans leur breeding ou omettent complètement d’indiquer l’ascendance génétique. La compétition entre les compagnies de graines s’échauffa, fortement alimentée par la Cannabis Cup annuelle du magasine High Times. Les nouvelles compagnies s’associèrent avec certaines des compagnies originales et croisèrent souvent les variétés traditionnelles avec leurs propres souches, introduisant de nouvelles variétés qui furent rapidement récupérées par les compagnies rivales. Plusieurs compagnies de graines apparurent pendant seulement un an ou deux, et de nombreuses autres commencèrent à revendre les graines produites par les compagnies principales. Il est facile d’acheter des graines à une autre compagnie de graines et de changer le nom de la variété, la faisant ainsi apparaître comme étant une nouvelle et différente variété. Certaines compagnies ont fait l’erreur de vendre des graines résultants d’un croisement entre deux plantes hybrides (polyhybride), ce qui se traduira par une grande variabilité, avec peu, voir aucune, chance que la progéniture ne ressemble ni à l’un ni à l’autre des parents. Le plus courant et le plus efficace moyen pour une compagnie de graines de créer une nouvelle variété était simplement de croiser une bonne plante femelle d’une variété existante avec un mâle Skunk#1.
D’une manière générale, les années 1990 furent caractérisées plutôt par un rebrassage du genpool des variétés originales, plutôt que par l’introduction de landraces ou de variétés d’Amérique du Nord.

 

Malheureusement, certains des premiers breeders hollandais ont fait de très mauvaises sélections sur les graines initiales qui leur avaient été offertes. L’erreur la plus courante de mauvaise sélection était de choisir les plantes possédant le plus de pistils rouges, au lieu de celles avec les plus gros calices. Les pistils rouges sont un signe que les fleurs femelles sont présentes, mais ils ne sont pas eux-mêmes psychoactifs. Une prédominance de pistils rouges est un signe de nombreuses, mais toutes petites fleurs, avec une toute petite surface disponible pour que les glandes de résine se développent.
Deuxièmement, la sélection des plantes avec des têtes denses, ayant un bel aspect pour la vente au détail, a mené à la prolifération de calices entassés qui restent fermes quand ils sont pressés, mais qui une fois encore manquent de surface suffisante pour développer de copieuses glandes de résine.
La troisième erreur fréquente lors des sélections fut de choisir les plantes à l’aspect duveteux avec des glandes de résine formées de longues tiges brillantes, mais avec de petites têtes, alors que les cannabinoïdes psychoactifs se trouvent principalement dans les têtes de ces glandes.
Ces trois caractères indésirables réapparaissent régulièrement dans les variétés hollandaises modernes, et devraient être évitées.

 

Parfois les croisements ont été présentés en tant que nouvelles variétés, avec beaucoup de battage (« hype ») à propos de quelque chose de nouveau et d’exotique, avant d’être testés par les cultivateurs. Ces soi-disant « variétés » disparaissaient généralement vite car les cultivateurs leur donnaient de mauvais avis. La plupart des variétés qui restent populaires sont celles qui sont cultivées depuis de nombreuses années, et qui sont encore disponibles aujourd’hui.

 

Heureusement, certaines des plus récentes introductions d’Amérique du Nord sont nettement différentes des variétés hollandaises disponibles auparavant. La compagnie de graines TH Seeds, autrefois connue sous le nom C.I.A ou K.G.B, a introduit plusieurs variétés d’Amérique du Nord au milieu des années 1990. La plus intéressante d’entre elles est la S.A.G.E., qui est une variété à base de Haze, originaire des montagnes costales de Big Sur, en Californie. S.A.G.E signifie « Equilibre Génétique Sativa Afghan », une appellation qui aurait pu convenir aussi bien à plusieurs autres hybrides indica/sativa stabilisés.
La Bubblegum est une variété bien connue originaire de l’Indiana qui arriva à Amsterdam via la Nouvelle Angleterre au début des années 1990.
La Akorn, la Heavy Duty Fruity, la Mendocino Madness, et la Stinky Pinky, sont toutes des hybrides indica/sativa qui ont été introduits en Europe sous la forme de clones femelles.

 

Plus récemment, une série de variétés d’extérieur bien connue en provenance du Nord Ouest de la cote Pacifique a été introduit par les compagnies de graines Dutch Passion et Sagarmatha. Ils proviennent d’un seul breeder (DJ Short) et sont appelées Flo, Blueberry, et Blue Velvet.

 

L’accession aux landraces du Brésil a apparemment pesé lourdement dans plusieurs des sélections de la compagnie de graines KC Brains, ainsi que dans la White Widow du breeder Shantibaba. Une autre version de l’histoire raconte que la famille Widow serait arrivée sous forme de graines en Hollande depuis le Sud Est des USA.
Souvent, un acheteur de graines ne peut pas déterminer la lignée génétique d’une variété car celle-ci est gardée secrète ou est inconnue. Au moment de la récolte, le plus important sera de savoir si la variété était appropriée au cultivateur et à ses conditions de culture, plutôt que de connaître sa lignée génétique supposée ou d’avoir un nom qui donne envie.
Beaucoup de ces excellentes nouvelles variétés détiennent de belles promesses pour l’avenir car les breeders continuent de les travailler pour la culture en intérieur, sous lampe artificielle.

 

Auteur : Robert Connell Clarke

 


2. Histoire de la Haze

 

 

 

 

 

 

78cf4c.jpg
Old timer Haze

 


Les racines de la Haze et Sam the Skunkman

 

La Haze (« Brume » en Français) possède une histoire assez floue, c’est le moins que l’on puisse dire. La version communément acceptée est qu’elle trouve ses origines dans le travail des frères Haze en Californie Centrale (Corralitos) près de Santa Cruz, entre 1970 et 1975. Les frères ont cultivé en extérieur beaucoup des meilleures sativa à partir de graines importées par leur voisin Sam The Skunkman depuis la Colombie, le Mexique, la Thaïlande et le Sud de l’Inde. Les frères ont d’abord cultivé en extérieur les graines de Colombie et du Mexique, et ont croisé les meilleures plantes. L’année suivante ils ont cultivé ces hybrides ainsi que des graines d’Inde du Sud, ont sélectionné le meilleur male indien et ont utilisé son pollen pour le croiser avec les hybrides Mexicain/Colombiens. Les graines du polyhybride à 3 voies qui en résulte furent cultivées l’année suivante avec des graines Thaï, et cette fois encore un male Thaï fut sélectionné.
Robert Connell Clarke raconte les origines de la Haze dans son article « Origins of the Specie’s » publié dans le #60 du magazine Cannabis Culture (partie 1 de ce guide, NdR):

 

« L’Original Haze est une variété à maturation tardive en provenance de Californie centrale où elle était dans la plupart des cas cultivée sous serre, ce qui permettait de retarder la récolte à décembre ou janvier. L’Original Haze a toujours été une variété pour connaisseurs, même dans les années 1970, elle était vendue à plus de 200$ l’once (28 grammes). L’Original Haze est un hybride pure sativa, stabilisé, et qui est apparu suite au croisement de toutes les meilleures femelles avec un mâle issu des nouvelles variétés sativa importées chaque année. Cela a commencé par une hybridation Colombienne/Mexicaine à partir des graines de la première récolte, le pollen d’un mâle d’Inde du Sud a été appliqué la seconde année, et celui d’un mâle thaïlandais la troisième année. En fonction de l’année de récolte des graines de Haze, elle peut ressembler aussi bien à une Colombienne, une Indienne ou une Thaï. Le goût de l’Original Haze varie de celui d’une Thaï citronnée, en passant par la gamme des meilleurs sativa, jusqu'à la saveur épicée d’une Colombian Purple, plus courante dans les variétés de Haze que l’on retrouve en Hollande. »

 

Les variétés exactes utilisées par les frères Haze ne sont pas connues, mais la colombienne était réputée pour être soit de l’ Highland Gold ou d’autres « Wacky Weed », et la sud-indienne provient de l'état du Kerala. Les Mexicaines et Colombiennes sélectionnées étaient celles qui arrivaient à une maturation suffisante sous la latitude de Santa Cruz (36.9°N). Les frères Haze étaient des cultivateurs de sensimilla, et vendaient les différents phénotypes sous les noms de Purple Haze, Silver Blue Haze ou Lime Green Haze. Selon Sam the Skunkman, la Purple Haze pouvait valoir jusqu’à 500$ l’once. Sam décrivit la Haze cultivée en Californie dans un post sur Icmag :
« Fruitée, douce et acide, Salsepareille, Cola, Chocolat, le goût et l’odeur sont très hashy et très résineux. Pour être honnête la Purple Haze (Haze violette) était peut être la plus forte mais pas celle avec l’effet le plus clair et le plus énergisant. Je préférais la Lime Green (Verte citronnée) avec peut être un peu d’ascendance Thaïlandaise. Je me souviens d’une Purple Haze médicinale sombre avec vraiment un goût de Salsepareille, surprenant ! J’avais aussi un phénotype Kerala qui avait exactement le même goût que les pastilles de menthe Vics, c’était véritablement du Camphre, puissant comme l’enfer mais sans la clarté que j’apprécie…
Par ailleurs, certaines Purple Haze avaient besoin de froid pour devenir violettes, alors que d’autres n’en avaient pas besoin et étaient violettes même si il n’avait jamais fait froid. La Purple Haze était de la pure Original Haze, et la couleur violette n’était pas dominante, donc facile à perdre.
J’appréciais également la Silver Blue, et la Lime Green Haze plus que la Purple Haze, car elles étaient plus motivantes, claires, et énergisantes dans leurs effets. Mais la Purple était surement la Haze la plus puissante et se vendait aux prix les plus élevés. Elle était également très belle. »

 

Les frères Haze étaient des cultivateurs, non des breeders, et n’ont jamais travaillé leurs hybrides dans l’optique d’une nouvelle lignée de graines, ceci est arrivé bien après quand l’un de leur voisin et collaborateur de Santa Cruz, Sam the Skunkman, travailla sur leurs graines et produit la lignée Haze telle que nous la connaissons actuellement. Sam nous en explique un peu plus dans un post d’Icmag, daté de juin 2008 :

 

« L’Original Haze était suffisamment stable en tant que F1, mais d’ici à l’arrivée des générations F5 et supérieure, elle eut le temps de dériver en plusieurs lignées parentes les unes des autres. J’ai passé plus de temps à essayer de sauver l’Original Haze que de la travailler. J’ai collecté autant de graines que je pouvais au début des années 70’s, les ai cultivées et polonisées librement, et j’ai effectué un minimum de sélection afin de m’assurer de sauver le plus de gènes possible. C’était dans les années 70 & 80, mais maintenant j ‘utilise des boutures depuis les 20 dernières années. Mon Original Haze n’est pas connue pour être travaillée, c’est pour ça que je la conseille pour le breeding. »

 

Les génétiques Haze ont été connues mondialement dans les années 1980. Sam the Skunkman a continué de travailler les gènes de la Haze des frères et les a importés en Hollande pour les introduire dans le commerce des graines. Dans la page 4 de son catalogue de graines « Cultivator’s Choice » écrit à la main à la fin de l’année 1985, et publié après son arrivée en Hollande, Sam annonce la Haze en 10e variété de son catalogue de 10 variétés :

 

"Original Haze Pure Sativa, (Selfed)
Entièrement sativa mais un hybride instable. 10% des plantes sont spectaculaires, 75% sont bonnes, 10% sont faibles. Un goût doux véritablement supérieur. High incroyablement clair et énergisant. Hauteur 2-3m. Rendement : 100-300g. Récolte : Décembre (floraison de 3 mois pour une récolte de qualité). N’atteindra pas sa maturité en extérieur en Hollande ou en Californie du Nord.
La Haze est la variété favorite de Cultivator’s Choice"

 

A ce moment, Sam ne proposait aucun hybride de Haze, et comme la Haze ne se cultive pas très bien sous les lampes d’intérieur, c’était inévitable que des hybrides soient bientôt créés afin de permettre aux cultivateurs d’intérieurs de goûter une partie des génétiques Haze.
Sfaholland, un cultivateur ayant travaillé pour Positronics à Amsterdam, décrit comment il a reçu la pure Haze de la part de cultivateurs hollandais, dans un post sur le forum hanfburg.de en 2005 :
« Bien sûr l’histoire disait que c’était la plante la plus puissante, alors nous avons commencé à la cultiver et des boutures furent disponibles, nous avions à ce moment de nombreux exemples de plantes en croissance alors nous avons décidé de montrer la plante en floraison. Les clients furent très déçus et dirent « c’est tout ? ». En fait, quand vous êtes habitués à récolter 20 grammes par plantes en 8 semaines, alors récolter 2, peut être 3 grammes par plante en 14/16 semaines de floraison est un peu maigre. C’est ce que c’est…. Proche de rien.
Les boutures se sont difficilement vendues, 200 je crois et c’était tout. Nous l’avons alors de nouveau remplacée par une plante en 8 semaines. Il n’y eut qu’un seul cultivateur qui produisit des buds de Haze pour Positronics, car il en avait la patience et les capacités, et que c’était à usage médical. »

 

Neville et l’hybridation de la Haze

 

En même temps que Sam importait une partie des meilleures génétiques américaines en Hollande, un jeune homme Hollandais/Australien nommé Neville Schoenmakers ratissait d’énormes piles de dollars en cash grâce à sa compagnie « The Seed Bank ». Neville avait placé une petite annonce dans le journal High Times en 1984 et immédiatement les enveloppes remplies de dollars commencèrent à arriver.

 

Selon l’article de Steven Hager « Inside Cannabis Castle » publié dans High Times en Mars 1987 :

 

"Durant les dernières années, sa compagnie a envoyé pour 500,000$ de graines à 15,000 cultivateurs américains. Si vous avez fumé de l’herbe de qualité ces dernières années, il y a des chances que les buds furent cultivés avec le stock de graines de Neville "

 

Neville a collecté autant de graines qu’il pouvait depuis une myriade de sources et les a cultivées à la recherche de plantes utiles à des croisements.

 

Il a obtenu des graines de Haze et à partir de ces graines il a sélectionné 3 plantes qu’il a appelées A, B et C. A et C étaient des mâles, et B était une femelle.

 

La polémique autour de la Haze commence à ce point et tourne autour de l’origine des graines de Haze utilisées par Neville pour sélectionner ces 3 plantes. Sam the Skunkman dit que Neville a obtenu ses graines de Haze par lui-même lorsque Sam est arrivé en Hollande, et de l’autre coté Neville dit avoir obtenu les graines d’un ami à New York qui avait une vieille collection de graines, dont des graines de Haze en provenance des frères Haze autour de 1969.

 

Sam posta ceci sur Icmag le 25 février 2008 :

 

"C’est absurde que Neville dise avoir reçu des graines d’Original Haze de 1969 des frères Haze.

1) Neville à voyagé pour la première fois aux USA au plus tôt en 86 ou 87, le principal frère Haze, R., était parti, il s’était retiré au Mexique en 82, et n’est pas revenu pendant 10 ans. C’était celui qui avait créé l’Original Haze. Le second frère Haze, J., a quitté la culture de Haze autour de 1980 et a uniquement cultivé de la Skunk #1 après cela, jusqu'à ce qu’il se reconvertisse au christianisme, et qu’il quitte alors la culture. De toute façon il m’a récemment dit qu’il n’a jamais rencontré Neville et qu’il n’a certainement pas vendu de graines de Haze, ni à Neville ni à personne d’autre.

2) Les frères Haze se sont disputés à la fin des années 70 et ont arrêté de se parler l’un l’autre, c’est certain qu’ils n’ont vendu de graines en tant que frères Haze à personne, c’est aussi ridicule qu’impossible.
Soyons honnêtes, Neville a obtenu les graines par moi, mais il m’avait promis qu’il ne fabriquerait jamais de pure Haze pour en vendre les gaines, je lui ai alors dit qu’il pouvait créer des hybrides de Haze mais avec des variétés qui ne soient pas les miennes.
Il n’a pas tenu parole et à commencé à vendre des graines de Haze pure et des hybrides avec mes variétés, et j’ai arrêté de travailler avec lui.

Peut être a-t-il menti pour éviter les problèmes de ne pas avoir tenu parole ? Je ne peux pas dire, mais je sais que Neville n’a pas rencontré les frères Haze et n’a pas obtenu de graines d’Original Haze par eux. Les deux frères Haze faisaient partie de mes amis proches et furent des voisins proches durant des années, ils vivaient à quelques centaines de mètres de chez moi jusqu'à leur départ au Mexique."

 

Donc Sam dit être la source des graines de Neville’s Haze, Neville dit que non. Seuls Sam et Neville connaissent la vérité, donc laissons ici la polémique et concentrons-nous sur la génétique Haze-elle-même!
Sam lui-même créa également un certain nombre d’hybrides de Haze avec entre autres la Haze X Skunk #1 et la Haze X Kerelan South Indian Sativa, ces deux hybrides sont devenus très réputés et sont vendus par la compagnie The Flying Dutchmen en tant que « Fuma con Diablos » et « Haze Mist ».

 

Neville avait donc sélectionné 3 plantes d’Original Haze qu’il avait appelées A, B et C. A et C étaient mâles, B était femelle. La femelle Haze B n’était pas très impressionnante visuellement et n’avait pas un high agréable quand on la fumait, donc elle fut écartée, sauf pour former la variété « El Niño » lorsque croisée avec un mâle White Widow de Shantibaba. Le mâle Haze A avait une odeur et un gout épicé alors que le mâle Haze C avait une odeur et un gout plus sombre et plus terreux, de type Chocolate Thaï. Il est connu que le mâle A est un phéno à dominance Colombienne, et que le mâle C est un phéno à dominance Thaï.

 

Dans le catalogue 1988 de The Seed Bank, Neville écrivait :
« La Haze est une sativa tardive en provenance d’Amérique, largement considérée par les experts comme la meilleure herbe au monde. Très populaire dans les années 70, elle faillit disparaître ces dernières années, car les cultivateurs recherchaient des variétés plus faciles à cultiver. Nous avons réussi à sauver quelques graines de la dernière récolte plantées aux USA et nous les avons utilisées pour produire quelques hybrides remarquables. La Haze à un High extrêmement psychédélique. Son parfum est complexe et profond, avec une odeur fleurie, par dessus une base forte, musquée et terreuse, avec des tonalités animales. Utilisée pour l’hybridation, elle rajoute une fascinante profondeur et complexité, autant au gout qu’au High. Bien qu’elle ne soit pas à mettre entre toutes les mains, les connaisseurs blasés la trouverons souvent irrésistible.»

 

Le premier hybride de Haze fut la Haze x NL #1, disponible dans le catalogue 1988 de The Seed Bank, seulement une année, et ses parents sont inconnus. La NL#1 était/est un pur croisement d’Afghan, et le mâle et la femelle étaient/sont disponibles, peut être que Neville a croisé une NL#1 mâle avec son unique femelle Haze B.

 

Neville créa un certain nombre de croisements en utilisant ses 2 mâles Haze : il croisa le mâle Haze A avec sa Nothern Lights #5, des clones femelles de Hashplant, et une femelle Skunk #1 (#17 à partir de graines). Il croisa aussi le mâle Haze C avec son clone femelle de G13, une Hawaiienne sativa femelle, et une Durban sativa femelle. Les hybrides avec l’hawaiienne et la Durban ont gagné tous les deux des Cannabis Cup dans la catégorie pure sativa, ce qui est une belle preuve du pedigree de breeding du mâle Haze C, et l’hybride G13 X Haze C apparut au catalogue de The Seed Bank en 1989, mais apparemment ces génétiques ne se combinaient pas très bien et les graines ne furent en vente que durant un an.
Les hybrides avec la Hashplant et la Skunk #1 ne furent jamais proposés à la vente, mais le croisement entre la NL5 et le mâle Haze A donna quelque chose de spécial, et sa description originale par Neville dans le catalogue Seed Bank de 1989 m’a toujours fait sourire :

 

"Haze X NL#5
1989 - En raison d’une demande énorme de la part de la clientèle, nous avons passé des années à rechercher un superbe hybride Sativa/Indica adapté à la culture en intérieur mais qui possède toujours les qualités uniques du high sativa. L’hybride NL#5 X Haze est le résultat de cette recherche. Note d’attention : des effets nuisibles sont connus pour atteindre les fumeurs inexpérimentés, particulièrement en association avec l’alcool. Les effets secondaires peuvent inclure nausées, vomissements, évanouissements et pertes de contrôle. Un comportement introspectif extrême est considéré comme courant."

 

Le catalogue de la Sensi Seed Bank de 1995 indique :

 

" Cet hybride est le pinacle de l’accomplissement dans le breeding actuel du cannabis. Le résultat : une plante extrêmement puissante, avec un grand high sativa. Aux festivals de récoltes au début des années 90, cette variété était déjà loin devant ses compétiteurs. Même aujourd’hui, elle n’a pas été surpassée. Le rendement important compense la période de floraison un peu longue. La vigueur de l’hybride lui donne une croissance abondante, de lourdes formations de buds, et une résine abondante ! Un vrai champion ! "

 

La lignée de la NL#5 x Haze A allait devenir la source des futurs hybrides de Haze créés par Neville et Shantibaba : Super Silver Haze, Neville's Haze et Mango Haze. Comme elle joue un rôle important dans l'histoire de la Haze, attardons nous quelques temps sur la Northern Lights #5 (NL#5). Dans son article 'Inside Cannabis Castle' dans le magazine High Times de mars 1987, Steven Hager nous explique pourquoi Neville l'a choisi pour ses croisements :

 

"Une Indica dans les règles de l'art. En provenance de la cote nord-ouest du pacifique, elle est le résultat de plusieurs années de croisement indoor - 3 à 4 récoltes par an pour un total d'une trentaine à quarantaine de générations pour les 10 dernières années. La photo du catalogue de Neville est une bouture de ma préférée, C1 #5 f1. Malheureusement, aucune graine de cette variété n'est disponible, seulement des boutures. Si quelqu'un pouvait produire quelque chose de plus résineux, je serais curieux de le voir. Elle n'a pas beaucoup de gout. Le but gardé à l'esprit par le Breeder : une forte concentration de résine. Il a assurément réussi. La plante est une Indica au stone agréable, en totale opposition à celui de l'Afghan. Bien qu'il existe des variétés bien plus gouteuse, je peux fumer celle-ci toute la journée."

 

En 2008, Shantibaba décrivait ainsi la bouture de NL5 sur le site mrnice.nl :
"Les origines de la NL#5 que nous utilisions pour les croisements proviennent d'un Afghan travaillé en Amérique dans les années 80 et en Hollande... Une des plantes qui a produit une multitude d'hybrides. Il n'y a pas d'origine Thaï dans notre version, elle est presque 100% Indica, fleurit en 45-55 jours et est exceptionnellement résineuse".

 

Un clone exceptionnellement résineux qui représente les règles de l'art de la culture indoor. Les gènes Indica sont le choix évident pour un croisement avec une pure Sativa telle que la Haze. L'énorme succès engendré par la NL5 x Haze et ses dérivés montre à quel point le choix de Neville était pertinent.

 

La Cannabis Cup

 

Pendant qu’il était en Hollande pour rencontrer Neville et écrire l’article “Inside Cannabis Castle”, l’éditeur d’High Times Steven Hager rencontra également Sam the Skunkman, c’est alors que lui vint l’idée d’une Cannabis Cup après avoir entendu Sam parler des festivals de moisson qui se déroulaient dans les années 1970 en Californie.

 

Tenue en Novembre 1988, la première High Times Cannabis Cup était une affaire sans cérémonie avec seulement quatre compagnies – Neville’s the Seed Bank, Ben Dronker’s Sensi Seed Club, Super Sativa Seed Club (SSSC) and Cultivator’s Choice (Sam the Skunkman). Sam gagna avec la Skunk #1 mais décida qu’il n’était pas en accord avec l’idée des compétitions et se retira. Sam vendit alors ses génétiques à Neville, Ben Dronkers et Eddy Rekedder (qui plus tard fonda The Flying Dutchmen Seed Company et The Cannabis College) ce qui assurera que les génétiques qu’il avait apportées avec lui depuis les USA deviennent des blocs constitutifs des hybrides modernes.

 

Les mêmes quatre compagnies se disputèrent la seconde Cannabis Cup l’année suivante et la Neville’s Seed Bank remporta toutes les récompenses en utilisant les génétiques achetées à Sam. La Haze X South African Sativa gagna la Pure Sativa Cup et l’Early Pearl x Skunk No.1 x Northern Lights No.5 x Haze gagna la Mostly Sativa Cup. L’année suivante Neville répéta le même exploit, la Haze x Hawaiian gagna la Pure Sativa Cup et la Nothern Lights #5 x Haze la Mostly Sativa Cup. La Nothern Lights #5 gagna la Pure Indica Cup.

 

L’opération "Green Merchant"

 

L’article de High Times, particulièrement la photo de Neville comptant de larges sommes de dollars US, n’apporta pas que de la bonne publicité. Elle apporta aussi une attention non désirée sous la forme d’un resserrement de la DEA sur l’industrie hydroponique, les principaux magasins et les cultivateurs de cannabis. L’opération « Green Marchant » débuta le 26 Octobre 1989, la DEA en conjonction avec des douzaines d’autres organismes chargés de faire appliquer la loi, ont fait incursion dans les magasins hydroponiques de 46 états, ont arrêté 119 personnes, et réquisitionné plusieurs magasins de culture d’intérieur et des milliers de plantes de cannabis. Ray Boy décrivit le carnage dans un article publié dans le numéro 56 du magasine Cannabis Culture :

 

"Les propriétaires de magasins et les employés regardaient avec horreur les policiers armes au poing qui fouillaient leurs boutiques. Dans la plupart des cas, pas de charges ne furent retenues, mais les frais judiciaires ont provoqué des pertes de millions de dollars pour les magasins et les particuliers. Un magazine centré sur la culture du cannabis, Sensimilla Tips, tomba en faillite, et High Times passa des années à combler la perte de ses publicitaires les plus lucratifs.

En 1991, les agents de la DEA commencèrent à assigner en justice les gérants de magasins hydroponiques, recherchant des adresses de clients et d’autres informations privées. Les agents ont fait intrusion, questionné, et intimidé des centaines de personnes et d’organisations, incluant des scientifiques et les équipements de recherche horticoles de la NASA.
A la fin de l’année 1991, l’opération « Green Marchant » à causé l’arrestation de 1262 personnes, le démantèlement de 977 cultures d’intérieur, et la saisie de 17,5 millions de dollars US. Des douzaines de personnes furent condamnées à des peines de 4 à 15 ans de prison, beaucoup avec durée incompressible qui n’autorise pas de réduction de peine. "

 

Le 24 Juin 1990, Neville fut arrêté par les autorités australiennes à la demande du gouvernement américain lorsqu’il rendait visite à sa famille à Perth. 44 actes d’accusation furent placés contre lui à New Orléans, l’accusant d’avoir vendu des graines de marijuana à des agents secrets et à des cultivateurs d’intérieur dans la région de New Orléans en 1989.
Neville fut détenu en Australie, accusé de rien sur place mais attendant les résultats de l’audition d’extradition. Peter Gorman expliqua ce qui s’est déroulé dans le N°59 du magasine Cannabis Culture :

 

"Schoenmakers fut attrapé lors d’une visite chez lui en Australie, mais heureusement un juge avec beaucoup de pouvoir (que la DEA combattait férocement) était marié à une femme avec un grand cœur. La femme aimait apparemment fumer un peu d’herbe avant le sexe, et suggéra à son mari que s’il garde Schoenmakers en prison pour être extradé aux USA, sa vie sexuelle en pâtirait. Le juge vit la lumière, le libéra sous caution, et lui rendit son passeport et lui donna 24h d’avance avant de prévenir les autorités américaines, qui furent furieuses en découvrant que Shoenmakers avait disparu."

 

Donc avec l’aide d’une femme de juge un peu coquine, Neville s’enfuit et revint en Hollande où il peut vivre sans peur d’extradition vers les USA, car sa compagnie de graines à été complètement agréée par le gouvernement hollandais, qu’il n’a enfreint aucune loi hollandaise et qu’il a gardé son passeport hollandais.

 

Neville vendit le Cannabis Castle et ses plantes de reproduction à Ben Dronkers, qui possédait le concurrent Sensi Seed Club, la nouvelle compagnie s’appela alors Sensi Seed Bank. Neville continua à travailler comme breeder à la Sensi Seed Bank et la Nothern Lights #5 X Haze remporta des prix pour Sensi aux Cannabis Cup de 1990, 1993 et 1996.

 

La fin de The Seed Bank, naissance de Sensi Seeds

 

Sensi Seeds a aussi commercialisé un hybride de Haze appelé Silver Haze qui est un croisement de Silver Pearl et de Haze. Voici la description de la Silver Haze par Sensi :

 

« Bien que le high cérébral des Sativa est préféré par beaucoup, les cultivateurs d’intérieur ne sont pas très friands de ce type de plante ; les Sativa deviennent vraiment grandes, prennent longtemps pour fleurir, et leur rendement n’est pas énorme. Nous avons passé des années de recherche pour obtenir un superbe hybride indica/sativa adapté à la culture en intérieur. En croisant la Haze, la plus puissante Sativa au monde, avec un Indica non-dominant nous avons réussi à réduire la taille et le temps de floraison de la plante à un niveau acceptable tout en conservant les qualités Sativa uniques du high. »

 

La Silver Pearl fut créée en croisant le clone femelle Nothern Lights #5 avec un mâle Early Pearl X Skunk #1. Early Pearl est un croisement d’Early Girl et de Pollyana, deux variétés californiennes apportées en Hollande par Sam en 1984. Early Girl est un hybride F2 indica X sativa créé pour l’extérieur en Californie du Nord et la Pollyana est dérivée d’une variété mexicaine. Neville créa l’Early Pearl en 1987 en utilisant des plantes cultivées à partir des graines achetées à Sam. Neville stabilisa plus tard la lignée sur 3 générations, ce qui donna comme résultat l’Early Pearl améliorée qui apparut dans le catalogue de 1988 de The Seed Bank. La Silver Pearl fut également créée par Neville, le mâle était une plante de sa ligne de graines Early Pearl X Skunk #1 qui était également listée sur le catalogue de 1988 et qui été décrite comme possédant des buds plus gros que chacun des parents grâce à la vigueur hybride ; la mère était le clone femelle Nothern Lights #5. La Silver Pearl remporta une Cannabis Cup dans la catégorie Seed Company en 1993.

 

Après que Neville ait quitté Sensi Seeds, plus de variétés basées sur la Haze sont apparues. La Jack Herrer apparut lors de la Cannabis Cup de 1994 ; voici la description originale de la Jack Herrer par Sensi :

 

“La Jack Herrer est un hybride multiple, le résultat de plusieurs années de croisements sélectionnés, combinant 3 des variétés de marijuana les plus fortes connues par l’homme.
Bien que nous subissions régulièrement la pression de cultivateurs obsédés de connaître les détails de son pedigree, j’ai peur que cela ne soit comme avec le Coca Cola et que cette variété de Sensi ne conserve son secret. Cette variété produit tant de résine que mêmes les branches sont couvertes de glandes. Cette variété fut présentée lors de la High Times Cannabis Cup en honneur de Jack Herrer, l’un des plus grands activistes américains pour le cannabis et l’auteur de « The Emperor Wear No Clothes ». Selon High Times Magazine : « Les têtes sont lourdes de cristaux et de résine ; le high est immédiat et cérébral. Une variété excellente »

 

Alors que Sensi dit que la lignée exacte est un secret bien gardé, il est connu que la Jack Herrer est un hybride 3-voies entre la Skunk #1, la Nothern Lights #5 et la Haze. La lignée précise est probablement [(NL#5 X Skunk #1) X NL#5] X Haze, ce qui suggère que Sensi a commencé par sélectionner un mâle de leur ligne de graines NL#5 X Skunk #1 (= Shiva Skunk) et l’ont rétro croisé (backcrossing) avec le clone femelle NL#5.
Comme Sensi avait acheté les plantes reproductives de Neville, ils avaient à la fois le mâle Haze A et le mâle Haze C, donc ils ont à priori choisi une femelle NL#5 X (NL#5 x Skunk#1), et l’ont croisée avec l’un des mâles Haze pour créer la Jack Herrer, cela donnerait pour la Jack une composition de 50% Haze, 37,5% NL#5 et 12,5% Skunk#1, ce qui est très proche de la composition génétique des Super Silver Haze et Mango Haze (50% Haze, 25% NL#5 et 25% Skunk#1)

 

La Jack Herrer est un hybride instable et donc les plantes cultivées à partir de graines tendent à être variées. Cependant, la qualité des phénotypes de la ligne est généralement excellente et beaucoup de personnes ont sélectionné des pieds mère à conserver longtemps. Sensi a écrit une nouvelle description de leurs variétés pour leur catalogue 2008, longue de plusieurs paragraphes, voici un extrait de celle de la Jack Herrer, qui nous donne une bonne description de la variation des phénotypes :

 

« Les plantes issues de graines montrent une variation favorable, due aux origines complexes de la Jack Herrer et du juste équilibre entre Sativa et Indica. Les traits améliorés des deux cotés de la famille sont fortement évidents et s’expriment en différentes combinaisons, ce qui permet au cultivateur de choisir un pied mère selon ses circonstances et ses goûts.

Trois parmi les quatre phénotypes principaux de la Jack sont lourdement du coté Sativa, tandis que le quatrième à un modèle de culture qui penche plutôt vers l’Indica – floraison rapide et des buds denses, expansifs, de forme ronde adaptée à la culture commerciale. Les phénotypes Sativa de la Jack peuvent également produire un bon rendement quand ils sont cultivés habilement, même si c’est rare pour ces récoltes d’être vendues commercialement.
La plupart des cultivateurs qui ont observé les calices succulents et de taille énorme lors du murissement, seront hésitants à vendre de tels buds, et la meilleure Jack Herrer circule souvent dans son cercle privé d’amis – un exemple de ces choses que l’argent ne peut acheter. »

 

Ils disent que l’imitation est sincèrement une forme de flatterie, et si c’est le cas, le nombre de lignes de graines dérivées de la Jack Herrer, disponibles dans un certain nombre de boutiques, est un fort témoignage du succès de l’originale de Sensi. Nirvana et Black Label ont produit des copies simples, le breeder hollandais Sannie propose une version F5 plus travaillée qu’il appelle Sannie’s Jack. Soma a utilisé les gènes de la Jack Herrer pour ses lignes de graines de Reclining Bubbha, Somango, Kahuna et Amnethyst Bud.
Female Seeds, World of Seeds et Sweet Seeds ont produit des hybrides féminisés contenant des gènes de Jack Herrer.

 

Sensi Seeds eux-mêmes vendent deux lignes de graines dérivées de la Jack Herrer – la Jack Flash et la Mother’s Finest. La Jack Flash est probablement un croisement entre une Super Skunk et un phéno à dominance Haze de la Jack Herrer, ou peut être qu’un mâle SuperSkunk X Haze fut utilisé pour croiser une femelle Jack Herrer. La description de la Jack Flash par Sensi nous donne une bonne description de la variété mais ne précise pas clairement sa lignée exacte :

 

“Le sublime genpool de la Jack Herrer a été raffinée, avec les traits désirés largement renforcés par un retro croisement. Après de multiples générations, notre mère favorite Jack Herrer a été croisée avec un mélange précis de SuperSkunk et de Haze, tout en subissant de rigoureuses sélections et de nombreux tests à chaque étape.

La Jack Flash est le résultat triomphant de ce programme – stabilisée avec la structure et la vigueur de ses ancêtres Afghani/Skunk sans sacrifier le somptueux high Haze de la Jack Herrer. En isolant cette balance particulière entre les traits, les quatre phénotypes communs de la Jack Herrer se réduisent à deux formes récurrentes dans la Jack Flash, représentant les cotés contrastés de son héritage. La forme Indica est assez compacte pour du SOG, avec un développement des buds rapide et distinct. Les calices grossissent jusqu’à une taille outrageante, s’empilant les uns sur les autres pour former des cordes saturées de résine qui se construisent comme des couronnes autour des buds. »

 

La Mother’s Finest n’est pas un hybride de Jack Herrer, il s’agit plutôt d’un travail de sélection sur le coté Haze de sa lignée, comme c’est expliqué dans la description de Sensi Seeds :

 

“ Un autre hybride incroyable qui puise ses racines dans le programme de croisement de la Jack Herrer, cette sativa de prochaine génération est l’une des créations les plus récentes de Sensi. Dès sa sortie, la Mother’s Finest connut un succès immédiat, remportant juste quelques mois plus tard la première place de la catégorie Sativa de la Cannabis Cup 2002. La Mother’s Finest est plus un rejeton Hazy de la ligne Jack Herrer qu’un descendant de la Jack Herrer. Néanmoins, tout comme la Jack Flash, la Mother’s Finest est un compromis entre les multiple facettes du genpool de la Jack Herrer. »

 

Les années Greenhouse – Super Silver Haze, Mango Haze et Neville’s Haze

 

Bien qu’ils proclament actuellement être une compagnie de graines depuis 1985, l’histoire du Roskam’s Greenhouse d’Arjan commence le 10 aout 1992 lorsqu’il ouvre son premier coffeeshop Greenhouse Tolstraat dans le vieux Sud d’Amsterdam. Une seconde boutique appelée Greenhouse Namaste ouvrit dans le Waterlooplein le 21 Avril 1995 et à cette époque Arjan compléta son équipe avec le breeder Australien Shantibaba (Scott Blakey). Ils lancèrent Greenhouse Seeds à temps pour la Cannabis Cup de 1995, les variétés étaient créées par Shantibaba et incluaient de célèbres noms comme la White Widow, la White Rhino, la Great White Shark et El Niño. Greenhouse remporta de nombreuses coupes avec ces variétés de Shantibaba, dominant la High Times Cannabis Cup comme Neville durant les premières années de l’événement. Un troisième coffeeshop appelé Greenhouse Centrum ouvrit le 1er Juin 1997 sur l’Oudezjids Voorburgwal dans le Quartier Rouge d’ Amsterdam, et après s’être retiré du breeding à plein temps, Neville devint copropriétaire de cette boutique avec Arjan. Un extrait d’un article trouvé sur le site de Greenhouse Seeds :

 

« Le programme de breeding de la Greenhouse Seeds Company est de développer de nouvelles variétés en utilisant de nouvelles méthodes de culture incluant de nouveaux substrats, des contrôles de climat, et de nouvelles formules d’engrais pour les plantes. Le programme de breeding fut un succès. Le premier coffeeshop Greenhouse, Tolstraat, ouvrit peu de temps après et la popularité des graines des variétés grandit car plus de personnes purent gouter les nouvelles variétés offertes en boutique. La Master Kush et la Cytral furent un gros succès et Greenhouse fut fier de les présenter à la 1ere High Times Cannabis Cup. Un second coffeeshop Greenhouse, Waterlooplein, ouvrit en 1995.L’allure artistique de la boutique lui permit de remporter cette année la Cannabis Cup du plus beau coffeeshop. Comme la compagnie Greenhouse Seeds continuait de grossir ils ont cherché un partenaire et la collaboration avec un ancien breeder de Sensi Seeds aboutit à une troisième boutique Greenhouse en 1997 ».

 

Neville et Shantibaba commencèrent à travailler ensemble et chacun choisit une femelle dans un large champ de plus de 1000 plantes NL5 x Haze A.
La femelle que Neville choisit devint la moitié femelle de la Super Silver Haze (SSH), alors que le choix de Shanti devint la mère de la Mango Haze. Shantibaba expliqua cette sélection dans deux posts sur le forum mrnice.nl en Avril 2007 :

 

"La SSH est l’une de ces graines F1 qui vous garantit de trouver quelque chose de génial dans chaque paquet. Bien sûr c’est un petit échantillon mais vous ne devriez pas avoir de problème. Considérez cela, pour trouver la mère de la SSH cela demanda à Neville plus de 1000 graines cultivées en extérieur plusieurs années. Puis faire le test de la descendance, qui est en fin de compte le seul vrai test du croisement, nous a pris de nombreux essais afin d’être certain que la sélection soit parfaite. Cette variété a beaucoup d’années de travail de breeding derrière elle et ce n’est pas pour rien si elle est tant appréciée par tant de personnes partout dans le monde.

La raison pour laquelle je préfère la Mango Haze et Neville préfère la SSH est une différence entre nos goûts personnels. La majorité des personnes à qui nous avions donné les 2 variétés à goûter, ont d’abord préféré la SSH et dès lors elle fut connue et son histoire fut écrite. Mais mon choix est la Mango Haze et pour beaucoup d’entre vous qui savent s’y prendre pour trouver une mère géniale, conservez-la bien car je crois que vous ne trouverez jamais de meilleur exemple d’une plante à l’odeur aussi douce, et à l’effet autant cérébral ".

 

La SSH fut créée en croisant la NL#5 x Haze A sélectionnée par Neville à un mâle Skunk X Haze C. Elle entra en compétition dans la catégorie Hydro de la Cannabis Cup de 1997 et remporta le 1er prix. Les graines de SSH furent disponibles durant la Cup de 1998 et la SSH remporta encore la catégorie Hydro et gagna également la 1ere place du concours général, alors que El Niño, un autre hybride de Haze créé par Shantibaba, remporta la seconde place du classement général.

 

Shantibaba expliqua ce qui s’était passé dans « l ’Histoire of Mr Nice » qu’il écrivit sur le site mrnice.nl :

 

"En 1998, quand Neville était copropriétaire du coffeeshop Greenhouse dans le quartier rouge, et que j’étais copropriétaire et que je travaillais à la Greenhouse Seed Co (depuis son établissement en 1994)… Nous décidâmes de vraiment essayer de donner le meilleur de nous-mêmes cette année à la High Times Cannabis Cup (HTCC). Jusqu’alors, Neville et moi, individuellement, avions gagné chaque prix de récompense pour le breeding du cannabis. Au nom de Greenhouse, nous avons bombardé la HTCC 1998, remportant tous les prix sauf celui récompensant les vêtements. Nous avons fini premier et second au classement général. "

 

La SSH remporta encore la première place de la Cannabis Cup 1999 pour compléter un remarquable enchainement de victoires.

 

Voici la description de la SSH par Shantibaba sur le site mrnice.nl :

 

"Une championne parmi les championnes depuis qu’elle a gagné comme par magie les Cannabis Cup de 1997, 1998, et 1999 ; composée des variétés les plus commerciales connues pour le monde civilisé : Skunk, NL et Haze. De tels accomplissements lui confèrent un pedigree assurément majestueux. Elle a été travaillée à l’excellence pour ceux qui souhaitent posséder le meilleur du meilleur, qui ont alors le souffre coupé par la réalité. Cet hybride complexe tranche parmi les hybrides de Haze, il est conçu pour étonner le cultivateur tout comme le consommateur."

 

La Neville's Haze

 

Shantibaba et Neville décidèrent de créer un nouvel hybride avec plus de dominance Haze et croisèrent le male Haze C à une femelle NL5 X Haze A sélectionnée, le résultat fut vendue par GHS en tant que Neville’s Haze, et remporta la coupe en 1998, l’année de sa sortie.
La Neville’s Haze est l’hybride avec le plus de dominance Haze pouvant être cultivé en intérieur sous lampes artificielles, et possédant à la fois les males A et C dans sa lignée génétique, il contient des phénotypes qui expriment à la fois les cotés Colombiens et Thaïlandais des génétiques Haze. Voici la description originale dans le catalogue de GHS :

 

Pedigree: Haze Presque pure avec juste une pointe d’indica (Nothern Lights)
Récompenses : Jamais présentée en compétition
Puissance : La variété la plus puissante du marché. N’est pas recommandée pour les fumeurs inexpérimentés – trop trippante – trop profonde.
Période de floraison : Intérieur : Doit être commencée sous 12 heures de lumière. Les plus rapides finiront en 14 semaines (25%). Celles qui prennent beaucoup plus de temps sont généralement jetées car ce n’est pas réalisable. Extérieur : Doit être cultivée sous les tropiques + commencée juste avant le début de l’automne. Le rendement est étonnamment bon. La longue période de floraison est généralement récompensée par un très grand rendement, à la fois en intérieur et en extérieur. Cette variété n’est pas pour le fumeur ou cultivateur novice.
Spécifications : Floraison = +14 semaines ~ Prix : 175$ (10 graines)

 

Voici la description de la Neville’s Haze par Shantibaba sur le site mrnice.nl :
« Un hommage au père de toutes les compagnies de graines modernes, Neville Schoenmakers. Il y a quelque chose de très spécial à propos de cette 3/4 sativa que ceux qui connaissent reconnaitront dès qu’ils sentiront le produit final. Il peut être difficile de savoir sur quoi se baser pour sélectionner la meilleure plante, mais les plantes qui mettent plus de 16 semaines ne seront pas vraiment intéressantes pour le cultivateur d’intérieur. Une astuce pour ceux qui ont trouvé une plante à floraison très longue, qu’ils voudraient conserver… les clones finissent généralement 2 à 3 semaines plus vite que la plante mère issue de graines, et donneront donc au cultivateur la possibilité de terminer quelque chose qui normalement a besoin des tropiques pour pousser. Toute la saveur est complètement sativa alors si vous êtes un amateur d’indica, cette plante ne sera pas pour vous ! Elle fut créée en combinant une pure Haze avec une NL5/Haze, ce qui donna probablement l’une des variétés les plus influentes de notre époque, certainement pour la saveur, l’arome et l’effet. Elle est excellente si vous êtes dans la zone équatoriale pour la cultiver en extérieur, mais la culture en intérieur sera recommandée pour les autres régions. Toutes les compagnies de graines sont redevables à Neville pour son travail et les origines des variétés modernes.
Comme l’homme lui-même…. La légende grandit ! »

 

Shantibaba mit fin à son engagement avec Greenhouse Seeds après la Cannabis Cup de 1998 et peu de temps après, Neville partit également. Shantibaba explique ce qui s’est passé dans l’ « Histoire de Mr Nice », article publié sur le site mrnice.nl :

 

"Je n’aimais pas particulièrement cet événement j’ai donc décidé de me retirer cette année. Par coïncidence la relation avec mon partenaire hollandais (Arjan) s’est détériorée, et les égos s’enflammèrent. Finalement, je vendis mes parts de la Greenhouse Seeds Company, et en tant que commerçant seul, je développai la Mr Nice Seedbank (MNS), qui a toujours été et qui restera une compagnie hollandaise. Peu après, Neville vendit également sa part de Greenhouse. La Mr Nice Seedbank n’a jamais confié de plantes à des non-cultivateurs, incluant nos ex partenaires hollandais. "

 

Shantibaba prit ses plantes de reproduction et sa collection de graines et se déplaça en Suisse pour continuer son travail de breeding comme il l’explique :

 

"En 1999, les lois hollandaises ont changé et ne permettent plus la production de graines. Néanmoins, vendre des graines importées d’un autre pays est toujours légal. Nous voulions accomplir nos projets sans enfreindre de lois dans aucun pays. En conséquence, MNS a déplacé ses opérations de culture en Suisse, où les lois permettent de cultiver du cannabis pour la production de graines. Beaucoup de compagnies hollandaises perdent des plantes, des chambres de mères, et des récoltes de graines, mais en Suisse, la production de graines MNS est florissante. "

 

Après que Shantibaba et Neville se soient retirés de Greenhouse Seeds, le détail des génétiques Haze qui continuent d’être offertes par Arjan devient difficile à discerner, certainement que les plantes utilisées pour créer les hybrides Haze ont changé car Shanti et Neville les ont emmenées avec eux en partant. Cependant, cela n’a pas empêché Greenhouse de continuer à vendre les mêmes hybrides de Haze qu’ils avaient avant. Je n’ai aucune idée si les variétés sont reproduites en cherchant de nouveaux parents dans le stock de graines original, ou si les génétiques sont d’une autre source, seuls Arjan et quelques personnes choisies à Greenhouse Seeds connaissent la variété, et spéculer est injustifié.

 

Arjan conserve le copyright sur les noms White Widow, White Rhino, Great White Shark et les autres donc il a légalement le droit de vendre des graines sous ces noms ; cependant il n’y a aucune loi à propos de l’authenticité des génétiques donc même si le nom reste le même, les génétiques peuvent changer. Une bonne explication fut donnée par Shantibaba dans un post de 2007 :

 

"Les graines de Cannabis ne sont pas reconnues comme authentiques à part pour plusieurs variétés de chanvre textile que les Français ont brevetées il y a plusieurs années. Donc chaque compagnie qui vend des graines des Cannabis ne peut pas breveter ses génétiques et ne pourra jamais. La meilleure chose qu’ils puissent faire est d’essayer de mettre un copyright sur un nom incluant le nom de la compagnie. C’est la vérité et donc vous voyez des compagnies comme GHS qui utilise le nom des variétés des autres alors qu’ils utilisent des graines F1 pour fabriquer leurs versions féminisées… et ce ne sont pas les seuls, beaucoup d’autres compagnies font ça.

Depuis 1998 j’ai du répondre à plusieurs milliers de plaintes contre les graines qu’Arjan vend avec GHS. Il ne l’admettra jamais mais il a perdu ou tué la plupart des plantes de reproduction qui lui restaient, donc il a simplement acheté des graines d’Ingemar (qui sont imprévisibles au possible) ou essayé d’éviter le vrai breeding en utilisant des hormones pour féminiser les graines. Il y a 2 raisons pour lesquelles il féminise les graines, d’une part il vend beaucoup aux débutants ou aux personnes qui ne souhaitent avoir que des femelles, et d’autre part car il n’a aucune idée de quel mâle utiliser pour le breeding… Ni même s'il possède des mâles, donc une alternative est d’utiliser des hormones pour faire des graines avec une seule femelle…. Un travail que n’importe qui peut faire. Le seul problème maintenant viendra quand les personnes cultiveront ses variétés. Et juste un petit conseil pour celui qui veut vraiment savoir, « le bruit le plus fort vient d’un baril vide »…. et Dieu sait combien de variétés il va créer sous son propre nom… c’est de l’égo ou de l’insécurité… je vous laisse choisir ".

 

Depuis le nouveau millénaire, Greenhouse à commercialisé de nouvelles variétés Haze comme les Arjan’s Haze 1, 2,3, Arjan’s Ultra Haze 1, 2,3, et Strawberry Haze. Les détails concrets sur ces variétés et leur lignée génétique ne sont pas disponibles donc on ne sait pas si elles contiennent certaines génétiques Haze de Neville ou même si ce sont des hybrides de Haze. Sans se soucier de l’authenticité ou de la qualité de ses génétiques, Arjan assure que le nom Haze reste une valeur sure dans le monde des Graines de cannabis.
La Arjan’s Ultra Haze #1 fut créée en croisant une plante de Neville’s Haze avec une Sativa du Laos et fut présentée lors de la Cannabis Cup 2006, tout ceux qui ont pu la fumer furent impressionnés et très surpris lorsqu’elle remporta la 1ere place.
A l’origine lors de sa commercialisation, la lignée génétique de l’Arjan Haze #1 était donnée comme étant Neville’s Haze X Super Silver Haze X « Secret Haze », et la Arjan Haze #2 comme étant Neville’s Haze X Super Silver Haze X Laotian Sativa. On ne sait pas si ce sont ces génétiques qui sont vendues actuellement, ni si les graines furent créées par Greenhouse eux-mêmes ou achetées à une source extérieure.

 

La lignée génétique de la Arjan’s Strawberry Haze est donnée comme étant un croisement [swiss Sativa X (Nothern Lights #5 X Haze)], ce qui suggère que la variété fut achetée sous forme de graines à un cultivateur Suisse, car l’hybride Haze X Erdpurt était très populaire parmi les cultivateurs extérieurs durant le rapide boom de la cannabiculture en Suisse au début des années 2000. L’Erdpurt est une variété traditionnelle Suisse au gout de fraise, qui est très résistante mais pauvre en puissance et en production de résine. La Arjan’s Strawberry Haze rencontra de franches réactions négatives lors de sa sortie en 2006, elle fut décrite par un fumeur de Haze vétéran comme n’ayant « aucun gout, aucun THC, du vrai foin ».

 

En attendant, Shantibaba (en tant que Mr Nice Seedbank) continue de proposer la Neville’s Haze, la Super Silver Haze, la Mango Haze et El Niño (renommée en La Niña car GHS a le copyright sur le nom El Niño) chez Mr Nice Seeds, en utilisant les mêmes parents que ceux utilisés lorsqu’il travaillait à GHS entre 1995 et 1998.

 

Soma et le G13Haze

 

En 2001 une nouvelle source de génétiques Haze inattendue fit son entrée en scène, mais cette fois encore, au lieu d’être complètement nouvelle elle provenait du travail d’hybridation de l’Original Haze par Neville plus de dix ans plus tôt. Un breeder Américain expatrié appelé Soma ressuscita certaines génétiques de Neville après avoir reçu 10 vieilles graines d’Ed Rosenthal. Soma raconte cette histoire en page 78 de son livre « Organic Marijuana Soma Style » :

 

“En 2001 j’ai essayé de faire germer de très vieilles graines de G13Haze qui était l’une des fameuses génétiques de Neville. Elles furent produites en 1988. J’avais 10 de ces graines de 13 ans. Une seule germa et ce fut un mâle, Cela ne me laissait qu’un seul choix – afin d’utiliser cette génétique, je devais croiser le mâle à certaines de mes variétés existantes et sélectionner certains phénotypes femelles. Comme ces croisements de G13/Haze circulent partout dans le monde, beaucoup de cultivateurs sont totalement satisfaits de ce que ces graines ont donné. Le male G13/Haze à apporté une lourde influence sativa à toutes les variétés que j’ai pu croiser avec."

 

Neville créa le croisement G13 x Haze en 1988 en utilisant le mâle Haze C et le clone femelle G13. Neville décrit ainsi le clone G13 dans le catalogue de The Seed Bank de 1988 :

 

"Le G13 est un clone indica exceptionnel réputé « libéré » du programme de recherche du gouvernement dans le Mississippi, et maintenant nous l’avons. Largement cultivé en tant que plante d’intérieur commerciale aux USA, le G13 a prouvé être l’une des meilleures plantes reproductrices de notre collection. Les hybrides de G13 fleurissent rapidement en intérieur, ont une forte création de résine, une puissance excellente, et une extrême vigueur hybride ".

 

Les graines de G13 x Haze furent proposées à la vente dans le catalogue de 1989 de The Seed Bank mais seulement pour 1 an, apparemment les deux génétiques ne se combinaient pas très bien. Neville n’a jamais utilisé de G13 x Haze dans aucun travail important et à la place choisit de travailler avec le croisement NL5 x Haze.
Le mâle G13Haze trouvé par Soma penche fortement du coté Haze de la génétique, donc je suppose que Soma s’est dit qu’il possède simplement une version du mâle Haze C mais avec un peu d’influence G13. Neville et Shantibaba ont prouvé que le mâle Haze C est une superbe plante reproductrice donc Soma s’est surement dit qu’il possède maintenant pour travailler un mâle reproducteur similaire. Soma écrit ceci dans son article sur l’hybridation :

 

"Dans mes nouveaux croisements entre le mâle G13/Haze (je voulais ajouter plus de génétiques sativa dans le mélange) et les femelles Buddha’s Sister, Somango, Somativa, White Willow, Lavender, Citralah, White Light, New York City Diesel, Rockbud, Reclining Buddha et Free Tibet, je découvre parmi les plus belles plantes jamais rencontrées ".

 

D’autres vendeurs de graines ont utilisé plus tard le mâle G13Haze de Soma dans leurs propres hybrides. DNA Genetics ont créé de nombreuses variétés en utilisant ce mâle comme par exemple la Connie Chung, la Sour Cream, la Super Cannalope, la Chocolope, la C13 Haze et la Martian Mean Green. Barney’s Farm a aussi vendu des graines vendues par un breeder hollandais utilisant ce mâle G13/Haze, en 2005 ils ont gagné la Cannabis Cup de la meilleure sativa avec un croisement C5 X G13/Haze, connu sous le nom Willy Nelson.
Le même breeder a aussi le croisé le mâle G13/Haze à l’Amnésia Haze de Soma et aux clones A5 Haze et C5 Haze, ces hybrides furent disponibles sous forme de graines dans de nombreux magasins d’Amsterdam. Barney’s Farm vend actuellement une ligne appelée G13Haze mais sa lignée exacte est inconnue, elle est décrit par Barney comme étant une G13 X Hawaiian Sativa, mais le clone G13 est mort depuis plus de 10 ans, alors c’est probablement plutôt un hybride utilisant le pollen du mâle G13/Haze.

 

Le grand cultivateur de Haze « OJD » fait ce commentaire sur le mâle G13 Haze dans un post sur thcfarmer.com en Décembre 2008 :

 

"J’ai cultivé et j’ai fumé beaucoup (ou plus) de variétés croisées au mâle G13Haze par beaucoup de compagnies – DNA, Soma et d’autres et je dois dire que si vous cherchez à apporter des saveurs et des qualités Haze à un croisement ce clone est ce que vous désirez, il ajoute vraiment une dimension Haze à tout ce qui est croisé avec, cette Haze folle rend le croisement encore meilleur ".

 

« A » de DNA Genetics écrit ceci à propos du mâle G13Haze dans un post sur thcfarmer.com en Novembre 2008 :

 

« Nous travaillons avec ce mâle depuis 4-5 ans maintenant, et nous obtenons toujours de beaux résultats avec lui ».

 

Etant donné que le mâle G13Haze est la seule plante connue pour être cultivée à partir d’une graine originale créée par Neville en 1988, il est très représentatif de cet hybride. Aussi, comme c’est un phénotype à dominance Haze avec peu d’influence G13 sur la descendance, on peut considérer qu’il a les mêmes propriétés reproductives que son père le mâle Original Haze C. Le mâle Haze C a prouvé être une plante reproductrice géniale, utilisée dans plusieurs croisements par Neville et Shantibaba avec beaucoup de succès ; il est donc suivi logiquement par le mâle G13Haze, semblable à son père il doit donc avoir le même potentiel reproducteur. Le grand succès rencontré par Soma et DNA Genetics ces dernières années avec leurs hybrides utilisant le mâle G13Haze renforce donc la réputation de son père le mâle Haze C et son influence dans le genpool du cannabis commercial.

 

L’Amnesia Haze de Soma

 

Soma propose également une ligne de graines appelée Amnesia Haze, il déclare l’avoir créée en croisant une sativa femelle du Laos au mâle Afghan/Hawaiian de Shantibaba, cependant la description de la variété ne donne aucun indice sur la lignée génétique :

 

"L’Amnesia Haze est l’une des plus fines Haze que Soma Seeds peut vous proposer. L’odeur et le gout sont inoubliables, jusqu'à ce que vous la fumez et oubliez tout ! "

 

L’Amnesia Haze fut disponible en 2003 en même temps que les croisements de G13 Haze et fut présentée à la Cannabis Cup 2004 où elle remporta la 1ere place du classement général. Soma ne fait aucune mention du processus de croisement qu’il utilisa pour créer l’Amnesia Haze dans son livre « Organic Marijuana Soma Style ». Dans la description de la variété Super Silver Haze du site mrnice.nl Shantibaba écrit :

 

“Une gagnante de multiples prix incluant les Cannabis Cup 97,98 et 99, également connue sous d’autres noms dans différents pays comme Amnesia Haze, the Bomb, etc.…”

 

Shantibaba pense clairement que l’Amnesia Haze et la SSH sont liées, peut être que Soma a croisé une mère SSH au mâle G13Haze pour créer l’Amnesia Haze ? Certaines personnes spéculent que Soma a utilisé l’un des anciens clones de Haze (A5 ou C5) et l’a croisée avec le mâle G13Haze, cela est possible car l’Amnesia est apparue en même temps que les croisements de G13Haze.

 

La compagnie hollandaise d’engrais Hy-Pro a également sorti une version de l’Amnesia Haze. Peu d’informations sont disponibles, mais c’est peut être Amnesia Haze X G13 Haze mâle.

 

Les clones survivants des hybrides d’original Haze de Neville

 

Un certain nombre de clones survivent encore depuis le travail original de Neville et sont largement cultivés en Hollande. Les plus connus parmi ceux ci ceux sont les clones A5 et C5. L’A5 est une plante avec un gout de mangue, et la mère de la Mexican Haze et de l’Ocean Twelve Haze.
La C5 est un phéno sélectionné parmi les +1000 plantes de NL5 x Haze A mâle que Neville avait lancé au début des années 90 et dans lequel il a avec Shantibaba sélectionné les mères des lignées de graines de SSH, de Neville’s Haze et de Mango Haze.

 

La A5Haze est très courante dans les coffeeshops du sud de la Hollande comme le Toermalijn de Tilburg, le Checkpoint de Terneuzen, le Pax à Breda ou le Willie Wortels de Haarlem.

 

La Mexican Haze est un croisement A5 x Mexican Sativa mâle, il y a deux phénotypes conservés sous forme de clone ; le mâle Mexicain Sativa n’existe plus. Le Dampkring d’Amsterdam possède la Mexican Haze sur son menu. No Mercy Supply utilisa le Mexican Haze dans un certain nombre de leurs hybrides, la plus grande proportion étant dans le croisement F1 Mexican Haze X Victorie.

 

Un autre hybride de Haze de Neville a refait surface également récemment. Hashplant X Haze fut d’abord cultivée en Espagne et est également connue dans certains cercles sous le nom HP13 ou Hollywood Haze. Shantibaba à distribué une grande quantité de graines de Hashplant X Haze en 2005 et un clone fut tiré de ces graines.
« A » de DNA Genetics explique cette histoire dans un post sur thcfarmer.com en décembre 2008 :

 

"Nous avons obtenu il y a 4 ans en Espagne un clone supposé HP13 et quand nous avons cultivé ce clone il nous a pris 12 semaines, a stretché comme une sativa et sentait la Haze. Quand nous l’avons finalement terminé nous savions que c’était de la Hashplant X Haze et après avoir parlé avec Shantibaba cela s’est confirmé, et nous savons aussi qu’il a distribué des graines de HP13 en Espagne…
11-12 semaines de floraison et un rendement vraiment important. Produit l’un des meilleurs bubble hash que j’ai jamais vu. "

 

La Haze à toujours la rage dans le nouveau millénaire

 

Si l’on regarde le TOP 3 des variétés des récentes Cannabis Cup, on voit que le nom Haze est très en avant. En 2006 Greenhouse remporta la première place avec la Arjan’s Ultra Haze #1, Barney’s fut second avec la G13 x Haze et le Grey Area obtint la 3e place avec la DNA’s Martian Mean Green. Ultra Haze #1 est un croisement entre Neville’s Haze et une sativa du Laos, la Martian Mean Green est un croisement Sharksbreath X G13 Haze, donc le gagnant est 50% Neville’s Haze, le second est 50% Haze C mâle, et la 3e place est 25% Haze C mâle.

 

Lors de la Cannabis Cup 2007 le Barney’s remporta la première place du concours général avec la G13 x Haze et le Greenhouse 3e avec la Super Silver Haze, les gènes Haze dans chacune des variétés provenant du mâle Haze C. La seconde place fut gagnée par DNA avec la Chocolope qui est un croisement d’OG Choc Thaï X Cannalope Haze donc qui contient probablement une faible portion de gènes du mâle Haze A ou C.

 

En 2008 la coupe fut encore gagnée par un hybride de Haze, cette fois ci la Super Lemon Haze du Greenhouse. Barney’s termine second avec la Utopia Haze. L’Utopia Haze est simplement une C5 renommée, donc sa lignée génétique est NL5 X Haze A mâle.

 

Tout le monde à qui j’ai pu parler de la Super Lemon Haze pense qu’il s’agit en fait de Super Silver Haze. La Chocolope fut encore troisième donc pour la 3e année consécutive, toutes les variétés du Top 3 sont basées à un certain degré sur les 2 mâles Haze sélectionnés par Neville à partir de graines 20 ans plus tôt.

 

Alors, pourquoi ce sont les mêmes génétiques qui ont gagné les premières Cannabis Cups il y a 20 ans, qui gagnent encore aujourd’hui ?

 

Pourquoi les compagnies de graines basées en Hollande continuent de proposer des génétiques issues d’un petit nombre de plantes que Neville à sélectionné il y a 20 ans ?

 

Il y a 2 raisons majeures :

 

1) Trouver des plantes de qualité pour le breeding est un travail difficile, vous avez besoin de cultiver beaucoup de graines en extérieur et cela va couter beaucoup d’argent, sans oublier beaucoup de compétences et de connaissances quand vient le temps de la sélection. De larges profits peuvent être réalisés en vendant des graines qui sont composées uniquement de vieilles génétiques, car la majorité des clients est largement ignorante de la vraie nature des produits qu’ils achètent.

 

2) L’interdiction hollandaise de produire des graines en 1998 a rendu la production de Graines de cannabis underground, plus personne n’est capable de cultiver de larges champs de milliers de plantes nécessaires pour trouver des plantes de qualité pour le breeding. Au lieu de cela, les breeders utilisent encore les mêmes clones de production et les mêmes mâles sélectionnés qu’ils possédaient avant l’interdiction.

 

Un post écrit par Shantibaba sur le forum de Mr Nice en Septembre 2007 donne un bon aperçu des difficultés pour trouver de nouvelles plantes de breeding à partir de graines :

 

"Si je choisis de travailler avec une landrace d’un pays particulier, comme le Laos par exemple…Il n’y a peut être rien d’intéressant à conserver au commencement, ce qui m’est réellement arrivé. Alors tant que le temps et l’espace le permettent, vous lancez un autre batch en espérant que les choses changeront, ce qui arrive parfois. Dans les années 90 j’ai travaillé et passé beaucoup de temps sur des graines du Laos… Mais je n’ai jamais rien trouvé de spécial ou de valable alors j’ai conservé le travail sous formes de graines et j’ai éliminé les plantes de ma chambre de culture et de ma collection.

La règle générale dans le breeding est de tester la descendance et de regarder comment elle évolue… La plupart des personnes sont contentes de faire un batch de graines, mais le plus dur du travail est dans le processus de sélection…"

 

Actuellement obtenir des nouvelles génétiques landrace n’est pas facile non plus, Shantibaba écrit comment il récupéra la variété d’Inde du Sud qu’il a utilisée pour créer la White Widow :

 

"L’hybride d’Inde du Sud provenait de Kovalum Beach, mais est actuellement cultivé dans les montagnes de Kerala. Il avait l’un des effets les plus cassants de tous les temps pour moi, alors je partis en safari et dans les montagnes pour le trouver. Après quelques jours à rouler sur ma vieille moto Enfield dans cette région j’ai eu la chance de me poser dans un café pour boire et fumer un joint. Un homme d’âge moyen, les yeux vitreux vint vers moi et partagea mon joint. Nous avions assez gaspillé et bu assez de thé et il m’invita dans son village et dans sa ferme. Il s’est avéré que ce type était le cultivateur de cette variété, et qu’il avait reconnu son odeur… Parfois vous êtes chanceux !
Je suis donc resté plusieurs jours et me suis livré à de nombreux tests avec lui. Il ne savait pas vraiment grand chose mais sélectionnait en fonction de la production de résine.
Considérez cette variété comme haute et tropicale, elle pousse comme une sativa mais finit beaucoup plus tôt. Il m’a dit que les graines ont toujours été présentes dans le village mais que c’était un peu différent selon le village où tu vas les chercher. Ce n’était pas une variété à gros rendement mais elle était uniquement parfumée et incroyablement jolie et pleine de résine en fin de cycle.

Je me suis battu durement durant des années pour essayer que le gouvernement voit que nous voulions tous joindre nos forces de travail et payer des impôts comme tout un chacun, mais les puissances gouvernementales sont inconsistantes et changent en fonction du vent. Lorsque MNS s’installa complètement en Suisse et avait environ 200 employés qui travaillaient, payaient des impôts etc. Ils prirent l’argent et semblèrent être contents, mais c’est alors qu’il y eut un changement de procureur (un nouveau chrétien), qui décida de faire de son combat toute la production de chanvre. Du jour au lendemain, après 3 ans, tous devinrent chômeurs et certains furent emprisonnés. Maintenant les drogues chimiques sont abondantes et l’héroïne est de nouveau présente en quantité… donc ce que je devrais vous dire, c’est de suivre vos rêves, mais d’être prudent…"

 

Nous sommes donc maintenant en 2009, et les variétés de cannabis disponibles dans les meilleures compagnies sont a peu près les mêmes que celles qui étaient disponibles il y a 20 ans, le genpool cannabique est devenu extrêmement réduit, et basé sur une petite poignée de plantes. Ceci est une situation extrêmement mauvaise pour un certain nombre de raisons, la diversité génétique se perd, on obtient une qualité générique avec la plupart des lignées de graines car elles sont génétiquement similaires.

 

Tristement, les clients achètent en choisissant un nom donné à une ligne de graines plutôt qu’en choisissant la génétique de cette lignée, et c’est exploité par de nombreuses compagnies. Shantibaba explique la situation dans un post sur internet en 2007 :

 

« Au final c’est la popularité du nom qui fait naitre le rêve chez le cultivateur potentiel et non pas la réalité des génétiques, voyons les choses en face ! Regardez la White Widow par exemple, que j’ai introduite en tant que lignée de graines en 1995… Depuis ce moment chaque homme et même leur chien proposent tous quelque chose qu’ils appellent White Widow… J’ai changé le célèbre nom quand j’ai vendu mes parts de la vieille compagnie et conservé les génétiques originales… C’est un peu étrange pour un commerçant mais considérez que ce n’est pas mon but principal, ce ne fut vraiment pas trop difficile de la renommer en Black Widow. Je vois que chacun continue d’utiliser ma description des plantes parents de ce croisement alors qu’il est évident qu’ils n’ont jamais possédé aucun d’entre eux… La plupart ont juste créé un F2 ou féminisé une femelle F1 sélectionnée. Vous pouvez donc apprécier qu’il n’y a pas ou très peu d’éthique dans le monde de la graine de cannabis, et qu’il n’y en aura probablement jamais.
Je veux dire, pourquoi quelqu’un commencerait demain à essayer de vendre des graines sous un nom que personne ne connaît alors que tout ce qu’ils ont à faire est d’avoir un prix pas trop élevé avec un nom qui marche bien ? »

 

Sam the Skunkman fut très saillant sur ce point en Février 2008 sur icmag.com et je pense que c’est approprié de laisser l’homme qui a introduit les gènes Haze dans l’industrie de la graine de cannabis d’avoir le dernier mot sur ce sujet :

 

« Si j’avais reçu un dollar pour chaque Skunk #1, ou hybride qui a été copié et vendu je pourrai acheter les élections américaines et réaliser plein de changements pour rendre le monde meilleur.

Je n’ai rien reçu du tout de la part d’aucun breeder pour qu’ils copient mon travail ou l’utilisent pour faire leurs propres hybrides. Ils ont même volé les noms de mes variétés. C’est ainsi que ça se passe.

Peut être est-ce de ma faute, pour avoir créé de véritables variétés stabilisées plutôt que des hybrides ? Je pensais pourtant que c’était la meilleure chose à faire…

Je suis content qu’ils fournissent le monde en graines, mais j’espère que certains « breeders » dépenseront plus de temps et d’énergie pour collecter des génétiques dans les zones de cultures traditionnelles de Cannabis, afin d’enrichir son genpool, et les utiliser pour créer des IBL ou des hybrides qui ne soient pas juste un remaniement des variétés et des génétiques qui circulent depuis 25 ans. Je souhaiterais également que le prix des graines soit moins élevé.

 

Sam a déclaré plusieurs fois au long des années que la Haze donne d’excellents hybrides, qu’elle améliore tout ce qu’elle touche. Peut être qu’il l’a dit à Neville quand il le rencontra pour la première fois en 1985, ce qui lui a donné l’idée de créer une série d’hybrides de Haze.
Sam et Neville ont alors ouvert le jeu et depuis, de nombreux autres se sont lancés dans des croisements avec des génétiques Haze, et si Sam avait reçu un dollar pour chaque graine d’hybride de Haze vendue, ce serait vraiment un homme très riche.
La plus importante raison derrière le succès continu des génétiques Haze est qu’elle fut créée en une très rare occasion. Alors que les pures sativa peuvent être cultivées en intérieur et en serre depuis 40 ans, personne à part Sam et Neville ne furent capables de travailler à si grande échelle en extérieur. Peut être qu’il n’y aura pas d’autre occasion avant l’arrivée de la légalisation, en attendant, personne n’est en position de répéter le processus qui a aboutit à la création des génétiques Haze.

 

Réponse de Dubi au sujet de la relation entre l’Original Haze et la OldTimer Haze, traduction de Ricco.

 

L'Original Haze provient des sélections faites dans les années 80 par Sam Skunkman qui travaillait dans des serres hollandaises car à cette époque il était encore légal de faire de grandes sélections.
L'Original Haze est une lignée excellente et très vigoureuse. Elle a été créée en stabilisant le phénotype vert, mais à notre avis elle a perdu la diversité génétique de l'hybride original. On ne trouve pas de phénos colorés qui pourtant sont aussi d'un grand intérêt.

De nombreux breeders hollandais nous ont expliqué à plusieurs occasions comment se sont perdues presque toutes les lignées Haze originelles. Actuellement, peu de banques conservent encore quelques clones issus de sélections faites il y a 20 ans par Neville ou Sam Skunkman. Mais il n'y a plus de population de graines viables. La Original Haze serait donc l'unique lignée de Haze pure en Hollande puisque la majorité des Hazes nommées pures qui sont vendues aujourd'hui dans ce pays sont des hybrides.

Oldtimer est un cultivateur indoor qui possédait 3 lignes de Haze pure dans les années 90 provenant des dernières reproductions effectuées en Californie à la fin des seventies.

Mais les hazes sont des plantes qui aiment le climat tropical. C'est ainsi qu'après avoir reproduit les 3 lignées, il garda des graines dans son frigo et en envoya beaucoup d'autres à des cultivateurs de toute la planète avec l'intention que ceux-ci développent ces lignées de Haze dans des climats plus bénéfiques.

Les années passèrent et le nouveau millénaire arriva mais non seulement les graines restées dans son frigo vieillirent mais en plus personne ne se préoccupa de les reproduire sous d'autres latitudes. Certains cultivateurs en firent des cross, mais en réalité à cause de leurs floraisons vraiment très longues, très peu eurent intérêt à travailler avec elles.

Pacific, une cultivatrice, reçut des graines de Oldtimer mais sans les cultiver. A son tour celle-ci envoya des graines à Wolfman, un cultivateur portugais expérimenté. Il reproduisit une nouvelle génération et la sauva pour quelques années encore. Espérons que quelqu'un d'autre ait conservé les 2 autres lignes quelque part sur terre.

Au bout de 2/3 ans de cette ultime reproduction, les graines de Wolfman vieillirent. Cela le décida à contacter Oldtimer et à chercher de l'aide dans la communauté internet (le cannabisworld.com de l'époque) pour les reproduire.
Il n'y avait que 100 graines, 20 furent envoyées à Shantibaba, 30 autres furent réparties entre plusieurs cultivateurs et les 50 restantes furent envoyées en Espagne pour les partager entre Cannabiogen et ACE Seeds.

Les 50 graines furent mises à germer et distribuées entre plusieurs d'entre nous. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais que ce soit Kaiki, Estai, Ali, Ximet, rbubble ou moi, nous avons tous contribué au processus de conservation de cette variété.

Travailler avec ce type de plantes n'est jamais facile. Elles commencent à fleurir vers septembre, voire octobre, avec une flo de 20/25 semaines qui peut souvent finir en Janvier. C'est pourquoi étudier, sélectionner et reproduire une Haze pure demande beaucoup de temps, d'espace et d'efforts.

Pendant les 2/3 années que dura le processus de sélection et de reproduction initiale, nous avons eu le plaisir de connaître cette variété mythique dans toutes ses essences et diversités.

Actuellement on ne connait de la Haze que le concept encensé par les hybrides de Haze hollandais. La majorité d'entre eux ont été créés par le même mâle Haze, sélectionné par Neville il y a longtemps. Ce mâle est excellent et il a contribué à ce que ces hybrides possèdent des arômes épicés uniques qui ont fait école.

En Hollande, la Haze a servi de base pour certains des meilleurs hybrides sativa/indica de ces 20 dernières années (comme la Kali Mist, la Jack Herrer ou la Super Silver Haze par ex.). Malheureusement les hollandais étant avant tout des cultivateurs d'intérieur recherchant constamment à raccourcir les floraisons et à augmenter la production, ils ont croisé la Haze avec pratiquement tout.
Aujourd'hui on peut trouver des dizaines d'hybrides de Haze disponibles sur le marché, mais aucune n'offre de la génétique de Haze tropicale comme l'a été originellement cette variété.

La Haze est à l'origine un hybride de 4 grandes anciennes sativas tropicales (Mexicaine, Colombienne Red, Indienne de Kerala et Thaï) qui n'était pas encore stabilisé à la fin des années 70. On pouvait observer des Hazes pourpres (ou Purple Haze) surtout si cultivées à basse température. Ou bien des vertes qui montraient un phénotype très influencé par la génétique du Sud-Est asiatique.
La Haze tropicale originale grâce à sa grande diversité génétique possède des arômes différents: fruits des bois, fruit tropicaux très mûrs, bois ancien, encens et épices.

Nous avons voulu récupérer cette variété dans toute sa diversité qu'elle avait à l'origine afin de la faire connaître et que les cultivateurs puissent travailler avec elle, la préserver pure ou la croiser comme bon leur semble.

C'est pour cela que les premières reproductions on été faites en "pollinisation ouverte" de femelles, mais à chaque pollinisation nous n'utilisions qu'un seul mâle. De cette façon nous préservions l'information génétique de chaque femelle tout en connaissant l'influence qu'apportait chaque mâle. Nous avons en outre ouvert beaucoup de lignées avec la volonté que pratiquement toutes préservent un maximum d'information génétique de l'hybride Haze original.
Cela a été une partie de notre travail effectué en 2007. Dans le futur nous nous concentrerons probablement sur des critères plus ciblés et moins en "pollinisation ouverte".

Personnellement, je travaille avec la femelle verte n° 19 et aussi sur la pourpre encens/épicée n° 23 pour ses arômes et effets. Kaiki quant à lui a travaillé dernièrement avec la femelle n°1 pour sa puissance.

Le travail réalisé avec l'Oldtimer Haze a été le plus intense jusqu'à cette date et c'est aussi notre projet de breeding qui a englobé le plus de monde dans son développement.

La Haze de Oldtimer sera distribuée par ACE Seeds après un accord avec Oldtimer et Cannabiogen. Chaque lignée sera étiquetée et numérotée suivant la femelle et le mâle utilisé. Il sera ainsi possible d'avoir accès à une plus grande diversité génétique et choisir celle qui vous intéresse le plus.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_34487.jpg
Male Haze C de Neville

 

 


3. Histoire de la Skunk#1

 

Source : Jesse sur le forum Mr Nice. L’article original en anglais dans le spoiler ci-dessous.

 

 

 

Road Kill Skunk

 

“Ooooh that smell, cant you smell that smell, Ooooh that smell, the smell of death that surrounds you.” - Lynyrd Skynyrd

 

Skunk #1 is perhaps the most famous and widely grown variety of cannabis in the world. Touted as a true breeding, homogeneous variety that underwent extensive selection to produce a quality yielding plant that grew in a semi predictable fashion, Skunk #1 is nothing short of a legend in its own right. Many varieties, including the UK Cheese Clone are said to have originated from Skunk #1, in this case a Sensi Seeds Skunk #1 variety is said to ultimately be the source responsible for the UK Cheese cut. There is little question that Skunk#1 has played a major role in the breeding of professional and amateur cannabis strains, literally, the world over. Said to have been the only variety Sacred Seeds would not offer a discount on in bulk, the Skunk #1’s breeding history dates as far back by some accounts as the mid to late 1960’s.

 

The pedigree of Skunk #1 according to Sam the skunk man is (Afghani x Colombian Gold) x Acapulco Gold. With the original male selection(s) used in the breeding process of Skunk #1 coming from a selection of 10,000 individual male specimens, from a total number of 20,000 plants from seed ultimately. In Sam’s own words, “I focused on branching, smells, potency, type of high, yield, flower to leaf ratio, as well as a few other things. I still have the best males.” According to Sam hundreds of males were ultimately selected and cloned, later to be tested against his best Skunk #1 female’s in an effort to determine the best male varieties for his specific breeding vision. The earliest versions of Skunk #1 Sam claims to have worked with for no less than 10 years prior to the lines arrival in the Netherlands. Along with Skunk #1, Sam also brought along Skunk #2, a variety he himself admits he worked very little with, but that it was very “Road Kill Skunk “like in fashion. Although Sam the Skunk Man takes complete credit for the breeding of Skunk #1, there is a school of thought designed around the notion that in fact the responsibility for breeding this world renowned variety should lay in the hands of quite a few individuals, rather than that of just one man.

 

Another version of events surrounding the famed Skunk #1 is that its original breeder was a man who went by the name of “Jingles” and its original unstable pedigree consisted of Colombian Gold x Afghani. It remained a selected variety in private hands for sometime before ultimately making its way around the general vicinity of the Bay area, California. Originally a small group of individuals from this area (known as Sacred Seeds) are said to have taken an interest in this variety and an effort was soon underway to stabilize the variety known as “skunk”. After some time, this organization of individuals is said to have grown in numbers, with even a handful of separate groups forming all with the same goal in mind ultimately. One is said to have been able to become a member only after being recommended by another member from within the “inner circle”, with obligations of working with earlier versions of the Skunk #1 mandatory for all growers. The Acapulco Gold was said to have been added to the original skunks’ pedigree in an effort to reduce the “leaf to calyx ratio” as well as bring down the flowering times of the Colombian Gold dominant genes. Interestingly enough, although Sam the skunk man denies there was ever any “collective” that participated in the breeding of Skunk #1, the two stories share similarities, not the least of which is the pedigree of Skunk #1 ((Afghani x Colombian Gold) x Acapulco Gold.) The famed Maple Leaf Indica offered by Sensi Seeds is said to have originated from a man known as Maple Leaf Wilson, who is also speculated to have been a member of the Sacred Seeds “collective."

 

By some accounts the Sacred Seeds “collective” was a serious enterprise, which would prove invaluable during the early 1980’s when the group was ultimately busted by Law Enforcement Officials and Sam the Skunk Man is said to have been arrested (a point of contention by Sam the Skunk Man), but only for a short while. Sacred Seeds is rumored to have retained counsel long before their operation was interrupted and the Skunk Man was out on bail within a few short hours. As legend now has it, Sam quickly put surveillance on the warehouse where they had been running their primary growing operation only to discover the police officers had left it virtually unattended with only crime scene tape used to secure the premises. Even more shocking, its alleged that a great deal of seed was simply tossed in a near by dumpster, along with a number of plants that are said to have been salvaged by members of Sacred Seeds who were quickly assembled to strip the area of all valuable equipment and evidence, some of which was later sold to fund the Skunk Mans defense. The fact the warehouse is said to have been stripped of a great deal, if not all of the evidence may have contributed to the Skunk Mans supposed sentence of less than a year, upon release Sam is said to have collected a great deal of the varieties salvaged from the dumpster and moved to Holland where he started Cultivators Choice seed company. Among the skunk varieties said to have been salvaged from the bin was Skunk 18.2 (Skunk #1 x Afghani bx-1), a variety developed by Sacred Seeds that was said to have been bred to be disease and pest resistant. At some point during the Sacred Seeds project to stabilize the Jingles “skunk”, a great deal of the Afghani varieties available at the time are said to have suffered from botrytis cinerea, otherwise known as grey mold (a disease that commonly strikes wine grapes in particular), this development is said to have initiated quite a search for Afghani Indica lines that were disease and pest resistant.

 

Sam is said to have taken Skunk 18.2 along with other Skunk #1 material from the dumpster to Holland, (sum 250,000 seeds according to Sam himself) with these strains being among the first of a wave of new varieties from the United States destined to change the landscape of the Dutch cannabis breeding scene forever. Cultivators Choice Seed folded within a few short years and the stock was ultimately sold to Neville Schoenmaker, the original “King of Cannabis” and father of Dutch Seed Banks. It’s alleged that Neville was working with the same Skunk #1 P1 mother plant as Sam the Skunk Man from Cultivators Choice, while using a separate male from that of Sam the Skunk Man. This particular version of events in summary, is suspect at best, but illustrates another side to the story of Skunk #1 and offers a glimpse into the oral traditions of marijuana cultivators, something that is all too often all we are left to work with when researching these varieties due to the illicit and illegal nature of marijuana cultivation. Somewhere between the time Sam introduced the Skunk #1 varieties to Holland and their ultimate acquisition by Neville, at The Seed Bank, something of a debate arose about the true Skunk #1’s identity, the “sweet Skunk” camp (which without a doubt includes Sam the Skunk Man) versus the “Road Kill Skunk” school of thought. According to Sam the Skunk Man, the original Skunk #1 released in 1976 was mostly all “Road Kill Skunk”, but the subsequent breeding of the variety was designed around an effort to sweeten the taste and aroma, with the more powerful, couch lock type of affect generally associated with the “Road Kill Skunk” bred out in favor of a more enjoyable and relaxing type of high, one that enables you to still function relatively well in the world without being completely comatose. In contrast, the “Road Kill Skunk” phenotype of Skunk # 1 is said to be so foul of an aroma and essence that paranoia of having your crop discovered can literally consume you both night and day. As in the case of the “Original Haze” (a variety Sam describes as Colombian x Mexican, with Thai and Afghani coming later in its development. Also said to contain the same Colombian used in the Skunk #1 by some accounts) Skunk #1’s ultimate formula may indeed depend on the vintage year in which the Skunk #1 variety in question was developed. According to Sam, “new females and new males were used each year to make the seeds for Skunk # 1 and while pretty homogeneous it would change dependent on the selection used to make the next generation of seeds.” Later in the history of Skunk #1’s storied path at Neville’s The Seed Bank, Skunk#1 is rumored to have underwent a change designed around making a new skunk variety, whether or not this is the case, I can personally vouch for the existence of a variety known as “New Skunk” that is said to have been worked by both Neville and Sam the Skunk Man. Sam has on more than one occasion denied ever working with Neville together in any kind of joint project, lending some credence to the notion a new skunk line was created. Coincidentally, this is said to have happened right around the late 1980’s, in the general time frame many a stoner recount their experiences with the elusive “Road Kill Skunk” variety.

 

Today, the sweeter version of Skunk #1 is known as “The Pure” and is offered by The Flying Dutchmen seed company in the Netherlands. An example of an Afghani skunk line can be found at Mr. Nice Seed bank as well. Known as “hash”, this varieties lineage is described as “skunk x skunk, the origins of which coming out of Afghani dominant Indicas.” Which is an important piece of information for many out there; because Skunk is often times one of the most misused words in the Cannabis industry. Afghani lines are renowned for their odor, and it is not out of the question for many varieties containing Afghanica genetics to be referred too as “skunk” based on simple observation of the aroma’s alone. Regardless of the varieties(s) true connection to the cultivar known as “Skunk #1”. Other varieties from Mr. Nice Seeds that are said to date back to early work of Neville include the (Afghan x skunk) x (Afghan x Haze), with the Afghani Skunk father due for hybridization with both Neville’s Haze and Mango Haze in the very near future as well as a separate skunk line that may see re- introduction sometime in 2009. Along with hash, Mr. Nice also offers several Skunk #1 hybrids including Master Kush x Skunk #1, G13(skunk #1) x Skunk #1 as well as Critical Mass(a heavy yielding (Afghani x Skunk) x Skunk), which is a reworked version of the renowned Big Bud variety from the Pacific North West of the United States.

 

Like with most good stories involved in the history of various cannabis strains, there exist quite a few versions to original event and the story will ultimately vary upon who is recounting the tale. It should be noted that according to Sam the Skunk Man, today most of the varieties currently offered on the market as Skunk #1 were not bred by himself, but are rather varieties bred by others from his lines. Despite what you may read on the internet, Sam also has stated he has not released genetics in more than a decade to anyone and can not personally vouch for the authenticity of anything you may acquire labeled as Skunk #1, although the original genetics are said to be safe and secure in Sam’s possession in both clone and seed form. Ultimately it would appear the Skunk Man is gearing up to release his own wave of seeds in the future and the only strains of Skunk he is willing to extend validity too are his own. What we do know for sure is that Skunk #1 is without a doubt one of the most successful strains of cannabis to surface of all time and in fact took first place at the first annual High Times Cannabis Cup in 1988. Literally found in gardens a crossed the globe, it’s become one of, if not the, most prolific varieties used in the hybridization of quality cannabis in the world today. Described by the Flying Dutchmen as a “bench mark in uniform, reliable performance” legendary varieties such as the Shiva Skunk (NL#5 x Skunk #1), G13, Early Girl and Haze just to name a few have all been entrusted in the care of Skunk #1 not just because of its supposed homogeneous state, but because of the enhancements that can be brought about through the hybridization of your favorite male or female variety to that of the storied line known as Skunk #1. For those looking for an Afghani dominant Skunk, which is sure to bring back memories of a time long sensed past, the “hash” at Mr. Nice seeds (www.mrnice.nl) would be among the very first places one should investigate further into in order to find anything of the “foul smelling” side of the Skunk lines.

 

 

La Skunk #1 (« Skunk » = « Putois ») est peut être la variété de cannabis la plus célèbre et la plus largement cultivée à travers le monde. Présentée comme une lignée pure (IBL) homogène qui a subi une sélection approfondie afin de produire une plante au rendement de qualité et à la culture assez prévisible, la Skunk #1 n’est rien de moins qu’une légende. De nombreuses variétés, incluant le clone UK Cheese, sont originaires de la Skunk #1 – il semblerait qu’un cut de Skunk #1 de Sensi Seeds de 1988 soit la source du cut UK Cheese. Il n’y a aucun doute que la Skunk #1 ait joué un rôle majeur dans le breeding professionnel et amateur des variétés de cannabis à travers le monde entier, littéralement. Décrite comme étant l’unique variété dont Sacred Seeds ne modifiait pas le prix lors des commandes en gros, l’histoire du breeding de la Skunk #1 commença d’après certains entre le milieu et la fin des années 1960.

 

Le pedigree de la Skunk#1 selon Sam the Skunkman serait (Afghani X Columbian Gold) X Acapulco Gold. Avec un choix initial du mâle qui sera utilisé dans le processus de breeding de la Skunk #1 venant d’une sélection sur 10 000 individus mâles, parmi un total de 20 000 plantes issues de graines. D’après les propres mots de Sam, « Je me suis concentré sur la ramification des branches, les odeurs, la puissance, le type d’effets, le rendement, le ratio fleurs/feuilles, et quelques autres critères. Je possède toujours les meilleurs mâles. »
D’après Sam des centaines de mâles furent finalement sélectionnés et clonés, pour être testés plus tard sur sa meilleure femelle Skunk #1 pour déterminer le meilleur mâle selon ses choix de breeding personnels. Cela aboutit aux premières versions de la Skunk #1 que Sam affirme avoir travaillé et amélioré durant pas moins de 10 ans avant que ces lignées n’arrivent en Hollande.
Aux cotés de la Skunk #1, Sam apporta aussi la Skunk #2, une variété qu’il admit lui-même avoir peu utilisée, mais qui était très « Road Kill Skunk » («putois mort sur la route », référence aux animaux tués que l’on retrouve sur le bord la route, NdT).
Bien que Sam the Skunkman s’attribue tout le mérite du breeding de la Skunk #1, il y a une école de pensée qui attribue la paternité du breeding de cette variété célèbre à travers le monde à quelques individus, plutôt qu’un seul.

 

Une autre version des évènements entourant la fameuse Skunk #1 est que son breeder original était un homme connu sous le nom de « Jingles » et que son pedigree original instable était composé de Columbian Gold X Afghani. Elle demeurait une variété sélectionnée dans un cercle privé durant un moment avant de finalement se répandre dans les environs de Bay Area, en Californie.
A l’origine il semble qu’un petit groupe de cette région (connu sous le nom Sacred Seeds) ait été intéressé par cette variété et se soit consacré à stabiliser la variété connue sous le nom « Skunk ». Après un moment, on raconte que cette organisation s’est agrandie, avec la formation de quelques groupes distincts avec le même but en tête. On ne devenait membre qu’après avoir été recommandé par un autre membre du « cercle interne », avec obligation pour tous les cultivateurs de travailler sur les premières versions de la Skunk #1. On raconte que l’Acapulco Gold a été ajoutée au pedigree original de la Skunk afin de réduire le ratio feuilles/fleurs et de diminuer le temps de floraison des gènes dominants de la Columbian Gold. Bien que Sam the Skunkman nie qu’il y ait eu un « collectif » impliqué dans le breeding de la Skunk #1, il est intéressant de noter que les deux histoires partagent des similitudes, la plus importante étant le pedigree de la Skunk #1 : ((Afghani X Columbian Gold) X Acapulco Gold).
La célèbre Maple Leaf Indica proposée par Sensi Seeds est dite provenir d’un homme connu en tant que « Maple Leaf Wilson », également supposé avoir appartenu au collectif Sacred Seeds.

 

Selon certains, le “collectif” Sacred Seeds était une entreprise sérieuse, qui se serait révélée inestimable au début des années 1980, lorsque le groupe fut finalement détruit par la mise en application des lois officielles. Sam the Skunkman aurait été arrêté (encore un point de désaccord avec la version de Sam the Skunkman), mais seulement pour une courte période. On raconte que Sacred Seeds avaient engagé leurs avocats longtemps avant l’interruption de leurs travaux et que Sam Skunkman est sorti de prison après seulement quelques heures.
La légende raconte maintenant que Sam alla rapidement surveiller l’entrepôt où ils réalisaient leurs cultures pour découvrir que les officiers de police l’avaient laissé sans surveillance avec uniquement de l’adhésif utilisé sur les scènes de crime pour sécuriser les lieux. Plus choquant encore, il est dit qu’une importante quantité de graines avait simplement été jetée dans une benne proche avec un certain nombre de plantes. On raconte que les membres de Sacred Seeds les ont récupérées et secourues, se regroupant rapidement pour nettoyer la zone de tout équipement de valeur et de toute preuve, une partie sera même revendue plus tard afin de financer les frais de défense de Sam the Skunkman. Le fait que l’entrepôt ait été vidé de ses preuves en grande partie, voire totalement, a participé à la faible sentence de moins d’un an d’emprisonnement supposée de Sam the Skunkman. Après sa libération il semble que Sam ait rassemblé un grand nombre des variétés récupérées dans les bennes, et ait déménagé en Hollande où il lança la compagnie de graines Cultivator’s Choice.
Parmi les variétés de Skunk sauvées dans les bennes, il y avait également la Skunk 18.2 (Skunk #1 X Afghani bx-1), une variété supposément développée par Sacred Seeds pour être résistante aux maladies et aux insectes.
A un moment du projet de Sacred Seeds de stabilisation de la Skunk de « Jingles », il semble qu’un grand nombre des variétés Afghanes disponibles à cette époque furent atteintes par le botrytis cinerea, autrement connue sous le nom de pourriture grise (une maladie qui touche d’habitude les grappes de raisins en particulier). Ce développement aurait initié la recherche de lignes indica Afghanes qui soient résistantes aux maladies et aux insectes.

 

Sam raconte avoir apporté la Skunk 18.2 aux coté d’autres génétiques Skunk #1 récupérées dans les bennes jusqu’en Hollande (plus de 250 000 graines d’après Sam lui-même). Avec ces variétés débuta la première vague de nouvelles variétés venant des USA destinées à changer le paysage de la scène du breeding hollandais pour toujours. La compagnie de graines Cultivator’s Choice vécut quelques années et le stock fut finalement vendu à Neville Shcoenmaker, le « Roi du Cannabis » original et le père des compagnies de graines hollandaises. Il est présumé que Neville travaillait avec la même plante mère Skunk #1 P1 que Sam the Skunkman de Cultivator’s Choice mais qu’il utilisait un mâle différent. Cette version particulière des événements est suspecte, mais illustre un autre coté de l’histoire de la Skunk #1, et offre un aperçu des traditions orales des cultivateurs de marijuana, une chose qui est trop souvent tout ce qui nous reste pour travailler quand on fait des recherches sur ces variétés, à cause de la nature illicite et illégale de la culture de marijuana.

 

Quelque part entre le moment où Sam introduisit les variétés Skunk#1 en Hollande et leur acquisition finale par Neville à la The Seed Bank, le débat sur la véritable identité de la Skunk #1 s’éleva entre le camp « Sweet Skunk » (incluant sans aucun doute Sam the Skunkman) et le camp « Road Kill Skunk ».
D’après Sam the Skunkman, la Skunk #1 originale sortie en 1976 était principalement « Road Kill Skunk », mais le breeding ultérieur de cette variété fut destiné à adoucir le goût et l’arôme, ainsi que l’effet plus puissant, plus assommant (« couchlock »), généralement associé à la « Road Kill Skunk » afin d’obtenir un effet plus agréable et relaxant, un effet qui vous permette de continuer à fonctionner relativement bien dans le monde sans vous rendre complètement comateux.
Par contraste, on dit que les phénotypes « Road Kill Skunk » de la Skunk #1 ont arome et une odeur si forts et infectes que la paranoïa d’avoir sa culture découverte peut littéralement vous tourmenter jour et nuit.
Comme pour l’Original Haze (une variété que Sam décrit comme étant un croisement Columbian X Mexican, avec les génétiques d’Inde du Sud et de Thaïlande ajoutées ensuite. D’après certains il s’agit de la même génétique colombienne utilisée pour la Skunk #1), la formule définitive exacte de la Skunk #1 peut dépendre de l’année où la variété Skunk #1 en question fut développée. Selon Sam, « de nouvelles femelles et de nouveaux mâles furent utilisés chaque année pour fabriquer les graines de Skunk #1 et bien que plutôt homogène, il peut y avoir des changements selon la sélection utilisée pour créer la prochaine génération de graines ».
Plus tard l’histoire de la Skunk #1 croisa The Seed Bank de Neville, on raconte que la Skunk #1 a subi un changement pour créer une nouvelle variété de Skunk. Que ce soit le cas ou non, je me porte personnellement garant de l’existence d’une variété connue en tant que « New Skunk » qui fut travaillée à la fois par Neville et Sam the Skunkman. Sam a en plusieurs occasions nié avoir jamais travaillé avec Neville sur des projets communs, ce qui a paradoxalement donné du crédit à la création d’une nouvelle lignée de Skunk.
Comme une coïncidence, on raconte que cela est arrivé autour de la fin des années 1980, à une époque ou de nombreux fumeurs relatent leur expérience de la variété exclusive « Road Kill Skunk ».

 

Aujourd’hui, la version douce de la Skunk#1 est connue en tant que “The Pure” et est proposée par la compagnie de graines hollandaise The Flying Dutchmen. Un exemple de la lignée Afghan/Skunk peut également être trouvé chez Mr Nice Seeds. Connue sous le nom « hash », la lignée de cette variété est décrite comme étant « Skunk X Skunk, d’ origine Afghani à dominance Indica».
C’est une information importante car la Skunk est l’un des mots les plus galvaudés dans l’industrie du Cannabis. Les lignées afghanes sont connues pour leur odeur, et ce n’est pas hors de propos que de nombreuses variétés contenant des génétiques afghanes soient évoquées en tant que « Skunk », uniquement sur la simple observation de leur arôme. Cela sans tenir compte des véritables connexions avec le cultivar connu sous le nom « Skunk #1 ».
Les autres variétés de Mr Nice Seeds qui sont dites provenir des travaux originaux de Neville incluent la variété (Afghan / Skunk) X (Afghan / Haze) ainsi que le mâle (Afghan/Skunk) qui sera utilisé pour hybrider à la fois la Neville’s Haze et la Mango Haze dans un proche avenir, ainsi qu’une lignée différente de Skunk qui pourrait être réintroduite en 2009.
Aux cotés de la variété hash, Mr Nice propose également plusieurs hybrides de Skunk#1, incluant la MasterKush X Skunk #1, la (G13 x Skunk #1) X Skunk#1, la (G13 x Skunk#1) X Black Widow, ainsi que la Critical Mass, une variété à lourd rendement dont la lignée génétique est (Afghani X Skunk #1 X Skunk #1), qui est une version retravaillée de la célèbre variété Big Bud de la côte Pacifique Nord Ouest des USA.

 

Comme avec la plupart des bonnes histoires concernant les diverses variétés de cannabis, il existe plusieurs versions de et l’histoire variera immanquablement selon celui qui la raconte. Il doit être noté que selon Sam the Skunkman, la plupart des variétés actuellement proposées sur le marché en tant que Skunk #1 ne furent pas crées par lui-même, mais sont des variétés créées par d’autres à partir de ses propres lignées. Malgré ce que vous pouvez lire sur internet, Sam a aussi déclaré qu’il n’a vendu aucune génétique à personne depuis plus de 10 ans, et ne peut se porter personnellement garant de l’authenticité de tout ce que vous pourrez obtenir se nommant Skunk #1, bien que les génétiques originales semblent être toujours saines et sauves en possession de Sam, à la fois sous forme de clones et de graines.
Finalement il semble que Sam the Skunkman se prépare à sortir sa propre vague de graines dans le futur et les seules variétés de Skunk qu’il est prêt à garantir sont en sa possession.

 

Ce que nous savons pour sûr est que la Skunk #1 est sans aucun doute l’une des variétés de cannabis les plus réussies de tous les temps à avoir fait surface, et qui remporta la première place de la toute première High Times Cannabis Cup annuelle de 1988.
Littéralement cultivée dans tous les jardins à travers le monde, elle est devenue l’une des, si ce n’est pas la variété de cannabis la plus prolifique utilisée dans l’hybridation du cannabis de qualité dans le monde d’aujourd’hui.
Décrite par The Flying Dutchmen comme étant un « point de référence pour l’uniformité et la fiable performance », des variétés légendaires telles que la Shiva Skunk (Northern Lights #5 X Skunk #1), la G13, l’Early Girl ou la Haze sont juste quelques noms qui ont été confié au soin de la Skunk #1, pas seulement pour son homogénéité supposée, mais grâce aux améliorations qui peuvent être apportées à travers l’hybridation de votre mâle favori ou de votre femelle favorite avec cette lignée connue en tant que Skunk #1.
Pour ceux qui recherchent une Skunk à dominance Afghani, certaine de vous rappeler à la mémoire un lointain passé oublié, la variété « hash » de Mr Nice Seeds sera parmi les toutes premières que vous devriez examiner afin de retrouver l’ « odeur fétide » des lignées Skunk.

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_1445.jpg

 

gallery_681336_2774_47464.jpg

 

 

 

 


4. Histoire de la Northern Lights

 

Source : Jesse sur le forum Mr Nice. L’article original en anglais dans le spoiler ci-dessous.

 

 

 

Northern Lights

 

You're traveling through another dimension -- a dimension not only of sight and sound but of mind. A journey into a wondrous land whose boundaries are that of imagination. That's a signpost up ahead: your next stop: the Twilight Zone! - Rod Serling

 

Described as a “state of the art indoor indica”, Northern Lights became a house hold name after making its way from the Pacific North West to the Netherlands, where it arrived in the possession of Nevil Schoenmakers, owner of The Seed Bank, Holland’s first cannabis seed company and the original “King of Cannabis”. According to Jorge Cervantes, a long time writer for High Times magazine, Northern Lights was originally bred by a man known as “The Indian” on an Island near Seattle, Washington in the United States of America. In Jorge’s version of events detailing the history of Northern Lights there were a total of eleven seeds held by “The Indian” that were labeled Northern Lights #1 through Northern Lights # 11. Among the eleven Northern Lights plants, Northern Lights #5 is said to have been the best of the group with Northern Lights #8 and #1 said to have been of above average quality as well. Described as a 70 day variety indoors which finishes by October in the Northern Hemisphere outdoors, Cervantes’ description of Northern Lights states that its primarily an Afghani Indica which was hybridized with a Thai sativa. Described as very stable, with a piney taste and a THC percentage of over 15% this description has become synonymous with reports of Northern Lights the world over. With a very favorable flower to leaf ratio, it is described as having a purple tinge to the leaves late in the flowering cycle.

 

According to Sam the Skunk Man, Northern Lights originated near Seattle, Washington (with origins said to be ultimately out of California according to Sam) and arrived in the Netherlands in clone form only in 1985. Available exclusively from Nevil at The Seed Bank, it was quickly hybridized with many outstanding varieties in their own right and marketed to customers across the globe. Said to be the most resinated variety known at the time, by some accounts at least 70 varieties of cannabis were hybridized with Northern Lights or Northern Light derivatives by the mid 1990’s alone. Northern Light hybrids quickly dominated the High Times Cannabis Cup (HTCC) festivals, taking first place in the 2nd, 6th and 7th annual HTCC competitions respectively. With the pure Northern Lights #5 cut winning the 3rd annual HTCC competition. The Seed Banks 1987 catalogue listed several Northern Lights varieties, including (Northern Lights #1 x Big Bud) x Big Bud, Hash Plant x Northern Lights #1, G13 x Northern Lights #2 F-1 hybrid, Northern Lights #1, Haze x Northern Lights #1 F- 1 hybrid, (Hash Plant x Northern Lights #1) x Swazi, Northern Lights #5 x Skunk #1 F-1 hybrid and a wonderful photograph by ganja guru Ed Rosenthal of the original Northern Lights #5 cutting. The Northern Lights #1 variety is described as a “true breeding Afghani, with extreme indica characteristics. These are short, stocky plants, with leathery, dark green, extremely broad leaves. The stems are very strong, and it is easy to clone.” Indoors, the yield was approximated at 1000 grams per 100 days. Outdoors, two pounds was not out of the question. This variety is described as having an approximate finishing time of 55 days, while indoors reaching heights approaching 50 inches, outdoors one could expect five to seven feet by the end of the season. The description went on to state the Northern Lights #1 is “very vigorous and cold resistant,” being “resinous, potent, and sweet, not nasty and acrid like some Afghanis.” The very first Big Bud hybrids were also marketed in Nevils 1987 The Seed Bank catalog. A three fourths Big Bud variety, (Northern Lights #1 x Big Bud) x Big Bud, the hybridization with the Northern Lights line was expected to create “super plants” that increased both the yield and overall quality of the original Big Bud line. Interestingly, the mention of subsequent Big Bud hybrids to follow, including Big Bud x Northern Lights #2 (Hindu Kush) as well as “a 4-way hybrid of (Big Bud x NL#1) x (Skunk #1 x Early Girl) was mentioned as well. The G13 x Northern Lights #2 F-1 hybrid was described as a variety that “really fizzed, producing an excellent yield of fat, sweet buds. The pungent sweetness of the NL #2 really came through in this blend, adding a touch of Thai fruitiness to the full-bodied Indica aroma.” The Hash Plant x Northern Lights #1 F-1 hybrid was developed using “the best Northern Lights #1 males,” which was said to attribute to this varieties particular unique characteristics. Described as producing among the strongest narcotic effects known from cannabis varieties at the time, this variety finished remarkably fast in approximately 45 days. The Haze x Northern Lights #1 F-1 hybrid was described as, “the most reliable haze hybrid so far, and is our favorite smoke. It is a bit stretchy and difficult to grow, but well worth it.” The Haze is described as being a Sativa variety from the United States, which was quite popular and common in the 1970s. The Seed Bank is said to have “managed to salvage a few viable seeds from the last crop grown in America, and we have used them to produce some remarkable hybrids.” The (Hash Plant x Northern Lights #1) x Swazi is a three way hybrid in which, “the sweet, fresh, piney taste of Swazi” was combined with the powerful and high yielding Hash Plant x Northern Lights #1 variety. This variety is described as growing quite tall, at approximately seven to nine feet outdoors and yielding nearly two pounds come harvest time. The Northern Lights #5 x Skunk #1 variety is of course a legendary variety in its own right, a High Times Cannabis Cup winner described as being the plant recommended above all others. This variety has a “high-calyx-to-leaf ratio, (with) very little manicuring required.” This variety finished within a 55 day flowering period, with an estimated yield of one and a half to three pounds possible outdoors. In 1989, Nevil’s varieties found success in all five categories in route to putting on a truly dominant performance. The Seed Banks 1990 cannabis seed catalog is a treasure trove of information for the Northern Lights enthusiast.

 

Northern Lights #1 F3 is described as “one of the purest, most potent, most extreme Indica varieties in the world.” Described as a 40-45 variety with very broad, dark green leaves and an extremely resinated appearance, Northern Lights #1 F3 is a must for the amateur breeder and hobbyist. Northern Lights #2 F3 is a Hindu Kush dominant variety being “wonderfully potent but not devastating” with a pungency and sweetness found to be very intoxicating. Northern Lights #2 of course also being known as Oasis, a variety today offered by the Dutch Passion seed company, said to originally consist of a union between Northern Lights #1 and Hindu Kush. A description which would seem to match up with The Seed Banks 1990 description of their Northern Lights #2 F3. Said to be “surprisingly vigorous” despite its inbred status, also a 40-45 day variety, they weren’t kidding when they mentioned this was an absolute must for the connoisseur or collector. Northern Lights #5 x 2 was a hybrid made between the now infamous Northern Lights #5 cut and Northern Lights #2 (Northern Lights #1 x Hindu Kush). Said to be a variety ready in approximately 50 days, with a “juniper berry taste” and favorable resin production. Hashplant x Northern Lights #1 is said to have been one of the most powerful varieties ever encountered, with the Hashplant itself having origins in the Pacific North West of the United States. Coming in at around 45 days itself, this variety is said to have challenged even the most experienced smokers in Holland at the time at finishing a joint. G13 x Northern Lights #2 was also offered in The Seed Banks 1990 cannabis seed catalog and was described as carrying the pungency and sweetness of the Northern Lights #2 variety, with a typically higher yield with commercial potential. The potency was described and superb with equal resin production with a flowering time right around 50-55 days. Perhaps among the most famous of all Northern Lights hybrids, is the world renowned Northern Lights #5 x Haze. Quite possible the first variety with a warning label attached to the breeders’ description, “side effects may include nausea, dizziness, fainting, and loss of bowel and bladder control.” Whether through pranksters who wanted to humiliate their friends or hardcore stoners whose tolerance had reached epic proportions, Northern Lights #5 x Haze quickly became the talk of the town and won Cannabis Cups and praise from all corners of the globe.

 

The Haze in Northern Lights # 5 x haze was actually said to have been salvaged from the last Haze crop grown in the United States, and according to Sam the Skunk Man the general vicinity of which was Santa Cruz, California to be exact. The actual pedigree of Haze is somewhat of a debate, with Sam the Skunk Man claiming the Original Haze was a Mexican x Columbian variety, with Thai and south indian lines added later in the Hazes development and the Mr. Nice Camp, who possess the earliest known examples of Haze in the world, which are said to be Columbian x Thai primarily in origin dating back to 1969. Where even in the ideal conditions of the Californian climate the Haze was said to require green houses to finish, and in some cases never truly finished at all. Northern Lights x Haze is described as being at least a 75 day variety that usually translated into a 9-10 week flowering schedule roughly. Northern Lights #5 x Skunk # 1, also known as Shiva Skunk is said to have been one of the most reliable indoor hybrids possessed by Nevil’s The Seed Bank. Touted as a variety that is “a snap to grow” and one of the first varieties the novice grower should consider, scissors were said to not be required with this variety come harvest time with an expected flowering time right around 55 days. A more obscure Northern Lights variety listed in the 1990 The Seed Bank catalog was the Hash plant/Northern Lights #1 x Swazi, described as an indoor/outdoor cultivar that which was originally intended to be an outdoor strain only. This multiple hybrid variety is described as yielding sweet and chunky flowers, with a harvest time right around mid September. The Northern Lights #5 pedigree actually consists of Northern Lights #1 x Northern Lights #1 and efforts are already underway to revive this Queen of Queens by Shantibaba of Mr. Nice seeds (MNS) with seed stock from 1988 where the #5 cutting originated. By last report, a germination rate of approximately 50% was obtained (55 out of 80 seeds) after only two days. Contrary to previously published reports, there is no Thai lineage in the Mr. Nice Northern Lights lines which are the exact lines Neville was marketing in the mid to late 1980’s in The Seed Bank cannabis catalogs. The existence of Northern Lights # 9 x 5 has been speculated on for a number of years now, ultimately said to have went off the market upon The Seed Banks stock retailing by Ben Dronkers at Sensi Seeds.The Sagarmatha seed company “has engineered a superior version of the Northern Lights legend” with their version of the Northern Lights # 9, which is a back cross between “Northern Lights X” and the old Sagarmatha Slyder.

 

Shortly after dominating the High Times Cannabis Cup in 1989, Nevil is said to have been visiting family back home in Perth, Australia in 1990 when he was apprehended by the authorities after making an appearance on the television show, "America’s Most Wanted." At the same time Operation Green Merchant is said to have been in full swing, with particular interest aimed at High Times magazine itself. It is said that Hightimes editor in chief Steven Hagar was subpoenaed to testify at Nevil’s trial, luckily however that never came to fruition. After spending some time incarcerated in a Western Australia jail, Nevil is said to have successfully defended his extradition to the United States with grounds for appeal being his dual citizenship status in both the Netherlands and Australia. Interestingly enough, it is also speculated Nevil escaped imprisonment and vanished, ultimately making his way back to Holland while remaining underground for quite sometime before re-emerging in the 21st century as a breeder and consultant with Mr. Nice Seeds, along side legendary hash smuggler Howard Marks and the honorable Shantibaba. Quite possibly the finest collection of Cannabis minds ever assembled, Mr. Nice seeds offers’ possibly the finest selection of cannabis genetics in the world today. With a great deal of the original The Seed Bank lines and many more recently crowned lines of divine and royal descent, such as the world famous original White Widow (now known as Black Widow), as well as the Great White Shark aka Peace Maker (now known as Shark Shock) and Medicine Man(formally known as White Rhino).

 

Consistencies in the Northern Lights oral history are that it originated from the Pacific North West region of the United States, quite possibly in the Seattle region of the state of Washington. From there the variety made its way to Nevil Schoenmakers at The Seed Bank in the Netherlands, where it was promptly bred with numerous hybrids and marketed the world over. From there the varieties reputation spread globally, with little question as to the validity of these parts of the story. Among the consumers best options on the market today are the Sensi Seeds Northern Lights variety and the Dutch Passion Oasis (Northern Lights #2). With news that the Northern Lights #5 line has resurfaced on Shantibaba’s agenda at Mr. Nice seeds, and the release of the MNS Northern Lights #5 x Haze x Skunk in early 2009 hope has been instilled into the hearts of thousands of Northern Lights enthusiast the world over. Shortly before Nevil’s incarceration in Perth, Australia it was published that, “After 8 generations of selective breeding we are able to reproduce our Northern Lights #5 from seed. This is the breakthrough indoor and outdoor growers have been waiting for, for a long time. This current outdoor season will be devoted to mass-producing Northern Lights #5 seeds for the 1991 season. As a breeder I consider this to be my greatest achievement yet. Look for this one, it will change the world.” It is these very same Northern Lights varieties that were released all those years ago, which literally became famous world wide that Shantibaba at Mr. Nice seeds has exclusive access too, with the Northern Lights 5a still being in possession of the MNS team and future Northern Light releases looming in the future. There for my friends, there is truly hope in the world after all for Northern Lights enthusiast the world over. With Northern Lights being among the most prolific varieties of cannabis used in the modern breeding today, its little wonder why Northern Lights remains one of the most intriguing varieties of cannabis in modern times.

 

 

Décrite comme « le nec plus ultra de l’indica en intérieur », la Northern Lights (« Aurore Boréale ») devint célèbre après avoir voyagé depuis la côte Nord Ouest du Pacifique jusqu’aux Pays Bas, où elle arriva grâce à Neville Schoenmakers, propriétaire de The Seed Bank, la première compagnie de graines de cannabis en Hollande, et le « King of Cannabis » original. D’après Jorge Cervantes, chroniqueur au long court du magasine « High Times », la Northern Lights fut créée à l’origine par un homme surnommé « L’Indien », sur une ile près de Seattle, dans l’Etat de Washington aux USA. Dans la version des événements détaillant l’histoire de la Northern Lights proposée par Jorge, il y avait un total de onze graines détenues par « L’Indien » qui étaient étiquetées de « Northern Lights #1 » à « Northern Lights #11 ».

 

Parmi les onze plantes de Northern Lights, la Northern Lights #5 était réputée pour être la meilleure du groupe, les Northern Lights #8 et #1 étaient connues pour être également d’une qualité supérieure à la moyenne. Variété prête en 70 jours indoor et en Octobre outdoor dans l’hémisphère Nord, la description de la Northern Lights par Cervantes spécifie qu’il s’agit à l’origine d’une Afghane Indica qui fut croisée avec une Sativa Thaïlandaise. Décrite comme étant très stable, avec un goût de pin et un pourcentage de THC de plus de 15%, cette description correspond bien aux rapports sur la Northern Lights partout dans le monde. Avec un ratio fleurs/feuilles très favorable, elle est décrite comme prenant des teintes violettes sur les feuilles en fin de floraison.

 

D’après Sam The Skunkman, la Northern Lights tient ses origines des environs de Seattle, dans l’Etat de Washington (avec des origines clairement non californiennes). Elle est arrivée aux Pays Bas sous la forme de clones en 1985. Disponible exclusivement via Neville à « The Seed Bank », elle fut rapidement hybridée avec de nombreuses variétés exceptionnelles de leur propre catalogue et vendue aux clients à travers le monde.

 

La Northern Lights est décrite comme étant la variété la plus résineuse connue à cette époque, et l’on peut compter au moins 70 variétés de cannabis qui avaient été hybridées avec la Northern Lights ou des dérivés de Northern Lights au milieu des années 90. Les hybrides de Northern Lights ont rapidement dominé les « High Times Cannabis Cup » (HTCC), remportant la première place dans les 2nde, 6e et 7e compétitions HTCC annuelles. Le clone original de Northern Lights #5 remporta la 3e compétition HTCC.
Le catalogue de 1987 de The Seed Bank listait de nombreuses variétés à base de Northern Lights, incluant :

  • Big Bud X (Big Bud X Northern Lights #1)
  • HashPlant X Northern Lights #1
  • G13 X Northern Lights #2 (hybride F1)
  • Northern Lights #1
  • Haze X Northern Lights #1 (hybride F1)
  • (HashPlant X Northern Lights #1) X Swazi
  • Northern Lights #5 X Skunk #1 (hybride F1)
  • ainsi qu’ une superbe photographie du clone original de Northern Lights #5 par le gourou de la ganja Ed Rosenthal.


La variété Northern Lights #1 est décrite comme « Une lignée pure d’Afghani, avec des caractéristiques extrêmement indica. Les plantes sont petites, trapues, avec des feuilles parcheminées, extrêmement larges, d’un vert sombre. Les tiges sont très robustes, et la variété est facile à cloner ». En intérieur, le rendement est approximativement de 1000 grammes pour 100 jours. En extérieur, 1 Kg n’est pas inimaginable. Cette variété est décrite comme prête approximativement en 55 jours, en atteignant en intérieur une hauteur de 125 cm, et de 150 à 200 cm en extérieur en fin de saison.

 


La description précise que la Northern Lights #1 est « très vigoureuse et résistante au froid », ainsi que « résineuse, puissante, et douce, et non pas désagréable et âcre comme certaines variétés Afghanes ». Les tout premiers hybrides de Big Bud furent également commercialisés dans le catalogue de 1987 de The Seed Bank. Une variété aux trois quart Big Bud, la (Northern Lights #1) X Big Bud) X Big Bud, devait créer de « super plantes » qui augmenteraient à la fois le rendement et la qualité globale de la lignée Big Bud originale.

 

Il est intéressant de noter l’allusion à d’ultérieurs hybrides de Big Bud, incluant la Big Bud X Northern Lights #2 (Hindu Kush), ainsi que l’hybride à 4 voies (Big Bud X Northern Lights #1) X (Skunk #1 X Early Girl).

 

L’hybride F1 (G13 X Northern Lights #2) fut décrit comme une variété « vraiment pétillante, produisant une excellente récolte de lourdes têtes douces. La douceur relevée de la Northern Lights #2 ressort vraiment de ce cross, ajoutant une touche fruitée Thaïlandaise à l’arome corsé de l’Indica. » L’hybride F1 HashPlant X Northern Lights #1 fut développé en utilisant « les meilleurs mâles Northern Lights #1 », ce qui attribuerait à cette variété des caractéristiques particulières uniques. Décrite comme produisant parmi les plus forts effets narcotiques de toutes les variétés de cannabis connues à cette époque, cette variété se termine remarquablement vite en approximativement 45 jours.

 

L’hybride F1 Haze X Northern Lights #1 fut décrit comme étant «le plus fiable hybride de Haze jusqu’à présent, et c’est notre variété favorite à fumer. Elle stretche un peu et est un peu difficile à cultiver, mais elle en vaut la peine ». La Haze est décrite comme étant une Sativa provenant des USA, qui était très populaire et commune dans les années 1970. The Seed Bank dit avoir « réussi à sauver quelques graines viables de la dernière culture récoltée en Amérique, et les avoir utilisées pour produire des hybrides remarquables. »

 

La (Hashplant X Northern Light #1) X Swazi est un hybride à trois voies dans lequel « la douce saveur de pin de la Swazi » fut combiné avec la puissance et le haut rendement de la variété Hashplant X Northern Lights #1 ». Cette variété est décrite comme poussant assez haut, jusqu'à approximativement 200 à 250 cm en extérieur, avec un rendement proche de 1 Kg lors de la récolte.

 

La variété Northern Lights #5 X Skunk #1 est bien sur une variété fabuleuse dans son genre, une gagnante de la High Times Cannabis Cup décrite comme étant la plante à recommander au dessus de toutes les autres. Cette variété possède « un haut ratio fleurs/feuilles, avec très peu de manucure requise. » Cette variété se termine en 55 jours de floraison, avec un rendement possible estimé de 750g à 1500g en extérieur. En 1989, les variétés de Neville trouvèrent succès dans les 5 catégories, performance asseyant sa réelle supériorité.

 

Le catalogue de 1990 de The Seed Bank est un trésor d’informations pour les passionnés de la Northern Lights :

  • La Northern Lights #1 F3 est décrite comme « l’une des variétés les plus pures, les plus puissantes, les plus extrêmement Indica au monde ». Variété annoncée à 40- 45 jours de floraison avec de très larges feuilles d’un vert sombre, et d’une apparence extrêmement résineuse, la Northern Lights #1 F3 est indispensable tant pour le breeder amateur que pour le cultivateur lambda.
  • La Northern Lights #2 F3 est une variété à dominance Hindu Kush décrite comme étant « merveilleusement puissante mais pas dévastatrice », avec un goût relevé et une douceur enivrante. La Northern Lights #2 est bien sur également connue en tant que « Oasis », une variété actuellement vendue par la compagnie de graines Dutch Passion. Cette variété consisterait à l’origine en une union de la Northern Lights #1 et de l’ Hindu Kush. Cette description semble correspondre avec la description de The Seed Bank de leur Northern Lights #2 F3 en 1990. Décrite comme étant « étonnamment vigoureuse » malgré son statut IBL, variété de 40 à 45 jours de floraison, ils ne plaisantaient pas quand ils disaient que c’est une variété absolument indispensable pour le connaisseur ou pour le collectionneur.
  • La Northern Lights 5 x 2 était un hybride entre le désormais célèbre clone Northern Lights #5 et la Northern Lights #2 (Northern Lights #1 X Hindu Kush). Décrite comme étant une variété prête en approximativement 50 jours, avec un « goût de baies de genièvre » et une bonne production de résine.
  • La Hashplant X Northern Lights #1 était annoncée comme l’une des plus puissantes variétés jamais rencontrées. La Hashplant venait de la cote Nord Ouest du Pacifique aux USA (comme la Northern Lights). Cette variété se termine autour de 45 jours de floraison. On raconte que terminer un joint de cette variété fut un défi même pour les fumeurs hollandais les plus expérimentés.
  • La G13 X Northern Lights #2 fut également proposée dans le catalogue de Graines de cannabis de 1990 de The Seed Bank et fut décrite comme ayant le gout relevé et la douceur de la variété Northern Lights #2, avec un rendement typiquement plus élevé pour un potentiel commercial. La puissance était dite superbe tout comme la production de résine avec une période de floraison autour de 50-55 jours.
  • Peut être que parmi tous les hybrides de Northern Lights, le plus célèbre est l’hybride de renommée mondiale Northern Lights #5 X Haze. Ce fut probablement la première variété avec une mise en garde attachée à la description du breeder « les effets secondaires peuvent inclure des nausées, des vertiges, des évanouissements, des diarrhées et des accidents urinaires ».
    Pour les mauvais blagueurs qui voulaient humilier leurs amis ou pour les « hardcore stoners » dont la tolérance avait atteint des proportions épiques, on ne parla rapidement plus que de la Northern Lights #5 X Haze, et celle-ci remporta les Cannabis Cups et les éloges de tous les coins du globe.
    On raconte que la Haze utilisée pour la Northern Lights #5 X Haze fut en fait sauvée de la dernière culture de Haze faite aux USA, et d’après Sam The Skunkman elle provient du voisinage de Santa Cruz en Californie pour être exact. La génétique exacte de la Haze est sujette à débats. Sam The Skunkman affirme que la Haze originale était un croisement Mexicaine X Colombienne, avec des génétiques Indiennes et Thaïlandaises ajoutées plus tard, alors que l’équipe Mr Nice Seeds, qui possède les plus anciens exemples de Haze au monde, dit qu’il s’agit à l’origine d’un croisement Colombienne X Thaïlandaise, remontant à 1969. Même sous les conditions climatiques idéales de Californie, on raconte que la Haze devait être cultivée en serre pour terminer sa floraison – et que dans certains cas elle ne se terminait même jamais vraiment.
    La Northern Lights X Haze est décrite comme étant une variété d’au moins 75 jours de floraison, mais certains phénotypes ont une période de floraison de 9 à 10 semaines.
  • La Northern Lights #5 x Skunk #1, aussi connue sous le nom de Shiva Skunk, est connue pour avoir été l’un des hybrides d’intérieur les plus fiables du catalogue de The Seed Bank de Neville. Revendue en tant que variété qui « se cultive en claquant des doigts » et l’une des premières variétés que le cultivateur novice devait envisager, on racontait que les ciseaux n’étaient pas nécessaires pour la récolte de cette variété qui avait une période de floraison autour de 55 jours.
  • Une variété plus obscure de Northern Lights citée dans le catalogue de 1990 de The Seed Bank fut la (Hashplant X Northern Lights #1) X Swazi, décrite comme une variété d’intérieur et d’extérieur, qui était à l’origine prévue pour être une variété d’extérieur uniquement.
    Cet hybride multiple est décrit comme donnant des fleurs douces et épaisses, avec une récolte autour de mi-Septembre.


La lignée génétique de la Northern Lights #5 est en fait un croisement Northern Lights #1 X Northern Lights #1. Des efforts sont déjà en cours pour redonner vie à cette Reine parmi les Reines par Shantibaba de Mr Nice Seeds, à partir du stock de graines de 1988 d’où provenait le clone Northern Lights #5. D’après le dernier rapport, un taux de germination d’approximativement 70% fut obtenu (55 graines sur 80) après seulement 2 jours. Contrairement à ce qu’annonçaient des reports publiés auparavant, il n’y a pas de génétique Thaïlandaise dans les lignées de Northern Lights de Mr Nice, qui sont les lignées exactes que Neville vendait du milieu à la fin des années 80 dans son catalogue de The Seed Bank.

 


L’existence d’une Northern Lights #9 x 5 a été supposée durant plusieurs années, et serait finalement apparue sur le marché lors de l’acquisition finale de The Seed Bank par Ben Dronkers de Sensi Seeds.
La compagnie de graines Sagarmatha « a conçu une version supérieure de la légendaire Northern Lights » avec leur version de la Northern Lights #9, qui est un rétrocroisement entre la « Northern Lights X » et l’ancienne variété « Slyder » de Sagarmatha.

 

Peu après avoir dominé la High Times Cannabis Cup en 1989, on raconte que Neville est retourné visiter sa famille à Perth, en Australie en 1990, lorsqu’il fut arrêté par les autorités après avoir fait une apparition sur la liste des américains les plus recherchés. Au même moment l’opération « Green Marchant » battait son plein, avec un intérêt particulier contre le magazine High Times lui-même. On raconte que l’éditeur en chef de High Times, Steven Hagar, fut assigné à comparaitre pour témoigner au procès de Neville, mais heureusement cela ne se réalisa jamais. Après avoir été incarcéré dans une prison de l’Ouest Australien, Neville s’est défendu avec succès contre son extradition aux USA avec pour base de défense sa double nationalité Hollandaise et Australienne. D’une façon assez intéressante, il est également supposé que Neville s’est échappé de prison et a disparu, pour finalement retourner en Hollande et rester dans la clandestinité avant de resurgir au 21e siècle en tant que breeder et consultant avec Mr Nice Seeds, aux cotés du légendaire trafiquant de hash Howard Marks, et de l’honorable Shantibaba. Avec probablement la meilleure association d’esprits cannabiques jamais rassemblés, Mr Nice Seeds propose surement à l’heure actuelle la meilleure sélection de génétiques cannabiques au monde. Avec beaucoup des lignées originales de The Seed Bank, et plusieurs autres lignées de descendance divine et royale couronnées récemment, comme la mondialement renommée White Widow (maintenant connue sous le nom Black Widow), ainsi que la Great White Shark ou Peace Maker (désormais appelée Shark Shock) et la Medicine Man (plus connue sous le nom de White Rhino).

 

Ce qui revient toujours dans l’histoire orale de la Northern Lights, c’est qu’elle tient ses origines de la région Nord Ouest de la cote Pacifique des USA, probablement dans la région de Seattle, dans l’Etat de Washington. Elle fit ensuite son chemin vers Neville Schoenmakers et sa The Seed Bank aux Pays Bas, où elle fut rapidement croisée avec plusieurs hybrides et vendue à travers le monde entier. A partir de là la réputation de cette variété se diffusa globalement, avec peu de question sur la validité de ces étapes de son histoire.

 

Les meilleurs choix proposés sur le marché aujourd’hui sont la variété Northern Lights de Sensi Seeds, et la variété Oasis (Northern Lights #2) de Dutch Passion.
Avec l’annonce de la lignée de Northern Lights #5 qui a refait surface dans le planning de Shantibaba chez Mr Nice Seeds et la sortie de la MNS Northern Lights #5 X Haze début 2009, l’espoir a été insufflé dans les cœurs de milliers de passionnés de la Northern Lights à travers le monde. Peu avant l’incarcération de Neville à Perth en Australie, il fut publié que, « après 8 générations de sélection nous sommes maintenant capables de reproduire notre Northern Lights #5 sous forme de graines. C’est une avancée que les cultivateurs d’intérieur et d’extérieur ont attendu depuis très longtemps. La session actuelle en extérieur sera dévouée à produire en masse des graines de Northern Lights #5 pour la saison 1991. En tant que breeder, je la considère comme étant ma meilleure réussite jusqu’à présent. Cherchez cette variété, car elle va changer le monde »
Ce sont ces variétés de Northern Lights qui furent commercialisées il y a si longtemps et qui sont devenues célèbres à travers le monde entier, littéralement, ce sont donc ces variétés dont Shantibaba a l’accès exclusif, avec la Northern Lights #5 étant toujours en possession de l’équipe Mr Nice Seeds et de futures sorties de Northern Lights prévues pour l’avenir.

 

C’est pourquoi mes amis, il y a un réel espoir dans le monde pour tous les passionnés de Northern Lights. Parmi les variétés de cannabis les plus utilisées dans les hybrides modernes actuels, il n’est pas étonnant que la Northern Lights reste l’une des variétés de cannabis les plus intrigantes des temps modernes.
 

gallery_681336_2774_45041.jpg

 

 


5. Histoire de la White Widow

 

Source : Jesse sur le forum Mr Nice. L’article original en anglais dans le spoiler ci-dessous.

 

 

 

The Real White Widow By JessE

 

Latrodectus mactans, also known as the southern Black Widow spider was the primary taxonomy used to describe the three species of spiders commonly referred to as the Black Widow spider prior to the early 1970’s. Unknown to most, there exists three species of the North American Black Widow spider. Along with Latrodectus mactans, the Latrodectus variolus (northern Black Widow) and Latrodectus hesperus (western Black Widow) are considered species of the North American Black Widow spider, not to be confused of course, with the false Black Widow spider. Such is the case with the infamous White Widow variety of cannabis, a strain of marijuana whose pedigree ultimately consists of a union between a South Indian hybrid and Brazilian Sativa. Her introduction to the masses in 1994 marked the end of an era in Dutch breeding circles and the beginning of a dynasty. Now known as Black Widow, the original White Widow would forever change the face of Dutch breeding and would go on too cement itself firmly as being among the most important strains of cannabis developed in the 20th century.

 

White Widow was originally bred by Shantibaba, the original founder, owner and head breeder of The Green House Seed Company (GHSC). The variety known as White Widow immediately catapulted itself into rock star status upon introduction to the public in 1994. Within a year of its initial release, White Widow took first place at the High Times Cannabis Cup in 1995 and a wave of copy cat White Widow varieties hit the market soon after. In 1996, both Nirvana and Dutch Passion seed companies purchased a single pack of White Widow seeds respectively from Shantibaba himself at the GHSC and within a year released their own versions of Widow. It wasn’t long before one would be hard pressed to find varieties of cannabis seed available from Holland that weren’t hybrids of the original White Widow released in 1994, literally breathing life into the Dutch cannabis breeding scene that had lagged in the time prior to White Widows release. For many years in Holland varieties such as Northern Lights, Skunk, Afghani and Haze were staples of the Dutch breeding community and with the introduction of White Widow came a renewed vigor in breeding top of the line, commercial and medicinal quality strains of cannabis. With success my friends, breeds greed and contempt for ones fellow man. A wave of White Widow varieties were available to the public by the late 1990’s, all of which were either hybrids a selected White Widow variety from a commercially available pack of F1 White Widow seeds from the GHSC, backcrosses from the original Widow or in some cases out right fraudulent lines to begin with. Having no true relation to the original Widow through hybridization or backcrossing. Imposters! To add to the growing complicated Widow landscape of the time, unscrupulous characters such as Ingemar, a former employee of the GHSC and self described breeder emerged claiming to be the true breeder of White Widow, offering their own version of the now legendary strain of cannabis. As if the whirlwind of disinformation wasn’t enough, along with Ingemar, yet another man who calls himself “Ecotronics” has laid claim to being the true breeder of White Widow and has been insistent everybody else is making money off of his line. While nothing is ever as black and white as it would seem from the outside looking in, it’s this kind of success and ultimately, confusion, that leads to the eventual name change of the original White Widow to the now proverbial Black Widow.

 

For those of you who may be in possession of genetics related to the Ingemar White Widow, but whom may be finding this article disappointing, I have you covered in that department as well. At one point in time, the man known as Ingemar worked for the GHSC, but if you were to believe Ingemar’s own account of the pedigree of his White Widow lines, one is left with the impression we are talking about distinctly different lines of White Widow from that of the Mr. Nice Seeds White Widow aka Black Widow. According to Ingemar, who now proudly assumes the title of “The Father of White Widow”, the pedigree of his line of White Widow is a secret, but that it was ultimately created from two seeds found in hand rolled hash which were subsequently selectively inbred for at least six years. Ingemar claims to have had access at the time to acres of land that he used to select the best plants from literally thousands of specimens. Again, the exact criteria Ingemar used to select his plants are kept a secret but he has been quoted as stating feed back from numerous medical users over the years played a role in the selection process of his particular White Widow line. According to Ingemar, the GHSC now uses his White Widow lines with express permission given solely to Arjan to use the name White Widow. In an ironic twist of fate, the GHSC now takes complete credit for the breeding and success of White Widow, without mention of either Ingemar or the true breeder of White Widow, Shantibaba, who of course is the only person in existence today with access to the original mother and father lines that created this now mythical variety of cannabis.

 

As was mentioned earlier, the pedigree of the Mr. Nice seeds Black Widow is the result of a union between a south Indian hybrid indica and a Brazilian sativa. The south Indian hybrid was found at Kovalum Beach, but it was ultimately cultivated in the surrounding mountainous terrain of Kerala. Shantibaba has stated in the past that the special qualities of the south Indian hybrid were enough for him to schedule a “safari” into the mountains of Kerala to find it on his Enfield bike. Within a few days, Shantibaba found himself “sitting in a café drinking a chai and smoking a joint”, when a middle aged, glassy eyed fellow approached him and helped finish off his smoke. After getting severely stoned and drinking the last of their tea, Shantibaba accompanied the man back to his farm only to discover this was the grower of the strain that had lead him into the mountains to begin with. After several days of testing numerous samples of marijuana, all of which had been cultivated, selected and “bred” for years based on resin production, selection was ultimately made on what would later become known as one half of the legendary pedigree of Black Widow. The man who helped Shantibaba finish his joint and ultimately supplied the seed that would later become known as the South Indian hybrid, told him that the seed had always been in his village, but that variation existed among the line depending on which village you visited to gather your wares. The plants are said to finish rather fast, but aesthetic wise have a sativa-esk appearance to them. Along with the Black Widow, several hybrids of this deadly lady have went on to garner much acclaim in their own right, most notably the White Rhino (now known as Medicine Man) and Great White Shark (also known as Peacemaker and Shark Shock), both of which have won a multitude of awards and cups in their own right, with the Medicine Mans pedigree consisting of Black Widow x Afghani and the Shark Shocks pedigree being Black Widow x Skunk#1. These are the original, “true blue” champion lines that garnered the reputations which precede themselves. Both lines find their ultimate pedigree traced back to the original White Widow bred by Shantibaba at the GHSC, now of Mr. Nice seeds (MNS), fronted by the legendary hash smuggler Howard Marks alongside the original “King of Cannabis”, Neville Schoenmaker.

 

It should be noted there are several Widow Hybrids available to the public from MNS, but all varieties containing the name Widow in the description come from either a select male or female cultivar, both from the same generation whom have underwent extensive testing. Hybrids such as Medicine Man, La Nina, G13xSkunk and Shark Shock are all varieties offered by MNS that encompass the Black Widow father as the main building block for their pedigrees. The exact formula of this male is somewhat of a mystery for all but the select few, however extensive breeding was done on the original White Widow (Black Widow) line and the male contains both the South Indian hybrid sativa/indica and the Brazilian Sativa. In very general terms, within a pack of seed of Black Widow one should expect the females to yield somewhere in the neighborhood of 350-400 grams per square meter. Of course it is phenotype dependant, but an experienced grower could probably do better with some time spent working with the line. Outdoors, the plants can be expected to finish by mid-October. Between the major three, Black Widow, Medicine Man and Shark Shock, the Medicine Man is touted as the fastest variety, coming in between mid September and October with the Shark Shock expected right around the beginning of October, give or a take a few days of course. Of all the hybrids however, Shantibaba describes the Shark Shock as the most successful breed of the ‘90s. One can not go wrong with any of the Widow selections; however the Black Widow is obviously perfect for the amateur breeder. If one was to find themselves in Amsterdam with some time to spare to try each line for them selves, according to Shantibaba the Katsu coffee shop on the Sarphatti Park, along with a gentleman known as Mr. Haze (supplier of official MNS gear to many Dutch coffee shops) and quite a few others stock the MNS Black Widow.

 

When it’s all said and done, at the end of the day, those at Mr. Nice Seeds hold the original parental lines that produced the White strains that won all of the acclaim in the mid to late 1990’s. The awards and cups are documented, and exist as irrefutable proof of the true origins of the White Widow line. These varieties of White lines are not nearly uncommon, but are of a quality rarely seen on a consistent basis that have managed to capture the hearts and minds of millions of cannabis enthusiasts the world over. Unfortunately, it is all too easy to be led in the wrong direction when it comes to the quest for the true White Widow. Now the picture should be painted much clearer for you. Though, the search has only just begun. Selection is the key to success with any variety, but with some diligence you too can have a mother plant that produces herb almost too toxic to indulge in on a consistent basis. Heed my warning; this is one of the most powerful varieties of cannabis known to mankind. Handle with care, because these lines are known to leave even the most experienced of smokers pleading for mercy.

 

 

Latrodectus Mactans, une araignée aussi connue sous le nom de Veuve Noire du Sud, était la taxinomie originale utilisée pour décrire les trois variétés d’araignées communément appelées Veuves Noires avant le début des années 1970. Fait inconnu pour beaucoup, il existe trois espèces d’araignées dites Veuve Noire en Amérique du Nord. Avec Lactrodectus Mactans, il existe aussi Latrodectus Variolus (Veuve Noire du Nord), et Latrodectus Hesperus (Veuve Noire de l’Ouest), considérées comme étant les trois espèces d’araignées Veuves Noires nord-américaines, bien sur à ne pas confondre avec la fausse araignée Veuve Noire.
C’est également le cas de la célèbre variété de cannabis White Widow (“Veuve Blanche”), une souche de marijuana dont l’ascendance consiste en l’union d’un hybride d’Inde du Sud et d’une Sativa brésilienne. Son introduction sur le marché en 1994 marqua la fin d’une ère dans la sphère du breeding hollandais et le début d’une dynastie. Désormais appelée Black Widow, la White Widow originale changera pour toujours la face du breeding hollandais et s’inscrira fermement parmi les plus importantes souches de cannabis développées au 20e siècle.

 

La White Widow fut créée à l’origine par Shantibaba, le fondateur original, propriétaire et principal breeder de The Green House Seed Company (GHSC). La variété White Widow se catapulta immédiatement en position de rock star dès son introduction au public en 1994. Dans l’année qui suivit sa mise sur le marché, la White Widow prit la première place de la High Times Cannabis Cup de 1995 et une vague de copies de la White Widow arrivera sur le marché peu de temps après.
En 1996, les compagnies de graines Nirvana et Dutch Passion ont acheté un unique paquet de graines de White Widow à Shantibaba lui-même chez Green House, et dans l’année qui suivit, ils ont commercialisé leurs propres versions de la White Widow.

 

Cela ne fut pas long avant qu’il soit difficile de trouver en Hollande des graines de nouvelles variétés de cannabis qui ne soient pas des hybrides de la White Widow originale sortie en 1994, car celle ci a littéralement envahit la scène hollandaise du breeding du cannabis qui était à la traine avant la sortie de la White Widow.
Depuis des années en Hollande des variétés telles que la Northern Lights, la Skunk, l’Afghani et la Haze étaient la base du breeding hollandais. Avec l’introduction de la White Widow vint une vigueur renouvelée pour le breeding haut standard de variétés de cannabis aux qualités commerciales et médicinales.
Et ce, avec succès mes amis, ces breeders ont fait preuve de cupidité et de mépris envers leur prochain. Une vague de variétés White Widow fut disponible pour le public à la fin des années 1990, toutes étaient soit des hybrides d’une White Widow sélectionnée à partir d’un pack de graines commercial de White Widow F1 de GHSC, soit des rétrocroisements sur la White Widow originale, soit dans certains cas des lignes complètement falsifiées. N’ayant aucune vraie relation avec la White Widow originale que ce soit par hybridation ou rétrocroisement. Imposteurs !

 

Pour ajouter des complications à l’histoire de la White Widow, des personnages sans scrupules tel que Ingemar, un ancien employé de la Green House Seed Company, auto- proclamé breeder, des personnages donc apparurent clamant être les véritables breeders de la White Widow, en proposant leur propre version de cette souche de cannabis maintenant légendaire.
Et si ce tourbillon de désinformation n’était pas suffisant, en plus d’Ingemar, un autre gars qui s’appelle lui-même « Ecotronics » se proclama comme étant le véritable breeder de la White Widow et ressassait que tout le monde se faisait de l’argent avec sa lignée.
De même que rien n’est jamais aussi noir ou blanc que cela peut paraitre de l’extérieur, c’est ce genre de succès et en fait, de confusion, qui mena au changement ultime du nom original de White Widow, au maintenant proverbial Black Widow.

 

Pour ceux d’entre vous qui seraient en possession de génétiques apparentées à la White Widow d’Ingemar mais qui pourraient trouver cet article décevant, je vais essayer de m'expliquer.
A une époque dans le passé, l’homme connu sous le nom d’Ingemar travaillait pour la GHSC. S’il se trouve que vous croyez la version d’Ingemar sur l’ascendance de la White Widow, vous aurez l’impression de parler de lignées de White Widow clairement différentes de la White Widow de Mr Nice Seeds, aka la Black Widow. D’après Ingemar, qui porte maintenant fièrement le titre de « Père de la White Widow », l’ascendance de cette lignée White Widow est un secret, elle fut en fait créée à partir de deux graines trouvées dans du hash fait à la main, qui ont été par la suite cultivées et croisées en IBL durant au moins 6 ans. Ingemar déclare avoir eu accès à cette époque à des hectares de terre qu’il a utilisés pour sélectionner les meilleures plantes parmi plusieurs milliers d’individus.
Encore une fois, les critères exacts utilisés par Ingemar pour sélectionner les meilleures plantes sont gardés secrets, mais il dit avoir pris en compte les retours de nombreux utilisateurs médicaux durant les années qui ont joué un rôle dans la sélection de cette lignée particulière de White Widow. D’après Ingemar, la Green House Seed Company utilise aujourd’hui ses lignées de White Widow avec la permission d’utiliser le nom White Widow donnée exclusivement à Arjan.
Ironique coup du sort, la Green House Seed Company prend tout le mérite du breeding et du succès de la White Widow, sans mentionner ni Ingemar ni le véritable breeder la White Widow, Shantibaba, qui est bien sur à l’heure actuelle l’unique personne à avoir accès aux lignées de mères et de pères originales qui ont donné naissance à cette maintenant mythique variété de cannabis.

 

Comme mentionné plus tôt, le pedigree de la Black Widow de Mr Nice est le résultat de l’union entre un hybride indica du Sud de l’Inde et une Sativa brésilienne (Manga Rosa). L’hybride d’Inde du Sud fut trouvé à Kovalum Beach, mais il était en fait cultivé dans les terrains montagneux environnant du
Kerala. Shantibaba a déclaré dans le passé que les qualités particulières de cet hybride d’Inde du Sud étaient suffisantes pour qu’il arrange un « safari » sur sa moto Enfield dans les montagnes de Kerala pour le trouver. Au bout de quelques jours, Shantibaba se retrouva « assis dans un café à boire du thé en fumant un joint », lorsqu’un homme d’âge mûr et au regard terne s’approcha de lui et l’aida à finir son joint. Après être devenu sévèrement stone et avoir fini leurs thés, Shantibaba raccompagna l’homme à sa ferme et découvrit alors qu’il était le cultivateur de la variété qui l’avait mené à explorer les montagnes. Après plusieurs jours à gouter de nombreux échantillons de marijuana, des plantes ayant été cultivées, sélectionnées et croisées entre elles durant des années en se basant sur le critère de production de résine, une sélection fut faite de ce qui sera connu comme étant la moitié du pedigree légendaire de la Black Widow. L’homme qui avait aidé Shantibaba à finir son joint et qui lui avait en fin de compte fournit les graines de ce qui sera connu plut tard comme l’Hybride d’Inde du Sud, lui raconta que ces graines avaient toujours été cultivées dans son village, mais que des variations existaient parmi les lignées selon le village visité pour les récupérer. On dit que ces plantes finissaient de fleurir plutôt rapidement, mais avec une esthétique d’apparence très sativesque.

 

Aux cotés de la Black Widow, plusieurs hybrides de cette dame mortelle ont été acclamés en leurs propres noms, notamment la White Rhino (maintenant connue sous le nom Médicine Man) et la Great White Shark (aussi connue sous les noms Peacemaker et Shark Shock). Ces deux variétés ont remporté une multitude de récompenses et de coupes. Le pedigree de la Medicine Man est un croisement Black Widow X Afghani et celui de la Shark Shock est Black Widow X Skunk #1. Ce sont ces lignées championnes originales qui ont bâti les réputations qui les précèdent. Ces deux lignées trouvent leurs ascendances ultimes dans la White Widow originale créée par Shantibaba à la GHSC. Il travaille désormais chez Mr Nice Seeds (MNS) aux cotés du légendaire contrebandier de hash Howard Marks et du véritable « Roi du Cannabis », Neville Schoenmaker.

 

Il doit être signalé que de nombreux hybrides de White Widow sont disponibles au public chez Mr Nice Seeds, mais toutes les variétés avec « Widow » dans leur description proviennent soit d’un cultivar mâle ou femelle sélectionné, toujours de la même première génération qui avait subit des tests approfondis. Les hybrides tels que la Medicine Man, La Niña (Original Haze X Black Widow), la G13xWidow (G13/Skunk #1 X Black Widow) et la Shark Shock sont toutes les variétés proposées par MNS qui ont le père Black Widow pour base d’assemblage. La formule exacte de ce mâle tient du mystère pour tous à part quelques privilégiés, cependant un travail de breeding considérable a été fait sur la lignée originale de White Widow (Black Widow), et ce mâle contient à la fois de l’hybride indica/sativa d’Inde du Sud et de la Sativa brésilienne.
D’une façon très générale, avec un paquet de graines de Black Widow on peut s’attendre à ce que les femelles produisent environ 350 à 400g par mètre carré. Bien sur cela dépend du phénotype, mais un cultivateur expérimenté pourra probablement faire mieux avec un peu de temps passé à travailler sur cette lignée. En extérieur, attendez-vous à ce que les plantes finissent leur floraison vers la Mi Octobre. Entre les trois hybrides principaux, Black Widow, Medicine Man et Shark Shock, la Medicine Man est présentée comme étant la variété la plus rapide, se terminant entre Mi Septembre et Octobre, la Shark Shock devrait se terminer autour de début Octobre, à quelques jours près bien sur. Parmi tous les hybrides, Shantibaba décrit la Shark Shock comme étant la meilleure réussite du breeding des années 90. On ne peut pas se tromper avec un hybride des sélections Widow ; néanmoins la Black Widow est clairement parfaite pour le breeder amateur. Si certains se retrouvent à Amsterdam avec un peu de temps à consacrer aux essais de chacune des variétés, d’après Shantibaba le coffeeshop Katsu sur Sarphatti Park, ainsi qu’un gentleman connu en tant que Mr Haze (le fournisseur officiel de MNS pour de nombreux coffeeshops hollandais), et quelques autres proposent sur leur carte la Black Widow de Mr Nice Seeds.

 

Voilà, tout a été dit, au final Mr Nice Seeds détient toujours les lignées parentales originales qui ont produit les variétés White qui ont gagné toute leur réputation du milieu à la fin des années 90. Les récompenses et les coupes sont certifiées, et existent en tant que preuves irréfutables des véritables origines de la lignée White Widow. Ces variétés des lignées White ne sont pas vraiment rares, mais sont d’une qualité rarement atteinte de façon régulière qui a conquis le cœur et l’esprit de millions de passionnés de cannabis à travers le monde.
Malheureusement, il est trop facile d’être mené dans une mauvaise direction quand on est à la quête de la véritable White Widow. Maintenant le tableau devrait vous apparaître beaucoup plus clairement.
Pourtant, la recherche vient juste de commencer. La sélection est la clé du succès avec n’importe quelle variété, mais avec de l’attention vous aussi pourrez trouver une plante mère qui produira de l’herbe presque trop toxique pour être consommée régulièrement. Ecoutez ma mise en garde : c’est l’une des plus puissantes variétés de cannabis connue de l’humanité. Maniez là avec précaution, car ces lignées sont connues pour pousser même le fumeur le plus expérimenté à demander grâce.

 


6. Histoire de la Blueberry

 

Source : Seedman – Les origines de la Blueberry

 

La variété Blueberry est sans aucun doute un des hybrides de cannabis parmi les plus colorés et les plus raffinés actuellement, disponible sous forme de graines. L'histoire de la variété nous ramène à la Côte Ouest des Etats-Unis, aux alentours des années 70. A cette période, le cultivateur DJ Short travaillait sur une multitude de variétés originales de Sativa exotiques, provenant de Colombie, du Panama, du Mexique, de Thaïlande,... A l'époque, il cultivait jusqu'à 100 plantes différentes à la fois, d'intérieur comme d'extérieur, constamment attentif aux particularités intéressantes de chacune. Inutile de préciser qu'il en a testé un grand nombre avant de trouver ce qu'il cherchait. Selon ses propres termes, une plante cultivée sur cent seulement comportait les caractéristiques qu'il souhaitait. Ensuite, il était confronté à une autre difficulté, celle de travailler avec des plantes naturellement sujettes à l'hermaphrodisme, car la plupart des Sativa pures le sont à un certain degré. Ses efforts ont finalement porté leurs fruits, donnant naissance à une des variétés les plus appréciées au monde aujourd'hui.

 

Ses recherches intensives l'ont conduit à découvrir deux Sativa très spéciales. Selon le maître cultivateur lui-même, la première plante, la “Juicy Fruit”, une femelle originaire de la chaîne de montagnes Highland Thai, était une championne toute catégorie extrêmement puissante. Elle possédait un punch tropical très sucré et un high intense qui durait de longues heures. La deuxième plante était une Purple Thai provenant d'Ohio, dans l'Oregon. Cette plante résultait d'un croisement entre une Highland Oaxaca Gold exceptionnelle et une Chocolate Thai, elle aussi particulière. L'hybride était d'une couleur très sombre et révélait son pourpre royal profond dès la plus petite exposition au froid. Sa production était aussi savoureuse que puissante, à l'instar de celle de la femelle Juicy Fruit. Bien que les deux plantes aient été égales en puissance, la Purple Thai est devenue la favorite de DJ Short. Elle était plus agréable émotionnellement que la Juicy Fruit Thai, car cette dernière était si puissante qu'à fortes doses elle pouvait provoquer une sensation de terreur chez le fumeur. Ces deux "Thaï Sticks" Sativa à l'ancienne ont constitué le pedigree femelle de toutes les variétés de DJ Short.

 

 

gallery_681336_2615_220792.png

 


Le mâle utilisé par DJ Short était un Indica afghan que des cultivateurs californiens lui avaient fait découvrir en 1979. Alors que la plante Indica était une sorte de nouveauté à cette époque où les Sativa dominaient les chambres de culture, DJ Short a vite été certain que cette plante allait y garder une place. Les cultivateurs pouvaient faire pousser plus d'herbe et elle était mature plus vite qu'auparavant, en combinant les gènes Indica avec les Sativa de la vieille école. D'une certaine façon, cette innovation a également signifié la fin de l'ère de domination des Sativa, conduisant à la disparition de nombreuses lignées Sativa pures. Celles-ci ont été soit hybridées, soit tout à fait perdues. Les plantes Indica étaient très semblables entre elles, petites et symétriques, avec d'épaisses tiges velues et de grandes feuilles. Elles étaient d'un vert sombre avec des nœuds compacts, serrés et des grappes de fleurs très denses diffusant un arôme de terre skunky. La nouveauté a vite passé de mode car, si les plantes Indica étaient naturellement puissantes, il leur manquait la sophistication et la complexité des Sativa pures. L'Indica a cependant contribué à la diversité génétique des plantes de cannabis modernes et a donné aux cultivateurs un meilleur contrôle sur leurs plantations.
 

gallery_681336_2615_448539.png

 


Possédant de tels spécimens à son répertoire, DJ Short a appliqué ses connaissances de la culture et a créé de nouvelles lignées florales à l'aide de ses trois découvertes. Il a assez rapidement établi ses deux variétés les plus connues, la Blueberry et la Flo. Il avait obtenu la Flo dans les premières lignées tirées du croisement de la Purple Thai d'Oregon et du mâle Indica. En poursuivant le travail avec son matériau de base, Dj Short a créé la Blueberry en croisant les premières lignées avec les hybrides Juicy Fruit/afghan. Ainsi, les deux mères Sativa sont présentes dans la Blueberry tandis qu'il n'y a que la Purple Thai dans la Flo. DJ Short a lui-même expliqué que certaines caractéristiques étaient plus facilement accessibles à travers la Purple Thai, alors que d'autres ne pouvaient être obtenues que par des croisements complémentaires avec l'hybride de la Juicy Fruit. Il a cultivé la Blueberry Originale en permettant aux gènes Indica de s'exprimer, mais il a aussi utilisé une plante à dominante plus Sativa, une combinaison améliorée plus tard, pour obtenir ce que nous connaissons aujourd'hui comme la Blueberry Sativa.
 

gallery_681336_2615_255223.png

 


Durant les années '80 et au début des années '90, DJ Short a continué à perfectionner ses variétés déjà extrêmement raffinées. Vers 1993, il a voyagé en Europe pour travailler avec la Compagnie Sagarmatha Seed. En 1995, il a livré un stock de graines à Sagarmatha, à des fins de vente et aussi de culture. Il était peu impliqué dans le processus de sélection, mais il était sous contrat avec cette compagnie pour produire la Blueberry, la Flo et la Blue Velvet, une cousine de la Blueberry qui exprimait de façon équivalente ses deux parents, Indica et Sativa. La Blue Velvet n'est plus disponible aujourd'hui, mais Sagarmatha vend toujours des variétés de DJ Short sous les noms de Blueberry Bud et Flow, de même que certains hybrides plus récents. La relation de DJ Short avec Sagarmatha a été brève et il a poursuivi son chemin en travaillant pour Dutch Passion, une autre compagnie.

 

Il a ainsi fourni des graines à Dutch Passion, mais pour une raison quelconque, il a de nouveau été tenu à l'écart du processus de sélection. En plus de ses anciennes variétés établies, il en a également créé plusieurs nouvelles, dont la Blue Heaven, la Blue Moonshine et la Purple Passion. Actuellement épuisée, la Blue Heaven était une variété violette très stable avec des qualités médicinales remarquables. La Purple Passion était un hybride Indica/Sativa qui affichait une belle couleur bleue aux nuances violettes, avec des têtes variant du bleu lavande à l'aubergine durant la floraison. Les magnifiques couleurs de toutes les créations de DJ Short sont devenues sa marque de fabrique, nous rappelant aussi l'origine exotique des toutes ses variétés. Actuellement, Dutch Passion propose toujours certaines des meilleures créations de DJ Short, telles que la Blueberry, l'Original Flo et la Blue Moonshine, qui est une plante merveilleusement puissante et résineuse, une cousine principalement Indica de la Blueberry.
 

gallery_681336_2615_284273.png

 


Au cours de la période où DJ Short travaillait avec Dutch Passion, il rencontra un cultivateur suisse du nom de Steve, qui était également le propriétaire de la banque de graines Spice of Life. Durant les années suivantes, de 1999 à 2001, DJ Short commença à collaborer avec Breeder Steve, sélectionnant les plantes à partir d'une large réserve génétique pour créer de nouvelles variétés, telles que la Moonshine Rocket Fuel, la Rosebud et la Blue Satellite. La Moonshine Rocket Fuel était un hybride très puissant, rassemblant le meilleur de la Blue Moonshine et de la Blue Velvet. Tout à fait différente, la Rosebud était une plante vraiment exceptionnelle, principalement cultivée pour sa fabuleuse valeur esthétique, mais également pour son incroyable parfum de fleur. Les têtes de ce phénotype unique de la Flo produisaient réellement une forme de rose avec leurs feuilles qui passaient du rouge brillant au jaune. Il y avait fort peu de boutons récoltables sur cette plante, de sorte qu'elle ne devint jamais un succès commercial, même si elle était extrêmement exotique et d'une beauté à couper le souffle. La Flodica était tout aussi exotique, une expression rare et pure Indica de la Flo, trouvée par hasard dans la lignée florale primitive. Aussi fascinantes que ces plantes aient pu être, la variété la plus connue de ces deux maîtres cultivateurs aux mains habiles était et reste la Blue Satellite.

 

C'est ici que la Blueberry Sativa entre en jeu. Elle a été développée entre le début et la fin des années '80 et était cultivée pure par DJ Short, jusqu'à ce qu'il partage quelques graines avec Breeder Steve, de la banque de graines Spice of Life. Ils sélectionnèrent de nombreux pères et mères dans le but de les cultiver et les utilisèrent finalement pour créer les variétés de Blue Satellite, en combinant le mâle Shishkeberry de Breeder Steve et la mère Blueberry Sativa dans la première version de la plante, puis l'Indica Sweet Tooth dans les versions finales. Breeder Steve a également croisé des plantes de Blueberry que DJ Short lui avait données avec certaines de ses propres variétés, y compris ses fameuses Sweet Pink Grapefruit et Sweet Skunk. Il a créé de nombreuses nouvelles variétés qu'il propose toujours actuellement sous forme de graines. Tous les projets communs à ces deux cultivateurs ont donné des plantes merveilleuses qui témoignent de leur savoir-faire.
 

gallery_681336_2615_293735.png

 


Plus récemment, DJ Short a travaillé avec d'autres cultivateurs très qualifiés comme Red, de Legend Seeds, et Chimera. Ils ont combiné différentes lignées de la Blueberry à des variétés déjà bien établies. Beaucoup de ces plantes ont le même père Blueberry Sativa, connu sous le nom de B130. Le mâle B130 était un père exceptionnel, un Purple Thai à dominante Sativa très typé qui a fini par disparaître, faisant de certaines des créations de DJ Short et de Red des éditions limitées. Beaucoup d'entre elles combinent des génétiques de la Blueberry extrêmement épurées, ces variétés allant de la Neville’s Haze à la Sweet Skunk, en passant par la Cali-O Orange Bud originale, vieille de 20 ans. Tous ces hybrides méritent plus qu'un simple regard.

 

Les créations communes de Spice of Life, Legend Seeds et Chimera sont bien trop nombreuses pour être citées ici, mais certaines de leurs nouvelles variétés réclament une attention spéciale, comme la Legends Ultimate Indica, la True Blueberry de DJ Short et la F-13. La True Blueberry est une version retravaillée à partir des gènes de la Blueberry ancienne tandis que la F-13 est un summum de l'expression de la Blueberry Sativa et de la Flo. En d'autres mots, elle est le Saint Graal de toutes les créations de DJ Short et aussi, à titre personnel, sa favorite. Choisir entre l'Original et la True Blueberry peut être difficile, d'autant que selon le maître lui-même, toutes deux sont de même puissance et également sujettes à des variations de couleurs. La True Blueberry est considérée comme l'hybride majeur de l'expression de la Blueberry, sélectionnée pour sa qualité supérieure à partir d'une vaste réserve de gènes. Si l'Original Blueberry est principalement Indica, ce nouvel hybride contient le meilleur des deux mondes et est à la fois Indica et Sativa dans son expression. Bien qu'elle soit apparentée, la True Blueberry a été sélectionnée dans un stock génétique différent de celui de l'Original Blueberry classique et est légèrement plus productive. L'Original Blueberry peut être appelée "Indica étendue", parce qu'elle a tendance à étendre ses nœuds, mais ses têtes sont très compactes, avec une structure de calices floraux plus grands. Quant à la True Blueberry, sa floraison tient plus de la Sativa, sur une plante d'allure Indica. L'arôme de l'Original Blueberry évoque le bonbon sucré, avec une odeur de fruit, tandis que la True Blueberry a un goût plus subtil avec des nuances d'anis. Quoi qu'il en soit, les deux plantes sont toutes deux exceptionnelles tant par le goût que par le parfum, grâce aux gènes exotiques utilisés pour les créer. Le high de la "True Blue" est aussi légèrement plus racé et cérébral que l'effet de stone physique et narcotique - mais pas de type massue - de la version originale. Il y a évidemment toute une gamme de plantes qui se situent entre ces deux variétés, pourtant une chose est certaine, toutes pourront avoir une longue vie de stockage et bonifieront avec le temps, comme les vins fins. La première version de la True Blueberry est aussi une fille du mâle B130 maintenant disparu et peut de ce fait être considérée comme une édition limitée de cette fameuse plante.
 

gallery_681336_2615_346358.png

 


Certaines des créations les plus récentes de DJ Short sont la Grape Krush, la Vanilluna (Vanilla Moon) et la Cocoa Kush. Cette dernière a la structure de la Kush ainsi que d'autres particularités connues de ses amateurs. La Vanilluna et la Cocoa Kush ont la même mère Blueberry Sativa que la Blue Satellite et leur père est l'Original Blueberry "Indica étendue". La différence entre elles est que la Vanilluna ressemble à la Blue Heaven, tandis que la Cocoa Kush révèle des caractéristiques de la Chocolate Thai, de la lignée florale initiale.
 

gallery_681336_2615_169450.png

 


Comme vous l'avez probablement compris à présent, tout le travail effectué par DJ Short sur la lignée florale primitive, ainsi que sur les variétés Blueberry et Flo, couvre plusieurs décennies et indique une remarquable expertise en matière de culture sélective. Garder la trace des lignages de chacune de ces variétés devient rapidement difficile, voire impossible, puisque la composition de la parenté et des génétiques de certaines variétés ont changé au cours des années. Il est cependant évident que toutes les variétés sont de grande qualité et, d'une façon ou d'une autre, étroitement liées les unes aux autres. Certaines plantes sont sœurs tandis que d'autres sont de lointaines cousines. Le mieux est peut-être de toutes les considérer comme des représentantes de leur lignée parentale initiale. Certaines penchent vers la Purple Thai tandis que d'autres ressemblent davantage à la Juicy Fruit Thai ou que d'autres encore expriment leur héritage Indica, parfois sous une forme pure, parfois influencée par les Sativa. Etant donné que différents phénotypes peuvent être découverts dans chaque variété, il faudrait le temps d'une vie pour cultiver toutes les plantes qui dorment dans les graines magiques créées par DJ Short et les personnes qui ont travaillé avec lui. Longue de 40 ans, son expérience de la culture parle d'elle-même.

 

Si vous voulez pousser plus loin vos connaissances de la Blueberry, le topic des fous de Blueberry sur ICmag est ici, avec notamment ce post digne des plus grands enquêteurs.

 

 

gallery_681336_2615_7789.jpg

 

 


7. Histoire du G13

 

Source : Jesse sur le forum Mr Nice. L’article original en anglais dans le spoiler ci-dessous. Traduction par dawi.

 

 

 

Urban Legend: G13 By JessE

 

What could Bigfoot and Marijuana possibly have in common? Every year there are hundreds of reports of sightings of the infamous Bigfoot across North America. From Alaska to Florida, Northern California to Ohio. Much is the same with the elusive and equally legendary G13. A variety reputedly liberated from a government research facility at the University of Mississippi by an unknown assistant, news of the clones “liberation” from Uncle Sam’s garden spread quickly on the underground growing scene. As legend has it, so did the clone before ultimately making its way to the Netherlands’, where its fait would ultimately be sealed as one of the most sought after and elusive legendary strains of cannabis of all time. The Seed Bank was the first Dutch marijuana seed company shipping internationally to all corners of the globe, at the helm, by all accounts, a charismatic Australian known as Neville Schoenmaker who would take the liberated female only cutting and turn it into a variety whose story would later go on to become nothing short of mythical.

 

The subject of great debate for many years, and to this day a subject of contention with the few dedicated growers who are concerned with the true origins and facts of the variety, G13 has become one of the few varieties of cannabis to cross over into mainstream folk lure, most notably being featured in Kevin Spacey’s classic movie ‘American Beauty’ as a variety of cannabis whose going street price was some two thousand dollars. A price which actor Wes Bentley justified by explaining, “This hash is top of the line. It's called G-13. It's genetically engineered by the U.S. Government. It's extremely potent, but a completely mellow high. No paranoia." An absolutely outrageous price for such a small quantity of cannabis, regardless of quality, none the less it exemplifies the kind of reputation this variety has established for itself since its initial marketing by Neville in the mid 1980’s. Indeed, this variety would never have become the success story that it has if it wasn’t for the subsequent hybrids of the female clone known as G13, which was offered in his store front catalogs to growers all a crossed the globe.

 

It was these hybrids marketed by Neville and acquired by literally thousands of growers who had access to The Seed Banks Catalogs that would cement G13’s legacy and legendary status as being among the strongest varieties of cannabis ever encountered. A tribute itself to the absolute power of the cutting, since there was only a female clone and no male counter parts to breed a pure G13 with, hybridizations from other varieties had to be used in an effort to pass along the G13’s incredible attributes. There no longer exist a G13 in pure form, the mother plant passed away long ago now while in the care of The Seed Banks ultimate benefactors, Sensi Seeds. So as it goes with the search for G13, one will quickly realize with any kind of dedicated research the only varieties left out there related to the honest, to goodness G13 that can be absolutely authenticated are the original hybrids offered by Neville at The Seed Bank in Holland over 20 years ago now. Among those hybrids were G13xSkunk#1, G13xNorthern Lights, G13xHaze, G13xHashplant, G13xOrtega, G13 x White Widow and G13 (skunk) x White Widow as well as a handful of other obscure hybridizations that were never marketed heavily like some of the varieties mentioned above. Those varieties of course are all verified, legitimate hybridizations that can be said without any doubt to be related to the original cutting. This is the point were things may get confusing and somewhat frustrating for the average consumer because knowing where to obtain these legitimate hybridizations can be a head ache all of its own. Most consumers want to get the best buy for their hard earned currency, and generally speaking a replica or poorly bred G13 simply will not do. And when one looks at the absolute mountain of breeders offering something supposedly related to G13, your train can suddenly come to a jolting halt as you ponder over exactly which variety or varieties to purchase. And a wise decision it would be to want the true facts my friends, because not all G13 hybrids are created equal and some of them are outright frauds.

 

When I initially became interested in the G13 myth, the most natural starting point in my mind upon the discovery of quite a few sources to obtain the genetics from was to research where the original genetics ultimately went and where they can be obtained today. Along the way I discovered quite a few cuttings in private hands which are said to be G13 it’s self, but for which no credible proof exist or has been offered in which to authenticate their claims or the ultimate origins of their “G13”. Most notably among those private cuttings is the Airborne G13 cut which looks very similar to the known G13 x Northern Lights photographs, which of course though, is not nearly enough evidence to say with any kind of certainty that it is indeed one of the hybrids originally released by Neville in the ‘80s.But that is pretty much all we are left with, such as the case with many varieties on the market today in fact. Where the only real proof one has is the word of the breeder or what little photographic evidence exist to support their claims. Other private cuttings said to be G13 include the So Cal G13, the LG13 (Louisiana) and the PG13 (Pacific). Interestingly enough, the person known as Pacific had no less than three versions of G13, none of which were related to the true G13 cutting and some of which were actually obtained from government (DEA) confiscated marijuana stock from private growers and medical users. So the ultimate pedigree of some of the Pacific G13 varieties could be anything from Durban Poison to Hindu Kush, and anything in between. There are dozens more varieties all touted to be G13 or a derivative of G13, but none of which can offer any kind of validation or support to back up their assertions. And ultimately any G13 variety with any kind of authentication has to be traced back to Neville and the hybridizations initially offered twenty years ago at The Seed Bank, because that’s where it all started in the first place my friends.

 

So where can we as the consumer go to purchase legitimate G13 hybridizations today? There are a handful of legitimate breeders all offering something that can be legitimately traced back to the original cutting known as G13. Most notably is Mr. Nice Seed bank, which is fronted by infamous international Hash smuggler Howard Marks and operated by legendary breeders Shantibaba and the man himself, Neville Schoenmaker (the former owner of The Seed Bank). So it’s pretty much a no brainer that if you would like to obtain some authentic lines related to the original cutting of G13, that you start with the very place the legend started, Neville himself at Mr. Nice Seed Bank (https://www.mrnice.nl). Mr. Nice Seeds (MNS) currently offers a three generation interbred variety of G13 x Skunk where the criteria for each subsequent backcross was for G13 dominant varieties. From there the original skunk male was used to create a G13 (skunk#1) x skunk #1 variety easily available to the public as well as the G13 (skunk) x Black Widow (White Widow) which looks to be an incredibly encouraging variety in its own right. Other companies which offer a variety legitimately related to the authentic cutting include Sensi Seeds, which offers a G13xHashplant hybrid strangely enough named after the aforementioned Howard Marks. Known as Mr. Nice, the G13xHashplant offered by Sensi Seeds is a legitimate G13 hybrid that can be traced back to the original cutting because Ben Dronkers, the owner of Sensi Seeds, ultimately acquired his stock from Neville. Along with Sensi Seeds, Soma Seeds offers a G13xHaze lineup from which one haze dominant male G13 x Haze hybrid was found in a very small handful of seeds said to have been given to Soma by well known author Ed Rosenthal, who acquired the seeds originally from Neville. Soma has subsequently used that haze dominant male, although technically related too the original G13, to hybridize several other varieties in his library and thus establishing the authenticity of his G13 stock, however remote it may be.

 

Like with any good marijuana story of this nature, there exist quite a few versions of the original story. Some of which make for great camp fire stories, but none of which seem to have any kind of real sustenance behind them other than popular lure. Such is the case with one Sandy Wienstien, who is said to be a founding member of Sacred Seeds (a point of contention by Sam the Skunk Man). Sandy is credited for the breeding of Early Girl and is also said to be the one who discovered G13 along with the Bay Area Durban Poison clone. As the story goes, the group responsible for the breeding of Skunk#1 lost some of their Afghan varieties due to grey mold issues and at this point in time during the ‘70s Afghanica cannabis genetics were not as widely prevalent as they are today. As luck would have it, Mr. Wienstien is said to have had a friend in the Alabama/Mississippi region who was a first year botany student. This friend is said to have lucked into a job with Dr. Carlton Turner at the University of Mississippi and sent a handful of Afghan varieties that showed promise from the University of Mississippi, back to Mr.Wienstien. Among those Afghanica varieties was the famed G13.

 

In another twist of the story, perhaps even related in some strange way is the story of Michael Hallman, who is a character said to have collected a wide variety of quality cannabis strains in the 1960’s and ‘70s. As the story goes, the CIA and FBI did hybridization experiments with Mr. Hallman’s collection of marijuana genetics and they are said to have developed one of the most powerful marijuana strains of all time. With an alleged THC percentage of over 28%, this variety would be more than double the potency of most conventional marijuana strains of the era. It is this clone, said to have been developed by the government that was liberated from Green House 13 all those years ago now, that is today responsible for the urban legend as it stands that became known as G13. This particular part of the story is one of the newer elements of the story to emerge and in my opinion is an example of an urban legend continuing to evolve and expand as the years go by. What we do know, is that in fact the government was growing marijuana at research facilities no later than the 1970’s. According to Zimmer and Morgan, The Potency Monitoring Project (PMP) conducted at the University of Mississippi in 1973 found the average sample of cannabis tested to have a potency of 1.62% THC with many varieties being over 4% THC. With the highest sample of cannabis tested at the time coming in at 9.5% THC. Two years later, a study done by PharmChem is said to have tested a variety which registered at 14% THC. So the possibility of strains of cannabis existing at the University of Mississippi seems to certainly be plausible, although whether or not G13 was among them remains unclear. At the time of the Potency Monitoring project, Dr. Carlton Turner was in charge of the program and today the University of Mississippi still does research in regards to cannabis under the guidance and tutelage of Dr. Mahmoud El Sohly.

 

Ultimately what should matter to you as the grower and consumer is where to obtain the most legitimate G13 hybrids if you’re interested in growing this variety. There is no shortage of companies peddling something called G13, but your best bet is to stick with the companies who have a legitimate claim to the varieties name sake. Of those companies, Mr. Nice Seeds may very well be your best option for obtaining an authentic hybrid related to the original cut. With the original cutting being marketed by Neville at The Seed Bank and of course the fact Neville can be found today working along side Shantibaba at Mr. Nice Seeds, it’s a sure bet that what you’re receiving is a legitimate hybrid of this mythical and legendary variety. The G13 (skunk) x Skunk #1 and the G13 x Widow at Mr. Nice Seeds have both earned the respect of many growers around the globe, and who knows? Maybe you’re next?

 

 

Qu’est-ce que le yéti et la marijuana peuvent bien avoir en commun? Chaque année il y a des centaines de personnes rapportant avoir vu l’horrible yéti aux USA. De l’Alaska à la Floride, de la Californie du Nord à l’Ohio. C’est à peu près la même chose avec l’impalpable et tout aussi légendaire G13. Variété censément libérée d’un centre de recherche gouvernemental de l’Université du Mississipi par un assistant inconnu, les nouvelles de la « libération » des clones du jardin de l’Oncle Sam se répandirent rapidement dans le milieu de culture underground. Selon la légende, les clones se seraient également rapidement répandus dans le milieu avant d’atteindre finalement les Pays-Bas, où son destin sera définitivement scellé en tant que variété des plus recherchées et des plus légendaires de tous les temps. The Seed Bank fut la première compagnie hollandaise de graines livrant tout autour du globe sous la direction d’un australien charismatique, Neville Schoenmaker, qui utilisa le seul cut femelle disponible et en fit une variété dont l’histoire deviendrait au final un véritable mythe.

 

Sujet de débat pendant des années, et jusqu’à ce jour un sujet de discorde entre les cultivateurs concernés par son origine véritable, le G13 est devenue une des quelques variétés de cannabis passant dans le domaine commun et dans le folklore sociétal, notamment dans le film « American Beauty » avec Kevin Spacey, où son prix dans la rue peut atteindre les 2000 dollars. Un prix que l’acteur Wes Bentley justifie : « Ce matos est le top du top. Ca s’appelle G13. Il a été génétiquement fabriqué par le gouvernement US. C’est extrêmement puissant, mais avec une montée très moelleuse. Aucune paranoïa. » Un prix complètement outrageant pour une si petite quantité de cannabis, peu importe la qualité. Néanmoins cela illustre le type de réputation que cette variété s’est taillée depuis sa commercialisation par Neville au milieu des années 80. Cette variété n’aurait jamais été la succes story qu’elle fut sans les hybrides ultérieurs du clone femelle dit G13, hybrides qui furent proposés via les catalogues magasin aux growers du monde entier.

 

Ce sont ces hybrides proposés par Neville et acquis par – littéralement – des milliers de cultivateurs ayant accès aux catalogues de The Seed Bank qui vont fixer l’héritage et la légende du G13, une variété de cannabis dite parmi les plus fortes jamais vues. Pour honorer la puissance absolue du cut, comme il n’y avait qu’un clone femelle sans contrepartie male pour breeder un pur G13, des hybridations avec d’autres variétés furent nécessaires afin de transmettre les attributs incroyables du G13. Il n’existe plus de G13 dans sa forme originelle, le plant mère est mort depuis longtemps désormais, alors qu’il était entre les mains des successeurs de The Seed Bank, Sensi Seeds. Ainsi, dans la recherche du G13, on se rend rapidement compte en faisant quelques recherches que les seules variétés sur le marché qui ont hérité de l’excellent G13 et qui peuvent être absolument authentifiées sont les hybrides originaux proposés par Neville à la The Seed Bank en Hollande il y a environ 20 ans.
Parmi ces hybrides on trouve la G13xSkunk#1, G13xNorthern Lights, G13xHaze, G13xHashplant, G13xOrtega, G13 x White Widow et G13 (skunk) x White Widow ainsi qu’une bonne quantité d’hybrides obscurs qui ne furent jamais proposés sur le marché ou alors sans marketing à la différence des variétés précitées. Ces variétés sont bien sur toutes des hybridations contrôlées et légitimes qui peuvent être sans aucun doute possible reliées au cut original. C’est alors que ca peut se compliquer et être confus et frustrant pour le consommateur moyen, car savoir où se procurer ces hybrides légitimes peut être un cauchemar. La plupart des consommateurs veulent avoir la meilleure qualité pour leur argent durement gagné, et généralement une réplique ou un pauvre croisement de G13 ne conviendra pas. Et quand on voit le nombre incroyable de breeders qui proposent des variétés apparemment apparentées au G13, vous risquez de vous heurter à un mur alors que vous essayer d’estimer quelle(s) variété(s) acheter. Et c’est une sage décision de vouloir la vérité mes amis, car tous les hybrides de G13 ne sont pas égaux et certains sont même clairement des fraudes.

 

Quand je me suis initialement intéressé au mythe G13, le point naturel pour trouver quelques sources où obtenir les génétiques fut de rechercher où les génétiques originales allèrent et où elles peuvent être trouvées aujourd’hui. Sur mon chemin, j’ai croisé quelques génétiques privées dites G13 mais sans qu’aucune preuve crédible n’existe ou ne soit proposée pour authentifier leurs affirmations et l’origine de leurs « G13 ». Le plus notable de ces cuts est le cut Airborne G13 qui ressemble beaucoup aux photographies du cross G13 x Northern Lights, ce qui bien sur n’est en aucun cas une once de preuve pour dire avec certitude qu’il s’agit d’un des hybrides originaux de Neville proposés dans les années 80. Mais c’est un peu tout ce qui nous reste, comme pour les variétés sur le marché aujourd’hui. La seule preuve réelle étant la parole du breeder ou l’existence d’une photographie pour étayer leurs affirmations.
D’autres cuts privés supposément à base de G13 existent, comme le So Cal G13, le LG13 (Lousiana) et le PG13 (Pacific). Il est intéressant de constater que la personne connue sous le nom de Pacific ne possède pas moins de trois versions du G13, mais aucune qui soit liée au cut G13 original et dont certaines ont été obtenues à partir de stocks de marijuana confisquée par le gouvernement (DEA) à des cultivateurs privés et à des utilisateurs médicaux. Donc le pedigree de certaines de ces variétés de Pacific G13 peut être n’importe quoi depuis la Durban Poison jusqu'à l’Hindu Kush, et tout le reste entre les deux. Il y a des douzaines de variétés dites G13 ou dérivées du G13, mais aucune qui ne puisse apporter aucune sorte de validation ou de support pour étayer ces assertions. Au final, toute variété G13 authentifiée doit pouvoir être reliée à Neville et ses hybrides proposés il y a 20 ans par The Seed Bank, car c’est là que tout a commencé, mes amis.

 

Alors, où peut-on acheter des hybrides légitimes de G13 aujourd’hui ? Il y a de nombreux breeders légitimes qui proposent quelque chose que l’on peut relier au cut original de G13. Le plus notable étant Mr Nice Seedbank, qui est représentée par le contrebandier de hash Howard Marks et régie par le breeder légendaire Shanti Baba et Neville Schoenmaker lui-même (propriétaire précédent de the Seed Bank). Donc ce n’est pas bien compliqué si vous voulez obtenir quelques lignes authentiques remontant au cut original de G13, il suffit de commencer là où la légende a commencé, c'est-à-dire avec Neville à la Mr Nice Seedbank. Mr Nice Seeds (MNS) offre actuellement un IBL sur trois générations de G13xSkunk où le critère de chaque backcross était la dominance G13. A partir de là, le mâle skunk a été utilisé pour créer une variété G13(Skunk#1) x Skunk#1 facilement disponible au public ainsi qu’une G13 (Skunk) x Black Widow (White Widow) qui semble être une variété extrêmement prometteuse.
D’autres compagnies offrent des variétés légitimement reliées au cut authentique, par exemple Sensi Seeds, avec un hybride G13 x Hashplant surprenamment nommé à partir du sus-cité Howard Marks. Connue sous le nom de Mr. Nice, la G13 x Hashplant de Sensi Seeds est un hybride légitime de G13 qui peut être affilié au cut original car Ben Dronkers, le propriétaire de Sensi Seeds, acquit ses stocks directement de Neville. Comme Sensi Seeds, Soma Seeds propose une G13 x Haze. Un hybride male G13 x Haze à dominante Haze se trouvait dans un lot de graines apparemment donné à Soma par le célèbre auteur Ed Rosenthal, qui avait eu les graines originales directement de Neville. Soma a ensuite utilisé ce male à dominance Haze, mais également lié au G13 original, pour hybrider de nombreuses autres variétés de son catalogue et ainsi établir l’authenticité de son stock G13, peu importe la distance avec l’original.

 

Comme pour toutes les bonnes histoires de marijuana de cet acabit, il existe plusieurs versions de l’histoire originale. Certaines font d’excellentes histoires de feu de camp, mais aucune ne semble avoir de fondation solide autre que l’attrait populaire. C’est le cas de Sandy Wienstien, qui semble être le membre fondateur de Sacred Seeds ( fait qui est un point de discorde avec Sam the Skunkman). Sandy a à son crédit le breeding de l’Early Girl et on dit qu’il a découvert le G13 en même temps que le clone de Durban Poison Bay Area. L’histoire raconte que le groupe en charge du breeding de la Skunk#1 perdit certaines de leurs variétés afghanes à cause de problèmes de pourriture grise, et à cette époque des seventies les génétiques cannabiques afghanes n’étaient pas aussi répandues qu’elles le sont aujourd’hui. Par chance, Mr Wienstien aurait eu un ami dans la région d’Alabama (Mississipi) étudiant en première année de botanique. Cette étudiant aurait eu la chance de travailler avec le Dr. Carlton Turner à l’Université du Mississipi et envoya quelques variétés afghanes prometteuses depuis l’Université à Mr. Wienstien. Parmi ces variétés Afghanica était le célèbre G13.

 

Un autre courant de l’histoire, peut-être même étrangement lié au précédent, raconte l’histoire de Michael Hallman, un personnage qui aurait collecté une très grande quantité de variétés cannabiques de qualité dans les sixties et les seventies. L’histoire raconte que le FBI et la CIA firent des expériences d’hybridations avec la collection de génétiques de marijuana de Mr Hallman et qu’ils développèrent une des variétés de marijuana les plus puissantes de tous les temps. Avec un pourcentage de THC annoncé au-dessus de 28%, cette variété aurait plus que doublé la puissance des variétés conventionnelles de marijuana de l’époque. C’est ce clone, prétendument développé par le gouvernement, qui fut libéré de la serre numéro 13 il y a bien longtemps et qui est responsable aujourd’hui de la légende urbaine désormais connue sous le nom G13 (serre se dit green house, Green house 13 -> G13, NdT). Cette partie de l’histoire est des plus récentes et à mon sens est un bon exemple de l’évolution et de l’expansion continue des légendes urbaines au fil des années.
Ce que nous savons, c’est que le gouvernement cultivait de la marijuana dans ses installations de recherche pas plus tard que dans les années 70. Selon Zimmer et Morgan, le Potency Monitoring Project (PMP), le projet de suivi de la puissance, mené à l’Université du Mississipi en 1973 montra que l’échantillon moyen de cannabis testé avait une puissance de 1.62% THC avec de nombreuses variétés au-dessus de 4% THC. Le plus haut échantillon étant à 9.5% THC. Deux ans plus tard, une étude réalisée par PharmChem semble avoir enregistré une variété à 14% THC. Donc l’hypothèse qu’il y ait eu des variétés de cannabis à l’Université du Mississipi semble très plausible, bien que la présence du G13 parmi elles n’est pas clair. A l’époque du PMP, le Dr. Carlton Turner était en charge du programme et aujourd’hui l’Université du Mississipi continue ses recherches sur le cannabis sous la direction du Dr. Mahmoud El Sohly.

 

Au final ce qui est important pour vous en tant que cultivateurs et consommateurs est de savoir où trouver les hybrides de G13 les plus légitimes si vous êtes intéressés par cette variété. Il y a une longue liste de compagnies qui proposent quelque chose nommé G13, mais le meilleur pari est de suivre les compagnies qui peuvent légitimement revendiquer avoir un lien historique avec la variété. Parmi ces compagnies. Mr. Nice Seeds semble être vraiment votre meilleure option pour obtenir un hybride vraiment lié au cut original. Avec le cut original proposé par Neville à The Seed Bank et le fait que Neville peut être vu aujourd’hui travaillant avec Shantibaba à mr Nice Seeds, c’est un pari sur que ce que vous recevrez est un hybride légitime de cette variété mythique et légendaire. La G13 (skunk) x Skunk#1 et la G13 x Widow chez Mr Nice Seeds ont toutes deux gagné le respect des nombreux cultivateurs autour du monde et qui sait ? Peut-être êtes-vous le prochain ?

 


8. Histoire de la NYCD (par Soma)

 

Le texte – assez lacunaire – suivant est extrait du livre de Soma et traduit par J@h_Hemp.

 

En 1997, un ami m’a fait un cadeau en me ramenant quelques graines. Il a dit qu'elles venaient de la meilleure des mauvaises herbes jamais fumées. Il avait obtenu l'herbe dans la ville de New York et a dit qu'elle était appelée Sour Diesel.

 

J'ai fait germer les graines et elles étaient toutes des femelles. J'ai sélectionné des plantes-mères et j’ai fait fleurir leurs clones, j'en ai trouvé certaines que j'ai adorées et je pense que d’autres était faibles et fades. J'ai gardé les meilleures et je les ai croisées avec mes males Afghani-Hawaiian.

 

J'ai pris l'échantillonnage de graines germées pour sélectionner les mères. Une fois que j'avais trouvé les bonnes femelles et les bons mâles qui avaient les meilleures caractéristiques génétiques, j'ai croisé leurs graines à nouveau. Une fois la souche stabilisée, la New York City Diesel était née. Depuis 1999, elle a remporté plusieurs prix dans tous les concours de cannabis auxquels elle a participé.

 

La NYC Diesel est un mélange de Sativa Mexicaine et d'Afghane. Elle a un goût de pamplemousse rouge mûr. Tous ceux qui la fument l'aiment, je pensais plutôt à l'origine que ce serait un grand mâle. J'ai planté plusieurs graines de Diesel et j'ai obtenu trois mâles, chacun montrant quelques différences en culture. J'avais lu qu'il était possible de parvenir à une plus grande profondeur génétique de l'élevage en utilisant plusieurs plantes males du même pool génétique.

 

Avec cette nouvelle information, j'ai effectué un petit test génétique. J'ai mis quinze variétés de plantes femelles dans ma chambre de culture pour les croiser avec deux des mâles de la NYC Diesel. L'un des mâles avait les nœuds plus rapprochés et des feuilles plus larges, les autres avaient plus d'espace entre les nœuds et des feuilles minces. Je mets ces deux derniers dans ma chambre de culture avec les femelles, le pollen a volé, les deux mâles ont pollinisé toutes les plantes. J'ai aimé les résultats. Avec tous ces croisements de NYC Diesel, j'ai eu une plus grande variété pour faire mon choix.

 

Au moment de décider que faire de cet élevage, un autre facteur que j’ai considéré est ce que les gens demandent. Par exemple, beaucoup de producteurs d'extérieur sont à la recherche d'une souche à floraison rapide. Pour certains producteurs, la précocité des souches peut être souhaitable, même si elles sont souvent au détriment des effets. Les usagers thérapeutiques recherchent certains effets spécifiques caractéristiques d'une souche.

 


9. Histoire de l’AK47

 

Le texte suivant est écrit par Jesse et traduit par DrStrangelove. L’article original est disponible dans le spoiler ci-dessous.

 

 

 

“Each designer seems to have his own paths, his own successes and failures. But one thing is clear: before attempting to create something new, it is vital to have a good appreciation of everything that already exist in this field. I myself have had many experiences confirming this to be so.” - Mikhail Kalashnikov

 

Within the vast openness of the marijuana cannabis industry, there are a handful of stars who shine brighter than others. Among those select stars is Serious Seeds, one of Holland’s most trusted and respected seed banks. The head breeder of the facility is a man known as Simon, a former High School biology teacher and revered cannabis breeder responsible for some of the most respected varieties on the market today. Chiefly among these varieties is among his most respected creations, the legendary AK-47 variety. This is one of the strains that actually does live up to its name, and leaves little doubt in anyone’s mind as too the quality of work performed at Serious Seeds in Holland.

 

The first time I had the chance to smoke AK-47 there was little doubt as to why the name attached the cannabis in question was chosen. Shortly after leaving a friends house who was kind of enough to share with me some of the strongest herb I have ever seen, I was sitting at a red light at a busy intersection waiting for the light to change so I could be on my way. Only this day, was different than any other ordinary trip out on the town as I was distinctly worried about the car beside me being too close. And to top matters off, the car behind me was too close for my liking as well and the paranoia I had that an accident might occur became the only thing on my mind at this point. The truth is, the cars beside me were not too close nor was the guy behind me either, the AK-47 was the x variable in this equation of fear and from that point the respect I had for the Serious Seeds AK-47 was cemented forever. In an industry with few regulations, there is little stopping any entrepreneur in the cannabis seed industry from using genetics acquired from a reputable source and putting a label on those genetics that leads others to believe that is now your own. Its is for this reason the exact pedigree of AK-47 is kept a secret only the privileged few at Serious Seeds are aware of but a loose description of the variety describes the High Times Cannabis Cup phenom as being of Columbian, Mexican, Thai and Afghani descent. A not all too uncommon pedigree for many of the worlds finest lines of cannabis today, with legendary strains such as Haze and Skunk #1 sharing similar pedigree lines. But before you go out too collect your own Columbian, Mexican, Thai and Afghani lines in an attempt to replicate AK-47 please note that within any country of origin such as the afore mentioned nations a plethora of separate lines exist making it next too impossible to replicate the line exactly without having access too some of the most tightly guarded information in the industry. But it was a noble idea none the less.

 

Over the years, many recreational and medicinal users have recognized the absolutely brutal qualities select phenotypes of this line is capable of producing. Thus many growers and smokers alike grow wary of persistent rumors that the AK-47’s pedigree has changed. Too an extent, there is merit too those claims however the line itself is a constantly evolving product in which the original genetic material responsible for the reputation itself is gone back too and worked in an effort too put a new twist on the same genetics every so often. So in essence the AK-47 is the same genetic line it has always been, however different parental lines from the original pool are used every so often to keep a fresh handle on a much respected name. For the time being, the currently available AK-47 is best described as an indica dominant variety, however this description could change with a decision from the head breeders at Serious Seeds too go back too the original line and select different plants to work with. With the current featured line, each successive generation of AK47 was selected for the selective traits Simon at Serious Seeds found desirable in his line. As a result of this process, although AK-47 can be described as a 50 percent Indica and 50 percent sativa hybrid, this balanced formula has allowed the line too enter cross dimensional categories in both the best Indica and best Sativa categories at the various festivals and cups held annually around the globe.

 

There are a handful of varieties that have been so successful in the marijuana horticultural world that the lines themselves becomes staples of the industry, with many breeders preferring to beef their own personal stock up with the work performed by other breeders. These strains are pillars of the industry, building blocks of success in which a new standard is set for others to follow. Often times many breeders and growers alike will look for short cuts too success, hoping too skip over the dirty work down in the trenches by hopping, skipping and jumping towards the goal line by walking on the backs of others hard earned work. The Serious Seeds AK-47 is one of those strains that have set itself apart from the rest of the pack, with there being no substitution for the original thing. There have been different incarnations of the Serious AK-47, but all of which being from the original stock. The subsequent selection and professional breeding put into this variety has lead to a multitude of awards which speaks for itself in terms of accomplishments and quality. The Serious Seeds AK-47 among with the other quality varieties offered in Simons line up are well worth consideration when deciding on a variety to grow. The ultimate deal breaker is how the cannabis smokes, and for that I can assure you nothing short of a one hitter wonder experience with the properly selected phenotype.

 

This article ran in the February 2009 edition of Treating Yourself Magazine, which is now available online to view in its entirety.

 

Article in pdf

 

 

 

 

"Chaque designer semble avoir ses propres voies, ses réussites et ses échecs. Mais une chose est sûre: avant de créer quelque chose de nouveau, il est vital d'avoir une bonne idée de ce qui existe déjà dans le domaine. J'ai moi même fait beaucoup d'expériences qui confirment cela." Mikhail Kalsnikov.

 

Dans la grande étendue de l'industrie du cannabis, il y a une poignée d'étoiles qui brillent plus que les autres. Parmi ces étoiles on trouve Serious Seeds, une des banques de semences les plus respectées et digne de confiance de Hollande. Le breeder principal est un homme connu sous le nom de Simon, un ancien professeur de biologie en collège et désormais breeder de cannabis vénéré, responsable de certaines des variétés les plus respectées sur le marché aujourd'hui. Parmi ces variétés, la légendaire AK-47 est une des plus respectées. C'est l'une des souches qui est réellement à la hauteur de son nom, et ne laisse guère de doute quant à la qualité du travail effectué par Serious Seeds en Hollande.

 

La première fois que j'ai eu la chance de fumer de l'AK-47,j’ai vite compris pourquoi ce nom a été choisi. Peu de temps après avoir quitté la maison d'un ami assez aimable pour partager certaines des plus fortes variétés d'herbes que j'aie jamais vues, j'étais arrêté à un feu rouge en attendant que le feu change de couleur pour que je puisse reprendre la route. Mais ce voyage a été différent de tout autre déplacement ordinaire en ville, j'étais nettement préoccupé par la voiture à côté de moi qui me semblait trop près. En plus de cela, la voiture derrière moi était aussi trop proche à mon goût et la paranoïa d’avoir un accident est devenue la seule chose dans mon esprit à ce moment. La vérité, c'est que les voitures à côté et derrière moi n'étaient pas trop proches, c’est l'AK-47qui était la variable x dans l'équation de la peur et de ce fait le respect que j'ai eu pour l'AK-47 a été cimenté à jamais. Dans un secteur avec peu de règles, rien n'empêche un entrepreneur en semences cannabique d'utiliser des génétiques issues d'une source réputée et de mettre une étiquette qui conduit les autres à croire que c’est la vôtre. C'est pour cette raison que le pedigree exact de l'AK-47 est un secret bien gardé, connu seulement de quelques privilégiés chez Serious Seeds. Une description approximative du phéno présenté à la High Times Cannabis Cup lui donne une parentée colombienne, mexicaine, thaï et afghane. Un pedigree assez commun pour un grand nombre des meilleurs lignées mondiales de cannabis aujourd'hui, avec par exemple de légendaires souches telles que la Haze et la Skunk # 1 qui les partagent. Mais avant d'aller partir recueillir vos propres Colombiennes, mexicaines, thaïs et afghanes pour tenter de reproduire l'AK-47, veuillez noter que dans tous les pays d'origine mentionnés ci-dessus, une multitude de lignes distinctes existent, rendant pratiquement impossible la reproduction exacte de la lignée sans avoir accès à des informations parmi les mieux gardées de l'industrie. Mais c'est néanmoins une noble idée.

 

Au fil des années, de nombreux utilisateurs récréatifs et médicaux ont reconnu les qualités absolument brutales des phénotypes que cette lignée est capable de produire. C’est pourquoi de nombreux producteurs et fumeurs ont lancé des rumeurs comme quoi le pédigrée de l’AK-47 a changé. Ces critiques ont du mérite jusqu’à un certain point, car il faut également savoir que toute lignée est un produit en évolution constante ; ce produit est donc soumis à un re-examen fréquent dans un but permanent d’amélioration. Donc en substance, l'AK-47 est la même ligne génétique et l’a toujours été, toutefois différentes lignées parentales du pool génétique originel sont utilisées en alternance afin de préserver la fraicheur génétique de cette souche renommée. Actuellement, l’ AK-47 disponible est décrite comme une variété à dominante indica, mais cela pourrait changer dans le cas d’une prise de décision des breeders de Serious Seeds de revenir à la lignée originelle et de travailler avec des plantes différentes. Avec la lignée proposée actuellement, chaque nouvelle génération d’AK47 a été sélectionnée selon les critères que Simon de chez Serious Seeds considérait comme souhaitables. À la suite de ce processus, bien que l’AK-47 puisse être décrite comme un hybride 50% Sativa et 50% Indica, cette formule équilibrée a permis de concourir dans les deux catégories que sont la meilleure Sativa et la meilleure Indica dans les différents festivals et coupes qui se tiennent chaque année dans le monde entier.

 

Il y a une poignée de variétés qui ont eu tellement de succès dans le monde horticole cannabique qu’elles sont devenues elles-mêmes des bases de l'industrie, et de nombreux breeders préférent améliorer leur propre pool génétique avec le travail effectué par d'autres breeders. Ces souches sont les piliers de l'industrie, elles ont construit une base solide et ont défini un nouveau niveau de qualité plus élevé. Bien souvent, des breeders vont chercher le chemin le plus court au succès, en espérant éviter le sale boulot afin d’aller directement au but, en marchant sur le dos des autres et en profitant des résultats auxquels ces derniers sont difficilement parvenus. La Serious Seeds AK-47 est une des souches qui a su se distinguer du reste du peloton car elle n’a pas d’équivalent. Il y a eu différentes incarnations de l’ AK-47, mais qui toutes sont issues du stock d'origine. Par la suite, le travail de sélection et de croisement fait par les professionnels a conduit à une multitude de récompenses qui parlent d’elles-mêmes en termes de réalisation et de qualité. La Serious Seeds AK-47, ainsi que les autres variétés de qualité conçues par Simon, doivent être prise en considération au moment de choisir une variété à faire pousser. La finalité est de savoir si le produit fini se fume bien, et je peux vous promettre rien de moins qu'une étonnante défonce si le phénotype est sélectionné correctement.

 


10. Arbre généalogique des principales familles cannabiques

 

Les arbres généalogiques suivants ont été mis en place par LeMarcel, un grand merci à lui pour son travail et son soutien. Cliquez sur les images pour en profiter pleinement.

 

10.1. Sensi Seeds :
 

gallery_681336_2774_68618.png]

 


10.2. Mr Nice Seeds :

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_3781.png]

 


10.3.Subcool/TGA Seeds :

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_132559.png]

 


10.4.Spice of Life - Breeder Steve :

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_47796.png]

 


10.5. Bros Grimm - Mr Soul & Mr Sly

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_40415.png]

 


10.6. Soma Seeds:

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_101800.png]

 


10.7. Dinafem:

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_29989.png]

 


10.8. Reggae Seeds:

 

 

 

 

 

 

gallery_681336_2774_320977.jpg]

 

 

 

 


Sources :


Remerciements :

  • Remerciement tout particulier à LeMarcel qui a fait connaitre ces articles sur le forum et a établi les arbres généalogiques des variétés.
  • Merci à Jesse également pour tous ces articles que nous proposons ici traduit.


Auteur: dawi
Correcteur: Dad-
Mots-clés: génétique, variétés, origine, histoire, Haze, Skunk#1, Northern Lights, White Widow, Blueberry, G13, NYCD, AK47, Shantibaba, Mr Nice, Soma, Howard Marks, Sensi Seeds, Subcool/TGA Seeds, Spice of Life, Bros Grimm, Soma Seeds, Dinafem, Reggae Seeds


  Report Guide
Sign in to follow this