Blogs

 

Taxonomie & séléction/3 : La structure génétique de la marijuana et du chanvre ( Indica /Sativa / Ruderalis )

PLoS One . 2015; 10 (8): e0133292. Publié en ligne 2015 août 26. doi:  10.1371 / journal.pone.0133292 PMCID: PMC4550350 PMID: 26308334 La structure génétique de la marijuana et du chanvre Jason Sawler , 1, 2 Jake M. Stout , 3 Kyle M. Gardner , 1 Darryl Hudson , 4 John Vidmar , 5 Laura Butler , 1Jonathan E. Page , 2, 6, * et Sean Myles 1, * Nicholas A. Tinker, éditeur Information sur l'auteur ► Notes de l' article ► Droits d' auteur et licence ► Avertissement


Abstrait Malgré sa culture en tant que source de nourriture, de fibres et de médicaments, et son statut mondial en tant que drogue illicite la plus utilisée, le genre Cannabis a une organisation taxinomique peu concluante et une histoire évolutive. Les types de drogues de cannabis (marijuana), qui contiennent des quantités élevées de cannabinoïde psychoactif Δ 9 -tetrahydrocannabinol (THC), sont utilisés à des fins médicales et comme un médicament récréatif. Les types de chanvre sont cultivés pour la production de graines et de fibres et contiennent de faibles quantités de THC. Deux espèces ou des pools de gènes ( C . Sativa et C . Indica sont largement utilisés) pour décrire le pedigree ou l' apparence de cultiver le cannabisles plantes. En utilisant 14 031 polymorphismes mononucléotidiques (SNP) génotypés dans 81 échantillons de marijuana et 43 chanvre, nous montrons que la marijuana et le chanvre sont significativement différenciés au niveau du génome, démontrant que la distinction entre ces populations ne se limite pas aux gènes sous-jacents. Nous trouvons une corrélation modérée entre la structure génétique des souches de marijuana et leur C signalé . sativa et C . l' ascendance indica et montrent que les noms de souches de marijuana ne reflètent souvent pas une identité génétique significative. Nous fournissons également des preuves que le chanvre est génétiquement plus semblable à C . indica marijuana type qu'à C . sativa souches.

  Aller à: introduction Le cannabis est l'une des cultures les plus anciennes de l'humanité, avec des antécédents d'utilisation datant de 6000 ans avant le présent. Peut-être en raison de ses origines précoces, et en raison des restrictions sur la recherche scientifique provoquée par la politique de drogue, l'histoire de l'évolution et de la domestication du cannabis reste mal comprise. Hillig (2005) proposée sur la base de allozyme variation que le genre se compose de trois espèces ( C . Sativa , C . Indica , et C . Ruderalis ) [ 1 ], alors qu'un autre point de vue est que le cannabis est monotypic et que les sous - populations observables représentent sous - espèce de C.sativa [ 2 ]. L'espèce putative C . ruderalis peut représenter des populations sauvages des autres types ou celles adaptées aux régions du nord. La classification des populations de cannabis est confondue par de nombreux facteurs culturels, et retracer l'histoire d'une plante qui a connu une vaste dispersion géographique et une sélection artificielle par les humains pendant des milliers d'années s'est révélée difficile. Beaucoup de types de chanvre ont des noms variétaux tandis que les types de marijuana n'ont pas de système d'enregistrement horticole organisé et sont appelés souches. Le projet de génome et du transcriptome de C . sativa ont été publiés en 2011 [ 3 ], mais jusqu'à présent il n'y a pas eu d'étude publiée sur la structure de la population de cannabis utilisant des méthodes de génotypage à haut débit. Alors que l'opinion publique et la législation de nombreux pays se tournent vers la reconnaissance du cannabisEn tant que plante à valeur médicale et agricole [ 4 ], la caractérisation génétique de la marijuana et du chanvre devient de plus en plus importante pour la recherche clinique et les efforts d'amélioration des cultures. Un premier pas important vers des analyses évolutives et fonctionnelles plus approfondies du cannabis , y compris la cartographie des caractères et l'identification de la variation génétique fonctionnelle, est la caractérisation de la structure génétique du genre. Ici, nous rapportons le génotypage d'une collection diversifiée de germoplasme de cannabis et montrons que les différences génétiques entre le chanvre et la marijuana ne sont pas limitées aux gènes impliqués dans la production de THC, alors que le C signalé . sativa et C . L' ascendance indica des variétés de marijuana ne capture que partiellement les principaux axes de la structure génétique de la marijuana. Aller à: Résultats et discussion Pour évaluer la structure génétique du Cannabis communément cultivé , nous avons génotypé 81 échantillons de marijuana et 43 échantillons de chanvre en utilisant le génotypage par séquençage (GBS) [ 5 ]. Les échantillons de marijuana représentent un large éventail de souches commerciales et de variétés locales modernes, tandis que les échantillons de chanvre comprennent diverses accessions européennes et asiatiques et des variétés modernes. Bien que nous ayons échantillonné une variété de types de cannabis dans notre étude, l'accès aux échantillons est compliqué par le fait que la marijuana est une drogue illicite et qu'il y a des dépôts limités de germoplasme de chanvre dans les banques de semences internationales. Au total, 14 031 SNP ont été identifiés après application de filtres de qualité et d'absence. Analyse en composantes principales (ACP) de la marijuana et du chanvre ( Fig 1a) a révélé une structure génétique claire séparant la marijuana et le chanvre le long du premier composant principal (PC1). Cette distinction a été soutenue en utilisant l'algorithme fastSTRUCTURE [ 6 ] en supposant K = 2 populations ancestrales ( Fig 1c ). PCA et fastSTRUCTURE ont produit des résultats très similaires: la position d'un échantillon le long de PC1 était fortement corrélée avec son appartenance à un groupe selon fastSTRUCTURE à K = 2 (r 2 = 0,98; p-value <1 x 10 -15 ). Aller à: Ouvrir dans une fenêtre séparée Fig. 1 Structure génétique de la marijuana et du chanvre. (A) PCA de 43 chanvre et 81 échantillons de marijuana en utilisant 14 031 SNP. Les échantillons de chanvre sont colorés en vert et les échantillons de marijuana sont colorés en fonction de leur C signalé . l' ascendance sativa . La proportion de la variance expliquée par chaque PC est indiquée entre parenthèses le long de chaque axe. Les deux échantillons étiquetés avec leurs identifiants sont discutés dans le texte. (b) Boxplots montrant une hétérozygosité significativement plus faible dans la marijuana que dans le chanvre. (c) Structure de la population de chanvre et de marijuana estimée en utilisant le modèle fastSTRUCTURE admixture à K = 2. Chaque échantillon est représenté par une fine ligne verticale, qui est partitionnée en deux segments colorés qui représentent l'appartenance estimée de l'échantillon dans chacun des deux groupes inférés . Les échantillons de chanvre et de marijuana sont étiquetés sous la parcelle. On observe une putative C . indica de la marijuana du Pakistan qui est génétiquement plus proche du chanvre que des autres variétés de marijuana ( Fig 1a ). De même, l'échantillon de chanvre CAN 37/97 se rapproche davantage des souches de marijuana ( Fig 1a). Ces valeurs aberrantes peuvent être dues à la confusion dans l'échantillon ou à leur classification comme chanvre ou marijuana. L'échantillon de CAN 37/97 que nous avons génotypé provenait d'une collection canadienne de matériel génétique de chanvre, qui a obtenu cette accession de la banque de gènes IPK (Gatersleben, Allemagne). Le pays d'origine est la France, mais il y a peu d'information indiquant que le CAN 37/97 est cultivé comme chanvre. Alternativement, ces échantillons peuvent être de véritables valeurs aberrantes et représentent des souches exceptionnelles qui sont génétiquement différentes des autres dans leur groupe. En utilisant l'ensemble de données actuel, l'identification non ambiguë d'un échantillon comme étant du chanvre ou de la marijuana serait possible dans le premier cas, mais pas dans le second. En tout cas, nous trouvons que l'axe principal de la variation génétique dans le cannabis différencie le chanvre de la marijuana. Ces résultats élargissent considérablement notre compréhension de l'évolution de la marijuana et des lignées de chanvre dans le cannabis . Des analyses antérieures ont montré que la marijuana et le chanvre diffèrent dans leur capacité de biosynthèse des cannabinoïdes, la marijuana possédant l' allèle B T codant pour l'acide tétrahydrocannabinolique synthase et le chanvre possédant typiquement l' allèle B D pour l'acide cannabidiolique synthase [ 7 ]. De même, l'analyse transcriptomique des fleurs femelles a montré que les gènes des voies cannabinoïdes sont significativement régulés positivement dans la marijuana par rapport au chanvre, comme attendu des niveaux très élevés de THC dans le premier par rapport au second [ 3].] Nos résultats indiquent que les différences génétiques entre les deux sont réparties à travers le génome et ne sont pas limitées aux locus impliqués dans la production de cannabinoïdes. En outre, nous trouvons que les niveaux d'hétérozygotie sont plus élevés dans le chanvre que dans la marijuana ( Fig 1b , Mann-Whitney U-test, p-value = 8,64 x 10 -14 ), ce qui suggère que les cultivars de chanvre proviennent d'une base génétique plus large que celle des souches de marijuana et / ou que la reproduction chez les proches parents est plus fréquente chez la marijuana que chez le chanvre. La différence entre les plants de marijuana et de chanvre a des implications juridiques considérables dans de nombreux pays, et à ce jour, les applications médico-légales ont essentiellement consisté à déterminer si une plante devait être classée comme médicament ou non médicamenteuse [ 8 ]. Les règlements de l'UE et du Canada autorisent uniquement la culture de cultivars de chanvre contenant moins de 0,3% de THC. Alors que le chanvre et la marijuana semblent relativement bien séparés le long PC1 ( Fig 1a ), nous n'avons trouvé aucun SNP avec des différences fixes entre ces deux groupes: la valeur F ST la plus élevée entre chanvre et marijuana parmi les 14,031 SNP était de 0,87 pour un SNP avec une allèle de 0,82 dans le chanvre et 0 dans la marijuana ( tableau S1 ). Le F ST moyen entre le chanvre et la marijuana est de 0.156 ( S1 Fig), qui est similaire au degré de différenciation génétique chez les humains entre les Européens et les Asiatiques de l'Est [ 9 ]. Ainsi, alors que la culture du cannabis a entraîné une différenciation génétique claire selon l'utilisation, le chanvre et la marijuana partagent encore largement un pool commun de variations génétiques. Bien que la séparation taxonomique des taxons putative C . sativa et C . indica reste controversée, une taxonomie vernaculaire qui distingue les souches «Sativa» et «Indica» est largement répandue dans la communauté de la marijuana. On croit généralement que les plantes de type sativa, hautes et étroites avec des feuilles étroites, produisent de la marijuana avec un effet psychoactif cérébral stimulant, tandis que les plantes de type Indica, courtes avec de larges feuilles, produiraient de la marijuana sédative et relaxante. Nous trouvons que la structure génétique de la marijuana est en accord partiel avec les estimations d'ascendance spécifiques à la souche obtenues à partir de diverses sources en ligne ( Fig 2 , S2 Table). On observe une corrélation modérée entre les positions des souches de marijuana le long de la première composante principale (PC1) de la figure 2a et les estimations déclarés de C . sativa ascendance ( figure 2c) (r 2 = 0,36; p = 2,62 x 10 -9 ). Cette relation est également observée pour la deuxième composante principale (PC2) de la figure 1a (r 2 = 0,34; p = 1,21 x 10 -8 ). Cette observation suggère que C . sativa et C. indica peut représenter des pools distincts de diversité génétique [ 1] mais cette reproduction a abouti à un mélange considérable entre les deux. Alors qu'il semble y avoir une base génétique pour l'ascendance rapportée de nombreuses souches de marijuana, dans certains cas, l'attribution de l'ascendance est fortement en désaccord avec nos données de génotype. Par exemple , nous avons constaté que la Jamaïque Agneaux Pain (100% rapporté C . Sativa ) était presque identique (IBS = 0,98) à un 100% rapporté C . Indica d'Afghanistan. La confusion des échantillons ne peut pas être exclue comme une raison potentielle de ces différences, mais un niveau similaire de classification erronée a été trouvé dans les souches obtenues dans les coffee shops néerlandais sur la base de la composition chimique [ 10].] L'inexactitude de l'ascendance rapportée dans la marijuana provient probablement de la nature essentiellement clandestine de la culture et de la culture du cannabis au cours du siècle dernier. Reconnaissant cela, les souches de marijuana vendues à des fins médicales sont souvent appelées «dominantes» Sativa ou Indica pour décrire leurs caractéristiques morphologiques et leurs effets thérapeutiques [ 10 ]. Nos résultats suggèrent que l'ascendance rapportée de certaines des variétés de marijuana les plus communes capture seulement partiellement leur véritable ascendance.

Fig 2 Structure génétique de la marijuana. (A) PCA de 81 échantillons de marijuana en utilisant 9776 SNP. Les échantillons sont colorés en fonction de leur C signalé . l' ascendance sativa . La proportion de la variance expliquée par chaque PC est indiquée entre parenthèses le long de chaque axe. (b) Structure de la population de marijuana calculée en utilisant le modèle fastSTRUCTURE admixture à K = 2. Chaque échantillon est représenté par une barre horizontale, qui est partitionnée en deux segments colorés qui représentent l'appartenance estimée de l'échantillon dans chacun des deux groupes inférés. À côté de chaque barre est le nom et rapporté% de l'échantillon C . l' ascendance sativa . (c) La corrélation entre l'axe principal de la structure génétique (PC1) dans la marijuana et C rapporté . l'ascendance sativa . En tant que plante dioïque pollinisée par le vent (bien qu'il existe des formes monoïques), le cannabisest très hétérozygote et de nombreuses souches de marijuana sont propagées par clonage afin de conserver leur identité génétique. Contrairement à d'autres cultures à reproduction clonale comme les pommes et les raisins, les noms de souches sont attribués aux plantes de marijuana, même si elles sont cultivées à partir de graines. Ainsi, un nom de souche de marijuana ne représente pas nécessairement une variété génétiquement unique. Pour étudier l'identité génétique de souches de marijuana nommées au niveau génétique, nous avons comparé des échantillons portant des noms identiques entre eux et avec tous les autres échantillons génotypés. Nous avons trouvé que dans 6 des 17 comparaisons (35%), les échantillons étaient plus génétiquement semblables aux échantillons portant des noms différents qu'aux échantillons portant des noms identiques. Nous concluons que l'identité génétique d'une souche de marijuana ne peut être déduite de manière fiable par son nom ou par son ascendance déclarée. Le chanvre est toujours classé comme C . sativa dans la littérature publiée antérieurement [ 11 , 12 ], et l'hypothèse qui prévaut est que les variétés utilisées pour la production de fibres et des graines sont obtenues à partir de C . sativa [ 1 ]. Nos résultats sont incompatibles avec cette proposition: la distance génétique entre le cannabis et le chanvre est négativement corrélée avec le C rapporté . sativa ascendance (r 2 = 0,17; p-value = 0,0002) et est négativement corrélée avec sa position le long de PC1 de la figure 2a (r 2 = 0,43; p-value = 4,63 x 10 -11). De plus, nous trouvons que F ST est plus élevé entre les variétés de chanvre et de marijuana avec 100% de C rapporté . l' ascendance sativa (F ST = 0,161) qu'entre le chanvre et les souches avec 100% de C rapporté . l' ascendance indica (F ST = 0,136). Hillig (2005) a contesté la C . sativa origine de chanvre, et de noter que les souches fibre / graine de grappe Asie avec C . indica [ 1 ]. De même, une étude récente utilisant des marqueurs ADN (RAPD) Amplified Polymorphic aléatoire a constaté que C . indica plus étroitement liée au chanvre qu'avecC . sativa ou souches de marijuana hybride [ 8 ]. Conformément à ces études, nos résultats suggèrent que le chanvre a une plus grande proportion d'allèles en commun avec C . indica qu'avec C . sativa . Il y a une pénurie de dépôts publics pour le germoplasme de chanvre et seulement un patchwork de collections privées de variétés de marijuana dans le monde entier. Ces facteurs, et la faible viabilité des semences de cannabis après un stockage prolongé, font craindre que la variation génomique que nous décrivons ici soit en danger d'être perdue. Après des décennies de réglementations restrictives et le remplacement de la fibre de chanvre par des produits synthétiques, la culture du cannabis connaît actuellement une résurgence dans de nombreuses parties du monde. Par exemple, la superficie consacrée au chanvre au Canada a atteint 27 000 ha en 2013 [ 13 ] et le soutien à la recherche sur le chanvre a été inclus dans le récent Farm Bill des États-Unis [ 14].] La présente étude fournit des éclaircissements sur la structure génétique de la marijuana et du chanvre et met en évidence les défis importants associés à la conservation du germoplasme de la marijuana en raison de son passé clandestin. L'obtention d'un système de classification pratique, précis et fiable pour le cannabis , incluant un système d'enregistrement variétal pour les plantes de type marijuana, nécessitera un investissement scientifique important et un cadre légal acceptant les formes licites et illicites de cette plante. Un tel système est essentiel pour réaliser l'énorme potentiel du cannabis en tant que culture à usages multiples (chanvre) et en tant que plante médicinale (marijuana). Aller à: Matériaux et méthodes Matériel génétique et génotypage Les souches de marijuana génotypées dans cette étude ont été fournies par l'auteur DH (cultivées par des producteurs autorisés de Santé Canada) et représentent du matériel génétique cultivé et utilisé pour la reproduction dans les industries de la marijuana médicale et récréative ( tableau S2 ). Les souches de chanvre ont été fournies par l'auteur JV (titulaire de permis de culture du chanvre de Santé Canada) et représentent des cultivars de semences et de fibres modernes cultivés au Canada ainsi que divers germoplasmes européens et asiatiques ( tableau S3 ). L'ADN a été extrait à partir de tissu de feuille de chanvre en utilisant un mini kit de plante Qiagen DNeasy, et à partir de feuilles de marijuana en utilisant un kit Macherey-Nagel NucleoSpin 96 Plant II avec un traitement par collecteur à vide. La préparation de la banque et le séquençage ont été réalisés en utilisant le protocole GBS publié par Sonah et al [ 15].] La séquence brute a été déposée dans l'archive de lecture de séquence NIH (SRA), sous BioProject PRJNA285813. Les SNP avec une profondeur de lecture de 10 ou plus ont été appelés en utilisant le pipeline GBS développé par Gardner et al. [ 16 ], en alignant le canSat3 C . assemblage du génome de référence sativa [ 3 ]. Un filtrage de qualité des marqueurs génétiques a été réalisé dans PLINK 1.07 [ 17 ] en éliminant les SNP avec (i) plus de 20% de manque par locus (ii) une fréquence allélique mineure inférieure à 1% et (iii) hétérozygotie excessive (équilibre de Hardy-Weinberg) p-value inférieure à 0,0001). Après filtrage, 14 031 SNP sont restés pour l'analyse. Collecte d'ascendance de marijuana signalée Rapportés proportions ascendance (% C . Sativa et% C . Indica ) ont été obtenus manuellement à partir des bases de données en ligne, la souche de cannabis détaillants de semences, et les producteurs sous licence de marijuana médicale ( S2 Table ). L'auteur DH a fourni des estimations d'ascendance pour 26 souches pour lesquelles aucune information en ligne n'était disponible. Analyse de la structure de la population et de l'hétérozygotie L'analyse en composantes principales (ACP) a été réalisée à l'aide de PLINK 1.9 ( www.cog-genomics.org/plink2 ) [ 18 ]. fastSTRUCTURE [ 6 ] a été exécuté à K = 2 et K = 3 en utilisant les paramètres par défaut pour les échantillons de chanvre et de marijuana combinés (14.031 SNP) ( Fig 1a et 1c ), et les échantillons de marijuana seuls (9776 SNP) ( Fig 2a and 2b). L'analyse à K = 2 a été réalisée pour tester la mesure dans laquelle les échantillons reflètent deux groupes distincts. D'autres valeurs de K ont été testées (non montrées), mais n'ont pas fourni d'optimisation supplémentaire ou de valeur descriptive. L'hétérozygotie par individu a été calculée dans R en divisant le nombre de sites hétérozygotes par le nombre de génotypes non-manquants pour chaque échantillon. À la suite de la méthode de génotypage utilisée dans cette étude, nous anticipons la miscallisation systématique des génotypes d'hétérozyote comme homozygotes en raison de notre seuil de profondeur de séquençage de ≥ 10 lectures (voir Fig 2 dans [ 19 ]). Identité par l'état (IBS) analyse La proportion d'IBS par paires entre toutes les paires d'échantillons a été calculée en utilisant PLINK 1.07. Une valeur aberrante a été exclu de cette analyse, C . indica (Pakistan), en raison de son IBS au chanvre significativement plus élevé que toutes les autres souches de marijuana (échantillon de marijuana marqué dans la figure 1a ). Pour déterminer si la population de chanvre partagé une plus grande similitude allélique C . sativa ou C . Indica marijuana, nous avons calculé le IBS moyen par paires entre chaque souche de marijuana et toutes les souches de chanvre. Nous avons effectué cette analyse à différents seuils de fréquence allélique mineure et le résultat est resté inchangé. source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4550350/
 

Sélection & taxonomie / 2 :Marijuana pourpre: recherche approfondie sur l'ADN du cannabis

Marijuana pourpre: recherche approfondie sur l'ADN du cannabis

28 août 2015 Par Daniela Vergara ( @CannaGenomics ) et Reilly Capps ( @ReillyCapps)
http://cannabisgenomics.org/purple-marijuana-deep-research-into-cannabis-dna/

  Parlons de la marijuana pourpre
  Le violet est la couleur la plus riche et la plus profonde du spectre visible. la couleur des manteaux des rois et des empereurs romains. C'est aussi la couleur de diverses variétés de cannabis , telles que Purple Urkle et Purple Trainwreck. Mais qu'est-ce qui les rend violet? Récemment, nous sommes tombés sur cette question publiée à High times sur la façon de rendre les plantes virer au violet. Leur réponse a été que certaines plantes virent au violet en raison de leur génétique, et certaines deviennent violettes en raison de l'environnement. En d'autres termes: parfois c'est la nature, parfois c'est la culture (ou comme nous appelons les biologistes évolutionnistes: les gènes et l'environnement). High Times connaît le cannabis , mais sa réponse sur les raisons pour lesquelles les plantes sont violettes n'est que très utile. Il ne parvient pas à saisir pleinement certaines vérités sur les êtres vivants, vérités que nous cherchons à découvrir à l' Initiative de recherche en génomique du cannabis . Nous espérons un jour en savoir autant ou plus sur les secrets de l'herbe; pourpre ou autre.

Nature vs. Élevage
  La vérité est que la plupart des traits physiques sont un produit des gènes  et de l'environnement, pas seulement l'un ou l'autre. Par exemple, chez les humains, nous savons que la taille est un trait lié aux gènes. Si vos parents sont grands, il est probable que vous soyez grand. Mais pas toujours. Si vous aviez une mauvaise alimentation, vous pourriez vous retrouver à court. Cela arrive à nos camarades en Corée du Nord, car ils n'ont pas le même accès à une bonne nutrition.  Ils sont, en moyenne, de trois pouces (~ 8cm) plus courts que les sud-coréens, en dépit de gènes similaires.
C'était dans leur  nature  d'être assez grands, mais ils ont été  nourris  pour être court.

   Trait héritage
  Comment savons nous? Il était une fois au 19ème  siècle, dans ce qui est maintenant la République tchèque, il y avait un moine qui aimait jouer avec les pois. Ce moine, Gregor Mendel , se posait à peu près les mêmes questions que le rédacteur du Times High: pourquoi toutes les plantes de pois ne se ressemblaient-elles pas? Pourquoi certaines fleurs dans la plante de pois blanc et

quelques fleurs pourpres?
  Mendel, alimenté avec curiosité, a traversé beaucoup, beaucoup de plantes de pois ensemble. Afin de nous aider à comprendre ce que Mendel a découvert, nous allons vous rappeler certaines choses que Mendel ne connaissait pas. Premièrement, la plupart des cellules contiennent de l'ADN. L'ADN est le plan, les plans de construction, les instructions d'assemblage pour tous les organismes, les plantes, les animaux, les champignons, vous l'appelez. Les êtres vivants qui se reproduisent sexuellement - comme les humains et les   plantes de cannabis - héritent la moitié de leur matériel génétique ou de l'ADN de leur mère et la moitié de leur père. Deuxièmement, un allèle est une forme de gène. Par exemple, le gène du type sanguin chez l'homme a de nombreux allèles: A, B et O en sont quelques-uns. Si votre mère a un type de sang, son ADN a l'allèle A. Si votre père est de type O, son ADN a l'allèle O. Vous êtes la combinaison de vos parents. Donc, dans votre ADN, vous avez un allèle de groupe sanguin A de votre mère et un allèle de type sanguin O de votre père. Vous avez le  potentiel  d'être un groupe sanguin ou un groupe sanguin O. C'est ta nature. Mais tous les allèles ne sont pas égaux. Une mère de type A et un père de groupe O n'auront pas d'enfants dont le groupe sanguin est la moitié A et la moitié O. L'allèle pour le groupe sanguin A est  dominant  et l'allèle pour le groupe sanguin O est  récessif . Donc, leurs enfants seront de type sanguin. Cette vidéo explique bien les découvertes de Mendel.  La plupart des traits des plantes fonctionnent de la même manière. Dans la figure 1, modifiée à partir de Wikipédia , nous pouvons voir qu'il existe un gène pour la couleur des fleurs de pois. Il a deux allèles, B et b. L'allèle B est dominant sur l'allèle b, donc à chaque fois que B est présent, l'individu va avoir des fleurs violettes. Les individus homozygotes BB sont donc pourpres (fleurs pourpres vraies); les individus hétérozygotes Bb sont également violets, et les seuls qui sont blancs sont les homozygotes pour l'allèle récessif bb (fleurs blanches reproductrices).



Figure 1. Héritage mendélien de la couleur des fleurs chez les pois. Dans A, nous voyons la croix de deux parents homozygotes, pour la couleur de la fleur blanche (bb, maman) et pourpre (BB, papa). Tous les descendants F1 sont hétérozygotes (Bb) et violets. Lorsque les descendants sont croisés entre eux dans B , le rapport phénotypique est de 3: 1 (purle: blanc) mais le rapport génotypique est de 1: 2: 1 (dominant homozygote: hétérozygote: homozygote récessif)
  Mendel a constaté que chaque fois qu'il traversait une plante blanche reproductrice pure (homozygote pour l'allèle récessif bb) avec une plante pourpre pur reproduction (homozygote pour l'allèle dominant BB), les descendants (F1) étaient tous violets (figure 1A). Pourquoi? Eh bien, parce que toute la progéniture était hétérozygote Bb et donc pourpre. MAIS, quand il a croisé des individus F1 l'un à l'autre, il a obtenu un rapport phénotypique (caractéristique physique) de 3: 1 violet: blanc. Pourquoi? Parce que leurs génotypes sont dominants homozygotes 1: 2: 1: hétérozygotes: récessifs homozygotes comme le montre la figure 1B. C'est ce qu'on appelle l'héritage mendélien.

   Comment cela se rapporte-t-il à la couleur pourpre du  cannabis?
  Nous savons que la plupart des  plantes de cannabis  ne sont pas violettes mais vertes. Mais nous ne savons pas exactement pourquoi certains deviennent pourpres. Plus de recherche doit être fait. La couleur pourpre pourrait être héritée de la même manière que la couleur des fleurs de pois - l'héritage mendélien. Si la couleur pourpre dans les  plantes de cannabis  est héritée comme Mendel l'a décrit, alors nous devrions nous attendre à trouver des rapports similaires à ce qu'il a trouvé avec ses pois. Comment pouvons-nous comprendre cela? Nous devons traverser une plante de cannabis pourpre  avec une plante verte, avoir beaucoup, beaucoup de progéniture (au moins 20) et compter le nombre de mauves et le nombre d'individus verts. Qu'attendrions-nous si la couleur pourpre était récessive à la couleur verte? Nous nous attendrions à ce que la progéniture soit entièrement verte en traversant une plante pourpre homozygote (véritable reproduction) avec une plante verte homozygote car toute la progéniture serait hétérozygote. Lorsque les descendants sont croisés ensemble, on s'attendrait à voir peu de plantes pourpres (celles récessives homozygotes), et la plupart des plantes à être vertes (les hétérozygotes et les homozygotes dominants). Si le trait violet chez les  plantes de cannabis  n'est pas soumis à la loi de Mendel mais est le produit, par exemple, de plusieurs gènes qui sont ensemble responsables de la production du trait pourpre, alors nous ne nous attendrions pas à voir les ratios décrits ci-dessus.
  Certaines plantes ont le potentiel d'être violettes, mais pour exprimer leur plein potentiel pourpre, elles doivent être cultivées dans certaines conditions environnementales. Ou peut-être si nous avons cultivé toutes les  plantes de cannabis  sous les températures décrites par les temps élevés,  nous pouvons avoir toutes les  plantes de cannabis pourpre! Mais nous en doutons. Nous soupçonnons que la réponse réside dans une combinaison de gènes et d'environnement.
   NE PANIQUEZ PAS: La   recherche sur le génome du cannabis résoudra cela!
  Comme Mendel, nous sommes patients et curieux au sujet des plantes, y compris le  cannabis . Mais nous ne sommes pas des moines. Nous n'avons pas l'espace ou le temps pour traverser des centaines de plantes pour comprendre les gènes récessifs et dominants. Contrairement à Mendel, nous avons de meilleurs outils: la possibilité de séquencer des génomes entiers et les serveurs informatiques pour les analyser. Nous pouvons comprendre de façon plus détaillée, grâce aux progrès de la technologie, où les gènes sont physiquement situés dans un génome; les différences de ces gènes dans une population; et nous pouvons faire des croisements particuliers en comprenant cette information.
  En ce qui concerne la couleur pourpre, nous pourrions savoir exactement où sur l'ADN le ou les gènes qui donnent aux plantes le potentiel d'être pourpre sont ou sont situés. Imagine ça! Ensuite, de manière plus précise, nous pourrions croiser des plantes à fort potentiel violet avec d'autres plantes susceptibles de produire de la marijuana susceptible d'être profondément, gravement, royalement, richement pourpre, comme un manteau d'empereur ou le plus profond de l'arc-en-ciel le plus vibrant. Si nous avions les ressources, nous pourrions faire beaucoup plus que de rendre les plantes violettes. Au CGRI , nous pourrions trouver les allèles pour d'autres traits particuliers, tels que la floraison précoce, et les combiner avec d'autres traits tels que la couleur pourpre et générer des plantes avec des caractéristiques souhaitées. À l'avenir, grâce à nos recherches, nous serons en mesure de mélanger les caractères ensemble et de générer, avec précision, des variétés uniques à des fins multiples avec des mélanges de différentes souches ou groupements tels que "indica", "sativa" et "ruderalis".
  Pour faire avancer notre recherche, veuillez faire un don à la Fondation de Génomique Agricole (AGF) , tous les dons sont exonérés d'impôts et financeront notre enquête.
 
 

Sélection & taxonomie / 1 : physionomie de la tige & production de THC. Botanical Society of America

traduction de " PLANT SCIENCE BULLETINA Publication of the Botanical Society of America, Inc.September 1975 Vol. 21 No. 3 "
https://botany.org/PlantScienceBulletin/psb-1975-21-3.php

BULLETIN DES SCIENCES VÉGÉTALES Une publication de la Botanical Society of America, Inc. Septembre 1975 Vol. 21 No. 3 Contenu Sur la soupe de champignon et les espèces légales de la marihuana Ernest Small 34 
xérographie botanique James W. Cox 39 
Arberia, une proposition pour une nouvelle revue de botanique structurale 
Rudolf Schmid et Dennis Stevenson 39 
Botanical Potpourri 40 
Personalia 41 
Opportunités professionnelles 41 
Arturo Erhardo Burkart, 1906-1975 42 
Roger E. Wilson, 1936-1975 42 
Livres reçus par le PSB pour examen 43 

Revues de livres
Plant Tissue and Cell Culture. HE Street (éd.) (K. Norstog) 45 
Introduction à la physiologie biophysique des plantes, Park S. Nobel (H. Helmers 45
La géographie des plantes à fleurs, 4e éd., Ronald Good (HG Baker) 46 
Index Holmensis, vol. 1-3, Hans Tralau (éd.) (AJ Sharp) 46 
Stroenie i funktsiya nektarnikov tsvetka dvudol'nykh rastenii, NN Kartashova (R. Schmid) 47 
Génétique de l'interaction hôte-parasite, Peter R. Day (S. Grove) 47 
Fleurs et plantes: un lexique international avec notes biographiques, Robert Shosteck (R. Evers) 47 
Lehrbuck der Pflanzenphysiologie, Eike Libbert (D. Strack) 48 34 Sur la soupe de champignon et les espèces légales de la marihuana Ernest 
Institut de recherche en biosystématique du 
Canada Agriculture 
Ottawa, Canada K1A OC6 Nous devrions avoir beaucoup moins de disputes dans le monde si les mots étaient pris pour ce qu'ils sont, les signes de nos idées seulement, et non pour les choses elles-mêmes. 
John Locke-Essai sur la compréhension humaine. III. 10 (1690). Un débat botanique provocateur est en cours en Amérique du Nord. En bref, les botanistes se sont mêlés et polarisés dans une explosion de contestations judiciaires à la législation régissant les proscriptions contre la marijuana et d'autres drogues de cannabis (haschich, huile de haschich). La base du défi repose sur (1) l'utilisation presque universelle du nom Cannabis sativa dans la législation relative aux drogues de cannabis; et 2) les affirmations selon lesquelles il existe d'autres espèces de cannabis, que celles-ci ne sont pas interdites, qu'elles peuvent fournir de la marihuana, qu'on ne peut distinguer de quelle espèce provient la marihuana puisque les caractères diagnostiques ne sont pas disponibles dans les végétaux émiettés, et qu'en conséquence les lois interdisant les drogues de cannabis ne sont tout simplement pas applicables. Cette manœuvre légale a presque un demi-siècle,


  Je n'ai pas l'intention de débattre ici des aspects juridiques ou scientifiques de ce différend (note Small 1974, 1975b, 1975c, 1976). Cependant, le sujet représente une exploration pionnière de la façon dont la société peut légitimement utiliser des «noms scientifiques» dénotant des groupes taxonomiques. Des malentendus concernant la nomenclature biologique se sont développés, et ceux-ci peuvent être exploités pour invalider la législation régissant les créatures vivantes et les matériels biologiques en général. En utilisant le débat sur le cannabis comme exemple, cette note tente de souligner qu'une distinction fondamentale doit être établie entre l'utilisation scientifique correcte de la terminologie botanique, y compris la nomenclature latine des organismes, et l'utilisation populaire d'une telle terminologie. Ne pas apprécier cette distinction peut entraîner la dévastation d'une législation considérable. À l'heure où les scientifiques prennent de plus en plus conscience de leurs responsabilités sociales, je crois que c'est un forum approprié pour soulever cette question. Depuis 1753, lorsque Linné a proposé une espèce de Cannabis, C. sativa, de nombreux autres noms ont été créés aux niveaux spécifiques et variétaux. Parmi ceux-ci, l'intérêt s'est porté sur deux noms d'espèces: C. indica, inventé en 1785 par le biologiste français Lamarck, et C. ruderalis, désigné en 1924 par un botaniste russe, Janischevsky (figure 2). Les distinctions que Lamarck et Janischevsky ont tenté de définir en proposant d'autres espèces de cannabis sont très importantes mais, je crois, ont été mal comprises. Lamarck était apparemment vaguement conscient que la distinction qu'il dessinait dans Cannabis reflétait le fait que ce genre, à travers la domestication, a été soumis à une sélection disruptive intensive, qui a produit deux sortes de plantes. D'une part, les plantes ont été domestiquées pour les précieuses fibres de phloème du bast. Pour maximiser la qualité et l'obtention de ces fibres, l'homme a sélectionné des plantes qui sont grandes, relativement non ramifiées, avec de longs entrenœuds, et avec une tige relativement creuse (fig. 3). Lamarck a appelé ces plantes C. sativa. De telles plantes domestiquées ont été cultivées en Europe, en Asie du Nord et en Amérique du Nord. Les plantes "sauvages" de ces régions du nord du monde (figure 4) ont tendance à être quelque peu similaires, En revanche, l'homme a également sélectionné des plantes de cannabis pour la capacité de produire un inebriant. Le cannabis synthétise une résine dans les glandes épidermiques qui sont abondantes sur les feuilles et les parties florifères de la plante (figure 3). Cette résine comprend une classe de produits chimiques terpénoïdes appelés les cannabinoïdes. Deux sont d'une importance particulière: le cannabidiol non-intoxicant (CBD) et le L 9-tétrahydrocannabinol (THC) hautement intoxicant, représenté sur la figure 6. La pré-dominance du CBD caractérise la résine des souches de fibres, ainsi que les souches sélectionnées pour la teneur en huile précieuse des fruits (akènes). La prédominance du THC caractérise les souches «narcotiques» du cannabis. Les souches de médicament ne présentent pas de caractéristiques liées à la récolte de la fibre. Ils sont souvent assez courts, possèdent des entre-nœuds courts, sont fortement ramifiés, et ont des tiges relativement ligneuses (figure 3). Il


  était ce type de plante que Lamarck nommé C. indica. Ces plantes sont caractéristiques de l'Asie du Sud et de l'Afrique où le cannabis a été utilisé pendant des millénaires comme source de la drogue. Les plantes «sauvages» de ces régions relativement méridionales du monde tendent à être semblables, soit parce qu'elles ont échappé à l'existence sauvage des souches de la drogue, soit parce qu'elles ont été influencées par l'hybridation avec de telles souches domestiquées. les graines qui germent relativement lentement et irrégulièrement, ont des zones d'abscission comparativement bien développées, et ont des bases atténuées capables de lancer facilement les akènes loin de la plante. Ces dernières caractéristiques sont évidemment liées aux besoins de dispersion des plantes sauvages. De plus, les fruits des plantes sauvages sont recouverts d'un matériau papyracé qui produit un aspect marbré ou marbré, que Janischevsky a interprété comme camouflage.


  Dans le type de plante généralement à faible teneur en substances intoxicantes du nord, et dans le type de plante généralement hautement méridional du sud, des plantes hautement domestiquées et relativement «sauvages» peuvent être distinguées par les caractéristiques des akènes (figure 7). Les distinctions sont très similaires à celles caractérisant de nombreuses espèces végétales avec des composants sauvages et domestiqués coexistants. Janischevsky (1924) a d'abord clairement décrit les différences entre les plantes sauvages et domestiquées du Nord, faiblement intoxicantes. Les fruits sauvages sont plus petits, ont un feu contre les herbivores. Cette matière papyracée, qui représente le périanthe, est généralement présente dans une certaine mesure chez les cultivars, mais généralement elle se détache. Janischevsky a nommé les plantes sauvages C. ruderalis (ou bien C. sativa var ruderalis), en les comparant aux cultivars de fibres, auxquels il a restreint le nom de C. sativa. Le célèbre étudiant russe des plantes économiques, Vavilov, a reconnu que l'on pouvait trouver une variation parallèle à celle décrite par Janischevsky entre les plantes sauvages et domestiquées de la phase sud du cannabis (Vavilov et Bukinich, 1929, Small Small 1975a).


  Le consensus général de l'opinion botanique a été d'inclure toutes les variantes du cannabis dans l'espèce unique C. sativa (Schultes 1970, Emboden 1972). Ma recherche m'a convaincu de la sagesse de cela. J'ai trouvé que différentes populations de cannabis sont totalement interfertiles (Small 1972), que les groupements chimiques que l'on peut reconnaître se chevauchent (Small et Beckstead 1973a, 1973b, Small, Beckstead et Chan 1975), qu'il n'y a pas de groupements bien définis basés sur morphologiques. étude de spécimens d'herbier (Small 1975a) ou de plantes cultivées dans des conditions environnementales standard, notées pour des douzaines d'attributs, et analysées avec les techniques de taxonomie numérique (Small, Lefkovitch et Jui 1975). Dr. Récemment, certains botanistes ont préconisé la ré-affirmation des trois «espèces» de cannabis (Schultes et al., 1974, Emboden 1974). Le différend actuel sur la question de savoir si et comment la disposition taxonomique traditionnelle du cannabis devrait être modifiée devrait être considéré avec le même désaccord que les désaccords taxonomiques similaires. Comme je le ferai remarquer, la question de l'opinion scientifique récente sur le nombre d'espèces de cannabis à reconnaître ne sert qu'à obscurcir et n'a qu'un rapport marginal avec les questions juridiques critiques. Au contraire, la résolution valable du problème repose simplement sur la clarification de l'usage des noms en question par la société. Avant d'aborder les aspects médico-légaux de l'utilisation des "noms scientifiques", En 1887, un négociant a tenté d'échapper aux droits sur les tomates importées des Antilles à New York. La taxe avait été perçue en vertu d'une loi sur les tarifs qui prélevait des droits sur les légumes. Son argument selon lequel les tomates étaient exemptées puisqu'elles étaient vraiment des fruits a été porté devant la Cour suprême des États-Unis en 1893. La Cour suprême a statué comme suit (Nix c. Hedden, 13 S.Ct. 881, 882, 149 US 304, 37 L. 745): «Botaniquement parlant, les tomates sont le fruit d'une vigne, tout comme les concombres, les courges, les haricots et les pois, mais dans le langage courant des gens, qu'ils soient vendeurs ou consommateurs de provisions, tous ces légumes sont des légumes. , qui sont cultivés dans les jardins potagers, et qui, qu'ils soient cuits ou crus, sont, comme les pommes de terre, les carottes, les panais, les navets, les betteraves, le chou-fleur, le chou, "La tentative de classer les tomates comme des fruits n'est pas sans rappeler une récente tentative de classer les graines comme semences, dont le juge Bradly, au nom de cette cour, a déclaré:" Nous ne voyons pas pourquoi elles devraient être classées comme semences, pas plus que les noix devraient être ainsi classées, toutes deux dans le langage de la botanique ou de l'histoire naturelle, mais non dans le commerce ni dans le langage courant »(Robertson c. Salomon, 1889, 9. S.C. 559, 130 US 412, 32 L Ed. 995). L'affaire suivante implique un différend non pas sur un terme technique, mais un "nom commun". La question a acquis une notoriété considérable en Angleterre (The Financial Times, 8 mai 1959, City Edition, n ° 21, 771, p.14). En Grande-Bretagne, en 1959, le droit de quatre grandes sociétés d'utiliser le nom de «champignon» pour une soupe qu'elles fabriquaient était contesté. Il a été souligné que les entreprises utilisaient Boletus edulis dans leur soupe, et il a été affirmé que la plupart des citoyens britanniques se réfèrent à l'Agaric comme un «champignon vénéneux», pas un champignon. En conséquence, la soupe était vraiment "soupe toadstool". Les entreprises ont importé Boletus edulis parce que la soupe faite à partir de ce champignon, une fois séchée, est beaucoup plus savoureux que celui fabriqué à partir de matériel séché du champignon commun (une espèce d'Agaricus) étant produit par les producteurs de champignons britanniques. Heureusement pour les quatre compagnies impliquées, l'aide d'EJH Corner (auteur de "Life of Plants" (1964) etc.) a été obtenue. Dans une charmante lettre personnelle, le Dr Corner a aimablement fourni la description suivante du résultat de l'affaire: "La défense réussit à affirmer que champignon, comme champignon, était un nom général d'Agaric (pas nécessairement Agaricus), par exemple Parasol Mushroom (Lepiota), champignon de St. George (Tricholoma), et que Boletus était couvert par ce sens. En outre, les douanes britanniques exigeaient que les Boletus séchés soient qualifiés de «salle de bouillie séchée». "L'affaire s'est ainsi terminée (après une audience d'une journée entière): "Avocat à l'Accusation (diplômé de l'Université d'Oxford):" Monsieur Corner, en tant que conférencier à Cambridge, vous aurez une vision éclairée de ces problèmes, mais je veux vous poser une question simple: que pensez-vous d'un baccalauréat, vraiment premier cru, attendrait quand il achète un paquet de soupe aux champignons? "M. Corner (lentement et pensivement):" C'est une question très difficile à répondre. " (La cour est silencieuse, huit magistrats sur le banc me regardent et regardent leurs montres pour voir s'ils attraperont leurs trains.) "Poursuivre le conseil (pensant avidement qu'il a gagné):" Alors M. Corner, pouvez-vous m'aider dans la décision? " "M. Corner:" Eh bien, vous voyez, nous n'avons jamais des étudiants de premier cycle bruts ou très bruts à Cambridge. " Je n'ai jamais vu autant de personnes éclater de rire, le banc a été convulsé, l'affaire a été rejetée dans un instant. Les deux exemples présentés ont traité d'un terme technique et d'un nom commun, et ont été résolus simplement sur la base d'un usage sociétal accepté. Le différend sur l'exhaustivité du nom C. sativa est celui qui concerne un "nom scientifique". Y a-t-il quelque chose de fondamentalement différent à cela? Il n'y en a pas, mais en raison de la mauvaise compréhension de la nature des noms biologiques, il y a eu une confusion effrénée sur la question. La confusion est due à la non-familiarité avec (1) la complexité des modèles de variation des êtres vivants; (2) le caractère sensiblement subjectif et arbitraire de la délimitation taxonomique; et (3) les conventions de la nomenclature biologique, en particulier la méthode du type et sa capacité à produire des noms équivoques. L'examen de la biotaxie du point de vue de la taxonomie numérique a indiqué qu'il existe deux «talons d'Achille» qui dictent un degré d'arbitraire à toute circonscription d'un groupe taxonomique. Ceux-ci concernent les aspects de la taxonomie qui relèvent des rubriques des mesures de similarité et des procédures de regroupement. Les deux zones ont été détaillées par Johnson (1970) et par Sneath et Sokal (1973), et d'autres. Je n'insisterai pas sur ces aspects subjectifs de la délimitation taxonomique, car je crois que dans le monde pratique, les discontinuités dans le modèle de variation sont suffisamment évidentes pour que nous puissions reconnaître des groupes taxonomiques méritant d'être reconnus. Dans les mots de Gertrude Stein, une "Rose est une rose est une rose est une rose". Les limites sémantiques qui caractérisent les noms scientifiques sont beaucoup plus pertinentes pour notre propos. Le nom scientifique Rosa est-il intrinsèquement plus précis que le nom commun "rose"? Ou, pour être plus exact, le nom scientifique de C. sativa est-il plus spécifique que le terme vernaculaire «marihuana»? La réponse que je défendrai est que, bien que les noms scientifiques soient souvent beaucoup plus définitifs que les noms communs et les termes vernaculaires, les possibilités substantielles d'ambiguïté latentes dans les noms scientifiques dictent qu'aux fins du droit séculier, comme pour les termes vernaculaires et scientifiques et noms communs , ils doivent être interprétés en termes d'usage populaire accepté, avec bon sens et respect du contexte, et pas exclusivement par les normes d'une minorité ou même une majorité de botanistes. La justification de ce modus operandi a été énoncée par Shakespeare: "Ce que nous appelons une rose par tout autre nom sentirait aussi doux". La méthode du type au cœur de la nomenclature biologique est énigmatique et reconduite aux laïques, qui ne connaissent pas bien un système qui sacrifie la stabilité conceptuelle pour la stabilité du nom. La méthode du type est bien sûr conçue pour stabiliser l'utilisation des noms en fournissant des points de référence permanents pour les noms, tout en permettant aux concepts que les noms gouvernent d'être modifiés selon la compréhension des botanistes individuels. En conséquence, les noms peuvent être conceptuellement ambigus. Bien que les exercices absurdes soient possibles dans les règles de la nomenclature biologique (notez par exemple Dennis '(1962) spirituel for- BULLETIN DES SCIENCES VÉGÉTALES Robert W. Long , éditeur 
Life Science Bldg. 174 
Université de Floride du Sud 
Tampa, Floride 33620 Comité de rédaction
Adolph Hecht, Université d'État de Washington
Donald R. Kaplan, Université de Californie (Berkeley) 
Beryl Simpson, Établissement Smithsonian
Richard M. Klein, Université du Vermont Septembre 1975 Volume Tewnty-One Numéro Trois Changements d'adresse : Notifier le trésorier de la Société Botanique d'Amérique, Inc., Dr. C. Ritchie Bell, Département de Botanique, Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, Caroline du Nord 26514. Les abonnements pour les bibliothèques et les personnes qui ne sont pas membres de la Botanical Society of America peuvent être obtenus au taux de 4,00 $ par année. Envoyez vos commandes avec des chèques à l'ordre de "Botanical Society of America, Inc." au trésorier. Les manuscrits destinés à être publiés dans PLANT SCIENCE BULLETIN doivent être des publicités. Habillé par Robert W. Long, rédacteur, Life Science Bldg. 174, Université de Floride du Sud, Tampa, Floride 33620. Les annonces, notes, courts articles scientifiques d'intérêt général pour les membres de la Botanical Society of America et la communauté botanique en général seront considérés pour publication dans la mesure où l'espace limité de la publication permet. Des illustrations de lignes et de bonnes photographies en noir et blanc pour accompagner de tels articles sont demandées. Les auteurs peuvent commander des réimpressions extraites sans changement de pagination au moment où la preuve est soumise. Les documents soumis pour publication doivent être dactylographiés, doublés et envoyés en deux exemplaires à l'éditeur. La copie doit suivre le style des numéros récents du Bulletin. Des microfilms of Plant Science Bulletin sont disponibles auprès de University Microfilm , 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, Michigan 48106. Le Plant Science Bulletin est publié tous les trimestres à l'Université de Floride du Sud, 42117 Fowler Ave., Tampa, Floride 33620. Affranchissement de deuxième classe payé à Tampa, en Floride. 38 La reconnaissance des balles de golf comme étant le genre Golfballia), il est supposé qu'un botaniste n'utiliserait pas capricieusement ou ne changerait aucun des trois déterminants d'un taxon (circonscription, rang et position) sans de bonnes preuves. Mais comme la beauté, un «bon» groupe taxonomique est aux yeux du spectateur, et donc, dans une mesure appréciable, l'usage des noms scientifiques est subjectif - chacun son fils goutte. Il est bouleversant pour ceux qui ne connaissent pas la nomenclature d'apprendre que souvent les taxonomistes avec des conceptions radicalement différentes (c'est-à-dire des circonscriptions) de groupements sont obligés par le Code de nomenclature botanique d'utiliser exactement le même nom. (Ceci se produit bien sûr lorsque les circonscriptions se chevauchent au moins dans la mesure où le premier type applicable pour les deux est le même. Il est également décevant pour les profanes d'être informés que les taxonomistes diffèrent souvent sur la question de savoir si les taxons doivent être attribués à différentes espèces ou à différentes variétés de la même espèce. Ce que Janischevsky a appelé C. ruderalis (et aussi simultanément C. sativa var ruderalis!), De nombreux botanistes ont appelé C. sativa var. spontanea. Ce que Lamarck a nommé C. indica, de nombreux botanistes ont appelé C. sativa var. Indica. Malheureusement, la révélation qu'il existe des clapiers et des répartiteurs, et que des divergences d'opinions existent concernant la circonscription, génère souvent un manque de respect pour la taxonomie. Ceci est injustifié, car si un nom scientifique est utilisé au sens large (sensu lato) ou au sens strict (sensu stricto), ou dans des sens globaux différents, ou des sens étroits différents, peu importe, à condition qu'il ne soit pas entraver la communication. Je conclus que la tentative d'étiqueter certaines variétés de cannabis en tant qu'espèces différentes est injustifiée, puisque les variantes diffèrent principalement par des attributs artificiellement sélectionnés, sont complètement interfertiles, semblent être essentiellement panmictiques, et ne se distinguent pas systématiquement par l'utilisation d'une combinaison héritable de caractéristiques morphologiques écologiquement stables. Si d'autres taxonomistes rejettent ces critères pour reconnaître les espèces de plantes supérieures, ou s'ils sont en désaccord avec mon évaluation, ils sont libres de circonscrire, de classer et de positionner les variantes de cannabis de la manière qu'elles souhaitent. Tant que les botanistes et la société comprennent comment les noms scientifiques sont employés, aucun mal n'est fait par l'existence de schémas alternatifs de classification. Malheureusement, des méfaits considérables peuvent résulter du débat médico-légal actuel sur le cannabis. Étant donné le manque d'appréciation commune du public pour les distinctions subtiles mais profondément importantes entre les «concepts», les «groupes» et les «catégories», et la façon dont elles se rapportent aux «espèces» (voir chapitre 18, Blackwelder 1967), il est simple pour les avocats de tromper les profanes en soutenant qu'une variante donnée est une espèce différente d'une autre susceptible de contrôle, sans expliquer que l'on a simplement choisi d'étiqueter comme une espèce différente une variante qui est clairement couverte par la législation. En tant que scientifiques, nous reconnaissons que certains choix terminologiques sont supérieurs aux autres, et que la sagesse collective de la récente, philosophiquement modérée, Les spécialistes compétents fournissent généralement le meilleur guide disponible pour un bon usage scientifique. Mais la science est bien plus que la sémantique et, en tant que citoyens, nous devons être clairs lorsque la société se tourne vers nous pour interpréter les noms et les termes, que son besoin de clarification d'un problème sémantique n'est pas confondu avec une question scientifique. Malheureusement, le débat actuel a fracturé une sinistre boîte de Pandore. La question a reçu tellement de publicité que le précédent est maintenant largement connu et sera inévitablement imité avec d'autres documents soumis à la législation. Un de ces domaines, par exemple, concerne le pavot à opium. Un «pavot à opium» n'est-il que Papaver somniferum, ou est-ce aussi une des autres «espèces» de Papaver, notamment P. setigerum, qui possède des alcaloïdes d'opium? Les botanistes seront-ils maintenant employés dans une tentative de contourner l'esprit des lois interdisant l'hérédité et les drogues addictives, comme cela a été le cas pour le cannabis? Ou bien les scientifiques peuvent-ils choisir d'offrir leur expertise uniquement lorsqu'ils souscrivent personnellement à l'invalidation ou à la préservation de lois particulières? Qu'en est-il de l'ensemble des matériaux et des êtres vivants supplémentaires, végétaux et animaux, qui ont été soumis à la législation? Sommes-nous sur le point de faire face à une série de contestations législatives qui rendront la société beaucoup plus difficile à proscrire, à réglementer et à protéger les êtres vivants et leurs produits? Je crois que dans les années à venir, la fraternité botanique sera de plus en plus impliquée dans l'interprétation de la législation contrôlant les matériaux biologiques. Les législateurs seraient bien avisés de rechercher l'opinion botanique d'expert chaque fois que des lois sont promulguées régissant les choses vivantes ou leurs produits. Les botanistes doivent à leur tour être prêts à accepter cette lourde responsabilité et être disposés à voir la terminologie non seulement dans les limites chauvines de leur discipline particulière, mais aussi dans le sens commun, l'impartialité et les besoins de la société. Ouvrages cités Blackwelder, RE 1967. Taxonomie, un crochet de texte et de référence. Wiley, NY 351-372. Dennis, RWG 1962. Un nouveau genre remarquable de phalloïdes dans le Lancashire et en Afrique de l'Est. J. Kew Guild 8: 181-182. Emboden, WA 1972. Utilisation rituelle de Cannabis sativa L.: une étude historico-ethnographique. En premier lieu, PT (éd.) Chair des dieux. Praeger, NY 214-236. 1974. Une histoire botanique du genre Cannabis en référence à la législation. Avocats de la Californie pour le Forum de la justice pénale 5, août sept. Suppl. 1-5. Janischevsky, DE 1924. Forma konopli na sornykh mestakh v Yugo-vostochnoi Rossii. Uchenye zapiski 2 (2): 3-17. Université de Saratov, Saratov, URSS Johnson, LAS 1970. La fin de l'arc-en-ciel: la quête d'une taxinomie optimale. Syst. Zool. 19: 203-239. Lamarck, JB de. 1785. Encyclopédie de Botanique 1 (partie 2): 694-695. Schultes, RE, 1970. Pensées et questions aléatoires sur la botanique du cannabis. Dans Joyce, CRB et SH Curry (éd.). La botanique et la chimie du cannabis. Churchill, Londres. 11-38. Schultes, RE, WM Klein, T. Ploughman et TE Lock-Wood. 1974. Le cannabis: un exemple de négligence taxonomique. Bot. Mus. Leafl. Harv. Univ. 23: 337-367. Small, E. 1972. Interfertilité et uniformité chromosomique chez le cannabis. Pouvez. J. Bot. 50: 1947-1949.    . 1974. La loi américaine et le problème des espèces dans le cannabis. Microgramme 7: 131-132.    . 1975a. Variation morphologique des akènes du cannabis. Pouvez. J. Bot. 53: 978-987.    . 1975b. Considérations essentielles du débat taxonomique dans le cannabis. J. Forensic Sciences 20: sous presse. 39    . 1975c. La loi américaine et le problème des espèces dans le cannabis: science et sémantique. Taureau. Narcotiques: sous presse. Petit, E. et H. Beckstead. 1973a. Phénotypes cannabinoïdes communs dans 350 stocks de cannabis. Lloydia 35: 144-165.    . 1973b. Phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Nature 245: 147-148.    . 1973b. Phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Nature 245: 147-148.    . 1976. Le débat taxonomique médico-légal sur le cannabis: hokum sémantique. Jour. Forensic Sciences 21: (sous presse). Small, E., H. Beckstead et A. Chan. 1975. L'évolution des phénotypes de cannabinoïdes dans le cannabis. Ec. Bot. 29: sous presse. Small, E., PY Jui et LP Lefkovitch. 1975. Une analyse taxonomique numérique du cannabis avec une référence spéciale à la délimitation des espèces. Brittonia: sous presse. Sneath, PHA et RR Sokal. 1973. Taxonomie numérique. Freeman & Co., San Francisco. 573 pp. Vavilov, NI et DD Bukinich. 1929. Zemledelcheskii Afghanistan. Trudy po prikladnoi botanike, genetike i selektsii. Prilozhenie 33: 380-382.
  XEROGRAPHIE BOTANIQUE
  James W. Cox 
Université du Montana, Missoula, Montana Tout à fait par hasard en faisant un cours de session d'été pour les enseignants du primaire, j'ai essayé notre machine Xerox comme un moyen de copier des matériaux végétaux. Les enseignants avaient traditionnellement fait ce genre de choses avec des feuilles dans les écoles primaires en utilisant des contours de peinture à éclaboussures, des contours de plan, du laminage de papier ciré, etc. J'ai été surpris, presque choqué, par la qualité des images végétales issues du procédé Xerox, plus j'ai essayé de matériel, plus les résultats ont été impressionnants. J'ai inclus un échantillon de ces reproductions de spécimens de plantes de notre région, à la fois des natifs des Rocheuses et des plantes ornementales introduites, qui montrent le mieux les détails et les capacités tridimensionnelles de la méthode. Depuis cet été, l'utilisation de cette découverte locale s'est répandue sur le campus. Un étudiant diplômé utilise la méthode pour illustrer sa dissertation ayant à voir avec des variétés d'herbe à amande. Le conférencier dans le cours culturel Botanique a produit un dossier d'impressions Xerox de la flore locale pour les étudiants comme un manuel peu coûteux. Un avantage supplémentaire de la méthode est que d'excellents transparents peuvent être réalisés sur les mêmes plantes sur les mêmes copieurs pour une projection par des conférenciers. Alors que, sans aucun doute, cette utilisation de la machine à copier est découverte par des enseignants et des chercheurs de manière indépendante dans tout le pays, il semble important de diffuser l'idée parmi la vaste majorité qui ne l'a peut-être pas encore essayée. Au cours de la dernière année d'expérimentation de la méthode, nous avons développé quelques idées d'essais et d'erreurs que nous pourrions mentionner. La première est que tous les copieurs ne sont pas tout aussi satisfaisants pour copier des matériaux végétaux. Les détails des parties florales des feuilles nécessitent une reproduction en demi-teinte qui donne l'illusion d'un objet tridimensionnel. Le Xerox 4000, le Xerox 3100, le IBM Copier Two sont les meilleurs. En outre, des copies supplémentaires de l'impression originale ne sont pas aussi bonnes que des copies du matériel biologique lui-même. Si l'on veut plusieurs copies, il est préférable de les faire immédiatement pendant que l'usine est sur la machine. Ces machines, bien adaptées à la reproduction en demi-teintes, sont les mêmes que celles qui peuvent produire d'excellents projectuels en acétate. A cet effet, la Xerox 3100 est peut-être la meilleure. Enfin, et étonnamment, la nouvelle Xerox 6500 en cours d'introduction fera ces mêmes impressions et transparences en couleur! Arberia, une proposition pour un nouveau journal de la botanique structurale Rudolf Schmid * et Dennis Wm. Stevenson ** Presque toutes les revues botaniques publiées aujourd'hui se caractérisent par une similitude d'accentuation, l'accent étant habituellement mis sur «de simples enregistrements d'observations et d'expériences» ou des descriptions de nouveaux taxons. Il y a peu de "journaux d'idées". Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les revues manquent aujourd'hui d'idées, mais simplement que les aspects interprétatifs de la forme et de la structure des plantes sont trop souvent rendus secondaires à l'accent descriptif. Les taxonomistes ont leur TAXON, et TAXON est peut-être aujourd'hui le journal le plus proche d'une revue botanique vivante et stimulante, un des principaux courants d'observation. TAXON, cependant, est toujours le véhicule des taxonomistes et des systématiciens. La botanique structurelle a eu un certain nombre de tentatives dans ce type de revue. Les publications en série qui paraissent entièrement en anglais et qui doivent être mentionnées sont les ANNALES DE BOTANIQUE, LA GAZETTE BOTANIQUE, LE NOUVEAU PHYTOLOGUE et, bien sûr, la PHYTOMORPHOLOGIE. 40 Cependant, toutes ces excellentes revues ont dévié considérablement de leur nature générale, synthétique et de leurs objectifs initiaux et sont devenues de plus en plus réductrices. Deux de ces journaux ne publient même plus de critiques de livres. Dans toutes ces revues, l'écrit a succombé de plus en plus à la documentation photographique. Bien que cette tendance réductionniste soit peut-être indicative de l'époque, elle était également évidente dans les années 1920 et 1930. Arthur George Tansley, qui est cité ci-dessus, a fondé et édité pendant 30 ans (1902-1931) LE NOUVEAU Phytologist et y à plusieurs reprises insisté sur la nécessité d'une "revue des idées" (New phytol 1:. 1-3, 221-222, 7: 207-208, 30: 301-302, voir aussi 31: 1), déplorant presque aussi souvent la difficulté d'atteindre ce but. Néanmoins, le nouveau physiologiste pendant les 25 premières années de son existence a largement atteint, sous l'impulsion éditoriale de Tansley, l'objectif d'être un «journal d'idées». Nous croyons qu'aujourd'hui, le besoin d'une telle revue est tout aussi justifié, peut-être davantage en raison de la tendance réductionniste globale de la science. Le besoin est particulièrement critique dans la botanique structurale (anatomie, morphologie, paléobotanique et systématique), car une grande partie de son importance aujourd'hui est évolutive et même philosophique. Il y a deux alternatives ouvertes: soit une revitalisation de la PHYTOMORPHOLOGIE, avec de nouveaux objectifs, de sorte que, dans le cas présent, elle ressemble davantage à ses premiers numéros, ou bien à un nouveau journal de botanique structurale. Nous préférons le dernier cours pour une variété de raisons. Le but de cette note est de solliciter des réactions à diverses propositions et, espérons-le, d'obtenir une expression quantitative (sous forme d'opinions écrites) de la part de la communauté botanique, de sorte que si cela est possible, Les paragraphes ci-dessus contiennent à plusieurs reprises l'expression "journal de botanique structurelle". Bien que ce serait un titre assez approprié, il est trop prosaïque. Nous aimerions suggérer ARBERIA comme le titre d'un tel nouveau journal. Cela servirait à deux fins. Tout d'abord, elle rend hommage à Agnes Arber (née Robertson) (1879-1960), qui a été surnommée «le morphologiste végétal britannique contemporain le plus distingué et le plus érudit» (Tansley, 1951, New Phytol, 50: 400-403). , page 400); il honore également Edward Alexander Newell Arber (1870-1918), le mari d'Agnes Arber et un paléobotaniste de renommée considérable. Deuxièmement, le titre de la revue est bref et dans la tradition des titres de périodiques d'un mot si chers au cœur d'Elmer Drew Merrill (voir Merrill, 1931, " Nous anticipons plusieurs lignes directrices éditoriales pour ARBERIA afin d'en faire un véritable "journal d'idées". L'accent sera mis sur l'anatomie, la morphologie et la paléobotanique puisque la systématique est aujourd'hui bien couverte non seulement par TAXON mais aussi par la BOTANIQUE SYSTÉMATIQUE à venir. Les contributions traitant des plantes vasculaires et non-vasculaires seraient les bienvenues. ARBERIA pourrait (devrait!) Contenir des articles généraux, des «critiques critiques de la littérature actuelle» et «des sujets en développement rapide», des notes et des commentaires, des «suggestions stimulantes découlant de la recherche», des notices et des critiques de livres récents. aussi bien que les classiques, ainsi que la correspondance animée entre les botanistes. L'accent serait mis sur la communication verbale, Les chiffres seraient autorisés, mais une documentation photographique étendue serait déconseillée, sinon interdite. Des diagrammes récapitulatifs, s'ils ne sont pas exhaustifs, seraient plus appropriés (en partie pour essayer de faire revivre l'art perdu du dessin!). Les articles strictement taxonomiques décrivant de nouveaux taxons au-dessous du rang de la famille, ou des articles anatomiques / morphologiques impliquant principalement de «simples rapports d'observations et d'expériences» seraient expressément bannis d'autres publications. Le but d'ARBERIA serait de permettre une «communication et une discussion faciles» sur tous les sujets de la botanique structurelle. L'objectif serait de faire d'ARBERIA, sinon «un cockpit» de controverse botanique, du moins vivante et différente du «journal botanique ordinaire». Nous avons cité Tansley dans la proposition ci-dessus puisque les objectifs qu'il a énoncés pour LE NOUVEAU PHYTOLOGUE il y a plus de 40 et 70 ans semblent tout aussi valables aujourd'hui. Nous avons tous deux examiné les quelque 40 premiers volumes du NOUVEAU PHYTOLOGUE et nous avons été impressionnés par la nature stimulante, provocatrice, opportune et significative des articles, des notes et des critiques parus dans ses pages. Des suggestions et des commentaires (y compris ceux portant sur des aspects pratiques tels que éditorial, fréquence d'émission, coût, parrainage, etc.) sont maintenant sollicités par les botanistes structurels concernés dans l'espoir qu'un journal comme ARBERIA devienne une réalité dans quelques années. * Département de botanique, Université de Californie, Berkeley 94720. ** Jardin tropical Fairchild, 10901 Old Cutler Road, Miami, Floride 33156. POTPOURRI BOTANIQUE LE FONDS DES CANDIDATS DU JARDIN BOTANIQUE DE L'UNIVERSITÉ DE CALIFORNIE (BERKELEY) a été créé pour soutenir divers programmes du jardin, y compris l'acquisition de semences ou de matériel vivant sur le terrain. La région méditerranéenne, le Chili et l'Argentine tempérés, les hautes terres andines, la Nouvelle-Zélande, le sud-ouest et le sud-est de l'Australie (incluant la Tasmanie), la Papouasie montagnarde, l'Afrique de l'Est, Taiwan, le Japon et l'Himalaya République de Chine. Les botanistes qui envisagent de se rendre dans ces régions, qui souhaitent compléter leurs dépenses sur le terrain, et qui sont disposés à collecter des desiderata pour le Jardin botanique, ont droit à de modestes subventions de ce fonds. Les candidatures doivent inclure un curriculum vitae du candidat, l'itinéraire prévu, un énoncé des coûts prévus non couverts par d'autres fonds. Les candidats doivent également faire envoyer une lettre de recommandation séparément; dans le cas des étudiants diplômés, la lettre devrait provenir du conseiller en recherche. Les subventions seront généralement inférieures à 500 $. Les demandes et la lettre de soutien doivent être envoyées à: Robert Ornduff, Directeur, Jardin Botanique de l'Université de Californie, Berkeley, Californie 94720. LE NEW YORK BOTANICAL GARDEN a le plaisir d'annoncer qu'à partir du numéro de janvier-mars 1976, BRITTONIA deviendra à nouveau une publication du Jardin, ayant servi de journal de la Société américaine des taxonomistes végétaux pendant 18 ans. Continuant avec le même format, il inclura des publications de 41 le personnel du Jardin botanique de New York et des collaborateurs extérieurs. Les articles porteront sur la botanique systématique au sens large, incluant des domaines tels que la chimiotaxonomie, la taxonomie numérique, la morphologie, l'anatomie, la cytologie, la palynologie, l'écologie, la géographie et la paléobotanique dans la mesure où ils ont une tendance systématique. Tous les groupes de plantes seront traités. Les manuscrits sont considérés maintenant pour le premier numéro sous la direction de NYBG. Les contributeurs potentiels doivent demander des instructions à l'éditeur, John T. Mickel. Les articles doivent être courts ou moyens comme par le passé. Des frais de publication de 30 $ par page imprimée seront facturés. Un objectif est la publication relativement rapide, 4-6 mois après l'acceptation finale. Vous êtes invité à vous abonner à BRITTONIA à un taux individuel spécial de 10 $ par année; les abonnements institutionnels sont de 25 $. Le GREENMAN AWARD de 1975 a été décerné à James E. Rodman, de l'Université de Yale, pour la publication "Systematics and Evolution of the Genus Cakile (Cruciferae)" parue dans Contributions from the Grey Herbarium 205: 3-146. 1974. Le prix de 250 $ est décerné chaque année par l'Association des anciens du jardin botanique du Missouri. Il reconnaît le meilleur article en systématique végétale basé sur une thèse de doctorat publiée l'année précédente. Les articles publiés en 1975 sont maintenant considérés pour le prix de 1976. Les réimpressions de ces documents doivent être envoyées à Peter H. Raven, au Missouri Botanical Garden, 2315 Tower Grove Avenue, St. Louis, Missouri 631.10 États-Unis, avant le 1er mai 1976. Un nouveau catalogue de publications: plus de 200 publications sur la météorologie, la pollution de l'air, les ressources en eau, l'agriculture, les sciences de la mer et de l'aviation, la climatologie et les changements climatiques sont décrites dans le catalogue des publications de l'OMM . Le catalogue de 119 pages répertorie les publications de World Weather Watch (WWW) et du Programme mondial de recherche atmosphérique (GARP), des monographies techniques, des manuels et des guides, ainsi que des atlas. Les publications sont répertoriées par sujet et indexées par titre et par série. Le catalogue des publications est disponible gratuitement sur demande auprès d'Unipub, le distributeur exclusif des publications de l'OMM aux États-Unis. Envoyer les demandes à: UNIPUB, Box 433 - Station de Murray Hill, New York, NY 10016. PERSONALIA Le Dr Olga Lakela a récemment reçu un doctorat honorifique en sciences de l'Université de Floride du Sud. Professeur émérite de botanique, Université du Minnesota, Duluth, elle est l'auteur de A Flora of Northeast-Minnesota, co-auteur de A Flora of Tropical Florida, et auteur de nombreux articles scientifiques sur la taxonomie des plantes à fleurs. Après avoir travaillé pendant quatorze ans en tant qu'associée de recherche à l'Herbarium de l'Université de Floride du Sud, elle a pris sa retraite à Phoenix, en Arizona, où elle réside maintenant. Le Dr Frederick Essig a été nommé directeur du Jardin botanique de l'Université et professeur adjoint de biologie à l'Université de Floride du Sud. Le Dr Essig, actuellement de l'Université Cornell, se joindra à la faculté en septembre 1975. James L. Luteyn a récemment rejoint l'équipe du New York Botanical Garden en tant que conservateur associé. Dr. Luteyn a reçu son doctorat Diplômé du Département de Botanique de l'Université Duke, où ses recherches ont porté sur une révision taxonomique des espèces mexico-centraméricaines du genre Cavendishia (Vacciniaceae). Ses intérêts et recherches futures porteront sur la taxonomie et la systématique phylogénétique des néaccépins Vacciniaceae-Ericaceae. Le 15 juin 1975, l'Université du Montana décerna le titre de Docteur ès sciences honoris causa au Dr C. Leo Hitchcock, professeur émérite de botanique à l'Université de Washington. Dr Hitchcock a été cité comme un professeur de botanique sans pareil pour les jeunes étudiants, les forestiers et les adultes intéressés, ainsi qu'un chercheur et une autorité définitifs des plantes du Montana et du Pacifique Nord-Ouest. Il dirigea et fut l'auteur principal des plantes vasculaires monumentales du Pacifique Nord-Ouest et de la flore du Pacifique Nord-Ouest. Il a commencé cet important travail alors qu'il était membre du corps professoral de l'Université du Montana de 1932 à 1937. OPPORTUNITÉS PROFESSIONNELLES LE DÉPARTEMENT DE BOTANIE, UNIVERSITÉ DE L'IOWA, Iowa City, lance une recherche pour un membre du corps professoral à plein temps en écologie végétale. Une préférence sera accordée aux candidats ayant des intérêts particuliers en écologie physiologique ou aux aspects génétiques de l'analyse de la population, mais toute personne formée ou possédant une expérience d'enseignement et de recherche en écologie végétale de base est la bienvenue. Matériel requis pour une demande complète: Curriculum vitae comprenant un résumé des intérêts de recherche actuels et une expérience d'enseignement. Transcriptions des dossiers d'études collégiales et supérieures. Liste des personnes qualifiées et désireuses d'écrire des lettres de recommandation, si on leur demande de le faire. Des réimpressions de recherches publiées et toute autre donnée que vous jugez utile. Envoyer les documents de demande avant le 1er janvier 1976 à: RL Hulbary, Chm., Département de botanique, Université de l'Iowa, Iowa City, IA 52242. CONSULTANT EN CULTURE DE CULTURES HORTICOLES en mettant l'accent sur la production de plantes ornementales en serre et en pépinière. doctorat préféré. Les antécédents scolaires en physiologie végétale, en phytopathologie, en pédologie, en entomologie et en économie comprennent des domaines d'intérêt particulier. Les travaux comprennent l'inspection sur le terrain, l'échantillonnage, la consultation suivie d'un rapport écrit. Reprend à Soil & Plant Laboratory, Inc., BP 11744, Santa Ana, CA 92711. Positions disponibles dans le sud de la Californie et l'Oregon. PATHOLOGUE DES PLANTES DIAGNOSTIQUES, laboratoire commercial travaillant principalement avec l'horticulture ornementale. Le candidat doit posséder de bonnes connaissances en mycologie et une expérience clinique de type clinique. Possibilité d'étendre les activités, y compris la recherche. Renseignez-vous: Soil & Plant Laboratory, Inc., BP 11744, Santa Ana, CA 92711. 42 Arturo Erhardo Burkart 
1906-1975 Le vendredi 25 avril 1975, Arturo Erhardo Burkart, l'un des botanistes éminents de l'Argentine, est décédé après une brève et soudaine maladie. Trois mois plus tôt, il avait reçu le prix Bernardo A. Houssay de l'Organisation des États américains (OEA) en reconnaissance de son travail de pionnier dans la biologie et l'élevage de la luzerne ainsi que de son travail minutieux sur la taxonomie des légumineuses et des études. de la flore et de la végétation de l'Argentine. Le professeur Burkart est né à Buenos Aires le 25 septembre 1906. En 1925, il s'inscrit à l'école d'agriculture de l'université de Buenos Aires, où il étudie sous la direction du professeur Lorenzo Parodi. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur Agronome, il a étudié en Allemagne avec Erwin Bauer à l'Institut d'amélioration des plantes de Muncheberg et avec Curt Stern à l'Institut de biologie Kaiser Wilhem à Berlin. À son retour, il a publié le premier ouvrage sur la génétique de la drosophile paru dans la littérature sud-américaine. De 1930 à 1936, il fut collaborateur du professeur Parodi en botanique et du professeur S. Horovitz en génétique. En 1939, il a été nommé professeur de cultures fourragères à l'Université de La Plata et, en 1957, professeur de plantes vasculaires à l'Université de Buenos Aires. Depuis 1936, il était directeur de la Darwinion Institution, un centre botanique soutenu par l'Académie nationale des sciences exactes, physiques et naturelles et le Conseil national de la recherche scientifique et technique. Sous la direction de Burkart, l'herbier et sa bibliothèque sont devenus l'un des plus importants d'Amérique latine. En outre, il a édité pendant près de 40 ans Darwiniana, la publication botanique de l'Institution Darwinion. Deux fois président de la Société botanique argentine, le professeur Burkart était également membre correspondant de la Botanical Society of America (depuis 1972), de l'Académie chilienne des sciences naturelles, de l'Institut équatorien des sciences naturelles et de la Société botanique péruvienne. Polyvalent dans ses activités scientifiques, il a publié plus de 170 articles traitant de la botanique générale, de la génétique et de l'agriculture. Son livre, Las Leguminosas Argentinas (1943, 1952), résultat de nombreuses années d'études laborieuses dans cette famille, est largement utilisé en Argentine et à l'étranger. L'un de ses derniers projets de recherche achevé juste avant sa mort fut une révision complète de Prosopis, genre difficile qu'il étudia en 1937. Au moment de sa mort, il s'occupa activement de la préparation et de la publication de la Flora of Entre Rios, deux volumes ont déjà paru. Le professeur Burkart était un scientifique généreux et aimait enseigner, conseiller et stimuler de jeunes botanistes, qu'ils visitent le Darwinion ou l'Université de Buenos Aires où il a enseigné pendant 45 ans. Tout au long des bouleversements politiques de l'Argentine qui ont souvent impliqué les universités au cours des trois dernières décennies, le professeur Bur-kart a donné l'exemple à ses étudiants, collaborateurs et autres biologistes. Doté d'une forte personnalité, il était gentil, honnête, courageux et idéaliste, mais il soutenait toujours ouvertement ce qu'il croyait être bon pour l'Argentine ou ses institutions. Chaque fois que ses collègues se trouvaient dans une situation difficile, il n'hésitait pas à leur apporter le soutien nécessaire. Il a gagné le respect des savants argentins parce qu'il était un gentleman, un scientifique rigoureux,

  un homme d'intégrité et d'objectifs altruiste. Sa mort est une perte importante pour la communauté scientifique argentine. Le professeur Burkart laisse dans le deuil sa femme Nelida Troncoso, aussi taxonomiste distinguée et grande collaboratrice dans le développement du Darwinion, sa fille Silvia, physiologiste végétale, et ses fils Rodolfo, écologiste végétal et Arturo, chimiste. Juan H. Runziker
Departamento de Ciencias Biologicas 
Faculté des Sciences Exactas y Nqturales 
Buenos Aires, Sue. 28. Argentine Roger E. Wilson 
1936-1975 Roger E. Wilson, professeur agrégé de botanique à l'Université de Miami, est décédé le 26 avril 1975 lors d'une tragique collision automobile. Il fait partie de la faculté de Miami depuis 1968. Il a terminé ses études à l'Ohio Northern University (BS Ed., 1960). ), après quoi il a enseigné dans le district de Berea Ohio. Au cours de ce service, il a été nommé l'un des enseignants de biologie exceptionnels de l'Ohio. Une étude de deuxième cycle a été achevée à l'Université du Dakota du Sud (MA, 1965) et à l'Université d'Oklahoma (Ph.D., 1968). Les adhésions du Dr Wilson comprenaient la Société écologique d'Amérique, la Société botanique de 43 L'Amérique, l'Académie des sciences de l'Ohio, le Southern Appalachian Botany Club, l'Association internationale pour l'écologie et Sigma Xi. Pour la Société Botanique, il a été membre du Comité de Conservation et du Comité de Vol Charter pour le Congrès de Leningrad. Largement formé en écologie, son intérêt principal était l'allélopathie et son rôle dans la succession des plantes. Cet intérêt a été souligné dans ses recherches et celle de ses élèves sur la succession dans les champs abandonnés. Avec ses étudiants, il a rédigé des articles de journaux sur ces études et il a passé en revue les progrès de ce travail en tant que participant à des symposiums lors de réunions nationales et internationales. M. Wilson a joué un rôle important dans les programmes de premier et de deuxième cycles du Département de botanique. Remarqué comme un conférencier intéressant et stimulant, il était un enseignant efficace et populaire qui était souvent sollicité comme conférencier ou personne-ressource. Il a été l'un des fondateurs de l'Institute of Environmental Sciences de l'Université de Miami et a contribué de manière importante à son programme. Il a été président du groupe de travail sur la qualité environnementale du président et plus tard président du comité environnemental du président. Ces services, entre autres, témoignent du grand respect qui a été réservé à son jugement et à son expertise écologique dans l'ensemble de l'Université. Charles Heimsch Université de Miami Livres reçus par PSB pour examen Aitken, Yvonne Temps de floraison, climat et génotype. Melbourne Univ. Press, 1974, Australie, 29,70 $. Allred, Dorald M. Living Things - Une introduction à l'histoire naturelle. Brigham Young Univ. Press, 1974, Provo, Utah, 9,95 $. Association des sociétés scientifiques agricoles japonaises Riz en Asie. Univ. de Tokyo Press, 1975, Japon. Barnett, JA et RJ Pankhurst Une nouvelle clé pour les levures. American Elsevier Publishing Co., Inc., 1974, New York, 24,00 $. Barnes, AC La canne à sucre, deuxième édition. John Wiley and Sons, 1974, New York, 28,50 $. Blake, SF et AC Atwood Guide géographique de Floras du monde, partie I. Réimpression par Otto Koeltz Éditeurs de sciences, 1974, Konigstein - Ts. BRD Borreur, AC Marine Flore et Faune du nord-est des États-Unis - Protozoaires: Ciliophora. Imprimerie du gouvernement des États-Unis, 1973, Washington, DC, .65 $. Clarkson, David Ion Transport et structure cellulaire dans les plantes. John Wiley and Sons, 1973, New York. Day, Peter R. Génétique de l'interaction du parasite hôte. WH Freeman and Co., 1974, San Francisco, Californie, 8,50 $. Downs, Robert Jack Environnements contrôlés pour la recherche végétale. Columbia Univ. Press, 1975, New York, 12,00 $. Etherington, JR Environnement et écologie végétale. John Wiley and Sons, Inc., 1975, New York, 22,50 $. Federov, A. (éditeur) Nombre de chromosomes des plantes à fleurs par Z. Bolkhovskikh, V. Grif, T. Matvejeja et O. Zakharyeva. Réimpression par Otto Koeltz Science Publishers, 1974, Koenigstein - Ts./ BRD, 91,30 $. Gamborg, OL et LH Wetter (éditeurs) Méthodes de culture des tissus végétaux. Conseil national de recherches du Canada, Laboratoire régional des Prairies, 1975, Saskatoon (Saskatchewan), 6,00 $. Gates, David M. et Rudolf B. Schmerl Perspectives de l'écologie biophysique. Études écologiques Volume 12. Springer-Verlag, 1975, New York, 34,80 $. Geidemann, JW et JM Trappe Les Endogonaceae dans le Pacifique Nord-Ouest. Mycologia Memoir No. 5. Le jardin botanique de New York, 1974, 4,50 $. Colley, Frank B. et Ernesto Medina Systèmes écologiques tropicaux - Tendances de la recherche terrestre et aquatique. Études écologiques Volume 11. Springer-Verlag, 1975, New York, 24,80 $. Grant, Verne Génétique des plantes à fleurs. Columbia 
Univ. Press, 1975, New York et Londres, 20,00 $. Gregory, PH (éditeur) Phytophthora maladie du cacao. Longman, Inc., 1974, New York, 47,50 $. Gunther, FA (éditeur) Residue Revues, Vol. 53. Springer-Verlag, 1974, New York, 18,50 dollars. Harborne, JB et CF Van Sumere La chimie et la biochimie des protéines végétales. Série de symposiums de la Société Phytochimique # 11. Academic Press, 1975, Lon-don, 30,75 $. Hendry, Helen I. (éditeur) Bibliographie sur l'algue # 14. Nova Scotia Research Foundation, Dartmouth, Nouvelle-Écosse, Canada, 1973, 15,00 $. Hewitt, EJ et TA Smith Plant Mineral Nutrition. Halsted Press, 1975, New York, 11,95 $. Hulse, JH et EM Lang valeur nutritive de la protéine triticale. Centre de recherches pour le développement international, 1973, Ottawa, Canada, 7,50 $. Hutnik, RJ et G. Davis (éditeurs) Ecologie et restauration des terres dévastées, volumes I et II. Gordon et Breach, 1973, New York, 40,80 $. Jackson, BD Guide de la littérature de botanique. Réimpression par Otto Koeltz Éditeurs scientifiques, 1974, Koenigstein - Ts./BRD Janick, Jules et James N. Moore (éditeurs) Les progrès de l'amélioration des fruits. Purdue Univ. Press, 1975, West Lafayette, Indiana, 25,00 $. Kaufman, Peter B., John Labavitch, expériences de laboratoire d'Anne Anderson-Prouty, et de Najati S. Ghosheh dans la physiologie végétale. MacMillan Publishing Co., Inc., 1975, New York, 7,95 $. Kachroo, P. (éditeur) Advancing Frontiers in Cytogenetics. 
Hindustan Publishing Corp., 1975, Inde, 14,00 $. Chevalier, CA Chemistry of Viruses, deuxième édition. Springer-Verlag, 1975, New York, 17,80 $. Kranz, Jurgen Epidémies des maladies des plantes - Analyse mathématique et modélisation. Études écologiques Volume 13. Springer-Verlag, 1975, New York, 24,60 $. Larsen, MJ Une contribution à la taxonomie du genre Tomentella. Mycologia Memoir No. 4. Le Jardin botanique de New York, 1974, 9,00 $ domestique, 10,00 $ étranger. Laverack, MS et MCH Blackler Faune et flore de St. Andrews Bay. Scottish Academic Press, 1974, Lon-don, 11,73 $. Lieth, Helmut (éditeur) Phénologie et modélisation de la saisonnalité. Études écologiques Vol. 8. Springer-Verlag, 1974, New York, 47,80 $. 44 Little, EL Jr., RO Woodbury et FH Wadsworth Arbres de Porto Rico et des Iles Vierges, Volume II. Agriculture Handbook No. 449. Ministère américain de l'Agriculture, 1974, Washington, DC, 13,45 $. Milner, Max (éditeur) Amélioration nutritionnelle des légumineuses alimentaires par sélection. John Wiley and Sons, Inc., 1975, New York, 20,95 $. Morris, MG et FH Perring (éditeurs) The British Oak. EW Classey, Ltd., 1974, Berkshire, Angleterre, 14,66 $. Moul, ET Flore et faune marine du nord-est des États-Unis - Plantes supérieures de la frange marine. Imprimerie du gouvernement des États-Unis, 1973, Washington, DC, .65 $. Mueller-Dombois, Dieter et Heinz Ellenburg Objectifs et méthodes d'analyse de la végétation. John Wiley and Sons, Inc., 1974, New York, 13,95 $. Nair, PKK Glimpses in Plant Research: Études en biologie végétale, Vol. II. Vikas Publishing House PVT LTD., 1974, Delhi, 16,50 $. Nakaike, Toshiyuki Enumeratio Pteridophytarum Japonicarum. Univ. de Tokyo Press, 1975, Japon. Northern, Henry T. et Rebecca T. Northern Greenhouse Gardening, Deuxième édition. The Ronald Press Company, 1973, New York. Ogden, EC, GS Raynor, JV Hayes, Manuel DM Lewis et JH Haines pour l'échantillonnage du pollen aéroporté. Hafner Press, 1974, New York, 11,95 $. Ogden, EC Potamogeton à New York. Bulletin du Service des musées et des sciences de l'État de New York, numéro 423, 1974. Page, Nancy M. et Richard E. Weaver, Jr. plantes sauvages dans la ville. Quadrangle - Le New York Times Book Co., 1975, 3,95 $. Pickett-Heaps, Jeremy D. Green Algues - Structure, reproduction et évolution dans des genres choisis. Sinauer Associates, Inc., éditeurs, 1975, Sunderland, Mass. Preston, RD La biologie physique des parois cellulaires végétales. Halsted Press, 1974, New York, 35,00 $. Pridham, JB Plant Carbohydrate Biochimie. Actes annuels de la Société Phytochimique n ° 10. Academic Press, 1974, Londres, 18,50 $. Rayle, David et Lee Wedburg Botanique: une préoccupation humaine. Houghton Mifflin Company, 1975, Boston, Mass. Rice, Elroy L. Allélopathie. Academic Press, 1974, New York, 25,00 $. Richardson, David Les Lichens Vanishing - Leur Histoire, Biologie et Importance. Macmillan Publishing Co., Inc., 1975, New York, 12,00 $. Roth, Albert G. Novae Plantarum Espèces. Fascimile de la première édition de 1821. Oriole Editions, 1975, New York, 35,00 $. Roxburgh, William et Nathaniel Wallich Flora Indica, Vol. I & II. Fascimile de la première édition. Oriole Editions, 1975, New York. Russell, Norman H. Introduction à la science végétale - Une approche humaniste et écologique. West Publishing Co., 1975, St. Paul. Shetler, Stanwyn G. Une introduction au registre botanique de spécimen de type. Smithsonian Contributions to Botany Numéro 12. Smithsonian Institution Press, 1973, 2,85 $. Slavik, B. Méthodes d'étude des relations entre les plantes et l'eau. Études écologiques Vol. 9. Springer-Verlag, 1974, New York. Smith, DC La symbiose de lichen. Oxford Biology Readers 42. Oxford University Press, 1973. Smith, DC Symbiose d'algues avec des invertébrés. Ox-ford Biology Readers 43. Oxford University Press, 1973. Stebbins, G. Ledyard plantes à fleurs: évolution au-dessus du niveau des espèces. Belknap Press de l'Université Harvard, 1974, Cambridge, Massachusetts, 18,50 $. Street, HE (éditeur) Tissue Culture and Plant Science. Academic Press, 1974, Londres, 19,75 $. Stevens, RB Maladie des plantes. The Ronald Press Co., 1974, New York, 11,95 $. Swift, Lloyd H. Bibliographies botaniques. Réimpression par Otto Koeltz Science Publishers, 1974, Koenigstein, Allemagne de l'Ouest. Swift, Lloyd H. Classifications botaniques: Une comparaison de huit systèmes de classification Angiosperm. Archon Books, 1974, 15,00 $. Tait, RV et RS DeSanto Éléments d'écologie marine. Springer-Verlag, 1972, New York, 12,80 $. Thunberg, Carl Peter Flora Japonica. Fascimile de la première édition de 1784. Oriole Editions, 1975, New York, 65,00 $. Van Emden, Helmut F. Lutte contre les nuisibles et son écologie. Crane, Russak & Company, Inc., 1975, New York, 2,75 $ (relié par papier). Van der Vossen, HAM vers une sélection plus efficace pour le rendement du pétrole dans le palmier à huile (Elaeis quineensis Jacquin). Rapports agricoles 823. Centre d'édition et de documentation agricoles, 1974, Wageningen, 7 dollars. Volpe, E. Peter Homme, Nature et Société - Introduction à la biologie. Wm. C. Brown Company Publishers, 1975, Dubuque, Iowa. Wedge, S. Noms de plantes: communes et peu communes. New York Botanical Garden, 1973, 1,50 $. Gallois, Stanley L. et Bill Ratcliffe Fleurs du Pays des Montagnes. Brigham Young Univ. Press, 1975, Provo, Utah. White, HA Le Guide des fleurs sauvages de l'Alaska et du Yukon. Alaska Northwest Publishing Co., 1974, 7,95 $. Welsh, Flora d'Alaska de SL Anderson (et les parties adjacentes du Canada). Brigham Young Univ. Press, 1974, Provo, Utah, 23,95 $. Whittingham, CD Le mécanisme de la photosynthèse. Wood, Carroll E. Jr. Atlas des plantes à fleurs de l'élève: quelques dicotylédones de l'est de l'Amérique du Nord. Harper et Row, 1974, New York. Zimmerman, Ulrich et Jack Dainty (éditeurs) Membrane Transport in Plants. Springer-Verlag, 1974, New York, 30,00 $.    Études sur les plantes en République populaire de Chine: Rapport de voyage de la Délégation américaine aux plantes. Académie nationale des sciences, 1975, Washington, DC, 7,25 $. 45 LES CRITIQUES DE LIVRES RUE, HE (éditeur). Tissu végétal et culture cellulaire. University of California Press, Berkeley. 1975. 19,75 $. Les progrès dans la culture de tissus végétaux ont été nombreux dans les années qui ont passé depuis que PR White et R. Gautheret ont écrit leurs compendiums respectifs il y a plus de deux décennies. Parmi les nombreuses nouvelles méthodologies, citons les cultures de protoplastes, la transgenèse (transfert de gènes), la fusion de protoplastes, les cultures monopoploïdes dérivées de microspores ou de gamétophytes, le clonage unicellulaire, l'utilisation généralisée de milieux riches en sel, les hormones nouvellement découvertes, etc. Une grande partie de ce nouveau matériel est présenté dans Plant Cell and Tissue Culture, édité par HE Street de Leicester University, dont le travail avec les aspects nutritionnels et de développement des cellules de plantes cultivées est bien connu. Street a contribué plusieurs chapitres au livre; D'autres contributeurs ont été PA Aitcheson, DN Butcher, EC Cocking, PK Evans, PS Ingram, PJ King, J. Reinert, N. Sunderland et MM Yeoman. Bien que leur travail soit généralement bien connu, je pense que le livre aurait bénéficié d'une courte biographie et peut-être d'une photo de chaque contributeur. Les titres des chapitres sont les suivants: introduction, organisation de laboratoire, cultures (cal de tissu), techniques, cultures de cellules (suspension), techniques, isolement de protoplastes, cytologie générale de cellules cultivées, cytologie nucléaire, clones unicellulaires, pollen et anthère culture, modèles de croissance dans les cultures de tissus (callus), modèles de croissance dans les cultures cellulaires, aspects de l'organisation - organogenèse et embryogenèse; les origines, les caractéristiques et la culture des cellules tumorales végétales; croissance de parasites végétaux en culture tissulaire, problèmes anciens et nouvelles perspectives. Donc, Les livres composés d'une collection de chapitres écrits par divers experts dans les spécialités d'un domaine de recherche en pleine expansion deviennent de plus en plus courants. Celui-ci est un long pas du premier livre de PR White sur la culture de tissus végétaux, et je suppose que cela prouve à quel point nous avons besoin d'un certain nombre d'écrivains pour couvrir le champ une fois le bailliage d'un homme. Le suivi de plusieurs auteurs par un expert reconnu pour produire une synthèse de ce type présente des avantages. Certes, nous bénéficions de la sagesse combinée des spécialistes. En même temps, un tel livre a souvent tendance à être disjoint. Street a fait un travail admirable de rassembler un certain nombre d'offres hautement individualisées et le livre qui en résulte est utile. Une belle introduction historique est présentée par Street et couvre de nombreux points culminants de la culture de tissus végétaux servant à mettre en perspective le travail moderne. Dans le chapitre suivant, sur l'organisation des laboratoires, l'approche devient un peu lourde avec des plans d'étage, de la verrerie de fantaisie et des appareils élaborés auxquels assistent des praticiens en tenue chirurgicale. Cela complique inutilement les choses et obscurcit le fait que beaucoup de travail de culture tissulaire utile et important est fait dans un laboratoire ordinaire avec un équipement assez peu sophistiqué. Le regretté Carl LaRue avait l'habitude de dire que la beauté de la culture de tissus végétaux était qu'on pouvait le faire presque n'importe où avec une dépense très modeste. Une fois passé l'imposant équipement de laboratoire, nous sommes dans la culture actuelle des tissus végétaux. Cette partie est généralement bien écrite et intéressante et présente une variété de méthodes et de médias bien connus et fiables. (Cependant, un inconvénient du livre à mon avis est l'omission d'une liste de fournisseurs.) Les culturistes de tissus ont bien sûr leurs techniques préférées et certains ont été omis qui auraient dû être inclus, mais un culturiste débutant trouvera à peu près tout ce qu'il fallait pour bien commencer. Cependant, ce n'est pas simplement un livre de recettes, et les chapitres sur la cytologie et le développement des cultures cellulaires et tissulaires traitent de nombreux aspects théoriques de la science. Pris dans son ensemble, je recommande le livre à ceux qui espèrent apprendre la culture tissulaire, ainsi qu'à ceux qui pratiquent déjà la culture tissulaire. Knut Norstog Northern Illinois University NOBEL, PARK S. Introduction à la physiologie biophysique des plantes. WH Freeman et Co., San Francisco. 1974. 488 p. 13,50 $. Dans presque toutes les disciplines, les botanistes trouveront que c'est un traitement fascinant, mais exigeant, des applications biologiques de la chimie physique et qu'ils présentent un grand intérêt et une grande valeur dans leur propre domaine. Les connaissances applicables de la botanique, de la physique et de la chimie sont réunies sous une forme très lisible par le Dr Nobel pour fournir une compréhension de base des processus physiologiques chez les plantes. Les huit chapitres développent les principes bio-physiques-chimiques qui contrôlent les processus physiologiques des plantes. Les sujets du chapitre sont la cellule, l'eau, les solutés, la lumière, la photosynthèse, la bioénergétique, les feuilles et les plantes. Dans les deux derniers chapitres, il rassemble le rôle physiologique et énergétique de l'eau, du CO2 et de l'énergie solaire dans les processus physiologiques des feuilles et des peuplements entiers de plantes. Le livre est bien illustré et référencé. Par exemple, le chapitre sur les cellules contient une discussion approfondie sur la fonction avec des illustrations de diverses cellules végétales, leur emplacement dans la plante et leur structure. Le corps du texte contient de nombreuses références pour ceux qui souhaitent aller plus en détail. De plus, il y a un ensemble de problèmes à la fin de chaque chapitre. Ceux-ci aident à démontrer l'utilité des modèles biophysiques dans différentes disciplines de la botanique allant du niveau de la plante entière à la cellule en passant par les organites et des algues aux arbres. (PS les réponses sont données au dos du livre.) Les annexes constituent une partie importante de ce livre et sont très utiles non seulement en conjonction avec le texte, mais en elles-mêmes. En plus des sections habituelles sur les abréviations, les constantes et les variables, il y a des sections sur le calcul, l'énergie libre de Gibbs et le potentiel chimique, et quelques commentaires sur la thermodynamique irréversible. Ces trois dernières sections sont les plus utiles à toute personne qui a besoin d'être rassurée ou d'examiner dans ces domaines. Dr. Nobel a produit un livre de texte et de référence bien écrit, facile à lire et à utiliser. Je le recommanderais comme texte pour des cours avancés de premier et de deuxième cycles en physiologie végétale ainsi qu'un point de référence pour tous les botanistes dont le travail touche ou touche à n'importe quel aspect de la physiologie. Henry Hellmers Duke University 46 BON, RONALD. La géographie des plantes à fleurs, 4e édition. Longman. Londres, 1974. 557 pp. 27,00 $ Le livre sur la géographie végétale de Ronald Good (publié pour la première fois en 1947) est un classique mais, contrairement à beaucoup d'autres classiques, il a été actualisé à trois reprises (1953, 1964 et, maintenant, 1974). Il est resté le livre de référence standard pour toutes sortes de botanistes à fleurs en raison de ses nombreuses listes de taxons avec divers modèles de distribution, de ses excellents appendices et d'une superbe gamme d'index (noms de plantes, personnes et lieux, sujets). Il y a 951 références dans la Bibliographie de la 4ème édition, 27 planches bien choisies et 86 autres illustrations (la plupart mais pas toutes les cartes) choisies avec goût et de manière appropriée. Le professeur Good a un style d'écriture facile qui convertit ce livre de référence en littérature intéressante. Par conséquent, il est facile et sincère pour moi d'écrire, comme l'opinion de mon critique, que ce livre devrait être acheté par toutes les bibliothèques et par tous les botanistes qui s'occupent de l'évolution et de la dispersion des plantes à fleurs. Néanmoins, une critique devrait être critique et je dois souligner certaines caractéristiques moins qu'optimales du livre, dont la plupart résultent de sa mise à jour plutôt que de sa réécriture (après tout, plus d'un quart de siècle s'est écoulé depuis son apparition) . Maintenir la majeure partie du texte et faire des ajouts (en particulier à la fin des chapitres) a sans aucun doute réduit le coût de la nouvelle édition (et nous devrions en être reconnaissants), mais cela conduit parfois à des disparités informationnelles. Le professeur Good a été un des premiers partisans des théories de Continental Drift et a tenu compte notamment des écrits de Wegener et Du Toit. Cependant, avec le flot de documents qui a éclaté au cours de la dernière décennie sur la tectonique des plaques, l'épandage sur les fonds marins et autres, il est regrettable que pour ce sujet, l'ajout de fin de chapitre soit bref en proportion du texte. matériel ayant survécu aux éditions précédentes. Nous espérons tous devenir des professeurs émérites, et nous pouvons rêver que notre retraite soit l'occasion de lire et d'écrire librement sans nous imposer des exigences contradictoires, mais nous oublions souvent que le professeur à la retraite manque habituellement des installations et de l'aide nécessaires. faculté "active" prendre pour acquis. Dans ces circonstances, le professeur Good, qui a pris sa retraite en 1959, a remarquablement bien suivi les livres publiés depuis 1964. Il semble compréhensible que cet auteur ait eu moins de succès dans l'examen de la masse d'articles de journaux parus dans cette décennie, en particulier en ce qui concerne le matériel qui a une fonction de soutien plutôt que d'être directement plante géographique. Il ne prétendrait probablement pas être physiologiste des plantes ou généticien des populations, de sorte que les explications biologiques qu'il donne pour les faits phytogéographiques sont rares et ont tendance à être plutôt superficielles. Mais il faut souligner que les faits phytogéographiques sont là et que ceux qui sont spécialistes des disciplines les plus ésotériques ont beaucoup à faire dans La Géographie des plantes à fleurs. Quelques chapitres de ce livre ont été à peine touchés par la révision, parce que peu de modifications étaient nécessaires. Alors que la physionomie du monde a considérablement changé ces dernières années, la compréhension de la géographie végétale des îles britanniques a moins changé et le tableau du comté anglais préféré du professeur Good, Dorset, n'a pratiquement pas changé. Incidemment, cette caractéristique du livre - son illustration des différences d'approche nécessaires pour passer de l'échelle mondiale à l'échelle régionale et même aux études à l'échelle du comté - remet l'un de ses aspects pédagogiques très précieux. Je serais négligent si je ne reconnaissais pas cela en lisant cette «quatrième édition» afin de pouvoir écrire cette revue, j'ai trouvé beaucoup d'articles qui m'ont incité à penser davantage à ma propre recherche. Je crois que ce sera l'expérience commune des lecteurs et cela signifie que la dépense d'un botaniste de vingt-sept dollars, plus la taxe de vente (mais en gardant à l'esprit une déduction d'impôt sur le revenu) est bien la peine. Je suis très reconnaissant au rédacteur en chef du Plant Science Bulletin de m'avoir épargné les frais que, sinon, j'aurais dû assumer avec plaisir. Herbert G. Baker Université de Californie, Berkeley TRALAU, HANS, rédacteur en chef. Index Holmensis - Un index mondial des cartes phytogéographiques. Volume I. Equisetales, Isoetales, Lycopodiales, Psilotales, Filicales, Gymnospermes. pp. 1-264. 1969. Fr. 115. Volume II. Monocolyledoneae, AI, pages 1-224. 1972. Fr. 125. Volume III. Monocotyledoneae, JZ. pp. 1-224. 1973. Fr. 125. (tout en drap) The Scientific Publishers Ltd., Zurich. Les trois premiers volumes de cet index ambitieux et très nécessaire ont été publiés et ont été trouvés très utiles par tous les travailleurs dans le domaine de la géographie végétale qui y ont accès. Les trois premiers volumes sont organisés par ordre, les espèces de chacune étant énumérées par ordre alphabétique. Chaque espèce est accompagnée de références bibliographiques précises à des publications contenant des cartes, classées par dates. La zone couverte par chaque carte est placée entre parenthèses à la fin de chaque citation. Le texte apparaît dans deux colonnes par page. Les deuxième et troisième volumes couvrent les Monocotyledoneae sans être séparés en groupes plus petits. Le texte est plus petit, mais lisible, et est organisé en trois colonnes par page. Le tome I porte en premier plan une photographie du célèbre phytogéographe suédois, le professeur Eric Hulten, à qui l'Index est dédié. Le volume II présente un portrait de Joachin Frederik Schouw et le volume III, celui de Heinrich KH Hoffmann. Le nombre de cartes déjà publiées illustrant la distribution des plantes est stupéfiant, bien qu'il y ait beaucoup d'espèces avec seulement quelques-unes, et nombreuses avec aucune. Il faut féliciter le Dr Hans Tralau pour avoir lancé cet index, et son comité de rédaction international doit notre gratitude pour son aide dans la mise à disposition de cet outil précieux. On espère qu'ils recevront le soutien nécessaire pour préparer les volumes pour les Dicotylédones, et continueront la publication d'Addenda à mesure que de nouveaux matériaux apparaîtront. L'indice Holmensis est une nécessité pour tous les travailleurs qui utilisent la distribution de plantes dans leur enseignement ou leur recherche. AJ Sharp L'Université du Tennessee, Knoxville 47 KARTASHOVA, N. N, Stroenie je funktsiya nektarnikov tsvetka dvudol'nykh rastenii. Izdatel'stvo Tomskogo Universiteta, Tomsk. 1965. 194 pages, plus 8 pages non numérotées. Le nectaire (à la fois extra-floral et floral ou nuptial) et ses produits de sécrétion ont longtemps été les sujets d'étude préférés. Depuis les traitements longs et classiques de Bonnier et de Behrens en 1878 et 1879 respectivement, il n'y a pas eu de description complète de la structure et de la fonction des nectaires. De courts résumés (l'ancien par Sperlich dans le Handbuch der Pflanzenanatomie de 1939, Bd. 4, ou le récent par Abraham Fahn dans son anatomie végétale, 1967, 1974) ou de longs articles sur des aspects spécifiques des nectaires (Erich Daumann sur les nectaires monocotylédones dans le 1970 Feddes Repert., ou Eva Frei sur la vasculature en 1955. Ber. Schweiz, Bot Ges.) ont, bien sûr, apparu. Il y a donc un intérêt et une importance considérables pour les anatomistes et les morphologistes qu'il existe en effet un livre de 194 pages (plus des plaques) qui traite in extenso de la structure et de la fonction des nectaires: Structure et fonction des nectaires des plantes à fleurs dicotylédones par NN Kartashova de Université d'Etat de Tomsk, URSS Malheureusement, ce livre n'existe qu'en russe et, pire encore, dans un tirage très limité à tirage limité. Par conséquent, bien que ce tome exceptionnellement utile soit disponible depuis 1965, il est pratiquement inconnu en dehors de l'Union soviétique (Daumann est le seul auteur non soviétique que j'ai vu citant le travail). Le livre contient six chapitres: brefs sur l'histoire, la morphologie et la topographie, et l'évolution des nectaires; longs chapitres sur l'anatomie, la relation entre la sécrétion de nectar et le stade de développement de la fleur, et la nature morphologique et la classification des nectaires. Beaucoup de données semblent représenter un travail précédemment non publié. Les nectaires de diverses espèces de Rosaceae, Leguminosae, Labiatae, Scrophulariaceae, Onagraceae, Boraginaceae et Campanulaceae sont traités en détail. La bibliographie de 12 pages de 226 entrées russes et 182 non-russes est inestimable pour rassembler la littérature russe apparemment étendue et largement inconnue sur le sujet. Il y a 104 bons diagrammes de qualité et plusieurs pages de photographies généralement oubliables. Les premiers contiennent des informations utilisables considérables sur l'histologie et la vascularisation de la fleur entière. Douze tableaux résument des données allant de la concentration en sucre du nectar à la nature du système vasculaire xylique et / ou phloïque des nectaires. Ce dernier tableau (tableau 10 de Kartashova) traite de 206 espèces (essentiellement tempérées) dans 58 familles de dicotylédones et constitue un complément précieux aux découvertes bien connues de Frei (cité plus haut) sur le système vasculaire nectaire de 158 espèces dans 37 familles dicotylédones. Seulement 30 familles et 34 espèces sont communes aux études de ces travailleurs, qui, heureusement, ne sont pas d'accord sur le mode de vascularisation nectaire de seulement deux espèces. Les deux chercheurs sont d'accord que la vascularisation des nectaires est principalement de nature phloïque. Le livre, étant vintage 1965, a un air classique décidé ou peut-être à l'ancienne. Il n'y a pas de microscopie électronique, un domaine de recherche actuellement actif par Fahn, Nele Findlay, FV Mercer, Eberhard Schnepf et d'autres. Le livre est de nature anatomique / morphologique plutôt que physiologique / écologique / coévolutive. Le manque d'intérêt pour les pollinisateurs et autres animaux est particulièrement regrettable. Le nectar est décrit comme étant composé de divers sucres - une simplification excessive à la lumière des travaux récents d'Herbert et Irene Baker sur les acides aminés et autres composants non sucrés du nectar. Les monocotylédones sont exclues par fiat titulaire, donc pour les nectaires de ces recours devra être fait à la récente monographie de Daumann mentionnée ci-dessus. Enfin, le travail de Kartashova perpétue l'ancien préjugé tempéré du nord puisque la plupart des exemples dont elle parle viennent de cette région. Néanmoins, le livre est inestimable en fournissant des données anatomiques et morphologiques de base pour les nectaires, données qui doivent former la base pour des études ultérieures plus sophistiquées. Des dispositions provisoires ont été prises pour la traduction de ce travail utile, et l'on espère que dans deux ou trois ans la communauté botanique se verra servir une traduction d'un ouvrage classique dans son domaine. Rudolf Schmid Université de Californie, Berkeley JOUR, PETER R. Génétique de l'interaction hôte-parasite. WH Freeman et Co., San Francisco. 1974. 238 p. 8,50 $. En ces temps de préoccupation concernant l'alimentation d'un monde surpeuplé et la réduction des niveaux de pesticides dans l'environnement, l'apparition d'un livre qui peut aider à comprendre certaines des complexités des deux problèmes est la bienvenue. Ceci est une étude exhaustive de la littérature récente (près de 600 références) sur la variation des parasites et la sélection pour la résistance chez les plantes cultivées. Il traite de la génétique des parasites, de leurs hôtes végétaux et de leurs interactions. Les principes généraux sont illustrés par des exemples tirés principalement de parasites fongiques, mais aussi de sectes, de nématodes, de bactéries et de virus pour lesquels des informations sont disponibles. Le professeur Day a fourni dans sept courts chapitres une discussion spéculative de nos connaissances actuelles qui aideront à stimuler les entomologistes, les phytopathologistes, Le concept que tous les phénomènes biologiques sont sous contrôle génétique est présenté dans le chapitre 1 avec quelques définitions initiales pour préparer le terrain pour le livre. Les chapitres suivants traitent de la génétique de la résistance, de la génétique de la pathogénicité, du concept du gène pour le gène et de la fonction du gène dans l'interaction hôte-parasite. Ils sont suivis par des chapitres sur la lutte antiparasitaire et la génétique des épidémies. Tout au long du livre une bonne connaissance de la génétique de base est nécessaire pour une compréhension complète de la part du lecteur. Cependant, chaque groupe important de parasites traités est soigneusement introduit de sorte qu'aucune autre connaissance spéciale n'est requise. Les photographies et micrographies électroniques sont bien choisies et généralement de haute qualité. Ce livre peu coûteux et bien relié est destiné aux étudiants avancés et aux chercheurs en génétique, en sélection végétale, en pathologie végétale, en entomologie, en épidémiologie et en écologie. Une copie est recommandée pour la bibliothèque de toute personne qui s'intéresse à un ou plusieurs de ces domaines, alors qu'une compréhension complète de l'information qui y est contenue est essentielle pour ceux qui développeraient des méthodes intelligentes de protection des cultures et des plantes. Stanley N. Grove Université de Floride du Sud SHOSTECK, ROBERT. Fleurs et plantes: un Lexique national avec notes biographiques. Quadruple Rangle / Le New York Times Livre Co., NY xx + 329 pp. Illust. 1974. 9,95 $. Ce livre est un dictionnaire de 1 150 plantes, principalement des États-Unis et du Canada, classées par ordre alphabétique. 48 classer par nom commun ou vernaculaire. Il comprend des plantes qui se produisent dans la nature, sont cultivées comme des productions souhaitables ou prospèrent comme des mauvaises herbes, et quelques-uns qui sont utilisés comme plantes d'intérieur. Un livre, "Words for Birds" par Edward S. Gruson, a inspiré Robert Shosteck à publier "sur mon amour, la botanique". Dans l'introduction, l'auteur fournit un bref historique de l'origine des noms de plantes, retraçant leurs origines non seulement des sources européennes coutumières, mais aussi des langues amérindiennes et autres, de la mythologie grecque et romaine, des noms de personnalités notables, de l'histoire naturelle et géographie. Il discute également de l'influence de la Doctrine des Signatures sur l'origine des noms de plantes et fournit une explication claire de la nomenclature botanique. La plus grande partie du livre, 298 pages, est attribuée à "Flowers and Plants" - d'abelia à zinnia. Pour chaque plante, Shosteck fournit le nom commun et scientifique, suivi de l'origine du nom générique et de l'épithète spécifique et, si nécessaire, variétale. Pour ceux qui honorent une personne, par exemple, Claytonia, thunbergii, l'auteur donne un croquis des ongles, comprenant généralement les dates de naissance et de décès, les postes importants tenus, et, dans certains cas, d'autres faits intéressants sur la personne. De même, il montre l'origine des noms communs. Pour de nombreuses plantes, il fournit des informations intéressantes sur leur utilisation comme aliment ou médicament, leurs qualités toxiques, leurs aspects religieux et leur impact sur le folklore. Il fournit également près de 400 illustrations bien exécutées pour aider le lecteur à identifier les plantes. Le volume comprend une introduction par James L. Crowe, US Botanic Garden, un glossaire, une bibliographie et un index. Mes critiques sont rares. Par souci de précision, l'auteur du nom scientifique aurait pu être inclus. Je souhaite que Shosteck aurait suivi le traitement d'Eiten du genre Oxalis et la nomenclature des manuels récents pour notre pensée sauvage américaine qui est considérée spécifiquement ou différentiellement distincte de la forme européenne et honore Rafinesque. Son orthographe de Penstemon ne suit pas celle de Mitchell, l'auteur du genre. Bien qu'il ait cité les qualités toxiques de nombreuses espèces, il a omis cela pour le ricin, dont un sur trois peut être mortel pour un enfant et huit généralement mortel pour un adulte. Il y avait peu d'erreurs dans la relecture ou l'orthographe: violent pour le violet (p.169) et lillifolia pour le lilifolia (p.273, 319). Le style de Robert Shosteck facilite la lecture. Il montre que les noms scientifiques ne sont pas seulement des «poignées» ennuyeuses mais ont des origines fascinantes et sont en effet significatifs. Il clarifie la signification des noms communs obscurs. Parce que son livre contient une quantité importante d'informations botaniques, étymologiques et biographiques, il devrait intéresser les botanistes, même ceux qui ne sont pas systématistes, et ceux qui s'intéressent à la botanique appliquée, les amateurs et les étudiants. Ce livre a une place certaine dans les bibliothèques publiques et devrait intéresser les lycéens intéressés par les sciences biologiques. Robert A. Evers 
Enquête sur l'histoire naturelle de l'Illinois, 
Urbana LIBBERT, EIKB: Lehrbuch der Pflanzenphysiologie. Jena: VEB Gustav Fischer 1973, 472 p., 341 fig. Ce manuel suit la division classique éprouvée en physiologie du métabolisme, de la croissance, du développement et du mouvement. Mais ceci est plus qu'un manuel habituel de physiologie végétale. Il satisfera les étudiants plus jeunes et plus âgés, et même les enseignants trouveront des informations précieuses, qui vont parfois très loin dans le domaine des hypothèses scientifiques. Bike Libbert ne donne pas seulement des faits, mais des raisons, des antécédents, et parfois des commentaires critiques. De plus, elle donne son opinion engagée sur les aspects biologico-philosophiques. L'excellente introduction courte dans la phylogenèse du métabolisme et l'évolution orga-non-chimique est motivant pour un jeune étudiant. La sous-division en grande et petite impression aidera à trouver rapidement les connaissances essentielles, les faits de base. Les petits chapitres imprimés donnent plus de détails sur certains sujets. Dignes de mention sont également les phrases exactes extraordinaires. Même des chapitres avec des contenus abstraits, par exemple la thermodynamique, les processus oxydoréducteurs avec leur arrière-plan électrodynamique, sont faciles à comprendre, bien que Libbert s'enfonce parfois profondément dans ces domaines. Dans l'ensemble, ce manuel permet à l'étudiant de former des opinions critiques sur des faits scientifiques établis. Les seules remarques critiques sur ce livre sont les suivantes: Dans le chapitre sur la structure et la fonction du protoplasme et de la structure cellulaire, on manque les images microscopiques électroniques habituelles, qui ne peuvent pas être remplacées par des explications et des dessins. Les sujets de la génétique moléculaire et des règlements biochimiques, bien que décrits de façon frappante, sont superflus. Il y a beaucoup d'excellents manuels sur ces sujets et Eike Libbert devrait seulement attirer l'attention des étudiants sur ces livres. Dans l'ensemble, cela pourrait être le meilleur texte de physiologie végétale écrit en allemand, qui couvre tous les domaines importants sur la plante, la physiologie d'une manière si extraordinaire. c'était un plaisir à lire. On peut espérer que la physiologie végétale de Bike Libbert sera traduite en anglais, afin que davantage d'étudiants et d'enseignants puissent lire cet excellent travail. Dieter Strack 
Institute of Botany à l' 
Université de Cologne, Allemagne de l'Ouest BULLETIN DES SCIENCES AGRICOLES BÂTIMENT DES SCIENCES DE LA VIE UNIVERSITÉ DU SUD DE LA FLORIDE TAMPA, FLORIDA 33620    
   
 

Génétiques F1 Fast Version: Découverte, culture, avantages, explication génétique

Compilation de deux articles de  Kevin SoftSecret et Manolo de Sweet Seeds
Génétiques F1 Fast Version – Découverte, culture et avantages
Génétiques F1 Fast Version: explication génétique



Partie 1 / Fast Version – Découverte, culture et avantages


  par: Kevin, November 3, 2017
  Manolo de Sweet Seeds nous a expliqué le processus de découverte des variétés F1 Fast Version, ainsi que leurs avantages. Il y a deux façons de fleurir pour le cannabis. Les variétés classiques sont photo-dépendantes, c’est-à-dire qu’elles commencent à fleurir quand les heures de lumière diminuent. En revanche, les auto-fleurissantes le font selon leur âge, sans tenir compte de la photopériode. Les variétés F1 Fast Version sont photo-dépendantes avec une partie de leur génétique auto-fleurissante qui ne se remarque pas, mais qui fait avancer le moment de la récolte. F1 Fast Version et lois de Mendel Un hybride F1, appelé aussi graine commerciale, se fait en croisant deux lignes pures différentes. Les caractéristiques principales de ce type d’hybrides sont l’uniformité des caractères et le phénomène de la vigueur hybride. Selon la première loi de Mendel, la descendance de la première génération filiale (F1) sera homogène et similaire au parent qui porte l’allèle dominant. La deuxième loi parle de la descendance de la deuxième génération filiale (F2), obtenue du croisement de la première génération. 50% ressemblent au génotype de la première génération filiale, 25% au génotype dominant et 25% au génotype récessif. La troisième loi de Mendel établit l’indépendance dans la transmission des caractères héréditaires, c’est-à-dire que l’héritage d’un trait n’a pas d’influence sur l’héritage d’un autre. Green Poison F1 Fast Version Dans le cas des lignes F1 Fast Version, les trois lois sont respectées. Il s’agit d’un héritage mendélien typique, vu que c’est un seul gène qui détermine le type de floraison. Les lignes auto-fleurissantes contiennent deux allèles du trait de l’auto-floraison, qui est récessif, c’est-à-dire qu’il ne se manifeste que quand se rencontrent deux allèles qui transmettent l’auto-floraison. Les lignes photo-dépendantes contiennent deux allèles du trait de la floraison photo-dépendante, qui est dominant. La seule exception sont les génétiques F1 Fast Version. Elles contiennent un allèle dominant qui transmet la photo-dépendance à toute la descendance et un autre allèle récessif, qui transmet l’auto-floraison et qui ne se manifeste pas. Cela est dû au fait que les variétés F1 Fast Version sont un mélange d’un parent photo-dépendant et d’un autre auto-fleurissant. Selon la première loi de Mendel, toute la descendance est homogène et similaire au parent dominant. C’est pour cela que la descendance démontre le trait de photo-dépendance, bien qu’elle contienne les deux. La présence de l’allèle auto-fleurissant ne s’exprime pas dans le phénotype, mais il influe en apportant un temps de maturation et de floraison plus rapide. Quand on croise deux F1 Fast Version, la descendance se disperse: 50% seront des F1 Fast Version, 25% des auto-fleurissantes et 25% des photo-dépendantes conventionnelles. Pour produire des lignes F1 Fast Version, il faut donc toujours mélanger un parent photo-dépendant avec un autre auto-fleurissant, et seule la première génération résultant de ce croisement sera F1 Fast Version. Big Devil F1 Fast Version Il existe de nombreux types de variétés auto-fleurissantes. Certaines ont une floraison longue, mais elles intéressent peu le public cible puisque leur culture dure autant que celle des variétés photo-dépendantes. Les auto-fleurissantes les plus populaires commencent à fleurir entre le 21ème et le 28ème jour de vie, avec une floraison qui dure environ 5 semaines. Elles seront donc prêtes à être récoltées après 8 à 9 semaines. Cette rapidité se transmet à la descendance des F1 Fast Version: elles ont une floraison plus lente que les auto-fleurissantes, mais plus rapide que les photo-dépendantes. Culture des auto-fleurissantes En 2007, Sweet Seeds a commencé à travailler avec des génétiques auto-fleurissantes et a présenté au public sa première variété auto-fleurissante en 2009. En plus de la classique Lowryder de Joint Doctor’s, ils ont utilisé d’autres lignes génétiques, parmi lesquelles on peut relever les premiers travaux de Lowlife Seeds, ou plusieurs lignes qui viennent du nord des États-Unis et du nord du Canada, probablement des croisements d’Ernest Small, ou la Mighty Mite de Colombie Britannique. Dans la bibliographie scientifique, ils n’ont pas trouvé d’explication au phénomène de l’auto-floraison, mais après avoir analysé l’héritage de ce trait et avoir fait plusieurs expériences, ils sont arrivés à la conclusion que l’auto-floraison se transmet par un seul gène, sans doute un gène de la floraison photo-dépendante abîmé qui pourrait être resté dans la piscine génétique du cannabis depuis la nuit des temps. Cream Mandarine F1 Fast Version Cette mutation est bénéfique dans des lieux où il fait très froid, où il faut que les plantes sauvages de cannabis terminent leur floraison et produisent des graines viables avant l’arrivée de l’automne. Au nord du Canada et des États-Unis, où le climat est rude, on cultivait autrefois beaucoup de chanvre, mais ces cultures ont été abandonnées pour diverses raisons. Si on laisse les variétés domestiques devenir sauvages, ce gène peut se manifester à nouveau. Quand cela se produit, c’est un avantage adaptatif pour les plantes qui contiennent le trait d’auto-floraison dans ces régions froides. Chez Sweet Seeds, ils se sont vite rendu compte que ces génétiques, dont les gens n’aimaient pas le goût ou la taille, avaient en fait un grand potentiel qui pouvait se développer par un travail adéquat d’amélioration génétique. Ils se sont donc mis à améliorer ces auto-fleurissantes primitives en les croisant avec leurs clones d’élite préférés. En observant les résultats du croisement des génétiques auto-fleurissantes avec leurs clones d’élite photo-dépendants, ils ont pu vérifier qu’aucune auto-fleurissante n’apparaissait dans la première génération, comme l’indique la première loi de Mendel, puisque toute la descendance est homogène et similaire au parent dominant, le photo-dépendant. Il faut attendre la génération suivante où, selon la deuxième loi de Mendel, la descendance se disperse et où donc, 25% de la descendance apparaissent comme auto-fleurissants. En croisant ces individus auto-fleurissants de la deuxième génération entre eux, on obtient que l’auto-floraison se manifeste dans toute la descendance. La troisième loi de Mendel établit l’indépendance des caractères héréditaires, ce qui fait que même si la descendance de la troisième génération est stabilisée dans l’auto-floraison, elle peut aussi présenter des goûts et des psycho-activités héritées du parent photo-dépendant. De cette manière, on obtient des variétés dont la qualité augmente, tout en maintenant l’auto-floraison. Killer Kush F1 Fast Version Découverte et culture des F1 Fast Version Durant les premières expériences avec les auto-fleurissantes, alors qu’ils développaient la Cream Caramel Auto, Manolo observe que la première génération ne présente pas de traits d’auto-fleurissante, mais que sa période de floraison est plus courte. Au début, il vérifie les notes qu’il a prises sur des calendriers, au cas où il se serait agi d’une erreur dans l’écriture des données. Il vérifie une deuxième fois et le résultat est le même : la période de floraison est plus courte. Il reconnaît alors ce potentiel de la première génération du croisement entre une photo-dépendante et une auto-fleurissante. Après la création de la Cream Caramel Auto, ils commencent à travailler dans la même direction avec d’autres variétés, avec les mêmes conséquences. C’est à ce moment que Sweet Seeds décide de miser sur les variétés F1 Fast Version ® dans leur catalogue. Ils en déposeront même le nom commercial. Les variétés F1 Fast Version sont des hybrides F1, elles sont toujours la première génération résultant du croisement entre une génétique photo-dépendante avec une auto-fleurissante. Comme on ne peut pas conserver des parents d’auto-fleurissantes sous forme de clones, elles sont en amélioration constante, puisque si le processus de culture et de sélection des meilleurs parents de chaque génération est correct, la variété évoluera selon les parents qui seront sélectionnés. C’est aussi pour cela que les F1 Fast Version sont en développement continu, lié aux progrès du parent auto-fleurissant. Quand on mène un travail de sélection adéquat sur la ligne auto-fleurissante, les améliorations touchent aussi la ligne de F1 Fast Version. Les F1 Fast Version sont en réalité une forme rapide d’amélioration et de culture de clones d’élite. À partir de là, il est possible d’obtenir une version du clone qui fleurit le plus vite, d’augmenter la vigueur hybride et de pouvoir sélectionner d’autres caractères intéressants. SAD Sweet Afgani Delicious F1 Fast Version Selon Manolo, en plus des travaux de culture, ils collaborent également avec un organisme officiel de biotechnologie végétale. Ils travaillent depuis quatre ans dans cette direction, et y ont consacré de fortes sommes d’argent. Ils considèrent néanmoins que la recherche comporte une part importante de hasard, puisque quand on investit, on ne sait pas si on obtiendra les résultats escomptés. Avantages des F1 Fast Version La floraison courte se renforce à chaque génération de culture de l’ascendant auto, puisque qu’on choisit comme parents les meilleures souches de chaque famille en sélectionnant celles qui fleurissent le plus vite, trait qu’elles transmettent à leur descendance. Grâce à la rapidité de la récolte, on peut éviter les problèmes de champignons provoqués par le climat humide et orageux de l’automne. En plus d’une période de floraison plus courte, les variétés F1 Fast Version présentent la vigueur hybride classique des hybrides F1. On le voit par exemple dans la Green Poison F1 Fast Version, une variété qui, dans sa version rapide, a une production encore plus importante et encore plus de force que dans la version photo-dépendante classique, et qui peut être récoltée en extérieur début septembre, ou même fin août. La Green Poison F1 Fast Version est une Skunk très rapide, qui est prête après 6-7 semaines de floraison et qui a une production importante, avec des têtes résineuses, une odeur forte et qui est facile à cultiver. Sweet Cheese F1 Fast Version Un autre avantage des F1 Fast Version est que, comme elles sont photo-dépendantes, on peut conserver comme mère une bouture de sa plante préférée, alors que pour les auto-fleurissantes, il faut toujours partir de semences. Ces variétés permettent de planifier la taille et la production, puisque si on veut de grandes plantes, il suffit de les planter plus tôt pour leur donner une période de croissance plus longue ou, en culture d’intérieur, de maintenir les plantes en photopériode de croissance jusqu’à ce qu’elles atteignent la taille désirée. Conclusions Selon ce que Manolo explique, la période d’introduction des F1 Fast Version a été un succès : “Quand je les ai découvertes, j’ai pensé aux multiples avantages pour le cultivateur. Je pensais que c’était vraiment important, mais je n’étais pas sûr qu’elles allaient être bien reçues. Et même si la demande n’a pas explosé comme cela s’est produit quand nous avons présenté les auto-fleurissantes, le public s’y intéresse de plus en plus au fil des ans. Comme dit le proverbe, “le temps, c’est de l’argent”. Ceux qui les essaient sont satisfaits et continuent à les planter. D’autres banques commencent même à offrir des lignes rapides de ce type. Nous avons élargi la famille jusqu’à sortir 10 variétés de F1 Fast Version, et on est en train de préparer d’autres nouveautés de la version F1 Fast Version pour cette année. Je considère que cette période d’introduction des F1 Fast Version a été très positive, nous avons élargi l’offre de génétiques et surtout, nous proposons quelque chose que les clients apprécient, une période de floraison plus courte, et nous le savons parce qu’ils reviennent la saison suivante. Ce sont aussi des variétés très utiles pour les personnes qui ont besoin de réduire le délai de récolte parce qu’elles vivent dans des zones froides ou humides. Les F1 Fast Version donnent d’excellents résultats sous tous les climats, des cultivateurs vivant dans des zones chaudes les utilisent donc aussi pour récolter plus tôt et pouvoir en profiter plus vite, et également pour la vigueur hybride de ces variétés qui les rend idéales pour la culture tant d’extérieur que d’intérieur”. Sweet Skunk F1 Fast Version H. Madera / Fotos: Jaypp


Partie 2 / Génétiques F1 Fast Version: explication génétique

  Par: Kevin, November 6, 2017

  En 2014, Manolo de Sweet Seeds nous a envoyé un article sur les variétés F1 Fast Version. Nous en reprenons ici un extrait qui explique sa culture de façon détaillée. Les variétés F1 Fast Version sont des hybrides F1 qui proviennent du croisement entre une génétique photo-dépendante et une génétique auto-fleurissante. Cela produit des génétiques hybrides photo-dépendantes avec une floraison très rapide. Le parent photo-dépendant apporte à l’hybride F1 son caractère photo-dépendant dans toute la descendance. La génétique auto-fleurissante apporte elle à l’hybride F1 une floraison et une maturation de têtes très rapides dans toute la descendance. Big Devil F1 Fast Version Le caractère qui détermine le type de floraison photo-dépendant ou automatique est régi par un seul gène. Celui-ci présente deux allèles possibles, un dominant (F) qui est celui qui détermine le caractère de la floraison photo-dépendante, et un récessif (a) qui détermine le caractère de la floraison automatique. Comme c’est un allèle récessif qui détermine le caractère auto-fleurissant, il faut qu’il y ait un homozygote pour que ce type de floraison se produise: tout les plantes auto-fleurissantes sont donc (aa), c’est-à-dire qu’elles ont reçu un gène (a) tant du père que de la mère. Killer Kush F1 Fast Version D’autre part, toutes les génétiques photo-dépendantes (clones d’élite) de la banque de mères de Sweet Seeds qu’on utilise dans la production des F1 Fast Version sont homozygotes pour le caractère dominant qu’exprime la floraison photo-dépendante, c’est-à-dire qu’elles sont (FF). Elles ont reçu un gène (F) du père et un autre de la mère. Et cela, nous pouvons le déduire à partir de l’analyse des descendances de ces clones. Sweet Cheese F1 Fast Version La première génération résultant du croisement entre ces deux types de génétiques photo-dépendantes (FF) et auto-fleurissantes (aa), suivant la première loi de Mendel ou loi de l’uniformité des hybrides de la première génération filiale, produit 100% d’individus hybrides (Fa). Et comme (a) est récessif et (F) dominant, 100% de la population est photo-dépendante et il n’apparaît aucune auto-fleurissante. Cette première génération hybride entre homozygotes pour un ou plusieurs caractères, est connue en génétique comme l’Hybride H1. Comme il s’agit d’une graine F1, si on croise ces graines (Fa) entre elles pour obtenir plus de semences, la génération suivante, la F2, selon la deuxième loi de Mendel ou loi de la séparation des caractères dans la deuxième génération filiale, ne produira plus 100% d’individus Fast Version (Fa) mais bien un mélange d’individus: 25% d’auto-fleurissantes (aa), 25% de photo-dépendantes (FF) et 50% de Fast Version (Fa). La seule génération qui est 100% Fast Version (Fa) est la F1 Fast Version. Manolo de Sweet Seeds  
 

Autofloraison élevage et production de semences

par MIDOWO  19/01/2016 https://www.autoflowering-cannabis.com/autoflower-breeding-seed-production/




Au cours de la dernière décennie, l'industrie du cannabis a connu une explosion exponentielle du nombre ou des souches disponibles ainsi que de la qualité de ces souches et le mouvement global du cannabis est devenu imparable. Et il y a eu aussi de nouveaux progrès notables dans cette industrie et l'un des plus connus est l'avènement des variétés de cannabis autofloraison qui a commencé avec The Joint Doctor et son expérimentation avec la génétique sauvage ruderalis. Autoflowers ont de nombreux avantages pour les petits cultivateurs ainsi que pour la croissance furtive et ces petites plantes poussent beaucoup plus vite et peuvent produire plus de chiffre d'affaires et plus de récoltes dans la même période que les plantes photosensibles. Avec les autoflorisseurs, vous n'avez pas besoin de deux salles de floraison et de vegging séparées et vous pouvez les faire exploser avec de la lumière pendant 24 heures chaque jour pour maximiser leur croissance. Mais les plantes autoflorissantes ne peuvent pas être clonées, donc vous devez toujours les démarrer avec de nouvelles graines et si vous achetez ces graines pour chaque croissance, cela peut rapidement devenir très coûteux. Et c'est la raison pour laquelle de nombreux cultivateurs autofloraison commencent à produire leurs propres semences et multiplient leurs propres souches afin de minimiser leurs pertes et de produire de nouvelles souches auto-destructrices.

  Faire des graines d'autofloraison La première chose que vous devez apprendre est de savoir comment faire des graines autofloraison car cela peut réduire considérablement vos coûts initiaux pour chaque croissance individuelle. Lorsque vous fabriquez des graines autofloraison, chaque femelle peut produire plus d'une centaine de graines, mais dans des conditions de croissance optimales, une plante peut produire plus de mille graines et ce stock de haricots peut durer plusieurs années. Bien sûr, avec une pollinisation simple et naturelle, toutes les graines que vous ferez seront régulières, ce qui signifie qu'elles auront 50% de chances d'être des mâles ou des femelles. Ces graines régulières peuvent être une mauvaise chose si vous devez toujours faire pousser plus de plantes et enlever ces mâles avant de pouvoir polliniser vos femelles. Si vous cultivez des fleurs autofloraison, sachez que les plantes de cannabis sont à la fois mâles et femelles et que seules les plantes femelles sont celles que nous cultivons pour leurs fleurs et pour ces précieuses plantes médicinales. Mais si vous voulez créer vos propres graines, vous devez faire pousser des mâles et des femelles afin que ces plantes mâles puissent polliniser vos plantes femelles et qu'elles puissent produire des graines. Dans la nature, ce processus se produit naturellement où le pollen mâle est libéré de leurs sacs de pollen et avec l'aide du vent est transféré aux fleurs des plantes femelles. Mais quand nous cultivons des plantes à l'intérieur, nous aimons généralement prendre tout entre nos mains et c'est pourquoi vous pouvez choisir les meilleurs mâles et les meilleures plantes femelles pour obtenir les meilleurs résultats et appliquer manuellement ce pollen à toutes ces fleurs femelles. Avec les plantes photosensibles générales, le processus se termine généralement ici et vous pouvez simplement croiser deux souches et obtenir une grappe de progéniture qui aura des traits génétiques des deux parents. Mais avec les autofloraison, ce n'est pas si simple, car ce gène autofloraison est un trait récessif et cela signifie que vous devez en apprendre davantage sur la sélection végétale et l'hérédité des gènes pour créer des graines autoflorissantes.
    Autofloraison La sélection végétale est la science de la manipulation et du changement de divers traits et caractéristiques d'une plante afin d'obtenir un résultat plus désirable. Ce processus, dans sa forme la plus simple, est un croisement sélectif de plantes pour obtenir une progéniture avec les caractéristiques que le producteur veut. Ce processus peut se produire sur plusieurs générations avec des croisements en croisement et en croisement, ainsi que des croisements multiples avec des descendants pour verrouiller les caractères que le cultivateur veut dans ses plantes. Nous devons apprendre comment ce processus se produit parce que le caractère autofloraison ou gène dans la plupart des cas est un trait récessif et cela signifie qu'il est moins susceptible d'être adopté et exprimé dans les descendants. Et à cause de cela, vous devez comprendre comment les gènes sont transmis et comment pouvez-vous créer une souche qui exprime ce caractère autofloraison récessif. Le moyen le plus simple d'exprimer comment fonctionne l'héritage génétique est d'étudier la première loi de génétique de Mendel et de dessiner un diagramme carré de Punnett qui exprime un ou plusieurs rapports d'expression de génotype. Pour simplifier la question, créons un carré Punnett avec la génétique auto-florissante et non autoflorissante ainsi qu'avec deux plantes autoflorissantes stables.

                                           Dans les diagrammes ci-dessus, vous pouvez voir les variations de sélection des arbres où le « AA»représente le caractère photo-sensible dominant, mais « aa» signifie le caractère autofloraison récessif. En génétique, une lettre majuscule (A) signifie un trait dominant mais une lettre minuscule (a) signifie un caractère récessif. Si nous examinons ces tableaux, nous pouvons voir qu'il y a 3 cycles de reproduction où, dans la première phase, il y a un croisement entre une plante autoflorissante (aa) avec un caractère récessif stable et une souche photosensible stable (AA) qui a une dominante stable. trait. Dans le deuxième cycle, il y a un croisement entre deux descendants de première génération ( F1 ) mais dans le troisième tableau, il y a un croisement entre deux gènes entièrement autofloraison.


  Autofloraison X Autofloraison Si vous voulez créer vos propres graines à autofloraison, la méthode la plus simple consiste à croiser deux plantes autoflorissantes stables et de préférence les deux provenant de la même espèce. De cette façon, vous aurez des progénitures très stables car il n'y a pas de nouveaux caractères introduits et cela signifie que toutes les caractéristiques des plantes désirées seront homozygotes (stables) et vous n'aurez pas à vous soucier des multiples cycles de croisement. Si nous regardons le troisième tableau ci-dessus, nous pouvons voir qu'il y a un croisement entre une plante récessive autofloraison stable ( aa ) et une autre plante récessive stable ( aa ) et cela signifie que 100% de ces descendants seront aussi autofloraison et c'est idéal pour la production de semences. Vous pouvez simplement commander toutes les graines autofloraison régulières et les cultiver, polliniser ces femelles avec le pollen mâle et obtenir des centaines et des centaines de nouvelles graines autofloraison régulières. Parce que les autofloraison prennent généralement moins de 70 jours pour fleurir théoriquement, vous pouvez commencer à cultiver votre prochain lot ou des graines cultivées en moins de trois mois à partir de la commande de ces premiers haricots. Et parce que vous pouvez obtenir plus d'un millier de graines d'une plante à autofloraison, vous aurez un énorme inventaire de haricots pour maintenir votre croissance continue et chaque fois que vous plantez ces graines autour de la moitié de ces plantes seront mâles. À partir de ces mâles, vous pouvez polliniser manuellement quelques branches sur certaines plantes femelles et obtenir un approvisionnement continu de cannabis, pas seulement un cannabis cultivé à la maison, mais aussi des graines cultivées au pays qui peuvent être utilisées pour des cultures futures. Au début, cette méthode de création de vos propres graines est un peu délicate, mais quand vous y arrivez, vous pouvez économiser beaucoup d'argent parce que les graines autofloraison ne sont pas bon marché et surtout les graines féminisées car elles peuvent coûter jusqu'à 10 $ pour une haricot. Mais quand vous faites vos propres graines, les seules dépenses seront l'électricité, la culture moyenne et nutriments mais ce n'est rien comparé à ceux qui économisent que vous obtiendrez créer vos propres graines d'autofloraison!
 


                                            Autofloraison X Amélioration des plantes photosensibles         Si, toutefois, vous souhaitez créer une nouvelle variété auto-floraison traversant une plante photosensible régulière avec une souche autofloraison stable, les choses deviennent un peu plus compliquées. Vous devrez faire plusieurs générations pour stabiliser ces nouvelles souches et cela peut être coûteux et long, mais si vous avez l'énergie et le temps, alors voici comment vous pouvez le faire: Premier cycle de reproduction - Lorsque vous traversez ces deux plantes (une autofloraison et une souche photosensible) comme vous pouvez le voir dans la première table , vous obtiendrez 100% végétaux qui ont à la fois le caractère sensible dominante photo et le trait autofloraison récessive. Et cela signifie que les descendants hétérozygotes (instables) de F1(première génération) seraient tous des plantes photosensibles et ne fleuriront pas automatiquement. Deuxième cycle de reproduction - Comme vous pouvez le voir dans le deuxième tableau quand vous avez développé certains de ces premiers produits et croisé le meilleur mâle avec la meilleure femelle, les descendants de la deuxième génération ( F2 ) auront une composition génétique plus variée et 25 % de leurs enfants vous donneront des plantes photosensibles entièrement dominantes ( AA ). 50% vous donneront les mêmes hybrides que la génération F1 ( Aa ) mais seulement 25% seront des plantes autoflorissantes homozygotes (stables) ( aa ). Troisième cycle de reproduction - Et dans le troisième tableau de Punnett vous pouvez voir que nous avons développé ces descendants de deuxième génération et sélectionné seulement ceux qui ont montré ce trait autofloraison et ont croisé le meilleur mâle et la meilleure femelle de ces 25% de génération précédente (f2 ) les plantes. Et dans le F3 (troisième génération) toutes vos plantes devraient être complètement auto-florissantes (aa) et tous ces progénitures devraient avoir ce caractère autofloraison que vous désirez. Bien sûr, dans la nature, ce n'est pas si simple, mais en général ces tables de punnet peuvent vous donner un bon point de départ et une connaissance approximative de combien de plantes devraient vous montrer ces traits autofloraison désirés. Dans le monde réel, les producteurs font généralement au moins 5 à 8 générations pour verrouiller complètement ces gènes autofloraison et parce que nous avons besoin non seulement de ce caractère autofloraison, mais aussi d'un grand rendement et d'autres variations génétiques désirées. Par exemple, pour obtenir une génétique supplémentaire de ces plantes mères originales, vous devez effectuer un rétrocroisement en prenant des progénitures récessives stables de troisième génération ( f3 ) et en les reproduisant avec ces descendances de première génération. Dans le tableau ci-dessous, vous pouvez voir que le caractère récessif autofloraison deviendrait homozygote chez environ 50% des rejetons de cette expérience de croisement en retour, et que vous auriez besoin de reproduire deux plantes ensemble pour obtenir une collection de progéniture entièrement autofloraison.                                                          



Mais parce que vous ne voulez pas seulement obtenir ce caractère autofleurrissant, mais d'autres caractéristiques comme un bon rendement, une bonne puissance ou une bonne résistance aux moisissures, vous devez faire une analyse mendélienne dihybride et la table de Punnett pour une telle chose est beaucoup plus compliquée. obtenir quelque chose comme la cinquième table ci-dessous. Ici vous pouvez voir que nous avons tracé deux traits différents - AA , aa et BB , bboù AA signifie trait photo-sensible, aa signifie un caractère autofloraison récessif, BB signifie faible concentration en THC et bb signifie une forte concentration de THC récessif. Comme vous pouvez le voir en examinant ces tables un croisement désiré avec les deux gènes récessifs (autofloraison et haut THC) exprimés vous obtiendrez seulement 1/16 ou 6,25% de ces progénitures dans le coin inférieur droit. Et ce n'est que pour deux traits, alors imaginez que si vous vouliez sélectionner plus de deux traits, le tableau deviendrait énorme et les pourcentages diminueraient en conséquence. Bien sûr , tous les traits souhaités sont récessifs et qui augmente un peu la chance parce qu'en regardant le tableau ci - dessous par exemple si ce trait High THC serait dominant et que vous vouliez un « B » et seul le récessif « un"(Autofloraison) trait, alors vous pouvez utiliser tous les enfants qui ont le caractère autofloraison homozygote (aa) et c'est 4/16 ou 25% de tous ces progénitures, qui sont situés dans les 4 plus petits carrés de droite.

                                             


Comme vous pouvez le voir l'élevage n'est pas facile et pour le faire correctement, vous devez effectuer beaucoup d'expérimentation et vous devez créer plusieurs générations de plantes pour verrouiller tous ces traits désirés. Heureusement, les plantes à autofloraison poussent beaucoup plus vite que les variétés photosensibles ordinaires, ce qui signifie que vous pouvez obtenir jusqu'à 6 générations de plantes en une année. Et dans quelques années, vous pourriez avoir une souche très stable qui peut être utilisée encore et encore à chaque fois produisant des progénitures de plus en plus stables et vous donnant un rendement plus uniforme. Théoriquement, vous pouvez obtenir un nouveau, entièrement autofloraison, souche avec aussi peu que 3 ou 4 générations, mais généralement vous aurez besoin de faire au moins 5 à 7 générations pour stabiliser ces gènes et c'est pourquoi ces dernières années, il y a eu plusieurs variétés autofloraison qui ont inondé le marché et qui n'étaient pas encore stable et produit une grande variété de phénotypes. Et à cause de cela, il est préférable d'acheter une souche plus ancienne et plus stable, car ces éleveurs ont eu le temps de perfectionner leurs méthodes d'élevage et de créer des hybrides plus stables.
 
 

Botanie, phyto-sociologie, bio-indication et syntaxon relatif au chanvre Cannabis Sativa

Botanie, phyto-sociologie, bio-indication et syntaxon relatifs au chanvre Cannabis Sativa     Oyo, J'essaie de connaître le biotope naturel du chanvre, je réunis ici les infos que j'ai pu trouver ; j'éditerais au fur et à mesure et mettrais les liens vers les photos des plantes du syntaxon   I): Cannabis Sativa L. (ndlr : sativa = cultivée par l'homme)   SDGHaze #1 - Outdoor 2011 - Nomad Guerilla   Plante annuelle de 1-2 mètres, pubescente-rude, à odeur forte ; tige dressée, raide, simple ; feuilles opposées, pétiolées, palmatiséquées, à 5-7 segments lancéolés-acuminés, dentés, les supérieures souvent alternes et à 1-3 segments ; fleurs vertes, dioïques, en panicule rameuse les femelles munies chacune d'une bractée ; périanthe mâle à 5 divisions égales, 5 étamines pendantes à filets courts et anthères terminales ; périanthe femelle monosépale, enroulé autour de l'ovaire ; 2 longs stigmates filiformes ; fruit subglobuleux, lisse. Cultivée en grand et parfois subspontané en divers pays, en France et en Corse. Originaire de l'Asie centrale.   CHOROLOGIE : Cosmopolite Inflorescence : Glomérules Sexualité : dioïque Pollinisation : anémogame Fruit : akène Dissémination : barochore Floraison : 6-9 (juin-septembre)   TYPE BIOLOGIQUE : Therophytaie estive (T est)   FORMATION VEGETALE : Thérophytaie   CARACTERISATION ÉCOLOGIQUE (HABITAT OPTIMAL) : Friches annuelles européennes   INDICATION PHYTOSOCIOLOGIQUE CARACTERISTIQUE (Syntaxon) : Sisymbrietea officinalis     II): Le syntaxon "Sisymbrietea officinalis"   D'après les travaux de Philippe Julves, il apparait que le Cannabis sativa fait parti des espèces végétales du syntaxon "Sisymbrietea officinalis" Le syntaxon "Sisymbrietea officinalis" regroupe un ensemble de plantes qui possèdent des caractéristiques climatique et édaphiques (sol) proches voire communes. Ainsi, alors qu'en jardinage, les cultivateurs auraient tendance à les appeler plantes-compagnes, ce que d'autres appelleraient vulgairement mauvaises herbes, les botanistes, eux, les regroupe dans un syntaxon ayant pour nom celui d'une plante référence.   Dans notre cas, il s'agit de la plante Sisymbrium officinale (appelé aussi herbe aux chantres, mais aussi barbarée), une crucifère sauvage         III): Comparaison des Optimum écologique du sisymbrium et du cannabis      
IV): Caractéristiques Climatiques et Édaphiques   CLIMAT : Lumière : 8/9 héliophile Température : 6/9 planitiaire thermophile, thermoatlantique, thermocontinentale, subméditerranéenne, supraméditerranéenne Continentalité : 5/9 intermédiaire Humidité atmosphérique 5/9 aéromésohydrique   SOL : Humidité édaphique 5/12 mésohydrique Réaction du sol (pH) 7/9 neutrophile Nutriments du sol (surtout anions azotés et phosphatés, puis également cations potassiques) 8/9 eutrophile Salinité (surtout Chlorures, également sodium) 0/9 ne supportant pas le sel Texture du sol 3/9 limon Matière organique du sol et type d'humus : nc       Conditions édaphiques pour la culture Qualité physique : acidité (ph) et quantité disponible de nutriments, drainage, légèreté ainsi que la teneur en éléments organiques sont les qualités physiques les plus importantes. Sols riches en terreau ou en sable de rivière pour drainer et obtenir une croissance optimale pour les racines. Une teneur élevée en éléments organiques qui amollissent et aèrent le sol, favorise la pousse des racines, conseil de ph entre 6.5 et 7.5   Anecdote : lorsque les graines sont transportées par l'eau, dans les rivières, elles se déposent dans de nouveaux lieux comme les riches plages de sables alluvionnaires, idéal pour la germination des graines et la croissance (Robert Connel Clarke, la botanie du cannabis)     Biotope Primaire Vallées alluviales   Biotope Secondaire Friches, cultures, bord des chemins   Caractères Indicateurs ... (hypothèses : terrains récemment retournés, friches forestières, jardins, vergers   Conditions de levées de la dormance ...dormance, stratification, somme des températures (dépendante de chaque variétés en plus)       V): Espèces végétales du syntaxon "Sisymbrietea officinalis"     Abutilon theophrasti Medik.   Amaranthus graecizans L. subsp. Graecizans   Amaranthus hybridus subsp. hybridus var. erythrostachys Moq. = Amaranthe hybrique   Bothriochloa barbinodis (Lag.) Herter   Bothriochloa saccharoides (Sw.) Rydb.   Bromus hordeaceus L. subsp. hordeaceus écoph. Annuel Bromus hordeaceus subsp. lepidus (Holmb.) A.Pedersen Bromus hordeaceus subsp. longipedicellatus L.M.Spalton = Brome moû   Bromus japonicus subsp. subsquarrosus (Borbás) Pénzes = Brome japonnais   Bromus squarrosus L. = Brome raboteux   Bromus tectorum L. = Brome des teinturiers   Cannabis sativa L.   Erigeron blakei Cabrera = Conyza blakei = Vergerette noire   Erigeron canadensis L. Vergerette/Erigeron/Conyza deu Canada   Erigeron floribundus (Kunth) Sch.Bip. Vergerette/Erigeron/Conyza à fleurs nombreuses   Erigeron sumatrensis Retz. = Vergerette/Erigeron/Conyza de Sumatra   Helianthus annuus L. subsp. Annuus = Tournesol   Hyoscyamus niger L. = Jusqiuame noire /!\ plante toxique   Lolium multiflorum Lam.   Nicotiana rustica L. = Tabac Rustique   Nicotiana tabacum L.= Tabac à nicotine   Oxalis valdiviensis Barnéoud   Papaver somniferum L. subsp. Somniferum = Pavot somnifère   Phacelia tanacetifolia Benth. = Phacelie à feuilles de tanaisie   Phaseolus vulgaris L. = Haricot   Pisum sativum L. subsp. sativum var. Sativum = Pois (comme le petit pois )   Sisymbirum Offinicalis = Herbe aux chantres, Barbarée, etc   Vicia sativa subsp. sallei (Timb.-Lagr.) Kerguélen     Vicia sativa L. subsp. Sativa = Vesce cultivée/commune         Sources : Tela Botanica BaseFlor Philippe Julves - CATMINAT (Catalogue des Milieux Naturels) - Base de Données ouverte NB : Une liaison de Catminat avec les autres systèmes de classification européens (Corine, Directive Habitats, Eur15, Paléarctique, Eunis, "Prodrome") est possible mais n'a pas encore été finalisée.

NoMaD

NoMaD

 

La botanie du cannabis - Glossaire - RC Clarke

Glossaire La botanie du cannabis, RC Clarke     La littérature scientifique utilise dans son vocabulaire un nombre remarquable de termes techniqes. Si les scientifiques se voyaient refuser l'utilisation de ces termes, ils ne pourraient tout simplement pas exprimer de pensées scientifiques ; en les utilisant librement, ils en arrivent à s'exprimer eux-mêmes avec de plus en plus d'aisance et de sûreté. R.G. Collinwood     Les mots de ce glossaire sont définis pour leur usage dans La Botanique du cannabis. Beaucoup d'entre eux ont des significations plus larges ou particulières dans d'autres domaines.   ABA – Acide abscissique. Abaxial – Orienté à l'opposé du méristème de la tige ; surface intérieure. Acclimatiser (s') – S'adapter à de nouvelles conditions environnementales. Adaxial Orienté vers le méristème de la tige. AIA (ou IAA) – Acide indolo-acétique, une auxine. Akène – Graine à coque dure enchâssée dans une fine coquille fermée. Adventices (phyllotaxie) – Feuilles qui apparaissent spontanément sur les tiges et les vieilles racines. Allèles – Différentes versions d'un même gène, ils gouvernent l'apparition d'un ou plusieurs caractères. Alternée (phyllotaxie) – Feuilles qui apparaissent séparément, échelonnées en spirale autour de la tige. Aneuploïde – Qui possède un nombre anormal de chromosomes (par exemple, 2n-1 ou 2n+1). Anthèse – Temps de maturation d'une fleur. Anthocyanine (pigment) – Pigment accessoire généralement rouge ou pourpre. Anticlinal – Perpendiculaire à la surface. Apical – Qui concerne le sommet. Arborescent – En forme d'arbre. Asexuée (réplication) – Reproduction végétative par clonage produisant des descendants dont le génotype est strictement identique à son unique parent. Auxines – Une classe d'hormones de plante.   Bouturage – Enraciner une bouture (segment de tige) prise sur une plante mère.   Calice – Structure carpellé en cinq parties de la fleur staminée ou gaine tubulaire fuselée en cinq parties entourant l'ovule et les pistils de la fleur pistillée. Calleux (tissus) – Groupe de cellules indifférenciées qui, sous certaines conditions, se différencient pour former les racines et les tiges. Cambirum – Couche de cellules qui se divise et se différencie en xylème et phloème. Cannabaceae – Famille qui ne comprend que le Cannabis (chanvre) et l'Humulus (houblon). Cannabinoïde – Hydrocarbone cyclique qu'on ne retrouve que dans le Cannabis, dérivé d'une molécule. Cannabinoïde (profil) – Concentration et pourcentages relatifs des cannabinoïdes trouvés dans chaque variété ou chaque individu du genre Cannabis. Cannabinoïdes secondaire – Cannabinoïdes (CBC, CBD, CBN) qui interagissent probablement avec les cannabinoïdes majeurs (les THC) pour en moduler l'effet. Cannabis – Nom du genre de la plante appelée également marijuana aux USA et chanvre en France. Caractère – Particularité observable chez un individu. Chaque individu présente les caractères propres à son espèce avec des variations qui lui sont propres. Les caractères transmi des parents aux descendants sont dits héréditaires. Carotène – Pigment secondaire, généralement jaune, orange, rouge ou marron. CBC – Cannabichromène. CBD – Cannabidiol. CBDV – Cannabidivérol. CBG – Cannabigérol. CBN – Cannabinol. CBNV – Cannabivérol. CBT – Cannabitriol. CCY – Cannabiglycol. Cerner – Enlever un anneau d'écorce ou serrer fortement la tige d'un plante afin de restreindre le flot de nutriments, d'eau et de substances végétales qui l'alimentent. Chanvre – Nom vernaculaire du cannabis, utilisé généralement pour désigner les variétés à fibres (généralement peu psychotropes) par opposition aux variétés cultivées pour leurs effets psychoactifs. Chimiotype (Chemiotype) – Ou profil chimique, un phénotype chimique spécifique qui, dans le cannabis, est généralement fondé sur les pourcentages relatifs des différents cannabinoïdes. Chlorose – Jaunissement des tissus de la plante résultant d'une dégradation de la chlorophylle. Chromosome – Éléments de la chaîne ADN situé dans le noyau de la cellule qui support les gènes. Clonage cellulaire – Réplication asexuée de nouveaux individus à partir de petits groupes de cellules isolées, technique différente du marcottage et du bouturage. Clone – Individu produit de façon asexuée et conservant intégralement le génotype parental. Coclchicine – Produit chimique dangereux utiisé pour induire des mutations polyploïdes dans les plantes. Cotylédons – Feuille de la graine, présentes dans l'embryon et qui apparaissent immédiatement après la germination. Cristalloïdes – Globules cristallins situés dans le cytoplasme. Croisement – Accouplement de deux individus. Croisement polyhybride – Croisement hybride pour plusieurs caractères. Cultivar – Variété de plante qu'une ne trouve que dans le commerce. Cuticule – Couche de cire végétale recouvrant la surface de l'épiderme d'une plante. Cytokines – Classes d'hormones de croissance.   Dagga – Cannabis africain. Décarboxylase – Perte par une molécule de son groupe carboxyle (COOH). Décussé – Caractère des feuilles apparaissant par paires opposées le long de la tige. Déhiscence – Ouverture naturelle à maturité d'un organe clos. La libération du pollen est provoquée par la déhiscence des anthères situées dans la partie supérieure des étamines des fleurs staminées. Différenciation – (1) Processus consistant à mélanger par croisement des pools de gènes hétérozygotes pour promouvoir la variabilité génétique des descendants – (2) Développement par une plante de tissus différenciés : racines, calices, tiges, etc. Dioïque- Mode de reproduction où les organes staminés (mâles) et pistillés (femelles) se développent sur des plantes distinctes. Diploïde – Qui possède normalement un double assortiment de chromosomes semblables (2n), dans le cannabis, 2n = 20. Distal – Qui s'écarte. Domestique – Cultivé ou apparu spontanément dans une zone cultivée. Dominance incomplète – Aucun allèle d'une paire n'est dominant. Dominance (caractère) – Le caractère qui est exprimé dans le phénotype d'une paire d'allèles hétérozygotes ; le caractère dominant est noté par la lettre capitale, ici, le W, et le gène récessif par la minuscule, le w. Durée du jour critique – Durée du jour maximale induisant la floraison.   Éclaicissage, éclaircir – Enlever les plantes indésirable au sein d'une plantation. Écosystème – Communauté d'organismes interdépendants vivant dans un même environnement. Embolie – Bulle d'air qui se forme à la base d'un bouture, bloquant le flux de sève. Endozoïque – Interne. Épicotyle – Partie de la tige située entre les cotylédons et la première paire de vraies feuilles. Épiderme – Couche externe des tissus de la plante. Épigamique – Qui n'est pas contrôlé par les gènes. Étamine – Organe reproducteur mâle constitué d'un filet et d'une anthère. Étiolement – Processus qui consiste à faire pousser une plante dans le noir le plus complet pour favoriser le démarrage des racines.   F1 (génération) – Première génération filiale, descendants de deux plantes parentes (P1) F2 (génération) – Deuxième génération, résultant d'un croisement entre deux plants F1. Fertilisation – L'union du matériel génétique issu du pollen (1n) avec le matériel génétique provenant de l'ovule (1n) et restaurant la condition diploïde (2n). Fixé (caractère) – Un caractère est fixé lorsque le ou les gènes qui le déterminent sont à l'état homozygote. Foliole – Chacune des petites feuilles qui forment une feuille composée. Fongique (traitement) – Traitement à long terme visant à tuer les organismes pathogènes présents dans le sol autour de la graine ou de la plante. Fonte eds semis – Infection, due à des champignons présents dans le sol, qui attaque les semis et les jeunes plants.   GA3 – Acide gibbérellique. Gamète – Cellule sexuelle haploïde (1n) de l'ovule ou du pollen capable d'initier la formation d'un nouvel individu par la recombinaison avec un autre gamète du sexe opposé. Ganja – Mot indien désignant les grappes de fleurs pistillées de la plante et par extension le cannabis. Gène – Élément contrôlant l'expression et la transmission des caractères héréditaires. Génotype – Combinaison de gènes présents sur les chromosomes à l'intérieur du noyau de chaque cellule qui, au travers des influences environnementales, détermine les caractères phénotypiques. Gibbérélline – Classe d'hormones de croissance des plantes. Globules – Gouttes d'huile ou de résine dans le cytoplasme. Goutte-à-goutte – Système d'irrigation dans lequel l'eau est délivrée à chaque plant individuellement en petites quantités à des intervalles réguliers et fréquents. Greffon – Fragment de tige prélevé sur une plante pour faire une greffe.   Haploïde – Condition, comme dans les gamètes où chaque cellule possède la moitié du nombre usuel de chromosomes, que l'on trouve dans les cellules végétatives abrégée en 1n (dans le cannabis, 1n = 10). Haschisch – Drogue fabriquée à partir de la résine des têtes des trichomes glandulaires. Pour l'obtenir, les têtes (grappes de fleurs des plantes pistillées) sont frappées ou frottées ; la résine obtenue est ensuite pressée et mis en forme. Héliotrope – Qui se tourne vers le soleil. Hermaphrodite – Individu issu d'une variété dioïque où l'un des sexes prédomine mais qui développe des organes floraux de l'autre sexe. Hétéoblastique – De formes variées. Hétérozygote – Se dit d'un individu dans lequel les deux allèles codant un caractère ne sont pas les mêmes sur chaque membre d'une paire de chromosomes homologues ; les individus hétérozygotes sont notés "Aa" ou "aA" et ne sont pas de "lignée pure". Homologues – Composés ayant la même structures chimiques Homologues (chromosomes) – Membres de la même pair de chromosomes. Homozygote – Se dit d'un individu dans lequel les deux allèles codant un caractère sont les mêmes sur chaque membre d'une paire de chromosomes homologues ; les individus homozygotes sont notés "AA" ou "aa" et sont de "lignée pure". Hormone – Les hormones des plantes ou substance de croissance sont des substances chimiques produites en toutes petites quantités par la plante et qui contrôlent la croissance et le développement de la plante. On connait au moins cinq classes d'hormones qui semblent interagir dans la plupart des phases de développement de la plante. Huiles essentielles – Composants aux arômes puissants contenus dans les résines sécrétées par les plantes. Hybride – Individu hétérozygote résultant du croisement de deux variétés séparées (ndlr non-apparentées) Hybride F1 – Première génération filiale hétérozygote. Hybride (vigueur) – Chez les hybrides F1 (résultant de l'hybridation de deux pools de gènes), la vigueur est augmentées.   Intéraction génique – Contrôle d'un caractère par deux ou plusieurs gènes. In vitro – Dans le verre, hors de l'organisme. Inflorescence – Groupe de fleurs.   Lactifère – Organe sécréteur de latex. Laision génique – Deux gènes sont liés lorsque les caractères qu'ils gouvernent sont transmis ensemble au lieu de se transmettre de façon autonome. Lignée – Race ou ensemble d'individu dérivés d'ancêtres communs.   Manucure – (Effeuillage) opération qui consiste à enlever les feuilles entourant les t^tes. Marcottage – Mode de multiplication végétatif par lequel une tige aérienne est enterrées et prend racine. Marijuana – Mot d'origine espagnol désignant le cannabis psychotrope (et illégal) aux USA. Méiose – Division de la cellule aboutissant à la réduction de moitié du nombre de chromosomes contenus dans son noyau, passage du stade diploïde (2n) au stade haploïde (1n). Méristème – Tissu constitué de cellules embryonnaires (à division très rapide) à l'origine des tissus spécialisés, méristème racinaire, méristème apical, cambium. Microspore – Pollen. Mitose – Division d'un diploïde (2n) donnant deux cellules filles diploïdes (2n). Monoïque – Les organes sexuels pistillés et staminés se développent sur le même plant. Monohybride (croisement) – Croisement hybride pour un seul caractère. Multiplication sexuelle – Reproduction par la recombinaison du matériel génétique issu de deux parents par l'union de deux gamètes. Mutation – Modification transmissible d'un gène.   Nécrose – Décoloration et mort d'un tissu. Nitrification – Transformation par les organismes du sol de l'azote atmosphérique en une forme assimilable par les plantes.   Organite – Élément cellulaire différencié assurant un rôle déterminé dans la cellule. Ovule – Parie de la fleur femelle contenant le gamète haploïde qui formera, après fertilisation, une graine.   P1 (génération) – Première génération parentale, les parents qu'on a croisés pour obtenir des descendants F1 ou F1 hybride. Pathogène – Qui cause une maladie ou un trouble spécifique. Pédicelle – Point d'attachement du pistil staminé ou pistillé. Pentyle – Pentacarboné. Périanthe – Enveloppe externe de la graine arborant des couleurs et des motifs variés. Péricarpe – Partie du fruit qui enveloppe la graine. pH – Mesure du potentiel d'hydrogène, acide si < à 7, neutre si =7, basique si > à 7. Phénotype – Caractères extérieurement observables d'un organisme déterminés par les interactions du génotype individuel et de l'environnement. Phloème – Tissu vasculaire de la racine, de la tige, et des feuilles par lequel transitent l'eau et les produits synthétisés par la plante tels que les sucres, les hydrates de carbone et les substances des croissance. Photopériode – Portion éclairée du cycle lumineux quotidien. Photopériode inductive – Durée du jour nécessaire pour le déclenchement de la floraison. Photosynthèse – Processus par lequel la plante élabore les hydrates de carbone grâce à l'énergie de la lumière du soleil, le CO2 et l'eau. Phyllotaxie – Disposition des feuilles le long de la tige. Pigments secondaires – Pigments autre que le principal d'entre eux (la chlorophylle) qui recueillent l'énergie solaire. Pistil – Paire d'organes femelles destinées à la réception du pollen et constituée d'un stigmate et d'un style amalgamés. Pistillée – Femelle. Plasmodes – Pores dans les parois qui séparent des cellules adjacentes. Plastide (ou plaste) – Organite cellulaire se caractérisant par son pouvoir élaborateur. Pollinisation – Transfert du pollen issu d'une étamine dans le pistil d'une fleur. Pool génétique – Collection de combinaisons possibles des gènes. Polymérisation – Liaison de plusieurs petits molécules entre elles pour former une chaîne. Polymorphe – Qui peut se présenter sous différentes formes. Polyploïde – Présence de plusieurs ensembles de chromosomes à l'intérieur d'une seule cellule (généralement 3n ou 4n). Porte-greffe – Tige enracinée utilisée pour une greffe. Porteur – Un plant infecté par un virus mais qui, du fait de sa forte résistance, ne montre aucun symptôme de cette infection. Primordiae – Fines pousses (généralement florales) qui apparaissent en premier derrière les stipules le long de la tige principale et les branches principales. Propyle – Groupe tricarboné Protoplaste – Cellule bactérienne ou végétale débarrassée de sa paroi cellulosique externe. Psychoactif – Qui agit sur la conscience ou le psychisme. Pure lignée (de) – Individu homozygote résultant d'un croisement à l'intérieur d'une lignée.   Radicule – Première racine élaborée par l'embryon. Rajeunissement – Apparition sur un plant mature et en floraison d'un nouveau rameau juvénile et pré-floral. Récessif (caractère) – Le caractère qui n'est pas exprimé dans le phénotype d'une paire de gènes hétérozygote et qui s'exprime uniquement dans une paire homozygote allèle récessive. Recombinaison – Brassage des gènes entraînant l'apparition chez les descendants de caractères qui ne s'exprimaient pas chez les parents. Rétro-croisement – Croisement d'un descendant avec l'un des descendants de caractères qui ne s'exprimaient pas chez les parents. Rouissage – Opération consistant à rompre ou à dissoudre dans l'eau le matière gommeuse qui maintient les fibres en faisceau afin de libérer les fibres.   Sélection – Choisir un individu porteur de caractères favorables pour en faire un parent de futures générations. Sénescence – Stade de déclin d'un organisme précédant la mort. Sessile – Attaché directement à la surface. Serre – Construction à parois translucides permettant le contrôle de la croissance des plantes. Sinsemilla – De l'expression mexicaine sin semilla, littéralement sans graine ; désigne une plante femelle mature et dépourvue de graine car ayant poussé dans un environnement où les plants mâles ont été enlevés. Staminé – Qui possède des étamines, mâle. Stipe – Tige. Stipule – Petit appendice foliacé situé sur la tige de chaque côté du pétiole et soutenant le calice. Stomate – Pore sur les feuilles, servant aux échanges gazeux des plantes.   Temple Balls – Boules de haschisch indien d'excellente qualité, roulées à la main et vendues dans les temples à des fins religieuses. Terpène – Molécule organique produisant un fort arôme. Tétraploïde – Qui possède quatre génomes – ensembles de chromosomes – (4n) au lieu de deux, condition diploïde (2n). THC – Tétrahydrocannabinol. THCV – Tétrahydrocannabivérol. Trichome – ou trichoma, poil de plante. Trichome – Trichome bulbeux – petit trichome glandulaire sans pédoncule. Trichome capité-sessile – Trichome glandulaire à tige producteur de résine. Trichome glandulaire – Poil ayant une fonction sécrétrice. Treillage – Méthode de culture visant à donner une forme optimale à une plante en l'ébranchant et en attachant les branches à des fils ou des tuteurs.   Vacuole – Espace circonscrit limité par une membrane au sein du cytoplasme d'une cellule. Verticillée (phyllotaxie) – Trois branche, voire plus, apparaissant à chaque nœud.   Xylème – Le bois par opposition à l'écorce, l'aubier ou les feuilles.     Autres topics liés : La botanique de la Marijuana Chapitre 1 -   La botanique de la Marijuana Chapitre 2 - La multiplication du cannabis (à venir) La botanique de la Marijuana Chapitre 3 - Partie 1 - La génétique - La Polyploïdie - L’hybridation - L’acclimatation   La botanique de la Marijuana Chapitre 3 -  Partie 2 - Fixer des caractères - Ratios de génotypes et de phénotypes - Liste des caractères favorables du cannabis   La botanique de la Marijuana Chapitre 3 - Partie 3 - Phénotypes et caractères des variétés importées   La Botanique du Cannabis - Chapitre 4 - Maturation et récolte du cannabis (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe I - Taxinomie et Nomenclature (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe II - Facteurs Écologiques   La Botanique du Cannabis - Annexe III - La détermination du sexe (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe IV - Trichomes glandulaires et non glandulaires (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe V - La biosynthèse des cannabinoïdes (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe VI - Croissance et floraison La Botanique du Cannabis - Glossaire

NoMaD

NoMaD

 

La Botanie du Cannabis - Chap 1 - Le cycle de vie - Robert Connell Clarke

Chapître I – Le cycle de vie sinsemilla du cannabis     Le cannabis est une herbe de haute taille, droite et annuelle. Dans un environnement ensoleillé, avec un sol composté, assaini et bien irrigué, la plante peut atteindre une taille de 6 mètres en 4 à 6 mois. Les rives bien exposées des cours d'eau, les près et les terres agricoles sont de parfaits habitats pour le cannabis puisqu'ils reçoivent la lumière et la chaleur solaire en abondance.   Dans l'exemple qui suit on est parti d'une graine originaire de Thaïlande, cultivée sans être taillée, elle a donnée une grande plante femelle. Un croisement avec une bouture d'un plant mâle d'origine mexicaine a produit une graine hybride qu'on a conservée pour la planter ultérieurement. C'est un bon exemple de culture de cannabis en extérieur en climat tempéré.   Les graines sont plantées au printemps et mettent en général de 3 à 7 jours pour germer. Le jeune plantule sort du sol sous la forme d'un hypocotyle (tige embryonnaire). Les cotylédons (feuilles de la graines) sont légèrement inégaux en taille ; étroits à la base, ils sont ronds ou aplatis à son extrémité.   La longueur de l'hypocotyle varie de 1 à 10cm. Les premières vrais feuilles apparaissent à environ 10cm au-dessus des cotylédons : il s'agit d'une paire de folioles uniques, au bout d'un pétiole (tige de feuille), situées à un quart de tour des cotylédons.   Les paires suivantes des feuilles sont opposées et se développent selon la série suivante ; la deuxième paire possède 3 folioles, la troisième en a 5, et ainsi de suite jusqu'à 11 folioles. Il arrive que les premières feuilles appariées et opposées présentent  chacune 3 folioles (au lieu d'une seule) ; dans ce cas, les deux suivantes auront chacune 5 folioles.  
Si la plante dispos de suffisamment de place, les branches pousseront à partir des bourgeons (situés à l'intersection des pétioles tout au long de la tige principale). Chaque plante dite sinsemilla (littéralement "sans graine" désigne des plantes ne donnant pas ou presque pas de graines, généralement fortement psychoactives) doit disposer de tout l'espace nécessaire pour développer de longues branches axiales, des racines fines et allongées afin d'obtenir une abondante récolte florale. Dans des conditions favorables, le cannabis peut grandir de 7cm par jour pendant les longues journées d'été.   Le cannabis réagit de deux façons au cycle saisonnier de la lumière solaire ; pendant les deux ou trois premiers mois il profite de l'allongement des la période diurne et pousse avec vigueur. Ensuite, il utilise le raccourcissement des jours pour fleurir et achever son cycle de vie.   Le cannabis fleurit lorsque la photopériode (durée du jour) atteint un seuil critique différant selon les variétés. Ce processus ne joue pas pour les variétés (tropicales) qui fleurissent avec une durée de jour constante. Cependant, la plupart des variétés ont absolument besoin de journées courtes ou plutôt de nuits longues pour enclencher la production de fleurs fertiles. Si ce n'est pas le cas, elles ne produiront que des primordiae indifférenciées (des fleurs non formées).   Le temps requis pour former des primordiae varie en fonction de la durée de la photopériode. Une variété donnée qui fleurira en 10 jours avec 10h de lumière par jour, pourra mettre jusqu'à 90 jours pour fleurir avec des journées de 16 heures. Une photopériode de moins de 8 heures par jour ne semble pas accélérer la formation de primordiae. Les cycles nocturnes ne doivent pas être interrompus afin de ne pas compromettre le bon déroulement de la floraison (voir annexe).   Le cannabis est une espèces dioïque, ce qui signifie que les fleurs mâles et femelles se développent séparément sur des plantes mâles  ou femelles. On trouve toutefois des individus monoïques (hermaphrodites) qui possèdent les deux sexes sur une seule tige. Le développement des branchent portant des organes de floraison est fort différent chez le mâle et la femelle : les fleurs mâles pendent par grappes sur des branches flexibles et allongées (elles peuvent atteindre 30cm) possédant plusieurs brins, tandis que les fleurs femelles forment des bouquets touffus entourés de petites feuilles.   (Note : Dans la suite du texte, les fleurs et les plantes femelles de cannabis seront appelées pistillées, tandis que les fleurs et les plantes mâles seront dites staminées. Ce choix terminologique est le plus approprié et aidera le lecteur à mieux comprendre les cas de sexualité aberrante et complexe).   Le premier signe de la floraison du cannabis est l'apparition, le long de la tige principale, de primordiae florales indifférenciées aux nodules (intersections) du pétiole, derrière le stipule ("l'éperon"). Lors de la phase pré-florale, les sexes ne se distinguent pas, excepté par certaines vagues différences de  formes, souvent douteuses.  
Lorsque surgissent les  primordiae, elles sont sexuellement indifférenciées. Mais on parvient bientôt à repérer les mâles grâce à leur forme de griffe recourbée puis à l'apparition de bourgeons ronds, pointus et bien différenciés. On reconnaît les femelles à l'élargissement d'un calice tubulaire symétrique (gaine florale). Elles sont plus faciles à distinguer dès leur plus jeune âge que les primordiae mâles. Les premiers calices femelles n'ont généralement pas de paire de pistils* (organes récepteurs de pollen) bien que les premières fleurs mâles mûrissent souvent et libèrent du pollen. Chez certains individus, notamment des hybrides, de petites branches sans fleurs se forment sur les nodules : on les confond souvent avec les  primordiae mâles. Les cultivateurs attendent donc que les fleurs soient bien formées pour déterminer le sexe de la plante. Les plantes femelles ont tendance à être plus petites que les mâles et à avoir plus de branches. Elles sont touffues au sommet et leurs fleurs sont entourées de nombreuses feuilles, tandis que les plantes mâles ont moins de feuilles près du sommet et sur leurs longues branches fleuries.   * Dans le cas du cannabis, le terme de pistil a acquis un sens particulier, qui diffère légèrement de la définition botanique habituelle. La raison de ce glissement de sens tient à l'usage de bon nombre de planteurs qui vouent un intérêt passionné à la reproduction du cannabis mais dont les connaissances en anatomie végétales sont empiriques. La définition scientifique du pistil se réfère à la combinaison d'un ovaire, d'un style et d'un stigmate. C'est cette convention qui a été adoptée dans le présent ouvrage puisqu'elle est utilisée par la plupart des planteurs de cannabis.     Les fleurs femelles se présentent au départ sous la forme de deux longs pistils blancs, jaunes ou roses qui émergent de la fente d'un calice. Le calice est couvert de trichomes (poils) glandulaires qui  sécrètent de la résine. Les fleurs femelles surgissent par paires sur les nœuds : on aperçoit une fleur de chaque côté du pétiole, derrière le stipule des bractées (petites feuilles). Le calice mesure de 2 à 6 mm de long ; il contient l'ovaire.     Chez les fleurs mâles, cinq pétales (d'une longueur d'environ 5 mm) forment le calice. Elles peuvent être jaunes, blanches ou vertes. De ces fleurs, qui pendent, émergent cinq étamines (d'environ 5mm), formées de fines anthères (sacs de pollen), qui s'ouvrent au sommet et son suspendues à de minces filaments. La surface extérieure du calice mâle est couverte de poils non glandulaires. Les grains de pollen sont quasi sphériques, jaunâtres, et mesurent de 25 à 30 microns de diamètre. Leur surface lisse présente de 2 à 4 pores.     Avant le début de la floraison, la phyllotaxie (disposition des feuilles) s'inverse et le nombre de folioles par feuilles diminue jusqu'à ce qu'une foliole unique apparaisse sous chaque paire de calices. La phyllotaxie, qui était décussée (opposée), devient alternée (décalée) et demeure en général alternée à travers tous les stades de la floraison – quel que soit le genre sexuel.     Les différences dans les processus de floraison des plantes mâles et femelles ont nombreuses. Peu après la déhiscence (libération du pollen), la plante staminée meurt, alors que la plante pistillée peut mûrir pendant cinq mois après la formation de fleurs viables si la fertilisation est réduite ou nulle. Les plantes mâles poussent plus vite que les femelles. Les plantes staminées fleurissent en moyenne un mois avant les pistillées ; ces dernières, toutefois,donnent des primordiae différenciées une à deux semaines avant les plantes staminées.   De nombreux facteurs contribuent à déterminer le genre sexuel d'un plant de cannabis en fleur. Dans les conditions ordinaires avec une photopériode critique normale le cannabis donnera un nombre sensiblement égal de plantes purement mâles et de femelles et quelques hermaphrodites 'ayant les 2 sexes sur la même plantes). On a constaté que dans des conditions de stress extrême (excès ou déficience en substance nutritives, mutilations, cycles lumineux perturbés), les populations de cannabis ont tendance à ne plus respecter cet équilibre : l'un ou l'autre genre domine alors nettement.     Peu avant la déhiscence, le noyau du pollen se divise et donne une petite cellule végétative ; celles-ci sont toutes deux contenues dans le grain de pollen mûr. La germination a lieu quinze à vingt minutes après le contact avec un pistil. Tandis que le tube pollinique grandit, la cellule végétative demeure dans le grain de pollen ; la cellule génératrice pénètre dans le tube et migre vers l'ovule. La cellule génératrice se divise en deux gamètes (cellules sexuelles) en parcourant le tube pollinique.   La pollinisation de la fleur femelle provoque la perte de sa paire de pistils ; l'ovule grossit à l'intérieur du calice tubulaire, qui enfle. Les fleurs staminées meurent après avoir relâché leur pollen. Au bout de 14 à 35 jours, la graine est mûre et tombe à terre, laissant le calice desséché attaché à la tige.   Ainsi s'achève le cycle de vie normal de la plante. Sa durée normale est de 4 à 6 mois, mais il peut varier de 2 à 10 mois. Les graines fraîches ont une viabilité proche de 100%, mais ce taux décroît avec l'âge.   La graine mûre est dure. Elle est entourée par le calice et présente des configurations variées de couleur grise, marron, ou noire. Allongée et légèrement comprimée, elle mesure de 2 à 6 mm de longueur. Son diamètre varie de 2 à 4 mm.     En procédant à une pollinisation soigneusement étanche de quelques branches sélectionnées, on obtient des centaines de graines dont la parenté est connue. Elles sont récoltées à maturité quand elles commencent à tomber des calices. Les autres grappes de fleurs restent sinsemilla ou sans graines et continuent à mûrir sur la plante. Au fur et à mesure que les calices non fertilisés gonflent, les poils glandulaires à la surface se développent et sécrètent lees résines odorantes et chargées de THC.   Les têtes florales et poisseuses sont récoltées, séchées et triées. L'étude du cycle du cannabis sinsemilla montre donc comment on peut produire des graines viables sans compromettre la production de fleurs sans graines.       Autres topics liés : La botanique de la Marijuana Chapitre 2 - La multiplication du cannabis (à venir) La botanique de la Marijuana Chapitre 3 - Partie 1 - La génétique - La Polyploïdie - L’hybridation - L’acclimatation   La botanique de la Marijuana Chapitre 3 -  Partie 2 - Fixer des caractères - Ratios de génotypes et de phénotypes - Liste des caractères favorables du cannabis   La botanique de la Marijuana Chapitre 3 - Partie 3 - Phénotypes et caractères des variétés importées   La Botanique du Cannabis - Chapitre 4 - Maturation et récolte du cannabis (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe I - Taxinomie et Nomenclature (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe II - Facteurs Écologiques   La Botanique du Cannabis - Annexe III - La détermination du sexe (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe IV - Trichomes glandulaires et non glandulaires (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe V - La biosynthèse des cannabinoïdes (à venir) La Botanique du Cannabis - Annexe VI - Croissance et floraison La Botanique du Cannabis - Glossaire  

NoMaD

NoMaD

 

Le breeding selon Nebula Haze ( Grow Weed Easy )

Techniques d'élevage du cannabis (avancé)
  par Nebula Haze     Table des matières introduction •      Evolution de la plante de cannabis par élevage sélectif •      Stock de départ: Souches HYPERLINK "http://www.growweedeasy.com/advanced-breeding-techniques"Landrace •      Étude de cas: Développement de la souche Ruderalis Vue d'ensemble: élevage de nouvelles souches •      Quoi, pour le breeding ? Termes et outils du métier •      Phénotypes •      Traits dominants et récessifs •      Souches stabilisatrices, back-crossing et consanguinité •      Comment sélectionner les plantes mâles et femelles pour votre programme d'élevage •      Vigueur hybride Élevage de nouvelles souches - étape par étape       Êtes-vous intéressé par l'élevage de vos propres variétés de cannabis? Avec toutes les génétiques incroyables disponibles aujourd'hui, il y a plus de possibilités que jamais pour l'élevage de nouvelles souches.
  Evolution de la plante de cannabis par élevage sélectif
  Jetons un coup d'oeil à un exemple du pouvoir de l'élevage sélectif.
  Voici quelques-unes des 40 meilleures souches selon le   magazine High Times en 1977


  Voici un petit assortiment de certaines des souches d'aujourd'hui
 
  Certains de ces changements sont dus à des pratiques de culture différentes, mais beaucoup de changements ont à voir avec la génétique et ce que les gens ont fait pousser au cours des dernières décennies. Au cours des dernières décennies, de nombreux cultivateurs ont sélectionné des effets à haute teneur en THC et «psychédéliques», de gros bourgeons dodus avec de gros rendements, des périodes de floraison plus courtes, de jolies couleurs et une belle apparence générale. Récemment, il y a aussi eu beaucoup de gens qui ont cultivé des souches à haute teneur en CBD pour les utilisateurs médicaux. Mais en plus du pourcentage de THC ou de CBD, il y a beaucoup plus d'effets globaux du cannabis. Il y a beaucoup de cannabinoïdes et de terpénoïdes que nous n'avons pas étudiés, et tout cela peut changer les effets que produisent les bourgeons. Certains cultivateurs commencent à faire d'autres croisements pour d'autres caractères en plus des niveaux de couleur ou de THC / CBD, accordant plus d'attention aux nuances des différentes souches et à leurs effets. Par exemple, certains amateurs de cannabis ont apprécié le cannabis qu'ils ont reçu dans les années 60 ou 70, et regrettent certains effets de souches plus anciennes. Bien que ces souches n'aient pas été aussi riches en THC ou aussi «jolies» que les fameuses souches actuelles, elles ont eu d'autres effets mentaux ou corporels agréables. Heureusement pour les éleveurs, de nombreux héritages et génétiques génétiques ont été préservés grâce aux semences. Certains éleveurs de semences, comme  ACE HYPERLINK "https://www.seedsman.com/en/cannabis-seed-breeders/ace-seeds?a_aid=536dc52ef2d64"Seeds  et  Cannabiogen,  offrent des gènes intéressants provenant de variétés locales et d'anciennes lignées.  Ces jours-ci, il y a tellement de possibilités de faire pousser des boutons qui produisent exactement les effets que vous voulez. Les producteurs partout dans le monde ont accès à d'énormes banques de semences riches en gènes divers, nouveaux et anciens.


  Souches Landrace et Heirloom


  Des générations de cultivateurs avant nous ont parcouru le monde pour trouver des souches de cannabis issues de la terre afin que nous puissions tous bénéficier d'un énorme réservoir de génétique pour nos programmes d'élevage. Une souche landrace est une souche cultivée locale; une souche qui a été développée par les résidents locaux de cette région. Ainsi, un producteur pourrait visiter une région où les cultivateurs locaux ont une variété unique de cannabis. Parfois, leur variété locale présente de nouveaux caractères souhaitables que vous n'avez jamais vus auparavant (une couleur, un goût, une odeur, une puissance, etc.). De nombreux producteurs vont prendre des graines pour cultiver eux-mêmes. Un collecteur de souches Landrace pourrait ramener des dizaines de graines de sorte que la génétique de ces souches locales sont préservées. Ces graines sont ensuite mélangées avec d'autres reproducteurs pour capturer ces caractères dans de nouvelles plantes.
  De nombreux éleveurs de cannabis célèbres voyagent à travers le monde pour trouver des variétés locales uniques à intégrer dans leurs programmes d'élevage. La souche  Panama  (ci-dessous) est fabriquée à partir de trois variétés anciennes: 
Panama '74, Panama vert et Colombien "Punto Rojo" Il y a beaucoup de phénotypes qui apparaissent dans les souches patrimoniales mixtes comme celle-ci, et la génétique unique que vous ne pouvez pas trouver dans la plupart des souches modernes.        

  Étude de cas: les plantes Ruderalis
  Un exemple célèbre d'une plante locale qui a secoué le monde de la cannabiculture est la plante "Ruderalis". Les gens ne le considèrent peut-être pas comme une race locale, car il ne semble pas être cultivé activement par les cultivateurs locaux, mais c'est une plante locale qui a été mélangée à de nombreux programmes d'élevage dans le monde. À l'état sauvage, Ruderalis est une petite plante de cannabis clairesemée qui pousse dans les climats extrêmement froids avec de courts étés. Les bourgeons ne sont pas puissants et les plantes sont maigres, mais ces plantes ont un trait très important: la capacité à auto-fleurir après seulement quelques semaines, sans tenir compte de la lumière. Voici un exemple de deux plantes Ruderalis à l'état sauvage (photo prise en Russie)





  cette photo incroyable provient du  Canada HYPERLINK "https://plus.google.com/102321077201622812302/posts"CannabisClub ™ Contrairement à la plupart des autres souches, les souches autoflorissantes ne dépendent pas des calendriers lumineux. Au lieu de cela, ils commencent à cultiver des bourgeons et sont prêts à récolter en quelques mois, peu importe ce qui se passe. À un moment donné, un producteur éclairé s'est rendu compte que ce trait d'auto-floraison pourrait être utile aux producteurs. Pourtant, la souche Ruderalis sauvage ne serait jamais utile aux producteurs dans sa forme originale, car il avait de faibles niveaux de THC et les bourgeons étaient minuscules. Les éleveurs ont donc commencé à croiser ces plantes à floraison automatique avec des variétés de cannabis de haute qualité. Les croisements originaux ont créé des plantes relativement petites avec une activité faible, mais les cultivateurs ont continué à raffiner et à stabiliser les souches auto-florissantes. Au cours de la dernière décennie, de nombreux éleveurs du monde entier ont travaillé ensemble pour isoler le caractère autofloraison dans les plantes qui produisent des bourgeons de haute puissance et de gros rendements. En continuant à ramener les plantes Ruderalis à des variétés de cannabis puissantes, nous avons maintenant des variétés qui ont gardé cette caractéristique d'auto-floraison mais qui sont tout aussi puissantes que les souches modernes (nous avons réussi à "exclure" les phénotypes qui ne produisent pas de bons bourgeons). modèles de croissance). Maintenant, il existe de nombreuses souches auto-floraison stabilisées qui sont tout aussi puissants et beaux que n'importe quelle autre souche et plusieurs éleveurs portent maintenant une version auto-floraison de leurs souches régulières.
  Voici un exemple d'une plante à floraison automatique moderne (Dutch Passion AutoMazar ↗) à environ 2,5 mois de la graine.
 Cette photo est prise  juste après la récolte et l'usine a fini par produire environ 4 onces de bourgeons de haute qualité.
 
  Regardez une vidéo time-lapse de la plante ci-dessus car elle se développe de la graine à la récolte en 11 semaines Ça ne ressemble plus à un cousin sauvage, n'est-ce pas? Et la puissance et les effets des souches autoflorissantes modernes de haute qualité sont maintenant à peu près les mêmes que les souches de photopériode. En quelques années seulement, les éleveurs ont pu prendre une plante de chanvre clairsemée et exclure tout sauf le caractère auto-floraison. Cela a donné aux éleveurs le pouvoir de créer de puissantes variétés auto-florissantes dans le monde entier!  En tant qu'éleveur, vous avez le pouvoir d'identifier des traits spécifiques et ensuite de les incorporer dans vos souches, laissant derrière vous tout ce dont vous ne voulez pas.

  Aperçu: Élevage de nouvelles variétés de cannabis


                                                                                                                      

  Tout d'abord, pourquoi faire de nouvelles souches? Parce que chaque nouvelle variété a le potentiel d'apporter quelque chose au monde de la cannabiculture qui n'a jamais été vu auparavant. Tout comme de nombreuses souches ont maintenant des effets différents des souches populaires d'il y a des années, vous pouvez créer des souches qui sont meilleures pour vous que tout ce qui est disponible aujourd'hui. Vous pouvez même prendre des souches anciennes et créer des souches uniques que personne d'autre n'a jamais expérimentées. Chaque plante est un peu différente, et quand quelqu'un cultive une graine, les semis résultants auront un mélange de traits de chacune de leurs plantes mères. Comme les différentes plantes sont élevées ensemble, les gens peuvent choisir de ne croiser que leurs plantes préférées. Ils peuvent créer de nouvelles combinaisons qui produisent des effets uniques et merveilleux. Au cours de quelques générations de sélection des plantes les plus souhaitables pour la reproduction, les nouveaux semis montreront plus de traits spécifiques que vous avez sélectionnés, et moins de traits que vous avez rejeté. C'est essentiellement la façon dont les nouvelles souches naissent, bien qu'il existe plusieurs techniques spéciales (expliquées ci-dessous) pour vous aider à atteindre vos objectifs aussi rapidement et efficacement que possible.
  Traits à éventuellement sélectionner pour l'élevage L'une des premières choses à prendre en compte est «qu'est-ce que j'essaie d'obtenir en multipliant?» Il existe des millions de combinaisons reproductrices qui peuvent produire toutes sortes de bourgeons fous, mais chaque sélectionneur a des objectifs différents. •      Croissance  - la plante grandit-elle ou est-elle courte, longue et mince, courte et touffue, jusqu'à la récolte (durée de la floraison), le rendement, etc. •      Rusticité  - rapidité de croissance des plantes, résistance aux problèmes de moisissures ou de racines, chaleur ou froid, solidité des tiges, etc. •      Bourgeons  - Odeur, couleur, apparence, effets perçus, puissance, niveaux de THC ou de CBD, etc. Plus votre pool génétique est grand (plus vous avez de plantes à choisir), plus il devient facile de trouver des caractères spécifiques que vous souhaitez inclure dans votre programme d'élevage. Pour les éleveurs, il est excitant de vivre à une époque où il y a une abondance de gènes disponibles pour tous ceux qui ont une adresse postale, que vous vouliez essayer les nouvelles variétés populaires ou trouver une vieille variété pour créer quelque chose de nouveau.  Ceci est Nepal Jam , une souche portant génétique héréditaire; il a été fabriqué à partir d'un croisement entre une souche népalaise Highland Sativa x Jamaica '85





  Malheureusement, la plupart des éleveurs ne peuvent pas cultiver des dizaines ou des centaines de plantes à la fois. Il est donc utile que d'autres cultivateurs soient disposés à cultiver vos graines et à vous faire savoir comment les plantes se développent. Comme les producteurs cultivent ensemble des plantes de souches connues, ils sont capables de développer des souches nouvelles et intéressantes qui portent les meilleurs traits des parents. Au fil du temps, ce processus de sélection artificielle crée des plantes qui ne ressemblent en rien à leurs ancêtres. Croissance et rusticité Déterminer la rusticité et la croissance végétative d'une plante est relativement facile. Vous avez simplement besoin d'observer les plantes pendant leur croissance. Mais certains traits sont beaucoup plus difficiles à stabiliser que d'autres, surtout quand il s'agit des fleurs elles-mêmes. Malheureusement, plus vous vous concentrez sur un trait particulier, moins vous pouvez faire attention aux autres traits. La couleur est un excellent exemple d'un trait qui est difficile à reproduire pour cette raison. Couleur Les souches colorées sont très populaires ces jours-ci. Les bourgeons pourpres et roses sont particulièrement populaires, mais quand il s'agit de la couleur des bourgeons, il est difficile de stabiliser une souche de sorte que 100% des rejetons soient de la même couleur que désiré. Un problème a essayer de stabiliser une couleur est que cela peut amener les éleveurs à accorder moins d'attention à la croissance de la plante, à l'odeur des bourgeons et à leurs effets. C'est pourquoi il est important de prêter attention à tous les traits d'un programme d'élevage! Ne faites pas seulement attention à la couleur. Afin de préserver les autres effets souhaités (puissance, odeur, etc.), les producteurs peuvent parfois inclure des gènes qui ne produisent pas de bourgeons colorés. En conséquence, de nombreuses variétés colorées que vous obtenez aujourd'hui auront des plantes qui produisent de la couleur, tandis que d'autres plantes de la même souche produiront des boutons qui deviendront verts. Certaines souches sont stabilisées pour presque toujours produire de la couleur, mais parfois ces souches manquent d'autres caractères parce que l'éleveur accordait plus d'attention à la couleur qu'aux effets. Quand il s'agit de couleur, il est important de comprendre que la couleur des bourgeons n'a rien à voir avec la puissance du cannabis. C'est simplement un trait visible, tout comme le nombre de fleurs de différentes couleurs. Les bourgeons de cannabis pourpres peuvent être ultra-puissants, ou ils peuvent être «meh». Les effets produits ont à voir avec l'élevage / la génétique et le style de croissance, pas la couleur.  
 
Odeur

L'odorat est une chose subjective. Chaque personne a une réaction différente à différentes odeurs. Et pour rendre les choses plus confuses, chaque bourgeon de cannabis produit un bouquet de nombreuses odeurs différentes. En raison de cette complexité, il peut être difficile de «bloquer» une certaine odeur dans une souche, en particulier les odeurs qui sont des traits récessifs. Sans aucun moyen de «mesurer» l'odeur, vous devez compter davantage sur vos sentiments personnels et votre instinct. Il faudra  plusieurs générations  de différents essais et croisements et voir les résultats avant que les producteurs soient capables de produire des plantes qui ont tendance à sentir comme quelque chose de nouveau. Pourtant, nous avons des variétés que les gens reconnaissent comme l'ananas, la myrtille, la fraise, la gomme à mâcher, le bois de santal et plus encore. Il est tout à fait possible d'élever des variétés de cannabis qui produisent de nouvelles odeurs uniques qui s'ajoutent à l'expérience entière du cannabis.

  Puissance
  Certains cultivateurs testent les niveaux de THC et de CBD et ceux-ci peuvent être des traits très importants  les patients usagers de cannabis médical. Mais en plus du THC et du CBD, il y a beaucoup d'autres aspects qui contribuent à la puissance perçue et aux effets qu'une pression aura sur vous. Il y a des douzaines de cannabinoïdes que nous n'avons pas étudiés (et par conséquent ne testons pas); il y a aussi des terpénoïdes et d'autres facteurs dans les fleurs qui affectent probablement l'expérience d'utilisation du cannabis. Pour cette raison, il n'y a pas un seul facteur auquel tous les producteurs devraient prêter attention. Le plus important est de créer une variété que  vous aimez. Quand il s'agit de sélectionner pour la puissance, je recommande de choisir de reproduire les plantes qui produisent les effets mentaux et physiques que vous aimez. Si vous ne cultivez que des plantes que vous aimez, la puissance prendra soin d'elle-même et vous vous retrouverez avec des bourgeons de meilleurs en meilleurs  au fil du temps. Vous n'avez pas nécessairement besoin de connaître les niveaux de THC et de CBD pour savoir ce que vous aimez      
  Voici un exemple de deux plantes avec des modèles de croissance complètement différents dans la phase de floraison. Chacune de ces plantes présente un phénotype différent dans cet environnement en raison des différences dans leur génétique.  

  Les souches "non stabilisées" portent plus d'un phénotype commun (parfois plusieurs). Ce que cela signifie, c'est que vous pouvez obtenir deux plantes de la même souche, mais ils peuvent afficher différents phénotypes (ils peuvent avoir une apparence et un développement complètement différemment les uns des autres). Certaines souches sont plus "stabilisées" ce qui signifie que toutes les graines de cette souche présentent le même phénotype. Toutes les plantes poussent de la même manière. Cette stabilisation est réalisée par une sélection rigoureuse pour s'assurer que toutes les graines portent seulement des gènes pour le phénotype désiré. Mais la génétique n'est pas la seule chose qui affecte la croissance de vos plantes. Les gènes de la plante et l'environnement influencent le phénotype que vous voyez.  En fait, l'environnement joue un très grand rôle dans la production de vos plantes. Disons que vous prenez un clone d'une plante (une copie génétique exacte de l'original). Ces plantes poussent de manière similaire dans le même environnement, mais elles poussent souvent très différemment dans différents environnements de croissance. Par exemple, si un environnement a tendance à être froid, il pourrait ralentir la plante ou même la tuer, mais cette même plante pourrait prospérer à une température plus élevée. Certaines plantes pourraient bien faire avec des niveaux plus bas de nutriments, mais ont toutes sortes de problèmes avec des niveaux plus élevés de nutriments. Cela dépend de la génétique héritée de ses parents. Un bon éleveur connaîtra l'environnement dans lequel leur souche aura tendance à se comporter le mieux et pourra vous aider à comprendre comment tirer le meilleur parti de chaque variété. A partir de maintenant, je vais juste parler de traits spécifiques qui aident composer le phénotype d'une plante, puisque c'est ce à quoi la plupart des éleveurs font attention.

 
  Traits dominants et récessifs Certains traits sont "dominants" et d'autres "récessifs". Cela signifie que vos plantes peuvent parfois porter des traits «cachés» qui n'apparaîtront pas à moins que vous ne vous multipliez ensemble deux plantes qui portent toutes deux une copie du gène caché. Ainsi, par exemple, vous pouvez prendre deux plantes qui poussent  avec des bourgeons verts, mais une partie de leur progéniture pourrait produire des bourgeons roses. Cela signifie que les parents portaient des gènes capables de produire des bourgeons roses et
 que ce trait «rose» récessif a été mis en évidence chez leur progéniture.


  Diminution ultra-rapide de la génétique et de l'héritage mendéliens
  En savoir un peu sur la génétique et l'héritage vous donnera un énorme avantage dans votre programme d'élevage. La première chose que vous devez savoir est que toutes les plantes (et les animaux) reçoivent deux versions de chaque gène, une de chacun de leurs parents. L'interaction entre les deux versions d'un gène peut avoir un effet énorme sur votre plante.    La génétique mendélienne examine comment les plantes et les animaux présentent des phénotypes différents en fonction de leurs gènes. Commençons par regarder les gènes dominants et récessifs. Certains gènes ont une dominance complète, ce qui signifie qu'ils «prennent le relais» si la plante a seulement une copie du gène. Les gènes récessifs apparaîtront seulement dans le phénotype si la plante a obtenu deux copies du même gène récessif de chacun de ses parents. Les figures ci-dessous montrent des exemples d'héritage mendélien. Ceci est super-simplifié mais pourrait vous aider à mieux comprendre les gènes dominants et récessifs. 

  Dominance complète  

- Disons que les plantes de cannabis peuvent avoir une version «rouge» ou «blanche» d'un gène qui contrôle la couleur des bourgeons. La version rouge est complètement dominante, et la version blanche est récessive. Cela signifie que (avec ces gènes) la plante ne peut montrer que des bourgeons rouges ou blancs. Il ne les "mélange" pas.  Laissez-moi vous donner un exemple en utilisant un diagramme. "R" est le gène dominant dans le diagramme ci-dessous. Cela signifie que si une plante porte une copie du gène «R» (rouge), les bourgeons seront rouges. Les bourgeons ne seront blancs que si la plante reçoit deux copies du gène "W" (blanc). Regardons ce qui se passe sur 3 générations si une plante avec deux gènes «R» est élevée avec une plante qui a deux gènes «W». 

(1) Génération parentale 
(2) Génération F1 
(3) Génération F2
  Vous pouvez voir que la première génération (F1) ci-dessus produirait seulement des fleurs rouges puisque toute la progéniture obtiendrait au moins une copie du gène "R". Mais si vous croisez ces plantes F1 ensemble, vous obtiendrez environ 3 rouges pour chaque blanc puisque vous commencerez à obtenir des plantes qui ont reçu deux copies du gène "W".  Mais dans de nombreux cas, la génétique n'est pas si simple. Tous les gènes ne suivent pas le schéma dominant-récessif. Souvent, ce n'est pas un cas où les gènes sont seulement «activés» ou «désactivés». Ils peuvent interagir entre eux pour former de nouvelles combinaisons. Et pour ajouter à la confusion, certains traits sont produits par l'interaction de dizaines voire de centaines de gènes.

  Dominance incomplète  

- Regardons un exemple où les gènes ont une dominance incomplète les uns sur les autres. Dans ces cas, aucune version d'un gène n'est "dominante". Au lieu de cela, ils se touchent partiellement. Alors, à quoi cela ressemble-t-il en pratique? Le diagramme suivant montre un exemple de dominance incomplète. Tout comme l'exemple ci-dessus, nous commençons avec deux plantes, l'une avec deux versions de "R" (les bourgeons deviennent rouges), et l'autre avec deux gènes "W" (les bourgeons deviennent blancs).  Mais cette fois, les deux gènes affichent une dominance «incomplète» - ce n'est pas que la progéniture montrera seulement une version ou l'autre, mais en fait un mélange des deux. Cette fois, quand une plante obtient une copie de "R" et une copie de "W", les fleurs deviennent effectivement roses. Aucune des deux versions du gène n'étant complètement dominante, elles s'influencent mutuellement en créant un «mélange» des deux versions du gène.

  Exemple d'héritage mendélien - Dominance incomplète
1) Génération parentale 
(2) Génération F1 
(3) Génération F2

  Dans ce cas, la première génération ci-dessus ne produirait que des fleurs roses car tous les descendants obtiendraient une version de chaque gène. Mais si vous croisez ces plantes F1 ensemble, vous obtiendrez 25% de chance de devenir blanc ou rouge et 50% de chances d'obtenir des fleurs roses. Mais beaucoup plus de gènes peuvent être affectés par la couleur des boutons de cannabis. L'odorat, le goût, les effets mentaux et bien d'autres sont grandement affectés par la génétique d'une plante. Une des meilleures façons de découvrir des gènes cachés ou récessifs intéressants dans votre pool génétique est de croiser d'abord vos plantes de départ, puis de croiser leur progéniture ensemble ou de «rétro-croiser» avec leurs parents pour voir si de nouveaux caractères apparaissent.
  Une fois que vous avez identifié un trait que vous aimeriez conserver, vous pouvez commencer à croiser cette plante avec d'autres membres de sa «famille» jusqu'à ce que vous ayez déterminé quelles plantes vous devez reproduire ensemble pour que leur progéniture montre toujours ce trait particulier. Au fil du temps, les producteurs peuvent développer toute une «suite» de nouveaux caractères qui peuvent être systématiquement issus de leur stock génétique. Vous pouvez en apprendre davantage sur l'héritage génétique . Un excellent outil pour vous aider à visualiser les traits dominants et récessifs est le Tableau de Punnett  (montré ci-dessus) pour vous aider à prédire comment un croisement de plante particulière pourrait se révéler. Il existe d'autres facteurs héréditaires, tels que l' hérédité non mendélienne et l' épigénétique , qui peuvent également affecter la croissance de vos plantes.
 
  Souches stabilisatrices, Back-Crossing et consanguinité
  Une souche stabilisée produit des résultats cohérents de toutes ses graines. Pour ce faire, vous devez manipuler votre stock génétique en reproduisant et en rétro-croisant jusqu'à ce que vous obteniez un ensemble de parents qui produisent systématiquement des descendants qui poussent tous de la même manière - presque comme étant capables de fournir des clones sous forme de graines. Avec une souche stabilisée, les producteurs savent exactement à quoi s'attendre lorsqu'ils cultivent une souche puisque toutes les graines poussent de la même manière. Le "back-crossing" est une technique puissante pour aider les éleveurs à stabiliser les souches. Le Back-Cross consiste à prendre une plante ou un animal et à le croiser avec l'un de ses parents (ou éventuellement avec un autre membre de la famille proche). L'idée est de créer une progéniture qui soit génétiquement similaire au parent désiré. Chaque progéniture provenant d'un rétrocroisement est plus susceptible de porter deux versions des gènes des parents désirés. Par exemple, disons que vous croisez deux plants de cannabis. La plante mère a un trait que vous aimez (comme un grand stone corporel). Vous pouvez prendre les plantes mâles de sa progéniture et les croiser avec la plante mère. Cela vous donne une progéniture qui ressemble davantage à la mère (avoir plus de versions de ses gènes), et qui sont donc plus susceptibles de transmettre le trait (grand stone corporel) à la génération suivante. •      Certains producteurs se réfèrent au processus de Back-Cross comme «BC» ou «BX» (B = retour et X = croisement). •      À la suite du croisement, vous pouvez «verrouiller» les traits désirés d'une plante spécifique afin que la souche produise constamment des plantes qui poussent comme vous le souhaitez. •      Un Back-Cross lourd provoque des plantes fortement consanguines. Cela peut parfois entraîner l'enfermement de mauvais gènes récessifs (si une plante obtient deux versions d'un «mauvais» gène, elle souffrira alors car elle ne dispose pas d'une «meilleure» version du gène). C'est ainsi que la consanguinité peut mal tourner. •      La consanguinité peut également donner des plantes uniformes saines qui tendent à produire une progéniture constante. Le «bon» type de plante consanguine est un atout pour les programmes de sélection, car vous pouvez facilement prédire certains des traits qui seront transmis à la génération suivante. Les plantes fortement consanguines portent deux versions identiques de plusieurs de leurs gènes, et ne transmettront donc systématiquement que leur version particulière de chaque gène à tous leurs descendants. Si une plante a deux versions identiques du gène "W", par exemple, cela signifie que tous leurs enfants auront au moins une version du même gène "W". Cela peut être utilisé pour prédire les traits de la progéniture avant même de traverser vos plantes. Quand rétro-croiser? Si vous aimez comment une plante particulière pousse, c'est quand vous rétro-croisez. Vous essayez de "verrouiller" certains traits dans votre pool génétique. En rétro-croisant, la progéniture devient plus comme le parent, et plus susceptible de transmettre ces traits à la génération suivante. Sauf si vous envisagez de créer des plantes fortement consanguines, vous n'avez généralement besoin de rétro-croiser qu'une ou deux fois pour obtenir la stabilité génétique nécessaire pour commencer à développer une nouvelle souche. Excité maintenant ? Parlons de votre propre programme d'élevage.
  Comment sélectionner les plantes mâles et femelles pour un programme d'élevage
  Plantes femelles
-  Il est relativement facile de sélectionner des plantes femelles dans un programme d'amélioration du cannabis. Vous faites simplement pousser les plantes femelles et attendez les résultats. Si la plante pousse bien et que les bourgeons sont bons, gardez-le! Si vous n'aimez pas comment cette plante femelle particulière a tourné, détruisez-la!
  Note: Certains producteurs prendront une super plante femelle et la croiseront par la  féminisation  pour rétrocéder la plante unique plus efficacement et plus rapidement qu'en utilisant sa progéniture. Certains cultivateurs vont également croiser deux plantes femelles différentes, en sautant le processus de trouver des mâles tout à fait. Certains producteurs sont contre l'utilisation de la féminisation dans le cadre du processus de sélection d'un programme d'élevage. Ces producteurs croient qu'en forçant les plantes femelles à faire des sacs de pollen pour la féminisation, vous pouvez involontairement choisir des  hermaphrodites  (plantes qui montrent des plantes mâles et femelles). Le jury est toujours sur de ce qui est le meilleur, pourtant de nombreux éleveurs ont des sentiments forts dans l’une et l’autre. La plupart des cultivateurs semblent convenir que les plantes mâles sont une partie importante de chaque programme d'élevage à long terme. ... Mais il est beaucoup plus difficile de savoir quels gènes sont véhiculés par les plantes mâles puisqu'ils ne produisent pas de bourgeons. Vous ne pouvez pas savoir quels "traits de bourgeon" une plante mâle produira jusqu'à ce que vous commencez à l'élever avec plusieurs plantes femelles différentes et regardez la progéniture. À travers le lent processus de reproduction des mâles et d'observation de la progéniture, les éleveurs peuvent identifier des plantes mâles particulières qui sont géniales pour produire certains traits chez leur progéniture femelle.
  Plantes mâles 
- Les plantes mâles éprouvées sont probablement certaines des parties les plus prisées et les plus importantes de tout programme d'amélioration du cannabis. La raison en est que les plantes mâles sont des «porteurs silencieux» des gènes qui produisent les bourgeons. La seule façon de savoir avec certitude quels traits une plante mâle transmettra à sa progéniture femelle est de le croiser avec différentes plantes femelles connues et de voir comment la progéniture se révèle. Après beaucoup de tests, un producteur peut créer ou trouver une plante mâle qui est connue pour donner des traits souhaitables à sa progéniture. Par exemple, vous pourriez trouver une plante mâle qui a tendance à faire de la progéniture dont les bourgeons sentent la mûre. Même si la plante mâle ne se développe jamais du tout, elle porte silencieusement le trait de bourgeon qui sentent comme les mûres. Ce type de connaissance peut être extrêmement utile si vous essayez de croiser un mâle avec vos plantes femelles.
  Le processus de sélection des mâles pour un programme d'élevage prend du temps et vous aurez besoin de garder de bonnes notes sur chaque progéniture d'une plante mâle afin d'apprendre quels traits silencieux la plante mâle porte pour sa progéniture femelle



  Exploitez la puissance de la vigueur hybride (hétérosis) et des croisements «F1» Lorsque vous prenez deux plantes non apparentées et fortement consanguines et que vous les croisez ensemble, vous obtenez quelque chose que l'on appelle «hétérosis» chez les descendants.
  L'hétérosis se produit lors de l'élevage de deux plantes ...
  •      Fortement consanguine (ayant traversé plusieurs générations de rétrocroisements et / ou d'élevage entre des plantes étroitement apparentées) •      Indépendants les uns des autres (ils ne partagent aucun ancêtre connu)
  L'hétérosis peut parfois être utilisé pour augmenter les rendements, l'uniformité et la vigueur des plantes. Lorsque cela se produit, le résultat est connu sous le nom de «vigueur hybride». Les descendants des mêmes parents ayant une vigueur hybride ont tendance à croître de la même façon; De plus, ils peuvent croître plus rapidement, être plus forts et / ou produire des rendements plus élevés que ceux de leurs parents.
  Cet effet ne se produira que pour le croisement de première génération ("F1") entre les deux plantes consanguines. Si vous multipliez les croisements F1, ils n'auront plus de vigueur hybride. Cela arrive seulement avec le premier croisement entre deux plantes fortement consanguines.
  Parfois, un croisement F1 entre deux plantes consanguines non apparentées peut produire des résultats indésirables ou surprenants, mais les cultivateurs sont souvent récompensés par une meilleure vigueur et uniformité des croisements F1.
  Vous pouvez utiliser la vigueur hybride à votre avantage une fois que vous avez identifié un super croisement F1. Si deux plantes parentales créent un superb cross de F1, certains producteurs garderont la plante «mère» et «père» afin qu'ils puissent les utiliser à plusieurs reprises pour les reproduire et faire plus de graines du même croisement F1. Cela garantit que tous les descendants bénéficient de la vigueur hybride, et qu'ils pousseront pareil  les uns et les autres. Certaines "souches" sont en fait un croisement F1 spécifique entre deux parents qui produit un résultat souhaitable à chaque fois.
  Par exemple, la souche "Aurora Indica" ( ↗ ) est en fait un croisement F1 entre une plante spécifique Afghan x Northern Light. Ces mêmes deux plantes sont reproduites encore et encore pour faire plus de graines d'Aurora Indica. En tant que croisement F1, toutes les plantes Aurora Indica bénéficient d'une vigueur hybride.
  La technique de la «vigueur hybride» est utilisée dans de nombreux types de culture de plantes, pas seulement pour la culture du cannabis. Un exemple familier est avec le maïs. La plupart des gens mangent du maïs aujourd'hui est un croisement F1. Depuis les années 1940, bon nombre des «variétés» de maïs les plus populaires sont en réalité des hybrides de première génération fabriqués à partir de lignées consanguines. Chaque croisement F1 a été choisi car il produit des caractères spécifiques, par exemple, le rendement, l'aspect et la rusticité. L'attribut F1 permet de s'assurer que tout le maïs résultant a le même aspect et qu'il est prêt à être récolté en même temps.


  Crédit photo: b4faa.org lien d'origine Les producteurs de maïs ont trouvé un super croisement  de F1 qui produit de meilleurs résultats que n'importe quelle variété individuelle sur le marché. Remarquez comment la progéniture F1 semble être meilleure que ses parents de presque toutes les façons mesurables. En croisant les deux mêmes «parents» à chaque fois, les éleveurs de maïs savent que tous les descendants F1 auront la même performance,ils obtiendront des rendements similaires et seront prêts à récolter en même temps. C'est le pouvoir de la vigueur hybride! Êtes-vous prêt à commencer à chercher votre propre cross de cannabis F1 parfaite?
  Élevage de nouvelles variétés de cannabis - étape par étape
  Important! Toujours étiqueter chaque plante ou clone! Il est étonnamment facile de perdre la trace de quelle est telle ou telle plante, surtout si vous travaillez avec beaucoup de plantes.
  1 / Choisissez vos plantes mâles et femelles 
- que vous procédiez au rétrocroisement, que vous créiez un hybride F1 ou que vous croisez simplement deux super plantes ensemble, vous devez d'abord décider quelles plantes deviendront vos plantes «mères». Le reste de cet article devrait vous       aider à choisir les meilleures plantes parentales pour vos objectifs.     •      2 /Séparez les mâles et les femelles 
- Une fois que vous avez décidé quelles plantes vous voulez reproduire ensemble, gardez les mâles séparés des femelles tout au long du processus de croissance (ou éliminez les mâles au début de la floraison). Quoi qu'il en soit, assurez-vous que les mâles sont séparés des femelles dès que les pré-fleurs mâles (petits sacs à pollen) apparaissent. Assurez-vous qu'aucun pollen du mâle ne l’a fait aux femelles sans que vous le fassiez vous-même, sinon vous vous retrouverez avec des bourgeons minuscules de génétique inconnue.
  •      3 / Collecter le pollen des mâles 
- Attendre que les sacs de pollen soient bien développés avant de recueillir le pollen de la plante mâle désirée. • Vous ne savez pas quand collecter le pollen? Cette photo vous montrera à quoi ressemblent les sacs de pollen adultes, ainsi que ce à quoi ressemblera le pollen. 



  • Vous pouvez prendre un sac Ziploc, le placer autour de la tige et agiter pour que la plante libère du pollen dans le sac. Si vous ne pouvez pas l'utiliser tout de suite, conservez le pollen dans un sac Ziploc scellé dans le congélateur. Le pollen plus frais est meilleur, et de nombreux producteurs recommandent de jeter le pollen après un mois. • Certains cultivateurs gardent leurs mâles prisés comme des plantes «pères», prenant des clones pour fleurir et produisant du pollen à la demande en cas de besoin (au lieu de stocker du pollen dans le congélateur).
  •      4 / Polliniser les femelles 
- Les plants de cannabis femelles sont prêts à être pollinisés quelques semaines après avoir montré des signes de pistils blancs. À ce stade, il y aura formation de bourgeons individuels, mais les cheveux / pistils seront toujours blancs. Il est important d'éviter de polliniser la mauvaise plante, donc avant de commencer, isolez la plante femelle des autres plantes et éteignez tous les ventilateurs. Prenez le sac ziplock plein de pollen et placez-le doucement sur une tige avec plusieurs bourgeons formant. Scellez-le à la base afin qu'aucun pollen ne puisse en sortir. Tournez soigneusement et secouez le sac pour couvrir les bourgeons de pollen. Laissez le sac pendant une heure ou deux, puis tournez et secouez le sac avec précaution. Attendez deux heures de plus puis retirez délicatement le sac.
  •      5 / Soins pour les plantes mères «enceintes» 
- Assurez-vous de fournir aux plantes mères une bonne source de nutriments, y compris plus d'azote que ce qui est inclus dans la plupart des formules nutritives «floraison». Il peut être utile de passer à un calendrier de nutriments «végétatif» pour s'assurer que les graines obtiennent ce dont elles ont besoin pendant le processus de formation des graines. Les graines devraient commencer à se former quelques semaines après la pollinisation et sortir de leur lourd calice plusieurs semaines après. Si vous devez conserver les graines pendant un certain temps, conservez-les dans un endroit frais et sombre (mais ne les congelez pas).
  •      6 / Graines de plantes
- Faites germer vos graines et voiyez comment elles poussent. Est-ce qu'elles grandissent vite ou lentement? Comment les bourgeons se développent-ils? Quelle est la durée de la floraison? Odeur? Goût? Puissance? Il peut être utile de garder des clones de toutes vos plantes au cas où l'une d'entre elles serait un vrai gagnant. De cette façon, vous pouvez l'utiliser indéfiniment dans le cadre de votre programme d'élevage.
  •      7 / Tenir des registres!
- Pour faire du breeding avec succès, l'une des choses les plus importantes est de garder de bons comptes rendus. Notez quelles plantes ont été élevées ensemble et comment leur progéniture s'est avérée. Cela vous permet de garder une trace des traits qui apparaissent chez les parents et la progéniture. Cela vous aidera également à créer de nouvelles souches, car vous serez en mesure de savoir quels sont les caractères à attendre lors de la reproduction de certaines plantes.
  «Faire des hybrides stables repose sur la capacité de tester autant de progénitures que possible à chaque nouvelle génération, afin d'évaluer comment les qualités souhaitées sont transmises et de décider si une souche est prête ou a besoin de plus d'ajustement.   ~ Sensi Seeds
    Pour aider à garder une trace de quelle génétique est contenue dans chaque plante, de nombreux éleveurs ont plusieurs cultivateurs testant leurs souches et leurs croisements. Cela aide à fournir des informations précieuses sur les phénotypes qui apparaissent pour des croisements particuliers. Il est difficile pour la plupart des éleveurs de développer et d'étudier des centaines de plantes dans des environnements différents, ce qui fait que les gens qui cultivent vos souches et rapportent des informations précieuses pour votre programme d'élevage. Peu importe comment vous choisissez de le faire, il faut toujours tester vos plantes et obtenir des commentaires d'autres producteurs! Cela vous aide à vous signaler tout phénotype négatif qui doit être «exclu». Par exemple, si certaines plantes produisent une progéniture qui ne sent pas / goût / ne donne les effets comme vous le souhaitez, vous saurez que les plantes parentales portent un phénotype qui devrait être exclu du pool génétique de sorte qu'aucun producteur n'obtienne de façon inattendue ce traits.  D'un autre côté, vous pourriez en apprendre davantage sur de nouveaux traits merveilleux dont vous n'aviez pas réalisé qu’il étaient là dans la descendance de vos plantes parentales.
    Plus important encore, les plantes élevées que vous aimez! :)       Vous êtes maintenant armé avec l'information dont vous avez besoin pour créer votre programme d'élevage et développer vos propres souches! Vous pourriez être le prochain éleveur célèbre et vainqueur de la coupe de cannabis!


  Prime! Exemple net montrant des traits récessifs. De la source  kamyo : "Ceci est un croisement composé de Ducksfoot / AfghanErdpurt x Ducksfoot / Chitral Kush pakistanais. Le trait de feuille palmé de ducksfoot est récessif et apparaîtra rarement chez les hybrides F1 de plantes ducksfoot / non palmées. Les hybrides ont été croisés, et on a estimé que 25% pourraient montrer des traits palmés. Cette estimation semble assez précise, mais elle pourrait même être plus que cela. Il suffit de penser qu'il valait la peine de montrer différents phénotypes que peuvent montrer les mêmes parents. "
 
  Nebula Haze pour : Grow Weed Easy .

manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon Robert Connell Clarke ( Labotanique de la Marijuana Chp.3) Partie 3 / Phénotypes et caractères des variétés importées.

La Botanique de la Marijuana
                                                                                        Par Rob Clarke

                                                      Une étude avancée : La reproduction et l’hybridation
                                                                        d’espèces distinctes de Cannabis.
      Traduction réalisée pour l'enrichissement et le bien de la communauté cannabique francophone… (merci monsieur "X" )


Chapitre 3 - La génétique et multiplication du cannabis Partie 3
Partie 1 ICI / Partie 2 ICI /

 
Phénotypes et caractères des variétés importées

1. Phénotypes généraux des variétés de fibres
2. Phénotypes généraux des variétés de drogue

a ) Colombie
b ) Congo
c ) Hindu-Kush
e ) Jamaïque
f ) Kenya
g ) Liban
h ) Malawi
i ) Mexique
j ) Maroc
k ) Népal
I ) Russie
m ) Afrique du Sud
n ) Asie du Sud-Est

3. Phénotypes hybrides

a ) phénotype « creeper »
b ) Phénotype « énorme et tout droit »


Phénotypes et caractères des variétés importées

En général les progénitures des F1 et F2 d’une pure race de ces variétés importées sont plus ressemblantes entre elles qu'elles ne le sont avec d'autres variétés et sont donc appelées des variétés pures. Cependant, il faut se rappeler que ce sont des phénotypes globaux exprimant une moyenne et des variations récessives de chaque caractère se produiront. En outre, ces grandes lignes sont basées sur des plantes non taillées et poussant dans des conditions idéales, et tout stress modifiera ce phénotype global. En outre, l'environnement protecteur d'une serre chaude tend à amenuiser la différence entre les différentes variétés. Cette section présente l'information utilisée dans la sélection des variétés pures pour une hybridation.

1. Phénotypes généraux des variétés de fibres

Les variétés de fibres sont caractérisées comme hautes, à maturation précoce, sans branches latérales et souvent monoïques. Cette habitude de croissance a été choisie par des générations de fermiers producteurs de fibres pour faciliter la formation de longues fibres grâce à une croissance et une maturation uniforme. Les variétés monoïques mûrissent plus uniformément que les variétés dioïques, et les récoltes de fibre ne sont pas cultivées sur une assez longue période pour former des graines, ce qui interfère avec la production de fibres. La plupart des variétés de cannabis de fibres proviennent des climats tempérés nordiques de l'Europe, du Japon, de la Chine et de l'Amérique du Nord. Plusieurs variétés ont été sélectionnées dans les principales régions productrices de chanvre et offertes à la vente au cours des cinquante dernières années à la fois en Europe et en Amérique. Les variétés sauvages de fibres du middle-west des Etats-Unis sont habituellement hautes, fines, avec relativement peu de branches latérales, faiblement fleuries, et avec une teneur basse en cannabinoïdes. Elles viennent d’une race échappée de cannabis sativa. La plupart des variétés de fibres contiennent du CBD comme cannabinoïde principal et peu ou pas de THC.

2. Phénotypes généraux des variétés de drogue

Les variétés de drogue sont caractérisées par du Delta1-THC comme cannabinoïde principal, avec des taux bas d'autres cannabinoïdes accessoires comme le THCV, le CBD, le CBC, et le CBN. Ceci résulte de d’une hybridation sélective ou de la sélection naturelle dans des régions où la biosynthèse du Delta1-THC favorise la survie.


a) Colombie

      - (latitude 0 à 10° nord) Le cannabis colombien pouvait, à l'origine, être divisé en deux variétés de base : une occupant les secteurs côtiers humides proches de l’Atlantique, de faible altitude, situés du côté de Panama ; et l'autre occupant les secteurs plus arides des montagnes intérieures près de Santa Marta. Plus récemment, de nouveaux espaces de culture, situés sur le plateau intérieur de la Colombie centrale méridionale et s'étirant aux vallées des montagnes au sud de la côte atlantique, sont devenus les principales sources de culture commerciale du cannabis d'exportation. Jusqu'à récemment, du cannabis de haute qualité était disponible au marché noir à la fois le long des côtes et dans les montagnes intérieures colombiennes. Le cannabis a été introduit en Colombie il y a un peu plus de 100 ans, et sa culture s’est profondément enracinée dans les traditions. Les techniques de culture impliquent souvent la transplantation des jeunes plantes choisies et une grande attention à chaque individu. La production de "La mona amarilla" ou de têtes dorées est réalisée par ceinturage ou prélèvement d’une bande d'écorce sur la tige principale d'une plante presque mûre, ce qui limite de ce fait les flux d'eau, des aliments, et des produits de la plante. Après plusieurs jours, les feuilles sèchent et tombent tandis que les fleurs meurent lentement et se teintent vers le jaune. Cela donne le très estimé « Colombian Gold » si répandu du début au milieu des années 70 (Partridge 1973). Les noms des produits comme « Punta Roja » (fils rouges [ pistils ]), « Cali Hills » « choco » « lowland », « Santa Marta Gold » et « purple » nous donnent une certaine idée de la couleur de ces variétés et de la région de culture.

      En réponse à incroyable demande des Etats-Unis pour du cannabis, du contrôle assez efficace de l’importation, au travers de frontières de plus en plus étroitement surveillées, et de la culture du cannabis mexicain, et l'utilisation du « paraquat », les fermiers colombiens ont passé la vitesse supérieure pour leurs opérations. La majeure partie de la marijuana fumée en Amérique est importée de Colombie. Ceci signifie également que le plus grand nombre de graines disponibles pour la culture locale proviennent également de Colombie. L'agrobusiness du cannabis a écrasé tout sur son passage, sauf quelques petites régions où la culture à la main de cannabis de haute qualité comme « la mona amarilla » peut continuer. La meilleure marijuana de Colombie était souvent sans graines, mais les qualités commerciales sont presque toujours chargées de graines. En règle générale aujourd'hui, les régions les plus éloignées des montagnes sont les centres de l'agriculture commerciale et peu de petits fermiers restent. On pense que quelques fermiers des montagnes doivent toujours faire pousser le meilleur cannabis, et des qualités exceptionnelles se font jour de temps en temps. Les graines des variétés colombiennes légendaires les plus anciennes sont maintenant très prisées par les sélectionneurs. Pendant la période de gloire du « Colombian Gold », cette excellente marijuana cérébrale était cultivée dans les hautes montagnes.

      La marijuana des terres humides en contrebas était caractérisée par des faisceaux floraux résineux, bruns, et fibreux, dont l’effet était narcotique et sédatif. Maintenant la marijuana des montagnes est devenue le produit commercial caractérisé par des faisceaux floraux bruns, feuillus et d'effet sédatif. Bon nombre des caractères défavorables du cannabis colombien importé vient des techniques agricoles commerciales hâtives, combinées un mauvais curage et stockage. Les graines colombiennes contiennent toujours les gènes favorisant la croissance vigoureuse et la production élevée de THC. Les variétés colombiennes actuelles contiennent également des taux élevés de CBD et de CBN, cannabinoïdes qui pourraient avoir des conséquences sur l’effet sédatif, et pourraient résulter de l’utilisation de techniques accélérées de curage et de stockage. Les variétés colombiennes locales manquent habituellement de CBD et de CBN. Le marché commercial du cannabis a provoqué l'extinction de quelques variétés locales par hybridation avec des variétés commerciales.

      Les variétés colombiennes apparaissent comme des plantes coniques, avec relativement beaucoup de branches secondaires le long d’une tige centrale droite, de branches latérales horizontales et des inter-nœuds relativement courts. Les feuilles sont caractérisées par des pales fines fortement dentelées (7-11) formant presque une rosace et des nuances variables d’un vert moyen. Les variétés colombiennes fleurissent habituellement tard dans des régions tempérées de l'hémisphère nord et peuvent ne pas produire de fleurs dans des climats plus froids. Ces variétés favorisent les longues saisons équatoriales de croissance et semblent souvent peu sensibles aux journées rapidement décroissantes de l'automne, dans des latitudes tempérées. En raison du modèle de production de branches latérales horizontales des variétés colombiennes et de leur long cycle de croissance, les plantes femelles tendent à produire beaucoup de têtes sur toute la longueur des tiges jusqu’à l’intersection avec la tige centrale. Les petites fleurs tendent à produire des graines petites, rondes, foncées, chinées et brunes. Le cannabis colombien importé et local tend souvent à être plus sédatif en terme de psychoactivité que d'autres variétés. Ceci peut être du à l'effet synergique du THC avec des taux plus élevés de CBD ou de CBN. Les mauvaises techniques de curage et de séchage des fermiers colombiens, comme le séchage au soleil en monticules énormes ressemblant à des tas de compost, peuvent former du CBN comme un produit de la dégradation du THC. Les variétés colombiennes tendent à faire d'excellents hybrides avec des variétés qui mûrissent plus rapidement comme celles d’Amérique Centrale ou d'Amérique du Nord.


b ) Congo

- (latitude 5° nord à 5° sud) La plupart des graines proviennent d’exports de têtes chargées de graines de qualité commerciale arrivant en Europe.


c) Hindu-Kush

       - cannabis indica (d'Afghanistan et du Pakistan) - (latitude 30° à 37° nord) Cette variété des contreforts de la chaîne de montagnes Hindu-Kush (jusqu'à 3.200 mètres ou 10 000 pieds) est cultivée dans de petits jardins ruraux. Elle est utilisée depuis des centaines d’années principalement pour la fabrication de haschisch. Dans ces régions, le haschisch est habituellement fait à partir des résines recouvrant les calices et les feuilles associées des femelles. Ces résines sont enlevées en secouant et en écrasant les têtes au-dessus d'un écran en soie et en récupérant les résines qui tombent des plantes. Pour la fabrication de haschisch commercial, les résines sont généralement adultérées et compressées. Les variétés de cette région sont souvent pris comme exemples de phénotype du cannabis indica. Une maturation précoce et la croyance par les cultivateurs clandestins que cette variété ne serait pas soumise aux lois sur le cannabis sativa et puisse donc être légale, a entraîné sa prolifération dans toutes les populations locales de marijuana. Des noms tels que « hash plant » et « skunk weed » caractérisent son arôme acrid réminiscent de haschisch supérieur des hautes vallées près de Mazar-i-Sharif, de Chitral, et de Kandahar en Afghanistan et au Pakistan.

      Cette variété se caractérise par des plantes petites et larges, avec des tiges épaisses, boisées et fragiles et avec des internœuds courts. La tige principale ne fait en général que quatre à six pieds de haut (1m20 à 1m80), mais les branches latérales relativement peu ramifiées se développent généralement toutes droites jusqu'à ce qu'elles soient presque aussi grandes que la tige centrale et forment une sorte de forme conique à l'envers. Ces variétés sont de taille moyenne, avec des feuilles vert foncé avec 5 à 9 pales très larges, grossièrement dentelées et distribuées en cercle. La surface inférieure des feuilles est souvent moins foncée que la surface supérieure. Ses feuilles ont si peu de larges pales grossières qu'elles sont souvent comparées à une feuille d’érable. Les fleurs sont denses et se forment sur toute la longueur des branches comme des balles feuillues très résineuses. La plupart des plantes produisent des têtes avec un ratio calice/feuilles bas, mais les feuilles internes qui soutiennent les calices sont généralement littéralement incrustées de résine. Maturation précoce et grosse production de résine sont les caractéristiques de ces variétés. Cela pourrait résulter de son acclimatation aux latitudes nord tempérées et à une sélection pour la production de haschisch. L'odeur acrid associée aux variétés HinduKush apparaît très tôt chez les jeunes plantes tant mâles que femelles et continue durant toute la vie de la plante. Des arômes doux se développent souvent mais cette variété les perdent habituellement tôt, tout comme une psychoactivité claire et cérébrale.

      La stature courte, la maturation précoce, et la production élevée de résine rendent les variétés Hindu-Kush très désirables pour hybrider et elles ont, en effet, rencontré une grande popularité. Le patrimoine héréditaire des variétés importées de Hindu-Kush semble être dominant pour ses caractéristiques souhaitables et celles-ci semblent transmises à la génération F1. Un bon hybride peut résulter du croisement d’une variété Hindu-Kush avec une variété haute et douce à maturation tardive, de Thaïlande, d'Inde, ou du Népal. Cela produit une progéniture hybride à stature courte, à teneur élevée en résine, à maturation précoce, et au goût doux qui fera des fleurs de haute qualité dans des climats nordiques. Beaucoup de croisements hybrides de ce type sont faits tous les ans et sont actuellement cultivés dans beaucoup de régions d'Amérique du Nord. Les graines de Hindu-Kush sont habituellement grosses, rondes, et gris foncé ou noire chinée.


d) Inde Centrale méridionale

       - les régions de Kerala, de Mysore, et de Madras (10° à 20° de latitude nord)
     La Ganja (ou têtes fleuries de cannabis) est cultivée en Inde depuis des centaines d'années. Ces variétés sont habituellement cultivées sans graines et sont curées, séchées, et fumées comme marijuana au lieu d'être transformées en haschisch comme dans beaucoup de régions d’Asie Centrale. Cela les rend particulièrement attractives pour des cultivateurs locaux de cannabis qui souhaitent tirer avantage d’années d’hybridation sélective effectuée par les fermiers indiens pour la ganja. Beaucoup d'Européens et d’Américains vivent maintenant dans ces régions d'Inde et des variétés de ganja trouvent leur place dans les récoltes américaines locales de cannabis.

     Les variétés de Ganja sont souvent hautes et larges avec une tige centrale qui peut mesurer jusqu’à 12 pieds (plus de 3m) de laquelle partent des branches très touffues. Les feuilles sont vert moyen et ont 7 à 11 pales de taille moyenne et dentelées, disposées en cercle. Le caractère touffu des branches des variétés de ganja vient d’un nombre élevé de branches secondaires de sorte que les faisceaux floraux se développent sur les branches tertiaires ou quaternaires. Cela favorise un rendement élevé de fleurs qui dans les variétés de ganja tendent à être petites, minces, et courbées. Les graines sont habituellement petites et foncées. On trouve beaucoup d'arômes et de goûts épicés dans les variétés indiennes de ganja et elles sont extrêmement résineuses et psychoactives. Le cannabis médicinal de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème siècle était habituellement du ganja indien.


e) Jamaïque

      - (18° de latitude nord) Les variétés jamaïquaines n'étaient pas rares vers la fin des années 60 et au début des années 70 mais elles sont beaucoup plus rares aujourd'hui. On trouve à la fois des variétés vertes et brunes en Jamaïque. La meilleure herbe sans graines est connue comme « lamb’s bread » et sort rarement de Jamaïque. La plupart des variétés jamaïquaines sont visqueuses et brunes comme la « lowland » ou les variétés commerciales colombiennes. La proximité étroite de la Jamaïque et de la Colombie et sa position sur les itinéraires de la contrebande de marijuana entre la Colombie et la Floride font probablement que les variétés colombiennes prédominent maintenant en Jamaïque même si ces variétés n'étaient pas les variétés jamaïquaines originales. Les variétés jamaïquaines ressemblent aux variétés colombiennes dans la forme des feuilles, le type des graines et la morphologie générale mais elles tendent à être d’un vert plus clair, plus hautes et plus minces. Les variétés jamaïquaines produisent un effet psychoactif particulièrement clair et cérébral, à la différence de beaucoup de variétés colombiennes. Certaines variétés ont pu également venir en Jamaïque par les Caraïbes et les côtes du Mexique, et ceci pourrait expliquer l'introduction de variétés vertes cérébrales.


f) Kenya

      - Kisumu (5° de latitude nord à 5° de latitude sud) Les variétés de cette région ont des feuilles fines et varient en couleur de vert clair à vert foncé. Elles sont caractérisées par une psychoactivité cérébrale et un goût doux. On trouve fréquemment des hermaphrodites.


g) Liban

      - (34° de latitude nord) Les variétés libanaises sont rares dans les récoltes locales de cannabis mais on en trouve de temps en temps. Elles sont relativement petites et minces avec des tiges épaisses, des branches peu touffues, et des feuilles larges, d’un vert moyen avec 5 à 11 pales légèrement larges. Elles sont souvent à maturation précoce et semblent être feuillues, ce qui reflète un ratio calice/feuilles bas. Les calices sont relativement gros et les graines aplaties, ovoïdes et de couleur brun foncé. Comme avec les variétés Hindu-Kush, ces plantes sont cultivées pour la production de haschisch, et le ratio calice/feuilles pourrait avoir moins d’importance que la production totale de résine pour ce qui est de la fabrication de haschisch. Les variétés libanaises ressemblent aux variétés Hindu-Kush pour beaucoup de caractères et il est probable qu'elles ont une origine commune.


h) Malawi, Afrique

       - (10° à 15° de latitude sud) Le Malawi est un petit pays d’Afrique Centrale Australe encadrant le lac Nyassa. Ces dernières années le cannabis du Malawi a pu être trouvé enveloppé dans de l'écorce et étroitement roulé, approximativement quatre onces à la fois. Les fleurs presque dénuées de graines sont épicées en goût et fortement psychoactives. Des cultivateurs de cannabis enthousiastes, américains et européens, ont immédiatement semé cette nouvelle variété et elle s’est donc incorporée à plusieurs variétés hybrides locales. Elles apparaissent comme une large plante vert foncé de taille moyenne, et à forte croissance des branches. Les feuilles sont vert foncé avec des pales grossièrement dentelées, grandes, minces disposées en une rangée étroite, tombante, comme une main. Les feuilles n’ont habituellement pas de dents sur 20% du bout de chaque pale. Les faisceaux floraux mûrs sont parfois aérés, résultat d’ internœuds longs, et se composent de gros calices et relativement peu de feuilles. Les gros calices sont très doux et résineux, aussi bien qu'extrêmement psychoactifs. Les graines sont grosses, raccourcies, aplaties, et de forme ovoïde avec une couleur grise ou rougeâtre foncé et chinée. La caroncule ou point d'attache à la base de la graine est inhabituellement profond et en général est entourée par une lèvre tranchante. Certains individus prennent un vert-jaune très clair dans les têtes pendant qu'elles mûrissent dans de bonnes conditions d’exposition. Bien qu'elles mûrissent relativement tardivement, elles semblent s’être acclimatées en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord en tant que variétés de drogue. Des graines de beaucoup de variétés différentes apparaissent dans des petits échantillons de marijuana africaine de basse qualité facilement disponible à Amsterdam et dans d'autres villes européennes. Les phénotypes varient considérablement, cependant, beaucoup sont semblables par l'aspect aux variétés de Thaïlande.


i) Mexique

      - (15° à 27° de latitude nord) Le Mexique a longtemps été la source principale de marijuana fumée en Amérique jusqu'aux années récentes. Les efforts des patrouilles frontalières pour arrêter le passage de la marijuana mexicaine aux Etats-Unis n’étaient efficaces que de manière minimale et beaucoup de variétés de cannabis mexicain de haute qualité étaient continuellement disponibles. Plusieurs des variétés hybrides développées localement proviennent aujourd'hui des montagnes mexicaines. Ces dernières années, cependant, le gouvernement mexicain (avec le support financier des Etats-Unis) a commencé un programme intensif d’éradication du cannabis par pulvérisation aérienne d’herbicides comme le « paraquat ». Leur programme a été efficace, et on ne trouve désormais que rarement du cannabis mexicain de haute qualité. Il est ironique que le NIMH (institut national de santé mentale) emploie des variétés mexicaines locales de cannabis développées au Mississippi comme produits pharmaceutiques pour des patients traités par chimiothérapie et atteints de glaucome. L’âge d’or de la culture mexicaine de marijuana du début des années 60 au milieu des années 70, des variétés ou des "marques" de cannabis ont généralement adopté le nom de l'état ou de la région où elles ont été cultivées. Par conséquent les noms « Chiapan », « Guerreran », « Nayarit », « Michoacan », « Oaxacan », « Sinaloan » révèlent les origines géographiques et signifient encore aujourd’hui quelque chose. Toutes ces régions sont des états côtiers de la côte pacifique allant dans l'ordre de Sinaloa au nord à 27°; à Nayarit, Jalisco, Michoacan, Guerrero, et Oaxaca; à Chiapas dans le sud à 15° - tous ces états s’étendent de la côte aux montagnes, où le cannabis est cultivé.

      Les variétés de Michoacan, de Guerrero, et d'Oaxaca étaient les plus communes et on peut se risquer à quelques commentaires au sujet de chacun et au sujet des variétés mexicaines en général.
      Des variétés mexicaines sont considérées comme les plantes hautes et droites, d’une taille moyenne à grande, avec des larges feuilles de vert clair à vert foncé. Les feuilles sont composées de pales longues, modérément larges et dentelées, et disposées en une rangée circulaire. Les plantes mûrissent relativement tôt par rapport aux variétés de Colombie ou de Thaïlande et produisent beaucoup de longs faisceaux floraux avec un ratio calice/feuilles élevé et une psychoactivité fortement cérébrale. Les variétés de Michoacan tendent à avoir des feuilles très minces et un ratio calice/feuilles très élevé, il en est de même pour les variétés de Guerreran, mais les variétés d'Oaxacan tendent à avoir des feuilles plus larges, souvent avec des faisceaux floraux feuillus. Les variétés d'Oaxacan sont généralement les plus hautes et se développent vigoureusement, alors que les variétés de Michoacan sont plus petites et plus sensibles. Les variétés de Guerreran sont souvent petites et développent de longues branches inférieures droites. Les graines de la plupart des variétés mexicaines sont assez grosses, ovoïdes, et légèrement aplaties et de couleur claire, gris ou brun et unies. Des graines plus petites, plus foncées et plus chinées sont apparues dans la marijuana mexicaine ces dernières années. Ceci peut indiquer qu’une hybridation a lieu au Mexique, probablement avec des graines importées, de la plus grande source de graines dans le monde, la Colombie. Aucune récolte commerciale de cannabis ayant des graines n'est exempte d'hybridation et une grande variation peut se produire dans la progéniture. Plus récemment, de grandes quantités de graines locales hybrides ont été importées au Mexique. Il n'est pas rare de trouver des phénotypes thaïs et afghans dans les exports récents de cannabis mexicain.


j) Maroc

      -montagnes du Rif - (35° de latitude nord) Les montagnes du Rif sont situées le plus au nord du Maroc près de la mer méditerranée et font jusqu'à 2.500 mètres d’altitude (8.000 pieds). Sur un haut plateau entourant la ville de Ketama pousse la majeure partie du cannabis utilisé pour la production florale de kif et la production de haschisch. Les graines sont largement semées ou dispersées dans des champs en terrasses rocheuses au printemps, dès que les dernières neiges fondent, et les plantes mûres sont récoltées fin août et septembre. Les plantes mûres font habituellement de 1 à 2 mètres (4 à 6 pieds) de haut et n’ont que quelques branches latérales. Cela résulte des techniques de culture surpeuplées et du manque d'irrigation. Chaque plante femelle soutient une seule tête terminale principale chargée de graines. Peu de plantes mâles, le cas échéant, sont retirées pour empêcher la pollinisation. Bien que le cannabis du Maroc ait été à l'origine cultivé pour que des fleurs soient mélangées à du tabac et fumés en tant que kif, la production de haschisch a commencé ces 30 dernières années, à cause de l'influence occidentale. Au Maroc, le haschisch est fabriqué en secouant la plante entière au-dessus d'un écran en soie et en rassemblant les résines pulvérisées qui traversent l'écran. Il est possible que les variétés marocaines originales de kif puissent être éteintes. On signale que certaines de ces variétés ont été cultivées pour la production de fleurs sinsemilla et il se peut que des régions du Maroc existent où c'est la tradition.
      En raison d’une sélection pour la production de haschisch, les variétés marocaines ressemblent aux variétés libanaises et aux variétés Hindu-Kush dans leurs feuilles relativement larges, leur durée courte de croissance, et leur production élevée de résines. Les variétés marocaines sont probablement liées aux autres types de cannabis indica.


k) Népal

      - (26° à 30° de latitude nord) La plupart du cannabis du Népal est produit dans des champs sauvages en haut des collines Himalayennes (jusqu'à 3.200 mètres d’altitude [ 10.000 pieds ]). Peu de cannabis est cultivé, et la plupart des haschisch et de la marijuana népalaise vient des plantes sauvages choisies. Les plantes népalaises sont habituellement hautes et fines avec de longues branches secondaires peu branchues. Les fleurs longues et fines sont très aromatiques et ont des réminiscences de boules de haschisch « temple ball » ou « finger hash » obtenus en frottant les têtes des plantes sauvages avec les mains. Leur production de résine est abondante et leur psychoactivité est élevée. Peu de variétés népalaises sont apparues dans les récoltes locales de cannabis mais ils semblent produire des hybrides forts avec des variétés de sources locales et de Thaïlande.


I) Russie

       - (35° à 60° de latitude nord) - cannabis ruderalis Ce cannabis, russe est caractérisé par une stature petite (10 à 50 cm – 3 à 8 in), un cycle de vie court (8 à 10 semaines), des feuilles larges mais de taille réduite et des garines spécialisées. Janischewsky (1924) a découvert ce cannabis qualifié de « mauvaise herbe » et l'a appelé cannabis ruderalis. Le Ruderalis pourrait se révéler intéressant pour l’hybridation d’une variété commerciale à maturation rapide à cultiver à des latitudes tempérées. Il fleurit en approximativement 7 semaines sans dépendance apparente à l’égard de la durée du jour. Les cannabis ruderalis russes ont presque toujours des teneurs élevées en CBD et basses en THC.


m) Afrique du Sud

- (22° à 35° de latitude sud) La « Dagga » d'Afrique du Sud est fortement plébiscitée. La plupart des graines proviennent des exports de marijuana vers l’Europe. Certaines mûrissent très précocement (septembre dans l’hémisphère Nord) et ont une odeur douce. Ses fleurs vert clair élongées et son arôme doux sont comparables à ceux des variétés thaïes.


n) Asie du Sud-Est

      - Cambodge, Laos, Thaïlande et Vietnam (10° à 20° de latitude nord) Depuis que les premières troupes américaines sont revenues de la guerre du Vietnam, les variétés cambodgiennes, laotiennes, thaïes, et vietnamiennes ont été considérées comme parmi les meilleures au monde. Actuellement la plupart du cannabis du sud-est asiatique sont produites dans le Nord et l’Est de la Thaïlande. Jusque dernièrement, la culture en fermes du cannabis a été une industrie familiale des régions montagneuses du Nord et chaque famille cultivait un petit jardin. La fierté d'un fermier pour sa récolte se retrouve dans la haute qualité et l’absence de graines de chaque « thaï stick » qu’il a soigneusement enveloppé. Du fait du fort appétit des américains pour des variétés exotiques de cannabis, la culture du cannabis est devenue un gros business en Thaïlande et beaucoup de fermiers cultivent de grands champs d’un cannabis de mauvaise qualité dans les plaines de l’Est. On suspecte que d'autres variétés de cannabis aient été importées en Thaïlande pour revigorer des variétés locales et pour commencer de grandes plantations, et aient pu hybrider avec les variétés thaïes originales et aient pu ainsi en modifier la génétique. En outre, des parcelles sauvages de cannabis peuvent désormais être coupées et séchées pour l'export.

      Les variétés de Thaïlande sont caractérisées par une forte croissance en méandres de la tige principale et des branches assez branchues. Les feuilles sont souvent très grandes avec 9 à 11 longues, pales fines et grossièrement dentelées, disposées en une rangée tombante, en forme de main. Les thaïs s’y réfèrent comme une « queue d’alligator » et cette image est certainement appropriée.

     La plupart des variétés thaïes mûrissent très tardivement et sont sujettes à l’hermaphrodisme. On ne sait pas si les variétés Thaïes virent hermaphrodites comme une réaction aux extrêmes des climats tempérés du nord ou si cette tendance à l’hermaphrodisme est contrôlée génétiquement. Au damne de beaucoup de cultivateurs et chercheurs, les variétés thaïes mûrissent tardivement, fleurissent lentement, et ne mûrissent pas uniformément. Sa floraison lente et son apparente imperturbabilité face à des changements de photopériode et de climat ont pu donner naissance au mythe que les plants de Thaï vivent et font des fleurs pendant des années. En dépit de ces imperfections, les variétés thaïes sont très psychoactives et beaucoup de croisement hybrides ont été faits avec des variétés à maturation rapide, comme les mexicaines ou des Hindu-Kush, pour une tentative réussie de créer des hybrides à maturation précoce, à haute psychoactivité et au doux goût de bonbon au citron caractéristique des thaïes. Les calices des variétés thaïes sont très gros, de même que les graines et les autres dispositifs anatomiques, amenant l'idée fausse que les variétés pourraient être polyploïdes. Aucune polyploïdie naturelle n'a été découverte chez aucune des variétés thaïes de cannabis mais personne n'a jamais vraiment pris le temps de bien regarder. Les graines sont très grosses, ovoïdes, légèrement aplaties, et de couleur brun clair ou bronzé. La cosse n'est jamais chinée ou est rayée, excepté à la base. Les serres chaudes s'avèrent être le meilleur moyen de faire mûrir des variétés thaïes avec de belles têtes dans des climats tempérés.


3. Phénotypes hybrides


a) phénotype « creeper »

      - ce phénotype est apparu dans plusieurs cultures locales de cannabis et c'est un phénotype fréquent dans certaines variétés hybrides. On n'a pas encore déterminé si ce caractère est génétiquement contrôlé (dominant ou récessif), mais les efforts pour développer une variété stable de « creeper » rencontrent un succès partiel. Ce phénotype se caractérise quand la tige principale de la jeune plante s'est développée jusqu’environ 1 mètre (3 pieds) de haut. Elle commence alors à se plier approximativement au milieu de la tige, jusqu'à 70° par rapport à la verticale, habituellement dans la direction du soleil. En conséquence, les premières branches latérales fléchissent jusqu'à toucher le sol puis commencent à se pousser droites. Dans un paillis extrêmement lâche et des conditions humides les branches s'enracineront parfois le long de la surface. Probablement en raison d’une exposition accrue à la lumière, les branches primaires continuent à produire une ou deux branches secondaires, créant une forme de buisson avec des branches couvertes de têtes qui ressemble à la forme des variétés d’Inde du sud. Ce phénotype produit habituellement des rendements très élevés en fleurs. Les feuilles de ces plantes de phénotype « creeper » sont presque toujours de taille moyenne avec 7 à 11 pales longues, étroites et fortement dentelées.


b ) Phénotype « énorme et tout droit » « huge upright »

      - ce phénotype est caractérisé par la taille moyenne des feuilles avec les pales étroites, fortement dentelés comme le « creeper », et peut également être un phénotype nord-américain acclimaté. Dans ce phénotype, cependant, une longue tige centrale droite allant de 2 à 4 mètres (6,5 à 13 pieds) de haut se développe et les longues et minces branches primaires se développent, toute droite jusqu'à ce qu'elles soient presque aussi hautes ou parfois plus hautes que la tige centrale. Cette variété ressemble aux variétés de Hindu-Kush par leur forme générale, sauf que la plante locale entière est beaucoup plus grande que les Hindu-Kush avec des branches primaires longues et minces et plus fortement branchues, les pales beaucoup plus étroites, et un ratio calice/feuilles plus élevé. Ces variétés « énormes et toutes droites » sont des hybrides de beaucoup de différentes variétés importées et aucune origine spécifique ne peut être déterminée. La liste précédente de phénotypes globaux regroupe plusieurs des nombreuses variétés de cannabis présentes dans le monde entier. Bien que bon nombre d'entre elles soient rares, des graines apparaissent parfois du fait de l’extrême mobilité des enthousiastes américains et européens pour le cannabis. Par suite de cette mobilité extrême, on craint que plusieurs des variétés les meilleures au monde aient été ou puissent être perdues pour toujours dans le monde entier du fait d'hybridations avec les populations étrangères de cannabis et le déplacement socio-économique des cultures de cannabis. Les collecteurs et les sélectionneurs sont nécessaires pour préserver ces patrimoines héréditaires rares et mis en danger avant qu'il soit trop tard. Diverses combinaisons de ces caractères sont possibles et inévitables. Les caractères que nous voyons le plus souvent sont très probablement dominants et l'amélioration des variétés de cannabis par hybridation s’obtient très facilement en se concentrant sur les phénotypes dominants pour les caractères les plus importants. Les meilleurs sélectionneurs se fixent des objectifs élevés, d’une portée limitée, et adhèrent à leurs idéaux.

                                          
 

manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon Robert Connell Clarke ( Labotanique de la Marijuana Chp.3) Partie 2 / - Fixer des caractères - Ratios de génotypes et de phénotypes - Liste des caractères favorables du cannabis

La Botanique de la Marijuana
                                                                                        Par Rob Clarke

                                                           Une étude avancée : La reproduction et l’hybridation
                                                                        d’espèces distinctes de Cannabis. Partie 2
Partie 1 ICI / Partie 3 ICI
      Traduction réalisée pour l'enrichissement et le bien de la communauté cannabique francophone… (merci monsieur "X" )


Chapitre 3 - La génétique et multiplication du cannabis 
-Fixer des caractères
-Ratios de génotypes et de phénotypes
-Liste des caractères favorables du cannabis pour lesquels des variations se produisent
1 - Caractères Généraux
2 - Les caractères des jeunes plantes.
3 - Les caractères du feuillage
4 - Les caractères des fibres
5 - Les caractères des fleurs
6. Phénotypes bruts des variétés de cannabis



Fixer des caractères

      Fixer des caractères (produire une progéniture homozygote) est plus difficile pour les variétés de cannabis, qu'il n’est pour beaucoup d'autres plantes fleurissantes. Avec des variétés monoïques ou hermaphrodites il est possible de fixer des caractères en auto-pollinisant un individu exhibant des caractères favorables. Dans ce cas une seule plante agit en tant que mère et père. Cependant, la plupart des variétés de cannabis sont dioïques, et à moins que des réactions hermaphrodites puissent être induites, un autre parent exhibant le caractère est requis pour fixer le caractère. Si ce n'est pas possible, l'individu unique peut être croisé avec une plante ne montrant pas le caractère, la génération F1 croisée, et les parents exhibant le caractère favorable sont sélectionnés à partir de graines de la génération F2, mais c'est très difficile.
      Si un caractère est nécessaire pour le développement d'une variété dioïque, il pourrait d'abord être découvert dans une variété monoïque, puis fixé par auto-pollinisation et la progéniture homozygote choisie. Des individus dioïques peuvent alors être choisis parmi la population monoïque et ces individus croisés pour supprimer le monoïsme dans les générations suivantes…
      Galoch (1978) a montré que l'acide gibbérellique (GA3) favorise la production d’étamines tandis que l'acide indole-acétique (IAA), l'ethrel, et la kinétine favorisaient la production de pistils dans le cannabis dioïque au stade pré-floral. Le changement de sexe a plusieurs applications utiles. L’application la plus intéressante est la suivante : si un seul parent exprimant un caractère souhaitable peut être trouvé, il est difficile d'exécuter un croisement à moins qu'il ne s'avère être une plante hermaphrodite. Des hormones pourraient être appliquées pour changer le sexe d'une bouture de la plante souhaitable, et cette bouture est croisée avec lui. Ceci est accompli très facilement en changeant une bouture femelle en un mâle (pollen), et ce en pulvérisant de l'acide gibbérellique à 100 ppm dans de l'eau chaque jour pendant cinq jours consécutifs. En de deux semaines, les fleurs d’étamines peuvent apparaître. Le pollen peut alors être recueilli pour polliniser le parent femelle original. La plupart du temps, la progéniture de ce croisement devrait également être pistillaire puisque le sélectionneur auto-pollinise pour obtenir une sexualité de pistillaire. Les parents mâles que l’on traite pour une production florale pistillaire font des parents porteurs de graines de qualité inférieure puisque peu de fleurs et de graines sont formées.
      Si des récoltes entières pouvaient être manœuvrées assez tôt dans leur cycle de vie pour ne produire que des plantes femelles ou mâles, la production de graines et la production de cannabis sans graines serait considérablement facilitée.
      L'inversion du sexe pour des croisements peut également être accomplie par mutilation et par changement de la photopériode. Une bouture en floraison, bien-enracinée provenant de la plante-parent est taillée à 25% de sa taille initiale et dépouillée de toutes ses fleurs existantes. Une nouvelle croissance apparaîtra en quelques jours, et souvent, plusieurs fleurs de type sexuel inversé apparaissent. Les fleurs du sexe non désiré sont enlevées jusqu'à ce que la bouture soit prête pour la fertilisation. Des cycles lumineux extrêmement courts (photopériode de 6-8 heures) peuvent également provoquer l'inversion du sexe. Cependant, ce processus prend plus longtemps et est beaucoup plus difficile à exécuter dans le champ.



Ratios de génotypes et de phénotypes

       Il faut se rappeler, quand on essaye de fixer des caractères favorables, qu'un croisement monohybride donne naissance à quatre génotypes de recombinaison possibles, un croisement di-hybride donne 16 génotypes de recombinaison possibles, et ainsi de suite.
       Les ratios de phénotypes et de génotypes sont probabilisables. Si des gènes récessifs sont désirés pour trois caractères, il n'est pas efficace de ne cultiver que 64 individus de la progéniture pour espérer obtenir un individu récessif homozygote. Pour augmenter la probabilité de succès, il vaut mieux faire pousser des centaines d’individus de la progéniture, et de ne sélectionner que les meilleurs individus récessifs homozygotes pour futurs parents. Toutes les lois de la transmission sont basées sur la chance et la progéniture peut ne pas adopter les ratios prévus, jusqu'à ce que beaucoup plus d’individus que les minima théoriques aient été caractérisés et regroupés par phénotype.
      Le génotype de chacun individu est exprimé par une mosaïque de milliers de caractères subtilement imbriqués. C'est la somme totale de ces caractères qui détermine le phénotype général d'un individu. Il est souvent difficile de déterminer si le caractère choisi est un caractère unique ou un mélange de plusieurs caractères et si ces caractères sont contrôlés par une ou plusieurs paires de gènes. Généralement, cela ne fera que peu de différences si un sélectionneur ne possède pas de plantes stables. Les buts des croisements peuvent encore être établis. Croiser deux hybrides F1 identiques entre eux provoquera souvent la variation requise dans la génération F2 pour choisir des parents pour les générations suivantes, même si les caractères des parents originaux des hybrides F1 ne sont pas connus. C’est dans les générations suivantes que les caractères fixés apparaîtront et la stabilisation de variétés pures peut commencer. En choisissant et en croisant les individus qui s’approchent le plus possible de l'idéal décrit par les buts de l’hybridation, la variété peut être sans cesse améliorée même si les modes exacts de transmission ne sont jamais déterminés. Des caractères complémentaires sont par la suite combinés dans une lignée dont les graines reproduisent les caractères parentaux favorables. Les variétés stables permettent également à des caractères récessifs faibles de s'exprimer et ces anomalies doivent être enlevées de la population hybridée avec précaution. Après cinq ou six générations, les variétés deviennent étonnamment uniformes. On reconstitue de temps en temps la vigueur en croisant avec d'autres lignées ou par croisement en retour.
      On choisit des plantes parentales qui approchent le plus possible de l'idéal. Si un caractère souhaitable n'est pas exprimé par le parent, il y a beaucoup moins de chances qu’il apparaisse dans la progéniture. Il est impératif que ces caractères souhaitables soient héréditaires et non pas le résultat de l'environnement ou de la culture. Les caractères acquis ne sont pas héréditaires et ne peuvent pas être rendus héréditaires. On augmente considérablement les chances de succès en ne faisant une hybridation que pour un nombre aussi petit que possible de caractères. En plus des caractères spécifiques choisis comme objectifs de l’hybridation, on choisit des parents qui possèdent d'autres caractères généralement souhaitables comme la vigueur et la taille. La détermination de la dominance et de la récessivité ne peut être faite qu’en observant les résultats de beaucoup de croisements, bien que les caractères sauvages tendent souvent à être dominants. C'est une des clefs de la survie adaptative. Cependant, toutes les combinaisons possibles apparaîtront dans la génération F2 si elle est assez grande, indépendamment de toute dominance.
      Maintenant, après avoir encore plus simplifié ce merveilleux système de transmission, il y a des exceptions supplémentaires aux règles qui doivent être explorées. Dans certains cas, une paire de gènes peut contrôler un caractère mais une deuxième ou troisième paire de gènes est nécessaire pour exprimer ce caractère. Ceci est connu comme l’interaction génique. Aucun attribut génétique particulier pour lequel nous pouvons être intéressés n’est totalement isolé des autres gènes et des effets de l'environnement. Des gènes sont de temps en temps transférés en groupes au lieu de s'associer indépendamment. Ceci est connu comme des gènes liés, ces gènes sont situés le long du même chromosome. Ils peuvent ou non contrôler le même caractère. Le résultat de cette liaison pourrait être qu'un caractère ne peut pas être hérité sans d’autres. Parfois, des caractères sont associés aux chromosomes sexuels X ou Y, et peuvent être ne s’exprimer que pour un sexe (gène lié au sexe). Les crossing-over interfèrent également dans l'analyse des croisements. Le crossing-over est un échange de morceaux entiers de matériel génétique entre deux chromosomes homologues. Ceci peut avoir pour conséquence que deux gènes qui sont normalement liés apparaissent sur des chromosomes séparés où ils seront hérités de manière indépendante. Tous ces processus peuvent faire dévier les croisements effectués des résultats prévus par Mendel. La chance est un facteur important dans l’hybridation du cannabis, ou de n'importe quelle plante, et plus un sélectionneur fait des tentatives de croisements, plus les chances de succès sont élevées.
      La variabilité, l’isolement, le croisement, l’évaluation, la multiplication, et la dissémination sont les mots clés dans l'amélioration de plantes. Un horticulteur commence par produire ou rassembler les divers parents éventuels parmi lesquels les plus souhaitables sont choisis et isolés. Croiser les parents choisis donne une progéniture qui doit être évaluée pour des caractères favorables. Si l'évaluation indique que la progéniture n’est pas améliorée, le processus est répété. La progéniture une fois améliorée est multipliée et disséminée pour l'usage commercial. Davantage d'évaluations dans le champ cultivé sont nécessaires pour vérifier l'uniformité et pour choisir des parents pour d’autres croisements. Cette approche cyclique fournit un système équilibré d'amélioration des plantes.
      Le cannabis est, par sa nature même, une espèce intéressante pour les croisements. Une pollinisation aérienne et une sexualité dioïque, sources de sa grande adaptabilité, causent beaucoup de problèmes pour l’hybridation, mais pas insurmontables. Développer une connaissance et une sensation pour la plante est plus important qu'apprendre par cœur les ratios de Mendel. Les mots du grand Luther Burbank l'indiquent bien, « l'hérédité est fixée de manière indélébile par la répétition ».
      Le premier ensemble de caractères concerne la plante de cannabis en général, tandis que les autres traitent des qualités des jeunes plantes, des feuilles, des fibres, et des fleurs. Enfin une liste des différentes variétés de cannabis est fournie avec leurs caractères spécifiques. En suivant ce classement, on peut faire une sélection basique puis plus spécifique de caractères recherchés.



Liste des caractères favorables du cannabis pour lesquels des variations se produisent


1 - Caractères Généraux


a) Taille et rendement

        La taille d'une plante individuelle de cannabis est déterminée par des facteurs environnementaux tels que la place disponible pour la croissance des racines et des pousses, une lumière et des aliments adéquats, et une irrigation appropriée. Ces facteurs environnementaux influencent l'expression phénotypique du génotype, mais le génotype de l'individu est responsable de toutes les variations dans la morphologie globale, y compris la taille. Développés dans de mêmes conditions, des individus particulièrement grands ou petits sont facilement repérés et sélectionnés. Beaucoup de plantes naines de cannabis ont été observées et le nanisme pourrait être lié à un contrôle génétique, comme c’est le cas pour beaucoup de plantes hautes, comme le maïs et les citrons nains. Des parents choisis pour leur grande taille tendent à produire une progéniture dont la taille moyenne augmente tous les ans. Des croisements hybrides entre des variétés hautes (cannabis sativa -Mexicaine) et des variétés basses (cannabis ruderalis - Russe) donnent une progéniture F1 de taille intermédiaire (Beutler et Marderosian 1978). La vigueur de l’hybride, cependant, influencera la taille de la progéniture plus que n'importe quel autre facteur génétique. La plus grande taille de la progéniture hybride est souvent étonnante et explique en grande partie le succès des cultivateurs de cannabis cultivant de grandes plantes. On ne sait pas s'il y a un ensemble de gènes pour le "gigantisme" du cannabis ou si les individus polyploïdes ont un meilleur rendement que les diploïdes en raison du nombre accru de chromosomes. Les tétraploïdes tendent à être plus grand et leurs besoins en eau sont souvent plus élevés que les diploïdes. Le rendement est déterminé par la production globale de fibres, graines, ou de résine et des croisements sélectifs peuvent être faits pour augmenter le rendement de n'importe lequel de ces produits. Cependant, plusieurs de ces caractères peuvent être étroitement liés, et il peut être impossible de croiser pour l’un sans l’autre (gènes liés). Le croisement en retour d'une variété pure n’augmente le rendement que si des parents à rendement élevé sont choisis. Des plantes à fort rendement, mâle ou femelle, ne peuvent en définitive pas être choisis avant que les plantes ne soient séchées et manucurées. Pour cette raison, les plantes les plus vigoureuses sont croisées et les graines ne sont choisies qu’après la récolte, quand le rendement peut être mesuré.


b ) Vigueur

      Une grande taille est souvent le signe d’une croissance vigoureuse et saine. Une plante qui commence à se développer immédiatement atteindra généralement une plus grande taille et produira un rendement plus élevé en une saison de croissance courte qu'une plante frêle à croissance lente. Les parents sont toujours choisis pour un feuillage bien vert et une croissance rapide. Ceci assurera que les gènes contrôlant certaines faiblesses dans la croissance et le développement global sont sortis de la population tandis que les gènes pour la force et la vigueur restent.


c) adaptabilité

       Il est important qu’une plante largement distribuée comme le cannabis soit adaptable à beaucoup de différentes conditions environnementales. En effet, le cannabis est une des plantes aux génotypes les plus différents et aux phénotypes les plus plastiques (adaptables) sur terre ; en conséquence il s'est adapté aux conditions environnementales, de climats équatoriaux à des climats tempérés. Des conditions agricoles locales font aussi que le cannabis doit être développé sous une grande variété de conditions. Les plantes à choisir pour leur adaptabilité sont clonées et cultivées dans plusieurs endroits. Les parents ayant les pourcentages de survie les plus élevés sont choisis comme parents éventuels pour une variété adaptable. L'adaptabilité est juste un autre terme pour la robustesse dans des conditions variables de culture.


d) robustesse

      La robustesse d'une plante est sa résistance globale à la chaleur et au gel, à la sécheresse et au sur-arrosage, et ainsi de suite. Les plantes avec une résistance particulière apparaissent quand des conditions défavorables entraînent la mort du reste d'une grande population. Le peu de survivants de cette population pourrait transmettre cette résistance au facteur environnemental qui a détruit la majorité de la population. La multiplication de ces survivants, la soumission de la progéniture à des états perpétuels de stress, et une sélection soigneuse sur plusieurs générations devraient donner naissance une variété stable avec une résistance accrue à la sécheresse, au gel, ou à une chaleur excessive.
e) la résistance aux maladies et aux parasites
      Une variété peut être croisée pour sa résistance à une certaine maladie, comme les champignons, plus ou moins de la même façon que pour la robustesse. Si tout un lot de jeunes plantes est infecté par une maladie et que presque tous meurent, le peu de survivants aura une résistance à cette maladie. Si cette résistance est héréditaire, elle peut être transmise aux générations suivantes en croisant ces plantes survivantes. Les croisements suivants, dont on teste la résistance à cette maladie en l’inoculant à tout un échantillon, devraient donner naissance à une variété plus résistante. La résistance aux attaques de parasites est obtenue à peu près de la même façon. Il est commun de trouver dans un lot quelques plantes infestées par des parasites alors que d’autres plantes adjacentes en sont exemptes. Les résines cannabinoïdes et terpénoïdes sont probablement responsables de repousser les attaques d'insectes, et les taux de ces composants changent d’une plante à l'autre. Le cannabis a mis en place des défenses contre les attaques d'insectes en sécrétant des trichomes glandulaires qui couvrent les organes et appareils reproducteurs des plantes mûres. Les insectes, trouvant la résine désagréable, attaquent rarement les fleurs mûres de cannabis. Cependant, ils peuvent dépouiller les feuilles extérieures de la même plante qui sont moins couvertes de trichomes glandulaires et de résines protectrices que les fleurs. Des cannabinoïdes non-glandulaires et d'autres composés sont produits dans les feuilles et les tissus de la tige, ils empêchent probablement l'attaque d'insecte, et peuvent expliquer la résistance variable à l'infection parasitaire des jeunes plantes et des plantes juvéniles au stade végétatif. Avec la popularité de la culture de cannabis en serre chaude, une variété avec une résistance accrue aux moisissures, aux acariens, et aux araignées est nécessaire. Ces problèmes sont souvent si graves que les cultivateurs en serre chaude doivent détruire toutes les plantes attaquées. Les moisissures se reproduisent habituellement par des spores aériennes, ainsi une négligence peut rapidement entraîner un désastre épidémique. La sélection et le croisement des plantes les moins infectées devraient donner des variétés avec une résistance accrue.


f) maturation

      Contrôler la maturation du cannabis est très important quelle que soit la raison pour laquelle on le cultive. Si du cannabis doit être cultivé pour sa fibre, il est important que la teneur en maximum fibre de la récolte soit atteinte précocement et que tous les individus de la récolte soient mûrs en même temps pour faciliter la moisson de manière commerciale. La production de graines exige aussi une maturation simultanée des parents, tant pour le pollen que pour les fleurs, afin d'assurer une maturation uniforme des graines. Une maturation décalée des graines signifierait que quelques graines tombent au sol et soient perdues tandis que d'autres mûrissent toujours. La compréhension de la maturation florale est la clef de la production du cannabis « drogue » de haute qualité. Les changements dans la morphologie générale sont accompagnés de changements dans la production de cannabinoïdes et de terpénoïdes et servent de signaux visuels pour déterminer la maturité des fleurs de cannabis. Une plante de cannabis peut mûrir précocement ou tardivement, être rapide ou lente à fleurir, et mûrir uniformément ou de manière progressive. Les croisements réalisés en vu d’une maturation précoce ou tardive sont, sans aucun doute, une réalité ; il est également possible de faire des croisements pour une maturation florale simultanée ou progressive, rapide ou lente. En général, les croisements entre plantes à maturation précoce donnent une progéniture avec le même caractère, les croisements entre les plantes à maturation tardive donnent une progéniture à maturation tardive, et les croisements entre plantes à maturation précoce et tardive donnent une progéniture à maturation intermédiaire. Ceci semble indiquer que la maturation du cannabis n'est pas contrôlée par la dominance ou la récessivité d'un gène mais résulte simplement d’une codominance ou d’une combinaison de gènes contrôlant des aspects séparés de la maturation. Par exemple, la maturation de la serge est contrôlée par quatre gènes séparés. La somme de ces gènes produit un certain phénotype pour la maturation. Bien que les sélectionneurs ne sachent pas l'action de chaque gène individuellement, ils peuvent croiser pour l’ensemble de ces caractères et avoir des résultats encore plus approchant du but de la maturation opportune que les variétés parentales.


g) Production de racine

      La taille et la forme des systèmes racinaires du cannabis varient considérablement. Bien que chaque embryon envoie sa racine principale de laquelle les racines latérales se développent, les modèles de croissance, et la taille et la forme finale des racines varient considérablement. Certaines plantes envoient une racine principale profonde, allant jusqu'à 1 mètre (39 pouces) de long, qui permet à la plante de résister aux vents et à la pluie. Cependant, la plupart des plantes de cannabis produisent une petite racine principale qui s’allonge rarement de plus de 30 centimètres (1 pied). La croissance latérale est responsable de la plupart des racines des plants de cannabis. Ces racines latérales fines offrent un soutien additionnel à la plante mais leur fonction principale est d’absorber l'eau et les nutriments du sol. Un vaste système racinaire pourra donc alimenter et soutenir une grande plante. La plupart des racines latérales se développent près de la surface du sol, où il y a le plus d'eau, le plus d'oxygène, et de nutriments disponibles. L’hybridation effectuée pour la taille et la forme des racines peut se révéler salutaire pour la production de variétés hautes, résistantes à la pluie et aux vents. Souvent les plantes de cannabis, même les plus grandes, ont des systèmes racinaires petits et sensibles. Récemment, certains alcaloïdes ont été découverts dans les racines et pourraient avoir une certaine valeur médicinale. Si cela est le cas, le cannabis pourrait être cultivé et croisé pour des taux élevés d'alcaloïde dans les racines, et utilisé pour une production commerciale de médicaments. Comme pour bon nombre de caractères, il est difficile de faire des choix pour certains types de racines avant que les parents ne soient récoltés. Pour cette raison beaucoup de croisements sont faits tôt et les graines choisies plus tard.


h) Production de branches latérales

      Le modèle de production de branches latérales d'une plante de cannabis est déterminé par la fréquence des nœuds le long de chaque branche, et l'ampleur des branches à chaque nœud. Par exemple, considérez une plante haute et fine avec des branches minces faites de longs inter-nœuds et peu de branches latérales par nœud (variété mexicaine Oaxaca), comparée à une plante touffue, massive, avec des branches ayant des inter-nœuds courts et de nombreuses branches latérales (variété Hindu Kush productrice de haschisch). Les différents modèles de production de branches latérales sont utilisés pour les différentes applications agricoles, telles que la production de fibres, de fleurs, ou de résine. Des plantes hautes et fines avec de longs inter-nœuds et sans branches latérales sont plus adaptées à la production de fibres ; une plante petite et trapue avec des inter-nœuds courts et des branches latérales bien développées est plus adaptée à la production florale. On choisira une structure de branches latérales qui tolérera sans céder, de fortes pluies ou des vents forts. Ceci est tout à fait avantageux pour les cultivateurs en extérieur, dans des zones tempérées, et avec des saisons courtes. Certains sélectionneurs choisissent des plantes hautes et fines (Mexique) qui plient sous le vent ; d'autres choisissent des plantes petites et rigides (Hindu Kush) qui résistent au poids de l'eau sans plier.


i) sexe

      Les tentatives de faire une progéniture d’un seul type de sexe ont entraîné plus de malentendu que n'importe quelle autre facette de la génétique du cannabis. Les découvertes de McPhee (1925) et de Schaffner (1928) ont prouvé que le sexe et l’hermaphrodisme sont hérités et qu’on pouvait augmenter le pourcentage d’un des sexes en croisant avec certains hermaphrodites. Depuis lors les chercheurs et les sélectionneurs ont généralement supposé qu'un croisement entre N'IMPORTE QUELLE plante hermaphrodite non sélectionnée et une plante femelle devait donner une population uniformément femelle. Ce n'est pas le cas. Dans la plupart des cas, la progéniture issue de parents hermaphrodites tend vers l’hermaphrodisme, ce qui est en général défavorable pour la production de cannabis autre que du chanvre textile. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucune tendance pour que des croisements avec des hermaphrodites changent les ratios au niveau du sexe dans la progéniture. Le largage accidentel de quelques grains de pollen d’un hermaphrodite principalement femelle, accompagné de l’éradication presque totale de toutes les plantes mâles ou hermaphrodites mâles a pu entraîner une variation dans les ratios sexuels chez les populations locales de sinsemilla. On observe généralement que ces variétés tendent vers des plantes femelles à 60%-80% et quelques hermaphrodites femelles ne sont pas rares dans ces populations.

       Cependant, on peut faire un croisement qui ne produira presque que des individus femelles ou mâles. Si une plante hermaphrodite femelle appropriée est choisie comme parent donneur de pollen et une plante femelle pure est choisie car parent porteur de graines, il est possible de produire une F1, et des générations suivantes, de progéniture presque entièrement femelle. Le parent porteur de pollen hermaphrodite femelle approprié est une plante qui s'est développée comme une plante femelle pure et qui, en fin de saison, ou sous un stress environnemental artificiel, a développé quelques fleurs mâles. Si le pollen des ces étamines formées sur une plante femelle est appliqué à un parent femelle pur, parent porteur de graines, la génération F1 résultante est presque entièrement femelle avec seulement quelques hermaphrodites femelles. Ce sera également le cas si la femelle hermaphrodite, source de pollen, choisie est auto-pollinisée et porte ses propres graines. Rappelez-vous qu'un hermaphrodite auto-pollinisée donne naissance à plus d’hermaphrodites, mais une plante femelle auto-pollinisée par un nombre limité de fleurs mâles, réponses aux stress environnementaux, devrait donner presque uniquement une progéniture femelle. La progéniture F1 peut avoir une légère tendance à produire quelques fleurs mâles sous davantage de stress environnemental et celles-ci sont utilisées pour produire des graines de F2. Une variété monoïque produit des plantes avec plus de 95% des fleurs femelles ou mâles, mais une variété dioïque produit des plantes femelles ou mâles pures à plus de 95%. Une plante d'une variété dioïque avec quelques fleurs hermaphrodites est une femelle ou un mâle hermaphrodite. Par conséquent, la différence entre le monoïsme et l’hermaphrodisme est une des variables déterminée par la génétique et l'environnement.

     Des croisements peuvent également être exécutés pour produire une progéniture presque intégralement mâle. Ceci est accompli en croisant une plante mâle pure avec une plante mâle qui a produit quelques fleurs femelles, dues au stress environnemental, ou en auto-pollinisant la dernière plante. Il est tout à fait évident que dans la nature, ce n’est pas une possibilité probable. Très peu de plantes mâles vivent assez longtemps pour produire des fleurs femelles, et quand cela se produit le nombre de graines produites est limité aux quelques fleurs femelles qui se produisent. Dans le cas d'un hermaphrodite femelle, il peut ne produire que quelques fleurs mâles, mais chacune de ces dernières peut produire des milliers de grains de pollen, dont un seul suffit à fertiliser une des nombreuses fleurs femelles, et donc à produire une graine. C'est une autre raison pour laquelle les populations naturelles de cannabis tendent principalement à devenir des femelles ou des plantes hermaphrodites femelles. Des hermaphrodites artificiels peuvent être produits par pulvérisation d'hormones, mutilation, et des cycles de lumière variables. Cela devrait s'avérer des plus utile pour fixer des caractères et le type de sexe. Les variétés de drogue sont choisies pour des tendances dioïques fortes. Certains sélectionneurs choisissent des variétés avec un ratio sexuel plus proche de 1, qu'une variété avec un ratio élevé de sexes femelles. Ils croient que cela réduit les chances que de plantes femelles deviennent hermaphrodites plus tard dans la saison.

                                                                                              
 
2 - Les caractères des jeunes plantes.

      Les caractères des jeunes plantes peuvent être très utiles pour une sélection efficace et appropriée des futures plantes parents. Si une sélection précise peut être effectuée sur des jeunes plantes petites, des populations beaucoup plus grandes pourraient être cultivées à partir du choix initial, car moins d'espace est nécessaire pour cultiver de petites plantes jeunes que des plantes mûres. La phyllotaxie anormale et la résistance aux champignons sont deux caractères qui peuvent être choisis juste après l'émergence de l'embryon. Une sélection précoce concernant la vigueur, la robustesse, la résistance, et la forme générale de croissance peut être faite quand les jeunes plantes font de 30 à 90 centimètres (1 à 3 pieds) de haut. Le type de feuillage, la hauteur, et la production de branches latérales sont d'autres critères pour une sélection précoce. Ces plantes sélectionnées tôt peuvent ne pas être croisées jusqu'à ce qu’elles mûrissent, mais la sélection est l'étape primaire et la plus importante dans l'amélioration d'une plante.

      Une phyllotaxie anormale est associée à des anomalies dans le cycle de croissance (c.-à-d.des feuillets multiples et des tiges aplaties ou écrasées). En outre, la plupart des plantes à phyllotaxie anormale sont mâles et une phyllotaxie anormale peut être liée au sexe.


3 - Les caractères du feuillage

       Les caractères du feuillage changent considérablement d’une variété à l’autre. En plus de ces variations de feuillage arrivant régulièrement, il y a un certain nombre de mutations et de caractères possibles dans la forme des feuilles. Il peut s'avérer que la forme des feuilles est corrélée avec d'autres caractères du cannabis. Des feuilles larges pourraient être associées à un ratio calice/feuilles bas et des feuilles étroites pourraient être associées à un ratio calice/feuilles élevé. Si c'est le cas, la sélection précoce des jeunes plantes par la forme des feuilles pourrait déterminer le caractère des têtes lors de la récolte. Les variations dans la forme des feuilles (larges ou fines) semblent être héréditaires, de même que les caractéristiques générales des feuilles. Un sélectionneur peut souhaiter développer une forme unique de feuilles pour une variété ornementale ou augmenter le rendement de feuilles pour la production de pulpe. Une mutation particulière des feuilles a été rapportée d'une plante colombienne F1 sur laquelle deux feuilles sur l'ensemble de la plante, à l'époque de la floraison, s'etaient développées des grappes florales de 5-10 calices femelles à l'intersection des pales et du pétiole, du côté supérieur de la feuille. Une de ces grappes a développé une fleur mâle inachevée mais la fertilisation n’a pas eu lieu. On ne sait pas si cette mutation est héréditaire. En Afghanistan, on a observé un autre exemple avec plusieurs petites grappes florales le long des pétioles d’un grand nombre de feuilles primaires.


4 - Les caractères des fibres

       Plus de croisements avancés ont été produits dans des variétés productrices de fibres que dans n'importe quel autre type de cannabis. Au fil des années, beaucoup de variétés ont été développées avec une maturation améliorée, un contenu accru en fibres, et une qualité améliorée des fibres, tout comme des considérations de longueur, de force, et de souplesse. Des programmes d’hybridation extensive ont été menés en France, en Italie, en Russie, et aux Etats-Unis pour développer de meilleures variétés de cannabis producteur de fibres. Des variétés hautes et dépourvues de branches secondaires qui sont monoïques sont les plus recherchées. Le monoïsme est favorisé, car dans des populations dioïques les plantes mâles mûrissent d'abord et les fibres deviennent fragiles avant que les plantes femelles ne soient prêtes pour la récolte. Les variétés productrices de fibres d'Europe sont classées en variétés nordiques et méridionales. Les dernières exigent des températures plus élevées et une plus longue période végétative et en conséquence sont plus hautes et fabriquent plus de fibres.




5 - Les caractères des fleurs

      Nombre de caractères différents déterminent les caractéristiques florales du cannabis. Cette section se concentrera sur les différents caractères des grappes florales femelles avec des commentaires occasionnels au sujet des caractères semblables dans les grappes florales mâles. Les têtes de fleurs sont les organes producteurs de graines du cannabis ; ils restent sur la plante et traversent beaucoup de changements qui ne peuvent pas être comparés aux plantes mâles.


    a) forme 

      - La forme de base d'une grappe florale est déterminée par la longueur des internœuds, le long de l'axe floral principal et à l’intérieur des différentes grappes. Les grappes denses et longues résultent d’inter nœuds courts le long d'un long axe floral et des internœuds courts à l’intérieur des différentes grappes florales compactes (Hindu-Kush). Les grappes éparses se forment quand une plante forme un axe floral étiré avec de longs internœuds entre des grappes florales contenant des nombreuses branches (Thaï). La forme des têtes est également déterminée par le mode générale de croissance de la plante. Parmi les phénotypes locaux, par exemple, il est évident qu’une plante qui aura un phénotype en « sapin » aura ses grappes florales qui se courberont vers le haut à l'extrémité des branches, et une plante qui aura un phénotype « énorme et toute droite » aura ses grappes florales longues et droites de diverses formes. Tôt dans la saison d’hiver, beaucoup de variétés commencent à s’étirer et à cesser la production de calice en préparation du rajeunissement et de la croissance végétative consécutive au printemps suivant. Les plantes mâles montrent également une variation des grappes florales. Certaines plantes ont des têtes compactes formées de calices mâles ressemblant à des raisins inversés (Hindu Kuch) et d'autres ont des longs groupes de fleurs mâles sur de longues branches exposées et sans feuilles (Thaïlande).


b ) forme

      - La forme d'un faisceau floral est déterminée par le nombre et la proportion relative de calices et de fleurs. Un faisceau floral feuillu pourrait contenir 70% de feuilles et avoir un ratio calice/feuilles de 1/4. Il est évident que des variétés avec un ratio calice/feuilles élevé sont davantage adaptées à la production de calices, et donc, à la production de résine. Ce facteur peut être avantageux dans la caractérisation des plantes en vu de faire de futurs parents de variétés de drogue. A ce stade, il faut noter que des grappes florales femelles se composent d'un certain nombre de parties distinctes. Elles incluent les tiges, les graines occasionnelles, les calices, les feuilles intérieures soutenant les paires de calices (petites, résineuses, avec 1 à 3 pales), et les feuilles extérieures soutenant les grappes florales entières (plus grandes, peu résineuses, avec 3 à 11 pales). Les ratios entre ces différentes parties (le poids sec) varient selon la variété, le degré de pollinisation, et la maturité des têtes. La maturation est une réaction à un changement environnemental, et le degré de maturité atteint est sujet tant à des limites climatiques qu’aux préférences du sélectionneur. En raison de cette relation entre environnement et génétique dans le contrôle de la forme des fleurs, il est souvent difficile de croiser le cannabis pour des caractéristiques florales. Une connaissance complète de la manière dont une variété mûrit est importante, en séparant les caractères probablement héréditaires des caractères acquis. Le chapitre IV, maturation et récolte du cannabis, examine les secrets et les théories de la maturation. Pour maintenant, nous supposerons que les caractères suivants sont valables pour des grappes florales entièrement mûres (stade floral maximum) avant un quelconque déclin.

c) Taille de calice 

      - les calices mûrs font de 2 à 12 millimètres (1/16 à 3/8 pouce) de long. La taille de calice dépend en grande partie de l'âge et du degré de maturité. La taille des calices d'une tête est exprimée comme la longueur moyenne des calices viables mûrs. Les calices sont encore considérés comme viables si les deux pistils semblent frais et n'ont pas commencé à se courber ou à changer de couleurs. A ce stade, le calice est relativement droit et n'a pas commencé à gonfler de résine ni à se déformer comme c’est le cas quand les pistils meurent. On convient généralement que la production de grands calices est souvent aussi importante dans la détermination de la psychoactivité d'une variété que la quantité de calices produits. L’Hindu-Kush, la thaï, et les variétés mexicaines sont parmi les variétés les plus psychoactives, et elles sont souvent caractérisées par de grands calices et graines. La taille des calices semble être un caractère héréditaire chez le cannabis. Des variétés hybrides complètement acclimatées ont habituellement un grand nombre de calices plutôt petits, alors que les variétés importées à grands calices maintiennent cette taille si croisés en retour. La sélection initiale de graines grosses augmente les chances que la progéniture soit une variété à grands calices. Le développement anormal des calices occasionne parfois des calices doubles ou des calices réunis, dont les deux peuvent porter une graine. Ce phénomène est plus prononcé chez des variétés de Thaïlande et d'Inde.


d) couleur

     -la perception et l'interprétation des couleurs dans les fleurs de cannabis est fortement influencée par l'imagination du cultivateur ou du sélectionneur. Une variété dorée ne ressemble pas plus au métal qu'une variété rouge ne ressemble à un camion de pompier. Les fleurs de cannabis sont fondamentalement vertes, mais des changements peuvent intervenir plus tard dans la saison, ce qui change la couleur pour inclure diverses nuances. Le vert intense de la chlorophylle masque habituellement la couleur des colorants accessoires, la chlorophylle tend à se décomposer tardivement dans la saison et des couleurs du à l'anthocyanine aussi contenus dans les tissus se font jour. Le pourpre, résultat de l'accumulation d'anthocyanine, est la couleur, autre que le vert, la plus répandue dans le cannabis. Cette modification de couleur est habituellement déclenchée par le changement de saison, comme c’est le cas de beaucoup d'arbres à feuilles caduques en automne. Ceci ne signifie pas, cependant, que l'expression de la couleur est uniquement contrôlée par l'environnement et n'est pas un caractère dont on peut hériter. Pour que la couleur pourpre se développe lors de la maturation, une variété doit avoir le potentiel génétique de contrôler le métabolisme de la production des colorants d'anthocyanine, associé à une réponse au changement environnemental de sorte que les colorants d'anthocyanine apparaissent. Ceci signifie également qu'une variété pourrait avoir les gènes pour l'expression de la couleur pourpre mais que cette couleur ne puisse jamais s’exprimer si les conditions environnementales ne déclenchaient pas la pigmentation d'anthocyanine ou la dégradation de la chlorophylle. Les variétés colombiennes et Hindu-Kush développent souvent une coloration pourpre année après année, une fois soumises à des températures nocturnes basses pendant la maturation. Les changements de couleur seront discutés plus en détail dans le chapitre IV - Maturation et récolte du cannabis.

      Les colorations dues à la carotène sont en grande partie responsables du jaune, de l'orange, du rouge, et des couleurs brunes du cannabis. Elles commencent également à apparaître dans les feuilles et les calices de certaines variétés quand la couleur verte, masquante, de la chlorophylle disparaît lors de la maturation. Les variétés dorées sont celles qui tendent à faire ressortir les colorants primaires jaune et orange pendant qu’elles mûrissent. Les variétés rouges sont habituellement plus près du brun ocre pour les couleurs, bien que certaines colorations dues aux carotènes et aux anthocyanines soient presque rouges et des striures localisées de ces couleurs apparaissent parfois dans les pétioles des faisceaux floraux très vieux. La couleur rouge dans les herbes pressées et importées est souvent le résultat de l’agglutination des pistils secs bruns et rougeâtres.

      Plusieurs parties différentes de l'anatomie des grappes florales peuvent changer de couleur, et il est possible que différents gènes puissent contrôler la coloration de ces différentes parties.
     Les pétioles, les surfaces supérieures et inférieures des feuilles, aussi bien que les tiges, les calices, et les pistils se colorent différemment dans des variétés distinctes. Puisque la plupart des feuilles extérieures sont enlevées pendant la manucure, la couleur exprimée par les calices et les feuilles intérieures pendant les stades finaux de la floraison sera tout ce qui reste dans le produit final. C'est pourquoi des variétés sont seulement considérées comme vraiment pourpres ou dorées si les calices maintiennent leur couleur une fois secs. L'accumulation d'anthocyanine dans les tiges est parfois considérée un signe d'insuffisance de phosphore mais dans la plupart des situations, c’est le résultat d’excès bénins de phosphore ou un caractère génétique. En outre, des températures froides pourraient interférer avec l’assimilation du phosphore, et ayant pour résultat une insuffisance. Les Pistils des variétés de Hindu-Kush sont souvent magenta ou rose quand elles commencent à apparaître. Elles sont alors viables tournent au brun rougeâtre quand elles se défraîchissent, comme dans la plupart des variétés. La coloration pourpre indique habituellement que les plantes femelles sont trop mûres et que la biosynthèse des cannabinoïdes est ralentit en automne, par temps frais.


e) Taux de cannabinoïdes

      – l’hybridation du cannabis pour le taux de cannabinoïdes a été accomplie à la fois par des chercheurs assermentés et clandestins. Warmke (1942) puis Warmke et Davidson (1943-44) ont prouvé qu'ils pouvaient élever ou baisser de manière significative le taux de cannabinoïdes par une hybridation sélective. Small (1975) a divisé le genre « cannabis » en quatre chimiotypes distincts basés sur les quantités relatives de THC et de CBD. Des recherches récentes ont prouvé que un croisement entre variétés à taux haut de THC/taux bas de CBD et des variétés à taux bas de THC/taux haut de CBD donnaient une progéniture avec des taux de THC et de CBD intermédiaires par rapport aux parents. Beutler et Marderosian (1978) ont analysé une progéniture F1 issue du croisement contrôlé entre une C.sativa (Mexicaine - haut taux de THC) et une C.rudéralis (Russe - bas taux de THC) et ont constaté qu'ils obtenaient deux groupes intermédiaires au niveau du taux de THC entre les parents. Cela indique que la production de THC est très probablement contrôlée par plus d'un gène. En outre les hybrides F1 de teneur inférieure en THC (ressemblant au parent mâle) étaient deux fois plus fréquents que les hybrides à plus forte teneur en THC (ressemblant au parent femelle). Plus de recherches sont nécessaires pour savoir si la production de THC dans le cannabis est associée au sexe du parent au taux élevé de THC ou si les caractères de la teneur élevée en THC sont récessifs. Selon Small (1979) les rapports des taux de cannabinoïdes des variétés cultivées sous des climats nordiques sont l’image des rapports des taux de cannabinoïdes de la variété pure, importée des parents. Cela indique que le phénotype des cannabinoïdes est génétiquement contrôlé, mais que les taux de l’ensemble des cannabinoïdes sont déterminés par l'environnement. Des effets complexes produits par différentes variétés de cannabis de drogue peuvent être mélangées par une hybridation soigneuse pour produire des hybrides à psychoactivité variable, mais le niveau de psychoactivité totale dépend de l'environnement. C'est également l'indication que le croisement inconscient de parents à basse teneur en THC indésirables pourrait rapidement mener à la dégénération plutôt qu'à l’amélioration d'une variété de drogue. Il est évident que les individus des variétés de fibres n’ont pas ou peu d’intérêt pour l’hybridation de variétés de drogue.

       L’hybridation pour la teneur en cannabinoïdes et la caractérisation éventuelle des effets variables produits par le cannabis est un travail d’interrogation totalement subjectif sans l’aide des techniques modernes d'analyse. Un système chromatographique d'analyse permettrait la sélection de types spécifiques de cannabinoïdes, particulièrement pour les parents mâles producteurs de pollen. La sélection des parents mâles pose toujours un problème à l’hybridation pour les teneurs en cannabinoïdes. Les plantes mâles expriment habituellement les mêmes proportions en cannabinoïdes que leurs contreparties femelles mais en quantité largement inférieure, et ont leur permet rarement d'atteindre une pleine maturité de crainte de polliniser la partie femelle de la récolte. Un essai biologique simple pour déterminer la teneur en THC de plantes mâles peut être réalisé en laissant trois à cinq sacs numérotés remplis de feuilles et de pousses de différents parents mâles éventuels avec quelques feuilles de papier à rouler dans plusieurs endroits fréquentés par une foule constante et régulière de fumeurs de marijuana. Le premier sac fini peut être considéré comme le plus souhaitable pour fumer et probablement le plus psychoactif. Il semble impossible qu’une personne choisisse objectivement la plante mâle la plus psychoactive puisque la variation du profil des cannabinoïdes est subtile. L'essai biologique rapporté ici est en fait une évaluation par un panel non structurée, qui fait la moyenne des avis des testeurs impartiaux qui n’ont été exposés qu’à quelques choix à la fois. De tels résultats d'essai biologique peuvent entrer dans la sélection de parents mâles.
      Il est difficile de dire combien de gènes pourraient contrôler la synthèse de l’acide THC. Le contrôle génétique de la biosynthèse a pu se produire à beaucoup d’endroits par l'action des enzymes contrôlant chaque réaction individuellement. On accepte généralement que les variétés de drogue aient un système d'enzymes qui convertit rapidement l’acide CBD en acide THC, favorisant l'accumulation d'acide THC. Les variétés de fibres n’ont pas cette activité enzymatique, ainsi l'accumulation d’acide CBD est favorisée puisqu'il y a peu de conversion en acide THC. Ces mêmes systèmes enzymatiques sont probablement également sensibles aux changements de température et de lumière.
      On suppose que les variations des types d’effets associés aux différentes variétés est le résultat de taux de cannabinoïdes variables. Le THC est l'ingrédient psychoactif primaire qui agit en synergie avec un peu de CBN, de CBD, et d'autres cannabinoïdes accessoires. Les terpènes et autres constituants aromatiques du cannabis pourraient également renforcer ou supprimer les effets du THC. Nous savons que les taux de cannabinoïdes peuvent être utilisés pour établir des phénotypes de teneur en cannabinoïdes et que ces phénotypes sont transmis du parent à la progéniture. Par conséquent, les taux de cannabinoïdes sont en partie déterminés par les gènes. Caractériser exactement les effets de divers individus et établir des critères pour hybrider des variétés avec différentes teneurs en cannabinoïdes, il faut une méthode simple et précise pour mesurer les taux des cannabinoïdes dans les parents éventuels. La transmission et l'expression du chimiotype des cannabinoïdes est certainement complexe.


f) Goût et arôme

      - le goût et l'arôme sont étroitement liés. Tout comme nos sens pour différencier le goût et l'arôme sont liés, les sources du goût et de l’arôme le sont aussi dans le cannabis. L'arôme est produit principalement par les terpènes aromatiques, composants de la résine sécrétée par les trichomes glandulaires à la surface des calices et des feuilles les soutenant. Quand une grappe florale est dense, les têtes résineuses des trichomes glandulaires se rompent et les terpènes aromatiques sont exposés à l'air. Il y a souvent une grande différence entre l'arôme des fleurs fraîches et celui des fleurs sèches. Ceci est expliqué par la polymérisation (l'association des plusieurs individus pour former une chaîne) de plusieurs des molécules les plus petites des terpènes aromatiques pour former différentes polymères aromatiques et non-aromatiques de terpènes. Cela se produit quand les résines de cannabis vieillissent et mûrissent, pendant que la plante se développe et pendant le curage après la récolte. Des arômes additionnels peuvent interférer avec les composants terpénoïdes primaires, tels que l'ammoniaque et d'autres produits gazeux dégagés par le curage, la fermentation ou la décomposition des tissus non résineux des fleurs.
      Au moins une vingtaine de terpènes aromatiques (103 sont connus pour se produire dans le cannabis) et d'autres composés aromatiques contrôlent l'arôme de chaque plante. La production de chaque composé aromatique peut être influencée par beaucoup de gènes ; donc, c'est une question complexe de croiser le cannabis pour l'arôme. Même les sélectionneurs des roses servant aux parfums sont souvent stupéfiés de la complexité du contrôle génétique de l'arôme. Chaque variété, cependant, a plusieurs arômes caractéristiques, et ceux-ci sont parfois transmis à la progéniture hybride de sorte qu'elle ressemble à l’un ou aux deux parents pour l'arôme. Les sélectionneurs se sont souvent plaints que leur variété a perdu les caractéristiques aromatiques désirées chez les variétés parentales. Les variétés hybrides stables développeront un arôme caractéristique qui est héréditaire et souvent transmissible. Le cultivateur désirant conserver un arôme particulier peut cloner l'individu à l’arôme désiré en plus de l’hybrider. C'est une bonne assurance au cas où l'arôme serait perdu dans la progéniture par ségrégation et recombinaison des gènes.
      Les arômes des fleurs fraîches ou sèches sont échantillonnés et comparés de telle manière qu'ils soient séparés pour éviter toute confusion. Chaque échantillon est placé dans le coin d'une feuille inodore de papier à lettres plié en double, chaque morceau étiqueté et à température ambiante. Une pression légère libérera les principes aromatiques contenus dans la résine exsudée par la tête de trichome glandulaire rompu. En prélevant chaque échantillon, ne serrez jamais directement un faisceau floral, car les résines adhéreraient aux doigts et biaiseraient l’échantillonnage. Le papier plié contient de manière pratique le faisceau floral, évite la confusion pendant le prélèvement, et contient les arômes comme un verre le fait pour un échantillon de vin.
      Le goût est facilement testé en roulant les faisceaux floraux secs dans un papier à rouler et en l’inhalant pour laisser le goût parvenir jusqu’aux papilles gustatives placées sur la langue. Les échantillons devraient être approximativement la même taille. Le goût du cannabis est divisé en trois catégories selon l'utilisation : le goût des composants aromatiques transportés dans l’air qui passe sur le cannabis quand il est inhalé sans être allumé ; le goût de la fumée du cannabis brûlé ; et le goût du cannabis quand il est consommé oralement. Ces trois goûts sont différents.
      Les terpènes contenus dans le goût d’un cannabis non brûlé sont identiques à ceux sentis dans l'arôme, mais perçus par le goût au lieu de l'odeur. Le cannabis oralement ingéré a un goût généralement amer à cause des tissus végétaux, mais le goût caractéristique de la résine est épicé et piquant, un peu comme la cannelle ou le poivre. Le goût de la fumée de cannabis est déterminé par les tissus brûlés et les terpènes vaporisés. Ces terpènes peuvent ne pas être détectés dans l'arôme et le goût du cannabis non brûlé. Des relations bio synthétiques ont été établies sans ambiguïté entre les terpènes et les cannabinoïdes. En effet, les cannabinoïdes sont synthétisés au sein de la plante à partir des précurseurs du terpène. On suspecte que des changements de teneur en terpène aromatique entraînent parallèlement des changements de taux des cannabinoïdes pendant la maturation. Comme des rapports ont été établis entre l'arôme et la psychoactivité, le sélectionneur pourra plus facilement faire des champs en vu de la sélection de parents éventuels à forte teneur en THC, sans avoir recourt à des analyses compliquées.


g) Persistance des principes aromatiques et des cannabinoïdes

      - les résines de cannabis se détériorent avec l’âge, et les principes aromatiques et les cannabinoïdes se décomposent lentement jusqu'à ce qu'ils soient à peine apparents. Puisque le cannabis frais n’est disponible qu’une fois par an dans les régions tempérées, un objectif majeur de l’hybridation a été de créer une variété dans laquelle les subsistances ne jaillissent pas une fois emballée. Le packaging et la durée de conservation sont des considérations importantes pour l’hybridation d'espèces productrices de fruits frais et seront également importantes si les échanges de cannabis se développent après la légalisation.


h) Types de Trichomes

      - plusieurs types de trichomes sont présents sur les surfaces épidermiques du cannabis. Plusieurs de ces trichomes sont glandulaires et sécréteurs par nature et sont divisés en types bulbeux, à capités sessiles et à capités droites. Parmi ces derniers, les trichomes glandulaires à capités droites sont apparemment responsables de la sécrétion intense des résines chargées de cannabinoïdes. Les plantes avec une forte densité des trichomes à capités droites sont un objectif logique pour des sélectionneurs de cannabis de drogue. Le nombre et le type de trichomes sont facilement caractérisé par l’observation avec une petite lentille à main (10X à 50X). Une recherche récente par V. P. Soroka (1979) conclut qu'une corrélation positive existe entre le nombre de trichomes glandulaires sur les feuilles et les calices et les diverses teneurs en cannabinoïdes des faisceaux floraux. En d'autres termes, beaucoup de trichomes à capités droites signifie des niveaux plus élevés de THC.


i) Quantité et qualité de résine

       - la production de résine par les trichomes glandulaires varie. Une variété peut avoir beaucoup de trichomes glandulaires mais ils peuvent ne pas sécréter vraiment de résine. La couleur de la résine change également d’une variété à l’autre. Les têtes de résine peuvent s’obscurcir et devenir plus opaques à mesure qu'elles mûrissent, comme cela est suggéré par plusieurs auteurs. Quelques variétés, cependant, produisent des résines fraîches qui sont ambres transparentes au lieu de claires et sans couleur, et ce sont souvent certaines des variétés les plus psychoactives. Les résines transparentes, indépendamment de la couleur, sont un signe que la plante effectue activement la biosynthèse de la résine. Quand la biosynthèse cesse, les résines deviennent opaques pendant que les cannabinoïdes et les terpènes aromatiques diminuent. La couleur de la résine est certainement une indication des conditions à l'intérieur de la tête de résine, et ceci peut s'avérer être un autre critère important pour la multiplication.


j) Ténacité de résine

      - Depuis des années, des variétés ont été croisées pour la production de haschisch. Le haschisch est formé des têtes de résine séparées. De nos jours, on pourrait considérer de croiser une variété pour sa production élevée de résine qui ne relâche ses précieuses têtes qu’avec une secousse modérée, plutôt que le tamisage usuel qui casse aussi la plante. Ceci faciliterait la production de hachisch. Des variétés qui seraient croisées pour un usage exclusif en tant que marijuana tirerait bénéfice de têtes de résine extrêmement tenaces, qui ne tomberaient pas pendant l'empaquetage et l'expédition.


k) Taux de séchage et de curage

      – Le taux et le rythme auquel le cannabis sèche est généralement déterminé par la manière avec laquelle il sèche, mais, à conditions identiques, certaines variétés sécheront beaucoup plus rapidement et complètement que d'autres. On suppose que la résine a un rôle de frein à la dessiccation et un contenu élevé en résines pourrait retarder le séchage. Cependant, c'est une idée fausse de croire que la résine est sécrétée pour enduire et pour sceller la surface des calices et des feuilles. La résine est sécrétée par les trichomes glandulaires, mais ils sont emprisonnés par une couche cuticulaire entourant les cellules-têtes des trichomes, empêchant la résine de se coller sur la surface des feuilles. Ainsi placées, elles n’ont que peu, voire aucune, chance de sceller la surface de la couche épidermique et d'empêcher ainsi la transpiration de l'eau. Il semble qu’il faille trouver une autre raison à la grande variabilité des taux et des durées de séchage. On peut croiser des variétés qui sèchent et curent rapidement pour sauver un temps précieux.


l) facilités de manucure
      - un des aspects les plus long de la production commerciale de cannabis de drogue est la corvée apparemment sans fin de la manucure, ou l'enlèvement des plus grandes feuilles des faisceaux floraux. Ces grandes feuilles externes ne sont pas autant psychoactives que les feuilles intérieures ou les calices, aussi elles sont habituellement enlevées avant de vendre sous le nom de marijuana. Les variétés avec moins de feuilles nécessitent évidemment moins de temps de manucure. Les longs pétioles des feuilles facilitent l’effeuillage à la main avec une petite paire des ciseaux. S'il y a une différence marquée de taille entre les feuilles externes très grandes et les feuilles intérieures minuscules et résineuses, il est plus facile de manucurer rapidement parce qu'il est plus facile de voir les feuilles à enlever.


m) Caractères des graines

     - des graines peuvent être hybridées pour beaucoup de caractères dont leur taille, leur contenu en huile, et leur teneur en protéines. La graine de cannabis est une source appréciable d'huiles de séchage, et le gâteau aux graines de cannabis est une nourriture fine pour des animaux de ranch. Des variétés à forte teneur en protéines peuvent être développées pour l’alimentation. En outre, des graines sont choisies pour leur rapidité de germination.


n) maturation

      - les variétés de cannabis varient considérablement quant à leur maturation et à la réponse donnée à l’évolution de leur environnement. Certaines variétés, comme les mexicaines et les Hindu-Kush, sont célèbres pour la maturation précoce, et d'autres, comme les colombiennes et les thaï, sont dures à mûrir et finissent tardivement, si elles finissent. Des variétés importées sont habituellement caractérisées comme précoce, moyenne, ou tardive par leur maturation ; cependant, une variété particulière peut produire quelques individus qui mûrissent tôt et d'autres qui mûrissent tard. Par la sélection attentive, les sélectionneurs ont développé d'une part, des variétés qui mûrissent en quatre semaines, en extérieur et dans des conditions tempérées; et d'autre part, des variétés de serre chaude qui mettent jusqu'à quatre mois à mûrir dans leur environnement protégé. La maturation précoce est extrêmement avantageuse pour les cultivateurs cultivant dans des régions où le printemps arrive tard ou où les premières gelées hivernales arrivent tôt. En conséquence, des plantes mûrissant particulièrement tôt sont choisies comme parents pour des variétés futures à maturation précoce.


o) floraison

      - une fois qu'une plante mûrit et commence à porter des fleurs, elle peut atteindre une production florale maximale en quelques semaines, ou les faisceaux floraux peuvent continuer à se développer pendant plusieurs mois. La vitesse à laquelle une variété fleurit est indépendante de la vitesse à laquelle elle mûrit, aussi une plante peut attendre jusque tard dans la saison pour fleurir et ensuite développer des faisceaux floraux étendus et mûrs en seulement quelques semaines.


p) maturation

      - la maturation des fleurs de cannabis est l'étape finale du procédé de maturation. L’enchaînement par lequel les faisceaux floraux se développeront et mûriront est rapide, mais il se peut que des faisceaux grands floraux se forment et ce n’est qu’après une période d'hésitation apparente que les fleurs commencent à produire de la résine et à mûrir. Une fois que la maturation commence, en général elle s’étend à toute la plante, mais certaines variétés, comme la Thaï, sont connues pour ne mûrir que quelques faisceaux floraux à la fois sur plusieurs mois. Quelques arbres fruitiers à floraison perpétuelle se comportent de la même manière avec une saison de production de fruits qui dure toute l’année. On pourrait probablement hybrider des variétés de cannabis à floraison perpétuelle qui continueraient à fleurir et à mûrir uniformément toute l'année.


q) Profil des cannabinoïdes

      - on suppose que les variations dans les types d’effets associées à différentes variétés résultent des taux variables de cannabinoïdes du cannabis. Le THC est l'ingrédient psychoactif primaire qui agit en synergie avec un peu de CBN, de CBD, et d'autres cannabinoïdes accessoires. Nous savons que les taux de cannabinoïdes peuvent être utilisés pour établir des phénotypes dépendant des taux de cannabinoïdes et que ces phénotypes sont transmis du parent à la progéniture. Par conséquent, les teneurs en cannabinoïdes sont en partie déterminées par les gènes. Pour caractériser exactement les effets de divers individus et pour établir des critères pour hybrider des variétés avec des teneurs particulières en cannabinoïdes, il faut une méthode précise et simple pour mesurer les taux de cannabinoïdes dans les parents éventuels. Diverses combinaisons de ces caractères sont possibles et inévitables. Les caractères rencontrés les plus souvent sont très probablement dominants et quel que soit l’effort pour modifier la génétique et améliorer des variétés, il faut se concentrer sur les phénotypes principaux pour les caractères les plus importants. Les meilleurs sélectionneurs se fixent des objectifs élevés et d’une portée réduite, et qui adhèrent avec leurs idéaux.


6. Phénotypes bruts des variétés de cannabis

Le phénotype brut ou modèle générale de croissance est déterminé par la taille, la production de racines, la production de branches secondaires, le sexe, la maturation, et les caractéristiques florales. La plupart des variétés importées ont des phénotypes bruts caractéristiques bien qu'on constate une tendance à rencontrer occasionnellement presque chaque phénotype dans presque chaque variété. Ceci indique la complexité du contrôle génétique déterminant le phénotype brut. Les croisements hybrides entre variétés pures, importées, étaient le début de presque chaque variété locale de cannabis. Dans les croisements hybrides, certaines caractéristiques dominantes de chaque variété parentale sont exhibées dans diverses combinaisons par la progéniture F1. Presque toute la progéniture ressemblera aux deux parents et très peu ressembleront à seulement un parent. On croirait avoir tout dit, mais cette génération F1 hybride est loin d’être stable et la génération F2 suivante montrera une grande diversité, et tendra à ressembler plus à l’une ou à l'autre des variétés parentales importées originales, et montrera également des caractères récessifs masqués chez les parents originaux. Si la progéniture F1 donne des plantes souhaitables, il sera difficile de continuer les caractères hybrides dans les générations suivantes. Assez des graines F1 hybrides originales devront être produites pour qu’elles puissent être semées année après l'année pour produire des récoltes uniformes de plantes souhaitables


Partie 3 ICI :

Phénotypes et caractères des variétés importées

1. Phénotypes généraux des variétés de fibres
2. Phénotypes généraux des variétés de drogue

a) Colombie
b )Congo
c) Hindu-Kush
e) Jamaïque
f) Kenya
g) Liban
h) Malawi
i) Mexique
j) Maroc
k) Népal
I) Russie
m) Afrique du Sud
n) Asie du Sud-Est

3. Phénotypes hybrides

a) phénotype « creeper »
b ) Phénotype « énorme et tout droit »

manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon Robert Connell Clarke ( Labotanique de la Marijuana Chp.3) Prt 1/ La génétique - La Polyploïdie - L’hybridation - L’acclimatation

La Botanique de la Marijuana
                                                                                        Par Rob Clarke

                                                      Une étude avancée : La reproduction et l’hybridation
                                                                        d’espèces distinctes de Cannabis.
      Traduction réalisée pour l'enrichissement et le bien de la communauté cannabique francophone… (merci monsieur "X" )


Chapitre 3 - La génétique et multiplication du cannabis 
Partie 1 / (Partie 2 ICI / Partie 3 ICI )

-La génétique
-La Polyploïdie
-L’hybridation
-L’acclimatation



                            "Le plus grand service qui peut être rendu à n'importe quel pays est d’ajouter une plante utile à sa culture."
                             - Thomas Jefferson -


La génétique

     Bien qu'il soit possible d’hybrider le cannabis avec un succès limité sans une connaissance des lois de la transmission, le plein potentiel d’une hybridation maîtrisée, et la ligne de conduite la plus à même à mener au succès, n’est obtenu que par les sélectionneurs qui maîtrisent une connaissance fonctionnelle de la génétique.
    Comme nous savons déjà, toute l'information communiquée de la génération à la génération doit être contenue dans le pollen du parent mâle et dans l'ovule du parent femelle. La fécondation unit ces deux ensembles d'informations génétiques, forme une graine, et donne naissance à une nouvelle génération. Le pollen et les ovules sont appelées gamètes, et les informations transmises qui déterminent l'expression d'un caractère sont les gènes. Chaque plante possède deux lots identiques de gènes dans chaque cellule, excepté dans les gamètes, qui par la division réductionnelle de méiose ont seulement un ensemble de gènes. Lors de la fertilisation les lots individuels de chaque gamète combinent pour former une graine (qui possède donc 2 lots).
    Dans le cannabis, à l’état haploïde (gamètes) les cellules possèdent (n=10) 10 chromosomes et à l’état diploïde chaque cellule contient 20 chromosomes (2n=20). Chaque chromosome contient des centaines de gènes, qui influencent chacune des phases de la croissance et du développement de la plante.
     Si la pollinisation croisée de deux plantes avec un caractère génétique commun (ou l’autopollinisation d'un hermaphrodite) donne une progéniture homogène pour ce même caractère, et si les générations (auto-croisées) suivantes le sont aussi, alors on dit que cette variété (c.-à-d. la lignée issue des ancêtres communs) est stable ou homogène pour ce caractère. Une variété avec un ou plusieurs caractères stables, peut varier pour d'autres caractères. Par exemple, le caractère « arôme doux » et « maturation précoce » peuvent être stables, alors que la progéniture diffère de par la taille et la forme. Pour qu'une variété soit stable pour un certain caractère, les deux gamètes, dont la réunion forme la progéniture, doivent avoir les mêmes gènes qui influencent l'expression de ce caractère. Par exemple, dans une variété qui est stable pour le caractère « feuilles larges », n'importe quel gamète de n'importe quel parent de cette population contiendra de fait les gènes pour « feuilles larges », que nous noterons avec la lettre w (webbed leaves). Puisque chaque gamète porte la moitié (1n) de l’information génétique, la fertilisation de deux gamètes provenant de cette population donnera une progéniture (2n) qui auront tous les deux les expressions w du caractère « forme des feuilles ». La progéniture, comme les deux parents, sont ww. Alternativement, la progéniture est aussi stable pour « feuilles larges » parce qu'elles ont seulement des gènes de w à transmettre dans leurs gamètes.
    D'autre part, quand un croisement produit la progéniture qui n’est pas homogène (c.-à-d., toute la progéniture ne ressemble pas à leurs parents) on dit que les parents ont des gènes hybrides. Exactement comme une variété peut être stable pour un ou plusieurs caractères, elle peut également être hybride pour un ou plusieurs autres caractères ; ceci est souvent observé. Par exemple, considérez un croisement où une partie de la progéniture a des feuilles larges et les autres ont des feuilles fines (pinnate-compound leaves). (En utilisant notre système de notation, nous nous référerons au gène exprimant le caractère « feuilles fines » par W. Puisque ces gènes influencent tous les deux la forme des feuilles, nous supposons qu’ils en influence l’expression, c’est pourquoi on utilise le w pour « feuilles larges » et le W pour « feuilles fines » au lieu de W pour « feuilles larges » et P pour « feuilles fines »). Puisque les gamètes d'une variété stable doivent avoir chacun les mêmes gènes pour le caractère donné, il semble logique que les gamètes qui produisent deux types de progéniture doivent avoir des parents génétiquement différents.
    L'observation de beaucoup de populations dans lesquelles la progéniture a différé de leurs parents par leur aspect a mené Mendel à sa théorie de la génétique. Si un caractère ne s’exprime que parfois quelles sont les règles qui régissent les résultats de ces croisements ? Pouvons-nous employer ces règles pour prévoir les résultats de futurs croisements ?
    Supposez que nous séparions deux populations stables de cannabis pour « forme des feuilles », une avec des feuilles larges et l’autre avec des feuilles fines. Nous savons que tous les gamètes produits par les parents aux feuilles larges contiendront les gènes pour la « forme des feuilles » w et tous les gamètes produites par les parents à feuilles fines auront les gènes W pour « forme des feuilles ». (La progéniture peut bien sûr différer pour d'autres caractères). Si nous faisons un croisement entre un parent de chacune des variétés stables, nous constaterons que 100% de la descendance ont le phénotype feuilles fines pour la « forme des feuilles ». (L’expression d'un caractère, chez une plante ou une variété, est appelée le phénotype). Qu'est-il arrivé au gène pour feuilles larges contenu dans le gamète provenant du parent à feuilles larges ? Puisque nous savons qu'il y avait autant de gènes W que de gènes w réunis dans la progéniture, le gène W doit masquer l'expression du gène w. Nous dirons que le gène W est le gène dominant et que le caractère « feuilles fines » est dominant par rapport au caractère récessif « feuilles larges ». Cela semble logique puisque le phénotype normal du cannabis est « feuilles fines ». Il faut se rappeler, cependant, que beaucoup de caractères souhaitables sont récessifs. La stabilité de l'état dominant ou récessif, du WW ou du ww, se nomme l'état homozygote ; le wW ou le Ww état hybride se dit hétérozygote. Quand nous croisons deux individus de la progéniture F1(première génération filiale) résultant du croisement initial des P1 (génération parentale) nous observons deux types de progéniture. La génération F2 montre un ratio d’approximativement 3:1, trois individus de type « feuilles fines » pour un de type « feuilles larges ». Il faut se souvenir que les ratios entre les phénotypes sont théoriques. Les résultats observés peuvent changer des ratios prévus, particulièrement dans des petits échantillons.
     Dans ce cas-ci, « feuilles fines » est dominant sur « feuilles larges », ainsi toutes les fois que les gènes W et w sont combinés, le caractère dominant W sera exprimé dans le phénotype. Dans la génération F2 seulement 25% de la progéniture sont homozygotes pour w donc seulement 25% sont stables pour w. Le caractère w n’est exprimé en génération F2 que quand deux gènes w sont combinés pour former un double-récessif, ce qui fixe le caractère récessif dans 25% de la progéniture. Si W n’était que partiellement dominant sur w, les génotypes dans cet exemple resteraient les mêmes, mais les phénotypes de la génération F1 seraient tous intermédiaires ressemblant aux parents et le ratio dans les phénotypes F2 serait 1 W, 2 intermédiaires, 1 w.
    L'explication des ratios prévisibles dans la progéniture est simple et nous amène à la première loi de Mendel, la première des règles de base de l'hérédité :

           I. Les gènes de chacune des paires présentes dans les chromosomes se séparent l'un de l'autre pendant la formation des gamètes.
          Une technique communément utilisée pour déduire le génotype des parents est le croisement en retour. Ceci est fait en croisant un individu de la F1 à un de ses parents P1 (stable). Si le rapport résultant des phénotypes est 1:1 (un hétérozygote pour un homozygote) les parents étaient en effet WW homozygote dominant et ww homozygote-récessif.
         Le rapport 1:1 a été observé pour les croisements F1 à P1 et le ratio de 1:2:1 observé dans les croisements F1 x F1. Ce sont les deux ratios de base de Mendel quant à la transmission d'un caractère contrôlé par une paire de gènes. Le sélectionneur astucieux utilise ces rapports pour déterminer le génotype des plantes parents et la pertinence du génotype pour pousser plus avant les hybridations.
       Cet exemple simple peut être prolongé pour inclure la transmission de deux ou plusieurs paires de gènes non liés à la fois. Par exemple nous pourrions considérer la transmission simultanée des paires de gène T (haute)/t (courte) et M (maturation précoce)/m (maturation tardive). Il s’agit alors d’une polyhybridation au lieu d’un mono-hybridisme. La deuxième loi de Mendel nous permet de prévoir les résultats de croisements poly-hybrides :

       II. Les paires de gènes non liés sont transmises indépendamment les unes des autres.
       S’il n’y a pas de codominance pour les deux paires de gènes, alors il y aura 16 combinaisons possibles du génotype en F2. Se formeront 4 phénotypes F2 avec un ratio de 9:3:3:1, le plus fréquent de tous étant l'état double-dominant de TT/MM. Une codominance pour les deux paires de gène aurait donné 9 phénotypes F2 avec un ratio de 1:2:1:2:4:2:1:2:1, reflétant directement le rapport entre les génotypes. Un état mélangé de dominance donnerait 6 phénotypes F2 dans un rapport de 6:3:3:2:1:1. Ainsi, nous voyons qu'un croisement impliquant deux paires de gènes non liés a comme conséquence un ratio mendélien de phénotype de 9:3:3:1 seulement si la dominance est totale. Ce ratio peut varier, selon les conditions de dominance dans les paires originales de gènes. En outre, deux nouveaux phénotypes, T/m et t/M, ont été créés dans la génération F2; ces phénotypes diffèrent des parents et des grandsparents. Ce phénomène s’appelle la recombinaison et explique l'adage tel père tel fils, mais pas exactement pareil.
      Un croisement en retour poly-hybride avec deux paires de gènes non liés donne un ratio de 1:1 dans les phénotypes comme dans le cas d’un croisement mono-hybride. Il convient de noter qu'en dépit de l'influence de la dominance, un F1 croisé en retour avec un P1 homozygote-récessif donnera le phénotype homozygote-récessif t/m 25% du temps, et par la même logique, un croisement en retour avec le parent homozygote-dominant donnera le phénotype homozygote dominant T/M 25% du temps. Une fois encore, le croisement en retour est d’une valeur inestimable dans la détermination des génotypes F1 et P1. Puisque chacun des quatre phénotypes de la progéniture issue du croisement en retour contient au moins un chacun des deux gènes récessifs ou un chacun des deux gènes dominants, le phénotype du croisement en retour est une représentation directe des quatre gamètes possibles produits par l'hybride F1.
      Jusqu'ici nous avons discuté de la transmission des caractères contrôlés par des paires discrètes de gènes non liés. L'interaction entre les gènes est le contrôle d'un caractère par deux paires ou plus de gènes. Dans ce cas-ci les ratios entre génotypes demeureront les mêmes mais les ratios entre phénotypes peuvent être changés. Considérez un exemple hypothétique où 2 paires de gènes dominantes pp et cc commandent la pigmentation d'anthocyanine de fin de saison (couleur pourpre) dans le cannabis. Si P est seul, les feuilles seulement de la plante (sous le stimulus environnemental approprié) exhiberont la pigmentation due à l’accumulation d'anthocyanine et auront une couleur pourpre. Si C est seul, la plante restera verte pendant tout son cycle de vie quelles que soient les conditions environnementales. Si tous les deux sont présents, cependant, les calices de la plante montreront également l'anthocyanine accumulée et vireront au pourpre, tout comme les feuilles. Supposons maintenant que ceci peut être un caractère désirable pour les fleurs de cannabis. Quelles sont les techniques de croisement pouvant être employées pour produire ce caractère ?
      D'abord, deux P1 stables et homozygotes sont croisés et le ratio entre les phénotypes de la progéniture F1 est retrouvé.
      Les phénotypes de la progéniture F2 ont un ratio légèrement différent de 9:3:4 au lieu du 9:3:3:1 attendu pour des caractères non liés. Si P et C doivent tous les deux être présents pour que la pigmentation d'anthocyanine touche les feuilles et les calices, alors le ratio entre les phénotypes sera bien plus loin encore des résultats attendus et pourra être de 9:7. Deux paires de gène peuvent agir l'un sur l'autre de manières variables et produire des ratios entre les phénotypes variables. Soudainement, les lois simples de la transmission sont devenues plus complexes, mais les données peuvent encore être interprétées.

Sommaire des points essentiels sur l’hybridation : 1 - Les génotypes des plantes sont contrôlés par les gènes qui sont transmis sans changements d’une génération à l’autre. 2 - Les gènes vont par paire, un gène provient du gamète du parent mâle et l’autre du parent femelle. 3 - Quand les gènes d'une paire diffèrent dans leurs effets sur le phénotype, la plante est dite hybride ou hétérozygote. 4 - Quand les gènes d'une paire ont les mêmes effets sur le phénotype, alors ils sont stables ou homozygotes. 5 - Les paires de gènes contrôlant différents caractères phénotypiques sont (habituellement) héritées indépendamment. 6 - Les relations de dominance et les interactions entre les gènes peuvent changer les ratios phénotypiques de la F1, de la F2, et des générations suivantes…
La Polyploïdie

La polyploïdie est l'état d’une cellule contenant de multiples lots de chromosomes. Le cannabis a 20 chromosomes à l'état diploïde (2n) végétatif. Les individus triploïdes (3n) et tétraploïdes (4n) ont trois ou quatre lots de chromosomes et sont dits polyploïdes. On croit que l'état haploïde de 10 chromosomes a été probablement obtenu par réduction d'un nombre de lots ancestralement plus élevé (polyploïdes) (Lewis, W. H. 1980). La polyploïdie ne se produit pas naturellement dans le cannabis ; cependant, il peut être induit artificiellement avec des traitements à la colchicine. La colchicine est un composé toxique extrait à partir des racines de certaines espèces de Colchiques ; elle empêche la ségrégation des chromosomes chez les cellules-filles et la formation des membranes cellulaires. Le résultat donne des cellules-filles plus grandes que la moyenne possédant de multiples lots de chromosomes. Les études de H. E. Warmke et autres (1942-1944) semblent indiquer que la colchicine augmente le taux de drogue dans le cannabis. Il est malheureux que Warmke ait été ignorant des composants psychoactifs réels du cannabis et qu’il n’ait donc pas pu extraire de THC. L'acétone brut utilisée et ses techniques archaïques d'essai biologique en utilisant le « killifish » et des petits crustacés d'eau douce sont loin d’être concluant. Il était, cependant, capable produire à la fois des variétés triploïdes et tétraploïdes de cannabis jusqu'à deux fois plus puissante que des variétés classiques (dans leur capacité à tuer les petits organismes aquatiques). Le but de sa recherche était de « produire une variété de chanvre avec des effets atténués par rapport à la marijuana » et ses résultats ont montré que la polyploïdie avait augmenté la puissance du cannabis sans augmentation apparente de la qualité ou du rendement en fibres.
      Le travail de Warmke sur les polyploïdes a jeté la lumière sur la nature de la détermination sexuelle du cannabis. Il a également illustré que la puissance est génétiquement déterminée en créant une variété de chanvre de puissance inférieure par des croisements sélectifs de parents peu puissants.
      Une recherche plus récente par A. I. Zhatov (1979) sur le chanvre à fibres a prouvé que certains caractères économiquement estimables tels que la quantité de fibres produites peuvent être améliorés par polyploïdie. Les polyploïdes demandent plus d'eau et sont habituellement plus sensible aux changements de l'environnement. Le cycle végétatif de croissance est prolongé jusqu'à 30-40%. Une période végétative prolongée peut retarder la floraison des variétés polyploïdes psychoactives et interférer avec la formation des fleurs. Il serait difficile de déterminer si le taux de cannabinoïdes a été augmenté par polyploïdie si les plantes polyploïdes n’étaient pas capables de mûrir entièrement pendant la partie favorable de la saison, quand la production de cannabinoïdes est favorisée par une lumière abondante et des températures chaudes. Des serres chaudes et de l'éclairage artificiel peuvent être utilisés pour prolonger la saison et pour tester des variétés polyploïdes.
      La taille du cannabis tétraploïde (4n) dans ces expériences a souvent excédé la taille des plantes diploïdes originales de 25-30%. Les Tétraploïdes ont une coloration intense, avec des feuilles et des tiges vert foncé et un phénotype global bien développé. La taille accrue et la croissance vigoureuse, en règle générale, disparaissent chez les générations suivantes. Les plantes tétraploïdes retournent souvent de nouveau à l'état diploïde, ce qui rend difficile de maintenir des populations tétraploïdes. Des tests fréquents sont réalisés pour déterminer si la ploïdie change.
      Des variétés triploïdes (3n) ont été créées avec difficulté en croisant les tétraploïdes (4n) artificiellement créés avec des plants classiques (2n). Les triploïdes se sont avérées inférieures aux diploïdes et aux tétraploïdes dans beaucoup de cas.
      De Pasquale et d'autres (1979) a mené des expériences sur du cannabis traité avec des solutions à 0,25% et à 0,50% de colchicine, appliquées sur le méristème principal sept jours après germination. Les plantes traitées étaient légèrement plus hautes et avec des feuilles légèrement plus grandes que les plantes témoins. Des anomalies dans la croissance des feuilles ont été observées dans respectivement 20% et 39% des plantes ayant survécu au traitement. Dans le premier groupe (0,25%) les taux de cannabinoïdes étaient plus élevés dans les plantes sans anomalie, et dans le deuxième groupe (0,50%) les taux de cannabinoïdes étaient les plus élevés dans les plantes avec anomalies. De façon générale, les plantes traitées ont montré une augmentation de 166-250% du taux de THC par rapport aux témoins et une diminution du CBD (30-33%) et du CBN (39-65%). Le CBD (cannabidiole) et le CBN (cannabinol) sont des cannabinoïdes impliqués dans la biosynthèse et la dégradation du THC. Le taux de THC dans les plantes témoins était très bas (moins de 1%). Il est donc probable que la colchicine ou la polyploïdie engendrée interfère avec la biogenèse des cannabinoïdes pour favoriser le THC. Chez les plantes traitées ayant les laminas des feuilles déformées, 90% des cellules sont tétraploïdes (4n=40) et 10% diploïdes (2n=20). Chez les plantes traitées n’ayant pas les laminas déformés, quelques cellules sont tétraploïdes et le reste est triploïde ou diploïde.
      La transformation des plantes diploïdes en tétraploïdes a inévitablement généré la formation de quelques plantes avec des lots non équilibrés de chromosomes (2n + 1, 2n - 1, etc.…). Ces plantes s'appellent les aneuploïdes. Les aneuploïdes sont inférieures pour tous les aspects économiques aux polyploïdes. Le cannabis d'aneuploïdes est caractérisé par des graines extrêmement petites. Le poids de 1 000 graines va de 7 à 9 grammes (1/4 à 1/3 once). Dans des conditions normales les plantes diploïdes n'ont pas de graines aussi petites et pèsent en moyenne de 14 à 19 grammes (1/2 2/3 once) pour 1 000 (Zhatov 1979).
     De nouveau, peu d'accent a été mis sur le rapport entre la production de fleurs ou de résine et la polyploïdie. Davantage de recherches pour déterminer l'effet de la polyploïdie sur ces derniers et d'autres caractères économiquement valables pour le cannabis sont nécessaires. La colchicine est vendue par des fournisseurs de laboratoires, et les sélectionneurs l'ont employée pour induire la polyploïdie dans le cannabis. Cependant, la colchicine est toxique, ainsi un soin particulier doit être pris par le sélectionneur dans toutes ses utilisations. Beaucoup de cultivateurs clandestins ont commencé des variétés polyploïdes avec de la colchicine. Si ce n’est des changements dans la forme des feuilles et dans la phyllotaxie, aucun caractère exceptionnel ne s'est développé dans ces variétés et la puissance semble inchangée. Cependant, aucune de ces variétés n'a été analysée pour déterminer si elles étaient réellement polyploïdes ou si elles avaient simplement été traitées avec la colchicine sans aucun effet. Le traitement des graines est la manière la plus efficace et la plus sûre d'appliquer la colchicine. ("La manière la plus sûre" doit être relativisée : la colchicine a suscité l'attention de médias récemment en tant que poison dangereux et bien que ces remarques soient probablement un peu trop pessimistes, les vrais dangers de l'exposition à la colchicine n'ont pas été entièrement recherchés. La possibilité de dommages corporels existe et est multipliée quand des sélectionneurs inexpérimentés manipulent des toxines comme la colchicine. Le traitement des graines pourrait être plus sûr que la pulvérisation d’une plante développée, mais de toutes les méthodes, la plus sûre est de ne pas employer de colchicine du tout). De cette façon, la plante entière issue d'une graine traitée à la colchicine pourrait être polyploïde et s’il reste de la colchicine à la fin de la saison de croissance, la quantité serait infinitésimale. La colchicine est presque toujours mortelle pour les graines de cannabis, et dans le traitement, la limite entre la polyploïdie et la mort est très étroite. En d'autres termes, si 100 graines viables sont traitées à la colchicine et 40 d'entre elles germent il est peu probable que le traitement ait induit la polyploïdie chez n’importe lequel de ces survivants. D'autre part, si 1.000 graines viables traitées donnent naissance à 3 jeunes plantes, il est probable qu'elles soient polyploïdes puisque le traitement a tué toutes les graines sauf ces trois. Il est néanmoins encore nécessaire de déterminer si la progéniture est réellement polyploïde par l'examen au microscope.
      Le travail de Menzel (1964) nous présente le caryotype brut des chromosomes du cannabis, les chromosomes 2, 6 et 9 se distinguent par la longueur de chaque bras. Le chromosome 1 se distingue par un grand bouton sur une extrémité et un centromère foncé à 1 micron du bouton. Le chromosome 7 est extrêmement court et dense, et on suppose que le chromosome 8 est le chromosome sexuel. À l'avenir, la chromatographie nous permettra de connaître la localisation des gènes influençant le phénotype du cannabis. Ceci permettra à des généticiens de déterminer et de manœuvrer les caractères importants contenus dans le patrimoine génétique. Pour chaque caractère le nombre de gènes ayant un contrôle, les chromosomes qui les portent, et où ils sont situés le long de ces chromosomes sera connu.

L’hybridation

      Aujourd'hui, tout le cannabis développé en Amérique du Nord provient d’imports. La diligence de nos ancêtres dans la collecte et le semis des graines des meilleures plantes, ainsi que la sélection naturelle, ont œuvré pour créer des variétés locales, avec une résistance aux parasites, aux maladies, et aux conditions atmosphériques adaptées aux conditions locales. En d'autres termes, ils se sont adaptés aux conditions locales de l'écosystème. Cette diversité génétique est la manière de la nature pour protéger une espèce. Le cannabis est une des plantes les plus flexibles. Alors que le climat, les maladies, et les parasites changent, la variété évolue et choisit de nouvelles défenses, transmises génétiquement à chaque génération de graines. Par l'importation récente de cannabis, un vaste pool de matériel génétique est apparu en Amérique du Nord. Les variétés originales productrices de fibre se sont échappées et se sont acclimatées (adaptées à l'environnement), alors que les variétés locales productrices de drogue (des graines importées) se sont malheureusement hybridées et se sont acclimatées aléatoirement, jusqu'à ce que plusieurs des combinaisons génétiques appréciables du cannabis importé aient été perdues. Les modifications des techniques agricoles, apparues par pression technologique, par avarice, et par des programmes complets d'éradication, ont modifié les critères de sélection influençant la génétique de cannabis. Des expéditions massives de cannabis de qualité inférieure, contenant des graines mal choisies, apparaissent en Amérique du Nord et ailleurs, résultat des tentatives des cultivateurs et des contrebandiers d'approvisionner un marché toujours croissant pour la marijuana. Des variétés plus anciennes de cannabis, associées à des techniques de culture ancestrales, peuvent contenir des gènes non trouvés dans les variétés commerciales plus récentes. En effet, à mesure que ces variétés plus anciennes et leurs modes de cultures disparaissent, l’information génétique correspondante pourrait être perdue pour toujours. La popularité croissante du cannabis et les impératifs de l’agriculture technologique tendra à créer des races hybrides uniformes qui sont susceptibles de déplacer les populations originales dans le monde entier.
      Des croisements sélectifs en vu d’une uniformisation amèneront à coups surs une limitation de la diversité génétique. Si le cannabis était sujet d’attaques de maladies ou d’insectes jusqu’alors inconnus, cette uniformité génétique pourrait se révéler désastreuse du fait de la disparition de la population cannabique de génotypes divers, potentiellement résistants. Si cette information génétique de résistance ne peut pas être retrouvée dans le matériel parental original, la résistance ne pourra pas être réintroduite dans la population ravagée. Il se peut également que des caractères favorables inconnus soient irréparablement supprimés du patrimoine héréditaire du cannabis. L'Homme peut créer de nouveaux phénotypes par des choix et des recombinaisons de la variété génétique existante, mais seule la nature peut créer une variété dans le patrimoine héréditaire lui-même, par le processus lent de la mutation aléatoire. Cela ne signifie pas que l'importation de graines et l'hybridation sélective sont toujours nuisibles. En effet, ces principes sont souvent la clef de l'amélioration des récoltes, mais seulement quand appliqués en connaissance de cause et avec précaution. La recherche hâtive des améliorations ne doit pas compromettre le patrimoine génétique original sur lequel repose l’adaptabilité de la plante. Actuellement, le futur du cannabis repose sur le gouvernement et sur les collections clandestines. Ces collections sont souvent insatisfaisantes, mal choisies et mal maintenues. En effet, la collection de cannabis des Nations Unies utilisée comme source primaire de graines pour la recherche gouvernementale mondiale est épuisée et corrompue.
     Plusieurs mesures doivent être immédiatement prises pour préserver nos ressources génétiques de la disparition : - Des graines et du pollen devraient être directement obtenues des sources fiables et bien informées. Les saisies de gouvernement et les expéditions en contrebande sont rarement des sources fiables de graines. Les caractéristiques des deux parents doivent être connues ; par conséquent, les échantillons de marijuana diverses pollinisées aléatoirement ne sont pas des sources appropriées de graine, même si l'origine exacte de l'échantillon est sûre. Le fermier-sélectionneur responsable de perpétuer les traditions de multiplication qui ont produit l'échantillon doit être contacté directement. Des notes précises de chaque paramètre de croissance doivent être conservées avec des graines en trois exemplaires soigneusement stockées. - Puisque les graines de cannabis ne restent pas viables éternellement, même dans les meilleures conditions de stockage, des échantillons complets de graine doivent être mis à jour tous les trois ans. On devrait planter ces collections dans des conditions aussi proches que possible que celles du lieu de provenance et leur permettre de se reproduire librement pour réduire au minimum la sélection naturelle et artificielle des gènes et pour ainsi assurer la conservation du patrimoine héréditaire entier. La moitié des graines de la collection originale devrait être conservée jusqu'à ce que la viabilité des générations ultérieures soit confirmée, et fournir du matériel parental pour assurer un moyen de comparaison et pouvoir pratiquer des croisements en retour. Les données phénotypiques des générations suivantes devraient être soigneusement enregistrées pour faciliter la compréhension des génotypes contenus dans la collection. Les caractères favorables de chaque variété devraient être caractérisés et catalogués. - Il est possible qu'à l'avenir, la culture de cannabis en vu de la revente, ou même pour l'utilisation personnelle puisse être légale mais seulement pour des variétés approuvées et brevetées. Si les brevets sur des variétés de cannabis devaient devenir une réalité, il faudrait faire particulièrement attention à conserver la variabilité du patrimoine génétique. -Des caractères favorables doivent être soigneusement intégrés à des variétés existantes.
      La tâche décrite ci-dessus n'est pas facile à mettre en place, étant donné les contraintes légales souvent associées à la réalisation de collections de graines de cannabis. Néanmoins le cultivateur consciencieux contribue à préserver et à améliorer la génétique de cette plante si intéressante.
      Même si un cultivateur n'a aucun désir d'améliorer sa récolte, des variétés réussies doivent être protégées pour qu’elles ne dégénèrent pas et qu’elles puissent être reproduites si elles sont perdues. Abandonnées aux pressions sélectives d'un environnement artificiel, la plupart des variétés productrices de drogue dégénéreront et perdront leur puissance alors qu’ils acclimatent à leurs nouvelles conditions environnementales. Laissez-moi citer l’exemple d'un cultivateur typique ayant de bonnes intentions.

      Un cultivateur dans des latitudes nordiques a choisi un endroit idéal pour cultiver une récolte et a bien préparé le sol. Des graines ont été choisies des meilleures têtes de plusieurs variétés disponibles ces dernières années, tant importées qu’acclimatées. Presque toutes les plantes mâles ont été enlevées avant qu'elles ne mûrissent et il en résulte une récolte presque dépourvue de graines provenant des plus belles plantes. Après une sélection soigneuse, les quelques graines issues de la pollinisation accidentelle des meilleures fleurs ont été gardées pour la saison suivante. Ces graines ont produit des plantes encore plus grandes et meilleures que l'année précédente et la collecte de graine a été exécutée comme auparavant. La troisième saison, la plupart des plantes n'étaient plus aussi grandes ou souhaitables que lors de la deuxième saison, mais il y avait encore beaucoup de bons individus. Les graines semées et cultivées la quatrième saison ont donné des plantes inférieures, même à celles de la première récolte, et cette tendance a continué année après année. Qu'est-ce qui a mal tourné ? Le cultivateur a pourtant prélevé les graines des meilleures plantes tous les ans et les a cultivées dans les mêmes conditions. La récolte a été améliorée la première année. Pourquoi la variété a-t-elle dégénérée ?
       Cet exemple illustre une sélection inconsciente de caractères indésirables. Le cultivateur hypothétique a bien commencé en choisissant les meilleures graines disponibles et en les cultivant correctement. Les graines choisies la deuxième saison étaient issues de pollinisations hybrides aléatoires, par des plantes mâles à maturation précoce ou oubliées ou encore par des plantes hermaphrodites. Plusieurs de ces parents producteurs de pollen peuvent être indésirables pour l’hybridation puisqu'elles peuvent transmettre des tendances de maturation précoce, de maturation tardive, ou d’hermaphrodisme. Cependant, les graines hybrides obtenues produisent, en moyenne, une progéniture plus grande et plus souhaitable que la première saison. Cette propriété s'appelle « la vigueur des hybrides » et résulte du croisement de deux patrimoines héréditaires distincts. Cette tendance se transmet à la progéniture F1 pour plusieurs des caractères dominants des deux parents, les plantes résultantes sont alors particulièrement grandes et vigoureuses. Cette vigueur accrue due à la recombinaison des gènes dominants élève souvent le taux des cannabinoïdes de la progéniture F1, mais l'hybridation offre également la possibilité à des gènes indésirables (habituellement récessifs) de former des paires homologues et exprimer leurs caractéristiques chez la progéniture F2. La vigueur de l’hybride peut également masquer la qualité inférieure de la plante du fait d’une croissance anormalement rapide. Pendant la deuxième saison, les pollinisations aléatoires ont encore engendré quelques graines et celles-ci ont été récoltées. Cette sélection porte sur un patrimoine héréditaire énorme et en F2, les combinaisons possibles sont énormes. A la troisième saison, le patrimoine héréditaire tend vers des plantes à maturation précoce qui sont acclimatées à leurs nouvelles conditions au lieu de plantes productrices de drogue dans leur environnement original. Ces individus de la troisième récolte, acclimatés, ont des chances plus élevée de produire des graines viables que les types parentaux, et les pollinisations aléatoires augmenteront encore le nombre d'individus acclimatés, et augmenteront de ce fait les chances que les caractéristiques indésirables liées à l'acclimatation soient communiquées à la prochaine génération. Cet effet est transmis de génération en génération, et finalement, produit une variété entièrement acclimatée de mauvaise herbe, pauvre en drogue.
      Avec suffisamment de soin, le sélectionneur peut éviter ces dangers inhérents à la sélection inconsciente. Il est essentiel de définir des objectifs précis lors de l’hybridation du cannabis. Quelles qualités sont désirées dans une variété qu'elle n'exhibe pas déjà ? Quels caractères d’une variété sont défavorables et devraient être éliminés ? Les réponses à ces questions suggèrent des buts pour l’hybridation. En plus d'une connaissance de base de la botanique, de la reproduction, et de la génétique du cannabis, le sélectionneur successif devient sensible à la plupart des plus petites différences et similitudes dans le phénotype. Un lien étroit s’établit entre sélectionneur et plantes et, dans le même temps, des directives strictes doivent être suivies. L’explication simplifiée des principes avérés de l’hybridation des plantes montre comment cela fonctionne dans la pratique.
      La sélection est la première et plus importante étape dans l’hybridation de n'importe quelle plante. Le travail du grand sélectionneur et magicien de la botanique Luther Burbank sert de référence aux sélectionneurs de variétés exotiques. Son succès, améliorant des centaines de fleurs, fruits, et récoltes végétales, résultait de sa sélection méticuleuse des parents de centaines de milliers de jeunes plantes et d'adultes à travers le monde.

      « Considérez que dans la production de n'importe quelle nouvelle plante, la sélection joue le rôle le plus important. D'abord, on doit garder clairement à l'esprit le genre plante qu'on veut, puis la croiser et sélectionner en fonction de ce que l’on recherche, en choisissant toujours sur plusieurs années les plantes qui s’approchent le plus de son idéal, et en rejetant toutes les autres. »
- Luther Burbank (James, 1964)

      Le choix approprié des parents éventuels n’est possible que si le sélectionneur connaît les caractéristiques variables du cannabis qui peuvent être génétiquement contrôlées, sait mesurer exactement ces variations, et a établi les caractéristiques à améliorer par l’hybridation sélective. Une liste détaillée des caractères variables du cannabis, incluant les critères de variation de chaque caractère et les commentaires permettant l’hybridation sélective en faveur ou en défaveur de l’un d’eux, se trouve à la fin de ce chapitre. Par une sélection éliminant les caractères défavorables tout en favorisant les favorables, l’hybridation inconsciente de variétés faibles est évitée.

      La partie la plus importante du message de Burbank sur la sélection suggère aux sélectionneurs de choisir les plantes "qui s’approchent le plus de son idéal, et ELIMINER TOUTES LES AUTRES »! Les pollinisations aléatoires ne permettent pas le contrôle requis pour rejeter les parents indésirables. N'importe quelle plante mâle qui survit à la détection et au déplacement de la population, ou n'importe quelle branche mâle parasite sur un hermaphrodite femelle peut devenir un fournisseur de pollen pour la prochaine génération. La pollinisation doit être contrôlée de sorte que seulement le pollen et les parents porteurs de graines aient été soigneusement choisis pour des caractères favorables génèrent la prochaine génération.
      La sélection est considérablement améliorée si on a un grand échantillon à partir duquel choisir ! La meilleure plante sélectionnée d'un groupe de 10 a de moins bonnes chances d'être sensiblement différente de ses confrères que la meilleure plante choisie parmi un échantillon de 100 000. Burbank a souvent fait ses choix initiaux des parents à partir d’échantillons allant jusqu'à 500 000 jeunes plantes. Les difficultés surgissent pour beaucoup de sélectionneurs parce qu'ils manquent d'espace pour garder assez d'exemplaires de chaque variété pour permettre un choix significatif. Les buts d'un sélectionneur de cannabis sont limités par la place disponible. La formulation d'un but bien défini abaisse le nombre d'individus requis pour exécuter des croisements efficaces. Une autre technique employée par des sélectionneurs depuis la période de Burbank est de faire la sélection tôt. Les jeunes plantes prennent beaucoup moins d'espace que des adultes. Des milliers de graines peuvent être mises à germer dans un plateau. Cent pousses de 10 cm (4-inch) ou seize jeunes plantes de 30 cm (12-inch) ou un plant juvénile de 60 cm (24-inch) occupent le même espace. Une plante adulte peut facilement prendre autant d'espace que cent plateaux. Un calcul simple montre que jusqu’à 10 000 pousses peuvent être casées dans l'espace exigé par une plante mûre, si assez de graines sont disponibles. Les graines de variétés rares sont chères et introuvables ; cependant, la sélection rigoureuse appliquée à des milliers d'individus, même de variétés aussi courantes que les Colombiennes ou Mexicaines, peuvent produire une meilleure progéniture que de plantes d’une variété rare pour laquelle il n’y a que peu de choix après germination. Cela ne signifie pas que les variétés rares n’ont pas de valeur, mais une sélection rigoureuse est bien plus importante pour une hybridation réussie. Les pollinisations aléatoires qui produisent les graines de la plupart des marijuanas importées assurent un état hybride qui entraîne une grande diversité chez les jeunes pousses. Des plantes distinctes ne sont pas dures à découvrir si l'échantillon de jeunes plantes est suffisamment étendu.
      Les caractères considérés comme souhaitable pour l’hybridation du cannabis impliquent souvent le rendement et la qualité du produit final, mais ces caractères ne peuvent être exactement mesurés qu’après que la plante a été récoltée et donc longtemps après qu'il soit possible de la choisir ou de la croiser. La sélection effectuée tôt sur les jeunes plantes, ne fonctionne donc que pour les caractères les plus fondamentaux. Celles-ci sont d'abord sélectionnées, et les sélections ultérieures se focalisent sur les caractères les plus souhaitables présentés par les plantes juvéniles ou adultes. Les caractères précoces donnent souvent des indications sur l'expression phénotypique de la plante mûre, et il est facile d’établir des critères pour une sélection précoce efficace à partir des jeunes plantes. Par exemple, les jeunes plantes particulièrement grandes et minces pourraient s'avérer être de bons parents pour la production de pulpe ou de fibre, alors que les jeunes plantes de distance inter nodale courte et avec de nombreuses branches latérales pourraient être plus appropriées à la production de fleurs. Cependant, beaucoup de caractères importants à sélectionner, notamment pour les têtes, ne peuvent être jugés que longtemps après que les parents soient morts, ainsi beaucoup de croisements soient faits tôt et le choix des graines est fait à une date ultérieure.
      L'hybridation est le processus par lequel des patrimoines héréditaires différents sont mixés pour produire une progéniture d’une grande variabilité génétique à partir de laquelle des individus distincts peuvent être choisis. Le vent effectue l'hybridation aléatoire dans la nature. En culture, les sélectionneurs prennent la main pour produire des hybrides spécifiques et contrôlés. Ce processus est également connu comme croisement-pollinisation, croisement-fertilisation, ou simplement croisement. Si des graines sont produites, elles donneront naissance à une progéniture hybride exhibant certains caractères provenant de chaque parent.
      De grandes quantités de graines hybrides sont produites facilement en plantant deux variétés côte à côte, en enlevant les plantes mâles de la variété productrice de graine, et en permettant à la nature de suivre son cours. Des variétés avec du pollen ou des graines stériles pourraient être développées pour la production de grandes quantités de graines hybrides sans ce travail de tri ; cependant, les gènes pour la stérilité sont rares. Il faut se rappeler que tant les forces que les faiblesses parentales sont communiquées à la progéniture. Pour cette raison, les plantes les plus vigoureuses et les plus saines sont toujours utilisées pour le croisement d’hybrides.

      En outre, les « sports » (des plantes ou des parties de plantes portant et exprimant des mutations spontanées) communiquent plus facilement les gènes mutants à leur progéniture s'ils sont utilisés comme parent pollinisateur. Si les parents représentent des patrimoines héréditaires divers, la vigueur de l’hybride résulte du fait que, même si les gènes dominants tendent à transmettre des caractères désirables, les gènes différents dominants hérités de l’un des parents masquent les caractères récessifs hérités de l'autre. Ceci donne naissance à des individus particulièrement grands et en bonne santé. Pour augmenter la vigueur de l’hybride dans la progéniture, il faudra choisir des parents de différentes origines géographiques, puisqu'ils représenteront probablement des patrimoines héréditaires plus différents.

     La progéniture hybride sera de temps en temps inférieure aux deux parents, mais la première génération peut contenir les gènes récessifs pour un caractère favorable trouvé dans un parent si le parent était homozygote pour ce caractère. Les hybrides de la première génération (F1) sont donc croisés pour permettre aux gènes récessifs de recombiner et d’exprimer le caractère parental désiré. Beaucoup de sélectionneurs s'arrêtent avec le premier croisement et ne réalisent jamais le potentiel génétique de leur variété. Ils ne produisent pas de génération F2 en croisant ou auto-pollinisant la progéniture F1. Puisque la plupart des variétés locales de cannabis sont des hybrides F1 pour beaucoup de caractères, on peut obtenir une grande diversité de recombinaisons récessives en croisant des variétés locales. De cette façon le croisement des F1 est déjà fait, et on gagne 1 an en faisant directement des hybrides F2. Ces hybrides F2 sont à même d’exprimer les caractères parentaux récessifs. À partir de la génération F2, des hybrides peuvent être choisis pour faire les parents qui seront employés pour commencer de nouvelles variétés stables. En effet, les hybrides F2 pourraient exprimer des caractères plus exacerbés que l'un ou l'autre des parents. (Par exemple, P1 avec un fort taux de THC X P1 avec un bas taux de THC donne des hybrides F1 avec un taux intermédiaire de THC. Croiser 2 F1 donne des hybrides F2, exprimant les deux phénotypes des P1 [ haut et bas taux de THC], des phénotypes F1 intermédiaires, et des phénotypes avec des taux très élevés de THC aussi bien que phénotypes avec des taux très bas).
      En outre, en raison de la recombinaison des gènes, les hybrides F1 ne sont pas stables et doivent être reproduits à partir des variétés parentales originales. Quand les sélectionneurs créent des hybrides ils essayent de produire assez de graines pour plusieurs années de culture successives. Après les premières récoltes, les graines hybrides indésirables sont détruites et des graines hybrides souhaitables sont stockées pour un usage ultérieur. Si les hybrides devaient être reproduits, un clone devra être sauvé de chaque plante parentale pour préserver les gènes parentaux originaux.
      Le croisement en retour est une autre technique utilisée pour produire une progéniture avec des caractères parentaux renforcés. Dans ce cas, un croisement est fait entre un des individus de génération F1 ou ultérieure et l'un ou l'autre des parents exprimant le caractère désiré. Une fois encore on a une possibilité de recombinaison et d'expression possible du caractère parental choisi. Le croisement en retour est une manière valable de produire de nouvelles variétés, mais il est souvent ardu parce que le cannabis est une plante annuelle, il faut donc prendre particulièrement soin de garder les spécimens parentaux pour le croisement en retour de l'année suivante. On peut utiliser les lampes d’intérieur ou les serres pour protéger le fruit des croisements pendant la saison d’hiver. Dans les régions tropicales les plantes peuvent vivre dehors toute l'année. En plus de conserver des parents particuliers, un sélectionneur plein de succès conserve toujours beaucoup de graines du groupe P1 original qui a produit le caractère voulu de sorte qu’une autre plante P1 exprimant également ce caractère puisse être cultivé et choisi pour un croisement en retour ultérieur.

Plusieurs différents types de croisements sont :
  1 - Croiser deux variétés ayant des qualités exceptionnelles (hybridation). 2 – Croiser deux individus F1 ensemble pour trouver toutes les possibilités du croisement original (différenciation). 3 - Croisement en retour pour établir les types parentaux originaux. 4 - Croiser deux variétés (homozygotes) stables semblables pour préserver un caractère mutuel et pour reconstituer la vigueur.
       Il convient de noter qu'une plante hybride n'est pas habituellement hybride pour tous les caractères, ni une variété stable ne l’est pour tous les caractères. En discutant des croisements, nous parlons de la transmission d'un ou de quelques caractères seulement. La variété peut être stable pour seulement quelques caractères, et hybride pour le reste. Les croisements mono-hybride impliquent un caractère, les croisements di-hybrides impliquent deux caractères, et ainsi de suite. Les plantes ont certaines limites dans leur croissance, et l’hybridation ne peut que produire une plante, expression d'un certain gène qui est déjà dans le patrimoine héréditaire. Rien n'est créé réellement par l’hybridation ; c'est simplement la recombinaison des gènes existants pour donner de nouveaux génotypes. Mais les possibilités de recombinaison sont presque sans limites.
      L'utilisation la plus commune de l'hybridation est de croiser deux variétés exceptionnelles. Des hybrides peuvent être produits, en croisant des individus choisis de différentes variétés de forte puissance de différentes origines, telles que la Thaï et la Mexicaine. Ces deux parents peuvent partager seulement le caractère de forte psycho-activité et être différents à presque tous les autres égards. De ce grand échange de gènes, beaucoup de phénotypes peuvent apparaître dans la génération F2. Le sélectionneur choisit de cette progéniture les individus qui expriment les meilleurs caractères des parents. Par exemple, considérez une partie de la progéniture du croisement des P1 (parents) : Mexicaine X Thaï. Dans ce cas, des gènes pour le contenu élevé de drogue sont choisis chez les deux parents tandis que d'autres caractères souhaitables peuvent être choisis chez l'un ou l'autre. Des gènes pour la grande taille et la maturation précoce sont choisis chez le parent mexicain (femelle), et des gènes pour des calices de grande taille et la douceur de l'arôme floral sont choisis chez le parent thaï (mâle). Beaucoup d’individus de la F1 exhibent plusieurs des caractères désirés. Pour favoriser encore plus la ségrégation des gènes, les plantes les plus proches de l'idéal sont croisées entre elles. La génération F2 est une grande source de variation et d’expression récessive. Dans la génération F2 peu d’individus ont les cinq des caractères choisis. Maintenant le processus de stabilisation commence, en utilisant les parents F2 recherchés.
       Si possible, deux ou plus de lignées séparées sont commencées, en ne leur permettant jamais de s'entrecroiser. Dans ce cas-ci une plante mâle acceptable est choisie avec deux plantes femelles (ou vice versa). Le croisement entre le parent mâle et les deux parents femelles donnent deux lignées génétiques légèrement différentes, mais chacune exprime les caractères désirés. Chaque génération produira de nouvelles combinaisons encore plus favorables.
      Si deux variétés croisées en retour sont croisées, les hybrides F1 seront moins variables que si deux variétés hybrides sont croisées. Ceci revient à limiter la diversité des patrimoines héréditaires dans les deux variétés à hybrider par le croisement en retour précédent. Davantage de sélections indépendantes et de croisements en retour entre les meilleures plantes sur plusieurs générations établiront deux variétés stables pour tous les caractères choisis à l'origine. Cela signifie que toute la progéniture d’un quelconque parent de cette variété engendrera de jeunes plantes qui ont tous les caractères choisis. Les croisements en retour successifs peuvent entraîner alors le déclin régulier de la vigueur de la variété.
      Quand le manque de vigueur intervient, il faut choisir des phénotypes pour leur taille et leur robustesse, les deux lignées peuvent alors être entrecroisées pour combiner les gènes et restaurer la vigueur. Cela n'interférera probablement pas pour les caractères choisis à moins que les deux différents systèmes de gènes contrôlent le même caractère dans les deux lignées séparées, mais c'est fortement peu probable. Maintenant le sélectionneur a produit une variété hybride qui est stable pour la grande taille, la maturation précoce, les grands calices à l'odeur agréable, et un taux élevé de THC. Le but a été atteint !
      Une pollinisation aérienne et l’état dioïque de la sexualité du cannabis favorisent un patrimoine héréditaire hétérozygote. Par la stabilisation, les hybrides passent d'un patrimoine héréditaire hétérozygote à un patrimoine héréditaire homozygote, fournissant la stabilité génétique requise pour créer des variétés stables. L'établissement de variétés pures permet au sélectionneur de faire des croisements hybrides avec une meilleure prédictibilité quant aux résultats. On peut créer des hybrides qui ne sont pas reproductibles lors de la génération F2. On pourrait développer des variétés commerciales de graines qui devraient être achetées tous les ans, parce que les hybrides F1 de deux lignées pures ne sont pas stables. Ainsi, un producteur de graines pourrait protéger son investissement dans les résultats de l’hybridation, puisqu'il serait presque impossible de reproduire les parents à partir des graines de F2. Actuellement il semble peu probable qu'un brevet sur les plantes soit attribué pour une variété stable de cannabis producteur de drogue. À l'avenir, cependant, avec la légalisation de la culture, c'est une certitude que les sociétés avec suffisamment de temps, d'espace, et d'argent pour produire des variétés pures et hybrides de cannabis déposeront des brevets. Il pourrait être légal de ne cultiver que certaines variétés brevetées, produites par de grandes compagnies de grainetiers. Est-ce que ce sera le moyen pour le gouvernement et l'industrie de combiner pour contrôler la qualité et la quantité du cannabis producteur de "drogue" ?

L’acclimatation

Une grande partie des efforts de croisements réalisés par les cultivateurs nord-américains concerne l’acclimatation de variétés à hauts taux de THC d'origine équatoriale, au climat de leur région tout en préservant leur puissance. Des variétés à maturation tardive, avec une croissance lente et irrégulière pendant la floraison comme les thaïlandaises mûrissent difficilement dans beaucoup de régions d'Amérique du Nord. Même en serre chaude, il peut ne pas être possible de faire mûrir des plantes à leur pleine puissance originale.
      Pour développer des variétés à maturation précoce et floraison rapide, un sélectionneur peut hybrider comme dans l'exemple précédent. Cependant, s'il est important de préserver la génétique unique importée, l'hybridation peut être imprudente. Alternativement, un croisement pur est fait entre deux ou plusieurs plantes thaïs qui s’approchent le plus possible de l'idéal en fleurissant tôt. A ce stade le sélectionneur peut ignorer beaucoup d'autres caractères et viser à multiplier une variété thaï pure à maturation précoce. Cette variété peut néanmoins mûrir considérablement plus tard que l’idéal pour l'endroit particulier à moins qu’une pression sélective ne soit exercée. Si d'autres croisements sont faits avec plusieurs individus qui satisfont d'autres critères tels que un taux élevé de THC, ceux-ci peuvent être utilisés pour développer une autre variété thaïe pure à taux élevé de THC. Après que ces lignées aient été stabilisées, un croisement pur di-hybride peut être fait afin d'essayer de produire une variété à partir de la génération F1, contenant la maturation précoce, le haut taux de THC et une génétique thaïe pure, en d'autres termes, une variété acclimatée de drogue.
      Les croisements faits sans but clair à l'esprit mènent aux variétés qui s’acclimatent tout en perdant beaucoup de caractères favorables. Un sélectionneur successif fait attention à ne pas négliger un caractère qui peut s'avérer utile. Il est impératif que la génétique importée originale soit préservée intacte pour protéger l'espèce contre la perte de variété génétique par l'hybridation excessive. Un gène actuellement non reconnu peut être responsable du contrôle de la résistance à un parasite ou à une maladie, et il peut ne pas être possible de transmettre ce gène qu’en croisant en retour des variétés existantes aux patrimoines génétiques parentaux originaux.
      Une fois que des lignées pures ont été établies, les horticulteurs classifient et analysent statistiquement la progéniture pour déterminer les modèles de transmission pour ce caractère. C'est le système employé par Gregor Mendel pour formuler les lois fondamentales de la transmission et pour faciliter le sélectionneur moderne en prévoyant les résultats des croisements,
  1 - deux lignées pures de cannabis qui diffèrent dans un caractère particulier sont sélectionnées. 2 - Ces deux lignées stabilisées sont croisées pour produire une génération F1. 3 - La génération F1 est croisée en retour. 4 - La progéniture des générations F1 et F2 est classifiée pour le caractère étudié. 5 - Les résultats sont analysés statistiquement. 6 - Les résultats sont comparés aux modèles connus de la transmission ainsi la nature des gènes choisis peut être caractérisée.



Partie 2 ICI  : 

Fixer des caractères
Ratios de génotypes et de phénotypes
Liste des caractères favorables du cannabis pour lesquels des variations se produisent
1 - Caractères Généraux
2 - Les caractères des jeunes plantes.
3 - Les caractères du feuillage
4 - Les caractères des fibres
5 - Les caractères des fleurs
6. Phénotypes bruts des variétés de cannabis

Partie 3 ICI :

Phénotypes et caractères des variétés importées

1. Phénotypes généraux des variétés de fibres
2. Phénotypes généraux des variétés de drogue

a) Colombie
b )Congo
c) Hindu-Kush
e) Jamaïque
f) Kenya
g) Liban
h) Malawi
i) Mexique
j) Maroc
k) Népal
I) Russie
m) Afrique du Sud
n) Asie du Sud-Est

3. Phénotypes hybrides

a) phénotype « creeper »
b ) Phénotype « énorme et tout droit »  

manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon DJ short "L'art de la sélection et de l'élevage de cannabis d'excellente qualité."

Le Breeding selon DJ Short / " L'art de la sélection et de l'élevage de cannabis d'excellente qualité." 
                         The art of selection and breeding fine quality cannabis

Traduit par un certain Julian et repartagé par "LeMarcel" sur cannaweb.info.
source / cannabisculture.com

Par DJ Short le 03 Mars 2003


Comment créer d'extraordinaires nouvelles variétés grâce à un palais averti, une sélection attentive et un peu de dur labeur.

L'aspect le plus important à considérer dans l'élevage de cannabis de très bonne qualité est certainement celui de la sélection. Les variétés d'aujourd'hui découlent toutes de l'élevage sélectif.
Par le passé, cette corvée était facilitée par le fait que la plupart des herbes commerciales disponibles étaient grainées et importées de plantations extérieures, généralement d'origine proche équatoriale. Ces variétés Sativa "land-race" furent les pièces de construction de la production domestique bourgeonnante de l'époque.

Les génétiques Indica (Afghane, Kush, Skunk, etc.) furent particulièrement importées par des "intérêts" de la côte ouest (des États-Unis, ndt) et disponibles au public vers 1978. Ce fut peu de temps après cette époque que les variantes de cannabis domestique ont crû exponentiellement, lors que les gens ont commencé à expérimenter les croisements entre ces 2 types différents d'herbe.


Commencement de l'élevage

La voie typique pour commencer un programme d'élevage est de sélectionner attentivement les parents P1 de Sativa et d'Indica pures, les croiser pour produire un hybride f1 qui est uniforme dans ses aspects phénotypiques de croissance. L'étape suivante est de croiser le f1 avec lui même, ce qui produit une très large variation observable dans les traits de croissance et expression du f2.

C'est dans ce croisement de seconde génération f2 et au-delà que l'art de la sélection entre réellement en jeu. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte à ce moment, tels ce que le mâle et la femelle vont chacun apporter; et plus que tout, comment sera la qualité globale du produit fini?

Définir un but et construire un plan pour l'accomplir est appelé programmation descendante (de haut en bas, ndt), et cette approche descendante s'applique très bien à l'élevage du cannabis. Cela aide considérablement d'avoir un but spécifique à l'esprit quand on essaye d'élever sélectivement une variété de ganja. Je ne saurais assez souligner ce simple fait.

On doit au moins avoir une idée de ce que l'on vise avant de commencer. Pour moi, cela à un peu avoir avec la structure de la plante et beaucoup avec la qualité du produit fini, peu importe sous quelle forme. Avoir un palais expérimenté et éduqué (dans l'esthétique mentale et le discernement physique) est la clé dans l'art de l'élevage de cannabis d'excellente qualité.

Le "but" au centre de la plupart de mes cibles d'élevage serait de reproduire, au plus près possible, les expériences procurées par les grandes variétés land-race d'antan: Highland Oaxacan ou Thaï, Santa Marta ou Acapulco Gold, Guerrero Green, Panama Red ou Sativa Hawaiienne? ou le hash des régions telles que le Liban, l'Afghanistan ou le Népal.

L'environnement de culture intérieur est trop générique pour reproduire complètement les grandes et vieilles légendes. Donc, il était nécessaire de se fixer sur le mieux possible: De joyeux croisement sativa/Indica qui se comporterais bien en intérieure (il est intéressant de noter ici que la plupart des Sativa land-race étaient hermaphrodites, bien que parfois seulement très peu).


Processus de sélection

Évidemment, vous recherchez les parents qui vont produire la progéniture désirée. Paradoxalement, ce processus requière de sélectionner les meilleurs après leur récolte. La solution est de conserver des échantillons de chaque plante d'une culture test. Ceci peut-être accompli via des clones enracinés de boutures réalisées plus tôt, ou des femelles et mâles régénérés au stade végétatif grâce à la photopériode et un régime élevé en azote. Une fois le choix fait parmi les plantes récoltées, vous pouvez utiliser les clones pour une étude future et un possible élevage.

Le pollen peut aussi être recueilli et immédiatement stocké sous vide et congelé. Il est crucial de mettre sous vide le pollen puis le congelé immédiatement après sa récolte ainsi que de l'utiliser immédiatement après sa décongélation. Les graines déshydratées se conservent bien également sur de longues périodes dans un climat de congélation continu, avec un peu de dessicant.

Ce processus de sélection après récolte fonctionne bien pour le choix des femelles désirées. Mais quand est-il des mâles? quel est le plus simple et meilleur moyen de sélectionner les mâles pour l'élevage? Du fait que nous soyons finalement plus familier des plantes femelles, sélectionner les mâles est un peu plus compliqué.

Ce processus est basiquement le même qu'avec les femelles, excepté qu'avec les mâles, leur nombre est d'abord limité par une phase d'élimination, et les sélections sont faites par comparaison des survivants. Sélectionner les mâles prend également un peu plus de temps car la qualité d'un mâle n'est complètement déterminée qu'après la culture et le test des graines produites par celui-ci. A mesure que l'on devient familier avec une variété particulière, les caractéristiques spécifiques des mâles désirées deviennent évidentes.

Idéalement, plus on démarre de graines, meilleur c'est. Après tout, c'est un jeu mathématique. Je vais supposer que n'importe quel projet d'élevage doit commencer avec au moins 20 plantes différentes issues de 20 graines viables de grande qualité, de variétés stabilisées professionnellement. Cela devrait donner un minimum de 10 mâles et 10 femelles, avec un peu de chance sexés en 2 semaines de photopériode de floraison (jour court/nuit longue).

Une fois sexés, le processus d'élimination peut commencer. Toutes les femelles sont conservées et régulièrement contrôlées afin de prévenir un hermaphrodisme non désiré. Les mâles non désirés ainsi que tous les hermas doivent être éliminés avant qu'ils ne relâchent leur pollen, généralement vers la 3ème semaine de floraison. Les femelles doivent être contrôlées pour l'hermaphrodisme jusqu'à la récolte.

(Un mot sur les hermaphrodites "arriérés"? Les mâles déclarés qui éventuellement montrent des fleurs femelles? en opposition au commun hermaphrodisme femelle vers mâle. Ce sont des cas assez rares, généralement stériles mais parfois viable, que j'ai parfois trouvé valable dans leurs contributions génétiques. Quelques-uns des mâles les plus résineux et désirables que j'ai rencontré montraient cette caractéristique. Caractéristique qui semble presque prémunir les générations suivantes d'un hermaphrodisme non désiré puisque qu'elle augmente aussi le ratio de femelles dans la progéniture.)


Combinaison récessive

Il est nécessaire de dire un mot à propos de la probabilité peu commune de ce que j'associe généralement à un phénomène de combinaison récessive. Parfois, mais pas très souvent, deux parents qui paraissent exprimer un caractère commun intéressant? Disons un bouquet sucré/fruité? Sont croisés et la progéniture n'exprime pas ce caractère désiré.

Cela veut généralement dire qu'un ou les deux parents possèdent un genre d'allèles récessif pour cete caractéristique dans leur génotype. cela peut aussi vouloir dire que les parents et la progéniture ont eu un environnement de culture différent.

Si l'environnement peut-être écarté, la cause est certainement le fait d'une combinaison génétique récessive. Si aucun des descendants n'exprime la caractéristique désirée on peut vouloir croiser les rejetons entre eux et voir le résultat.

Si un "ratio de Punnet" classique de disons 25% du trait recherché est observé dans la descendance, alors le trait est probablement récessif et devrait pouvoir être stabilisé en croisant n'importe quel couple de ces 25% (ou n'importe quel ratio courant) qui montre le caractère désiré entre eux. Ce processus est chronophage et généralement suivi si aucune autre alternative n'existe.


Sélectionner les mâles

Je préfère retirer tous les mâles de la pièce de culture et les placer dans un espace séparé et isolé peu près qu'ils ont déclaré leur sexe et bien avant qu'ils n'aient commencé à répandre du pollen. Un petit espace éclairé avec de la simple lumière fluorescente suffira aux mâles les quelques semaines à venir. Pendant ce temps, les têtes femelles vont grossir avec plus de fleurs alors que la collection de mâles se réduira par sélection.

J'emploie généralement un processus simple d'élimination en sélectionnant les mâles. Premièrement, tous les mâles auto-florissants ou très rapidement déclarés sont éliminés (Auto-florissant voulant dire que les mâles fleurissent indépendamment de la photo-période). Ceci principalement pour s'assurer contre l'hermaphrodisme ou traits de floraison non désirés, mais aussi comme un moyen assurer la qualité. Les mâles très précoces ont tendance a être moins désirables pour la contribution à la qualité du produit fini (Si vous cherchez spécifiquement à créer une variété très précoce, alors vos priorités pourraient être différentes).

Ensuite, le moindre mâle qui pousse trop haut ou trop vite est généralement éliminé. La raison en est que la plupart des plantes qui dédient une telle énergie à la production de fibres sont généralement meilleures pour faire de la fibre. L'exception à cette règle est quand une plante sur-productive montre nombre des caractéristiques mentionnées plus tard.

Le critère d'élimination suivant est emprunté au livre de Mickael Starks, "Marijuana Potency", et implique la structure des tiges. Tiges principales grosses et creuses sont recherchées alors que celles remplies de "peau blanche" sont éliminées. Après des années d'observations, je suis d'accord pour dire que les tiges creuses semblent faciliter la production de THC.

Une autre considération est le type de grappes de fleurs qui se développent. Même sur les mâles, les grappes serrées, compactes et très productives sont préférées à une structure clairsemée. Ces observations sont plus notables dans un environnement intérieur. A l'extérieure, les différences de tiges et de structures florales sont plus difficiles à discerner.

Le prochain et peut-être plus important critère à examiner est l'odeur, le goût et le développement des trichomes. Encore une fois, les femelles vont se qualifier d'elles-mêmes par leur produit finit, mais les mâles sont un peu plus délicats.

Je commence généralement avec une femelle Sativa et un mâle Indica. J'ai observé que les femelles contribuent essentiellement au type de goût et d'arôme et les mâles contribuent à la force du goût et de l'odeur. Les aspects "Sativa/Indica" de cette formule sont principalement apparent dans la génération P1 ou les tous premiers croisement filiaux (jusqu'au f3 à peu près). Au delà de la génération f3, le ratio "Sativa/Indica" d'un individu donné est moins important que l'odeur/le gout et la production de trichomes qu'il expose.
Donc, un des principaux aspects à considérer quand on sélectionne un mâle est la profondeur de son arôme et de son goût. (Si vous essayez de développer une variété peu odorante d'intérieure, vous devriez commencer avec un mâle Sativa peu odorant et une femelle Indica).

Avec les mâles restant j'emploie couramment un test d'odeur/goût. Utilisant des mâles au moins dans leur 2ème ou 3ème semaine de floraison (et préférablement au delà avec l'utilisation d'une pièce dédiée et isolée), une sorte de technique "frotter et sentir" est d'abord utilisée. Avec des doigts propres, sans odeur, gentiment frotter une plante à la fois, sur une tige bien développée et flexible, au dessus du bois et en dessous des parties hautes en développement (approximativement à l'endroit où un clone pourrait être coupé). Les feuilles les plus récentes au milieu de leur développement peuvent être aussi frottées et senties.

Ce sont les endroits où la signature des composés chimiques précoces d'une plante en développement se révèle, et notre intention est de délicatement déranger ces composés et d'inspirer une réaction odorante/aromatique sur les doigts et sur la plante. En examinant ces divers arômes de cette manière, on doit pouvoir être capable de déterminer certaines caractéristiques désirables (et aussi indésirables). Après rafraîchissement et nettoyage du palais et des doigts, on peut passer au test d'une nouvelle plante.

La comparaison des finalistes sur au moins une semaine et à des heures différentes du jour est meilleure afin de déterminer celui qui dégage le mieux sur une période de temps.

Quelques uns des "bons" arômes que j'ai pu associer aussi bien aux mâles qu'aux femelles de haute qualité sont: sucré, floral, fruité, baie, vin/cognac, autres spiritueux savoureux, skunky et mentholé. Quelques "mauvais" arômes associés aux mâles et femelles: herbeux, chlorophylle (vert), céleri, persil, carotte, cannelle, menthe poivrée, huile de boite et essence. Quelques arômes considérés comme "bons" pour les femelles mais pas nécessairement pour les mâles: boisé, cèdre, pin, citron, fruit tropical, chocolat, vanille, café, ail et astringent.


L'Herbe dans le monde entier

Il est triste qu'à cause des Unfortunate State of Assholes (jeu de mot sur les USA intraduisible, ndt), nous, herboristes, soyons traités comme des criminels dans le monde d'aujourd'hui. Triste car nous serions capables de produire de vastes quantités d'herbe de qualité dans de meilleures conditions avec rien de plus que le grand air, des populations très larges et du "trial and error".

Un jour peut-être, en attendant j'ai quelques alternatives à suggérer. La Hollande, le Danemark, la Suisse, l'Espagne et d'autres coins de l'Europe sont de plus en plus tolérant envers le cannabis. Il est relativement aisé dans ces lieux d'obtenir du produit de haute qualité.

Il est de bon conseil pour celui qui débarque dans un endroit de se procurer d'abord beaucoup de petits échantillons de herbes jusqu'à trouver ce qui lui plait. Simplement comme pour n'importe quel autre voyage, des surprises spéciales attendent celui qui s'aventurera en dehors des lieux touristiques (excepté à Christiana où un unique arrêt shopping est grandement apprécié).

Je suis prêt à parier que quelques-uns des nombreux agréables lieux cannabiques autour du globe peuvent encore une fois produire leurs spécialités. Je suis toujours impatient de vérifier n'importe quelle rumeur d'une telle possibilité. Ces charmants endroits devraient inclure beaucoup de régions équatoriales et proches-équatoriales comme la Colombie, les hauts plateaux du Mexique, certaines parties de la Thaïlande, la Birmanie et le Bhoutan pour n'en citer qu'une petite partie. Des pays comme le Népal ou la Jamaïque ont été idéaux aussi pour des expéditions cannabiques. Ce sont quelques-unes des places dans lesquelles celui qui cherche à éduquer sont palais et accroître son expérience pourrait s'aventurer.


Tester constamment

Après les sélection effectuées, il est aussi nécessaire de tester ces qualités à travers nombre de générations de clones. Est-ce que les traits recherchés présents dans une nouvelle plante (depuis une graine) persistent à travers les générations successives de clones de cette plante? Est-ce que la plante à partir d'un clone conserve la même gout, la même odeur? La même potence? La "désirabilité" générale? Les réponses doivent impérativement être "oui" si l'individu est à considérer pour une reproduction future.

Avec beaucoup de pratique et d'années d'expérience il devient aisé à ceux qui on un palais sensible de trouver quels individus ont les caractéristiques les plus désirables dans un échantillon donné.
Je suggère que votre goût et votre odorat soit suppléé par un microscope, que ce soit un x30, x60 ou X100 ça le fera.

Regardez aux mêmes endroits sur la tige ou les feuilles en développement cités précédemment après la 2ème semaine du cycle de floraison et recherchez la plus grande abondance de trichomes ou poils sécréteurs en développement (poils visibles au grossissement x30 et au delà qui sécrètent un fluide). Le plus de trichomes pleinement développés avec des têtes très claires sont généralement les plus recherchés.

Ces observations doivent être faites sur une période de temps (ce n'est pas juste un contrôle unique et ponctuel) et à des moments différents de la journée pour déterminer quel individu se comporte le mieux. Beaucoup de phénomènes variés apparaissent à ceux qui restent attentifs sur un long moment. A cet effet, je vous suggère de compiler des notes détaillées de vos observations, et de comparer ces notes dans le temps.
Des notes détaillées et compréhensives sont le gage du moindre projet d'élevage réussi.

Il est possible de tester les mâles en les fumant ou les consommant d'une autre manière. Cette pratique pourrait être utile aux débutants car cela entraîne une sorte de discrétion évidente. Je suggère d'utiliser seulement des bouts frais, proprement curés et roulés dans un joint. Aussi, assurez-vous que ce test de fume est la première fume de la journée pour s'assurer de bien discerner les qualités, ou les lacunes.


Quelques autres aspects à considérer

Il y a de nombreux aspects esthétiques à considérer dans la reproduction du cannabis de qualité, comme la couleur, la structure générale, les modèles de croissance et les bouquets divers. Mon but premier implique de trouver le produit fini avec les effets les plus recherchés et plaisants. Donc je me concentre sur ces aspects et les stabilise en premier lieu. Une fois stabilisés, un rétrocroisement ou un croisement avec une autre variété peut être effectué pour améliorer d'avantage la lignée et/ou accroître la vigueur si nécessaire.

Au niveau expérimental, on souhaite que le produit fini soit plaisant ou puissant, dépendant de chacun. Je préfère un herbe qui est plaisamment puissante ou puissamment plaisante! C'est donc le but recherché. L'éventail d'expériences induites par le cannabis peut aller du bonheur à la panique à la stupéfaction. Je préfère grandement l'aspect bonheur.

La meilleure description dichotomique dans ce cas pourrait-être confort contre inconfort. Je suppose aussi que certains types personnalité peuvent apprécier une expérience plus excitante? peut-être une fois de temps en temps? un sentiment quelque peu semblable à celui d'un tour de montagnes russes ou d'un film d'horreur.

Le cannabis diffère dans ces multiples effets sur notre système vasculaire. Certaines variétés de cannabis semblent agir comme un vasodilatateur et d'autres comme un vasoconstricteur. Un vasoconstricteur est une substance qui resserre les vaisseaux sanguins. Cela tend à provoquer de la tension, de l'excitation, de l'anxiété et parfois même la panique. Un vasodilatateur est une substance qui élargi les vaisseaux sanguins et tend à relaxer une personne plus facilement vers un état d'allégresse. Donc, je tend à préférer le canabis qui semble agir comme un vasodilatateur, simplement pas jusqu'au point de sédation, scotché dans la canapé.

Je n'ai rien contre les herbes puissamment cassantes. C'est juste que tant que mon espace de reproduction sera limité, je choisirai de travailler avec les variétés les plus plaisantes, celles qui provoquent une expérience globalement joyeuse. Un jour je travaillerais à stabiliser plein de différentes variétés d'herbe. Après tout, à chacun la sienne.

Acouphène et dyskinésie sont des symptômes courant d'une réaction de vasoconstriction. Un acouphène est un bourdonnement/tintement/sifflement dans les oreilles, et la dyskinésie, dans ce cas, est généralement ressentie par des picotements dans les extrémités, particulièrement les petits doigts, les orteils et les oreilles. Un autre mauvais signe pourrait être n'importe quelle forme de tension crânienne (mal de tête, migraine. ndt) ou un "body load"* non voulu. Si ces symptômes se produisent régulièrement après s'être adonné à une herbe particulière, alors cette herbe peut être contributive à cette sensation.


Ça passe le test à l'acide?  

Pour reprendre et paraphraser une mise en garde du Dr Hunter S Thompson: "Je ne peux excuser l'usage de drogue, mais je dois admettre que ça à bien marché pour moi." En particulier, les psychédéliques (enthéogènes, entactogènes et hallucinogènes inclus) sont primordiaux comme outils de test durant l'élevage de cannabis.

Une de mes formules de test favorites comprend des préparatifs effectués des jours à l'avance. Il est nécessaire d'avoir à l'avance sous la main un échantillon parfaitement affiné de l'herbe que l'on veut tester. Le jeûne (de substances surtout mais aussi de certaines nourritures) et la purification (exercice, transpiration ou sauna, réhydratation et méditation, etc) sont pratiqués quelques temps avant le test. Cela pour recalibrer au maximum l'état de conscience à son niveau le plus basique et clair.

Une heure est choisie, un toast est porté puis le "matériau du voyage" est ingéré. Généralement j'aime manger un repas simple composé de soupe/jus et de pain après avoir ingéré une substance et avant d'en ressentir les premiers effets.

N'ingérez aucune herbe, ou tout autre modificateur de conscience avant d'avoir ressenti les premiers effets, et de préférence avant le pic du "trip". Avalez d'abord seulement de petites quantités de l'herbe à tester, une bouffée de temps en temps, à moins que ce soit un test supplémentaire et que vous soyez déjà accoutumé à l'expérience.

Idéalement, la substance psychédélique étendra la gamme des subtilités perceptibles par la psyché et permettra un appréciation plus large de l'effet d'une herbe. Une herbe qui est vraiment puissante et plaisante va généralement s'exprimer profondément dans l'ouverture d'esprit. En somme, si l'herbe est vraiment merveilleuse cela deviendra plus lisible sous un tel état psychédélique. De même, avec une herbe dont les effets sont quelque peu paniquants ou anxiogènes, l'état psychédélique exacerbera aussi ces caractéristiques.

Je suppose, et mets en garde, que ceux qui tentent un tel test sont voyageurs psychiques expérimentés. C'est à dire que toutes les conditions d'environnement (le lieu, l'ambiance, les gens en présence, ...) doivent être satisfaites avant de faire un tel test. La substance psychédélique semble agir comme une sorte de catalyseur mental quand il est combiné à l'herbe. Cette combinaison est capable de rendre plus apparents à l'esprit initié l'un ou l'autre des traits _désirables ou indésirables_ de l'herbe expérimentée.

Ce sont quelques une des techniques, sélections et considérations que j'utilise durant la reproduction de cannabis de fine qualité. Le célèbre horticulteur Luther Burbank a dit: "Sélectionnez le meilleur et rejetez tout le reste"; c'est le seul aspect le plus important à prendre en compte.

Avec du temps, de la concentration et de la patience le talent à reconnaître des caractères désirables ou indésirables devient plus évident. Avoir un esprit ouvert et curieux, associé avec une bonne intuition est bénéfique.

Que vos entreprises soient fructueuse.


Déesses Ganja

Une des choses que j'ai appris il y a longtemps est que plus que la génétique ou l'environnement, il y a quelque chose qui joue un rôle dans la désirabilité de l'herbe.
Pendant les années 70-80, comme le nombre de cultivateurs grandissait, il est apparu à ceux dans la confidence qu'une vibration propre au cultivateur devenait en quelque sorte partie de la vibration de la plante.

Pour faire simple, les cultivateurs "cool" tendaient à produire une herbe "cool", moelleuse, alors que les cultivateurs coincés, sinistres tendaient à produire une herbe sinistre. Peut-être était-ce simplement la vibration du cultivateur qui suivait le produit à commercialiser s'exprimant à travers la chaîne du commerce. Je n'en suis pas certain, et je ne crois pas non plus qu'une quelconque forme d'observation scientifique confirmera un jour un tel débat. Cela a simplement été un de ceux mis sur le marché. A cet égard, j'ai davantage noté que beaucoup des meilleures herbes domestiques que j'ai rencontré étaient cultivées par des femmes.

J'ai pour habitude d'appeler a l'effet "Great Pumpkin", mais il est plus judicieux d'utiliser le terme d'effet "Déesse de la Ganja". Les plus sincère pièces aromatiques visitées par les subtils et étheriens esprits de la bienveillance. Et la subtilité est très importante si l'on considère les caractéristiques désirables d'un cannabis de grande qualité. Les subtilités ont un moyen de devenir très puissantes, en effet. Puisque nous digressons d'un sujet si "esthétique", ayons un regard sur la féminité. C'est, après tout, la plante femelle qui est concernée en priorité.

Un des aspects les plus profond de mon expérience du cannabis est sa faculté à contre-balancer mon propre syndrome de mâle dominant.

Le cannabis me permet une commutation de mon autrement distrayante réponse de mâle conditionné à vouloir dominer mon environnement. Mon conditionnement de compétitivité agressive est temporairement apaisé, et je suis apte à appréhender la réalité dans une relation beaucoup moins linéaire. Le désir routinier de compétition et de conquête est remplacée par un sens de la coopération et de la communauté. En un mot, j'ai appris à être féministe.

Par "féministe" j'entends le droit protégé d'être féminin, coopératif, centré sur la communauté, globalement concerné, disponible, libre de discerner les subtilités intuitif et soumis sans la peur de la conquête et du contrôle dominateur. Le bon canna me permet de mieux comprendre, accepté et servir le destin.

Une des choses que j'ai apprise sûr "nous" (les coopérants) et "eux" (les dominateurs) est qu'ils ont beaucoup plus besoin de nous que nous avons besoin d'eux. C'est un fait que je souhaite, du fond du cœur, que notre communauté comprenne. A cette fin, il m'est apparu que le cannabis de qualité était une ressource sans égale.



* body load: Terme employé par les utilisateurs de substances psychoactives et plus particulièrement psychédéliques pour décrire une sensation tactile spécifique induite par l'utilisation de drogue. Généralement considérée comme une sensation physique déplaisante difficile à décrire par d'autres termes sensitifs ou pour situer cette sensation (c'est couramment une sensation de "partout" ou générale).
Tentatives de description: "vibrations internes", tension, et beaucoup de rapports de nausées.  

manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon Greg Green ( THE CANNABIS GROW BIBLE / Chapitre 13 )

Le breeding selon Greg Green 


extrait de : THE CANNABIS GROW BIBLE / Chapitre 15

REPRODUCTION

  Avant de commencer la reproduction, nous allons rester simples pour ceux qui veulent apprendre à réaliser des procédures d'élevage simples et ensuite nous le rendrons un peu plus perfectionné.

  Allons y d'abord pour  le parcours simple. Nous pouvons vouloir produire des graines de notre culture pour continuer une souche que nous avons achetée ou obtenue. Par l'élevage de deux plantes, nous pouvons produire des graines. Vous continuez à élever une souche ici, mais vous ne pourrez pas complètement reproduire les plantes à nouveau sauf si elles sont IBL (Sera expliqué plus tard), mais vous aurez générer des graines qui contiennent la plupart des caractéristiques des parents, mais peut-être pas tout. Une partie de votre progéniture devrait être comme les parents, mais d'autres
montreront différents traits tels que la puissance, la couleur et le goût.

FAIRE DES GRAINES

Est-ce facile de faire des graines? Eh bien, c'est facile si vous avez des plantes saines et un environnement de croissance stable. Quand vos plantes mâle éclatent leur pollen dans votre chambre de culture ils vont polliniser les fleurs femelles. À la fin de la floraison, les bourgeons contiendront des graines. Les graines doivent être de couleur grisâtre. Si elles sont blanches, alors elles ne sont pas viables et vous les avez récoltés trop tôt. Attendez jusqu'à la fin de floraison pour obtenir vos graines. Vos graines seront avec le bourgeon. Ça prend pas mal de temps pour les trier
en dehors du  bourgeon. Si vous voulez utiliser les graines dans plus de 2 ans les stocker dans un congélateur. Avant ça le temps de les stocker dans une  boite pellicule photo fonctionnera assez bien.

POLLEN

Les boites de pellicules photo  sont un bon endroit pour stocker le pollen. Vous pouvez Sauver le pollen dans une cartouche pour la prochaine récolte. Le pollen peut être stocké dans
le congélateur pendant environ 18 mois. Les chances d'avoir du pollen viable sont minces. Le pollen est mieux utilisé dans les 6 mois. Le pollen peut être extrait de la fleur mâle dès que les fleurs sont prêtes à ouvrir. Vous verrez la fleur mâle s'ouvrir de sa cosse. Il vaut mieux recueillir du pollen après qu'il tombe de la gousse sur les feuilles. Secouez Simplement le pollen sur les fleurs femelles pour les polliniser.



ÉLEVAGE SIMPLE

Voulez-vous élever vos plantes pour faire plus de graines? Bon ça Cela dépend de ce que vous voulez faire. Voulez-vous créer une nouvelle variété?
Ensuite, passez à la section de base de la génétique. Voulez-vous créer quelques graines qui sont semblables aux parents ou voulez-vous créer un croisement de deux plantes pour créer une souche hybride simple? Alors lisez la suite.

COMMENT PERPÉTUER UNE SOUCHE À TRAVERS LES GRAINES

Donc, vous avez acheté 120 $ de graines se Silver Haze et vous voulez faire plus de graines sans aucune interférence de une autre souche? C'est facile.
Assurez-vous que les plantes mâles et les plantes femelles qui sont ensemble sont seulement du  même lot de souche. Ne pas introduire une autre souche dans le pack. Si vous avez seulement de la Silver Haze dans votre salle de culture, alors  tous ce dont vous avez besoin sont des mâles et  des femelles. En laissant les mâles polliniser les femelles vous  recevrez des graines de Silver Haze. Mais vous allez perdre dans la sélection de progéniture une partie de la caractéristiques que les plantes mères d'origine avaient, à moins que la souche que vous avez eue était un IBL.

COMMENT FAIRE UN HYBRIDE SIMPLE

C'est facile, il suffit de prendre une plante mâle d’une souche et une femelle d’une autre. Dites Big Bud et Skunk. Le résultat sera BIG BUD X Skunk, mais il y aura des différences dans le pack. Certaines des plantes se pencheront plus dans la direction BIG BUD et certains dans la direction Skunk. Certaines variations qui ne sont pas présentes chez les parents peuvent apparaissent également (si les parents ne sont pas tous les deux IBL). Si tu veux te concentrer sur la création de plus de graines de sorte qu'ils ne vont que dans une direction (création de plantes uniformes) alors vous devez lire plus dans ce chapitre.

UNE INTRODUCTION EN GÉNÉTIQUE DE BASE

La génétique est quelque peu difficile à comprendre au début, donc il est préférable si nous vous donnons une base dans certains des concepts de reproduction
mentionné dans ce chapitre. Nous commencerons par expliquer d'abord ce que signifient quelques mots. Ces mots apparaîtront tout au long de ce chapitre, il est donc préférable de les définir
à ce point



Gènes :
Chacune des unités d'hérédité qui sont transmises du parent à progéniture dans les gamètes, généralement en tant que partie d'un chromosome, et contrôle ou détermine une seule caractéristique dans la progéniture. [Il y a des gènes responsables de chaque caractéristique dont votre plante à hérité, pour la couleur des feuilles, tige structure, texture, odeur, puissance, etc.]

Allèles :
N'importe lequel d'un certain nombre de formes alternatives d'un gène. [Par exemple, le gène de la couleur du bourgeon pourpre peut avoir 2 formes, une pour violet et un pour rouge foncé.]

Homozygote :
Un individu qui a des allèles identiques à un ou plusieurs locus génétiques, qui n'est pas hétérozygote et est une souche pure.[Votre plante doit être dite homozygote pour une caractéristique lorsqu'elle transporte son gène responsable double le même gène deux fois, ce qui signifie que les deux gènes de la paire de gènes sont égaux.]

Hétérozygote :
Un individu ayant différents allèles à un ou plusieurs locus génétiques. [Votre plante est dite hétérozygote pour une caractéristique lorsque les gènes de la paire de gènes responsables sont inégaux.]

Phénotype :
Un organisme qui se distingue des autres par des caractéristiques observables.[Ce a quoi ressemble votre plante, c’ est le phénotype. C'est le résumé de toutes les caractéristiques que vous pouvez voir à l'extérieur de votre plante. Cela peut aussi être une odeur et un goût.]

Génotype :
La constitution génétique d'un individu, esp. à la différence du  phénotype; l'ensemble des gènes chez un individu ou un groupe. [Ce a quoi ressemble votre plante à l'intérieur, quelles caractéristiques elle peut éventuellement hériter - vous ne pouvez pas les voir  - c’est appelé le génotype. C'est le résumé de toute l'information génétique que votre plante porte et peut succéder à sa progéniture.]

Dominant:
Ce dit d'un gène ou d'un allèle: exprimé même hérité d'un seul parent. Un trait héréditaire: contrôlé par un tel gène; apparait dans un individu à l'exclusion de son homologue allélique, lorsque les allèles
pour les deux sont présents. [On dit qu'un gène est dominant quand son effet peut être vu dans le phénotype de votre plante. Un seul allèle dominant dans la paire de gènes doit être présent pour être vu dans le phénotype de votre plante].

Récessif:
Ce dit d'un gène, d'un allèle ou d'un trait héréditaire: perceptiblement exprimé uniquement homozygotes, étant masqué chez les hétérozygotes par un allèle ou trait dominant. [Un gène est appelé récessif lorsque son effet ne peut pas être vu dans le phénotype de votre plante, lorsqu'un seul allèle est présent. Le même allèle doit être présent deux fois dans la paire de gènes si vous pouvez voir son expression dans le phénotype de votre plante.]

Locus :
Une position sur un chromosome à laquelle un gène particulier est situé.

Chromosome:
Une structure filiforme d'acides nucléiques liés et de protéines qui porte l’ensemble des gènes et  caractéristiques et se reproduit seul chez les procaryotes nombres, usu. Appariés, dans les noyaux cellulaires des organismes supérieurs.

PAIRES DE GENE
Toute la vie est constituée d'un motif de gènes. Ce modèle est semblable aux deux côtés du zip sur votre veste. Un côté vient de la mère, l'autre vient du père. Chaque "locus de gène", est un espace  particulier sur cette chaîne, qui contrôle un peu d'informations sur l'éventuel apparence de la plante. Chaque locus de gène contient 2 gènes, un de la mère, un du père. Une paire de lettres telles que BB, Bb, Pp, pp, etc généralement notifie ceux-ci. Le CAPITAL fait référence aux gènes dominants alors que les minuscules font référence aux récessif. B peut être gros Bourgeon tandis que b peut être plus petit bourgeon. Ceci est juste un Exemple. Les lettres se réfèrent à une référence imaginaire de l'être humain pour ce qu'un locus de gène spécifique contrôle. Toute lettre peut lui être affectée.

Dominant et récessif:
  Les gènes individuels dans un locus sont soit dominants ou récessif. Ceci est noté par une lettre majuscule pour un gène dominant et un lettre minuscule pour un gène récessif. Les gènes dominants ont un plus fort effet et si un seul est présent, il va gagner sur le gène récessif en ce locus.
  Par exemple, le gène B signifie que la plante produira de gros bourgeons, tandis que le gène b signifie que la plante produira un petit bourgeon. Puisque B est dominant une plante avec un génotype Bb produira Big Bud. Le B est dominant sur le b. Pour qu'un gène récessif ait un effet, les deux gènes doivent être récessifs, donc BB est Big Bud, et Bb est Big Bud, mais bb sera petit bourgeon.

Modification des gènes:
En élevant nous pouvons déterminer... Disons ... quelle est la couleur auront les bourgeons de la plante, ou plus important, à quoi va ressembler la couleur  pour la progéniture de deux plantes. L'apparence finale sera cependant le résultat de plus d'un locus de gène. Les plantes peuvent avoir plusieurs gènes de couleur pour différentes parties de la plante. La structure génétique d'une plante est assez complexe.

Dominance partielle:
Maintenant que nous avons expliqué les bases de dominante et récessif, vous pouvez passer à 'étape suivante.
   Certains locus de gènes chez les plantes ont plus de deux possibilités.On les appelle parfois «gènes partiellement dominants» et habituellement donné un certain type de marqueur secondaire tel que B'ou B ". Ils fonctionnent comme des dominants et des récessifs sauf qu'il y a plus de deux options. Si un gène domine sur un autre gène, il gagnera. Tout comme un dominant va gagner un récessif.

ÉQUILIBRE DE HARDY-WEINBERG
Introduction:
Une compréhension des concepts de  sélection nécessite la compréhension de base de l'équilibre de Hardy-Weinberg. L'élevage repose  sur la connaissance de la génétique des populations. Pour comprendre la valeur de  H / W Equilibrium, vous vous êtes peut-être posé une question comme celle-ci avant...

"Si certaines maladies sont un trait dominant, alors pourquoi pas de grandes parties de la population ont cette maladie? "

   La même question s'applique à l'élevage du cannabis. Si la couleur pourpre d’un bourgeon est un trait dominant, alors comment se fait-il que la progéniture de la souche aux  bourgeons  pourpres   n'a pas de bourgeons pourpres? Ou, j'ai choisi les mères Indica et les croisent avec des plantes mâles principalement Indica mais j’ai des feuilles de Sativa. Pourquoi cela arrive-t-il? Hardy-Weinberg Équilibre vous aidera à comprendre ces questions et leurs réponses.

  Okay, tout d'abord ces questions reflètent une  fausse idée très commune. Cette idée fausse est que l'allèle dominant d'un trait aura toujours la plus haute fréquence dans une population et l’allèle récessif aura toujours la fréquence la plus basse. Il n'y a pas de logique derrière l'idée qu'un trait dominant devrait montrer une tendance à se répandre sur toute une population.
Il n'y a pas non plus de logique derrière l'idée qu'un trait récessif devrait s'éteindre.
  Les fréquences des gènes peuvent être dans des rapports élevés ou des rapports faibles, peu importe comment l'allèle est exprimé. L'allèle peut également changer, en fonction de
certaines conditions. Ce sont les changements dans les fréquences des gènes au fil du temps qui vont entraîner des caractéristiques différentes de la plante. L’équilibre de Hardy-Weinberg nous montrera si oui ou non les fréquences génétiques ont changé dans une population.

   Une population est un groupe d'individus de la même souche ou espèce, [comme le cannabis Indica ou le cannabis Sativa (espèce), ou Skunk # 1 et  Master Kush (souches d'une espèce)], dans une zone donnée dont les membres  peuvent se croiser entre eux. Cela signifie qu'ils partagent  un groupe commun de gènes. Ce groupe commun de gènes est connu sous le nom de GENE POOL.

                    Chaque pool de gènes contient tous les allèles pour tous les traits de toute la population.

Pour qu'une étape de l'évolution se produise certaines des fréquences génétiques doivent changer. C'est pourquoi nous avons différents types de plantes de cannabis. La fréquence du gène d'un allèle se réfère au nombre de fois où un allèle pour un trait particulier se produit par rapport au nombre total d’allèles pour ce trait.

La fréquence du gène est calculée comme suit.

                                                                         " Le nombre d'un type spécifique d'allèle, divisé par, le nombre total des allèles dans le pool génétique."

Le principe de Hardy et Weinberg décrit une théorie, situation dans laquelle il n'y a pas de changement dans le pool de gènes. Cela signifie qu’il ne peut y avoir aucune évolution.

  Pour un exemple de test, considérons une population dont le gène pool contient les allèles B et B. Assignez la lettre c à la fréquence de l'allèle dominant B et la lettre d à la fréquence de la
allèle récessif b.
    [Dans la plupart des cas, vous constaterez que c et d sont réellement notés
comme p et q par convention en science, mais pour cet exemple, nous allons utiliser c
et d.]

    La somme de tous les allèles doit être égal à 100%.

Donc c + d = 1.

   Toutes les combinaisons aléatoires possibles des membres de la population serait égale à  (c x c) + 2 cd + (d x d). Ce qui peut aussi être exprimé comme: (c + d) X (c + d)


    Nous allons l'expliquer en détail dans un moment, mais il est préférable de le savoir maintenant.
Les fréquences de B et b resteront inchangées génération après
génération si:

  1. La population est assez grande.

  2. Il n'y a pas de mutations.

  3. Il n'y a pas de préférences. Par exemple, un BB ne préfère pas bb femelle par sa nature.

  4. Aucune autre population étrangère n'échange de gènes avec ce modèle.

  5. La sélection naturelle ne doit favoriser aucun individu particulier.

    Imaginons un pool de gènes. 12 sont B et 18 sont b. À présent rappelez-vous que  la somme
de tous les allèles doit être égal à 100%. Donc cela signifie que le total dans ce cas est 12 + 18 = 30. Donc 30 est 100%.
Si nous voulons trouver les fréquences de B et b et la fréquences génotypiques de B, Bb et b alors nous devrons appliquer le
formule standard que nous venons d'être montré.

f (B) = 12/30 = 0,4 = 40%

f (b) = 18/30 = 0,6 = 60%

Les deux ajoutent pour faire 100%. Maintenant nous connaissons leurs ratios.
Alors,

c + d = 0,4 + 0,6 = 1

Nous avons prouvé que c + d doit être égal à 1.
Très simple, oui.

Rappelez-vous que toutes les combinaisons aléatoires possibles des membres d'une population serait égal à (c x c) + 2 cd + (d x d), ou (c + d) X (c + d)

Ensuite, c + d = 0,4 + 0,6 = 1

Et (c x c) + 2cd + (d x d)

= BB + Bb + bb

= .24 + .48 + .30 = 1

Cela signifie que la population peut augmenter en taille, mais les fréquences de B et b resteront les mêmes.
Maintenant, supposons que nous enfreignons la 4ème loi de ne pas en introduire une autre
population dans celui-ci.

Disons que nous ajoutons 4 b en plus.

b + b + b + b entrer dans le pool. Cela porte notre total à 34 au lieu de
30. Quelles seront les fréquences géniques et génotypiques?

f (B) = 12/34 = 0,35 = 35%

f (b) = 22/34 = .65 = 65%

f (BB) = 0,12, f (Bb) = 0,23 et f (bb) = 0,42

Oppss, .42 n'est pas égal à 1. Cela signifie que l'équilibre de la loi échoue si la 4ème loi n'est pas respectée. Lorsque les nouveaux gènes sont entrés dans le pool, ils entraînent une modification des fréquences génétiques de la population. Cependant, si aucune autre population n'était introduite, la fréquence de 0 .42 serait maintenue génération après génération 

   Toutefois, nous aimerions souligner que nous avons utilisé un très petit pool dans l'exemple ci-dessus. Si la piscine était beaucoup plus grande que le nombre de changements, même si un ou deux nouveaux gènes ont sauté, ce serait insignifiant. Vous pourriez le calculer, mais le changement serait sur un niveau extrêmement bas 0.000000000001 d'une différence de réalité.

Ceci est juste un exemple de base pour vous aider à démarrer. Il ne peut pas faire complètement  sens au début, mais si vous lisez ensuite, cela fera sens. ! Certains d'entre vous se posent peut-être la question.

                            Comment puis-je savoir si un trait, tel que la couleur du bourgeon, est homozygote? (BB), ou hétérozygote (Bb) ou homozygote récessif, (bb)?

Si vous avez reçu des graines ou un clone, vous avez peut-être été dit qu'un trait, une telle puissance est homozygote dominante, hétérozygote ou homozygote récessif. Cependant, vous voudrez prouver cela à vous-même. Surtout si vous allez utiliser cette plante dans un futur plan d'élevage. Vous devrez faire ce qu'on appelle un croisement  d'essai.


LE CROISEMENT TEST

Déterminer le phénotype d'une plante est assez simple. Vous regardez la plante et vous voyez son phénotype. Déterminer le génotype ne peut pas être fait par l'observation visible seule. Les gènes eux-mêmes sont quelque peu cachés, sauf pour leurs phénotypes apparentés visibles.

Encore une fois il y a trois génotypes possibles que la plante peut créer. Disons que le bourgeon d'or est dominant et que le bourgeon d'argent est récessif.

Voici la table.

Dominant homozygote: BB = Golden Bud.
Hétérozygote:                  Bb = Golden Bud
Récessif homozygote:    bb = Silver Bud.

(Les couleurs du bourgeon d'or et d'argent sont le phénotype.
Notations de génotype.)
La raison pour laquelle Bb est d'or et non d'argent est parce que B
domine b.

  La plupart des phénotypes sont des caractéristiques observées mais certaines choses
comme le goût du bourgeon sont également des phénotypes qui ne peuvent pas être observés.
Si nous regardons  une espèce principalement  Sativa comme une plante Haze, nous remarquons qu'elle est vert pâle. Maintenant, dans une population de plantes Haze, nous pouvons remarquer que l'un ou deux sur cent peut-être vert foncé et pas vert pâle. Ceci suggère que la couleur vert foncé est récessive. Nous ne sommes pas totalement sûrs jusqu'à ce que nous ayons terminé le test, mais les fréquences génétiques le suggèrent.
Nous pouvons également remarquer que le bourgeon est doré sur la plupart des plantes, donc cela
suggère que la couleur du bourgeon doré est un trait dominant. Certains
les bourgeons sur seulement quelques-unes des plantes peuvent être argentés. Cela suggère que le
le trait d'argent est récessif (bb dans notre exemple).
Nous savons que le seul génotype qui produit le récessif
le trait est homozygote récessif (bb). Donc, si une plante présente un caractère récessif
dans son phénotype, son génotype est probablement homozygote récessif.
Une plante avec un caractère récessif a toujours un génotype récessif  homozygote
Mais cela nous laisse un problème. Est-ce que le bourgeon d'or ou
la feuille couleur  verte pâle est un gène dominant homozygote (BB) ou est-il hétérozygote?
(Bb).
Alors maintenant est venu le temps d'effectuer le croisement d'essai. Tout croisement  d'essai est
un croisement d'un organisme avec un génotype dominant inconnu (comme dans
notre cas) avec un organisme qui est récessif homozygote pour ce même trait.
Pour faire ce test, nous avons besoin d'une autre plante de cannabis du contraire
opposé homozygote récessif (bb) pour le même caractère.

Pour faire ce test nous avons besoin d'une autre plante du sexe opposé qui est homozygote récessif (bb) pour le même caractère . Nous allons donc rester avec la couleur de bourgeon comme notre exemple. Hey, nous avons quelques plantes à boutons d'argent  autour de nous que nous pensons récessives. Utilisons les et voyez ce que arrive. Nous pollinisons la plante femelle (Peu importe si la femelle est dominant ou récessif), et nous obtenons nos graines et les plantons. 3 - 7 mois plus tard, nous voyons les résultats. Cela nous amène à la prochaine règle importante que nous allons apprendre.

Si certains  des descendants du croisement d'essai ont le trait récessif caractéristique, le génotype du parent ayant le trait dominant doit être Hétérozygote.

 Nous allons expliquer pourquoi dans un instant et tout cela fera sens pour toi. Nous devons également mentionner que nous devrions parler d'une grande population ici. 1000 plantes est une bonne population pour être sûr. 100 plantes sont bonnes mais 20 ou moins peuvent être douteuses.
Plus nous utilisons de plantes, plus nos résultats seront fiables.
Dans notre exemple, notre génotype inconnu est BB ou Bb. Le génotype Silver est bb.
Mettons cette information dans une série mathématique connue sous le nom de  grille de Punnett     b b B         ?        
Nous commençons par mettre en premier les génotypes connus (ci-dessus). Nous allons
seulement faire ces calculs pour 2 parents qui vont être croisés. Nous savons que
notre trait récessif est bb et l'autre est BB ou Bb, donc nous utilisons le terme B? pour le moment. Notre prochaine étape consiste à remplir la grille avec ce que nous pouvons calculer.
      b b B Bb Bb ? ?b ?b
La première rangée de progéniture Bb et Bb aura le trait dominant « bourgeons dorés ». Le ?b et ?b peuvent être soit Bb Bb, soit bb bb. Cela conduira soit à une progéniture qui produira plus bourgeon doré (Bb), ou bourgeon d'argent (bb). Il y a 2 résultats possibles. Laissez-nous remplir les 2 valeurs possibles de? et voir que c'est vrai.
      b b B Bb Bb B Bb Bb
Le premier résultat possible est celui où :  ? = B. Cela signifie que toutes sont une progéniture qui aura le bourgeon d'or.
301

      b b B Bb Bb b bb bb
Le deuxième résultat possible est où? = b. Cela signifie que certains descendants auront le bourgeon d'or (Bb) ou le bourgeon d'argent (bb).

La première possibilité prouve que nous ne pouvons pas produire un bourgeon d'argent dans la progéniture.
La deuxième possibilité prouve que nous aurons un peu de bourgeon d'or et  de bourgeon d'argent. Non seulement cela, mais nous pouvons comprendre clairement quelle sera la fréquence.
Compte les!

Bb + Bb = 2bb
bb + bb = 2bb

2 sur 4 auront un bourgeon d'or. 2 sur 4 auront un bourgeon d'argent. La moitié de notre progéniture aura un bourgeon d'argent! La ration est de 50:50.

La deuxième possibilité nous dit un certain nombre de choses.

(1) Les deux parents ont besoin d'au moins un caractère b pour que le bourgeon d'argent passe
si c'est un trait récessif.
(2) Si un bourgeon d'argent est produit dans la progéniture alors le mystèrieux
parent B? doit être Bb. Ça ne peut pas être BB.
Rappelles toi:

Dominant homozygote: BB = Golden Bud.
Hétérozygote: Bb = Golden Bud
Récessif homozygote: bb = Silver Bud.

Donc, si le parent bourgeon d'or lorsqu'il est croisé avec un parent bourgeon d'argent
produit seulement des bourgeons d'or, alors le parent doit être homozygote dominant pour ce trait. Si le parent a produit un bourgeon d'argent, alors il doit être hétérozygote.

Les règles sont:

1. La plante avec le trait dominant est toujours croisée avec un
organisme avec le trait récessif.
2. Si TOUT enfant montre le caractère récessif, le génotype inconnu est
hétérozygote
3. Si TOUS les descendants ont le trait dominant, le génotype inconnu
est homozygote dominant
4. De grands nombres sont nécessaires pour des résultats fiables.

Et c'est votre premier pas dans le monde de l'élevage parce que:

(1) Lorsque vous multipliez des plantes, vous voulez perpétuer un caractère. Quelque chose
que vous aimez voir sur votre plante ou goûter avec votre plante ou la hauteur de votre plante.
(2) Quand vous voulez perpétuer ce trait, vous devez savoir s'il est
Dominant homozygote, hétérozygote ou homozygote récessif.
(3) Vous pouvez trouver cela en exécutant un croisement  test.

  Donc, la question peut se poser - Comment puis-je reproduire pour plusieurs traits, comme le goût, l'odorat, la vigueur et la couleur? Eh bien, c'est une grande question. Peut-être en savoir plus sur ce que nous devrions en apprendre davantage sur l’Equilibre Hardy-Weinberg

  Hardy-Weinberg Equilibrium Partie 2

Si nous accouplons deux individus qui sont hétérozygotes (par exemple, Bb) pour
un trait que trouverons-nous ? (Faisons la grille de Punnett).
      B b B BB Bb b Bb bb
Regarde ça. Dans ce groupe, notre descendance sera:
1 BB,
2 Bb,
1 bb
Cela signifie que:
25%  de leur progéniture sont homozygotes pour l'allèle dominant (BB).
50% sont hétérozygotes comme leurs parents (Bb) et
25% sont homozygotes pour l'allèle récessif (bb).

    Maintenant, regarde ça de près. Contrairement à leurs parents Bb Bb, 25% exprimera le phénotype récessif bb. Donc, si nous avons donné deux parents qui ont montré des bourgeons d'or, mais où les deux sont  hétérozygotes pour ce trait Bb, nous produirons également des  progénitures qui ont des bourgeons d'argent. Mais puisque Bb est dominant chez les deux parents, aucun des parents n’
affiche le phénotype pour le bourgeon d'argent.
C'est vraiment ce qu'est l'élevage. Quand nous avons une souche que nous voulons garder, comment savoir que les parties que nous voulons garder seront effectivement conservées dans notre processus d'élevage? C'est là que le croisement test entre en jeu. Si nous créons des graines à partir d’une souche que nous avons acheté dans une banque de semences comment pouvons-nous être sûr que la progéniture aura le caractère que nous aimons? Eh bien, les faits sont les suivants. Si le ou les traits que nous souhaitons garder sont dominants homozygotes (BB) chez les deux parents alors il n'y a aucune possibilité que nous puissions produire un génotype de ce trait récessif dans la progéniture. Nous l'avons déjà expliqué dans la section précédente.

Prouvons ceci:     B B B BB BB B BB BB

Regardez! Il est impossible que le trait récessif apparaisse.

Et si les deux parents contenaient le trait récessif, nous ne pourrions pas
produire le trait dominant. Voyons cela en action aussi.
      b b b bb bb b bb bb
  Là nous l'avons prouvé aussi.

Alors maintenant, nous commençons à comprendre qu’afin de reproduire un trait correctement, nous devons savoir si elle est homozygote ou hétérozygote ou Homozygote récessif avant que nous puissions comprendre ce qu’ils sont nous allons faire et prédire les résultats avant qu'ils ne se produisent. Et ces dames et messieurs c’est ce qu’est tout le breeding  -  Comprendre le trait d'un génotype, prédire l'issue d'un cross et VERROUILLER DES TRAITS. Alors, comment pouvons-nous verrouiller un trait,  pourriez-vous, vous demandez ? Eh bien, nous allons traiter de cela plus tard, après nous en comprenons un peu plus à propos de ce sujet.

Gregor Mendel (1822-1884) était un moine autrichien qui découvrit les règles de base de l'héritage en analysant les résultats de
son programme de recherche sur l'amélioration des plantes.

Il a remarqué que 2 types de plantes de pois donnent des résultats très uniformes quand ils se reproduisent au sein de leur propre pool de gènes et non avec un  autre. Les traits qu'il a remarqués étaient: Plante de pois # 1 Plante de pois # 2 coquille de graine solide coquille de graine ridée graine verte Graine jaune Fleurs blanches Fleurs violettes Grande plante Petite plante
(Ce n'est pas une grille de Punnett.) Juste un exemple pour montrer les différents phénotypes observés dans deux souches différentes de plantes de pois.)


  Il a remarqué que la progéniture portait tous les mêmes traits quand ils se reproduisent avec la même population ou le même pool génétique.

Maintenant, car il n'y avait pas de variations avec chaque souche, il devina que les deux souches étaient homozygotes pour ces traits. Car
les plantes de pois où de la même espèce Mendel a deviné que soit les coquilles de graine solide où récessif ou les coquilles de graines ridées où récessif. Donc, il a utilisé les notations de génotype (SS pour solide, ss pour ridé). Il savait qu'ils ne pouvaient pas être Ss, parce que beaucoup ne produisaient que l'un des phénotypes de l'autre souche, quand ils se reproduisirent dans leur propre pool génétique.
Expliquons ceci via 2 tableaux de Punnett où SS = Plante de pois # 1
pour le trait «coquilles de graines solides» et ss = plante de pois # 2 pour le trait de «Coquilles de graines ridées».
      S S S SS SS S SS SS
C'était les résultats de la plante de pois # 1. Toute la progéniture sera SS.
      s s s ss ss s ss ss

C'était les résultats de la plante de pois # 2. Toute la progéniture sera ss.

Le premier croisement hybride:

Mendel a fait son premier croisement hybride entre les 2 souches. Les résultats étaient toutes des graines solides! Voici le graphique ci-dessous.

      s s S Ss Ss S Ss Ss

Maintenant, jusqu'à ce point, il ne savait pas quel trait de quelle plante était récessif ou dominant. Mais puisque toutes les graines étaient
solide, alors il savait que la plante de pois # 1 contenait le génotype dominant pour la forme des graines et que la plante de pois # 2 contenait le génotype récessif pour les graines ridées. Il savait aussi la plante  de pois n ° 2 contenait le génotype récessif pour la forme des graines. Cela signifie que dans le futur CROISEMENT TEST avec d'autres variétés de pois, il pourrait déterminer si une forme de graine caractère est homozygote ou hétérozygote car il avait identifié le trait récessif (ss).

Vous rappelez-vous les règles de croisement  test pour déterminer cela? Ici ils sont encore.

1. La plante avec le trait dominant est toujours croisée avec un
organisme avec le trait récessif.
2. Si TOUT enfant montre le caractère récessif, le génotype inconnu est
hétérozygote
3. Si TOUS les descendants ont le trait dominant, le génotype inconnu
est homozygote dominant
4. De grands nombres sont nécessaires pour des résultats fiables.

Donc, la progéniture du  dernier tableau de Punnett où tous les Ss.
Quand il a croisé 2 parents du paquet de progéniture il a eu le résultats suivants.
      S s S SS Ss s Ss ss

Ce qu'il a fait ici est d'accoupler 2 individus hétérozygotes
(par exemple, Ss) pour un trait de forme de graine. Dans ce groupe, la progéniture résultante
sera:

SS
Ss
ss

Cela signifie que:
-25% de la progéniture sont homozygotes pour l'allèle dominant (BB).
- 50% sont hétérozygotes comme leurs parents (Bb) et
- 25% sont homozygotes pour l'allèle récessif (bb).

Bingo! Vous rappelez-vous de ceci quelques pages en arrière?

Dans son premier croisement pour créer la plante hybride Mendel a fini sans caractères récessifs pour la forme des graines. Mais quand il a croisé la progéniture parce qu'ils étaient hétérozygotes pour ce trait, il a fini avec certains ayant le trait récessif, certains ayant le trait homozygote et certains continuant  d’avoir le trait hétérozygote.

   En termes d'élevage corrects, son premier croisement entre les plantes est
appelé le croisement  F1 ou la génération F1. L'élevage de ces
progéniture est appelée la génération F2 ou croisement F2.

Maintenant, comme il a Ss, SS et SS pour travailler,  vous pouvez probablement faire le tableau de  Punnett pour que chacun puisse voir comment il va fonctionner. Ce serait un bon moment pour tester vos connaissances à ce sujet. Comparez vos résultats avec ce que vous avez appris sur les ratios dans ce chapitre et vous serez capable de voir comment tout cela s'accorde. C'est vraiment très simple une fois
quelques règles connues ...... mais comme la plupart des choses, il y a des exceptions aux règles.

Retour aux fréquences:
Nous savons que si deux parents hétérozygotes sont croisés que les rapports seront de 50/50 en ce qui concerne l'allèle (Rappelez-vous le génotype peut être Ss, SS ou ss, mais l'allèle est soit  S ou s.
Regarde la table ci-dessous lorsque nous croisons deux parents hétérozygotes et comptons les allèles.

      S S S SS Ss s Ss ss

SS
Ss
Ss
ss

On peut voir S S S S (4 x S) et s s s s (4 x s).
Si nous les séparons à part nous pouvons voir cela clairement.

SS
S
S
(séparation)
s
s
ss

Encore une fois, nous savons que si deux parents hétérozygotes sont croisés que le les ratios seront de 50/50 en ce qui concerne l'allèle.

Maintenant, souvenez-vous de l’Equilibrium? Où nous considérons une population avec un pool de gènes qui a la somme de tous les allèles égal à 100%, mais pouvons-nous avoir des ratios différents? Tels qu’ avoir 80% S et avoir 20% de s ou avoir 60% de S et avoir 40% s. Eh bien, peut-être que nous devrions regarder où ces lois s'effondrent et ne fonctionnent pas comme prévu.
Il y a cinq raisons quand la loi de l'équilibre ne fonctionne pas.

Ceux-ci sont:
1. Mutation
2. Migration de gènes
3. Dérive génétique
4. accouplement Non aléatoire
5 Sélection naturelle

intéressons-nous à chacun.

Mutation :
Une mutation est le changement de matériel génétique, ce qui peut donner  naissance à des variations héréditaires dans la progéniture. Dans la nature peut-être que  l'exposition à la radiation  fera ça. Dans ce cas, le résultat sera une mutation du code génétique de la plantes et ainsi quand il se reproduit avec la même population c'est effectivement une «migration» de matériel génétique étranger. Même si rien de nouveau n'a été ajouté à la population d’une population extérieure, la mutation d'une seule plante agira comme une autre souche qui a migré dans le pool de gènes.

Migration génique :
Lorsque nous traitons avec une population de plantes, nous nous référons à un groupe de plantes qui se reproduisent entre elles-mêmes sans aucune interférence d’une population extérieure. Au fil du temps, une population atteindra l'équilibre et cela sera maintenu aussi longtemps qu'aucune autre population ne migre vers  celui-là. Quand une autre population est introduite, elle provoquera  l’arrivé de nouveaux gènes dans l e pool. Ceci s'appelle 'Introgression'. Pendant le processus d'introgression, de nombreux nouveaux traits apparaîtront dans la population.

Dérive génétique:
Si la population est petite l’équilibre peut être violé. Par la chance seule certains membres seront éliminés de la population.Nous verrons que la fréquence d'un  allèle va DÉRIVER vers des valeurs supérieurs  ou inférieures.

Accouplement non aléatoire et sélection naturelle:
Cela suggère que quelque chose d'extérieur peut influencer la population à un stade où l'accouplement n'est pas aléatoire. Si quelques fleurs se développer plus tôt que d'autres alors elles vont recueillir du pollen plus tôt que le reste. Si certains mâles libèrent du pollen plus tôt que d'autres, alors l'accouplement n'est pas aléatoire. Ou peut-être que tous les mâles libèrent leur pollen plus tôt résultant que certaines des femelles à floraison tardive se termineront par une récolte sans semences. Cela signifie que ces femelles à floraison tardive n’auront  pas
apporté leur contribution au pool génétique. Là  Encore l'équilibre ne sera pas entretenu.

En ce qui concerne la sélection naturelle, l'environnement peut causer un problème avec une section de plantes. Si cette section ne survit pas alors ils ne seront pas en mesure de contribuer au pool génétique. Si c'est le cas et si les sélections sont faites de sorte que les autres plantes ne font pas  de contribution alors nous savons que les fréquences de trait peuvent être contrôlées à un certain degré. Et la capacité de contrôler les fréquences d'un trait c’est tout ce qu'est l'élevage.

COMMENT PURIFIER UNE SOUCHE

Tout le sujet de l’élevage de souches de cannabis c’est de la manipulation de fréquences des gènes. La plupart des souches qui sont vendues par les banques d’éleveurs de graines réputés sont très uniformes en croissance. Cela signifie que l'éleveur a tenté de verrouiller certains gènes afin que les génotypes de ces traits soit homozygotes. Si nous pouvons imaginer un instant que l'éleveur a deux souches - Master Kush et la Silver Haze. L'éleveur énumère quelques traits qu'ils aime. * Don le trait qu'ils aiment.
  Master Kush Silver Haze Feuilles vert sombre Feuilles vert pâle Odeur de hasch Odeur de fruits Fleurs blanches Fleur argentées Petites plantes Grandes plantes
Cela signifie qu'ils veulent créer une plante avec les caractéristiques suivantes et va l’appeler  quelque chose comme Silver Kush.
  Silver Kush Feuilles vert pâle Odeur de Hasch Fleur argenté Petite plante
Maintenant, toutes les génétiques dont ils ont besoin sont dans les deux pools de gènes pour Master Kush et Silver Haze. Nous pourrions simplement mélanger les deux populations et espérer pour le mieux ou nous pourrions essayer de gagner du temps, de l'espace et de l'argent en calculant le génotype de chaque trait et utiliser les résultats pour créer une VRAIE SOUCHE  PURE (une IBL).
  Silver Kush Feuilles vert pâle Odeur de Hasch Fleur argenté Petite plante
La première chose que l'éleveur doit faire est de comprendre le génotype de chaque trait qui figure dans sa souche «idéale». En ordre
pour ce faire, le génotype de chaque souche ou population parentale pour ce même trait doit être compris. Comme il y a 4 traits que l'éleveur
essaie d'isoler ensuite 4 x 2 = 8 génotypes pour ces phénotypes les expressions doivent être portées à la connaissance de l'obtenteur.

Laissez-nous prendre la feuille vert pâle de la Silver Haze pour commencer. L'éleveur va développer autant de plantes Silver Haze qu'ils peuvent trouver. Ils noteront ensuite si une partie de la population a d'autres feuilles trait de couleur. Sinon, l'éleveur notera que le trait est
homozygote (Nous appellerons le trait - M). Maintenant, il peut être soit MM ou mm. Si d'autres feuilles colorées apparaissent avec la population, alors l'éleveur doit supposer que le trait n'est pas homozygote, mais hétérozygote. Si elle est hétérozygote, nous devons verrouiller le trait avant de pouvoir continuer. Ceci est fait par l'élevage sélectif. Examinons de près les parents pendant un moment.
      M M M MM MM M MM MM

Si les deux parents étaient  MM nous n'aurions pas vu les variations dans la population pour ce trait. C'est un trait verrouillé. Nous savons que ce trait sera toujours pur dans sa population sans aucunes variations.

      M m M MM Mm m Mm mm
Si un des parents était MM et l'autre Mm nous serions ont fini avec une population 50/50 des deux variantes. Mais un groupe est clairement homozygote (MM) et l'autre est hétérozygote (Mm).

Si les deux où Mm alors nous aurions 25% MM, 50% Mm et 25% mm.

Même si nous pouvons voir les fréquences, nous ne savons toujours pas si le trait feuille vert pâle est dominant ou récessif, mais nous pouvons trouver ceci en effectuant un croisement  d'essai.

Maintenant, nous n'allons pas passer par le chapitre  « Test Cross »encore une fois mais nous pouvons vous montrer comment isoler le génotype dont vous avez besoin,qui est soit MM ou mm parce que nous voulons reproduire ce trait pur. Nous devons également garder une trace des plantes mères utilisées ici.


Pour garder les plantes parentales en vie, clonez-les! Le matériel génétique sera exactement transmis de clones en clones.     M m M MM Mm m Mm mm
Dans ce croisement, voyez-vous la progéniture MM et la progéniture mm? Eh bien, par leur nature, ils ne peuvent pas être les mêmes. Par exécution de plusieurs croisements test, nous pouvons isoler la plante qui est soit MM ou mm et exclure tout Mm du  groupe. Que ce soit MM ou mm, nous pouvons encore reproduire le trait pur en l'élevant avec d'autres parents qui sont  respectivement seulement MM ou mm. Nous devons donc faire plusieurs croisements de test pour trouver un mâle et une femelle qui ont soit MM ou mm pour ce trait. Une fois que nous avons fait cela, nous avons isolé le génotype et il sera  pur au sein de la même population.

Donc, si nous avons dirigé une entreprise de banque de semences appelée "LA FEUILLE VERTE PALE SEULEMENT MAIS TOUT CE N'EST PAS UNIFORME LTD "
alors les graines que nous créons vont toutes reproduire des feuilles vertes pâles et le client sera heureux. En réalité, bien qu'ils veuillent l'exact réplique de la plante qui a remporté la coupe de cannabis l'année dernière ..... ou au moins quelque chose proche de cela. Nous allons donc devoir isoler tous les traits qui ont aidé la souche pour gagner la coupe de cannabis avant que les gens soient heureux de ce qu’
ils achètent. Je pense que vous comprenez l'idée.

   Combien de tests faut-il pour savoir si le génotype n'est pas certain. Vous devrez peut-être utiliser un large choix de plantes pour atteindre l'objectif, mais jamais moins il est encore réalisable et beaucoup plus que l’élevage non sélectif dans la nature. Chaque trait doit être verrouillé dans une population, de sorte que la population pour ce trait est homozygote. La prochaine étape consiste à verrouiller d'autres traits dans cette même population. Maintenant, voici la partie difficile.
Lorsque vous travaillez sur un trait, vous devez garder les autres traits vous cherchez en tête.

En faisant des croisements seul, vous pouvez accidentellement verrouiller un autre trait que vous ne voulez pas ou même supprimer les traits que vous voulez garder. Si cela arrive, vous devrez simplement travailler plus dur pour garder le traits que vous voulez et explorer les génotypes à travers plusieurs croisements  Tests  (317) Finalement, grâce à la sélection et la tenue de dossiers, vous finirez avec une plante qui pure  pour toutes les fonctionnalités que vous voulez.

Le pool génétique est là mais l'objectif est de verrouiller les traits du pool. Aussi en gardant vos propres dossiers, vous construisez votre propre petite carte des gènes de cannabis. Par exemple, si quelqu'un fait pousser de la Blueberry d’un breeder connu  et demande de quel génotype est le goût des Blueberry, vous pourriez être en mesure de leur dire un peu de votre expériences et ce que vous avez trouvé. Cela peut les aider à arrondir les angles.

Peut-être qu'un jour nous serons en mesure de cartographier génétiquement le cannabis et tout sera beaucoup plus facile.
Aussi un éleveur ne s'assied jamais et dit :"Bien, Je vais être à l'affût des 1000 traits que je veux. »C'est fou. Ce qu’ils ont besoin de faire est de se concentrer sur les principaux phénotypes qui feront que leur plante est unique en quelque sorte. Une fois qu'ils ont verrouillé 4 ou 5 traits ils peuvent les passez. Étape par étape c’est comme ça que les souches pures sont créées. Si quelqu'un dit qu'ils ont développé une souche pure en  1 ou 2 ans, alors vous pouvez être sûr que la génétique avec laquelle ils ont commencé était pure. (Les souches pures connues, comme Skunk # 1 et Afghani # 1 ont pris 20 ans pour arriver à l'état où elles sont maintenant.)
  Silver Kush Feuilles vert pâle Odeur de Hasch Fleur argenté Petite plante



Finalement, vous aurez votre variété Silver Kush mais seulement  avec les 4 génotypes que vous vouliez garder. Vous pouvez toujours avoir une
variété de plantes non-uniforme dans le groupe. Certains peuvent avoir des tiges violettes ( 318 ), d'autres peuvent avoir des tiges vertes, certains pourraient être très puissants, et d'autres pourraient ne pas être aussi puissants. En sélectionnant constamment de nouveaux traits
que vous voulez garder, vous pouvez manipuler la souche vers une souche pure  pour chaque phénotype. Cependant, il est extrêmement improbablequ'une telle variété existe sur le marché 100% pure  pour chaque phénotype unique. Une telle souche serait appelée «une IBL parfaite».
Si vous êtes en mesure de verrouiller 90% des phénotypes de la plante dans une population alors vous pouvez réclamer que votre plante est une IBL. Je pense que dans le monde d'aujourd'hui ce serait un pourcentage acceptable à atteindre.
 
L'idée de base derrière cette technique est de trouver ce qui est connu
en tant que plante 'donneuse'. Une plante donneuse est celle qui contient les traits d’une souche pure (Dominant homozygote) pour ce trait. Plus les traits verrouillés sont dominants homozygotes, meilleures sont vos chances de développer un IBL.

IBL est l'abréviation de In Breed Line. Cela ne signifie pas que ligne de génétique sera pure pour chaque trait, mais en général cette terminologie (IBL) utilisée par les éleveurs se réfère à une souche comme étant très uniforme en croissance pour un pourcentage  élevé des phénotypes de la souche.
Prenons l'exemple des hamsters. Dans une portée de hamsters nous pouvont constater qu'ils ont tous les mêmes phénotypes. Si cette population se reproduit et aucun autre phénotype ne surgit alors nous pouvons considérer le fait que ces hamsters viennent d’une ligne consanguine. Si les hamsters continuaient à se reproduire et que tous montraient les mêmes traits sans variation alors nous saurions avec certitude que le pool de gènes a été verrouillé.

Il y a quelques techniques de reproduction que vous aimerez peut-être
connaitre à ce propos. Ces techniques peuvent enfreindre gravement la loi de L'équilibre de Hardy-Weinberg. Ce qui dans notre cas peut être une bonne chose
(319)parce qu'il va réduire un trait dans une population ou promouvoir un trait dans une
population. La souche PEUT ne pas être pure pour les traits sélectionnés, mais cela aidera certainement à uniformiser la population pour e trait.


  CUBING ET BACKCROSSING

Notre premier croisement entre la plante Master Kush et Silver
Haze est connu comme le croisement hybride F1. Faisons semblant pour le moment
que les deux traits sont homozygotes pour la couleur des feuilles. La Haze est vert pâle
le Kush est vert foncé. Lequel est MM
ou mm
nous ne savons pas?
Jusqu'à ce que nous voyons la progéniture.


  m m M Mm Mm M Mm Mm

Ce croisement F1 donnera des graines hybrides. Maintenant puisque M est
dominant sur m, alors nous saurons quelle couleur est la plus dominante
et de quel parent elle vient. Dans l'exemple, faisons comme si les résultats globaux sont vert pâle. Cela signifie que l'allèle vert pâle est dominant sur le vert foncé.

M= Le trait de la feuille vert pâle de Silver Haze est dominant.
m= Le trait de la feuille vert foncé de Master Kush est récessif.

Mais nous savons aussi que parce qu'il n'y a pas eu de variations dans la population et que les deux parents étaient homozygotes pour ce trait. toutefois TOUTES les progénitures sont hétérozygotes.320
Maintenant, voici où nous pouvons prendre un grand raccourci dans la manipulation du pool de gènes pour cette population.
En clonant la plante mère MM, nous pouvons utiliser ce clone dans notre croix
avec le Mm progéniture. Ceci est connu comme un BACKCROSS. Évidemment
si notre parent est une femmelle, nous devrons utiliser des mâles de
la  sélection Mm dans le rétrocroisement (backcross).



  M m M MM Mm M MM Mm

Maintenant, notre premier backcross se traduira par
-50% seront homozygotes pour ce trait (MM) et
-50% de la progéniture sera hétérozygote (Mm) pour ce trait!

Si nous n'avons pas rétrocroisé, mais juste utilisé la progéniture hétérozygote pour le
programme d'élevage nous aurions fini avec:

  M m M MM Mm m Mm mm
qui est de:
-25% Dominant homozygote (MM),
-50% Hétérozygote (Mm) et
-25% Homozygote récessif (mm).

Ainsi, le rétrocroisement contrôlera sérieusement les fréquences d'un trait spécifique
dans la progéniture.

Le premier backcross est simplement appelé un BACKCROSS. Voyons maintenant
ce qui se passe quand nous faisons notre deuxième backcross en utilisant le même
PARENT que nous maintenons en vie à travers le clonage. Notre deuxième
backcross est aussi appelé SQUARING.

Puisque nous travaillons avec seulement 2 types de progéniture Mm
et MM nous allons  répéter l'un ou l'autre de nos résultats .....   M m M MM Mm M MM Mm
Ce qui est la même chose que less résultats de notre premier backcross. Ou.........

  M M M MM MM M MM MM

Toute la progéniture sera MM et donc une véritable reproduction pour ce trait. Ces descendants sont les résultats de la quadrature. Nous n'avons pas vraiment cubé
quoi que ce soit ici, mais c'est un bon exemple pour vous aider à démarrer parce que cela montre comment on peut manipuler une population en rétrocroisant.

Le cubing dans la réalité est moins contrôlé que ça. Le cubing est un moyen d'augmenter la fréquence dans une population pour un certain caractère. Cela pourrait
ne pas aboutir à une souche pure, mais il va promouvoir un trait dans un tas de les plantes. En outre, le processus de sélection réel est quelque peu aléatoire.

Dans une population, nous sélectionnons une plante mère que nous voulons garder à cause de ses caractéristiques. Dans la même population, nous recueillons du pollen
50% des mâles qui ont des caractéristiques similaires à la plante mère et 50% Qui ne les ont pas. Le pollen est mélangé dans leurs parties respectives.
Nous avons donc deux paquets de pollen à la fin. Nous devons cloner la femelle pour créer 2 femelles. Nous utilisons ensuite les 2 paquets de pollen sur chaque clone
séparément.

Lorsque nous élevons la progéniture des deux femelles nous allons sélectionner la population de la progéniture qui ressemble le plus aux traits de la plantesmère  que nous cherchons à promouvoir dans la population. Ce qui se passe, c'est que le meilleur pollen mâle aurait dû être choisi par la femelle comme celle qu'elle préfère.. La raison de prendre les 2 ensembles de pollen de 2 ensembles de mâles est de créer une expérience de contrôle pour montrer comment cette méthode interfère réellement avec les fréquences du gène pool. D'accord, votre sélection de pollen mâle pauvre ne provoquera qu'une population de qualité inférieure qui ne ressemble pas au clone féminin.
              En réalité, nous sélectionnons uniquement le pollen des meilleurs mâles qui ressemblent le plus à la femelle, lorsque nous utilisons cette méthode.
Vous souvenez-vous de l'une des lois qui brise l'équilibre?
         Accouplement non aléatoire  et sélection naturelle.Eh bien c'est ce que nous faisons ici.
La progéniture résultant devrait avoir une fréquence élevée pour la traits que nous aimons dans la plante mère.
    Le problème est que nous ne savons pas quel mâle du groupe est celui qui a gagné cette femelle, mais c'est plus rapide et moins chronophage pour créer une variété un peu uniforme pour un trait spécifique.

En répétant le processus, nous pouvons aider à augmenter fréquence de trait de la plante mère dans la population de la progéniture, mais nous allons probablement nous retrouver avec des plantes qui ne sont pas uniformes pour ce trait.
La meilleure façon de réaliser ce processus est la suivante. Trouver une femelle que vous aimez et clonez cette femelle et son parent mâle. Prendre le pollen du parent mâle et polliniser la femelle. La progéniture devrait contenir 50% / 50% des gènes pour les deux parents.
Prendre du pollen de les mâles de cette progéniture et les mélanger ensemble. Polliniser un clone de la mère. Cette étape devrait assurer que la sélection n'est plus aléatoire et vous faites la promotion de la fréquence des traits de la mère dans la progéniture suivante.
Répétez le processus deux fois de plus et vous aurez effectivement CUBED (ce qui signifie backcross x 3) cette souche. Cela peut pousser des traits de la plante mère aussi élevés que 90% dans une population, mais nous allons probablement obtenir un peu de plantes non uniforme  dans la progéniture aussi.
Le cubing ne nous aide pas vraiment à sélectionner les traits que nous vouloins, comme dans notre expérience Silver Kush. Cela nous aide simplement à garder un quelques traits qu'une plante mère a. Le cubing est une procédure commune adopté par les éleveurs qui trouvent une bonne plante mère en bonne santé dans une sélection des graines que quelqu'un vous a donné. Cette méthode peut également échouer très rapidement si vos sélections de  mâles sont le mauvais choix.

SELFING

Le selfing est la capacité d'une plante à produire des graines sans l'aide d'une autre plante. Cela fait référence aux plantes hermaphrodites qui s'auto-pollinisent. Il n'y a pas de «pool génétique» ou de population avec ce qui concerne les hermaphrodites depuis le seul pollen qu'un hermaphrodite utilisera le pollen qu'il génère lui-même. Mâles et femmelles
les fleurs sont situées sur la même plante. Il peut y avoir des variations dans
progéniture cependant.
Il est presque impossible pour un hermaphrodite de créer des plantes seulement mâle
. Un hermaphrodite peut créer des graines femelles et graines hermaphrodites. De plus, les graines femelles seulement peuvent porter destrait hermaphrodite.
Notes supplémentaires sur Selfing par Vic High:
[Ces notes ont été prises de un commentaire qui a eu lieu sur le Internet et valent la peine d'être lues. Rien n'a été changé ou omis. Notes fournies par Vic High, éleveur BCGA]

Notes et entretiens de M. XX

100% Graines femelles

Publié par TheSiliconMagician sur Février 13, 1999 à 05:17:41 PT:

Comme certains d'entre vous le savent, j'ai été un habitué du chat
pendant un certain temps maintenant et je passe beaucoup de temps là-bas. Quoi qu'il en soit, J'ai eu l'extrême plaisir de parler à M. XX. pendant le quelques derniere  nuits  pendant de nombreuses heures et j'ai appris à le connaître assez bien via E-mail et le chat. Comme il se trouve, il s'est confié à moi et quelques autres à propos de son processus pour arriver à 100% Des graines.

Maintenant, M. XX est un gars très sympa. C'est drôle et c'est toujours un plaisir de parler avec lui. Le mec ne parle pas trop bien l'anglais mais son esprit vient à travers le langage grossier c'est une débauche de paroles. Il est un pur amateur de cannabis. Il pense que tout le monde devrait partager et partager de la même façon et aider la communauté en général.

Il veut simplement partager ses connaissances avec la communauté cannabis  parce qu'il a passé 15 ans à la recherche de cela et je parlais avec lui en profondeur à ce sujet. Fait avec la permission de M.XX parce qu'il veut que tout le monde puisse le faire.Il a stressé littéralement des centaines de plantes avec une photopériode irrégulière. Ce qu'il fait, c'est allumer les lumières 12/12 pendant 10 jours. Puis tourne le s'allume sur 24 heures, puis 12/12 à nouveau pendant quelques jours, puis de nouveau à 24 heures pour un jour, puis 12/12 à nouveau pour quelques semaines.

S'il le fait et qu'aucun hermaphrodite ne se monte. Il a trouvé un 100% XX femelle qui ne peut pas virer hermaphrodite naturellement. Il dit que tes chances de trouver un 100%
XX femelle est considérablement augmentée lors de l'utilisation de la génétique Indica. Il m'a dit que  plus la Génétique de la plante est afghan ou népalaise , meilleures sont les chances de trouver des XX femellenaturelle . Ses mots exacts étaient "Où est-ce que Mère Nature donna une maison à l'herbe à l'origine? "

J'ai essayé de l'avoir pour le réduire à un ratio, mais il n'a jamais spécifié   combien de pourcent de plantes sont  XX femelles ses mots exacts sont "beaucoup de filles XX pour  tout le monde" et c'est tout ce qu'il dira sur le sujet. Seulement cela prend beaucoup de temps et beaucoup de plantes pour trouver  une femelle comme ça.

Il utilise ensuite l'acide Gibrellique. 30 centilitres d'eau avec 2 grammes d'acide Gibrellic [Note de l'auteur: Ceci est une quantité incorrecte veuillez suivre les instructions à la fin de cette section à côté du *marque. TSM s'est corrigé mais pas dans ce post. Il l'a fait plus tard.] (Suite) et 2 gouttes de Natruim Hydroxyde pour liquéfier le Gibrellic. Puis s'applique comme d'habitude et crée les fleurs mâles.Il a dit que la zezette est descendue à la 4ème génération avec  AUCUNE perte de vigueur, AUCUN déficit génétique et AUCUN hermaphrodite. Il affirme que les plantes sont des clones génétiquement exacts l'un de l'autre. Sœurs complètes. Fondamentalement, c'est un clone de graine au lieu de méthodes de clonage normales.

Publié par TheSiliconMagician le 13 février 1999 à
05:17:41 PT:

M.XX dit aussi qu'il est facile pour le producteur de trouver une  femelle XX. C'est un processus très long mais simple . Il dit que les producteurs à domicile devraient se limiter à UNE souche. M. XX a utilisé une Skunk # 1 x Haze x Hawaiian Indica. Il dit à
séparer ces plantes de votre principale espace de croissance et stresser les à fond . Faites-le encore et encore avec chaque nouvelle récolte de graines que vous obtenez de
cette tension jusqu'à ce que vous trouviez la XX femelle. Alors que c'est probablement
difficile, il est en aucun cas impossible.

 Une autre anecdote "Plus les doigts sont fins, plus il est difficile de trouver les filles XX ", donc si vous avez ce Columbian Sativa .. il va être presque impossible pour vous de trouver cette femelle unique .. il dit que c'est possible,mais très improbable .. TSM

* CORRECTION: 0.02g de Gibrellic, PAS 2 grammes

Et ceci conclut le chapitre sur l'élevage de base. Espérons dans les éditions ultérieures, nous allons développer ce que nous avons mentionné ici et vous montrer quelques exemples de certains projets d'élevage et comment ils travail. En attendant, vous devriez avoir assez d'informations ici pour commencer à travailler sur votre propre variété de cannabis.
Je tiens à remercier Vic High, Chimera et Strawdog pour avoir contribution majeure à ce chapitre.


manuel valls

manuel valls

 

Le breeding selon JGL ( SoftSecret )

Le breeding selon JGL
 

Par: Kevin, October 18, 2016/ SoftSecret.

  Le breeding à de nombreuses facettes et il existe plusieurs méthodes pour arriver à un but précis. Comment travailler ses souches ? Comment stabiliser une strain ? Comment conserver une landrace ? Comment sélectionner un mâle? Autant de questions auxquelles on va essayer de répondre simplement à l’aide d’exemples concrets.  Dans un premier temps, il faut bien connaître ses attentes, son but, ce qui nous pousse à utiliser telle souche au lieu d’une autre, ce qu’elle va apporter, ce qu’on attend d’elle…Cela déterminera le choix du mode de travail et des souches utilisées. Dans tout travail de breeding, on privilégiera toujours la forme de graine régulière sauf bien entendu pour produire des graines féminisées. Tous ces travaux s’effectuent, bien sûr, sur le plus grand nombre d’individus possible.
  Croisement de première génération appelé généralement F1

Nous allons commencer par essayer d’expliquer le travail sur un croisement de première génération. Pour cela, on prendra l’exemple de l’Afghanchitral. Le but dans ce croisement de première génération était d’obtenir une descendance plus résistante à la moisissure par rapport à l’afghan, qui est très faible sur ce point, tout en donnant un second souffle à la PCK en termes de puissance et de vigueur. Pourquoi utiliser la PCK et comment choisir le bon mâle pour ce genre de croisement ? La PCK est une souche travaillée sur de nombreuses générations sous un climat tempéré ce qui lui affaire une bonne résistance globale au budrot. Ceci dit, cette souche à toujours été travaillé dans un but de conservation, ce qui veut dire que tous les traits bons comme mauvais on était gardés. Donc, pour transmettre uniquement les traits qui nous intéressent, Nous allons travailler la souche en consanguin sur les traits désirés. Dans le cas de la PCK 2 générations consanguines on été suffisantes pour stabiliser les points importants. • Mon 1er critère était la résistance aux moisissures. Sur ce point la souche était déjà stable. • Mon 2eme critère était une couleur violette. La souche n’était pas stable de ce côté. • Mon 3eme était un effet stoned. La souche n’était pas stable de ce côté non plus • Mon 4eme était une puissance très élevée. La souche n’était pas stable sur ce critère. • Mon 5eme était goût fruit rouge. La souche n’était pas stable sur ce point. • Mon 6eme critère était la floraison courte. Sur ce point la souche était stable. • Mon 7eme critère était une résine abondante. Sur ce point la souche était plutôt stable. Comment ai-je procédé pour connaître ces critères et les stabiliser ? J’ai tout simplement cultivé la souche sur un nombre important d’individus, au départ de l’IBL pour cette souche. Je suis parti avec 35 graines que Kaiki m’avait offert. Je conseille, pour une bonne évaluation de la stabilité, un minimum de 50 graines. Sur celles-ci, je me suis permis de partir avec moins d’individus car je connaissais déjà très bien cette souche, l’ayant déjà cultivée à plusieurs reprises sur un très grand nombre d’individus. Sur les 35 graines j’ai sélectionné un mâle et une femelle selon mes critères. Il restait donc 4 critères, vu que 3 étaient déjà stabilisés : • Couleur violette • Effet stoned • Puissance très élevée • Goût fruit rouge J’ai recommencé une seconde fois la sélection de la deuxième génération sur 50 graines cette fois-ci et sur les même critères. Sur la troisième génération, j’ai estimé la ligne stable sur les critères choisis. Durant la sélection, si toutes les femelles sont stables pour les critères choisis , il y a de grandes chances qu’il en soit de même pour les mâles. J’ai donc sélectionné puis testé mon mâle. Une fois travaillée, cette souche sera donc stable sur les points sélectionnés et on aura créé notre lignée parente qui devrait transmettre ses traits à la descendance. La sélection du mâle est alors facilitée. Grâce à cette stabilité, une grande partie des mâles de la lignée créée devrait être bonne. Cependant, une sélection est tout de même importante et des tests de chémotype et taux de cannabinoïde pourront aider pour la transmission d’un certain chémotype et d’une puissance importante. Les étapes pour la femelle seront les mêmes à part dans le cas d’un clone. Pour ce dernier cas, il est bon de connaître la souche dans sa globalité. Une fois le mâle sélectionné, on peut le croiser avec notre femelle et tester la descendance. Le but sera atteint si une bonne majorité des individus sont ce que vous espériez de votre croisement. Un autre exemple possible d’un croisement de première génération est le cas de la DoubleJam. J’’ai choisi de sélectionner les parents sur des lignées parentales travaillées sur plusieurs générations, pas en amélioration mais plutôt en conservation,. On verra la signification de ces deux modes de breeding un peu plus tard. J’ai donc sélectionné une femelle dans la ligne de la Jamaican Lambsbread et un mâle chez la JBM pour ainsi offrir une plus grande diversité en première génération pour que les growers puissent sélectionner/travailler sur un plus large panel. C’est le souhait généralement, des growers de landrace qui aiment entretenir une diversité dans la souche dans un but de préservation/conservation. Donc, en gros, le plus important au départ, est le choix de la souche. Globalement, je déconseille les polyhybrides qui seront très hétérogènes dans leurs descendances pour effectuer des croisements de première génération. Mieux vaut se tourner vers quelque chose de plus stable, travaillée en IBL et/ou travaillée sur une ligne pendant quelques générations avec des critères de stabilisation avant d’effectuer un croisement F1. La sélection des souches femelles est toute aussi importante pour l’homogénéité de la première génération. Dans le cas d’une amélioration d’une souche en travail consanguin type IBL, comment choisir les parents initiaux ? Comment travailler ensuite ? On peut, après un croisement de première génération, choisir de travailler sa souche en amélioration. Dans le cas d’un croisement ou d’une souche riches en gènes, landrace de provenance directe, clone select sur du P0, ligne travaillée uniquement sur des pollinisations de grand nombre d’individus en se souciant uniquement de la monoécie (conservation) ou polyhybride (croisement d’un mâle et d’une femelle de type hybride), c’est souvent indispensable pour obtenir une strain homogène. Dans ce cas de breeding, on va prendre l’exemple de la Zamalmystik. La mère du cross était une femelle Zamal sélectionné sur une lignée de 1980 collecté à Mafat. Cette lignée était très hétérogène. J’ai donc choisi de travailler la souche sur plusieurs générations car les parents initiaux étaient issus de ligne riche en diversité : une simple femelle Zamal de provenance direct croisée avec un polyhybride hollandais sans travail de consanguinité préalable. Dans cet exemple, on va lancer un maximum de graines de première génération pour voir ce qui l’en sort ! Mon objectif était simple dans le cas de la Zamalmystik : obtenir une souche proche du Zamal en terme de goût et d’effet mais avec les avantages des souches hybrides, c’est-à-dire, rapidité, productivité et puissance accrue. Après avoir lancé le maximum de graines et sélectionné mâles et femelles, on commence dès la première génération, le travail de consanguinité (1 mâle/1 femelle). A la deuxième génération, on mettra toute les lignées créées à germer séparément. Dans le cas de la Zamalmystik, trois lignées ont été travaillées indépendamment et on recommence le travail de consanguinité et cela, jusqu’au moment où la souche est à l’image de ce que l’on recherche. Pour la Zamalmystik, j’ai effectué 5 générations consanguines (F6 dirons-nous). Le travail de consanguinité se termine quand vos critères de sélection sont stables. Bien entendu, la ligne ne sera pas stable dans ça globalité mais stable sur les traits que vous avez sélectionnés.
  Le back cross ou retro croisement   Dans le cadre d’un back cross, le but est souvent le même : se rapprocher d’un clone sous forme de graine mais pas forcément à l’identique. On va prendre l’exemple de la Coljam pour cette méthode. Pour la Coljam en première génération, issue de deux lignes travaillées consanguinement, beaucoup des individus étaient plus dominants Lambsbread, ce qui peut être bien dans une certaine mesure. Cependant, comme à coté, je vends la Doublejam avec des individus se rapprochant énormément de la Lambsbread aussi, j’ai voulu lui donner une dominance colombienne, sa propre personnalité ! Déjà, à la base, le croisement de première génération n’avait pas de but précis si ce n’est partager un croisement avec deux souches mythiques. Donc, pour lui donner une dominance colombienne, j’ai effectué une sélection sur les mâles Coljam première génération sur des traits colombiens ainsi qu’un un back cross sur ma femelle colombienne. Il en résulte une dominance prononcée colombienne tout en gardant une certaine diversité et des expressions jamaïcaines, un bon mix dominant colombien. Dans le cas d’un désir de rapprochement plus marqué sur la femelle, j’aurais pu continuer les backcross jusqu’à environ BX7 pour obtenir non pas une expression parfaite de la femelle, mais quelques chose qui s’approche très fortement. C’est le travail que j’effectue sur la Durbanghani. En ce qui concerne les souches landrace ou consanguines, trois méthodes principales : la conservation, la préservation et l’amélioration. Dans la première, la conservation, on utilisera un maximum d’individus à chaque reproduction pour garder un maximum de diversité génétique. Cette méthode est la plus souvent utilisé par les growers des souches landrace dans leurs pays d’origine mais aussi par un nombre important de growers conservant des landraces. Dans la seconde, la préservation, on utilisera un grand nombre d’individus pour la sélection et on reproduira uniquement avec les meilleurs individus qui caractérisent cette souche. Celle-ci est la plus souvent utilisée par les growers de landrace avec comme premier critère, la monoecie mais aussi en écartant les critères les moins représentatifs de la souche tel que des traits indica dans une souche sativa… Dans la troisième, l’amélioration, on sélectionnera sur un grand nombre pour ensuite ne choisir qu’un mâle et une femelle par lignée à chaque génération. C’est l’étape qui est souvent faite avant d’utiliser une landrace pour des croisements mais aussi pour avoir une ligne élite d’une souche, ce qui n’empêche pas de créer une ligne parallèle en méthode de préservation.

Éviter la dépression de consanguinité   Une question importante en breeding, concernant les lignées consanguines, revient souvent : comment éviter la dépression de consanguinité ? Plusieurs solutions s’offrent à vous. La première consiste à croiser une ligne parallèle de la même souche (exemple Zamalmystik ligne 4 croisé avec le Zamalmystik ligne 13) Cette solution va fonctionner parfaitement. Ceci dit, elle vous fera perdre la stabilité de vos critères. Une autre solution s’applique en breeding cannabique. Il s’agit de reproduire la souche avec le plus grand nombre possible d’individus dés que les critères voulus sont stables, ce qui correspond à l’étape conservation citée auparavant.

  La particularité des souches auto-fleurissantes L’obtention d’une souche auto-fleurissante est un travail de plusieurs générations consanguines, également, mais avec un critère principal, le caractère auto-fleurissant. Dans un premier temps, il faut choisir une souche auto-fleurissante à utiliser, on peut partir d’une souche rudéralis ou d’une souche plus moderne auto-fleurissante comme par exemple la Lowrider. Une fois cette souche choisie on passera au choix de celle que l’on croisera avec. Pour cette tache particulière, on prendra l’exemple de la Colowrider. Pour créer cette souche, un clone femelle de colombienne a été croisé avec plusieurs mâles de Lowrider 2. Dans ce croisement de première génération, le caractère auto-fleurissant est récessif donc aucune plante n’est auto-fleurissante. C’est un processus normal dans l’élaboration d’une telle souche,la solution est donc de faire une simple reproduction libre c’est à dire laisser plusieurs mâles avec plusieurs femelles. Nous arrivons donc en 2eme génération dont une génération consanguine. A ce stade, il est très important de lancer le plus de graines possible. Entre 100 et 500 est très bien. Dans cette seconde génération, on aura un ratio d’environ 15 à 25% de plantes auto-fleurissantes et ce sont ces individus que l’on utilisera pour faire une génération supplémentaire. Pour identifier les plantes auto-fleurissantes, rien de plus simple. Il suffit de laisser les plantes sur une période de 18 heures de lumière par jour. Les autres plantes pourront être jetées. Cela nous amène à notre 3eme génération dont 2 consanguines. A ce stade, chaque plante aura le caractère auto-fleurissant et on pourra donc prendre d’autre critères de sélection. Dans le cas de la Colowrider les critères suivants étaient : des plantes de grande taille avec une résine abondante. Dans le cas de la Colowrider, 4 générations consanguines ont suivi sur ces derniers critères, ce qui amène la souche à 6 générations consanguines, donc, ce que l’on peut appeler F7. Bien entendu, vu la particularité des souches auto-fleurissantes, il est impossible de garder des clones et donc, le nombre de générations est toujours croissant. Pour obtenir une dominance plus importante de la souche classique qui est croisée avec une autre auto-fleurissante, il suffit de croiser de nouveau la souche classique arrivée au minimum à la 3eme génération et de recommencer le travail sur le caractère auto-fleurissant.   Les graines féminisées Les graines féminisées sont aussi une forme très particulière, le but principal étant d’obtenir uniquement des graines femelles. Le principe est d’utiliser un produit tel que le STS en pulvérisation sur une femelle pour la reverser en mâle et ainsi obtenir du pollen de plante femelle pour féconder une autre plante femelle ce qui résultera par des gaines 100% femelle.
Le plus important dans cette méthode de travail est d’utiliser des plantes très stables sexuellement. C’est impératif pour le bon déroulement du projet. D’autres produits peuvent être utilisés pour reverser une plante femelle en mâle mais le STS est de nos jours, le plus populaire grâce à sa stabilité et les résultats obtenus avec ce dernier. La sélection des parents est alors bien facilitée du au fait qu’on aura juste des femelles à sélectionner et on pourra donc tout de suite évaluer son potentiel sur énormément de critères. Comme pour les croisements de première génération, la stabilité des lignes parentes est importante pour l’homogénéité de la descendance. Donc, un travail consanguin préalable sur les lignés parentes est préférable même si dans la pratique, peu de breeders pro comme amateurs le font car ils utilisent très souvent des clones élites. Avec la création de graines féminisées, on peut également utiliser un clone reversé sur lui même. Les graines créées ne seront pas des clones de la plante utilisée mais s’en rapprocheront fortement. Tout dépendra encore de l’homogénéité de la ligne globale dont le clone est issu. Les caractères stables dans cette dernière le seront également sur les graines féminisées mais pour les autres, des variations pourront également se faire ressentir. Les auto-fleurissantes féminisées Cette forme de graines peut être obtenu par 3 voies différentes. Soit une forme classique, comme pour les féminisées classiques, c’est à dire, un travail sur une lignée régulière. Puis, une fois cette dernière stabilisée sur le critère de l’auto-floraison, on pulvérisera du STS sur un panel de femelles après avoir écarté les mâles pour ensuite lancer un deuxième panel quelques semaines après qui sera fécondé par le premier panel. En effet, de cette façon, il faut trier les mâles avant l’application du STS sinon on ne pourra reconnaître les femelles reversées des mâles classique, le STS ne reversant pas les mâles en femelles, pour le deuxième panel on écartera les mâles également ne laissant que les femelles qui seront fécondées pas les plantes reversées du premier panel. Une autre solution consiste à utiliser des lignes femelles. Le travail est alors identique à une ligne régulière sauf que, pour la stabilisation, on reversera une partie des plantes pour obtenir des mâles dans cette lignée à chaque génération. C’est certainement la plus utilisée. La dernière solution est d’utiliser deux lignes femelles auto-fleurissantes. Il s’agit, sans nul doute, de laplus simple des voies mais c’est rarement la meilleure. Le projet de breeding Pour commencer à se lancer dans un projet de breeding, il faut en premier lieu connaître ses attentes. C’est souvent un besoin ou une envie qui détermine vers quoi l’on va se tourner. Il ne sert pas souvent à grand chose de croiser des strains à l’aveuglette en se disant : ” Telle souche est bonne et se combinera bien avec cette autre strain qui est excellente “. Même si parfois la descendance est intéressante,il est souvent bien meilleur de les garder séparément ! L’important dans un croisement est d’avoir une meilleure descendance pour les critères choisis. Il s’agit d’améliorer ce que les parents apportent seuls ou de se servir d’une des lignes parentales pour améliorer l’autre sur des critères précis. Un exemple simple est de se servir d’une souche résistante à la moisissure pour obtenir une meilleure résistance sur une souche indica pure ou d’utiliser une strain rapide pour raccourcir le temps de floraison d’une longue sativa… Une fois un hybride créé selon les critères choisis, on aura souvent un gros travail de consanguinité à effectuer. Encore une fois, ce sont les attentes qui détermineront si ce travail est nécessaire. Pour donner un exemple simple, une fois de plus, on prendra le croisement d’une sativa à floraison longue croisée avec une souche plus rapide pour raccourcir la floraison. Le résultat en première génération sera bien souvent bon dans cette optique. Mais quand est il du produit fini ? N’est-il pas trop dénaturé ? Si dans nos critères, on voulait garder la particularité de cette sativa, on est plutôt déçu du résultat. Ok, on a une plante plus rapide, plus compacte, plus puissante, plus maîtrisable en culture d’intérieur mais on a perdu le plus intéressant de la souche : son high si intéressant, ses saveurs… Dans ce cas, un travail de consanguinité est plus que recommandé. Dans le cadre d’un croisement de souches polyhybrides, il est souvent indispensable de stabiliser certains critères en travaillant sur plusieurs générations consanguines aussi. Une souche telle que l’Amnesia est intéressante dans toutes ses expressions mais selon les goûts et les attentes d’une personne, il y en a qui seront au dessus du lot. Dans cette lignée, j’ai choisi le côté sativa qui était de loin la meilleure expression en ce qui concerne le high électrique / psychédélique mais aussi en terme de puissance même si les expressions plus indica étaient également très puissantes. Dans ce cas il est très intéressant de travailler en consanguinité pour gommer les expression qui nous semblent moins intéressantes. Bien souvent, on ne veut pas perde ses “élites” et on aimerait avoir des sauvegardes en forme de graines. On rencontre de nombreux cultivateurs qui ont des souvenirs merveilleux de tel ou tel clone mais qui, par les aléas de la vie, ont perdu ces clones tant appréciés. Pour remédier à ça, il y a peu de solutions qui s’offrent à nous et encore une fois, c’est l’attente de sauvegarde d’une expression particulière, d’un phénotype qui nous guidera vers la bonne méthode à employer. C’est donc naturellement qu’on choisira d’effectuer un nombre important de rétro croisements afin d’obtenir quelque chose de très proche de cette expression particulière que l’on aime tant.

 
Les landraces Pour finir, on parlera des landraces. Que ce soit une landrace d’antan ou un cultivar, il sera très important de garder une certaine diversité pour lui préserver cette grande adaptation et ses expressions différentes. Dans une souche landrace, on retrouve souvent un nombre important d’expressions. Dans le milieu naturel, il y a un grand brassage, du au nombre de plantes très important, mâles comme femelles, en culture et une pollinisation ouverte à très grande échelle. Sans parler de conservation, on essaiera au mieux de faire une préservation. Cela permet de garder une grande diversité tout en ayant l’essence même de la souche, les caractéristiques principales qui vont la différencier d’une autre landrace. Cela peut être une forme d’inflorescence, des couleurs différentes, des saveurs, des caractéristiques tel qu’une prédisposition à l’élaboration du hasch, comme une résine très abondante ou/et surtout un high particulier. Peu importe la puissance, le high est vraiment la particularité la plus importante d’une souche. Cela n’empêche pas de faire des lignées parallèles avec une consanguinité et une restriction bien plus importante en ce qui concerne le nombre d’individus. C’est ce qu’on a désigné plus haut comme une lignée d’amélioration : essayer de garder l’individu ou les individus qui réunissent le plus de critères désirables possibles. En premier : le high, toujours le high car c’est avant tout ce qui caractérise le plus la souche. Ensuite, les saveurs, sa puissance, sa facilité a produire de la résine sous lampe, sa structure, sa facilité de culture en intérieur… Cette ligne vous servira en tant que lignée élite dans le cadre d’un croisement futur ou tout simplement pour une dégustation toujours à la hauteur de vos attentes, ayant éliminé les plantes les plus faibles en termes de puissance, de saveurs… Maintenant que vous avez vos idées, vos attentes et une motivation sans faille, vous pouvez vous lancer ! Bon breeding à tous ! Par JGL

Source SoftSecret /  Le breeding selon JGL  1ère Partie / 2ème Partie

manuel valls

manuel valls

 

Strain Keeper ( Landraces / Heirloom / plantes de pays )

Hi !
Ce Billet regroupe les strains d’appellation "landrace" proposés aux grower, d'après la base de données seedfinder ( et  ajouts personels et contributifs en bleu ). 

Ppour la pureté génétique il faudra s'en remettre à la bonne foi des breeders, et leur réputation, et aussi l'histoire de la diffusion du cannabis dans le monde. En effet , les plantes nord-américaines seront listées ici, bien qu'elles soient à proprement parler plutôt des " heirloom " que des " landraces ". 
 
Quand  Le cannabis est présent depuis des centaines, ou des milliers d'année dans une région, en plus de la sélection humaine, les populations de plantes subissent les effets du climat dans lequel elles poussent, et cette deuxième forme de sélection, qui elle est naturelle, confère à ces variétés une typicité  plus forte, ou au moins, différente.



 Pour en savoir plus sur l'histoire de la diffusion du cannabis /


On parle ici de plantes plus ou moins sauvages, fruit de sélections plus ou moins longues, et plus ou moins naturelles, mais dans des lignées revendiquées " pures "  Toutes les variétés que je vais  répertoriées ne sont pas toutes encore  produites et/ou disponibles , certains  breeders ont même disparu, ( breeder confirmés comme fermés en gris et barrés )
les mises à jour seront effectuée en fonction de mes recherches et des remarque éventuelles de membres, ( Un grand Merci déjà à FranckyVincent ! )

 dans un premier temps , je me limiterais à compiler les infos brutes en un seul document, je verrais par la suite , pour ajouter un maximum de liens vers les breeders encore actifs  et marquer tous les disparus comme tels .  

 Astuce de recherche /
tapez " Ctrl+f " avec le clavier , une ptite fenêtre s'ouvre et vous pourrez faire vos recherches par mots clefs , breeder, strains...


 Code couleur :
Vert , les strains qui semblent les plus proches d'une appellation "landrace" mais + ou - stabilisés
Bleu , les hybrides régionaux, croisement de deux souches d'une même région du monde
Noir / infos brutes ( plantes pures ou polluées pendant le processus de sélection ) précisions à venir ( ou pas )
Violet / ajout hors de la base seedfinder
Orange / celles reconnues comme polluées/ possiblement polluées

  Original Strains  Afghanistan Hybrid

- Holy Smoke Seeds - Afghani Peshawar
- Reefermans Seeds - Full Melt Madness
  Indica

notes à propos des " Northern Light " souche travaillée d'abord aux USA puis en hollande , et possiblement " polluée " , sinon le fruit d'une longue sélection hors de son contexte des montagnes afghanes

- Bluenose Seed Bank - Afgani #1 Kal X
- Growi Seeds Amsterdam - Afghaan
- British Columbia Seed Company - Afghaan Dream
- Positronics - Afghan
- Positronics  - Aurora Borealis
- Spliff Seeds - Afghan
- Derg Corra Collective  - Afghan (Helmand)
- Derg Corra Collective - Viking
- Barneys Farm - Afghan Hash Plant
- Bulk Seeds - Afghan Kush
- Herbaria - Afghan Mango ( breeder fermé )
- Homegrown Fantaseeds - Afghani
- Medicann Seeds - Afghani
- The NugLab - Afghani
- Jordan of the Islands - Afghani
- Hemcy Genetics - Afghani 1
- Super Sativa Seed Club - Afghani 1( breeder fermé )
- Pukka Seeds - Afghani Gold ( breeder fermé en 2009 )
- Pukka Seeds - Afghani #1
- Alpine-Seeds - Afghani Landrasse
- Sensi Seeds - Afghani #1
- Sensi Seeds - Maple Leaf Indica
- Cultivators Choice - Afghani #1 ( breeder fermé )
- Cultivators Choice - Mazari-Afghani
- Mudro Seeds - Afghani #1
- Rare Dankness Seeds - Afghani #1 IBL
- Anesia Seeds - Afghanica
- Reefermans Seeds - Petrolia Headstash
- Cannabella Seed Club - Bella Ortega
- Underground Seeds Collective - Black Afghani
- TH Seeds - Chocolate Chunk
- Tom Hill - Deep Chunk
- Old Dreams Genetics - Deep Chunk
- Kingdom Organic Seeds - Deep Chunk
- Therapy Seeds - Deep Chunk
- GreenMan Organic Seeds - Deep Chunk IBL
- Alpine-Seeds - DeepChunk S1
- Heritage Farms seed and flower ca - Desert Storm
- Ripper Seeds - Double Glock
- The Seed Bank - Garlic Bud ( breeder fermé en 1991 )
- The Seed Bank - Northern Lights #1
- The Seed Bank - Northern Lights #2
- The Seed Bank - Northern Lights #2 F-3
- Cream of the Crop Seeds - Hybrid X
- 4:20 Seeds - Indian
- Bluenose Seed Bank - Kal X #3
- Super Sativa Seed Club - Khyber Afghani ( breeder fermé )
- THC Seeds - Kish
- The Cali Connection - La Affie
- Microgenetica - Mazar
- DutchBreed - Mazar Afghani
- Seedsman - Mazar I Sharif
- The Real Seed Company - Mazar-i-Sharif
- The Real Seed Company -  Sheberghan
- Master Thai - Lucky Bubble
- ACE Seeds - Mazar-i-Sharif
- Old World Organics - Milk Of Mazar
- Hazeman Seeds - Monkey Balls
- Female Seeds - Northern Light
- Royal Queen Seeds - Northern Light
- Amaranta Seeds - Northern Light
- Kera Seeds - Northern Light
- Victory Seeds - Northern Light
- Growi Seeds Amsterdam - Northern Light
- Speed Seeds - Northern Light x Northern Light
- Ministry of Cannabis - Northern Lights
- 00 Seeds Bank - Northern Lights
- Garden of Green - Northern Lights
- Zamnesia - Northern Lights
- Genehtik Seeds - Northern Lights X
- DNA Genetics Seeds - OG LA Affie
- DNA Genetics Seeds - Pure Afghan
- Dutch Passion - Oasis
- Sumo Seeds - Old Afghani
- The Bulldog Seeds - Original Afghan
- Growers Choice - Original Afghani No1
- Seedsman - Original Afghani #1
- Aficionado Seed Bank - Original Afghani #1
- PEV Seeds Bank - Piensa en Northern Light
- Super Sativa Seed Club - Pluton 2 ( breeder fermé )
- New420Guy Seeds - Purple Maze Kush
- Med-Man Brand - Rock-Star Kush
- Tiki Seedbank - Shanti Devi ( breeder fermé )
- Ustad Seeds - Shishkaberry
- Sátiros Seeds - Shishkaberry F2
- Spice of Life Seeds - Shishkeberry
- Zoo Seeds - Shiskaberry
- Hemcy Genetics - Shiva Shanti
- Alpha Genetics - Spanish Nights
  Mostly Indica

- Dutch Quality Seeds - Afghana
- High Quality Seeds - Afghani Hindu Kush
- Delta 9 Labs - Afghani Mazar I Sharif
- Dutch Passion - Night Queen
- White Label - Ok 47
- B.C. Bud Depot - Purple Afghani Africa Hybrid

- Canadian Bred Seeds - Madame Poison
- Mandala Seeds - White Magic
  Indica

- VIP Seeds - Power VIP
  Mostly Sativa

- Seed Stockers - BCN Power Plant
- Kiwiseeds - Daddys Girl
- High Quality Seeds - Durban Poison Amazing Special
- Next Generation Seed Company - Island Poison
- Reefermans Seeds - John Sinclair
- Apothecary Genetics - Nigerian Hashplant
- Derg Corra Collective  - Nigerian Landrace
- CopyCat Seeds - P. Plant
- Bulk Seed Bank - Perfect Power Plant
- PEV Seeds Bank - Piensa en Power Plant
- Sumo Seeds - Power Haze XL
- Dutch Passion - Power Plant
- Ministry of Cannabis - Power Plant
- Spliff Seeds - Power Plant
- Bulk Seeds - Power Plant
- Sputnik Seeds - Power Plant Cosmos
- JustFeminized.com - Pukka Power Plant
- Alpha Genetics - Rapid Fire
- Garden of Green - S.A.S
- Cannabiogen - Sudafrica
- Growers Choice - Super Powerplant
- Victory Seeds - Ultra Power Plant
  Sativa

- Pure Michigan Genetics - 517 Durban Poison
- Seedsman - African Buzz
- Ministry of Cannabis - African Spirit
- Tiki Seedbank - Bambata ( breeder fermé )
- L'Artisan du Bonheur - Bambata
- Herbaria - Bushmans ( breeder fermé )
- Nectar Seeds - Bushmans
- OriginSeeds - Bushmans
- ApeOrigin - Bushmans
- Tropical Seeds Company - Ciskei
- Tropical Seeds Company - Congo Pointe Noire
- Tropical Seeds Company - Senegal
- Tropical Seeds Company - Zambia
- Seeds of Africa - Coffee Gold
- Seeds of Africa - Durban Magic
- Seeds of Africa - Pondo Mystic
- Seeds of Africa - Swazi Gold
- Seeds of Africa - Transkei
- Seeds of Africa - Misty Kei
- Seeds of Africa - Malawi Gold
- Seeds of Africa - Mozambica
- Seeds of Africa - Zimbabwe
- Seeds of Africa - Sotho Heights
- Seeds of Africa - Apondo Mystic
- Seeds of Africa - Zimlicious
- Seeds of Africa - Durban Poison Warrior King Edition
- Anesia Seeds - Congo
- Holy Smoke Seeds - Drakensberg
- Holy Smoke Seeds - Malange Gold
- Holy Smoke Seeds - Malawi Gold
- Holy Smoke Seeds - Mozambique Poison
- Holy Smoke Seeds - Swazi Gold
- Holy Smoke Seeds - Zambezi
- Bulk Seed Bank - Dubai Poison
- Super Sativa Seed Club - Durban ( breeder fermé )
- Cannabiogen - Durban
- Cannabiogen - Ghana
- El Clandestino - Durban
- The Seed Bank - Durban ( breeder fermé en 1991 )
- Sensi Seeds - Durban
- Dutch Passion - Durban Poison ( Au cours du processus de reproduction, une partie inconnue de génétique Indica s’est croisée avec Durban / info breeder )
- Hemcy Genetics - Durban Poison
- African Seeds - Durban Poison ( breeder fermé en 2006 )
- African Seeds - Ethiopian Highland
- African Seeds - Kariba Surprise
- African Seeds - Swazi Rooi Bart
- African Seeds - Swazi Skunk
- African Seeds - Tanzanian Magic
- African Seeds - Zambian Copper
- Afropips Seeds - Durban Poison ( breeder fermé )
- Afropips Seeds - Malawi Gold
- Afropips Seeds - Nigerian
- Afropips Seeds - Malawi Mini
- Afropips Seeds - Swazi Red
- Plantamaster Seeds - Durban Poison IBL
- Apothecary Genetics - Durbin Poison
- Next Generation Seed Company - Early Durban
- Reefermans Seeds - El Diablo
- ACE Seeds - Ethiopian
- ACE Seeds - Malawi
- The Average Seed Company - Ethiopian Highland
- Centennial Seeds - Ethiopian Highland Sativa
- Alpine-Seeds - Ghana Landrasse
- Christiania Seedbank - Jazz Plant
- World of Seeds Bank - Kilimanjaro
- Asturjaya - Maizal Gord
- Poppa Pain Strains - Malawi Dream
- Lineage Genetics - Malawi Gold
- Green Hornet - Malawi Gold ( breeder fermé )
- Anesia Seeds - Malawi Gold
- Austrian Sunseeds - Mystic Sunlight
- Reefermans Seeds - Nigerian
- Apothecary Genetics - Nigerian Yoruba
- Mandala Seeds - Orisha
- Mandala Seeds - Orisha XL
- Zambeza - Power Plant XL
- Original Sensible Seeds - Pure Africa
- Anesia Seeds - Pure Durban
- Underground Seeds Collective - Senegal
- Cultivators Choice - South African ( breeder fermé )
- The Seed Bank - South African D.P. 34 ( breeder fermé en 1991 )
- The Seed Bank - Swazi
- World of Seeds Bank - Southafrican Kwazulu
- Nirvana Seeds - Swazi Alaska Indica

- Sagarmatha Seeds - Matanuska Tundra Asia Hybrid

- B.C. Bud Depot - Shiatsu Kush
  Mostly Sativa

- Sativa Seedbank - Sweet Sativa Special
- Dutch Passion - Mekong High
  Sativa

- Super Sativa Seed Club - Manilla Fillipino ( breeder fermé )
- The Real Seed Company - Mekong
- Delta 9 Labs - Mekong Haze Australia Mostly Sativa

- Kiwiseeds - 2 Pounder
- Underground Seeds Collective - Ducksfoot
  Sativa

- Koala Seeds - Humpty Doo Haze
  Bhutan Mostly Sativa

- Mandala Seeds - Purple Paro Valley
- Mandala Seeds - White Bhutanese
  Sativa

- Holy Smoke Seeds - Bhutanese Thimphu Brazil Hybrid

- Cannabiogen - Colombia Mangobiche
  Mostly Indica

-World of Seeds Bank - Brazil Amazonia
  Sativa

- Brazilian Seed Company - Amarelo  ( breeder fermé depuis 2010 )
                                              - Golden Sativa
                                              - Local Sativa
                                              - Manga Rosa
                                              - Original Green
- Anesia Seeds - Copacabana
- Plantformers - Mekanika Haze
- Eva Female Seeds - Nexus
- Pro Seed - Santa Maria ( breeder fermé )
- Barneys Farm - Utopia Haze Burma Sativa

- Vancouver Island Seed Company - Burmese
- B.C. Bud Depot - Burmese
- Reefermans Seeds - Burmese Pure
- The Real Seed Company - Manipuri
- The Real Seed Company - Ukhrul Canada Mostly Sativa
 
- Secret Valley Seeds - BrainWarp
- Next Generation Seed Company - Early Timewarp IBL
                                                            - Texada Timewarp F5
- B.C. Bud Depot - Satura Sativa
                              - Texada Timewarp
- THC Seeds - Texada Timewarp
  Ruderalis

- Mighty Irish Seeds - Mighty Mite Indica

• China Caraïbes / Guadeloupe / Martinique Sativa

- French Touch Seeds - Fil Rouge

  China Indica

- The Real Seed Company - Golden Triangle Akha
  Mostly Indica

- ACE Seeds - China Yunnan
  Ruderalis

-- Whish Seeds - Guangdong Colombia Hybrid

- Next Generation Seed Company - A.D.D.
- Dutch Flowers - Columbian Red ( breeder fermé en 2008 )
- Centennial Seeds - Rio Negro Colombian Sativa Mostly Indica

- Macaronesia Seeds - Hassala
- Seedsman - Jungle Wreck
  Sativa

- Cannabiogen - Colombia Punto Rojo
- Breeder Choice Organisation - Colombian Black
- Gage Green Genetics - Colombian Black
- Gage Green Genetics - Colombian Gold  ( Colombie x Colombie )
- Brazilian Seed Company - Colombian Gold ( breeder fermé depuis 2010 )
- Faricur Grower - Punto Rojo de Montaña
- Hisens Crew - Punto Rojo de la Sierra
                          - Sativa del Altiplano
- ScareCrow Seeds - Pure Columbian Black
- Reefermans Seeds - Santa Marta Colombian Gold
  Costa Rica mostly indica
- Pura Vida Seeds - Original Bri Bri
- Pura Vida Seeds - Wolaba Dreams ( costa rica cross ) Egypt Hybrid

- The Real Seed Company - Sinai Europe Hybrid

- Big Buddha Seeds - G-Bomb Guatemala Sativa

- ACE Seeds - Guatemala Hawaii Hybrid

- Centennial Seeds - Waipi'o Hapa
  Indica

- Growi Seeds Amsterdam - Hawaïan Indica
- Pua Mana Pakalolo - Moloka'i Purpz
                                      - Puna Buddaz Sativa

- Pua Mana Pakalolo - Blue Hawaiian
                                      - Hawaiʻi ʻ78
                                      - Hawaiian Elephant
                                      - Kaua'i Electric
                                      - Kona Gold
                                      - Maui Wowie
                                     - The Blood
- Mudro Seeds - Hawaii
- Sagarmatha Seeds - Hawaiian Punch
- Federation Seed Company - Hawaiian Sativa ( breeder fermé en 2009 )
- Colorado Seed Inc. - Hawaiian Sunrise
- Motarebel - Molokai Frost
- Sativa Seedbank - Paia Hawaiana Himalaya Indica

- Heavyweight Seeds - Kashmiri
- Old World Organics - Kashmiri Sirnoo
-The real seed company - Parvati ( India )                                             - Parvati Jungli ( India )                                             -  Malana Cream ( India )                                             - Nanda Devi ( Nepal )                                             -  Kumaoni ( Nepal )                                             - Johaar ( old India-Tibet  ) Hindu Kush Indica

- World of Seeds Bank - Afgan Kush
                                        - Afgan Kush Special
                                        - Pakistan Valley
- White Label - Afghan Kush
                        - Master Kush
- Zativo - Afghan Kush
- Goldenseed - Afghani Kush
- Jamaica Seeds - Blackout Kush
- Ceres Seeds - Ceres Kush
- The Real Seed Company - Chitrali
- GreenLabel Seeds - Frosty Kush
- Goldenseed - Golden Kush
- Positronics - Gordo Master Kush
                       - Hindu Kush
- Mallorca Seeds - Hindu Dream
- Dr. Hemps Seeds - Hindu Kush
- Kiwiseeds - Hindu Kush
- Sensi Seeds - Hindu Kush
- Nirvana Seeds - Hindu Kush
- Anesia Seeds - Hindu Kush
- Seedsman - Hindu Kush
- Aficionado Seed Bank - Hindu Kush (Heirloom)
- Dutch Flowers - Hindu Kush Special ( breeder fermé en 2008 )
- Canadian Bred Seeds - Hindu Kush x Hindu Kush
- Natural Genetics Seeds - Jahkirevi Kush
- Ketama Seeds - Ketama Kush
- THC Seeds - Kush
- Breeder Seeds Crew - Kush Rau300
- Paisa Grow Seeds - Kush del arriero
- Female Seeds - Lemon Kush
- Homegrown Fantaseeds - Masterkush
- Dutch Passion - Masterkush
- Microgenetica - Mature Kush
- Mudro Seeds - Mountain Kush
- Seedsman - Narkush
- New420Guy Seeds - Post Traumatic Purple
- Original Sensible Seeds - Pure Kush Hungary Ruderalis India Hybrid

- Paradise Seeds - Durga Mata
- Hemcy Genetics - Hindu Kush
- Homegrown Fantaseeds - Shiva
- Positronics - Shiva
- Growi Seeds Amsterdam - Shiva
- Mandala Seeds - Speed Queen
- Mandala Seeds  - White Satin
  Indica

- Dr. Greenthumb - Big Purps
- Dr. Krippling Seeds - Delhi Friend
- Dr. Hemps Seeds - Silver Shiva
  Sativa

- The Real Seed Company - Garhwali Jungli
- The Real Seed Company - Garhwali Shiva
- The Real Seed Company - Kerala
- The Real Seed Company - Malana
- The Real Seed Company - Pahari Farmhouse
- The Real Seed Company - Parvati
- Seedsman - Kerala
- The Landrace Team - Kerala (S. India) Iran Indica

- Dr. Greenthumb - Iranian Auto Flower
  Iraq Indica

- Derg Corra Collective - Iraqi Pilgrim
- Humboldt Seed Organisation - Ewe-2 Jamaica Hybrid

- Federation Seed Company - Jamaican
- Eva Female Seeds - Jamaican Dream
- Yardie Seeds - Jamaican High Grade
                          - Jamaican Sensi
                          - UZI
  Mostly Sativa

- Secret Valley Seeds - Jamaican Grape
- Breeder Seeds Crew - Kiki Rau300
  Sativa

- Cannabiogen - Jamaica Blue Mountain
- Centennial Seeds - Jamaica Blue Mountain Sativa
- The Cali Connection - Jamaican Me Crazy
- Yardie Seeds - Lambsbread
- Yardie Seeds - Tornado Weed
  Kambodga Sativa

- Reefermans Seeds - Orange Peako
  Karakoram Indica

- DutchBreed - Karakoram Kush
  Kazakhstan Indica
  La Reunion Sativa

- French Touch Seeds - K1
- French Touch Seeds - Mangu Karot
- French Touch Seeds - Mangu Pepper ( La Réunion x La Réunion )
- Seeds of Africa - Zamal Reunion
- Underground Seeds collective - Double zamal ( zamal x zamal ) Laos Sativa

- The Real Seed Company - Highland Lao
- ACE Seeds - Lao Luang Prabang
- OriginSeeds - Laos Sativa
  Lebanon Indica

- GeneSeeds Bank - Black Lebanon
- Hybrids from hell - LEB27 V2
- Hybrids from hell - LEB27S
- Derg Corra Collective - Leb27
- BlueHemp Switzerland - Lebanese ( breeder fermé )
- The Real Seed Company - Lebanese
- Reefermans Seeds - Lebanese Hashplant
- Seedbleed - Libano Rojo
- Zenseeds - Libanon 30 Madagascar Sativa

- OriginSeeds - Madagaskar Spirit Mexico Ruderalis
  Sativa

- Barneys Farm - Acapulco Gold
- Asturjaya - Astur Méxica
- Reefermans Seeds - Blackseed
- Sativa Seedbank - Eldorado
                                 - Sativa Mexicana
- Cryptic Labs - Highland Guerrero
- Cannabiogen - Jarilla Sinaloa
- Cannabiogen  - Jarilla de Sinaloa
- CBD Seeds - Mexican Haze
- Cryptic Labs - Oaxacan Gold
- Classic Seeds - Plata y Plomo
- Delicatessen - Primera Dama Morocco Hybrid

- Philosopher Seeds - Early Maroc
- Female Seeds - Maroc
- Dr. Hemps Seeds - Moroccan Hash Plant
- Whish Seeds - Rif Mountain
- Aurora Winds Botanical Seeds - Rif Mountain Hash Plant Landrace
- The Landrace Team  -  Maroccan ‘Ketama’ Indica

- Seedsman - Hash Passion
- GreenLabel Seeds - Hash Star
- World of Seeds Bank - Ketama Xaoen
  Mostly Indica

- Hybrids from hell - Danish Pot
- BlueHemp Switzerland - Maroc Inspiration( breeder fermé )
- Derg Corra Collective  - Maroc Inspiration
  Nepal Indica

- Vulkania Seeds - Babilonia Fruit
- HY-PRO Seeds - Enemy of the State
- Oregon Green Seed - Nepalese Rocket
- Herbaria - Shivas Joy ( breeder fermé )
- Derg Corra Collective - Nepali
  Sativa

- Old Dreams Genetics - Nepal Highland
- Cannabiogen - Nepal Highland
- Tropical Seeds Company - Nepal Highland
- Reefermans Seeds - Nepalese
- The Real Seed Company - Nanda Devi                                                -  Kumaoni                                                                                            - Nepalese
                                              - Nepalese White Mountain
- Centennial Seeds - Nepalese Highland Sativa Heirloom
- BlueHemp Switzerland - Nepali ( breeder fermé )
- Super Sativa Seed Club - Nepali ( breeder fermé )
- Magic Herbs - Baglung Nepalese (Bluehemp repro)
- Holy Smoke Seeds - Nepali Rukum
- Bodhi Seeds - Nepali Watermelon Hashplant
- Hemcy Genetics - Original Haze
- Mudro Seeds - Satori Pakistan Indica


- Derg Corra Collective - Aunt of Farouk ( Pakistan x Pakistan )
- Breeder Choice Organisation - Chitrali #1
- Positronics - Citral
- Growi Seeds Amsterdam - Citral
- Cannabiogen - Pakistan Chitral Kush
- ACE Seeds - Pakistan Chitral Kush
- Bald Monkey Seeds  - Pakistan Landrace
- Tom Hill - Pine Tar Kush
- Tom Hill - X18
- Old Dreams Genetics - Pine Tar Kush
- Tropical Seeds Company - Purple Pakistan Chitral
- Eva Female Seeds - TNT Kush
- Reserva Privada - X18 Pure Pakistani
- Underground Seeds Collective - Triple Pakistan  ( Pakistan X18 x Tom Hill  Pine Tar Kush x Wild Pakistan (Aunt Of Farouk) ) Sativa

- BlueHemp Switzerland - Pakistani Panama Mostly Sativa

- Reefermans Seeds - Panama Red
- Dr. Greenthumb - Panama Red
  Sativa

- Swami Organic Seed - 76 Peace Corps Panama
- Cannabiogen - Panama
- Anesia Seeds - Panama Red
- Breeder Choice Organisation - Panama Red Paraguay Sativa Russia Indica Ruderalis Sativa Sri Lanka Sativa

- Green Hornet - Sri Lankan Ganja ( breeder fermé ) Swizerland Indica

- Dr. Hemps Seeds - Dr. Hemp #1
  Sativa

- Classic Seeds - Purpurea Tensinesus F-2
- SwissSeeds - Purpurea Ticinensis Tadschikistan Indica

- Herbaria - Shirin Gol ( breeder fermé ) Mostly Indica

- Dutch Passion - Pamir Gold
- New420Guy Seeds - Tajikistani Hash Plant
  Ruderalis Thailand Hybrid
  Sativa

- Master Thai - 76' Thai Stick
- Exclusive Seeds - Cali Love
- Dutch Flowers - Chocolate Thai ( breeder fermé en 2008 )
- Derg Corra Collective - Chocolate Thai F5 ( from Dutch Flowers )
- The Real Seed Company - Highland Thai
- Seedsman - Mama Thai
- Cannabiogen - Meao Thai
- Anesia Seeds - Purple Thai
- Poppa Pain Strains - Siam Lady
- Green Hornet - Thai 82 ( breeder fermé )
- ACE Seeds - Thai Stick
- BlueHemp Switzerland - Thaifun Horizon
- Apothecary Genetics - The Goo
- Nirvana Seeds - Traveling Thai ( out of stock )
- Reefermans Seeds - Vietnamese Mindfuck
- Dutch Passion - Voodoo ( fin de production du strain 2016 ) ( thaï x thaï )
- World of Seeds Bank - Wild Thailand
  Tibet sativa

- The Real Seed Company - Johaar
  Turkey

- Underground Seeds Collective - Turkish Landrace
- Tropical Seeds Company - Turkish Land
- The Real Seed Company - Turkish USA Hybrid

- SoCal Seed Collective - AToA
- Jaws Gear - Arcata Trainwreck
- Sagarmatha Seeds - Cal Train Wreck
- White Label - Cali Orange Bud
- The Seed Bank - California Orange ( breeder fermé en 1991 )
- The Seed Bank - Early Girl
- The Seed Bank - Indisat                            
- Seedsman - California Orange
- Mighty Mite Seed Company - California Orange
- Growi Seeds Amsterdam - California Orange Bud
- Dutch Passion - Californian Orange
- Homegrown Fantaseeds - Californian Orange
- Homegrown Fantaseeds - Trainwreck
- Positronics - Californian Orange Bud
- Alpha Genetics - Californian Sunrise
- Vision Seeds - Doctor Jamaica
- Cultivators Choice - Early Girl ( breeder fermé )
- Cultivators Choice - Indi-Sat
- Cultivators Choice - Orange
- Sensi Seeds - Early Pearl
- First Lady - Original Delicatessen
- Power Seeds - Gare du nord
- British Columbia Seed Company - Heavy Duty Fruity
- British Columbia Seed Company - Mendocino Madness
- Moxie 710 - Lemon OG
- A-B-Seeds - President's Choice
- Love Genetics - Summer Love
- Burning Bush Nurseries - Suzy-Q
- Breeder Choice Organisation - The Wreck
- Medicann Seeds - Train Wreck
- Green House Seeds - TrainWreck
- Bulk Seeds - TrainWreck
- Royal Dutch Genetics - Trainwreck
- Dr. Greenthumb - Trainwreck
- Canadian Seed Lab - Trainwreck
- Gea Seeds - Trainwreck
- Plantamaster Seeds - Trainwreck
- Reefermans Seeds - Cherry Bomb Indica
- Super Sativa Seed Club - Oakland Indica Hybrid ( breeder fermé )
- Dutch Passion - Passion #1
- HortiLab - StarBud Sister
- HortiLab - Starbud
  Indica

- B.C. Bud Depot - BC Hash Plant
- B.C. Grown - BC HashPlant
  Mostly Indica

- TH Seeds - Akorn aka Snowbud
- TH Seeds - Bubblegum
- TH Seeds - The Hog
- Dr. Atomic Seeds - Atomic NL
- B.C. Bud Depot - BC Bubblegum
- B.C. Bud Depot - The Purps
- B.O.G. Seeds - BOGBubble
- Super Sativa Seed Club - Basic #5 ( breeder fermé )
- Reefermans Seeds - Bazooka Joe
- UKSeedCo - Blues
- El Clandestino - Bubalishious
- CopyCat Seeds - Bubble
- ABC Seeds - Bubble Bobble
- Gea Seeds - Bubble Fruit
- Bulk Seeds - Bubble Gum
- Bulk Seed Bank - Bubblegum Extra
- PEV Seeds Bank - Bubble Gum
- Serious Seeds - Bubble Gum
- Plantamaster Seeds - Bubble Gum
- 00 Seeds Bank - Bubble Gum
- JustFeminized.com - Bubble Gummy
- Vision Seeds - Bubble Yum
- Dane Strains - BubbleGum
- Female Seeds - BubbleGummer
- Kera Seeds - Bubblegum
- Growers Choice - Bubblegum
- Growers Choice - The Purps
- Victory Seeds - Bubblegum+ Pro
- Nirvana Seeds - Bubblelicious
- Sumo Seeds - Bubblicious
- 420 Seeds - Grape Ape
- The Blazing Pistileros - Humboldtistan
- The Weed Seeds Company - La Resinosa
- Oregon Microgrowers Guild - Mendo Purps V4
- CBD Seeds - Northern
- CBD Seeds - Yumbolt
- DutchFem - Northern Light Special
- The Seed Bank - Northern Lights #5 ( breeder fermé en 1991 )
- British Columbia Seed Company - Northern Lights #5
- Bodhi Seeds - Northern Lights #5
- Chrome Seeds - Pink Bazooka IX 1
- Rokerij Seeds - Rokerij Bubbles
- B.O.G. Seeds - Sour Bubble
- Happy Roots - Sour Bubble
- Jordan of the Islands - The Purp
- VIP Seeds - Torpedo
- Sagarmatha Seeds - Yumbolt Ukraine Hybrid Ruderalis Uzbekistan Indica

- Kannabia Seeds - Uzbekistan
- underground seed bank - Ouzbékistan Pink Malabar ( IBL 12e génération ) Vietnam Sativa 

- Desert King Mountain High Seed Co. - Hoa Bac 2.0
- Reefermans Seeds - Hoa Bac Silver Flower
- Honey B - Barneys Farm Seeds
- Dutch Flowers - Nam Black ( breeder fermé en 2008 )
- Green Hornet - Vietnam Tourist Hemp ( breeder fermé )


préservons la Nature , avant que la Nature ne nous préserve ( sous forme de fossil en plastique SeeYa !

manuel valls

manuel valls

 

World of Weed

Une histoire du Chanvre
  L'histoire de la marijuana: comment une plante se répand dans le monde Des sites où les chasseurs et les cueilleurs préhistoriques ont vécu, aux anciens navires chinois et viking, le cannabis est utilisé depuis des siècles dans le monde entier, et un nouveau rapport présente l'histoire colorée du médicament. Dans son rapport, l'auteur Barney Warf décrit l'origine de la consommation de cannabis en Asie il y a des milliers d'années et, depuis, s'est répandue dans de nombreuses régions du monde pour s'étendre aux Amériques et aux États-Unis. «La plupart du temps, il était largement utilisé à des fins médicales et spirituelles», selon l'historien Warf, professeur de géographie à l'Université du Kansas à Lawrence. Par exemple, les Vikings et les Allemands du Moyen Âge ont utilisé du cannabis pour soulager la douleur pendant l'accouchement et pour les maux de dents, a-t-il dit. "L'idée qu'il s'agit d'une drogue maléfique est une construction très récente", et le fait qu'elle soit illégale est une "anomalie historique", a déclaré Warf. La marijuana est légale dans de nombreuses régions du monde depuis la plus grande partie de son histoire. D'où vient le pot? Il est important de faire la distinction entre les deux sous-espèces familières de la plante de cannabis, a déclaré Warf. Cannabis sativa , connu sous le nom de marijuana, a des propriétés psychoactives. L'autre plante est Cannabis sativa L. (Le L a été inclus dans le nom en l'honneur du botaniste Carl Linnaeus.) Cette sous-espèce est connue sous le nom de chanvre; c'est une forme de cannabis non psychotrope, et elle est utilisée dans la fabrication de produits tels que l'huile, le tissu et le carburant. [ 11 Faits étranges sur la marijuana ] Une deuxième espèce psychoactive de la plante, Cannabis indica , a été identifiée par le naturaliste français Jean-Baptiste Lamarck, et une troisième, peu commune, Cannabis ruderalis , a été nommée en 1924 par le botaniste russe DE Janischevisky. Les plantes de cannabis auraient évolué dans les steppes de l'Asie centrale, en particulier dans les régions qui sont maintenant la Mongolie et le sud de la Sibérie, selon Warf. L'histoire de la consommation de cannabis remonte à 12 000 ans, ce qui place la plante parmi les cultures les plus anciennes de l'humanité , selon les informations du livre "Marihuana: The First Twelve Thousand Years" (Springer, 1980). "Il a probablement prospéré dans les sites de décharge riches en nutriments des chasseurs et des cueilleurs préhistoriques", écrit Warf dans son étude. Des graines de cannabis brûlées ont également été trouvées dans des tumulus funéraires kurganes en Sibérie datant de 3 000 ans av. J.-C. et certaines tombes de personnes nobles enterrées dans la région de Xinjiang en Chine et en Sibérie vers 2500 avant JC ont inclus de grandes quantités de marijuana psychoactive momifiée. Le chanvre et la marijuana psychoactive ont été largement utilisés dans la Chine ancienne, a écrit Warf. Le premier enregistrement de l'usage médicinal de la drogue remonte à 4000 av. J.-C. L'herbe a été utilisée, par exemple, comme anesthésique pendant la chirurgie, et des histoires disent qu'elle a même été utilisée par l'empereur chinois Shen Nung en 2737 avant JC (Cependant, Shen Nung une figure mythique ou réelle a été débattue, car le premier empereur d'une Chine unifiée est né beaucoup plus tard que le prétendu Shen Nung.) De la Chine, les fermiers côtiers ont apporté du pot vers la Corée vers l'an 2000 av. J.-C. ou plus tôt, selon le livre "The Archaeology of Korea" (Cambridge University Press, 1993). Le cannabis est entré dans le sous-continent sud-asiatique entre 2000 av. J.-C. et 1000 avant J.-C., lorsque la région a été envahie par les Aryens - un groupe qui parlait une langue indo-européenne archaïque. La drogue est devenue largement utilisée en Inde, où elle a été célébrée comme l'un des «cinq royaumes d' herbes ... qui nous libèrent de l'anxiété » dans l'un des anciens poèmes védiques sanscrit dont le nom se traduit par «Science des Charmes». De l'Asie à l'Europe Le cannabis est arrivé au Moyen-Orient entre 2000 avant JC et 1400 avant J.-C., et il a probablement été utilisé par les Scythes, un groupe nomade indo-européen. Les Scythes ont également probablement transporté la drogue dans le sud-est de la Russie et en Ukraine, car ils occupaient les deux territoires pendant des années, selon le rapport de Warf. Les tribus germaniques ont apporté la drogue en Allemagne, et la marijuana est allée de là en Grande-Bretagne au 5ème siècle avec les invasions anglo-saxonnes. [Voir la carte de la propagation de la marijuana à travers le monde.]
                    
                                               
  Des graines de cannabis ont également été trouvées dans les restes de navires viking datant du milieu du neuvième siècle", écrit Warf dans l'étude. Au cours des siècles suivants, le cannabis a migré vers diverses régions du monde, traversant l'Afrique, atteignant l'Amérique du Sud au XIXe siècle et transporté vers le nord par la suite, pour finalement atteindre l'Amérique du Nord. Comment la marijuana s'est-elle rendue aux États-Unis? Après ce très long voyage dans les mondes pré-modernes et modernes, le cannabis est finalement arrivé aux États-Unis au début du XXe siècle. Il est arrivé dans le sud-ouest des États-Unis depuis le Mexique, avec des immigrants fuyant ce pays pendant la révolution mexicaine de 1910-1911. "Beaucoup de préjugés contre la marijuana étaient des craintes racistes à peine voilées de ses fumeurs, souvent promulguées par des journaux réactionnaires", écrit Warf dans son rapport. "Les Mexicains étaient fréquemment accusés d'avoir fumé de la marijuana, d'avoir commis des crimes contre les biens, d'avoir séduit des enfants et d'avoir commis des meurtres meurtriers." Les lois américaines n'ont jamais reconnu la différence entre Cannabis sativa L. et Cannabis sativa . L'usine a d'abord été déclarée illégale en Utah en 1915, et en 1931, elle était illégale dans 29 États, selon le rapport. En 1930, Harry Aslinger est devenu le premier commissaire du Federal Bureau of Narcotics (FBN) et a entrepris de multiples efforts pour rendre la marijuana illégale dans tous les États. En 1937, la loi sur l'impôt sur la marijuana a placé le cannabis sous la réglementation de la Drug Enforcement Agency, criminalisant la possession de la plante dans tout le pays. "Aujourd'hui, le gouvernement fédéral classe toujours la marijuana comme une substance contrôlée de l'annexe I, avec de l'héroïne et du LSD, indiquant qu'il a un potentiel élevé d'abus et de toxicomanie, aucun usage médical accepté et aucun niveau d'utilisation sûr", écrit Warf.

Source /  Une géographie historique du cannabis Auteurs/ Barney WarfPremière publication: 25 septembre 2014  ( première traduction ) work in progress
 


En Bonus article Dinafem /  

Avant que le processus de breeding avancé ne donne lieu aux centaines d’hybrides qui forment aujourd’hui le grand arbre généalogique du cannabis, avant les versions XXL, les autofloraison ou encore les CBD, avant tout ça, existait les landraces  : ces génétiques sont à l’origine de toutes les variétés de cannabis que nous connaissons actuellement.


                                                                                    
  Grâce à sa grande capacité d’adaptation, la plante de cannabis a été capable de se développer dans différentes parties du monde en s’adaptant aux différentes conditions environnementales. Ses origines ne sont pas très claires, certaines études de paléobotanique (la science liée aux restes végétaux qui existaient dans le passé), assurent qu’elles proviennent de l’Himalaya et à partir de là, les preuves démontrent que le cannabis s’est éparpillé tout autour du globe. Un processus dans lequel l’humanité a eu son effet, car il semblerait que le cannabis se soit propagé depuis l’Asie Centrale puis sur toute la planète grâce aux commerçants, qui emportaient avec eux des graines de cannabis de leurs voyages. Et ainsi le cannabis a été disséminé dans l’Est de l’Afrique et dans le Sud-Est de l’Asie sur une période s'étalant sur plus de 1500 ans. Ainsi, elle est arrivée jusqu’en Amérique en 1545 et en Australie en 1788. Bien que cela semble incroyable, des restes fossilisés de pollen, de graines, de fibres, de trichomes et de restes carbonisés ont été retrouvés et ont servis à retracer une ligne chronologique du cannabis tout au long de l’histoire. Une plante que l’humanité a utilisé depuis des temps ancestraux, à des fins médicinales, récréatives, textiles ou religieuses.

  Du cannabis sauvage aux landraces
  Avant que le cannabis ne soit cultivé par l’être humain, la plante poussait dans le nature, ce qu’aujourd’hui nous considérons comme des « parents sauvages ». La plante de cannabis pousse spontanément, sans être cultivée. Les populations de cannabis sauvages, n’étaient pas domestiquées, c’est-à-dire qu’elles n’étaient pas encore passées à travers un processus de sélection et donc qu'il n’y avait pas de diversité morphologique, bien que certaines caractéristiques se soient fixées lors de l’évolution de plante dans l’environnement, en s’adaptant aux conditions environnementales. Le premier processus de breeding de cannabis mené par l’homme et dont nous ayons trace a eu lieu il y a 6500 ans en Mongolie, une trouvaille du botaniste russe N. I. Vavilov. Bien que les preuves disent qu’il s’agit du premier processus de culture et de domestication du cannabis, certaines études disent que c’est en Chine où cette pratique avait principalement lieu. Quoiqu’il en soit, cette étape a été très importante dans l’histoire de la génétique du cannabis, car les cultivateurs locaux ont commencé à donner une forme à la population cannabique qu’ils cultivaient dans leurs champs. Durant cette sélection, les cultivateurs traditionnels ont éliminé les individus qui, par leurs caractéristiques morphologiques, n’entraient pas dans les paramètres souhaités (odeur, taille, production, vigueur, etc.). Ainsi, les cultivateurs ont façonné les populations de cannabis en donnant vie à ce que nous connaissons à l’heure actuelle comme les variétés landraces.
                                                                               

  Qu’est-ce qu’une variété landrace ?
  Une variété landrace de cannabis est une variété qui a été cultivée et sélectionnée par les agriculteurs locaux des régions dans lesquelles la culture de cannabis est une tradition millénaire, et qui s’est adaptée au climat et aux caractéristiques de sa localisation géographique. Nous appelons ces variétés indigènes : les landraces. Il s’agit de génétiques possédant un taux d’hétérogénéité élevé, mais avec les caractéristiques morphologiques en commun suffisantes pour être reconnues comme groupe et pouvant être considérées comme un premier pas dans la domestication du cannabis. La dénomination en tant que landraces fait bien souvent référence à sa localisation géographique, c’est pourquoi nous pouvons trouver des variétés landraces comme l’Acapulco Gold ou la Panama Red. Le processus à travers lequel les landraces ont été créées est le suivant : les cultivateurs locaux ont sélectionné les individus qui selon eux, réunissaient les caractéristiques souhaitées, bien souvent ceux qui présentaient les meilleures conditions d’adaptation et de culture. Evidemment, ce processus se faisait à vue d’œil, et donnant lieu à des caractéristiques morphologiques déterminées par l’environnement. C’est pourquoi les landraces sont en général 100 % Indica ou Sativa, car selon leur localisation géographique, chaque variété a développé des caractéristiques bien précises. Les variétés landraces sont donc un groupe qui a été formé mais qui possède une gamme génétique très large, puisque la pollinisation se réalise à l’air libre, les nombreux mâles et femelles se mélangent. Tous les ovules des femelles sont pollinisées par une stomie différente, qui n’est pas obligatoirement le même mâle, c’est pourquoi le degré de variabilité de la descendance sera très élevé. Les landraces sont des génétiques peu stables, si nous les comparons avec les nouvelles générations d’hybrides existantes sur le marché à l’heure actuelle. Pour stabiliser les génétiques de cannabis et augmenter la prédictibilité, il faut faire un pas en avant dans le processus de breeding, mais nous traiterons le sujet dans le prochain épisode. Malgré le fait que les landraces possèdent un degré inférieur de stabilité, puisque leur génotype fait état de plus d’hétérozygote dans les gènes, il est vrai qu’elles possèdent aussi un degré plus élevé de rusticité, c’est-à-dire qu’elles sont plus résistantes aux conditions adverses et qu’elles s’adaptent mieux à l’environnement. En effet, les landraces, qui sont l’étape antérieure à la culture et postérieure aux parents sauvages, sont capables de s’adapter aux fluctuations climatiques et aux menaces présentes dans le milieu naturel, grâce à cette large gamme génétique.

                                                                              

Landraces Indica et Sativa
  À l’heure actuelle l’industrie cannabique offre des centaines de variétés hybrides provenant des landraces et il est très difficile de trouver sur le marché des génétiques landraces pures, 100 % Sativa ou 100 % Indica. Cependant pendant les années 60 et 70, la majeure partie du cannabis qui était consommé provenait de ces variétés landraces qui, dépendant de leur lieu d’origine, présentaient des caractéristiques ou d’autres. Deux groupes furent donc établis : Indica et Sativa. Les différences entre les landraces Indica et Sativa sont dues, en grande partie, à l’adaptation de la plante au milieu et, selon les études, plus concrètement à l’humidité de l’environnement. Ainsi, les variétés Sativa sont un produit de l’adaptation de la plante à des climats plus humides, c’est pourquoi elles ont développé des tiges plus longues et fines et des feuilles plus étroites permettant une meilleure transpiration. Quant à elles les variétés Indica, se sont adaptées pour survivre dans des climats plus arides et secs, c’est pourquoi les plantes sont plus petites, robustes, trapues et aux feuilles larges qui diminueront les pertes d’eau pendant la transpiration.

  Que se passe-t-il si nous déplaçons une génétique landrace ?
  Grâce à l’important travail de breeding réalisé lors des dernières décennies, il y a aujourd’hui des génétiques disponibles sur le marché disposant de standards de qualité très élevés. Si nous comparons la capacité productive, l’arôme ou la période de floraison d’une variété landrace avec une génétique qu’une banque de graine a obtenue suite à un dur travail de breeding, nous choisirions sûrement la variété hybride au lieu de la landrace, car grâce aux longs processus de sélection, les caractéristiques du cannabis que nous apprécions ont pu être accentuées : production, saveur, durée du cycle et effet. Cependant, nous ne pouvons pas nier le fait que les landraces sont l’origine de toutes les variétés que nous connaissons aujourd’hui, des génétiques qui ont été cultivées naturellement pendant des milliers d’années et dont les propriétés sont impossibles à copier. La grande valeur que possèdent les landraces dans le contexte de breeding moderne dans lequel nous nous trouvons, c’est qu’elles offrent une large représentation de la variation génétique naturelle. Alors que les variétés modernes ont été sélectionnées à travers de nombreuses générations dans le but de resserrer la largeur de la bande génétique (faire que le degré homozygote de son génotype et de cette façon augmenter la stabilité), las landraces contiennent une richesse génétique qui s’est perdue dans les hybrides modernes. Nous ne cherchons pas à conserver les anciennes génétiques comme variétés en tant que telles, ce sont les gènes qui doivent nous intéresser. Les vieilles landraces peuvent être considérées comme des « populations de gènes et de variabilité génétique », une chose absolument essentielle pour l’innovation et les progrès futurs. (Harlan, 1972). Vu qu’une variété landrace est le résultat, en partie, de l’interaction de la plante avec l’environnement, si nous commençons à la cultiver dans une région qui n’est pas la sienne et où le climat est différent, il est fort probable qu’après quelques générations, l’environnement oblige la plante à s’adapter et que cela produise des variations dans son génotype. Il ne s’agira plus de cette génétique que nous avons utilisée au début : sans les conditions environnementales de son lieu d’origine, la plante se voit obligée à changer pour s’adapter, car naturellement elle se développera d’une façon différente pour prendre des caractéristiques différentes. Nous vous offrons ci-dessous quelques génétiques landraces connues à l’heure actuelle dans la communauté cannabique. En tout cas, il serait très présomptueux de penser que nous connaissons toutes les variétés landraces de la planète, car aux endroits où le cannabis peut pousser et se développer sans avoir recours à des processus de breeding sélectifs avancés, on peut trouver des variétés de cannabis landraces.  

 Sources /
 Wiley online library / High Points: An Historical Geography of Cannabis
 Dinafem.org / Que sont les génétiques de cannabis landraces ?
 Live science / Marijuana's History: How One Plant Spread Through the World
 

manuel valls

manuel valls

 

Le président est sans costard.

introduction et  Hommage au militant Jack Herer   principal inspirateur de ce blog en devenir. 

                                  « Je ne dis pas que le chanvre sauvera le monde… mais en tout cas, c'est la seule chose qui puisse le faire…! ». JH



                                                                          


Après prêt de 10 ans de recherches de rencontre et d'expérience, Jack éditait " l’empereur est nu " ( " The Emperor Wears No Clothes " ), il a été emprisonné pour ses prises de position et s'est aussi  présenté deux fois, en 1988 et 1992, à la présidence des États-Unis sous l'étiquette du Grassroots Party.

Son essai est un hymne au cannabis, et révèle le plein potentiel de cette plantes aux applications multiples. Jack Herer y voit le cannabis dans un sens très large, presque total,  en plus de ses qualités médicinales et récréatives, il nous démontre que le chanvre est une ressource qui pourrait résoudre énormément de problèmes rencontrés aujourd'hui dans le monde en étant la clef de voute d'un système durable.
 Le titre de son essai qui prône la libéralisation du chanvre , s'inspire d'un compte danois  " Kejserens nye Klæder "  soit  Les Habits neufs de l'empereur.  écrit par Hans Christian Andersen

Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout être bien habillé. Il avait un habit pour chaque heure du jour. Un beau jour, deux escrocs arrivèrent dans la grande ville de l’empereur. Ils prétendirent savoir tisser une étoffe que seules les personnes sottes ou incapables dans leurs fonctions ne pouvaient pas voir et proposèrent au souverain de lui confectionner des vêtements. L’empereur pensa que ce serait un habit exceptionnel et qu’il pourrait ainsi repérer les personnes intelligentes de son royaume. Les deux charlatans se mirent alors au travail. Quelques jours plus tard, l’empereur, curieux, vint voir où en était le tissage de ce fameux tissu. Il ne vit rien car il n’y avait rien. Troublé, il décida de n’en parler à personne, car personne ne voulait d’un empereur sot. Il envoya plusieurs ministres inspecter l’avancement des travaux. Ils ne virent pas plus que le souverain, mais n’osèrent pas non plus l’avouer, de peur de paraître imbécile. Tout le royaume parlait de cette étoffe extraordinaire. Le jour où les deux escrocs décidèrent que l’habit était achevé, ils aidèrent l’empereur à l’enfiler. Ainsi « vêtu » et accompagné de ses ministres, le souverain se présenta à son peuple qui, lui aussi, prétendit voir et admirer ses vêtements. Seul un petit garçon osa dire la vérité : « Mais il n’a pas d’habit du tout ! » (ou dans une traduction plus habituelle : « le roi est nu ! »). Et tout le monde lui donna raison. L’empereur comprit que son peuple avait raison, mais continua sa " marche " sans dire un mot.   

  Syndrome des habits de l'empereur - En 1971, Frank Gross publia un article dans le New England Journal of Medecine, concernant une pathologie qu'il baptisa « syndrome des habits de l'empereur », en référence au conte d'Andersen. Il décrit comment un diagnostic erroné peut être confirmé par plusieurs médecins par « contamination » du diagnostic précédent.

- En janvier 2018 lors de ses voeux à la presse , Emmanuel Macron annonce un projet de loi visant à lutter contre les fake news.
La proposition a suscité de nombreuses réactions, notamment de Olivier Auguste de l'Opinion, qui souligne que plusieurs affaires, comme celle du Rainbow Warrior ou du nuage de Tchernobyl, ont démontré que « la puissance publique n’est pas par nature garante de la vérité ». Pour le chef du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, « Seuls les régimes autoritaires prétendent au contrôle de la vérité. On sait ce qu‘il peut en coûter ». Pour Clémentine Autain, la liberté de la presse et la démocratie est en jeu.

 Combien de fakes news ont permis à jupiter d'accéder à son nouveau job ? et combien de fake news permettent encore aujourd'hui de légitimer une politique prohibitionniste ?
 Jack ne fait pas que nous expliquer en quoi le chanvre est une réelle alternative pour construire un monde plus durable il nous révèle aussi comment les relations entre industriels et politiciens peuvent nourrir ces fake news, il n'est pas question d'un grand complot reptilo-sionisto-illuminati , mais bel et bien de lobbyisme et de pouvoir d'influence.
 Macron voudrait-il légiférer sur les fakes news pour s'octroyer un droit unilatéral d'en user ?

 
                                                                 
                                                                                 «Nos dirigeants agissent comme des lemmings.» J.H


  SeeYa !

manuel valls

manuel valls

 

SSH x Bizarre

Bonjour à tout le monde   Aujourd'hui on va parler des purple haze, j'ai souvent entendu " ma purple haze n'a rien de purple et pour le gout faut le chercher ", étant un amateur de haze et de purple je me suis dit faut faire quelque chose pour les potos qui veulent mettre de la couleur dans leurs box, je regarde ce que j'ai sous le coude.... toujours ma ssh, et en male ? je cherche ce que j'ai dans le frigo ( en graines ) et jme rends compte que j'ai ces paquets, acheté sur un coup de tete lors d'une promo, deux paquets de 10 seeds de Bizarre de chez Sick Meds seeds, je lance les 20 graines je fais ma ptite selection, sur le coup je garde deux femelles et deux males, bref, revenons à nos moutons, le male que j'ai choisi pour le cross sort des sexes violets, une bonne prod, une legere, legere odeur de sd   Une fois la SSH pollinisée les graines se forment, une fois mature je les recoltent, sechée, mise au frigo, et j'en garde quelques une que je donne à deux trois potes autours de moi, bon ben c'est bien mais le résultat....   Et ben ça nous donne plusieurs phénos differents, on a des sativas, du 50/50, des hazes, des qui tirent plus sur le Sd, des vertes, mais en majorité des violettes 8/10 diras t'on, enfaites quelques soit le phénos ça nous donne à chaque fois des herbes très très bonne, facile à grow, de 10 à 12 semaines de flo le resultat est pas mal, la suite en images         On a fini avec les principaux cross réaliser en 2017, les prochains billets seront consacré aux projets de 2018 !!   Edit : 02/03/2018   le grow du poto        

CanHigh 420

CanHigh 420

 

Commencement du début

Hello everybody   Je vous propose a travers ce blog de suivre mes aventures de home breeding, Selection, Pollinisation, Reversion, Test F1, F2   Pour le moment je vais me contenter continuer quelques projets qui me tiennent à coeur, du genre les SSH x Haze Spéciale, je sais ce que beaucoups de gens pensent " des hazes, on connait ! pas original ! " Si je me suis lancé dans ce projet c'est tout simplement parce que je trouvais pas mon bonheur...., la SSH qui est une bonne haze mais il manquait quelques chose, bon faut dire que la selection de la ssh fut rapide vu qu'en bout de course il ne restait que 3 femelles donc la selection fut plutot rapide, bon j'arretes de denigrer ma SSH car c'est une herbe quand meme très bonne, pour parler du male de Haze Spéciale pas vraiment de selection là non plus, un beau male qui sentait la haze, prod' moyenne, etc   Tout ça pour dire que pour ce premier cross j'ai plutot eu de la chance car le resultat est à mon gout et à celui des potes, plusieurs de mes potes ont grow cette SSH x HS et tout le monde a été satisfait, facile à cultiver, très très odorante au moment de la culture, une fois seche ça sent la haze, une haze un peu old school, épicé, profond   Le phéno qui ressort le plus souvent             La suite de ce projet est de trouver un male et pourquoi pas une femelle, je dis pourquoi pas car j'ai déjà quelques clones de femelles F1, mais si je trouve mieux...sait on jamais    

CanHigh 420

CanHigh 420