lelfe

CannaNewbie
  • Content Count

    13
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

14 Ptite graine

About lelfe

  • Rank
    Jeune CannaWeedeur

Recent Profile Visitors

198 profile views
  1. bon je participe pas trop, parce que tout a été un peu dit déjà... juste un petit truc, sur lequel tout le monde a l'air d'accord et ou je vous rejoins pas : "En effet les regular ça vaut le coup que si tu conserve les bonnes souches" "Et je rappelle que normalement les régulars sont faites pour que le cultivateur fasse une sélection" la "régulière", c'est surtout juste normal au fait, elles sont pas "faites pour" à part par je ne sais quel dieux/ évolution les féminisées sont "faites pour" (ce que vous voudrez, le bonheur du jardinier, la production, l'homozygotie extrême à la limite du viable, le pognon, le fistfuc*k) même pour vous qu'avez l'air d'être passionnés, ça a presque l'air de devenir "normal"(entendre la norme) alors pour moi qui ai pas cultivé depuis un bail en placco et qui vient pas souvent sur CW jamais acheté de fem, exté comme inté, je vois pas ce qu'il y a de compliqué à virer un male même en inté, en partant avec plus de graines(et tu en as plus pour le même prix), pour le même temps de culture, ta box finit remplie de la même façon. bref tout ça c'est un choix de consommation surtout. vive la variabilité fu*k la fem(même si ça peut être très bon, hein, j'ai déjà fait pousser les freebies fem dollycutselfed) et si nice fait de "l'open-pol" select, tant mieux je dirais; pour moi ça s'approche plus d'un vrai job de création variétale que prendre deux cut et les reproduire ad vitam (#grosse carotte à 9balles) par contre, et là je rejoins demourok, quand le tx d'hermaphrodisme passe un certain pourcentage, ils devraient l'indiquer
  2. salut fran "et pourquoi pas te tourner vers des breedeur spécialiser dans les land race tu aurais beaucoup plus de chance de trouver des génétiques pure." ben le pb des breeder c'est qu'ils passent toujours au minimum par une phase de sélection sur leurs landrace à priori et ils ne sont pas toujours, pour pas dire jamais très clairs à ce sujet. celà dit je peux pas visiter le monde non plus, et je m'en procurerai forcément turkish de underground, lebanese de real seed etc pour ce qui est de la selecta j'en parlerai dans un autre sujet pour pas polluer, ici c'est voyage mais j'suis jeune, c'est un projet à long terme, je suis pas pressé slt francky ! marrant que tu me répondes(ou peut être pas, pas un habitué du fofo), je viens de me taper ton sujet Méthode et schéma de sélection - création d'hybride F1 Super intéressant, je me le suis fait d'un bloc. Mais faut que je me le refasse pour mieux intégrer donc pour te répondre, et répondre à fran par la même : comme je le disais, je passerai peut être par le rif en touriste, mais c'est comme vous le dites la région surement la plus "polluée" car la plus productrice, donc ce n'est pas spécialement là que je compte obtenir mes graines puis mon but est avant tout le voyage avec ma chérie, la rencontre humaine. je cherche surtout un endroit isolé de cette zone de production ou je peux faire de belles rencontres je ne nous mettrai pas dans le mal pour 3 graines mais si quelqu'un a l'adresse d'un petit papy cool au fond de sa vallée qui fait pousser sa weed ancestrale toute pure je suis preneur ! ben quoi ? on peut toujours rêver non ? ps : je vais changer le titre qui porte à confusion, si j'y arrive ^^
  3. salut à tous ! je suis sur un projet de création variétale, et pour cela il me faut du matériel génétique mon but étant d'obtenir une sorte de variété géographique cevennole donc chercher principalement à favoriser l'adaptation à mon milieu, qui est méditerranéen (mais j'expliquerai tout ça dans un autre post sur home breeding) toujours est-il que je vais être à la recherche de génétique issues du pourtour du bassin méditerranéen je vais donc chercher de l'autre côté du bassin : Maroc, egypre, liban, chypre, turquie... Pour mon premier strain hunting, le maroc semble une bonne destination. Et c'est là ou je need you je vais envoyer un mp à tous ceux ayant partiicipé aux autres sujets sur le maroc, les autres vous êtes les bienvenus pour mle donner des informations également !!! En gros : je prévois d'y aller cet hiver à la saison morte, avec ma copine, donc je serai pas pret à me/nous mettre en danger. Vous l'aurez compris je pars quand même plus là bas pour le kif du voyage que l'inverse. Si je trouve pas de beans c'est pas grave ! je cherche principalement des beans issus des cultures locales "patrimoniales" isolées, les variétés cultivées dans les grands champs du rif étant à priori pour la majeure partie exogènes, ou génétiquement pollués. celà dit toute proposition est bonne à prendre, on va aussi là bas en touristes, et les plans proposés dans les autres sujets maroc ont déjà l'air géniaux donc pour en revenir aux seeds, il paraitrait que la variété cultivée culturellement au maroc est une sativa, ce serait plutot elle que je cherche ! si quelqu'un à ce sujet connait l'origine de la mib-7 de cannabiogen, ou des variétés vendues sous "maroc" par les breeders je suis toute ouie(early maroc, maroc, ketama) merci à tous et à bientôt !
  4. soit t'es perceval, mais là c'est pas cool ^^ bah j'ai donné mes résultats de 10 ans d'expérience sur différents spots, et je continue d'en essayer d'autres(types) celui là reste le meilleur. un souci d'humidité il y a deux ans(date du post) celà dit, oïdium, puis dans les têtes pourriture grise elles étaient vraiment grosses tu me diras, ptet trop ^^ donc cette année c'est AMS ! beuh-chat, oui une photo ce serait pas mal mais je suis une quiche en pc. Avec le nom latin que j'ai donné pour chaque plante un petit copier coller mais si tu veux participer n'hésites pas tfaçon le post a pas l'air d'intéresser grand monde étonnant, bcp gens cultivent en ville en inté petites surfaces alors que c'est si simple d'obtenir gros rendement en guerilla oui seyuki pas de chance. après les sangliers piétinent, labourent mais n'arrachent pas... ah oui j'avais oublié, anti-limace obligatoire, c'est le printemps ! et jamais tous ses oeufs dans le même panier, on est à l'abri de rien en guerilla : voleurs, nuisibles, pluie, sangliers... mon autre astuce : dans une garrigue semi ombragée derrière chez moi, je plante au printemps une graine par jour en godet tourbe que je lacère un peu, et je plante donc un plant par jour, 3L d'eau, à plein d'endroits différents, jusqu'à fin juillet. la moitié crève, le reste survit mais ça fait de la tête quand même en automne faut juste se souvenir de tous les endroits (pour les mâles) ça fait des pieds petits de beuh un peu plus âcre mais correcte c'est fun aussi, moins productif mais fun mon but à travers ça est aussi d'adapter le cannabis à ma région par sélection naturelle je laisse les mâles robustes jusqu'à la formation de débuts de buds ça fait des graines en bas sur plusieurs génération je peux espérer obtenir une variété "adaptée" en sélectionnant systématiquement les plus forts, un peu de backcross etc mes graines de base sont un croisement de multiples variet, je pars donc d'un pool génétique large l'an prochain je pense faire entrer de la génétique marocaine (landrace) pour l'adaptabilité à notre climat puis en cercle fermé si j'y arrive j'aurai surement une géné bâtarde, mais une bonne base pour du cross avec dla grosse variet une méditerranéan kush ?
  5. salut tout le monde au secouuurs j'ai un problème inédit sur mes plantes, pas de pb de culture en particulier à signaler les feuilles se font attaquer des plus vieilles de la tige principale aux plus jeunes. le phénomène est assez rapide ça commence par des points de rouille le long des nervures, de plus en plus nombreux, qui grossissent et noircissent. l'aspect à terme s'approche de celui d'une attaque fongique je trouve. le phénomène commence à apparaitre sur une autre plante dans les mêmes conditions de culture les têtes sont pour le momment encore bien vertes et grasses. j'espère que vous saurez reconnaitre le pb et que j'arriverai à les sauver merci Fiche Diagnostic - (Veuillez remplir les champs indiqués, supprimez les mentions inutiles) : - Variété: cheese - Age: 2 mois - Partie atteinte : feuilles les plus vieilles très attaquées, feuilles jeunes commencent - Date d'apparition du problème: moins d'une semaine - Evolution du problème et de la plante: empire trop vite à mon gout Outdoor (en extérieur) - Région: mediterranée - Type de sols: hors sol - Fréquence d'arrosage: quand ils ont soif, pas de pb de ce coté là Terre terreau agrumes(drainant) - Taille des pots: 15L - Engrais/additifs utilisés avec leur dilution et la fréquence d'arrosage engraissé : azote bio nova (N27), pk "big bud" (je l'ai pas sous la main pour plus de précisions mais fonctionne très bien sur une autre session) arrosage aux dilution préconnisees, légère carrence en azote pour le moment, en attente du diagnostic avant de régler - Fréquence d'arrosage et quantité approximative: pas de souci ici Pièces jointes : (dsl pour la photo pourri on essaiera de faire mieux en plein jour ^^)
  6. bjr tous j'ai reçu des white widow fem de dutch lundi je les sors aujourd'hui pour les mettre dans de l'eau, et là surprise elles sont très palottes, une coule direct mes graines sont bien plus belles que ça franchement c'est du foutage de gu**** à 33€ les 3 graines + FDP ils pouraient les trier je déconseille
  7. oui, tu as raison zhenya, la canne peut subir un léger assec estival jusqu'à un certain point ! elle n'est absolument pas résistante à la sécheresse c'est pour ça que je précise de regarder en été la santé de la population, il faut qu'elle soit bien grasse. celà dit, sécheresse de l'air et de la terre de surface ne veulent pas dire qu'il n'y a pas d'eau dessous il se peut qu'il y ait une rupture de capillarité entre les différents horizons, et que la nappe soit présente à 1m par exemple. tu peux faire le test, de mettre de l'argile sur du terreau, tu verras en été un assèchement de l'argile alors que le terreau est encore humide après, quand la zone est blindée de sureaux, celà crée une "ambiance forestière" qui tient le sol frais. de plus, la souche du sureau fragmente la terre et la garde souple. sur ma zone, je peux creuser à la main sur une bonne trentaine de cm à la plantation, la terre semble un peu sèche, puis j'arrive à l'horizon suivant, limoneux, bien humide
  8. [TUTO EN CREATION, NE PAS REPONDRE SVP] salut à tous je crée ce tuto pour les growers du pourtour méditerranéen, qui veulent avoir de bons résultats en guerilla sans se casser la tête ! pourquoi en méditerranée ? parce que le type de spot que je propose ne se trouve qu'en méditerranée, tout simplement, et parce qu'on fait face à un problème majeur : l'assec estival aussi, nous n'avons pas les mêmes contraintes face à l'humidité, chez nous on a juste peur des tonneaux d'eau qui se déversent en automne... 1) LE BON SPOT pour faire face à ces problèmes d'assec et se dispenser d'un arrosage quotidien, une seule solution : trouver l'eau. il s'agit en fait de trouver des plantes qui indiquent une nappe phréatique de surface. ces plantes sont : -arundo donax, la canne de provence : espèce mésohygrophile, héliophile, thermophile. c'est à dire qu'elle aime l'eau(pas d'assec estival), le soleil, et la chaleur. de plus, elle pousse sur des sols relativement profonds, au pH neutre et assez riche en azote Elle indique particulièrement l'eau et le bon ensoleillement -sambucus ebulus, le sureau yèble espèce mésophile, héliophile, neutronitrocline elle indique la richesse du milieu en éléments nutritifs, et un sol profond et frais, ainsi qu'un pH neutre à légèrement acide. Le gros avantage de cette plante également, est qu'elle arbore le même vert que nos plants, et une feuille à peu près semblable pour la petite histoire j'ai amené un ami voir mes plants, il a eu du mal à les distinguer alors qu'il était juste en face, il a failli pisser dessus !!! quand on trouve ces deux espèces sur la zone, on est déjà très bien parti ! celà dit, il est préférable de faire ses prospections en plein été pour la saison suivante, d'une part parce que le sureau yèble est une plante géophyte à souche rampante(type rhyzome), c'est à dire qu'elle passe l'hiver sous terre, et d'autre part parce que la santé de ces plantes en été est un bon indicateur de la quantité d'eau exacte en été : une population de sureau d'une grande surface, et bien grasse en été, indique que vous n'aurez pas à arroser de l'année !!! dans cette formation végétale, on retrouve également quasi systématiquement deux plantes : -urtica dioïca, l'ortie dioïque lui indique une grande disponibilité des éléments minéraux principaux : l'azote et le phosphore. c'est à dire qu'en plus de ne pas arroser vous n'aurez pas à engraisser !!! -equisetum, la prêle cette plante stocke certains microéléments intéressants, comme le magnésium ou manganèse. on retrouve également souvent des ronces en lisière de sureau, ce qui est un atout supplémentaire !!! NDR : pour ma part, ma zone se situe en pleine zone industrielle, des milliers de personnes passent juste à côté chaque saison, mais qui voudraient y entrer ? vous avez trouvé la zone miracle ! maintenant il va falloir planter !!! 2) LA PLANTATION (voir annexe 1) 2.a) PREPARATION moment crucial : il faut planter assez tôt en saison pur que les racines puissent atteindre la nappe phréatique avant l'assec estival. semez donc chez vous des plants, féminisés de préférence, en godets(anti chignon si possible) préparez chez vous des mélanges, 5L par pied ! il faut créer une grosse poche d'eau pour que les racines tirent rapidement de préférence avec du stimulant racinaire, ou des champignons(tarentula/piranha) munissez vous d'une pioche pensez à garder un pied témoin à la maison pour savoir quand aller récolter !!! 2. PLANTATION la bonne période pour planter est généralement quand les sureaux atteignent 1m40(jusqu'à 2m50 adultes sur les zones parfaites) il faut rentrer dans la zone en zigzaguant dès les premiers mètres pour ne pas créer un chemin visible, le sureau étant très cassant. ACHTUNG ! il faut planter relativement éloigné des cannes de provence, celles ci plient sous leur propre poids et celui de la pluie en automne ! Arrivé à l'endroit parfait, dégager la zone plus grand que nécessaire, et attaquez le sol à la pioche. le sureau ayant des rhyzomes, il faut les défoncer, pour éviter la repousse et retrouver ses pieds envahis en fin d'été. plantez les pieds à 1m l'un de l'autre, en faisant des cuvettes pour arroser, arrosez 5L/pied paillez si possible, avec les feuilles/tiges de canne de provence barrez vous jusqu'à la récolte !!! 3) RECOLTE bon, là vous savez tout moi je manucure sur pied pour limiter le volume, et je me barre dans les jours qui suivent, je retourne sur la zone, je fais un béchage de surface, je dépose à la volée un sac de corne compostée(un festin pour les champignons) puis je ramasse le maximum de végétation sèche autour, que je dépose sur ma zone de plantation, sur 50cm d'épaisseur minimum une bonne partie étant les feuilles et tiges de canne de provence, mais aussi orties, prêles, et branches pour le carbone. ça enrichit le sol, et permet d'avoir une sone propre la saison suivante. j'apporte également un bidon de mélange de champignon que je vide sur la zone, ils ont la capacité de synthétiser le phosphore, qui est un élément limitant des écosystèmes. 4) LES VARIETES choisir des variétés féminisées ça je l'ai déjà dit par contre, et là, comme je suis une quiche en variétés de cannabis(je ne m'y suis jamais réellement interressé, j'ai tjs cultivé les variéts de potes), j'aurais besoin de vos conseils éclairés : il serait préférable de choisir des variétés assez rustiques, au développement racinaire fort et le moins gourmandes en eau possible à vos propositions ! ps : je n'arrive pas à envoyer mon shéma...
  9. en réponse au message 5366 page précédente merci pour vos réponses, dsl pour la réactivité j'étais au ski... à caragouille : xérophile était entre guillemets, entre parenthèse plus résistante. il me semble que tu confonds un peu famille genre espèce etc une même famille, même un même genre peut présenter des espèces d'hygrophile à xérophile exemple pour le chène : quercus pallustris : mésohygrophile quercus coccifera : xérophile et au sein d'une même espèce, on retrouve les même différences(moins marquées en général) entre les variétés, écotypes, cultivars, hybrides etc. lors de mes cultures, j'ai clairement pu le remarquer pour des graines issues de croisements homomade différents, sur une session, mêmes conditions, plantées au hazard toutes ensembles, le lot 1 toutes sont mortes en été, le lot 2 a survécu et fait un stretch correct, le lot 3 a poussé pendant l'assec, fait un gros stretch avec des plants de 2m en fin de saison je n'ai pas trouvé ce critères chez les breeders non plus, j'ai lu pas mal de ces 269 pages et n'ai pas trouvé grand chose à ce sujet non plus. c'est exactement pour celà que je viens poser la question sur CW, mais je me doutais que peu de gens sauraient me répondre à ce sujet... bon , pour les africains et asiatiques, les africains des déserts ont clairement "moins besoin d'eau que nous", question d'adaptation/acclimatation, je crois que c'est dû au fait que le cytoplasme de leurs cellules sont plus concentrés en EM, phénomène osmotique, ils transpirent moins... et pour les asiatiques de milieu humide, ben c'est l'inverse, hygrométrie max = peu d'osmose etc. je reviens du vietnam, il a beau faire 35 °C, je buvais à peine 50cl d'eau par jour. eux buvaient beaucoup plus. à la même T° chez moi j'en bois 3L je crois que j'avais appris ça dans c'est pas sorcier ^^ en tout cas merci pour ta réponse. à lug-du, merci pour ta réponse également: effectivement, je n'ai pas été très précis concernant mon mode de culture, ça fera le sujet d'un tuto plus tard. Je travaille mon sol tous les ans, avec un bêchage en surface en automne, puis je ramasse toute la MO de la zone que je mets sur mon espace de plantation(principalement sureaux, orties et prêles, et un peu de bois de frêne pour le carbone), ça fait une couche d'une bonne 50aine de cm, qui se dégrade doucement pdt l'hiver. ça évite aussi la germination d'autres plantes au printemps, au printemps j'enlève le paillage non décomposé, je fais un surfaçage, je plante, j'innonde les plants, puis je remets le paillage en 7 ans environ j'arrive à une terre bien noire, légère, qui sent bon l'humus(j'ai également innoculé piranha et tarantula) (je suis écolo spécialisé en phytosociologie de formation, jardinier paysagiste de formation également, et producteur de bonsaï) après quelques recherches, les descriptions des breeders sont plus poétiques que précises, surtout à ce sujet. je note mandala pour leur rusticité, merci si quelqu'un a d'autres idées je suis preneur @+
  10. salut à tous ! je change un peu de sujet, dsl depuis de nombreuses années je cultive en guerilla sur un spot magique il a une nappe phréatique de surface, ce qui fait que je n'ai qu'à planter mes pieds au printemps avec 5L par pied de stimulateur racinaire et un chouille d'engrais croissance, les racines descendent, elles trouvent l'eau, et je finis l'été avec des pieds de 1,5/2m, bien gras, bien vert pétrole. Pas besoin d'engrais, la zone est blindée d'orties, prêles, sureaux etc j'expliquerai ça plus en détail dans un autre topic MAIS (oui il y a un mais) jusque maintenant j'y plantais des graines homemade selectionnées pour le spot(à chaque récolte je laisse les males me faire deux trois graines en bas des branches, et je replante les graines des variéts les + belles, en rajoutant une ou deux d'une autre géné pour limiter l'homozygotie) mais elles sont pas super stables, et je me retrouvais avec des floraisons décalées, des mâles etc le résultat est que je dois aller trop souvent sur la zone(suppression des mâles, deux récoltes) donc je crée un "chemin", et dépense trop d'énergie pour de la salade le but est de n'y aller qu'une fois, et surtout d'avoir 100% de femelles. La zone subit un léger assec estival(j'habite dans le sud) qui stoppe un peu la croissance, mais qui n'est pas préjudisciable si je plante assez tôt dans la saison mi-aout les premières pluies dans le bassin versant re-remplissent les nappes et les plants repartent donc je me retrouve avec des plants pas trop hauts en fin de saison je viens vers vous pour un conseil de variétés, voilà ce que je cherche : -féminisées -VARIETE "XEROPHILE" (qui n'a pas besoin de beaucoup d'eau, enfin, moins que les autres, plus résistantes à la sècheresse) -floraison précoce(on se tape des averses monumentales en automne dans le sud, des murs d'eau qui tombent) -solide, rustique -productive de préférence ça fait pas mal de critères, mais je les ai classés par ordre de priorité. pour le gout j'en aurais deux trois autres à la maison en pot, issues de boutures d'un pote donc je pensais à une afghanne, une nothern light ou un truc du genre. qu'en pensez vous ? merci