Search the Community

Showing results for tags 'LED'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Calendars

There are no results to display.

Forums

  • News / Evènements
    • Les News
    • Cannartistique
  • Débutants
    • Présentations des membres et règles du forum
    • CannaWeed - le site
    • Guides / Tutoriels
    • Variétés, graines & génétiques
    • Engrais , substrats et amendements
    • Méthode de Culture
    • Matériel
  • Cannabicultures
    • Généralités
    • Journaux De Culture - JDC
    • Diagnostic
    • Produits dérivés du cannabis
    • Autres Plantes
  • Cannabis Thérapeutique
    • Vaporizer
    • Science
    • Discussion Thérapeutique
  • Discussions
    • Bla - Bla
    • Report Trip, Voyage
    • Législation et Politique
  • Archive
    • La boîte de Pandore

Blogs

  • Beltaine Blog
  • Cannaweed!
  • wolfen01 Blog
  • le caveau du vampire cannabique
  • Tikiseedbank
  • NoMaD's Blog
  • Graine de Skunk: Le Blog
  • Team Strainguide Blog
  • Canna-World
  • Sensilia Blog
  • TONTON GATOBLOGSTER
  • azmaster Blog
  • Hquatre Plantation
  • Le Blawg
  • animalxxx Blog
  • rvbob67 Blog
  • Blog de Mescaline Pure
  • Fabisounours : A history of Hemp.
  • Z3N-MAST3R Blog
  • Xx-rvbob67-xX Blog
  • Le coin à Julius
  • Private Bud'z
  • WeedJunk Blog
  • Les sons de la défonce
  • Buddha Sphère
  • Waine Blog
  • Spannabis 2015
  • Les Tuerie
  • Comprendre la prohibition
  • terp's
  • Breed'Blog
  • Le chainon manquant

Categories

  • CannaWeed
  • Associatif
  • Ce que nous avons retenu...
  • Insolite, vidéo, musique
  • Thérapeutique
  • Justice, politique
  • International
  • Evènements / Reportages
  • Articles Prohibitionniste

Categories

  • Engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Marques d'engrais pour la culture du cannabis

Categories

  • Comprendre Cannaweed
    • Charte de Cannaweed
    • Poster sur le forum
    • Pour aller plus loin..
  • Autour du cannabis
    • Législation du Cannabis
    • Risques, Prévention.
  • Avant la culture
    • Choix de variétés, histoire etc
    • Exemples de culture
    • Pour bien démarrer
    • Terre / Coco
    • Hydroponie
    • Aéroponie
    • Outdoor
  • Bricolage DIY
    • Électricité
    • Éclairage
    • Système de culture
    • Ventilation, extraction, filtration
    • Placard de culture
    • Divers
  • La culture
    • Germination
    • Stretch, Sexualité et Floraison
    • Récolte
    • Arrosage: Manuel / Auto
    • Taille(s), Palissage, Pinçage
    • Autres : rempotage, pulvé, greffe...
  • Après la culture
    • Séchage, curring et maturation
    • Hash et skuff
    • Huile et BHO
    • Roulage, collages et matériel
    • Pipes, bangs et chillums
    • Vaporisation
    • Ingestion
    • Recettes avec beurre de Marrakech
    • Recettes sans beurre de Marrakech
  • Techniques de culture avancées
    • Température / Humidité
    • CO2
    • Engraissage et pH
    • Substrat et amendement
    • Culture Organique
    • Germination, bouturage et régénération
    • Sélection et entretien
    • Génétique, Breeding & Homecross
    • La plante et ses éléments
    • Articles scientifiques et publications
  • SoS Culture
    • Carence-Excès
    • Prédateurs
    • Maladies-Moisissures
  • Cannabis thérapeutique
    • Associations et contacts
    • Variétés et applications

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Centres d'intérêt


favorite varieties


Your mother plant

Found 29 results

  1. Mars Hydro https://www.mars-hydro.com/ Mars Hydro existe depuis 2009 sur le marché de la culture intérieure. Nous distribuons une vaste gamme de lampes de culture à LED horticole Full Spectrum mais également des tentes de culture indoor et des kits complets.
  2. LedFury http://ledfury.be/ Nous assemblons des kits LED horticole complets mais nous fournissons aussi les pièces détachées pour la réalisation de vos propres kit Led horticole DIY
  3. Lumatek https://lumatek-lighting.com/ LUMATEK Solutions d'éclairage professionel pour la vente en gros, la culture en intérieur et les grands projets horticoles. Nous fournissons des LED, des luminaires complets, des ballasts électroniques, des lampes de culture, des réflecteurs, des contrôleurs d'éclairage numériques et autres, ainsi qu'un service de haute qualité aux marchés horticole, hydroponique, aquatique et industriel à travers l'Europe et au-delà. Nos produits sont vendus pour des centres de recherche gouvernementaux, des pépinières majeures, des universités prestigieuses et de nombreuses sociétés cotées en bourse. Fièrement disponible dans plus de 30 pays, Lumatek est considéré comme ayant l'une des gammes de produits les plus éprouvées du marché et la meilleure garantie de l'industrie avec 5 ans couverts.
  4. Salut tout le monde, J'ai une petite question technique concernant l'utilisation des fonctions de variations de puissances sur les lampes led. J'ai une spectrawild s240 avec sont panneau de contrôle. C'est une lampe de 240 watts. Je voudrais savoir si je dois l'utiliser comme spécifié sur le site du "fabriquant", c'est à dire puissance à 30% pendant les semis, 60% pendant la croissance, 80% 3 premières semaines de Flo, puis 100%, et pour finir 60% la 8eme semaine. D'après vous ya t'il une réelle utilité de moduler la puissance comme ça mise à par l'économie d'énergie ? Ou mieux vaut rester à 100% tout du long. Je demande car je n'y connait rien et on ma déconseillé de faire comme ça mais plutôt de rester à une puissance constante. Merci pour vos avis éclairés.
  5. BionicLed https://www.bionicled.com/ BionicLed est une entreprise de conception et de vente d'éclairages à leds et d'accessoires horticoles. Fondée par des passionnés de technologie et d'horticulture, BionicLed a pour objectif de dynamiser le secteur de l'éclairage horticole en proposant des produits innovants et plus accessibles.
  6. Indoor led in france http://www.indoorledinfrance.com/ Nous sommes une société Française basée en France Métropolitaine. Nous concevons et réalisons des rampes LED à usage horticole. Nous sélectionnons les meilleurs produits du marché pour satisfaire les horticulteurs les plus exigeants. Nous travaillons essentiellement avec CREE, CITIZEN et Mean Well .
  7. Sanlight https://www.sanlight.com/ Nous sommes une entreprise innovante, située dans l'ouest de l'Autriche. Dans nos locaux du Vorarlberg, nous développons et fabriquons un éclairage LED sophistiqué et efficace pour une utilisation dans le jardinage commercial ainsi qu'à la maison à des fins de loisirs. De nombreuses années d'expérience en horticulture et une connaissance approfondie de la photonique et de la technique des semi-conducteurs contribuent au développement de nos produits.
  8. Led it Grow https://www.led-it-grow.shop/ Nous proposons une lampe LED high end, PNP, made in Belgium Notre fierté ? Nos PCB son développées et créées en Belgique et sont, de fait, aux normes Européennes (CE) Nous sommes ouverts à toutes vos questions concernant nos lampes -Ne restez pas plantés là, ensemble nous allons faire la lumière dans votre espace de culture - L'équipe Led it Grow.shop
  9. Spider Farmer https://www.spider-farmer.com/ Nous nous engageons à offrir à nos clients une variété de lumière Led adaptés à la culture. Nous avons parcouru un long chemin depuis notre création en 2015, nous savons donc exactement quelle direction prendre pour vous fournir des produits de haute qualité mais économiques. En attendant, nous les expédions peu importe où vous vous trouvez et bien entendu, nous fournissons toujours un excellent service client et un support amical.
  10. Ampoules à étudier: Gavita LEP300 Plasma (lumix GRO-41-02) : en cours Cidly apollo : en cours MH A51 led RW75 J'actualiserais le post lorsque j'aurais plusieurs lampes (2 ou 3) à rajouter
  11. Gavita https://www.gavita.com/ https://www.gavita-holland.com/ https://www.gavita.nl/ Gavita est la plus ancienne société d'éclairage horticole spécialisée, avec plus de 30 années de connaissances et d'innovation accumulées . Fondée en Norvège, Gavita est maintenant composé de trois entreprises locales indépendantes, en Norvège, aux Pays-Bas et au Canada. Ensemble, nous servons des clients dans le monde entier avec des solutions d'éclairages innovantes et fiables.
  12. Bonjour, Je propose ce sujet pour réunir en un seul Sujet diverses courbes spectrales de LED ou autres COB que chacun pourrait glaner et soumettre. a+
  13. Bonjour a tous , dans l'optique de me monter un panneau a base de Cobs ( Vero29 gen7 4000K ) pour cro et flo je voudrais savoir si vous pensez que c'est une bonne idée d'utiliser un ventirad comme ça : https://www.alternate.fr/html/product/138942 Il supporte 130W donc avec mes vero29 drivées a 80W ça me laisse de la marge pour y ajouter des leds rouge photo en 660nm .
  14. Bonjour, après avoir fait des recherches sur le forum je n'ai trouvé personne utilisant ce panneau et qui pourrait éventuellement m'aider je possède un panneau LED HPS killer d'indoor led, et sur ce panneau il y a 3 boutons 'vegetative' 'full spectre' 'flowering' j'aimerais savoir, pour la croissance je dois activer full spectre et vegetative? ou j'active les 3 pour tout? et éventuellement si vous connaissez quelqu'un qui utilise un des hps killer et qui possède un jdc je suis prenneur.
  15. Roleadro 400w COB presentation​ Cela fait plusieurs années que je fait pousser en interieur, la weed de temps en temps, je fait surtout des piments et des tomates. au cours du temps j'ai eu l'occasion de tester un grand nombre d'eclairage, CFL pour les petits espaces, HPS et MH quand j'en avait un peu plus, ca faisait un moment que je voulais essayer les leds mais elles sotn trop cheres, du coup lorsque j'ai vu ce panneau chinois qui avait de tres bonnes critiques sur amazon j'ai décidé de me lancer et par le biais de ce test vous faire partager les resultats et aussi mes impressions. ============================================================== le panneau sera testé dans ce petit placard :​ 70x40x200 cm 1 dinachem from dinafem systeme hydro dwc fait maison, alimenté par une pompe 300l/h a double sortie engrais Plagron hydro + green sensation, aptus regulator et K-boost small carbon filter and extractor conditions : temperature : 22-28 celsius a peine 2 semaines de croissance puis passage en 12/12, cut 70 jours apres les premiers pistils ec : 1.4 en croissance , 1.8 en flo en gros ( c etait dailleurs trop élevé) ph 5.8-6.4 solution changee tout les 7 jours ===================================================== Specs :​ 2*200w COB ( 190w de conso reelle) full spectrum 2 ventilos silencieux 130€ le panneau est assez bien construit pour le prix, le seul probleme en ce qui me concerne c est les ventilos, ils sont assez bruaynts, comme un pc en été en gros, mais on peut facilement remplacer les ventlos par des ventilos d ordis,sinon on peut les brancher en serie au lieu d en parallele, ca prends 5 minutes et le bruit est qusiment inaudbible a 2 metres il chauffe un peu, a vue d oeil je dirait que c est l equiveltn d'une CFL de 200w. comme vous pouvez le voir sur les photos il marche plutot bien en croissanc,e le stretch qu vous voyez est plus du a la variete je pense, j'en ai une autre qui pousse en dessous en ce moment et elle est tres touffue, tres bon point donc, il est peut etre pas vraiment full spectrum mais intuile de prevoir une lampe pour la croissance. j'ai fait 125g sur cette plante, il aurait ete tres facile d'obtenir de meilleurs resultats avec un espace plus grand et du palissage, je pense qu on peut TRES facilement faire plus d'1g par watt. les têtes sont denses, recouvertes de resine et j ai eu droit a de beau foxtails ! bref, je pense que le mythe des panneaux chinois qui sont merdiques est dépassé, de mon cote je n'utiliserai plus jamais de HPS, j'ai vraiment été conquis par cette light qui est efficace, et vraiment pas chere, un rapport qualité prix tout simplement imbattable. place au photos :
  16. Bonjours à tous, Je vais, dans ce sujet, détaillé les étapes nécessaires à toute bonne conception de panneaux led. Cela pourra surement vous aidez dans le cas où le DIY vous intéresse. Vous le verez la conception d'un panneaux led fait appel à de très bonne connaissance sur les leds mais aussi sur les plantes. Dans le cas où vous souhaitez vous orientez vers votre propre spectre en fonction de vos conviction personnel et votre manière de faire, vous serez un vrai explorateur led, bienvenue dans le monde de la led DIY. Il sera impératif pour vous de lire au moins ce sujet (merci sky pour ce doc en français). D'autre comme celui-ci et celui-là sont en anglais mais permettrons de fixer les choses. Conception d'un panneau led croissance et floraison par speedy pour conceptualiser mon panneau j'ai suivie une feuille de route, je vous la donne à titre indicatif, libre à vous d'effectuer des recherches sur chaque élément discuté, et bien sur de demander ici même des infos, si besoins. le but étant que vous puissiez avoir les bases minimum à la compréhension de l'éclairage led et du DIY. L'avantage du DIY c'est que tout est possible, ce n'est qu'une question d'imagination et de budget. Tout au long de l'article je donnerais des exemples personnel qui sont donc subjectif puisqu'il proviennent de mon interprétation des données sur l'éclairage led. Ces exemple seront de couleur bleue. Il vous guideront cependant et permettrons de voir rapidement les choix concret que l'on fait. Car la théorie est longue mais le panneau en lui même n'est pas compliqué. Le reste, tout au contraire n'est pas interprété et provient d'un long travail de recherche et de synthèse que je vous prierai de respecter. étape 1: déterminer sa consommation. Il vous faut aussi déterminer un budget à ne pas dépasser. pour moi elle est petite : environ 20grammes chaque mois soit 60 gramme par session. le budget sera de 350euros maximum. étape 2: le choix de la surface et de la hauteur maxi. C'est une étape primordiale puisqu'elle va déterminer tout le reste. surface de 80x40 et 160 de haut maximum. calcul 1: la puissance du panneau est déterminer par la surface uniquement: pour des leds épistar il faut environ 30W par 0,09m2 (30x30cm) pour un bon optimal et jusqu'à 40W pour un développement maximal. (le rendement des épistar est d'environ 26% de lumière émise) pour des leds comme les cree, les osram et les phillips dernière générations, il faut compter environ 20W par 0,09m2 pour un développement optimal et 35W pour un développement maximal. (le rendement lumineux des cree et autre avoisine 35 à 58%) J'ai choisis les leds dernières générations pour mon espace de 80x40cm ce qui fait 0,32m2 de surface. j'ai donc besoin d'une puissance optimal de 70W et d'un maximum de 120W. (surface x puissance / 0,09 ) vérification 1: il faut s'assurer que la puissance est compatible avec le rendement souhaité, et déterminer à l'étape 1. les leds cree sont capable avec un spectre adapté de largement dépasser le gramme/w en hydro et scrog, et environ le gr/w en terre. je peux donc tiré mes 60grammes tout les 3mois avec ma surface actuel. si vous voyez que ce n'est pas possible, augmentez l'espace... et reprenez à l'étape 2. ( je l'ai fait dans cet ordre car certain se fiche de la conso et sont beaucoup plus intéressé par la surface, partie limitante de la culture. Vous pouvez très bien décider de la conso puis la puissance et enfin la surface) vérification 2: il vous faut maintenant savoir que l'on compte entre 1 et 1,5 euros du watts pour un panneau led epistar et 2,5 à 6 euros par watts pour un panneaux cree. si votre budget ne correspond pas avec la puissance vous pouvez soit revoir à la baisse votre installation soit tout simplement continuer sous HPS le temps que les leds soient moins chères... pour mon cas je pars sur un panneaux de 100 ou 120W donc je reste dans le budget. NB: avant j'avais un ballast lumatek électronique, un cool tube et deux lampe HPS/ MH. ceci revient à plus de 200euros sans compter l'électricité etc. il faut comparé ce qui est comparable. étape 3: la dissipation, il faut oublier les idées reçu, les led chauffent... autant ou presque que les HPS. Cependant la chaleur est émise du côté opposé à la lumière et sera répartie sur un grand espace, la ventilation correct combiné à une puissance moindre en terme de watts consommé pour égalé une HPS permettra d'avoir des température bien plus confortable. Les leds vont chauffer au niveau de leur jonction, la chaleur est répartie dans le PCB aussi appelé "star" et va ensuite être dissiper dans le dissipateur qui constitue en fait une simple surface d'échange avec l'air ambiant. Il faut choisir entre active et passive, les deux peuvent amené des température similaire quoi que la dissipation active est généralement plus performante, mais elle possède le désavantage d'être moins sécuritaire que la dissipation passive. La dissipation active peut être d'ordre "air-cooling" avec un petit dissipateur et un ventilo ou bien "water-cooling" avec un dissipateur spécial, une pompe, un réservoir et un liquide de refroidissement. si l'un des appareils tombe en panne, les leds sont rapidement en surchauffe à moins que l'on est mis une sécurité: ventilo off = led off. dans le cas de dissipation active il faut privilégié la surface au détriment de la matière (volume). on prendra de fine ailettes et une embase de moins de 5mm, moins cette dernière sera épaisse et meilleur sera la dissipation La dissipation passive est plus couteuse à l'achat car elle demande un plus gros dissipateur. dans ce cas il nous faut une embase d'au moins 4mm et d'un bon volume. Le but dans les deux cas est d'atteindre une température de jonction des led à moins de 50°C. ceci permet au leds d'avoir une très longue vie et augmente aussi leur rendement. NB: il faut noté que l'efficacité des leds rouge est très dépendante de cette température contrairement au bleue et blanche qui dépendent plus de l'intensité qui les traverse. Vous pouvez aussi polir l'embase de votre dissipateur pour permettre un meilleur transfert thermique et la réflexion des quelques photons "perdu" qui sont émis vers le dissipateur par la leds. j'ai choisis un mix entre les deux: je vais partir sur une dissipation passive sur laquelle j'ajouterais des ventilo. ainsi si mes ventilo lâchent il n'y a aucun risque que les leds claquent, mais ils me permettent tout de même de bien diminué la température de mes leds. calcul 2: pour a dissipation passive, on compte environ 100cM2/W de leds cree, on atteint approximativement 35°C au niveau de la jonction. en activant ensuite les ventilos on peut descendre à 30°C (le meilleur que l'on puisse espérer est 25°C). pour des épistar, il faut compter 110Cm2/W pour descendre en dessous de 50°C, ce qui est déjà une très bonne température. Il existe de nombreux site pour acheter des dissipateur, Alutronic semblerait être le moins chère d'après mon ami MetalToots mais il faut demander un devis. à titre indicatif je vous donne ce site qui lui propose les prix et une partie des dissipateur d'alutronic Dans mon cas j'ai choisis ce dissipateur: On calcul son périmètre grâce à sa fiche détaillé: 16,5cm d'embase + 14 ailettes de 3cm de haut + (13 intervalles de 1,2cm entre chaque ailettes + le sommet de chaque ailettes = taille de l'embase = 16,5cm) + les coté de l'embase qui font 0,5cm chacun. ça nous fait 16,5cm + 14x2x 3cm + 16,5 + 1 = 118cm de périmètre Et on regarde la longueur qu'il nous faut pour 70W de leds (optimal) et pour 120W (maximal) partons sur 120 W, il faut 100cm2 par watts donc il faut un total de 12 000 cm2. pour connaitre la longueur nécessaire de notre dissipateur, il faut faire un simple produit en croix: 12 000/ 118 = 101cm soit 1m. Sans surprise pour mon dissipateur de 1m je peux mettre 120W de leds. NB : le dissipateur est très importants, vous l'achetez pour la vie, il vous suivra pour chaque lampe leds. On peut couper le dissipateur en plusieurs bouts, cela rajoute plus de dissipation car la surface avec l'air augmente, au lieu d'avoir seulement 2 extrémité à l'air libre on en a 6 ou même 8. de plus le fait de faire des petits panneaux indépendant permet aussi d'ajusté la hauteur de la lumière pour chaque plantes et on gagne encore en pénétration. finis le temps de la canopé homogène, la lampe s'adapte à la canopé et plus le contraire. étape 4: le choix de la technique de culture, les leds s'adaptent non seulement à l'espace mais aussi aux plantes... Il y a plusieurs manière d'arriver au même but, tant dans le spectre que dans les leds elle mêmes. Il faut donc adapter les leds à vos futur plantes. En réalité, avec les HPS on adapté la technique de culture à l'éclairage, les leds vont peut être ouvrir de nouveau horizons... Tout le problème dans un placard c'est la pénétration la répartition lumineuse. En fonction de la densité du feuillage qui va se trouver sous le panneau il va falloir augmenté les angles d'émission (jusqu'à 120°) et multiplier le nombre de leds afin d'avoir une intensité répartie de manière homogène. Ainsi la lumière va se glisser dans le moindre espace et éclaire partout. Au contraire, une lumière avec des angles plus serré pourras aller plus bah dans la canopé uniquement si il y a de grand espaces, c'est à dire, dans le cas ou la densité est moins importante. j'ai choisis de ne pas me limiter, je souhaite une lampe polyvalente avec une pénétration correcte de l'odre de 30cm permettant de faire du One bud, du scrog, du supercropping et de la culture classique de plante de petite taille. Plus vos choix sont précis et plus la lampe sera adapter donc meilleur seront les résultats. Il faut dorénavant tenir compte de la hauteur de l'espace, plus il y a de puissance plus la distance lampe/plante sera grande. Plus l'angle est serré et plus il faudra remonté le panneau. Plusieurs combo sont possibles et connus: - Pour la puissance pure, et une grande pénétration on opte pour des leds 5W avec lentille 60 à 90°. il faut un espace avec beaucoup de hauteur sinon la chlorose est assurée. il serait stupide de faire du Scrog avec, mais une culture classique ou de buisson sera parfaite (comme sous HPS 400W ou 600W la pénétration devrait d'ailleurs être la même). NB: Attention, des leds de 15W avec des lentilles feront souvent cramé la lentille, on se limiteras donc au 5w. De plus, dans le cas où votre spectre est bien mixer et bien équilibré, des leds de 10W (blanches) nus (angle 120°), peuvent être approché à moins de 5cm de la plante. Ce jdc en témoigne. Elle permettrons donc une très bonne pénétration tout en gardant l'avantage d'avoir une hauteur plus petite que les espace standard sous HPS. on en parle deux ligne plus bas. - Les leds 1W avec lentille de 14° affiche un peu moins de pénétration mais beaucoup plus d'efficacité - Pour une bonne puissance et bonne pénétration, les leds de 5 à 15W sans lentilles sont bien adaptés ou bien les leds 3 W avec lentille de 60 à 90° sont un bon compromis. elles permettront de faire du beau one bud, de la pousse classique avec peu de croissance et tout autre style. j'estime leur pénétration à environ 30 à 35cm pour des leds efficace et moins de 30cm pour des epistar. Il existe aussi des leds 3W avec des angles plus fermé comme les Oslon SSL80 de osram et les cree XRE. Elles permettent de ne pas perdre ni d'argent ni de photons avec des lentilles. mais ne sont pas toujours efficaces, il faut encore une fois trouver un bon compromis. - Ensuite vient les led 3W nus avec angle de 120° qui sont excellentes en scrog et pour des plantes de petite/ moyenne taille (pénétration un peu près égale à une 250W HPS). on les places à 20 cm des plantes et elles possèdent une pénétration d'environ 25cm. - Puis enfin les led 1W sans lentilles qui sont parfaite pour un scrog dans de tout petit espace (notamment limité en hauteur) celui de grolapin NB: plus la puissance de la leds augmente moins elle sera efficace. les lentilles font baisser le rendement lumineux de 7 à 25% et coutent cher. il est stupide de prendre des leds haute efficacités comme des cree pour y mettre une lentille surtout si elle est bas de gamme; orientez vous vers des osram oslon SSL 80 avec un angle de 80° On peut opter pour des réflecteur comme ceux de Ledil, pas de perte de lumen mais un angle bien présent. en revanche le spectre sera moins bien mixer. Je pars sur des leds 3W haute efficacité; en particulier cree et osram. NB: il existe aussi une piste intéressante avec les XRE de cree qui ont un angle de 90°. Piste réfuter par SKY-weedeur, qui dans un message nous explique très brillament que les XML envoie plus de photons dans un angle de 90° que les XRE. sachant qu'elle envoient ausi sur les bords, on comprend aisement su'il vaut mieux s'orienter vers des XML que des XRE. Mixer les angles ouvert est fermé marche (cf module de ISLed) mais je ne suis pas sur que ce soit idéal. En revanche mixer des leds 120° de 10W avec des leds 3W 80° ne devrait pas poser de problème. (cf le panneaux de MetalToots) étape 5: Spectre Nous avons maintenant la puissance et globalement le type de leds que nous cherchons, il ne nous reste plus que les spectre à déterminer en utilisant ces deux critères. Il existe plusieurs théorie et toute feront pousser de grosse et belle plantes. mais certainnes semblent plus prometteuse que d'autre. Historiquement, la NASA a débuté des recherches sur l'éclairage horticole led il y a un long moment déjà et depuis bien longtemps on savais par les expériences d'un scientifique Turc que les plantes poussaient sous lumière, bleue, rouge, rose et évidement blanche... Les premiers panneaux leds était uniquement rouge et bleue, ils marchent très bien et produise un spectre absorbé à 89% voir plus. les plantes cependant sont difficile à voir pour nous et semble montrer des signes de faiblesse fasse au maladie et aussi des déformation notamment foliaire. A l'heure actuelle, le meilleur ratio qui se fait est celui de plantophotonics lui même repris aux ancien panneaux led : 1 bleue 3 rouge en croissance et 2bleue 8 rouge en floraison. le mieux étant de varié les rouges et de varier les bleue. mais on considère que le 450nm fait très bien l'affaire à lui seul et que le 660 et 630 suffisent pour le pic dans le rouge. NB: le 630 est préférable pour la croissance et le 660 est préférable pour la flo. pensez à adapter vos ratio de rouge 660 et 630 en fonction du stade de la plante. trop de rouge 660 cause une augmentation de la distance inter-noeudal. trop de bleue cause un échauffement trop important des tissus de la plantes. quelques temps après certain panneaux ajoute du orange, je n'ai pas d'explications théorique mais dans tout les cas le orange est en partie absorbé, puisqu'il se trouve dans la pente croissante du pic de rouge à 660nm. il serait surement, et j'insiste sur l'hypothèse, aussi à l'origine d'une meilleur résistance aux insecte et maladie, ainsi qu'une maturité plus précoce de la plante et notamment l'oxydation plus rapide des pistils. On évolue vers les spectres des panneaux d'****** avec ajout de 1 orange au précédent spectre: en floraison on obtient 7 rouge 1 bleue et 1 orange. quelques années plus tard on s'est interréssé au propriété du rouge, les effets emmerson sont le constat que le rouge profond 680nm combiné au rouge lointain 700nm a un effet cynergique sur les plantes. on a donc rajouté des leds "Far red" 740nm. on se rend aussi compte que l'ajout de led UV qui ne sont en fait que des led bleue à 405nm permet un meilleur développement des trichromes. ils sont aussi ajouté au spectre des panneaux. puis on y ajoute les IR qui permettent d'augmenter la température des feuilles et donc l'activité cellulaire. NB: le bleue joue déjà le rôle des UV et IR, il agresse la plante lorsqu'elle reçoit de grosse quantité de bleue et sa photosynthèse augmente la chaleur des feuilles. ceci explique pourquoi trop de bleue est mauvais pour une plante et aussi pourquoi les plantes sous leds sont plus "cristallisé". encore plus tard on découvre des études qui montre que 24% de vert est grandement bénéfique à la plante, il permet une meilleur pénétration est il est absorbé par la plante à 70% pourvue que l'intensité soit moyenne à bonne. Il serait aussi responsable La combinaison bleue vert rouge est meilleur que celle de départ bleue/rouge. Voici l'étude pour ceux qui douterait de la véracité de mes propos. Dorénavant je ne veut plus jamais entendre que le vert ne sert pas aux plantes; c'est faux! NB: dans l'étude on voit bien que le vert s'il est seul ne produit aucune activité photosynthétique, aucun risque pour ceux qui allume des lampe verte la nuit En revanche je serais curieux de faire un test avec du vert allumé la nuit en permanence et voir si cela joue sur le développement de la plante. Faisons un peu le point: on est passé du rouge/bleue à, en triant les longueur d'onde par ordre croissant, UV// bleue // vert// orange// rouge // far red// IR autrement appelé "full spectrum 7 band" parfoit même 9 bandes si considère 2 bandes de rouges (625 et 660) et deux bandes de bleue (430 et 470nm) Il y a deux méthodes d'atteindre ce spectre: soit, comme les panneaux de l'époque, 9 leds monochromatiques que l'on éparpille difficilement sur le panneaux afin d'avoir les pourcentages requis de chaque longueur d'onde, et ceux sur toute la surface couverte (impossible en pratique) soit on s'oriente sur des leds polychromatiques, autrement dit des leds blanches. Vous me demanderez pourquoi les leds blanches? Et bien tout simplement parce qu'elles permettent d'avoir à elle seule un spectre qui s'étend du bleue 420nm au Far red 750nm, il est aussi beaucoup plus simple de gérer la distribution spatial de 3 ou 4 leds différentes que de 9leds différentes et le spectre sera beaucoup mieux réparti. Avec l'arrivée du blanc on s'aperçoit que plus le spectre est homogène et lisse et mieux se porte les plantes, on peut aussi rapprocher les panneaux plus près sans risquer de chlorose, les feuilles sembles moins cartonneuses et plus naturelles, et on voit aussi beaucoup mieux les plantes donc il y a une meilleur anticipation du cultivateur. Pour finir certain dans un soucis de simplicité partait sur du bleue // vert // rouge mais il faut savoir que les leds verte sont peu efficace comparé au blanche, donc il est plus avantageux de faire d'une pierre deux coups et non seulement de viser toutes les longueurs d'ondes mais aussi augmenté les ratio des trois longueurs d'onde bleue, vert et rouge. Voilà pourquoi le blanc s'est vite imposé dans les nouveaux panneaux. Il s'est tellement imposé que l'on a maintenant plusieurs essaie de spectres: les spectres, que j'appelle "français" composés de bleue // blanc // rouge, les spectres, disons "canadiens" (ou "suisse", c'est au choix) blanc // rouge et même les spectres blanc uniquement. Quelque soit le spectre que vous choisirez cela marchera mais sachez que je les est cité dans l'ordre d'apparition et il semblerait que la tendance actuelle est le spectre "canadien" pour le DIY et les panneaux les plus performants (area S51 et apache tech), le reste des panneaux commerciaux sont plutôt sur le spectre "français" (VIPAR) ou sur les anciens spectre décris plus haut. Pour finir quelques explorateur du monde des leds se dirigent vers du tout blanc souvent à base de leds cree dernière génération et très puissantes. Mais alors quel spectre faut il avoir au final? Il n'y actuellement pas de spectre idéal... certain prétende le détenir mais cela n'existe pas! Chaque plante à son spectre idéal. Cependant des tendance se dégage: globalement on recherche un spectre floraison avec: 7 à 15% de bleue 410-500nm 20 à 35% de vert/jaune/ début de orange 500-580nm 50 à 70% de rouge 580-700nm 5% de rouge lointain 700-780nm En croissance on accentueras simplement le bleue au dépend du rouge avec un maximum de 30% de bleue Pour illustrer l'efficacité d'un spectre de ce type voilà ce qui se passe chez une plante, enfin une feuille: Ce spectre d'absorption est valable uniquement dans le cas où la plante reçoit de forte intensité (densité de photons importantes; cf quantum theory) ce qui est toujours le cas dans nos placard. Une très grosse partie de la lumière est absorbé... Même le vert! une autre partie est réfléchis vers les autres feuilles (ou elle sera plus ou moins absorbé selon le même graphe) et vers nos yeux par exemple (voilà pourquoi les feuilles sont vertes) Et enfin une troisième partie passe à travers la feuille: Le bleue ne passe pas à travers la plante... pas de pénétration avec le bleue. En revanche la couleur qui permet à toute les feuilles d'effectuer de la synthèse c'est le vert/jaune. Et oui c'est lui qui permet de la pénétration. Quand au rouge il passera un peu mais sera principalement absorbé. Vous comprenez pourquoi malgré son spectre déséquilibré la HPS marche? Non seulement Le vert est absorbé mais en plus il permet une meilleur pénétration. Cependant les feuilles sous HPS ne seront jamais comme les feuilles à l'extérieur, cette lumière est beaucoup trop rouge, et le spectre inefficace est uniquement compensé par un nombre de photons très élevé. NB: les leds au départ ne dépassaient pas les 25% d'efficacité, maintenant elles atteignent plus de 50%, sachant qu'une HPS neuve est à moins de 40% d'efficacité. ne pensez vous pas que sans même joué sur le spectre, les leds battront très facilement une HPS d'ici 1 ou 2 ans? d'ailleurs le spectre d'une led Warmwhite 2700K est presque parfait pour une plante, il manque juste un peu d'efficacité. donc on peut prévoir que d'ici peu les leds vont battre les HPS à leur propre jeu: le développement de puissance. Déjà aujourd'hui la technologie led permet de développer la une puissance lumineuse proche d'une HPS avec un spectre adapté aux plantes et donc beaucoup plus efficace, et elle possède une efficacité en terme de lumière dégagé plus importantes. Son seul défaut reste le prix mais la longue durée de vie des leds permet un amortissement sur le long terme grâce à la facture électrique diminué (ventilation et lumière) sans compter les avantages énorme au niveau de la consommation d'eau et d'engrais qui ne sont pas gratuits. pour ce qui est du choix du spectre vous avez déjà quelques indices, vous pouvez aussi partir de celui d'un panneaux connu comme le area51 ( NW en croissance et 4NW// 2 rouge 630nm en floraison) ou le VIPAR puis de le faire évoluer en fonction de votre vision des choses. Une fois votre spectre "idéal" obtenue nous allons commencer les calculs Après de longue hésitation je suis partis sur la théorie du spectre blanc//rouge. voici mon spectre : floraison : 2 blanche cool white 6500K // 3 blanche WarmWhite 2700K // 1 rouge 630 // 2 rouges 660 ça nous donnent 10% de bleue, 25% de vert, 60% de rouge et moins de 5% de far red. pour la croissance le tout est d'obtenir un spectre adapté sans changer les leds sur le panneaux puisque le panneaux fait les deux stades. croissance : 2-3 blanche cool white 6500K // 1 rouge 630nm on obtiens environ 20% de bleue, 30% de vert, et 50% de rouge. je ne suis pas totalement satisfait par ce spectre de croissance il n'y a pas assez de bleue et trop de vert à mon goût mais il fera poussé de belle plante compacte à coup sure. si vous partez sur un panneau croissance et un panneau floraison les spectre seront mieux adapté. calcul 3: il nous faut maintenant calculé, les pics pour certaine longueurs d'ondes précise, les quantité de couleur, et définir le spectre finale en fonction de la théorie choisie. Une fois les leds choisis nous avons des outils pour nous aider, ils seront plus ou moins précis en fonction des leds choisis. voici celui que j'ai utilisé : https://ledspecs.com/#; d'autres existent dans la liste non exhaustive de Mabo, celui ci est parfait pour ceux qui prennent le partie pris des leds haute efficacité. Lorsque vous avez votre spectre vous pouvez déterminer les pics de bleue et de rouge. NB: Si vous êtes bon en maths vous trouver la fonction qui correspond à la courbe sur un certain intervalle. (méthode des approximations par tangente par exemple, que l'on apprend en terminal) et vous intégré d'une longeur d'onde à une autre. de 400 à 500 pour le bleue par exemple, et ensuite sur la totalité de la courbe, de 400 à 750. les chiffres obtenue vous permettent d'avoir en pourcentage de bleue, rouge, orange etc... Si vous êtes un peu moins meilleur, vous faites des petits carrés dans la surface entre la courbe est l'axe, et vous comptez... Si vous voulez faire encore plus simple, et bien vous allez sur ce site et vous rentrez votre ratio de leds en fonction des couleur, ça vous donnera une bonne approximation (je parle en connaissance de cause ^^, après mettre fait chier avec des calculs à la con j'ai découvert que à quelque de % près ce site vous donne la même chose, de plus le spectre de départ est pas hyper précis donc les calcul sont tout aussi faut que le site...) vérification 3: regardons maintenant nos chiffres et voyons s'ils sont cohérents. partons d'abord avec la croissance : il nous faut approximativement 20% à 25% de bleue, 25% de vert et le reste en rouge et autre couleur. dans le rouge il nous faut plus de 630 que de 660. la courbe doit être bien lisse et les pics doivent de rouge et bleue doivent être importants (souvent poussé jusqu'à 100% de bleue et rouge, mais 75% pour le pic bleue suffit largement). en floraison il nous faut environ 10% de bleue, 25% de vert, un peu de far red et le reste en rouge. le rouge doit être plus accentué sur le 660 que sur le 630 ou au moins de même intensité. Il nous faut un pic à 100% dans le rouge et entre 25 à 50% dans les bleues. sans surprise, mon spectre floraison semble bien adapté et mon spectre croissance comporte trop de vert et pas assez de bleue. NB : Le bleue 405nm ou aussi appelé UV par les commerciaux, apporte un boost non négligeable en bleue pour la croissance et permet plus de cristallisation en floraison. Il a l'avantage de ne pas réellement influencé le ratio rouge // bleue car ce n'est pas un vraie bleue. On peut donc en ajouté même en floraison sans risquer de monter trop dans les bleues. En revanche ces leds sont souvents cher et peu efficaces. NB: en réalité c'est beaucoup plus compliqué que ça les histoires de pics et de pourcentages mais je n'ai pas encore les compétences ni d'expliquer ni de tout comprendre. En revanche les chiffres donnés proviennent de ma synthèse sur les différents spectre existant et sur les recherches en cours. il faut de tout façon savoir que rien n'as besoin d'être très précis car dans tout les cas le spectre change pour chaque plante et variété. De plus une plantes s'adaptent à la lumière qu'elles reçoient. étape 6: Le choix des leds On rentre dans la partie concrète maintenant. Il vous faut choisir exactement les leds en fonction de leur efficacité, cet à dire, la marque, le modèle et les bins de celle-ci. il vous faudra trouver un compromis entre efficacité et quantité. plusieurs leds à 350mA sont mieux que 1 seule à 700mA du point de vue lumière dégagée pour la même consommation électrique. en revanche les leds ont un prix donc le budget va devoir s'agrandir. Plus on augmente l'intensité traversant la led, moins elle est efficace, il faut donc concilier le prix et l'efficacité. Un rappel général s'impose ici: Pour les leds de couleur on indique précisément leur longueur d'onde. ainsi 600nm sera du orange, 500nm du vert, 450 du bleue royale etc... Pour les blancs c'est un peu différent il y a comme sur les néon et CFL des températures de couleur.On devra donc choisir entre du Warm White, du Cool White, du Neutral White ec... La mesure qui nous indique la "couleur d'une led blanche est le CCT (correlated color temperature), indiqué en Kelvin. Plus le chiffre sera petit est plus la teinte sera chaude et donc tirera vers le rouge.A l'inverse un chiffre élevé indique la présence de beaucoup de bleue. (ex: 3000K est du WW alors que 6500K est du CW). Pourtant la couleur ne fait pas tout, deux led 3000K peuvent avoir des spectre totalement opposé, il faut donc analysait led par led la plus adapté à vos besoins les leds n'ont pas tous la même efficacité lors de la sortie d'usine, le fabricant les regroupe sous forme de classe appelé "bin" et qui dépendent de l'efficacité des leds. entre deux bins il peut y avoir des différence de plus de 80lumen donc le prix ne sera assurément pas le même. Le CRI (Color Rendering Index) des leds blanche représente indique à quel point la led émet une couleur proche du soleil, plus le CRI est haut et plus la lumière émise ressemble à celle du soleil. Cette mesure est utilisé pour tout les éclairage. Ainsi les sulfure plasma atteignent 97 de CRI et certaine led WW atteignent 95 de CRI, et les néon entre 50 et 90 de CRI. Les lumens, ils mesure la quantité de lumière que reçoit l'oeil humain en regardant cette lumière, pour les plantes c'est inutile. L'oeil humain est très réceptif au vert/ jaune et peu au rouge et bleue. Donc ce qui va éclairer en vert va avoir des taux de lumen très haut alors qu'un bleue 420nm va à peine se voir. Oui mais la plante elle absorbe 100% de ce bleue et seulement 60 à 75% du vert. La comparaison de deux leds avec des lumens ne donnent rien si les spectre ne sont pas exactement identique. Ainsi on pourra comparé les bins entre eux car les leds sont de la même marque et de la même série donc possède le même spectre. Mais il est totalement impossible de comparer 2 leds différente (ex: CW et WW ) en regardant uniquement les lumens. Vous compariez vos HPS avec les lumens? et bien vous étiez stupide et ignorant... (je le dis en connaissance de cause) En général les leds les plus efficaces en bleue sont les Rebel es de phillips et les XTE/XML de cree les leds blanches les plus efficaces sont celles de cree notamment XTE / XPG2 en 5W et XML2 / XML / MKR en 10W et plus les leds rouge 660 sont celles de osram oslon SSL et la luxeon rebel es. les leds rouge 630 sont celles de cree et Phillips à nouveaux, on notera la XPE-2 red. Pour la plupart des leds cités ci-dessus une intensité entre 500 et 1050MA sera un bon compromis entre efficacité et prix total. Toutefois les leds de 10W comme les XML peuvent être monté à 1700mA tout en conservant une excellent efficacité. Vous trouverez des leds chez beaucoup de revendeur on citera en autre Cutter Electronics, Led.tech, ledRise, Rapidled, Ledgroupby, Isled, sans oublier Satisled et Steve'led qui proposent des leds montées sur star ou MultiPCB. d'autre comme Mouser ou Newark propose des leds nus, cet à dire l'émitteur seul qu'il faut faire ressouder par des company comme Led mounting bases Dans mon cas j'ai choisie les pour les blanches: cree XTE bin R3 pour mes blanches 3000K et 6500K ( car elles sont presque aussi efficace que les leds XML2 à 1050Ma (et à 700mA) mais leur prix est 3 fois moins cher. Je peux donc avoir 3 fois plus de lumen avec ces leds. Mais je vais devoir souder 3 fois plus de leds...) Pour les rouges 630 : XPE cree le meilleur bin possible chez cutter pour grouper mes achats. Pour les rouges 660 : oslon SSL80 645-660 qui sont de loin les meilleur. bin 4T ou 3T en fonction de ce que je trouve. afin de combinés les angles sans perdre des lumen avec les lentilles je prendrais des réflecteur 82°. Si vous partez sur des leds epistar vous avec un soucis de moins En revanche vous n'aurez aucune idée du spectre dont bénéficie vos plantes car on ne possède pas les graphiques des leds blanches epistar. Il vous faudra tout de même choisir entre les 1W et les 3W uniquement. L'avantage des 1W c'est le fait que la lumière est parfaitement répartis et le spectre mieux mélangé, c'est comme utilisé 3 HPS 250W au lieu de 1 HPS 600W. Avec les 3W le rapport prix/W sera moins importants qu'en 1W mais l'efficacité est moins bonne. Il faut aussi noté que la lumière ira plus loin avec des 3W que des 1W puisqu'elles "balance" un max. Donc 100W de led 3W dégageront moins de photons que 100W de led 1W. Pour illustré le problème du prix par Watts : d'un côté on a 50led 3W, de l'autre 100leds 1W sauf que les leds 3W sont presque au même prix que les 1W... (0,54euros contre 0,33). On revient toujours au même problème l'efficacité des leds 1W va permettre de limité la quantité totale d'électricité consommé, donc le panneaux va vite être plus rentable que le 3W. Un conseil, il vaut mieux dans un premier temps démarrer avec des leds epistar moins cher pour se faire la main sur les soudures, la répartition etc... Par exemple une petite lampe cro comme celle de deshaut n'est jamais perdu... Ou alors suivez bien cette feuille de route, chercher à droite et à gauche et amener un projet à terme en plusieurs semaine de réfection. NB: les epistar (ou epileds et bridgelux) sont de bonnes led, elle coûte environ 6 à 10 fois moins chère que les leds haute efficacité de dernière génération pour un rendement lumineux de 30 à 50% moins bon. si on reviens sur mon principe de XTE à la place des XML, il vaut mieux faire un panneaux avec 6 fois plus de leds epistar car il y aura au moins 3 fois plus de lumières émise... Oui mais dans le cas où l'on veut consommer le moins possible il vaut mieux partir sur les Cree surtout qu'elles ont une meilleur durée de vie, leur efficacité permet un dégagement de chaleur moindre, et leur consommation plus faible permet aussi un amortissement plus rapide de la lampe en terme d'électricité payer à EDF. NB: les leds epistar dégage plus de chaleur qu'une HPS en revanche la chaleur est différement dégagéz donc la chambre de culture et en particulier la canopé est plus facile à refroidir. Si toutefois vous ne le savez pas et vous négligez la ventilation vous aurez de gros problème d'hygrométrie accompagné d'une forte hausse de la chaleur. Si vous voulez suivre le débat des meilleurs leds du moment SKY a crée un très bon sujet. Il existe cet outils pour comparer les leds entre elles. étape 7: L'alimentation Concrètement, pour l'instant vous avez des leds, et un dissipateur, mais ça suffit pas. Il nous faut encore un Driver, et ce choix est crucial tant pour la sécurité du panneau que pour la votre. Vous verrez que la plupart accepte le courant de votre maison en entré: AC 220-260V 50-60Hz et le convertissent en DC 5-48V 0,7A, cet à dire qu'en sortie vous aurez 700mA de courant et que ce driver va adapté le voltage à ce qui est branché (autrement dit les leds) Il délivrera par exemple 30V si vous branché 10 leds bleues en série consommant 3V, et si vous lui rajouté, toujours en série, 3 leds rouges consommant 2V il passera à 36V. On peut mentionner aussi le fait que certain driver sont dit "dimmable", cet à dire, que l'on peut faire varier l'intensité sortante de, par exemple, 100 à 1500mA. Plus l'intensité augmente et plus la led éclaire; logique : P=UxI c'est à dire que la puissance en watt égale au voltage multiplié par l'intensité. en augmentant l'intensité la led consomme plus donc produit plus de lumière. Toutefois n'oubliez pas que plus cette intensité augmente et moins la led est efficace. Une autre caractéristique des driver à prendre en compte est leur efficacité, certain comme les xitanium de phillips sont à plus de 90%, d'autre comme les meanwell dépasse les 85% mais cela peut aussi descendre à 50% pour certain driver "no name". Si vous choisissez un driver 48V le mieux est de lui demandé 48V en sortie (environ 18 à 20led 3w), il pourra bien sur ne donner que 30V (10 à 14leds 3W) mais sera moins efficaces qu'un driver adapté cet à dire un driver de 30V. Plus la valeur est basse par rapport à son voltage maximum de sortie et moins il sera efficace. Enfin certain driver présente des protections efficaces contre le court circuit, la surchauffe etc... qui sont un bon point pour votre sécurité et celle des leds. Vous vous demandez surement Pourquoi montée les leds en série? En réalité monter les leds en parallèle est tout à fait possible mais cela demande des précaution suplémentaire: imaginons un driver délivrant 48V et 1400mA en sortie. Nous donc pouvons faire 2 lignes de leds à 700mA. mais dans le cas où une des leds grilles soudainement, généralement tout le reste de la ligne s'arrête de fonctionner car le courant ne passe plus et dans ce cas l'autre ligne reçoit les 1400mA. ce qui sera fatal et grillera toute la ligne de leds. De plus si le driver rend l'âme, et bien toute vos leds seront éteinte, plus de lumière pour les plantes pendant quelques jours... alors que la solution une série par driver, vous permettra d'avoir la moitié ou plus (ça dépend du nombre de driver que vous aurez) de la lampe allumé par exemple. Si toutefois vous souhaitez partir sur des leds en parallèle, pensé à utiliser des protection comme les fusible ou les leds zener qui protégerons vos ligne de led. NB: en fait il y a plusieurs façon de faire pour l'alimentation des leds, et aussi beaucoup de manière pour une led de griller. vous les trouverez sur ce site (en anglais) qui contient d'ailleurs énormément d'information complémentaire qui vous permettront de partir à la recherche de "votre vérité" vous même en ayant assimiler toutes les bases nécessaires. N'hésitez pas à demander conseil, je suis sur que Deshaut qui est très calé la dedans passera par là régulièrement, et d'autre" ledeurs DIY" pourront vous aider. J'ai personnellement choisis la simplicité, je pars sur des driver meanwell 48V et 700mA en sortie auxquels mes leds seront branché en série. Reste la piste des xitanium de phillips qui font 100W et 700mA, le problème c'est la tension en sortie, je ne veut pas risquer de me tuer, or au delà de 48V le risque est présent. étape 8: Le choix de la jonction entre les leds et le dissipateur. C'est la dernière ligne droite, mais il est primordial pour la température de jonction des leds et donc pour leur efficacité. Ce n'est pas l'étape la plus couteuse et pourtant elle est très importante, si vous voulez avoir un panneau pour les 5 voir 10ans avenir. il existe plusieurs solution pour relier les leds au dissipateur tout en les isolant électriquement parlant. Il y a les pâte thermique, les graisse thermique, les pads thermique, etc... la pâte thermique est collante et vous permettra de fixer les leds au dissipateur durablement. elle présente une très bonne conductivité de la chaleur mais l'électricité elle ne passera pas. Jusqu'ici c'est l'outil idéal, sauf qu'il existe deux type de colle, la colle epoxy est assez difficil d'enlever une leds qui a été collé avec, ce qui rend les réparation en cas de leds grillé ou même les changement plutôt difficile mais pour du long terme et un panneaux qui ne bouge pas c'est parfait. La colle silicone quand à elle est moins efficace mais s'enlève beaucoup plus facilement. C'est surement le meilleur compromis de tous. Les graisse thermique présente les même avantages, mais ne colle pas, il faudra donc visser chaque leds au dissipateur. C'est plus long, mais meilleur si vous voulez changé une leds grillé. En revanche si vous décidez, un jour de changé la disposition et les leds, alors vous aurez un dissipateur ressemblant à du gruyère. Le dernier moyen est le pad, il colle la led, l'isole, est plus facile à enlevé, mais possède une moins bonne conductivité de la chaleur en général, (on trouvera cependant ici des pads aussi bon que les pâte thermique). Plus ils restent longtemps et plus ils s'affinent, au bout de plusieurs centaines d'heure de fonctionnement de la leds, il sera difficile de ne pas laisser de trace sur le dissipateur car il deviendra aussi collant que la pâte thermique. Au niveau du prix, le plus économique sera la graisse thermique de qualité normale avec des vis. le plus cher sera les pads. J'ai choisis les pads thermique haute qualité, plus simple mais plus cher... étape 9: Les options: dimmer, mAmètre, le design, les crochets de suspension etc... Rassurez vous, ici, rien de sorcier, ce n'est pas obligatoire mais faut y penser: vais je recouvrir mes leds pour protéger mon circuit electrique? Pourquoi mettre une grille sur mon ventilo ? Je cache mon driver? etc... Ceci cependant ne me regarde pas, c'est de l'optimisation personnel. Ici je ne parlerai que du "dimming" Le "dimming" à l'aide d'un dimmer permet d'obtenir un spectre adaptable à toute les plantes et à toutes les stades de celle-ci. On peut envisager un dimmer sur chaque couleur mais ça devient vite compliqué. En revanche il est tout à fait possible de décider d'augmenter l'intensité traversant les leds rouge 660 avec l'avancé de la floraison et en fonction de la réponse de la plante ou bien même on peut mettre tout le circuit de floraison sur dimmer et augmenté la puissance lumineuse reçu par la plante au fur et à mesure. le mA mètre sert à visualiser le courant que les leds reçoivent, sans celui-ci vous ne saurez jamais à combien sont elles et vous "dimmerez" totalement à l'aveugle. à mon avis c'est l'avenir. Pour ce qui est du design et autres, allez vous inspirez des panneaux déjà construit comme ceux de Stardusailor, Guod et Green Surfer sur Roll it Up ou et plein d'autres sur Icmag, cannaweed, FCF etc... il va falloir fouiner des heures et des heures. Voici un site espagnol où vous trouverez tout les accessoire nécessaire à la construction d'un panneau. étape 10: La commande et la construction. Il faut prévoir les commandes à l'avance et comparé les prix mais pour cela je ne m'inquiète pas trop. N'hésité pas à ouvrir un jdb pour partager votre processus de construction. En attendant ce fameux point final qui est la réalisation du panneau, nous pouvons vous aidez à conceptualiser votre panneau alors posez nous des questions si certaine choses ne sont pas claire. Plus haut dans j'ai mentionné l'existence d'un super tutoriel de Deshaut pour la construction de panneau, vous y trouverez des indications pour la soudure et les colles thermiques etc... Les évolution futur : Je vous conseil vivement de garder un oeil sur l'efficacité croissante des leds cree, osram et Phillips, et sur les leds-multiship testé par exemple par zachariah. On peu dorénavant en fabriquer sur mesure ici. Il faut à mon avis s'attendre dès que le marché professionel fleurira à des leds spécial horticole, un peu comme la led luxeon rebel es WW 2700K qui se suffit presqu'à elle même au niveau du spectre, mais qui est encore peu efficace. On peut aussi envisager de monter des module sur des spot, encastré dans le haut du placard et orientable. le plateau de culture descendra en fonction de la taille des plantes. Ou bien des spot orientable directement sur un panneaux. Ceux qui souhaite resté sous HPS peuvent se servir des leds pour améliorer leur confort: une barre de led verte pour éclairer en période de nuit par exemple et/ou une barre de led 740nm pour augmenter la durée du jour et la réactivité de la plante face à la floraison (ce sujet en parle) Le DIY n'as de limite que votre imagination. Comment dire, c'était long, alors n'hésitez pas à être généreux sur les appréciation pour que je puisse l'améliorer si nécessaire... RDV bientôt sur le jdb "Speedy panel"
  17. JDC #2 (Cro+0 / Stretch+0 / Flo +0) Musique, maestro : Plop à tous mes chères et chers cannarades ! Me revoici pour vous jouer un vilain tour, plus motivé que jamais à améliorer les points noirs de ma précédente session d'initiation. Longuement je me suis posé la question d'ouvrir un nouveau jdc, question d'anonymat et de disponibilité principalement ; mais la communauté CW mérite amplement que l'on y consacre un peu de notre énergie ! Alors après un peu plus d'un mois de pause, autant de temps de recherches, et les bocaux de nouveau vides, J'ai le plaisir de vous accueillir humblement dans ma modeste installation ! Et pour la présentation du matos, déjà éprouvé ici, voici les quelques modifications apportées (en rouge) : Le cockpit : - armoire 175x80x50 - mylar diamond et son scotch aluminium + max de chatterton pour étanchéifier le tout - mini serre-boutureuse - table de drainage maison L'éclairage : - [LED] Hans Panel 80W - [HPS] 150w + cooltube - Ampoule 10W [LED] Verte (pour les travaux nocturnes) Gestion du climat : - Intra passive : clapet anti-retour 100mm - Extraction : RVK thermostats Vents 125mm 210m3/h - Intraction : Extra de gaine Vents 100mm 105m3/h (renouvelé pour cette session) - Ventilateur à pince 15cm - Humidificateur Klima H130 (1,6l) Substrat : - UGro Pure Coco - Trichodermas Harzanium (GHE Bioponic Mix) - Air Pot 6l x 2 + pots 1,5L (rempotage intermédiaire) Nutrition : - Tripack GHE Flora-Series - Aptus StartBooster + TopBooster - pH down Growth Technology (acide Phospohorique) Instruments de torture : - Mini thermo/hygro sur sonde deportée - Pulvérisateur manuel - Cadre SCROG (récupération d'une partie d'étendoir à linge) - pH mètre + TDS mètre - scalpel - seringue - sécateur ... Et voici les clichés de la discomachine ! Quant à l'équipage que voici, tout droit venu des déserts espagnols, les Critical Kush de chez Dinafem ! Humidifiée en verre dès aujourd'hui, je les ferai germer entre deux cotons, avant de les replanter dans les pots de 1,5L que j'ai au préalable préparés : trichodermas et soupe maison pH 5,5 ; EC : 0,7. (je pense suivre de loin le programme K) Quant à la technique, après moult réflexions, il s'agira d'un SCROG, que je n'ai pas pu faire lors de ma précédente session. Le grillage est prêt, les fouets aussi, Les petites n'ont qu'à bien se tenir ! Voilà qui conclue pour cette introduction ! La suite à l'éclosion de mes bébés, et puis des màjs dominicales si tout va bien. À pluche !
  18. Bonjour à tous, Je me permet de vous poster ma seconde expérience indoor. Ma premiere session s’est correctement déroulé, pas de problème particulier. Du coup pour cette deuxième expérience indoor, je voulais essayer de faire ma croissance avec des led ( 4 led de 6W qui éclairent en bleu et rouge, soit disant adapté au growing ). La floraison sera réalisé avec la 250 watt spécial floraison ( spectre un peu rouge ), que je mettrais en place des que les premiers pistilles apparaitront sur mes petites fleurs Le but du jeu est de me faire mon opinion sur les led, donc j’ai remis les meme graines que lors de ma premiere session, a savoir des DutchPassion Autofem Blueberry Mazar ( je sais que c est pas ideal les auto en indoor, mais c etait mes 2 dernieres graines, les prochaines session je prend des graine simplement feminisées). Je pense que la comparaison sera crédible, du fait qu’a part les LED durant la croissance tout le reste est identique. Comme lors de ma premiere culture, je vais suivre a la lettre le plan de fertilisation Ferro en corrigeant juste mon pH / EC pour arriver aux valeurs de mon tableau, toujours dans le but d’avoir une base de comparaison avec mon premier JdC. Reste a savoir si la monté en température due a l’été va etre un gros facteur de changement entre mes 2 JdC, auquel cas mon objectif de me faire une idéee sur les LED va etre perturbé … Materiel utilisé : ● Substrat : cube de laine de roche et film nutritif
 ● mode de culture : hydro nft, j’ai mis un grillage pour m essayer au scrog 
● dimensions de l'espace : 90x50x160, 0,36m2 
● éclairage : Croissance LED : https://www.pearl.fr/ampoules/e27/led/4-ampoules-de-croissance-168-led-e27-fast-grow-pro_NC6611.html ( ca ressemble ce modele mais commandé en chine pour ¼ du prix ) Floraison 250 HPS avec reflecteur Adjust Wing chinois ● variétés : Blue Mazar autofem DutchPassion 
● engrais : gamme complete Ferro Marseille ● conditions climatiques de culture : 
 -Box allumé: 24° pour la température & 60% pour l'hygrométrie. 
-Box éteinte: 20° pour la température & 60% pour l'hygrométrie. 
● ventillation : extracteur vent 125 mm avec sonde thermique intracteur vent 100 mm ventilateur a pince sous le refecteur ventalateur de brassage 

Culture commencé le 23/05/2014 Ca germe mais ca commence a tiger un peu :’( Quatres jours plus tard Ca tige beaucoup, je suis obligé de mettre des supports sous les tiges, j’ai peur que les plantes cassent … Est ce due au manque de lumiere des LED ?? La suite dans les prochains épisodes Bon grow a tous !! MAJ : 15 jours apres mise en terre :
  19. Salut a tous ,Aprés de multiples peregrinations et autres joyeusetées de la vie d un cannabiculteur debutant je suis enfin arrivé a un setup qui me satisfait : DarkRoom II 90x90x185 (rev2.5) Panneau LED : Helios 280 de chez Bysen , .Il n est pas switchable , j avais quelques craintes au niveau de la cro mais vite dissipées , le panneau excelle en croissance Terreau : Gold Label Special Mix Light - Pot carrés 1,5L , 3,4 L et 6 L Engrais : Vaalserberg Garden Bio Pachamama Bloom , Booster de flo Phase 4 Bio , Plagron Start-Up pour la cro Ventilation : 1 ventilo a pince et 1 ventilo pc 8cm en brassage , 1 ventilo PC 12 m et 2 autres 8 en extraction, et un autre ventilo pc 12 cm en intraction Temperature : stabilisé a 24/25 degré lumiere allumée , 17/19 la nuit - Hygro : 40 a 50 % en journée et maxi 75% la nuit La cro ne s est pas passé sans heurts,je vous passe les details je suis parti en vacances 1 semaine a mon retour elles faisaient la gueule, elles sont resté a peu prés 5,6 jours dans dans le noir j ai d ailleurs perdu une tropimango qui venait juste de sortir de terre , elles ont connu des temperatures trop haute , un de mes ventilo a laché , une hygro trop basse pour la cro mais le plus grave reste les troubles de la photoperiode Ca fait une semaine que tout est au poil et je remercie mon panneau .J ai aussi changé les ventilateurs du panneau, c etait une vrai turbine Les 3 grosses sont mes graines perso ( pure ak croisé av jesaipakoi lol je sais meme pas si ca va me sortir des fem ou des reg je les ai lancés pour tester et ma foi elles s en tirent pas mal ) et la petite est la tropimango survivante , elles ont été lancées en meme temps ... Les autres pas encore sorti de terre 1 Cheese de dinafem - 1 Hashplant X tropimango testline de philosopher seed - 1 Grapegum et une Toxic de chez Ripper SeedsJe ferai des photos a la lumiere naturelle demain
  20. Salut à tous. Après avoir fouillé à travers le site sans trop trouver de réponses, j'ai une question. Peut-on envisager d'utiliser uniquement une lampe de type SPECTRA PANEL 120 RAINBOW pour croissance + flo dans une box de 60x60 ? A titre de comparaison, quelle serait la différence comparé à un classique "néons de croissance et l'ampoule de 250W HPS pour la flo" ? La faible consommation des leds sans compter la réduction de la chaleur et du bruit me fait me poser la question mais vu les tarots, (500€ sur un growshop en ligne très connu), je n'ai pas envie d'investir dans du matériel onéreux pour rien. Merci d'avance de m'éclairer
  21. Bonjour à tous, J'espère ne pas m'être trompée dans la rubrique... Pour un futur petit placo, je voudrais lui confectionner mon panneau LED (je suis née avec un fer à souder dans une main et un tournevis dans l'autre ). Mais pourquoi un panneau d'abord ? L'implantation de led laisse une grande liberté et je me demandai s'il n'y aurait pas d'autres alternatives ? J'ai utilisé Cinema4D pour modéliser à l'échelle mes petites idées : Placo de 50*50*80, airpot de 5l. Loufoque ou pas ? Qu'en pensez vous ? J'attends vos critiques, questions, commentaires avant d'aller plus loin Et puis faut que je peaufine le rendu des plantes, là elles font pitié ces tiges !
  22. Bonjour à tous, Je me suis, dernièrement, intéressé de près à la technologie des lampes à Leds. J’ai essayé de faire les choses sérieusement et je me suis donc intéressé à différents aspects. D’une part, je me suis intéressé à la plante. Afin de connaitre l’utilité des différentes longueurs d’onde du spectre lumineux et leurs actions par rapport à l’intensité du spectre (Analyse qualitative et quantitative). Parallèlement, je me suis également intéressé à l’importance du flux et de la composition de l’air sur le développement végétative et florifère de la plante. A ces deux premiers paramètres, j’ai également inclus le paramètre température, mais celui-ci est intimement lié aux spectres lumineux. D’autre part, je me suis intéressé aux différents spectres existant, celui du soleil à différentes altitude, et celui des lampes HPS et MH. Puis, je me suis intéressé de près aux différents panneaux Leds existant, et me suis dit que le mieux était encore de les tester, mais devant le nombre d’offre du marché, j’ai dû limiter mon choix à seulement quelques panneaux. J’ai donc décidé de testé différents types de panneau Led de la marque SpectraPanel, Hydrow Grow, Lohuis, et quelques panneaux sans marque originaire de Chine (Au passage un grand merci aux Growers m’aillant gracieusement prêté leurs panneau pendant quelques mois). Ces panneaux sont constitués de différents spectre, d’un nombre de bands variables (2, 3, 5), avec des puissances de Led différentes 1 et/ou 3 watts, avec ou non optique grossissante, et réflecteur global ou Led à Led. Bien évidemment, Il ne s’agit là que d’un test non exhaustif. En effet, vu le nombre de panneaux existant et la vitesse à laquelle ils sortent de nouveaux panneaux avec des technologies différentes. je ne pouvais évidemment pas tout tester, néanmoins plusieurs de mes remarques restent pertinentes pour tous les types de panneau, quant au reste, cela pourra (je l’espère) apporter quelques précisions sur les panneaux existant. Ce court article présente donc mes conclusions personnelles quant à ce type d’éclairage, et présente deux tests réalisés avec deux panneaux différents à deux stades de développement différents. Bonne lecture… Avis Globale sur les différents panneaux qui existent Au niveau strictement matériel, je trouve que les différents panneaux ne se valent vraiment pas. Plusieurs éléments montrent des différences entre les panneaux des grandes marques et les autres (imitations chinoise et autres). Et pourtant, bizarrement, ces panneaux proviennent des mêmes fournisseurs/fabriquant. Cependant, entre un panneau vendu sous le nom d’une marque connu et les autres, le cahier des charges doivent être différents au niveau de la qualité des matériels utilisés. La différence de prix peut s'expliquer par la qualité des composants utilisés. Au niveau des Leds, des transformateur, du câblage, des ventilateurs, la finition du produit, l'angle de diffusion des Leds. Ainsi, généralement, les ventilateurs des imitations sont plus bruyants, les transformateurs sontégalement plus bruyant et ont une durée de vie inférieure (même si les Leds ont une durée de vie de 50 000h, avec ce type de transformateur, la durée de vie globale du panneau est sensiblement réduite). Enfin la finition et la solidité des panneaux sont également inférieures chez les imitations Entre les différentes marques du marché, de puissance et de qualité équivalente, le constat est moins net. Je n’y ai pas trouvé de grande différence de qualité, hormis le bruit des ventilateurs, qui est très amoindri chez les panneaux Lohuis et SpectraPanel. En conclusions, je déconseille donc fortement l'achat de panneaux de « pseudo contre façon », et privilégie les panneaux des grandes enseignent. De plus, outre la qualité médiocre des imitations, les frais d’envois et les taxes douanières peuvent fortement faire monter la facture, et réduire fortement l’écart entre les panneaux des licences et les autres. Les panneaux Leds en situation réel En croissance - Préambule : Comparaison effectuée entre : Des Panneaux Leds avec un spectre bleu compris entre 400 et 500 nm, avec généralement un pic à 460 nm, et un spectre rouge compris entre 620 et 680 nm, avec généralement un pic à 630 nm, pour un ratio global de 6 : 1 (bleu : rouge). Pour un panneau de 90 à 150w, à Led 1 watt et des angles d’émission compris entre 60° et 120°, avec rélfecteur global ou Led à Led dans un espace carré de 80cm de côté. Et une MH 250w montée sur ballast électronique, dans un cool tube 125mm, fixé sur un Adjust A Wing medium, dans un espace carré de 80cm de côté. Ma conclusions global est que parmi les différents panneaux testés, les résultats sont phénotypiquement similaire entre un panneau 120w et une MH 250w, en conditions de culture optimales. De même, en cas conditions de culture sub-optimales, carence ou surplus minéral, ainsi qu’en conditions stressantes (humidité, température et photopériode fluctuante), les résultats obtenus étaient similaires entre les Leds et la MH, tout en étant inférieurs à ceux obtenus en conditions optimales. En revanche, en cas d’attaques pathogènes, bactéries, virus, champignons, plantes parasites, et insectes, les résultats obtenus étaient en faveurs de la MH. Les plantes sous Leds subissaient une prolifération plus importantes des pathogènes, et ne donnaient pas de signes de défenses. En conclusions, les Leds utilisées en croissance semblent véritablement efficace. J’ai également conclu en annexe que la puissance utilisée est de l’ordre de 2,5 fois moins importante avec les Leds pour des résultats similaires. Ce qui en fait déjà l’éclairage du futur pour la croissance. Ces résultats prennent en compte différents facteurs, comme la masse sèche du système racinaire, la masse sèche du système aérien, le nombre de nœud, le nombre de rameau axillaire, la densitomètrie des feuilles, ainsi que le contenu en sucre, en acide aminée et en chlorophylle des feuilles. Le seul écart majeur à noter, est que les plantes sous Leds possèdent un feuillage légèrement plus foncé corrélé au fait d’une présence accru en chlorophylle. Démontrant ainsi que les plantes sous Leds nécessitent plus de chlorophylle pour absorber la même quantité d’énergie lumineuse, et donc une consommation énergétique plus forte pour le même résultat. Pour plus de clarté, je ne présenterais ces résultats que pour un des panneaux Led, dans la partie « Comparaison physiologique des plantes ». - Cas concret, photopériode 18/6 : Configuration 1 : J’utilise le panneau spectrapanel 119 de 120 watts dans un espace de 80cm ², avec un intracteur et un extracteur de gaine de 10w chacun, soit un total de 140 watts pour l’espace croissance. Caractéristiques techniques LEDs: 119 LEDs de 1W Consommation: 120W Angle d'éclairage: 120° Prévu pour couvrir une surface de 0.8m² pour garantir performance et pénétration. Configuration 2 : J’utilise une MH 250 watts avec un intracteur de gaine de 10 watts et un extracteur de 70 watts, soit un total de 330 watts. Soit un différentiel de 190 watts entre la configuration 1 et 2, en faveur de la configuration 1. Le gain est donc non négligeable au niveau puissance, avec un différentiel de 190 watts en faveur des Leds, soit une économie de 0.444 centimes par jour, 13.34 par mois et de 160 euros par ans (En photopériode 18/6, avec un kilowattheure de 0.13 centimes). Le prix de l’installation de croissance MH est d’environ 250 euros à l’achat (kit lampe + ballast + cooltube + Adjust A wing medium), et la lampe MH doit être changée au bout de 7000 heures soit en gros tous les ans, avec un prix de 20 euros l’ampoule, soit 140 euros sur 7 ans (7 ans pour arriver aux 50 000 heures de fonctionnement des Leds). Sur 7ans l’installation croissance revient à 390 euros. Le prix de l’installation croissance Leds est d’environ 500 euros, sans besoin de changer les lampes, avec un gain énergétique de 166 euros à l’année, soit sur 7 ans un gain de 662 euros. Soit globalement un prix de revient corrigé pour la puissance annuel de : 200 (Kit MH) + 20(Lampe) = 220 euros la première année, puis 20 euros par an. 500 (Led) – 166 (gain énergétique) = 324 euros la première année, puis un gain de 166 euros par an. Soit un amortissement complet du panneau Led en 1 an et 6 mois. - Comparaison physiologique des plantes : SD signifie Standard Deviation, ce qui correspond à l’écart type entre les échantillons. - Annexe : On peut également rajouter que les Leds chauffent moins, et que donc les arrosages sont plus espacés, et l’engraissage peuvent donc être mieux régulé, ce qui permet une plus grande adaptabilité (départ en week end, en vacances, etc...). De même, la nuisance sonore est plus faible avec les Leds (moins de bruit d’extracteur, et sur les bons modèle de panneau Led, les ventilateurs sont silencieux). Et enfin pour les plus paranoïaque, les leds chauffant moins et consommant d’énergie, l’installation est plus discrète au niveau chaleur et bruit (extracteur moins bruyant). - Conclusion : En conclusion globale sur la partie croissance, pour tous ceux qui comptent utiliser leur installation durant au moins 1 an et demi, je conseille vivement le passage aux Leds. Les résultats sont identiques pour une consommation 2.5 fois moindre, un plus grand confort sonore, une meilleure adaptabilité de l’espace aux besoins d’absence personnel, ainsi qu’une installation beaucoup plus discrète (pas de chaleur à détecter en caméra thermique). En floraison - Préambule : Comparaison effectuée entre : Des panneaux Leds avec un spectre de floraison, je ne présenterais ici que les résultats obtenus avec les dernières générations à spectre UV-Bleu-Rouge-IR, avec un ratio généralement de 1: 1: 8: 1, et des Leds de 1/3 watts à angle d’émission de 90 à 120°c. Car, je n’ai jamais réussi à terminer une floraison correcte sous des spots de 1 watt et/ou ne contenant que du bleu et du rouge (contrairement aux promesses des fabricants). Dans un espace carré de 80cm de coté. Et une HPS 400w monté sur ballast électronique, dans un cool tube 125mm, fixé sur un Adjust A Wing medium, dans un espace carré de 80cm de côté. Les résultats obtenus changent drastiquement de ceux présentés pour la croissance. Je n’ai pas réussir à obtenir des résultats identiques, même en utilisant des puissances de Led supérieurs à La HPS. Cependant des résultats plus que corrects et comparables ont été obtenus avec des puissances presque équivalentes, en faveur des Leds. Pour bien comprendre cette observation, je précise que j’ai pris en compte lors de mes tests : - La masse sèche de la récolte. - Le temps de floraison - Le contenu en cannabinoïde - La consommation d’engrais - La qualité de la récolte - La discrétion de l’installation Certaines conclusions restent tout de même valables en comparaison avec la croissance. Ainsi les plantes sous leds semblent beaucoup plus sensibles et beaucoup moins résistantes aux pathogènes. Alors que leurs réactions sont semblables en conditions optimales ou stressantes. De même, les Leds ne permettent pas une bonne évacuation de l’humidité, allant même jusqu’à provoquer de la condensation (à cause de l’extraction trop faible dû à la faible amplitude thermique des Leds). D’où l’utilité de rajouter un déshumidificateur en phase de floraison. - Cas concret en photopériode 12/12 : Configuration 1 : J’utilise un panneau 300 watts de chez FloraLed à 950 euros, dans un espace de 80cm², avec un intracteur et un extracteur de 30 watts chacun, soit un total de 360 watts. Caractéristiques techniques LEDs: 288 LEDs de 1W Consommation: 300W Angle d'éclairage: 120°C Prévu pour couvrir une surface de 0.8m² pour garantir performance et pénétration. Configuration 2 : J’utilise une HPS 400 watts dans un espace de 80cm², avec un intracteur de 30w et extracteur de 80 watts, soit un total de 510 watts. Soit un différentiel de 150 watts, entre la configuration 1 et 2 en faveur des Leds. Le gain est donc de 0.351 centimes par jour, soit 10.51 euros par mois, et 126 euros par ans (photopériode 12/12, kilowattheure 0.13 centimes). Le prix de l’instalation HPS d’environ 300 euros (ballast électronique +adjust wing medium + cool tube + gaine insonorisé) avec l’ampoule de 40 euros à changer tous les ans. Prenons une moyenne de 7ans (pour avoir les 50 000 heures de vie des Leds), soit un coup de lampe de 280 euro, pour un total sur 7 ans de 580 euros. Le prix de l’installation Led est de 950 euros, avec un gain énergétique de 126 euros à l’année soit sur 7 ans un gain de 882 euros de avec le panneau Led. Soit globalement un prix de revient corrigé pour la floraison annuel de : 300 (kit HPS) + 40(lampe) = 340 euros la première année, puis 40 euros par an. 950(Led) – 126(gain énergétique) = 824 euros la première année, puis un gain de 126 euros par an. Soit un amortissement complet des Led en 7 ans et 6 mois. Petit problème, cela dépasse la durée de vie des Leds. - Comparaison physiologique des plantes : - Annexes : De par l’angle d’émission des Leds (de 60 à 120°), l’éclairage des surfaces est loin d’être uniforme, et donc, si on ne souhaite pas changer ses plantes de place tous les trois jours, il faut rajouter un light rail au LEDs, ce qui fait encore grimper la facture. Ou alors changer la configuration des plantes dans l’espace de manière régulière. L’éclairage Led n’est pas optimisé, il en résulte que l’ajout de CO2 n’a aucun effet positif sur la culture des plantes (température pas assez forte, spectre ne permettant pas l’ouverture maximal des stomates, évapotranspiration trop faible d’où une circulation de sève plus lente). Avec une intraction/extraction plus faible, et une température inférieure, les Leds augmentent beaucoup l’humidité, et notamment en phase de nuit. Ceci pouvant alors aboutir à pas mal de problèmes comme l’apparition de pathogènes, mais également une sous production des terpènes car une de leurs actions est de protéger la plante de la sécheresse, si l’humidité est trop forte, il y a donc moins de production de terpène. D’où l’utilité de rajouter un déshumidificateur (environ 80 watts, ce qui ramène le différentiel à 70 watts, qui devient alors presque négligeable). La puissance de pénétration des Leds est beaucoup plus faible que celle des HPS, il en résulte un canopée plus réduite, mais également une production de terpènes plus faible en profondeurs des têtes. En revanche les Leds ont également des avantages, d’une part elles chauffent moins, ce qui permet une meilleur discrétion thermique, mais également au niveau des odeurs car elles ne font pas synthétiser de grande quantités de terpènes aux plantes, et de plus elles ne les volatilisent pas. En revanche contrairement à ce que l’on peut lire sur les sites des fabricants, dans le cas de notre plante, cela n’améliore en rien le produit. Au contraire cela aurait tendance à diminuer la qualité finale du produit. Ceci s’expliquant par la faible pénétration des radiations lumineuses des Leds, la faible augmentation thermique des leds, ainsi que par leurs spectres trop pauvres en UV-a et -b couplé à leurs faibles pénétrations. Car chaleur, Pénétration lumineuse, et spectre UV-a et -b sont connues pour stimuler la production des terpènes. Il en résulte que la plante sent moins, et les profils chromatographiques montrent une accumulation de géraniol (précurseurs des cannabinoïdes) et donc moins de cannabinoïdes présents. De même les ratios des différents cannabinoïdes évoluent, la durée de vie des molécules est plus longue (THC et THC-V) et donc leurs produit de dégradation (CBD et CBN) sont moins nombreux (utile pour un usage récréatif mais à éviter pour un usage médicale). Cependant, dans le cas de la production de graines, les Leds semblent beaucoup plus adapté que les HPS, car justement le spectre ne permet pas la production de métabolite terpènique, l’énergie reste alors disponible pour la production de graine. Phénomène que l’on retrouve lorsqu’une plante est pollenisé et produit alors moins de trichome glandulaire. Mais les Leds permettent d’amplifier ce phénomène, ce qui aboutit à des graines de bien meilleures qualités. Ces différents points seront expliqués plus tard dans l’analyse. - Problèmes physico-biologique : Le premier problème vient du fait que le spectre des chlorophylles sur lequel se basent les constructeurs, est celui de l’Elodée, une algue unicellulaire, le cannabis n'a pas tout à fait les mêmes chlorophylles, et n'absorbent donc pas toute à fait dans les mêmes longueurs d'onde. Le second problème vient du fait les plantes n'utilisent pas que le spectre PAR, qui lui ne correspond qu’à l’énergie utile à la photosynthèse pour fournir de l’énergie chimique à la plante par conversion de l’énergie lumineuse. Mais d’autres longueurs d’onde sont nécessaires au bon fonctionnement du métabolisme de la plante, comme les ondes activatrices des antennes collectrices etc… De plus, énormément de réaction passe par d'autres longueurs d'onde du spectre. Notamment la réaction de défense, qui passe par les xanthophylles, ou encore les réactions d'adaptation au stress qui passe par les carotènes. Mais également la mise en floraison qui passe par le FarRed (forme des phytochromes Pfr->Pr), le moins bon rendement des LEDs vient d'ailleurs de ce point, le manque de FarRed, qui ne produit pas chez la plante une induction forte de la floraison, comme le font les autres types de lampes. Ce problème est cependant en passe d'être résolu, car les nouvelles versions des panneaux semblent avoir un spectre beaucoup plus complet. Sans entrer dans les détails, outre les longueurs d’ondes nécessaires à la production d’énergie chimique qui nécessitent des fortes intensités. Tout le spectre visible, plus le spectre UV-a et –b, ainsi que le spectre rouge lointain sont nécessaire au plante, mais le signal suffit, pas besoin de forte intensité. Ce phénomène explique, à mon avis, les grandes différences observé entre Leds et HID. - Conclusions : Les Leds en floraison, ne sont globalement pas plus économe que les lampes HID, et les économies réelles ne commencent que la 7eme année d’utilisation et reste minime. U niveau rendement, ils sont sensiblement les mêmes entre les deux éclairages, mais pour une production récréative les HID donnent de meilleur résultats en terme de qualité de produit fini. Conclusions générale - Eviter les panneaux issus de filière non horticole, leurs préférer leur équivalent chez des fournisseurs spécialiste. - Les Leds pour la croissance sont une véritable innovation et leur avenir déjà tracé, malgré leurs tarifs prohibitifs. Mais l’amortissement est assez rapide. - Les Leds pour la floraison ne sont pas encore au point, spectre non adapté, thermoinduction trop faible, pénétration lumineuse insuffisante, et couts prohibitifs. A voir si certains aspects négatifs vont être corrigés avec les nouvelles versions 7 bands. Mais cela ne corrigera pas la faiblesse de la thermoinduction et le cout prohibitif. D’ici quelques temps, les prix vont forcément baisser et la technologie va évoluer. Et là je pense qu’il sera carrément valable de passer aux Leds. - Les Leds peuvent s’avérer pratique pour plusieurs points, pas de détection par la chaleur des installations, permet de cultiver dans les espaces confinés due à leur faible production de chaleur. - Les Leds sont également de très bon candidat pour la production de graine, ou certaines applications thérapeutiques. Principes physique pour une meilleure compréhension des phénomènes Tout d’abord le spectre solaire, celui-ci est bien plus étendu que la simple lumière visible, il va des rayons gamma de longueur d’onde de 1.10-14 mètres jusqu’aux micro-ondes de longueur d’onde de 1.10-2 mètres. Cependant, seule une partie de cette énergie électromagnétique arrive jusqu’à la Terre, puis est filtré par l’atmosphère et surtout la couche d’ozone. Le spectre arrivant à la surface de notre planète est donc fortement réduit comparé à celui-ci du soleil brut. Le spectre arrivant au sol est compris entre 200 à 2000 nm, c’est-à-dire compris des UV-c jusqu’aux micro-ondes, avec des intensités différentes. (CF schéma) Source : https://fr.wikipedia....nnement_solaire Irradiance : L’irradiance ou éclairement énergétique est un terme utilisé en radiométrie pour quantifier la puissance d'un rayonnement électromagnétique par unité de surface, dans le système international d'unités, elle est exprimée en watt par mètre carré (W•m−2). De ce spectre ci, les plantes n’en utilisent qu’une partie, avec des intensités différentes. Tout d’abord, une part nécessaire au fonctionnement énergétique via la photosynthèse, appelé rayonnement P.A.R pour Photosynthétique Active Radiation (Radiation photosynthétiquement active). Le spectre P.A.R Le P.A.R est compris entre 380 et 760 nm, c’est-à-dire du début du spectre bleu à la fin du spectre rouge. Source : wiki Cannaweed partie photopériode Le P.A.R dispose de deux pic d’assimilation de plus de 80% du l’intensité émise, se situant 440 nm et 660 nm. Ces absorptions sont dues à deux pigments, la chlorophylle A et la chlorophylle B. Cependant outre ces deux pics à plus de 80% d’absorption, on se rend compte que les chlorophylles absorbent à plus de 40% les ondes comprises entre 400 et 500 nm, et à plus de 20% les ondes comprises entre 600 et 700 nm Les chlorophylles représentent 70% de l’énergie lumineuse fixé, elle permet de transformer l’énergie lumineuse en énergie chimique grâce à la fixation du CO2 et de l’eau. Mais un problème semble apparaitre. En effet, entre le spectre P.A.R et celui de l’absorption des chlorophylles, une grande différence apparait 490 et 600 nm. Les chlorophylles n’absorbent pas ces longueurs d’ondes, mais pourtant elles font partit du P.A.R, avec une absorption moyenne de 50%. Les pigments responsables sont les caroténoides, la phycocyanine et la fucoxanthine. La fucoxanthine absorbe entre 400 et 600 nm : La phycocyanine absorbe entre 500 et 670 nm, ce qui donne globalement : Ces pigments représentent 25% de l’énergie chimique apporté à la plante, notamment sous forme de pouvoir réducteur. Or aujourd’hui, les Leds ne ciblent pas ces pigments. Le pouvoir réducteur bien que nécessaire en permanence à la plante pour réaliser ces fonctions biologique, prend tout son intérêt en floraison, lors de la remobilisation des réserves des parties végétative vers les partie florifère. Si le pouvoir réducteur vient à manquer, c’est toute la floraison qui en est diminuée. Le spectre Far-Red Outre le spectre P.A.R, il existe un autre type de spectre nécessaire au plante afin d’entreprendre une bonne induction florale et une bonne intensité florale, il s’agit du spectre rouge lointain. Contrairement à la photosynthèse, ce spectre n’est pas destiné à produire de l’énergie mais à informer la plante sur son environnement et notamment sur la saison de l’année (en lien avec l’horloge circadienne). L’intensité des radiations rouge lointain n’a donc pas besoin d’être puissante ou pénétrante, car leur cible sont les méristèmes afin d’activer la photomorphogenèse, et notamment de produire une forte et intense induction florale. (A titre d’exemple en rajoutant du rouge lointain 2h de plus par jour à un spectre HPS, on passe d’une floraison de 80 jours à 55 jours avec le même rendement.) Le rouge lointain à pour cible les phytochromes. Ceux-ci existent sous deux formes, pr absorbant à 660 nm et pfr absorbant à 730 nm. La forme pr est inactive et la forme pfr est active. C’est-à-dire que lorsque l’on produit du rouge lointain, pfr est transformé en pr et indique à la plante d’activer sa floraison, plus il y a de pr plus l’induction florale est forte (jusqu’à un seuil de saturation). Pour que celle-ci soit optimum, il faut également une température des feuilles entre 20 et 30°C. Les lampes HPS provoque lors de leur extinction une très forte émission de rouge lointain, qui peut perdurer jusqu’à 30 min après son extinction, ce qui permet une bonne induction florale. Les Leds n’émettent pas ce genre de spectre rouge lointain en s’éteignant, et rajouter ce spectre en permanence sous forme de Leds serait désastreux pour la plante entière. Il faudrait juste un module qui s’allume 30min après l’extinction des autres Leds. Une exposition intense à la lumière far-red au début de la période d'obscurité permet de réduire la période d'obscurité de deux heures. En résumé : Le phytochrome existe sous deux formes inter-convertibles : - Pr, car il absorbe le rouge (R; 660 nm) - Pfr, car il absorbe le far-red (FR; 730 nm) Les relations sont : - L'absorption de lumière rouge (660 nm) par le Pr le convertit en Pfr. - L'absorption de lumière far-red (730 nm) par le Pfr le convertit en Pr. - Dans l'obscurité, le Pfr redevient spontanément Pr sur une période de deux heures. - La lumière du soleil est plus riche en rouge (660 nm) qu'en far-red (730 nm), donc au coucher du soleil tous le phytochrome est à la forme Pfr. - Pendant la nuit, le Pfr se reconvertit en Pr. - La forme Pr est nécessaire pour la libération du signal de la floraison. Par conséquent, la marijuana a besoin de 9 à 11,5 heures d'obscurité totale et de suivre plusieurs jours ce régime pendant lequel elle convertit le Pfr présent au coucher du soleil en Pr apte à réaliser les réactions complémentaires conduisant à la libération du signal de la floraison. Si ce processus est interrompu par un flash de lumière de 660 nm, le Pr est immédiatement reconverti en Pfr et le travail produit par la nuit est annulée. (Flashing) Ces phénomènes expliquent, pour moi, en grande partie pourquoi les Leds sont moins efficace en floraison que les Leds. A venir : "Outres ces deux spectres, très majoritaires, quatre autres existent, celui lié aux cryptochromes (lumière bleu), celui lié aux phototropines, celui lié au mécanisme de protection (spectre UV), et celui lié au stress thermique (spectre infra rouge)" -Analyse des spectres des cryptochromes, des phototropines, des UV et de infra rouge. -Spectre d'absorption globale et irradiance à l'optimum de cannabis sativa L, ou quel longueurs d'ondes à quel puissance tutilisé pour avoir un spectre complet à 100% d'utilisation trophique. -Mise au point d'un panneau Led correspondant à ce spectre -Réalisation du test. -Mise en forme du texte -Corrections orthographique -Ajout de photo des tests. -Etc... Toutes ces information sont soumises à copyright, il est strictement interdit d'en faire utilisation, privé ou professionnellement, sans un accord préalable. Tout contrevenant s'expose à des sanctions. Merci de respecter le travail des autres, cela nécessite énormément de temps, d'argent, d'investissement, de compréhenssion et de vulgarisation. Merci. Cordialement....
  23. Bonjour à toutes et à tous, Cette année, ayant étudié dans le domaine de l’électronique, j'ai vite compris l’intérêt de passer aux LEDs et de jeter mon éco de 250w (qui n'est pas vraiment si éco que ça , bref). Je me suis renseigné sur des sites, cannaweed notemment;) et d'autre, ainsi que des livres afin de mieux comprendre la LED et de pouvoir ainsi tirer un maximum de son potentiel et essayer d'avoir un rapport qualité/prix raisonnable pour un panneau complet. Hélas les fans de LEDs comme moi peuvent vite se décourager quand on voit le nombre de caractéristiques qu'il faut choisir. L'un des gros « avantages » des LEDs est qu'elles sont presque monochromatiques, donc là il y a moyen de faire des économies ( je ne vous l'apprend pas ) au niveau des différentes longueurs d'ondes à choisir afin d'éviter celle(s) que la plante n'assimile pas ou n'a pas « besoin ». Cependant mon problème ce situe surtout au niveau des différentes longueurs d'ondes à choisir, car la plus part des panneau homemade que je vois ont des LEDs blanches ( ex :7000°K ) et je voudrai éviter cela comme je l'ai expliqué plus haut , pour éviter d'envoyer des longueur d'onde dont la plante ne se « sert » pas. Je viens donc demander votre aide et vos critiques bonnes ou mauvaise ( tant qu'elles sont constructives) sur les différentes caractéristiques afin de partager, d'essayer d'établir un bon voir très bon panneau grâce à vous, et surtout mettre au point une liste des longueurs d'ondes (avec un ratio) pour la croissance ( et dans un second temps une pour la flo), avec les schémas et photo du montage que je ferai qui pourra servir de tuto pour tout les fans de LEDs qui ont envie de tenter le homemade sans devenir chauve.. Actuellement j'ai un petit placo de 80x80x200 qui recevra à terme un PM et des boutures , je compte donc avec votre aide bien sur, pour me conseiller sur les quelques caractéristiques qui me manques : -puissance : 3W -nb LEDs : 20~50 -angle : 90° -lentilles : je ne sais pas encore -longueur d'onde (spectre de cro) : ??? -UV :??? -IR :??? -dissipateur thermique (radiateur ) :à voir Le projet n'est pas fermé, je suis ouvert à toutes propositions vis à vis des détails du panneau SI ensemble on peut améliorer le quotidien des pro homemade , des pro LEDs bref , et éviter les panneaux aux prix exorbitant. CANNAWEEDEUR , le monde a besoin de VOUS !!! Sur ce Roulez bien;)
  24. JDCn°3 [LED-booster][industrial][powerkusk][terre][scrog] fisheye ! Comme il ce doit je vais vous présenter mon 3éme journal de culture basé sur une nouvelle technique de culture. booster flo Présentation du projet Variété Matos Baby sous le grillage Croissance 100% LED Macro bud Floraison Booster Récolte (à venir)
  25. Bonjour à tous, C'est ma première culture et étant passionné par le high tech et rentable je me suis donc tout naturellement tourné vers les LEDs. Mais comme je ne veux pas mettre trop d'argent dans ce projet j'ai essayé de faire un placo 100% récup ! C'est parti ! Matériel Placo : Parois : Recouvertes d'aluminium alimentaire EDIT : Remplacé par une couverture de survie en début de flo Placard en carton (simple boite de livraison) : H50 x L40 x P30 (Hauteur, Largeur, Profondeur) Ventilation : Double ventilateur en extraction (en haut à gauche dans le placard) Il y avait un intracteur au début (ventilo d'ordinateur 12v) mais il a lâché (mal soudé) Il y a donc un trou pour un ventilo au milieu du placard sur la gauche (en face de l'extra) Lampe : Panneau de LEDs home-made de 36W 10 LEDs de 3W rouges (longueur d'onde = 650-660nm) 2 LEDs de 3W bleues (longueurs d'onde = 445nm et 470nm) Alimentation pour LED d'aquarium 36w : https://dx.com/p/wate...r-85-265v-42906 Hygrométrie :​ 2 en 1 Hygro + thermo & un brumisateur Pour les plantes : Variété : Orange Bud ou Skunk Passion (Dutch Passion) (On ma donné les graines en vrac en me nommant ces deux variétés) Pots : un pot de plus de 4L et un pot de 3L deux plants se trouvent dans le pot de 4L il va me falloir trouver un nouveau pot pour séparer mes plantes. Substrat : J'ai commencé avec du terreau très mal adapté mais je ne savais pas, c'était de la "Terre de bruyère" de chez point vert au pH de 5.4, ce qui m'a valu un topic en section diagnostique car les feuilles cramaient (cf photos), je suis donc passé sur du light-mix de chez Biobizz et tout va mieux ! Engrais : aucun ! Météo : Température : 18 à 22°C. Vent : Extraction durant tout le cycle nuit et la moitié du cycle jour. Lumière : 18/6 Humidité : 40 à 80% Photo de l'install : GERMINATION CROISSANCE FLORAISON Voila en espérant que ca n'aide pas que moi. Bonne pouss' !