Italie: « je cultive » du cannabis pour limiter les effets de la crise et démanteler le marché noir

Sign in to follow this  
Italie: « je cultive » du cannabis pour limiter les effets de la crise et démanteler le marché noir
By mrpolo ,

Le conseiller régional Michele Usuelli se joint à la désobéissance civile pour la légalisation

io-coltivo-1400x840.jpg

Apologie et témoignage Italien pour les français. « Je fais pousser du cannabis parce que je suis membre des commissions Antimafia, Activités productives, Santé et Prison. » . Parler de la légalisation du cannabis n’est pas une question irréaliste, ni un détournement de l’ennui de la quarantaine : ce devrait plutôt être l’une des premières mesures à prendre pour faire face structurellement aux répercussions et aux conséquences que la crise économique produira, et produit déjà en partie, dans notre pays.

 

J’ajouterais qu’une classe politique qui est sur le point de faire face à un effondrement du « système national » d’une telle ampleur devrait placer la réglementation des drogues douces au centre du débat politique, comme un acte de sérieux. Surtout après le dépôt, le 16 avril 2020, des motivations de l’arrêt des sections unies de la Cour de cassation qui, dépénalisant de facto la culture pour usage personnel, appellent à une révision de la loi consolidée sur les stupéfiants et à l’abandon de son raisonnement punitif.

 

Pour aider à convaincre le Parlement de l’urgence de ce débat, j’ai donc décidé de me joindre à la désobéissance civile de masse « Io Coltivo« , lancée le 20 avril par Meglio Legale, Radicali Italiani, Associazione Luca Coscioni, Dolcevita et plus de vingt autres activistes qui luttent depuis des années contre l’interdiction du cannabis et de ses dérivés. À partir d’aujourd’hui, je grandis aussi et je le fais en tant que citoyen, mais surtout en tant que conseiller régional de Lombardie et membre des commissions qui composent le Conseil.

 

Plus précisément, « Io Coltivo » en tant que membre de la Commission antimafia, car le marché des drogues illicites en Italie représente 30 milliards d’euros par an : le cannabis et le haschisch y contribuent pour un peu moins de la moitié. Fermer immédiatement l’un des grands « robinets d’argent » du crime organisé par l’auto-culture est un acte de responsabilité envers l’État.

 

Surtout maintenant que l’épidémie a ouvert à la mafia de nouveaux canaux d’investissement et de nouvelles stratégies pour obtenir un consensus social, il est nécessaire que les institutions italiennes décident de gérer et de réguler les « marchés noirs » qui représentent chaque année 214 milliards d’euros (Istat, nda). Les recettes du trafic de drogue, en particulier, permettent aux clans d’être déjà parmi les principaux actionnaires de l’économie légitime : 30 milliards, c’est-à-dire les recettes des stupéfiants, représentent la valeur de toute la production agricole nationale et la moitié du secteur automobile italien.

 

Cela signifie que le pouvoir d’investissement des mafias sur le marché légal est immense et, entre autres choses, met en danger la concurrence et les structures des démocraties libérales. C’est pourquoi « Je cultive » est également membre de la Commission des activités productives : la légalisation des marchés illégaux crée des recettes fiscales et de nouveaux emplois car elle stimule des secteurs économiques inexplorés, oubliés ou en crise.

 

Quels seraient les avantages pour notre économie ? Il suffit de penser qu’aux recettes fiscales générées par les taxes sur les ventes, calculées entre 5 et 7 milliards de la recherche constante de l’Université de Messine et du professeur Marco Rossi de l’Université Sapienza de Rome, s’ajoutent les recettes fiscales des employés du secteur (environ 1,5 milliard par an ; les recettes de l’Irpef pour l’emploi d’environ 350000 travailleurs pour toute la chaîne de production). Les économies réalisées sur le front de la justice sont ensuite ajoutées aux activités induites actives, raison pour laquelle « Io Coltivo » est également membre de la Commission des prisons lombardes.

 

Le dernier rapport sur la toxicomanie présenté au Parlement, et avant lui le Xe Livre blanc sur les drogues, montre qu’un tiers des prisonniers sont en prison pour avoir violé le texte unique sur les stupéfiants : la légalisation du cannabis, et l’abolition de la chaîne du commerce illégal qui en découle, permettrait d’économiser 541 millions d’euros en frais de justice et de prison et 228 millions en ordre et sécurité publics, sans considérer que cela résoudrait le problème de la surpopulation carcérale chronique pour lequel l’Italie est multi-condamnée devant la Cour européenne des droits de l’homme.

 

Libérer les tribunaux et mettre fin à la persécution des comportements liés au cannabis aurait également des avantages indirects pour la recherche scientifique liés à ses effets thérapeutiques avérés. Des milliers de patients luttent pour trouver des cannabinoïdes dans les pharmacies et les médecins qui les prescrivent car, bien qu’il soit reconnu en Italie depuis 13 ans, il est jusqu’à présent considéré comme un médicament phytosanitaire secondaire plutôt que comme un myorelaxant, un antidépresseur ou un analgésique valable. « Je cultive », donc, aussi parce que je suis membre de la Commission de la santé et que je suis responsable de la santé et du droit au traitement des citoyens, et non du « préjudice de l’État » contre une plante.

 

Plus qu’une désobéissance, il s’agit peut-être d’une action d’affirmation civile, ouverte à la participation et au soutien d’autres associations et individus qui estiment que la loi italienne sur les drogues doit être modifiée. Raison de plus, donc, « il n’est que juste que la chance nous aide ».

 

Source: blog-cannabis.com

 


  • Like 1
  Report Article
Sign in to follow this  


User Feedback


There are no comments to display.