lelfe

réussir sa culture guerilla en méditerranée

Recommended Posts

lelfe

[TUTO EN CREATION, NE PAS REPONDRE SVP]

 

salut à tous

 

je crée ce tuto pour les growers du pourtour méditerranéen, qui veulent avoir de bons résultats en guerilla sans se casser la tête !

pourquoi en méditerranée ? parce que le type de spot que je propose ne se trouve qu'en méditerranée, tout simplement, et parce qu'on fait face à un problème majeur : l'assec estival

aussi, nous n'avons pas les mêmes contraintes face à l'humidité, chez nous on a juste peur des tonneaux d'eau qui se déversent en automne...

 

 

 

1) LE BON SPOT

 

 

 

pour faire face à ces problèmes d'assec et se dispenser d'un arrosage quotidien, une seule solution : trouver l'eau.

il s'agit en fait de trouver des plantes qui indiquent une nappe phréatique de surface.

ces plantes sont :

 

-arundo donax, la canne de provence :

espèce mésohygrophile, héliophile, thermophile.

c'est à dire qu'elle aime l'eau(pas d'assec estival), le soleil, et la chaleur.

de plus, elle pousse sur des sols relativement profonds, au pH neutre et assez riche en azote

Elle indique particulièrement l'eau et le bon ensoleillement

 

-sambucus ebulus, le sureau yèble

espèce mésophile, héliophile, neutronitrocline

elle indique la richesse du milieu en éléments nutritifs, et un sol profond et frais, ainsi qu'un pH neutre à légèrement acide.

Le gros avantage de cette plante également, est qu'elle arbore le même vert que nos plants, et une feuille à peu près semblable

pour la petite histoire j'ai amené un ami voir mes plants, il a eu du mal à les distinguer alors qu'il était juste en face, il a failli pisser dessus !!!

 

quand on trouve ces deux espèces sur la zone, on est déjà très bien parti !

 

celà dit, il est préférable de faire ses prospections en plein été pour la saison suivante, d'une part parce que le sureau yèble est une plante géophyte à souche rampante(type rhyzome), c'est à dire qu'elle passe l'hiver sous terre, et d'autre part parce que la santé de ces plantes en été est un bon indicateur de la quantité d'eau exacte en été :

une population de sureau d'une grande surface, et bien grasse en été, indique que vous n'aurez pas à arroser de l'année !!!

 

dans cette formation végétale, on retrouve également quasi systématiquement deux plantes :

 

-urtica dioïca, l'ortie dioïque

lui indique une grande disponibilité des éléments minéraux principaux : l'azote et le phosphore.

c'est à dire qu'en plus de ne pas arroser vous n'aurez pas à engraisser !!!

 

-equisetum, la prêle

cette plante stocke certains microéléments intéressants, comme le magnésium ou manganèse.

 

on retrouve également souvent des ronces en lisière de sureau, ce qui est un atout supplémentaire !!!

 

NDR : pour ma part, ma zone se situe en pleine zone industrielle, des milliers de personnes passent juste à côté chaque saison, mais qui voudraient y entrer ?

 

vous avez trouvé la zone miracle ! maintenant il va falloir planter !!!

 

 

 

2) LA PLANTATION

(voir annexe 1)

 

 

2.a) PREPARATION

 

 

moment crucial : il faut planter assez tôt en saison pur que les racines puissent atteindre la nappe phréatique avant l'assec estival.

semez donc chez vous des plants, féminisés de préférence, en godets(anti chignon si possible)

préparez chez vous des mélanges, 5L par pied !

il faut créer une grosse poche d'eau pour que les racines tirent rapidement

de préférence avec du stimulant racinaire, ou des champignons(tarentula/piranha)

munissez vous d'une pioche ;)

pensez à garder un pied témoin à la maison pour savoir quand aller récolter !!!

 

 

2.B) PLANTATION

 

 

la bonne période pour planter est généralement quand les sureaux atteignent 1m40(jusqu'à 2m50 adultes sur les zones parfaites)

il faut rentrer dans la zone en zigzaguant dès les premiers mètres pour ne pas créer un chemin visible, le sureau étant très cassant.

ACHTUNG ! il faut planter relativement éloigné des cannes de provence, celles ci plient sous leur propre poids et celui de la pluie en automne !

 

Arrivé à l'endroit parfait, dégager la zone plus grand que nécessaire, et attaquez le sol à la pioche. le sureau ayant des rhyzomes, il faut les défoncer, pour éviter la repousse et retrouver ses pieds envahis en fin d'été.

 

plantez les pieds à 1m l'un de l'autre, en faisant des cuvettes pour arroser, arrosez 5L/pied

paillez si possible, avec les feuilles/tiges de canne de provence

 

barrez vous jusqu'à la récolte !!!

 

 

3) RECOLTE

 

bon, là vous savez tout

moi je manucure sur pied pour limiter le volume, et je me barre

 

dans les jours qui suivent, je retourne sur la zone, je fais un béchage de surface, je dépose à la volée un sac de corne compostée(un festin pour les champignons) puis je ramasse le maximum de végétation sèche autour, que je dépose sur ma zone de plantation, sur 50cm d'épaisseur minimum

une bonne partie étant les feuilles et tiges de canne de provence, mais aussi orties, prêles, et branches pour le carbone.

ça enrichit le sol, et permet d'avoir une sone propre la saison suivante.

j'apporte également un bidon de mélange de champignon que je vide sur la zone, ils ont la capacité de synthétiser le phosphore, qui est un élément limitant des écosystèmes.

 

 

4) LES VARIETES

 

 

choisir des variétés féminisées ça je l'ai déjà dit

par contre, et là, comme je suis une quiche en variétés de cannabis(je ne m'y suis jamais réellement interressé, j'ai tjs cultivé les variéts de potes), j'aurais besoin de vos conseils éclairés :

 

il serait préférable de choisir des variétés assez rustiques, au développement racinaire fort et le moins gourmandes en eau possible

 

à vos propositions !

 

 

ps : je n'arrive pas à envoyer mon shéma...

  • Like 6
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zhenya

Salut !

 

Très interessant ! Très bon article !

 

Je ne connaissais  pas les spécifications du sol qui accompagne le sureau yèble ! c'est toujours bon à prendre !

 

Par contre pour la canne de provence, certe c'est une plante qui aime les zone humide, mais qui résiste parfaitement à la sécheresse estivale. Chez moi elle pousse plutot dans une terre très argileuse, grosse rétention en eau aux saisons intermédiaire, mais sèche et dure comme la pierre en été.

Ce que je craint, c'est que les nappes de surface que tu évoque s'éppuisent durant la longue et aride période estivale de nos régions. Cette plante (une fois implantée) étant très résistante à la sécheresse, ce n'est peut être pas l'indication la plus fiable pour la présence d'eau à portée de racine pour nos plantes.

Comme tu le signale, je pense qu'il est important de planter à une distance asser importante de la canne de provence, son develloppement étant impressionant, il ne faudrait pas qu'elle prenne le dessus sur nos plante (niveau ensoleillement comme racinaire)

 

Sinon très bon article ! J'ai hâte de lire la suite ! :supair:

Share this post


Link to post
Share on other sites
lelfe

oui, tu as raison zhenya, la canne peut subir un léger assec estival jusqu'à un certain point ! elle n'est absolument pas résistante à la sécheresse ;)

c'est pour ça que je précise de regarder en été la santé de la population, il faut qu'elle soit bien grasse.

celà dit, sécheresse de l'air et de la terre de surface ne veulent pas dire qu'il n'y a pas d'eau dessous

il se peut qu'il y ait une rupture de capillarité entre les différents horizons, et que la nappe soit présente à 1m par exemple.

tu peux faire le test, de mettre de l'argile sur du terreau, tu verras en été un assèchement de l'argile alors que le terreau est encore humide ;)

après, quand la zone est blindée de sureaux, celà crée une "ambiance forestière" qui tient le sol frais.

de plus, la souche du sureau fragmente la terre et la garde souple.

sur ma zone, je peux creuser à la main sur une bonne trentaine de cm à la plantation, la terre semble un peu sèche, puis j'arrive à l'horizon suivant, limoneux, bien humide ;)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
saiyuki83

salut,

 

moi j'ai trouvé un spot sur des calanques exposés plein sud, dans les hauteurs de toulon

le spot était parfait assez loin des sentiers et plutot difficile d'acces

j'ai planté 2 afghanes mais malheureusement une a servie de repas aux escargots et l'autre arraché ( sangliers ?)

du coup ca sera sur ma fenêtre cette saison x)

Share this post


Link to post
Share on other sites
beuh-chat

Salut

Très intéressante, peu être quelque photo de chaque variété de plante évoque, et ca sera au top.

A+

 

Dans la vie t as qu une alternative:

Soit t es provincial,

Soit t es Provençal.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
lelfe

soit t'es perceval, mais là c'est pas cool ^^

bah j'ai donné mes résultats de 10 ans d'expérience sur différents spots, et je continue d'en essayer d'autres(types)

celui là reste le meilleur.

un souci d'humidité il y a deux ans(date du post) celà dit, oïdium, puis dans les têtes pourriture grise

elles étaient vraiment grosses tu me diras, ptet trop ^^

donc cette année c'est AMS !

 

beuh-chat, oui une photo ce serait pas mal mais je suis une quiche en pc.

Avec le nom latin que j'ai donné pour chaque plante un petit copier coller ;)

mais si tu veux participer n'hésites pas

tfaçon le post a pas l'air d'intéresser grand monde

étonnant, bcp gens cultivent en ville en inté petites surfaces

alors que c'est si simple d'obtenir gros rendement en guerilla

 

oui seyuki pas de chance.

après les sangliers piétinent, labourent mais n'arrachent pas...

ah oui j'avais oublié, anti-limace obligatoire, c'est le printemps !

et jamais tous ses oeufs dans le même panier, on est à l'abri de rien en guerilla : voleurs, nuisibles, pluie, sangliers...

 

 

mon autre astuce : dans une garrigue semi ombragée derrière chez moi, je plante au printemps une graine par jour en godet tourbe que je lacère un peu, et je plante donc un plant par jour, 3L d'eau, à plein d'endroits différents, jusqu'à fin juillet.

la moitié crève, le reste survit

mais ça fait de la tête quand même en automne

faut juste se souvenir de tous les endroits (pour les mâles)

ça fait des pieds petits de beuh un peu plus âcre mais correcte

c'est fun aussi, moins productif mais fun

 

mon but à travers ça est aussi d'adapter le cannabis à ma région par sélection naturelle

je laisse les mâles robustes jusqu'à la formation de débuts de buds

ça fait des graines en bas

sur plusieurs génération je peux espérer obtenir une variété "adaptée" en sélectionnant systématiquement les plus forts, un peu de backcross etc

mes graines de base sont un croisement de multiples variet, je pars donc d'un pool génétique large

l'an prochain je pense faire entrer de la génétique marocaine (landrace) pour l'adaptabilité à notre climat

puis en cercle fermé

 

si j'y arrive j'aurai surement une géné bâtarde, mais une bonne base pour du cross avec dla grosse variet

une méditerranéan kush ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rackham357
Le ‎23‎/‎07‎/‎2016 à 17:31, lelfe a dit:

soit t'es perceval, mais là c'est pas cool ^^

bah j'ai donné mes résultats de 10 ans d'expérience sur différents spots, et je continue d'en essayer d'autres(types)

celui là reste le meilleur.

un souci d'humidité il y a deux ans(date du post) celà dit, oïdium, puis dans les têtes pourriture grise

elles étaient vraiment grosses tu me diras, ptet trop ^^

donc cette année c'est AMS !

 

beuh-chat, oui une photo ce serait pas mal mais je suis une quiche en pc.

Avec le nom latin que j'ai donné pour chaque plante un petit copier coller ;)

mais si tu veux participer n'hésites pas

tfaçon le post a pas l'air d'intéresser grand monde

étonnant, bcp gens cultivent en ville en inté petites surfaces

alors que c'est si simple d'obtenir gros rendement en guerilla

 

oui seyuki pas de chance.

après les sangliers piétinent, labourent mais n'arrachent pas...

ah oui j'avais oublié, anti-limace obligatoire, c'est le printemps !

et jamais tous ses oeufs dans le même panier, on est à l'abri de rien en guerilla : voleurs, nuisibles, pluie, sangliers...

 

 

mon autre astuce : dans une garrigue semi ombragée derrière chez moi, je plante au printemps une graine par jour en godet tourbe que je lacère un peu, et je plante donc un plant par jour, 3L d'eau, à plein d'endroits différents, jusqu'à fin juillet.

la moitié crève, le reste survit

mais ça fait de la tête quand même en automne

faut juste se souvenir de tous les endroits (pour les mâles)

ça fait des pieds petits de beuh un peu plus âcre mais correcte

c'est fun aussi, moins productif mais fun

 

mon but à travers ça est aussi d'adapter le cannabis à ma région par sélection naturelle

je laisse les mâles robustes jusqu'à la formation de débuts de buds

ça fait des graines en bas

sur plusieurs génération je peux espérer obtenir une variété "adaptée" en sélectionnant systématiquement les plus forts, un peu de backcross etc

mes graines de base sont un croisement de multiples variet, je pars donc d'un pool génétique large

l'an prochain je pense faire entrer de la génétique marocaine (landrace) pour l'adaptabilité à notre climat

puis en cercle fermé

 

si j'y arrive j'aurai surement une géné bâtarde, mais une bonne base pour du cross avec dla grosse variet

une méditerranéan kush ?

 

 

Quel régal une variété pour nous les sudistes comme les parisiens ont la pluie !

 

Plus sérieusement moi qui me connais pas du tout en botanique sait tu  si les ronciers sont une source d'eau a proximité ? tu vois ces gosses plantes de merde avec plein de pics dessus hahaha 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JBdu14

Salutation a tous et toutes,

 

je conseil chaussure haute ou bottes ou pire chaussette haute.

 

Vous allez devoir traverser des plantes et donc beaucoup de chance de vous faire piquer par des TIQUES et vue la recrudescence faite attention.

 

A retirer le plus vite possible avec un arrache tique vendu en pharmacie pour 2€

 

Cordialement JB.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ashram

yo,

je up car le tuto est top!!

merci lelfeabe

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites