Un nouvel automne


Recommended Posts

Mes amis, bonsoir, 


Oh ! les beaux jours qui viennent ! Comme moi, ressentez-vous cette délicieuse effervescence olfactive qui vous enveloppe à mesure que vous approchez de ces plantes à l’odeur multiple et pourtant toujours la même ?


Depuis quelques jours, les fleurs enfin s’épaississent. La base des petites feuilles qui les délimitent se couvre d’écume. Déjà, vous savez laquelle tombera la première, d’un seul coup d’ébrancheur. Ici, c’est une Black Domina, courte et généreuse, au parfum discret mais voluptueux - elle brûle de s’offrir à moi, mais tempérer ses ardeurs je dois : il lui faudra mûrir pour grossir encore. Ses bourgeons charnus s’alourdissent de jour en jour, et mettent déjà à l’épreuve ses branches délicates mais solides. Peu de sénescence jusqu’ici. Les récentes averses ne semblent pas avoir réveillé le mauvais botrytis, ce Voldemort du jardinier interlope...

 

A l’exception d’un bref épisode de pâleur subite au troisième mois de sa vie, peu après le solstice d’été, vite résolu par l’administration d’une dose d’attaque de purin d’ortie - à cause de quoi, ma femme me fit de nouveau remarquer que je plantais toujours trop près de la maison - cette Sombre Maîtresse offrit peu de résistance à mes approches. Il faut dire que je l’aurais laissée profiter de sa brève existence sans jamais la contraindre, sans la moindre brutalité. Juste un élagage, certes conséquent, lors du stretch, parce que bibi veut limiter au maximum la galère de la manucure, parce que mais que c’est chiant la manucure, c’est l’absolu du chiant. La manucure est au cannabis ce que le vélo est au sport. Bon. Et, depuis la semaine dernière, une cordelette à son tronc rattachée à une pierre, pour l’aider à faire front aux assauts des vents venus avec les pluies. 

Il lui sera, de toute façon, beaucoup pardonné, car elle est méritante : la terre dans laquelle elle puisa un peu d’énergie, n’est pas des plus enviables, qui paraît avoir été stérilisée tant elle semble n’abriter aucune vie (visible...). C’est ainsi qu’elle dut lutter, et sa vigueur sut conquérir mon cœur. 

 

Puisque l’automne est notre printemps, venez raconter vos histoires de fleurs. Venez ici partager vos joies et vos peines, elles seront entendues sûrement...

 

Bonsoir bonsoir - et pardonnez-moi s’il-vous-plait, c’est l’ami canna qui me rend lyrique. 

  • Thanks 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...