Sign in to follow this  
boogerman

L’Ar­gen­tine distri­bue gratui­te­ment du canna­bis médi­cal

Recommended Posts

boogerman

https://www.ulyces.co/news/largentine-distribue-gratuitement-du-cannabis-medical/

 

L’Ar­gen­tine distri­bue gratui­te­ment du canna­bis médi­cal

par  Sarah Ben Bouzid  | 22 novembre 2020

 
 
 

L’Ar­gen­tine a léga­lisé le canna­bis médi­ci­nal en 2017, mais unique­ment pour les patients souf­frant d’épi­lep­sie sévère. Cepen­dant,  un update à la loi publié le 12 novembre permet de pres­crire du canna­bis pour n’im­porte quelle patho­lo­gie, de permettre aux citoyens de culti­ver de la weed chez eux et enfin, d’en four­nir gratui­te­ment aux patients ne dispo­sant pas d’as­su­rance mala­die, explique Vice.

Les parti­sans argen­tins de la léga­li­sa­tion du canna­bis ont accueilli la nouvelle avec enthou­siasme. « Cette nouvelle étape dans le proces­sus de léga­li­sa­tion commence à répa­rer l’injus­tice de la stig­ma­ti­sa­tion d’une plante qui a apporté une qualité de vie à beau­coup de gens », a déclaré Vale­ria Salech, prési­dente de l’ONG Mamá Cultiva Argen­tina.

Ainsi, les personnes ayant une ordon­nance de canna­bis seront auto­ri­sées à culti­ver leurs propres plantes chez elles, ou à les obte­nir auprès d’un ami ou d’un membre de leur famille, à condi­tion que le culti­va­teur soit inscrit dans un registre gouver­ne­men­tal. Elles pour­ront égale­ment l’ob­te­nir par l’in­ter­mé­diaire du système natio­nal de santé. Mais il y a aussi l’obli­ga­tion de « mettre en œuvre des mesures visant à four­nir gratui­te­ment, au nom de l’État, des produits déri­vés de la plante de canna­bis aux patients qui ont une pres­crip­tion médi­cale mais ne béné­fi­cient que d’une couver­ture mala­die ».

La péna­li­sa­tion de la consom­ma­tion de drogue est une zone grise légale en Argen­tine. En 2009, la Cour suprême a statué qu’il était incons­ti­tu­tion­nel de péna­li­ser les adultes pour posses­sion de drogues pour leur consom­ma­tion person­nelle. Mais cette déci­sion n’a jamais été trans­po­sée dans la loi, et la police conti­nue d’ar­rê­ter et de pour­suivre les consom­ma­teurs de drogue, en parti­cu­lier dans les commu­nau­tés défa­vo­ri­sées. « Très souvent, la police ne tient pas compte de la déci­sion de la Cour suprême », déplore Victo­ria Darrai­dou, membre du Centro de Estu­dios Legales y Sociales (CELS).

Le gouver­ne­ment argen­tin recon­naît que l’ap­proche de la guerre contre la drogue ne fonc­tionne pas et péna­lise plutôt les consom­ma­teurs que les trafiquants. Le président Alberto Fernán­dez avait déclaré avant son élec­tion que « la guerre contre la drogue avait échoué » et que « la solu­tion n’était certai­ne­ment pas de persé­cu­ter les gens parce qu’ils fument un joint ». Il vient de faire un nouveau pas en avant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this