Des chercheurs inversent les symptômes de schizophrénie provoqués par le THC

Des chercheurs inversent les symptômes de schizophrénie provoqués par le THC
By mrpolo ,

Consommer du weed à l’adolescence pourrait être dangereux. Aujourd’hui, des scientifiques affirment pouvoir corriger certains effets néfastes du THC sur le cerveau.

 

 

 

Des études avancent que l'exposition répétée au THC à l'adolescence augmente les risques de développer une maladie comme la schizophrénie, quoique le lien entre maladie mentale et cannabis soit toujours débattu dans le milieu scientifique.

 

L'an dernier, des chercheurs de l'Université de Western Ontario avaient cependant démontré qu'une exposition au THC avant la majorité entraînait à l'âge adulte des déficits comportementaux similaires à ce qu'on peut observer chez les schizophrènes.
Avec leurs plus récentes études, ces mêmes chercheurs disent pouvoir inverser ces effets négatifs de la consommation de THC. Ils y sont parvenus en stimulant un neurotransmetteur en particulier : le GABA.

 

Il s'agit d'un composé chimique qui joue un rôle important dans la régulation de l'excitation neuronale dans le cerveau. Une diminution du GABA entraîne une hyperactivité du cerveau ; « c'est ce qu'on observe chez les schizophrènes », explique l'auteure principale de l'étude, la Dre Justine Renard. « Et c'est ce qui pourrait être à l'origine de leurs anomalies comportementales. »
Elle ajoute que des analyses post-mortem de cerveaux ont aussi mis en lumière une baisse du GABA chez les patients atteints de schizophrénie. Chez les souris qui avaient consommé du THC à l'adolescence, on enregistrait cette même diminution du GABA.
Ce qu'ils ont fait

 

Les scientifiques ont administré du THC à des rats adolescents, d'un âge à peu près équivalent à 13 à 17 ans chez les humains.
Ils ont remarqué que les animaux devenaient plus anxieux, qu'ils présentaient des troubles cognitifs, des troubles de la motivation, ainsi que des altérations neuronales dans une autre aire du cerveau impliquée dans la régulation des émotions. C'est une aire qui a aussi un rôle dans la schizophrénie, rappelle la Dre Renard.

 

Tout cela pouvait s'inverser avec le bon traitement. « Lorsqu'on booste le système GABA chez les animaux [d'âge adulte], on est capable de diminuer l'anxiété, de restaurer leur motivation, et de restaurer leurs troubles cognitifs. On est également capable de remettre un niveau d'activité dopaminergique normal », explique-t-elle.
Cette dernière est très enthousiaste face aux résultats de sa recherche. « C'est la première fois qu'on comprend un peu mieux les mécanismes sous-jacents des effets néfastes du THC pendant l'adolescence », indique-t-elle.

 

La chercheuse nuance que la présente étude ne prouve pas qu'on peut guérir la schizophrénie, mais qu'on peut peut-être diminuer certains symptômes. Elle juge que ces découvertes pourraient « ouvrir des portes pour penser à de nouvelles préventions ou de nouvelles thérapeutiques » dans le traitement de la maladie. Elle se dit prête à collaborer avec des chercheurs qui voudraient explorer cette avenue sur les humains.

 

Pour sa part, son équipe a pour projet de tester dans un contexte semblable les effets du CBD, un autre composant du cannabis qui a plutôt des effets antipsychotiques. Peut-être qu'en consommer à l'adolescence aurait pour effet de renverser les effets du THC?
Ça reste à voir.

 


1493917452081-justine.png?crop=1xw:1xh;center,center&resize=360:*&resize=80:*
Justine de l'Église

 

Source: vice.com/fr_ca


  • Like 1
  Report Article


User Feedback


There are no comments to display.