Bilan Macron. Cannabis : une dépénalisation douce, une répression forte

Bilan Macron. Cannabis : une dépénalisation douce, une répression forte
By lifeisorganic ,

Salut

 

Un petit article qui parle de notre chère plante sorti hier sur Médiapart (ici pour les abonné-es)

 

Pour les autres, abonnez vous, c'est un journal qui n'est acheté que par ses lecteurs !

 

 

Bilan Macron. Cannabis : une dépénalisation douce, une répression forte

En 2017, Emmanuel Macron jouait encore sur deux tableaux concernant le cannabis, tantôt favorable à la dépénalisation, tantôt conservateur. Une deuxième tendance qui s’est vérifiée tout au long de son quinquennat, en effaçant la première.

James Gregoire

3 mars 2022 à 20h16

 
 

Environ 18 millions de personnes, soit 44,8 % de la population adulte en France, ont consommé, au moins une fois dans leur vie, du cannabis, selon une étude de l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) de 2017. En 2020, toujours selon l’OFDT, 11 % des personnes interrogées, âgées de 18 à 64 ans, ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année. Si la France reste la championne européenne de la consommation de cannabis, le bilan d’Emmanuel Macron sur la question est en revanche ambigu.

En 2016, dans son livre programmatique Révolution (Éditions XO), le futur président de la République affirmait que « la légalisation du cannabis a des intérêts, une forme d’efficacité ». « Il est vain de pénaliser systématiquement la consommation de cannabis », estimait-il à l’époque. Une formule répétée à l’identique sur France Inter. Et amendée, dès février 2017, dans les colonnes du Figaro : « Je ne crois pas à la dépénalisation des “petites doses” ni aux peines symboliques. Cela ne règle rien. »

 

(Note de LiO : je ne sais pas intégré la vidéo au post, mais je vous mets un lien, y a rien de très intéressant de toute façon, il a fait le contraire ...)

https://www.youtube.com/embed/p-4TiULPcPQ

 

Emmanuel Macron : « Cannabis : je crois que la légalisation a une forme d'efficacité. » #QuestionsPol © France Inter

 

D’abord effective dans quelques villes, fin 2018, une solution mixte a été retenue et étendue à l’ensemble du territoire en septembre 2020 : l’amende forfaitaire délictuelle. La consommation de cannabis est désormais punie de 150 euros à 450 euros d’amende, avec inscription au casier judiciaire. En un an, environ 100 000 amendes ont été distribuées, selon le ministère de l’intérieur. Signe que la consommation n’est pas en baisse, malgré un durcissement de la politique institutionnelle.

En 2015, Christophe Castaner, aujourd’hui patron des député·es La République en marche (LREM), se demandait pourtant si « une organisation de la vente médicale en pharmacie, pour la culture personnelle de chacun chez soi, ne permettrait pas de casser cette spirale “délinquantielle” que l’on connaît dans nos quartiers ». Spirale contre laquelle il a souhaité renforcer la lutte en 2019.

Devenu ministre de l’intérieur, il avait présenté, lors d’un déplacement à Marseille (Bouches-du-Rhône), 55 mesures pour lutter contre le trafic, de « l’international à la cage d’escalier ». Sa propositions phare ? La création de l’Office anti-stupéfiants (Ofast), composé de 150 enquêteurs et 16 antennes territoriales. « Si je l’ai lancé à Marseille, c’est parce que je savais que c’était la mère des batailles que nous devions conduire », soulignait-il alors.

Je ne peux pas, en tant que ministre de l’intérieur, dire […] que l’on va légaliser cette merde.

Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur

Gérald Darmanin durcit encore le ton à son entrée Place Beauvau, en juillet 2020. Ce proche de Nicolas Sarkozy se veut extrêmement clair sur le sujet. « La loi de la République, c’est l’interdiction des drogues », affirmait-il sans sourciller à L’Union en septembre 2020. Dans la même interview, il déclarait aussi : « Je ne peux pas, en tant que ministre de l’intérieur, dire […] que l’on va légaliser cette merde. Et je dis bien “cette merde”. »

20220208-img-bilan-macron-macron-et-le-c

Le bilan d’Emmanuel Macron sur la question du cannabis reste ambigu. © Photo Romain Longieras / Hans Lucas via AFP

 

Emmanuel Macron saluera d’ailleurs son bilan en la matière à l’issue du Beauvau de la sécurité en septembre 2021 : « Rien que pour le premier semestre de cette année, c’est 37 % de saisies de cannabis, 91 % de saisies de cocaïne et 60 % de saisies d’héroïne en plus par rapport à 2020 », s’était ainsi félicité le chef de l’État, estimant que « les consommateurs de drogue sont des complices de fait » des trafiquantsDes propos qui faisaient écho à un entretien accordé au Figaro quelques mois plus tôt : « On se roule un joint dans son salon et, à la fin, on alimente la plus importante des sources d’insécurité… »

 

screenshot-2022-02-08-at-11-09-58-ia41-p

En ce qui concerne le trafic, on ne voit pas de nette évolution entre 2016 et 2021. © SSMSI - Ministère de l'intérieur

 

Le chef de l’État souhaitait faire de la lutte contre les trafics sa priorité. Les derniers chiffres publiés par le ministère de l’intérieur semblent toutefois ne pas aller dans ce sens. Le nombre de mis·es en cause pour trafic de stupéfiants en 2021 est en effet en hausse de 13 % par rapport à 2020 et en baisse de « seulement » 2 % par rapport à 2019. On retrouve le même niveau qu’en 2018. Même tendance du côté des usagers et usagères : la nouvelle amende forfaitaire représente plus de 50 % des procédures, signe d’une simplification administrative.

 

Plus récemment, la question du CBD (cannabidiol) a crispé l’exécutif. Ce dérivé du cannabis, contenant moins de 0,3 % de THC, est produit et commercialisé en France depuis 2018 sous forme d’infusions, de gâteaux ou encore d’huiles. Des commerces ont commencé à fleurir un peu partout dans le pays, la France maintenant toutefois l’interdiction de vendre des feuilles de chanvre.

 

La jurisprudence européenne étant plutôt progressiste sur ce sujet, Paris a été condamné par la Cour de justice de l’Union européenne en novembre 2020. Par un arrêté du 30 décembre 2021, le gouvernement a fini par encadrer la production des fleurs et feuilles de chanvre, tout en en interdisant la vente au grand public. Cette interdiction a été suspendue fin janvier par le Conseil d’État,au grand regret de Gérald Darmanin, qui a déclaré sur France Inter : « On n’a pas augmenté le prix du tabac à 10 euros pour qu’on accepte la légalisation, la dépénalisation du cannabis. »

 

Fin janvier, aux balbutiements de la campagne du chef de l’État-presque-candidat, les Jeunes avec Macron (JAM) avaient déjà leur avis sur la question : « Légalisons le cannabis afin de mieux protéger les Français. » Rien, dans les récentes prises de position du président de la République, ne laisse penser qu’il suivra cette ligne.

 

James Gregoire

 

 


  • Like 1
  Report Article


User Feedback


Blueskry

Posted (edited)

Yo !

 

J'ai l'impression que la France est maitresse dans les changement de positions concernant l'avancement vis a vis du Cannabis ...

Chaque année c'est pareille , ils font des test dans des villes, un politique nous annonce qu'ils y réfléchisse en allant vers une dépénalisation progressif , pour ensuite nous dire que rien  ne changeras...

 

J'avais l'espoir y'a quelque années de voir les chose changer , mais je commence à perdre espoir 😢

 

J'aimerais tellement qu'on nous autorise à cultiver 2-3 pieds chez nous. Ils disent que ça ne ferais pas baisser le traffic mais combien d'entre nous on dépenser des centaines(voire des milliers , soyons honnête ) d'euros chez les dealer ? qui eux font remonter l'argent pour alimenter de vrai traffic.

 

Voir qu'on nous considère pas mieux que des trafiquants ... ça fais chiez quand même ..

 

a++🖐️ 

 

  

Edited by Blueskry

Share this comment


Link to comment
Share on other sites
Guest Polopot

Posted

il y a 58 minutes, Blueskry a dit:

J'aimerais tellement qu'on nous autorise à cultiver 2-3 pieds chez nous. Ils disent que ça ne ferais pas baisser le traffic mais combien d'entre nous on dépenser des centaines(voire des milliers , soyons honnête ) d'euros chez les dealer ? qui eux font remonter l'argent pour alimenter de vrai traffic.


Plop- L'avantage des postures idéologiques c'est qu'on a pas besoin d'arguments derrière.
Gégé il a dit que le cannabis "c'était de la merde". Pourquoi chercher plus loin ? Pourquoi réfléchir ? Hein gégé ? P'tit c*n va...

++
 

Share this comment


Link to comment
Share on other sites

Salut,

 

Bon c ’est pas comme si on avait pas l’habitude que ces gens racontent n’importe quoi et son contraire en fonction du sens du vent.....

L’article n’évoque même pas le cas de notre sinistre de la maladie Olivier Variant, lui aussi un champion du retournement de veste cannabique

 

- 2019 Olivier Véreux député  " Le cannabis c’est formidable "

 

 

 

2021 : Olivier Varan, sinistre de la Maladie : Il faut interdire le CBD parce que c ’est dangereux 

 

+++

 

Share this comment


Link to comment
Share on other sites

yep,

 

en matière de drogues la lâcheté et l' hypocrisie des hommes politiques me fout la nausée. Entre ceux qui évoquent un hypothétique assouplissement de la loi et qui une fois au pouvoir ne pensent qu'à réprimer et d'autres qui préconisent la légalisation mais une fois qu'ils ne sont plus au pouvoir, je nous sens mal barrés.

 

pour autant cette légalisation finira malgres tout, malgres eux,  par arriver. Déjà si l' Allemagne se décide à légaliser (et ça semble bien parti) ça devrait faire bouger les lignes.

 

Et peut-être un jour on fera un Nuremberg des abrutis responsables de la guerre à la drogue et surtout à leurs usagers... ça serait marrant

 

 

Share this comment


Link to comment
Share on other sites

Salut

 

@Entheogenetics, c'est normal que l'article ne parle pas de Véran, il s'agit d'un article tiré d'un panel d'articles dédiés au bilan du quinquennat de Macron, tu pourras noter que le titre de l'article est relativement explicite, mais je l'ai pas précisé, sorry.

 

C'est vraiment les graphes que je trouve révélateur, la France fait parti des pays les plus laxistes sur le trafic et on vient bien que le nombre de mis en cause ne varie pas globalement (sauf une petite baisse dans le 1er semestre 2020, on se demande pourquoi...). Par contre, ce qu'on disait sur l'AFD est avéré, c'est un outil supplémentaire pour augmenter la répression contre les usagers.

 

Cya

Share this comment


Link to comment
Share on other sites

Salut,

 

les politiques sont des hypocrites, le nombres d'"élites-politiques" qui se goinfrent les narines à coup de cocaïne en nous disant que la "drogue, c'est mal".

Beau foutage de gueule, si vous ne connaissez pas Gérard Fauré, je vous conseille de le lire ses livres ou de regarder les vidéos sur un site connu (YT).

 

Ce type fournissait tout Paris, il décrit pas mal de soirée chez ces ploucs.

 

Namasté.

Share this comment


Link to comment
Share on other sites