• entries
    16
  • comments
    16
  • views
    3111

World of Weed


manuel valls

1354 views

                            5a7f5aa22b755_worldofweedP.thumb.jpg.2362caf7df468137077955573e0dfc1b.jpg

                           
                            Une histoire du Chanvre

 

L'histoire de la marijuana: comment une plante se répand dans le monde

Des sites où les chasseurs et les cueilleurs préhistoriques ont vécu, aux anciens navires chinois et viking, le cannabis est utilisé depuis des siècles dans le monde entier, et un nouveau rapport présente l'histoire colorée du médicament.

Dans son rapport, l'auteur Barney Warf décrit l'origine de la consommation de cannabis en Asie il y a des milliers d'années et, depuis, s'est répandue dans de nombreuses régions du monde pour s'étendre aux Amériques et aux États-Unis.

«La plupart du temps, il était largement utilisé à des fins médicales et spirituelles», selon l'historien Warf, professeur de géographie à l'Université du Kansas à Lawrence. Par exemple, les Vikings et les Allemands du Moyen Âge ont utilisé du cannabis pour soulager la douleur pendant l'accouchement et pour les maux de dents, a-t-il dit.

"L'idée qu'il s'agit d'une drogue maléfique est une construction très récente", et le fait qu'elle soit illégale est une "anomalie historique", a déclaré Warf. La marijuana est légale dans de nombreuses régions du monde depuis la plus grande partie de son histoire.

D'où vient le pot?

Il est important de faire la distinction entre les deux sous-espèces familières de la plante de cannabis, a déclaré Warf. Cannabis sativa , connu sous le nom de marijuana, a des propriétés psychoactives. L'autre plante est Cannabis sativa L. (Le L a été inclus dans le nom en l'honneur du botaniste Carl Linnaeus.) Cette sous-espèce est connue sous le nom de chanvre; c'est une forme de cannabis non psychotrope, et elle est utilisée dans la fabrication de produits tels que l'huile, le tissu et le carburant. [ 11 Faits étranges sur la marijuana ]

Une deuxième espèce psychoactive de la plante, Cannabis indica , a été identifiée par le naturaliste français Jean-Baptiste Lamarck, et une troisième, peu commune, Cannabis ruderalis , a été nommée en 1924 par le botaniste russe DE Janischevisky.

Les plantes de cannabis auraient évolué dans les steppes de l'Asie centrale, en particulier dans les régions qui sont maintenant la Mongolie et le sud de la Sibérie, selon Warf. L'histoire de la consommation de cannabis remonte à 12 000 ans, ce qui place la plante parmi les cultures les plus anciennes de l'humanité , selon les informations du livre "Marihuana: The First Twelve Thousand Years" (Springer, 1980).

"Il a probablement prospéré dans les sites de décharge riches en nutriments des chasseurs et des cueilleurs préhistoriques", écrit Warf dans son étude.

Des graines de cannabis brûlées ont également été trouvées dans des tumulus funéraires kurganes en Sibérie datant de 3 000 ans av. J.-C. et certaines tombes de personnes nobles enterrées dans la région de Xinjiang en Chine et en Sibérie vers 2500 avant JC ont inclus de grandes quantités de marijuana psychoactive momifiée.

Le chanvre et la marijuana psychoactive ont été largement utilisés dans la Chine ancienne, a écrit Warf. Le premier enregistrement de l'usage médicinal de la drogue remonte à 4000 av. J.-C. L'herbe a été utilisée, par exemple, comme anesthésique pendant la chirurgie, et des histoires disent qu'elle a même été utilisée par l'empereur chinois Shen Nung en 2737 avant JC (Cependant, Shen Nung une figure mythique ou réelle a été débattue, car le premier empereur d'une Chine unifiée est né beaucoup plus tard que le prétendu Shen Nung.)

De la Chine, les fermiers côtiers ont apporté du pot vers la Corée vers l'an 2000 av. J.-C. ou plus tôt, selon le livre "The Archaeology of Korea" (Cambridge University Press, 1993). Le cannabis est entré dans le sous-continent sud-asiatique entre 2000 av. J.-C. et 1000 avant J.-C., lorsque la région a été envahie par les Aryens - un groupe qui parlait une langue indo-européenne archaïque. La drogue est devenue largement utilisée en Inde, où elle a été célébrée comme l'un des «cinq royaumes d' herbes ... qui nous libèrent de l'anxiété » dans l'un des anciens poèmes védiques sanscrit dont le nom se traduit par «Science des Charmes».

De l'Asie à l'Europe

Le cannabis est arrivé au Moyen-Orient entre 2000 avant JC et 1400 avant J.-C., et il a probablement été utilisé par les Scythes, un groupe nomade indo-européen. Les Scythes ont également probablement transporté la drogue dans le sud-est de la Russie et en Ukraine, car ils occupaient les deux territoires pendant des années, selon le rapport de Warf. Les tribus germaniques ont apporté la drogue en Allemagne, et la marijuana est allée de là en Grande-Bretagne au 5ème siècle avec les invasions anglo-saxonnes. [Voir la carte de la propagation de la marijuana à travers le monde.]


                     Cannabis-Map.thumb.jpg.d111ba16fa8e8096c47efcec2e9e7eee.jpg
                                                marijuana_origins_spread.0.png.f2cb7d2ba13bbea66a72a33008353d13.png
  Des graines de cannabis ont également été trouvées dans les restes de navires viking datant du milieu du neuvième siècle", écrit Warf dans l'étude.

Au cours des siècles suivants, le cannabis a migré vers diverses régions du monde, traversant l'Afrique, atteignant l'Amérique du Sud au XIXe siècle et transporté vers le nord par la suite, pour finalement atteindre l'Amérique du Nord.

Comment la marijuana s'est-elle rendue aux États-Unis?

Après ce très long voyage dans les mondes pré-modernes et modernes, le cannabis est finalement arrivé aux États-Unis au début du XXe siècle. Il est arrivé dans le sud-ouest des États-Unis depuis le Mexique, avec des immigrants fuyant ce pays pendant la révolution mexicaine de 1910-1911.

"Beaucoup de préjugés contre la marijuana étaient des craintes racistes à peine voilées de ses fumeurs, souvent promulguées par des journaux réactionnaires", écrit Warf dans son rapport. "Les Mexicains étaient fréquemment accusés d'avoir fumé de la marijuana, d'avoir commis des crimes contre les biens, d'avoir séduit des enfants et d'avoir commis des meurtres meurtriers."

Les lois américaines n'ont jamais reconnu la différence entre Cannabis sativa L. et Cannabis sativa . L'usine a d'abord été déclarée illégale en Utah en 1915, et en 1931, elle était illégale dans 29 États, selon le rapport.

En 1930, Harry Aslinger est devenu le premier commissaire du Federal Bureau of Narcotics (FBN) et a entrepris de multiples efforts pour rendre la marijuana illégale dans tous les États. En 1937, la loi sur l'impôt sur la marijuana a placé le cannabis sous la réglementation de la Drug Enforcement Agency, criminalisant la possession de la plante dans tout le pays.

"Aujourd'hui, le gouvernement fédéral classe toujours la marijuana comme une substance contrôlée de l'annexe I, avec de l'héroïne et du LSD, indiquant qu'il a un potentiel élevé d'abus et de toxicomanie, aucun usage médical accepté et aucun niveau d'utilisation sûr", écrit Warf.



Source /  Une géographie historique du cannabis

Auteurs/ Barney WarfPremière publication: 25 septembre 2014  ( première traduction ) work in progress
 

Spoiler

 

L'auteur remercie plusieurs critiques pour leurs suggestions utiles ainsi que Darin Grauberger pour son aide avec la carte.

Abstrait

 

Le cannabis, y compris le chanvre et son homologue psychoactif, a une géographie historique longue mais largement négligée. Situant le sujet dans des perspectives variées telles que la théorie des systèmes mondiaux, la biopolitique foucaldienne et l'économie morale de la drogue, cet article retrace sa diffusion sur plusieurs millénaires, notant les manières contingentes et inégales dont il était enveloppé dans diverses circonstances sociales et politiques. Après une brève théorisation, il explore les premières utilisations de la plante en Asie de l'Est et du Sud, son déplacement vers le Moyen-Orient et la popularité qui en résulte dans le monde arabe et en Afrique. Ensuite, il se tourne vers son expansion sous le colonialisme, y compris la culture délibérée par les autorités portugaises et britanniques dans le Nouveau Monde dans le cadre de la construction d'une force de travail pacifiée. La cinquième section offre un aperçu de l'histoire contestée du cannabis aux États-Unis, dans laquelle une série de paniques morales du début du XX e siècle ont mené à sa diabolisation; plus tard, la drogue a bénéficié d'une libéralisation progressive.

Les drogues ont longtemps joué un rôle important dans le commerce et la politique mondiaux. Le tabac, présenté aux Britanniques par les Indiens d'Amérique du Nord, fut simultanément dénoncé comme un «légume démoniaque» et embrassé avec enthousiasme dans la nouvelle coutume du tabagisme. Au XVII e siècle, écrivent Kenneth Pomeranz et Steven Topik, «c'était comme si tout le tabac du monde hurlait dans un grand tsunami marron remontant la Tamise vers Londres» (1999, 99). L'opium était au centre de la politique étrangère et des changes de l'Empire britannique au 19ème siècle sous forme de frégates, et les conflits britanniques avec les tentatives chinoises de limiter les importations de cette drogue en Inde conduisirent à la Guerre de l'Opium des années 1840. Les réductions spectaculaires des coûts de transport induites par le capitalisme industriel ont permis aux Européens d'accéder à de nombreuses plantes exotiques du monde entier. Ce faisant, les drogues utilisées principalement dans les occasions religieuses indigènes, comme les utilisateurs de coca dans les temples incas, les saints soufis ou les prêtres bouddhistes, devinrent de plus en plus commercialisables et sécularisées pour devenir des plaisirs bourgeois, puis des délices de masse. David Courtwright ( 2002 ) décrit une «révolution psychoactive» de 500 ans, au cours de laquelle les médicaments ont constamment augmenté en termes de disponibilité, de puissance et de popularité. De telles observations soulignent la nature inégale sur le plan social et spatial de la consommation de drogues, la façon dont elle est invariablement profondément liée aux perceptions culturelles et aux perceptions erronées, et les politiques de régulation morale. Un médicament d'importance critique à cet égard est le cannabis psychoactif.
 

Au cours des trois dernières décennies, une volumineuse littérature sur le cannabis a émergé. Son évolution, son écologie et sa génétique ont fait l'objet de nombreuses analyses botaniques (Hillig et Mahlberg 2004 , Hillig 2005). Un autre sous-ensemble concerne principalement les impacts physiologiques et psychologiques de son utilisation (Kaplan et al., 1986 , Bachman et al., 1988 , Grinspoon et Bakalar, 1993 , Zablocki et al., 1991 , Zimmer et Morgan, 1997 , Iverson, 2000 ). Les questions de spatialité sont souvent marginalisées dans ce corpus de travail. Il existe bien sûr une abondante littérature existante sur la géographie des drogues (Rengert 1996 , Steinberg, Hobbs et Mathewson 2004 , Rengert, Ratcliffe et Chakravorty 2005 , Taylor et autres 2013 ), mais elle tend à se concentrer sur des sujets tels que l'opium ( Hobbs 1998 ) ou les géographies de la toxicomanie (Thomas et autres 2008 ). Bien qu'il existe plusieurs histoires de cannabis compétentes et détaillées (Merlin 1972 , Sloman 1999 , Green 2002 , Booth 2003 et Lee 2013 ), qui tendent à se concentrer sur son illégalisation aux États-Unis (Weisheit 1992 ), des études géographiques de la spatialité de les médicaments les plus populaires au monde sont étonnamment clairsemés. Une série d'études de cas dans le volume important Cannabis and Culture (1975) comprenait des récits historiques sur l'usage du cannabis au Brésil (De Pinho 1975 , Hutchinson 1975 ), Jamaïque (Comitas 1975 ), Inde (Hasan 1975 ), Afrique du Sud (du 1975 ), La Colombie (Elejalde 1975 ) et l'Ethiopie (Van der Merwe 1975 ). Les autres comptes locaux comprennent le Costa Rica (Carter 1980 ), le Belize (Steinberg 2004 ) et Amsterdam (Jansen 1990 , 1991 ). Malgré cette multitude d'études de cas riches, il n'y a pas encore de tentative de retracer la diffusion globale de la plante d'un point de vue géographique, en tissant ses origines, sa diffusion, ses spécificités culturelles et juridiques et son enveloppement dans un seul récit. Bien sûr, depuis Carl Sauer, la domestication et la diffusion des cultures a été un sujet important de recherche géographique (Harris 1967 ), une tradition à laquelle ce document cherche à contribuer.

Du Xinjiang préhistorique aux bidonvilles de Kingston en Jamaïque, en passant par les fumeurs de haschich du Caire médiéval et les utilisateurs occasionnels de pot sur les campus universitaires américains, le cannabis psychoactif a une longue et fascinante géographie historique. Le cannabis a longtemps été lié à l'économie mondiale et aux pratiques sociales et culturelles locales de diverses façons; sa géographie historique pointe donc vers les intersections entre les larges relations sociales qui donnent à la plante un certain degré de cohérence (en particulier les applications religieuses et chamaniques) et les spécificités contingentes des sociétés et des lieux individuels. Ainsi, la diffusion temporelle et spatiale de la plante se situe aux intersections de la biopolitique foucaldienne, de l'ethnobotonie et de l'écologie politique, de la politique morale du désir et de son contrôle, et de la théorie des systèmes mondiaux, lien de multiples échelles spatiales allant de la géopolitique internationale aux rythmes de la vie quotidienne. L'usage du cannabis et les tentatives répétées pour le réguler et le restreindre reflètent des ensembles de normes et de pratiques sociales inégales et changeantes qui reflètent les perspectives et les stratégies des utilisateurs et des divers organismes étatiques et religieux qui ont cherché à le marginaliser.
 

Inspiré par des traitements similaires de sel (Kurlansky 2003 ) et de sucre (Mintz 1986 ), cet article explore la diffusion mondiale et historique du cannabis dans quatre sections. Il s'ouvre sur une brève déclaration sur les variétés de cannabis, notamment le chanvre et son parent psychoactif. Deuxièmement, il intègre le sujet dans une perspective théorique éclairée par la biopolitique, la théorie des systèmes mondiaux et l'économie politique culturelle. Troisièmement, il se tourne vers la domestication et la diffusion du cannabis dans le monde prémoderne, démontrant qu'en dépit des différences multiples entre les cultures, il était perçu positivement le plus souvent, souvent mêlé à des fins religieuses et cultivé pour des raisons pragmatiques et récréatives. La quatrième partie résume le rôle de la plante dans l'économie mondiale coloniale, en particulier dans le Nouveau Monde, lorsqu'elle était à la fois étroitement liée à la traite des esclaves et soumise à un contrôle et à une réglementation de plus en plus étatiques. La cinquième section s'intéresse au contexte américain au XX e siècle, où le cannabis s'est enveloppé dans le climat politique conservateur unique des États-Unis. La conclusion situe les débats contemporains sur le cannabis dans le contexte historique plus large de son utilisation.

Qu'est-ce que le cannabis?
 

Le genre cannabis comprend plusieurs espèces étroitement apparentées. Les plus communs sont deux sous-espèces nommées par Carl Linnaeus en 1753, Cannabis sativa L. (le L est en l'honneur de Linné), largement connu comme le chanvre, qui n'est pas psychoactif, et Cannabis sativa , qui est. Jean-Baptiste Lamarck a identifié une deuxième espèce, Cannabis indica , et le troisième, Cannabis ruderalis , a été nommé en 1924 par un botaniste russe, DE Janischevisky; ce dernier est rare. (Il convient de noter que la controverse assiste parfois à ces classifications taxonomiques). Chaque espèce a plusieurs variantes et sous-espèces. L'histoire et les géographies de Cannabis sativa L. (chanvre) et Cannabis sativa (marijuana) sont très étroitement entrelacés, mais ne sont pas identiques; les deux avaient tendance à se répandre dans l'espace et dans le temps. Le chanvre a une longue histoire d'applications: ses fibres ont été utilisées pendant des millénaires pour fabriquer des cordes, des toiles (du grec kannabis ), des vêtements, du papier, des chaussures et des voiles. En revanche, Cannabis sativa, l'objet de cet article , a longtemps été cultivé pour ses effets psychoactifs, qui sont attribuables à une résine collante que la plante femelle produit riche en cannabinoïdes. Le plus important d'entre eux, le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), a été découvert par deux biochimistes israéliens en 1964. Le THC induit une variété d'effets sensoriels et psychologiques, y compris une légère rêverie et euphorie; conscience sensorielle accrue, créativité et empathie; altération de la mémoire à court terme; sens altéré du temps et de l'espace; augmentation de l'appétit et du désir sexuel; somnolence occasionnelle; et une tendance à améliorer l'introspection, bien que ces effets varient selon les individus en fonction de leur âge, de la dose, de la souche consommée et de la fréquence d'utilisation (Zablocki et al., 1991 ). Le chanvre contient moins de 1% de THC, tandis que le taux de cannabis psychoactif varie de quatre à 20% dans les nouvelles variétés. Le haschisch (arabe pour «herbe sèche») est constitué de la résine de cannabis purifiée et est considérablement plus puissant. Pour que le cannabis libère du THC dans la circulation sanguine, il doit être chauffé à plus de 100 ° C, c'est-à-dire qu'il doit être cuit ou fumé. Historiquement, le cannabis consommé à des fins psychoactives consistait à le manger, à frotter son huile chauffée sur la peau ou à inhaler la fumée produite après avoir été projetée sur un feu; fumer dans les pipes était relativement rare jusqu'à ce que la coutume fût introduite du Nouveau Monde au 16ème siècle. Le cannabis est préparé et consommé sous diverses formes et est connu de longue date par une variété de monikers, y compris ma en Chine; Kif arabe; bhang, charas et ganja en Inde; et dagga en Afrique australe. De même, le mot sanskrit khanap a donné naissance au kanab en farsi, kannabis en grec , konopyla en Russie, cainb en gaélique, henf allemand, hennep hollandais, hampa suédois et chanvre anglais, bien que dans l'usage contemporain il a été appelé pot, herbe et de l'herbe.

Théorisation du cannabis
 

Trois outils conceptuels peuvent être utilisés pour comprendre les géographies de l'usage du cannabis: le biopouvoir et la biopolitique, la théorie des systèmes mondiaux et l'économie politique culturelle. Tous les trois tentent de suturer la dynamique plus large des relations sociales avec les rythmes contingents de la vie quotidienne, en apportant ces deux échelles dans une tension créative.

Le sens foucauldien du biopouvoir est centré sur les relations puissance / connaissance qui produisent des sujets humains, des corps de contrôle et des populations soumises, typiquement dans le contexte de l'État-nation (Sawicki 1991 , Elden et Crampton 2007 ). En gérant une population avec un ensemble d'outils divers, l'État a politisé les dimensions biologiques de l'existence humaine, rendant dociles de grands groupes de personnes afin que leur gouvernance puisse se faire sans problème. Les travaux de Michel Foucault, bien sûr, se sont concentrés sur les prisons, les écoles, les hôpitaux, la maladie mentale, la sexualité, la surveillance et la gouvernementalité, mais plus récemment, le biopouvoir a été étendu à d'autres domaines. Par exemple, il s'est répandu dans les analyses critiques des drogues (par exemple, Bergschmidt 2004 , Marez 2004 , Keane 2009 ) ainsi que des sujets connexes tels que la police (Corva 2009 ), les médias et l'éducation.

Deuxièmement, le cannabis peut être compris dans le contexte de la théorie des systèmes mondiaux (Wallerstein, 1979 ). Par exemple, les flux de drogues illicites sont souvent considérés comme une preuve que les frontières nationales ont diminué dans leur pouvoir de réglementation et constituent donc un défi à la souveraineté (Gootenberg 2009 , Neilson et Bamyeh 2009 ). Au-delà des frontières de l'État-nation, le cannabis a joué dans la dynamique de l'économie mondiale. Par exemple, les efforts assertifs des gouvernements coloniaux britannique et portugais du XVIe au XIXe siècle pour promouvoir l'usage du cannabis étaient liés à la marchandisation mondiale de la force de travail et à la production d'une main-d'œuvre quiescente (Angrosino 2003 ). La biopolitique coloniale, un domaine à part entière (voir Nally 2008 ), offre un éclairage utile sur la façon dont les sujets coloniaux ont été sélectivement produits et gérés à travers des discours qui ont acquis le soutien officiel de l'État.
 

Enfin, le cannabis peut également être intégré dans le domaine de l'économie politique culturelle, une approche qui cherche à combler le fossé entre les perspectives marxistes traditionnelles et les préoccupations poststructuralistes avec la politique identitaire, le discours et la performance politique (Jessop et Oosterlynck 2008 ). . Une variante concerne les interactions homme-plante, généralement théorisées dans le contexte de l'écologie culturelle (Head et Atchison 2008 , Hall 2009 ). La consommation de cannabis a été alternativement promue et diabolisée, formant des îlots de moralité changeants, contingents et contestés situés entre des discours concurrents de légitimité et d'illégitimité (Thompson, Pearce et Barnett 2007 , Wilton et Moreno 2012 ). La consommation de cannabis chevauche donc les frontières de la géographie morale de l'inclusion et de l'exclusion, y compris la régulation de la politique du désir à la Deleuze et Guattari (Goodchild 1996 ), domaine qui s'étend clairement à d'autres sujets tels que le sexe et l'alcool. En ce sens, sa réglementation - ou son absence - reflète des normes et des codes juridiques historiquement spécifiques, des tentatives des gouvernements de produire des sujets moralement corrects et une résistance à ces limitations de la part des producteurs et des utilisateurs. Par exemple, les tentatives de diabolisation de la marijuana et du haschich sont souvent centrées sur leurs prétendus liens avec la subversion culturelle et le manque de respect pour l'autorité. Comme le dit Michael Pollan ( 2001 , 175), la drogue court-circuite la métaphysique du désir dont dépendent le christianisme et le capitalisme (et tant d'autres dans notre civilisation). Pour ceux qui s'opposent à son utilisation, le cannabis représente une menace déstabilisante à l'ordre établi (par exemple, en Chine confucéenne), et donc un affront moral typiquement fondé sur des objections religieuses; néanmoins, les groupes hégémoniques ont parfois encouragé activement le tabagisme dans le but de promouvoir la docilité (par exemple, dans les colonies esclavagistes britanniques et portugaises).

En bref, les théorisations de la culture et de l'utilisation du cannabis sont inextricablement liées à une compréhension plus large du pouvoir, du savoir, de la classe, de l'ethnicité et de l'État. De telles configurations jouent inévitablement différemment dans le temps et l'espace. Pour cette raison, éclairer la géographie historique de la drogue offre une fenêtre sur les réseaux changeants de pouvoir qui ont encouragé et découragé de manière inégale son utilisation dans des contextes historiques et géographiques variés.

Prémoderne de la culture et de l'utilisation du cannabis
 

Les origines et les premières utilisations du cannabis sont souvent entourées de voiles obscurs de rhétorique promus par les défenseurs et les détracteurs de la plante. Une plante aimant le soleil, le cannabis a évolué dans les steppes d'Asie centrale, notamment en Mongolie et en Sibérie méridionale (Figure 1 ), mais d'autres ont suggéré la vallée du Huang He, les montagnes de l'Hindu Kush, l'Asie du Sud ou l'Afghanistan. . Sa biogéographie a fluctué au fil du temps, en grande partie en réponse à l'épiaison et au déclin des glaciers du Pléistocène dont elle s'est réfugiée (Clarke et Merlin 2013 ). Dans la période paléolithique supérieure, sa distribution spatiale a été sensiblement remodelée par les êtres humains, qui l'ont domestiquée. Ernest Abel ( 1980 ) suggère que son utilisation remonte à 12 000 ans et qu'elle fait partie des plus anciennes cultures cultivées de l'humanité. Il a probablement prospéré dans les sites de décharge riches en nutriments des chasseurs et des cueilleurs préhistoriques. Les preuves archéobotaniques de sa propagation sont centrées sur l'analyse du pollen et des graines, bien que de nombreuses cultures aient des documents écrits sur sa culture et son utilisation. Mis à part les fibres de chanvre, les graines de cannabis sont nutritives et leurs propriétés psychoactives peuvent avoir été importantes pour les chamans ou pour briser la monotonie de la vie quotidienne (Clarke et Merlin 2013 ). Des graines de cannabis brûlées ont été trouvées dans des tumulus kurgan des tribus de Pazaryk en Sibérie datant de 3000 av. J.-C. (Godwin 1967 ), qui comprenaient également des censeurs pour les brûler. Les tombes de nobles Caucasiens enterrés au Xinjiang et en Sibérie vers 2500 avant JC, comme les tombes de Yanghai dans le bassin de Turpan du Xinjiang, incluent parfois de grandes quantités de cannabis sativa psychoactif momifié mais pas de chanvre (Rudenko 1970 ; Russo et autres 2008 ).

Cannabis-Map.thumb.jpg.d111ba16fa8e8096c47efcec2e9e7eee.jpg

 

Diffusion historique de Cannabis Sativa.

Le chanvre et le cannabis psychoactif étaient largement utilisés dans la Chine ancienne. Les Chinois utilisaient largement le chanvre, y compris la corde, les vêtements, les voiles et les cordes d'arc. Les peintures de la plante ont été trouvées sur des poteries de l'ère Yangshao datant de 6 200 av. J.-C. (Li 1974 , 1975 ), et elles étaient largement cultivées dans les plaines loessiques du Hwang He. Le caractère écrit de la plante, «ma», est dérivé de croquis de tiges de chanvre en train de sécher. Alors que son utilisation principale était pour ses fibres, la première preuve documentée de cannabis médicinal sativa, basée sur des techniques de datation au carbone 14, remonte à 4000 avant JC (Russo 2004 ). Il a été utilisé comme anesthésique pendant la chirurgie, y compris pour l'empereur Shen Nung en 2737 avant JC (Merlin 1972 , Schlosser 2003 ). Les élixirs de cannabis ont été incorporés dans certaines cérémonies religieuses taoïstes, souvent associées à la Chanvre ou Ma Gu, comme décrit dans le texte religieux Secrets of the Golden Flower (Abel 1980 ). Hui-Lin Li ( 1975 ) note que la première utilisation médicale documentée se trouve dans un texte à base de plantes du IIe siècle après JC, le Pen Ts'ao Ching (Livre des Odes), qui retrace les traditions orales transmises depuis la préhistoire. Le livre note que s'il est pris en excès, le cannabis "produira des hallucinations. S'il est pris sur le long terme, il communique avec les esprits et allège son corps »(Li 1975 , 56).
 

De la Chine néolithique, le cannabis a trouvé son chemin vers la Corée et le Japon vers 2000 avant J.-C., voire plus tôt. Sarah Nelson ( 1993 ) soutient que le chanvre était cultivé par les agriculteurs côtiers de Chulmun en Corée. Au Japon, il a été utilisé par la culture Jomon, et les motifs de chanvre ont été impliqués dans leur célèbre poterie imprimée avec des cordes. Plus tard, les fibres de chanvre ont été brûlées cérémonieusement par des prêtres shintoïstes, qui l'ont associé à la pureté (Clarke et Merlin 2013 ). Cependant, au VI e siècle après J.-C., avec l'ascendance du confucianisme comme idéologie d'État sous l'empire des Han, l'usage de cannabis psychoactif en Chine, en Corée et au Japon commença à décliner progressivement (Li 1974 , 1975 ). En partie à cause de son association avec les nomades d'Asie centrale, et parce que les valeurs morales confucéennes ont désapprouvé ses conséquences potentiellement socialement perturbatrices, l'usage de cannabis a diminué, contrairement à l'opium. Robert Clarke et Mark Merlin (2013, 98) "suggèrent qu'après la montée du confucianisme, qui s'est propagé de Chine en Asie orientale au Japon, l'ingestion de résine de cannabis pour la purification psychoactive et ritualiste fut finalement supprimée au Japon, comme en Chine "
 

Pendant ce temps, l'utilisation de la plante était répandue parmi les tribus nomades aryennes des steppes d'Asie centrale, qui l'ont transporté le long des chemins qui constituaient la Route de la Soie sur un vaste territoire allant de la Mongolie et de Touva au Moyen-Orient et en Europe de l'Est. . Les tombes funéraires des Phrygiens et des Scythes contenaient fréquemment des graines de cannabis sativa (Sherratt 1995 ). Fortement activés dans leur mobilité par le cheval et la roue (Anthony 2007 ), les tribus de l'âge du bronze, notamment les Scythes, ont joué un rôle crucial dans la diffusion de la plante en Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Europe de l'Est.
 

Le cannabis a été transporté dans le sous-continent sud-asiatique entre 2000 et 1000 avant notre ère, probablement dans le cadre de la série d'invasions aryennes (Zuardi 2006 ). Certains spéculent que le cannabis pourrait être le fameux soma du médicament, largement utilisé dans le monde aryen et amplement décrit dans le Rig Veda (Bennett 2010 , Clarke et Merlin 2013 ). À l'opposé de la Chine, l'Inde a développé une longue tradition de culture de cannabis psychoactif, souvent avec des connotations médicinales et religieuses. Goode ( 1969 , 6) soutient que «la culture de la marijuana et sa consommation ont probablement atteint leur plus grande efflorescence» en Inde. Les cultivateurs locaux consultaient souvent des poddar ou parakdar spécialisés, connus sous le nom de «ganja doctors». Cannabis sativa était abondamment illustré dans les anciens poèmes védiques sanskrits, en particulier Atharvaveda, ou «Science of Charms» (Bennett et al. 1995 ), où célébré comme l'un des «cinq royaumes d'herbes ... qui nous libèrent de l'anxiété» (Abel 1980 , 19). Il est mentionné dans la Bhagavad-Gita comme affinant la mémoire et soulageant la fatigue, et continue à avoir des

connotations spirituelles avec le dieu Ganga (apparenté au Gange), d'où le terme généralisé ganja est dérivé (Bennett et autres 1995 ). Souvent, il était consommé lors de mariages ou de fêtes honorant le dieu Shiva, alias le Seigneur de Bhang, qui est considéré comme l'ayant fait descendre de l'Himalaya; le cannabis est encore offert à Shiva dans les temples le jour de Shivaratri (Hasan 1975 ). Les réunions de dévotion appelées bhajans , pas nécessairement associées à Shiva, utilisaient le médicament libéralement. Peu à peu, le médicament est passé de religieux à des fins plus laïques et récréatives. Traditions médicinales ayurvédiques utilisé largement la drogue, généralement mélangé avec d'autres herbes. Son utilisation était souvent associée à la caste des Brahmines, qui évitait soigneusement l'alcool (Carstairs 1966 ), bien qu'elle fût répandue dans de nombreuses cérémonies dans les ashrams et les temples. La résine translucide de la fleur femelle a longtemps été fumée en tant que charas , bien que la forme la plus commune de consommation soit sous la forme de bhang , de cannabis consommé sous forme de pâte douce ou de thé mélangé avec du lait. Les yogis ou sadhus (saints ascétiques) et les faquirs, ou mystiques, ont longtemps fumé du cannabis sativa mélangé au tabac pour améliorer la méditation, notamment pendant le Diwali, la Fête des Lumières, et pendant le festival Kumbha Mela tous les douze ans. L'utilisation et l'approbation du cannabis n'étaient pas uniformément réparties en Inde. A Madras, seule l'élite le consomme; à Delhi, il était utilisé aussi bien par les riches que par les pauvres; à Hyderabad, seulement parmi les travailleurs pauvres; à Bombay, elle se limitait principalement aux faquirs: au Bengale, il était considéré comme un acte de charité de fournir des ganja aux fidèles religieux (Mills 2005 ). Les sikhs utilisaient aussi le bhang comme boisson pendant les rites religieux.
 

Les vagues de migration de l'Inde ont porté la plante au Tibet et au Népal au 7ème siècle, où son utilisation s'est mêlée aux traditions tantriques. Le cannabis a été introduit en Asie du Sud-Est au 6ème siècle après J.-C., où il était connu à la fois par le ganja sanskrit et des termes locaux tels que kancha thaï, kânhch cambodgien, lao kan xa et gaiândo vietnamien (Martin 1975 ). Jusqu'où les îles malaises ont-elles voyagé, si tant est qu'elles ne soient pas connues?
 

Le cannabis est arrivé au Moyen-Orient entre 2000 et 1400 avant J.-C. (Forbes 1956 , Bennett et autres 1995 , Aldrich 1997 ), peut-être dans le cadre de l'infiltration aryenne plus large de la région. Le principal véhicule de sa diffusion précoce semble avoir été les Scythes, un groupe indo-européen nomade qui a participé au commerce et à la guerre avec les peuples sémitiques pendant un millénaire. Les Scythes cultivaient aussi du cannabis pour fumer, qu'ils utilisaient pour les rituels et les mettaient dans leurs tombes funéraires (Artamanov 1965 ), et les apportaient en Iran et en Anatolie.

Les Scythes l'ont probablement transporté dans le sud-est de la Russie et en Ukraine, qu'ils ont occupé pendant des siècles. Des marchands, des guerriers et des commerçants aryens ont introduit du cannabis en Europe de l'Est, peut-être dès 3000 avant J.-C. (Clarke et Merlin 2013 ). Des sites néolithiques avec des graines de cannabis brûlées ont été découverts dans des endroits allant de la Finlande à la Bulgarie. À ce jour, un plat traditionnel fabriqué en Pologne rurale et en Lituanie est la semieniatka , une soupe à base de graines de chanvre (Benet 1975 ). Au 5ème siècle avant JC, dans la première mention occidentale de la plante, Herodotus notait dans Les Histoires qu'en Macédoine "Les Scythes hurlent de joie pour le bain de vapeur" (cité dans Benet 1975 , 40), se référant à la pratique de chants chamaniques après le chauffage des graines de cannabis sur des pierres et l'inhalation des fumées sous de petites tentes dans le cadre des cérémonies de purification. Il a également noté que les Thraces, étroitement liés aux Scythes, ont introduit la plante dans Dacia, où elle était populaire parmi un culte chamanique, le Kapnobatai ("Ceux qui marchent dans les nuages"). William Emboden ( 1990 , 84) note que «leurs chamanes, connus sous le nom de Kapnobatai , utilisaient la fumée de chanvre pour induire des visions et des transes oraculaires.» Néanmoins, jusqu'au 20ème siècle, il y a une pénurie de références écrites européennes aux propriétés psychoactives du cannabis. à la popularité de la bière et du vin (Mikuriya 1969 ).
 

Du monde slave, il s'est répandu en Allemagne par l'intermédiaire des tribus teutoniques migrantes, notamment les peuples allamaniques des rivières Rhein et Main. Il a été introduit en Grande-Bretagne à la suite des invasions anglo-saxonnes du 5ème siècle après JC; Le chanvre a été largement cultivé à la fin de la période saxonne et normande, et des graines de cannabis ont été trouvées dans les villes médiévales de York, Norwich, Gloucester, Norfolk et en Écosse (Edwards et Whittington, 1990 ). Des graines de cannabis ont également été trouvées dans les restes de navires Viking datant du milieu du 9ème siècle (Godwin 1967 ), et la célèbre religieuse et musicienne allemande Hildegard von Bingen (1098-1179) a écrit que "Celui qui a un cerveau vide et les douleurs à la tête, les douleurs à la tête seront réduites »(cité dans Green 2002 , 78). Dans le nord de la France, le chanvre était cultivé comme une alternative au lin; la reine mérovingienne Arnegunde a été enterrée avec elle vers 570 AD. Vers la fin du Moyen Âge, des guildes de chanvre ont été établies dans de nombreuses villes, en particulier dans les premiers centres de mercantilisme du nord de l'Italie. Cependant, le cannabis psychotropique tomba sous le coup d'interdictions religieuses: en 1484, le pape Innocent VIII publia un décret papal l'associant à la sorcellerie (Booth 2003 ). Néanmoins, certains médecins, tels que le Portugais Garcia da Orta (1501-1568), ont continué à le recommander pour une variété de maux.
 

Les peuples sémitiques du Moyen-Orient qui ont acquis du cannabis à partir de cultures aryennes comprennent les Assyriens, les Égyptiens et les Hébreux, qui l'ont brûlé comme encens dès l'an 1000 av. Le chanvre était utilisé pour les robes des prêtres dans le temple de Salomon et comme matériau pour la construction des trônes. Le cannabis psychoactif est mentionné dans le Talmud, et les anciens Juifs ont peut-être utilisé du haschich (Clarke et Merlin 2013 ). En Egypte, les origines de la consommation de cannabis ne sont pas claires; Le pollen de cannabis a été récupéré de la tombe de Ramsès II, qui a gouverné pendant soixante-sept ans durant la 19 ème dynastie, et plusieurs momies contiennent des traces de cannabinoïdes. L'huile de cannabis était probablement utilisée dans tout le Moyen-Orient pendant des siècles avant et après la naissance du Christ (Benet 1975 , Bennett et autres 1995 ). En Perse zoroastrienne, l'utilisation rituelle généralisée d'une plante appelée haoma , qui peut ou non avoir été du cannabis (Mechoulam 1986 ). Mircea Eliade (1951/2004), l'éminent historien de la religion, suggère que Zoroaster a préconisé l'huile de chanvre comme un pont entre les mondes physique et métaphysique. L'un des rares textes zoroastriens survivants, le Vendidad , parle de «mortels transportés dans l'âme vers le ciel, où, en buvant dans une tasse de bhanga, ils se sont fait révéler les plus hauts mystères».
 

Le cannabis s'est répandu dans le monde gréco-romain soit du Moyen-Orient, soit de l'Europe de l'Est, soit des deux (Abel 1980 ). En Grèce classique, le cannabis était utilisé à la fois comme source de fibres et pour ses propriétés psychoactives (Butrica 2006 , Hillman 2008 ). Le médecin Dioscoride l'a prescrit pour les maux de dents et d'oreilles, remèdes qui ont persisté à travers l'époque médiévale. Athénée (170-230 après JC) note que le tyran de Syracuse a obtenu du chanvre de la vallée du Rhône pour fabriquer de la corde (Stefanis et autres 1975 ). L'écrivain romain Lucilius le mentionne en 100 av. J.-C. comme une source majeure de voiles et de toile, et des graines de cannabis ont été trouvées dans les ruines de Pompéi. La principale région source du chanvre romain était Babylone. Les Romains semblent également avoir apprécié les effets psychologiques de l'huile de chanvre: les femmes de l'élite romaine l'utilisaient pour soulager les douleurs du travail. Pline (23-79 AD) note qu'il a grandi en Syrie, à Babylone et en Perse. L'empereur romain Aurélien a imposé une taxe sur la plante au 2 ème siècle après JC (Abel 1980 ). Le célèbre médecin grec Claudius Galen (131-201 AD) a noté que le cannabis était largement consommé dans tout l'empire (Clarke et Merlin 2013 ) et a fait valoir que la surutilisation provoquait la stérilité.

La culture et l'utilisation du cannabis dans le monde arabe classique ont fait l'objet de certaines spéculations. On sait que les mystiques soufis ont régulièrement utilisé du haschich et ont joué un rôle clé dans sa propagation à travers le Moyen-Orient. Les médecins arabes médiévaux la considéraient comme un remède sacré (Rosenthal 1971 ). Le médecin du 13 e siècle, Ibn al-Baitar, a décrit les effets intoxicants de la plante, cultivés dans la vallée de la Bekaa au Liban. Dans de nombreuses communautés arabes, le haschisch - à l'origine le mot arabe pour désigner le cannabis, mais signifiant aujourd'hui seulement sa résine purifiée - était la forme d'utilisation préférée, peut-être en raison des interdictions coraniques contre l'alcool. Les interdictions religieuses étaient généralement moins strictes concernant les médicaments qui soulageaient la douleur. La découverte du haschich aurait été attribuée à Haydar, fondateur d'un ordre soufi au milieu du XIIe siècle, qui l'utilisait pour renforcer les états religieux extatiques (Abel 1980 ). La principale forme de consommation était de manger; fumer du haschisch n'est devenu populaire que plus tard, avec l'introduction du tabac.

Le haschich a largement circulé dans tout l'empire arabe du VIIe au XIIIe siècle. Certains spéculent que le hajj à la Mecque pourrait avoir fourni un mécanisme pour sa diffusion pendant le califat omeyyade. Patrick Matthews affirme que "l'usage récréatif du haschich s'est répandu à l'ouest dans tout le monde musulman vers l'époque des invasions mongoles du treizième siècle" (1999, 81).Selon le botaniste médiéval musulman Ibn al-Baytar, une deuxième vague d'introduction de cannabis en Egypte a eu lieu au milieu du 12 e siècle à la suite de l'émigration des adeptes mystiques de la Syrie (Khalifa 1975 ). En dépit de la désapprobation par les élites des royaumes arabo-berbères, son usage a été toléré parmi les couches à faible revenu. Au milieu du 13 e siècle, cependant, le gouverneur du Caire a lancé une répression majeure sur la culture locale et l' utilisation de la plante.
 

Le terme est devenu célèbre haschisch associé au ashishin , ou les Assassins (Abel 1980 ). Selon la légende du vieil homme des montagnes, le 11 e souverain de Hasan-i Sabah, qui a commandé une peur généralisée et la loyauté parmi ses disciples de son nid d' aigle à Alamut. Guerriers sélectionnés ont été ostensiblement donné le haschisch pour leur donner un avant - goût du ciel avant d'entreprendre des missions suicidaires. Bien que l'histoire a été transmise à l' Europe par les croisés, peut - être comme un moyen de minimiser le courage musulman (vert 2002 ), sa véracité n'a jamais été authentifié. Néanmoins, le haschisch et assassins sont restés fermement suturées dans l'imagination populaire pour le prochain millénaire. Dans les montagnes du Maroc, le cannabis sous forme deKif avait une longue histoire (Mikuriya 1967 ; McNeill 1992 ). Il diffuse probablement au Maghreb le long du littoral nord - africain. Le cannabis a atteint l' Espagne dans le 8 e siècle, suite à l'invasion des Maures. La politique coloniale espagnole au Maroc vers l'usine était très détendue, en particulier en ce qui concerne son utilisation par les soldats. En effet, lorsque Francisco Franco a enrôlé des mercenaires berbères pendant la guerre civile espagnole, il leur a payé en partie avec Kif . Aujourd'hui, le Maroc se distingue comme l' un des plus grands producteurs de haschich (verts du monde 2002 ). Le tabagisme de Porcelet était également répandu dans l'Empire ottoman, mais moins chez les Turcs que chez les Arabes (et d' autres Stefanis 1975 ). Par exemple, un 16 épiquee -century poème, Benk u BODE , mentionne les tentations rivales du vin et du haschisch. Istanbul à la hauteur de l'empire du 16 e siècle avait soixante Tekes, ou haschisch magasins fumeurs. La secte religieuse soufie Dervish est venu apparemment de connaître intimement la drogue.
 

Le cannabis est entré en Afrique orientale par l' Egypte et l' Ethiopie, très probablement portés par les marchands arabes. Il a été certainement utilisé en Ethiopie par le 13 e siècle (Van der Merwe 1975 ), où il est probable entrée par des routes commerciales à travers la mer Rouge. Brian Du Toit ( 1975) Soutient que le cannabis a été effectuée par les commerçants arabes sur la côte de l' Afrique de l' Est dans le cadre d'un réseau bien développé que Janet Abu Lughod (1989) décrit comme un segment du système mondial fin du Moyen Age. Sa diffusion à travers le continent africain inclus le rôle central joué par Zanzibar et des établissements arabes sur la côte est africaine; En effet, la majeure partie de son cannabis histoire africaine a été associée étroitement avec les populations immigrées musulmanes. De là, ils ont progressivement essaimé aux haut - parleurs bantous à l'intérieur, et a été utilisé dans la vallée du Zambèze au moment où les Portugais sont arrivés en 1531. Il propagation probable à l'ouest par les commerçants de langue swahili. Connu sous le nom dagga, Le cannabis psychoactif a été consommé en Afrique australe pendant au moins cinq siècles. Les Néerlandais ont écrit de celui - ci en 1658, qu'ils ont décrit comme « une poudre sèche que les Hottentots mangent et ce qui les rend ivre » (du Toit 1975 , 88). Il a formé un élément commercial important dans les échanges entre les Pays - Bas et les haut - parleurs Khoisan et Bantous de la région, et est devenu couramment utilisé parmi les Tswana, Zulu, sotho et Swazis, y compris les tentatives contemporaines de diversifier les cultures au Malawi (Bloomer 2009). Sous la domination britannique, sous contrat les travailleurs indiens l'utilisaient largement en Afrique du Sud. David Livingstone a observé la consommation de cannabis au Congo en 1865, et les anthropologues dans les années 1920, a rapporté son utilisation par le Efe et Twa ( « pygmées ») dans la forêt tropicale de l'Ituri. Dans les années 1880, l'usage du cannabis était si répandue dans ce qui est maintenant la Tanzanie que le mot est devenu synonyme de « personne insensée. » Le cannabis n'a pas été présent en Afrique occidentale avant la Seconde Guerre mondiale, quand il a été introduit par des soldats qui servent dans la armées britanniques et françaises, et son utilisation, il est restée longtemps confinée aux hommes.

Cannabis colonial
 

Avec la montée du système capitaliste mondial, le cannabis distribué dans le monde entier. Il était un voyageur adepte. L'imposition des rapports sociaux capitalistes, en particulier la marchandisation de la force de travail, est souvent liée à l'utilisation à long permanent du médicament dans certaines régions et son introduction aux autres.

Le cannabis a été introduit en Amérique latine , mais pas une seule fois à plusieurs reprises dans le 16 e siècle (Partridge 1975 ), formant ainsi une partie intégrante de la célèbre Bourse colombienne (Crosby 1973 ). Européens avec le nouveau monde a introduit la pratique de fumer du cannabis d'un tuyau, ce qui a grandement élevé sa popularité. Comme Clarke et Merlin note « Une fois que les gens ont commencé à fumer plutôt que de manger résineux cannabis ou haschisch concentré, beaucoup plus commencé à consommer pour ses effets psychodysleptiques » (2013, 240).

Les Portugais semblent avoir appris via missionnaire dominicain João dos Santos, qui a fait remarquer qu'il était largement cultivé autour du Cap de Bonne - Espérance (verte 2002 , Booth 2003 ). De l' Angola, les esclaves ont apporté le cannabis au Brésil dans le 16 e siècle comme un intoxicant (bien que les marins portugais peuvent avoir fourni un autre mécanisme de transmission), où il était connu par une variété de noms locaux, en particulier maconha (un mot d'origine angolaise) et diamba. Le cannabis a été cultivé à Bahia par 1549, et la propagation dans l'état d'Amazonas. D'abord utilisé par les travailleurs de la canne à sucre et cultivés au milieu des champs de canne à sucre dans le nord -est , il se répandit dans les villages de pêcheurs et les travailleurs de débardage, et est devenu connu sous le nom « l' opium des pauvres » (de Pinho 1975 ). Le médicament a été plus rapidement adoptée par mestizos que les peuples autochtones, qui possédaient un formidable éventail d'hallucinogènes de leur propre (Hutchinson 1975 ). Dans de nombreuses communautés, le syncrétisme religieux comprenait des esprits et des plantes d' Afrique; le cannabis est devenu important dans subcultures tels que candomblé. Lorsque la Cour royale portugaise a déménagé à Rio de Janeiro en 1808 pour échapper à l'invasion napoléonienne de la péninsule ibérique, le cannabis est devenu un passe-temps favori de la reine Carlotta Joaquina, épouse de l'empereur Don João IV. Cependant, en 1830, sous la pression des autorités religieuses, le conseil municipal de Rio avait interdit l'utilisation de la plante.
 

Pour briser le monopole russe sur le chanvre, les Espagnols introduit à plusieurs reprises la culture en Colombie en 1607, 1610, 1632 et 1789 pour fournir le gréement pour la flotte impériale, mais il n'a jamais réussi à rivaliser avec les plantes indigènes cabuya . Chili, cependant, a fait développer la capacité d'exportation de chanvre en Espagne à partir de 1545. villages colombiens poussent souvent le cannabis comme une culture de rente en petites quantités, et il est exporté vers les villes et à l' étranger (Elejalde 1975 ). Autrefois, son utilisation a été limitée aux hommes peu socio - économique, mais dans les années 1960 , il a progressivement commencé à se propager à d' autres milieux sociaux; moins fréquemment, les utilisateurs de la classe supérieure sont étiquetés marijuaneros , un terme qui a une connotation de paresse (Partridge 1975). Cannabis loisirs sont apparus dans le 19 e siècle dans la vallée de la rivière Magdalena, divers ports côtiers et au Panama pendant la construction du canal au début du 20 e siècle. Les travailleurs de la United Fruit Company a apparemment utilisé l'herbe dans plusieurs pays d' Amérique centrale. La production du chanvre a commencé à Cuba en 1793 , mais a cédé la place à l' expansion des plantations de sucre. Au Mexique, le cannabis a été introduit par le conquistador Pedro Cuadrado, qui a servi dans l'armée de Cortes (Abel 1980 ). À ce jour, les communautés indiennes mexicaines utilisent parfois la santa rosa , par exemple, le cannabis, dans les cérémonies religieuses, laissant des faisceaux parfumés sur alters être consommé par les participants de l' église (Williams-Garcia 1975 ).

Le cannabis a joué un rôle important, si largement inavouée, le rôle de l'Empire britannique (Mills 2005 ). Les Britanniques ont appris au sujet de fumer du cannabis de leurs sujets indiens, notamment le médecin irlandais William Brooke O'Shaughnessy, qui a mené une série d'expériences avec le cannabis dans les années 1830, et a conclu qu'il n'a eu aucun effet négatif médicament (McKenna 1992 ). Il a continué à écrire le 19 définitif e compte -century du médicament, le Bengale Dispensatory et Compagnon de la Pharmacopée en 1842, dissipant beaucoup de doutes plus tôt et avoir une grande influence pour le prochain demi-siècle.
 

Les Britanniques, cependant, étaient beaucoup moins intéressés par les propriétés enivrantes de cannabis que les fibres de chanvre, qui ont été largement déployées dans les voiles, du papier, des cordes, des sacs, des vêtements et des filets. La demande européenne pour le chanvre était vorace, et le principal fournisseur est la Russie (Abel 1980 ); de réduire leur dépendance à l' approvisionnement russe, la Grande - Bretagne a cherché d' autres sources. Dès 1563, la reine Elizabeth a décrété que les propriétaires tout au long de l'empire avec soixante acres ou plus doivent croissance du chanvre ou face à une amende. En 1606 , en Nouvelle - Écosse (puis la Nouvelle - France), la culture expérimentale a été lancée par Louis Hébert, apothicaire à Samuel de Champlain (Green et Miller 1975). Les agriculteurs de la colonie de Jamestown en Virginie ont été nécessaires pour la culture du chanvre; George Washington et Thomas Jefferson ont grandi chanvre sur leurs terres, et la Constitution a été écrit sur le chanvre. Alors que le Congrès perçu des tarifs abrupts sur le chanvre importés après la Révolution américaine, l'offre intérieure élargie, avec le principal centre de production situé dans le Kentucky. Sur le plan intérieur produit le chanvre a commencé à se contracter après la guerre civile, alors que les importations en provenance de Russie érodés sa part de marché et le gin de coton abaissé le prix de remplacement majeur du chanvre.
 

La popularité du haschisch en Europe a surgi à la suite de l'invasion napoléonienne de l' Egypte en 1798 lors du retour des soldats ont apporté le haschisch avec eux en France. A Paris, le Club des Hachichins inclus Charles Baudelaire, Gustave Flaubert, Alexandre Dumas, et Honoré de Balzac. Une fois que la province du bien à faire, le haschisch est devenu de plus en plus populaire parmi la classe ouvrière, les étudiants et les immigrants. En Grèce, les immigrants et les marins ont apporté la drogue retour du Moyen - Orient, et le pays est devenu un important producteur et dans les années 1920 (Abel 1980 ).
 

James Mills ( 2005 ) Le cannabis Britannica explore les origines historiques de la législation et la réglementation du Royaume - Uni sur les préparations de cannabis avant 1928, révélant comment la production, l' utilisation et la réglementation du cannabis avant les 20 esiècle ont été intimement lié à l'impérialisme. Mills soutient que le lecteur vers l'interdiction est née de la politique de l'empire plutôt que l'évaluation scientifique ou rationnelle de l'utilisation et les effets du médicament. Le cannabis a également été une source de revenu impérial. Ayant à l'esprit les énormes bénéfices du commerce a abouti à de l'opium, les Britanniques, se trouvant à cheval sur le plus grand marché pour les médicaments, le cannabis indien taxé lourdement endettés du monde. De 1793 aux années 1850, la Compagnie britannique des Indes orientales heureusement tiré un flux régulier de revenus de la taxation du cannabis, l'octroi de licences aux détaillants et aux grossistes et peu soucieux de combien a été consommé. Bengale est devenu un exportateur majeur dans toute l'Inde et d'autres parties de l'Empire. Dans certaines provinces, les distributeurs devaient stocker leur récolte dans des entrepôts appartenant à l'État. Lorsque les approvisionnements locaux diminuèrent,la société importéecharas de Turkestan. Les réseaux de superviseurs ont été déployés pour réduire au minimum les tentatives de paysans pour éviter la fiscalité; de nombreux agriculteurs cultivaient de petites parcelles dispersées pour éviter un comptage précis de leur production. L' imposition coloniale du cannabis est de plus en plus associée à la criminalisation. Mills soutient que :
 

En Inde, les autorités coloniales ont commencé à associer le cannabis à la criminalité à peu près au même moment où ils ont commencé à taxer le commerce des produits de chanvre indien plus efficacement. Une fois qu'un produit devient l'objet d'un prélèvement de l'État, et une fois que les producteurs traditionnels et les fournisseurs de cet acte d'article pour protéger leurs bénéfices en se soustrayant à ce prélèvement, ce produit et les commerçants deviennent suspectes aux administrateurs qui cherchent à maximiser les revenus de l'État. Le cannabis prit un air d'illégalité parce que l'Etat colonial en Inde a imposé des droits sur et sous la marque criminelle tous ceux qui a cherché à préserver leurs revenus du commerce de la substance en essayant de paiement esquiver de ces fonctions (2005, 218).
 

A la fin du 19 e siècle, à la suite de la révolte des Cipayes 1867, les explications britannique a cherché pour le trouble dans la plus grande colonie de l' Inde, et de plus en vint à régler sur le cannabis, qui a acquis progressivement une aura de la criminalité, en commençant par l'exigence de licences pour développer la culture. Ce ne fut pas bon déroulement du processus, cependant, et se déroulait de façon uniforme au fil du temps et de l' espace et rencontre souvent à la résistance des paysans et des contrebandiers (Mills 2004). L'enquête du gouvernement colonial en 1870 a conclu que l' utilisation du cannabis soutenue conduit à la folie, bien que l'analyse a été rapidement discrédité pour son utilisation abusive de statistiques, principalement en raison profonde ignorance des médecins britanniques des mœurs indiennes et du comportement. En 1893, la célèbre Indian Hemp Drugs Commission a conclu dans un endroit bien connu, le travail en huit volumes que hachisch était une boisson inoffensive sans mal les effets biologiques ou sociaux, et l'administration coloniale britannique dépénalisé la drogue. Dans le sillage de la révolution de 1911 en Chine, qui restreignait les exportations d'opium dans ce pays, la hausse du prix de l' opium a entraîné un grand nombre d'utilisateurs à passer à ganja; En conséquence, la consommation de cannabis indiens importés grimpé en flèche au début du 20 e siècle , monté en flèche.
 

Les médicaments étaient importants dans les tentatives de plusieurs colonisateurs pour contraindre les populations locales pour produire des biens d'exportation essentiels à l'économie mondiale. L' alcool était pacificateur commun du travail dans les plantations tropicales. Au 19 e siècle, les autorités britanniques ont apporté 1,5 millions de « surplus » des travailleurs de l' Inde aux îles du travail à court dans les Caraïbes. Indentured travailleurs indiens amenés ganja avec eux à la Barbade et de la Jamaïque après l'abolition de l' esclavage il en 1834, et il a été toléré tant que la production de sucre n'a pas souffert (Angrosino 2003). L'utilisation de ganja était étroitement enveloppé avec celle de rhum, de sorte que les deux médicaments se sont étroitement liées au cycle de travail, la dette et la pauvreté qui caractérise la vie latifundial sur la plantation de sucre, une excellente démonstration de la biopolitique coloniale. « La croissance et le commerce de ganja semblent avoir été une industrie artisanale florissante en marge des domaines, où les Indiens sont venus à être plus explicite sur les vertus de la ganja dans l' amélioration de leur capacité à fonctionner comme ouvriers des plantations » (Angrosino 2003, 105). En effet, un « complexe ganja » entièrement articulé a émergé qui comprenait les producteurs locaux, et une paraphernalia idéologie justificatrice qui se propagent la culture des Indiens aux résidents noirs des îles; il a ensuite été vigoureusement adoptée par les rastas, pour qui il continue de servir de métaphore pour le buisson ardent de la Bible (Rubin et Comitas 1976 , Eyre 1985 , Mahabir 1994). Pas plus tard que 1907, les magasins de l'entreprise en Jamaïque et Trinidad ont vendu la marijuana. En fin de compte, cependant, trois facteurs ont entraîné une baisse durable de la consommation de ganja et son remplacement par le rhum: la production de rhum explosive a conduit son prix à un niveau compétitif avec celui de ganja; missionnaires ont décrié la « vile contre les mauvaises herbes »; et le montage de désapprobation officielle a conduit à antimarijuana Croisades, ostensiblement au motif que son utilisation a augmenté les taux de criminalité. En 1913, elle a été déclarée illégale, bien que Lambros Comitas note que « Les lois de la Jamaïque ganja qui remontent à 1913 apparaissent, rétrospectivement historique, avoir été fondée sur des facteurs de classe et de race plutôt que sur des preuves médicales et sociales objective » (1975, 131 ).
 

Au début du 20 e siècle, les diplomates britanniques ont cherché à protéger la plante des efforts déterminés des pays qui voulaient limiter l'approvisionnement en médicaments du monde. Cependant, sous la pression incessante des États - Unis et de la Ligue des Nations pour limiter la drogue, qui était devenu impliqué dans la politique internationale de l' opium, le gouvernement britannique progressivement restreint la production et la vente de l'usine. La pression politique du mouvement de tempérance, qui confondait drogues et d' alcool, a ajouté le carburant au feu, bien que l' usage de cannabis en Grande - Bretagne est restée rare. En 1916, il interdit la vente aux membres de l'armée; en 1925, il a classé le cannabis comme un poison, et des étiquettes sur des flacons portait le mot en lettres rouges; en 1928 il est passé les feuilles de coca et Règlement sur le chanvre indien.
 

Reefer Madness: une histoire américaine
 

Les Américains ont eu une histoire d' amour longue et colorée avec des drogues illicites, qui généralement ont migré des cultures bohème marginalisées (par exemple, les fumeries d'opium de la fin du 19 e siècle) à la classe moyenne (Morgan 1981 ; Jonnes 1996 ). Au début du 20 e siècle, la consommation de cannabis américain a été concentrée parmi les Mexicains-Américains dans la partie sud - ouest du pays (Bonnie et Whitebread 1970). La révolution mexicaine de 1910-1911 a introduit un nouveau chapitre dans la géographie historique du cannabis américain. Des vagues d'immigrants fuyant les violences dans le sud-ouest lavé États-Unis, ce qui porte l'herbe avec eux. De nombreux préjugés contre la marijuana étaient précoces à peine voilées craintes racistes de ses fumeurs, souvent promulgués par les journaux réactionnaires tels que ceux appartenant à la chaîne Hearst. Les Mexicains ont souvent été blâmés pour fumer de la marijuana, crimes contre les biens, les enfants séducteurs, et se livrer à effrénées meurtriers.
 

L'histoire des interdictions juridiques contre la marijuana aux États - Unis a été abondamment documenté (Himmelstein 1983 , Sloman 1999 ). La géographie historique de l' utilisation de la marijuana et son contrôle reflétant une série de décalage des localités enveloppé dans la popularisation croissante de la plante et les tentatives Adamant pour toujours plus contrôler. En 1914, El Paso a lancé la première ordonnance locale interdisant la vente ou la possession de marijuana. Les années 1920 ont apporté de nouvelles séries d'utilisateurs, y compris les Afro-Américains et la communauté bohème de Greenwich Village (Polsky 1967). Les marins et les immigrants des Caraïbes ont apporté la marijuana vers les villes côtières, surtout la Nouvelle-Orléans, où il est devenu l'un des piliers de musiciens de jazz. Circuits de musiciens de jazz ont porté le médicament à Saint-Louis, Kansas City, Chicago et Harlem, comme l'a noté des années 1930 des chansons telles que de Cab Calloway « drôle Reefer Man », « Drag Viper » et « Sweet Marihuana Brown Benny Goodman Fats Waller . » jazz américain, de plus en plus populaire en Grande-Bretagne, a aussi facilité la diffusion transatlantique du médicament.
 

Dans le même temps, les années 1920 ont vu non seulement l'interdiction de l' alcool, mais contre la plupart des autres drogues (par exemple, les importations de cocaïne ont été interdits en 1922). Contrairement à l' interdiction, ce qui restreint que la fabrication et la distribution d'alcool, et non sa possession, les lois de marijuana ont toujours interdit la production, la vente, la possession et la consommation de la drogue. Les lois américaines ne reconnaissent effectivement une différence entre le chanvre et la marijuana, qui est de cannabis sativa L . et de cannabis sativa . En effet, l' une des principales forces derrière faire était cotonculteurs illégale du cannabis, qui redoutaient la concurrence du chanvre (Bonnie et Whitehead 1970, Galliher et Walker 1977 , Baum 1996). À bien des égards, la guerre cachée sur le chanvre a servi à légitimer la guerre ouverte sur la marijuana. Sans doute la panique morale était bien alimenté par la concurrence potentielle que le chanvre offert aux producteurs de papier, des textiles et fibres synthétiques. A partir de l'Utah en 1915, vingt-neuf États hors la loi l'usine en 1931.
 

La figure centrale dans la guerre contre la marijuana était Harry Anslinger, le premier commissaire du Bureau fédéral des stupéfiants (FBN) et la tête pour les trois prochaines décennies. Anslinger rejeté à plusieurs reprises des analyses cliniques qui ont conclu la marijuana n'a pas induit un comportement violent ou conduire à l'utilisation de médicaments plus addictives. Avec une chambre d'écho disposé du journalisme jaune alimentant une histoire d'horreur publique après l'autre, Anslinger usage de la marijuana successivement liée au jazz, qu'il méprisait en raison de la prévalence des musiciens afro-américains, la Seconde Guerre mondiale (en faisant valoir que les Japonais ont utilisé la plante à la sève la volonté des prisonniers américains), et, plus tard, la guerre froide (où les communistes ont pris le rôle précédemment occupé par les japonais). Comme le fait remarquer Abel, « Plus souvent l'histoire des Assassins a été dit, plus il est devenu risible. L'image de la démente,couteau à la main, l'utilisateur de haschisch à moitié fou courir insensée dans les rues, à sabrer quelqu'un malheureux de croiser son chemin, fait partie du cauchemar américain de non-droit »(1980, 224). Les discours entourant la guerre contre la marijuana révèlent comment notamment les catégories ethniques et le sexe sont sélectivement déployées de manière délibérément inexactes, invoquant souvent des images racistes. Le film tristement célèbre Reefer Madness (1936),

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, avec la réduction  des fournitures Pacifique de jute, chanvre et sisal, le gouvernement fédéral réhabilite le chanvre r, et a lancé une campagne  " Le chanvre pour de la victoire "  pour encourager la production, ce qui le distingue facilement de la marijuana, y compris des films et un programme 4-H (  mouvements de jeunesse ) pour éduquer les enfants . Une conséquence de cette campagne a été la propagation accidentelle de « marijuana sauvage » à travers une grande partie du Midwest. La consommation de cannabis dans l'armée était presque entièrement confinée aux Afro-Américains; un sondage a révélé que 90 pour cent des fumeurs étaient noirs (Charen et Perelman 1946). Après la guerre, cependant, les programmes anti-cannabis initiés par le DEA requis permet de cultiver la plante, et en 1948 il a été à nouveau criminalisés. Les utilisateurs dans les années 1950, autres que les minorités traditionnelles latino ou afro-américains, des artistes , des écrivains de la « Beat Generation », qui souvent expérimenté avec peyotl, mescaline ou LSD ainsi. En 1951, le Congrès a adopté la Loi sur Boggs, qui a précisé les mêmes peines pour possession de marijuana comme pour l' héroïne (Schlosser 2003 ).

Les années 1960 marquent un moment important dans l'histoire controversée de l' utilisation de la marijuana, y compris la croissance généralisée de l'utilisation que le médicament se propager des populations minoritaires à faible revenu afin d' inclure un nombre important de la classe blanche, au milieu, les jeunes une formation collégiale (Abelson et autres 1977 ). Comptes de la croissance de la drogue en popularité font généralement à la radicalisation des hippies du baby - boom, le climat politique généralement libéralisé forgé par les droits civils, les droits des femmes, contre la guerre du Vietnam, et les mouvements environnementaux, et le rôle d' inspiration joué par des icônes countercultural telles que Timothy Leary. Pour de nombreux utilisateurs, le médicament représente un moyen sûr, en grande partie symbolique de rejeter l' aliénation de la classe moyenne.
 

Une circonscription de classe moyenne en pleine croissance, par opposition aux générations précédentes des minorités politiquement marginalisées, a travaillé à réduire les sanctions pénales pour l' usage de drogues, ce que Jérôme Himmelstein ( 1983 ) appelle « l' hypothèse embourgeoisement. » Joseph Gusfield a souligné que les débats sur les lois de marijuana symbolisés les luttes « l'autorité de la culture adulte et son pouvoir sur la jeunesse » au cours d' une période historique « où les valeurs publiques adultes ont été attaqués dans de vastes zones, notamment le sexe, le travail, les objectifs, le décorum public et robe » (1981, 184). Les années 1970 représentent un unique, si bref et fragile, la fenêtre de temps dans l'évolution historique de la politique de la marijuana américaine (DiChiara et Galliher 1994). En 1972, le président Nixon a nommé la Commission nationale sur la marijuana et l'abus de drogues, qui a rapidement conclu que le médicament devrait être décriminalisée; en dépit des preuves, il a immédiatement rejeté leurs conclusions. Cependant, le départ de Nixon de ses fonctions, a été suivi d'un mouvement régulier vers la légalisation. Albert DiChiara et John Galliher notent que « l'application sélective des lois de marihuana, des phrases nominales pour les concessionnaires à grande échelle, l'arrestation des utilisateurs riches, et les craintes des parents d'utilisateurs de marijuana jeunes tout servi à attirer l'attention pendant un certain temps sur les contrôles juridiques plutôt que le médicament lui-même »(1994, 72). Onze états essentiellement décriminalisé de petites quantités du médicament (Oregon en 1973, Alaska, Maine, Californie, Colorado, et de l'Ohio en 1975, du Minnesota en 1976, Mississippi, New York et la Caroline du Nord en 1977;et le Nebraska en 1978). Légalisation a été soutenu par l'American Bar Association, l'American Medical Association, le Conseil national des Églises, et le président Jimmy Carter (Schlosser2003 ).

Au cours de cette période, la plupart fumé de la marijuana aux États - Unis a été importé, principalement en provenance du Mexique et de la Colombie, et dans une moindre mesure, le Canada et la Jamaïque (Schlosser 2003 , 35). En 1969, le gouvernement fédéral a lancé l' opération Intercept le long de la frontière avec le Mexique, ostensiblement pour réduire l'afflux de médicaments , mais dans la pratique dans le cadre d'un effort plus large de la publicité pour que le public qu'il était actif, sinon efficace (Craig 1980). En 1975, les Etats-Unis a commencé la pulvérisation à grande échelle de l'herbicide paraquat sur les champs de marijuana du Mexique, une tactique qui a encouragé les contrebandiers à passer à faible masse, les produits à forte valeur ajoutée tels que la cocaïne. Ironie du sort, comme l'offre de drogue a diminué et les prix ont augmenté, une industrie nationale est née en réaction, y compris l'intérieur climat contrôlé « jardins » cachés dans des caves et des maisons sûres, qui récupèrent leurs coûts fixes par la production de plantes avec beaucoup plus forte teneur en THC que celle développée en autres pays. Ainsi, une conséquence involontaire de la guerre contre la marijuana était de conduire les producteurs à l'intérieur. Pour éviter d'être arrêté à la maison, de nombreux producteurs se tournent vers des unités de stockage loués ou des appartements équipés de dispositifs de chronométrage et des commandes automatiques.
 

Dans les années 1980, le mouvement de dépénalisation a pris fin abruptement face à une attaque conservatrice stridente moralisatrice alimentée par la nouvelle droite (Himmelstein 1983 , Bachman et autres 1988 , Baum 1996 , Marez 2004 ). Comme Dominic Corva ( 2008) Notes, la guerre contre la drogue constituait une tentative de gouverner les populations indisciplinées de nouvelles façons, militariser efforts pour contrôler les substances illicites. En 1979, la Drug Enforcement Agency a lancé le programme d' éradication du cannabis / Suppression, en se concentrant sur la Californie et Hawaii. En 1982, le président Reagan a lancé une guerre contre la drogue, y compris la politique d' abus de la Maison Blanche Drug Bureau, avec son « tsar de la drogue. » Les tribunaux ont été encouragés à adopter des formules de détermination de la peine mécanistiques, la législation simpliste de « tolérance zéro » qui ont conduit à des prisons gonflées. Sur le plan politique des États conservateurs a appliqué les lois rigides de marijuana pour promouvoir une image de respectabilité dans le cadre des campagnes « lutter contre la criminalité » (Galliher et Cross 1982 ).

Aujourd'hui, le gouvernement fédéral classe toujours la marijuana comme annexe I substance contrôlée, ainsi que l' héroïne et le LSD, ce qui indique qu'il a un fort potentiel d'abus et de dépendance, aucune utilisation médicale reconnue, et pas de niveau sécuritaire d'utilisation. Vingt Etats ont obligatoire « fumer un joint, perdre votre permis » statuts. La grande majorité des grandes entreprises ont des tests de dépistage obligatoires comme condition d'emploi. Infractions relatives aux drogues diffèrent de la plupart des crimes en ce sens qu'ils sont à la fois soumis à fédérales, étatiques et locales de contrôle, et l'accusé peut être jugé deux fois pour le même crime (Schlosser 2003, 54). En dépit de ces tentatives de limiter son utilisation, la marijuana est de loin le plus largement utilisé drogues illégales aux États-Unis, consommé régulièrement par 14,8 millions d' habitants soit environ 6 pour cent de la population (ministère de la Santé et des Services sociaux 2008 ). Le nombre d'Américains qui cultivent la marijuana a été estimée à se situer entre un et trois millions, dont 100 000 à 200 000 sont des producteurs commerciaux (Schlosser 2003 , 38). Plus de 700.000 personnes sont arrêtées chaque année pour possession de marijuana (Schlosser 2003). Les sanctions varient considérablement d' un État, allant de petites amendes à des années de prison. Les personnes reconnues coupables d'un crime de marijuana peut être interdit de recevoir des prestations d'aide sociale ou les bons alimentaires, des pénalités qui ne sont pas applicables aux meurtriers condamnés ou violeurs. Dans un pays où l' un des taux d'incarcération les plus élevés du monde, sont parfois libérés violents criminels pour faire place aux délinquants non - violents de marijuana. Sans surprise, les personnes arrêtées ont tendance à être de façon disproportionnée ou classe pauvre travail et les gens de couleur. Le cannabis est une drogue remarquablement bénigne: il n'y a jamais eu un cas documenté de quiconque jamais en train de mourir d'une overdose de marijuana (Iverson 2000 , vert 2002). En revanche, le tabac et l'alcool tuent 435.000 et 200.000 Américains chaque année, respectivement. La question de savoir pourquoi cette plante reste criminalisée en dépit des preuves scientifiques substantielles qu'il est plus nocif que l'alcool ou le tabac reste très pertinente. Comme Eric Schlosser souligne, « Une société qui peut punir un délinquant de la marijuana plus sévèrement qu'un meurtrier est attrapé en proie à une psychose profonde » (2003, 74).

Au 21 e siècle, l' opinion publique et politique à l' égard de la marijuana aux États - Unis ont encore changé. Un changement radical d'opinion parmi les jeunes, semblable à la croissance des Athées et un large soutien pour le mariage homosexuel, a conduit la majorité des Américains à soutenir la légalisation, selon le Pew Charitable Trust ( 2013). Vingt-quatre Etats ont décriminalisé la possession d'une once ou moins, et en 2012 du Colorado et de Washington légalisé la drogue pour un usage récréatif. Le mouvement « de la marijuana médicale », cloaking souvent des prescriptions en excuses à peine déguisées, a joué un rôle clé dans ce légalisant dans 23 états et le district de Columbia. La marijuana a trouvé une utilité dans le traitement du glaucome et pour soulager les nausées résultant de la chimiothérapie chez les patients cancéreux. Ironiquement, c'est souvent républicains conservateurs de tendance libertaire, comme l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Gary Johnson, qui ont appelé à la libéralisation de la marijuana. Comme le record historique de ce médicament utilise clairement, l'ouverture, juridique de la marijuana est moins une question d'équivalence morale qu'un retour à la norme historique.


onclusion
 

Que peut-on glaner de ce survol historique? La consommation de cannabis, y compris le chanvre et son cousin psychoactif, a une histoire longue et souvent coloré qui reflète la conjonction contingent de nombreuses forces, y compris la religion, la migration, le colonialisme et le déplacement des milieux moraux. De la Chine à l'Inde, au Moyen-Orient à l'Afrique, l'Amérique latine en Amérique du Nord, diverses variétés de cannabis ont été largement entrelacés avec des constellations de pouvoir, parfois tenus d'être sacré et à d'autres dénoncés comme immoraux. Bien qu'il ait été accepté et le plus souvent toléré que non, le cannabis a également été à plusieurs reprises diabolisé dans différents contextes historiques; les tentatives de limiter son utilisation ont toujours reflété les programmes politiques et moraux plutôt que la science établie. Au cours des quatre dernières décennies,la croisade anti-drogue a été un élément central de la vie politique et sociale américaine, conduisant à des sanctions pénales pour de nombreux utilisateurs. La « guerre contre le cannabis », révèle le caractère arbitraire des tabous culturels et politiques et la construction culturelle d'une guerre contre la drogue qui pénalise de manière disproportionnée les minorités ethniques. Néanmoins, le récent mouvement voulant relégitimer son utilisation n'a cessé de gagner du terrain.

En dehors des États - Unis, la légalisation du cannabis a fait des progrès significatifs. Espagne, Italie, Portugal, Suisse, Pays - Bas, et la Belgique ont toute possession de marijuana décriminalisé. En 1976, le gouvernement néerlandais a lancé une libéralisation progressive des drogues « douces », ce qui a entraîné catapultant Amsterdam à l'épicentre de la culture du cannabis, qui se manifeste dans ses célèbres cafés et le championnat du monde annuel de la Coupe du cannabis pour la marijuana de la meilleure qualité. Compte tenu de l'attitude paternaliste du gouvernement libéral néerlandais, dans lequel la vente de marijuana et de l' utilisation sont techniquement punissables mais plus sur les infractions pénales, les taux d'arrestations liées à la drogue et l' emprisonnement aux Pays - Bas sont parmi les plus bas du monde. ACM Jansen ( 1991), Qui a passé plus de 400 heures à explorer le monde des cafés hollandais qui vendent des drogues douces comme la marijuana et le haschisch, note que la stratégie néerlandaise consommation de marijuana séparés avec succès de celui des drogues dures comme la cocaïne et l' héroïne. En 2001, le Canada a légalisé l'utilisation, mais pas la vente, de la marijuana à des fins médicinales. En 2002, la Grande - Bretagne rétrogradé le cannabis à une classe III médicament, ce qui élimine l' emprisonnement comme peine pour possession. En 2007, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime ( 2007 ) ont estimé que 160 millions de personnes, soit une personne sur quarante-trois personnes sur la terre, fument du cannabis à des fins psychotropes.

Vu dans le contexte à long terme du dernier millénaire, les débats sur la consommation de cannabis aujourd'hui ignorent trop souvent la façon dont il a été enveloppé dans plusieurs économies politiques culturelles qui ont façonné sa diffusion pendant des siècles. De ce point de vue, il n'y a pas un, sens unique au cannabis, mais une multiplicité de significations qui découlent de, et de contribuer à des relations locales de pouvoir et de l'idéologie.

 




En Bonus article Dinafem /

 



Avant que le processus de breeding avancé ne donne lieu aux centaines d’hybrides qui forment aujourd’hui le grand arbre généalogique du cannabis, avant les versions XXL, les autofloraison ou encore les CBD, avant tout ça, existait les landraces  : ces génétiques sont à l’origine de toutes les variétés de cannabis que nous connaissons actuellement.


                                                                                     5a7f5d91dc131_campo-maria_blog_full.jpg.71d354d56431fcf167e76ca0e060c211.jpg
 

Grâce à sa grande capacité d’adaptation, la plante de cannabis a été capable de se développer dans différentes parties du monde en s’adaptant aux différentes conditions environnementales. Ses origines ne sont pas très claires, certaines études de paléobotanique (la science liée aux restes végétaux qui existaient dans le passé), assurent qu’elles proviennent de l’Himalaya et à partir de là, les preuves démontrent que le cannabis s’est éparpillé tout autour du globe. Un processus dans lequel l’humanité a eu son effet, car il semblerait que le cannabis se soit propagé depuis l’Asie Centrale puis sur toute la planète grâce aux commerçants, qui emportaient avec eux des graines de cannabis de leurs voyages. Et ainsi le cannabis a été disséminé dans l’Est de l’Afrique et dans le Sud-Est de l’Asie sur une période s'étalant sur plus de 1500 ans. Ainsi, elle est arrivée jusqu’en Amérique en 1545 et en Australie en 1788.

Bien que cela semble incroyable, des restes fossilisés de pollen, de graines, de fibres, de trichomes et de restes carbonisés ont été retrouvés et ont servis à retracer une ligne chronologique du cannabis tout au long de l’histoire. Une plante que l’humanité a utilisé depuis des temps ancestraux, à des fins médicinales, récréatives, textiles ou religieuses.

 

Du cannabis sauvage aux landraces
 

Avant que le cannabis ne soit cultivé par l’être humain, la plante poussait dans le nature, ce qu’aujourd’hui nous considérons comme des « parents sauvages ». La plante de cannabis pousse spontanément, sans être cultivée. Les populations de cannabis sauvages, n’étaient pas domestiquées, c’est-à-dire qu’elles n’étaient pas encore passées à travers un processus de sélection et donc qu'il n’y avait pas de diversité morphologique, bien que certaines caractéristiques se soient fixées lors de l’évolution de plante dans l’environnement, en s’adaptant aux conditions environnementales.

Le premier processus de breeding de cannabis mené par l’homme et dont nous ayons trace a eu lieu il y a 6500 ans en Mongolie, une trouvaille du botaniste russe N. I. Vavilov. Bien que les preuves disent qu’il s’agit du premier processus de culture et de domestication du cannabis, certaines études disent que c’est en Chine où cette pratique avait principalement lieu.

Quoiqu’il en soit, cette étape a été très importante dans l’histoire de la génétique du cannabis, car les cultivateurs locaux ont commencé à donner une forme à la population cannabique qu’ils cultivaient dans leurs champs. Durant cette sélection, les cultivateurs traditionnels ont éliminé les individus qui, par leurs caractéristiques morphologiques, n’entraient pas dans les paramètres souhaités (odeur, taille, production, vigueur, etc.). Ainsi, les cultivateurs ont façonné les populations de cannabis en donnant vie à ce que nous connaissons à l’heure actuelle comme les variétés landraces.


                                                                                Moroccan-Opposition-Party-PAM-Wants-Public-Agency-to-Sell-Hashish.jpg.37ff27ce9685925f40af2ad5c35e3126.jpg

 

Qu’est-ce qu’une variété landrace ?
 

Une variété landrace de cannabis est une variété qui a été cultivée et sélectionnée par les agriculteurs locaux des régions dans lesquelles la culture de cannabis est une tradition millénaire, et qui s’est adaptée au climat et aux caractéristiques de sa localisation géographique. Nous appelons ces variétés indigènes : les landraces. Il s’agit de génétiques possédant un taux d’hétérogénéité élevé, mais avec les caractéristiques morphologiques en commun suffisantes pour être reconnues comme groupe et pouvant être considérées comme un premier pas dans la domestication du cannabis. La dénomination en tant que landraces fait bien souvent référence à sa localisation géographique, c’est pourquoi nous pouvons trouver des variétés landraces comme l’Acapulco Gold ou la Panama Red.

Le processus à travers lequel les landraces ont été créées est le suivant : les cultivateurs locaux ont sélectionné les individus qui selon eux, réunissaient les caractéristiques souhaitées, bien souvent ceux qui présentaient les meilleures conditions d’adaptation et de culture. Evidemment, ce processus se faisait à vue d’œil, et donnant lieu à des caractéristiques morphologiques déterminées par l’environnement. C’est pourquoi les landraces sont en général 100 % Indica ou Sativa, car selon leur localisation géographique, chaque variété a développé des caractéristiques bien précises.

Les variétés landraces sont donc un groupe qui a été formé mais qui possède une gamme génétique très large, puisque la pollinisation se réalise à l’air libre, les nombreux mâles et femelles se mélangent. Tous les ovules des femelles sont pollinisées par une stomie différente, qui n’est pas obligatoirement le même mâle, c’est pourquoi le degré de variabilité de la descendance sera très élevé.

Les landraces sont des génétiques peu stables, si nous les comparons avec les nouvelles générations d’hybrides existantes sur le marché à l’heure actuelle. Pour stabiliser les génétiques de cannabis et augmenter la prédictibilité, il faut faire un pas en avant dans le processus de breeding, mais nous traiterons le sujet dans le prochain épisode.

Malgré le fait que les landraces possèdent un degré inférieur de stabilité, puisque leur génotype fait état de plus d’hétérozygote dans les gènes, il est vrai qu’elles possèdent aussi un degré plus élevé de rusticité, c’est-à-dire qu’elles sont plus résistantes aux conditions adverses et qu’elles s’adaptent mieux à l’environnement. En effet, les landraces, qui sont l’étape antérieure à la culture et postérieure aux parents sauvages, sont capables de s’adapter aux fluctuations climatiques et aux menaces présentes dans le milieu naturel, grâce à cette large gamme génétique.



                                                                               landraces-info-FR-new_blog_cdn.jpg.0bbef693422e200726cab89ec7a148ed.jpg



Landraces Indica et Sativa
 

À l’heure actuelle l’industrie cannabique offre des centaines de variétés hybrides provenant des landraces et il est très difficile de trouver sur le marché des génétiques landraces pures, 100 % Sativa ou 100 % Indica. Cependant pendant les années 60 et 70, la majeure partie du cannabis qui était consommé provenait de ces variétés landraces qui, dépendant de leur lieu d’origine, présentaient des caractéristiques ou d’autres. Deux groupes furent donc établis : Indica et Sativa.

Les différences entre les landraces Indica et Sativa sont dues, en grande partie, à l’adaptation de la plante au milieu et, selon les études, plus concrètement à l’humidité de l’environnement. Ainsi, les variétés Sativa sont un produit de l’adaptation de la plante à des climats plus humides, c’est pourquoi elles ont développé des tiges plus longues et fines et des feuilles plus étroites permettant une meilleure transpiration. Quant à elles les variétés Indica, se sont adaptées pour survivre dans des climats plus arides et secs, c’est pourquoi les plantes sont plus petites, robustes, trapues et aux feuilles larges qui diminueront les pertes d’eau pendant la transpiration.

 

Que se passe-t-il si nous déplaçons une génétique landrace ?
 

Grâce à l’important travail de breeding réalisé lors des dernières décennies, il y a aujourd’hui des génétiques disponibles sur le marché disposant de standards de qualité très élevés. Si nous comparons la capacité productive, l’arôme ou la période de floraison d’une variété landrace avec une génétique qu’une banque de graine a obtenue suite à un dur travail de breeding, nous choisirions sûrement la variété hybride au lieu de la landrace, car grâce aux longs processus de sélection, les caractéristiques du cannabis que nous apprécions ont pu être accentuées : production, saveur, durée du cycle et effet. Cependant, nous ne pouvons pas nier le fait que les landraces sont l’origine de toutes les variétés que nous connaissons aujourd’hui, des génétiques qui ont été cultivées naturellement pendant des milliers d’années et dont les propriétés sont impossibles à copier. La grande valeur que possèdent les landraces dans le contexte de breeding moderne dans lequel nous nous trouvons, c’est qu’elles offrent une large représentation de la variation génétique naturelle. Alors que les variétés modernes ont été sélectionnées à travers de nombreuses générations dans le but de resserrer la largeur de la bande génétique (faire que le degré homozygote de son génotype et de cette façon augmenter la stabilité), las landraces contiennent une richesse génétique qui s’est perdue dans les hybrides modernes.

Nous ne cherchons pas à conserver les anciennes génétiques comme variétés en tant que telles, ce sont les gènes qui doivent nous intéresser. Les vieilles landraces peuvent être considérées comme des « populations de gènes et de variabilité génétique », une chose absolument essentielle pour l’innovation et les progrès futurs. (Harlan, 1972).

Vu qu’une variété landrace est le résultat, en partie, de l’interaction de la plante avec l’environnement, si nous commençons à la cultiver dans une région qui n’est pas la sienne et où le climat est différent, il est fort probable qu’après quelques générations, l’environnement oblige la plante à s’adapter et que cela produise des variations dans son génotype. Il ne s’agira plus de cette génétique que nous avons utilisée au début : sans les conditions environnementales de son lieu d’origine, la plante se voit obligée à changer pour s’adapter, car naturellement elle se développera d’une façon différente pour prendre des caractéristiques différentes.

Nous vous offrons ci-dessous quelques génétiques landraces connues à l’heure actuelle dans la communauté cannabique. En tout cas, il serait très présomptueux de penser que nous connaissons toutes les variétés landraces de la planète, car aux endroits où le cannabis peut pousser et se développer sans avoir recours à des processus de breeding sélectifs avancés, on peut trouver des variétés de cannabis landraces.

 

 Sources /
 Wiley online library / High Points: An Historical Geography of Cannabis
 Dinafem.org / Que sont les génétiques de cannabis landraces ?
 Live science / Marijuana's History: How One Plant Spread Through the World
 

  • Like 1

4 Comments


Recommended Comments

Bonjour , salut , ola , yep , plop,

merci pour cette article !

vive les landraces :D

 

Bye , au revoir , a+ , +++ tchao, a+ dans le bus 

Edited by croquemou
Link to comment