SCIENCE: Le Mythe du rinçage ?


Recommended Posts

hello

Il y a 2 heures, aladdinkhalifa a dit:

le rincage ne sert strictement a rien en culture BIO (Organique).

Il me semble qu'on peut aussi lire l'inverse sur se forum. 

 

Il y a 6 heures, BiT00LJuice a dit:

Je me lève ce matin et j'apprend que la terre est plate, que l'homme n'a jamais marché sur la lune, et que la weed n'a pas besoin de rinçage.

Devant tant mais tant de conneries, je retourne me coucher.

A+ les débiles sous électrolytes

 

#CESTLAFINDESMANCHOTSENANTARTIC

Je me lève ce matin et qu'est ce que je vois ? Le sujet est pollué par des ****** arrogants 

Oups.

 

Personne ne s'est attaqué a cette etude que j'ai posté hier ? 

Il y disent avoir montré que le rinçage ne change aucune concentration en nutriments dans les buds une fois séchée

 

Ciao

Edited by MrGanjaBelgium
Dire bonjour au revoir a chaque poste ... Je vois pas l'intérêt mais soit
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Yop ,

il y a 20 minutes, MrGanjaBelgium a dit:

Personne ne s'est attaqué a cette etude que j'ai posté hier ? 

Il y disent avoir montré que le rinçage ne change aucune concentration en nutriments dans les buds une fois séchée. 

 

il y a 24 minutes, glass-blower a dit:

Maintenant pour 2 cultures comparées dans une étude ,  si les 2 ont reçus "jusque ce qu'il faut" alors comparer avec ou sans c'est absurde puisque le rinçage est là pour virer les excès . 

 

Faut lire 😉

 

Et je suis pas le seul à y répondre ...

 

Comme dit si il n'y a pas d'excès alors pas de rinçage utile mais pour cela faut le savoir , le maitriser ; donc par principe de précaution et par expérience (avoir comparé les 2) on le fait .... ou pas ^^ 

 

Et surtout on le conseille car un débutant aura tendance à aller dans l'excès , chercher la production .

 

EDIT

 

@MrGanjaBelgium :

 

Capture cw.PNG

 

La dernière fois que vous avez salué quelqu'un c'est hier fin d'aprem avec @Labbe2000  ... donc merci d'éviter ce genre de remarque pour masquer un manque de politesse ....remontez la discussion , regardez les formules de politesses chez les autres .

 

@+! bon grow ! :yepah:

Edited by glass-blower
politesse
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

il y a une heure, glass-blower a dit:

....remontez la discussion , regardez les formules de politesses chez les autres .

 

Il y a 8 heures, BiT00LJuice a dit:

A+ les débiles sous électrolytes

 

Ah ouui c'est vrai l'intrinsèque politesse parfumée de respect ... Elle émane de tout un chacun ici ^^ bref sans rancune

 

Concernant ce pour quoi on discute ici,

Je trouve cette étude réalisée au canada plutôt parlante, elle ne teste pas le gout mais la présence de nutriments dans les gousses séchées avec ou sans rinçage. Ici ils utilisent des systèmes hydroponiques pour nourrir les plantes qui sont en pots avec de la terre. L'expérience a été réalisée dans un grand centre de production au canada, et ensuite publiée dans le cadre d'une thèse à l'université de Guelph.

 

Comme tout papier scientifique celui-ci est rédigé en anglais, je vais vous traduire quelques parties ici :

 

Fin de l'introduction :

Citation

Flushing is currently standard common practice used by many cannabis producers. This involves irrigating the plants with nutrient free water for the last two weeks before harvest. The belief is that this method of irrigation will reduce the concentration of nutrients within the bud. This reduction is then believed to have impacts on the final taste of the product when consumed. Regardless of the anecdotal impacts on taste, there is little evidence that flushing the root zone during the final phase of production would result in a net export of nutrients from the maturing bud. This study was performed to assess the impact of controlled drought stress on the yield and composition of medicinal compounds in cannabis flowers. The main objectives were:

1) Devise an experimental protocol for the application of the stem psychrometer to measuring water potential in cannabis.

2) Correlate cumulative water potential measurements with key environment variables (esp. cumulative vapour pressure deficit) to predict plant water status and devise appropriate irrigation management strategies.

3) Assess the impact of controlled drought stress on the final flower yield.

4) Assess the impact of controlled drought stress on the composition of secondary metabolites/medicinal compounds in the flower

5) Assess the impact of flushing on the nutrient composition of the harvested flower buds.

 

Révélation

Le rinçage est actuellement une pratique courante utilisée par de nombreux producteurs de cannabis. Cela implique d'irriguer les plantes avec de l'eau sans nutriments pendant les deux dernières semaines avant la récolte. La croyance est que cette méthode d'irrigation réduira la concentration de nutriments dans le bourgeon. On pense alors que cette réduction a des impacts sur le goût final du produit lorsqu'il est consommé. Indépendamment des impacts anecdotiques sur le goût, il y a peu de preuves que le rinçage de la zone racinaire pendant la phase finale de production entraînerait une exportation nette de nutriments à partir du bourgeon mûr. Cette étude a été réalisée pour évaluer l'impact d'un stress de régime contrôlé sur le rendement et la composition des composés médicinaux dans les fleurs de cannabis. Les principaux objectifs étaient:

1) Concevoir un protocole expérimental pour l'application du psychromètre de la tige à la mesure du potentiel hydrique du cannabis.

2) Corréler les mesures du potentiel d'eau cumulé avec les variables clés de l'environnement (en particulier le déficit cumulatif de pression de vapeur) pour prédire l'état de l'eau des plantes et concevoir des stratégies de gestion de l'irrigation appropriées.

3) Évaluer l'impact d'un régime contrôlé sur le rendement final des fleurs.

4) Évaluer l'impact d'un stress de régime contrôlé sur la composition des métabolites secondaires / composés médicinaux de la fleur

5) Évaluer l'impact du rinçage sur la composition nutritive des boutons floraux récoltés.

 

Chapitre 3.9 :

Citation

3.9 FLUSHING OF CANNABIS PLANTS
At the end of the flowering cycle, two weeks prior to harvest, the effects of flushing of the root zone with clear water were assessed with respect to water relations and nutrient content of buds. Flushing occurred over the last two weeks of production when the nutrient solution was replaced with clear water during routine irrigation events. Another flushing method was to apply an additional 10L of water without any fertilizer to the plant over two irrigation events at the start of the two-week period of clear water irrigation. To assess the relative effects of various irrigation management/flushing treatments among the plants under the experimental protocols in this study, the following treatments were monitored for plant water potential during the treatments and subsequent bud nutrient content was determined on 3 separate experiments with each treatment:
1) Control Treatment with 10L initial flush completed twice and non-fertigated water
until harvest
2) Control Treatment without 10L initial flush and non-fertigated water until harvest
3) Mild-Stress Treatment with non-fertigated water until harvest
4) Mild-Stress Treatment with fertigated water until harvest
5) Moderate-Stress Treatment with non-fertigated water until harvest
6) Moderate-Stress Treatment with fertigated water until harvest

The first irrigation treatment was the ‘control’ which was the standard irrigation
procedure used in the facility. This treatment has irrigation events every 2 to 3 days. The
second irrigation treatment termed ‘mild-stress’ was an irrigation event applied every 2 days,
and the third irrigation treatment termed ‘moderate-stress’ was an irrigation event applied
every 3 days.

 

Révélation

À la fin du cycle de floraison, deux semaines avant la récolte, les effets du rinçage de la zone racinaire avec de l'eau claire ont été évalués en ce qui concerne les relations avec l'eau et les nutriments contenu des bourgeons. Le rinçage s'est produit au cours des deux dernières semaines de production lorsque la solution nutritive a été remplacée par de l'eau claire lors des événements d'irrigation de routine.  Une autre méthode consistait à appliquer 10L d'eau supplémentaires sans aucun engrais à la plante sur deux des événements d'irrigation au début de la période de deux semaines d'irrigation en eau claire. Pour évaluer le effets relatifs de divers traitements d'irrigation / de rinçage, les traitements suivants ont été suivis. la teneur en éléments nutritifs des bourgeons ont été déterminés sur 3 expériences distinctes pour chaque traitement:


1) Traitement de contrôle avec un rinçage initial de 10 L effectué deux fois et de l'eau non fertilisée jusqu'à la récolte
2) Traitement de contrôle sans rinçage initial de 10 L et eau non fertilisée jusqu'à la récolte
3) Traitement de stress léger avec de l'eau non fertilisée jusqu'à la récolte
4) Traitement de stress léger avec de l'eau fertilisée jusqu'à la récolte
5) Traitement à stress modéré avec de l'eau non fertilisée jusqu'à la récolte
6) Traitement à stress modéré avec de l'eau fertilisée jusqu'à la récolte

Le premier traitement d'irrigation était le «contrôle» qui était l'irrigation standard
procédure utilisée dans l'établissement. Ce traitement a des événements d'irrigation tous les 2 à 3 jours. le
le deuxième traitement d’irrigation appelé «stress léger» était un événement d’irrigation appliqué tous les 2 jours,
et le troisième traitement d’irrigation appelé «stress modéré» était un événement d’irrigation appliqué
tous les 3 jours.

 

a+

 

EDIT : 

 

chapitre 6.2 :

Citation

6.2 FLUSHING NUTRIENTS FROM GROWTH MEDIA The practice of flushing is a current common industry practice but there is no evidence in published literature of its effectiveness in reducing nutrient concentrations within the bud or even whether or not this is a desirable result. After testing the nutrient concentrations from each treatment from three separate experiments, there were no significant differences in nutrient levels between any treatments within each experiment. This result showed that the intended purpose of flushing to reduce nutrient concentrations within the bud has no effect. These data show that for the last two weeks of the flower cycle for cannabis, it was possible to use no fertilizer water for irrigation with no significant impact on yield while saving input costs on fertilizer

 

Révélation

La pratique du rinçage est une pratique courante dans l'industrie, mais il n'y a pas de preuves dans la littérature publiée de son efficacité à réduire les concentrations de nutriments dans le bourgeon ou même si c'est un résultat souhaitable ou non. Après avoir testé les concentrations en nutriments de chaque traitement des trois expériences distinctes, il n'y avait pas de différences significatives dans les niveaux de nutriments entre les traitements au sein de chaque expérience. Ce résultat a montré que le but initial du rinçage, celui de réduire les concentrations de nutriments dans le bourgeons, n'a aucun effet. Ces données montrent que pour les deux dernières semaines du cycle de floraison pour le cannabis, il était possible de ne pas utiliser d'eau fertilisante pour l'irrigation sans impact significatif sur le rendement tout en réduisant les coûts intrinsèques sur les engrais.

 

 

 

Conclusion :

Citation

CHAPTER 7 – CONCLUSION Irrigation management has many impacts on the final product of cannabis. By implementing irrigation control strategies using cWP and/or cVPD thresholds, there can be a reduction in water and fertilizer use to achieve the same yield and THC concentration in cannabis. Irrigation practices can also be finely tuned to the specific cultivar through further study to provide the exact amount of water required to achieve the desired final product. This reduction can also save a producer money through reduced water and fertilizer use. The relationship between cWP and cVPD can be used to create irrigation thresholds to be used in production facilities for other crops. For cannabis, the first half of the flower cycle was rapid vegetative growth causing the reduced accuracy of the cWP and cVPD relationship. The second half of the flower cycle has a very strong relationship between cWP and cVPD since the plants are only producing flower and no longer undergoing vegetative growth. Measuring Ψ in a large-scale cannabis production facility with the use of stem psychrometers is not ideal, so the use of cVPD as a feedback variable for initiating irrigation can apply to the entire crop and be controlled using automated systems such as ARGUS. VPD is already measured in most production facilities, so the adaption of cVPD thresholds will be easy to implement. To apply this method of irrigation scheduling to other cannabis cultivars or other plants, a relationship between cWP and cVPD will need to be established to ensure proper water relations are met within the crop but the general principles demonstrated here indicated that reduced water use, consistent irrigation frequency measured through cVPD and no flushing of the root zone are elements of a desirable irrigation management strategy for cannabis.

 

Révélation

La gestion de l'irrigation a de nombreux impacts sur le produit final du cannabis. En mettant en œuvre des stratégies de contrôle de l'irrigation utilisant des seuils de cWP et / ou de cVPD, il peut y avoir une réduction de l'utilisation d'eau et d'engrais pour atteindre le même rendement et la même concentration de THC dans le cannabis. Les pratiques d'irrigation peuvent également être finement adaptées au cultivar spécifique grâce à une étude plus approfondie pour fournir la quantité exacte d'eau nécessaire pour obtenir le produit final souhaité. Cette réduction peut également permettre aux producteurs d'économiser de l'argent grâce à une utilisation réduite d'eau et d'engrais. La relation entre le cWP et le cVPD peut être utilisée pour créer des seuils d'irrigation à utiliser dans les installations de production pour d'autres cultures. Pour le cannabis, la première moitié du cycle de floraison était une croissance végétative rapide causant une précision réduite de la relation cWP et cVPD. La seconde moitié du cycle floral a une relation très forte entre le cWP et le cVPD puisque les plantes ne produisent que des fleurs et ne subissent plus de croissance végétative. Mesurer Ψ dans une installation de production de cannabis à grande échelle avec l'utilisation de psychromètres de tige n'est pas idéal, donc l'utilisation du cVPD comme variable de rétroaction pour initier l'irrigation peut s'appliquer à l'ensemble de la culture et être contrôlée à l'aide de systèmes automatisés tels que ARGUS. La VPD est déjà mesurée dans la plupart des installations de production, de sorte que l'adaptation des seuils de CVPD sera facile à mettre en œuvre. Pour appliquer cette méthode de planification d'irrigation à d'autres cultivars de cannabis ou à d'autres plantes, une relation entre le cWP et le cVPD devra être établie pour garantir que les relations hydriques adéquates sont respectées au sein de la culture, mais les principes généraux démontrés ici indiquent qu'une utilisation réduite de l'eau, une irrigation cohérente la fréquence mesurée à cVPD et l'absence de rinçage de la zone racinaire sont des éléments d'une stratégie de gestion de l'irrigation souhaitable pour le cannabis.

 

 

Voilà, ça me semble être un peu plus sérieux et aller dans le même genre de sens que celle faite par les industriels. Vous en pensez quoi sérieux ? 

++

Edited by MrGanjaBelgium
edit
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Re,

il y a 15 minutes, MrGanjaBelgium a dit:

Ah ouui c'est vrai l'intrinsèque politesse parfumée de respect ... Elle émane de tout un chacun ici ^^ bref sans rancune

 

Un classique après le "ça sert à rien" ...le .....  "ya pas que moi ..." 

 

La politesse c'est pourtant simple .... après il y a la touche "signaler ce message " en haut à droite de celui-ci . 

 

Pour ce qui est des traductions de l'étude ,  à aucun moment ils ne parlent de sur-fertilisation .... donc oui ...vu qu'ils gèrent parfaitement l'engraissage de leurs plantes le rinçage devient inutile .

 

Mais rincer ce n'est pas seulement laver le substrat  , quand certains , moi parfois , engraissent de trop en N en croissance et stretch de la plante , ses feuilles sont surchargées ,  et le simple fait de rincer pousse la plante à puiser dans ses réserves pour éviter de finir avec des plantes trop vertes . Il suffit de pratiquer pour s'en rendre compte .... 

 

Encore une fois les gens qui font de l'autoproduction recherchent (normalement) un produit sain .... l'étude ne dit pas que c'est plus "mauvais" non plus , donc pour ce que ça coute de pas mettre d'engrais dans la soupe pendant 15 jours par principe de précaution ... à défaut d'être soi disant inutile ... bah c'est économe . 

 

Et "nous" en tant que forum , conseil , il est impossible de conseiller l'inverse ...toujours , au minimum ,  par principe de précaution . 

 

Cette étude est dans un autre "cadre" que l'autoproduction . 

 

++

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Je ne comprends pas pourquoi le rinçage (selon notamment glass-blower) aurait un effet observable sur la plante lors d'un sur-engraissage, et non lors d'un engraissage optimal (selon cette étude) quelles pistes (exceptés ces satanées expériences personnelles qui n'ont aucune valeure épistémologique) permettent d'envisager une telle hypothèse ? Tout ce que j'ai pu lire en dehors de forums et de vieux sites de journalisme à la con, me font plutôt constater que dès qu'on s'y intéresse un peu sérieusement on ne sait rien mettre en évidence ... 

 

Si vous lisez toute la conversation vous verrez que moi aussi je rince mes plantes par "précaution" mais ça ne m'empêche pas de chercher le fin mot, d'essayer de trouver la vraie vérité. 

J'ai l'impression de m'adresser à des convaincus têtus plutôt qu'à des gens curieux de découvrir du Savoir (et pas de la croyance) en en discutant tous ensemble autour de "publications scientifiques" qui ont pour mérite de mettre à bas les biais cognitif desquels nous souffrons tous lorsque nous essayons d'apprécier telle ou telle technique, affirmation, vérité supposée, par notre simple approche personnelle. 

 

Je ne dis pas "ARRETEZ  DE RINCER TOUTE VOS PLANTES IMMÉDIATEMENT" je dis "Vous saviez qu'il n'existe aucune preuve que le rinçage est efficace ? Il existe même quelques études qui montrent l'inverse." 

Et au lieu de discuter de savoir pourquoi c'est efficace ou inefficace, ce se lance des piques dans tout les sens ... Le forum a bien changé depuis 2013.

 

Bref, Glass-Blower, Ce que tu dis n'es pas insensé, je le comprends très bien mais est-ce que tu as connaissance de papier qui traite ce sujet ? on pourrait peut-être y jeter un oeil ?

On lit tout et son inverse sur internet, surtout pour le rinçage, alors ce serait une bonne idée d'essayer de fournir une base de connaissances solides sur le sujet. Si rincer est optimal après un cycle de floraison sur-engraissé, j'aimerais en être certain. 

 

Ce sujet, il me semble qu'il est là pour ça non ? pour voir jusqu'où la science explique le rinçage et jusqu'où est ce que celui-ci est une superstition, n'est ce pas ?

Link to post
Share on other sites

Re

 

Le problème c'est que c'est sans fin...

 

Tu montres une études et une idée , les gens te raconte la leur, ça ne vas pas dans le sens que tu aimerais donc c'est forcément des abrutis têtu et écervelé !!!, Du moins c'est ce que je ressens en te lisant , bien que tu utilise un français des plus soutenue qui soit, désolé pour mes fautes d'ailleurs 🥴

 

Mais faut pas se prendre la tête, personne dis que tu dis de la crotte mais simplement , tous autant que l'on est avons un jour fumé cette beuh deguelasse d'une beuh mal rince (après ça peut-être certainement une beuh qui a simplement était trop chargé et peut-être que le rinçage n'aurait pas changé son goût deguelasse , mais clairement sans rinçage ça deviendrait limite piquant au lèvres,

 

Et y a ce surcoût engendré ??

Quel intérêt sincèrement ??

Tu démontrerait que l'on peut terminer une Flo sans engrais, bah je dirais oui , le mec il est couillu, là non tu veux démontrer que l'on peux 3ngraisser en open bar et cut comme ça lorsque l'on a envie !!!

...bah non, toi même tu rinces alors ?

Personne ne dis que tu as tord , mais beaucoup de personne penses que c'est pas la meilleure idée !!

 

++🌱

  • Like 4
Link to post
Share on other sites

Re , 

 

Si tu veux t'en rendre compte c'est tout simple test le , c'est bien pour cela que je dis plus haut qu'il en faudra plus en étude(s) pour remettre en cause ce que font des "milliers" de growers qui ont testés . 

 

Perso je comprend même pas ce genre d'études ...le but ...c'est quoi la morale ? ^^  mettez de l'engrais ? .... je vois pas .... ça change rien ...et ....

 

Ha oui non le goût ....c'est ça qu'est bien , c'est nickel pile poil le résultat qui donne un intérêt à toute l'étude .. mais vu que c'est subjectif ..... 

 

Désolé mais vu l'étude je préfère faire confiance à mon expérience ^^

 

++ 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Salut ,

 

Je me souviens d'un docu sur Bedrocan , donc de la weed produite à but thérapeutique . Déjà c'était de l'hydro LDR en pots de mémoire , mais surtout ...

 

Au cut/mise en séchage , les plantes étaient vertes kaki brillant , pas une feuille jaune zéro sénescence , ça m'avait choqué pour du cannabis thérapeutique .

 

 

Bref je dis pas qu'ils ne flushent pas mais on peut en douter vu la couleur du feuillage .

 

++

Link to post
Share on other sites

Rere YO

 

j'aimerais soulever un autre sujet pour rincer la discussion et appaiser les tensions 🌱

 

Y a t'il un intérêt à garder son eau résultant d'un Drain à un arrosage sur un substrat style coco

comme ça par exemple ?

20201106_172310.thumb.jpg.2b9fbeeccc8229cd8241ec1e2a19b3a4.jpg

 

Ça passe où je suis total hors sujet🥴😅🙈

 

Édit

La même solution , avant et après arrosage...

À droite c'est le résultat du Drain 🥴

C'est totalement inutile le rinçage 😅😉?

20201106_172725.thumb.jpg.cdf6e64e6dfddee06ec70c0d96ebf1de.jpg

Merci de vos retour 😘

Édit2

BOrdel.... j'aurais dû prendre les EC🥴😅

 

j'edite dès que je peux...

 

 

++🌱

Edited by NicoT
Link to post
Share on other sites

Yo,

 

il y a 30 minutes, NicoT a dit:

Y a t'il un intérêt à garder son eau résultant d'un Drain à un arrosage sur un substrat style coco

comme ça par exemple ?

 

Oui clairement, il me semble que le propos premier de cette étude canadienne c'est de montrer qu'on peut profiler les besoins réels d'une plante en confrontant les analyses des deux solutions (solution nutritives vs drain) au cours d'un cycle complet. En parallèle, ils testent le flush ou non flush. Je t'avoue que c'est un peu compliqué et que j'ai pas tout saisi mais ça a l'air plutôt intéressant. 

Il me semble aussi que certaines techniques d'hydroponie, réutilisent ce drain pour les irrigations suivantes afin de minimiser l'apport en eau.

 

++

Edited by MrGanjaBelgium
politesse
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Re

 

Désolé, j'aurais dû poster mon message ou l'intégrer à un de mes JDC , je n'est pas posté ça dans le but de remuer le blabla mais plutôt dans un esprit de détente , je me suis pas bien exprimé ou trop vite 🙏

 

J'irais papoter de mon interrogation sur mon jdc...

Dsl si flood il y a eût !!

 

++

 

 

Link to post
Share on other sites

Hey

 

Grrrrr ..... Pfff mauvais manip j'ai perdu tout mon post donc je recommence (galère j'avais fini) ....

 

Je sors du questionnement initial suite à la remarque de Le Sultan sur Bedrocan et le cannabis thérapeutique produit par l'entreprise Hollandaise ....

 

Bedrocan doit répondre à des normes GMP (bonnes pratiques de fabrication BPF, en anglais Good Manufacturing Practices ou GMP) ses produits doivent donc être irradiés avec des rayons gamma pour éviter toutes contaminations (donc rincer n'est pas vraiment d'une grande utilité .....)

 

https://bedrocan.com/irradiation-does-not-affect-medicinal-cannabis/

 

----- (("Le détenteur d'une autorisation de fabrication doit fabriquer un produit adapté à l'usage, conforme à ses spécifications définies dans l'autorisation de mise sur le marché et ne devant pas exposer un patient à un risque remettant en cause la sécurité, la qualité ou l'efficacité du produit.

Dans cet esprit, les BPF s'attachent à limiter 2 catégories de risques :

  • les risques de contamination croisée des produits (par un autre produit, ou un contaminant interne et externe) ;
  • les risques de confusion notamment au niveau des étiquetages et de l'identification des composants.

Elles insistent sur les pratiques d'hygiène et d'organisation qui doivent être mises en place à tous les niveaux.")) -----

 

Pour ce qui est du sujet le rinçage ou non, j'ai regardé l'étude et vu que tout a été dit ou presque, je m'en tiendrais à mon expérience personnelle qui, effectivement, n'est sans doute pas comparable à une étude scientifique (même si cette étude est quelque peu orientée (comme celles que peuvent produire l'industrie pharmaceutique et on connait le résultat, les procès sont en cours .... et les scandales ont déjà éclaté sur différentes spécialités pharmaceutiques dont les études présentées ne correspondaient pas aux effets délétères produits par ses traitements .... Bref)).

 

Je cultive depuis très longtemps, à l’époque (il y a 40 ans) pas de grow shop, pas d'engrais spécifiques pas de banques de graines pas de forum Cannaweed (sinon dans les rêves les plus fou d'usagers en train de fantasmer un autre monde ....) ....

c'était principalement de la guérilla avec les graines récupérées dans la weed achetée au black market donc la question du rinçage, on n'y pensait pas vraiment et pour être parfaitement clair, pas du tout (pas d'engrais spécifiques pas d'info ou de recherches sur ce sujet) ..... Le résultat, ce qu'on appelait alors "de la française", était bien loin de ce que nous connaissons aujourd'hui avec l'évolution des moyens et de la diffusion de l'information .....

Depuis que je me suis mis à cultiver Indoor (20 piges quand même) je crois avoir une petite expérience (même si elle ne peut évidement pas être considérée comme étant au niveau d'une étude scientifique) .... De mon point de vu le rinçage est nécessaire pour ce qui est du gout et de l'irritation ou non des voies respiratoires, je doute que le rinçage permette de "nettoyer la plante" de tout engrais assimilés pendant la période de culture, 10 jours (ou 20 minimum dans mon cas) comparé à 8 ou 9 semaines d'engraissage plus ou moins intensif ça serait miraculeux si ça suffisait .....

 

Je pense quand même qu'une seule étude ne peu suffire à se faire un avis "scientifique" sur un sujet comme celui la et qu'il en faudrait d'autres, peut etre pas demandées par des producteurs d'engrais sur un nombre aussi limité de plantes et de variétés .... mais ça peut aussi donner des indications intéressantes et peut être aussi entre autres l'idée de développer ce type de démarche qui nous intéresses tous ....

 

@+

 

:bye:

 

 

  • Like 5
  • Thanks 4
Link to post
Share on other sites

Yo,

 

Quel non-débat... c'est comme regarder (sauf exceptions) Nadal et federrer jouer avec 1 balle chacun et un mur au lieu du filet....

On va dire que 2-3 trucs intéressants ressortent quand même, c'est déjà ça.

@MrGanjaBelgium, la dernière étude que tu as posté ne porte pas sur le rinçage, mais le flushing (grosse quantité de flotte d'un coup) qui est très stressant, voire à double-tranchant et très contre-indiqué depuis quelques années (à ne réserver qu'à des cas extrêmes).
La conclusion le confirme et c'est cool..

 

++

Link to post
Share on other sites

Hello la compagnie, 

@mouly974, si tu lis correctement le chapitre 3.9, tu verras qu'ils testent 6 irrigations différentes sur 3 runs consécutifs, le deuxième groupe correspondant à un rinçage comme on l'entend. Et je ne vois de quoi tu parles dans la conclusion ?

++

 

 

 

yo @UFCM-I Care, d'abord merci de prendre part au débat, comme tu peux le constater tout le monde ne répond pas avec la même patience et bonne foi que celles dont tu fais preuve

 

Citation

----- (("Le détenteur d'une autorisation de fabrication doit fabriquer un produit adapté à l'usage, conforme à ses spécifications définies dans l'autorisation de mise sur le marché et ne devant pas exposer un patient à un risque remettant en cause la sécurité, la qualité ou l'efficacité du produit.

Dans cet esprit, les BPF s'attachent à limiter 2 catégories de risques :

  • les risques de contamination croisée des produits (par un autre produit, ou un contaminant interne et externe) ;
  • les risques de confusion notamment au niveau des étiquetages et de l'identification des composants.

Cette "norme" me laisse penser que si un jour les bienfaits du rinçage sont indéniablement mis en évidence, alors tout les industriels seront obligés de s'y tenir.

 

Il y a 11 heures, UFCM-I Care a dit:

ses produits doivent donc être irradiés avec des rayons gamma pour éviter toutes contaminations (donc rincer n'est pas vraiment d'une grande utilité .....)

 

Pourquoi le fait qu'ils soient irradiés implique que le rinçage n'est pas de grande utilité ? je ne suis pas certain de comprendre.

 

Il y a 11 heures, UFCM-I Care a dit:

Je pense quand même qu'une seule étude ne peu suffire à se faire un avis "scientifique" sur un sujet comme celui la

Moi aussi c'est pourquoi j'invite tout le monde à chercher d'autres publications intéressantes sur le sujet.

 

Il y a 11 heures, UFCM-I Care a dit:

et qu'il en faudrait d'autres, peut etre pas demandées par des producteurs d'engrais sur un nombre aussi limité de plantes et de variétés

Celle que j'ai proposée est une thèse de doctorat, donc rien avoir avec les producteurs d'engrais.

 

Il y a 11 heures, UFCM-I Care a dit:

mais ça peut aussi donner des indications intéressantes et peut être aussi entre autres l'idée de développer ce type de démarche qui nous intéresses tous ....

Alors là, je ne comprends plus non plus de quoi tu parles ?

 

 

 

++  

 

 

Link to post
Share on other sites

Re la compagnie,

voici une nouvelle étude, celle-ci montre les liens qu'il peut y avoir entre irrigation, engraissage, et présence de nutriments dans les feuilles à la fin d'un cycle de croissance. (Je sais ça ne parle pas de rinçage ni de buds, mais seulement de la quantification de la présence de nutriments, les même que le rinçage voudrait évacuer, mais pas tout à fait au même endroit  ? On peut donc tout a fait discuter de l'extrapolabilité de cette étude aux buds ) 

Citation

WOGIATZI, E., GOUGOULIAS, N., GIANNOULIS, K. D., & KAMVOUKOU, C.-A. (2019). Effect of Irrigation and Fertilization Levels on Mineral Composition of Cannabis sativa L. Leaves. Notulae Botanicae Horti Agrobotanici Cluj-Napoca, 47(4), 1073-1080. https://doi.org/10.15835/nbha47411527

 

Pdf disponible ici

 

Je vous fais un petit résumé, mais celle ci ne fait que 8 pages alors je vous encourage à la lire.

 

En gros ils ont testé en extérieur (ça se passe en Grèce) 4 groupes de plantes en jouant sur l'amendement du champ, et sur l’irrigation (I1F1, I2F1, I1F2, I2F2) . 

  • I1 = irrigation 100% ETo (ça signifie que les plantes sont irriguées sur base d'une estimation de l’évapotranspiration cumulée des plantes et du sol, celà permet de mettre de côté un maximum les facteurs météorologiques propres à la Grèce et qui ont un impact sur la fréquence d'irrigation. Comprenons bien qu'il s'agit là d'une très forte irrigation, à la limite du sur-arrosage ) =  beaucoup d'eau
  •  I2 = irrigation 60% ETo (On est ici sur une irrigation nettement plus modérée =assez d'eau
  • F1 = amendement du sol de 244 kg N, 60 kg P2O5 et 60kg K2O par hectare = beaucoup d'azote
  • F2 = amendement du sol de 184 kg  N, 60 kg P2O5 et 60 kg K2O par hectare = un peu moins d'azote (25% de moins)

 

voici les résultats d'analyses moyennés sur les 4 itérations de l'expérience :

tableau.png.83a5d4d5f902b558cd25cc28633d4227.png

 

Si on s'intéresse à l'azote, le nutriment sur lequel la concentration varie dans les amendements, on peut constater que les feuilles qui en contiennent le plus sont celles du groupe I1F2 ... soit beaucoup d'eau et moins d'azote. 

Remarquons aussi que ce groupe I1F2 bats les records pour P et K également.

 

Ce qui me laisse penser que le lien entre sur-engraissage et concentrations élevées des nutriments dans la plante n'est peut-être pas aussi évident que celui auquel on pense tous intuitivement. 

 

Vous en pensez quoi ? 

 

++

 

Edited by MrGanjaBelgium
edit
Link to post
Share on other sites
Le 06/11/2020 à 13:56, glass-blower a dit:

Je pense tout simplement qu'il n'y a pas besoin de rinçage quand la plante à eu ce qu'il faut ou moins qu'il n'en faut ..quand c'est bien géré.... mais c'est pas si évident et  par principe de précaution  ( car comment réellement savoir qu'il n'y a pas d'excès de quoi que ce soit ....réellement ??  ) on rince . 

 

Yop Yop Glass-blower!

 

C'est vrai que si l'on gave la plante ca peut etre un probleme sans rincage.  Sur la fin de flo je laisse toujours les plantes puiser dans leurs reserves sans faire de rincage avec tres peu ou pas d'apport (Eau claire). 

Jeff lowenfels, expert en microbiologie dit souvent que le rincage ne sert a rien en BIO.  Mais comme tu dis, il existe de nombreuses facons de faire en BIO.

 

Bonne soirette, ;-)

 

Al

 

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Re,

 

Déjà je prends un peu plus de temps qu'hier pour te remercier sur ce partage intéressant sur bien des points (mais à MON avis peu intéressant sur le rinçage car les seules conclusions avérées sont celles déjà trouvées lors de précédentes recherches + expériences).

 

Ensuite, ayant pris le temps de parcourir assez profondément l'étude, je corriges mes propos précédents:

 

Il y a 17 heures, mouly974 a dit:

la dernière étude que tu as posté ne porte pas sur le rinçage, mais le flushing

L'étude porte en réalité sur le stress et notamment le stress d'irrigation. (juste pour précision).

Concernant le résultat de la conclusion dont je parlais, c'était par rapport à ceci:

Le 06/11/2020 à 15:01, MrGanjaBelgium a dit:

These data show that for the last two weeks of the flower cycle for cannabis, it was possible to use no fertilizer water for irrigation with no significant impact on yield while saving input costs on fertilizer

 

 

Et pour ajouter mes impressions maintenant:

Tout d'abord les éléments que je trouve négatif pour la validité de cette étude (en tout cas sur le rinçage)

-Je n'ai toujours pas vu dans cette étude de plan de nutrition ou autre?
-Les plans d'irrigations ne sont à mon avis pas cohérent avec cette culture....

Par exemple quand on voit ça et qu'on considère qu'ils sont dans des pots de 12.4l
image.png

Je ne comprends pas le principe d'arroser les plantes tous les 2 jours en fin de floraison, que ce soit avec 2l ou encore moins avec 3l par arrosage (sans parler de celles qui ont vu 10l passer 2j avant).
On est clairement sur du surarrosage (amha) avec résultat de flinguer les racines  (je les vois passer en diag) : par extension on est en droit de penser que ça lisse les résultats entre celles qui ont subi le flush et les autres. (je comprendrai que tout le monde ne soit pas d'accord avec ce postulat, mais je n'en démordrai pas vu ce que je vois en diag et mes expériences perso).

 

-Concernant les quantités de nutriments (ou l'argument de l'absence de gout métallique/chimique), personnellement je trouve que c'est HS parce que:

      J'ai toujours pensé que les nutriments ne disparaissent pas de la plante (Magic!!) mais éventuellement qu'ils se déplacent pour ceux qui sont mobiles, mais je n'ai pas les tenants et aboutissants à ce sujet.

      Je réitère, personne de ma connaissance ne parle de gout métallique/chimique mais bien de fumée/vapeur plus aggressive, grattage de gorges etc...
      Très souvent associé non pas directement à l'azote, mais bien à la chlorophylle qui est souvent plus présente dans les plantes surengraissées même après séchage correct (serait-elle fixée par une plus grandes concentration d'azote?)

-Enfin, j'étais tombé sur une "headline" similaire il y a quelques mois et c'est dans ma liste de lecture à faire "à l'occasion" :siff: , qui titrait sur une étude remettant en cause l'utilité de rincer en organique pur, et indiquant comme argument principal l'impossibilité de surengraisser en organique. D'où ma réflexion sur la validité des résultats de ce genre d'études si le plan nutritif est resté "doux" (ou à contrarion est trop fort et bloque la plante).

P.S: pour l'anecdote perso, je me souviens d'Expogrow 2019 ou lors de la dégustation par le groupe d'une weed cultivée par un des membres , un autre membre à su définir quel Booster de floraison (spécifique) avait été utilisé rien qu'à "l'arrière-gout inimitable que ça laisse aux plantes" .
ça m'a fait réfléchir sur le principe de précaution, et c'est pourquoi je rince 3 semaines en moyenne, boosters inclus.

 

 

A part ça, pour l'étude grecque, j'en conclues qu'il faut suivre un schéma I2F1/2, cad de l'eau mais juste ce qu'il faut et de la nutrition mais juste ce qu'il faut 🤣


Voila, sorry pour le pavé

++

  • Like 4
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Hello tout le monde,

 

@mouly974, merci pour cette belle réponse :)

Tout d'abord concernant la conclusion effectivement si aucune différence entre eau + engrais ou juste eau n'ont été mise en évidence, il est alors économique de rincer.

Ensuite concernant le sur arrosage, il le semble qu'il aurait été difficile d'atteindre des taux de THC si haut avec un système racinaire réellement flingué. Mais ce n'est qu'une hypothèse évidemment. Après j'imagine que la quantité d'eau ne te choque pas mais plutôt la fréquence ?

Concernant le goût, je pense pour ma part que les processus métaboliques déclenchés au cut et leur prolongation durant le séchage me semblent être des pistes qui pourrait expliquer un certain nombre de phénomènes, mais ce n'est qu'une pensée.

Et finalement ta lecture m'intéresse, si tu remets la main dessus pense à partager ;)

PS: intéressant cette anecdote expogrow.

 

 

Oh et pour les grecs, tu ne trouves pas étonnants les résultats des analyses ? Moi j'aurais beaucoup de mal à les expliquer :0

 

++

Link to post
Share on other sites

Salut a tous,

Pour commencer j'ai appris depuis mes débuts qu'il fallait rincer une plante avant de la cut et j'ai toujours pratiquer ainsi sans trop me poser de question.
Ceci dit, après réflexion je vois pas d'autre culture où il est nécessaire de rincer la plante avant de la consommer.
Çà fait deux ans que je m'occupe d'un potager et je rince aucune de mes productions si ce n'est de la terre sur les légumes 🤣
Cette année j'ai fait 4 beau pied de tabac, j'ai récolter les feuilles vertes et avec un bon séchage toute la chloro c'est barré et aucun goût qui pique la gorge comme une weed chelou.
J'ai aussi fait de l'exté en guérilla que je n'ai pas rincé et ma foie elle piquais pas non plus.
Et pourtant il m'est arriver comme vous, de récolter des beuh en inté qui piquait et arrachait la gorge, que j'ai suspecté a l'époque d'être mal rincé.

J'raconte ma life mais tout ça pour dire que le rinçage doit avoir son utilité suivant le mode de fertilisation choisi.
En pleine terre sans engrais j'vois pas du tout l'intérêt ce serait même dommageable (pollution des nappes phréatique).

Peace ;)

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites