CO2

Le Co2
By Guest,

Le CO2
Introduction
 
Le dioxyde de carbone est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la formule brute est : CO2. Cette molécule linéaire a pour formule développée de Lewis : O=C=O
Dans les conditions normales de température et de pression, le dioxyde de carbone est un gaz incolore communément appelée gaz carbonique.
 

 
Il est présent dans l'atmosphère dans une proportion approximativement égale à 0,035 % en volume.
Il est produit notamment lors de la fermentation aérobie ou de la combustion de composés organiques, et lors de la respiration des êtres vivants et des végétaux. Pour ces derniers, la photosynthèse piège beaucoup plus de CO2 que sa respiration n'en produit.
 
 
1. Rôle du CO2
 
Le rôle du CO2 est essentiellement celui de source carboné pour les plantes autotrophes photosynthétiques.
 
 
1.1. Photosynthèse :
 
(De photôs, « lumière », et sunthesis, « réunion ».) Dans les années 1770, Joseph Priestley, chimiste et théologien (1733-1804), montre qu'une plante peut « restaurer » l'air « vicié » par une bougie ou par un animal. Johannes Ingen-Housz (1730-99) découvre que cette « purification » nécessite de la lumière et met en jeu les parties vertes de la plante. Grâce à la chlorophylle contenue dans les chloroplastes de leurs feuilles, les plantes utilisent l'énergie lumineuse du soleil pour combiner le gaz carbonique qu'elles absorbent avec l'hydrogène (apporté par l'eau) et former des substances organiques (sucres en particulier). Elles rejettent alors de l'oxygène : 6 CO2 + 6 H2O + énergie lumineuse → C6 H12O6 (glucose) + 6 O2.
 
 
1.2. 1ère PHASE (PHOTOCHIMIQUE) :
 
Le dégagement d'oxygène s'accomplit à la lumière. Grâce à l'énergie lumineuse captée par la chlorophylle au niveau de 2 photosystèmes (complexes protéines-pigments), des électrons arrachés à l'eau sont transférés jusqu'au NADP+ par une chaîne de transporteurs d'électrons localisés dans la membrane des thylakoïdes, petits sacs constituant les lamelles photosynthétiques isolées et les granas (empilements de lamelles plus courtes). Le NADP+ est alors réduit en NADPH + H+ en prélevant 2 protons dans le stroma plastidial. Au cours de ce transfert, des protons sont accumulés dans le lumen des thylakoïdes. Une différence de concentration en protons, c.-à-d. une différence de pH, s'établit de part et d'autre de la membrane du thylakoïde entre le lumen et le stroma. La libération de protons dans le stroma au niveau des ATP synthétases permet la synthèse d'ATP (adénosine triphosphate) et annihile la différence de pH.
 
 
1.3. 2ème PHASE (THERMOCHIMIQUE) :
 
Le CO2 est fixé sans besoin de lumière. Le NADPH + H+ et l'ATP obtenus précédemment sont utilisés pour transformer le gaz carbonique en sucre (glucose). L'enzyme qui fixe le CO2 est la ribulose 1,5 bisphosphate carboxylase/oxygénase, ou Rubisco. Cette enzyme peut représenter 50 % des protéines d'une feuille. Du point de vue de l'assimilation du CO2, on distingue : 1o) les plantes en C3 (surtout arbres des forêts tempérées) pour lesquelles le 1er produit qui suit la fixation du CO2 est une molécule à 3 atomes de carbone (acide phosphoglycérique) ; 2o) les plantes en C4 (maïs, canne à sucre, cannabis, plantes de régions subtropicales) qui incorporent le CO2 dans un corps en C4 (acide oxaloacétique puis acide malique ou aspartique). Dans les plantes en C4, une phosphoénol-pyruvate-carboxylase fixe le CO2 avant que n'intervienne la rubisco (dans un second temps). Les plantes à métabolisme crassulacéen (CAM) fixent le CO2 la nuit et l'accumulent dans leurs vacuoles sous forme d'acide malique (crassulacées : agave, guntia).
 
 
2. Intérêt de l’apport en CO2
 
2.1. Augmenter le rendement :
 
Loi de Liebig :
La Loi du Minimum ou loi des facteurs limitant est l'un des principes les plus importants de l'agronomie pratique.
Sous sa forme initiale, donnée par Liebig vers 1850 dans sa théorie de l'alimentation minérale des plantes, elle énonce que le rendement d'une culture est limité par celui des éléments fertilisants qui le premier vient à manquer (soit N, ou P, K, Mg, etc) et qu'il convient de compenser le manque par un apport, sous forme d'engrais minéral, complétant le ou les éléments en quantité insuffisante.
 
Sous sa forme plus générale, comme loi du maillon le plus faible, elle énonce que le résultat d'une chaîne de processus est limité par le chaînon le moins performant et que c'est sur lui qu'il faut agir pour dépasser la limite.
L’ajout de carbone peut permettre d’augmenter le rendement d’une culture mais uniquement à la condition que celui-ci soit le facteur limitant. Il est donc inutile dans une majorité des cas.
 
 
2.2. Compenser la chaleur :
 
L'effet fertilisant d'une augmentation de la teneur en CO2 peut-être modélisé par une loi de régression avec en abscisse la température. Et l'on constate que cet effet fertilisant croit avec la température.
 
Le corollaire est donc que si l'on veut augmenter la teneur en CO2, il faut augmenter la température. Et alors qu'en culture normale, la valeur supérieure optimale de la température est 26° ( avec une fermeture des stomates dès 29°); avec apport de CO2 cette valeur pourras être remontée jusqu'à 34° selon le stade de la plante et la teneur cible en CO2.
La conséquence étant pour le cultivateur une augmentation des besoins de la plante en eau et nutriments.
 
3. Comment faire un apport de CO2 :
 
 
 
3.1. Système CO2 sur Cartouche :
 
 

 
 
3.1.1. Avantages :
_ Débit réglable
_ Possibilité de coupler le détendeur à une électrovanne -> automatisme du système.
 
 
 
3.1.2. Inconvénients :
_ Dangereux pour la santé en trop grosse quantité.
_ coût, achat du kit détendeur, manomètre, électrovanne entre 300 et 450€ + rechargement des cartouches (cher pour un particulier qui recherche de temps en temps sa cartouche)
 
 
 
3.1.3. Ou se procurer :
_ Dans la plupart des GrowShops
 
 
3.2. CO² par la levure de boulanger :
 
 

 
3.2.1. Avantages :
_ Pas cher
_ On en trouve dans toutes les grandes surfaces.
 
 
 
3.2.2. Inconvénient :
_ L'odeur
_ L'apport ne devient efficace que pour des volumes de fermenteur au moins égaux à 80L. Donc ceux qui veulent le faire avec des bouteilles de coca sont loin, très loin du compte.
 
 
3.2.3. Mode d'emploi :
Les levures de bières (Celle du boulanger, mais surtout pas la chimique) se "nourrissent" de sucre, et de ce sucre créent 2 composés. Le premier est l'alcool, le second qui nous intéresse plus précisément est le CO².
Les proportions sont 200 grammes de sucre (le sucre brun marche mieux mais moins longtemps), et 1L1/2 d'eau tiède. Mettre ça près de vos plantes devrait leur fournir un surplus de CO². Le CO² étant un gaz lourd il convient de le diffuser de haut (pour qu'il retombe sur vos plantes), cette solution doit être renouvelée dès qu'elle ne crée plus de bulles.
 
 
3.3. CO² par pilule :
 
 

 
 
3.3.1. Avantages :
_ Prix abordable (17€ la boite de pilule)
_ Durée de vie assez grande (nombreuse pilules dans la boite)
_ Pas d'odeurs
 
 
 
3.3.2. Inconvénients :
_ Modifie le pH de votre solution.
_ Ne marche pas, il faut savoir que l'absorption du CO2 est foliaire, pas racinaire.
 
Les seules options sont donc :
 
_ les systèmes à bouteilles qui demandent un investissement important,
_ les systèmes à levure très encombrants avec leurs réservoirs de plusieurs dizaines de litres.
 
 
4. Les contraintes de l'apport en CO2 :
 
_ la température qui doit être augmentée
_ le CO2 étant un gaz lourd, l'apport doit se faire par le haut de l'espace
_ la nécessité d'avoir des systèmes d'extraction lampe /espace de culture séparés. Simple question de bon sens, si vous apportez du CO2, il ne vous est plus nécessaire de renouveler l'air en vue de faire un apport du CO2
_ votre espace doit être hermétiquement clos de façon à limiter le volume à saturer
 
 
Et n'oubliez pas que cet apport ne doit se faire que de jour.
 
 
5. Quelques chiffres :
 
Le taux en CO2 de l'air ambiant est de 0.035%
Le taux cible lors de l'apport en CO2 est de l'ordre de 0.15%
L'intoxication animale au CO2 débute à 1%
 
 
 
Par Vyking le 04-29-2006
 
v/c Dad-
0 comments Read more... ›
Comment gérer l'injection du co2 ?
By azmaster,
INTRODUCTION
 
Le carbone représente l'élément essentiel des substances organiques.Les plantes vertes chlorophylliennes sont capables d'utiliser le carbone minéral du gaz carbonique pour la synthèse de leurs propres substances organiques.C'est la fonction chlorophyllienne ou photosynthèse. Les substances clé de la photosynthèse sont la chlorophylle A(C55 H72 O5 N4 MG) et la chlorophylle B(C55 H70 O6 N4 MG) qui se trouvent dans toutes les parties vertes de la plante mais essentiellement dans les feuilles. C'est la lumière qui est le principal moteur de ces réactions qui se déroulent en deux phases dans le cycle de Calvin:
 
- Phase lumineuse: la chlorophylle capte l'énergie lumineuse, l'eau, le CO2.
- Phase obscure: synthèse du glucose (C6H12O6) qui sera transformé essentiellement en amidon, saccharose, cellulose.
 
Les règles à observer:
 
- la lumière: plus de 60000 lumens au m²
- la température: entre 28 et 34°C
- les engrais: en systèmes CO2 la plante consomme plus d'engrais
- l'eau: la plante consomme plus d'eau que sans système CO2
- l'oxygène aux racines: en système CO2 la plante respire plus d'O2 par les racines
- le CO2: dans de mauvaises conditions de culture, les concentrations en CO2 supérieures à 1600ppm peuvent être désastreuses.
- L'injection de CO2 est obsolète en croissance
 
Le CO2 est un gaz asphyxiant !!!
 
A/ QUELLE QUANTITE DE CO2 ?
 
1) calcul du volume de la pièce de culture en litres:
 
La formule de calcul de la pièce est:
Longueur x largeur x Hauteur (L x l x H)
Les valeurs sont exprimées en cm. Soit:
 
pour une pièce de 1m de coté et de 2m de haut:
 
(1x100)x(1x100)x(2x100)= 2000000cm3
 
Sachant que 1 litre est égal à 1000cm3, on divise le volume de la pièce (2000000) par 1000 soit : 2000 litres
 
2) calcul du volume de CO2 dans une pièce de 2m3:
 
L'air en ville contient 400ppm (parties par million) de CO2; en campagne, il contient 300ppm. Donc un litre d'air en ville contient: 0,04% de CO2(0,03% en campagne).
 
Notre pièce a un volume de 2000 litres, soit 0,8 litres de CO2 (0,04% de 2000 litres).
 
3) calcul du volume de CO2 nécessaire pour passer de 400ppm à 1200ppm:
 
Volume de CO2 initial: 400ppm
Volume de CO2 final: 1200ppm
soit une augmentation de 800ppm (1200-400) ou 0,08%.
Ce qui représente pour une pièce de 2000 litres: 1,6 litres de CO2 ((2000x0,08)/100)
 
4) quantité de CO2 disponible dans la bouteille:
 
Masse d'une mole de CO2:
 
C=12g.mole-1 ; O=16g.mole-1
soit (12+(16x2))=44g.mole-1
 
Volume d'une mole de CO2:
 
une mole de gaz occupe 22,4 litres
 
Nombre de moles par bouteille:
 
Pour une bouteille de 6 kg:
6x1000=6000g
une mole de CO2 pèse 44g
6000/44=136 moles ou 3000litres(136x22,4) de CO2
 
Pour une bouteille de 500g:
500/44=11,4moles ou 255litres(11,4x22,4) de CO2
 
B/ QUELS CYCLES DE CO2 ?
 
On effectue 6 injections de CO2 pendant la période d'éclairage (12 heures)
 
1) Si le programmateur permet une injection de 5 minutes, le cycle sera:
 
5 minutes de CO2 sans ventilation
110 minutes sans ventilation
5 minutes de ventilation sans CO2
puis
5 minutes de CO2 sans ventilation
110 minutes sans ventilation
5 minutes de ventilation sans CO2
etc.....
 
2) Si le programmateur permet une injection de 15 minutes, le cycle sera:
 
15 minutes de CO2 sans ventilation
90 minutes sans ventilation
15 minutes de ventilation sans CO2
etc.....
 
Si pendant la période sans ventilation, la température dépasse 34°C, il faudra intercaler un autre cycle ventilation/injection.
 
C) NOMBRE D'INJECTIONS POSSIBLES:
 
Pour une pièce de 1m² et une augmentation de 800ppm, avec une bouteille de 500g, il faut 1,6 litres de CO2 par injection, soit 159 injections. A raison de 6 injections par jour, la bouteille permet 26 jours de culture enrichie en CO2.
 
Pour une pièce de 0,5 m², pour une même augmentation, il ne faut que 0,8 litre de CO2. Une bouteille de 500g permet donc 318 injections, soit 53 jours de culture.
 
MARUX
 
v/c Dad-
0 comments Read more... ›
Le CO2: son effet sur les végétaux...et comment l'utiliser en indoor
By Guest,
Le dioxyde de carbone et son effet sur les végétaux
 
 
Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, inerte, non toxique à faible dose et ininflammable.
 
Souvent confondu avec le monoxyde de carbone (CO) qui lui, est excessivement toxique
 
Sa formule moléculaire est co2.
 
Cette molécule linéaire est composée d'un atome de carbone qui est relié par double liaison à deux atomes d'oxygène
 
 
 
O=C=O
 

 
 
La plante absorbe le co2 atmosphérique via les stomates et, à l'aide de la chlorophylle, utilise l'énergie dégagée par une source lumineuse pour combiner le gaz carbonique avec l'eau et produire ainsi les sucres responsables de sa croissance
 
 
Cette réaction est appelée photosynthèse (6 CO2 + 6 H2O --> C6H12O6 + 6 O2)
 
 
La concentration de co2 dans l'air se mesure en "partie par million" (ppm)
 
La quantité présente dans l'air de nos villes est de +- 300 ppm (+- 0,03%)
 
 
 
Le co2 ne va pas seulement augmenter le rendement de la plante mais également en accélérer le métabolisme
 
Il permettra aussi à vos plantes de supporter d'avantage de chaleur (32-34°).
 
Il faut avant tout savoir que le co2 doit être le seul facteur limitant de votre culture pour qu'il soit utile à vos plantes.
 
Si la plante ne reçoit pas assez de lumière, si la T° est trop basse ou l'engraissage insuffisant, il est inutile d'en injecter.
 
En gros, c'est lorsque vous êtes certain d'avoir tout fait pour elle qu'il faut penser au co2... pas avant
 
 
 
Les recherches et l'expérience des horticulteurs ont démontré qu'une concentration de l'ordre de 1500 ppm (+- 0,15%) augmentait et accélérait considérablement le développement et le métabolisme de la plante.
 
Ce qui signifie une augmentation de 1200 ppm(0,12%) par rapport à la "normale"
 
J'ai ouï dire que certains cultivateurs américains (surtout du nord :-D) montaient jusqu'à 3000 ppm de concentration... mais c'est aux risques et périls de la plante... Trop de co2 peut ralentir le développement... donc à vous de voir... à vous de tester ...
 
 
Personnellement, j'ai effectué les réglages sur 1500ppm
 
 
 
Détails du système
 
 
Le système est composé:
 
 
1 - d'une bouteille de co2 (+ de 10kg)
 
 
2 - d'un détendeur (il fait passer la pression de 60 bars à 1 bar)
 
 
3 - d'une électrovanne (elle permet de relâcher le gaz en temps voulu)
 
 
4 - d'un tuyau 4-6mm (pour la diffusion)
 
 
5 - d'une minuterie (pour les durées et les moments d'injection)
 
Préférez une minuterie électronique à 12 programmes minimum
 
 

 
 
Le kit électrovanne-détendeur peut se trouver aux alentours de 150€
 
Une bouteille de 10Kg consignée vaut +- 120€
 
La recharge de 10kg coute +- 20€
 
 
En gros, pour +- 300€ on peut s'lancer
 
 
 
Durée et fréquence d'injection
 
 
Pour connaitre la quantité de co2 à injecter dans l'espace de culture, il faut, bien sûr, tout d'abord en déterminer le volume.
 
Je vais prendre exemple sur mon espace pour ....
 
... me faciliter la chose
 
 
Après avoir rendu l'espace étanche, je suis arrivé à ce volume:
 
 
L=1m
 
l=1m
 
H=2m
 
 
=2m³
 
 
 
A la sortie du détendeur, on mesure le co2 en litre
 
Pour faciliter le calcul, on converti les m³ en litres
 
2m³= 2000 litres
 
 
Il faut donc augmenter la concentration en co2 de 0,12% de 2000 litres
 
 
0,12% de 2000 litres ( ou 0,0012 x 2000 ) = 2,4 litres
 
 
Par déduction, après avoir injecté 2,4 litres de co2 dans un espace de 2m³, on obtient une concentration de 1500ppm (0,15% de co2 dans l'air)
 
 
Bon... à présent qu'on connait la quantité à injecter... Le plus sportif va être de déterminer la durée d'injection... sans sonde ni appareil genre "harvest master" qui nous indique la quantité de co2 contenu dans l'air
 
 
Nous allons "utiliser" un phénomène physique connu de tous...:
 
l'histoire d'un mec qui prend un bain et qui remarque que l'eau monte quand i's'fout d'dans... ?
 
Pfffff pas dur d'être savant à l'époque
 
 
Il faut se munir d'un évier ,d'une bouteille de 4 litres genre bouteille d'adoucissant pour lessive et d'un chronomètre (un gsm ou une montre avec trotteuse fait l'affaire)
 
 
1) Percer un trou de 6-7mm dans le bouchon
 
 
2) Remplir la bouteille de 4 litres d'eau
 
 
3) Introduire le tuyau de diffusion dans la bouteille par le trou du bouchon.
 
 
4) Remplir l'évier d'eau jusqu'à la moitié +- et retourner vivement la bouteille dans l'évier.
 
 
5) Mettre l'électrovanne sous tension tout en lançant le chronomètre
 
 
6) Lorsque la dernière goutte d'eau quitte la bouteille, arrêter le chrono et constater le temps que cela a mis
 
 
 
J'ai essayé de faire quelques petits schémas pour mieux expliquer le procédé
 
 
La bouteille remplie, retournée dans l'évier avec le tuyau qui traverse le bouchon
 

 
 
Une fois le tout installé, on met l'électrovanne sous tension tout en lançant le chronomètre
 
(Si la sortie du détendeur possède un robinet de dosage, ce qui est souvent le cas sur les détendeur d'aquarium, il faut l'ouvrir "au pif")
 
Les détendeurs "horticoles" ont un débit de sortie fixe
 
 

 
 
Le co2 va chasser l'eau pour en prendre la place
 
 

 
 
 
Il n'y a plus qu'à attendre que toute l'eau contenue dans la bouteille ait été expulsée dans l'évier et de constater le temps que cela a pris
 
 

 
 
Avec mon détendeur, le débit a permis au co² de prendre la place de 4 litres d'eau en 12 minutes.
 
Ce qui fait 4 litres de co² relâchés en 12 minutes
 
Ce qui correspond à 1 litre de co² en 3 minutes
 
 
D'après les précédents calculs il fallait 2,4 litre de co2 dans 2 m³ pour arriver à la bonne concentration
 
 
Donc: 2,4 x 3 minutes = 7,2 minutes
 
 
J'injecte donc 7 minutes pour arriver à +- 1500 ppm dans les 2m³
 
 
 
Ceci n'est pas une durée d'injection applicable à tous les locaux de 2m³.
 
La durée d'injection dépendant uniquement de l'ouverture de la molette de la sortie basse pression du détendeur et que celle-ci n'est pas graduée (certains détendeurs ont des sorties à débit fixe), chacun devra effectuer son propre test.
 
 
 
 
 
Durée et fréquence d'injection pour les friqués
 
 
Testeurs portatifs
 
 
Il existe des "testeurs" capables de déterminer la quantité de co2 dans l'air ambiant
 
 

 
Là, c'est beaucoup plus simple
 
 
1) On installe le kit à co2 dans l'placo
 
 
2) On place ou on tient le testeur dans le placo
 
 
3) On met l'électrovanne sous tension tout en lançant le chronomètre
 
 
4) Quand le testeur affiche les ppm voulus, arrêter le chrono et constater la durée d'injection
 
 
5) Régler sa minuterie en fonction du résultat
 
 
+- 150€
 
 
 
Gestion informatisée de la culture
 
 
Il s'agit de boitiers "informatiques" qui gèrent les paramètres de climat du local de culture
 
Selon les marques et les modèles, ils gèrent depuis les ventilateurs et les extracteurs jusqu'au pH et l'EC... pour les plus performants
 
 
Pour le co2, le plus courant est:
 
 
L'Harvest Master easi co2
 
 

 
+- 700€
 
 
Il possède 2 sorties vers des fiches-relais sur lesquelles on branche l'électrovanne et l'extra-intra
 
 
On l'installe dans le local, on lui indique nos préférences de valeurs : T° maxi , T° min, ppm désirés, T° min d'injection...etc.. et il se charge du reste
 
 
Et grâce à sa cellule photoélectrique, il ne déclenche pas d'injection lorsque la lumière est coupée
 
 
Seul point faible: sa consommation... pour de grands locaux, il faut le raccorder à un générateur de co2
 
 
 
Générateur de co2 au gaz
 
 

 
+-500€
 
 
La Roll's de l'enrichissement en co2
 
 
Il se branche sur une bouteille ou sur le gaz de ville
 
Il possède un relais de déclenchement qu'on peut raccorder à une minuterie ou à un "Harvest Master"
 
 
Il dégage du co2 par combustion
 
 
Et qui dit combustion dit dégagement de chaleur et de monoxyde de carbone (en petite quantité)
 
 
Il faut donc porter une grande attention aux intractions-extractions lors de l'utilisation d'un générateur...
 
Afin de renouveler fréquemment l'air (monoxyde ) et de faire chuter la T°
 
 
A éviter en "appartement" ? et dans des petits locaux
 
 
 
 
Comment l'utiliser
 
 
L'utilisation du co² n'est pas "obligatoire" en croissance...
 
Personnellement je l'ai utilisé depuis la fin du stade végétatif, une fois les racines bien formées.
 
Méfier vous cependant de l'ampleur que peut prendre votre "jardin" lors de l'injection en croissance...
 
 
L'adjonction de co2 ne se fait qu'en période de lumière et par le dessus (le co2 étant plus lourd que l'air, il va "tomber" sur les plantes).
 
Perso, j'ai bricolé un .... diffuseur avec du matos d'arrosage "Gardena" (et j'pense pas être le seul )
 
 

 
 
Placer la sortie du tuyau à l'arrière d'un ventilo fonctionne très bien aussi
 
 
 
 
L'extraction et l'intraction doivent être coupées au moment ou le co2 est injecté et devront le rester jusqu'au prochain renouvellement de l'air... seuls les ventilateurs brassant tourneront
 
La durée des cycles dépend essentiellement de la montée en T° et en hygrométrie de l'air ambiant
 
Personnellement je fais des cycles de 1h45 de co2 et de 15 minutes d'intra-extra.... mais si la T° grimpe trop vite, il faudra renouveler l'air plus tôt... donc faire des injections supplémentaires pour un même résultat ---> perte de co2
 
Même si le local est climatisé et qu'on peu se permettre de ne quasiment jamais renouveler l'air, il est quand même préférable, à mon avis, de faire 2 ou 3 renouvellement d'air par jour... ne fusse que pour l'humidité...
 
 
Tout est une question de compromis entre le volume de la pièce, la puissance des intra-extra, la T° extérieure, l'hygrométrie, la quantité de lampes... "cool-tubées" ou pas...terre ou hydro, Norvège ou Brésil ? etc, etc...
 
Théoriquement ça a l'air simple à l'emploi, mais je ne vous cache pas que les réglages de climat sont assez casse-tête au début
 
Encore une fois, chacun devra faire ses propres tests, il y a trop de facteurs qui rentrent en compte pour pouvoir établir un schémas de cycles précis pour tel ou tel volume
 
 
 
Consommation
 
 
Allez !! Un peu d'physique ?
 
 
 
715 litres de co2 pèsent +-1 kg
 
 
Une bouteille de 10kg contient donc 7150 lts de co2
 
 
Pour un local de 2m³, à raison de 2,4 lts par injection 8 fois par jour:
 
 
2,4 x 8 = 19,2 lts par jour
 
 
7150 / 19,2 = 372 jours ... On a d'quoi voir venir ?
 
 
 
Donc, pour résumer:
 
 
- On injecte toujours au dessus des plantes (ou via un ventilo)
 
 
- Les ventilateurs brassant tournent en permanence
 
 
- On injecte qu'en période de jour
 
 
- Quand on injecte le co2 on extracte et on intracte pas et ce pendant toute la période de "repos", c'est à dire jusqu'au prochain renouvellement de l'air qui sera surtout déterminé par la montée en T° et en hygrométrie du local.
 
 
- Une T° d'au moins 30°C est obligatoire pour avoir de bons résultats
 
 
- Arrêter l'apport de co2 10 jours avant la récolte (arrêter au début du rinçage)
 
 
 
 
Quelques petits conseils en vrac
 
 
- Il n'est pas inutile de placer une petit ventilateur qui souffle du pied des plantes vers le haut pour faire remonter le co2 (plus lourd que l'air) vers les stomates.
 
- Le cool-tube est quasiment indispensable...surtout dans des espaces restreints... et il doit être en circuit séparé de l'espace de culture (l'air qui passe dans le tube est capté à l'extérieur du placo, ce qui permet une extraction permanente de la chaleur dégagée par la lampe et ce même durant les cycles de co2)
 
- Le co2 augmente l'hygrométrie... à tenir en compte
 
- Utiliser des bonbonnes de 10 kg ou plus (brasseries) pour éviter de la recharger toutes les semaines
 
- Installer des clapets anti-retour sur les buses d'extra et d'intra
 
- Brasser l'air constamment
 
- Vous constaterez que les plantes demanderont un EC supérieur
 
 
Les précautions
 
 
Le CO2 dispose d'un très haut pouvoir de dissolution dans les muqueuses du corps humain et provoque chez l'homme de nombreuses réactions dès que sa concentration dans l'air inspiré augmente. Pour des concentrations voisines de 0,1 %, il provoque une modification du rythme respiratoire chez les personnes fragiles ou ayant des insuffisances respiratoires , des niveaux supérieurs à 1000 ppm (0,1%) en milieu clos peuvent provoquer des crises d'asthme.
 
Dans le monde du travail, la concentration maximale admise pour le CO2 est limitée à 0,5% (5000ppm)
 
Le risque mortel apparaît à des concentrations supérieures à 10% (100.000 ppm)
 
Une bouteille de co2 liquide pleine est pressurisée à 60 bars... même si ce gaz n'est pas explosif (au contraire ) il ne vaut mieux pas se trouver dans la trajectoire d'un robinet qui casse... à manipuler avec précaution et à entreposer à la verticale... Et bien sur, éviter de la faire tomber
 
 
 
 
Les recettes inutiles et laborieuses
 
 
Il existe plusieurs techniques scientifiquement correctes mais techniquement pourries pour créer du co2
 
 
Elles sont à éviter en culture indoor car nauséabondes, fastidieuses, laborieuses, non quantifiables, impossibles à automatiser, voire totalement inutiles
 
 
 
Le coup du mélange levure-sucre va occuper plus de 24h d'entretien par jour et va consommer plus de levure que l'meilleur boulanger d'la place
 
 
Il faut placer la mixture en hauteur... en dessous de 100 litres c'est totalement inutile.. il faut de l'eau tiède et renouveler quand la solution "ne fait plus de bulle"
 
 
BONNE CHANCE !! ?
 
 
Le co2 en pastilles est lui, uniquement destiné aux plantes d'aquarium...
 
Nos plantes ne captant le co2 que par voie foliaire, il est TOTALEMENT INUTILE d'ajouter des pastilles de co2 dans l'eau d'arrosage ou d'irrigation
 
A part augmenter le pH et faire rire le vendeur, cela n'apportera rien aux plantes... bien au contraire
 
 
 
J'ai même entendu parler de déviation de cheminée, d'échappement de voiture, de vieilles taques au gaz ...
 
 
Voici quelques chiffres pour les comiques qui aiment vivre dangereusement ?
 
 
Toute combustion dégage entre autres du co2 mais aussi une grande quantité de co (monoxyde de carbone)
 
 
Le monoxyde de carbone est tout comme le co2 inodore
 
 
Par contre, il faut +- 30x moins (en fonction de la durée d'exposition) de co que de co2 pour tuer
 
 
Une concentration de 5000 ppm de co provoque le décès en quelques minutes
 
 
Le co2, lui, devient mortel à 100.000 ppm
 
 
Le monoxyde de carbone tue en moyenne 300 personnes par an en France (convecteur mal réglé, chauffage..etc)
 
 
En bref : Tout ce qui émet une flamme est à proscrire pour l'enrichissement du local
 
 
Même l'utilisation des générateurs de co2, qui sont pourtant "prévus pour" est fortement déconseillée dans un lieu habité
 
 
Voili voilou ... j'espère avoir été assez clair et pédagogique
 
 
 
Cannamitiés aérées,
 
PapY
0 comments Read more... ›
Quelques chiffre sur CO2, et levure
By Guest,
Concentrations en CO2 dans l'air:
Dans l'air normal, il y a 350 PPM (partie par million) de CO2, soit 0,035%.
 
Les études sur la croissance des plantes (qui ne manquent ni de lumière, ni d'engrais) montrent que la croissance de la plante augmente linéairement avec la concentration en CO2 dans l'air, jusqu’à environ 0,2% de concentration en CO2. (Soit en théorie, 5 fois plus vite, si 5 fois plus de CO2 dans l'air).
 
Masse de CO2 dans l'air
Une concentration de 0.035% de CO2 = 0.63 g/m3
Une concentration de 0.2% de CO2 = 3.64 g/m3
Un mètre cube d'air pèse 1,3 Kg
Un mètre cube de CO2 pur pèse 1,8 Kg
 
Besoins de la plante
La plante fixe le carbone à partir du CO2 contenu dans l'air, elle l'absorbe par les feuilles et le transforme dans les parties vertes des feuilles (qui contiennent la chlorophylle).
Plus de la moitié de la plante sèche est constituée de carbone. Donc pour 100 grammes de masse sèche, il faut environ 60 à 70 grammes de carbone (on multiplie par 3.5 pour avoir la masse de CO2) ce qui nous fait 200 à 250 grammes de CO2 pour la vie de la plante.
Rq: la plante consomme un peu de carbone la nuit, on peut estimer ses besoins entre 5 et 10 grammes par jour.
 
 
Comment lui apporter du CO2
Pour apporter du CO2 à la plante, il faut que l'air circule autour des feuilles.
Il faut que l'air ne soit pas exagérément sec ou chaud, sinon, les feuilles referment leurs stomates (l’équivalent des pores de la peau) pour économiser l'eau.
Il faut essayer d'enrichir l'air en CO2 (l’idéal serait d'atteindre une concentration de 0,2%)
 
Enrichir une pièce en CO2
Pour enrichir une petite pièce de 10m2 soit 25m3 a 0.2%, il faut produire 25*3.64=90g de CO2.
Le CO2 se diffuse facilement dans l'air, il se mélange rapidement et ne restera pas longtemps dans le placard, sauf s'il est étanche..
 
Produire du CO2 a partir de sucre
Pour cela mettre dans une casserole par exemple un litre d'eau à 20-30°C, 100 grammes de sucre et y mettre un paquet de levure de boulanger (non chimique).
Le premier jour la levure se multiplie ça sent la pomme ou la boulangerie..
Les jours suivants (3 à 5 jours), ça mousse et ça sent plus fort, ça sent un peu mauvais..
 
Pour 100 grammes de sucre, on obtient :
51 grammes d'alcool qui restent dans l'eau
49 grammes de CO2 qui se diffusent dans l'air.
 
On peut ensuite remettre du sucre les jours suivants, pour continuer la production..
La production de CO2 s’arrête,
* Lorsqu'il n y a plus de sucre
* Si la température du liquide dépasse 55°C (mort de la levure)
* Lorsque la concentration en alcool dans l'eau dépasse 25%
 
Quelle type d'installation
 
Si vous faites pousser vos plantes dans un aquarium,
il faut mettre le mélange dans la bouteille et par un tuyau introduire le CO2 bulle par bulle dans l'eau.. attention de ne pas remplir complétement la bouteille, il faut laisser de la place pour la mousse..!!
(vous trouverez des schémas sur les sites d'élevage de poissons et d'aquariums.)
 
Si vous faites pousser vos plantes à l'air dans un pot.
Dans ce cas, pas de bouteille, un seau de 10 litres à l'air libre, rempli à moitié d'eau (5 litres) et y mettre un sachet de levure (8 g) avec 500 g de sucre..
L'astuce est de changer la moitié de l'eau tout les deux jours,
la levure se reproduit, il n'y a pas besoin d'en rajouter..
rajouter 100 grammes de sucre par jour.
 
Le seul inconvénient du système, ça pue
Ps : la réaction chimique de transformation du sucre en CO2 produit de la chaleur..
La transformation du sucre s’accélère avec l'augmentation de température..
 
Pour vos premiers essais, surveillez bien le mélange ça peut mousser beaucoup..
 
Y'a t-il un moyen de produire un 900 grammes de CO2 par jour pour pas un sou et sans odeur
Eh oui, il y a un moyen de production économique et qui ne sens pas trop : VOUS.
Eh oui, un adulte normalement constitué, avec un régime de 2200 KCal par jour, rejette par sa respiration 900 grammes de CO2.
Environ 15m3 d'air rejeté à une concentration de 3,5% de CO2, soit 60g/m3, ce qui 900 grammes par jour et par personne.
Donc si vous dormez dans la même pièce que vos plantes, n’aérez pas le matin, mais aérez plutôt la pièce le soir.
 
Effet du CO2 sur l'organisme
Pour les plantes, c'est pas dangereux, au contraire.
Par contre pour les humains, le CO2 peut être toxique à des concentration très élevées.
a partir de 1% :
(niveau atteint dans des galeries souterraines ou des grottes, dans certaines caves :
Légère augmentation de la respiration
a 2% :
Mal de tête après plusieurs heures d'exposition
a 3% :
Essoufflements après exercices, légers maux de tête
a 4% :
Visage rouge, essoufflement, nausée, transpiration
a 5% :
Vomissement , nausées
de 7 à 10% :
détresse respiratoire, confusion mentale
de 10 à 15% :
(si vous arrivez à atteindre des niveaux comme cela, c'est que vous avez acheté des bouteilles de CO2 dans le commerce.. ou alors vous êtes dans une cuve à fermentation)
Essoufflement insupportable, perte de conscience au bout de quelques minutes, puis spasmes neuromusculaires et convulsions
 
 
Par zorgon le 01-05-2004
 
v/c Dad-
0 comments Read more... ›

4 guides in this category