Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/18/20 in Guides

  1. 1 point
    WORK IN PROGRESS Histoire et généralité de l'ice o lator alias Nederhash. Présentation des sacs Full mesh, avantages inconvénient Normal, avantages inconvénient Méthode de brassage Manuel Mécanique Machine à laver Temps de brassage Extraction Nombre de passe Matière première tuto Récolte Séchage Curring Pressage ou non Consommation 1. Histoire et généralité de l'ice o lator alias Nederhash. Apparu dans les années 90 en hollande, le Neder hash (Ice o lator étant un nom commercial) a pour but d'isoler les trichomes sécréteurs de résine présents sur les buds et les feuilles environnantes de la matière végétale à l'aide de l'eau et du froid. Les trichomes sont détachés par barattage dans de l'eau froide et de la glace, avant d'être récupérés à l'aide de sacs tamis. Le trichome se compose d'un ''pied'' ainsi qu'une ''boule'' a son extrémité, c'est dans cette boule que se retrouve tout les cannabinoides. L'iceolator est en faite un aglutinement de toute ces petite boules. (Crédit Xtremeride) Les cultivateurs utilisent principalement les "restes" issus de la phase de manucure pour la confection de leur bubblehasch, réduisant ainsi les pertes totales après récolte. D'autres totalement séduits par les différentes qualités du bubble y consacrent toute une récolte, "sacrifiant" la saveur des fleurs mûres à celle du bubblehasch fraichement pressé. Dans tous les cas, afin de vous assurer d'une qualité optimale, prenez soin de ne sélectionner que les parties végétales où la résine est présente, c'est à dire principalement les fleurs et les petites feuilles qui les entourent. Parfois quelques plus grandes feuilles qui ont profité de chutes de résine durant la culture peuvent être utilisées mais les autres feuilles sont à mettre à l'écart de celles que vous comptez employer. Plus vous serez méticuleux sur la sélection de la matière végétale, plus votre produit fini sera isolé des impuretés et chargé en cannabinoïdes. Cela varie suivant la méthode choisie, et suivant la qualité des plantes mais en se basant sur l'utilisation de restes de récolte (feuilles et petites buds), on estime pouvoir obtenir 10% en bubblehasch de la quantité de matière végétale utilisée. Lors de l'utilisation de buds avec des restes de manucure, l'estimation va jusqu'à plus de 30%, bien qu'il n'y ait pas de chiffres plus détaillés. Il va sans dire que les plantes dont on compte extraire la résine jouent un rôle majeur. Certaines variétés de cannabis sont connues pour leur grande production de trichomes et leur forte teneur en cannabinoïdes, ainsi que leurs arômes particuliers, qui font d'elles de très bonnes candidates à la confection de bubblehasch. Parmi elles, les variétés dites "blue" sont connues pour leur production de résine, leurs arômes spécifiques et la qualité du bubblehasch qui en est extrait. De nombreuses indicas, du fait de leur intense production de trichomes sont aussi de bonnes candidates pour faire du bubble, mais il n'y a pas de règle, une sativa peut très bien donner un bubble délicieux. Certains ont une préférence pour le bubble fait à partir de plantes cultivées OUTDOOR, il en va plus des goûts personnels de chacun, il ne tient donc qu'à vous de vous faire votre idée en essayant différents types de plantes. 2. Présentation des sacs La méthode la plus répandue pour la confection du bubblehasch est sans aucun doute celle des sacs tamis. Il s'agit de sacs en toile, dont le fond est composé d'un tamis de différents maillages que l'on dispose les uns au dessus des autres dans un seau rempli d'eau et de glace. On trouve différents kits dans le commerce allant de 2 sacs (1 nettoyeur / 1 récupérateur), à 6 ou 8 sacs, permettant la récupération et l'isolement des trichomes de différentes tailles, ainsi que le contrôle de la qualité. Le maillage des sacs est généralement le suivant : 220mc = "sac de travail" ou "sac nettoyeur" 190mc 160mc 120mc 73mc 45mc 38mc 25mc On trouve bien évidemment les sacs intermédiaires à l'unité afin de pouvoir choisir ces différentes qualité de bubble, ou de confectionner son kit idéal. 2.1. Full mesh, avantages inconvénient Les sacs Full mesh sont des sacs entièrement constitués de toile filtrante. Ils facilitent l’écoulement mais demande un peu plus d'entretien 2.2. Sacs Normaux, avantages inconvénient Les sacs normaux eux, ont un corps en toile imperméable et le fond en toile filtrante, l’écoulement est plus long mais l'entretien est facilité du fait que seule le fond est à entretenir. 3. Méthode de brassage Pour que la séparation s’opère, il faut que le mélange matière+eau+glace soit brassé, mélangé afin que l'eau entraine les trichomes dans le tamis des sacs. 3.1. Manuel Un brassage lent, léger avec un outil à main (spatule, cuillère en bois etc) 3.2. Mécanique Mélangeur à peinture, batteur électrique etc 3.3. Machine à laver Il s'agit simplement de mini-machines à laver de camping de la taille d'une grosse friteuse, destinées à recevoir un sac nettoyeur rempli de matière végétale afin de la laver de ces trichomes. On y ajoute eau et glaçons et la machine se charge des phases de barattage, parfois contraignantes. On dispose ensuite d'une vidange par laquelle on laisse s'écouler l'eau contenant les trichomes dans un seau préparé à l'avance et contenant les sacs tamis. Il ne nous reste plus ensuite qu'à relever les sacs tamis comme précédemment expliqué et à récupérer la résine au fond de chacun d'eux. Déclinés dans toutes les tailles, on trouve même des sacs nettoyeurs (ou sac de travail) prévus pour une machine à laver classique avec un tambour de 3/4kg, dans l'éventualité d'une grande quantité de matière végétale à laver... L'attrait principal étant que la machine se charge du barattage, nous n'avons plus qu'à récupérer la résine dans les tamis. 3.4. Temps de brassage 4. Extraction 4.1. Nombre de passe Le nombre de passe influe énormément sur la qualité du produit fini, comme le temps de brassage. Augmenter le nombre de passe revient indirectement a augmenter le temps de brassage et donc a augmenter les polluants (morceaux de feuilles, tiges de trichomes etc) 4.2. Matière première La matière première est très importante pour avoir une bonne qualité, on peu partir de matières sèche ( manucure, petite bud, ou plante complète), conservé dans le congélateur afin de figer les terpènes et d'aider a décrocher les trichomes, ou alors on peu partir de matière fraiche congelé ( plante coupé et mise directement dans le congélateur sans passé par la case séchage), le résultat sera extraordinaire pour autant que la plante sois de qualité, cependant le rendement sera moindre qu'avec de la matière sèche, c'est à prendre en considération. 4.3. Tuto 5. Récolte Vous devez relever votre premier sac tamis, doucement afin de laisser s'écouler l'eau dans le contenant qui se trouve en dessous. Une fois presque vide, saisissez la partie tamis du sac à l'aide de plusieurs carrés d’essuie-tout empilés afin d'en retirer l’excès d'eau restant. 220u 120u 70u 25u Faites attention durant cette phase, ne pressez pas trop la résine dans le tamis, serrez fermement sans écraser. Le but étant simplement de rassembler les cristaux pour faciliter leur extraction du tamis. A ce moment, vous pouvez tendre le tamis avec vos doigts ou tendre le tamis sur un bol pour pouvoir racler la résine plus facilement. Placez ensuite le contenu sur le carton ou sur le support qui lui est destiné. Dans le cas d'un kit multi-bags, vous n'avez plus qu'à renouveler les étapes de relevé de sac, d'égouttage, assemblage et récolte des cristaux. 6. Séchage Vous devez égoutter la boulette qui s'est formée de façon à faciliter le séchage et à éviter la moisissure, qui se répand très vite avec la résine. Une carte d'identité ou autre font très bien l'affaire, presser la boulette au travers d'une passoire métallique peut bien fonctionner aussi. Il s'agit ici de l’étaler le plus possible afin qu'elle sèche rapidement et uniformément. 7. Curring La question de la maturation du bubble est souvent posée. On connait son pouvoir sur le goût et les effets de la résine extraite à sec à l'aide de tamis ou avec un pollinator. Il semblerait que le bubble s'améliore lui aussi gustativement et psycho-activement après une phase de curing, qu'il soit conservé sous forme pressée ou non. Le bubblehasch étant consommable dès qu'il est sec, cela ne tient qu'à vous de le laisser mûrir... Ce que je conseille vivement pour les appréciateurs de hasch goûteux. 7.1. Pressage ou non Que vous employiez des kits de sacs simples, ou des "wash machine", vous vous retrouverez avec de la résine en "poudre", ou en grosses miettes après la phase de séchage. A ce moment, deux choix s'ouvrent à vous, presser ou non votre bubblehasch ? A l'état non pressé, votre bubblehasch se consumera en une effusion de bulles, c'est à l'état pressé que se révèlent pleinement les arômes et effets qu'il contient. Le presser et le chauffer légèrement, comme cela se fait parfaitement entres ces mains ou à l'aide d'une presse et d'une source de chaleur permet d'activer des cannabinoïdes non actif à l'état brut. Votre bubblehasch prendra à ce moment une teinte plus sombre, du fait des huiles et cannabinoïdes qui sont libérés et qui se mélangent durant le pressage. Chacun au gré des expériences trouvera la méthode la plus apte à produire un bubblehasch convenant à ses préférences. 8. Consommation Si vous vous êtes bien débrouillés, vous devriez vous retrouvez avec un produit final de grande qualité, lavé de toutes impuretés, et ne contenant pour grande part que des cannabinoïdes prêts à se consumer pour votre plus grand plaisir. Les taux de THC que contient le bubblehasch sont très élevés, ils avoisinent généralement les 30/40%, et peuvent atteindre 50/75% dans des conditions optimales. Autant dire que les effets sont intenses, tout autant que les arômes qui se dégagent du bubble se consumant sur la grille d'une pipe, dans une douille, ou dans un joint. On dit qu'on retrouve souvent certains arômes de la plante dont il est extrait dans le bubble frais, et que ces arômes s'estompent avec le temps pour laisser place à des effluves plus proches du hasch, tout en gardant le caractère spécial du bubble. Le choix d'un curring peut donc se révéler intéressant. Il ne vous reste plus qu'à apprécier les différentes qualités de votre produit fini, que vous avez obtenu, comme toute bonne chose, par mérite. Ce mérite correspond au temps de culture des plantes, et à la patience d'accumuler assez de trims pour faire un run digne de ce nom
  2. 1 point
    Bonjour Je vais donc essayer de détailler le plus possible étape par étape, les bases d'une première culture réussie. SOMMAIRE : 1 - Matériel 2 - Première étape : LA GERMINATION 3 - MISE EN TERRE 4 - LA SORTIE ! (ça y est, vous avez une "plante" !) 5 - LA CROISSANCE C+2 : C+7 ! (une semaine déjà !!) C+10 (On rempote !) 6 - LA FLORAISON C+25 et Flo+0 FLO+7: FLO+15: FLO+21: FLO+30: FLO+37: FLO+43: FLO+50: FLO+58: F+65: La récolte ! 1 - Matériel Tout d'abord, à titre de renseignement, je vais vous donner le matériel que j'utilise, mais il est bien évident qu'avec toute autre installation, les démarches resteront les mêmes ! 1.La variété: ●"ICE" de chez "Female-Seed". 2.L'espace de Floraison: .Le placard: ●"home-made" de 1m x 50cm x 1.30m (l x L x h) ●polystyrène expansé sur toutes les surfaces pour l'isolation thermique (je suis dans un garage, et l'hiver, il fait froid !) ●Réflecteur en pare-soleil de voiture partout. .L'éclairage: ●MG "envirolite" 200 W, spectre "Rouge". .L'air: ●Extracteur de salle de bain : 340m3/ h ●un ventilo Ø20cm ●intra passive .Matériel annexe: ●thermo/hygro mécanique ●pots de 15 x 15 x 20 .La nutrition: ● à part le terreau, RIEN ! (suffisamment riche pour ça !) En fin de flo : Booster "BIG-BUD" 3 semaines durant avant le rinçage, à raison d'une fois par semaine. .Le substrat: ●"Royalty-Mix" Plagron (attention c'est un terreau très riche en nutriments!) Il est conseiller de prendre un terreau Light en croissance et un terreau All (complet) pour la Floraison 3.L'espace Croissance: .Le placard: ●"home-made" de 1m30 x 50cm x 1.30m (l x L x h) ●polystyrène expansé sur toutes les surfaces + pare-soleil .L'éclairage: ●MG 125W spectre "bleu". .L'air: ●extracteur type salle de bain de 340m3/h ●un ventilo Ø20cm ●intra passive .Matériel annexe: ●pots de 15*15*20 .La nutrition: .Les engrais et additifs: ●aucun .Le substrat: ●"Light-mix" BioBizz Passons maintenant dans le vif du sujet ! Sommaire 2 - Première étape : LA GERMINATION Ce dont vous avez besoin : .2 Sous-tasses .2 cotons à démaquiller .De l'eau .Et des graines bien sûr ! Les graines en question : Commencez par humidifier votre coton (HUMIDE, pas DÉTREMPÉ hein ?? !) Placez votre coton au fond de votre soucoupe : Posez les graines dessus : Placez le deuxième coton humide par dessus : Et refermer le tout sous l'autre soucoupe : Placez le tout en haut d'un meuble (il fait toujours plus "chaud" en hauteur !) : Voilà, vous avez fait la première partie ! Il n'y a plus qu'à attendre ! Rendez vous dans quelques heures pour la suite ! (48/72 heures...) Sommaire 3 - MISE EN TERRE Voilà 72 heures environs se sont écoulées...Nos germes mesurent environs 2/3 cm. Il est temps de les mettre en terre ! Ce dont vous avez besoin : .De petits pots .Un pulvérisateur .Des billes d'argile (Facultatif) .Des élastiques .Du film plastique (De type sacs congélation découpés) .Du terreau adapté Voilà le type de pot qui convient parfaitement pour les premiers jours de notre plante: Ceux-ci doivent être percés pour assurer le drainage: Travaillez toujours PROPREMENT ! (Facultatif) Il est important de bien aérer votre terreau afin de le rendre "léger" : Humidifiez-le à l'aide du pulvérisateur: (Facultatif) Remplissez vos pots de terreau en plombant très légèrement: Laissez un "col" de quelques centimètres: A l'aide d'un pinceau (ou autre) faites un trou d'environ 1cm de profondeur: Déposez délicatement votre graine dans ce trou: Recouvrez de terre, et plombez légèrement: Pulvérisez l'endroit où se trouve votre graine: Puis placez un film plastique par dessus pour conserver l'humidité: Remettez votre pot en haut de votre meuble... Il n'y a plus qu'à attendre environs 48 heures que la graine sorte ! En attendant, vous pouvez commencer à préparer l'eau de vos futurs arrosages ! Pour cela, remplissez une bouteille d'eau du robinet, que vous laisserez REPOSER une douzaine d'heure pour faire "retomber" le chlore. Étape facultative/Obsolète en Terre Sommaire 4 - LA SORTIE ! (ça y est, vous avez une "plante" !) Cela fait maintenant 48/72 heures que vous avez planté votre graine, et c'est donc tout excité que vous découvrez pour la première fois une PLANTE ! Nous appellerons ce jour : C+0 ! (pour croissance : 0 jour) Voici la "bête" ! Avant tout, maintenant, il est temps de lui donner de la LUMIÈRE ! Pour cela, plusieurs solutions s'offrent à vous. Les différents types de lumières : (Je n'entrerai pas volontairement dans les détails "techniques", là n'est pas le but de ce JDC.) Tout d'abord, vous avez la solution des néons. C'est la moins chère de toutes niveau consommation électrique, assez efficace, mais la pousse est plutôt lente ! 2 Néons de 18W me semble le minimum. ATTENTION au spectre ! en croissance c'est : 6000 à 6500°. Appelés aussi :"Coolwhite, Daylight, Bleu"...Tout ça c'est bon pour la croissance ! Hauteur entre les plantes et les néons : 5 à 10cm. Prix : 20 Eur. Après vous avez les "ECOS", les MG, les CFL, tout ça, c'est la même histoire ! Ici, 125W me parait le minimum. Comme pour les néons, faites attention au spectre ! Hauteur entre les plantes et les CFL: 10cm. Prix : 45/50Eur. pour une 125W. Puis,enfin,vous avez les MH. Les meilleurs ampoules qui soient pour la croissance ! 250W me semble le minimum pour ce type d'éclairage. Le spectre est parfait, et la pénétration lumineuse "remarquable" ! Plusieurs inconvénients tout de même. Tout d'abord, ça consomme plus (mais bon, la rentabilité est normalement au rendez-vous !),et surtout, ça chauffe ! Pour y palier bien souvent, vous serez obliger d'y ajouter un "cooltube" ! Une fois mis en place, ça donne ça ! Distance : Cooltubé : 25/30cm / non cooltubé :40/50cm (ATTENTION : Les valeurs que je donne ici sont à titre indicatif, il est important de contrôler vous-même la température à la cime !) Prix : Env. 25Eur. pour une 250W. Comme je le disais, je n'entre pas dans les détails techniques, cependant, si vous voulez en savoir d'avantage, je vous invite à vous rendre ici Ensuite, il faut leur offrir de l'air ! Pour cela, il vous faudra: Un extracteur : Et un ventilateur : Et notre plante respire ! Un programmateur : Programmez le en 18 heures "ON" et 6 heures "OFF" pour la lumière. Et pour contrôler tout ce petit monde, à savoir notre "climat": Un thermomètre, et un hygromètre : En savoir plus sur le climat... Bon allez, il est temps de mettre votre plante en place dans votre placard!!! N'arrosez pas aujourd'hui ! Normalement la terre est encore humide... Bien, on attend un peu, et vous allez voir...ça va pousser ! !!! Sommaire 5 - LA CROISSANCE C'est la période pendant laquelle notre plante va croître. En intérieur, il n'est pas très intéressant de développer de grands pieds, en effet, vu la faible pénétration lumineuse de nos lampes, seul le haut de la plante serait apte à fleurir correctement. Mais nous n'en sommes pas là ! C+2 : Aujourd'hui, nous allons vérifier l'état de notre terre. Cela fait deux jours que notre pot est placé sous la lumière, et il y a de fortes chances que la surface de notre substrat se soit asséché ! Normalement, la terre devrait être encore humide à l'intérieur, c'est pourquoi, et afin d'éviter que l'évaporation ne continue, je vous invite à ré-humidifier la surface à l'aide de votre vaporisateur ! Regardons cela : Voyez, la terre est sèche en surface. Nous allons arranger cela...Pulvérisez comme ça : ATTENTION, essayez de ne pas arroser la plantule, cela pourrait provoquer des brulures Voilà, notre terre est à nouveau humide en surface. Il n'y a plus qu'à remettre votre plante en place. Veuillez aussi à entreposer votre réserve d'eau et votre vapo à l'intérieur du placo, de cette manière, l'eau sera exactement à la même température que vos pots ! Sommaire C+7 ! (une semaine déjà !!) Voila donc une semaine que notre plante est sortie de terre, et il serait temps de lui donner son premier arrosage ! Personnellement, j'ai dû renouveler la ré humidification que nous avons vu juste au dessus 3/4 fois durant ces 7 jours passés. Mais maintenant, il va falloir réellement arroser la motte. Vous constaterez d'ailleurs que votre pot est bien léger à présent ! Voila donc à quoi ressemble notre petite : Comme vous le voyez, la terre est sèche. Dans un premier temps, je vous propose de "masser" légèrement votre pot afin de "casser" un peu la terre, et ainsi, aider à la pénétration de l'eau (sans quoi l'eau n'arriverait pas à rentrer et resterait en surface ou s'écoulerait directement au fond sans profiter au substrat). Comme ça : Ensuite, pulvérisez la surface (ça aide aussi pour l'arrosage qui suit) Préparez votre eau dans un gobelet (bien plus précis et pratique que d'utiliser la bouteille directement !) Ici, j'ai versé 40ML environ: Versez doucement en tournant autour du "tronc" et en marquant quelques pauses (allez y progressivement): Normalement, un peu d'eau devrait s'écouler en dessous, ce qui signifie que notre terreau est bien ré-hydraté. Voila, le pot à reprit son poids initial, la plante à de nouveau de quoi boire, et vous pouvez replacer tout ça à sa place. Entretenez l'humidité en surface au cour des jours suivants, comme nous l'avons vu plus haut (3/4 fois dans la semaine devrait suffire). Sommaire C+10 (On rempote !) Bien, alors là, notre plante va commencer à se sentir à l'étroit dans son petit pot ! Nous allons donc "rempoter". Dans un premier temps, arrosez votre plante et laissez une heure se passer, histoire que toute la motte soit humide. C'est plus facile pour le "démoulage" qui va suivre : Elle va passer de ce pot à ce pot: Déposez les billes d'argile et le terreau : Creusez un trou de la taille de votre motte : Prenez votre plante comme ceci et retournez le pot: Pressez le pot, et démoulez ! Les racines ont bien colonisé le substrat: Retirez doucement les billes: Placez la motte et répartissez la terre (il faut éviter de laisser des poches d'air dans le terreau): Vous pouvez aussi compléter en disposant du terreau sur le dessus: Arrosez et "plombez" légèrement : C'est prêt ! Sommaire 6 - LA FLORAISON C+25 et Flo+0 Un petit récap' en photo de sa croissance : C'est un grand moment : On passe en FLO ! Mais regardons avant où en est notre plante : Elle a bien grandie la "petite" en 15 jours de temps ! Il est temps de la rempoter avant le passage en FLO, histoire de lui apporter un terreau "tout neuf" et ainsi lui permette de passer le "stretch" sans carences (notamment en azote dont elle sera très friande durant cette période.) La motte au déterrage : Comme vous le voyez, les racines ont bien colonisé à nouveau le substrat, ce n'est donc pas du luxe ! La technique du rempotage est la même que précédemment (je ne reviendrai donc pas dessus.) Cependant, voici un petit récap' des différents pots utilisés jusqu'à présent: Nous allons nous occuper des "gourmands". Qu'est ce que les "gourmands" ? Ceux sont toutes les petites branches du bas qui ne perçoivent pas suffisamment la lumière et qui "pompent" de l'énergie à la plante pour rien ! Comme ici: On les coupe sans pitié ! (en laissant les grosses feuilles bien sûr Comme ça: On arrose et on plombe légèrement le terreau: Vous pouvez la laisser en croissance pour encore 4/5 jours histoire qu'elle se remette de son rempotage. C+30 env., on la passe en flo ! Pour cela, il vous faut changer l'ampoule, car, en FLO, la plante (et surtout ses fleurs) a besoin d'un autre spectre lumineux. Voici les ampoules les mieux adaptées : Les MG spectre : 2700K Ici,200W me parait le minimum. Et la REINE des ampoules FLO ! La HPS: (250W sera le minimum.) Le changement de l'ampoule ne suffit pas, il lui faut aussi une photo-période plus courte qu'en croissance. Pour cela, changez votre programmateur et programmez le sur 12 heures de jour et 12 heures de nuit. Cela aura pour effet de simuler l'automne et donc de forcer la plante à fleurir en changeant sa balance hormonale. Voici notre "bébé" dans son placard et à FLO+0 ! Et pour vous rendre compte de ce que sera le stretch, voici une photo à FLO+0 : Sommaire FLO+7: Une semaine que notre plante est en flo, et le "stretch" à bien débuté... La photo de comparaison: Et puis, ENFIN, c'est l'apparition des premiers pistils ! ATTENTION : Pour les besoins du "guide", j'ai volontairement pris une femelle, mais si vous partez de graines "regular", il faut faire la distinction entre les mâles et les femelles... Sommaire FLO+15: A part l'arrosage, il ne reste plus pour le moment, qu'à la regarder grandir et fleurir ! La photo de comparaison bien sûr : C'est qu'elle file la "petite" maintenant ! Après les premiers pistils, vous pouvez maintenant admirer vos premiers "buds" se former, comme ici: A présent, le "stretch" devrait se calmer, mais tout dépend de la variété bien sûr : Certaines sativas par exemple, peuvent subir leur "stretch" tout au long de leur flo ! Sommaire FLO+21: Une semaine vient encore de s'écouler, et ça commence à "budder" sérieux ! Une dernière "poussé" de "stretch" pour cette troisième semaine de floraison est encore visible: Voici la plante dans son ensemble: Un petit coup d'œil sur le "bud" principal : Et sur les "buds" secondaires: A ce stade, je conseil de commencer les apports en "booster" de FLO. Personnellement, j'utilise le "BIG-BUD", mais vous pouvez utiliser bien sûr n'importe quel équivalent de votre choix (ex le "PK 13-14"...) Le BIG-BUD: Je préconise à ce niveau de Flo de diviser par deux la dose prescrite, pour l'augmenter progressivement au cour des arrosages avenir. ATTENTION ! Ceux sont des produits relativement "costaux". Il ne sert à rien de vouloir en abuser ! Au contraire, un apport trop important en PK risque de provoquer l'effet inverse recherché (jusqu'au "blocage" de la flo) Faites donc cet apport à raison d'un arrosage sur 2 voir sur 3. Continuez à bien observer vos "buds" afin d'éliminer d'éventuels "hermas". Soyez donc vigilant (il n'est pas toujours facile de détecter les hypothétiques fleurs mâles!) Exemple d'"herma" : POUR ALLER PLUS LOIN... Si vous avez un doute, prenez une photo et soumettez-la à la communauté EN POSTANT ICI ! Sommaire FLO+30: On arrive à la moitié environ de notre flo !!! Voici la plante: Comme vous le voyez, le "stretch" est terminé: Mais faisons nous plaisir, et observons nos buds ! Là, on peut commencer à observer sérieusement la résine s'installer. Cette résine est en fait constituée de glandes appelées les "TRICHOMES". Voici ceux de notre plante à ce stade: POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES TRICHOMES... Allez, encore un bon mois, et vous serez bientôt récompensés ! Pour le moment, on ne change rien et on observe la bave aux lèvres ! !! Pense-bête du jour ! (F+30) : Température : Env 20/24 (ni en dessous de 15 ni ou dessus de 28 !) Hydro : 40/50% serait parfait Ventilation : 15min. "on", 15 min. "off" Extraction : 24/24. Photo-période :12H de jour, et 12H de nuit STRICT et TOTALE Soins : .Observation d'apparition d'éventuels fleurs mâles .Arrosage : On continue l'apport d'un "booster de flo" type "BIG BUD" (moitié de dose recommandée par le fabriquant) à raison d'un arrosage sur 2/3 Puis, on continue aussi à +/- 60Cl d'eau (PH6.5) tout les 3/4 jours Sommaire FLO+37: Le temps passe et nos buds enflent à vue d'œil ! Ca commence à sentir bien bon dans le placard non ?? Jetons un regard à notre plante: Elle ne grandit plus mais ça "trichome" sec dans le coin ! Notre bud principal: Et les secondaires : On continue l'arrosage tel qu'il est, et au troisième apport du "booster" de flo, on peut passer à 75% de la dose recommandée par le fabricant. Il nous reste trois semaines environs et normalement, les feuilles doivent être encore bien vertes. Il est possible que notre sénescence débute d'ici une dizaine de jours. Nous y reviendrons au moment voulu bien sûr. Bon ben,il n'y a plus qu'à attendre encore un peu ! Courage, c'est la dernière ligne droite Sommaire FLO+43: Une semaine encore de passée et ça gonfle dans le coin... Notre rythme d'arrosage reste inchangé mais nous pouvons augmenter la dose de booster de flo à 100% de la dose recommandé. Notre plante dans son ensemble : Comme vous le voyez, les "têtes" se rejoignent pour former un bon gros "bud" ! C'est maintenant que l'effet "pop-corn" va être le plus "impressionnant" Ces deux dernières semaines restantes vont être marquées par de gros changements sur les fleurs. Les pistils s’oxydent, les calices gonflent à vue d’œil, et les trichomes passent de "transparents" à "laiteux", puis deviendrons "ambrés". Toujours pas de sénescence en vue, mais ça ne serait tarder. Sommaire FLO+50: Nous y sommes : C'est le début de la sénescence : Qu'est ce que la sénescence ? Et bien, c'est le "début de la fin" A cet âge, la plante n'assimile plus aussi bien les éléments nutritifs par ses racines. Elle va donc aller "pomper" ce dont elle a besoin dans les feuilles les plus basses, puis, sur l'ensemble du système foliaire. Cela se traduit par un jaunissement progressif de ces feuilles. Il est intéressent d'avoir une belle sénescence; en effet, ça permet d'obtenir un taux de chlorophylle à la baisse et donc d'avoir une beuh plus gouteuse et beaucoup moins âcre. POUR ALLER PLUS LOIN SUR LA SENESCENCE Là, il vous faut commencer à observer les trichomes avec attention. A F+50, les miens sont passés majoritairement à "laiteux": Chacun aime sa beuh comme il l'entend. Perso, je l'aime avec 10 à 20% de trichomes "ambrés". Donc, je compte environs une semaine après le passage à laiteux pour entamer le rinçage. Et pour se faire plaisir, quelques photos de la plante: Sur pied: Un petit bud du bas: Et le bud principal (bien cristallisé Hummmm!!): Allez, dans une semaine, on rince Sommaire FLO+58: Nous y sommes : On commence le rinçage ! Voyons tout d'abord à quoi ressemble notre plante à ce jour: Elle a bien gonflée la coquine Un oeil sur le bud principal: Et sur le plus "petit" en bas : Comme je vous le disais la semaine dernière, les premiers trichomes passent à l'ambré: Et nous avons une belle sénescence : Nous allons donc commencer le rinçage. A quoi sert le rinçage ? Cela permet de "vidanger" le substrat de ses engrais, et donc, d'éviter d'avoir à fumer une beuh au gout "big-bud-bio-bizz-machin-chose" ! Combien de temps ? Une dizaine de jours en général, mais tout dépend de votre utilisation des engrais. Pour ma part, comme je n'utilise qu'un terreau déjà fertilisé et juste un booster de flo, il ne me reste pas grand chose à rincer et par conséquent, je ne le ferai qu'une semaine. Il vous faut attendre le jour d'arrosage. A la différence d'une irrigation "standard", il vous faut augmenter le volume d'eau afin de faire "pisser" le pot. Donc au lieu des 60cl habituels, je vais leur donner 1L. Voyons cela en images: Ce qu'il vous faut : Commencez par arrosez votre plante comme d'habitude : Le terreau une fois humide, marquez une pause Reprenez alors l'arrosage d'un bon tiers de plus qu'à l'accoutumée: Laissez couler l'eau en surplus dans une coupelle: Voila, vous n'aurez plus qu'à recommencer l'opération à chaque arrosages futurs et ce, durant la semaine à venir. Pour aller plus loin sur le rinçage. La récolte arrive à grands pas Sommaire F+65: La récolte ! C'est le grand jour !!! Aujourd'hui, on récolte Nous sommes à F+65 et un bon 10% de trichomes ambrés Voyons la plante dans son ensemble: Son apex: Voici l'outil indispensable à une bonne récolte; une paire de ciseau à ongle (manucure) : Commencez par couper toutes les plus grandes feuilles, comme ça : Voila le résultat: Recommencez avec les feuilles secondaires (celles des branches): Vous pouvez jeter toutes ces feuilles sans résine. Elle ne servent à rien ! Il ne reste plus que les petites feuilles. Coupez leurs pointes (uniquement, on s'occupera de leurs bases après) Vous pouvez vous en débarrasser aussi (s'il n'y a pas de trichomes dessus bien sûr ) Maintenant, coupez le pied : C'est là que la manucure devient fine et délicate...ça va coller du ciseaux !! Coupez la base de toutes les petites feuilles à cet endroit : GARDEZ bien toutes ces petites feuilles ! Elles sont pleine de résine Découpez les branches et refaites la même manip' sur celles-ci : Découpez vos "têtes" et placez les sur une grille dans un endroit sombre (dans le noir c'est encore mieux) ni trop humide ni trop sec, et tournez-les tout les jours (comme des saucisses sur un grill ) Une bonne semaine après, elles seront sèches et vous pourrez passer au "curing" . Perso je n'utilise pas la méthode dite "traditionnelle" qui consiste à faire sécher la plante la tête en bas. Pourquoi ? Il est normalement admis de dire que cela permet d'avoir un séchage plus long et donc une beuh meilleure. Pour avoir testé les deux méthodes, avec un séchage plus lent, il est vrai que la beuh est meilleure à fumer tout de suite après séchage. Mais, si l'on observe bien le temps de curing (et s'il est fait convenablement), je n'ai jamais constaté de différence de goût entre une beuh séchée comme je le fais, et la façon dite "traditionnelle"... Après c'est à vous de faire vos propres expériences Jetez un oeil ici. Après le curing, vous pourrez enfin vous régaler d'une bonne beuh "maison" Pour fumer : Et puis quoi encore ! Vous ne vous attendez tout de même pas à ce que je vous explique comment on fait non ?? C'en est terminé de ce "guide"... Amusez-vous bien et surtout n'oubliez pas : Dites merde aux dealers !!! ATTENTION : Chaque placard à ses propres caractéristiques, aussi, vous devez adapter ces conseils à vos conditions ! Il est certain que d'autres utilisent des "techniques" différentes, mais celle-ci fonctionne plutôt bien v/c Dad- Sommaire
  3. 1 point
    Introduction La germination est la toute première étape d'une culture à partir de graine, elle ne se produit que si les conditions extérieures (humidité, température, oxygène) sont favorables ; de même que les facteurs internes (maturité, viabilité, dormance). 1. Sélection des graines En cas de production «artisanale» sélectionnez les graines les plus fermes et les plus foncées ; il peut ensuite être nécessaire de «lever la dormance» (voir paragraphe suivant). Les graines provenant du commerce sont elles censées être parfaitement viables, et ne nécessitent pas de levée de dormance. 2. La Dormance 2.1. Définition La dormance est un mécanisme biologique de protection des végétaux qui, initialement à l'état sauvage, a pour but d'empêcher la graine de germer durant la saison hivernale et par conséquent de mourir du fait des conditions climatiques difficiles en hiver. 2.2. En pratique Pour «lever la dormance», il est nécessaire de faire subir aux graines des alternances de températures : 5 jours au sec dans l'obscurité, 3 jours au frigo 3 jours au congélateur 5 jours au sec et dans le noir. La «levée» de la dormance peut également se faire sous l'effet de substances chimiques telles les gibbérellines. Il faut cependant noter que la levée de dormance n'est pas obligatoire, il m'est déjà arrivé de faire germer directement, et sans le moindre problème, des graines issues de cross persos. Il semblerait en fait que la levée de dormance ne soit pas nécessaire si les graines sont bien parvenues à maturité, en revanche cela peut-être utile dans le cas de vieilles graines. Ainsi, si vous ne parvenez pas à faire germer vos graines, pensez à lever la dormance. 3. Les étapes de la germination La graine de cannabis germe selon un processus composé de différents stades clairement déterminés : 3.1. La réhydratation /!\Cette méthode est déconseillée par beaucoup de breeder/!\ La première phase de la germination est la réhydratation ; placez les graines dans un verre d'eau tiède, à température ambiante, durant 12 heures. Dans un premier temps les graines vont flotter, attention cela ne signifie en aucun cas qu'elles ne sont pas valables. Une graine coule tout simplement lorsqu'elle est réhydratée ; si les graines ont été bien conservées (au sec) elles flotteront auparavant, une fois réhydratées, donc plus lourdes, elles couleront. Parfois au terme de ces 12 heures certaines graines se sont déjà ouvertes. /!\Cette méthode est déconseillée par beaucoup de breeder/!\ 3.2. Apparition du germe Placer les graines entre deux bouts de "sopalin" humides mais pas détrempés ! Placez le tout entre deux assiettes, à température ambiante, environ 22-23°C. 12 à 48h plus tard, les graines sont bien ouvertes, avec un germe de quelques millimètres à 1 ou 2 cm. A noter : Certaines graines peuvent mettre plus longtemps à germer, mais cela peut alors traduire un potentiel génétique faible. 3.3. Mise en terre Le germe est naturellement programmé pour effectuer un demi-tour ; ainsi si le germe ne dépasse qu'à peine mettez-le vers le haut, si au contraire il mesure déjà 2 cm ou plus mettez-le vers le bas. Puis, recouvrez de terreau sur quelques millimètres. A présent, veillez à arroser régulièrement avec de très petites quantités d'eau afin que la terre soit légèrement humide mais pas détrempée. Par ailleurs, il est également possible de mettre la graine directement en terre, toutefois cela risque d'être un peu plus long. 4. Illustration v/c Dad-