Les prohibitionnistes s'alarment de la libéralisation de la presse

Les prohibitionnistes s'alarment de la libéralisation de la presse
By mrpolo (edited) ,

Certains Conservateurs prohibitionnistes gardiens des valeurs universelles ne supportent plus de voir s'afficher le Cannabis dans les magazines grand public.

 

Butés dans une idéologie moraliste quasi puritaine, ils dénoncent "la mise en valeur de l’individualisme à travers l’éloge des « choix individuels », tout comme l’acceptation des paradis artificiels". De leur point de vue la contraventionnalisation est une capitulation reprochée à toute la gauche libérale, depuis L’Obs jusqu’aux Inrockuptibles, etc., Jean-Luc Mélenchon y compris.

 

Certes la libéralisation à outrance à certains endroits comme au Colorado peut effrayer  comme une dérive industrielle...

Des entreprises toujours plus grosses qui monopolisent le secteur sur le continent américain à la grande inquiétude des européens plus ouverts que nous sur le sujet comme le dit Christoph Rossner qui veut devenir le premier producteur allemand de plantes médicinales:

"Aux États-Unis, un certain nombre d'entreprises achètent systématiquement de plus petits producteurs - une dynamique qui pourrait s'étendre et prendre le contrôle du marché allemand."

 

a11.jpg


 

Le “joint tendu” de Technikart à Emmanuel Macron

Technikart. Magazine de bobos, selon eux, c’est-à-dire tous ces bourgeois libéraux qui se croient de gauche ou vegan alors qu’ils ne sont que les vecteurs du turbo-capitalisme, le cannabis c’est sacré.

Par conséquent, tant la couverture de la revue que l’image sur Facebook est très claire : le cannabis est vraiment considéré comme un eldorado inévitable.

 

technikart2.jpg

« La marche du monde étant ce qu’elle est, notre vieux pays finira bien par légaliser la weed.

En passant d’abord par les cases « contraventionnalisation » (un max de points au Scrabble) et « dépénalisation » (un peu moins), ou, comme le préconise notre dossier, en se rendant directement à la case « légalisation » (moins bon pour le Scrabble, nettement mieux pour faire entrer de l’argent dans les caisses de l’État). (…)

Ce que nous disent les experts interrogés est sans appel : non seulement la légalisation rapporterait près de 2 milliards à l’État, mais elle boosterait le « bien-être collectif » du pays (c’est l’économiste Pierre Kopp du Centre d’économie de la Sorbonne qui le dit). »

27356395_1792524090797767_48742491133598

Image de la Page Facebook de Technikart

 

Le contenu des articles, c’est bien sûr un éloge du cannabis comme joie de vivre et comme opportunités pour le business, et c'est bien ce qui défrise ces messieurs pour qui nous devrions rester sagement soumis dans leur paradis morose et monotone.

Il est effrayant de constater les penchants  passionnels des extrémistes de la prohibition face aux arguments de raison diffusés dans les médias.

 

Selon eux si les lois étaient appliquées, Technikart devrait être saisi.

Si on peut acheter sans trop de difficultés plein d’objets faisant l’éloge du cannabis, du t-shirt au mug, des chaussettes à la casquette il est encore interdit de les montrer quand à les exposer en boutique à vos risques et périls...

Que les prohibitionnistes se rassurent il reste encore du chemin à parcourir sur la route de la liberté d'expression

 

Télérama prend parti pour la légalisation du cannabis  

 

 

Télérama célèbre hebdomadaire en France diffusé à plus de 600 000 exemplaires dont  l’éditorial du dernier numéro (du 31 janvier 2018), s’intitule pas moins que « chanvre avec vue ». Ce que fustigent les inquisiteurs de l'Ordre Moral en dénigrant les lecteurs comme étant des bourgeois « éclairés », des professions intellectuelles liées à la presse, l’édition, le monde de la culture en général, des fonctionnaires ayant un certain niveau de diplôme, etc.

Dès les premières lignes écrites en gras, par Emmanuel Tellier, musicien et journaliste musical de télérama, on lit :

« Enfin ! Enfin le sujet de la consommation du cannabis dans notre pays semble s’imposer au cœur du débat public de manière dépassionnée. »

 

« 11 % des Français consomment du cannabis de manière régulière, un record en Europe. Deux cent mille personnes font pousser de l’herbe chez elles.

Bien davantage se fournissent auprès de dealers subordonnés à l’un des sept cent réseaux opérant sur le territoire, lesquels « emploient » près de cent mille individus.

Il n’y aura sans doute pas, en France, de solution facile, de recette miracle, pour passer – comme au Colorado, Etat pionnier – d’une consommation sous le manteau, avec tous les trafics que cela engendre (et préserve), à un « mode de vie » collectivement assumé.

Mais dans un pays où un citoyen sur quatre consomme des psychotropes sur ordonnance, où le stress et les souffrances liés aux différentes formes de précarité empoisonnent le quotidien de millions de personnes, il est heureux que l’âge de l’hypocrisie et de la culpabilisation primaire s’efface devant une approche plus lucide de la réalité. »

Au lieu de dire que cette société est folle et que le cannabis est une plaie? Scandale!

Ce qui est sur c'est que l'on peut s’interroger sur les valeurs que défendent ces gens en plaidant pour un musèlement de l'expression publique et un recours accru à la matraque.

Si l'on peut retirer une note positive de l'arrivée des Amendes Macron c'est ce sentiment de pouvoir avoir enfin une présentation plus objective dans les médias de masse, une parole plus libre pour défendre et présenter les arguments pour une évolution plus concrète de l'encadrement du Cannabis.

 

Mrpolo Cannaweed en réponse à laterredabord  [1] [2]

 

 

Edited by mrpolo

  Report Article


User Feedback


There are no comments to display.