Cannabis: interdit de consommer mais pas d'investir, le secteur s'annonce prometteur


Recommended Posts

 
La banque d'affaires Bryan, Garnier & Co a publié une étude sur le développement possible du marché (officiel) du cannabis dans monde. Le mouvement de légalisation créé de nouvelles opportunités dans lesquelles les épargnants peuvent s'engouffrer.

 

cce1c103a6734c59d28f3af21608f5f76732f522

Le marché du cannabis légal va être multiplié par 12 en une décennie selon la banque.

© Fabrice COFFRINI / AFP

 

Si le cannabis n'est toujours pas légalisé en France et que sa détention ou sa consommation vous expose (théoriquement…) à des poursuites pénales, rien ne vous interdit d'investir dans ce secteur d'activité dans les pays où il est légal. Ou, plus précisément, de placer une partie de votre épargne sur des titres d'entreprises exploitant la plante.

 

Selon un rapport de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co publié en janvier, le marché mondial légalisé (donc ouvert à l'investissement) pourrait représenter 140 milliards de dollars en 2027 contre "seulement" 12 milliards en 2017. Soit une croissance multipliée par 12 en 10 ans. Croissance "officielle" faut-il le rappeler, car la banque estime que le marché réel du cannabis représente aujourd'hui 177 milliards de dollars, donc que pas moins de 93% du marché est encore occulte.

 

Il n'y a pour l'instant que 25 pays qui ont légalisé le produit soit pour des usages médicaux, soit pour des usages récréatifs. Et parmi eux le Canada et les Etats-Unis (neuf Etats autorisent la consommation récréative) qui sont, sans surprise, à la pointe pour les entreprises exploitantes et les produits financiers liés à ce marché.

Bryan, Garnier & Co vous suggère en effet de s'intéresser soit à des sociétés grossistes ou détaillantes (avec trois sociétés canadiennes ayant pris une certaine avance dans le marché: Canopy Growth, Aurora Cannabis, Aphria), soit des entreprises des biotechs qui œuvrent en partie sur le cannabis, soit sur les sociétés qui commercialisent les accessoires accompagnant la consommation.

 

En tout pas moins de 200 entreprises cotées peuvent vous permettre de placer une partie de votre épargne. Aux Etats-Unis, il existe même quatre trackers (ETF) dédiés à ce secteur de marché dont les noms sont évocateurs: Horizons Marijuana Life Sciences Index ETF, ETFMG Alternative Harvest ETF, Junior Marijuana Growers Index ETF et The Marijuana ETF.

 

Si les perspectives sur ce secteur sont encore loin d'être visibles avec certitude, le cannabis s'annonce comme le futur paradoxe pour l'investisseur français: vous pourriez encaisser des gains en épargnant… que vous perdriez en amendes en consommant!

Par La rédaction de FranceSoir.fr

 

Source: francesoir.fr

 

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Les Millenials investissent enfin les marchés financiers. Aux Etats-Unis, selon un courtier, les clients de moins de 35 ans ont augmenté de plus de 70% sur un an, attirés fin 2017 par des placements un peu particuliers, loin des investissements à la papa.

 

 

1737669_1517306368_canopy-growth.jpg

Crédits photo : Canopy Growth

 

La Bourse a trouvé son élixir de jouvence. De la blockchain, de la « weed », soudain l’investisseur individuel a vingt ans de moins. C’est aux Etats-Unis, où pourtant le cannabis est interdit au niveau fédéral, que la machine à coup de jeune s’est mise en branle. Là-bas, les courtiers proposent à leurs clients d’investir sur les actions des producteurs de cannabis, soit directement là où elles sont cotées, sur les Bourses canadienne et australienne, soit sur le marché américain, mais de gré à gré, pour les valeurs qui ont également un ticker américain.

 

TD Ameritrade « observe une augmentation des nouveaux clients dans toutes les tranches d’âge mais la croissance de ceux de moins de 35 ans est considérable, en progression de 72% sur un an. » Au moment de présenter ses comptes du dernier trimestre de 2017, la semaine dernière, celui qui a été l’un des premiers à proposer au négoce les futures sur bitcoin rapportait un « intérêt grandissant », depuis la fin d’année dernière, pour les actions des producteurs de cannabis, pour celles liées à la blockchain et pour les cryptomonnaies en général.

10 % des ordres

Avec tout le battage médiatique qu’il y a autour de ces sujets, le PDG Timothy Hockey n’est « pas surpris » de ce nouvel engouement qu’il voit comme une belle opportunité de diversification de la clientèle. Parce que ce sont les Millenials, jusque-là absents de la Bourse, qui s’intéressent le plus à ces thèmes d’investissement. L’idée, c’est maintenant de les éduquer, de leur proposer gratuitement des fiches pédagogiques et des webcasts, de leur faire prendre conscience du risque et rendre cette « expérience d’investissement » la plus positive possible pour qu’ils aient envie d’aller au-delà de la blockchain, du bitcoin et des valeurs cannabis (dont les groupes pharmaceutiques qui proposent des traitements cannabinoïdes) qui, bien que tendances, ne représentaient que 10% du million d’ordres enregistrés début janvier, un record.

Chez TD Ameritrade, le négoce des futures sur bitcoin - trop volatils, trop dangereux - reste réservé à un nombre limité de « traders » qui ont l’expérience des contrats à terme. Le courtier réfléchit « à les populariser, mais doucement », assure-t-il. Même attitude prudente chez son concurrent ETrade. « Il s’agit vraiment de définir les exigences en matière de risque et de marge [dépôt de garantie], d’être proactif et de les revoir quotidiennement », a expliqué son PDG Karl Roessner à l’occasion de la grand-messe des trimestriels. Que ce soit pour les futures du CBoE ou du CME, les deux Bourses de Chicago qui ont lancé des produits sur le bitcoin, la marge chez ETrade a été fixée au niveau dissuasif de 80% là où, par exemple, elle n’est actuellement que d’environ 30% pour les futures sur le Cac 40.
 

 

Qu'est-ce qu'une marge ?

Les futures sont des produits à effet de levier ; votre courtier va financer une partie de votre investissement. Admettons qu’un contrat future sur le bitcoin vaille actuellement 10.000 dollars, que vous vouliez miser dessus mais que vous n’ayez pas l’intégralité de la somme, eh bien c’est possible ! En quelque sorte, le courtier va vous faire crédit. Mais dans le cas où celui-ci exigerait une marge de 80%, il vous faudra toutefois déposer sur votre compte le montant de 8.000 dollars pour pouvoir acheter un future sur bitcoin. Si le sous-jacent gagne 10%, le gain sera de 1.000 dollars qui, rapporté à votre mise de fonds, sera de 12,5%. 

 

 

Si ETrade freine volontairement le trading sur futures bitcoin, il croit en revanche beaucoup au potentiel des valeurs cannabis « qui représentent bien sûr un nouveau type de marché aux perspectives carrément planantes. »  L’un des fers de lance du secteur, le producteur Canopy Growth, coté à Toronto, a atteint des sommets en Bourse début janvier, à 44 dollars canadiens l’action, en hausse de 600% en sept mois (x7). Le cours a été multiplié par près de 1.800 en un peu moins de cinq ans !

 


Source: investir.lesechos.fr

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Bonjour , Salut , Plop ... 

 

"Le cannabis c'est mal, m'voyez", par contre, vu que ça peut rapporter du pognon, allez-y gaiement : entre les mines d'uranium et les fabricants d'armes il faut diversifier son portefeuille, l'argent n'a pas d'odeur. Et après c'est nous qu'on traite comme des délinquants, monde de fous...

 

Au revoir , Bye , A+! ... ;)

Edited by glass-blower
Politesse
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Howayo;

 

Boah, si Lafarge peut financer Daesh tranquillement a leur faire exploiter des mines de ciment, vous pensiez franchement que l'on aurait risqué à investir dedans? La gloire du monde capitaliste mes amis... Et là n'est que le revers d'une médaille dont nous ne savons pas apprécier l'envergure:

Pensez-donc à tout ce qui est illégal chez nous mais qui rapporte une blinde à travers le monde, ou l'on trouve toujours un pays pour autoriser ce qui ne l'est pas ailleurs...

Vivement que j'me barre de ce monde de fou!

Bien à vous,

Ralf'

  • Sad 1
Link to post
Share on other sites