Haute-Garonne : 3 jeunes font sauter un appart’hôtel en tentant de fabriquer de la drogue

Sign in to follow this  
Haute-Garonne : 3 jeunes font sauter un appart’hôtel en tentant de fabriquer de la drogue
By mrpolo ,

Trois jeunes hommes, âgé de 20 à 23 ans, ont été brûlés dans l’explosion d’un logement qu’ils occupaient près de Toulouse.

1280px-Butane_honey_oil_being_evaporated

À l’instar de Walter White de la série Breaking Bad, mais visiblement sans ses compétences, ils ont essayé de créer de l’huile de cannabis. Illustration. (Wikimedia)

 

C’est dans une résidence hôtelière de Saint-Lys en Haute-Garonne, que les gendarmes de la compagnie du Mirail sont intervenus, dimanche vers 2h15. Une forte explosion venait de souffler un petit studio meublé.

Sur place, ils n’ont pas trouvé les occupants des lieux, mais ont été accueillis par une forte odeur de cannabis, relate ActuToulouse. Une situation qui laissait sérieusement à penser qu’il ne s’agissait pas d’un banal accident domestique.

 

Sur au moins deux d’entre eux, l’explosion de la mixture laissera des stigmates. En plein milieu du visage. Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2 h 15, une déflagration a littéralement soufflé une chambre d’hôtel de Saint-Lys, à l’ouest de Toulouse (notre édition d’hier). Il était environ 2 h 15 lorsque les trois fenêtres de l’habitation ont été soufflées. Par miracle, aucun des quinze clients répartis dans les autres chambres n’a été blessé.

 

Sur place, les sapeurs-pompiers et les gendarmes ne trouvent qu’un jeune blessé, commotionné et désorienté. En réalité, pendant que ses deux colocataires d’un soir se présentaient d’eux-mêmes aux urgences de l’hôpital Purpan, le troisième était pris en charge sur place avant d’être laissé aux soins des équipes médicales.

 

Ils se rendent aux urgences par leurs propres moyens

L’enquête a rapidement permis de retrouver les trois jeunes gens, victimes de brûlures, qui s’étaient rendus aux urgences. Les apprentis chimistes préparaient une mixture sur la plaque électrique de la cuisine de l’appart’hôtel loué pour la nuit, lorsque l’explosion s’est produite.

 

En s’appuyant sur des tutoriels trouvés sur Internet, les suspects ont essayé de fabriquer de l’huile de cannabis nommée « BHO » (Butane Honey Oil, ndlr). Une drogue qui se présente sous la forme de cristaux une fois la préparation finalisée.

 
 

Les chimistes « en herbe » omettent un détail

Si tout se passait bien pour eux jusque là, les jeunes gens ont simplement omis qu’il fallait œuvrer à l’extérieur, ou dans un lieu très aéré, pour mener à bien leur projet. Car pour produire l’huile de cannabis il faut utiliser du gaz butane liquide.

 

Une erreur qui aurait pu leur coûter la vie. « Il y a eu une énorme détonation, mais aucun départ de feu. C’était un souffle qui a pulvérisé le double-vitrage des fenêtres de la chambre » a indiqué une source proche de l’enquête au quotidien local. Les enquêteurs vont notamment tenter de savoir à qui était destinée cette drogue.

 

Le "shit" se vapote

Une fois soignés, ces trois jeunes gens âgés de 20 à 23 ans, ont pu être entendus en garde à vue, leur état ayant été jugé compatible par le médecin. Pour autant, deux d’entre eux pourraient garder encore un moment les stigmates de leur maladresse. Car comme l’avaient détecté les secouristes, les forces de l’ordre et les témoins de la scène, une forte odeur de cannabis émanait des lieux, dimanche, après l’explosion. Que fabriquaient-ils ? Le panel est large, à vrai dire. Depuis deux ans, de nouveaux produits à base de marijuana ne cessent de fleurir dans les coffee-shops étrangers jusque dans les cages d’escalier des points de deal de la Ville rose.

 

Comme le rapportait "La Dépêche du Midi" en décembre 2018, une nouvelle tendance consiste à vapoter une forme de cannabis concentré. La résine est en quelque sorte "affinée" à l’extrême pour produire une huile que l’on place ensuite dans les pipes à eau et même certains modèles de vapoteuse. Ce produit est extrêmement puissant, le taux de THC étant très concentré. Certains produits dépasseraient largement la barre des 80 % de cannabinoïdes.

 

D’ailleurs comme leur nom l’indique, les BHO (Butane hasch oil) se fabriquent avec du butane. Mais les déclinaisons sont légion : le rosin, les moon-rocks, les distillats en capsules, etc. L’attirail nécessaire varie : casserole pour porter à ébullition, plat en pyrex, papier sulfurisé, seaux à glaçons, CO2, butane, etc.

 

Libérés et reconvoqués

Pour les BHO, des tutoriels sont visibles sur le web. Il est notamment recommandé de les manipuler dans un milieu ouvert. Est-ce que nos apprentis chimistes ont aéré leur chambre louée pour la nuit ? Pas sûr. Ont-ils allumé une cigarette ou juste opéré une mauvaise manipulation ? Probable. En tout cas, sur ces trois jeunes originaires de Fonsorbes, deux sont strictement inconnus des services de gendarmerie et le troisième l’est pour des faits en lien avec les stupéfiants. Tous ont été libérés et seront reconvoqués ultérieurement par la Justice. Les résultats d’analyses pratiquées par les laborantins seront divulgués d’ici à quelques semaines.

 

Sources: actu17.frladepeche.fr  

 

Nd polo: il existe des guides pour le BHO sur notre site et il y est bien spécifié de faire ça en extérieur ou dans une zone très aérée et ne pas créer de flamme ou arc électrique...

 

j'hésitais a poster direct au bétisier :D merci @UFCM-I Care


  Report Article
Sign in to follow this  


User Feedback


There are no comments to display.