Phythormone Végétale - L'acide Gibbéréllique ou GA3


Recommended Posts

                                                                                                                                L'acide Gibbéréllique ou GA3 

 

 

 

 

I- Historique :


Dès le début du siècle, des fermiers japonais avaient constaté que certains plants de riz étaient atteints de gigantisme. Ces plants cependant ne fructifiaient pas et ne présentaient donc pas d’intérêt pour la production.

 

1926 : KUROSAWA établit que cette anomalie dans la croissance résultait de l’infection par un Ascomycète parasite appelé Gibberella fujikuroi ainsi que le Fusarium moniliforme lorsque le champignon fut cultivé in vitro ( un extrait de son milieu de culture provoqua les mêmes symptômes d’élongation ).

 

1938 : on arriva à isoler de ces milieux de culture un mélange de substances actives appelées gibbérellines.

 

1956 : à partir d’une souche de Gibberella ne produisant qu’une seule gibbérelline on put isoler et caractériser chimiquement l’acide gibbérellique ou GA3 (travaux de CROSS).

 

Pendant ce temps, les physiologistes démontraient les effets spectaculaires des gibbérellines isolées des filtrats de cultures de champignons sur la croissance de végétaux (à très faibles doses ces substances stimulent en particulier la croissance des espèces naines : haricot, pois, maïs).

 

II/ Définition  

 

 C'est une hormone végétale ou phythormone ou encore phytohormone, présente à l'état naturel dans la plante.       

Les gibbérellines appartiennent au groupe des terpénoïdes composés résultant de la condensation d’unités isoprène elles-mêmes provenant d’unités acétate.

Les terpènes constituent entre autre le principe odoriférant des végétaux. Cette odeur est due à la libération des molécules très volatiles contenant 10, 15, 20 atomes de carbones.

GA4 et GA7 sont respectivement précurseurs de GA1 et de GA3.

 

On les classes par chiffres de 1 à 130, donc nous allons nous intéresser au TROISIEME GROUPE soit le GA3.

 

 

Capture d’écran (292).png

 

 

Formule atomique :

 

C19H22O6

 

 

Capture d’écran (298).png

 

 

III/ Structure et biosynthèse :

 

 

Capture d’écran (351).png

 

 

Interprétation du Tableau :

 

Le noyau de gibane entre en réaction avec la molécule de GA1, la chaine de transformation débute donc avec ces deux éléments.

Les gibbérellines sont synthétisées suivant la chaîne normale de biosynthèse des terpènes à partir de l'acide mévalonique suite aux greffage du noyau de gibane (  https://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_mévalonique ).

La réaction est donc enclenché, création par réactions chimiques multiples d' isopentenyl pyrophosphate ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Isopentényl-pyrophosphate ).

Nouvelle transformation idem que les précédentes, en Géranyl pyrophosphate ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Géranyl-pyrophosphate ), puis en Kauréne ( https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Kaurene ).

Nous arrivons en bout de chaine de la création de GA3.

Là, le GA4 entre en action afin enfin de synthétiser le GA3.

.

Une élévation de ce niveau ne signifie pas nécessairement une augmentation de la synthèse. Ainsi, les graines immatures sont particulièrement riches en gibbérellines, alors que la teneur paraît diminuer nettement au cours de leur maturation : les gibbérellines deviendraient inactives, probablement en se liant à une protéine ; au cours des deux premiers jours de la germination, elles sont progressivement libérées sous l'action des protéases.

Les sites de synthèse ne sont pas connus. Cependant, on considère que les régions les plus riches en gibbérellines sont les lieux mêmes de leur synthèse : région apicale des bourgeons et des racines, jeunes feuilles.

 

 

IV/ Répartition et Transport des Gibberellines dans la plante :

 

 

*******************************************************

La demi vie du GA3 est de 40-50 jours pour la cannabis.

********************************************************

 

Les gibbérellines sont présentes chez toutes les plantes supérieures, elles sont synthétisées également par certains champignons. Les gibbérellines détectées varient selon le stade de développement. On pense que les sites de synthèse sont les organes contenant les concentrations les plus élevées en gibbérellines, apex des tiges et des racines, jeunes feuilles, mais aussi embryon et tissu de réserve des graines en développement, fruits…

Les concentrations habituelles sont de 0,1 à 100 ng / g de tissu frais mais de 1 à 10 μg au niveau des graines. Les gibbérellines ne présentent pas de transport polarisé à la différence de l’auxine. Appliquées à un niveau quelconque de la plante, elles peuvent avoir des effets régulateurs sur toutes les autres parties.

Elles ont été retrouvées dans la sève brute et la sève élaborée et leur vitesse de transport (5 cm/h) analogue à celle des sucres laisse supposer qu’elles sont transportées passivement dans les flux de sève dans le xylème et le phloème. Un transport de cellules à cellules de type symplastique ( Déf : Le symplasme désigne le continuum intracellulaire formé par les cellules végétales par le biais des plasmodesmes. Les cytoplasmes de cellules ainsi reliés ne forment alors qu'un seul compartiment partagé par toutes les cellules. La taille des plasmodesmes régule la taille des solutés pouvant naviguer activement depuis une cellule vers une autre. Dans les racines, le symplasme assure le passage de l'eau et des solutés du sol vers le cylindre central où siègent les faisceaux conducteurs de sève ) est également probable.

 

 

V/ Mode d'actions des gibbérélines

 

 

Les hypothèses concernant le mode d'action des gibbérellines sur la croissance découlent d'expériences réalisées sur les grains d'orge. Ces caryopses sont constitués par un embryon à un cotylédon (le scutellum) et par l'albumen ; l'ensemble est entouré de trois assises de cellules riches en grains d'aleurone et des enveloppes (téguments et péricarpe soudés). Durant la germination, l'amidon de l'albumen est hydrolysé en sucres solubles réducteurs sous l'action de l'α-amylase, qui est une enzyme localisée dans la « couche à aleurone » (travaux de Haberland, 1890). Cependant, si un grain est coupé en deux transversalement, seule la moitié contenant l'embryon produit des sucres réducteurs à partir de l'amidon ; l'embryon est nécessaire à la production d'α-amylase par la « couche à aleurone ».

Les gibbérellines seraient le principe inducteur, car en solution elles induisent l'hydrolyse de l'amidon (donc la synthèse d'α-amylase) dans la partie du grain dépourvue d'embryon (Yomo et Paleg, 1960).

Les gibbérellines, synthétisées, ou libérées à partir de composés inactifs après l'imbibition de l'embryon, induisent une néosynthèse d'α-amylase et non pas une activation de molécules enzymatiques préexistantes. Cette néosynthèse s'étend à l'ensemble des enzymes hydrolytiques : protéases, nucléases.

 

Pour expliquer l'influence des gibbérellines sur la croissance, dans les tissus plusieurs hypothèses ont été proposées :

 

* stimulation de la synthèse des protéases ce qui entraîne une augmentation de la teneur en acides aminés (en particulier le tryptophane, substance mère de l'AIA) ;

 

* stimulation de la synthèse d'enzymes hydrolytiques telles que les cellulases dont l'action pourrait provoquer une augmentation de la plasticité de la membrane ;

 

* stimulation de la synthèse d'enzymes hydrolytiques, ce qui conduit à une hydrolyse importante des réserves, donc à une augmentation de la succion des cellules et par conséquent à un appel d'eau.

 

* par une modification de la distribution du calcium au niveau du cytosol de la cellule végétale.

 

VI/ Travaux pratiques du GA3 sur le cannabis : 

 

Avant toute chose, je tiens à préciser que je n'oblige personne à effectuer ce que je m'apprête à vous montrer, vous êtes des gens majeurs, conscient et RESPONSABLES de vos acts.

 

 

Capture d’écran (352).png

 

 

Il vous faudra :

 

 

** Du GA3, taper le nom inscrit en deux mots ( rouge ) et commander le produit;

 

** De l'alcool à 90° car ce produit est difficile à dissoudre;

 

** 1/4 d' acide ascorbique;

 

** Une balance en mg;

 

** Un récipient fermé pour mélanger la mixture ( un tube de vit C vide fera l'affaire );

 

**Un litre d'eau du robinet.

 

 

Le dosage de départ :

 

 

Capture d’écran (356).png

 

 

0.10 g/l de GA3 que je mélange avec 5 ml d'alcool à 90°.

Je le met dans le récipient et je secoue vigoureusement pendant 5 mn et je laisse reposer le tout une bonne heure à température ambiante.

Le GA3 se conserve très bien, au moins cinq ans, il suffit de le mettre à l'abri dans un tiroir par exemple.

Vous pouvez commencer à mettre du produit lorsque la plante à atteint au moins quatre étages.

Le génotype de la plante ne doit pas être en dessous de 60-70 % jusqu'à 100 % Indica, les 100 % Sativa sont à proscrire.

 

C'est une hormone surpuissante et fulgurante, donc attention !!!

 

 

Capture d’écran (358).png

 

Je verse le mélange dans un litre d'eau et 1/4 de cp d'acide ascorbique.

Je secoue vigoureusement la bouteille, la solution est prête à être utilisée.

 

A/ Méthode par la voie racinaire :

 

La plus sur des deux méthodes.

Je prends 250 cc de la solution ( 4 plantes pour un litre de solution ) que je vais verser dans la terre Autour du tronc, arrosage en zig-zag;

Je mesure la plante trois fois par semaine pour voir son évolution.

Je réitère cette opération si besoin ( c'est rare ). Je pince la plante. 

 

B/ Méthode par la voie foliaire :

 

C'est la plus risquée des deux, donc soyez  prudent et appliquer à la lettre les directives ci-dessous.

Je verse la même solution dans un sprayeur.

Pareil, 4 ou 5 étages pas avant pour les pulvérisations.

3 Spray par plante une seule fois, à renouveler 15 jours aprés si besoin.

L'effet sera fulgurant par cette méthode, les feuilles vont se retrouver à un angle de 45°, c'est impressionnant, on dirait qu'elles " rugissent ", j'appelle cela " l'électrisation turgescente ", c'est comme si la foudre avait frappé la box.

 

Plante Lemon Kush traité par voie foliaire :

 

 

20201118_161909 (4).jpg

 

 

C/ Les effets visibles sur la plante de cannabis :

 

** Etirement et déblocage des entre-noeuds;

** Epaississemnt du tronc;

** Feuilles à 45°;

** Allongement des pétioles;

**           "             des branches secondaires.

 

D/ Méthode applicable pour mieux distribuer le GA3 endogéne :

 

 

La méthode " chiropractique " de Kyle Kushman ==>

 

 

 

 

J'utilise la partie sur le tronc qui consiste à " cisailler " le tronc entre mes deux mains en lui faisant effectué une rotation à 180°, en fait on twist le tronc sur lui-même, le craquement du tronc est impressionant.

 

 

Voilà le résultat :

 

 

 

20201118_161909 (5).jpg

 

 

Un tronc plus solide et un système vasculaire ( xylème et phloème ) accru, ainsi qu'une production d'éthylène par stress mécanique.

 

 

Capture d’écran (285).png

 

 

A gauche sur la photo vue de face, voila l'effet des gibbéréllines sur la cannabis. Gauche en spray, droite via le terreau, l'effet est moins violent.

La forme fait penser à un " épi de blé " ou foxtail, le but étant de faire le plus de matière Consommable possible, mais pas que en ce qui concerne les effets pléïotropiques sur le cannabis du GA3.

 

 

VII/ Effets physiologiques des gibbéréllines sur le cannabis :

 

Au niveau cellulaire comme les auxines, les gibbérellines ont à la fois une action sur la division, l’élongation et la différenciation cellulaire.

 

a/ Levée de dormance. L’application de gibbérellines à des bourgeons dormants permet la levée de dormance et leur débourrement. Même effet sur la levée de dormance des graines.

 

TP : J'utilise le GA3 à la dosse de 0.16 g/l sur les graines de cannabis lorsqu'elles ont du mal ou ne germine pas.

Ses effets sont puissants,  vous pouvez utiliser la dose de 0.08 g/l, les graines saines vont germiner en 48-72 Heures.

 

b/ Elongation du tronc et des entre-noeud et des secondaires avec une action minime sur la taille des feuilles.

 

TP : J'utilise le GA3 à la dose de 0.10 g/l une seule fois, 250 cc de solution par plantes soit quatre plantes.

 

c/ Croissance des fruits effet commun avec les auxines, on parle des effets AGONISTES, avec l'emplois simultanés de ces deux phythormones. 

mais les gibbérellines agissent sur des espèces pour lesquelles l’auxine n’a pas d’action (Rosacées, Pêcher, Pommier, Raisins). La parthénocarpie ( du grec "graine vierge" est la production de fruits sans fécondation d'ovule ) peut être obtenue avec des gibbérellines.

 

TP : Il est possible d'utiliser les auxines et les gibbérélines ensemble.

Dosage, 0.06 g/l pour les deux sur deux litres, 250 cc par plante de la solution Auxines ( il en existe 4  différentes formes)-gibbéréllines.

 

d/ Nous avons vu en définition que le GA3 faisait partie des terpénoïdeshttps://fac.umc.edu.dz/snv/faculte/BCM/2019/CHAPITRE 3 TERPENES.pdf ) .

C'est avec l'induction de floraison, le deuxième rôle important du GA3.

Les terpènes du fait de leurs odeurs, couleurs et saveurs sont entre autres des moyens de défense naturelle produites par les plantes résineuse tels que le Cannabis.

Combinés au THC et CBD, ces Hydrocarbures Organiques Aromatiques jouent un rôle prépondérant de synergie " l'effet d'entourage" (  https://www.kalapa-clinic.com/fr/effet-entourage-cannabis-medicinal/ ).

 

e/ Nous finirons par l'effet le plus important des gibbérélines, c'est à dire l'induction de la floraison. Pour des espèces ayant des exigences photopériodiques ou de vernalisation pour fleurir, la transformation d’un méristème végétatif en méristème floral peut être obtenue dans de nombreux cas par application de gibbérellines.

 

L'induction florale est le phénomène botanique qui fait qu'un bourgeon à feuille évolue en bouton à fleur sous l’action d’éléments extérieurs, comme une période obligatoire de froid (vernalisation) ; des variations saisonnières de température (thermopériodisme) ; la longueur du jour (photopériode) ; le temps qui passe (il semble que les plantes soient génétiquement programmées pour que, au delà d'une certaine période, la floraison soit induite, même en l'absence des autres stimuli, l'horloge interne de la plante, dépendant pour cette opération du taux d'un brin d'ARN (microARN 156) dans la cellule (Ce taux qui diminue avec le temps); cette découverte a été faite en étudiant la plante-modèle de laboratoire Arabidopsis thaliana. Les gènes SPL induisent la floraison.

Chez Arabidopsis thaliana, ils sont inhibés par un taux élevé (chez la jeune plante) de microARN 156.) ; des variations thermohygrométriques (sécheresse, stress hydrique ; par exemple, une réduction de l'arrosage favorise l'induction florale des agrumes) ; des hormones induites en réaction à d'autres facteurs de stress (taille, certaines maladies) Les facteurs trophiques jouent également un rôle important. Lorsque l'alimentation de la plante est riche carbone favorise l'induction florale. Si le rapport C/N est supérieur à 20, on favorise la floraison.

En dessous, on l' inhibe.

 

TP : Afin d'induire la floraison, les doses que je préconise, doivent être données 10 jours avant votre passage en 12/12 H pour faire entrer vos plantes en floraison de façon explosive est de 0.04 g/l.

 

 

VII/ Sources

 

 

A/ https://wiki.cannaweed.com/index.php?title=Les_Phytohormones ( Réalisé par mes soins en 2009 )

 

B/ https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/01811797.1982.10824551?needAccess=true

 

C/ https://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupversions/7e89843a-9386-4977-85ac-5a72cbb8e788

 

D/ https://tice.ac-montpellier.fr/ABCDORGA/Famille4/HORMONEVEGETALE.htm

 

E/ https://www.jstor.org/stable/20792498

 

F/ Mes cours personnels.

 

 

Induction_of_male_flowers_on_female_plants_of_Cann.pdf

 

 

Fin du tutoriel.

 

Pano.

Edited by Panoramix06
  • Like 4
Link to post
Share on other sites
  • Panoramix06 changed the title to Phythormone Végétale - L'acide Gibbéréllique ou GA3
Posted (edited)

Hello,

 

Je viens de finir le tutoriel sur le GA3, si vous avez des questions, interrogations, zones d'ombre, difficultés à comprendre, je vous expliquerais avec des mots simples ( débutants )  donc N' hésitez pas à m'interpeller, me demander, je connais parfaitement le sujet...poil au nez...:bye:  

 

Peace.

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Salut Pano,

 

Il y a deux points que je découvre par ton topic et pour lesquels j'aimerai volontiers plus d'informations/explications:

La parthénocarpie

- l'induction florale

 

Un truc aussi qui m'a interpellé. Ton titre est: Phythormone végétale. Phythormone ou phytohormone ? Faute de frappe ou les 2 se disent?

 

++

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Hello,

 

@FranckyVincent

 

Bin à vrai dire, j'étais en manque d'inspiration pour les nouveaux tutos, je dois en faire 10 donc en voila deux de plus, mais évidemment avec le boulot monstrueux qui m'attends, cela va me prendre un temps fou.

 

A/ La parthénocarpie https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/00378941.1955.10833314

 

J'en ferais un tutoriel, tu as de la lecture.

 

B/ Induction florale, j'ai cela en stock dans mes cours, donc j'en ferais aussi un tutoriel, d'ici une bonne année +/_ je verrais.

 

C/ 

Il y a 15 heures, FranckyVincent a dit:

Phythormone ou phytohormone

 

Les deux se disent.

 

Peace.

 

 

 

Edited by Panoramix06
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Salut @Panoramix06,

 

Je viens de lire (ou plutôt survoler) le pdf que tu as mis en lien. Dedans, il est question principalement de plantes produisant des fruits contenant des graines ainsi que d'autres types qui ne peuvent être comparés au cannabis.

Moi, ce qui m'intéresse c'est le cas du cannabis et les applications possibles. Au pire, une autre plante similaire, c'est à dire qui est dioïque, allogame et qui porte des graines en tant que fruit.

En fait j'aimerai savoir si cette parthénocarpie induite peut donner des graines viables chez le cannabis, et accessoirement avoir des informations d'ordre génétique sur ces graines.

 

Pour l'induction florale, c'est pareil, ce sont les applications liées au cannabis qui m'intéressent...

 

++

Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, FranckyVincent a dit:

Salut @Panoramix06,

 

Je viens de lire (ou plutôt survoler) le pdf que tu as mis en lien. Dedans, il est question principalement de plantes produisant des fruits contenant des graines ainsi que d'autres types qui ne peuvent être comparés au cannabis.

Moi, ce qui m'intéresse c'est le cas du cannabis et les applications possibles. Au pire, une autre plante similaire, c'est à dire qui est dioïque, allogame et qui porte des graines en tant que fruit.

En fait j'aimerai savoir si cette parthénocarpie induite peut donner des graines viables chez le cannabis, et accessoirement avoir des informations d'ordre génétique sur ces graines.

 

Pour l'induction florale, c'est pareil, ce sont les applications liées au cannabis qui m'intéressent...

 

++

 

Re, 

 

Tu veux donc savoir si l'on peut faire des seeds fem à partir du GA3 ? La réponse est oui.

 

Peace.

Link to post
Share on other sites

Re,

 

Il y a 1 heure, Panoramix06 a dit:

 

Re, 

 

Tu veux donc savoir si l'on peut faire des seeds fem à partir du GA3 ? La réponse est oui.

 

Peace.

J'ai déjà fait des graines fem avec du Ga3 en inversant le sexe d'une femelle. Mais, d'après ce que j'ai cru comprendre sur la parthénocarpie, il ne s'agit pas de changer le sexe d'une plante. Ou alors j'ai mal compris?

 

++

Link to post
Share on other sites
1 hour ago, FranckyVincent said:

inversant le sexe d'une femelle.



Bonzours

En réalité on change pas vraiment le sexe , mais "l'organe"  , même si elle devient couillu elle reste XX , donc une fille .....
C'était du chipotage de ma part  , je suis déjà sortie

Tchussssss

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 53 minutes, SpectroMan a dit:

En réalité on change pas vraiment le sexe , mais "l'organe"  , même si elle devient couillu elle reste XX , donc une fille .....

 

Re,

 

Exactement, elle reste XX. Le GA3 hermaphrodise à haute dose le fruit du cannabis en fait. Il agit sur la double hélice d'ADN.

Je vais demander à mon ancien prof de m'en causer et je vous dirais ce qu'il m'a répondu, son surnom, c'est " l'encyclopédie "...

 

Peace.

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

il y a 57 minutes, Panoramix06 a dit:

 

Re,

 

Exactement, elle reste XX. Le GA3 hermaphrodise à haute dose le fruit du cannabis en fait. Il agit sur la double hélice d'ADN.

Je vais demander à mon ancien prof de m'en causer et je vous dirais ce qu'il m'a répondu, son surnom, c'est " l'encyclopédie "...

 

Peace.

Tu n'es pas obligé d'obtenir un hermaphrodisme, tu peux très bien avoir une inversion phénotypique intégrale. Par contre, si le Ga3 agit sur la double hélice d'ADN, je veux bien une explication!

 

@Panoramix06, est-ce que c'est ce processus que tu appelles "parthénocarpie"?

 

++

 

Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Il y a 22 heures, Panoramix06 a dit:

Bien, vu que tu sembles extrêmement interessé par ce sujet, je m'en réjouis !!!

Je vais peut-être te décevoir mais en fait, non, je ne suis pas extrêmement intéressé par le sujet! C'est simplement ce que tu dis dans ton 1er post sur l'induction florale qui m'a interpellé.

Je mets ta phrase en citation et la suite de mon commentaire:

 

Citation

e/ Nous finirons par l'effet le plus important des gibbérélines, c'est à dire l'induction de la floraison. Pour des espèces ayant des exigences photopériodiques ou de vernalisation pour fleurir, la transformation d’un méristème végétatif en méristème floral peut être obtenue dans de nombreux cas par application de gibbérellines.

etc...

Ici, et sur la suite du paragraphe, tu parles d'induire la floraison avec du Ga3. Cela m'a donc interpellé car la seule manière que je connaisse chez le cannabis pour induire la floraison est le passage à une photopériode adéquate. C'est la raison pour laquelle je t'ai demandé des précisions.

Du fait que je ne suis pas sûr que l'on parle de la même chose, je vais te poser ma question différemment:

- Est-il possible d'induire la floraison chez le cannabis grâce au Ga3 sans que la photopériode soit adaptée?

 

Je reviens aussi sur ma 2eme interrogation: la parthénocarpie.

Pour moi, la parthénocarpie, c'est la production de graine sans qu'il y ait fécondation. N'étant pas un spécialiste du sujet, ma définition n'est peut-être pas exacte et si c'est le cas, je veux bien une correction/explication.

Du coup, sur ma supposée définition, mon intérêt pour la parthénocarpie réside en 2 points que je vais formuler sous forme de question:

- chez le cannabis, est-il possible d'obtenir des graines sans fécondation avec du Ga3?

- Et si oui, de telles graines seraient-elles viables?

 

++

 

 

 

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Re,

 

il y a 33 minutes, FranckyVincent a dit:

Est-il possible d'induire la floraison chez le cannabis grâce au Ga3 sans que la photopériode soit adaptée?

 

Oui, il est possible de faire cette opération.

J'en mets vers C+15 en croissance car le GA3 active la mitose cellulaire entre autres.

 Je ne m'en sert pas en flo, c'est une erreur, cela fait tiger les buds.

Oui, cela induit la floraison avant le passage en 12h/12h

 

il y a 33 minutes, FranckyVincent a dit:

chez le cannabis, est-il possible d'obtenir des graines sans fécondation avec du Ga3?

 

Oui, tout à fait possible de faire des graines feminisées grâce au GA3.

Alors, je n'en ai jamais fait. Je passe par une autre voie, dirais-je.

 

Je vais te dire ce que j'ai pu récolter comme info de droite et de gauche.

 

*  Méthode et applications de GA3 précises ( je ne les ai pas );

* J' ai lu un thread qui disait que la méthode était présente sur un célèbre site Yanx, le plus grand-connu .

* Dosage entre 0.30 et 0.50 g/l.

* Pas de sativa, 80% indica minimum des génétiques que tu vas traiter.

 

il y a 33 minutes, FranckyVincent a dit:

Et si oui, de telles graines seraient-elles viables?

 

*  Taux de réussite vers 70 % +/-.

 

Les premières fois cela va être " difficile " je pense, ce n'est pas une molécule anodine.

La méthode au STS me parait plus facile.

En faisant des recherches approfondies tu pourras trouver ton bonheur, ce sera sans aucun doute en anglais.

 

Le GA3 n'est a utiliser qu'avec des seeds regular trés stable génétiquement, c'est le point que tu devras rechercher en premier sur les phénotypes que tu veux grower.

 

Voili, voilou.

 

Pano.

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Re,

 

il y a 40 minutes, Panoramix06 a dit:

Oui, il est possible de faire cette opération.

J'en mets vers C+15 en croissance car le GA3 active la mitose cellulaire entre autres.

 Je ne m'en sert pas en flo, c'est une erreur, cela fait tiger les buds.

Oui, cela induit la floraison avant le passage en 12h/12h

Donc avec du Ga3, tu fais fleurir du cannabis sous une photopériode de 18/6, c'est bien ça?

 

il y a 40 minutes, Panoramix06 a dit:

Oui, tout à fait possible de faire des graines feminisées grâce au GA3.

Je sais très bien qu'on peux faire des féminisée avec du Ga3, j'en ai fait personnellement. Ce n'est pas cela que je te demande! Je parle d'obtenir des graines sans qu'il y ait fécondation car c'est ce que je comprends de la définition de la parthénocarpie.

Voici un copié collé de ce que je demandais:

 

Je reviens aussi sur ma 2eme interrogation: la parthénocarpie.

Pour moi, la parthénocarpie, c'est la production de graine sans qu'il y ait fécondation. N'étant pas un spécialiste du sujet, ma définition n'est peut-être pas exacte et si c'est le cas, je veux bien une correction/explication.

Du coup, sur ma supposée définition, mon intérêt pour la parthénocarpie réside en 2 points que je vais formuler sous forme de question:

- chez le cannabis, est-il possible d'obtenir des graines sans fécondation avec du Ga3?

- Et si oui, de telles graines seraient-elles viables?

 

++

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Re,

 

il y a 21 minutes, FranckyVincent a dit:

Donc avec du Ga3, tu fais fleurir du cannabis sous une photopériode de 18/6, c'est bien ça?

 

Mais non, pas du tout !!!

C'est un INDUCTEUR de floraison. Il "prépare la floraison ", Avant pour nous cannabiculteur le changement de la photopériode.

Il aide à l'induction de la floraison, c'est un plus en faites.

Il n'y a pas si longtemps, des chercheurs ont trouvé ou était synthétisé le GA3 dans la plante., c'est au niveau des racines que le processus de synthétisation du GA3 se produit.

 

Peace.

il y a 21 minutes, FranckyVincent a dit:

Je parle d'obtenir des graines sans qu'il y ait fécondation car c'est ce que je comprends de la définition de la parthénocarpie.

 

OUI c'est possible d'obtenir des seeds avec le GA3 sans fécondation.

 

Plus clair, je ne peux pas être je pense.

 

Peace.

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Re,

 

Ah, voilà on avance!!!

Pour l'induction, ok, j'ai compris, on a pas la même définition... 

 

Il y a 2 heures, Panoramix06 a dit:

OUI c'est possible d'obtenir des seeds avec le GA3 sans fécondation.

 

Sans fécondation = sans présence de fleur mâle = sans pollen = sans pollinisation

On est bien d'accord?

Désolé si j'insiste mais je veux être sûr qu'il n'y ait pas méprise car pour moi un traitement au Ga3 est utilisé justement pour produire du pollen via des fleurs mâle.

 

Si tu me confirmes cela, je vais avoir un nouvel objectif de recherches et de tests!

 

Merci pour ton temps!

++

Edited by FranckyVincent
Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, FranckyVincent a dit:

Sans fécondation = sans présence de fleur mâle = sans pollen = sans pollinisation

On est bien d'accord?

 

Re,

 

Oui, mais là c'est pour une fécondation standard soit XX + XY = XX et XY

Avec le GA3, d'aprés ce que j'ai compris en lisant des articles ( j'ai jamais essayé, j'ai lu que la technique était difficile à réaliser) c'est de traiter UNE FEMELLE en lui faisant produire du pollen XX et la féconder avec SON PROPRE POLLEN.

Je n'ai jamais vu en photo, comment dire, le déroulement de l'opération.

 

Maintenant, à moi de te poser qqles questions, si cela ne te dérange pas, mais il faut bien que l'on soit sur la même longueur d'ondes, donc soyons précis.

Tu m'as bien dis que tu avais fait des seeds au GA3 ? Comment as tu fais techniquement pour en obtenir ?

Es-tu parti d'une femelle ? As-tu sprayer la plante entière ? Des spots, des secondaires ?

Qu'elle dose as tu employée ?

Ton taux de réussite ?

Des hermas sont elles apparues ?

As tu traiter les F2 elle-même au GA3 ? Si oui, qu'elles étaient tes observations ?

 

 

il y a 33 minutes, FranckyVincent a dit:

pour moi un traitement au Ga3 est utilisé justement pour produire du pollen via des fleurs mâle.

 

Je n'ai jamais appris, lu cela.

Je ne suis pas un expert en génétique, mais là partir d'une fleur mâle pour en faire du pollen XX grace au GA3, C' est bien cela ? Scientifiquement je vois pas comment ?

 

Peace.

Link to post
Share on other sites

 

 

 

 

Salut,

 

Il y a 16 heures, Panoramix06 a dit:

Oui, mais là c'est pour une fécondation standard soit XX + XY = XX et XY

Apparemment  pour la parthénocarpie, il n'y a pas de fécondation. Et si il n'y a pas de fécondation, peu importe que les chromosomes sexuels soient XX ou XY.

Du coup, dans ton 1er post je crains que ton exemple de parthénocarpie ne soit pas correct vu que la fécondation y a lieu.

 

Il y a 16 heures, Panoramix06 a dit:

Je n'ai jamais appris, lu cela.

Je ne suis pas un expert en génétique, mais là partir d'une fleur mâle pour en faire du pollen XX grace au GA3, C' est bien cela ? Scientifiquement je vois pas comment ?

 

Tu as mal compris/interprété mes propos. Je parle bien évidemment de fleurs mâle obtenues sur une plante génétiquement femelle.

 

Il y a 16 heures, Panoramix06 a dit:

Maintenant, à moi de te poser qqles questions, si cela ne te dérange pas, mais il faut bien que l'on soit sur la même longueur d'ondes, donc soyons précis.

Tu m'as bien dis que tu avais fait des seeds au GA3 ? Comment as tu fais techniquement pour en obtenir ?

Es-tu parti d'une femelle ? As-tu sprayer la plante entière ? Des spots, des secondaires ?

Qu'elle dose as tu employée ?

Ton taux de réussite ?

Des hermas sont elles apparues ?

As tu traiter les F2 elle-même au GA3 ? Si oui, qu'elles étaient tes observations ?

 

Je viens de regarder les notes que j'avais prises à l'époque (en 2009-2010-2011) et malheureusement elles sont trop sommaires pour que je te réponde avec précisions et de manière complète.

J'avais fait différents tests avec différents protocoles, effectués bien évidemment sur des boutures de plantes femelles.

- Pour un 1er test, j'avais fixé un petit morceau de coton sur une secondaire que j'avais imbibé avec du Ga3 dosé à 1000 ppm. Passage en 12/12 le jour même. Et durée d'application 24h (coton retiré après 24h donc).

Pour le résultat, j'ai juste noté une "apparition de quelques fleurs mâles à partir de J+35". Les boutures provenaient d'une landrace du swaziland.

Je n'ai pas beaucoup plus de détails sur mes notes, mis à part que les fleurs mâles formées, toutes n'étaient pas bien formées et viables mais certaines l'étaient ainsi que le pollen produit.

- pour les autres tests, il s'agissait de pulvérisations à 150 ppm à partir du passage en 12/12 ciblées sur une secondaire. Plusieurs protocoles différents avec des pulvérisations tous les jours ou tous les 2 jours sur des périodes allant de 10 jours à 18 jours.

Et là, pour les résultats je n'ai pas pris de notes, j'ai uniquement quelques photos qui montrent que des fleurs mâles ont bien été produites et visiblement aussi du pollen.

Je n'ai malheureusement aucunes notes ni photos sur la fécondation et les graines.

 

Voilà ce que je peux te dire sur mes essais. Je me souviens qu'à l'époque j'avais fait pas mal de recherche sur le sujet pour trouver des protocoles efficaces. Je m'étais inspiré en partie des travaux de Mohan Ram. On doit pouvoir trouvé des infos avec google "Mohan Ram cannabis studies". J'avais trouvé aussi d'autres études sur le sujet mais je ne me souviens plus les noms des chercheurs. Il doit y a avoir moyen de retrouvé via google.

Ensuite je n'ai pas persévéré avec les réversions au Ga3 car elles impliques trop de contraintes physiologiques. Depuis, je suis passé à l'argent colloïdal.

 

++

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

@FrankyVincentHello !!!

 

Bon, bin j'ai effectuer 4 "clics" pour trouver le dosage exact pour faire des seeds via le GA3 grâce à ton info Oh combien précieuse !!!

Là, en ce moment je suis entrain de réfléchir à quand commencer les pulvérisations, j'en ai une idée, mais je vais rechercher les infos.

Maintenant, j'ai tout compris, tu y étais " presque " dirais-je...

 

Peace.

 

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Re,

 

Merci c'est sympa mais je vais pas avoir besoin de plus d'info car je ne n'utilise plus le Ga3.

D'ailleurs, si tu veux faire des féminisées par réversion sexuelle, je te conseillerai plutôt de te tourner vers des solutions type nitrate d'Argent ou argent colloïdal qui sont bien plus efficaces et simples à utiliser, et qui n'apportent pas les inconvénients morphologiques que le Ga3 amène.

 

++

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 24 minutes, FranckyVincent a dit:

Merci c'est sympa mais je vais pas avoir besoin de plus d'info car je ne n'utilise plus le Ga3.

 

Re,

 

@FranckyVincentC'est comme tu veux, je pense d'aprés tes infos ( merci encore !!! ) à un taux de réussite de 80-90%.

J'ai déjà fait des seeds au STS et j'en fais aussi par une autre voie qui est à des années lumières du GA3 et STS, soit en sur !!!

C'est donc de cela dont tu parlais ?

 

 

Capture d’écran (567).png

 

Peace.

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Re,

 

J'ai pas compris ce que tu voulais que je te confirme en voyant ces photos! Si tu peux préciser ta question?

Et pareil, qu'entends tu par "taux de réussite de 80-9%"? Pour moi, je vois que 2 possibilités: soit ça marche, soit ça marche pas!!

 

++

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, FranckyVincent a dit:

J'ai pas compris ce que tu voulais que je te confirme en voyant ces photos! Si tu peux préciser ta question?

 

Re,

 

Je te demande lorsque tu as fait tes tests, si cela ressemblait à cette photo ?

 

Il y a 1 heure, FranckyVincent a dit:

qu'entends tu par "taux de réussite de 80-9%"? Pour moi, je vois que 2 possibilités: soit ça marche, soit ça marche pas!!

 

Je ne parle pas de la réussite du GA3 en %, je parle du % de "chance" de trouver toutes les infos, quand pulveriser, ou ? etc...

Je pense que je vais faire un essai, car je n'en ai jamais vu de quelque sorte que ce soit.

Je vais donc allé à la pêche aux infos.

 

Voila.

 

 

++ 

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites

Re,

 

Je vais te mettre quelques unes de mes photos. Ce sera plus parlant.

 

Le 1er test en 2009 sur une Jamaïcan Pearl. C'était avec des pulvérisations mais pour celle là j'avais pris aucune note. C'était une première et le résultat n'a pas été terrible car j'avais juste réussi à avoir quelques fleurs mâles et elles n'étaient pas formées complètement, donc pas viable au niveau du pollen.

JP2(31-12-09).thumb.JPG.e05715fc251b79347130adb5b7d3e27a.JPG

 

JP1(31-12-09)-Zoom1.thumb.JPG.94cd78eae2a3711c46215ca579e8a924.JPG

 

 

 

Et là, c'était mon dernier test de réversion au Ga3 en 2011 où le résultat était bon au niveau de l'obtention des fleurs mâles avec du pollen viable. Mais comme tu peux le voir, avec une plante qui s'est tellement étiré qu'il avait fallu que je fasse des boucles avec les branches. C'est le gros gros inconvénient du traitement au Ga3

2010339674_Areverse(01-12-11).thumb.JPG.b4ed75390e0972b3ef31a3b04dda40fa.JPG

 

342830165_Areverse(01-12-11)Zoom.thumb.JPG.3eae0a877a2c88c2bde882e6038d41ba.JPG

 

++

Edit: je viens de vérifier dans mes dossier et pour les 2 dernières photos, la plante avait était traité au Ga3 et à l'argent colloïdal. Et c'est pour cela que les fleurs mâles sont d'aussi bonne qualité.

Pour les plantes traitées uniquement au Ga3, elles ont le même assez au niveau de la structure mais les têtes ne sont pas fournies et ont simplement quelques fleurs mâles très très espacées les unes des autres.

 

Edited by FranckyVincent
  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 45 minutes, FranckyVincent a dit:

traité au Ga3 et à l'argent colloïdal

 

Re²,

 

Tu te souviens des dosages que tu avais mis, j'ai les deux produits ?

Techniquement parlant, tu as procédé comment ? 

 

++.

 

Edit : voila les potentiels "cobayes"...

Capture d’écran (524).png

Edited by Panoramix06
Link to post
Share on other sites