Plaidoyer pour une légalisation contrôlée


Recommended Posts

Si la France pouvait considérer le chanvre comme la vigne...

reprise d'un article de 2003

- L’Hexagone compte aujourd’hui entre 7 et 10 millions de consommateurs de cannabis [1], de tous les milieux sociaux et de tous horizons.

 

- N’importe qui ou presque pouvant se fournir en cannabis aisément. Il convient de cesser l’hypocrisie généralisée, qui nuit gravement à tout le monde.

 

Nicolas Sarkozy manoeuvre pour faire adopter une révision de la loi de 1970 sur les stupéfiants. Le voilà qui propose des contraventions allant jusqu’à 1500 euros (tribunal correctionnel), s’accompagnant de travaux d’intérêt général, et de la confiscation des téléphones mobiles et des scooters pour les mineurs, tandis que le ministère de la Santé et la Mildt proposent des contraventions de 68 à 135 euros, s’accompagnant d’une information médicale et de soins éventuels.

 

- Une solution incomplète, qui choisit de taxer ponctuellement les consommateurs attrapés plutôt que de taxer régulièrement l’ensemble de la consommation.

 

- Une solution boîteuse, laissant le champ libre à l’enrichissement des mafias.

 

- Une solution hypocrite qui ressemble à une dépénalisation ordinaire, comme ne cessent de le rappeler des élus de tous bords [2].

 

Au final, le ministre de l’Intérieur réussit à apparaître répressif alors qu’il ne fait que renoncer à lutter contre l’enrichissement du crime organisé, se contentant de prélever sa dîme sur les usagers [3].

 

La média-démagogie ne suffit pas pour lutter contre le crime organisé...

 

 

Plaidoyer:

 

- Vu qu’une part sans cesse croissante de la population consomme du cannabis [4],

 

- Vu qu’il est loisible pour toute personne motivée pour cela de trouver du cannabis facilement, d’en acquérir et d’en consommer,

 

- Vu que le marché du cannabis en France représente un volume important, en permanente croissance,

 

- Vu que les organes de police et de justice ne disposent pas des moyens nécessaires pour empêcher le marché du cannabis de prospérer [5],

 

- Vu que l’Etat maintient ce marché comme illégal,

 

- Vu qu’en conséquence, le marché du cannabis est tenu par des organisations transnationales de type mafieux,

 

- Vu que les revenus que tirent ces mafias du cannabis sont majeurs, au point de gangréner le système économique mondial [6],

 

Il convient que la France [7] lance un vaste débat national visant à réfléchir sur le principe de légalisation du cannabis [8].

 

Une légalisation contrôlée, raisonnée et pragmatique, par exemple comme le propose le MLC depuis plusieurs années.

 

- Vente interdite aux mineurs

 

- Consommation interdite dans les lieux publics

 

- Vente en pharmacie [9]

 

- Publicité interdite

 

- Taxation maximale [10], avec part bloquée pour la sécurité sociale.

 

Avantages immédiats

 

- Retirer aux filières mafieuses des marchés (et ressources associées) d’envergure

 

- Retirer à tous les dealers, gagne-petits des sus-nommées filières mafieuses, des revenus importants [11].

 

- Faire rentrer dans les caisses publiques de considérables recettes fiscales [12].

 

- Créer des emplois en structurant une filière légale [13].

 

- Libérer les forces de l’ordre des petites tâches, chronophages et coûteuses, liées au cannabis [14].

 

- Eviter aux consommateurs des ennuis judicaires disproportionnés par rapport à l’acte.

 

- Eviter que de nombreuses personnes déconsidèrent leur police et leur justice.

 

- Libérer tous les consommateurs ayant vécu une mauvaise expérience [15] de par leur statut de consommateur.

 

- Sortir de cette navrante conception d’une population soi-disant scindée en "fumeurs" et "non-fumeurs" [16].

 

- Désacraliser le produit, le sortir de son statut illicite, de son aspect transgressif.

 

 

Notes:

[1] A seize ans, un jeune sur deux a déjà consommé du cannabis, et un quart des jeunes en consomment régulièrement selon la Mildt

 

[2] Ainsi Julien Dray, porte-parole du PS a qualifié l’opération "d’hypocrisie qui est choquante" en expliquant avec raison que "ça ne casse pas le trafic, ça va même l’accroitre. Et donc accroître toute la logique mafieuse", notamment dans les quartiers sensibles qui "servent souvent de réservoir de consommation de drogue pour toute la société française". De l’autre bord, le député Jean-Paul Garraud (UMP), spécialiste des drogues, commentait la proposition de Sarkozy ainsi : "Les effets de cette réforme seront contraires à ce qu’on recherche : on aboutira à une dépénalisation de fait".

 

[3] Telle démarche ne légitime-t-elle pas la banalisation de l’usage ? Pourquoi lors ne pas dé-prohiber totalement ?

 

[4] Et a priori si on est suffisamment honnête pour laisser à chaque majeur la liberté de disposer de son propre corps, on accepte l’idée que s’ils en consomment, c’est qu’ils désirent consommer.

 

[5] Les enquêteurs des stups le répètent à l’envi depuis des années : "Dès qu’on abat un réseau de trafiquants, il s’en créé un ailleurs". Selon le ministère de l’Intérieur, seuls 8% des consommateurs ont été condamnés en 2001, contre 30% en 1990.

 

[6] Et géostratégique évidemment, le trafic de drogues, celui des armes qui y est souvent associé et celui des êtres humains qui émerge à son ombre, impactant considérablement l’équilibre politique de la planète...

 

[7] On se focalise ici sur la France, terra domestica, mais en fait il faudrait que l’OMS s’en préoccupe d’abord. La France étant comme beaucop d’autres nations, signataire de la convention de 1961 qui classe le cannabis comme substance interdite à l’échelle mondiale. A ce propos, voir ici .

 

[8] On parle bien ici de légalisation, impliquant une prise en charge étatique de la filière cannabis. Non pas une simple dépénalisation.

 

[9] Pour signifier clairement que le cannabis est une drogue.

 

[10] C’est à dire économiquement parlant : taxer dans la limite où on ne déclenche pas les seuils de rentabilité pour les marchés clandestins.

 

[11] Mais aussi leur statut de dealer, de leur position sociale associée...

 

[12] Que l’Etat pourrait utiliser pour la prise en charge des vieillards, contre les incendies de forêts, la réduction des déficits publics ou des nationalisations, selon la couleur du gouvernement...

 

[13] Ainsi il est envisageable que le France signe une convention bilatérale avec le royaume du Maroc, qui fournit actuellement 70% du marché français environ, et qui pourrait tirer profit des revenus du cannabis pour son développement. En complément, une filière nationale pourrait être mise en place efficacement. La France est déjà prête pour ce défi réalisable sous la houlette du ministère de l’Agriculture, avec des structures établies et expérimentées comme Altadis , le CIRC , le MLC ... Un montage sous forme de délégation de service public (PPP) pourrait permettre de motiver les plus entrepreneurs des consommateurs de cannabis pour une prise en charge de la filière nationale. De vastes zones telles les Landes pourraient être cultivées...

 

[14] Se concentrant ainsi sur l’éradication des réseaux illicites qui décideraient de mener des contre-offensives commerciales...

 

[15] Du type agression, vol, privation de liberté, bavure policière, etc.

 

[16] En permettant une meilleure intégration sociale des consommateurs au sein de non-consommateurs et des non-consommateurs au sein de consommateurs.

 

Cet article est bien entendu ouvert à toute critique constructive...

Merci

MrPolo

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Merci pour votre plaidoirie (ou plaidoyer) maître.

Je suis assez d'accord sur la majorité des points que tu évoques. Celui concernant la vente en pharmacie me laisse un peu perplexe.

Je ne sais pas s'il s'agit d'une spécificité locale (j'habite en DOM) mais ici les pharmaciens se font souvent braquer par de jeunes fous furieux pour l'obtention de divers médicaments aux effets psychotropes (qu'ils mélangent ensuite à l'alcool). Si les officines se mettent à vendre du cannabis sous sa forme la plus naturelle c'est la porte ouverte à une délinquance accrue. Ce qui serait contradictoire avec quelques objectifs de la légalisation contrôlée.

 

Cordialement.

Link to post
Share on other sites

Salut evergreen

On ne m'a plus appelé maitre depuis que j'ai passé ma maitrise de chimie ;-) mais ça fait plaisir... :-)

 

Bonjour' date='

La vente en pharmacie me laisse un peu perplexe.

 

Je ne sais pas s'il s'agit d'une spécificité locale (j'habite en DOM) mais ici les pharmaciens se font souvent braquer par de jeunes fous furieux pour l'obtention de divers médicaments aux effets psychotropes (qu'ils mélangent ensuite à l'alcool). Si les officines se mettent à vendre du cannabis sous sa forme la plus naturelle c'est la porte ouverte à une délinquance accrue. Ce qui serait contradictoire avec quelques objectifs de la légalisation contrôlée.

 

Cordialement.[/quote']

Effectivement ce genre de chose se voit en métropole, j'en sais quelque chose ma maman étant pharmacienne, cependant c'est là un fait assez marginal et les stupéfiants du tableau B tels les dérivés morphiniques etc... ne sont accessible que sur ordonnance et leur délivrance est très controllée.

 

Les propositions concernant la vente de cannabis sont tout autres, il n'est pas là question de prescriptions médicales mais de vente libre avec conseils de prudence sur son emploi.

Qui plus est le prix serait significativement inférieur à celui du marché noir actuel pour juguler les profits illicites, l'interêt du braquage pour le cannabis est donc ridicule par rapport à celui du tiroir caisse par exemple...

 

Pourquoi pas en bureaux de tabac?

 

Les buralistes n'ont pas de formation médicale, en outre, en métropole on braque les livreurs de tabac et buralistes pour faucher les cartouches tellement les prix ont montés pour enrayer la consommation sans se contenter des interdictions dans les lieux publics clos,et on assiste naturellement à une recrudescence du marché noir de clopes!

 

Les pharmaciens sont dépositaires de nombreuses substances dangeureuse, leurs métier est de les connaitre et de les délivrer même dans un hopital c'est un pharmacien qui les délivres aux médecins et infirmières. il faut donc mieux sécuriser les officines dans les DOM si les braquages sont si courants...

 

Merci de ton interêt

Amicalement

++

Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Le problème si le Cannabis est distribué en pharmacie,c'est qu'à plus ou moins court terme,

la production risque de devenir l'apanage des sociétés pharmaceutiques.

Celles-ci préféreront aussi produire et vendre un produit stable et "clean",

ce qui veut dire pas de l'herbe mais un extrait ou un produit de synthèse.

Et avant d'avoir du cannabis générique...

 

Je préférerai des officines gérées par l'état, en liaison directe avec les cultivateurs locaux !

Mais je rêve là :-)

 

Peace

Link to post
Share on other sites

ami Phonosynthese bonjour...

là je ne suis absolument pas d'accord

Les pharmaciens ont la liberté de choisir leurs sources d'approvisionnement, c'est une profesion libérale

 

De plus ta façon de présenter la chose tant à confinner le cannabis à un statut de médicament rigide dans sa formulation, ce qui n'est pas le cas de la proposition.

un produit stable et "clean" ne veut pas dire une seule variété à un seul taux ou une seule saveur :-(

Le principe des controles qualité obligatoire pour chaque producteur certifie que le produit naturel n'est pas coupé, ni une variété textile...

 

Si monsieur, de l'herbe justement, car la résine pousse à consommer du tabac avec...

 

Quand aux produits dérivés utilisés de manière thérapeuthiques, les gens qui auront étudiés et conçus un style de "médicament" tels un spray ou autre pourront le commercialiser sous une marque qui leur appartient.

là je n'y vois pas d'inconvénient, l'herbe restant disponible et le produit de leur conception avec tous les additifs qu'ils y mettrons est une chose différente!

 

>;-)

 

L'interêt est d'avoir une traçabilité et un controle de la qualité et des taux des cannabinoïdes principaux entre les producteurs et les distributeurs avertis!

Il n'y à pas de nécessité d' uniformisation!

Bien des produits (exemple paracétamol) sont disponibles à plusieurs dosages et chez plusieurs fabricants...

Il n'est pas nécessaire je pense de créer des fonctionnaires de la distribution d' herbe de cannabis

 

Merci de cette question

++

mrpolo

Link to post
Share on other sites

Re,

 

Je ne donnais pas ma propre opinion :-D

Mais j' essayais d'expliquer ce à quoi cette belle idée pourrait amener...

Et l'avis des professionels de la santé tu en fais quoi ? :-)

Si le cannabis devait se vendre en pharmacie, ce serait sur ordonnance, non ?

Donc:

Production légale -> prescription médicale -> dosage précis

-> nécessité d'un taux de THC-THCV-CBN-CBD stable

Ce qui est rarement le cas...

 

Je pense que la seule solution valable est la légalisation de la culture à fins personelles.

1m2 / 1000w maximum par ménage ou 3 plants d'extérieur toléré et production par l'état.

Il faut rester réaliste :-(

 

Je vois que tu rêves aussi...c'est beau, on en a besoin ;-)

 

 

Peace

Link to post
Share on other sites

Salut,

 

simplement pour dire que :

 

Si le cannabis devait se vendre en pharmacie, ce serait sur ordonnance, non ?

Ca ce fait deja dans d'autre pays.

 

Et l'avis des professionels de la santé tu en fais quoi ?

en allemagne y ont ouvert une clinic avec traitement par vaporizer seulement et il ont de bon résultat, beaucoup mieux que toutes les autres clinic et sans médoc, alors que demande le peuple ....

 

Mais bon du moment que je peut cultiver chez moi sans être emmerder même si y me dise de rien sortir de chez moi, comme ça aucun risque de deal, bein ça me va largement.

 

Je veut fumer mon pétard le soir dans mon canapé tranquille en regardant "un dos tres" (non je rigole) sans avoir peur que ça sentent trop fort et que les voisin me grille et surtout la police, c'est tout.

 

Parce que être traiter comme un violeur parce qu'on fume un joint le soir, c'est chaud quand même ce monde de merde.

 

A+ cannabiquement l'oncle sam

Link to post
Share on other sites

je ne veux en aucun cas casser le delire, mais le cannabis nest qu une grosse histoire de fric et on le sait tous

la seul solution : avoir une machine a remonté le temps.

Parce que a cette heure si, si vous navez pas une rentré dargent mensuel avec cinq zero minimum qui suive, ba on vous ecoutera jamais, sa la toujours été.

Sinon pour ce qui est du canna e pharmacie, perso chez moi il enleverai la croi vert et mettrai un signe COFFEE a la place, et quelqu un qui voudrai avec son doliprane, BA IL DEVRA ATTENDRE DES HEURES, imaginé le chekpoint en pharmacie!

 

Désolé de faire revenir dans le monde de merde et de pognon dans le quel on vie : seul solution : changé de pays, cest ce que attend letat et leur dirigant, il veule juste gardé leur pognons.

 

sorry pour les fautes,et sorry pour mon opignon

a+ tout le monde et la route devra ou devrai etre TRES TRES TRES TRES TRES TRES TRES LONGUE maintenant.

Link to post
Share on other sites

Re les amis

Merci encore pour ce débat qui me plait beaucoup entre deux ploufs en piscine (il fait chaud par chez moi!!)

 

Phonosynthese,

Si le cannabis devait se vendre en pharmacie, ce serait sur ordonnance, non ?

Donc:

Production légale -> prescription médicale -> dosage précis

Quand je vais acheter de l'aspirine il me faut une ordonnance????? non

 

Ou as tu vu que production légale implique prescription médicale :-(

 

Le dosage de l'aspirine est unique? non : 150, 300, 500, 1000 mg

 

Oncle sam, quand on fais des boutures, il me semble que l'on à des clones donc les taux ne devraient pas varier significativement

 

Il suffit de trier les lots achtés aux producteurs et tester puis regrouper par catégories de taux ces lots avant commercialisation d'ou création d'emplois

 

Si l'on adopte une législation de légalisation sans dépénalisation de l'abus (au volant par exemple) les professionnels de santé auront un role de conseil et pas de limiteur cela parait évident...

 

:-) :-) Je rève à cette utopie et je milite aussi pour!

La sphère privée devrait rester privée sans contraintes, les gens ayant le droit d'être responsables... perso en in je suis à 1600w alors contre une limitation, je paye mon électricité et l'utilise pour moi!

Quand à fumer tranquille sur mon canap devant un film,le cannabis présente des dangers, en soi, ce n’est pas une bonne chose, mais qu’après tout, c’est une liberté individuelle et que, par conséquent, on peut se demander pourquoi on n’autoriserait pas celui qui voudrait fumer chez lui sans ennuyer personne de le faire...

 

Quand à cultiver soi même, si cela revient moins cher que le produit légal vendu pourquoi pas, j'ai bien des légumes dans le jardin mais pour les engrais et autres produits il faut un budget... et le but restant de casser le marché parrallèle le prix devrait être bas!

Qu'en est il aussi des gens en immeubles qui n'ont pas forcemment la place.......

 

Seth voyons ;-)

Changer de pays c'est admettre que l'on ne peut pas changer le notre, et se faire accepter ailleur ce n'est pas gagner pour tout le monde

Il faudra du temps mais les mentalités changeront........

 

cordialement

++

Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Oncle sam, quand on fais des boutures, il me semble que l'on à des clones donc les taux ne devraient pas varier significativement

 

Ouais et alors, je suis d'accord avec toi. Si tu est aussi contre les gens qui sont avec toi tu est mal parti pour ta révolution. lol

 

A+ cannabiquement l'oncle sam

 

PS : Ici tout le monde donne ses idées mais c'est pas à nous qui faut dire ça, on sera avec vous, vous avez tous des idées mais personne ne se bouge jamais. Alors c'est bien ce que tu fait mais bon. C'est comme les vieux qui refont le monde dans un café et y se demande pourquoi rien ne bouge, bizarre.

Link to post
Share on other sites

Hola hola

Désolé tonton de t'avoir donné l'impression d'être "contre" toi, je pensait simplement corriger une idée pardon encore...

Je pose des articles de ce genre sur quelques forums comme france 2 ou le monde... hélas ma position sociale ne me donne pas l'écoute que jaimerai avoir, elle ne dépasse pas ma commune ou les gens conservateurs me trouvent un poil subversif!

 

Peut être un jour à mon procès ;-) si il est médiatisé mais franchement je m'en passerai volontier

Ne m'en veut pas

 

amicalement

++

Link to post
Share on other sites

J'aime bien tes idée (vu qu'on à les meme comme beaucoup d'autres). Cependant :

 

Pourquoi parler de vente en pharmacie, je pense plus que les cofee comme asterdam est une idée bien plus interessante :

 

Parce que ça créerais un nouveau secteur et plein de nouveau emploi (pourquoi pas essayé d'incarcérer les anciens delear dans un monde légal ? je parle pas des Pablo Escobar Français mais ceux qui font sa car il ne savent faire que sa ? je dis pas que tous son habilité, mais certain pourraient trés bien être employé tous simplement... un mec qu'est capable de te vendre du tcherno en te disant c'est du bon, il peut trés bien te conseillé une purple comme une bête de variétés pour écouler le stock qui vieillit tous comme un vendeur de poisson peut t'écouler un stock du filet de colin en le comparant à du saumon avant qu'ils ne moisissent... ).

 

Pour les pharmacies pourquoi pas pour l'usage thérapeutique, des variétés certifié avec l'origine, les effet etc...

 

Aprés règlementé à 5-8g par personnes dans les cofees est plutôt pas mal.

Pour les pharmacie vu qu'il y a ordonnance cela dépendrai du médecin, cela permettrais un suivit médical du patient assuré.

 

Pour l'age je pense que 16 ans est plus judicieux que 18 : pourquoi simplement parce qu'il ne faut pas que le marché noir ne concerne que les mineurs : c'est eux les premiers à protéger, il faudra faire de la prévention et non de la répression.....

 

Je pense que les cofee devrait être libre du prix du gramme selon la variétés, le producteur, les récompense si elle provient du récolte de championne confirmé etc........ imaginez si ont vendais du st emillion comme du pinard franxprix ou si on vendais du Moet comme du mousseux auchant loool.... les viticulteurs ferais la gueules (et je dis pas sa parce que je rêve qu'un jours le marché ce créer et que je puisse me lancée dans la prod et les cross (pas envi de cofee, te faire raquette par la mafia et te faire braqer bof loool)

 

Mais la qualité devra etre controlé, et les cofees ne pourront pas te vendre de la white skunk sous l'appellation WHite russian. Car un mec qui ne connais pas trop, fera pas vraiment la diff alors que si il étais chez un concessionnaire qu'on lui vendais une lada au prix d'un Porshe cayenne ont trouverais sa honteux....

 

Aprés l'état aurais beaucoup a gagner, Amsterdam autrefois c'était : tulipe/fromage, aujourd'hui c'est Ganja/taintain (meme si je suis pas consommateur de prostitué,e pense que limite les maison close sont plus importante que les cofee, car ça cassera la mafia de "chair humaine" et elle serais protège.... mais pas envi de faire un roman dessu lool). On serait les numéros 1 sur le marchés, on ferais les plus grosses cannabis cup etc.....

 

Pas le tant de mettre mes autres idée je complèterais ce soir....

Link to post
Share on other sites

Personnellement je serai plus pour un système asociatif de type Cannabis Social Club.

 

Sinon, la vente en pharmacie pour l'usage récréatif je suis pas trop pour non plus.

Selon moi la pharmacie doit rester un lieu on l'on trouve de quoi "se soigner" (bon ok ya plein d'autres trucs dans une pharmacie mais on va pas comparer des produits de soin du corps avec le cannabis...), et je pense aussi que pour l'usage thérapeutique une certaine standardisation du "produit" devrait être faite.

 

 

En fait je pense que pour que les choses avancent l'ensemble des associations francaises devrait se regrouper ( faire un grennelle du cannabis ;-)) et faire un projet commun qui servirait de référence.

Et par projet j'entends un truc super complet.

Avec des prévisions économiques précises (budget, retombées économiques, revenus en fonction de la taxe appliquée etc...)

Et également en partenariat avec des juristes qui pourraient carrément prévoir un texte de loi avec tous les documents annexes.

 

Bref un texte carré qui servirait de référence et qui serait prêt à être déposé sur le bureau de l'assemblée en cas d'évolution de l'opinion public.

 

ciaO

Link to post
Share on other sites

Salut...

 

+1 Ashoka

Selon moi la pharmacie doit rester un lieu on l'on trouve de quoi "se soigner" (bon ok ya plein d'autres trucs dans une pharmacie mais on va pas comparer des produits de soin du corps avec le cannabis...)

 

Les pharmaciens ne sont pas plus appréciés que comme distributeurs de capotes ;-)

Quelque soit le débitant de marie-jeanne, il lui faudra pouvoir renseigner les gens au niveau du produit et des conséquences selon les modes de consommation...

 

Bref pour passer à un autre point, ll faudrait un seuil de dangerosité sérieux...

je remercie ici Yome pour son lien sur la commission d'enquète du sénat...

 

Le seuil légal de positivité au cannabis a été fixé à 1 ng/ml par un arrêté du 5 septembre 2001.

 

Ainsi que l'a indiqué le docteur Patrick Mura lors de son audition par la commission d'enquête, lorsqu'on inhale un « joint », les concentrations sanguines montent très rapidement, pour atteindre leur paroxysme quelques dizaines de secondes après la fin du « joint », avant de diminuer assez rapidement, alors même que les effets commencent à apparaître. Il y a donc un décalage entre les effets et les concentrations sanguines. Le cannabis étant un produit très lipophile et attiré par les graisses, principalement du cerveau, il disparaît rapidement du sang. Par conséquent, lorsqu'il y a présence de principe actif dans le sang, le sujet est sous influence, la fenêtre de détection dans le sang étant inférieure à celle des effets.

Le rapport de l'INSERM, rappelant que le niveau de delta 9-THC dans le sang chutait rapidement, soulignait d'ailleurs que le délai entre l'accident et le prélèvement conditionnait fortement le résultat et qu'il devait donc être le plus court possible.

 

Un jeune avait provoqué un accident mortel de la circulation et il avait été détecté positif au cannabis avec 3,5 ng/ml dans le sang. M. Kintz, l’un des experts qui ont servi de base à cette loi, affirmait qu’il était hors d’état de conduire un véhicule. Or il faut savoir que ces 3,5 ng/ml (je précise que le nanogramme est un milliardième de gramme) correspondent à quelque chose d’infinitésimal et que le jeune homme en question a avoué au tribunal qu’il avait fumé vingt jours plus tôt. On l’avait détecté tout simplement parce que le cannabis se fixe dans les graisses et peut être détecté deux mois, voire plus, après sa consommation.

 

Maître Francis Caballero, président du Mouvement de légalisation contrôlée, a quant à lui récusé devant la commission d'enquête ces arguments et le seuil légal de 1ng/ml, en arguant du fait que le cannabis était également un produit dopant et qu'un champion automobile tchèque le champion de Formule 3000, Tomas Enge, en 2003, a perdu sa couronne de meilleur conducteur de Formule 3000 parce qu’il a été détecté positif au grand prix de Tchéquie avec 150 ng/ml de cannabis dans le sang...

 

En outre, il a évoqué une étude faite conjointement par la France, la Belgique et les Pays-Bas, fixant le taux d'ivresse cannabique entre 40.000 et 300.000 ng/ml de THC.

Alors que la France dispose d'un dispositif très complet de répression de la conduite sous l'influence de l'alcool, elle était l'un des rares pays en Europe à ne pas disposer d'une législation spécifique relative à la conduite sous l'influence des stupéfiants

L'étude réalisée en octobre 2001 par la division des études de la législation comparée du Sénat indique ainsi que si la loi belge est la seule à avoir fixé des seuils, toutes les législations prévoient des analyses biologiques, les contrôles pouvant être inopinés en Allemagne, en Belgique et en Espagne. Dans les pays où le permis de conduire n'est délivré que pour quelques années (Espagne, Italie et Pays-Bas), la toxicomanie constitue l'un des motifs empêchant le renouvellement du permis de conduire. En Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas, la police peut, lorsqu'elle a des doutes sur l'aptitude d'un conducteur, déclencher une procédure de contrôle qui peut entraîner un retrait, provisoire ou définitif, du permis de conduire. De même, une directive communautaire du 29 juillet 1991 définissant les conditions minimales de délivrance du permis de conduire précise que « le permis de conduire ne doit être ni délivré ni renouvelé à tout candidat ou conducteur en état de dépendance vis-à-vis de substances à action psychotrope ou qui, sans être dépendant, en abuse régulièrement ».

Bien a vous amis weedeurs

Mrpolo

Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

Bonjour à tous.

 

Je suis nouveau sur ce forum que j'ai découvert par hasard. Je ne consomme, comme drogues, que du tabac (15-20 cig/j) et un peu d'alcool occasionnellement. Néanmoins, le débat sur les drogues actuellement illicites m'intéresse au plus haut point, pour plusieurs raisons sur lesquelles je reviendrai.

 

Tout d'abord, mr-polo, merci pour cet intéressant (mais à mon sens inachevé) post.

 

Personnellement, je suis pour une légalisation contrôlée... de toutes les drogues, et pas seulement du cannabis. Les raisons en sont sûrement différentes de celles des consommateurs de ganja, mais j'ai la faiblesse de croire en mes idées.

 

Je ne débattrai pas ici sur l'intérêt ou non de fumer des joints : chacun voit midi à sa porte, et tant mieux.

 

Mais d'abord, faisons un état des lieux de la législation sur les drogues : en France en tout cas, on n'en est pas à 2 poids, 2 mesures, mais 3 poids, 3 mesures :

 

1°) les drogues légales, monopole d'Etat

2°) les drogues illégales

3°) les drogues sur ordonnance

 

Les conséquences en sont dès lors évidentes : qui dit illégal dit trafic, mafias, corruption, délinquance, insécurité. Et les exemples historiques sont légion (Cf par exemple la prohibition sur l'alcool aux USA au début du XX° siècle).

 

Je propose donc d'harmoniser la législation. Notez bien que je parle de législation, et non de dépénalisation.

 

Va t'on tout interdire ? Ma foi, si l'on veut plus de corruption, d'insécurité, etc..., c'est la bonne décision.

 

Va t'on tout mettre sur ordonnance ? Bah, c'est possible, mais ça risque d'être lourd à gérer, et on n'a pas fini de reparler du trou de la sécu.

 

Reste donc une seule solution, et c'est là que le débat prend forme : comment tout légaliser, sans trop de "casse" ? Je choisis la voie de la responsabilisation des individus, via une information intensive et de qualité de la population sur toutes les drogues existantes. Nous avons les outils pour cela : écoles, télévision, panneaux d'affichage, magazines, etc...

 

Après un temps d'information suffisant (qui reste à définir, je ne suis pas un pro de l'éducation), on légalise, c-à-d, l'Etat devient dealer officiel, tout comme pour le tabac, l'alcool et le café.

 

Pour autant, en ce qui concerne les conséquences néfastes de la consommation de psychotropes sur la vie d'autrui, je suis partisan d'une pénalisation renforcée (genre 30 ans de prison au conducteur défoncé qui tue un innocent au volant de sa voiture).

 

Ne légaliser que le cannabis serait à mes yeux la pire des erreurs : cela transformerait illico les dealers de shit en dealers de coke, crack, héro ou ecsta. Et donc, on observerait à coup sûr une augmentation de la consommation de ces produits.

 

Voilà, merci de m'avoir lu ; j'ai essayé de faire compact, mais si vous avez des questions, je suis à votre disposition pour en débattre.

Link to post
Share on other sites

Alors, pour donner mon point de vue : entièrement d'accord avec ce que dit mr polo, cad légalisation + droit à l'autoproduction, pour diverses raisons (tiens, c'est marrant, je fais des rimes sans m'en rendre compte^^) : -diminution des risques sanitaires (herbe coupé au verre, shit coupé à l'huile de vidange (eh oui, tout le monde ne peut pas s'autoproduire...)),-création d'emplois (cannabiculteurs professionnels travaillant au service de l'état, coffe-shop (je suis contre le système de vente en pharmacie, imaginez vous le bordel, sauf pour du cannabis médical),...),... -éviter la "marginalisation" des consommateurs, -6 millions 300.000 consommateurs en France d'après les sondages, sa représente quand même une grosse part de la population française (environ 10% je crois), -éviter l'enrichissement des mafias et autres dealers de me*de qui coupe leur herbe avec du verre...

 

Ensuite, je suis pour une dépenalisation (mais pas légalisation) de toutes les autres drogues actuellemnt illicites, car selon moi,si un mec se shoute à l'hero ou à la coke, ou autres saloperies diverses, c'est qu'il doit déjà avoir un certain "mal-être", certains problèmes dont il ne voit pas d'issue, sauf celle de se shouter pour "oublier" ces problèmes, alors pourquoi lui en crée d'autres avec la répression, la police,...

 

Et aussi, dernièrement, je suis pour la légalisation de la prostitution, je sais que celà risque d'en choquer certains, mais la prostitution est un peu comme l'agriculture, le "plus vieux métier du monde", il existera toujours, donc je suis pour sa légalisation non pour moi (je parie qu'il y en a qui ont pensé à sa, n'est-ce pas?), mais déjà pour lutter contre les mafias, mais aussi pour que ces pauvres filles sur le trottoir aient un "métier" "décent", et reconnu par la société.

 

Peace, love, unity

Link to post
Share on other sites

Il est évident qu'il faut ouvrir des maisons closes.

 

Concernant les accros aux divers psychotropes, je laisse la prise en charge de leur problématique personnelle aux professionnels, professionnels qui seraient rémunérés de fait par les bénéfices réalisés par l'Etat sur la vente des psychotropes.

 

Je crois qu'on ne s'est pas compris sur la "pénalisation". En effet, si je propose une légalisation, il va de soi que le corrolaire est de dépénaliser l'usage de psychotropes, mais pas n'importe comment. Je pense qu'il est important de "protéger" la voie publique qui appartient à tous. Que l'on puisse, en toute impunité, au nom de la liberté, se droguer chez soi ou dans des lieux définis est une chose que je défends ; mais je ne souhaite pas que nos enfants puissent assister dans la rue au spectacle d'un alcoolique ou d'un héroïnomane en train de se droguer. D'autre part, je condamne sans réserve et durement les conséquences sur autrui de l'abus de drogues psychotropes : alcoolique battant femme et enfants, "shooté" provoquant des accidents au volant de son véhicule.

 

En clair, je préconise la responsabilisation des individus.

 

Nous n'éviterons pas tous les accidents, mais je trouve inadmissible de prendre le volant d'une voiture, alors que l'on est sous l'emprise d'un psychotrope quelconque.

Link to post
Share on other sites