fanfan_la_tulipe

CannaWeedeur
  • Content Count

    1256
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

16 Ptite graine

About fanfan_la_tulipe

  • Rank
    Amoureux de CannaWeed

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. saloute ok, bon seedeglace : j'ai enqueter sur les virus. d’après tout ce que j'ai lu ou vu ca ne ressemble en rien a mon soucis. finalement ce qui est le plus proche, ce sont les plants de canna albinos! ^^ j'ai surtout inspecté 2 virus : celui dont tu m'as parlé , le virus TSWV ou virus de la maladie bronzée de la tomate. et le virus de la mozaique du tabac. ca n'est vraiment pas concluant. de plus mon pied de tomate est bien en pleine forme. et puis si je réajuste mon ph c'est qu'il est plutot basique ici. 7+ a peu pres. vous me dite de ne pas le corriger? ok. ce serra fait. ensuite croquemou: je vais suivre tes sages remarques. ce qui m'amene a oïlo : substrat trop haut donc. tu veux bien dire trop riche? si c'est ca je vais partir de ce postulat bien que ce jaunissement ne ressemble pas aux brulures d'engrais. je suppose que la richesse de mon substrat n'agit pas comme un arrosage a l'engrais. c'est vrai que les parties vertes sont tres foncés. tu me parlais de rempotage. mais forcement il ne faudrait pas utiliser la meme terre enrichie. etant loin d'un growshop (100 bornes), puis je trouver une terre light chez magasin du coin? désolé d’être si pointilleux mais je n'ai pas votre expérience. j’apprends. merci.
  2. slt. eh ben si c'est ca je suis foutu. je viens de lire qu'il n'y avais pas de traitement connu. si je pouvais avoir d'autres avis svp. ou des infos sur ce virus. edit : ok je viens de trouver d'autres infos. ce virus touche principalement les tomates et salades. et justement mes plants ont ete en contacte proche avec un plan de tomate (comme je le disais plus haut) qui est maintenant en terre dans le jardin. par contre ce plant ne semble pas touché du tout! je l'inspecterai a la loupe demain mais je viens de voir quelques photos et c'est assez clair.
  3. slt oïlo, ton message me laisse un peu dubitatif... autant ta remarque sur le vinaigre me parait prudente (mais par quoi puis je le remplacer?), meme si j'ai souvent fait cela et depuis longtemps. autant celle sur le substrat trop riche m'etonne. avant l'attaque des thrips elles etaient en pleine forme. aucuns signe de brulures a l'engrais (erreurs que j'ai deja commise il y a longtemps). aucun signe de brulure non plus sur mes photos... en tout cas merci de votre interet.
  4. saloute. le rempotage, j'y pense deja depuis un moment. j'esperais attendre jusqu'a la declaration du sexage mais avec ce probleme de chlorose, ca va probablement etre necessaire. quand a l'epuisement du substrat je m'y attendais un peu. mais je connais bien les carences en azote et cela n'y ressemble pas. cela touche d'abord les vieilles feuilles. dans le doute j'ai ajouté sur l'une des plante un de mes vieille engrais azoté (que j'ai testé sur un pied de tomates). pas de changement. pour l'arrosage je me sers bien de coupelles. et je pense que malgres de petites erreurs de surrarosage au debut (un grand classique dans les erreurs commises) je me suis correctement reglé. bon dernière nouvelle. ca fais une heure que j'aide une voisine dans son jardin et j'ai réussi a lui emprunter son portable! je vais éditer mon 1er post en y ajoutant des photos! j'etais tres etonné qu'elle en ait un, de smartphone...
  5. saloute. j'etais malheureusement sur de cette reponse. c'est tellement plus facile de juger d'apres une bonne photo. parfois juste un coup d'oeil permet de se rendre compte a coup sur du probleme. j'en ai cherché sur le net pour vous montrer mais je n'ais rien trouvé de semblable. et cela m'etonne. ca ne ressemble pas a une carence d'azote, ni de fer ou zinc. et je n'ai ni, apn, ni portable. d'ou ma description detaillée (qui n'a rien d'imaginaire je te l'assure), et comme je suis nouveau ds la region je ne connais personne pouvant me pretter un apn. oui c moche.
  6. Bonjour a tous. Je cultive pour la 1ere fois en outdoor. mes expériences passées étaient en indoor. Ne pouvant fournir de photos (et croyez que je le regrette bien), je vais être le plus descriptif possible sur les symptômes. La chlorose apicale est sévère, presque blanche et part de l’intérieure des jeunes feuilles. touchant d'abord les nervures sur les feuilles plus développées. le contraste entre ce jaune clair et le vert foncé de la plante est assez net. pas ou peu de dégradé de couleurs. les toutes nouvelles et petites feuilles sont directement presque entièrement jaune clair. La croissance semble bien entendu ralentie. Maintenant un petit historique car cela pourrait être un début de cause a effet : il y a 10 jours j'ai constaté une attaque d'insectes. des thrips selon mon analyse après recherche (taches argentées sur le dessus des feuilles, ) mais aussi de pucerons verts (la je suis moins sure). j'ai d'abord nettoyé a la mains mais je me suis ensuite plongé dans votre forum. j'ai fini par décider d'appliquer une recette de grand mère lu sur plusieurs topics ! aie! : 30 cl d'eau du robinet (ph 7), une cuillere a café de jus de citron (pulco), une cuillere a café dh'uile d'olive, et quelques gouttes de produit vaisselle. on remue bien et on pulvérise généreusement, même sur le dessous des feuilles. on réitère 4 heures plus tard mais a l'eau, pour rincer la plante. résultat, plus du tout de bébêtes et des feuilles bien brillantes. mais apparition 2 jours plus tard de la chlorose! et m... hier en désespoir de cause, et comme y avais besoin, j'ai arrosé copieusement en espérant rincer un peu tout ça. Voila ou j'en suis. j'ai carrément épluché le forum et j'ai, je crois, franchement besoin de l'aide des cannaweedeurs. Fanfan PS : j'ai effectué depuis un mois de nombreuses tailles apicales. multipliant donc les apex. et aussi je précise la qualité de mon eau : moitie déminéralisée et robinet. je corrige au vinaigre de vin et j’analyse le ph avec un produit chimique venant du grow shop. 3 gouttes de reactif et on compare la couleur. mon ph semble donc bon. miracle j'ai des photos!
  7. Édit modération : Un p'tit bonjour/au revoir, non? C'est moi ou ce topic est mort? y a plus de cinéphiles sur cw?
  8. Introduction Ceci est un abrégé, un point sur les caractéristiques principales de la lumière artificielle pour l'horticulture, destiné au cannabiculteur débutant. Beaucoup de détails ne sont pas développés comme la photosynthèse ou les différents types de lampes (que vous retrouverez dans d'autres guides éclairage). La lumière désigne les ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 0,38 à 0,78 microns (380 nm à 780 nm ; le symbole nm désigne le nanomètre). 1. La densité lumineuse Ou l'intensité lumineuse, c'est le lumen. Toujours indiqué sur les boites d'ampoules. C'est la norme en France. Au départ, le lumen vient de l’époque où l’électricité n'existait pas. Il fallait des bougies pour s'éclairer, et surtout pour pouvoir lire la nuit. Référence: 1 lumen = 1pied chandelle ou l'intensité d'1 bougie sur 1 pied carré blanc à 1 pied de distance 1 pied = 30.48 cm Pour indication, le lux c'est la même chose mais au mètre carré à 1 mètre de distance. 1 lumen = (approximativement) 10 lux.. On mesure les lumens avec un photomètre. L'intensité lumineuse diminue ou augmente avec les distances. Voici un dessin représentant cela : L'éclairage prenant la forme d'un cône, cela signifie que: - plus les lampes seront proches, moins la surface éclairée sera importante mais l'intensité lumineuse sera plus élevée - plus les lampes seront éloignées, plus la surface éclairée sera importante mais l'intensité sera aussi grandement diminuée Malheureusement, certaines ampoules (HPS, MH) produisent beaucoup de chaleur. Il faut donc faire attention car on peut "brûler" les plantes. D'autres lampes produisent moins de chaleur (mg, néons, écos, leds), mais doivent être très proches des plantes pour un rendement maximal. 2. La couleur ou température de la lumière La petite histoire En analysant le spectre émis par un corps noir, représentant une source thermique idéale, on constate que c'est vers une température de 5500 Kelvin que ce dernier émet approximativement la même quantité d'énergie dans toutes les longueurs d'onde. Par comparaison avec un corps noir, on peut également assigner à toutes les sources thermiques une valeur de température de couleur, exprimée en Kelvin, qui précise la répartition spectrale des sources thermiques. Les sources dont la température de couleur est inférieure à 5500 K ont une tendance jaunâtre, et inversement, les sources de température de couleur supérieure à 5500 K sont bleuâtres. ] Nota bene: Paradoxalement, plus une lumière est "froide", plus sa température de couleur est élevée. Appliqué à l'horticulture Pour reproduire au mieux le cycle des saisons artificiellement nous devons connaitre la couleur de la lumière. Au printemps et pendant toute la période axée autour du solstice d'été, le soleil est haut dans le ciel et éclaire longtemps. Pendant cette période, la couleur de la lumière, peu filtrée par l'atmosphère de par son angle, est plutôt bleue, autour de 6000°K et jusqu'à 10000°K quand le ciel est nuageux. La plante germe, croît, grandit sous ce spectre adapté. Quand l'automne arrive, les jours raccourcissent. La plante doit fleurir pour se reproduire avant de mourir, faire des graines, qui germeront au printemps d'après. Les jours sont plus courts, la lumière est plus rasante, plus filtrée par l'atmosphère. Ce qui donne une couleur plutôt orange/rouge, autour de 2700°K. C'est tout autant la photopériode qui importe dans le cycle de la plante que la température émise par la source lumineuse, les deux sont nécessaires pour obtenir les meilleurs résultats. 3. Le PAR PAR : ou Photosynthetically Active Radiation . Il ne prend en compte que les radiations effectivement émises dans le spectre d'absorption de la chlorophylle. Différentes manières d'en parler : % PAR soit le pourcentage de lumière effectivement absorbables par les plantes (le plus commun) Watts PAR soit la quantité de watts effectivement utilisés permettant d'émettre dans les PAR Ces mesures ne permettent de comparer que des lampes utilisant la même technologie car elles ne tiennent pas compte du rendement lumineux, qui est tout aussi important. * Source : https://www.icmag.com Certaines lampes ont un PAR moyen (HPS env. 80%), d'autres parfait (CFL, T-néon, néons T5 T8 en partie). La faiblesse du PAR des HPS est compensée par la grande intensité de lumière qu'elles produisent. Le PAR est malheureusement rarement indiqué sur les lampes non spécialisées. Sauf dans le cas de quelques marques, alors un code couleur est présent, par exemple 827. le 8 indique le PAR, dans ce cas 80%. Le 27 indique la couleur, ici 2700°k. Ce code est souvent présent sur les ampoules écos "domestiques" ou leur boîte. Vous pouvez regarder chez vous si vous en avez. Mesure de la lumière Il existe différentes unités de mesure de la lumière en intérieur. Watt : unité de puissance correspondant à la consommation d'un joule par seconde. Principaux multiples : le kilowatt (1 kW = 1 000 watts), le mégawatt (1 MW = 1 million de watts) et le térawatt (1 000 milliards de watts). Il ne s’agit pas d’une unité de mesure de la lumière à proprement dite mais d'une unité de consommation électrique des sources lumineuses utilisées. Lumens : En physique, le lumen (du latin, lumière) est l'unité dérivée du système international utilisée pour le flux lumineux. Son symbole est lm. Par définition, 1 lumen correspond au flux émis dans un angle solide de 1 stéradian par une source ponctuelle uniforme située au sommet de l'angle solide dont l'intensité vaut 1 candela. 1 lm = 1 cd x sr Lux : Le lux est une unité de mesure de l'éclairement lumineux. Il caractérise le flux lumineux reçu par unité de surface. Un lux est l'éclairement d'une surface qui reçoit, d'une manière uniformément répartie, un flux lumineux de un lumen par mètre carré. 1 lux = 1 lm/m² = 1 cd x sr /m² Rendement lumineux: Mesuré en lumens par watt, il permet de connaitre la quantité de lumens produite par watts utilisés. Ce rendement lumineux donne la meilleure indication sur la réelle "puissance" de la source, les lampes qui ont le meilleur rendement sont les HPS 600w (env. 150 lm/w), le PAR quant à lui donne une notion de qualité de la source en évitant des émissions de lumière inutile pour la plante. nota bene: il faut être très circonspect avec les chiffres et les mesures données par les fabricants car il s'agit souvent surtout de marketing. 3. Les lampes HPS, MH, mg, néons et même écos sont autant de lampes dispo pour la culture en intérieur. Elles ont toutes des caractéristiques différentes en lumens, couleurs, taille, chaleur... et en dépense d’électricité! Référez-vous aux autres guides de la section pour en savoir plus. 4. Les réflecteurs La lumière est une onde, un rayon, qui part dans tous les sens autour de sa source. Réfléchir la lumière est une façon efficace pour la concentrer vers un point particulier. Dans notre cas, vers nos plantes. Une bougie fournit 12.5 lumens dans toutes les directions à une distance d'1 pied. Mais seulement 1 lumen est présent sur une feuille d'1 pied carré à 1 pied de distance. Vous comprenez donc l’intérêt du réflecteur pour concentrer l'intensité lumineuse vers un endroit précis! Quel est le meilleurs réflecteur possible? Un guide sera dédié à l'étude des réflecteurs.
  9. olala on dirait un truc digne des beau gosses ca ^^ remarquez je ne l'ai meme pas encore vu... pas de doute ca sent le beau gosses ^^ ah attend, je sens que j'ai une reminiscence... ca serait pas prof?
  10. seven et comme je suis sur je relance avec une facile car je ne pourrais pas valider je dois m'absenter. "-Môsieur ouille pas avec votre poncho! -okééééééééééééé!!!"
  11. une chose est sure : plus y a de lumens, plus ca pousse. meme remarque. la tu augmente la puissance. seulement tu augmente aussi la chaleur a evacuer^^ si ton evacuation d'air n'est pas prevue pour cette puissance ts plants vont griller. voila voilaaaa ++
  12. oh ben je vois que quelqu'un a repris la suite de rico pour tenir les compte??? c'est bien ca manquait. bonjour a ceux qui me reconnaitrons (et meme aux autres d'ailleurs ^^) je fus un irreductible repliqueurs fou moi aussi^^
  13. mais mais euh... ping quand meme... le topics a ete reinitialisé!!!! tellement qu'il etait pleins? donc vous avez le bonjour d'un vieux de la vieille ^^ arf marrant le raton lav... euh fumeur ^^
  14. ... prince des voleurs ^^ tu peux enchainer.
  15. rhaaa a ta place je m'en vanterais pas !! m'enfin oui je te comprend. autre exemple tiens, a propos de suites. rambo!!! eh oui ca tape... autant le 1er etait une bonne reflexion sur le retour au pays de soldat traumatisé par une guerre impopulaire (mais y a t il des guerres populaires?), autant les suites ne sont que des pamplets honteux basé sur le theme de la vengeance, comme beaucoup de filme de/ou avec clint eastwood d'ailleur soi dit en passant. donc moi je dis : beurk! j'en suis resté aux 1ers starwars ou l'on dit que la vengeance c'est maaaal! d'ailleurs, ne le repetez pas mais je suis un chevalier jedi... comment ca j'ai craqué? meuuuuuunonnnnn. lool