Indi-Punky

Administrateur
  • Content Count

    10612
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    283

Everything posted by Indi-Punky

  1. Bonjour L'intervention judiciaire dans l'une des plus grandes banques de graines de cannabis sème la perplexité dans le secteur L'opération, pionnière selon la Garde civile, a été réalisée avec les conseils de l'Agence espagnole des médicaments et a forcé la suspension d'un projet de recherche sur la marijuana que l'entreprise menait avec l'Université du Pays Basque. Image de l'une des onze plantations dans lesquelles des graines de cannabis ont été produites est intervenu dans l'opération INXER-TORO développée conjointement par la Garde civile et l'administration fiscale. SÉVILLE Santiago F. Reviejo @sreviejo Une opération conjointe de la Garde civile et de l'administration fiscale , à la demande de la Cour d'instruction 6 de la Cour nationale et de son parquet anti-drogue , est intervenue l'une des plus grandes banques de graines de cannabis en Espagne, Dinafem , qui exporte dans vingt pays avec un volume chiffre d'affaires qui en 2019 a atteint 18 millions d'euros. L'intervention a laissé un secteur florissant qui considère son activité comme totalement légale, sur la base de la Convention unique des Nations Unies sur les stupéfiants, qui exclut les semences du contrôle des drogues, et dans un rapport détaillé d'un procureur de la Cour suprême qui a ratifié en 2003 cette doctrine dans notre pays. L'opération, dénommée Inxer-Toro et qui est sous le secret sommaire, a été menée du 15 au 17 septembre à Guipúzcoa et en Navarre avec l'arrestation de 14 personnes, 17 perquisitions domiciliaires et bâtiments industriels, l'intervention de 207 000 euros, comptes courants et portefeuilles bictoins , 20 millions de graines de cannabis évaluées à 100 millions d'euros et «un laboratoire performant spécialisé dans la production de spécialités de plantes de cannabis grâce à des techniques sophistiquées de manipulation génétique», précise la note d'information détaillée publié par la Direction générale de la Garde civile. Dans le même communiqué, il est à noter que les détenus sont accusés de crimes contre la santé publique, d'organisation criminelle, de blanchiment d'argent et de fraude à l'électricité, après des enquêtes qui ont débuté en novembre 2018 et auxquelles ils ont collaboré ", travail consultatif technique ", membres de l' Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) , l'organisme relevant du ministère de la Santé qui a compétence pour autoriser la culture du cannabis à des fins médicales ou de recherche. En outre, il se réfère à la saisie de 2 100 plants dans 11 plantations de producteurs "rémunérés" qui, selon la note, ont fourni leur production à l '"Organisation". L'un des responsables de l'entreprise arrêtés dans le cadre de cette opération, qui a passé 33 heures en détention dans les cachots de la caserne de la Garde civile d'Intxaurrondo à Saint-Sébastien , a assuré au public que cette intervention n'avait aucune justification: "Nous ne sommes pas des criminels. Nous sommes Nous achetons des semences et les vendons. Nous le faisons depuis 21 ans . Nous sommes l'une des banques de semences les plus importantes d'Espagne et d'Europe, nous distribuons plus d'une centaine de marques. Nous devons être audités pour une facturation de plus de dix millions d'euros et jamais Ils n'ont rien pris, nous payons nos impôts chaque année, nous allons à des foires internationales à travers le monde depuis 17 ans pour exposer nos semences ... Tout ce que nous demandons, c'est justice. " La première conséquence de cette intervention est que les 97 travailleurs de l'entreprise intervenante, Pot Sistemak SL , dans laquelle Dinafem et La Mota sont intégrés , devront entrer dans un ERTE car l'entité a été paralysée et les comptes de tous les responsables ont été bloqués. Et en raison de la fermeture temporaire du laboratoire de l'entité, ils ont également dû suspendre le projet de recherche qui était mené en collaboration avec l' Université du Pays Basque par une équipe composée d'un docteur en santé publique, d'un docteur en chimie analytique et un master en neuropharmacologie pour analyser la présence de pesticides dans le cannabis sur le marché. Plus de 2 millions de paiements d'impôts en un an Dans un communiqué après l'intervention judiciaire, Pot Sistemak assure que l'année dernière, il a versé 900 000 euros à l'État en cotisations à la Sécurité sociale et 2,2 millions en paiement des impôts sur les sociétés et des revenus du travail. «C'est un coup dur qui ouvre la voie à l'incertitude pour l'ensemble du secteur et pour les entreprises qui, comme nous, sont totalement ou partiellement engagées dans l'achat et la vente de graines de cannabis», déclare l'entreprise, qui dit «confiance pleinement sur la clarté et la légalité "du modèle économique qu'elle a développé depuis tant d'années. En Espagne, il existe une quinzaine de banques de graines de cannabis et un millier de magasins de culture qui les vendent , un secteur en plein essor qui jusqu'à présent n'avait pas fait l'objet d'une intervention judiciaire comme l' opération Inxer-Toro , dont la Guardia elle-même Civil le décrit comme «un pionnier dans son genre». En l'absence d'une réglementation spécifique en Espagne sur l'usage du cannabis, cette activité commerciale a été guidée, fondamentalement, par les dispositions de la Convention Unique de 1961 sur les stupéfiants , incorporée au Journal Officiel de l'Etat du 4 novembre 1981 , en Le premier article exclut les graines et les feuilles non attachées aux sommets de la définition du cannabis en termes de contrôle des drogues. Le plus grand congrès sur le cannabis médicinal en Espagne conclut qu'il existe déjà suffisamment de preuves scientifiques pour réglementer son utilisation Santiago F. Reviejo Cette disposition des Nations Unies fait partie du rapport que le procureur de la Cour suprême Fernando Sequeros Sazatornil , maintenant à la retraite, a publié en 2003 sous le titre La vente de graines de cannabis, de matériel et de matériel pour sa culture, ainsi que sa propagande, comme des actes de portée criminelle , et dont le contenu a depuis été utilisé par le secteur commercial concerné comme une confirmation de la légalité de son activité en l'absence de réglementation spécifique. Dans la publication du procureur Sazatornil, il est noté que les listes de contrôle des drogues de l'ONU incluent "toutes les plantes du genre cannabis (...), à l'exclusion des graines car elles sont dépourvues de principe actif". Et dans une autre section de l'étude juridique, il est dit: "Il faut conclure avec la détermination que ce n'est que lorsque le vendeur de graines de cannabis est d'accord avec l'acquéreur, ou assume la détermination de ce dernier de les attribuer à une culture pré-ordonnée de leur trafic, pourrait encourent la responsabilité pénale en tant que coauteur dans la commission d'un crime contre la santé publique de l'article 368 du Code pénal dans sa modalité de drogues qui ne causent pas de graves dommages à la santé publique, en en éradiquant les autres comportements instrumentaux qui facilitent les facilitateurs de la consommation végétale ". Solidarité du mouvement associatif cannabis L'opération contre l'une des principales banques de semences n'a pas seulement provoqué la surprise et le malaise dans ce secteur d'activité, elle a également provoqué une vague de solidarité d'une grande partie du mouvement associatif du cannabis dans toute l'Espagne, qui a montré son indignation face à ce qu'ils considèrent une escalade des persécutions policières et judiciaires dont, à son avis, les associations d'usagers avaient déjà souffert, également dans les limbes juridiques en raison du manque de régulation de leur activité. Le plus retentissant a été la Fédération des associations d'usagers de cannabis du Pays basque (EUSFAC), qui a publié un communiqué pour montrer «sa profonde préoccupation face à certaines des interventions policières qui ont eu lieu ces dernières semaines», qui, dénonce-t-elle, ils ont été développés avec "brutalité et disproportion" contre "des personnes" enquêtées ", harcelées, leur vie privée violée et même détenues en cellule pendant 72 heures". Dans le même communiqué, la fédération basque critique également que «l'administration dans son ensemble fait la sourde oreille à la majorité sociale qui demande un changement de politique en matière de réglementation du cannabis, ignorant qu'elle a un problème social sur la table. ". Hugo Madera, porte-parole de l’Observatoire européen de la consommation et de la culture du cannabis , juge l’intervention judiciaire de Dinafem et La Mota surprenante car, dit-il, il s’agit «d’un débat déjà dépassé» depuis la publication du rapport du procureur suprême en 2003, depuis 1999, les magasins de culture ont commencé à payer la TVA pour leur activité commerciale et depuis que la Convention unique sur les stupéfiants a exclu les graines de marijuana de ses listes de contrôle. Nous pouvons finaliser un projet de loi pour la réglementation globale du cannabis qui espère parvenir à un consensus avec le PSOE Santiago F. Reviejo Selon Madera, l'une des choses les plus surprenantes dans la note d'information émise par la Direction générale de la Garde civile sur l'opération Inxer-Toro est la mention faite des conseils techniques des membres de l'AEMPS dans l'enquête. Le porte-parole de l'Observatoire qualifie l'Agence des médicaments du ministère de la Santé de "nocif et toxique" pour ce rôle consultatif dans une enquête sur une banque de graines, au lieu de promouvoir des avancées dans les politiques de régulation du cannabis telles que celles actuellement en cours. se déroulant dans d’autres pays d’Europe et dans le reste du monde. "L'AEMPS a un problème avec la réalité, elle est encore au 20ème siècle et nous sommes déjà au 21ème", conclut-il. Les responsables de l'entreprise intervenue à Guipúzcoa participent précisément à une autre entité qui a récemment été autorisée par l'AEMPS pour la culture de plantes de cannabis à des fins de recherche. source: https://www.publico.es/sociedad/intervencion-judicial-mayores-bancos-semillas-cannabis-causa-perplejidad-sector.html
  2. Bonjour le Code pénal interdit la fabrication et le trafic de produits stupéfiants, ainsi que la culture de plantes permettant la fabrication de ces produits, mais il n’en interdit pas la consommation. La culture a titre personnel est toléré. Enfin là c'est pas le problème je pense, c'est plus une question d'ampleur globale de la fraude. On parle pas juste de productions de graines... Y a des branchement sauvages d'elec, production illégale en masse etc etc. (et a mon avis on a pas tout) @Jongio C'est tout a leur honneur de prendre position mais je crains qu'ici ce ne soit pas un simple acharnement judiciaire..
  3. Bonjour Sur le site lamota: Et un communiqué de presse est en cour de diffusion. Edit: source: https://lecannabiste.com/le-communique-de-presse-de-pot-sistemak/
  4. Au moins quinze personnes ont été arrêtées par la Garde civile dans le cadre d'une opération anti-drogue au Gipuzkoa. Dans le cadre de celui-ci, des membres de l'institut ont effectué mercredi un déploiement dans le quartier Ibaeta de Donostia, où ils ont enregistré une entreprise. Au moins quinze personnes ont été arrêtées par des agents de la Garde civile dans le cadre d'une opération anti-drogue menée par cette force de police à Gipuzkoa, selon des sources de l'enquête. L'opération, toujours ouverte, a débuté hier à Donostia, où des agents de l'institut armé ont fouillé l'entrepôt d'une entreprise spécialisée dans la vente de graines de marijuana et de produits végétaux. Ces sources ont précisé que l'opération est en cours en raison de la commission éventuelle de crimes contre la santé publique, l'organisation criminelle et le blanchiment d'argent. Tout au long de la journée d'hier, les agents ont inspecté les locaux de la société susmentionnée, situés au numéro 83 de la rue Portuetxe dans le quartier Ibaeta, à Donostia, où un appareil de quatre SUV de la Garde civile et plusieurs véhicules camouflés s'est déplacé. . L'opération de police, lancée par ordre du tribunal central d'instruction numéro 6 du tribunal national espagnol, a été menée principalement à Gipuzkoa, bien que certaines actions aient également été menées à Nafarroa. L'action reste ouverte, le tribunal maintient donc le secret sommaire Source: naiz.eus Il semblerait que la société en question soit Dinafem.
  5. Bonjour La possession étant interdite et la consommation impliquant la possession... la consommation est donc interdite.
  6. Re, @FranckyVincent je demanderais. @animalxxx ouais mais on sait que les tests sont réactifs après 48h de consommation, donc l'ivresse cannabique sur la voie publique dur de le caractériser.. Autre exemple un mec ne boit pas ne fume pas pour ramener ses potes, il y a contrôle, il est clean mais ses potes sont tous défoncés... 200e par tête.. Si encore tu as le pétard ou du matos je comprendrais.. mais là.. Tu rentre chez toi a pied après une soirée entre pote, tu emmerde personne, danger pour personne et bim! Contrôle, 200e! Non je sais pas là ça me gratte dans les fondements d'un coup... J'avoue que j'aimerais bien le passage d'un avocat.. histoire d’éclairé l'affaire..
  7. Bonsoir J'en parlais justement avec un "avocat" en recherche de cause bien connu d'UFCM.... Qui me disait justement que le contrôle des passagers et l’amende sont légaux au vu du texte, par contre le test piéton pour lui ne l'est pas. Moi c'est le test piéton qui me choque le plus, vous imaginez? les flics se mettent a paris nord, descente du thalys au retour de Dam et Bam! C'est Las Vegas chez les stups! 300 personnes par train, 6 trains par jour ..
  8. Bonjour Techniquement il n'est pas légale de faire pousser du cannabis, donc l'assurance n'assure pas cela. Et dans certains cas effectivement si l'installation n'est pas faite par un professionnel ça saute aussi. (Ballast magnétique par exemple)
  9. Re, Tout dépend le besoin que tu as. Si tu veux savoir la valeur Ph de ta soupe ou si tu veux savoir le ph de ton sol etc Non parce-que l'Ec dans la soucoupe sera un cumule, il y aura ta soupe + ce qui sera ressorti du substrat (poche de sel etc) A part l'utiliser comme indicateur avant de la donner aux plantes je ne vois pas l’intérêt. Déjà les ricains ne sont pas forcement des références en culture personnel. Autant sur des grosses installations ok, autant a notre niveau non. Le gros intérêts de bosser en terre c'est la vie microbienne, hors elle n'aime pas les acides des régulateurs ph. Et la plage idéal de ph terre est plus entre 6.5 et 7.5. A 6.3 si tu regarde l'image plus haut tu vois que tu es pas loin de la limite basse d'absorption de certains éléments. Tu as rendu disponible certains éléments qui n'étaient pas disponibles a Ph plus bas . Ce qui a résolu ton soucis. Toutefois si tu as commencé a reguler le ph tu n'as plus d'autre choix que de continuer.
  10. Re, Je ne vois pas en quoi un taux de 7.5 bloque le magnésium calcium. C'est au contraire la meilleur plage d'absorption de ces éléments. C'est pas une question de compatibilité, c'est une question de technologie. Ce type d'extracteur hélicoïdale ne peut pas tenir la charge d'un FAC. C'est pour cela que les RVK et autre utilise une autre technologie.. Tu peux prendre une twingo pour tracter une remorque 2T, tu arrivera surement a bouger la remorque, mais de base la twingo est pas faite pour ca. C'est pareil ici. Oui mais on utilise pas le même outils pour le Ph en terre que le ph en hydro... Encore une fois c'est pas la même techno. Et le testeur Ec a part t'indiquer la valeur de la soupe que tu leur donne, ca sert a rien.
  11. Bonjour Normal c'est un extracteur en ligne pas adapté a l'utilisation et a la tenue de charge d'un FAC. Ensuite pour moi la vraie question: -Pourquoi un testeur Ph et Ec en terre??? C'est pas comme ci on disait tout le temps que le ph en terre faut pas y toucher, quant a l'Ec elle ne vous apportera aucune information utile en terre.
  12. Hello Non c'est le nom d'une méthode de nettoyage appliqué a la matière du pollinator (ou toute extra mécaniques sèche).
  13. Re, Sinon pose un lien vers ta question sur le topic advanced nutrients. Si le communiquant passe dans le coin il tentera de te répondre.
  14. Re, Normalement tu ne dois rien avoir d'organique, a moins d'avoir pris la gamme orga mais elle commence seulement a arriver en france. An c'est une gamme prévue pour l'hydro donc ce genre de soucis ne devrait pas arriver. Est il possible que ton eau soit très calcaire?
  15. Bonsoir Ce n'est pas un bulleur qu'il vous faut, c'est une pompe de brassage. Rien d’organique dans la cuve, il suffit de faire un arrosage manuel / semaine pour apporter les bactéries et autres avec Piranha, tarantula etc.
  16. Bonjour L'intervention judiciaire dans l'une des plus grandes banques de graines de cannabis sème la perplexité dans le secteur L'opération, pionnière selon la Garde civile, a été réalisée avec les conseils de l'Agence espagnole des médicaments et a forcé la suspension d'un projet de recherche sur la marijuana que l'entreprise menait avec l'Université du Pays Basque. Image de l'une des onze plantations dans lesquelles des graines de cannabis ont été produites est intervenu dans l'opération INXER-TORO développée conjointement par la Garde civile et l'administration fiscale. SÉVILLE Santiago F. Reviejo @sreviejo Une opération conjointe de la Garde civile et de l'administration fiscale , à la demande de la Cour d'instruction 6 de la Cour nationale et de son parquet anti-drogue , est intervenue l'une des plus grandes banques de graines de cannabis en Espagne, Dinafem , qui exporte dans vingt pays avec un volume chiffre d'affaires qui en 2019 a atteint 18 millions d'euros. L'intervention a laissé un secteur florissant qui considère son activité comme totalement légale, sur la base de la Convention unique des Nations Unies sur les stupéfiants, qui exclut les semences du contrôle des drogues, et dans un rapport détaillé d'un procureur de la Cour suprême qui a ratifié en 2003 cette doctrine dans notre pays. L'opération, dénommée Inxer-Toro et qui est sous le secret sommaire, a été menée du 15 au 17 septembre à Guipúzcoa et en Navarre avec l'arrestation de 14 personnes, 17 perquisitions domiciliaires et bâtiments industriels, l'intervention de 207 000 euros, comptes courants et portefeuilles bictoins , 20 millions de graines de cannabis évaluées à 100 millions d'euros et «un laboratoire performant spécialisé dans la production de spécialités de plantes de cannabis grâce à des techniques sophistiquées de manipulation génétique», précise la note d'information détaillée publié par la Direction générale de la Garde civile. Dans le même communiqué, il est à noter que les détenus sont accusés de crimes contre la santé publique, d'organisation criminelle, de blanchiment d'argent et de fraude à l'électricité, après des enquêtes qui ont débuté en novembre 2018 et auxquelles ils ont collaboré ", travail consultatif technique ", membres de l' Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) , l'organisme relevant du ministère de la Santé qui a compétence pour autoriser la culture du cannabis à des fins médicales ou de recherche. En outre, il se réfère à la saisie de 2 100 plants dans 11 plantations de producteurs "rémunérés" qui, selon la note, ont fourni leur production à l '"Organisation". L'un des responsables de l'entreprise arrêtés dans le cadre de cette opération, qui a passé 33 heures en détention dans les cachots de la caserne de la Garde civile d'Intxaurrondo à Saint-Sébastien , a assuré au public que cette intervention n'avait aucune justification: "Nous ne sommes pas des criminels. Nous sommes Nous achetons des semences et les vendons. Nous le faisons depuis 21 ans . Nous sommes l'une des banques de semences les plus importantes d'Espagne et d'Europe, nous distribuons plus d'une centaine de marques. Nous devons être audités pour une facturation de plus de dix millions d'euros et jamais Ils n'ont rien pris, nous payons nos impôts chaque année, nous allons à des foires internationales à travers le monde depuis 17 ans pour exposer nos semences ... Tout ce que nous demandons, c'est justice. " La première conséquence de cette intervention est que les 97 travailleurs de l'entreprise intervenante, Pot Sistemak SL , dans laquelle Dinafem et La Mota sont intégrés , devront entrer dans un ERTE car l'entité a été paralysée et les comptes de tous les responsables ont été bloqués. Et en raison de la fermeture temporaire du laboratoire de l'entité, ils ont également dû suspendre le projet de recherche qui était mené en collaboration avec l' Université du Pays Basque par une équipe composée d'un docteur en santé publique, d'un docteur en chimie analytique et un master en neuropharmacologie pour analyser la présence de pesticides dans le cannabis sur le marché. Plus de 2 millions de paiements d'impôts en un an Dans un communiqué après l'intervention judiciaire, Pot Sistemak assure que l'année dernière, il a versé 900 000 euros à l'État en cotisations à la Sécurité sociale et 2,2 millions en paiement des impôts sur les sociétés et des revenus du travail. «C'est un coup dur qui ouvre la voie à l'incertitude pour l'ensemble du secteur et pour les entreprises qui, comme nous, sont totalement ou partiellement engagées dans l'achat et la vente de graines de cannabis», déclare l'entreprise, qui dit «confiance pleinement sur la clarté et la légalité "du modèle économique qu'elle a développé depuis tant d'années. En Espagne, il existe une quinzaine de banques de graines de cannabis et un millier de magasins de culture qui les vendent , un secteur en plein essor qui jusqu'à présent n'avait pas fait l'objet d'une intervention judiciaire comme l' opération Inxer-Toro , dont la Guardia elle-même Civil le décrit comme «un pionnier dans son genre». En l'absence d'une réglementation spécifique en Espagne sur l'usage du cannabis, cette activité commerciale a été guidée, fondamentalement, par les dispositions de la Convention Unique de 1961 sur les stupéfiants , incorporée au Journal Officiel de l'Etat du 4 novembre 1981 , en Le premier article exclut les graines et les feuilles non attachées aux sommets de la définition du cannabis en termes de contrôle des drogues. Le plus grand congrès sur le cannabis médicinal en Espagne conclut qu'il existe déjà suffisamment de preuves scientifiques pour réglementer son utilisation Santiago F. Reviejo Cette disposition des Nations Unies fait partie du rapport que le procureur de la Cour suprême Fernando Sequeros Sazatornil , maintenant à la retraite, a publié en 2003 sous le titre La vente de graines de cannabis, de matériel et de matériel pour sa culture, ainsi que sa propagande, comme des actes de portée criminelle , et dont le contenu a depuis été utilisé par le secteur commercial concerné comme une confirmation de la légalité de son activité en l'absence de réglementation spécifique. Dans la publication du procureur Sazatornil, il est noté que les listes de contrôle des drogues de l'ONU incluent "toutes les plantes du genre cannabis (...), à l'exclusion des graines car elles sont dépourvues de principe actif". Et dans une autre section de l'étude juridique, il est dit: "Il faut conclure avec la détermination que ce n'est que lorsque le vendeur de graines de cannabis est d'accord avec l'acquéreur, ou assume la détermination de ce dernier de les attribuer à une culture pré-ordonnée de leur trafic, pourrait encourent la responsabilité pénale en tant que coauteur dans la commission d'un crime contre la santé publique de l'article 368 du Code pénal dans sa modalité de drogues qui ne causent pas de graves dommages à la santé publique, en en éradiquant les autres comportements instrumentaux qui facilitent les facilitateurs de la consommation végétale ". Solidarité du mouvement associatif cannabis L'opération contre l'une des principales banques de semences n'a pas seulement provoqué la surprise et le malaise dans ce secteur d'activité, elle a également provoqué une vague de solidarité d'une grande partie du mouvement associatif du cannabis dans toute l'Espagne, qui a montré son indignation face à ce qu'ils considèrent une escalade des persécutions policières et judiciaires dont, à son avis, les associations d'usagers avaient déjà souffert, également dans les limbes juridiques en raison du manque de régulation de leur activité. Le plus retentissant a été la Fédération des associations d'usagers de cannabis du Pays basque (EUSFAC), qui a publié un communiqué pour montrer «sa profonde préoccupation face à certaines des interventions policières qui ont eu lieu ces dernières semaines», qui, dénonce-t-elle, ils ont été développés avec "brutalité et disproportion" contre "des personnes" enquêtées ", harcelées, leur vie privée violée et même détenues en cellule pendant 72 heures". Dans le même communiqué, la fédération basque critique également que «l'administration dans son ensemble fait la sourde oreille à la majorité sociale qui demande un changement de politique en matière de réglementation du cannabis, ignorant qu'elle a un problème social sur la table. ". Hugo Madera, porte-parole de l’Observatoire européen de la consommation et de la culture du cannabis , juge l’intervention judiciaire de Dinafem et La Mota surprenante car, dit-il, il s’agit «d’un débat déjà dépassé» depuis la publication du rapport du procureur suprême en 2003, depuis 1999, les magasins de culture ont commencé à payer la TVA pour leur activité commerciale et depuis que la Convention unique sur les stupéfiants a exclu les graines de marijuana de ses listes de contrôle. Nous pouvons finaliser un projet de loi pour la réglementation globale du cannabis qui espère parvenir à un consensus avec le PSOE Santiago F. Reviejo Selon Madera, l'une des choses les plus surprenantes dans la note d'information émise par la Direction générale de la Garde civile sur l'opération Inxer-Toro est la mention faite des conseils techniques des membres de l'AEMPS dans l'enquête. Le porte-parole de l'Observatoire qualifie l'Agence des médicaments du ministère de la Santé de "nocif et toxique" pour ce rôle consultatif dans une enquête sur une banque de graines, au lieu de promouvoir des avancées dans les politiques de régulation du cannabis telles que celles actuellement en cours. se déroulant dans d’autres pays d’Europe et dans le reste du monde. "L'AEMPS a un problème avec la réalité, elle est encore au 20ème siècle et nous sommes déjà au 21ème", conclut-il. Les responsables de l'entreprise intervenue à Guipúzcoa participent précisément à une autre entité qui a récemment été autorisée par l'AEMPS pour la culture de plantes de cannabis à des fins de recherche. source: https://www.publico.es/sociedad/intervencion-judicial-mayores-bancos-semillas-cannabis-causa-perplejidad-sector.html
  17. Hello Le root juice tu peux le mettre des le début, ce n'est pas un engrais mais un racinaire. https://www.biobizz.com/wp-content/uploads/2020/01/Nutrient-Schedule-FR-2020_Front.pdf
  18. Hello La cup c'est une chose.. a voir le déroulement et les règles de participation / juges.. Par contre ce qui est intéressant c'est que cela marque le retour des foires sur le territoire Néerlandais. Cela fait un moment qu'il n'y avait plus d’évents de ce type et l'industrie s'en plaignait. Cela permettra a des acteurs du marché plus petit, artisanal, d'etre présent là ou le cout d'une foire européenne ne le permettait pas
  19. Yop Et sinon une fois en bas de page vous cliquez sur le logo de CannaWeed Community, ca vous renvois direct en haut.
  20. Yop Corrigé depuis, mais c'est un bug de la galerie (qui a mis le même texte au 3 images postés ce jour là) et comme je post a partir de la galerie... L'erreur c'est reporté sur Fb et insta. Merci pour le coup d’œil en tout cas
  21. Yop Sans rentrer dans des calculs complexe, il suffit juste comme dit plus haut d'observer sa plante. Led trop proche, plante en forme de salade, tassés qui ne grandit pas en hauteur ou peu. Led trop éloigné, plante qui s’élance et tige, internoeud surdimensionnée.
  22. Hello De ce que j’entends un peu partout autour de moi, tous conservent au moins un Pm, certains plus. Ça veux pas dire que c'est du clone élite ou de la championne, mais que la personne souhaite conserver la génétique qui lui a fait plaisir. Dans l'absolu c'est valables pour n'importe quels breedeur, si le taf te plait tu peut etre amené a vouloir conserver la génétique... Mais, (y a un mais of course ) le prix des graines et le fait que ce soit des regs poussent un peu aussi a la conservation je pense...
  23. Bonjour le Code pénal interdit la fabrication et le trafic de produits stupéfiants, ainsi que la culture de plantes permettant la fabrication de ces produits, mais il n’en interdit pas la consommation. La culture a titre personnel est toléré. Enfin là c'est pas le problème je pense, c'est plus une question d'ampleur globale de la fraude. On parle pas juste de productions de graines... Y a des branchement sauvages d'elec, production illégale en masse etc etc. (et a mon avis on a pas tout) @Jongio C'est tout a leur honneur de prendre position mais je crains qu'ici ce ne soit pas un simple acharnement judiciaire..
  24. Bonjour La réponse est 3 messages au dessus... Faut pas pousser non plus..