Dyno

CannaNewbie
  • Content Count

    39
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

29 Ptite graine

About Dyno

  • Rank
    Jeune CannaWeedeur

Profile Information

  • Genre
    Homme

Recent Profile Visitors

129 profile views
  1. Bonjour , Salut , Plop ... Oui regarde tout en bas de mon poste... Au revoir , Bye , A+! ...
  2. Bonjour , Salut , Plop ... J'achete et consomme régulièrement ce genre de produit. Hash et fleur. Jamais eu de soucis que se soit chez moi ou en dehors dans la rue. Les gens commencent à comprendre on dirait. Au revoir , Bye , A+! ...
  3. Bonjour , Salut , Plop ... Je viens completer cet article avec un autre... Que voici: La cour de justice de l’Union Européenne a publié un arrêté indiquant qu’un état membre ne peut interdire la commercialisation du CBD produit dans un autre état dès lors qu’aucune donnée scientifique ne vient prouver la dangerosité des cannabinoïdes. Cette position va-t-elle enfin mettre fin au flou juridique qui entoure la vente de CBD dans l’hexagone ? L’arrêté de la cour européenne Le 19 novembre 2020, la cour de justice européenne (CJUE) a rendu un arrêté stipulant que « un État membre ne peut interdire la commercialisation du cannabidiol (CBD) légalement produit dans un autre État membre lorsqu’il est extrait de la plante de cannabis sativa dans son intégralité et non de ses seules fibres et graines ». C’est à la demande de la cour d’appel d’Aix en Provence et suite à l’affaire Kanavape que l’Union Européenne a été amenée à statuer sur la législation française concernant le CBD. Les deux créateurs de cette entreprise ont en effet été condamnés en première instance à une peine de prison de 18 et 15 mois et à 10 000 euros d’amende pour avoir commercialisé des cigarettes électroniques à base de CBD. La justice a en effet estimé que, bien que ces produits respectent le taux maximum de THC autorisé en France, ils étaient fabriqués en République Tchèque à partir de la plante entière. Les deux entrepreneurs ont alors fait appel devant la cour d’appel d’Aix en Provence qui s’est tournée vers la juridiction européenne pour savoir si le droit français est bien conforme à la réglementation de la CEE. Pourquoi cette décision concernant le CBD ? Pour étayer sa position, l’Europe s’est appuyée sur la réglementation qui régit les échanges en Europe ainsi que sur les connaissances scientifiques en cours. Les magistrats européens rappellent tout d’abord le principe de libre circulation des marchandises entre les pays européens, un principe qui ne peut être remis en cause par une réglementation nationale. De plus, le CJUE souligne que, le CBD étant un extrait du plant de cannabis, il n’est pas soumis aux règles spécifiques qui s’appliquent aux produits agricoles et peut donc circuler librement entre les états. La cour de justice européenne rappelle enfin, qu’en l’état actuel des connaissances scientifiques, la France ne peut considérer le CBD comme un stupéfiant. Les magistrats estiment ainsi que l’interdiction de commercialiser du CBD ne peut être mise en œuvre que si les risques sur la santé sont clairement établis et non sur des « considérations purement hypothétiques ». Quelles conséquences sur la législation française sur le CBD ? L’affaire Kanavape a suscité beaucoup de bruits dans l’hexagone et est souvent cité en exemple de l’ambiguïté et du flou juridique qui entourent la vente de produits au CBD en France. Dans notre pays, aucun texte de loi n’interdit ou n’autorise la production, la vente ou la consommation de cannabinoïdes. En revanche, le taux maximum de THC, la substance psychotrope du cannabis, est fixé par la loi. De même, la production et la transformation du chanvre sont strictement encadrées : liste de variétés autorisées à la culture, parties de la plante à utiliser, secteurs d’activité possibles (construction, textiles…). Ce cadre juridique a permis le développement du marché des produits CBD en France même si les professionnels de ce secteur d’activité n’étaient jamais à l’abri d’une interprétation des textes de loi qui leur soit défavorable. Les professionnels se réjouissent donc de cette prise de position européenne. Ils espèrent que l’arrêté du CJUE conduira à une évolution rapide de la législation sur les produits au CBD en France, des produits qui ne présentent aucun risque pour la santé tout en apportant un réel mieux-être à de nombreuses personnes. Au revoir , Bye , A+! ...
  4. La justice européenne estime que l’interdiction du CBD par la France est illégale La cour de justice de l’Union Européenne a publié un arrêté indiquant qu’un état membre ne peut interdire la commercialisation du CBD produit dans un autre état dès lors qu’aucune donnée scientifique ne vient prouver la dangerosité des cannabinoïdes. Cette position va-t-elle enfin mettre fin au flou juridique qui entoure la vente de CBD dans l’hexagone ? L’arrêté de la cour européenne Le 19 novembre 2020, la cour de justice européenne (CJUE) a rendu un arrêté stipulant que « un État membre ne peut interdire la commercialisation du cannabidiol (CBD) légalement produit dans un autre État membre lorsqu’il est extrait de la plante de cannabis sativa dans son intégralité et non de ses seules fibres et graines ». C’est à la demande de la cour d’appel d’Aix en Provence et suite à l’affaire Kanavape que l’Union Européenne a été amenée à statuer sur la législation française concernant le CBD. Les deux créateurs de cette entreprise ont en effet été condamnés en première instance à une peine de prison de 18 et 15 mois et à 10 000 euros d’amende pour avoir commercialisé des cigarettes électroniques à base de CBD. La justice a en effet estimé que, bien que ces produits respectent le taux maximum de THC autorisé en France, ils étaient fabriqués en République Tchèque à partir de la plante entière. Les deux entrepreneurs ont alors fait appel devant la cour d’appel d’Aix en Provence qui s’est tournée vers la juridiction européenne pour savoir si le droit français est bien conforme à la réglementation de la CEE. Pourquoi cette décision concernant le CBD ? Pour étayer sa position, l’Europe s’est appuyée sur la réglementation qui régit les échanges en Europe ainsi que sur les connaissances scientifiques en cours. Les magistrats européens rappellent tout d’abord le principe de libre circulation des marchandises entre les pays européens, un principe qui ne peut être remis en cause par une réglementation nationale. De plus, le CJUE souligne que, le CBD étant un extrait du plant de cannabis, il n’est pas soumis aux règles spécifiques qui s’appliquent aux produits agricoles et peut donc circuler librement entre les états. La cour de justice européenne rappelle enfin, qu’en l’état actuel des connaissances scientifiques, la France ne peut considérer le CBD comme un stupéfiant. Les magistrats estiment ainsi que l’interdiction de commercialiser du CBD ne peut être mise en œuvre que si les risques sur la santé sont clairement établis et non sur des « considérations purement hypothétiques ». Quelles conséquences sur la législation française sur le CBD ? L’affaire Kanavape a suscité beaucoup de bruits dans l’hexagone et est souvent cité en exemple de l’ambiguïté et du flou juridique qui entourent la vente de produits au CBD en France. Dans notre pays, aucun texte de loi n’interdit ou n’autorise la production, la vente ou la consommation de cannabinoïdes. En revanche, le taux maximum de THC, la substance psychotrope du cannabis, est fixé par la loi. De même, la production et la transformation du chanvre sont strictement encadrées : liste de variétés autorisées à la culture, parties de la plante à utiliser, secteurs d’activité possibles (construction, textiles…). Ce cadre juridique a permis le développement du marché des produits CBD en France même si les professionnels de ce secteur d’activité n’étaient jamais à l’abri d’une interprétation des textes de loi qui leur soit défavorable. Les professionnels se réjouissent donc de cette prise de position européenne. Ils espèrent que l’arrêté du CJUE conduira à une évolution rapide de la législation sur les produits au CBD en France, des produits qui ne présentent aucun risque pour la santé tout en apportant un réel mieux-être à de nombreuses personnes. SOURCES arrêté : https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2020-11/cp200141fr.pdf affaire Kanavape : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/10/23/cigarette-electronique-au-cbd-la-cour-d-appel-d-aix-en-provence-saisit-la-justice-europeenne_5373549_3224.html LaFermeDuCBD.
  5. re, Alors soit le message a été édité soit j'étais trop out pour le voir xD ++
  6. Salut tout le monde! Bon après avoir eu du mal à faire sécher mon enduit de rebouchage, je vais pouvoir commencer a poncer ma première partie de l'enduit que j'ai fait. heureusement que j'ai ajouté un petit chauffage. Par contre je vais surement devoir le changer car au minimum j'ai 28°C dans la pièce, beaucoup trop à mon goût! ++
  7. Bonjour, ça serait cool d'avoir la source des information en bas de l'article svp. ++
  8. salut, Alors tu utilises quoi pour te faire ton journal de culture?
  9. Salut, un bon gros déterrage de topic! J'ai découvert Groots sur android il y a peu de temps, qu'en pensez vous? ++
  10. Je vais aller jetter un coup d'oeil! Edit: Oui le CHE ! j'avais remarqué
  11. salut, je pensais à y aggrafer un geotextile pour "habiller" même si ça n'a aucune utilité, je pense que le résultat peut etre cool a voir, pis ça donner un coté "jardin"... on va dire que c'est dans le thème re, j'avais pas vu ton édition de message... Oui d'ou le fait ma question de savoir si toi tu en était satisfait ou pas... j'attendrais ta FLO pour me donner un avis personnel. en tout cas je compte bien tester mes premiere LED chez MarsHydro.
  12. Prends place et soit la bienvenue! Merci du compliment. C'est pour ca que je disait qu'il me reste encore quelques mois devant moi. J'ai le temps de les voir grandir avant de m'y mettre ++
  13. Yop, @bigbudo il est vrai que l'HPS chauffe énormément et j'ai pu lire et voir des vidéos qui disait que justement le fait de passer sous led, permet également de réduire son débit d'extraction due à la chaleur moindre, quand à la qualité de l'air, je ne pense pas qu'un débit aussi important soit vraiment nécessaire, à mon avis c'est un peut trop gros. j'attends aussi d'autres avis. qu'est ce que tu appelles " une vraie extra", c'est d'un Torin que tu parles? je me perd un peu dans ce que tu dis désolé ++
  14. re, Quelle différence entre extraction de gaine et vraie extraction? Je ne comprends pas, pourquoi mettre autant ? sachant que la led ne chauffe pas et que je suis déjà au dessus car j'ai compté ma pièce au droit? j'ai loupé un wagon là