vincelemat

CannaWeedeur
  • Content Count

    594
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

159 Weedeur qui dit pas que des conneries

About vincelemat

  • Rank
    Fan de CannaWeed

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Salut. Non, "dérégulation" est une notion libérale. Le statut légal d'un produit, quant à lui, n'a pas de connotation économico-politique en soi : on peut libéraliser totalement la gnôle, lui imposer au contraire un monopole d'état, autoriser la vente sous conditions, la taxer plus ou moins (ou pas), n'autoriser que l'autoproduction, reconnaître ou non le privilège de bouilleur de cru, etc... Le seul rapport avec le libéralisme, c'est que philosophiquement les libéraux sont par principe opposés à toute forme de prohibition (du moins en théorie), considérant que tout un chacun devrait pouvoir faire n'importe quel choix en son âme et conscience, du moment que ça n'implique pas des personnes non consentantes. Mais si c'est pour se retrouver avec de l’héroïne en vente libre et la légalisation de la vente d'organes, non merci ! +
  2. Salut. C'est juste de la bonne grosse propagande libéraliste. Ça parle de dérégulation et de concurrence à tout bout de champ, d'état social qui "entretiendrait" le chômage par son "incapacité à se réformer"... mouais, perso quand j'entends ça, j'ai plus tendance à sortir mon revolver qu'autre chose. Mon opinion, c'est surtout que c'est cette idéologie libérale qui est la cause principale de la pauvreté et de la relégation sociale, et donc par ricochet de la situation qu'ils font mine de déplorer. D'ailleurs le trafic de stup est un modèle d'ultra-libéralisme. En plus il n'y a pas tant de monopole qu'ils veulent bien le faire croire : les guerres perpétuelles entre trafiquants prouvent même exactement le contraire ! S'il faut légaliser le cannabis, c'est pour tout un tas de raisons pragmatiques, à commencer par la relative innocuité du produit comparé à d'autres substances légales. L'argument de la reprise de l'économie dans un marché heureux et non faussé, par l'assèchement des filières illégales (traduisez : "les ex populations vivants du système D pourront maintenant être exploitées sans vergogne et sans autres choix"), me parait pour le coup plus que douteux. +
  3. Salut. Oui, dans le cas des schizophrènes il ne faut pas oublier de prendre en compte le facteur d'automédication : le cannabis peut aider à apaiser des gens en état de grande nervosité. De plus, les gens atteints de troubles mentaux consomment plus de drogues et/ou d'alcool que la population générale, pour pleins de raisons, ne serait-ce que parce qu'avoir ce genre de handicap c'est pas marrant tous les jours. Il est donc plus intéressant de comparer la prévalence de la schizophrénie dans des pays où la consommation de cannabis est élevée et dans des pays où elle est quasi inexistante. Et là, "bizarrement", les chiffres sont grosso modo les mêmes selon plusieurs études (bon, ok, j'ai plus les sources sous la main, avis aux connaisseurs). Tout ça pour dire qu'il ne faut pas confondre les symptômes d'une intoxication très aiguë (le fameux bad), dont les effets finissent par se dissiper, avec la schizophrénie, dont les crises et les délires persistent même (et surtout) à jeun... +
  4. Salut. ""Je respecte les autorités et j’ai confiance en notre État de Droit"" Pourquoi ? Il se prend 4 jours de gav (carrément !), la saisie de ses comptes, et un procès où le proc requiert 10 piges (10 piges !!), pour rien du tout ? Et il a confiance ? Je connais des mecs qui se sont pris moins que ça pour homicide (involontaire) ! Cette histoire me parait bizarre depuis le début, quand même, je sais pas ce que ça cache, mais quelqu'un de bien placé veut apparemment lui faire la peau... Du coup, je dis ça je dis rien, se contenter de la vente de matériel banal, sans trop tester le flou et les limites de la loi, aurait peut-être été plus sage. M'enfin bon, c'est mon avis, c'est peut-être pas le bon. Sur ce : A+ Et bonne chance.
  5. Re. Je suis loin de vivre dans un milieu cloisonné, je connais et ai connu des gens de toute sorte, de tous milieux socio-culturels, et j'ai pas mal vadrouillé, que ce soit personnellement ou professionnellement. Et mon constat (confirmé par les statistiques) est plus que clair : le cannabis est partout, connu de tous. C'est très loin d'être un étrange produit exotique, à part peut-être parmi des communautés rurales très reculées peuplées majoritairement d'octogénaires. Nan, je rigole, même dans les bleds les plus reculés le cannabis est commun. Je n'ai jamais rencontré personne n'étant pas capable de reconnaître l'odeur, par exemple ! Après c'est sûr que l'alcool est souvent mieux perçu, je ne dis pas le contraire, mais le cannabis n'est pas "complètement absent" de notre culture, comme vous dites, il en fait même partie intégrante, ne serait-ce que par tout le folklore qui l’accompagne, voire y compris les traits d'humour douteux, douteux mais "humour", plaisanteries, et non lamentations. De toute façon de nos jours rares sont les gens n'ayant jamais vu un joint tourner, et quasi inexistants ceux qui ne connaissent personne dans leur entourage qui consomme. Donc oui, le cannabis circule dans toute la société et est ancré dans les mœurs. Après, tout le monde se cache plus ou moins, oui, même quand c'est pour la blague : c'est ni plus ni moins que la conséquence de l'illégalité, pas fous quand même... Ce que je veux dire par là, c'est que même si pas mal de gens sont opposés à la légalisation, pour diverses raisons qui leur sont propres, le cannabis n'est plus depuis longtemps cette étrange chose exotique et taboue, pratiquée dans la clandestinité la plus totale à tel point que les néophytes expérimenteraient dans leur coin en cachette sans avoir jamais eu la moindre info de qui que ce soit sur le sujet. M'voyez... +
  6. Re. FrankyVincent : les faits divers ne sont pas des mauvais arguments, au contraire ils démontrent les effets pervers de la prohibition, qui dans la balance sont bien plus néfastes que le cannabis en lui même. C'est une preuve éclatante que "maintenir l'interdit" a des conséquences dramatiques s'agissant d'un produit très largement diffusé et relativement anodin... Pour l'alcool, on peut tout à fait ne fumer qu'un seul pétard le jour de l'an, et rien le reste du temps, comme on peut ne boire qu'un verre de rouge par jour. Donc je ne vois pas trop le rapport, la vérité étant qu'il vaut mieux fumer toute la journée qu'être alcoolique. L'alcool est bien plus nocif que le cannabis. D'ailleurs réduire l'alcool à son côté "alimentaire" est d'une hypocrisie totale ! Je ne conçois pas non plus la légalisation d'un point de vue financier, mais d'un point de vue pragmatique. Le khat par exemple est une drogue douce, relativement peu toxique, mais quasiment absente de France : faudrait-il la légaliser pour autant et par là même encourager sa diffusion, au nom de la liberté individuelle ? Je ne pense pas. Le cannabis en revanche fait désormais partie des mœurs, est présent partout, il faut le légaliser pour couper court aux conséquences délétères de sa prohibition qui fait bien plus de dégâts que le produit lui même. C'est une politique pragmatique, de bon sens, et non basée sur des postures idéologiques ou morales... En passant, les vapoteuses ne sont pas sur la liste des produits dangereux il me semble, et le cannabis, contrairement au tabac, peut se consommer de multiples manières. Ensuite on peut aussi fumer de l'eucalyptus, ce qui n'est pas une raison pour l'interdire... +
  7. Re. Liloutedebordeau :ce que tu dis était vrai dans les années 70, mais maintenant on en est à des années lumières, sauf peut être dans certains milieux très (très) isolés. Quand quasiment la moitié de la population a expérimenté et que 10% consomme régulièrement, on ne peut plus parler de produit exotique et de sujet tabou. Moi perso, qui ne suis pourtant plus un jeunot, mes parents avaient essayés voire consommé, même s'ils n'abordaient pas trop le sujet, et la plupart des adultes avec qui j'en parlais avaient des anecdotes à raconter, sur le ton de la plaisanterie, même s'ils n'avaient jamais testé. Et c'était il y a 20 ans, alors aujourd'hui... Et puis, la plupart du temps, un novice est initié par des usagers plus expérimentés, il apprend la manière et le folklore qui va avec, rare sont ceux qui commencent tout seuls dans leur coin. C'est valable pour toutes les drogues d'ailleurs... +
  8. Salut. FrankyVincent, je ne comprends pas ceux qui comme toi qui sont favorables à la légalisation mais qui sortent pleins de contre-arguments en pensant que comme ça on les prendra pour des gens responsables. C'est un peu donner le bâton pour se faire battre, là, les prohibitionnistes pourraient se frotter les mains puisque c'est plus ou moins leur donner raison. Dans un débat c'est partir perdant d'office. Perso je pense qu'on ne peut pas se permettre de rentrer dans leur jeu, il faut en rester aux fondamentaux : l'alcool est répandu dans notre société, le cannabis est répandu dans notre société. L'alcool est beaucoup plus nocif que le cannabis, l'alcool est autorisé, le cannabis interdit, pourquoi ? Je pense que quand on a dit ça on a presque tout dit ! Je ne suis pas totalement d'accord avec l'angle d'approche de "liberté individuelle", qui est effectivement une question philosophique, quand a mon avis la légalisation du cannabis est d'abords et avant tout une question de bon sens, et ensuite une question de gestion du produit et de ses conséquences par la société. La bonne question c'est surtout : organiser la distribution est-ce plus, ou est-ce moins néfaste que maintenir la prohibition ? Dans le cas du cannabis c'est évidement moins néfaste, vu l'ampleur de sa diffusion et l'ancrage qu'il a aujourd'hui dans les mœurs. Pour l’héroïne c'est incomparablement plus discutable. Ce n'est donc pas uniquement une question de liberté individuelle... Je précise que je suis pour la dépénalisation de toutes les drogues, un usager n'a pas à être poursuivi, là oui, liberté individuelle, et facilité d'accès aux soins pour les consommateurs de substances lourdes. Ensuite, pour tes quelques exemples, perso je fumais déjà de temps en temps quand j'avais 14 ans, sans que ça ait prêté à conséquences. Les lycéens qui se démontent avant d'aller en cours, c'est peut-être aussi qu'ils s'y ennuient profondément, le cannabis étant donc la conséquence de leur désintérêt, et non la cause. De tout façon personne ne parle d'autoriser aux mineurs. Pareil pour le mec qui s'envoie ses 20 G par semaine : il vaut peut être mieux que ça soit 20 G que 20 litres, conséquence, causes, etc... dédramatisons, sinon les prohibitionnistes auront beau jeu de présenter le cannabis comme une herbe du diable qu'il faut absolument pourchasser par tous les moyens pour protéger les enfants, tu vois ce que je veux dire. Ce n'est pas être dans le déni ou le parer de toutes les vertus, mais on peut être pragmatique sans prêter le flanc à des attaques faciles ! +
  9. Plop. Le problème de base c'est la prohibition, on est bien d'accords. Maintenant, vu que le cannabis est prohibé, et que les autorités se prennent régulièrement des coups de lubies à faire des descentes et à faire chier le monde, quand on est malin on fait profil bas, surtout si on a des intérêts financiers en jeu, c'est comme ça. Le gérant est sans doute un mec bien, mais force est de constater que s'il s'était contenté du matos "traditionnel" il n'aurait pas eu toutes ces emmerdes. Fourguer des graines "de collection", même en profitant du flou juridique, c'est un peu faire un doigt d'honneur à des gens qui ont un sens de l'humour très limité. Idem s'il parle ouvertement canna à ses clients. Les gérants de grows-shop se tiennent sur une fine pellicule de glace, comme dirait une certaine tête de brique : ils sont tolérés du moment que ce qu'ils vendent sert à faire pousser des plantes ornementales ou aromatiques. En poussant le bouchon, il est évident que ceux qui n'attendent qu'un prétexte pour leur tomber dessus vont le faire. +
  10. Salut. L'histoire est toute bête, il s'agit juste d'une réponse des autorités à ce qu'elles considèrent comme une provocation. Et c'en est une, quoi qu'on puisse en penser : avec graines, matos d'extraction, bangs, etc., difficile de prétendre que le commerce est destiné aux cultivateurs d'orchidées et autres plantes exotiques, et que les cultivateurs de cannabis ne sont que des clients parmi d'autres, qu'on ne peut de toute façon pas repérer. Il ne faut quand même pas oublier que c'est sur cette hypocrisie que repose tout le business des grows-shops. Alors c'est peut-être courageux de vouloir se la jouer "franc-jeu", "à visage découvert", pour essayer de mettre les autorités devant le fait accompli, mais on peut aussi considérer que c'est très imprudent. D'autant plus que beaucoup de cultivateurs sont bien contents de pouvoir se procurer légalement certains types de matos qui pourraient du coup très bien êtres interdits à l'avenir si il y a trop de boucan autour de ça. Idem pour les graines... Ensuite, si les flics font une descente, il ne vont pas non plus se priver d'alpaguer les clients qui ont laissés des traces partout et même leur signature ! Ils ont, quoi... 8 chances sur 10 de trouver quelque-chose ? Là c'est aux gens de faire gaffe, quand même. Déjà qu'utiliser une CB, je comprendrais jamais, mais alors cette histoire de fichier clients ! Et le mec qui deale pleins de prods, et s'achète par CB une grosse installe de ouf, tout en laissant son nom sur le registre et en faisant tout chez lui ! Sérieux, c'est de l'inconscience pure, là... +
  11. Plop. Si : quelqu'un lui conseille de "relancer des graines" et un autre le suggère fortement avec un émoticône. Après je vais pas créer une polémique en lâchant des noms ou autre, mais c'est un fait vérifiable. Ensuite, j'ai déjà donné une réponse constructive plus haut, je revenais juste approuver corum et éventuellement rassurer un peu le gars qui a lancé le fil et qui a donc pris la peine de venir demander quelques avis "éclairés" (ok je sors), en panique devant ses plantules onéreuses qui ne vont pas et (j'imagine que c'est pour ça) risquent de lui faire perdre pas mal d'argent. Mais mon but n'étais pas de critiquer ou autre, juste dire au gars que c'est cool, la partie n'est pas encore perdue ! +
  12. Plop. Tout à fait d'accords corum, je ne sais pas quel niveau de revenu ont ceux qui lui conseillent de mettre à la poubelle pour 100 balles de graines, mais bon... Plus de lumière, une petite manip, un peu de patience, et c'est bon. Rien n'est perdu, le cannabis est coriace et une croissance c'est rarement foutu, c'est pas comme s'il s'agissait d'un partage en vrille en milieu de flo ! +
  13. Plop. Pas forcément besoin d'une mh : un kit néons 110 W ferait parfaitement l'affaire sans engendrer de problèmes de chaleur, par exemple. Ensuite, il faut se débrouiller pour enterrer la tige jusqu'à pas loin des feuilles, et ça devrait le faire... +
  14. Salut. Tes plantes tigent, ce qui est dû à un manque de lumière. Et c'est absolument sûr et certain, cherche pas ailleurs. Une seule solution, installer une lumière plus puissante. Voilà, voilà. +
  15. Re. Perso pour la gueule de bois : une bonne cure de sommeil ! Si je me réveille et que je constate que je n'ai pas les yeux en face des trous, je pionce deux-trois heures de plus et je me lève frais comme un gardon . Par contre Kevazingo, ta psy te prescrit des tonnes de cachetons, et en plus te conseille de picoler par dessus ? . C'est la radiation qu'elle mériterait, là... Manu, quand je dis que ce n'est pas dangereux, je veux dire que ce n'est pas très dangereux comparé au reste, et que ça s'arrête facilement. Après c'est sûr qu'une forte conso peut avoir quelques effets secondaires, mais franchement rien de bien méchant pour un dépressif qui a besoin d'une béquille chimique. Comparé au Tranxene ou au Ricard c'est que dalle... +