Daily Light Integral (DLI)


Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Cela fait des jours que je passe mon temps à me renseigner sur le DLI.

 

D'abord, qu'est-ce que le DLI ?

 

"PPFD est la quantité de lumière frappant un espace de 1 m 2 en 1 seconde. Si vous multipliez ce nombre par 86 400 (il y a 86 400 secondes dans une journée), vous obtenez le Daily Light Integral (DLI)."

 

Dans mes recherches, j'ai pu lire qu'il fallait les niveaux suivants de DLI :

 

Semi / 3 premières semaines : 13 à 19

Croissance : 20 à 35

Floraison : 38 à 65

 

Il n'était en revanche pas mentionné si ces chiffres incluaient l'apport de Co2 ou pas selon le niveau de DLI. Je pense tout de même que pour aller jusqu'à 65 de DLI, il faut l'apport de Co2. Également, tout cela varie en fonction de la génétique et autres paramètres.

 

Alors tout ça, c'est pour la théorie. Pour la pratique, j'ai le sentiment que c'est autre chose, je m'explique :

 

Je suis actuellement en croissance depuis 1 mois et demi. Je fais donc mes calculs pour obtenir le DLI adapté. Une application, un luxmetre pour calibrer l'application et c'est parti. De manière exagérée je suis rapidement monté à 35 DLI. J'ai très vite compris que j'étais trop haut. Feuilles des plantes qui tombent 4 heures avant extinction des feux. Petit à petit j'ai diminué mon éclairage afin de redescendre jusqu'à 24 DLI, ce qui me semblait beaucoup plus raisonnable. Problème, même si ça va un peu mieux, le problème persiste. Incompréhensible.

 

Voila ce qui me pousse à ouvrir ce sujet. Je me suis certes renseigné mais je ne prétends pas avoir forcément tout compris, ni même être totalement certain de tout ce que j'ai lu. Par conséquent, si quelqu'un a mieux compris ou a des informations complémentaires, je suis preneur. Également, je n'ai rien trouvé sur Cannaweed en tapant les mots clés DLI et/ou Daily Light Integral, du coup, ça pourrait être un chouette sujet pour tous.

 

Mon éclairage est un HLG SCORPION DIABLO que j'ai diminué à 1/3 de sa puissance +- 200 watts. Il est placé à 50/60 cm au dessus de la canopée.

 

Je tiens à préciser que je n'ai aucun problème de pot, de sur ou sous arrosage, ou autre problème et que je suis certain que mon problème est par rapport au DLI. J'ai une caméra qui enregistre tout et j'ai déjà bien examiné le comportement de mes petites pour en arriver à cette conclusion définitive.

 

 

Merci à tous et bonne soirée !

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

yop!

 

 

Citation

Alors tout ça, c'est pour la théorie. Pour la pratique, j'ai le sentiment que c'est autre chose,

ben carrément , on ne cultive pas au par-mètre en fait ...

 

la notion d'intégral concerne l'ensemble de la lumière reçu par la plante, sur toute sa surface de la tête au pied ,

autrement dit tu as besoin de connaitre le ppfd moyen, reçut pas l’ensemble de la surface de la plante pour pouvoir évaluer ce DLI ...

c'est donc quelque chose de délicat a évaluer concrètement ...


 

Citation

 

Dans mes recherches, j'ai pu lire qu'il fallait les niveaux suivants de DLI :

 

Semi / 3 premières semaines : 13 à 19

Croissance : 20 à 35

Floraison : 38 à 65

 

alors c'est ici qu'il convient de définir, quel sens on donne a ce DLI dans la gestion de notre culture ?

 

si, il s’agit de la quantité de lumière globalement acceptable pour la plante dans sa journée, ce sont les paramètres de ton grow qui fixe ce DLI pour ta plante ...

 

par conséquent, se basé sur des données prés-établi est fort peu pertinent ...

comme tu le remarque justement ici,

Citation

Il n'était en revanche pas mentionné si ces chiffres incluaient l'apport de Co2 ou pas selon le niveau de DLI. Je pense tout de même que pour aller jusqu'à 65 de DLI, il faut l'apport de Co2. Également, tout cela varie en fonction de la génétique et autres paramètres.

en fait il n'y a pas que ceci qui va influencer la valeur DLI, mais l'ensemble de tes paramètres de grow, et ce qui est vrai chez moi, ne l'est pas forcement chez toi ...

 

la notion du quantitatif est délicate a aborder, parce qu'elle dépend de beaucoup de choses dans les faits ...

tu feras pas la même chose si tu cultive en terre ou en hydro par exemple, atmosphère contrôler ou pas, non plus ...

si tu traite une canopée dense et homogène ou si tu laisse monter des sapins,  ext, ext ...

l’objectif reste, de proposer la quantité de lumière qui est en équilibre avec les autres paramètres du grow  ...

ton "grow" est une chaine de paramètres, le maillon le plus faible de cette chaine représente la limite globale de ton grow .

le DLI de tes plantes est fixer par le maillon le plus faible de ton grow ....

 

@+

 

 

Edited by Heka
  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Guest LittleBigMan

Salut,

Il y a 5 heures, Psychoweed1 a dit:

Si vous multipliez ce nombre par 86 400 (il y a 86 400 secondes dans une journée), vous obtenez le Daily Light Integral (DLI)."

Oui si tu éclaires 24h/j sinon il y a toujours autant de secondes dans une journée mais toutes n'ont pas un PPFD supérieur à 0 lorsque la lampe est éteinte.

 

Si tu n'éclaires plus que 18h/j, tu as un quart de tranche de ppfd en moins.

 

@+

 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Heka a dit:

yop!

 

 

ben carrément , on ne cultive pas au par-mètre en fait ...

 

la notion d'intégral concerne l'ensemble de la lumière reçu par la plante, sur toute sa surface de la tête au pied ,

autrement dit tu as besoin de connaitre le ppfd moyen, reçut pas l’ensemble de la surface de la plante pour pouvoir évaluer ce DLI ...

c'est donc quelque chose de délicat a évaluer concrètement ...


 

alors c'est ici qu'il convient de définir, quel sens on donne a ce DLI dans la gestion de notre culture ?

 

si, il s’agit de la quantité de lumière globalement acceptable pour la plante dans sa journée, ce sont les paramètres de ton grow qui fixe ce DLI pour ta plante ...

 

par conséquent, se basé sur des données prés-établi est fort peu pertinent ...

comme tu le remarque justement ici,

en fait il n'y a pas que ceci qui va influencer la valeur DLI, mais l'ensemble de tes paramètres de grow, et ce qui est vrai chez moi, ne l'est pas forcement chez toi ...

 

la notion du quantitatif est délicate a aborder, parce qu'elle dépend de beaucoup de choses dans les faits ...

tu feras pas la même chose si tu cultive en terre ou en hydro par exemple, atmosphère contrôler ou pas, non plus ...

si tu traite une canopée dense et homogène ou si tu laisse monter des sapins,  ext, ext ...

l’objectif reste, de proposer la quantité de lumière qui est en équilibre avec les autres paramètres du grow  ...

ton "grow" est une chaine de paramètres, le maillon le plus faible de cette chaine représente la limite globale de ton grow .

le DLI de tes plante est fixer par le maillon le plus faible de ton grow ....

 

@+

 

 

Salut,

 

Merci beaucoup pour ces informations.

 

Quand j'ai lu tous ces articles (et j'en ai lu...) ça me paraissait être quelque chose d'assez simple à comprendre et je dois dire qu'il ne faisait pas mention de tous les petits détails que tu viens de m'expliquer. 

 

Je suis d'ailleurs tombé sur une vidéo d'un youtubeur un peu connu qui cultive à Québec et qui fait des merveilles et il l'a expliqué et mis en application aussi simplement que les articles que j'avais lu. Une application sur smartphone qui mesure la lumière et qui fait tout les calculs dont on a besoin pour obtenir le DLI.

 

Mais du coup, de votre côté, comment faites vous pour savoir à quelle distance et à quel pourcentage vous paramétrez votre panneau (si vous cultivez sous led) ? Au feeling ? Aucun moyen de se repérer plus ou moins comme ce fameux indice DLI ?

 

Personnellement, je cultive des Girl Scout Cookies féminisées de chez Cali Connection. 

 

6 plantes dans des smart pot de 15 litres

 

Lampe HLG SCORPION DIABLO 630 watts. Dimmé à 250 watts pour la croissance.

 

Chambre de culture 120x120x200

 

Full organique avec la gamme Guano Diffusion

 

LST, topping, scrog

 

Tout va bien, mes plantes sont sympa, aucun soucis à déplorer sauf que 4 heures avant que les lampes s'éteignent elles tirent la gueule, comme si la séance de sport avait été trop intense. C'est quand même rageant.

 

Merci encore pour les explications !

Il y a 6 heures, LittleBigMan a dit:

Salut,

Oui si tu éclaires 24h/j sinon il y a toujours autant de secondes dans une journée mais toutes n'ont pas un PPFD supérieur à 0 lorsque la lampe est éteinte.

 

Si tu n'éclaires plus que 18h/j, tu as un quart de tranche de ppfd en moins.

 

@+

 

 

 

 

 

Oui bien entendu, l'application fait déjà ce calcul pas de soucis. Il y a des onglets "12h/18h/24h", je n'ai qu'à sélectionner et l'application fait le calcul.

Link to post
Share on other sites

yo!

 

Citation

Tout va bien, mes plantes sont sympa, aucun soucis à déplorer sauf que 4 heures avant que les lampes s'éteignent elles tirent la gueule, comme si la séance de sport avait été trop intense. C'est quand même rageant.

ben la, elles expriment une saturation lumineuse voila tout, c'est la plante qui te dit les choses pas ton par-mètre ...

si je suis confronté a ce genre de souci,  ben j’éloigne d'avantage la lumière d'une part, et je réduit la photo période a 16/8 , passer la période de levé des semis (au premier rempotage en gros)

 

Citation

Mais du coup, de votre côté, comment faites vous pour savoir à quelle distance et à quel pourcentage vous paramétrez votre panneau (si vous cultivez sous led) ? Au feeling ? Aucun moyen de se repérer plus ou moins comme ce fameux indice DLI ?

ici je travaille avec du matos diy, et j’essaie souvent de nouvelles choses, j'expérimente ...

alors a la base je me fie au rapport puissance/surface pour démarrer, ensuite c'est la réponse des plantes qui me montre quoi faire ...

avec du matérielle commercial, faut te fier aux indications fourni par le fabricant au départ, puis tu dois adapté ça, a ta situation a toi, en fonction de la réaction des plantes ...

en cro, sa tige si il y en a pas assez, ou sa réagi comme tu as pu l’observer si il y en a de trop ...

 

Citation

Full organique avec la gamme Guano Diffusion

en flo, dans ce principe de culture, perso je ne dépasse pas les 750/800µmol/s/m² sur les sommités.

(ici j'en mets encore moins, parce que j'arrive a éclairer beaucoup de surface du végétal, et si j'en met d'avantage c'est mon grow qui ne suis plus ...)

c'est généralement suffisant pour une culture en terre, (plus ça commence a tendre le string a tes autres paramètres de culture, le début des problèmes ...)

ensuite cela dépend de ta situation, enfin celle de tes plantes et comment et quel surface du végétal tu parviens a éclairer ...ext, ext ...

 

@+

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Heka a dit:

ben la, elles expriment une saturation lumineuse voila tout, c'est la plante qui te dit les choses pas ton par-mètre

 

En effet ça parait logique et tu as raison. Mais à force de lire des chiffres et de constater qu'on est loin du maximum voir proche du minimum recommandé et que malgré ça, les plantes tirent la gueule, on remet beaucoup de choses en question voir les principes élémentaires. 

 

Il y a 2 heures, Heka a dit:

avec du matérielle commercial, faut te fier aux indications fourni par le fabricant au départ, puis tu dois adapté ça, a ta situation a toi, en fonction de la réaction des plantes ...

 

 

Disons que HLG donne énormément d'informations pertinentes pour le coup par rapport à d'autres marques mais j'ai pas d'informations hyper intéressantes par rapport à la distance. Enfin si, ils préconisent 75 - 90 cm au dessus de la canopée pour la croissance mais ils ne disent pas à quelle puissance. Est-ce qu'ils se basent sur la pleine puissance et c'est à l'utilisateur de faire les calculs pour diminuer la distance proportionnellement à la puissance pour ne pas consommer inutilement ? Exemple : je fais la moyenne de 75-90 , donc plus ou moins 82 , je divise par deux et donc je place mon panneau à 40 cm de ma canopée et je divise la puissance totale (630 watts) également par deux pour être en accord avec les conseils constructeurs. Donc ça donnerait 315 watts à 40 cm de la canopée comme point de départ et ensuite j'ajuste en fonction du comportements des plantes ? Est-ce un bon raisonnement ?

 

Encore merci pour les réponses, j'imagine que certaines questions sont du bon sens mais encore une fois, quand on commence à s'intéresser à des sujets un peu plus en détails, je trouve qu'on peut vite perdre les bases et s'efforcer d'atteindre certaines données à tout prix.

Link to post
Share on other sites
Guest LittleBigMan

Salut @Psychoweed1,

 

il y a une heure, Psychoweed1 a dit:

Est-ce un bon raisonnement

 

Il le serait si nous étions sur une échelle linéaire mais ce n'est pas le cas.

Il faut ensuite "penser" en faisceau 3D et non plus 2D "dimmées."

J'ai suivi ce même chemin en me disant que tout était modélisable avant de comprendre qu'on ne jouait pas dans la cour des grands avec nos "faibles" moyens.

HLG fait certainement référence à des hauteurs avec l'éclairage à pleine puissance.

"Dimmer" est intéressant au début quand le plant a une faible hauteur puis, plus il grandit et plus il faut envoyer pour lui assurer un bon éclairage sur toute sa hauteur.

 

Si tu disposais de tout l'outillage de mesure adapté, tu pourrais éventuellement piloter une culture de A à Z sans jamais parler à tes plants mais je doute que tu puisses investir autant qu'une université aux US ou que le patron d'Apogee 😉.

 

Tout comme @Heka, je pense que comprendre le langage des plants est une toute autre voie qui existait bien avant notre époque.

Faire un calcul initial pour imaginer la bonne hauteur est une chose puis regarder ce que cela fait pour éventuellement corriger en est une autre.

Une fois la bonne hauteur trouvée, il est possible d'essayer de l'optimiser mais dans une faible proportion sinon il faut revoir tout le reste.

 

Cette bardée d'informations techniques que les vendeurs sortent a plus tendance à embrouiller le futur acheteur qu'autre chose.

Ils nous ont amenés là où les vendeurs de lampes à incandescence n'ont jamais osé s'aventurer.😉

 

@+

 

Link to post
Share on other sites

yop

 

Citation

qu'on est loin du maximum voir proche du minimum recommandé

j’ignore  d’où sorte ces "valeurs recommander ", doivent sans doute correspondent a une situation donnée ...

ici je n'ai jamais pu respecter ces valeurs, je suis encore en dessous du minimum recommandé souvent, pourtant ça marche sans gros souci au final ...

 

les fabricants font toujours référence a la pleine puissance en principe, d'autant que "dimmé" une led, revient a lui tirer une balle dans le pied question efficacité ...

et comme la précisé LittleBigMan, la propagation du flux dans l'espace, obéie a une proportion (décrit par la géométrie optique),

donc changer un des facteurs de la proportion ne l'influence pas cette proportion de façon linéaire mais proportionnelle ...

 

une demi puissance a mi hauteur, ce n'est pas la même chose que la pleine puissance pleine hauteur, le flux n'est pas distribuer sur ta plante dans les même proportions (ce qui ne donnera pas le même DLI par exemple, même si tu pose le même ppfd sur tes sommités, parce que tu ne posera pas la même chose sur les partie inférieurs)

 

ton par-metre te fourni des points de repère précieux, mais les bonnes valeurs a appliquer sur tes plante, c'est elles qui vont te les donner ...

comme nous tous, tu dois apprivoiser ton matérielle au final ...

 

@+

  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, LittleBigMan a dit:

Il le serait si nous étions sur une échelle linéaire mais ce n'est pas le cas.

Il faut ensuite "penser" en faisceau 3D et non plus 2D "dimmées."

 

Wouaw, il va falloir que j assimile tout ça car même en relisant j'ai du mal à bien comprendre pour être tout à fait honnête. Je comprends ce que tu veux dire mais je ne parviens pas à imaginer la scène.

 

Il y a 4 heures, LittleBigMan a dit:

"Dimmer" est intéressant au début quand le plant a une faible hauteur puis, plus il grandit et plus il faut envoyer pour lui assurer un bon éclairage sur toute sa hauteur.

 

Là aussi j'ai du mal à comprendre. Il n'y a donc pas un lien entre hauteur et puissance ? Si je mets mon panneau à 100% à 60 cm, ça n'est pas la même chose que mettre mon panneau à 50% à 30 cm ? Au niveau de la surface à couvrir je comprendrai bien la différence mais au niveau de la puissance sur la canopée et parties inférieures j'aurais pensé que c'était similaire ?! Si je rapproche ma lumière je conserve tout de même une certaine penetration lumineuse même si la puissance est diminuée, non ? Ça n'est pas proportionnel ?

 

Il y a 3 heures, Heka a dit:

j’ignore  d’où sorte ces "valeurs recommander ", doivent sans doute correspondent a une situation donnée ...

ici je n'ai jamais pu respecter ces valeurs, je suis encore en dessous du minimum recommandé souvent, pourtant ça marche sans gros souci au final ...

 

Ce sont des valeurs que j'ai lues à force de me renseigner sur le DLI. Beaucoup de sites différents semblent annoncer les mêmes chiffres. Mais alors, si on ne parvient pas à atteindre ces chiffres, à quoi sert de vendre des panneaux LEDS avec une telle puissance et prévu pour pas beaucoup plus qu'un m3 ?

 

Il y a 3 heures, Heka a dit:

les fabricants font toujours référence a la pleine puissance en principe, d'autant que "dimmé" une led, revient a lui tirer une balle dans le pied question efficacité ...

 

Pour quelle raison ? Une plante en croissance n'a pas les mêmes besoins lumineux qu'une plante en floraison, donc pourquoi dimmer serait-il vu de cette manière qui me semble finalement négative et pourquoi les constructeurs permettent de dimmer dans ce cas ?

 

Il y a 3 heures, Heka a dit:

une demi puissance a mi hauteur, ce n'est pas la même chose que la pleine puissance pleine hauteur, le flux n'est pas distribuer sur ta plante dans les même proportions (ce qui ne donnera pas le même DLI par exemple, même si tu pose le même ppfd sur tes sommités, parce que tu ne posera pas la même chose sur les partie inférieurs)

 

C'est peut-être dingue mais je n'arrive pas trop à comprendre ça. Pour moi, si je descends mon panneau, la penetration lumineuse peut être moindre dans le sens où je lui "facilite" la tâche en abaissant mon panneau plus proche des parties inférieures de la plante ?

 

Il y a 3 heures, Heka a dit:

ton par-metre te fourni des points de repère précieux, mais les bonnes valeurs a appliquer sur tes plante, c'est elles qui vont te les donner ...

comme nous tous, tu dois apprivoiser ton matérielle au final ...

 

Ça c'est bien enregistré en revanche. C'est vrai que si quelque chose sait mieux que toutes ces données techniques ce dont elle a besoin, c'est bien la plante et je vais apprendre un peu plus à comprendre son langage 😊

 

Franchement et même si j'ai l'air c*n, je trouve cette conversation hyper intéressante. Merci beaucoup.

Edited by Psychoweed1
  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Guest LittleBigMan

Re,

 

Il y a 2 heures, Psychoweed1 a dit:

Wouaw, il va falloir que j assimile tout ça car même en relisant j'ai du mal à bien comprendre pour être tout à fait honnête. Je comprends ce que tu veux dire mais je ne parviens pas à imaginer la scène.

Euh oui ça m'arrive aussi de ne pas me comprendre 🤣. En fait les explications sont en dessous et, grosso modo, on peut dire que le fait de gérer l'intensité de la source lumineuse n'a pas le même impact suivant que l'on pense en 2D ou en 3D.

 

Il y a 2 heures, Psychoweed1 a dit:

à quoi sert de vendre des panneaux LEDS avec une telle puissance et prévu pour pas beaucoup plus qu'un m3 ?

 

A rien d'autre que de vouloir se démarquer de la concurrence avec des valeurs parfois inexploitables.

Les futures avancées seraient largement plus bénéfiques si elles consistaient à distribuer correctement cette puissance : la puissance sans maitrise ne sert strictement à rien

 

Voici un relevé d'intensité d'éclairage d'un panneau actuel :

Asynchronous indoor positioning system based on visible light communications

 

Ce ne sont pas des DB pour l'axe des Z dans notre cas mais des PPFD et peu importe les valeurs : c'est juste pour imager

Les couleurs représentent l'intensité avec le bleu foncé pour la valeur la plus faible et le rouge pour la plus élevée.

Si tu tombes sur un panneau comme celui ci, la logique voudrait que la canopée ait la forme inverse çàd creuse au centre et avec les bords relevés pour compenser la diminution dans les coins. Ce serait le seul moyen de compenser le point chaud central et les points froids latéraux.

S'il n'y a pas de façonnage de la canopée, le point chaud central empêche le rapprochement de l'éclairage sinon c'est la grillade assurée du centre de la canopée.

 

Si ce diagramme de répartition était beaucoup plus plat et avec moins de pertes latérales, il caractériserait une lampe plus homogène.

Une autre façon de traiter le sujet serait de relever la lampe pour aplatir sa distribution lumineuse mais elle manquerait alors de puissance pour envoyer la quantité nécessaires de photons.

 

C'est déjà en partie ce qui illustre la différence entre les LEDs SMD et les COBs.

 

Il y a 2 heures, Psychoweed1 a dit:

Si je mets mon panneau à 100% à 60 cm, ça n'est pas la même chose que mettre mon panneau à 50% à 30 cm ?

 

Ce n'est pas la même chose effectivement et c'est parce que tu appliques le même poids à la caractéristique de puissance qu'à celle de la distance alors que cette dernière a plus d'impact sur la quantité finale. L'atténuation d'un flux lumineux est proportionnelle au carré de la distance parcourue et c'est cette variable au carré qui provoque le côté non linéaire de la courbe d'atténuation. L'autre paramètre dont il faut tenir compte est la surface finale éclairée. lorsque la source a un angle de diffusion très ouvert, l'éloignement de l'objet éclairé fait que la surface est plus grande alors que le nombre de photons reste le même. La densité surfacique diminue aussi. Un angle de diffusion plus "serré" provoque moins de dilution de la densité mais éclaire une surface plus restreinte.

 

D'où l'intérêt de ne pas se prendre la tête une fois que la lampe et le mode de culture sont choisis et d'apprendre à lire le comportement des plants cultivés.

C'est relativement simple :

  • pas assez de lumière et les plants "tigent" pensant qu'il y en aura plus plus en hauteur
  • le trop de lumière peut avoir plus de symptômes visibles qui vont du tassement du plant jusqu'à la cuisson extrême et dans ce cas la plante ne parle plus 😉. les feuilles qui vont se coucher avant l'extinction des lumières annoncent qu'elles n'en peuvent plus et que plus ne sert à rien.

 

@+

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Yop !

 

J'suis obligé :siff:

 

il y a 12 minutes, LittleBigMan a dit:

 

Les futures avancées seraient largement plus bénéfiques si elles consistaient à distribuer correctement cette puissance : la puissance sans maitrise ne sert strictement à rien

 

 

 

 

 

 

++ !

 

Merci @LittleBigMan pour tes explications techniques, c'est toujours bénéfique a la comu' !

 

 

++ !

  • Haha 3
Link to post
Share on other sites
Guest LittleBigMan

Salut @SweetDreamsXAE5,

 

C'est exactement ce à quoi je pensais 😇 et elle n'est bien sûr pas de moi cette idée de départ !

Perso, je préfère leur calendrier à leurs pneus mais bon :jesors:.

 

@+

Signé : Rubber

Link to post
Share on other sites

yop!

 

les principes de la propagation lumineuse dans l'espace obéissent aux lois décrit par la géométrie optique ...

j'ai la flemme d'en faire une description ici, alors je vais m' auto-cité en collant ici un laïus que j'ai poster sur un fofo voisin.

 

alors je vais tenter ici de décrire les grands principes qui régissent la propagation de la lumière dans l'espace,

en vous épargnant les équations de géométrie qui ne parlent qu'aux matheux de toute façons :D

 

alors, une source lumineuse propage son flux dans l'espace (s'agit d'un phénomène en 3D gardez le a l'esprit) selon la proportion qui existe entre 3 facteurs fondamentaux.

 

-le premier facteur est bien sur la quantité de flux produit par la source. (autrement dit la masse de photons produit par seconde), ça se décline en "Lumen" ou "ppf"

il est évident qu'une source qui n'a que 10lm (ou 0.1 ppf...) a proposer ne pourra pas disperser efficacement son flux dans un grand volume, comme pourrais le faire une source qui propose 10000lm (tu ne rempliras pas la baignoire avec le contenue d'un dé a coudre ...) 

 

 

-le deuxième facteur c'est l'intensité avec la quel tu vas produire ce flux, une même quantité de flux peut être produit a des intensités très différentes.

cela se décline en "CD" ou Candela, l'intensité est ce qui permet de projeter loin tes photons de lumière, il y a un aspect directionnelle a cette notion ...

(le candela décrit la quantité de photons qui vont dans la même direction "vers tes plantes entre autres...")

 

par exemple, pour faire une analogie avec un flux d'eau,

imagine au jardin avec ton tuyau d'arrosage, tu ouvre le robinet a un certain débit (quantité d'eau par seconde, comme des lm ou ppf),

a ce moment l'eau s’écoule du tuyau pour tomber directement sur tes pompes, parce que tu n'a pas beaucoup de pression pour la propulser plus loin.

maintenant, tu pinces le bout du tuyau (autrement dit, tu réduis sa surface d’émission) ce qui va augmenter la pression du débit,

tu vas pouvoir maintenant arroser au loin le bout de ton jardin ...

ta capacité a projeter ton flux est passer de tes chaussures vers le bout du jardin, toujours avec le même débit d'eau par seconde (avec la même quantité de flux ...)

 

l'intensité lumineuse "CD" est l’équivalent de la pression pour l'eau en quelque sorte,

par exemple, si je produis 1000lm a partir d'une surface d’émission de 10mm², je vais le faire avec beaucoup plus d'intensité (plus de Candelas), que si je les produis a partir d'une surface de 500mm²

même quantité de flux (1000lm) mais pas du tout la même intensité donc pas la même capacité de projection ..

(par conséquent, pour avoir de l'intensité "en lux ou ppfd" a l'arriver, il en faut au départ de l'intensité, il ni a pas de secret ici, les lux ou ppfd sont poser par les Candelas ou équivalent en "densité ppf" et non par les lumens ou le ppf en soit ...)

 

 

- le troisième facteur, c'est l'ouverture du stéradian "SR", cela représente le facteur de proportion qui existe entre ta surface d'émission et ta surface de réception.

(la source et la cible)

c'est ton "cône" de projection (soit un angle solide), plus il est ouvert moins la valeur CD est importante (plus il est ouvert plus ton flux se dissipe dans un grand volume), plus il est fermer plus la valeur CD augmente (n'oubliez pas CD est une notion directionnel, quand tu resserre ton flux tu le ramène dans une direction commune d’où l’augmentation de CD, aussi le volume de ton cône est plus faible ce qui laisse une plus grande densité a ton flux ... )

 

la surface "cible" est la surface qui va "couper" ton cône de projection, c'est elle qui détermine la distance source/cible par conséquent le volume global du cône de projection a cette distance donnée, ce qui détermine la densité/intensité de lumière (en lux ou ppfd) a cette endroit donné du volume.

 

voila la lumière d'une source lumineuse,

se propage dans l'espace selon la proportion qui existe entre ces trois facteurs fondamentaux ...(quantité/intensité/ouverture)

ceci est valable pour n'importe quel type de source lumineuse ... (en dehors des lasers)

la quantité de lux ou de ppfd que tu pose effectivement sur tes plantes est le fruit de cette proportion ....

 

pour illustré l'influence de ces facteurs,

je vais vous parler des tubes fluorescent qui possède un rapport lm/cd négatif (moins de CD que de lm) 

par exemple on peu soutenir du regard sans problème les 4000lm d'un tube TN (alors que les 30lm d'une led mid-power te vrille littéralement la rétine)

les 4000lm sont produit sur la surface du tube de verre, ce qui représente une importante surface développer, les 4000lm sont donc répartie

sur cette grande surface avec une faible intensité globalement, ce qui explique la médiocre capacité de pénétration de ce genre de source ...

a l’inverse le rapport lm/cd d'une grosse lampe a décharge comme l'hps est plutôt important (un flux important sur la petite surface du bulbe, produit une grosse intensité sur cette surface), d’où la capacité de pénétration de cette lampe ...

 

 

 

- pour faite suite a ce qui détermine les caractères d'une source a projeter son flux,

nous allons examiner comment ce flux se propage dans l'espace ...

 

cette propagation du flux dans l'espace obéi aux proportions universelle décrit par la loi du carré inverse .

 

alors wikipedia nous dit ceci a propos de cette Loi.

"En physique, une loi en carré inverse est une loi physique postulant qu'une quantité physique (énergie, force, ou autre) est inversement proportionnelle au carré de la distance de l'origine de cette quantité physique."

(soit 1/d²)

 

au premier abord, cette loi nous dit que l’intensité décline proportionnellement au carré de la distance, concrètement cela veux dire que l'intensité est diviser par 4 a chaque fois qu'on double la distance ... (ce qu'on peu observer ci dessous entre "r" et "2r")

beaucoup de monde s’arrête sur ce simple aspect des choses ....

 

500px-Inverse_square_law.svg.png

si on constate que la lumière décline rapidement avec la distance,

on peu constater également que proportionnellement ce déclin ralentit aussi avec la distance.

 

observons ici,

"r" représente la distance de la source pour traiter 1 unité de surface (rapport 1/1)

"2r" représente le double de la distance et traite 4 unité de surface (rapport 1/4) donc l'intensité a été diviser par 4 entre "r" et "2r"

"3r" représente le triple de la distance et traitre 9 unités de surface (rapport 1/9) observons qu'ici, l'intensité entre "2r" et "3r" n'est diviser que par 2.25.

"4r" donne un rapport 1/16, et l'intensité entre "3r" et "4r", n'est plus divisé que par 1.77

"5r" donne 1/25 pour un taux de 1.56  ext, ext ...

 

nous constatons donc, que si les intervalles de distance sont les même, la proportion de flux, elle est différente ...

autrement dit, plus ont s’éloigne de la source, plus les différences d'intensité dans l'intervalle donné s'amenuise globalement, cela nous dit que la lumière a une expansion de plus en plus homogène dans les trois axes, x et y mais aussi dans l'axe z (la profondeur)

ce principe de proportion est universel, peu importe la valeur de "r", le rapport entre r, 2r, 3r, ext ...  sera toujours le même .

("r" peux faire 5cm comme 25 millions de km ...)

 

alors pour nous autre qu'est ce que cela implique (en dehors que, si ta lumière est trop loin, tu n'en auras pas assez :D)

external-content.duckduckgo_com.jpg.c78ff565a21d4e40e9e93ce7cc75547d.jpg

imaginez que "r" vaut une trentaine de cm et que vos plantes (enfin leurs parties productrice) pousse dans l'intervalle entre "r" et "2r", quand la sommité de la plante reçoit xxxx quantité de lumière, le bas de la plante (30cm plus bas) n'en reçois plus que x quantité de lumière (le rapport x4)

 

imaginez maintenant que vos plantes pousse dans l'intervalle entre "2r" et "3r" (c'est a dire a une soixantaine de cm de la source) quand la sommité de la plante reçoit xxxx quantité de lumière (la même quantité que précédemment), le bas de la plante (toujours 30cm plus bas) reçoit encore presque xx quantité de lumière (le rapport x2.25), soit quasiment le double que dans l'intervalle précédant.

 

et ainsi de suite ...

"il va de soit que pour poser autant de lumière sur 2r (60cm), que sur r (30cm), vous avez gérer la quantité de Candela de la source, en augmentant sa puissance ou en focalisant son flux, en travaillant avec une source plus dense ... (s'agit pas de juste reculer la source, hein!)"

 

 

- cela veux dire concrètement que,

plus la source est éloigner, moins la différence d'intensité lumineuse qui existe entre le haut et le bas de vos buds est grande.

(ce qui a nécessairement un impacte important sur ton DLI par exemple)

pour le délire, a 10m de distance la différence d'intensité lumineuse, entre le haut et le bas d'une plante de 1m de haut, serait de 0.2% environ ...

 

-cela veux dire une autre chose également importante a avoir a l'esprit, c'est que les choses de la lumière ne sont pas transposable.

(par exemple, il est impossible de reproduire ce qui ce passe dans un grand volume, dans un petit volume.

autrement dit, vous ne reproduirez jamais ce qui se passe dans une grande room de culture, sous plusieurs Kilowatt de lumière, dans votre box d'un mètre carré ...)

 

appliquer de la lumière revient a appliquer une proportion géométrique dans l'espace ....

je vous laisse médité la dessus ...😉

 

@+

 

 

Edited by Heka
  • Like 4
  • Thanks 3
Link to post
Share on other sites

Ok donc juste pour voir si j'ai bien compris, il est plus interéressant d'utiliser la puissance lumineuse et d'éloigner le panneau de la canopée que d'avoir le panneau assez proche mais de diminuer la puissance car diminuer la puissance sera proportionnel alors qu'en éloignant le panneau, arrivé un certain point on perd moins en intensité. 

 

En gros et juste pour l'exemple, vaut mieux 100% à 1m de haut que 50% à 50 cm car la perte de puissance lumineuse sera moindre à 100% et 1m que 50% et 50cm. 

 

C'est ça ?

 

Merci pour le cours haha !

Link to post
Share on other sites
Guest LittleBigMan

Re @Psychoweed1,

 

Sans puissance, la maitrise n'est rien 😉.

 

On éclaire fort et de loin lorsque l'on souhaite avoir un faisceau à peu près constant sur une grande hauteur.

Le faisceau arrive sur la cime avec une valeur de 800 ppfd par exemple et tu souhaites avoir encore 600 ppfd 20 ou 30 cm plus bas.

Pour faire cela, il faut envoyer fort pour avoir les 800 de PPFD sur la cime et perdre peu sur les 20 ou 30 cm suivants = faisceau long ou pénétrant

 

On peut éclairer moins fort et de plus près lorsque le faisceau éclaire une surface plate et donc de moindre hauteur.

La tu veux toujours poser un PPFD de 800 sur la cime mais tu te moques de ce qui se passera 2 cm plus loin (plus bas) et envoyer un faisceau plus puissant au départ n'est plus utile = faisceau court et sans profondeur

 

C'est plus une question de choix personnel que d'intérêt même si les rendements des deux modes sont différents.

 

Faudrait un dessin pour imager tout ça mais je ne l'ai pas sous la main là tout de suite.

 

 

@+

 

Link to post
Share on other sites

Salut tout le monde

 

Merci @Heka @LittleBigMan c'est le genre de lecture completement passionante pour moi, notamment parce que c'est à la frontière de la science et du grow. Merci @Psychoweed1 d'avoir lancé le sujet c'est ensemble qu'on progresse :)

 

Intellectuellement c'est super stimulant, surtout que perso je me passione pour la relativité générale et restreinte, et des notions contres-intuitives de la quantique sans vraiment tout comprendre evidemment... (dailleurs les plus grands spécialistes disent au sujet de la quantique "si vous dites que vous avez compris c'est que vous avez rien compris, parce que personne n'y comprend rien et alors que ça marche très bien pour décrire la réalité".... looooool)

 

bref un truc à retenir pour celles et ceux qui s''interessent plutot aux trucs concrets, c'est ça selon moi :

 

Il y a 17 heures, Heka a dit:

 

cela veux dire concrètement que, plus la source est éloignée, moins la différence d'intensité qui existe entre le haut et le bas de vos buds est grande.

 

 

Par contre ça je ne le comprend pas forcement :

Il y a 17 heures, Heka a dit:

(ce qui a nécessairement un impacte important sur ton DLI par exemple

 

 

Peux tu expliquer stp, car pour moi c'est contre intuitif, prennons un panneau non dimmable, le DLI est selon mon intuition plus influencé par l'éloignement que par la propriété du déclin de la quantité de lumière qui se réduit de moins en moins vite (cf inverse du carré de la distance) : donc j'aurais envie de dire qu'eloigner le panneau LED le principal facteur pour réduire le DLI, et éloigner c'est homogénéiser la lumière entre haut et bas de canopée (parle-t-on ici de capacité de pénétration ?)

 

En tout cas le travail de vulgarisation que tu nous proposes est vraiment super cool et me semble accessible pour de nombreuses personnes.

(par contre j'ai du mal à accepter quand tu écrivais par ailleurs "je ne suis pas un scientifique" :  c'est beau l'humilité mais en vrai tu as plus de conaissances en lumière/optique que 99,9% des gens ici ! ) Merci beaucoup pour tout ce que tu post, à chaque fois j'apprend un truc ❤️@LittleBigMan idem ❤️

 

 

J'ai encore des questions (pas urgentes) certaines seront peut etre pertinentes ou alors montreront qu'en fait, j'ai juste rien compris looool  dans tous les cas c'est cool :)

 

. tu dis qu'il y a trois facteurs lm (quantité) CD (intensité = débit ?) et SR (rapport entre deux aires =  "densité" ?): sais tu si ces facteurs se limitent mutuellement ? si une relation mathematique les relie entre elle ? arf cette question me semblait intelligente au début et puis maintenant que je l'ai écrit je me demande si ça a un sens...)(autrement dit j'imagine qu'on peut pas avoir le beurre l'argent du beurre et le c*l de la crémière si je peux me permettre)

edit j'ai trouvé ça :

Lumen, candela ou stéradian? La lumière concentrée d'une lampe torche se décrit en candelas alors qu'une puissante ampoule fournit un flux élevé en lumens dans toutes les directions. Il s'agit de comprendre la notion de lumen (lumière totale émise), de stéradian (la portion d'espace vers où la lumière est émise) et de candela (l'intensité lumineuse dans une direction donnée).

La relation lumen (lm), candela (cd) et stéradian (sr) s'écrit :

1 candela = 1 lumen / stéradian

ou :

1 cd = 1 lm/sr

source https://www.astuces-pratiques.fr/maison/conversion-lumen-candela-et-steradian

 


. que puis-je concrètement faire varier dans les parametres de mon grow : la hauteur du panneau, et si plusieur sources,l'orientation et rapprochement/écartement...

et eventuellement dimmer (apparement sur mon QB en lm281+ il se pourrait que plus c'est dimmé plus c'est bleu, et plus c'est vers les 100% plus c'est rouge) bref plus je lis et plus j'ai l'impression de rien comprendre à comment ça marche et quoi je devrais faire dans quel but... et comment évaluer ? tu l'as dit regarder les plantes...

 

. au sujet du SR, comment considère tu une planche comme les deux QB lm281+ que j'ai ? une entité unique ou la sommes des led ? quelle surface retiens tu : la somme des surfaces des leds ou la surface totale du panneau ? (vide entre les led inclus)

 

Allez j'arrête là mes questions tellement pointues qu'on dirait un accent du nord (dédicace aux sudistes ;) )

 

Yvette - hors du référentiel galiléen.

 

 

Edited by Yvette
recherches
  • Like 1
Link to post
Share on other sites

yo!

 

Citation

En gros et juste pour l'exemple, vaut mieux 100% à 1m de haut que 50% à 50 cm car la perte de puissance lumineuse sera moindre à 100% et 1m que 50% et 50cm. 

c'est la proportion dans la propagation du flux qui change ....

il s'agit toujours de poser la quantité utile sur tes sommités, plus tu le fais de loin, plus ce quantitatif est efficacement utile dans la profondeur également (globalement tu va poser d'avantage de lumière sur la surface total de la plante)  c'est le principe qui donne la capacité de pénétration en fait ...

 

coucou vevette !
 

Citation

 

Par contre ça je ne le comprend pas forcement :

Le 24/01/2022 à 22:20, Heka a dit:

(ce qui a nécessairement un impacte important sur ton DLI par exemple

 

 

Peux tu expliquer stp, car pour moi c'est contre intuitif, prennons un panneau non dimmable, le DLI est selon mon intuition plus influencé par l'éloignement que par la propriété du déclin de la quantité de lumière qui se réduit de moins en moins vite (cf inverse du carré de la distance) : donc j'aurais envie de dire qu'eloigner le panneau LED le principal facteur pour réduire le DLI, et éloigner c'est homogénéiser la lumière entre haut et bas de canopée (parle-t-on ici de capacité de pénétration ?)

 

alors ici une partie de mon propos, t'a échapper ...

 

Citation

(il va de soit que pour poser autant de lumière sur 2r, que sur r, vous avez gérer la quantité de Candela, en augmentant la puissance ou en focalisant le flux, en travaillant avec une source plus dense ...)

autrement dit, en augmentent lm avec la puissance, ou en resserrant SR avec un réflecteur ou une lentille ...

voyons une situation concrète, 

imagine une source qui pose 800µmol/s/m² a trente cm de ta canopée, cette loi nous dit que, trente centimètres plus bas sous la canopée ne restera plus que 200µmol/s/m².

(si tenter qu'il soit possible d'éclairer quelque chose en dessous hein ...)

maintenant j'ai une source qui peut toujours poser 800µmol/s/m² sur ma canopée, mais ce coup ci, elle est a 60cm de cette canopée (c'est pas la même source ou tout du moins ne brille pas de la même façon on est d'accord, celle ci a plus d'intensité a proposer, pour toujours fournir les 800µmol/s/m² a 60cm sur cette canopée.),

ce faisant cette loi nous dit que trente centimètre plus bas sous la canopée, il va te rester encore 355µmol/s/m², c'est bien plus que 200µmol/s/m².

avec la même intensité a la canopée, dans cette situation (a 60cm)le bas de la plante reçoit plus de lumière que dans l'autre situation (a 30cm), cela influence naturellement le DLI de cette plante,

parce que concrètement tu pose plus de lumière dessus ...(toujours avec la même intensité a la canopée) par conséquent une valeur DLI plus élever dans cette situation ...

 

Citation

tu dis qu'il y a trois facteurs lm (quantité) CD (intensité = débit ?) et SR (rapport entre deux aires =  "densité" ?): sais tu si ces facteurs se limitent mutuellement ? si une relation mathematique les relie entre elle ?

lm= quantité globale, c'est lui ton "débit" une quantité par seconde,

CD= intensité ou la "pression" si tu préfère, ça représente ce qui va dans la même direction (sur tes plantes par exemple), il faut toujours un candela pour produire un lux, dans n'importe quel situation ... (l'intensité (en lux ou ppfd) a l'arriver dépend uniquement de l'intensité au départ, et non de la quantité globale (en lm ou ppf) que tu produis ...)

SR = l'ouverture de ta projection, c'est un angle solide (un angle en 3D quoi), plus cette angle est ouvert plus le volume dans lequel tu va diffuser ta masse de flux est grand

la densité de ton flux, est inversement proportionnelle a la taille du volume que tu remplis avec ce flux ... (je parle de volume et non de surface, parce que la lumière est un phénomène a 3D qui se raisonne en 3D ...)

ces trois notions sont les facteur qui détermine la nature de la proportion qui régie la propagation de ton flux dans l'espace.

c'est l'équilibre de ces trois facteurs qui détermine la nature de ta projection ...(autrement dit, ce que tu vas pouvoir poser sur les plantes)

ces facteurs s'influence bien mutuellement ... edite: je dirais même qu'ils sont interdépendant, il s'agit bien des facteurs de la même équation.

 

un peu de géométrie pour comprendre les principes de la photométrie, pour ceux que cela intéresse.

https://www.youtube.com/watch?v=zMs2eIa9raE

https://www.youtube.com/watch?v=8KecGNmqFGs

https://www.youtube.com/watch?v=VUnekDRoItg

 

faut avoir conscience également que cette formule, donné pour les besoins de la normalisation des unités SI

{\rm {1\ lx=1\ {\frac  {lm}{m^{2}}}=1\ {\frac  {cd\cdot sr}{m^{2}}}}}

correspond a une situation théorique précise (ou la source n'a pas de surface ce qui n'existe pas dans la vrai vie) et qu'elle éclaire précisément 1m² a 1m de distance

(ce qui correspond a une ouverture de sr d'un peu plus de 60° environ ..)

dans la vraie vie tout les éléments de ce rapport sont variable ...

 

Citation

(apparement sur mon QB en lm281+ il se pourrait que plus c'est dimmé plus c'est bleu, et plus c'est vers les 100% plus c'est rouge)

ceci est vrai pour toute les leds blanche, ce glissement (représenté dans les datasheet des leds) est négligeable pour les plantes, (nous, on ne le vois pas ...)

dimmé une led n'est pas efficace globalement ...cela change la proportion en jeu (toujours la même led avec la même surface, la même ouverture, mais avec moins d'intensité CD

par exemple, deux leds a 50% tireront toujours moins loin qu'une led a 100% ...(ce, même si elles produisent plus de flux ...)

par conséquent, il sera toujours plus efficace pour nos plantes de faire briller moins de leds que de les dimmé ... (une simple question de proportions)

 

@+

Edited by Heka
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites

Re et encore merci pour cet article scientifique lol,

 

Pour revenir un peu sur l'état de mes plantes, je suis toujours dans l'incompréhension.

 

Mon panneau est entre 200 et 250 watts, placé à 80 cm de la canopée et malgré cela, elles arrivent à tirer la gueule 😅 je veux bien les écouter et comprendre mais je commence à douter tout de même qu'elles soient en saturation avdc 200 watts haha.

 

Voyez la photo.

 

Bonne journée à vous les gars.

20220128_171243.jpg

Link to post
Share on other sites

Salut @LittleBigMan,

 

120x120x200.

 

Oui le panneau initialement ils disent 650 watts mais j'ai une étiquette sur celui-ci qui dit 630 watts. Peut-être parce que c'est la version "européenne", je sais pas, mais c'est bien celui-ci.

Link to post
Share on other sites